Vous êtes sur la page 1sur 11

CHAPITRE 6 : PUISSANCE EN REGIME SINUSOIDAL MONOPHASE

1. PUISSANCE 2

1.1. DEFINITION 2
1.2. CAS PARTICULIERS 3

2. PUISSANCE REACTIVE 3

2.1 DEFINITION 3
2.2. ENERGIE ACTIVE - ENERGIE REACTIVE. 3
2.3. COURANT ACTIF ET COURANT REACTIF 5
2.4. REMARQUE 6

3. METHODES DE RESOLUTION DES PROBLEMES EN REGIME SINUSOÏDAL 7

4. IMPORTANCE DU FACTEUR DE PUISSANCE 9

4 1 PROBLEMATIQUE 9
4.2. CONSEQUENCES D’UN FAIBLE (MAUVAIS) FACTEUR DE PUISSANCE 9
4.3. AMELIORATION DU FACTEUR DE PUISSANCE 9
CHAPITRE6 : PUISSANCE EN REGIME SINUSOÏDAL
MONOPHASE

1. PUISSANCE

1.1. Définition

Nous savons qu’une puissance est le produit d’une tension (u) par une intensité (i).soit :

i = I 2 sin ωt
u = U 2 sin(ωt + ϕ )

Ces deux grandeurs sinusoïdales sont respectivement le courant dans un élément de circuit et la
tension entre ses bornes.

La puissance instantanée est :

p = ui = [U 2 sin(ωt + ϕ)].[I 2 sinωt]

p = 2 UI sin ωt.sin(ωt +ϕ)

1
sinx.siny =
2
[ cos( x − y) − cos( x + y)]
En appliquant cette relation, on obtient :

[cos(ωt − ωt − ϕ ) − cos(ωt + ωt + ϕ )]
1
P= 2 UI .
2

P = UI [cosϕ - cos(2ωt + ϕ)]

P = UIcosϕ - UIcos (2ωt + ϕ)

- Le terme UIcosϕ est constant (U, I et ϕ sont constants)

- Le terme UIcos (2ωt + ϕ) est une fonction alternative de valeur moyenne nulle.

La moyenne de la fonction périodique p se réduit à la partie constante :

P = UIcosϕ P en Watt (W)


U en Volt (V)
I en Ampère (A)

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 2/12
Cette expression est la formule de la puissance en courants sinusoïdaux. Le facteur de puissance
est K = cosϕ.

1.2. Cas particuliers


1.2.1. Récepteur purement résistif

La tension (u) et le courant (i) sont en phase (ϕ = 0), d’où cos ϕ = 1.

P = UI

1.2.2 Récepteur purement capacitif ou inductif

La tension (U) et le courant (i) sont en quadrature (avant ou arrière).

π
ϕ=± ⇒ cos ϕ = 0
2

P=0

La puissance est nulle quelles que soient les grandeurs U et I.

2. PUISSANCE REACTIVE

2.1 Définition

Par définition, on appelle « Puissance réactive » représentée ordinairement par le symbole Q,


l’expression :

Q = UIsinϕ Q en VAR
U en Volt (V)
I en Ampère (A)

Cette grandeur ne correspond pas à un apport continu d’énergie, c’est à dire à une puissance au
sens physique du terme.

On lui donne comme unité le VAR qui signifie : Volt. Ampères.Réactifs.

2.2. Energie active - Energie réactive.


Nous savons que :

Energie = Puissance × temps ⇒ W = Pt

De la même façon, on définit l’énergie active et l’énergie réactive fournies à un élément de


circuit :

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 3/12
Energie active = Puissance active × temps
Energie réactive = Puissance réactive × temps.
Unités

Energie active : le kilowattheure (kWh)


Energie réactive : le kilovarheure (kVArh)

π
Lorsque 0 < ϕ <
2

cos ϕ > 0 ⇒ P > 0


sin ϕ > 0 ⇒ Q > 0

L’élément récepteur d’énergie active est dit aussi récepteur d’énergie réactive.

ϕ>0⇒Q>0
ϕ Récepteur de puissance réactive
I

Figure 1 : Récepteur d’énergie réactive

π
Lorsque - <ϕ <0
2
cos ϕ > 0 ⇒ P > 0
sin ϕ < 0 ⇒ Q < 0

L’élément récepteur d’énergie active (P >0) est dit générateur d’énergie réactive (Q < 0).

U
ϕ
ϕ<0⇒Q<0
Générateur de puissance réactive
I

Figure 2 : Générateur d’énergie


réactive

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 4/12
2.3. Courant actif et courant réactif

2.3.1. Définition

sinϕ

Ir
I

Le vecteur U est pris


ϕ U comme origine.
cosϕ
Ia

Figure 3 : Composantes courants

La projection du vecteur I sur les axes des cosinus et des sinus donne :
- axe cosinus : Ia = I cos ϕ
- axe sinus : Ir = I sin ϕ

Les puissances actives et réactives s’écrivent :

P = UI cos ϕ = UIa
Q = UI sin ϕ = UIr

On appelle :

Ia = courant actif
Ir = courant réactif.

Le courant I est la somme vectorielle des 2 composantes Ia et Ir dans laquelle :

- le courant actif Ia en phase avec U apporte la puissance active P = UIa.

- le courant réactif Ir en quadrature avec U apporte la puissance réactive


Q = UIr.

2.3.2. Triangle des intensités

La figure 3 est aussi équivalente à la suivante :

I
Ir

Ia

En appliquant le théorème de Pythagore, nous avons la relation : I = I2a + I2r

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 5/12
2.3.3. Triangle des puissances

En multipliant chaque côté du triangle des intensités par la tension U, nous obtenons le triangle
des puissances.

U.I S
U.Ir
⇔ Q
ϕ ϕ

U.Ia P

Figure 4 : Triangle des puissances

Dans ce triangle, nous faisons apparaître une nouvelle puissance, appelée puissance apparente.

S = UI dont l’unité est le voltampère (V.A). Les formules donnant P et Q à partir de S s’écrivent
:

P = S cos ϕ

Q = S sin ϕ

Ce triangle des puissances étant un triangle rectangle dans lequel S est l’hypoténuse, P et Q les
côtés, et ϕ l’angle aigu entre P et S, on a tire les formules suivantes :

S= P2 + Q2

Q P Q
tgϕ = cosϕ = sinϕ =
P S S
2.4. Remarque

S’il y a déphasage entre le courant et la tension (ϕ ≠ 0), le produit UI ne mesure donc pas la
puissance fournie au récepteur comme il le fait en courant continu. On lui a donné le nom de
puissance apparente qu’on représente par la lettre S et qu’on mesure en voltampère (V.A)
puisqu’il ne peut être question de la mesurer en watt

Exemple

Un moteur est alimenté sous 220 V, il absorbe un courant de 50A avec


cos ϕ = 0,8.
La puissance apparente du moteur est :

S = UI = 220 x 50 = 11 000 VA = 11 kVA


La puissance active qui fournit le travail mécanique et les pertes est :

P = UIcosϕ = Scosϕ = 11.103 × 0,8 = 8;8.103 W = 8,8 kW

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 6/12
3. METHODES DE RESOLUTION DES PROBLEMES EN REGIME SINUSOÏDAL

La puissance complexe consommée dans un circuit est égale à la somme des puissances
complexes consommées dans chaque partie du circuit

    
    


Figure 5a: Portion en série Figure 5b: Portion en parallèle


   

Or                   
   

En se référant aux parties réelles et imaginaires, cette propriété s’applique aux puissances
actives et réactives.
 

        
 

On écrit le carré du module de  :

     

² ²  ²                   2      ²  !
   ,   

Le module de la puissance apparente  n’est pas la somme des modules des puissances
apparentes composantes  . La puissance ! indique la différence.

Il convient donc d’être prudent afin de ne pas sommer les puissances apparentes en modules.

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 7/12
EXEMPLE D’APPLICATION

Une installation est constituée de 2 moteurs M1 et M2 alimentés sous une tension 220 V - 50
HZ.
Les caractéristiques de ces moteurs lues sur leur plaque signalétique sont :

M1 : Pu = 4 kW η = 0,75 cos ϕ = 0,85 ⇒ tg ϕ1 = 0,62


M2 : Pu = 3 kW η = 0,85 cos ϕ = 0,8 ⇒ tgϕ2 = 0,75

CALCULER

- Le courant total absorbé


- Le facteur de puissance global

Il faut avant tout déterminer les puissances absorbées par ces moteurs.

Pu Pu
= η ⇒ Pa =
Pa η

Pu1 4000
Pa1 = = = 5333W
η1 0,75

Pu 2 3000
Pa2 = = = 3530W
η2 0,85
Bilan de puissance (théorème de Boucherot)

P (W) Q = Ptg ϕ (VAR)


M1 5333 5333 x 0,62 = 3306
M2 3530 3530 x 0,75 = 2647
Installation 8863 5953

- Puissance apparente :

P 2 + Q 2 = ( 8863) + ( 5953) = 10 676 VA


2 2
S=

- Courant total :

S 10676
S = UI ⇒ I = = = 48,5 A
U 220

- facteur de puissance :

Pa 8863
cosϕ = = = 0,83
S 10676

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 8/12
4. IMPORTANCE DU FACTEUR DE PUISSANCE

4 1 Problématique

Pour une puissance active distribuée, le courant à fournir est d’autant plus grand que le facteur
de puissance est faible.

P
P = UI cosϕ ⇒ I=
U cos ϕ

Exemple : On désire obtenir 3 kW sous 220 V, le réseau doit fournir un courant

3000
si cosϕ = 0,9 I= = 15,15 A
220 × 0,9

3000
si cosϕ = 0,5 I= = 27,27 A
220 × 0,5

4.2. Conséquences d’un faible (mauvais) facteur de puissance

- Le courant dans la ligne d’alimentation est plus important ce qui entraîne :

• des pertes par effets joule supplémentaires ( ZI2 )

• des chutes de tension en ligne élevées ( u = ZI )

• prix de revient élevé ( surdimensionnement des conducteurs, des dispositifs de


protection, de la source d’énergie ... )

4.3. Amélioration du facteur de puissance

Les sociétés de distribution d’énergie électrique pénalisent les abonnés dont les installations ont
un mauvais facteur de puissance (cosϕ < 0,857) en appliquant un coefficient de majoration (>1)
sur le prix du Kwh.

Pour les abonnés ayant un bon facteur de puissance (cosϕ > 0,857), les factures de
consommation d’énergie se trouvent minorées par l’application d’un coefficient (<1).

Il est donc nécessaire (économie oblige!) de réduire la consommation d’énergie réactive


inductive de l’installation en plaçant dans l’installation un appareil produisant de l’énergie
réactive capacitive.

On dit alors que l’installation a été compensée. Le plus simple des appareils utilisés comme
compensateur est le CONDENSATEUR.

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 9/12
Soit une installation électrique suivante :

Avant compensation

IL1 Ia1
0 U
ϕ

Installation
1

Ir 1
U IL1

Après compensation

IL2 I=IL1 Ic
Installation

Ic Ia1
0 U
U C ϕ
2
Ir 1 -Ic ϕ1 IL2

Ir 1 I Ic

Figure 6 : Principe de la compensation

Le nouveau courant IL2 est plus petit que le courant primitif IL1, le déphasage ϕ2 a diminué, le
facteur de puissance ϕ2 a augmenté.

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 10/12
EXEMPLE D’APPLICATION

Soit les caractéristiques d’une installation suivante :


P = 8863W U = 220 V cosϕ = 0,83⇒ tgϕ = 0,672
Pour cette installation, on désire relever le facteur de puissance à 0,9.
Quelle doit être la valeur de la capacité à placer en parallèle avec cette
installation.

Avant compensation

P1 = 8863 W
Q1 = Ptgϕ = 8863 × 0,672 = 5956 Var

Après compensation

* La puissance active absorbée est la même :


P2 = P1 = P = 8863 W

* La puissance réactive a diminué :

Q2 = Ptgϕ2, cosϕ2 = 0,9⇒tgϕ2 = 0,484


Q2 = 8863 x 0,484 = 4290 VAR.

Soit une réduction de :

∆Q = Q1 - Q2 = 5956 - 4290 = 1666 VAR.

Le condensation doit fournir une puissance réactive Qc égale à cette différente soit :Qc =
U2Cω = ∆Q = 1666 VAR

d’où

1666 1666
C= =
U ²ω ( 220) 2 × 314

C = 1,096.10-4 F ⇒ C = 109,6 µF

N.B - Les batteries de condensateurs vendues dans le commerce s’expriment en Kvar. Pour le
choix de la batterie de condensateurs à installer dans le cadre de la compensation, il suffit de
prendre la batterie de condensateur ayant une puissance commercialisée égale ou directement
supérieure à la différence

∆Q = Qc = Q1 - Q2 = P(tgϕ1 - tgϕ2).

Cours d’électricité Chp 6 - 2IE Licence 1 version sept 2009/BAO Page 11/12