Vous êtes sur la page 1sur 4

Monastère Sainte Claire

2, rue Pierre Bérégovoy


51350 Cormontreuil
Tél. : 03.26.86.95.12
Fax : 03.26.86.95.15
clarissecormontreuil@sfr.fr
http://clarissecormontreuil.perso.sfr.fr

Un mot, une réalité, qui nous a accompagnées


tout au long de l’année,
ainsi que toutes nos soeurs à travers le monde,
pour cette deuxième année de préparation au 8ème centenaire
de la naissance de l’Ordre des Clarisses que nous célébrerons en 2012.
Ce choix nous a permis de refaire un plongeon bienfaisant dans ce que Sainte Claire a vécu,
elle qui, bien loin d’être centrée sur son « moi », portait son regard sur le Christ
et se transformait au rythme de sa prière assidue :
« Son visage paraissait plus clair et plus beau que le soleil »
raconte sœur Aimée qui a vécu avec elle.
Claire contemplait…, se transformait… et sa contemplation prenait corps :
« Elle lavait les pieds de ses sœurs » témoigne sœur Pacifica.
Nous avons donc laissé ce mot « contempler » creuser en nous un chemin…

Et avec lui, nous vous emmenons dans notre quotidien.

Sœur Cécile

contemplons la surabondance du Seigneur par


de tant de l’amitié, la foi extraordinaire et la solidarité,
personnes qui nous ont aidées à acheter une exprimées dans des mots bouleversants, pour
nouvelle machine à hosties… notre « activité-nourriture », la confection de ce qui
est destiné à devenir « le Pain de vie primordial »,
Des foules à rassasier, les moyens manquent, pour que ceux qui le reçoivent « deviennent à leur
l’inquiétude se fait jour, la tempête menace, l’affaire tour d’autres hosties »… Et tant de témoignages où
est remise entre les mains du Seigneur, une parole l’Eucharistie se révèle la force au quotidien de ceux
se fait entendre, les disciples sont sollicités, la dont la vie est traversée par de lourdes croix. Avec
surabondance s’offre à des yeux étonnés et l’argent nécessaire, et bien davantage que lui, nous
joyeux… Un bon goût d’Evangile ? OUI ! accueillons là, de manière renouvelée, notre travail,
Mais voilà, cette bonne nouvelle a pris chair cette en responsabilité, en mission, en prière. MERCI !
année à Cormontreuil ! La machine à fabriquer les
hosties arrive en fin de course, et menace de Sœur Marie-Bénédicte
lâcher d’un coup ! Où trouver les fonds nécessaires
à la poursuite de ce travail qui permet de rassasier
de ton Corps tous ceux qui en ont faim ? A nous
seules, impossible ! Lumière : associer à ce travail,
par l’intermédiaire des paroisses, tous les chrétiens
qui communient avec des hosties faites par nous,
en proposant de porter dans la prière les intentions
qu’ils voudraient bien nous confier… Et nous
au cœur d'une communauté au visage totalement
africain, multiethnique et international.
L’Afrique est venue jusqu’à nous cette année encore Je me trouvai en l'intervalle de quelques heures
et nous rendons grâce pour la joie des rencontres qui totalement immergée dans une autre culture, un
ont fait voyager notre coeur. Oui, cela élargit l’espace autre cadre, un autre contexte social et national
de notre tente intérieure à d’autres réalités et dilate que celui qui m'était familier, entourée de femmes
que la vie ne m'avait pas encore donné de
notre être profond aux dimensions du monde tout en
rencontrer.
accueillant la différence qui est richesse.
En communauté, des jours durant, les "Akwabao"
Partage et rencontre avec nos sœurs d’Abidjan et de ("Bonne Arrivée") n'ont cessé de résonner de
Lomé par la présence de sœur Claire-Françoise, diverses manières: "atouuu" (accolades africaines),
abbesse de la communauté des clarisses d’Abidjan, rite du lavement des pieds, processions, chants et
sœur Claire-Valérie, sœur Marie-Françoise, sœur danses liturgiques et traditionnels, eau
Marie-Epiphanie en mission à Nazareth… Partage rafraîchissante bue à la calebasse, demandes de
aussi avec nos sœurs en mission au Congo et toutes nouvelles, présentation de symboles forts, fleurs et
heureuses de passer chez nous et de nous donner des fruits en abondance…
nouvelles du pays. Je suis touchée et émerveillée du Dans les rencontres à l'extérieur aussi, du temps
m'a été accordé généreusement pour découvrir et
don d’elles-mêmes pour la mission, leur vie offerte
me faire entrer dans le vécu local que ce soit celui
jusqu’au bout, source de fécondité.
d'un dispensaire ou d'une célébration jubilaire.
Joie de recevoir notre frère Sosthène, du Cameroun, Hôte attendu ou non mais toujours accueilli avec
devenu Evêque d’un jeune diocèse et venant nous simplicité et largesse, tout naturellement,
partager sa mission de pasteur pour que nous portions m'entendant fréquemment invitée à demeurer, "à
dans notre prière les soucis et les joies de son rester avec": "Trois mois, ce n'est rien. Ici il faut
diocèse et de son pays. rester !"
Rencontres bien fraternelles avec nos frères prêtres Demeurer, "rester avec"… est-ce que ce sont là les
de différents pays d’Afrique venus pour offrir leur invitations que nous lançons à ceux qui osent
service et poursuivre pour un temps leur mission dans franchir les frontières de nos pays nantis ?
La liturgie de nos sœurs d’Afrique est une
notre diocèse : joie de la réciprocité.
vie en elle-même et je ne puis que vous inviter à en
Nous recevons de nos frères et sœurs d’Afrique une
expérimenter la richesse ; Tout l’être est mis en
leçon de foi, de courage, d’espérance et mouvement et j’ai trouvé nombre de
de joie malgré des situations politiques et comportements franciscains que nos
économiques très difficiles, avec sœurs n’hésitent pas à déployer. En
beaucoup de souffrances et une grande clarisses, tout ce qui fait la vie des
pauvreté matérielle. Je suis plus hommes et des femmes de ce temps
particulièrement sensible à leur sens de trouve un écho dans la prière, la liturgie
l’accueil et de la fête… Prendre le temps et le cœur des sœurs. Ainsi se réjouit-
de vivre, d’accueillir, d’honorer le frère on avec qui est dans la joie, partageant
son action de grâce pour la
qui passe, écouter, se réjouir…
démultiplier. Sachant aussi prendre de son temps,
Savons-nous encore prendre le temps de nous
de ses talents pour confectionner de ses propres
arrêter, d’écouter, d’ouvrir nos cœurs à la différence, mains, qui une chasuble, qui un gâteau, qui un
de nous réjouir de la vie qui est là… ? C’est le courrier… Les moyens matériels sont modestes
Seigneur qui passe… mais les moyens humains déployés en toute
Sœur Claire-Bénédicte gratuité pour réjouir les cœurs sont considérables !
Alors, donner de son superflu ou de son indigence
? De son argent ou de son temps? Donner ce qui
Vous rendre compte en quelques lignes de vient des autres ou de soi ? En somme, où le
l'expérience qui m'a été donnée de faire en vivant 3 bonheur se cache-t-il? Donner ou se donner ?
mois au milieu de nos sœurs d'Abidjan et de Lomé Pour le don de ces 3 mois : Merci à mes sœurs
: une gageure! Ce sont donc plutôt quelques d’ici, et « Nansi » à mes sœurs de là-bas ! et à toi,
réalités vécues que je me bornerai à vous partager. belle Afrique ma sœur :
Elles provoquent en moi l'émerveillement et/ou me « Paix à tous tes enfants ! »
donnent à réfléchir. Sœur Sabine
A l'heure où en France, la question de
l'immigration était soulevée de nouveau à travers la
stigmatisation de la situation de nos frères Roms,
je faisais pour ma part une toute autre expérience,
celle d'être attendue et accueillie en véritable sœur
de la communauté alors
que la bibliothèque toute entière s’est effondrée un soir
comme un jeu de dominos…
En août, il m’a été proposé de « vivre la route »
avec soeur Pierre-Marie, pour la première fois pour
Grand silence dans tout le monastère. Des éclats de moi : « marche de prière », les mains vides (sans
voix me font approcher et voir : une « raison » et un argent, sans téléphone portable, sans adresses…),
corps pétrifiés juchés à temps sur une table ! Un nuage cinq jours, porteuses « seulement » de l’immense
de poussières enfin libérées ! Le poids des siècles et
Amour et miséricorde de Dieu pour les hommes,
des temps contemporains ont eu raison de la faiblesse
d’une étagère et …. de celle de toutes les autres ; Un de la prière et de l’envoi de nos sœurs, témoin de
grand repos pour elles… Les fou rires augmentent au sa Paix, à la rencontre de ceux qui nous
rythme des arrivées intriguées. Les positions partageraient le pain, le verre d’eau, l’amitié, nous
d’étonnement se multiplient… Mais une voix rappelle à ouvriraient leurs mains, leurs maisons, parfois ou
la réalité : une ou deux liseuses habituelles n’ont-elles souvent leur vie, leur cœur. Nous avons sillonné le
pas été surprises, assises sur leurs talons à grappiller
leur nourriture spirituelle ?? inquiétude sérieuse… un grand secteur de Vermand, où
compte à rebours rigoureux est fait illico. Ouf ! Tout le nous devions arriver pour la
monde répond à l’appel. Restons humbles, pauvres, fête des 25 ans de présence de
lucides devant nos effondrements et leurs la communauté.
conséquences : quelques jours plus tard, c’était le Vivre cette « route », c’est
drame de Haïti…
Sœur Jeanne-Emmanuel
pour moi comme un coin du
voile qui se lève sur le
Royaume de Dieu, sur ses
chemins. Sans doute les
« conditions particulières »
dans lesquelles nous partons m’ont rendue
davantage disponible et ouverte pour voir,
recevoir, goûter… Que de gentillesse et
d’attentions déployées à l’improviste par ces
personnes qui se mettent en peine (et en retard !)
pour nous trouver un gîte pour la nuit, nous
donner quelques vivres pour le soir, alors qu’elles
Le dimanche 4 juillet, au cours de la messe où mes
étaient sur le départ et qu’on les attendait ailleurs…
amis et ma famille étaient invités, j’ai prononcé mes
premiers vœux dans les mains de sœur Cécile, Que de courage et de dignité dans le combat du
notre abbesse. Par cette étape, je m’engage plus papa de Dylan pour être debout, sortir un fils de la
profondément à la suite du Christ en réponse à son drogue, tenter de toutes les manières possibles de
amour gratuit. Le vœu de pauvreté m’aide à entrer sortir un autre d’une bande néo-nazi. Et cette
avec ma communauté dans une attitude de femme, sans doute pas bien riche financièrement,
confiance sans limite, tout recevoir du Père, notre qui, sans hésitation, sans une question, sans un
unique trésor. Le vœu de chasteté m’apprend à mot, répond à notre faim en nous donnant un gros
aimer chacun tel qu’il est, comme un frère ou une pain entier : générosité du cœur qui se donne tout
sœur que Dieu me donne. Le vœu d’obéissance entier, sans aucun retour sur soi. Que d’ouverture
me fait entrer dans l’attitude du Christ Serviteur en manifestée pour ces inconnues que nous étions
me laissant transformer par sa Parole et en laissant
quêtant un verre d’eau, le pain et l’amitié. Oui, la
son Esprit agir en moi à travers les médiations : les
beauté et la bonté, le désir de fraternité sont
responsables et ma communauté. Beau chemin
d’amour, de vie qui s’ouvre chaque jour avec la déposés profonds en toute personne, toujours
grâce de Dieu et l’aide de mes sœurs. vivants même lorsque
la vie met à rude
Sœur Marie-Céline épreuve. Oui, Dieu
de la Sainte Famille habite le cœur de tout
homme, et son
Royaume est là, tout
près. Je le vois ; je le
crois.
Sœur Isabelle
tel était le thème de notre « Chapitre des par 3 sessions passionnantes ! Merci au Père Jean-
nattes » annuel, ainsi nommé au temps de saint Luc Vesco, à sœur Marie-Christophe, au Père
François parce que chaque frère amenait sa Philippe Bacq et sœur Odile Ribadeau-Dumas de nous
natte pour y dormir. Nos 2 communautés de avoir guidées à travers les psaumes, les Actes des
Cormontreuil, Vermand se sont retrouvées Apôtres et l’Evangile de Marc.
dans la joie et l’unité des cœurs.

de la
« petite plante » de Vermand à l’occasion de la
célébration des 25 ans de fondation le 22 août
(« petite plante » : expression chère à Sainte
Claire qui se désignait elle-même comme la
"petite plante de Saint François").

de sœur Marie-Véronique qui s’est endormie


dans le Seigneur le 13 avril à Lomé. Nos sœurs
de Lomé ont écrit à son propos : « Toutes ses de
sœurs d’ici et d’ailleurs la remercient et rendent rayonnement des sœurs qui nous ont précédées sur la
grâce au Seigneur de l’avoir créée. » route.
Sœur Marie-Véronique est venue de Nantes en Oui, en 2012, les clarisses auront… 800 ans ! Un
1963 et a été abbesse de notre monastère de événement qui va se célébrer dans toutes les
Tinqueux. Elle est partie en 1975 pour fonder communautés à travers le monde à partir de la fête
celui d’Abidjan et a ensuite rejoint Lomé, des Rameaux 2011. C’est lors de cette fête, en 1212,
fondation d’Abidjan. Douée d’une exceptionnelle que Claire a commencé à suivre le Christ… à la
capacité de communication et d’ouverture, elle a manière de François. Vous pourrez voir, entendre,
su vivre et faire vivre tous les tournants contempler toute cette vie pétrie de lumière lors du
nécessités par Vatican II et par deux fondations conte spectacle « Quand Dame Pauvreté raconte
en terre africaine. Claire et François… » que nous préparons assidûment
pour le vendredi 7 octobre 2011 en soirée (et une
autre date à préciser).

Bientôt nous allons célébrer Noël et contempler ce qu’il y a de plus


inouï : Dieu qui descend jusqu’à nous et se fait tout petit. « Humilité
admirable et stupéfiante pauvreté : le Roi des anges, maître du ciel et de la
terre, repose dans une mangeoire d’animaux » s’émerveille Claire dans une
lettre à son amie Agnès de Prague. Que l’émerveillement de Claire nous
accompagne tout au long de cette année 2011 pour y découvrir la présence
discrète mais bien réelle de notre Dieu.