Vous êtes sur la page 1sur 2

CORRIGE DE L’EXAMEN LP105 JANVIER 2007

1. Exercice.
1. Par osmose, l’eau va traverser la membrane jusqu’à ce que la pression hydrostatique compense
la pression osmotique.
2. La concentration molaire de la solution est :
C1 = m1/(MNaClV1) avec m1 = 3 g et V1 = 300.10-6 m3 => C1 = 172 mol.m-3
3. La pression osmotique est donc : π1 = 2C1RT0 le facteur 2 est dû au fait que chaque molécule
donne 2 ions et avec T0 = 300 K on a : π1 = 8,62.105 Pa
4. Si h est la hauteur d’eau cherchée on aurait : π1 = ρgh soit h = π1/(ρg) = 86 m !
5. Il y aura équilibre si les pressions osmotiques des deux côtés de la paroi sont égales en
supposant que les pressions hydrostatiques sont elles-mêmes égales. Appelons π2 la pression
osmotique dans la cuve de volume V2 et m2 la masse de K2CO3 à introduire.
Alors π2 = 3m2RT0/(MK2CO3V2)
π1 = π2 => 2C1 = 3m2/(MK2CO3V2) => m2 = 2C1MK2CO3V2/3 = 112 g
6. Le volume de l’air restant constant, on a d’après la loi des gaz parfaits : P/P0 = T/T0. Donc la
pression augmente proportionnellement à la température.
7. Pour empêcher le phénomène d’osmose, il faut que les pressions de part et d’autre de la
membrane soient égales => P0 = P – π1 si on appelle P0 = 105 Pa, la pression atmosphérique au-
dessus de l’eau pure. Donc P = P0 + πi = 9,62.105 Pa
8. T = T0P/P0 = 2890 K

2. Problème : diffusion à travers une membrane.


A. Perméabilité de la membrane.
1. Comme C1>C2 alors les particules vont se déplacer dans le sens des x >0.
2. D’après la seconde loi de Fick, en régime stationnaire, on a ∂C/∂t = ∂J/∂x = 0. Donc J est
uniforme (constant dans toute l’épaisseur de la membrane).
3. Première loi de Fick : J = - D(∂C/∂x). Comme J est constant alors ∂C/∂x est constant et donc
C(x) est un fonction affine de x de la forme C(x) = ax + b.
4. C(x = 0) = C1 = b ; C(x = Δx) = C2 = aΔx + C1 => a = ∂C/∂x = (C2 – C1)/Δx
 J = - D(C2 – C1)/Δx
5. [J] = T-1L-2 ; [C] = L-3 ; [∂C/∂x] = L-4 => [D] = L2T-1 => [P] = LT-1 et son unité est ms-1
6. J = P(C1 – C2)
B. Concentration d’équilibre.
1. N1 = C1V1 ; N2 = C2V2
2. N1 + N2 = Ce(V1 + V2)
C1V1 + C 2 V2
3. C e =
V1 + V2
C. Temps d’égalisation des concentrations.
1. dN1/dt = V1dC1/dt
2. [dN1/dt] = T-1 ; [JS] = (T-1L-2)(L2) = T-1 l’égalité est donc vérifiée du point de vue
dimensionnel. Le signe « - » est lié au fait que au cours du temps dN1/dt = - dN/dt < 0. Par
ailleurs cette égalité correspond bien à la définition de J : nombre de moles qui diffusent par
unité de temps et par unité de surface.
3. dN1/dt = - PS(C1 – C2) = V1dC1/dt => dC1/dt = -PS(C1 – C2)/V1
4. Si dN1 est le nombre de moles qui partent du compartiment 1 pendant le temps dt et dN2 le
nombre de moles qui arrivent dans le compartiment 2 pendant ce même temps,
on a donc : dN1 = - dN2 => dN1/dt = - dN2/dt or dN2/dt = V2dC2/dt => V2dC2/dt = PS(C1 – C2)
=> dC2/dt = PS(C1 – C2)/V2
dC1 dC 2 & 1 1 # d'C & 1 1 #
5. ( = (PS(C1 ( C 2 )$$ + !! ) = (PS'C$$ + !! Ceci correspond bien à l’expression
dt dt % V1 V2 " dt % V1 V2 "
donnée.
"t
d#C dt t
6. = " $ ln(#C) = " + Cte $ #C = C te e ! 0 ; ΔC(t = 0) = C1(0) – C2(0)
#C !0 !0
"t
=> #C = [C1 (0) " C 2 (0)]e ! 0
D. Applications à la dialyse.
1. Toutes les grandeurs de l’expression de Ce sont celles du temps t = 0.
C1V1 + C 2 V2 V [C ( V / V ) + C 2 ]
Ce = ! Ce = 2 1 1 2 = C 2 (0) car V1/V2 << 1
V1 + V2 V2 (1 + V1 / V2 )
2. τ0 ~ V1/(SP)
3. τ0 = 3,55.103 s ~ 59 min ~ 1 h
4. t = 4 h = 14.400 s ; C2(0) ~ C2(t) ~ 0
!t !t !t
C1 (0) ! C1 ( t )
=> #C = C1 ( t ) ! C 2 ( t ) = [C1 (0) ! C 2 (0)]e $0
" C1 ( t ) = C1 (0)e $0
" = 1 ! e $ 0 = 0,98 = 98%
C1 (0)
Il y a donc 98 % d’urée qui aura filtré au bout de 4 h.
Plus simplement on peut dire que la constante de temps étant de environ 1 h, on sait que la
concentration restante est de environ 37 % de la concentration initiale au bout d’un temps égale
à la constante de temps temps.
Donc le pourcentage de produit ayant filtré en 4 h est donné par : 1- 0,374 = 0,98
La nouvelle valeur de τ0 = 7,16.103 s ~ 2h et 1 – 0,372 = 0,86. Donc 86 % d’acide urique aura
filtré au bout de 4 h.