Vous êtes sur la page 1sur 136

Camille AUDUBON

Solène MAILLOT
Vincent GORE
Pauline CABARET
Thomas PASQUIER
Chloé CHAUVIN
Hélène RENAUD
Ihsane REGRAG

Janvier 2018
5GCU – TRONC COMMUN

PROJET BETON ARME IV


ETUDE D’UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS
Bâtiment 2 – commune de Villejuif – ZAC Aragon
SOMMAIRE

SOMMAIRE........................................................................................................................................... 2
TABLE DES FIGURES......................................................................................................................... 5
TABLES DES TABLEAUX .................................................................................................................. 7
INTRODUCTION ................................................................................................................................. 8
1. DONNEES ET HYPOTHESES GÉNÉRALES ........................................................................... 9

1.1. DETERMINATION DES HYPOTHESES GÉNÉRALES .................................................................................. 9


A. Caractéristiques des matériaux utilisés ..................................................................................................... 9
Armatures ....................................................................................................................................................... 9
Bétons............................................................................................................................................................. 9
Mortiers ........................................................................................................................................................ 10
Fondations .................................................................................................................................................... 10
Infrastructure ............................................................................................................................................... 11
Superstructure.............................................................................................................................................. 12
Maçonnerie de bloc de béton ...................................................................................................................... 13
B. Caractéristiques géotechniques principales du projet............................................................................. 13
C. Autres hypothèses utiles au projet .......................................................................................................... 15

1.2. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ......................................................................................................... 16


A. Calcul de l’enrobage des armatures......................................................................................................... 16
L’enrobage nominal cnom ............................................................................................................................ 16
Enrobage minimale ...................................................................................................................................... 16
Enrobage des armatures utiles au projet ..................................................................................................... 17
B. Calcul des longueurs d’ancrage et de recouvrement............................................................................... 17
Pour la poutre............................................................................................................................................... 17
Pour le balcon ............................................................................................................................................... 18
C. Vérifications de ferraillage minimum à respecter .................................................................................... 19

2. ETUDE DU MUR DE SOUTENEMENT ................................................................................ 20

2.1. DIMENSIONNEMENT DU MUR DE SOUTENEMENT ............................................................................. 20


A. Prédimensionnement et descente de charge .......................................................................................... 20
Prédimensionnement ................................................................................................................................... 20
Descente de charge ...................................................................................................................................... 21
B. Vérifications liées à la stabilité de la structure ........................................................................................ 23
Propriétés du sol .......................................................................................................................................... 23
Stabilité externe (ELU) .................................................................................................................................. 24
Stabilité externe à l’ELS caractéristique ....................................................................................................... 31
Stabilité externe à l’ELS quasi-permanent.................................................................................................... 32

2.2. DETERMINATION DES ARMATURES ................................................................................................... 34


A. Calcul des armatures dans les différentes sections ................................................................................. 34
Etude de la fissuration .................................................................................................................................. 34
Sections d’armature dans le voile ................................................................................................................ 34
Choix des armatures du voile ....................................................................................................................... 38

2
Vérification de l’effort tranchant à l’ELU ...................................................................................................... 40
Sections d’armature dans la semelle ............................................................................................................ 41
B. Principe de ferraillage .............................................................................................................................. 45

3. ETUDE GLOBALE DE LA STRUCTURE .............................................................................. 46

3.1. PRINCIPE STRUCTUREL : VERIFICATION DE LA STRUCTURE ................................................................ 46


A. Difficultés et solutions ............................................................................................................................. 46
B. Principe structurel du R+3........................................................................................................................ 46
C. Principe structurel des R+1, R+2 et RDC .................................................................................................. 49
D. Principe de poutraison au PH SS-1 ........................................................................................................... 49
E. Principe de poutraison au PH SS-2 ........................................................................................................... 53
F. Principe de fondations ............................................................................................................................. 54

3.2. DESCENTE DE CHARGE DE LA STRUCTURE .......................................................................................... 55


A. Hypothèses de chargement retenues pour l’ensemble du projet ........................................................... 55
Principe ......................................................................................................................................................... 55
Charges d’exploitation.................................................................................................................................. 56
Charges permanentes .................................................................................................................................. 57
B. Descente de charge complète jusqu’aux fondations ............................................................................... 58
Définition du sens de portée des dalles ....................................................................................................... 58
Explication de la démarche utilisée .............................................................................................................. 59
C. Equarrissage des poutres et des poteaux du PHSS-1 ............................................................................... 60
D. Equarrissage des poutres et des poteaux du PHSS-2 ............................................................................... 60
E. Dimensions pour les fondations .............................................................................................................. 61
Semelles filantes ........................................................................................................................................... 61
Semelles isolées............................................................................................................................................ 61

4. ETUDE DETAILLEE DE LA STRUCTURE........................................................................... 62

4.1. Calcul d’une poutre au PH SS-1 .......................................................................................................... 62


A. Dimensionnement à l’ELU ........................................................................................................................ 62
Poutre choisie ............................................................................................................................................... 62
Combinaison d’actions à l’ELU ..................................................................................................................... 63
Superposition des charges ........................................................................................................................... 65
Décalage ....................................................................................................................................................... 66
Armatures longitudinales ............................................................................................................................. 67
Armatures transversales .............................................................................................................................. 72
B. Vérification à l’ELS .................................................................................................................................... 75
Combinaisons ............................................................................................................................................... 76
Vérification des contraintes ......................................................................................................................... 76
Vérification de la flèche ................................................................................................................................ 79
Ouverture des fissures ................................................................................................................................. 79
Vérification de la section d’armature minimale ........................................................................................... 81

4.2. Calcul d’un poteau isolé au PH SS-2 et principe de ferraillage ............................................................ 82


A. Dimensionnement du poteau .................................................................................................................. 82
Choix du poteau ........................................................................................................................................... 82

3
Armatures longitudinales ............................................................................................................................. 82
Armatures transversales .............................................................................................................................. 85
Ancrage......................................................................................................................................................... 85
B. Plan de ferraillage du poteau ................................................................................................................... 86

4.3. Calcul détaillé de la fondation située sous le poteau étudié .............................................................. 87


A. Vérification de la stabilité ........................................................................................................................ 87
Etude du sol .................................................................................................................................................. 87
Descente de charge ...................................................................................................................................... 89
Prédimensionnement ................................................................................................................................... 90
Stabilité externe à l’ELU ............................................................................................................................... 92
B. Détermination du ferraillage et minute de ferraillage ............................................................................. 95
Détermination des sections d’acier .............................................................................................................. 95
Vérification du non poinçonnement de la semelle ...................................................................................... 99

4.4. Calcul d’une dalle et d’un balcon au PH1 ......................................................................................... 101


A. Introduction au calcul d’une dalle et d’un balcon ................................................................................. 101
B. Calcul de la dalle .................................................................................................................................... 101
Modélisation numérique ............................................................................................................................ 102
Calcul des armatures longitudinales .......................................................................................................... 103
Choix des treillis.......................................................................................................................................... 104
Calcul des armatures transversales ............................................................................................................ 104
Renforcement des trémies ......................................................................................................................... 105
Plans de ferraillage ..................................................................................................................................... 106
C. Calcul du balcon ..................................................................................................................................... 107
Balcon étudié .............................................................................................................................................. 107
Bilan des charges pour une bande de 1m .................................................................................................. 107
Sollicitations maximums ............................................................................................................................. 108
Modélisation EF .......................................................................................................................................... 109
Aciers longitudinaux ................................................................................................................................... 110
Liaison avec le bâtiment - Rehaussement des armatures inferieures ....................................................... 111
Calcul des aciers transversaux .................................................................................................................... 111
Les ancrages courbes.................................................................................................................................. 112
Diamètres admissibles des mandrins de cintrage pour les barres pliées ................................................... 112
Coupe du balcon ......................................................................................................................................... 113

4.5. Dimensionnement et calcul du corbeau au PH SS-2 ......................................................................... 114


A. Définition ............................................................................................................................................... 114
B. Vérification du béton ............................................................................................................................. 115
C. Vérification des armatures ..................................................................................................................... 116

5. REALISATION DU PLAN D’EXECUTION DE LA POUTRE ...........................................117


CONCLUSION ..................................................................................................................................118
ANNEXES .........................................................................................................................................119
ANNEXE 0 : Tableaux utiles de l’EC2 ............................................................................................................... 119
ANNEXE 1 : Descente de charge du R+4 ........................................................................................................ 119
ANNEXE 2 : Prédimensionnement des fondations ......................................................................................... 119
ANNEXE 3 : Descente de charge du R+3 ........................................................................................................ 119

4
ANNEXE 4 : Descente de charge du R+2 ........................................................................................................ 119
ANNEXE 5 : Descente de charge du R+1 ........................................................................................................ 119
ANNEXE 6 : Descente de charge du RDC ........................................................................................................ 119
ANNEXE 7 : Descente de charge du SS1 ......................................................................................................... 119
ANNEXE 8 : Descente de charge du SS2 ......................................................................................................... 119
ANNEXE 9 : Equarrissage du SS1 .................................................................................................................... 119
ANNEXE 10 : Equarrissage du SS2 .................................................................................................................. 119
ANNEXE 11 : Coupe longitudinale de la poutre ............................................................................................. 119
ANNEXE 12 : Section transversale sur appui de la poutre ............................................................................. 119
ANNEXE 13 : Section transversale en travée de la poutre ............................................................................. 119

TABLE DES FIGURES


Figure 1 : Méthode de prédimensionnement du guide SETRA 20
Figure 2 : Schéma récapitulatif du prédimensionnement 21
Figure 3 : Résumé du sondage SP13 23
Figure 4 : Schéma de la géométrie de la semelle 26
Figure 5 : Coefficients permettant de déterminer le facteur de portance pressiométrique 27
Figure 6 : Sections de voile étudiées 34
Figure 7 : Principe de ferraillage 45
Figure 8 : R+3 avec élément reportés du R+4 47
Figure 9 : Principe structurel du R+3 47
Figure 10 : Détails d’un de la reprise de charge d’un balcon 47
Figure 11 : Détail d’un poteau caché dans une cloison 48
Figure 12 : Détail de poutres-voiles dans un placard 48
Figure 13 : Détail d’un poutre-voile en console 49
Figure 14 : Détail d’un poteau porteur peu esthétique 49
Figure 15 : Principe structurel des RDC R+1/R+2 49
Figure 16 : SS-1 avec éléments reportés du RDC 50
Figure 17 : Principe de poutraison du SS-1 51
Figure 18 : Détail de l’allongement des voiles 51
Figure 19 : Principe de différence entre poutres primaires et secondaires 52
Figure 20 : Détail d’un chevauchement complexe de poutres 52
Figure 21 : Détail du fût central de l’escalier 52
Figure 22 : Détail d’une poutre délicate 53
Figure 23: Détail d’un poutre-voile en console 53
Figure 24 : Principal de poutraison du SS-2 53
Figure 25 : Principe de fondation 54
Figure 26 : Schéma d’une descente de charge dans un bâtiment 55
Figure 27 : Coefficient d’exploitation de l’Eurocode 56
Figure 28 : Surcharges préconisées dans le CCTP 56
Figure 29 : Portée de la dalle sur 2 côtés 59
Figure 30 : Portée de la dalle sur 4 côtés 59
Figure 31 : Principe de calcul des épaisseurs de fondation 61
Figure 32 : plan du SS-1 62
Figure 33 : localisation de la poutre étudiée 62
Figure 34 : caractéristiques longitudinales et transversales de la poutre 63

5
Figure 35 : poutre chargée uniformément 63
Figure 36 : poutre soumise à la charge ponctuelle 64
Figure 37 : diagramme de l'effort tranchant sous charge ponctuelle 65
Figure 38 : diagramme des moments fléchissant 66
Figure 39 : diagramme de l'effort tranchant 66
Figure 40 : courbe des moments décalés 67
Figure 41: Moments frontières pour différentes classes de bétons et d'aciers 68
Figure 42 : diagramme contrainte-déformation simplifié et diagramme de calcul pour les aciers de béton
armé 69
Figure 43 : diagramme des moments sollicitant et résistant 70
Figure 44 : évolution du moment résistant des armatures en fonction de l'ancrage 71
Figure 45 : schéma des zones d'effort tranchant de la poutre 73
Figure 46 : Charges appliquées sur le poteau choisi 82
Figure 47 : Longueurs de flambement 83
Figure 48 : Représentions des armatures : Vue en coupe du poteau, puis Vue des cadres transversaux 86
Figure 49 : Superposition des plans topologique et architecte 87
Figure 50 : Sondage pressiométrique complété 88
Figure 51 : Charges sur le poteau 89
Figure 52 : Prédimensions du poteau 92
Figure 53 : Facteur de portance pressiométrique selon l’EC 94
Figure 54 : Choix de treillis d’après le guide ADETS 97
Figure 55 : Propriétés des treillis soudés de structure 97
Figure 56 : Vérifications des arrêts des fils 98
Figure 57 : Schéma de ferraillage 99
Figure 58 : Périmètres de contrôle 99
Figure 59 : Balcon et dalle étudiés (hachuré) 101
Figure 60 : Vue en plan de la dalle étudiée 102
Figure 61 : Vue 3D de la dalle sous chargement ELU (Poids propre non affichée mais pris en compte) 102
Figure 62 : Cartographie des moments à l’ELU 103
Figure 63 : Ferraillage supérieur 106
Figure 64 : Ferraillage inférieur 106
Figure 65 : Schéma du balcon filant 107
Figure 66 : Dimensions du balcon 107
Figure 67 : Hauteur de garde-corps selon la norme 107
Figure 68 : Modélisation de la poutre en console 108
Figure 69 : Diagramme des efforts tranchants 108
Figure 70 : Diagramme des moments fléchissant 109
Figure 71 : Modélisation aux éléments finis du balcon 3D 109
Figure 72 : Vue du dessus de la modélisation 110
Figure 73 : Ancrage courbe 112
Figure 74 : Diamètre minimal du mandrin 113
Figure 75 : Coupes du balcon 113
Figure 76 : Coupe du corbeau 114
Figure 77 : Principe de fonctionnement bielle-tirant du corbeau en appui direct 115
Figure 78 : Résistances des bétons selon l’EC2 120
Figure 79 : Aires des armatures 120

6
TABLES DES TABLEAUX

Tableau 1 : Cmin,dur en fonction des classes structural et d’exposition 17


Tableau 2 : Valeurs de cnom pour chaque élément étudié 17
Tableau 3 : longueurs d'ancrage des différentes armatures mises en œuvre 18
Tableaux 4 : Caractéristiques physiques et géométriques des remblais 24
Tableau 5 : Forces en jeu dans le soutènement 24
Tableau 6 : Définition des cas critiques 25
Tableaux 7 : Poinçonnement à l’ELU pour le cas de charge 1 28
Tableaux 8 : Poinçonnement à l’ELU pour le cas de charge 2 28
Tableaux 9 : Excentrement de la charge à l’ELU 29
Tableaux 10 : Glissement de la semelle en conditions drainé et non drainé à l’ELU 30
Tableaux 11 : Poinçonnement à l’ELS caractéristique 31
Tableaux 12 : Excentrement de la charge à l’ELS caractéristique 32
Tableaux 13 : Poinçonnement à l’ELS quasi-permanente 33
Tableau 14 : Excentrement à l’ELS quasi-permanent 33
Tableaux 15 : Efforts internes dans les sections 1 à 4 35
Tableaux 16 : Aires des armatures principales 36
Tableau 17 : Vérifications à l’ELS caractéristique et quasi-permanente 38
Tableau 18 : Aire linéaire des armatures nécessaires sur le côté du remblai 39
Tableau 19 : Efforts maximums dans la semelle 41
Tableau 20 : Charges d’exploitation 57
Tableau 21 : Charges Q et P 58
Tableau 22 : Les différents moments en travée et sur appui 68
Tableau 23 : sections théoriques d'armatures à mettre en œuvre 69
Tableau 24 : choix d'armatures à mettre en œuvre 69
Tableau 25 : moments résistants des aciers 70
Tableau 26 : calculs Ved,cal 74
Tableau 27 : espacements réels des armatures transversales 74
Tableau 28 : résultats des vérifications de contrainte de compression dans la bielle d'about 75
Tableau 29 : formules du module effectif et du coefficient d'équivalence à l'ELS (CQP) 76
Tableau 30 : formules du module effectif du béton et du coefficient d'équivalence à l'ELS (CC) 76
Tableau 31 : résultats - module effectif du béton et coefficient d'équivalence - ELS 77
Tableau 32 : résultats des moments de fissuration à l'ELS - état non fissuré 77
Tableau 33 : résultats des vérifications des contraintes à l'ELS en état fissuré 78
Tableau 34 : résultats des vérifications des flèches des travées à l’ELS 79
Tableau 35 : vérification forfaitaire du critère d'ouverture des fissures 80
Tableau 36 : résultats de la vérification calculatoire du critère d'ouverture des fissures 80
Tableau 37 : vérification sur la quantité minimale d'acier à mettre en œuvre – ELS 81
Tableau 38 : Combinaisons fondamentales à l'ELU et ELS 82
Tableau 39: Longueur d'élancement 83
Tableau 40 : Section d'armatures longitudinales 84
Tableau 41: Calcul des ferraillages minimum et maximum 85
Tableau 42 : Armatures transversales 85
Tableau 43 : Moments fléchissant de calcul 103
Tableau 44 : Aire d’armatures longitudinales par zone 103

7
INTRODUCTION

Le projet global est un ensemble de 5 bâtiments de logements sur la commune de Villejuif, ZAC
ARAGON. Ceux-ci sont dissociés par des joins de dilatation reposant intégralement sur un sol
commun, ce qui nous permet d’étudier un bâtiment seul de 4 étages avec 2 niveaux de sous-sol
utilisés comme parkings.

Afin de dimensionner la structure, nous disposons de pièces écrites : CCTP du lot gros-œuvre, Rapport
géotechnique, RICT, notice descriptive et classement acoustique. Des pièces graphiques sont
également à notre disposition telles que des plans de masse globaux Auto CAD, des plans architecte
Auto CAD, des coupes et élévations, des plans de structure épurés ainsi que des carnets de détails des
aménagements extérieurs.

Nous utiliserons les normes de références : EC, les NF et les DTU.

En premier lieu, nous proposerons un état des lieux des données et hypothèses générales, des
caractéristiques des matériaux ainsi que des dispositions constructives.

Ensuite, nous présenterons notre étude sur le dimensionnement d’un mur de soutènement en L, qui
servira aux aménagements paysagers extérieurs.

Dans un troisième temps, nous présenterons l’étude globale de la structure : des principes structuraux
aux descentes de charges complètes jusqu’aux fondations.

Enfin, nous développerons les calculs de dimensionnement des éléments constitutifs de la structure, à
savoir une poutre, un poteau isolé et sa fondation, une dalle, un balcon et un corbeau. Les
justifications nécessaires des différents éléments seront détaillées, elles seront accompagnées de
principe d’armature pour chacun d’entre eux.

Pour chaque dimensionnement, il conviendra d’effectuer toutes les vérifications nécessaires et


proposer un principe de ferraillage.

8
1. DONNEES ET HYPOTHESES GÉNÉRALES

1.1. DETERMINATION DES HYPOTHESES GÉNÉRALES

A. Caractéristiques des matériaux utilisés

Armatures

Les armatures seront toutes de même type, c’est-à-dire à haute adhérence et en acier B500B.
Elles seront conformes à la norme NFA 35.016 qui correspond aux armatures à haute adhérence.

Bétons

✓ Composition des bétons


Pour les bétons nous emploierons des compositions avec un minimum de sable permettant
d’assurer :
• un béton plein
• une résistance à 28 jours au moins égale à celle indiquée ci-après
• une facile mise en place

Ces compositions de bétons devront nous permettre d’obtenir au minimum les résistances
caractéristiques (FC28) de 25 MPa. Les bétons seront conformes à la norme NF EN 206-1.

✓ Aciers
Les aciers pour béton armé seront conformes aux prescriptions et règles EUROCODES : aciers ronds
et lisses, aciers à adhérences améliorées (haute adhérence) treillis soudés.

✓ Agrégats
• Graviers de carrière concassés
• NF P 18.301 granulats naturels pour bétons hydrauliques
• NF P 18.304 et les articles 2.1 et 3.3 du DTU 20 granulométrie des agrégats
• Impuretés inférieures en poids à 2% du poids de l’agrégat

✓ Liants hydrauliques
Les ciments utilisés devront être titulaires de la marque NF-VP et être conformes aux prescriptions
des normes :
• NF P 15.300 vérification de la qualité – emballage – marquage
• NF P 15.301 définitions – classifications et spécifications des ciments

9
✓ Eau de gâchage
L’eau utilisée pour le gâchage doit répondre aux prescriptions de la norme NF P 18.30 et
l’entrepreneur devra procéder à deux analyses de l’eau (une avant et une pendant les travaux).

✓ Adjuvants pour béton


Les adjuvants utilisés devront répondre aux normes ; AFNOR P 82-303, circulaire 80/08 du
08.08.1980, NF P 18.103 et NF P 18.331 à 338 et bénéficier de l’agrément de la C.O.P.L.A.
(Commission permanente des liants hydrauliques et des adjuvants de béton).

✓ Définition et dosage des bétons


• Béton n° 1 : béton de propreté
150 kg de ciment CLK 45
Granulométrie 0-25

• Béton n° 2 : Gros béton


250 kg de ciment CLK 45
Granulométrie 0-40

• Béton n° 3 : Ouvrages non porteurs. Béton moulé


250 kg de ciment CPA 45
Granulométrie 0-25

• Béton n° 4 : Ouvrages en béton armé contre terre


350 kg de ciment CLK 45 (C35/C45)
Granulométrie 0-25

• Béton n° 4 bis : Ouvrage en béton armé


350 kg de ciment CPA 45
Granulométrie 0-25

• Béton n° 5 : Forme de pente


250 kg de ciment CPA 45
Granulométrie 0-15

Mortiers

Les mortiers utilisés dans les différentes parties de la structure sont les suivants :
• Mortier n°1 : pour chape, dosé à 500 kg/m3 de CPJ 45
• Mortier n°2 : pour hourder ou obturer, dosé à 300kg/m3 de CPJ 45
• Mortier n°3 : pour enduits, dosé à 400 kg/m3 de CPJ 45
• Mortier n°4 : dit bâtard, dosé à 300 kg/m3 de CPJ 45 et 150 kg/m3 de chaux
hydraulique

Fondations

Dans les fondations nous utiliserons du béton de propreté ; ces caractéristiques sont les suivantes :

10
• Béton maigre dosé à 150 kg = béton n°1
• Epaisseur minimale de 5 cm
• Tolérance de planéité : +/- 1 cm
• Localisation : Sous les ouvrages en contact avec la terre

Nous utiliserons également un béton de puits :


• Béton n°2
• Catégorie XA2
• Coulé à pleine fouille, convenablement serré et avec une arase suffisamment rugueuse
pour permettre un bon accrochage des bétons des semelles de fondations.

Les semelles filantes ou isolées seront :


• En béton XA2 n°4
• Avec une arase inférieure des semelles descendues à la côte minimale de 93.0 NGF, tout
en respectant une garde de 1.0m au minimum avec le toit des argiles vertes.
• Un ancrage minimal des semelles de 0.60m en fond de fouille terrassé du sous-sol au
sein des marnes beige clair à passées calcaires

Infrastructure

La page 29 du CCTP nous donne les informations suivantes :

✓ Dallage du sous-sol
• Béton n°3
• Catégorie XA2
• 350 kg de ciment par m3
• En fonction du type de fondations et de la nature du sol les dallages béton seront soit
portés soit directement sur terre-plein
• Mise en place d’une couche de forme (tapis drainant) en matériaux granulaires
insensibles à l’eau de classe D2/D3 sur une épaisseur minimale de 20 cm, compactée
selon les règles de l’art associée à un réseau de drains longitudinaux reliés à des regards
et à des pompes de relevage.
• Mise en place d’une barrière physique ou physico-chimique anti thermite en polyane 200
microns.
• Localisation : Sur toute l’emprise du bâtiment

✓ Trottoir chasse roues


• 0.15 m d’épaisseur totale
• 0.30 m de largeur minimum
• Béton dosé à 300 kg/m3 de CPA classe 45
• Sur le dessus, chape au mortier de 0.02m d’épaisseur
• Localisation : De part et d’autre des rampes sous-sol suivant plans

✓ Poutres
• Béton n°4 bis

11
• Traitement des ponts thermiques réalisé par habillage des poutres et retombées sur 40
*50 mm minimum d’isolant, suivant l’étude thermique
• Incorporation tous les 5 mètres de 4 fourreaux Φ 100 dans toutes les poutres au droit
des circulations
• Localisation : Ensemble des poutres suivant étude de structure

✓ Plancher haut du sous-sol


• Plancher en dalle pleine BA, coulée sur place
• Béton n° 4 bis
• Epaisseur minimum : 23 cm
• Porteurs stables au feu SF2H
• Localisation : Sous tous les bâtiments, épaisseur suivant étude BA et obligation C.F. 2h00
Plancher haut du sous-sol du bâtiment

✓ Plancher haut du 2ème niveau de sous-sol


• En dalle BA coulée en place
• Béton n°4 bis
• Epaisseur minimum : 20 cm CF2H
• Localisation : Plancher haut du sous-sol -2

Superstructure

La page 23 du CCTP indique que tous les voiles longitudinaux (refends) et les façades, les pignons
extérieurs et les murs transversaux seront réalisés en béton banché à l’exclusion de toute autre
technique.

✓ Voiles en élévation
• Béton n°4
• Voiles entre logements : épaisseur minimum de 20 cm
• Voiles des cages d’ascenseur : épaisseur minimum de 20 cm
• Voiles de la chaufferie : CF2H-M0
• Voiles de façades : épaisseur de 18 cm (attention cette valeur est celle à utiliser mais ne
correspond pas aux plans de niveaux architecte)
• Localisation : Tous les voiles cotés 16, 18 ou 20 sur les plans de niveau et pour tous les
locaux extérieurs. Béton matricé à prévoir suivant plans de façades

✓ Planchers courants
• Béton n°4 bis
• Epaisseur minimum de 18 cm
• Localisation : planchers haut de tous les étages, à partir du R-1 jusqu’à l’avant dernier
niveau de chaque bâtiment, y compris les planchers hauts des locaux vélos et
transformateurs électriques extérieurs

✓ Planchers avec forme de pente recevant une étanchéité


• Forme de pente de 1 à 5%

12
• Localisation : Toutes les dalles des terrasses au rez-de-chaussée et étages

✓ Planchers avec forme de pente sans étanchéité


• Forme de pente de 1%
• Béton de classe XF1
• Remontée prévue de 5 cm autour des EP traversant les balcons
• Béton de résistance C25/30 (zone de gel modéré)
• Localisation : Balcons de tous les niveaux, y compris les planchers des terrasses en RDC
ne recevant pas d’étanchéité

✓ Escaliers en béton armé


• Béton n°4 bis
• Localisation : Ensemble des bâtiments, y compris les issues de secours du parking
bureaux

✓ Poteaux intérieurs
• Béton n°4 bis
• Localisation : Suivant plans et études de l’ingénieur BA de l’entreprise dans le respect des
plans architectes

✓ Poutres
• Béton n°4 bis
• Pas de retombées de poutres dans les logements, hors celles prévues sur les plans
architectes
• Localisation : suivant plans Architecte et étude de l’ingénieur BA de l’entreprise

✓ Acrotères – Relevés
• Béton armé n°4 bis
• Localisation : acrotères des terrasses tous niveaux des bâtiments et notamment aux
niveaux attiques

Maçonnerie de bloc de béton

Les données concernant ces éléments sont précisées à la page 37 du CCTP.

• Hourdées au mortier de ciment bâtard


• 200 kg de ciment CPA 45
• 200 kg de chaux hydraulique ou naturelle
• 1 m3 de sable

B. Caractéristiques géotechniques principales du projet

Le projet consiste en la construction d’un ensemble immobilier décomposé en 4 ilots. Nous étudions
l’ilot B1a sur lequel sera placé un bâtiment de logements R+3 à R+5 avec 2 niveaux de sous-sol. Le
plancher bas du niveau R-1 est à 96.93 NGF et le plancher bas du niveau R-2 à 93.98 NGF.

13
La partie est possède une superficie d’environ 14000m². Cette partie a accueilli un ancien site EDF
avec deux bâtiments présentant deux niveaux en sous-sol, sur environ 2/3 de la parcelle, qui ont été
entièrement démolis. Le périmètre des anciennes infrastructures est délimité par des talus.

Des sondages ont été nivelés par rapport au référentiel IGN 69, au niveau de la partie Est de la
parcelle. Sachant que seul le bâtiment placé sur l’ilot B1a sera étudié, les sondages révèlent que le
site comprend les couches suivantes :

• des remblais, sur une épaisseur variable comprise entre 1.00m et 5.70m de profondeur
• des recouvrements, entre 1.00m et 2.70m de profondeur
• des marno-calcaires de Brie, entre 2.70m et 10.30m de profondeur
• des argiles vertes de Romainville, entre 10.30m et 15.00m de profondeur
• des marnes supragypseuses, entre 15.00m et jusqu’à 30.00m de profondeur (fin des
sondages)

En cours et après foration, certain des sondages ont permis de révéler des niveaux d’eau, mettant en
évidence :

• des rétentions d’eau, entre 0.50m et 1.20m de profondeur, soit entre les remblais
superficiels et les marno-calcaires de Brie
• un niveau d’eau statique continu, ente 9.20m et 9.60m de profondeur, susceptible de
remonter de 1 mètre. Le NPHE (niveau des plus hautes eaux) est fixé à 92.5 NGF

Les résultats d’analyses d’agressivités des sols vis-à-vis des bétons montrent que les bétons utilisés
devront être de type XA2 dans le cadre de notre projet comprenant 2 niveaux de sous-sol.

Les travaux de terrassement, sans recul possible, seront mis à l’abri au moyen de voiles contre terre
par passes alternées de terrassement.

Les eaux superficielles devront être pompées à l’avancement à l’approche du fond de fouille du
projet.

Les fondations suggérées seront un système de fondations superficielles de type semelles filantes ou
isolées, descendues systématiquement au sein des Marno-Calcaires de Brie. Une estimation des
tassements prévisionnels permet de proposer des semelles filantes de 1.00m de largeur et des
semelles isolées de 2.00m de largeur, avec une contrainte de 5.0 bars aux ELS, qui conduiront à des
tassements inférieurs à 11mm.

Le sol support a une bonne compacité, le niveau bas du sous-sol projeté pourra être traité en dallage
traditionnel.

14
C. Autres hypothèses utiles au projet

✓ Mur de soutènement
• Classe d’exposition intérieure : XC2 (surface de béton soumises au contact à long terme
de l’eau, souvent le cas pour les fondations)
• Classe d’exposition extérieure : XF1 (surface verticale de béton exposées à la pluie et au
gel)
• Béton C25 (fck=25Mpa)
• γc = 1.5 (Situations durable et transitoire)
• Armatures en Acier B500 (fyk =500Mpa)
• γs = 1.5 (Situations durable et transitoire)
• β=0 ; ψ=25 ; λ=0 ; δ=2/3ψ
• ka=0.364 ; Kah = 0.349

✓ Poutre
• Classe d’exposition : XC3
Modérément humide. Béton à l’intérieur du bâtiment où le taux d’humidité de l’air ambiant
est moyen ou élevé.
• Classe de béton : C45/55
Pour respecter les critères de durabilité vis-à-vis de la classe XC3 il faut employer un béton de
classe minimale de C30/37.
• Armature à haute adhérence
fyd
• Acier B500B : fyk = 500 MPa ; fyd = 435 MPa ; εyd = Es
= 2,1739. 10−3 ; Es =
200 000 MPa ; Esh = 844 MPa; 𝐸𝑐𝑚 = 36 000 𝑀𝑃𝑎 ; Es=200 000 MPa

✓ Poteau

• Béton type C30


• Armatures type B500B

✓ Dalle

• 𝑙𝑥 = 6.24 𝑚 𝑒𝑡 𝑙𝑦 = 12.30 𝑚
• Dalle appuyée sur les 4 voiles la délimitant et sur 3 poteaux intérieurs
• Dalle supposée continue avec les dalles des logements voisins
• Béton S4 et XC4 : 𝑓𝑐𝑘 = 30 𝑀𝑃𝑎
• Acier B500B

✓ Balcon

• Le béton a une résistance à 28 jours de 30MPa.


• L’acier utilisé sera un acier de classe B 500 B

15
1.2. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

A. Calcul de l’enrobage des armatures

Pour ce calcul, les conditions à respecter sont définies par l’Eurocode 2 §4.4.1.
L’enrobage est la distance entre la surface de l’armature la plus proche de la surface du béton et
cette dernière. Il assure la bonne transmission des forces d’adhérence, la résistance au feu et la
protection des aciers contre la corrosion.

L’enrobage nominal cnom

𝑐𝑛𝑜𝑚 = 𝑐𝑚𝑖𝑛 + Δ𝑐𝑑𝑒𝑣


- Δcdev, la marge de calcul prenant en compte des tolérances d’exécution. La valeur recommandée est
de 10 mm.
- Cmin , l’enrobage minimal

Enrobage minimale

𝑐𝑚𝑖𝑛=𝑚𝑎𝑥{𝑐𝑚𝑖𝑛,𝑏 ; 𝑐𝑚𝑖𝑛,𝑑𝑢𝑟+Δ𝑐𝑑𝑢𝑟,𝛾−Δ𝑐𝑑𝑢𝑟,𝑠𝑡−Δ𝑐𝑑𝑢𝑟,𝑎𝑑𝑑;10 𝑚𝑚 }

- Δ𝑐𝑑𝑢𝑟,𝛾=0, la marge de sécurité en France.


- Δ𝑐𝑑𝑢𝑟,𝑎𝑑𝑑=0, l’enrobage minimal dans le cas de protection supplémentaire.
- Δ𝑐𝑑𝑢𝑟,𝑠𝑡=0, l’enrobage minimal dans le cas d’acier inoxydable.

Afin de respecter la condition sur les exigences d’adhérence, on détermine : 𝑐𝑚𝑖𝑛,𝑏 ≥ 𝜙 si la dimension
nominale du plus gros granulat est inférieure ou égale à 32mm pour les différents types de béton de
l’ouvrage ; 𝑐𝑚𝑖𝑛,𝑏 ≥ 𝜙 + 5 mm sinon.

Puis, on détermine 𝑐𝑚𝑖𝑛,𝑑𝑢𝑟, l’enrobage minimal requis vis-à-vis de la durabilité. Les différentes
valeurs de 𝑐𝑚𝑖𝑛,𝑑𝑢𝑟 sont déterminées à partir du tableau ci-dessous. Dans le cas d’un bâtiment, on
considère une durée d’utilisation de 50 ans, donc une classe structurale S4.

16
Tableau 1 : Cmin,dur en fonction des classes structural et d’exposition

Enrobage des armatures utiles au projet

On en déduit les enrobages pour les différents éléments que nous étudierons ci-après :

Elément φ (mm) cmin,b (mm) Classe exposition cmin,dur (mm) cmin (mm) cnom (mm)
Soutènement max 20 20 XF1=XC4 30 30 40
Poutre max 20 20 XC3 25 25 35
Poteau max 20 20 XC4 30 30 40
Dalle max 20 20 XC2 25 25 35
Balcon max 20 20 XC4 30 30 40
Tableau 2 : Valeurs de cnom pour chaque élément étudié

B. Calcul des longueurs d’ancrage et de recouvrement

Pour la poutre

✓ Longueur d’ancrage de calcul des armatures longitudinales

La longueur d’ancrage droit de référence est définie par :


∅𝑙 𝜎𝑠𝑑
𝑙𝑏,𝑟𝑞𝑑 = .
4 𝑓𝑏𝑑
𝑉𝑒𝑑 𝑐𝑜𝑡𝜃
- 𝜎𝑠𝑑 = 𝐴𝑠1
La contrainte de traction dans la barre à ancrer.
On considère que nos armatures travaillent à 100%. Donc 𝜎𝑠𝑑 = 435 𝑀𝑃𝑎.

- 𝑓𝑏𝑑 = 2,25. ŋ1 . ŋ2 . 𝑓𝑐𝑡𝑑 la contrainte ultime d’adhérence (EC2 §8.4.2 (2))


Pour la calculer on suppose que l’on a des bonnes conditions d’adhérence des armatures avec le
béton donc ŋ1 = 1 et ŋ2=1 (∅ < 32𝑚𝑚). Par ailleurs, on a :

𝑓𝑐𝑡𝑘,0.05 0,7. 𝑓𝑐𝑡𝑚


𝑓𝑐𝑡𝑑 = =
𝛾 1,5

or 𝑓𝑐𝑡𝑚 = 0,3. (𝑓𝑐𝑘 )2/3 = 0,3 × 452/3 = 3,80 𝑀𝑃𝑎

D’où 𝑓𝑐𝑡𝑑 = 1,77 𝑀𝑃𝑎 et 𝑓𝑏𝑑 = 2,25 × 1 × 1 × 1,77 = 4 𝑀𝑃𝑎

Remarque : On sait également que forfaitairement 𝑙𝑏𝑑,𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 = 31∅𝑙 pour un béton C45.

17
𝐥𝐛𝐝,𝐭𝐡é𝐨𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞 (mm) 𝐥𝐛𝐝,𝐫é𝐞𝐥 (mm)
HA32 870 900

HA20 560 600

HA16 448 450

HA8 224 250


Tableau 3 : longueurs d'ancrage des différentes armatures mises en œuvre

La longueur d’ancrage des crochets des barres tendues sur appui est prise selon l’EC2 §8.4.4 telle
que :
0,3. 𝑙𝑏,𝑟𝑞𝑑
𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑎𝑥 { 10∅
100 𝑚𝑚
160 𝑚𝑚 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴16
𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛 = {
200 𝑚𝑚 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴20

Par ailleurs, l’inclinaison du crochet est telle que : 90° ≤ 𝛼 ≤ 150°. On a pris 136°.

Pour le balcon

✓ Contrainte ultime d’adhérence

𝑓𝑏𝑑 : Résistance de calcul en traction du béton.


𝑓𝑏𝑑 = 2,25 ∗ 𝜂1 ∗ 𝜂2 ∗ 𝑓𝑐𝑡𝑑
Avec :
𝑓𝑐𝑡𝑘 0,05
𝑓𝑐𝑡𝑑 = 𝛼𝑐𝑡 ∗
𝛾𝑐
Tableau 3.1 de la norme NF EN 1992-1-1 :

𝑓𝑐𝑡𝑘 0,05 = 2,0 𝑀𝑃𝑎


2
𝑓𝑐𝑡𝑑 = 1 ∗ = 1,33 𝑀𝑃𝑎
1,5
Les conditions d'adhérence sont considérées bonnes : 𝜂1 = 1
Pour un diamètre inférieur à 32 mm : 𝜂2 = 1

𝑓𝑏𝑑 = 2,25 ∗ 1,33 = 2,993 𝑀𝑃𝑎

✓ Longueur d'ancrage droit de référence

𝜙 ∗ 𝜎𝑠𝑑
𝑙𝑏,𝑟𝑞𝑑 =
4 ∗ 𝑓𝑏𝑑
𝑓𝑦𝑘 500
𝜎𝑠𝑑 = = = 434,78 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑠 1,15

18
1,2 ∗ 434,78
𝑙𝑏,𝑟𝑞𝑑 = = 43,58 𝑐𝑚
4 ∗ 2,993

✓ Longueur d'ancrage droit de calcul

𝑙𝑏𝑑 = 𝛼1 𝛼2 𝛼3 𝛼4 𝛼5 ∗ 𝑙𝑏,𝑟𝑞𝑑 ≥ 𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛

Ancrage minimale pour des barres tendues :


𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛 > 𝑚𝑎𝑥(0,3 ∗ 𝑙𝑏,𝑟𝑞𝑑 ; 10𝜙 ; 100𝑚𝑚) = 𝑚𝑎𝑥(13,074 ; 12 ; 10 ) = 13,074 𝑐𝑚

Tableau 8.2 :

• 𝛼1 = 1 forme des barres droite


• 𝛼2 :
𝑐𝑛𝑜𝑚 − 𝜙 4 − 12
𝛼2 = max ( 1 − 0,15 ; 1) = 𝑚𝑎𝑥 ( 1 − 0,15 = 1,1 ; 1) = 1
𝜙 12
• 𝛼3 = 1 : confinement des armatures
• 𝛼4 = 0,7 pour tout type d’armature tendue
• 𝛼5 = 1 − 0,04 𝑝

𝑝 est la pression transversale à l’ELU le long de 𝑙𝑏𝑑


𝑉𝐸𝐷 0,03576
𝑝= = = 0,18 𝑀𝑃𝑎
𝑎∗𝑏 1 ∗ 0,2
𝛼5 = 1 − 0,04 ∗ 0,18 = 0,9928
𝑙𝑏𝑑 = 0,7 ∗ 0,9928 ∗ 43,58 = 30,2 𝑐𝑚 ≥ 𝑙𝑏,𝑚𝑖𝑛 = 13,074 𝑐𝑚 𝑂𝐾

C. Vérifications de ferraillage minimum à respecter

Les vérifications de ferraillage minimal seront réalisés dans les parties où elles sont nécessaires.

19
2. ETUDE DU MUR DE SOUTENEMENT

2.1. DIMENSIONNEMENT DU MUR DE SOUTENEMENT

A. Prédimensionnement et descente de charge

Prédimensionnement

Pour réaliser le prédimensionnement nous avons suivi les recommandations du guide SETRA
résumées ci-dessous :

Figure 1 : Méthode de prédimensionnement du guide SETRA

Nous avons comme donnée initiale la hauteur du sol H = 3.70m en prenant une garde au gel de 1m.
Ainsi nous pouvons déterminer les autres paramètres (les valeurs sont volontairement arrondies à
l’inférieur (au cm) dans cette étape de prédimensionnement et seront ajustées lors du
dimensionnement si nécessaire afin d’optimiser le mur).

• Hauteur de terre (côté haut) : Hs1=3.70


• Hauteur de terre (côté bas) : Hs2=1m
• Hauteur totale du mur : Ht = 4.80m
𝐻
• Epaisseur du mur : 𝑒1 = 𝑚𝑎𝑥 {24 ; 15𝑐𝑚} = 15𝑐𝑚
𝐻
• Epaisseur de la semelle : 𝑒2 = 12 = 0.3𝑚
• Longueur de la semelle : 𝐵 = 0.2 + 0.45𝐻 = 1.85𝑚

20
• Longueur du talon : B2=0.2m

Schéma récapitulatif du prédimensionnement :

Figure 2 : Schéma récapitulatif du prédimensionnement

Descente de charge

✓ Forces appliquées au mur


• Poids propre du mur : G0
• Poids des terres surmontant la fondation à l’amont : G1
• Poids des terres surmontant la fondation à l’aval : G2
• Charge d’exploitation à l’aplomb de la fondation : Q
• Poussée des terres : PG
• Poussée des terres due à Q : PQ
• Poussée des terres en butée : PB

✓ Poids propre du mur


𝐺0 = (𝑒0 ∗ (𝐻𝑡 − 𝑒2 ) + 𝑒2 ∗ 𝐵) ∗ 𝛾𝑏

✓ Poids des terres surmontant la fondation à l’amont

𝐺1 = (𝐵 − 𝐵2 − 𝑒1 ) ∗ 𝐻𝑠1 ∗ 𝛾𝑠,ℎ
Remarque : 𝛾𝑠,ℎ Signifie que les calculs seront effectués en considérant soit le poids volumique
spécifique soit le poids volumique humide du sol. En effet, nous ne pouvons pas déterminer à présent
quel cas sera dimensionnant selon les critères étudiés.

✓ Poids des terres surmontant la fondation à l’aval

𝐺1 = 𝐵2 ∗ 1 ∗ 𝛾𝑠,ℎ

✓ Charge d’exploitation à l’aplomb de la fondation

21
Les charges d’exploitation les plus dimensionnantes sont les charges provisoires liées au chantier. Ces
charges sont :
𝑞𝑐𝑎,𝑘 = 10𝑘𝑁/𝑚²
𝑄 = 𝑞𝑐𝑎,𝑘 ∗ (𝐵 − 𝐵2 − 𝑒1 )

✓ Poussée des terres

Afin de pouvoir utiliser les tables de Boussinesq, nous définissons les rapports suivants :

𝛽 0
= =0
𝜑 25

Nous considérons un mur de soutènement avec une rugosité égale au 2/3 de celle du sol.

2
𝛿 3𝜑 2
= =
𝜑 𝜑 3

𝑘𝑎 = 0.364 (𝑖𝑠𝑠𝑢 𝑑𝑒𝑠 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑏𝑜𝑢𝑠𝑠𝑖𝑛𝑒𝑠𝑞)


𝐾𝑎 = 𝑘𝑎 ∗ cos(𝛿)
𝑃(𝑧) = 𝐾𝑎 ∗ 𝛾𝑠,ℎ ∗ 𝑧

z représente de distance verticale par rapport à l’arrête supérieure au niveau haut du terrain.
𝑃𝐺 = 𝐾𝑎 ∗ 𝛾𝑠,ℎ ∗ 𝐻 2 /2

Résultante horizontale : 𝑃𝐺,ℎ = 𝑃𝑎 ∗ cos(𝛽) = 𝑃𝐺


Résultante verticale : 𝑃𝐺,𝑣 = 𝑃𝑎 ∗ sin(𝛽) = 0

Le point d’application de PG,H se situe à 1/3 de la hauteur du terrain puisque sa répartition est
triangulaire.

✓ Poussée des terres en butée


Résultante horizontale uniquement :

𝑃𝐵 = 𝐾𝑎 ∗ 𝛾𝑠,ℎ ∗ 𝐻𝑠2 2 /2
Le point d’application de PB se situe à 1/3 de la hauteur du terrain puisque sa répartition est
triangulaire.

✓ Poussée des terres due à Q

La charge d’exploitation appliquée de manière uniforme et infinie sur le terre-plein implique que la
poussée unitaire des terres va être augmentée en tout point d’application d’une valeur :
𝑃𝑄 = 𝐾𝑎 ∗ 𝑞 ∗ 𝐻𝑆1

22
B. Vérifications liées à la stabilité de la structure

Propriétés du sol

Avant de débuter l’étude de la stabilité du mur de soutènement, nous allons définir le modèle de sol
dont nous allons nous servir dans les prochaines étapes.

Dans le projet qui nous est proposé, nous ne savons pas où se situe le mur de soutènement, nous
pouvons donc prendre le sondage pressiométrique de notre choix afin de déterminer notre modèle
de terrain. Ainsi, nous choisissons de considérer le sondage SP13. Il aurait été intéressant d’avoir des
sondages sur la longueur du mur afin de prendre en compte l’évolution longitudinale du terrain.

Figure 3 : Résumé du sondage SP13

Au-dessus de la semelle nous ne considèrerons que du remblai comme sol car lors de la mise en
place du mur, le terrain sera excavé puis remblayé une fois le mur positionné. Les propriétés de ces
remblais sont décrites ci-dessous :

23
Données géométriques
Remblais
Ht (m) 4.8
γh (kN/m3) 19
Hs1 (m) 3.7
γs (kN/m3) 17
ϕ (°) 25 Hs2 (m) 1
δ(°) 16.67=2/3 ϕ B (m) 3.3
β (°) 0 B1 (m) 2.75
Cd 0 B2 (m) 0.35
ka 0.364 e1 (m) 0.2
Ka 0.349 e2 (m) 0.3

Tableaux 4 : Caractéristiques physiques et géométriques des remblais

Remarque : Les valeurs des différents paramètres géométriques du mur sont définies ci-dessous. Ces
valeurs sont celles qui ont été obtenues à la fin du dimensionnement. Cependant pour plus de clarté
dans la suite des explications nous les présentons maintenant.

L’ensemble des forces décrites précédemment est présenté ci-dessous pour les dimensions de mur
finale :
Actions
Intitulé Fh (kN/m) Fv (kN/m) Bras de levier/A MA (kN.m/m)
G0 47.25 1.08 -50.96
G1 177.65 1.93 -341.98
G2 4.66 0.18 -0.81
Q 27.50 1.93 -52.94
PG 45.4 1.53 69.54
PQ 12.90 1.85 23.87
PB -3.3 0.63 2.10
Tableau 5 : Forces en jeu dans le soutènement

Stabilité externe (ELU)

Afin de vérifier la stabilité externe du mur de soutènement à l’ELU, nous allons vérifier le
poinçonnement du sol, l’excentrement de la charge et le glissement.

Nous déterminons les équations de combinaison des actions à l’ELU qui nous servirons dans la suite
de l’étude.

𝑉𝑑 = 𝛾𝐺0 ∗ 𝐺0 + 𝛾𝐺1 ∗ 𝐺1 + 𝛾𝐺2 ∗ 𝐺2 + 𝛾𝑄 ∗ 𝑄


𝐻𝑑 = 𝛾𝑃𝐺 ∗ 𝑃𝐺 + 𝛾𝑃𝐵 ∗ 𝑃𝐵 + 𝛾𝑃𝑄 ∗ 𝑃𝑄
𝑀/𝐴,𝑑 = −𝛾𝐺0 ∗ 𝐺0 ∗ 𝑥𝐺0 − 𝛾𝐺1 ∗ 𝐺1 ∗ 𝑥𝐺1 − 𝛾𝐺2 ∗ 𝐺2 ∗ 𝑥𝐺2 − 𝛾𝑄 ∗ 𝑄 ∗ 𝑥𝑄 + 𝛾𝑃𝐺 ∗ 𝑃𝐺 ∗ 𝑦𝑃𝐺
− 𝛾𝑃𝐵 ∗ 𝑃𝐵 ∗ 𝑦𝑃𝐵 + 𝛾𝑃𝑄 ∗ 𝑃𝑄 ∗ 𝑦𝑃𝑄

− 𝛾𝑖 Sont les coefficients de combinaison d’actions. Ils seront définis par la suite.

24
− 𝑥𝑖 𝑒𝑡 𝑦𝑖 sont les bras de levier des actions par rapport au point A (extrémité basse de la semelle du
mur du côté du talon)

✓ Poinçonnement du sol

Nous définissons les cas pouvant être critiques. Nous en avons identifié deux qui sont présentés ci-
dessous :

Critère étudié Cas de charge 1 Cas de charge 2


γG0 1.35 1.35
γG1 1.35 0 (terre non remblayée)
γG2 1.35 1.35
γQ 1.5 0 (pas de charge d’exploitation)

γ PG 1.35 1.35
γ PQ 1.35 1.35
γ PB 0 0
Remarque Force verticale résultante la plus élevée Plus petit Rv ;d (plus petit A’)
Tableau 6 : Définition des cas critiques

Le critère de poinçonnement est vérifié si l’inégalité suivante est satisfaite pour tous les cas de
charges :
𝑉𝑑 − 𝑅0 ≤ 𝑅𝑣;𝑑

- 𝑅0 , la valeur du poids du volume de sol constitué du volume de la fondation sous le terrain après
travaux et des sols compris entre la fondation et le terrain après travaux. Ici, 𝑅0 = 0
- 𝑅𝑣;𝑑 est la valeur de calcul de la résistance nette du terrain sous le mur.

𝑅 𝐴′ ∗𝑞𝑛𝑒𝑡
𝑅𝑣;𝑑 = 𝛾 𝑣;𝑘 et 𝑅𝑣;𝑘 = 𝛾𝑅;𝑑;𝑣
𝑅;𝑣

- R v;k est la valeur caractéristique de la résistance nette du terrain sous le mur.


- γR;v est la valeur du facteur partiel permettant le calcul de la portance à l’ELU pour les situations
durables et transitoires, elle est égale à 1,4 (Tableau A.4.1 – Jeu R2) ;
- A’ est la valeur de la surface effective de la semelle (Annexe Q de la norme NF P 94 261) ;
- qnet est la valeur de la contrainte associée à la résistance nette du terrain sous la fondation du
mur de soutènement calculée selon une méthode de calcul appropriée (Annexes D, E ou F de la
norme NF P 94-261) ;
- γR;d;v est le coefficient de modèle associée à la méthode de calcul utilisée. Ici, la portance du sol
va être déterminée à partir de données pressiométriques ainsi, γR;d;v = 1.

Nous allons commencer par déterminer l’aire efficace A’ selon l’annexe Q de la norme NF P 94 261 :
𝐴′ = 𝐿𝐵′ (Équivalent à une semelle filante) avec L=1m
𝐵′ 𝑀/𝐴;𝑑
𝑑= 3
et 𝑑 = 𝑉𝑑

25
Nous pouvons également utiliser l’équation de Meyerhof telle que :
𝐵′ = 𝐵 − 2𝑒𝑏

B’ est déterminé de la façon suivante :

Figure 4 : Schéma de la géométrie de la semelle

Nous allons maintenant déterminer qnet selon l’Annexe D de la NF P 94-261 :

𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝑘𝑝 ∗ 𝑝𝑙𝑒 ∗ ∗ 𝑖𝛿 ∗ 𝑖𝛽

- 𝑝𝑙𝑒 ∗ est la pression limite nette équivalente


- 𝑘𝑝 est le facteur de portance pressiométrique
- 𝑖𝛿 est le coefficient de réduction de portance lié à l’inclinaison du chargement, ici il vaut 1,0 car la
charge est verticale
- 𝑖𝛽 est le coefficient de réduction de portance lié à la proximité d’un talus de pente β, ici il vaut
1,0 car la fondation est suffisamment éloignée d’un talus (pas de talus dans notre cas)

La pression limite nette, 𝑝𝑙𝑒 ∗ a été déterminée de la manière suivante :


𝑛
𝑛

𝑝𝑙𝑒 = √∏ 𝑝𝑙;𝑘;𝑖 ∗
𝑖=1

26
𝑝𝑙;𝑘;𝑖 ∗ est la valeur caractéristique ou représentative de la pression limite nette dans la couche i
comprise dans la tranche de terrain située entre D et D+hr.

- D correspond au bas de la semelle soit à la cote NGF 93.3m. Nous rappelons que nous utilisons
pour le calcul du mur de soutènement les données géotechniques et altitudes correspondantes
au sondage SP13 défini précédemment.
2𝑒 1
- hr = 1.5 ∗ B si 1 − 𝐵
≥2

Le facteur de portance pressiométrique, 𝑘𝑝 est déterminé de la façon suivante :

Pour De/B<2 et pour une semelle filante, nous avons la relation suivante selon l’annexe D de la NF P
94-261 :
𝐷𝑒 𝐷𝑒
𝑘 𝐵 = 𝑘𝑝0 + (𝑎 + 𝑏 ∗ ) ∗ (1 − 𝑒 −𝑐∗ 𝐵 )
𝑝;
𝐿 𝐵

Avec les coefficients suivants, issus du tableau D2.3 de la NF P 94-261 :

Figure 5 : Coefficients permettant de déterminer le facteur de portance pressiométrique

La fondation se situe dans des Marno-calcaires ainsi, nous avons les coefficients suivants :
a=0.2 b=0.2 c=3 kp0=0.8

1 𝐷
𝐷𝑒 = 𝑝∗ ∫𝑑 𝑝𝑙∗ (𝑧)𝑑𝑧 (Annexe C, NF P 94-261)
𝑙𝑒
𝑑 Correspond à la surface du terrain (ici 1m au-dessus du bas de la semelle (D) soit à 94.3 NGF)
Dans notre cas nous avons De/B<1,5 ainsi la fondation est dite superficielle et en général il convient
de négliger dans l’évaluation de la portance les réactions latérales.

✓ Cas de charge n°1

27
Tableaux 7 : Poinçonnement à l’ELU pour le cas de charge 1

✓ Cas de charge n°2

Tableaux 8 : Poinçonnement à l’ELU pour le cas de charge 2

Ainsi nous avons vérifié le critère de poinçonnement vis-à-vis de l’ELU pour les deux combinaisons de
charge les plus critiques.

28
✓ Excentrement de la charge

Le paragraphe 9.2.2 de la NF P 94-281 nous permet de vérifier la limite de l’excentrement acceptable


au niveau de la semelle du mur de soutènement.

Le critère suivant doit être vérifié :


2𝑒 1
1−

𝐵 15
La méthode utilisée pour déterminée l’excentrement a été détaillée dans l’étape précédente pour la
vérification du poinçonnement.

Nous avons ensuite déterminé la combinaison de charges la plus critique concernant l’excentrement.
Cette situation est celle qui nous donne l’excentrement le plus important. Elle correspond à la phase
de travaux lorsque le remblai amont n’est pas mis en place. Ainsi la charge G1 est nul et Q ne peut
pas exister.

Ce cas correspond à une phase de construction ainsi, si le critère n’est pas respecté nous pourrons
envisager des solutions constructives. On trouve alors les valeurs suivantes :

Tableaux 9 : Excentrement de la charge à l’ELU

Le critère d’excentrement de la charge résultante est ainsi vérifié à l’ELU.

✓ Glissement de la semelle sur le terrain en condition non drainée

Afin de vérifier le critère vis-à-vis du glissement, la NF P 94-281 indique que l’inéquation suivante doit
être vérifiée :
𝐻𝑑 ≤ 𝑅ℎ;𝑑 + 𝑅𝑝;𝑑

- 𝑅ℎ;𝑑 est la valeur de calcul de la résistance frontale ou tangentielle de la fondation à l’effet de 𝐻𝑑


- 𝑅𝑝;𝑑 est la valeur de calcul de la résistance au glissement de la fondation sur le terrain.

29
Ici nous ne considérerons pas la résistance 𝑅𝑝;𝑑 car elle n’est généralement pas prise en compte
compte-tenu de l’incertitude liée à la pérennité de cette épaisseur de terrain.
Ensuite pour le calcul de 𝑅ℎ;𝑑 , nous allons différencier le cas drainé et non drainé.
1
R h;d = 𝑚𝑖𝑛 { (𝐴′ 𝑐𝑢;𝑘 ); 0.4𝑉𝑑 }
𝛾𝑅;ℎ ∗ 𝛾𝑅;𝑑;ℎ

− 𝛾𝑅;ℎ est le facteur partiel pour la résistance au glissement de la fondation superficielle, sa valeur
est égale à 1,1.
− 𝛾𝑅;𝑑;ℎ est le coefficient de modèle lié à l’estimation de la résistance ultime au glissement, sa
valeur est égale à 0,9.
− 𝑐𝑢;𝑘 est la valeur caractéristique de la cohésion non drainée du terrain d’assise de la fondation.
Dans notre cas nous prenons 69kPa pour les marno-calcaire (sol d’assise de la fondation).

✓ Glissement de la semelle sur le terrain en condition drainée

𝑉𝑑 ∗ 𝑡𝑎𝑛𝛿𝑎;𝑘
R h;d =
𝛾𝑅;ℎ ∗ 𝛾𝑅;𝑑;ℎ

- 𝛾𝑅;ℎ est le facteur partiel pour la résistance au glissement de la fondation superficielle, sa valeur
est égale à 1,1.
- 𝛾𝑅;𝑑;ℎ est le coefficient de modèle lié à l’estimation de la résistance ultime au glissement, sa
valeur est égale à 0,9.
- 𝛿𝑎;𝑘 = δ a;d a été déterminé dans les caractéristique du sol comme étant égal au 2/3 de l’angle
de frottement du sol.

Nous avons déterminé la combinaison d’action la plus critique qui est la suivante (la butée est prise
en compte ici car elle a un effet positif) :

Tableaux 10 : Glissement de la semelle en conditions drainé et non drainé à l’ELU

Le critère de glissement est donc vérifié à l’ELU.

30
Stabilité externe à l’ELS caractéristique

La NF P 94-281. 12 permet de justifier la stabilité externe du mur de soutènement. A l’ELS, seuls les
deux critères suivants sont à vérifier le poinçonnement du sol et l’excentrement de la charge.

Nous déterminons les équations de combinaison des actions à l’ELS qui nous servirons dans la suite
de l’étude.
𝑉𝑑 = 𝐺0 + 𝐺1 + 𝐺2 + 𝑄
𝐻𝑑 = 𝑃𝐺 + 𝑃𝐵 + 𝑃𝑄
𝑀/𝐴,𝑑 = −𝐺0 ∗ 𝑥𝐺0 − 𝐺1 ∗ 𝑥𝐺1 − 𝐺2 ∗ 𝑥𝐺2 − 𝑄 ∗ 𝑥𝑄 + 𝑃𝐺 ∗ 𝑦𝑃𝐺 − 𝑃𝐵 ∗ 𝑦𝑃𝐵 + 𝑃𝑄 ∗ 𝑦𝑃𝑄

- 𝑥𝑖 𝑒𝑡 𝑦𝑖 sont les bras de levier des actions par rapport au point A (extrémité basse de la semelle
du mur du côté du talon).

✓ Poinçonnement du sol

Comme à l’ELU, le critère de poinçonnement à l’ELS est vérifié si l’inégalité suivante est satisfaite
pour tous les cas de charges :
𝑉𝑑 − 𝑅0 ≤ 𝑅𝑣;𝑑
𝑅 𝐴′ ∗𝑞𝑛𝑒𝑡
𝑅𝑣;𝑑 = 𝛾 𝑣;𝑘 et 𝑅𝑣;𝑘 = 𝛾𝑅;𝑑;𝑣
𝑅;𝑣

Les termes utilisés dans ces équations ont été définis lors du calcul à l’ELU et reste identique à l’ELS
excepté pour 𝛾𝑅;𝑣 qui vaut maintenant 2,3 indépendamment de la méthode de calcul utilisé. On a :

Tableaux 11 : Poinçonnement à l’ELS caractéristique

31
Ainsi le critère de poinçonnement est bien vérifié à l’ELS.

✓ Excentrement de la charge

Le paragraphe 12.3 de la NF P 94-281 nous permet de vérifier la limite de l’excentrement acceptable


au niveau de la semelle du mur de soutènement à l’ELS.
Le critère suivant doit être vérifié :
2𝑒 1
1− ≥
𝐵 2

Tableaux 12 : Excentrement de la charge à l’ELS caractéristique

Le critère d’excentrement de la charge résultante est ainsi vérifié à l’ELS caractéristique.

Stabilité externe à l’ELS quasi-permanent

Nous déterminons les équations de combinaison des actions à l’ELS quasi-permanent :


𝑉𝑑 = 𝐺0 + 𝐺1 + 𝐺2 + 0.3 ∗ 𝑄

Nous prenons 𝜓2 =0.3 (Catégorie A, zones résidentielles)


𝐻𝑑 = 𝑃𝐺 + 𝑃𝐵 + 0.3 ∗ 𝑃𝑄
𝑀/𝐴,𝑑 = −𝐺0 ∗ 𝑥𝐺0 − 𝐺1 ∗ 𝑥𝐺1 − 𝐺2 ∗ 𝑥𝐺2 − 0.3 ∗ 𝑄 ∗ 𝑥𝑄 + 𝑃𝐺 ∗ 𝑦𝑃𝐺 − 𝑃𝐵 ∗ 𝑦𝑃𝐵 + 0.3 ∗ 𝑃𝑄 ∗ 𝑦𝑃𝑄

- 𝑥𝑖 𝑒𝑡 𝑦𝑖 sont les bras de levier des actions par rapport au point A (extrémité basse de la semelle
du mur du côté du talon)

✓ Poinçonnement du sol

32
Tableaux 13 : Poinçonnement à l’ELS quasi-permanente

Ainsi le critère de poinçonnement est bien vérifié à l’ELS quasi-permanent.

✓ Excentrement de la charge

Comme nous l’avons vu précédemment, le critère suivant doit être vérifié :


2𝑒 1
1− ≥
𝐵 2

Limitation de l'excentrement
1-2eb/B 0.863
1-2eb/B>1/2 Vérifié

Tableau 14 : Excentrement à l’ELS quasi-permanent

Le critère d’excentrement de la charge résultante est ainsi vérifié à l’ELS quasi-permanent.

Remarque : La stabilité générale du site n’a pas été vérifiée dans ce rapport. Il pourrait être
intéressant d’étudier les différentes lignes de glissement afin de contrôle la stabilité du site.

33
2.2. DETERMINATION DES ARMATURES

A. Calcul des armatures dans les différentes sections

Etude de la fissuration

Nous avons défini les classes d’expositions XC2 et XF1 ainsi selon l’EC2-1-1 tab7.1NA la valeur
recommandée de Wmax est de 0.3mm. Ensuite en utilisant la méthode forfaitaire (Tableaux 7.2N et
7.3N de l’EC2-1-1) nous avons des exigences à respecter concernant le diamètre des barres et leur
espacement en fonction de la contrainte dans l’acier qui est de 255.3Mpa en quasi-permanent.

Le diamètre maximum des barres d ‘armature ne doit pas dépasser 14mm et l’espacement entre les
barres peut être de 180mm maximum.

Sections d’armature dans le voile

✓ Sections étudiées

Figure 6 : Sections de voile étudiées

✓ Efforts internes

L’effort dû au poids propre du voile : 𝑉𝑝𝑝 = 𝑒1 ∗ (ℎ + 1.1) ∗ 25 𝑘𝑁/𝑚



Poussée des terres : 𝑉𝑡 = 𝐾𝑎𝐻 ∗ ℎ ∗ 𝛾ℎ ∗
2

𝑀𝐺,𝑡 = 𝑉𝑡 ∗
3
Surcharge : 𝑉𝑠 = 𝐾𝑎𝐻 ∗ 𝑞 ∗ ℎ

𝑀𝐺,𝑠 = 𝑉𝑠 ∗
2

34
Les applications numériques sont détaillées ci-dessous :

Tableaux 15 : Efforts internes dans les sections 1 à 4

✓ Détermination des armatures principales à l’ELU

Le moment réduit s’écrit ainsi :


𝑀𝐸𝑑,𝑢 = 1.35𝑀𝐺,𝑡 + 1.5𝑀𝐺,𝑠
𝑀𝐸𝑑,𝑢
𝜇𝐸𝑑 = 2
𝑏𝑑 𝜂𝑓𝑐𝑑

- 𝑏=1
- 𝑑 = 0.2
- 𝜂 = 1 car fck<50Mpa
𝑓𝑐𝑘
- 𝑓𝑐𝑑 = γc

Nous pouvons dans un premier temps comparer cette valeur de 𝜇𝐸𝑑 à 𝜇𝑚𝑎𝑥 afin de savoir si des
armatures As2 sont requises. Si 𝜇𝐸𝑑 est inférieur à 𝜇𝑚𝑎𝑥 alors il n’est pas nécessaire de déterminer la
section As2 d’armature.
1
𝛼𝑢 = ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 𝜇𝐸𝑑 )
𝜆

- 𝜆 = 0.8 car fck<50Mpa

35
Afin de savoir quel est le pivot utilisé, nous comparons 𝜇𝐸𝑑 à 𝜇𝐴𝐵 = 0.0561 pour des acier B et une
classe de béton C25. Si 𝜇𝐸𝑑 < 𝜇𝐴𝐵 , nous sommes en pivot A sinon nous sommes en pivot B.
Cependant, ceci est juste à titre d’information car nous allons considérer un diagramme contraintes-
déformations à palier horizontal. Ceci est autorisé dans l’Eurocode 2-1-1.
𝑀𝐸𝑑,𝑢
𝐴𝑠 =
𝑑 ∗ 𝑓𝑦𝑑 ∗ (1 − 0.5 ∗ 𝜆 ∗ 𝛼𝑢 )

𝑓𝑦𝑘
- 𝑓𝑦𝑑 = γs

Il convient de vérifier que la section d’acier déterminée ne soit pas en dehors des limites supérieure
et inférieure prévues par l’Eurocode :
𝑓𝑐𝑡𝑚
𝐴𝑠 𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑎𝑥 {0.26 ∗ ∗ 𝑑 ∗ 𝑏; 0.013 ∗ 𝑑 ∗ 𝑏} = 2.71 𝑐𝑚2
𝑓𝑦𝑘

- 𝑓𝑐𝑡𝑚 = 2.6 𝑀𝑝𝑎

𝐴𝑠 𝑚𝑎𝑥 = 0.04 ∗ 𝐴𝑐 = 80 𝑐𝑚2


Ainsi :

Tableaux 16 : Aires des armatures principales

✓ Vérification à l’ELS caractéristique

Afin de vérifier les sections calculées précédemment à l’ELS, nous allons considérer deux états
limites. L’état limite de service caractéristique et celui quasi-permanent.

La contrainte maximale dans le béton est de 0.6fck soit 15Mpa et pour l’acier elle est de
0.8fyk=400MPa.
𝑀𝐸𝑑,𝑠 = 𝑀𝐺,𝑡 + 𝑀𝐺,𝑠

36
Nous avons b=1 puisque nous ne considérons que des tranches de mur de 1m de large ainsi le calcul
de la hauteur de béton comprimé x1 suit l’équation suivante :
𝑥12
− 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 ) = 0
2

Il faut donc résoudre l’équation du second degré avec les coefficients suivants :
a=0.5
b=15*A1
c=-15*A1*d
−𝑏 − √𝑏 2 − 4 ∗ 𝑎 ∗ 𝑐
𝑥1 =
2𝑎

Cette valeur de 𝑥1 est indépendante de l’ELS considéré ainsi nous la réutiliserons pour l’ELS quasi-
permanent.
Nous définissons maintenant le coefficient de pente K qui nous permettra de déterminer les
contraintes dans le béton et l’acier.
𝑀𝐸𝑑,𝑠
𝐾= 3
𝑥1
+ 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 )2
2

On a donc les contraintes dans le béton et dans l’acier :


𝜎𝑐 = 𝐾𝑥1
𝜎𝑠 = 15𝐾(𝑑 − 𝑥1 )

✓ Vérifications à l’ELS quasi-permanent

𝑀𝐸𝑑,𝑠 = 𝑀𝐺,𝑡 + 𝜓2 𝑀𝐺,𝑠

Nous prenons 𝜓2 =0.3 (Catégorie A, zones résidentielles)


Nous calculons de nouveau le coefficient de pente K avec le 𝑀𝐸𝑑,𝑠 correspondant à l’état limite quasi-
permanent mais en utilisant la même valeur de x1 que celle calculée précédemment.
𝑀𝐸𝑑,𝑠
𝐾= 3
𝑥1
(𝑑 )2
2 + 15 ∗ 𝐴𝑠 − 𝑥1

On a donc les contraintes dans le béton et dans l’acier :


𝜎𝑐 = 𝐾𝑥1
𝜎𝑠 = 15𝐾(𝑑 − 𝑥1 )

Le fait que 𝜎𝑐 soit inférieur à 0.45fck (11.25Mpa) nous permettra de confirmer que l’hypothèse du
fluage linéaire est acceptable.
Ci-dessous, l’application numérique :

37
Vérification à l'ELS caractéristique Vérification à l'ELS quasi-permanent
Section 1
0.6 fck (Mpa) 15.00 x1 (m) 0.07 MED,s qp (kN.m/m) 63.09
MED,s cc (kN.m/m) 79.80 K (Mpa/m) 169.53 K 134.04
a 0.5000 σc max 12.41 σc max 9.81
b 0.0211 σs max 322.39 σs max 254.89
c -0.0042 σc max Ok σc max Ok
delta 0.0089 σs max Ok
Section 2
0.6 fck (Mpa) 15.00 x1 (m) 0.05 MED,s qp (kN.m/m) 19.76
MED,s cc (kN.m/m) 27.18 K (Mpa/m) 140.22 K 101.91
a 0.50 σc max 6.42 σc max 4.67
b 0.0068 σs max 324.30 σs max 235.70
c -0.0014 σc max Ok σc max Ok
delta 0.0028 σs max Ok
Section 3
0.6 fck (Mpa) 15.00 x1 (m) 0.03 MED,s qp (kN.m/m) 8.78
MED,s cc (kN.m/m) 12.96 K (Mpa/m) 127.42 K 86.35
a 0.5000 σc max 4.18 σc max 2.83
b 0.0032 σs max 319.57 σs max 216.56
c -0.0006 σc max Ok σc max Ok
delta 0.0013 σs max Ok
Section 4
0.6 fck (Mpa) 15.00 x1 (m) 0.02 MED,s qp (kN.m/m) 2.87
MED,s cc (kN.m/m) 4.72 K (Mpa/m) 116.01 K 70.41
a 0.5000 σc max 2.38 σc max 1.45
b 0.0012 σs max 312.29 σs max 189.56
c -0.0002 σc max Ok σc max Ok
delta 0.0005 σs max Ok
Tableau 17 : Vérifications à l’ELS caractéristique et quasi-permanente

Choix des armatures du voile

✓ Armatures secondaires

Avant de définir les treillis soudés dans les différentes sections nous allons définir les armatures
secondaires.
Ce ferraillage secondaire est défini afin de prendre en compte les dispositions constructives et les
effets secondaires applicables aux murs de soutènement tels que :

- Le gradient thermique (parement extérieur soumis aux variations de température)


- Différence d’intensité de la poussée des terres dans le sens longitudinal du mur
- Les tassements différentiels

38
Pour cela nous utilisons la NF EN 1992-1-1.9.3.1.
Tout d 'abord, nous allons voir les armatures nécessaires sur la face du côté du remblai :
𝐴ℎ ≥ 0.2 ∗ 𝐴𝑠

Section Ah min (cm2/m)


Section 1 2.82
Section 2 0.91
Section 3 0.54
Section 4 0.54
Tableau 18 : Aire linéaire des armatures nécessaires sur le côté du remblai

Puis sur la face avant du mur :


𝐴𝑣 ≥ 0.1 ∗ 𝑒1 = 2𝑐𝑚2 /𝑚
𝐴ℎ ≥ 0.075 ∗ 𝑒1 = 1.5𝑐𝑚2 /𝑚

- 𝑒1 étant la largeur du mur en pied soit égale à d (0.2m) dans notre cas.

Ainsi nous avons les treillis suivants sur la face avant :

• Au-dessus des sections S3 et S4 : ST25C


• Au-dessus de la section S2 : ST25C
• Au-dessus de la section S1 : ST40C

En tête du voile, un chainage sur armature en forme de U sera mis en place. Ce chainage sera
découpé dans un panneau ST40C puis plié. La largeur de chaque côté doit être d’au moins 2𝑒0 (𝑒0
étant la largeur en tête soit égale à 0,2m).

✓ Choix des treillis soudés

Afin de pouvoir choisir les treillis soudés que nous souhaitons utiliser, nous nous sommes basés sur la
fiche technique n°22 concernant les treillis soudés fournie par l’organisme ADETS.
Remarque : Selon la NF EN 1992-1-1 les barres d’armature doivent avoir un diamètre supérieur à
8mm. Cependant, l’annexe nationale nous dispense d’appliquer cette limite si les armatures sont
faites de treillis soudés certifiés. Nous faisons donc l’hypothèse de nous positionner dans ce cas.

• Zone située au-dessus de la section S3

Puisque l’armature nécessaire au niveau de la section S3 et S4 est la même, nous allons considérer
uniquement la zone au-dessus de la section S3.
𝐴𝑠 𝑚𝑖𝑛 = 2.7𝑐𝑚2 /𝑚
Ainsi nous choisissons un treillis ST40C dont les propriétés sont les suivantes :
(Ce panneau sera appelé T1)
𝐴𝑠 = 3.85𝑐𝑚2 /𝑚 > 2.7𝑐𝑚2 /𝑚
Barres verticales : { 𝐸 = 100𝑚𝑚
∅ = 7𝑚𝑚

39
𝐴𝑠 = 3.85𝑐𝑚2 /𝑚 > 0.54𝑐𝑚2 /𝑚
Barres horizontales : { 𝑒 = 100𝑚𝑚
∅ = 7𝑚𝑚

• Zone située au-dessus de la section S2

𝐴𝑠 𝑚𝑖𝑛 = 4.54𝑐𝑚2 /𝑚

Ainsi nous choisissons un treillis sur mesure afin d’optimiser les sections dont les propriétés sont les
suivantes : (Ce panneau sera appelé T2)

𝐴𝑠 = 5.03𝑐𝑚2 /𝑚 > 4.54𝑐𝑚2 /𝑚


Barres verticales : { 𝐸 = 100𝑚𝑚
∅ = 8𝑚𝑚
𝐴𝑠 = 2.82𝑐𝑚2 /𝑚 > 0.91𝑐𝑚2 /𝑚
Barres horizontales : { 𝑒 = 100𝑚𝑚
∅ = 6𝑚𝑚

• Zone située au-dessus de la section S1

𝐴𝑠 𝑚𝑖𝑛 = 14.1𝑐𝑚2 /𝑚
Ainsi nous choisissons d’utiliser deux panneaux sur mesure pour une telle section d’acier.
Les deux panneaux que nous choisissons sont identiques et ont les propriétés ci-dessous :
(Ces panneaux seront appelés T3)
𝐴𝑠 = 7.85𝑐𝑚2 /𝑚
Barres verticales : { 𝐸 = 100𝑚𝑚
∅ = 10𝑚𝑚
𝐴𝑠 = 2.82𝑚2 /𝑚
Barres horizontales : { 𝑒 = 100𝑚𝑚
∅ = 6𝑚𝑚
Au total nous aurons donc :
𝐴𝑠,𝑣𝑒𝑟𝑡𝑖𝑐𝑎𝑙 = 2 ∗ 7.85 = 15.7𝑐𝑚2 /𝑚 > 14.1 𝑐𝑚2 /𝑚
𝐴𝑠,ℎ𝑜𝑟𝑖𝑧𝑜𝑛𝑡𝑎𝑙 = 2 ∗ 2.82 = 5.6𝑚2 /𝑚 > 2.82 𝑐𝑚2 /𝑚

Vérification de l’effort tranchant à l’ELU

Afin de vérifier l’effort tranchant, nous allons considérer la section S1 qui est celle située en bas du
voile. En effet, c’est celle-ci qui subit l’effort tranchant le plus important.
𝑉𝐸𝑑 = 1.35 ∗ 45.35 + 1.5 ∗ 12.90 = 80.57 𝑘𝑁/𝑚
Nous allons comparer cet effort tranchant à l’effort tranchant de calcul :
1
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑏𝑤 ∗ 𝑑 ∗ 𝐶𝑅𝑑;𝑐 ∗ 𝑘 ∗ (100𝜌𝑙 ∗ 𝑓𝑐𝑘 )3 > 𝑣𝑚𝑖𝑛 ∗ 𝑏𝑤 ∗ 𝑑

- 𝑏𝑤 = 1 m
- 𝑑=0.2-0.04-0.05=0.11m
- 𝐶𝑅𝑑;𝑐 = 0.12
200
- 𝑘 =1+√ =5.2
𝑑

40
𝐴 14.10∗10−4
- 𝜌𝑙 = 𝑏 𝑠𝑙𝑑 = 1∗0.11
= 0.0128 < 0.02
𝑤
0.35√𝑓𝑐𝑘
- 𝑣𝑚𝑖𝑛 = 𝛾𝑐
pour un voile
- 𝑣𝑚𝑖𝑛 = 1.16𝑀𝑝𝑎

𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 217.9𝑘𝑁/𝑚 > 80.57𝑘𝑁/𝑚


Il n’est donc pas nécessaire de prévoir des armatures pour l’effort tranchant.

Sections d’armature dans la semelle

Afin de dimensionner les armatures de la semelle, nous allons utiliser les combinaisons d’action
suivantes qui permettent d’avoir les efforts maximums dans la semelle :
ELU : 1.35 ∗ (𝐺0 + 𝐺1 + 𝐺2 ) + 1.5 ∗ (𝑄 + 𝑃𝑄 ) + 𝑃𝐺1
ELS caractéristique : 𝐺0 + 𝐺1 + 𝐺2 + 𝑄 + 𝑃𝑄 + 𝑃𝐺1
ELS quasi-permanent : 𝐺0 + 𝐺1 + 𝐺2 + 0.3 ∗ (𝑄 + 𝑃𝑄 ) + 𝑃𝐺1

Combinaison ELU ELS ELS quasi-


caractéristique permanent

Pression du
sol (patin)

MA -505.63 -353.28 -332.94


(kN.m/m)
RV (kN/m) 351.15 257.06 237.81
RH (kN/m) 64.70 58.25 49.22
eA (m) 1.440 1.374 1.400
σ (Mpa) 0.122 0.094 0.085

Pression du
sol (talon)

σt (Mpa) 0.102 0.075 0.068


Tableau 19 : Efforts maximums dans la semelle

41
✓ Etude de la section S5 au niveau du patin à l’ELU

Pour l’étude du patin, nous ne considérons pas le poids des terres situées du côté aval du mur car
dans la réalité cette terre peut être retirée. De pus sont effet est négligeable.
Les applications numériques seront réalisées au fur et à mesure dans cette partie.
𝐵2 2 0.352
𝑀𝐸𝑑,𝑢 = 𝜎∗ = 0.122 ∗ = 7.468 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
2 2
7.468 ∗ 10−3
𝜇𝐸𝑑 = = 0.00498
25
1 ∗ 0.32 ∗ 1 ∗
1.5

Les différents paramètres ont déjà été définis précédemment lors du calcul des armature du voile et
restent identiques.

- 𝜇𝑚𝑎𝑥 = 0.3 > 𝜇𝐸𝑑 ainsi les armatures 𝐴𝑆2 ne sont pas requises.
- 𝜇𝐴𝐵 = 0.0561 > 𝜇𝐸𝑑 nous sommes donc en pivot A.

1
𝛼𝑢 = ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 0.00498) = 1.125
0.8
𝑀𝐸𝑑,𝑢 7.468 ∗ 10−3
𝐴𝑠 = = = 1.36𝑐𝑚2 /𝑚
𝑑 ∗ 𝑓𝑦𝑑 ∗ (1 − 0.5 ∗ 𝜆 ∗ 𝛼𝑢 ) 0.3 ∗ 500 ∗ (1 − 0.5 ∗ 0.8 ∗ 1.125)
1.15

Ainsi nous choisissons un treillis ST 25C qui permet d’avoir une section 𝐴𝑠 = 2.57 𝑐𝑚2 /𝑚 et un
espacement de 150mm. En effet, nous aurions pu choisir un treillis ST 20 mais nous avons vu que
l’espacement de 300mm serait préjudiciable vis-à-vis de la fissuration. Ce panneau sera appelé T4.

✓ Vérification de la section S5 au niveau du patin à l’ELS caractéristique


𝐵2 2 0.352
𝑀𝐸𝑑,𝑠 = 𝜎 ∗ = 0.094 ∗ = 5.73 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
2 2

Nous avons b=1m puisque nous ne considérons que des tranches de mur de 1m de large ainsi le
calcul de la hauteur de béton comprimé x1 suit l’équation suivante :
𝑥12
− 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 ) = 0
2

Il faut donc résoudre l’équation du second degré avec les coefficients suivants :
a=0.5
b=15*As
c=-15*As*d
−𝑏 − √𝑏 2 − 4 ∗ 𝑎 ∗ 𝑐
𝑥1 = = 0.033𝑚
2𝑎

Cette valeur de 𝑥1 est indépendante de l’ELS considéré ainsi nous la réutiliserons pour l’ELS quasi-
permanent.

42
Nous définissons maintenant le coefficient de pente K qui nous permettra de déterminer les
contraintes dans le béton et l’acier.
𝑀𝐸𝑑,𝑠
𝐾= 3 = 36.44𝑀𝑃𝑎
𝑥1 2
(𝑑 )
2 + 15 ∗ 𝐴𝑠 − 𝑥1

On a donc les contraintes dans le béton et dans l’acier :


𝜎𝑐 = 𝐾𝑥1 = 1.2𝑀𝑝𝑎 < 0.6𝑓𝑐𝑘 = 15𝑀𝑝𝑎
𝜎𝑠 = 15𝐾(𝑑 − 𝑥1 ) = 145.93𝑀𝑝𝑎 < 0.8𝑓𝑦𝑘 = 400𝑀𝑝𝑎

✓ Vérification de la section S5 au niveau du patin à l’ELS quasi-permanent

Nous calculons de nouveau le coefficient de pente K avec le 𝑀𝐸𝑑,𝑠 correspondant à l’état limite quasi-
permanent mais en utilisant la même valeur de x1 que celle calculée précédemment.
𝑀𝐸𝑑,𝑠
𝐾= 2 = 33.09𝑀𝑝𝑎
𝑥1 2
+ 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 )
2

On a donc les contraintes dans le béton et dans l’acier :


𝜎𝑐 = 𝐾𝑥1 = 1.1𝑀𝑝𝑎 < 0.45𝑓𝑐𝑘 = 11.25𝑀𝑝𝑎
𝜎𝑠 = 15𝐾(𝑑 − 𝑥1 ) = 132.53𝑀𝑝𝑎

Le fait que 𝜎𝑐 soit inférieur à 0.45fck (11.25Mpa) nous permettra de confirmer que l’hypothèse du
fluage linéaire est acceptable.

✓ Etude de la section S6 au niveau du talon à l’ELU

Pour l’étude du patin, nous ne considérons pas le poids des terres situées du côté aval du mur car
dans la réalité cette terre peut être retirée. De pus sont effet est négligeable.

Les applications numériques seront réalisées au fur et à mesure dans cette partie.
(2 ∗ 𝑒𝐴 − (𝐵2 + 𝑒1))2 (𝐵1 )2
𝑀𝐸𝑑,𝑢 = − 𝜎 ∗ + 𝜎𝑡 ∗
2 2
2
(2 ∗ 1.44 − (0.35 + 0.2)) (2.75)2
= − 0.122 ∗ + 0.102 ∗ = 55.5 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
2 2
𝑀𝐸𝑑,𝑢 55.5 ∗ 10−3
𝜇𝐸𝑑 = 2 = = 0.037
𝑏𝑑 𝜂𝑓𝑐𝑑 1 ∗ 0.32 ∗ 1 ∗ 25
1.5

Les différents paramètres ont déjà été définis précédemment lors du calcul des armature du voile et
restent identiques.
𝜇𝑚𝑎𝑥 = 0.3 > 𝜇𝐸𝑑 ainsi les armatures 𝐴𝑆2 ne sont pas requises.
𝜇𝐴𝐵 = 0.0561 > 𝜇𝐸𝑑 nous sommes donc en pivot A.

43
1 1
𝛼𝑢 = ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 𝜇𝐸𝑑 ) = ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 0.00498) = 0.9098
𝜆 0.8
𝑀𝐸𝑑,𝑢 55.5 ∗ 10−3
𝐴𝑠 = = = 8.74𝑐𝑚2 /𝑚
𝑑 ∗ 𝑓𝑦𝑑 ∗ (1 − 0.5 ∗ 𝜆 ∗ 𝛼𝑢 ) 0.3 ∗ 500 ∗ (1 − 0.5 ∗ 0.8 ∗ 0.9098)
1.15

Pour une telle section, nous allons faire un panneau sur mesure avec des barres de diamètre 14mm
et un espacement E=150mm ce qui nous permettra d’avoir une section de 10,25cm²/m. Dans l’autre
sens les barres seront de diamètre 10mm et espacées de100mm. Ce panneau sera appelé T5.

✓ Vérification de la section S6 au niveau du patin à l’ELS caractéristique

(2 ∗ 𝑒𝐴 − (𝐵2 + 𝑒1))2 (𝐵1 )2


𝑀𝐸𝑑,𝑠 = − 𝜎 ∗ + 𝜎𝑡 ∗
2 2
2
(2 ∗ 1.44 − (0.35 + 0.2)) (2.75)2
= − 0.094 ∗ + 0.075 ∗
2 2
= 0.056𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
𝑥12
− 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 ) = 0
2

Il faut donc résoudre l’équation du second degré avec les coefficients suivants :
a=0.5
b=15*As
c=-15*As*d
−𝑏 − √𝑏 2 − 4 ∗ 𝑎 ∗ 𝑐
𝑥1 = = 0.0765𝑚
2𝑎
𝑀𝐸𝑑,𝑠
𝐾= 3 = 69.74𝑀𝑃𝑎
𝑥1 2
+ 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 )
2

On a donc les contraintes dans le béton et dans l’acier :


𝜎𝑐 = 𝐾𝑥1 = 5.34𝑀𝑝𝑎 < 0.6𝑓𝑐𝑘 = 15𝑀𝑝𝑎
𝜎𝑠 = 15𝐾(𝑑 − 𝑥1 ) = 233.78𝑀𝑝𝑎 < 0.8𝑓𝑦𝑘 = 400𝑀𝑝𝑎

✓ Vérification de la section S5 au niveau du patin à l’ELS quasi-permanent

Nous calculons de nouveau le coefficient de pente K avec le 𝑀𝐸𝑑,𝑠 correspondant à l’état limite quasi-
permanent mais en utilisant la même valeur de x1 que celle calculée précédemment.
𝑀𝐸𝑑,𝑠
𝐾= 2 = 50.56𝑀𝑝𝑎
𝑥1 2
+ 15 ∗ 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥1 )
2

On a donc les contraintes dans le béton et dans l’acier :


𝜎𝑐 = 𝐾𝑥1 = 3.87𝑀𝑝𝑎 < 0.45𝑓𝑐𝑘 = 11.25𝑀𝑝𝑎
𝜎𝑠 = 15𝐾(𝑑 − 𝑥1 ) = 169.49𝑀𝑝𝑎

44
Le fait que 𝜎𝑐 soit inférieur à 0.45fck (11.25Mpa) nous permettra de confirmer que l’hypothèse du
fluage linéaire est acceptable.

B. Principe de ferraillage

Nous avons déterminé l’ensemble des treillis nécessaires pour le voile dans la partie précédente. La
minute de ferraillage est présentée ci-dessous :

Figure 7 : Principe de ferraillage

Les longueurs de recouvrement et d’ancrage sont disponibles au début de ce rapport dans les
hypothèses.

45
3. ETUDE GLOBALE DE LA STRUCTURE

3.1. PRINCIPE STRUCTUREL : VERIFICATION DE LA STRUCTURE

A. Difficultés et solutions

Nous allons désormais proposer un principe structurel permettant la descente de charges jusqu’aux
fondations. Cf. descentes de charges en Annexe, où l’on peut voir les principe structuraux en plus
grand.

Concernant la superstructure, la principale difficulté à prendre en compte est l’impossibilité de


mettre en place des éléments de reprise de charge trop massifs au sein des logements pour
reprendre les voiles des étages supérieurs. Pour des raisons esthétiques et de gain de place, les
poutres et poteaux sont à proscrire au sein des pièces.

Au niveau de l’infrastructure, les poutres et poteaux ne sont pas problématiques. Cependant, nous
avons dû faire très attention à la conservation des circulations de 5m et des gabarits de places de
parkings de 2m50 par 5m environ.
D’autre part, il a fallu respecter les dimensions maximales et minimales des poutres dalles et
poteaux. Finalement, cela nous a amené à une longue réflexion quant à la position, l’enchevêtrement
ou encore les dimensions des éléments structuraux afin de proposer un principe résistant, épuré et
économique.

B. Principe structurel du R+3

Nous allons commencer par étudier la reprise des charges du R+4 sur les R+3, dont les voiles ne sont
pas alignés.

46
Figure 8 : R+3 avec élément reportés du R+4

Tout d’abord, nous avons reporté en noir, les voiles, les cloisons, les ouvertures et les balcons du R+4
qui ne sont pas repris par des voiles existants du R+3.
Nous allons maintenant détailler les principes structuraux généraux choisis.

Figure 9 : Principe structurel du R+3

• Les balcons portent en console sur l’étage supérieurs :

Sur la figure ci-dessous, on retrouve en noir l’extrémité du balcon qui n’a pas besoin d’être reprise
par un élément porteur en dessous.

Figure 10 : Détails d’un de la reprise de charge d’un balcon

• Quand les voiles du R+4 sont pleins, on reprend leur poids propre en considérant que ce sont des
poutre-voiles, qui fonctionnent comme une poutre, sur deux appuis (en bleu sur la figure
générale)
• Quand il y a des ouvertures dans les voiles de l’étage 4, nous ne pouvons pas utiliser de poutre-
voiles, nous choisissons donc un fonctionnement de linteaux porteurs, qui reprennent en
suspension leur propre poids. Ces linteaux fonctionnent également comme une poutre normale
appuyée sur des éléments porteurs (en vert).

47
• Afin de limitée la portée de ces poutre-voiles et linteaux, il est nécessaire d’intégrer des poteaux.
Afin de limiter les inconvénients esthétiques, nous choisissons de les cacher dans les cloisons.
Nous choisissons des poteaux 15cm*50cm pour le moment, mais ils seront dimensionner plus
tard. Cependant, l’épaisseur des cloisons n’est de 5 cm, celle-ci n’occultera pas totalement
l’épaisseur des poteaux mais limite tout de même l’impact visuel des poteaux au sein des pièces
de vie.

Figure 11 : Détail d’un poteau caché dans une cloison

Nous allons désormais nous pencher sur les zones délicates, afin d’en expliquer le fonctionnement.

Figure 12 : Détail de poutres-voiles dans un placard

• Dans cette zone, on considère un long poutre-voile (à la vertical sur le schéma) appuyé entre
deux voiles de part et d’autres de la pièce et un poutre-voile drapeau en console (à l’horizontal).
Ils permettent de reprendre un coin du R+4.

• Ici, un poutre-voile drapeau est appuyé en console sur un poteau et supporte le linteau, lui-
même appuyé sur un voile.
• Les deux poutre-voiles perpendiculaires fonctionnent indépendamment : le petit élément est en
console tandis que l'autre repose de part et d'autre de la pièce.

48
Figure 13 : Détail d’un poutre-voile en console

• Dans cette zone située dans le salon, le poteau supporte le linteau et le poutre-voile de l’étage
supérieur. Cela n’est pas très esthétique mais nous n’avons pas trouvé de meilleure solution. En
effet, nous avions pensé à épaissir le mur mais la perte d’espace aurait été plus importante. Nous
aurions également pu disposer une poutre seulement au R+3 mais nous suggérons que cela est
moins esthétique qu’un poteau qui peut servir à séparer la pièce, ce qui n’est pas totalement
incongru dans un salon.

Figure 14 : Détail d’un poteau porteur peu esthétique

C. Principe structurel des R+1, R+2 et RDC

Les étages RDC, R+1 et R+2 étant identiques au R+3, on reprend simplement les poteaux par d’autres
poteaux.

Figure 15 : Principe structurel des RDC R+1/R+2

D. Principe de poutraison au PH SS-1

49
Désormais, il convient de proposer un principe des poutraisons de l’infrastructure permettant la
reprise de toutes les charges de la superstructure mais aussi de l’aménagement extérieur.
Le sous-sol faisant office de parking, nous prendrons soin de positionner la plus de places de parking
possible tout en respectant la réglementation sur leurs dimensions.
Premièrement, nous reportons les éléments porteurs du RDC sur le SS-1 :

Figure 16 : SS-1 avec éléments reportés du RDC

La zone à étudier est marquée par les pointillés jaunes. En effet, l’empreinte du parking comprend la
zone d’implantation du bâtiment mais aussi une zone de chaque côté sous les abords du bâtiments :
jardins, dalles, entrées, etc. Nous devrons donc également reprendre les charges dues à cet
aménagement extérieur.
Voici le plan de poutraison choisi pour la SS-1 :

50
Figure 17 : Principe de poutraison du SS-1

Les principes généraux sont les suivants :

• En bleu foncé, les poutres dont la longueur maximale ne peut pas excéder 6 à 7 m.
• Pour des raisons pratiques, nous avons choisi d’allonger certains voiles (en bordeaux). Cela
n’affecte pas notre largeur de circulation.

Figure 18 : Détail de l’allongement des voiles

• En violet, les poteaux de dimensions 30*45 cm ou 25*50 cm, selon leurs positions au sein des
places de parking et la largeur de la poutre car souvent Lpoteau=Lpoutre.
• En bleu clair, nous avons choisi d’intégrer des poutre-voiles à l’étage supérieur quand cela est
possible, c’est-à-dire quand le voile courre de part et d’autre d’un appui stable et qu’il ne
possède pas d’ouvertures.

51
• Les gabarits des places de parkings sont représentés en gris clair, il y a 32 places dont 3 PMR :
nous respectons ainsi le quota induit par le plan architecte. Les poteaux doivent être positionnés
dans les zones hachurés, sinon la place n’est pas valable.
• La différenciation entre poutres primaires et secondaires se fait ainsi :

Figure 19 : Principe de différence entre poutres primaires et secondaires

Nous allons maintenant nous pencher sur quelques zones particulières afin de les expliquer :

• La zone ci-dessous est complexe car elle constitue un enchevêtrement de poutres s’appuyant les
unes sur les autres. Cela est tout à fait possible si les poutres primaires reposent bien sur des
éléments porteurs (ici les trois poteaux et les voiles proches de l’escalier).

Figure 20 : Détail d’un chevauchement complexe de poutres

• Poutre disposée sur le fût central des escaliers pour reprendre leur poids.

Figure 21 : Détail du fût central de l’escalier

• Nous choisissons ici une poutre sur deux appuis car une poutre en console ramènerait un effort
de tension dans l’autre poutre.

52
Figure 22 : Détail d’une poutre délicate

• Ici, près de l’escalier centrale, nous avons un poutre-voile en console car il est impossible de
l’appuyer sur un élément porteur.

Figure 23: Détail d’un poutre-voile en console

E. Principe de poutraison au PH SS-2

Voici le principe du deuxième sous-sol.

Figure 24 : Principal de poutraison du SS-2

Il ne comporte plus les éléments servant à reprendre les charges de la superstructure, seulement les
poteaux reprenant les poteaux du SS-1 ainsi que des poutres permettant la reprise des planchers
hauts. Il y a 31 places dont 3 PMR.

53
F. Principe de fondations

Concernant les fondations de notre bâtiment, il semble convenir de mettre en place des fondations
semi-profondes car nous sommes en présence d’un sol stable à faible profondeur. D’après le rapport
d’étude géotechnique, le sol est composé de marnes argileuses à partir d’une profondeur de 15m
environ.

Le rapport géotechnique préconise des semelles filantes de 1.00m de largeur sous les voiles et des
semelles isolées de 2.00m de largeur sous les poteaux.
La contrainte de 5.0 bars aux ELS, conduira à des tassements inférieurs à 11mm.

Figure 25 : Principe de fondation

La descente de charge totale au second sous-sol nous permettra, plus loin, de pré-dimensionner
rapidement nos fondations.

54
3.2. DESCENTE DE CHARGE DE LA STRUCTURE

A. Hypothèses de chargement retenues pour l’ensemble du projet

Principe

La descente de charges a pour objectif d’étudier le transfert des charges dans la structure. L’objectif
étant de connaitre la répartition et les cheminements des charges sur l’ensemble des éléments
porteurs de la structure depuis le haut jusqu’aux fondations. Le bâtiment que nous devons étudier
sera dimensionné à l’ELS et à l’ELU. En effet, l’état limite ultime (ELU) concerne la sécurité des
personnes et la sécurité de la structure. L’état limite de service (ELS) concerne le fonctionnement de
la structure ou des éléments structuraux en utilisation normale, le confort des personnes et l’aspect
de la construction. A l’ELS, il faudra donc vérifier les déformations qui affectent l’aspect et le confort
des utilisateurs, les vibrations qui nuisent au confort des personnes et les dommages susceptibles de
nuire à la durabilité de la structure.

Figure 26 : Schéma d’une descente de charge dans un bâtiment

Ces hypothèses sont importantes car elles vont directement impacter la structure. Il est important de
bien définir les charges appliquées à notre structure qu’elles soient permanentes ou d’exploitation.

✓ Pour les charges permanentes (G) :


• Poids propre des matériaux (béton, métal, terre,…)
• Géométrie du projet (épaisseur dalle, hauteur voiles,…)
• Equipements (bardage, chape, faux plafond, cloisons, enrobé,…

✓ Pour les charges d’exploitation (Q) :


• Type de structure (logements, bureaux, commerces,…)
• Type de circulation (pour les ouvrages d’art,…)

55
Dans notre projet, les chargements sont préconisés par le CCTP. Nous expliquerons cependant
certaines libertés et hypothèses qui ont été considérées.

Par rapport au principe structurel, nous avons ajouté des bandes noyées afin de mieux répartir les
charges au sein des pièces.

Charges d’exploitation

La structure à étudier est un bâtiment de logements de quatre étages avec deux niveaux de sous-sol
constituant des parkings. Ainsi, d’après le tableau 6.1 de l’Eurocode 1 sur les catégories d’usage et le
tableau 6.2 de l’Eurocode 1 sur les charges d’exploitation à considérer, nous pouvons voir que notre
bâtiment résidentiel fait partie de la catégorie A.

On peut définir également les coefficients d’exploitation tels qu’ils sont recommandés par l’EC2 :

Figure 27 : Coefficient d’exploitation de l’Eurocode

Pour réaliser la descente de charges, il nous faut partir du CCTP qui nous donne les différentes
charges et critères à respecter.
L’image ci-dessous, extraite du CCTP, présente les indications concernant les valeurs de surcharges
d’exploitation pour notre projet.

Figure 28 : Surcharges préconisées dans le CCTP

56
Ainsi, nous considérons les charges d’exploitation ci-dessous pour réaliser les descentes de charges
de notre bâtiment :

Désignation Surcharges d’exploitation Q Remarques


Catégorie A-Logements 1,5 kN/m2 Non conforme au CCTP (*)
Balcons 3,5 kN/m2 Conforme au CCTP
Escaliers 2,5 kN/m2 Conforme au CCTP
Garages et les parkings 2,5 kN/m2 Conforme au CCTP
Terrasses accessibles 2,2 kN/m2 Conforme au CCTP
Terre végétale 2,5 kN/m2 Hypothèse
Tableau 20 : Charges d’exploitation

Remarque : Il est à noter que le CCTP nous stipule de prendre des charges d’exploitation de 1,75
kN/m2. Cependant, nous avons pris une liberté de changer cette valeur et de la prendre égale à 1,5
kN/m2 comme indiqué dans le cours de Béton Armé.

Charges permanentes

Les charges permanentes prennent en compte les poids propres, la géométrie du projet et les
équipements.
Nous considèrerons que les équipements représentent une charge de 1kN/m2 et que 𝛾𝑏é𝑡𝑜𝑛 =
25𝑘𝑁/𝑚3 .
De plus, nous avons les caractéristiques suivantes concernant les différents éléments de la structure :

✓ Caractéristiques des dalles :


• Hauteur entre le dessus de la dalle basse et la sous-face de la dalle haute= 2,5m.
• Epaisseur de la dalle = 0,18m (cf CCTP GO).

✓ Caractéristiques des voiles:


• Epaisseur des voiles entre logement =20cm (cf CCTP GO).
• Epaisseur des voiles de la cage d’ascenseur =20cm (cf CCTP GO).
• Epaisseur des voiles extérieurs= 18 cm (cf CCTP GO).

✓ Caractéristiques des balcons:


• Epaisseur des balcons=20cm (cf CCTP GO).
• Longueur des balcons=1,5 m.

Nous pourrons donc calculer les charges permanentes des dalles grâce à la relation suivante :

G=Poids propre+ 1 kN/m2

Nous pourrons également calculer les charges permanentes des voiles grâce à la relation suivante :

𝐺 = 𝛾𝑏é𝑡𝑜𝑛 ∗ ℎ ∗ 𝑒

57
Le tableau ci-dessous regroupe l’ensemble des valeurs des charges permanentes et d’exploitation
utiles à la réalisation de la descente de charge manuelle :
Désignation P Q
𝟐
Dalle 𝐺𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 = 0,18 ∗ 25 + 1 = 𝟓, 𝟓 𝒌𝑵/𝒎 1,5 kN/m2

Dalle balcons 𝐺𝑏𝑎𝑙𝑐𝑜𝑛𝑠 = 0,3 ∗ 25 + 1 = 𝟖, 𝟓 𝒌𝑵/𝒎𝟐 3,5 kN/m2


Voile logements 𝐺𝑣𝑜𝑖𝑙𝑒−𝑙𝑜𝑔 = 25 ∗ 2,5 ∗ 0,20 = 𝟏𝟐, 𝟓𝒌𝑵/𝒎𝒍 2,5 kN/m2
Voile mur extérieur 𝐺𝑣𝑜𝑖𝑙𝑒−𝑒𝑥𝑡 = 25 ∗ 2,5 ∗ 0,18 = 𝟏𝟏, 𝟐𝟓𝒌𝑵/𝒎𝒍 2,5 kN/m2
Voile cage ascenseur 𝐺𝑣𝑜𝑖𝑙𝑒−𝑎𝑠𝑐𝑒𝑛𝑠𝑒𝑢𝑟 = 25 ∗ 2,5 ∗ 0,20 = 𝟏𝟐, 𝟓𝒌𝑵/𝒎𝒍 2,2 kN/m2
Voile entre logement et cage ascenseur 𝐺𝑣𝑜𝑖𝑙𝑒−𝑙𝑜𝑔/𝑎𝑠𝑐𝑒𝑛𝑠𝑒𝑢𝑟 = 25 ∗ 2,5 ∗ 0,20 = 𝟏𝟐, 𝟓𝒌𝑵/𝒎𝒍 2,5 kN/m2
Tableau 21 : Charges Q et P

B. Descente de charge complète jusqu’aux fondations

La descente de charge (DDC) est l’étude des chargements élémentaires sur chaque élément de la
structure. Elle permet principalement de déterminer le poids total du bâtiment pour pouvoir
dimensionner les fondations, de vérifier la stabilité de la structure (contreventement, mur de
soutènement,…) et de connaitre les efforts sollicitant dans les différents éléments (poutres,
poteaux,…). Pour effectuer une descente de charge, il faut dans un premier temps définir le sens de
portée des dalles pour descendre les charges puis calculer les poids propres des éléments pour enfin
réaliser la descente de charge sur les poteaux.

Dans ce projet, nous avons choisi de réaliser une descente de charge manuelle. En effet, cette
méthode permet de bien appréhender le sujet et d’exploiter les résultats rapidement. En revanche,
cette démarche est longue et les modifications y sont compliquées. Pour finir, nous ne prendrons pas
en compte la raideur des éléments ainsi que les phénomènes de continuité et d’hyperstaticité.

Les hypothèses concernant le chargement sont décrites dans le paragraphe précédent. Cependant,
nous spécifions en plus que nous ne prendrons pas en compte l’hyperstaticité dans notre descente
de charge et que nous tiendrons compte des règles forfaitaires de continuité pour les poutres lors du
calcul des charges sur poteaux. Ces hypothèses sont principalement dues au fait que nous utilisons
une descente de charge manuelle.

Nous expliquerons la méthode utilisée pour réaliser la descente de charges et nous insèrerons
l’ensemble des plans comportant les charges appliquées à chaque étage en annexes.

Définition du sens de portée des dalles

Suivant l’EN 1992-1-1 paragraphe 5.3.1(5), on considère des dalles appuyées sur 2 côtés si le rapport
de la plus grande à la plus faible portée est supérieur à 2. Dans cette hypothèse assez importante,
nous considèrerons une bande de 50 cm venant charger les 2 petites côtés « non porteurs ».

58
Figure 29 : Portée de la dalle sur 2 côtés

Toutes les autres dalles sont appuyées sur 4 côtés.

Figure 30 : Portée de la dalle sur 4 côtés

Remarque : Dans le cas de dalles appuyées sur des poutres, il faudrait également tenir compte de la
souplesse des appuis (c’est-à-dire de la déformation des poutres) qui entraine une concentration des
moments sur les poteaux et abouts de voile. Cependant, dans la réalisation de la descente de charge
manuelle, nous ne tiendrons pas compte de cette différence de raideur.

Explication de la démarche utilisée

Nous avons calculé les charges appliquées sur le R+4 puis nous avons descendu les charges jusqu’au
R+3. Après avoir calculé les charges propres au niveau R+3, nous pourrons additionner les charges du
R+4 avec celles du R+3 pour connaître la somme des charges qui descendent au R+3.
Pour calculer les charges propres au R+3, sans prendre en compte les charges du R+4 dans un
premier temps, il nous faut calculer les poids propres des murs et les charges d’exploitation et
permanentes des dalles et des balcons. Pour cela, il faut définir le sens de portée de la dalle et

59
calculer la charge d’exploitation et la charge permanente appliquée sur l’élément de structure
étudiée.
Après avoir calculé ces charges, il faut sommer les charges G et Q du R+4 avec celles trouvées au R+3
pour obtenir la descente de charge jusqu’au R+3.
La méthode est toujours la même pour chaque niveau.
De plus, nous avons effectué une diffusion des charges lorsque plusieurs chargements étaient
présents sur un même voile en effectuant une somme pondérée par les longueurs sur lesquelles les
charges s’appliquaient.
Pour finir, nous avons mis des bandes noyées pour reprendre des voiles présents uniquement sur
l’étage supérieur. Ces bandes noyées ont induits des charges ponctuelles à leurs extrémités reprises
à leur tour par des poteaux. Ces derniers descendent les charges ponctuelles jusqu’aux sous-sols.

C. Equarrissage des poutres et des poteaux du PHSS-1

L’équarrissage consiste en la définition des dimensions des éléments de la structure tels que les
poutres et les poteaux. Il y a plusieurs méthodes pour réaliser cet équarrissage. Par exemple, si l’on
avait réalisé la descente de charge sur un logiciel, on aurait pu directement obtenir les plans
d’équarrissage à partir de ce dernier.

Avec la descente de charge manuelle, nous avons deux méthodes possibles pour l ‘équarrissage qui
sont décrites ci-dessous:

• Soit on calcule les moments à l’ELS pour chaque élément grâce à la formule suivante :
𝑀𝐸𝐿𝑆 = 2500 𝑏ℎ2 et 𝑏 = 0,80 ∗ ℎ

• Soit on utilise les formules suivantes :


ℎ = 𝐿⁄10 et 𝑏 = 0,80 ∗ ℎ

Cette dernière méthode sera utilisée pour l’équarrissage des poutres et poteaux. Cependant, cette
méthode est approximative. Nous veillerons donc à garder une certaine cohérence dans les
dimensions. En effet, nous avons assuré une continuité dans les dimensions de certaines poutres. Par
exemple, il nous a parfois fallu augmenter les sections des poutres pour assurer une logique de mise
en œuvre (homogénéiser au maximum les dimensions des poutres). Ou encore, la largeur des
poteaux respecte l’épaisseur des voiles. En effet, la mise en place des coffrages sera ainsi plus rapide
et moins couteuse.
Le plan d’équarrissage des poutres et des poteaux du PHSS-1 est annexé à ce rapport.

D. Equarrissage des poutres et des poteaux du PHSS-2

Pour l’équarrissage des poutres et des poteaux du PHSS-2, nous réalisons la même démarche que
pour le PHSS-1 en veillant évidemment à garder une continuité entre les dimensions des poteaux du
PHSS-1 et du PHSS-2.

60
Le plan d’équarrissage des poteaux et des poutres du PHSS-2 est joint à ce rapport en annexe.

E. Dimensions pour les fondations

Semelles filantes

Grâce aux essais pressiométriques du rapport de sol, nous trouvons, au niveau de la couche marno-
argileuse, une contrainte limite à l’ELS de σsol,ELS = 5 bars = 500kN/m².

𝐹
Or, on sait que : 𝜎 = 𝑆
donc la largeur d’une semelle filante doit être est :
𝑘𝑁
𝑃𝑒𝑙𝑠 ( )
𝑚
𝑏= 𝜎𝑠𝑜𝑙,𝐸𝐿𝑆
.
En outre, par le phénomène bielle-tirant, l’épaisseur de celle-ci peut être estimée grâce à la relation
suivante :

Figure 31 : Principe de calcul des épaisseurs de fondation

𝑎 − 𝑎′
ℎ= +𝑒
4

- a = 2m : largeur de la semelle
- a’ = 0,2 : largeur du poteau
- e = 0,05m : enrobage

Nous calculons b et e pour chaque voile. Puis, afin d’homogénéiser les fondations et de faciliter la
mise en œuvre, nous choisissons trois valeurs de b et trois valeurs de e et nous arrondissons les
fondations de chaque voile à l’une d’entre elles.
Les résultats sont données en annexe.

Semelles isolées

𝐹𝑒𝑙𝑠 (𝑘𝑁) 𝑎−𝑎 ′


De même pour les semelles isolées : 𝑆 = 𝜎𝑠𝑜𝑙
et ℎ = 4
+ 𝑒.
On choisira des semelles carrées (b=h) et on applique le même principe d’homogénéisation.

61
4. ETUDE DETAILLEE DE LA STRUCTURE

4.1. Calcul d’une poutre au PH SS-1

A. Dimensionnement à l’ELU

Poutre choisie

On a choisi une poutre qui reprend un voile extérieur du RDC, elle est située en bas à gauche comme
le montre les plans du SS-1 ci-dessous.

Figure 32 : plan du SS-1

Figure 33 : localisation de la poutre étudiée

L’étude porte sur une poutre continue mono travée en béton armé dans un bâtiment d’habitation de
catégorie d’usage A (zones résidentielles). Les caractéristiques de la poutre sont données ci-dessous :

62
Figure 34 : caractéristiques longitudinales et transversales de la poutre

Remarque : le poids propre de la poutre est déjà compris dans les charges permanentes.

• Section de la poutre : h = 60 cm et b = 50 cm
• Portée utile de la poutre : Leff = 5,33 m

Combinaison d’actions à l’ELU

Comme la poutre est soumise à des charges réparties et une charge ponctuelle on utilise le principe
de superposition et l’on va traiter ces deux cas de charges indépendamment.

✓ Charge uniformément répartie

On considère seulement le cas de charge où la poutre est chargée sur toute la longueur de la travée
tel que :

Figure 35 : poutre chargée uniformément

Pour les poutres de bâtiment, les actions les plus défavorables sont celles des charges d’exploitation.
La combinaison d’actions correspondante à l’ELU est :
PEd,ELU = ∑ 1,35𝐺 + 1,5𝑄
𝐏𝐄𝐝,𝐄𝐋𝐔 = 1,35 × 161,28 + 1,5 × 47,75 = 𝟐𝟖𝟗, 𝟑𝟓𝟑 𝒌𝑵/𝒎

63
✓ Calcul du moment

𝑃𝐸𝑑 . 𝑥. (𝐿𝑒𝑓𝑓 − 𝑥)
𝑀𝐸𝑑 (𝑥) =
2

𝐿
Moment maximal en travée en 𝑥 = 2 :
𝑃𝐸𝑑 . 𝐿2𝑒𝑓𝑓 𝑃𝐸𝑑 . 5,33²
𝑀𝐸𝑑,𝑚𝑎𝑥 = = = 1027,53 𝑘𝑁. 𝑚
8 8

✓ Calcul de l’effort tranchant


𝑃𝐸𝑑
𝑉𝐸𝑑 (𝑥) = . (𝐿𝑒𝑓𝑓 − 2𝑥)
2

Effort tranchant maximal sur appuis :


𝑃𝐸𝑑 . 𝐿𝑒𝑓𝑓
𝑉𝐸𝑑,𝑚𝑎𝑥 = ± = 771,12 𝑘𝑁
2

✓ Charge ponctuelle

Figure 36 : poutre soumise à la charge ponctuelle

✓ Combinaison de charge ELU :


PEd,ELU = 1,35 × 40,44 + 1,5 × 4,59 = 61,48 kN

✓ Réactions aux appuis


2,34. 𝑃𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑈
𝑅𝑎 =
5,33

2,99. 𝑃𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑈
𝑅𝑏 =
5,33

✓ Calcul du moment

64
- 0 ≤ 𝑥 ≤ 2,34 :
𝑀𝐸𝑑 (𝑥) = −𝑅𝑎 . 𝑥
- 2,3 ≤ 𝑥 ≤ 5,33 :
𝑀𝐸𝑑 (𝑥) = −𝑅𝑎 . 𝑥 + 𝑃𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑈 (𝑥 − 2,34)

Moment maximal au droit d’application de la charge en x=2,34 :


𝑀𝐸𝑑,𝑚𝑎𝑥 = 79,84 𝑘𝑁. 𝑚

✓ Calcul de l’effort tranchant :


- 0 ≤ 𝑥 ≤ 2,34 :
𝑉𝐸𝑑 (𝑥) = −𝑅𝑎
- 2,3 ≤ 𝑥 ≤ 5,33 :
𝑉𝐸𝑑 (𝑥) = 𝑅𝑏

Figure 37 : diagramme de l'effort tranchant sous charge ponctuelle

Superposition des charges

On a additionné le moment dû à la charge répartie avec le moment dû à la charge


ponctuelle. On obtient le digramme de moment suivant :

0,0
Diagramme des moments fléchissants
0 1 2 3 4 5 6
-200,0

-400,0
Mrdm
Mrd (kNm)

-600,0 Mrdm1-charge répartie

-800,0 Mrdm2-charge
ponctuelle

-1000,0
-1093,2
-1200,0
x (m)
65
Figure 38 : diagramme des moments fléchissant

Afin d’avoir un problème symétrique et pour des raisons de simplification dans la suite des calculs
nous avons transformé le 𝑃𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑈 de la charge ponctuelle en charge répartie. Ainsi, on a retracé la
courbe des moments sollicitant (courbe jaune « 𝑀𝑟𝑑𝑚,𝑐𝑜𝑟𝑟𝑖𝑔é »).

𝑚𝑎𝑥
8. 𝑀𝑡𝑜𝑡 8 × 1100,6
𝑃𝐸𝑑,𝑐𝑜𝑟𝑟𝑖𝑔é = 𝑃𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑈,𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑟é𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑒 + 𝑃𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑈,𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑝𝑜𝑐𝑛𝑡𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 = = = 309,93 𝑘𝑁/𝑚
𝐿𝑒𝑓𝑓 ² 5,332
𝑃𝐸𝑑 . 𝑥. (𝐿𝑒𝑓𝑓 − 𝑥)
𝑀𝑟𝑑𝑚,𝑐𝑜𝑟𝑟𝑖𝑔é =
2
De la même manière on a tracé le digramme de l’efforts tranchant.

Diagramme de l'effort tranchant


1000,0
800,0 798,1
600,0
400,0
200,0
Ved (kN)

Ved
0,0
0 1 2 3 4 5 6 Ved1
-200,0
Ved2
-400,0
-600,0
-800,0 -805,6
-1000,0
x (m)

Figure 39 : diagramme de l'effort tranchant

Décalage

✓ Coefficient de décalage (en travée), a

Afin de prendre en compte l’effort tranchant sur les armatures longitudinales, l’EC2 dit de tracer la
courbe enveloppe des moments décalée à partir de la courbe du moment fléchissant. On applique
donc un coefficient de décalage a, tel que :
𝑎 = 0,45. 𝑐𝑜𝑡𝜃. 𝑑

- 𝜃 l’inclinaison des fissures causées par l’effort tranchant (1 ≤ 𝑐𝑜𝑡𝜃 ≤ 2,5


- 𝑑 la hauteur utile telle que d = 0,9.h = 0,9.60 = 0,54 m

On prend 𝑐𝑜𝑡𝜃 = 2,5 afin d’optimiser les armatures. On a alors un coefficient de décalage égal à :
𝑎 = 1,125. 𝑑 = 0,61

66
✓ Moment d’encastrement (sur appuis)

D’après le paragraphe 9.2.1.2 de l’EC2, pour une liaison monolithique entre la poutre et ses appuis, il
faut prévoir le dimensionnement en considérant un moment fléchissant négatif résultant de
l’encastrement partiel correspondant à -15% de la valeur du moment maximum en travée. Ce
moment d’encastrement est constant dans l’appui et décroit linéairement depuis le nu de l’appui et
s’annule à une distance de 0,1.Leff de celui-ci. Soit :
𝑒𝑛𝑐𝑎𝑠𝑡𝑟 𝑚𝑎𝑥
𝑀𝑎𝑖 = −0,15. |𝑀𝑡𝑖 | = 165,1 𝑘𝑁. 𝑚

Diagramme des moments fléchissants


400,0

200,0 165,1
0,0
0 1 2 3 4 5 6
-200,0
Mrd (kNm)

Mrdm
-400,0
-506,8 -506,8 Mneg
-600,0 Med
-800,0

-1000,0
-1100,6
-1200,0
x (m)

Figure 40 : courbe des moments décalés

Armatures longitudinales

Nous allons calculer les sections d’armature longitudinales nécessaires pour la poutre afin d’obtenir
un moment résistant MRd supérieur au moment sollicitant MEd.

✓ Moment réduit

On calcule le moment réduit μEd afin de le comparer ensuite aux moments frontières :
𝑀𝐸𝑑
𝜇𝐸𝑑 =
𝑏𝑑2 𝜂𝑓𝑐𝑑

- 𝑀𝐸𝑑,𝑚𝑎𝑥 = 1100,6 kN.m


- 𝑏 la largeur de poutre soit 0,50m
- 𝑑 la hauteur utile de la poutre soit 0,9.h=0,54m
𝑓𝑐𝑘
- 𝑓𝑐𝑑 = 1,5
= 30 𝑀𝑃𝑎

67
- 𝜂 = 1 car 𝑓𝑐𝑘 = 45 𝑀𝑃𝑎 < 50 𝑀𝑃𝑎 (EC2-1-1 §3.1.7(3))

On peut ainsi en déduire le pivot en sachant que nos aciers sont de classe B et savoir si la section
béton est bien pré-dimensionnée.

• Si 𝜇𝐸𝑑 < 𝜇𝐴𝐵 → Pivot A


• Si 𝜇𝐸𝑑 > 𝜇𝐴𝐵 → Pivot B

• 𝜇𝐸𝑑 < 𝜇𝑚𝑎𝑥 → Les armatures comprimées ne sont pas requises


• 𝜇𝐸𝑑 > 𝜇𝑚𝑎𝑥 → Il faut ajouter une nappe d’armature comprimée

Figure 41: Moments frontières pour différentes classes de bétons et d'aciers

Section 𝑴𝑬𝒅 (N.mm) 𝝁𝑬𝒅 𝝁𝑨𝑪 𝝁𝑨𝑩 𝝁𝒎𝒂𝒙 Pivot


Mi-travée 1100,6 0,2516 0,0335 0,0561 0,2952 B
Appui - 165,1 0,0377 0,0335 0,0561 0,2952 A
Appui + 506,8 0,1159 0,0335 0,0561 0,2952 B
Tableau 12 : Les différents moments en travée et sur appui

Pour toutes nos sections on a 𝜇𝐸𝑑 < 𝜇𝑚𝑎𝑥 donc, il n’y a pas besoin d’armatures longitudinales
comprimées : 𝑨𝒔𝟐 = 𝟎 𝒎𝒎𝟐

✓ Position de l’axe neutre

Du moment réduit, on peut déterminer la position αu de l’axe neutre :


1
𝛼𝑢 = (1 − √1 − 2𝜇𝐸𝐷 )

-  = 0,8 car 𝑓𝑐𝑘 = 45 𝑀𝑃𝑎 < 50 𝑀𝑃𝑎 (EC2-1-1 §3.1.7(3))

Cette valeur est nécessaire pour calculer la déformation de l’acier.

68
✓ Déformation et contrainte dans les armatures tendues

On calcul la déformation εsu des aciers :

Figure 42 : diagramme contrainte-déformation simplifié et diagramme de calcul pour les aciers de béton armé

1−αu
Pivot A : εsu = εud Pivot B : εsu = ( αu
) . εcu2
Avec εud = 0,045 pour des aciers de classe B et εcu2 = 0,0035 (cf tableau XXXXX)
𝑓𝑦𝑑
Comme 𝜀𝑠𝑢 > 𝐸𝑠
= 2,17. 10−3 (pour des armatures de classe A ou B 𝑓𝑦𝑑 = 435 𝑀𝑃𝑎 et pour l’acier
l’EC2 impose𝐸𝑠 = 200 000 𝑀𝑃𝑎) on utilise donc la contrainte dans l’acier issue du diagramme σ(ɛ) à
palier horizontal :
σsu1 = fyd = 435 MPa

✓ Section d’acier théorique

A partir du moment sollicitant et de la contrainte reprise par les armatures, on calcule la section
d’acier nécessaire :
𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑀𝐸𝑑
𝐴𝑆1 =
𝑑. (1 − 0,5. 𝜆. 𝛼𝑢 ). 𝜎𝑠𝑢1

𝐌𝐄𝐝 (N.mm) 𝛔𝐬𝐮𝟏 (MPa) 𝐭𝐡é𝐨𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞


Section 𝛍𝐄𝐝 𝛂𝐮 𝛆𝐬𝐮 𝐀𝐒𝟏 (𝐦𝐦²)
Mi-travée 1100,6 0,2516 0,37 0,0060 435 5497
Appui - 165,1 0,0377 0,05 0,0450 435 717
Appui + 506,8 0,1159 0,15 0,0192 435 2299
Tableau 23 : sections théoriques d'armatures à mettre en œuvre

✓ Choix des armatures à mettre en place


𝐭𝐡é𝐨𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞
Section 𝐀𝐒𝟏 (𝐦𝐦²) 𝐀𝐫é𝐞𝐥
𝐒𝟏 (mm²) Armatures
Mi-travée 5497 6434 8HA32
Appui - 717 804 4H16
Appui + 2299 2513 8HA20
Tableau 24 : choix d'armatures à mettre en œuvre

69
On peut ensuite calculer le moment résistant 𝑀𝑅𝑑 due à la mise en place des armatures :
𝑀𝑅𝑑 = 𝜇𝑟𝑑 . 𝑏. 𝑑2 . 𝜂. 𝑓𝑐𝑑 + 0,8. 𝑑. 𝐴𝑠2 . 𝜎𝑠𝑢2

- 𝜇𝑟𝑑 = . 𝛼𝑢 . (1 − 0,5. . 𝛼𝑢 )
S1 Aréel ×fyd
- αu = ×b×d×η×f
cd

Section 𝛂𝐮 𝛍𝐫𝐝 𝐌𝐑𝐝


Mi-travée 0,43 0,2858 1250,2
Appui - 0,05 0,0422 184,8
Appui + 0,17 0,1259 550,5
Tableau 25 : moments résistants des aciers

Le moment résistant des armatures est supérieur au moment sollicitant de leur section.

Diagramme des moments fléchissants


400,0
200,0 165,1
0,0
Mrdm
-200,0 0 1 2 3 4 5 6
Mrd (kNm)

Mneg
-400,0
-506,8 -506,8 Med
-600,0
Mrd 8HA32
-800,0
Mrd 4HA16
-1000,0
-1100,6 Mrd 8HA20
-1200,0
-1400,0
x (m)

Figure 43 : diagramme des moments sollicitant et résistant

Pour faciliter la mise en place des armatures longitudinales on placera 4HA8 en armatures de
montage.

✓ Condition de non fragilité

Il est nécessaire de vérifier que la section d’armature est supérieure à la section minimale imposée
par l’EC2, mais aussi inférieure à la section maximale.
𝑓𝑐𝑡𝑚
𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = max (0,26 𝑏. 𝑑 ; 0,0013𝑏. 𝑑) = 533,52 𝑚𝑚²
𝑓𝑦𝑘

- fyk = 500 MPa


2 2
- fctm = 0,3 × fck (3) = 0,3 × 30(3) = 2,9 MPa (car classe de béton < C50/60)
- b = 500 mm

70
- d = 540 mm

✓ Espacement des armatures

L’espacement des armatures (e) doit être tel que :


𝑒 ≥ 𝑚𝑎𝑥{𝑘1 × ∅𝑙 ; 𝐷𝑔 + 𝑘2 ; 20𝑚𝑚} = 𝑚𝑎𝑥{32; 30; 20𝑚𝑚} = 32 𝑚𝑚
- 𝑘1 = 1(valeur recommandée par l’EC2)
- 𝑘2 = 5𝑚𝑚(valeur recommandée par l’EC2)

Par ailleurs, on émet les hypothèses suivantes :


1. La taille du plus gros granulat est telle que dg = 25 mm
∅𝑙 32
2. Le diamètre de nos armatures transversales vaut ∅𝑡 = 3
= 3
≈ 10 𝑚𝑚

Notre cas ou l’espacement sera le plus faible est la section de la travée ou l’espacement e entre les
armatures sera :
𝑏 − 2 × 𝐶𝑛𝑜𝑚 − 2∅𝑡 − 4(𝜙𝐻𝐴32 ) 500 − 70 − 2 × 10 − 4 × 32
𝑒= = = 94 𝑚𝑚 ≥ 35 𝑚𝑚
3 3

✓ Longueur d’ancrage

(Cf. Calcul 1.2.b.)


Nos barres d’acier travaillent à 100% une fois qu’elles sont totalement ancrées. Or, comme le
montrent nos digrammes des moments, à partir de 20 cm au nu de l’appui, le moment sollicitant
redevient supérieur au moment résistant de nos barres HA20. On décide donc d’augmenter l’ancrage
de nos barres HA32 et de les disposer à 10 cm du nu de l’appui. A 10 cm d’ancrage la contribution
des 8HA32 combiné à celle des 8HA20 est suffisante pour reprendre le moment sollicitant (voir
courbe des moments ci-dessous sur une demi-longueur de poutre).

On aurait pu supprimer les HA20 et ancrer totalement les HA 32 sur appui mais d’un point de vue
constructif cela semblait compliqué, nous avons donc préféré nous ancrer sur appui avec des HA20.

400,0
200,0
0,0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
moment (kN.m)

-200,0
-400,0 Mrdm
corrigé
-600,0
(kNm)
-800,0
-1000,0
-1200,0
-1400,0 x (m)

Figure 44 : évolution du moment résistant des armatures en fonction de l'ancrage

71
Par ailleurs, notre choix d’armatures était essentiellement guidé par les calculs de résistance.
Cependant, nous savons qu’en pratique dans le bâtiment, il est d’usage d’employer des armatures de
plus faible diamètre (comme du HA20 plutôt que du HA32) et disposer davantage de lits d’armatures
tendues.

Armatures transversales

✓ Justification de l’utilisation d’armatures transversales

Une armature d’effort tranchant n’est requise que si 𝑉𝐸𝐷 ≥ 𝑉𝑅𝑑,𝑐 avec 𝑉𝑅𝑑,𝑐 l’effort tranchant
résistant du béton en l’absence d’armatures d’effort tranchant et 𝑉𝐸𝐷 l’effort tranchant résultant des
combinaisons de charge à l’ELU.

𝐶𝑅𝑑,𝑐 𝑘(100 ∗ 𝜌𝑙 ∗ 𝑓𝑐𝑘 )1/3 +𝑘1 𝜎𝑐𝑝


𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑏 ∗ 𝑑 ∗ 𝑚𝑎𝑥 { }
𝑣𝑚𝑖𝑛 + 𝑘1 𝜎𝑐𝑝

Cependant, cette justification peut être omise dans les poutres dont l’épaisseur est supérieure à 20
cm car on doit dans tous les cas placer une quantité d’AT minimale.
Dans le dimensionnement des AT on choisira 𝑐𝑜𝑡𝜃 = 2,5 afin de réduire la densité des armatures
transversales nécessaire. L’inclinaison des armatures transversales sera droite donc 𝛼 = 90° pour
faciliter la mise en place des barres sur le chantier.

✓ Diamètre des AT
∅𝑙 32
∅𝑡 = = = 10 𝑚𝑚
3 3

✓ Section totale d’AT

𝜋∅𝑡 ²
𝐴𝑠𝑤 = 4 ∗ = 314 𝑚𝑚²
4

✓ Densité minimale d’AT

𝐴𝑠𝑤 0,08√𝑓𝑐𝑘
( ) =𝑏 = 0,537 𝑚𝑚²
𝑆 𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑦𝑘

✓ Effort tranchant résistant

A la quantité minimale d’AT correspond un effort tranchant résistant défini tel que :
𝐴𝑠𝑤
𝑉𝑅𝑑,𝑠,𝑚𝑖𝑛 = ( ) . 𝑧. 𝑓𝑦𝑑 . 𝑐𝑜𝑡𝜃. sin(𝛼) = 283,64 𝑘𝑁
𝑆 𝑚𝑖𝑛

- z=0,81h le bras de levier des forces internes

72
- 𝛼 = 90°
- 𝑐𝑜𝑡𝜃 = 2,5
- 𝑓𝑦𝑑 = 435

De plus, on a :
𝑉𝐸𝑑 (𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 𝑔𝑎𝑢𝑐ℎ𝑒) = −805,6 𝑘𝑁
𝑉𝐸𝑑 (𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 𝑑𝑟𝑜𝑖𝑡) = 798,1 𝑘𝑁

Près des zones d’appui 𝑉𝑅𝑑,𝑠,𝑚𝑖𝑛 > VEd il faut donc mettre une quantité d’AT suffisante telle que :
𝐴𝑠𝑤 V𝐸𝑑,𝑐𝑎𝑙
( ) =
𝑆 𝑡ℎé𝑜 𝑓𝑦𝑑 × 𝑐𝑜𝑡𝜃 × 𝑧

V𝐸𝑑,𝑐𝑎𝑙 correspond à l’effort tranchant de chaque zone définie telle que :

Figure 15 : schéma des zones d'effort tranchant de la poutre

V𝐸𝑑,𝑐𝑎𝑙 = |V𝐸𝑑 | − P𝐸𝑑 . l𝑟

𝑑 540 𝑚𝑚
Avec 𝑙𝑟 = 𝑚𝑎𝑥 { }={ } pour la première zone (la plus proche de l’appui) sinon 𝑙𝑟 =
𝑧𝑐𝑜𝑡𝜃 1215 𝑚𝑚
𝑧𝑐𝑜𝑡𝜃.

Dans les zones où 𝑉𝑅𝑑,𝑠,𝑚𝑖𝑛 > VEd nous pouvons mettre la quantité minimale d’armatures
transversales car à ces endroits elles fournissent une résistance supérieure à l’effort tranchant
sollicitant. Sur ces zones les AT pourront être disposées selon l’espacement théorique égal à :
𝐴𝑠𝑤 314
𝑆𝑡ℎé𝑜 = = = 58,47 𝑐𝑚
𝐴 0,537
( 𝑆𝑠𝑤 )
𝑚𝑖𝑛

Cette valeur est supérieure à l’espacement longitudinal maximal des AT défini comme :
𝑆𝑚𝑎𝑥 = 0,75. 𝑑. (1 + 𝑐𝑜𝑡𝛼) = 0,75 × 0,9 × 600 × (1 + 0) = 405 𝑚𝑚

Dans notre cas, 2 zones de différentes densités d’AT ont été considérées.

73
En considérant une moitié de poutre (puisque la disposition des AT sera symétrique) on obtient les
résultats suivants :

𝐀𝐬𝐰 Distance au nu
𝐕𝐄𝐝,𝐜𝐚𝐥 ( ) 𝐬𝐭𝐡 𝐬𝐫é𝐞𝐥 Nb
Zone 𝐋𝐫 𝐒 𝐭𝐡é𝐨 de l’appui
(kN) (𝐦𝐦) (mm) d’intervalle
(mm²/mm)
1 1215 429 0,81 387 380 3,20 ≈ 4 1570
2 1215 52<Vrd 0,537 585 405 /
Tableau 26 : calculs Ved,cal

✓ Disposition des armatures transversales

Pour des raisons constructives nous avons redécoupé les zones pour avoir des espacements tels que :
𝐀𝐬𝐰 Distance au nu
𝐕𝐄𝐝,𝐜𝐚𝐥 ( ) 𝐬𝐭𝐡 𝐬𝐫é𝐞𝐥 Nb
Zone 𝐋𝐫 𝐒 𝐭𝐡é𝐨 de l’appui
(kN) (𝐦𝐦) (mm) d’intervalle
(mm²/mm)
1 295 714 1,35 232 295 1 345
2 1520 2432<Vrd 0,537 585 380 4 1865
3 800 / / / 400 2 2665
Tableau 27 : espacements réels des armatures transversales

Pour des raisons pratiques le premier cadre est souvent placé à une distance de 2 à 5 cm du nu de
l’appui. Nous le placerons donc à 5cm.
Nous aurons 15 cadres HA10 et 30 épingles à mettre en place.

Notre plan de ferraillage est présenté en annexe.

✓ Vérification de la résistance des bielles

On choisit une inclinaison des bielles de 𝜃 = 21,8°.

𝑐𝑜𝑡𝜃=2,5 𝑐𝑜𝑡𝜃 + 𝑐𝑜𝑡𝛼


𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑖𝑛 = 𝛼𝑐𝑤 𝜈𝑓𝑐𝑑 𝑏𝑧 = 1357 𝑘𝑁 > 𝑉𝐸𝑑
1 + 𝑐𝑜𝑡²𝜃

- 𝛼𝑐𝑤 = 1 car la poutre n’est pas précontrainte


- 𝜈 = 0,6 Facteur de réduction de la résistance du béton fissuré à l’effort tranchant
- z=0,81h le bras de levier des forces internes
- 𝛼 = 90° inclinaison des armatures transversales
La résistance des bielles est surabondante.

✓ Vérification des bielles d’about

74
La bielle d’about est la bielle de compression sur appui. L’Eurocode 2 impose que cette bielle soit
ancrée sur appui avec une inclinaison ’ qui est différente de l’inclinaison des bielles en section
courante à cause du phénomène de transmission directe des charges aux appuis.
La vérification de la bielle d’about est d’assurer que la bielle est bien ancrée sur appui et que la
contrainte de compression dans cette bielle est bien inférieure à la contrainte limite 𝜎𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 .

✓ Inclinaison de la bielle d’about

𝑐𝑜𝑡𝜃 ′ = 0,5𝑐𝑜𝑡𝜃 = 1,25 donc 𝜃 ′ = 38,7°

✓ Largeur de la bielle d’about

𝑎2 = 𝑎′1 𝑠𝑖𝑛𝜃′
𝑢
- 𝑎′1 = 𝑎1 + 2 𝑐𝑜𝑡𝜃 ′
- 𝑢 = 2𝑆0 + 𝑆 = 2 × 55 + 20 = 130 𝑚𝑚
𝜃𝐻𝐴20
- 𝑆0 = 𝐶𝑛𝑜𝑚 + ∅𝐻𝐴10 + 2
= 55 𝑚𝑚
- 𝑆 = 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑥𝑒 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑑𝑖𝑓𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑙𝑖𝑡𝑠
(𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑛𝑜𝑡𝑟𝑒 2 𝑙𝑖𝑡𝑠 𝑑′ 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑙𝑙é𝑒𝑠 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑆 = ∅𝐻𝐴20 )

130
𝑎2 = (200 + ∗ 1,25) ∗ sin(38,7°) = 176 𝑚𝑚
2

✓ Contrainte de compression

Comme évoqué précédemment, il faut s’assurer que la contrainte de compression dans la bielle est
bien inférieure à la contrainte limite 𝜎𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 , soit :
𝜎𝑐 ≤ 𝜎𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥
𝑉𝐸𝑑
𝜎𝑐 =
𝑎2 𝑏𝑠𝑖𝑛𝜃′
𝑓𝑐𝑘
𝜎𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 = 0,85 (1 − )𝑓
250 𝑐𝑑

𝝈𝒄 𝝈𝑹𝒅,𝒎𝒂𝒙
Appui
(MPa) (MPa)
1 15,03 24,6
Tableau 28 : résultats des vérifications de contrainte de compression dans la bielle d'about

Les bielles d’about sont bien ancrées. La résistance de la bielle d’about est surabondante.

B. Vérification à l’ELS

75
Combinaisons

Les vérifications à l’Etat Limite de Service permettent de vérifier la résistance de la poutre à long
terme. Elles sont relatives aux critères d’utilisation courants : déformations, vibrations, durabilité.
Leur dépassement peut entraîner des dommages à la structure mais pas sa ruine. Les États Limites de
Service courants concernent : la limitation des contraintes, la maîtrise de la fissuration et la limitation
des flèches. Deux types de combinaisons d’actions sont à prendre en compte :

• Combinaison caractéristique  𝑃𝐸𝐷,𝐸𝐿𝑆 = 𝐺 + 𝑄


• Combinaison quasi - permanente  𝑃𝐸𝑑,𝐶𝑄𝑃 = 𝐺 + 2 𝑄

Vérification des contraintes

A l’ELS, il faut montrer que :

• 𝜎𝑐 ≤ ̅̅̅
𝜎𝑐 (contrainte de compression du béton)
• 𝜎𝑠 ≤ 𝜎̅𝑠 (contrainte de l’acier)

Dans un premier temps, on fera l’hypothèse d’un fluage linéaire de la poutre. Nous vérifierons la
cohérence de cette hypothèse à la fin de nos calculs.

• Contraintes limites en combinaison quasi-permanente :


𝑄𝑃
𝜎𝑐 ≤ 0,45𝑓𝑐𝑘 = 20,25 𝑀𝑃𝑎
• Contraintes limites en combinaison caractéristique :
𝜎̅𝑐 = 𝑓𝑐𝑘 = 45 𝑀𝑃𝑎
𝜎̅𝑠 = 0,8𝑓𝑦𝑘 = 400 𝑀𝑃𝑎

✓ Module du béton et coefficient d’équivalence

Combinaison Quasi-Permanente
Module effectif du béton Coefficient d’équivalence entre l’acier et le béton
𝑬𝒄𝒎 𝐸𝑠
𝑬𝒄,𝒆𝒇𝒇 = 𝛼𝑒 =
𝟏 + 𝝋(, 𝒕𝟎 ) 𝐸𝑐,𝑒𝑓𝑓
Tableau 29 : formules du module effectif et du coefficient d'équivalence à l'ELS (CQP)

Combinaison caractéristique
Module effectif du béton Coefficient d’équivalence entre l’acier et le béton
𝑬𝒄𝒎 𝐸𝑠
𝑬𝒄,𝒆𝒇𝒇 = 𝟏+𝝋 , 𝛼𝑒 =
𝒆𝒇 𝐸𝑐,𝑒𝑓𝑓
Tableau 302 : formules du module effectif du béton et du coefficient d'équivalence à l'ELS (CC)

𝑀𝐶𝑄𝑃
Où 𝜑𝑒𝑓 = 𝜑(, 𝑡0 ) 𝑀
𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑆

76
Pour déterminer le coefficient de fluage 𝜑(, 𝑡0 ) on se réfère à l’abaque 3.1.4 de l’EC2 et aux
hypothèses suivantes :

• T0=28 jours
• Humidité relative : RH=50%
• Ciments de classe N
2𝐴
• Périmètre de la partie exposée à la dessiccation : u=1700mm donc ℎ0 = 𝑢 𝑐 = 353 𝑚𝑚

QP CC
𝑷𝑬𝑫,𝑬𝑳𝑺 (kN/m) 189,62 224,10
𝑴𝒔𝒆𝒓,𝒎𝒂𝒙 (kN.m) (mi- travée) 673,4 795,8
Coefficient de fluage 𝜑(, 𝑡0 ) = 1,6 𝜑𝑒𝑓 = 1,3
Ec,eff (MPa) 13 882,8 15 332,2
𝜶𝒆 14,4 13,0
Tableau 31 : résultats - module effectif du béton et coefficient d'équivalence - ELS

✓ Etat non-fissuré

On émet l’hypothèse que la section n’est pas fissurée. Pour valider cette hypothèse il faut que le
moment de fissuration Mcr soit supérieur au moment Mser calculé précédemment.
𝐼𝐼
𝑀𝑐𝑟 = 𝑓
ℎ − 𝑥𝑠 𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓

- 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 = 𝑓𝑐𝑡𝑚 =3,8 MPa


𝑏𝑥𝑠3 𝑏(ℎ−𝑥𝑠 )3
- 𝐼𝐼 = + + 𝛼𝑒 𝐴𝑠1 (𝑑1 − 𝑥𝑠 )2 + 𝛼𝑒 𝐴𝑠2 (𝑑2 − 𝑥𝑠 )2 (inertie non fissurée)
3 3
𝑏ℎ2
𝛼𝑒 (𝐴𝑠1 𝑑1 +𝐴𝑠2 𝑑2 )+
2
- 𝑥𝑠 = 𝐴
(position de l’axe neutre)
- 𝐴 = 𝑏ℎ + 𝛼𝑒 (𝐴𝑠1 + 𝐴𝑠2 ) (aire de la section homogénéisée)

Etat non fissuré


CQP CC
AS1 (mm²) 6434 6434
AS2 (mm²) 201 201
A (mm²) 395586 1677162
xs (mm) 354 81
𝑰𝑰 (mm4) 1,33E+10 4,11E+10
Mcr (kN.m) 205,5393822 300,5095027
Mser (kN.m) 673,4 795,8
Mcr <Mser Mcr <Mser
fissuré fissuré
Tableau 32 : résultats des moments de fissuration à l'ELS - état non fissuré

77
✓ Etat fissuré

Comme nos sections sont fissurées on doit refaire les calculs en état fissuré.

• Fibre la plus comprimée du béton c :


𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑐 = 𝑥
𝐼𝐼𝐼 𝑠

• Armatures tendues s1 :


𝛼𝑒 𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠1 = (𝑑1 − 𝑥𝑠 )
𝐼𝐼𝐼

• Armatures comprimées s2 :


𝛼𝑒 𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠2 = (𝑥𝑠 − 𝑑2 )
𝐼𝐼𝐼

𝛼𝑒 (𝐴𝑠1 +𝐴𝑠2 ) 2𝑏(𝐴𝑠1 𝑑1 +𝐴𝑠2 𝑑2 )


- Position de l’axe neutre 𝑥𝑠 : 𝑥𝑠 = 𝑏
[√1 + 𝛼 (𝐴 − 1]
𝑒 𝑠1 +𝐴𝑠2 )²

𝑏𝑥𝑠3
- Inertie fissurée III : 𝐼𝐼𝐼 = 3
+ 𝛼𝑒 𝐴𝑠1 (𝑑1 − 𝑥𝑠 )2 + 𝛼𝑒 𝐴𝑠2 (𝑑2 − 𝑥𝑠 )2

Etat fissuré
CQP CC
A (mm²) 395586 1677162
D1 (mm) 539 539
D2 (mm) 49 49
xs (mm) 296 287
4
III (mm ) 9,97E+09 9,42E+09
σc (Mpa) 20,0 24,2
σs1 (Mpa) 236,8 278,1
σs2 (Mpa) 239,9 262,0
Tableau 33 : résultats des vérifications des contraintes à l'ELS en état fissuré

Les contraintes de compression du béton 𝜎𝑐 sont bien inférieures à la contrainte imposée par l’EC2 à
l’ELS (45 MPa en caractéristique et 20,25MPa en quasi-permanente).
De même, les contraintes dans les aciers tendus et comprimés sont inférieures à la valeur limite de
08. 𝑓𝑦𝑘 = 400 𝑀𝑃𝑎 .
La limitation des contraintes dans chaque cas est respectée.
𝐶𝑄𝑃
Comme 𝜎𝑐 = 20,0 𝑀𝑃𝑎 < 0,45. 𝑓𝑐𝑘 = 20,25 𝑀𝑃𝑎, l’hypothèse de fluage linéaire émise au départ
est donc valide.

78
Vérification de la flèche

On utilise la méthode forfaitaire afin de vérifier que la limitation de la flèche est respectée. Pour cela,
il faut que :
𝑳𝒆𝒇𝒇 𝑳𝒆𝒇𝒇
( ) <( )
𝒅 𝒓é𝒆𝒍 𝒅 𝒎𝒐𝒅𝒊𝒇𝒊é

D’après les équations 7.16a et 7.16b du paragraphe 7.42 de l’EC2, on a :


𝐿 𝜌0 𝜌0 2⁄3
( ) = 𝐾 [11 + 1,5√𝑓𝑐𝑘 + 3,2√𝑓𝑐𝑘 ( − 1) ] si 𝜌 ≤ 𝜌0
𝑑 7.16𝑎 𝜌 𝜌
𝐿 𝜌0 1 𝜌′
( ) = 𝐾 [11 + 1,5√𝑓𝑐𝑘 + √𝑓𝑐𝑘 √𝜌 ] si 𝜌 > 𝜌0
𝑑 7.16𝑏 𝜌−𝜌′ 12 0

- K= 1 (donné par le tableau 7.4 de l’EC2 pour une poutre isostatique)


- 𝜌0 = √𝑓𝑐𝑘 × 10−3 = 6,71 ‰ (le pourcentage d’armature de référence)
- Pourcentage d’armatures de traction nécessaire à mi- portée, pour reprendre le moment
engendré par les charges de calcul :
𝐴𝑠1 𝐴8𝐻𝐴32
𝜌= = = 2,14 ‰
b × ℎ 500 × 600
- ρ′ le pourcentage d’armature en compression

𝐿
On calcule ensuite ( ) selon la formule suivante :
𝑑 𝑚𝑜𝑑𝑖𝑓𝑖é
𝐿 𝐿 310
( ) =( ) ∗ 𝐶𝑄𝑃
𝑑 𝑚𝑜𝑑𝑖𝑓𝑖é 𝑑 7.16 𝜎𝑠1

𝐋
( ) 78,15
𝐝 𝟕.𝟏𝟔
𝐋
( ) 102,31
𝐝 𝐦𝐨𝐝𝐢𝐟𝐢é
𝐋
( ) 9,87
𝐝 𝐫é𝐞𝐥
Tableau 344 : résultats des vérifications des flèches des travées à l’ELS

𝐿 𝐿
On a (𝑑) ≤ (𝑑) donc la limitation des flèches à l’ELS est respectée.
𝑟é𝑒𝑙 𝑚𝑜𝑑𝑖𝑓𝑖é

Ouverture des fissures

Il faut vérifier la limitation de l’ouverture des fissures. Pour cela on choisit la méthode forfaitaire, l’on
doit alors vérifier au moins l’une des deux conditions suivantes :

• ∅𝑳,𝒓é𝒆𝒍 ≤ ∅𝑺

79
• 𝒂𝒓é𝒆𝒍 ≤ 𝒂 Condition sur l’espacement

✓ Espacement

b − 2Cnom − 2∅t − 4∅L


𝒂𝒓é𝒆𝒍 =
3

L’espacement maximal est donné par le tableau 7.3N de l’EC2. Il est déterminé à partir de l’ouverture
des fissures 𝑤𝑘 donné par le tableau 7.1N de l’EC2. Cependant, on nous a imposé une ouverture de
fissure telle que 𝑤𝑘 = 0,2 𝑚𝑚.

Condition sur l’espacement maxi des barres Condition sur le diamètre maxi des barres
𝐶𝑄𝑃
𝜎𝑠1 (MPa) = 236,8 ~ 240
amax (mm) 𝒂𝒓é𝒆𝒍 (mm) ∅𝒎𝒂𝒙 ∅𝑳,𝒓é𝒆𝒍
100 mm 94 mm 12 mm 32 mm
Tableau 355 : vérification forfaitaire du critère d'ouverture des fissures

La condition sur l’espacement est vérifiée mais par sécurité nous décidons d’effectuer la vérification
par calcul direct en complément.
𝑤𝑘 = 𝑆𝑟,𝑚𝑎𝑥 (𝜀𝑠𝑚 − 𝜀𝑐𝑚 )
𝑘1 𝑘2 𝑘4 ∅
𝑆𝑟,𝑚𝑎𝑥 = 𝑘3 𝑐 + et 𝑘1 = 0,8 ; 𝑘2 = 0,5 ; 𝑘3 = 3,4 ; 𝑘4 = 0,425
𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓

𝐶𝑄𝑃 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓
𝜎𝑠1 − 𝐾𝑡 (1 + 𝛼𝑒 . 𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 ) 𝐶𝑄𝑃
𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 𝜎𝑠1
𝜀𝑠𝑚 − 𝜀𝑐𝑚 = 𝑀𝐴𝑋 ; 0,6
𝐸𝑠 𝐸𝑠
( )
𝐴𝑠 + 𝜉12 𝐴′𝑝
𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 =
𝐴𝑐,𝑒𝑓𝑓
𝐴𝑐,𝑒𝑓𝑓 = 𝑏 × ℎ𝑐,𝑒𝑓
ℎ−𝑥 ℎ
ℎ𝑐,𝑒𝑓 = 𝑚𝑎𝑥 (2,5(ℎ − 𝑑); ; )
3 2

- 𝜉1 = 0 (rapport de la capacité d’adhérence des armatures de précontrainte à la capacité


d’adhérence des armatures de béton armé).
- 𝐾𝑡 = 0,6 dans le cas d’un chargement de courte durée (cas défavorable)

𝒉𝒄,𝒆𝒇 (mm) 𝑨𝒄,𝒆𝒇𝒇 (mm²) 𝝆𝒑,𝒆𝒇𝒇 𝑺𝒓,𝒎𝒂𝒙 (mm) 𝜺𝒔𝒎 − 𝜺𝒄𝒎 𝒘𝒌 (mm)
101 50732 0,127 146 0,00103059 0,15076743
𝒘𝒌,𝒎𝒂𝒙 (mm) 0,2 Critère vérifié (𝒘𝒌 < 𝒘𝒌,𝒎𝒂𝒙 )
Tableau 36 : résultats de la vérification calculatoire du critère d'ouverture des fissures

80
Vérification de la section d’armature minimale

Afin de maitriser la fissuration, une quantité minimale d’armatures adhérentes est nécessaire dans
les zones où l’on prévoit l’existence de contraintes de traction. Ainsi, il faut vérifier que :
𝑨𝒔 ≥ 𝑨𝒔,𝒎𝒊𝒏

On effectue cette vérification sans calcul direct de la maitrise de la fissuration.


𝑨𝒄𝒕
𝑨𝒔,𝒎𝒊𝒏 = 𝒌𝒄 . 𝒌. 𝒇𝒄𝒕,𝒆𝒇𝒇
𝝈𝒔
𝑁𝐸𝑑
𝑏ℎ
- 𝐾𝑐 = 0,4 ∗ [1 − ℎ ]=0,4 car l’effort normal est nul
𝐾1 ∗( ∗ )𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓

- Par interpolation linéaire on détermine k=0,79 ≈ 0,8


- fct,eff = fctm = 3,4 MPa
- Act = b(h − xsnon fissuré,QP )

Vérification de la section mini.


𝐧𝐨𝐧 𝐟𝐢𝐬𝐬𝐮𝐫é,𝐐𝐏
𝐱𝐬 (mm) 354
Act (mm²) 123 000
𝑨𝒔,𝒎𝒊𝒏 (mm²) 557,6
𝑨𝒔,𝒓é𝒆𝒍 (mm²) 6434
Tableau 37 : vérification sur la quantité minimale d'acier à mettre en œuvre – ELS

La condition d’armatures minimales à l’ELS est bien respectée.

Notre plan de ferraillage respecte bien toutes les conditions à l’ELS, notre poutre est donc
correctement dimensionnée.

81
4.2. Calcul d’un poteau isolé au PH SS-2 et principe de ferraillage

A. Dimensionnement du poteau

Choix du poteau

Nous choisissons de dimensionner un poteau du SS-2 (en haut à gauche) aux charges relativement
importantes.

Figure 46 : Charges appliquées sur le poteau choisi

• Hauteur du poteau l=2.90 mètres


• Dimensions du poteau : 25*50 cm

Nous allons chercher à trouver la section d’aciers nécessaire A, suivant la formule N=A*σ, où N est
l’effort normal de traction et σ la contrainte limite de calcul.
Nous déterminons la combinaison fondamentale à l’ELU et à l’ELS :

Combinaisons fondamentales
ELU ELS
Charges (kN) 1004,88 727,58
Tableau 38 : Combinaisons fondamentales à l'ELU et ELS

Armatures longitudinales

✓ Longueur de flambement

Pour le calcul des armatures longitudinales nous définissons d’abord la longueur de flambement.

82
Figure 47 : Longueurs de flambement

Nous sommes dans le cas d’un poteau dans un bâtiment, aussi nous suivons les recommandations
professionnelles et fixons la longueur de flambement L0 égale à 0,7 l.

✓ Longueur d’élancement
𝑙0
Nous calculons l’élancement du poteau tel que : 𝜆 = 𝑖 .

- L0 est la longueur de flambement en mètres


𝐼
- I est le rayon de giration en mètres, défini tel que : 𝑖 = √𝐵
𝑏∗ℎ 3
- I est l’inertie de l’élément dans le plan de flambement en m4, définie telle que 𝐼 = 3
- B est la section de l’élément en m²

Longueur d'élancement
λ 24,36
l0 2,03 m
i 0,083 m
I 0,010 m4
B 0,125 m2
Tableau 39: Longueur d'élancement

Le calcul de l’élancement va nous être utile dans la détermination de la section d’armatures


longitudinales.

✓ Dimensionnement

Pour utiliser la méthode suivante nous vérifions que les conditions suivantes sont respectées :

• L’élancement λ<120
• 20 ≤ 𝑓𝑐𝑘 ≤ 50 Mpa

83
• Epaisseur dans le sens du flambement h ≥ 0.15 m
• Distance d’ des aciers à la paroi la plus proche ≤ min (0.30h = 0.15 m ; 0.1 m)
• Armatures symétriques par moitié sur chaque surface
• Chargement à au moins 28 jours

Aussi l’effort ultime de compression réglementaire est :


𝑏ℎ. 𝑓𝑐𝑘 𝑓𝑦𝑘
𝑁𝐸𝑑 ≤ 𝑁𝑅𝑑 = 𝑘ℎ ∗ 𝑘𝑠 ∗ 𝛼 ∗ [ + 𝐴𝑠 ∗ ]
𝛾𝑏 𝛾𝑏

- γb = 1.5
- γs = 1.15
- α permet de prendre en compte les risques de flambement
0.86
- λ ≤ 60 aussi 𝛼 = 𝜆
1+( )²
62
- 𝑘ℎ = 1 pour h = 0.50 m
- 𝑘𝑠 = 1 pour λ < 40

𝑁𝑅𝑑 se calcule à l’aide de l’aire d’acier à dimensionner, que nous cherchons justement, aussi nous
nous aidons de la charge 𝑁𝐸𝑑 = 1004,88 kN pour calculer une première valeur de 𝐴𝑠 :
𝛾𝑠 𝑁𝐸𝑑 𝑏 ∗ ℎ ∗ 𝑓𝑐𝑘
𝐴𝑠 ≥ ∗[ − ]
𝑓𝑦𝑘 𝑘ℎ ∗ 𝑘𝑠 ∗ 𝛼 𝛾𝑏

Armatures longitudinales
As 3102 mm²
γs 1,15
γb 1,5
fyk 500 Mpa
Ned 1004,88 kN
kh 1
ks 1
α 0,74
fck 30 Mpa
Tableau 40 : Section d'armatures longitudinales

Nous devons donc disposer un minimum de 3102 mm² d’acier dans le béton pour les armatures
longitudinales.

✓ Dispositions constructives

Les recommandations professionnelles recommandent de disposer 2 lits symétriques.


Le diamètre minimal des armatures longitudinales sera de 8mm.
𝑁
Le ferraillage minimum est défini tel que : 𝐴𝑠 ≥ 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = max(0.10 𝑓 𝐸𝑑 ; 0.002 ∗ 𝐴𝑐 ).
𝑦𝑑
0.04 𝐴𝑐 ℎ𝑜𝑟𝑠 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑐𝑜𝑢𝑣𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡
Le ferraillage maximum est : 𝐴𝑠 ≤ 𝐴𝑠,𝑚𝑎𝑥 = max { }.
0.08 𝐴𝑐 𝑎𝑢 𝑑𝑟𝑜𝑖𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑧𝑜𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑐𝑜𝑢𝑣𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡

84
Ferraillage minimum
Ferraillage maximum
As min 231,01 mm²
As,max 10000 mm²
Ned 1004,88 kN
0,04 Ac 5000 mm²
fyd 435 Mpa
0,08 Ac 10000 mm²
Ac 0,125 m²
Tableau 41: Calcul des ferraillages minimum et maximum

Notre premier calcul recommandant une section d’armatures de 3102mm² répond aux vérifications
de ferraillage minimal et maximal, aussi nous validons cette valeur.

Nous cherchons les armatures qui correspondront le mieux pour une section d’acier de 31,02 cm²
minimum. Nous avons alors plusieurs choix :7HA25 / 8HA32 / 3HA40.

Nous choisissons les armatures 8HA32, qui permettront d’être disposées de façon symétrique, ce qui
offre une section d’acier de 3217mm².
Enfin nous respecterons l’espacement horizontal et vertical entre barres eh et ev ≥ max(𝛷𝑚𝑎𝑥 ; 𝑑𝑔 +
5𝑚𝑚 ; 20 𝑚𝑚) = 32 𝑚𝑚. Avec dg la dimension du plus gros granulat et 𝛷𝑚𝑎𝑥 le diamètre des
barres choisies.

Armatures transversales

Pour les calculs d’armatures transversales nous allons chercher à trouver le diamètre des cadres ainsi
que leur espacement les uns des autres dans le poteau. Nous retenons que le diamètre de nos
armatures longitudinales est 𝛷𝑙 = 32 mm.
𝛷
Le diamètre minimal des cadres et boucles est : 𝛷𝑡 ≥ max(6𝑚𝑚; 4𝑙 ).
Quant à l’espacement des cadres en zone courante il est : 𝑆𝑡,𝑚𝑎𝑥 = min(20 ∗ 𝛷𝑙 ; 40 𝑐𝑚; 𝑏).

Armatures transversales
Φt 8 mm
St max 250 mm
Tableau 42 : Armatures transversales

2.9 𝑚
Aussi nous pouvons calculer le nombre de cadres dans le poteau : 𝑁𝑏 = 0.250 𝑚 = 11.6 cadres.
Nous proposons donc 12 cadres d’armatures transversales, placés tous les 24 cm, nous respectons
bien l’espacement maximal 𝑆𝑡,𝑚𝑎𝑥 .

L’enrobage est soit cnom = 40mm (cf. 1.2.a).

Ancrage

85
Pour ce qui est de l’ancrage des armatures en pied de poteau, les armatures descendent dans la
semelle sous le poteau, nous n’effectuons pas les calculs d’ancrage dans cette partie.
En tête de poteau le principe est relativement le même, plutôt que d’ancrer les armatures dans la
partie haute du poteau, les armatures continuent dans le poteau de l’étage supérieur.

B. Plan de ferraillage du poteau

Figure 48 : Représentions des armatures : Vue en coupe du poteau, puis Vue des cadres transversaux

86
4.3. Calcul détaillé de la fondation située sous le poteau étudié

A. Vérification de la stabilité

Contenu de la charge à porter et de la qualité du terrain à la profondeur concernée, nous avons


opté pour une semelle superficielle sous le poteau isolé précédemment étudié. Pour le
dimensionnement de cette fondation considérée superficielle, nous avons consulté le guide SETRA,
chapitre 3, qui ne traite que la partie structurale des divers types de fondations en béton, ainsi que
les normes d’application nationale de l’Eurocode 7 (NF P 94-261: Fondations superficielles) et
l’EN1992-1-1.

Etude du sol

Avant de débuter l’étude de la stabilité de la fondation, nous allons définir le modèle de sol. Pour
cela nous nous sommes appuyés sur le rapport géotechnique. En superposant le plan topologique du
rapport et le plan masse architecte, nous pouvons constater que seul le sondage pressiométrique SP
16 est représentatif du sol sous le poteau.

Figure 49 : Superposition des plans topologique et architecte

87
Nous avons reporté les informations du SP16 du rapport géotechnique sur une coupe architecte,
avec le niveau des étages et sous-sol, afin de déterminer la couche de sol susceptible d’accueillir la
semelle et reprendre l’effort. Ainsi, nous avons décidé d’ancrer la semelle dans la couche de marnes
blanchâtres à débris calcaires car il s’agit de la couche la plus accessible et également car son ple* est
suffisamment élevé. Une hauteur hors-gel de 1m sera respectée.

Figure 50 : Sondage pressiométrique complété

La pression limite nette de calcul, 𝑝𝑙𝑒 ∗ a été déterminée de la manière suivante :


𝑛
𝑛

𝑝𝑙𝑒 = √∏ 𝑝𝑙;𝑘;𝑖 ∗
𝑖=1

𝑝𝑙;𝑘;𝑖 ∗ est la valeur caractéristique ou représentative de la pression limite nette dans la couche i
comprise dans la tranche de terrain située entre 𝐷 et 𝐷 + ℎ𝑟 . 𝐷 correspond au bas de la semelle soit
à la côte NGF 92,58+0,30=92,88m et ℎ𝑟 est donné par la relation :
ℎ𝑟 = 1.5 ∗ 𝑎′

Où a’ est la longueur du plus grand côté de la semelle. Or nous n’avons pas encore pré-dimensionné
la semelle. On estime alors que l’influence n’excèdera pas la couche de marnes beiges-blanchâtre qui
a une épaisseur de 1,8m.

88
2
𝑝𝑙𝑒 ∗ = √3,71 ∗ 1,93 = 2,67 𝑀𝑃𝑎

On constate d’ores et déjà qu’à la profondeur concernée, le sol est de très bonne qualité. Les efforts
pourront facilement être repris.

Descente de charge

Il s’agit de calculer la charge 𝑉𝑑 qui s’applique sur le sol. La charge 𝑉𝑑 doit inclure l’ensemble des
charges verticales transmises par la fondation superficielle au terrain, elle comprend donc l’ensemble
des charges s’appliquant à la fondation superficielle, le poids de la fondation superficielle située sous
le terrain après travaux ainsi que le poids des sols éventuellement situés entre la fondation
superficielle et le terrain après travaux, soit plus précisément :

• Poids propre du mur


• Poids propre de la semelle
• Poids propre du bâtiment à supporter
• Charges d’exploitation du bâtiment à supporter
• Le poids du sol en contour du poteau, sur la surface de la semelle.
• Le poids de la dalle basse du SS2, en contour du poteau, sur la surface de la semelle.

Nous ne connaissons pas encore la surface de la semelle, donc nous ne pouvons connaitre le poids
du sol et de la dalle basse en contour de poteau qui agissent sur la semelle. Or, nous avons besoin de
ces efforts pour faire le prédimensionnement de la dalle. C’est un cercle vicieux. Ainsi, ces efforts
seront estimés en considérant une semelle de taille moyenne. Une fois la taille de la semelle
obtenue, nous pourrons critiquer ces estimations, et les améliorer jusqu’à convergence afin de
trouver la charge 𝑉𝑑 la plus précise possible, et donc un dimensionnement de semelle optimisé.

• Poids propre du poteau


𝑃𝑃𝑃 = 25 ∗ 0,25𝑚 ∗ 0,5𝑚 ∗ 3,05𝑚 = 9,53 𝑘𝑁
• Poids propre de la semelle
𝑃𝑃𝑆 ℎ𝑦𝑝 = 20 𝑘𝑁 (estimé)
• Poids propre du bâtiment à supporter
𝑃𝐺 = 576,57 𝑘𝑁
• Charges d’exploitation du bâtiment à supporter
𝑃𝑄 = 151,01 𝑘𝑁
• Le poids du sol en contour du poteau, sur la surface de la semelle.

En considérant un sol de type remblai de poids volumique 𝛾𝑠 = 20 𝑘𝑁/𝑚3

𝑃𝑃𝑠𝑜𝑙 = 15 𝑘𝑁 (estimé)

Figure 51 : Charges sur le poteau

89
Le poids de la dalle basse du SS2, en contour du poteau, sur la surface de la semelle.
𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 = 10 𝑘𝑁 (estimé)
Nous déterminons les équations de combinaison des actions qui nous servirons dans la suite de
l’étude, à l’ELU.
𝑉𝑑 = 1,35 ∗ 𝐺 + 1,5 ∗ 𝑄

𝑉𝑑 = 𝛾𝑃𝑃𝑃 ∗ 𝑃𝑃𝑃 + 𝛾𝑃𝑃𝑆 ∗ 𝑃𝑃𝑆 + 𝛾𝑃𝐺 ∗ 𝑃𝐺 + 𝛾𝑃𝑄 ∗ 𝑃𝑄 + 𝛾𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 ∗ 𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 + 𝛾𝑃𝑃𝑆𝑜𝑙 ∗ 𝑃𝑃𝑠𝑜𝑙

Où les 𝛾𝑖 sont les coefficients de combinaison d’actions.

Prédimensionnement

✓ Dimensions horizontales
Les dimensions horizontales des semelles sous poteau sont représentées par les symboles 𝑎′ et 𝑏 ′
avec 𝑎′ ≥ 𝑏 ′. On calcul la surface de la semelle à partir de la relation :
𝑉𝑑
𝑆 = 𝑎′ ∗ 𝑏 ′ ≥
𝜎𝑎𝑑𝑚 𝐸𝐿𝑈

𝑝𝑙𝑒 ∗
𝜎𝑎𝑑𝑚 𝐸𝐿𝑈 =
2
2,67
𝜎𝑎𝑑𝑚 𝐸𝐿𝑈 = = 1,33 𝑀𝑃𝑎 = 0,13 𝑘𝑁/𝑐𝑚²
2

On constate que nous avons une contrainte admissible de calcul très élevé. Normalement,
lorsque 𝜎𝑎𝑑𝑚 𝐸𝐿𝑈 est supérieure à 0,8 MPa, il serait nécessaire de réaliser des études de mécanique
de roches. Dans le cadre de ce projet, nous conserverons tout de même une approche en mécanique
des sols.
𝑉𝑑
𝑆 = 𝑎′ ∗ 𝑏 ′ ≥
𝑞𝑐

𝑉𝑑 = 𝛾𝑃𝑃𝑃 ∗ 𝑃𝑃𝑃 + 𝛾𝑃𝑃𝑆 ∗ 𝑃𝑃𝑆 + 𝛾𝑃𝐺 ∗ 𝑃𝐺 + 𝛾𝑃𝑄 ∗ 𝑃𝑄 + 𝛾𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 ∗ 𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 + 𝛾𝑃𝑃𝑆𝑜𝑙 ∗ 𝑃𝑃𝑠𝑜𝑙

𝑉𝑑 = 1,5 ∗ (576,57 + 151,01 + 9,53 + 10 + 15) + 1,35 ∗ 20 = 1170,24 𝑘𝑁

1170,24
𝑆 = 𝑎′ ∗ 𝑏 ′ ≥ = 9001,8 𝑐𝑚² ≃ 9000 𝑐𝑚²
0,13

Pour notre poteau rectangulaire, nous considèrerons une semelle à bord égale :
𝑎′ = 𝑎 + 2𝑥
{ ′
𝑏 = 𝑏 + 2𝑥
𝑆 = 𝑎′ ∗ 𝑏 ′ ≥ 9000
𝑆 = (𝑎 + 2𝑥 ) ∗ (𝑏 + 2𝑥) ≥ 9000
𝑎 𝑏 + 𝑥 (2𝑎 + 2𝑏) + 4𝑥² = 9000
𝑎 = 50𝑐𝑚
𝑏 = 25𝑐𝑚

90
−7750 + 150 𝑥 + 4𝑥² = 0
𝛥 = 𝑏² − 4 𝑎 𝑐 = 146500
−𝑏 + √𝛥 −𝑏 − √𝛥
(𝑥1 = 2𝑎
= 29,09 𝑚 | 𝑥2 =
2𝑎
= −66,59 𝑚)

𝑎′ = 𝑎 + 2 ∗ 29,09 = 108,18 < 109 𝑐𝑚


{
𝑏 ′ = 𝑏 + 2 ∗ 29,09 = 83,18 𝑐𝑚 < 84 𝑐𝑚

✓ Dimensions verticales

On doit avoir :
𝑎 ′ −𝑎 𝑏′ −𝑏
4
≤ 𝑑 ≤ 𝑎′ − 𝑎 et 4
≤ 𝑑 ≤ 𝑏′ − 𝑏
Soit :
𝑎′ − 𝑎 𝑏 ′ − 𝑏
𝑚𝑎𝑥( ; ) ≤ 𝑑 ≤ 𝑚𝑖𝑛( 𝑎′ − 𝑎 ; 𝑏 ′ − 𝑏)
4 4
𝑎′ − 𝑎
≤ 𝑑 ≤ 𝑏′ − 𝑏
4
14,75 ≤ 𝑑 ≤ 84

On choisit généralement pour 𝑑 la valeur la plus proche de 𝑎, arrondi à 5 cm près. On retient donc :
𝑑 = 𝑎 = 50𝑐𝑚

La hauteur réelle de la semelle sera :


ℎ = 𝑑 + 5𝑐𝑚 = 55𝑐𝑚

✓ Vérification du prédimensionnement – regard critique sur les hypothèses faites

Avec les résultats obtenus, nous pouvons vérifier nos estimations sur le poids propre de la semelle et
les efforts dus au sol et à la dalle basse du SS2.
𝑉𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 = 0,55 ∗ 1,09 ∗ 0,84 = 0,50 𝑚3
𝑃𝑃𝑆 = 12,5 𝑘𝑁

𝑃𝑃𝑠𝑜𝑙 = 10,7 𝑘𝑁
𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 = 6,25 𝑘𝑁

Nous avons donc fait une surestimation. Il faut réitérer les calculs jusqu’à convergence. Le résultat
du prédimensionnement obtenu après convergence est présenté sur la figure ci-dessous.

91
Figure 52 : Prédimensions du poteau

Stabilité externe à l’ELU

Nous rappelons l’équation de combinaison des actions à l’ELU qui nous servirons dans la suite de
l’étude.

𝑉𝑑 = 𝛾𝑃𝑃𝑃 ∗ 𝑃𝑃𝑃 + 𝛾𝑃𝑃𝑆 ∗ 𝑃𝑃𝑆 + 𝛾𝑃𝐺 ∗ 𝑃𝐺 + 𝛾𝑃𝑄 ∗ 𝑃𝑄 + 𝛾𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 ∗ 𝑃𝑃𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 + 𝛾𝑃𝑃𝑆𝑜𝑙 ∗ 𝑃𝑃𝑠𝑜𝑙
𝑉𝑑 = 1147,96 𝑘𝑁

✓ Vérification de la portance du sol (ou poinçonnement du sol)

En bâtiment courant, c’est très généralement le critère de portance du sol qui va dimensionner «
l’impact » de la fondation superficielle. A l’ELU, pour les situations durables et transitoires, pour
démontrer qu’une fondation superficielle supporte la charge de calcul avec une sécurité adéquate
vis-à-vis d'une rupture par défaut de portance du terrain, on doit vérifier, selon l’approche de calcul 2
de la norme NF EN 1997-1, que l'inégalité suivante est satisfaite :
𝑉𝑑 − 𝑅0 ≤ 𝑅𝑣;𝑑

- 𝑉𝑑 : Composante verticale de la charge transmise par la fondation superficielle au terrain


- 𝑅0 : La valeur du poids du volume de sol situé au-dessus de la fondation avant travaux
- 𝑅𝑣;𝑑 : La valeur de calcul de la résistance nette sous la fondation superficielle

✓ Valeur du poids du volume de sol situé au-dessus de la fondation avant travaux

92
Si on se réfère à la coupe présentée lors de l’étude géotechnique précédemment, on peut voir que la
cote du terrain naturel avant travaux était de NGF 100,08. La cote base de la semelle est à NGF
92,88. Ainsi, la hauteur de terrain excavée est de 7,2m. La surface de sol retiré au droit de la semelle
correspond à celle de la semelle, soit S = 8700 cm². Pour aller dans le sens de la sécurité, nous
considérons un poids volumique de sol de roches pour toute la hauteur, pris égale à 𝛾𝑠 = 24 𝑘𝑁/𝑚3 .
𝑅0 = 𝑆 ∗ ℎ ∗ 𝛾𝑠
𝑅0 = 0,885 ∗ 7,2 ∗ 24 = 152,93 𝑘𝑁

✓ Valeur de calcul de la résistance nette du terrain sous le mur

𝑅 𝐴′ ∗𝑞𝑛𝑒𝑡
𝑅𝑣;𝑑 = 𝛾 𝑣;𝑘 et 𝑅𝑣;𝑘 = 𝛾𝑅;𝑑;𝑣
𝑅;𝑣

- R v;k est la valeur caractéristique de la résistance nette du terrain sous la semelle


- γR;v est la valeur du facteur partiel permettant le calcul de la portance à l’ELU pour les situations
durables et transitoires, elle est égale à 1,4 (Tableau A.4.1 – Jeu R2)
- A’ est la valeur de la surface effective de la semelle (Annexe Q de la norme NF P 94 261)
- 𝑞𝑛𝑒𝑡 est la valeur de la contrainte associée à la résistance nette du terrain sous la fondation du
mur de soutènement calculée selon une méthode de calcul appropriée (Annexes D, E ou F de la
norme NF P 94-261)
- γR;d;v est le coefficient de modèle associée à la méthode de calcul utilisée. Ici, la portance du sol
va être déterminée à partir de données pressiométriques ainsi, γR;d;v = 1

Nous allons commencer par déterminer l’aire efficace A’ d’après l’équation de Meyerhof:
𝑎′ = 𝑎 − 2𝑒𝑎
𝑏 ′ = 𝑏 − 2𝑒𝑏

Tous les efforts qui s’appliquent sur la semelle sont des efforts symétriques. La composante de ces
derniers est uniquement verticale et s’applique au centre de la semelle, c’est-à-dire que :
𝑒𝑏 = 𝑒𝑎 = 𝑒𝑥𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑓𝑜𝑟𝑐𝑒𝑠 = 0 𝑚
𝐴′ = 𝑆

Nous allons maintenant déterminer la résistance nette du terrain sous la fondation superficielle
𝑞𝑛𝑒𝑡 selon l’Annexe D de la NF P 94-261 :
𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝑘𝑝 ∗ 𝑝𝑙𝑒 ∗ ∗ 𝑖𝛿 ∗ 𝑖𝛽

- 𝑝𝑙𝑒 ∗ est la pression limite nette équivalente


- 𝑘𝑝 est le facteur de portance pressiométrique
- 𝑖𝛿 est le coefficient de réduction de portance lié à l’inclinaison du chargement, ici il vaut 1,0 car la
charge est verticale.
- 𝑖𝛽 est le coefficient de réduction de portance lié à la proximité d’un talus de pente β, ici il vaut
1,0 car le terrain (la dalle) est horizontal.

✓ Pression limite nette

La pression limite nette, 𝑝𝑙𝑒 ∗ a été déterminée précédemment et vaut :

93
𝑝𝑙𝑒 ∗ = 2,67 𝑀𝑃𝑎

✓ Hauteur d’encastrement équivalente 𝐃𝐞

1 𝐷 ∗ 1 1
3,71
𝐷𝑒 = ∗ ∫ 𝑝 𝑙 (𝑧)𝑑𝑧 = ∫ 3,71 𝑑𝑧 = = 1,38𝑚
𝑝𝑙𝑒 0 2,67 0 2,67
𝐷𝑒 1,38
= = 1,27
𝑎′ 1,08
Dans notre cas nous avons De/a’<1,5 ainsi la fondation est dite superficielle et en général il convient
de négliger dans l’évaluation de la portance les réactions latérales.

✓ Facteur de portance pressiométrique

Pour des valeurs de De/a’<2 et dans le cas d’une semelle rectangulaire, le facteur de portance
pressiométrique, k p est déterminé par la relation suivante de l’annexe D de la NF P 94-261 (en
gardant en tête que B=b’ et L=a’) :
𝐵 𝐵
𝑘 𝐵 = 𝑘 𝐵 (1 − ) + 𝑘 𝐵
𝑝;
𝐿
𝑝; =0
𝐿 𝐿 𝑝; =1 𝐿
𝐿

- Le 𝑘𝑝;𝐵=0 correspond à une semelle filante L>>B


𝐿
- Le 𝑘𝑝;𝐵=1 correspond à une semelle carrée L=B
𝐿
Pour les semelles filantes ou carrées, on utilise :

𝐷𝑒 𝐷𝑒
𝑘 𝐵 = 𝑘𝑝0 + (𝑎 + 𝑏 ∗ ) ∗ (1 − 𝑒 −𝑐∗ 𝐵 )
𝑝;
𝐿 𝐵

Les valeurs numériques des paramètres a, b et c sont présentées dans le Tableau D.2.3

Figure 53 : Facteur de portance pressiométrique selon l’EC

La fondation se situe dans des Marno-calcaires. Nous avons donc les valeurs pour une semelle
filante. Pour la semelle carrée, nous assimilerons notre terrain à une roche altérée. Il ne s’agit pas
d’une très grande approximation car on rappelle que le terrain est de très bonne qualité et ses
caractéristiques se rapprochent de celles des roches. On a donc, pour une semelle filante :

94
𝑘 𝐵 = 0,8 + (0,2 + 0,2 ∗ 1,27) ∗ (1 − 𝑒 −3∗1,27 ) = 1,247
𝑝; =0
𝐿
Pour une semelle carrée :
𝑘 𝐵 = 0,8 + (0,2 + 0,3 ∗ 1,27) ∗ (1 − 𝑒 −3∗1,27 ) = 1,371
𝑝; =1
𝐿
0,83 0,83
𝑘 𝐵 = 1,247 ∗ (1 − ) + 1,371 ∗ = 1,34
𝑝;
𝐿 1,08 1,08
Et donc :
𝑞𝑛𝑒𝑡 = 1,34 ∗ 2,67 ∗ 1 ∗ 1 = 3,578 𝑀𝑃𝑎
0,896 ∗ 3578
𝑅𝑣;𝑘 = = 3207,3 𝑘𝑁
1
3207,3
𝑅𝑣;𝑑 = = 2290 𝑘𝑁
1,4
𝑉𝑑 − 𝑅0 ≤ 𝑅𝑣;𝑑
1147,96 − 152,93 = 995,06 𝑘𝑁 ≤ 2290 𝑘𝑁

Ainsi nous avons vérifié le critère de poinçonnement vis-à-vis de l’ELU.

✓ Vérification du critère de non renversement (ou excentrement de la charge)

Pour les situations durables et transitoires, afin de limiter l’excentrement, il convient de vérifier les
relations suivantes pour une semelle rectangulaire :
2𝑒𝑏 2𝑒𝑎 1
(1 − ) ∗ (1 − )≥
𝑏′ 𝑎′ 15

Toutes les forces sons verticales. Les efforts sur la fondation sont symétriques tout autour de la
fondation. Par équilibre il n’y a pas de force horizontale, et donc il n’y a pas d’excentrement.
𝑒𝑎 = 𝑒𝑏 = 0
1
1≥
15

✓ Vérification du critère de non glissement

Afin de vérifier le critère vis-à-vis du glissement, l’inéquation suivante doit être vérifiée :
𝐻𝑑 ≤ 𝑅ℎ;𝑑 + 𝑅𝑝;𝑑

- 𝑅ℎ;𝑑 est la valeur de calcul de la résistance frontale ou tangentielle de la fondation à l’effet de 𝐻𝑑


- 𝑅𝑝;𝑑 est la valeur de calcul de la résistance au glissement de la fondation sur le terrain

Tous les chargements sont symétriques, soit :


𝐻𝑑 = 0
Par conséquent, l’inéquation est automatiquement vérifiée.

B. Détermination du ferraillage et minute de ferraillage

Détermination des sections d’acier

95
Dans le cas d’une semelle centrée, la fibre supérieure de la semelle est toujours comprimée, il n’est
pas nécessaire de disposer des aciers.

✓ Armature en treillis soudées (sous tendeur)

Rappel des caractéristiques :


𝑎′ = 1,08 𝑐𝑚
{ ′
𝑏 = 0,83 𝑐𝑚
𝑑 = 𝑎 = 50𝑐𝑚
ℎ = 𝑑 + 5𝑐𝑚 = 55𝑐𝑚
Des formules simplifiées de calcul des ferraillages dans chacune des deux directions principales de la
semelle sont proposés dans le guide SETRA. La section des fils à disposer par mètre est obtenue avec
les expressions suivantes :

✓ Armatures parallèles au sens a (armatures principales) grand coté

𝑉𝑑 ∗ 𝑥
𝐴𝑠𝑎 = 5,75
𝑏 ′ ∗ 𝑑𝑎

✓ Armatures parallèles au sens b (armatures secondaires) petit côté

𝑉𝑑 ∗ 𝑥
𝐴𝑠𝑏 = 5,75
𝑎 ∗ 𝑑𝑏
𝜙𝑎 + 𝜙𝑏
Avec : 𝑑𝑏 = 𝑑𝑎 −
2
En pratique, on ne connait pas 𝜙𝑏 puisque 𝐴𝑠𝑏 n’est pas encore connue. Pour ce genre de
sollicitation, on peut s’attendre à avoir des diamètres d’acier de 7mm, on prendra donc
𝑑𝑏 ≃ 𝑑𝑎 − 0,8𝑐𝑚
𝑑𝑎 = ℎ − 𝑐𝑛𝑜𝑚
𝑑𝑎 = 55 − 3,5 = 51,5 𝑐𝑚
𝑑𝑏 = 50,7𝑐𝑚

Pour des aciers B500B :


𝑓𝑒 500
𝑓𝑠𝑢 = = = 434,78 𝑀𝑃𝑎 = 43,478 𝑀𝑃𝑎
1,15 1,15
𝑉𝑑 ∗ 𝑥
𝐴𝑠𝑎 = 5,75 ′
𝑏 ∗ 𝑑𝑎
1,147 ∗ 0,2865
𝐴𝑠𝑎 = 5,75 ∗ = 4,42 𝑐𝑚²/𝑚
0,83 ∗ 0,515
1,147 ∗ 0,2865
𝐴𝑠𝑏 = 5,75 ∗ = 3,45 𝑐𝑚²/𝑚
1,08 ∗ 0,507

D’après le guide ADETS sur le treillis soudé, on peut choisir le treillis correspondant :

96
Figure 54 : Choix de treillis d’après le guide ADETS

Le ferraillage proposé correspond à un treillis soudé ADETS ST 25 C plus un treillis ST 20, superposés
parallèlement, le panneau ST 25 C est placé en lit le plus bas.
𝐴𝑠𝑎 = 4,45 𝑐𝑚²/𝑚
𝐴𝑠𝑏 = 3,85 𝑐𝑚²/𝑚

Les treillis soudés de structure de nuance B500B répondent aux exigences des règles Eurocode 8
pour le renforcement parasismique.

Figure 55 : Propriétés des treillis soudés de structure

97
✓ Vérification des arrêts des fils

La vérification est faite dans les deux directions du ferraillage sous tendeur. D’après le guide ADETS :

Figure 56 : Vérifications des arrêts des fils

Les vérifications sont satisfaites, on a bien :


𝜎𝑠 < 𝑓𝑦𝑑 = 435 𝑀𝑃𝑎

On développe les calculs pour le pour le ST 25 C :

• Longueur d’ancrage en compression : 254 mm


• Longueur d’ancrage en traction : 178 mm

Admettons que l’effort de traction 𝐹𝑠 trouvé à l’abscisse x à partir du bord de la semelle est égal à
𝐴𝑠 𝑓𝑦𝑑 (avec 𝑓𝑦𝑑 = 435 MPa).
La longueur d’ancrage dans le béton de calcul est 𝑙𝑏𝑑 = 178 mm pour le fil φ = 7mm. 𝑐𝑛𝑜𝑚 =
35 𝑚𝑚
𝑥 = 𝑙𝑏𝑑 + 𝑐𝑛𝑜𝑚 = 178 + 35 = 213𝑚𝑚
𝑉𝑑
𝑅= ∗𝑥
𝑎′
1147,96
𝑅= ∗ 21,3 = 213 𝑘𝑁
108

La force de traction induite dans l’armature principale est :


𝑧𝑒
𝐹𝑠 = 𝑅 ∗
𝑧𝑖

Avec le bras de levier


𝑎′ 𝑎 𝑥 108 50 21,3
𝑧𝑒 = − + 0,15 𝑎 − = − + 0,15 ∗ 108 − = 34,55 𝑐𝑚
2 2 2 2 2 2
𝑧𝑖 = 0,9 ∗ 𝑑 = 0,9 ∗ 50 = 45 𝑐𝑚

98
34,55
𝐹𝑠 = 226,40 ∗ = 173,82 𝑘𝑁 /𝑚
45

La traction à la distance x à partir du bord de la semelle n’est en fait que de :


𝐴𝑠𝑎 = 4,45 𝑐𝑚²/𝑚
𝐹𝑠 173,82
𝜎𝑠 = = = 39,06 𝑘𝑁⁄𝑐𝑚2 = 390,6 𝑀𝑃𝑎 < 𝑓𝑦𝑑 = 435 𝑀𝑃𝑎
𝐴𝑠 4,45

Cette traction est inférieure avec celle de 435 MPa de l’hypothèse initiale de vérification, l’ancrage
des fils peut être rectiligne.

Figure 57 : Schéma de ferraillage

Vérification du non poinçonnement de la semelle

EN 1992-1 6.4.2 Répartition des charges et contour de contrôle de référence


On peut normalement admettre que le contour de contrôle de référence u1 est situé à une distance
2d de l'aire chargée, d étant la profondeur de la semelle. Or le calcul du poinçonnement d’une
semelle est légèrement différent de celui d’une dalle, car la force concentrée est équilibrée par une
pression élevée (pression des terres sur la fondation). De ce fait une partie de la charge peut être
considérée comme « non participante » au poinçonnement : transmission directe de la charge au sol.
Il convient donc de considérer un contour de contrôle à une distance inférieure à 2d = 2*0,5m = 1m.

Figure 58 : Périmètres de contrôle

99
EN 1992-1 6.4.4 Résistance au poinçonnement des dalles et des semelles de poteaux sans
armatures d'effort tranchant
(2) Il convient de vérifier la résistance au poinçonnement des semelles de poteaux le long de
contours de contrôle situés au plus à 2d = 1m du nu du poteau :
1 2𝑑 2𝑑
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝐶𝑅𝑑,𝑐 𝑘 (100 𝜌𝑙 𝑓𝑐𝑘 )3 ∗ ≥ 𝑣𝑚𝑖𝑛 ∗
𝑎 𝑎

- 𝑑 = 500 mm
- CRd,c :
0,18 0,18
CRd,c = = = 0,12
𝛾𝑐 1,5
- k:

200 200
k = min( 1 + √ ; 2 ) = min( 1 + √ ; 2 ) = 1,63
d (mm) 500
- 𝑣𝑚𝑖𝑛
3 1 3 1
𝑣𝑚𝑖𝑛 = 0,035 𝑘1 2 ∗ 𝑓𝑐𝑘 2 = 0,035 0,1 2 ∗ 30000 2 = 0,19
- 𝜌𝑙
𝜌𝑙 = √𝜌𝑙𝑦 ∗ 𝜌𝑙𝑧
𝐴𝑠𝑙
𝜌𝑙 = min ( ; 0,02)
𝑏∗𝑑
𝜌𝑙𝑦 = 0,00178
𝜌𝑙𝑧 = 0,00308
𝜌𝑙 = √𝜌𝑙𝑦 ∗ 𝜌𝑙𝑧 = 0,00234
- a : est la distance du nu du poteau au contour de contrôle considéré.

En principe, il faudrait vérifier le critère de poinçonnement pour tous les a compris entre 0m et
2d=1m. En réalité, le cas le plus critique est trouvé quand a avoisine 2/3 de 2d, soit 66cm. Dans le cas
de notre semelle, si on considère ce a, on prendrait un périmètre de contrôle dans le sol, et donc le
poinçonnement serait automatiquement vérifié (car toute la semelle serait considérée « lié » au
poteau, et la charge transmise directement au sol). Pour l’exercice, nous allons considérer :

𝑎 = 20𝑐𝑚
12 ∗ 0,5 2 ∗ 0,5
VRd,c = 0,12 ∗ 1,63 ∗ (100 ∗ 0,00234 ∗ 30 )3 ∗ ≥ 0,19 ∗
0,2 0,2
VRd,c = 1,87 MN ≥ 0,95 MN
VRd,c ≥ Ned

La résistance au poinçonnement de la semelle est vérifiée.

100
4.4. Calcul d’une dalle et d’un balcon au PH1

A. Introduction au calcul d’une dalle et d’un balcon

Normalement les deux éléments doivent être calculés en même temps, cela permet de prendre en
compte l'hyperstaticité du système et de connaitre les sollicitations réelles dans ces éléments
surfaciques. Maintenant il n'est pas simple de calculer "à la main" les sollicitations (moments et
efforts tranchants) dans ces éléments. Le plus rapide et le plus précis est d'utiliser un logiciel aux
éléments finis en modélisant les dalles (balcon + dalle) comme des plaques, les voiles comme des
appuis linéaires et les poteaux comme des appuis ponctuels. Cependant, pour des structures simples
comme celle de notre projet, il est également possible d'utiliser des abaques ou formules approchées
pour calculer manuellement ces éléments, ainsi il peut être admis d'étudier les deux éléments
(balcon et dalle) comme des éléments séparés.

Ainsi, nous avons décidé d’effectuer en parallèle des calculs manuels et un modèle élément fini sur
ROBOT. Ainsi, nous avons pu comparer les ordres de grandeur obtenus.

Nous allons étudier une dalle et un balcon se trouvant au PH R+1. Voici ci-dessous la dalle et le
balcon considérés :

Figure 59 : Balcon et dalle étudiés (hachuré)

B. Calcul de la dalle

La dalle que nous avons à calculer est une dalle qui repose sur 4 voiles mais également sur 3 poteaux.
Le fait que cette dalle repose sur des poteaux signifie que nous avons des moments sur appui qui
vont tendre la fibre supérieure de la dalle (nous aurons donc à disposer des aciers dans la fibre

101
supérieure). Dans le calcul il faut donc prendre ces poteaux comme des appuis ponctuels infiniment
rigides.
Pour la calculer il est nécessaire de la considérer comme un plancher-dalle à partir de l’EC2 EN 1992-
1-1 §9.4 et à partir de l’annexe I.
Cette méthode de calcul étant relativement compliquée nous avons choisi de réaliser une
modélisation numérique sur le logiciel ROBOT pour déterminer les sollicitations. Nous réaliserons à
partir de ces sollicitations obtenues sur le logiciel le dimensionnement des armatures de la dalle par
calcul.

Modélisation numérique

Nous réalisons la modélisation de notre dalle sur ROBOT. Voici ci-dessous des images de notre
modélisation :

Figure 60 : Vue en plan de la dalle étudiée

Figure 61 : Vue 3D de la dalle sous chargement ELU (Poids propre non affichée mais pris en compte)

102
Comme évoqué dans les hypothèses de calcul on utilise robot pour obtenir les sollicitations
(moments, efforts tranchants) dans la dalle pour ensuite calculer les armatures à mettre en place. A
partir du logiciel on peut obtenir la cartographie des moments à l’ELU à prendre en compte pour le
dimensionnement suivant :

Figure 62 : Cartographie des moments à l’ELU

Une fois cette cartographie obtenue on découpe notre dalle en 3 zones distinctes selon leurs
sollicitations pour le calcul de ferraillage. Pour ces différentes zones on retient les moments suivants:
Moments fléchissant de calcul
Zone Med (kN.m/m)
1 18
2 -10
3 12
Tableau 43 : Moments fléchissant de calcul

On note que dans les zones 1 et 3 (sur appuis) les armatures seront placées en fibre supérieur alors
que pour la zone 2 (en travée) les armatures seront placées en fibre inférieur.

Calcul des armatures longitudinales

On obtient les résultats suivants pour nos 3 zones :

Zone Med (kN.m/m) μEd Αu Pivot As2 th (cm²/m) As1 th (cm²/m) As,min As1 (cm²/m)
1 18 0.0343 0.0436 A 0 2.60 V 2.60
2 10 0.0191 0.0240 A 0 1.43 X 2.44
3 12 0.0229 0.0289 A 0 1.72 X 2.44
Tableau 44 : Aire d’armatures longitudinales par zone

103
Choix des treillis

Pour le choix des treillis nous utilisons le même document que pour la fondation du poteau (cf. calcul
de la fondation sous le poteau)

• Zone 1 : Dans cette nous choisissons de mettre en place 1 lit porteur de ST40 en fibre
supérieure. Cette solution nous permet de vérifier les sections minimales calculées : 3.85 𝑐𝑚²/
𝑚 > 2.60 𝑐𝑚2 /𝑚.Nous plaçons également des treillis PAF10 de section 1.19 cm²/m en fibre
inférieure pour éviter d’avoir un phénomène de fissuration.

• Zone 2 : Dans cette nous choisissons de mettre en place 1 lit porteur de ST25 C en fibre
inférieure. Cette solution nous permet de vérifier les sections minimales calculées : 2.57 𝑐𝑚²/
𝑚 > 2.44 𝑐𝑚2 /𝑚Nous plaçons également des treillis PAF10 en fibre supérieure pour éviter
d’avoir un phénomène de fissuration.

• Zone 3 : Dans cette nous choisissons de mettre en place 1 lit porteur de ST25 C en fibre
supérieure. Cette solution nous permet de vérifier les sections minimales calculées : 2.57 𝑐𝑚²/
𝑚 > 2.44 𝑐𝑚2 /𝑚.Nous plaçons également des treillis PAF10 en fibre inférieure pour éviter
d’avoir un phénomène de fissuration.

Les treillis que nous avons choisis ont une longueur de 6m et une largeur de 2.4m. La continuité des
fils de répartition est réalisée par leur recouvrement sur une longueur réglementaire égale à 40∅, ce
qui environ égale à 0.3m. La largeur efficace d’un treillis est donc 2.4-0.3 = 2.1m.
On obtient donc le nombre de treillis nécessaires pour armer notre dalle en divisant la grande
longueur de la dalle par la largeur efficace d’un treillis. On a alors le même nombre de treillis pour les
12.30
3 zones : = 6 𝑝𝑎𝑛𝑛𝑒𝑎𝑢𝑥. On note que les panneaux on une longueur de 6m ils seront donc
2.1
découpé suivant les dimensions de la zone dans laquelle ils sont placés.

Calcul des armatures transversales

Nous allons vérifier s’il y a nécessité de mettre en œuvre des armatures transversales dans la dalle
calculée. Celle –ci est soumise en son contour à des efforts tranchants maximum de 𝑉𝐸𝑑 = 10 𝑘𝑁/𝑚
d’après notre modélisation sur robot.
On calcul l’effort tranchant de référence :
𝑐𝑅𝑑,𝑐 𝑘(100𝜌𝑙 𝑓𝑐𝑘 )1/3 + 𝑘1 𝜎𝑐𝑝 )𝑏𝑑
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑚𝑎𝑥 ( )
(vmin +𝑘1 𝜎𝑐𝑝 )𝑏𝑑

- b=1000 mm et d= 162mm
0,18 0,18
- 𝐶𝑅𝑑,𝑐 = 𝛾𝑐
= 1,5
= 0,12 est la contrainte de compression du béton au niveau du centre de
gravité sous l’effet de l’effort normal
200
- 𝑘 = 𝑚𝑖𝑛 {1 + √ 𝑑 } = 2: coefficient tenant compte de l’effet d’échelle.
2

104
𝐴𝑠𝑙 𝐴𝑆𝑇35
- 𝜌𝑙 = 𝑚𝑖𝑛 { 𝑏𝑑 } = {1000∗162} = 0.00238 :
0,02 0,02
- 3
𝑣𝑚𝑖𝑛 = 0,035√𝑘 𝑓𝑐𝑘 = 0,542
- 𝑘1 = 0,15
- 𝜎𝑐𝑝 = 0 car nous sommes en flexion simple donc il n’y a pas d’effort normal : 𝑁𝐸𝑑 = 0

74 𝑘𝑁/𝑚
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑚𝑎𝑥 ( ) = 88 𝑘𝑁/𝑚
88 𝑘𝑁/𝑚
Nous constatons alors que 𝑉𝑅𝑑,𝑐 > 𝑉𝐸𝑑,𝑚𝑎𝑥 on n’a donc pas besoin d’armatures transversales pour la
dalle.
Pour les armatures de poinçonnement il s’agit de la même vérification.

Renforcement des trémies

Dans la dalle que nous calculons il y a 2 trémies, ce qui entraine une découpe de nos treillis à ces
deux endroits. La continuité de l’armature de flexion va ainsi être assurée par des couvre-joints situés
en bord de trémie appelés « renforts de trémie ». On note que la section des renforts doit être
équivalente à celles des armatures coupées. De plus les renforts doivent être totalement ancrés de
part et d’autre de la trémie.

✓ Trémie 1

Notre première trémie a pour dimensions : 60*25 cm. Elle se trouve dans la zone 2 où 𝐴𝐿 =
2.57 𝑐𝑚²/𝑚.
Pour les renforts on a donc besoin de :

• Inférieur : 0.60 × 2.57 = 154.2 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴10 = 157 𝑚𝑚²

0.25 × 2.57 = 64.25 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴8 = 101 𝑚𝑚²

• Supérieur : 0.60 × 1.19 = 71.4 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴8 = 101 𝑚𝑚²

0.25 × 1.19 = 29.75 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴6 = 57 𝑚𝑚²

✓ Trémie 2

Notre deuxième trémie a pour dimensions : 57*50 cm. Elle se trouve dans la zone 2 où 𝐴𝐿 =
2.57 𝑐𝑚²/𝑚.
Pour les renforts on a donc besoin de :

• Inférieur : (1) 0.57 × 2.57 = 146.49 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴10 = 157 𝑚𝑚²

(2) 0.50 × 2.57 = 128.5 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴10 = 157 𝑚𝑚²

• Supérieur : (1) 0.57 × 1.19 = 67.83 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴8 = 157 𝑚𝑚²

105
(2) 0.50 × 1.19 = 59.5 𝑚𝑚² → 2𝐻𝐴8 = 157 𝑚𝑚²
Concernant les longueurs d’ancrage elles seront prises forfaitairement égales à 40∅. On peut alors
calculer les longueurs de nos de barres :

✓ Trémie 1

𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴10 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 ∶ 𝐿 = 0.60 + 2 × 40 × 0.010 = 1.4 𝑚


𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴8 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒: 𝐿 = 0.25 + 2 × 40 × 0.008 = 0.89 𝑚
𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴8 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 ∶ 𝐿 = 0.60 + 2 × 40 × 0.008 = 1.24 𝑚
𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴6 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 ∶ 𝐿 = 0.25 + 2 × 40 × 0.006 = 0.73 𝑚

✓ Trémie 2

𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴10 (1) 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 ∶ 𝐿 = 0.57 + 2 × 40 × 0.010 = 1.37 𝑚


𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴10 (2)𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 ∶ 𝐿 = 0.50 + 2 × 40 × 0.010 = 1.3 𝑚
𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴8 (1) 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 ∶ 𝐿 = 0.57 + 2 × 40 × 0.008 = 1.21 𝑚
𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴8 (2)𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 ∶ 𝐿 = 0.50 + 2 × 40 × 0.008 = 1.14 𝑚

Plans de ferraillage

Figure 63 : Ferraillage supérieur

Figure 64 : Ferraillage inférieur

106
C. Calcul du balcon

Balcon étudié

Le balcon "filant" représenté ci-contre se justifie comme une poutre en porte à faux par rapport à la
façade de l'immeuble. Il est ici dans le prolongement du plancher de l'étage considéré. On admet de
n'étudier qu'une "bande" de 1,00 mètre linéaire de balcon. Il s’agit de déterminer le ferraillage du
balcon armé avec des barres indépendantes à haute adhérence de limite élastique fe = 500 MPa.

Figure 65 : Schéma du balcon filant

Figure 66 : Dimensions du balcon

✓ Garde-corps
Hauteur du garde-corps en béton armé : 1m (conformément à la réglementation en vigueur) :

Figure 67 : Hauteur de garde-corps selon la norme

Bilan des charges pour une bande de 1m

107
D’après l’Eurocode 1, et le CCTP, les valeurs de surcharges à prendre en compte pour le balcon est
350 kg/m², soit 3,5 kN/m2. Le revêtement de sol de 4cm d’épaisseur a un poids volumique de 22
kN/m2.

✓ Charge uniformément répartie sur 2,2m de long


• Poids propre de la dalle du balcon : 0,2*1*25 = 5 kN/m
• Poids propre du revêtement de sol 0,04*1*22 = 0,88 kN/m
• Charge d’exploitation 1*3,5 = 3,5 kN/m
 Total pondéré 1,35G +1,5Q = 1,35*(0,88+5)+1,5*3,5 = 13,188 kN/m

✓ Charge concentrée à l’extrémité


• Poids propre du nez de balcon 1,0*0,2*25 = 5 kN/m
 Total pondéré 1,35G = 1,35*5 = 6,75 kN/m

Figure 68 : Modélisation de la poutre en console

Sollicitations maximums

40
35
Efforts tranchants (kN)

30
25
20
15
10
5
0
0 0,5 1 1,5 2 2,5
axe du balcon x (m)

Figure 69 : Diagramme des efforts tranchants

108
0
-5 0 0,5 1 1,5 2 2,5
-10
-15
Moments (kN.m)

-20
-25
-30
-35
-40
-45
-50
axe du balcon x (m)

Figure 70 : Diagramme des moments fléchissant

𝑉𝐸𝐷 = 13,188*2,2 + 6,75= 35,76 kN


𝑀𝐸𝐷 = 13,188* 2,2²/2 + 6,75*2,2 = 46,76 kN.m

Modélisation EF

Figure 71 : Modélisation aux éléments finis du balcon 3D

109
Figure 72 : Vue du dessus de la modélisation

Les résultats obtenus sur robot sont satisfaisants, le moment maximal vaut 𝑀𝐸𝐷 = 49,02 kN.m et se
trouve sur la jonction dalle/balcon. En faisant le calcul manuel, nous avons un moment de 46,76
kN.m.

Aciers longitudinaux

Le sens du moment entraîne une mise en traction de la membrure supérieure de la dalle du balcon,
les aciers longitudinaux porteurs seront donc à disposer "en chapeaux", c’est à dire en partie haute
de la dalle. La section droite à armer est donc une section rectangulaire dans laquelle les aciers
tendus occupent la partie supérieure.

• Largeur de poutre 𝑏𝑤 = 1,00m


• Hauteur de poutre = 0,20m
• Hauteur utile d = 0,9h = 0,9*0,20m = 0,18cm.

Remarque pratique : Dans ce cas, il n'est pas conseillé de surestimer la hauteur utile d car en cours
de chantier les aciers "supérieurs" ont tendance à se retrouver plus bas que prévu.
Constitués de fils relativement fins, l'usage de panneaux de treillis soudé comme aciers porteurs de
balcon a conduit à des accidents mortels, car ils sont plus "écrasables" sous les pieds des ouvriers.
Pour cette raison, nous n’utiliserons pas de treillis.

✓ Section d’armature nécessaire

𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑀𝐸𝐷 46,76 ∗ 106


𝐴𝑠1 = = = 620,26 𝑚𝑚²
𝑑 ∗ (1 − 0,5 ∗ 𝜆 ∗ 𝛼𝑢) ∗ 𝜎𝑠𝑢1 180 ∗ (1 − 0,5 ∗ 0,8 ∗ 0,0938) ∗ 435

✓ Section minimale et maximale d’armatures

110
𝐴𝑠,𝑚𝑎𝑥 = 80 𝑐𝑚2 𝑒𝑡 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 2,6 𝑐𝑚²

✓ Section d’armatures choisie


Une seule solution s’offre à nous si on ne veut pas trop surestimer la quantité d’acier, pour être le
plus compétitif possible, c’est de prendre 6 HA 12. On rappelle que c’est une valeur obtenue pour un
mètre de balcon en largeur.

Nous choisissons donc de disposer 6 barres HA12 par mètre linéaire de balcon. Nous obtenons donc
une section de 6,79 cm².
𝐴𝑟é𝑒𝑙
𝑠1 = 6,79 𝑐𝑚²
Chaque barre étant donc espacée de 16,7cm.
Des armatures de montages seront également disposées en partie inferieure comprimée du balcon.
On prendra des HA 8 en conservant le même espacement.

Liaison avec le bâtiment - Rehaussement des armatures inferieures

Le balcon n'est pas encastré dans la façade mais prolongé le plancher. Ainsi, on équilibre le balcon en
prolongeant les aciers porteurs sur une distance 1,5 fois plus grande à celle du porte à faux, ce qui
représente 3,3m. Il s‘agit d’une méthode forfaitaire souvent utilisé car sécuritaire. Une méthode plus
précise serait de regarder l’évolution du moment de l’autre côté du mur.
Pour des raisons géométriques, nous allons rehausser les armatures inferieures. En effet, l’épaisseur
du balcon est de 20 cm alors que celle de la dalle est de 18cm. Nous allons donc monter les
armatures inferieures de 2cm afin de respecter l’enrobage minimal pour les armatures qui seront
prolongés dans la dalle.

L’enrobage est cnom = 40 mm (cf 1.2.a).

Calcul des aciers transversaux

✓ Justification de la nécessité d’armatures transversales

200 200
k = min( 1 + √ ; 2 ) = min( 1 + √ ;2) = 2
d (mm) 200
𝐴𝑠𝑙 679
fck = 𝜌𝑙 = min ( ; 0,02) = min ( ; 0,02) = 0,0034
𝑏∗𝑑 1000 ∗ 200
3 1 3 1
𝑣𝑚𝑖𝑛 = 0,035 𝑘 2 ∗ 𝑓𝑐𝑘 2 = 0,035 2 2 ∗ 30000 2 = 0,54

Soit :
1
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑏 ∗ 𝑑 ∗ [ max ( CRd,c k (100 ρl fck )3 ; vmin ) + k1 σcp ]
1
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 1000 ∗ 200 ∗ [ max (0,12 ∗ 2 ∗ (100 ∗ 0,0034 ∗ 30 )3 ; 0,54 ) + 0]

111
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 108 𝑘𝑁
𝑉𝐸𝑑 = 36,76 𝑘𝑁 ≤ 𝑉𝑅𝑑,𝑐

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Les ancrages courbes

Dans le cas d'un ancrage courbe, il faut vérifier que la longueur développée de l'ancrage est bien
suffisante pour « sceller » la barre dans le béton.
Le développé est fait de 3 tronçons :

• Deux longueurs rectilignes l1 et l2


• Une partie courbe notée BC dans le schéma suivant :

Figure 73 : Ancrage courbe

Durant le calcul, il faut garder à l’esprit que dans notre cas, les armatures tendues sont situées sur le
lit supérieur, et donc l’ancrage courbe se fait du haut vers le bas.
L'Eurocode 2 ne permet pas de tenir de l'effet de résistance due à la courbure de l'ancrage : seule la
longueur développée de l'ancrage est à prendre en compte.
On souhaite calculer la longueur l1 nécessaire pour assurer l'ancrage total (à 150° pour un crochet
normal) d'une barre HA 12.
D’après l’EN1992-1-1 8.4 Ancrage des armatures longitudinales

Diamètres admissibles des mandrins de cintrage pour les barres pliées

Le diamètre de courbure minimal des barres doit être tel qu'il évite toute fissure de flexion dans
l'armature ainsi que toute rupture du béton situé dans la partie courbe de celle-ci. Afin d'éviter
d'endommager les armatures, il convient de plier la barre avec un mandrin de diamètre supérieur ou
égal à :

112
Figure 74 : Diamètre minimal du mandrin

𝜙𝑚 ≥ 𝜙𝑚,𝑚𝑖𝑛 = 4 ∗ 𝜙 = 4 ∗ 1,2 = 4,8 𝑐𝑚


On peut donc retenir un mandrin théorique de diamètre :
𝜙𝑚 = 5𝑐𝑚

On peut déduire 𝑙2 des hypothèses de coffrage :


𝑐𝑛𝑜𝑚 = 40 𝑚𝑚
0,05
𝑙2 = 0,2 − 0,04 − 0,012 − = 0,123𝑚
2
La longueur développée de cet ancrage est de :
3 ∗ π 0,132
lbd = l1 + l2 + ∗ = 0,302
4 2
On peut donc en déduire :
3 ∗ π 0,132 3 ∗ π 0,132
𝑙1 = 𝑙𝑏𝑑 − (𝑙2 + ∗ ) = 0,302 − (0,123 + ∗ ) = 2,35𝑐𝑚
4 2 4 2

L’ancrage nécessaire de la barre ne dépasse pas 5 ∗ 𝜙 = 6 𝑐𝑚, au-delà de l'extrémité de la partie


courbe, il n'est pas nécessaire de justifier le diamètre du mandrin vis-à-vis de la rupture du béton.

Coupe du balcon

Au stade de la mise en œuvre il faut adopter les dispositifs conduisant à maintenir en position
supérieure les aciers porteurs (distancier, cage d'armature carrée ou triangulaire…).

Figure 75 : Coupes du balcon

113
4.5. Dimensionnement et calcul du corbeau au PH SS-2

A. Définition

Figure 76 : Coupe du corbeau

L’Eurocode 2 traite des corbeaux dans une annexe informative.

Pour le calcul de ce corbeau, nous retiendrons les charges suivantes à l’ELS : G = 40kN/ml et Q =
15kN/ml.

- FEd : effort vertical ultime


- HEd : effort horizontal ultime
- Ac : distance horizontale de la ligne d’action à la face la plus proche du poteau
- Hc : hauteur de la console au niveau de son encastrement dans le poteau
- d : hauteur utile des armatures les plus proches de la face supérieure de la console
- aH : distance de la face supérieure du dispositif d’appui à la ligne moyenne des armatures les
plus proches de la face supérieure de la console
- t : profondeur de l’appui
- bw : profondeur de l’appui, on la prendra égale à 1 car notre appui est continu, tout au long
du voile

Les consoles courtes peuvent être étudiées au moyen d’un modèle de « bielle – tirant » défini
comme suit :

- tirant : armatures les plus proches de la face supérieure de la console


- bielle : élément de béton comprimé incliné d’un angle θ sur l’horizontale, partant de
l’intersection de l’axe de l’effort vertical avec l’axe horizontal des aciers supérieurs tendus et
coupant le plan de la face verticale du poteau
- Z0 : distance du pied de la bielle à l’axe horizontal des aciers supérieurs tendus.

Un corbeau ou console courte est une console telle que :


ac < Z0 et 1 ≤ tgθ ≤ 2,5

114
La hauteur du corbeau peut être constante ou variable le long de sa portée.
L’équilibre des moments au droit de la face du poteau s’écrit :

Figure 77 : Principe de fonctionnement bielle-tirant du corbeau en appui direct

On en déduit les relations suivantes :

De plus, la charge est directement appliquée au niveau de l’extrados de la console, on a donc un «


appui direct.

B. Vérification du béton

On commence par déterminer la limitation de la contrainte de compression des bielles de béton en


l’absence de traction transversale. Avec un béton C25/30, on a:

𝛼𝑐𝑐𝑓𝑐𝑘 25
𝜎𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 = Ɣ
= 1,5 = 16,67 MPa
-𝛼𝑐𝑐 = 1, pour les bâtiments

D’après l’Eurocode 2, la condition à satisfaire pour avoir une console courte déduite de ac < Z0 est :

On choisit une hauteur de corbeau à l’encastrement hc = 25cm et une distance de l’appui à


l’encastrement ac = 10 cm.
55
𝑠𝑖𝑛2𝜃 >
1 ∗ (0,9 ∗ 0,25 − 0,1) ∗ 16,67
𝜃 = 13,72°

115
De plus 1 ≤ tgθ ≤ 2,5 donne 45° ≤ θ ≤ 68,20°, nous choisissons donc θ = 45°.
55
𝐹𝑐 = = 77,78 𝑘𝑁
sin(45°)

Si la structure ne vérifie pas les conditions suivantes, elle est à considérer comme une poutre-
console.

77,78
𝑎≥ = 4,67 𝑚𝑚
16,67
𝑎ℎ = 4,67 ∗ sin(45°) = 3,3 𝑚𝑚 ≤ t= 200 mm
0,00233
𝑧0 = 0,9 ∗ 0,25 − = 22 𝑐𝑚 > 10 𝑐𝑚
cos(45°)

On a bien une console courte et la vérification de bielle est assurée.

Nous vérifions désormais les contraintes sur le prisme à base triangulaire en pied de la bielle de
béton comprimée sur la facette « verticale » :

77,78
𝑓𝑐 = 0,00467 = 16,67 MPa

-bp : épaisseur du poteau, on la prend égale à 1m car notre poteau est en fait un voile
-av = acos θ

On remarque que fc = 𝜎𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 , nous avons choisi une épaisseur de poteau de 1m mais en réalité, le
poteau est un voile donc il est beaucoup plus profond et les contraintes sur le prisme seront bien
inférieures à la contrainte limite.

C. Vérification des armatures

✓ Armatures supérieures tendues

Elles peuvent être constituées de cadres horizontaux ou de barres avec crochet d’extrémité. Elles
équilibrent les efforts de traction dans le tirant avec une contrainte telle que :

116
500
𝑓𝑠 = = 435 𝑀𝑃𝑎
1,15
0,1
𝐹𝑠 = 55 ∗ = 25 𝑘𝑁
0,22
25
𝐴𝑠,𝑚𝑎𝑖𝑛 = = 0,57 𝑐𝑚²
435

On choisit donc de mettre en œuvre une armature de diamètre 10 mm.

𝐴𝑠,𝑚𝑎𝑖𝑛 𝑟é𝑒𝑙𝑙𝑒 = 0,79 𝑚𝑚²

✓ Armatures horizontales

ac=0,100 m < 0,5hc = 0,125 m, des armatures horizontales de répartition sont nécessaires.
Leur section est donnée par :

Avec k1 = 0,25, valeur recommandée par l’AN


𝐴𝑠,𝑖𝑛𝑘 = 0,25 * 0,79 = 0,20 cm²

On met en place une armature de 6 mm de diamètre.


𝐴𝑠,𝑖𝑛𝑘 𝑟é𝑒𝑙𝑙𝑒 = 0,28 𝑚𝑚²

✓ Armatures verticales

Puisque ac=0,1<0,5hc, il n’est pas nécessaire de mettre des armatures verticales.

Finalement, notre dimensionnement fonctionne ; on a donc bien hc = 25 cm et ac = 10cm.

5. REALISATION DU PLAN D’EXECUTION DE LA POUTRE

Cf. Annexe

117
CONCLUSION

Grâce à ce projet, nous avons étudier, pour la première fois, une structure dans sa globalité. Bien que
l’étude ait été simplifiée, cela nous a apporté une vision assez précise de l’ampleur du travail qu’un
ingénieur bureau d’étude peut réaliser sur un projet.

En particulier, outre l’aspect calculatoire, il a pour mission de mener une réflexion sur ses résultats et
leur compatibilité avec la mise en œuvre. Il doit avoir à l’esprit d’une part la vision de l’architecte,
mais aussi de ceux qui exploite ses plans.

Nous avons pu appliquer de nombreuses notions vues en cours de béton armé depuis trois ans et
découvrir de nouvelles méthodes utiles à l’ingénieur structure.

Comme en entreprise, nous avons mené ce projet en équipe, ce qui est, d’une part, très formateur car
nous apprenons grâce et avec les autres membres du groupe et, d’autre part, source de plus de
rigueur et de qualité de rendu.

Nous avons donc trouvé ce projet très intéressant car très fidèle au type de projets sur lesquels
certains d’entre nous seront amenés à travailler. Nous l’avons reçu assez tôt, ce qui nous a permis de
nous organiser rapidement.

Finalement, les séances de suivis ont été particulièrement appréciés car nous y avons beaucoup
appris, peut-être même plus qu’en cours magistral car il est toujours plus stimulant de travail sur un
cas précis.

118
ANNEXES

ANNEXE 0 : Tableaux utiles de l’EC2


ANNEXE 1 : Descente de charge du R+4
ANNEXE 2 : Prédimensionnement des fondations
ANNEXE 3 : Descente de charge du R+3
ANNEXE 4 : Descente de charge du R+2
ANNEXE 5 : Descente de charge du R+1
ANNEXE 6 : Descente de charge du RDC
ANNEXE 7 : Descente de charge du SS1
ANNEXE 8 : Descente de charge du SS2
ANNEXE 9 : Equarrissage du SS1
ANNEXE 10 : Equarrissage du SS2
ANNEXE 11 : Coupe longitudinale de la poutre
ANNEXE 12 : Section transversale sur appui de la poutre
ANNEXE 13 : Section transversale en travée de la poutre

119
ANNEXE 0 : Tableaux utiles de l’EC2

Figure 78 : Résistances des bétons selon l’EC2

Figure 79 : Aires des armatures

120
ANNEXE 2 : Prédimensionnement des fondations

Semelles filantes

G (kN/m) Q (kN/m) b (m) b choisi (m) e (m)


48,22 10,58 0,12 0,15 0,04
48,22 10,564 0,12 0,15 0,04
48,22 10,548 0,12 0,15 0,04
48,22 10,532 0,12 0,15 0,04
41,04 18,72 0,12 0,15 0,04
37,66 16,5 0,11 0,15 0,04
26,46 12,02 0,08 0,15 0,04
41,14 11,22 0,10 0,15 0,04
41,14 11,22 0,10 0,15 0,04
25,76 14,05 0,08 0,15 0,04
219,58 46,55 0,53 0,5 0,13
210,76 41,91 0,51 0,5 0,13
151,6 25,66 0,35 0,5 0,13
219,58 46,55 0,53 0,5 0,13
210,76 41,91 0,51 0,5 0,13
148,81 24,04 0,35 0,5 0,13
153,73 27,79 0,36 0,5 0,13
27,86 5,94 0,07 0,15 0,04
48,56 4,52 0,11 0,15 0,04
40,1 4,12 0,09 0,15 0,04
142,83 24,12 0,33 0,15 0,04
42,38 4,74 0,09 0,15 0,04
47,91 5,94 0,11 0,15 0,04
38,22 3,6 0,08 0,15 0,04
33,96 2,44 0,07 0,15 0,04
47,62 62,16 0,22 0,5 0,13
138,21 22,88 0,32 0,5 0,13
45,52 5,6 0,10 0,15 0,04
42,38 4,74 0,09 0,15 0,04
47,91 5,94 0,11 0,15 0,04
38,22 3,6 0,08 0,15 0,04
33,96 2,44 0,07 0,15 0,04
47,62 6,16 0,11 0,15 0,04
92,44 28,66 0,24 0,5 0,13
131,8 33,52 0,33 0,5 0,13
186,73 55,35 0,48 0,5 0,13
291,86 99,11 0,78 0,8 0,20
109,92 23,74 0,27 0,5 0,13
54,68 24,86 0,16 0,15 0,04
54,68 24,86 0,16 0,15 0,04
54,68 24,86 0,16 0,15 0,04
54,68 24,86 0,16 0,15 0,04

121
57,65 25,52 0,17 0,15 0,04
54,68 24,86 0,16 0,15 0,04
46,46 9,76 0,11 0,15 0,04

Semelles isolées

Pg (kN) Pq (kN) S (m²) b et h (m) b et h choisis (m) e (m)


181,87 44,84 0,45 0,67 1 0,3
576,57 151,01 1,46 1,21 1,5 0,4
277,31 77,9 0,71 0,84 1 0,3
263,64 65,7 0,66 0,81 1 0,3
404,13 90,37 0,99 0,99 1 0,3
53,07 14,48 0,14 0,37 0,5 0,1
138,63 25,39 0,33 0,57 0,5 0,1
307 78,06 0,77 0,88 1 0,3
435,54 110,94 1,09 1,05 1 0,3
440,14 89,33 1,06 1,03 1 0,3
594,2 122,7 1,43 1,20 0,5 0,1
656 136,79 1,59 1,26 0,5 0,1
263,1 52,76 0,63 0,79 1 0,3
217,29 32,08 0,50 0,71 1 0,3
2,25 0,62 0,01 0,08 1 0,3
217,29 32,08 0,50 0,71 1 0,3
50,24 14,59 0,13 0,36 0,5 0,1
94,91 27,14 0,24 0,49 0,5 0,1
113,59 25,73 0,28 0,53 0,5 0,1
403,8 190,91 1,19 1,09 1 0,3
151,45 30,21 0,36 0,60 1 0,3
245,03 48,09 0,59 0,77 1 0,3
349,65 87,59 0,87 0,94 1 0,3
255,67 42,96 0,60 0,77 1 0,3
929,72 173,9 2,21 1,49 1,5 0,4
316,96 82,27 0,80 0,89 1 0,3
318,94 50,84 0,74 0,86 1 0,3
294,36 65,5 0,72 0,85 1 0,3
353,23 59,17 0,82 0,91 1 0,3
33,74 4,46 0,08 0,28 0,0
423,05 124,97 1,10 1,05 1 0,3
289,54 62,43 0,70 0,84 1 0,3
417,92 124,4 1,08 1,04 1 0,3
852,6 136,4 1,98 1,41 1,5 0,4
849,68 225,88 2,15 1,47 1,5 0,4
1487,23 451,2 3,88 1,97 2 0,5
1583,51 450,03 4,07 2,02 2 0,5
339,5 63,87 0,81 0,90 1 0,3
99,59 45,27 0,29 0,54 0,5 0,1
199,59 90,73 0,58 0,76 1 0,3

122
199,59 91,17 0,58 0,76 1 0,3
204,1 92,8 0,59 0,77 1 0,3
149,21 67,84 0,43 0,66 1 0,3
108,6 49,38 0,32 0,56 0,5 0,1
28,62 7,1 0,07 0,27 0,5 0,1
28,62 7,1 0,07 0,27 0,5 0,1
27,11 7,93 0,07 0,26 0,5 0,1
27,11 7,93 0,07 0,26 0,5 0,1
63,22 28,74 0,18 0,43 0,5 0,1

123
Scanned by CamScanner
G=42,45 // Q=8,55 G=28,0 // Q=2,6

G=60,67
Q=18,07
G=60,67
Q=18,07

G=34,02
Q=4,24 G=40,88 // Q=8,69 G=53,63 // Q=7,76 G=47,19 // Q=9,61

G=46,77 G=34,44
Q=9,49 Q=4,36

G=80,33
Q=26,18
G=84,61
Q=14,09

G=38,79 // Q=7,26 G=49,42


G=49,7
G=69,08 Q=14,68
Q=14,43
G=53,64 Q=22,79
G=76,76
Q=14,49
Q=11,68
G=32,77 // Q=4,13

G=50,45
G=70,67 Q=12,78
Q=10,29 G=37,89 G=36,0
Q=6,59 Q=0,5
ASC.

G=52,46 // Q=12,98 G=27,26 // Q=4,02


G42,5 // Q=8,84

G=27,90 // Q=4,20

PG=33,68 G=44,82
PQ=9,18 Q=13,07
G=47,5 G=19,79 // Q=4,64
G=31,89 G=31,89 Q=11,15 PG=104,84 PG=113,57
PG=41,65
PQ=14,73 Q=13,05 Q=13,05 PG=69,21 PQ=41,15 PQ=50,17
PG=25,72
PQ=20,52 G=49,12
PQ=7,01
Q=14,60

G=29,19
Q=4,55
G=14,97 G=27,57
G=44,32 G=14,77 Q=4,11
Q=4,08
Q=11,23 Q=4,03

PG=83,69
PG=167,57
PQ=22,24
PQ=48,85 PG=98,16 PG=155,96
PG=33,74 PQ=27,15 PQ=55,23
PQ=4,46 PG=130,34
G=19,87 PQ=36,63
Q=2,35
G=42,47
G=36,58 // Q=9,51 Q=8,19 G=14,0
Q=0,75
G=14,0 G=42,44 G=42,44 G=33,68 G=31,0 PG=113,57 G=16,39
Q=0,75 Q=12,31 Q=12,31 Q=8,48 Q=7,75 PQ=50,17 Q=1,40

G=17,88 // Q=1,81 PG=14,15 PG=13,96 PG=23,13 PG=11,45 PG=28,13 G=14,0


PQ=3,86 PQ=3,81 PQ=5,50 PQ=3,13 PQ=7,66 Q=0,75

DDC

PH R+3
Commentaires :
- charges réparties en rouge (kN/m)
- charge ponctuelles en tête en bleu (kN)
- éléments en vert = bandes noyées
- élements bleu ciel = poutre-voile
G=70,9 G=42,0
Q=15,25 Q=3,35

G=90,95
Q=23,26
G=91,05
Q=23,26

G=54,22 G=79,54 G=61,32 G=86,82 G=80,38 G=54,88


Q=6,63 Q=17,13 Q=11,2 Q=15,52 Q=17,37 Q=6,87

G=163,53
Q=16,86

G=120,44
Q=33,71

G=58,19
G=69,25
Q=9,89 G=98,74
Q=17,02
Q=27,38
G=70,6 G=154,68
Q=17,06 Q=24,22 G=48,02
Q=4,88

G=75,68
G=149,59 G=52,65 Q=17,01
G=55,48
Q=22,83 Q=7,98 Q=8,39
ASC.

G=78,69 G=54,52
Q=15,82 Q=8,04
G=64,24
G=55,8 PG=33,68 Q=12,12
Q=8,4 PQ=9,18
PG=41,65 G=63,78 G=64,71 PG=113,57
PQ=14,73 Q=26,1 G=69,97 Q=17,71 PQ=50,17
PG=51,44
Q=13,87 PQ=14,02
PG=95,08
PQ=27,57 PG=134,58
PQ=49,49

G=58,38
Q=9,1
G=64,19 G=68,65
Q=13,58 Q=16,86

G=55,14
Q=8,22

PG=33,74 PG=167,72 PG=167,72 PG=167,72 PG=135,33 PG=198,98


PQ=4,46 PQ=46,82 PQ=46,82 PQ=46,82 PQ=37,28 PQ=66,96

G=66,14
Q=11,24
G=73,16
Q=19,02 G=35,76 G=56,44 G=56,44 G=28,0
G=28,0 G=67,35 G=62,0 G=32,78
Q=3,62 Q=13,06 Q=13,06 Q=1,5
Q=1,5 Q=16,96 Q=15,5 Q=2,80
PG=28,0 PG=56,44 PG=34,64 PG=22,9 PG=40,57 PG=113,57
PQ=1,5 PQ=13,06 PQ=8,64 PQ=6,24 PQ=11,05 PQ=50,17

DDC

PH R+2
Commentaires :
- charges réparties en rouge (kN/m)
- charge ponctuelles en tête en bleu (kN)
- éléments en vert = bandes noyées
- élements bleu ciel = poutre-voile
G=99,35 G=56,0
Q=21,95 Q=4,10

G=121,23
Q=28,45
G=121,33
Q=28,45

G=74,24 G=112,31 G=81,76 G=120,01 G=113,57 G=75,32


Q=9,02 Q=24,77 Q=13,71 Q=23,28 Q=25,13 Q=9,38

G=199,02
Q=32,9

G=160,55
Q=41,24

G=77,59
G=89,08
Q=12,52 G=127,8
G=107,3 Q=19,36
Q=32,06
Q=24,21
G=91,5 G=190,17
Q=19,69 Q=30,49 G=63,27
Q=5,63

G=100,91
G=185,08 G=69,3 Q=21,24
G=73,07
Q=29,1 Q=9,37 Q=10,28
ASC.

G=104,92 G=81,78
Q=19,56 Q=12,06
G=64,24
G=83,7 PG=101,04 Q=12,12
Q=12,6 PQ=27,54
PG=41,65 G=84,12 G=84,5 PG=113,57
PQ=14,73 Q=28,24 G=92,44 Q=22,35 PQ=50,17
PG=77,16
Q=16,59 PQ=21,03
PG=120,95 G=59,37
PQ=34,62 PG=165,16
Q=13,92
PQ=57,83

G=87,57
Q=13,65
G=84,06 G=88,18
Q=15,93 Q=19,12

G=82,71
Q=12,33

PG=33,74 PG=263,23 PG=168,47 PG=205,1 PG=172,5 PG=242


PQ=4,46 PQ=74,93 PQ=45,38 PQ=57,01 PQ=47,41 PQ=78,69

G=89,81 G=42,0
Q=14,29 Q=2,25
G=39,74
Q=28,53 G=53,64 G=42,0 G=70,44 G=70,44 G=101,04 G=93,0 G=42,0
G=49,17
Q=5,43 Q=2,25 Q=13,81 Q=13,81 Q=25,44 Q=23,25 Q=2,25
Q=4,12
PG=42,45 PG=41,88 PG=46,15 PG=34,35 PG=53,01 PG=113,57
PQ=11,58 PQ=11,43 PQ=11,78 PQ=9,36 PQ=14,44 PQ=50,17

DDC

PH R+1
Commentaires :
- charges réparties en rouge (kN/m)
- charge ponctuelles en tête en bleu (kN)
- éléments en vert = bandes noyées
- élements bleu ciel = poutre-voile
G=113,35 // Q=22,7 G=113,35 // Q=22,7 G=70 // Q=4,85

G=138,04
Q=29,97
G=132,77
Q=30,14

G=24,24
G=94,26 // Q=11,41 G=145,08 // Q=32,41 Q=3,20 G=102,2 // Q=24,46 G=153,2 // Q=11,86 G=146,76 // Q=32,89 G=95,76 // Q=11,89

G=24,88
Q=3,75
G=200,66
G=162,9 Q=48,77
Q=35,67

G=156,86
G=96,99 // Q=15,15 Q=36,74
G=108,91
G=134,13 Q=21,7
Q=29,07

G=112,4 // Q=22,32
G=126,14 // Q=25,47

G=90,66
G=162,9 G=89,72
Q=10,76
Q=35,67 Q=12,17
ASC.
ASC.

G=131,15 // Q=23,3 G=109,04 // Q=16,06


G=107,72 // Q=18,68

G=111,16 // Q=16,8
PG =104,46 G=104,29 PG =113,57
PG =220,05
PQ = 30,38 G=104,46 // Q=30,38 G=103,5 // Q=30,12 Q=26,99 PQ = 50,17
PQ = 60,85
PG =41,65 G=114,91 // Q=19,31 PG =229,54 G=79,16
PQ = 14,73 PG =77,16 PQ = 78,76 Q=18,56
PG =186,07
PQ = 52,72 PQ = 21,03 G=107,71
Q=21,38

G=116,69
Q=18,18
G=103,93
Q=18,28
DDC
G=110,28 G=28,35
Q=16,44 Q=4,32
PH RDC
PG =33,74
PQ = 4,46 PG =172,5
PQ = 47,41 Commentaires :
G=146,32// Q=38,04
- charges réparties en rouge
G=118,93 G=56 (kN/m)
Q=18,82
G=71,52
Q=3 - charge ponctuelles en tête en bleu
G=84,44
Q=7,24 G=56,0 // Q=3,0 Q=14,56 G=84,44 // Q=14,56 G=118,18 // Q=27,05 G=60,46 // Q=4,22 (kN)
PG =259,76 PG =185,94 PG =176,04 PG =211,24 G=65,56 // Q=5,6
PG =34,35 PG 113,57
PQ = 72,9 PQ = 50,38 PQ = 47,88 PQ =65,89
PQ = 9,36 PQ = 50,17
PG=214,33 PG =351,73
PG=525,37 PG =26,53
PG =156,84 PG=232,32 PQ =51,44
PQ =128,12 PQ =71,02 PQ =7,24
PQ =33,42 PQ =58,98
G=20,52 // Q=9,36 G=18,83 // Q=8,25 G=13,23 // Q=6,01 G=20,57 // Q=5,61 G=20,57 // Q=5,61
G=20,57 // Q=5,61
PG =138,63
PQ =25,39
G=123,33// Q=26,93

G=123,33// Q=26,93 G=74,34 // Q=6,84


G=5,5
Q=1,5
G=2,75
Q=0,75
G=2,75
Q=0,75 G=147,71 // Q=33,7

G=146,34 // Q=32,24
G=37,26 // Q=9,38
G=160,91 // Q=38,74 G=104,78 // Q=14,35
G=111,22 // Q=26,92 G=167,41// Q=17,71
G=151,0 // Q=32,39

G=35,98 // Q=8,54
G=122,04
G=172,37 // Q=40,97 G=111,66
Q=24,95 G=178,74 // Q=41,11
G=208,97 // Q=51,04 Q=22,45

PG=562,81 PG =619,85
PG =394,71 PG=430,3 PQ =114,26 PQ =126,93
PG =266,17 PQ=86,68 G=140,35 // Q=25,81 G=13,93// Q=3,80 PG =244,64
PQ =88,67 G=103,76 // Q=17,0 G=10,51
PQ =55,79 G=138,18 // Q=25,22 PQ =47,72
Q=2,87
G=191,24 // Q=41,11 G=15,94
PG=62,13 Q=3,45
G=5,75
G=17,57 // Q=2,3 PQ=15,64
G=17,57 // Q=2,4 Q=2,82
G=20,77 G=164,36
G=134,8 PG =0,7 Q=2,26 Q=38,79 G=20,05
G=14,29 G=125,87
Q=24,95 G=186,83 // Q=38,79 PQ =2,3 G=1,00 // Q=3,28 Q=2,06
Q=1,63 Q=22,91

PG =2,25 G=12,5 // Q=2,39 G=5,75


PG =2,25 G=4,86 // Q=1,33 PQ =0,62 ASC. Q=2,82
PQ =0,62
PG =151,45 G=140,35
G=112,01 // Q=21,3
PG =150,62 PQ =30,21 Q=25,81 PG =929,72 PG =318,94
G=187,83 // Q=39,06 PQ =29,63 PQ = 173,9 G=120,12 // Q=19,08 PQ =50,84
G=7,03 // Q=1,92 PG =245,03
PQ = 48,09
PG =217,29 G=136,23 // Q=20,11 PG =217,29 G=4,83 // Q=1,32 G=18,0
G= 17,31// Q=1,31 G=4,48 // Q=1,22
PQ =32,08 PQ =32,08 Q=1,5
PG =68,92 G=16,98 // Q=1,22
PG =50,24 G=108,63 // Q=31,52 PQ =13,18 PG =349,65
G=119,18 PQ =14,59 G=109,4// Q=20,92 G=109,49 // Q=28,41 PG =316,96 G=3,08 // Q=0,84
G=108,3 // Q=30,43 PQ = 87,59
Q=19,03 PG=94,91 PG =113,59 PG =334,88 PQ = 82,27
PQ =25,73 G=114,91 // Q=19,31 PG =255,67
G=18,04 // Q=1,51 PQ=27,14 PQ = 177,73
PQ = 42,96
G=21,52 // Q=2,46 G=24,17 // Q=3,18 G=19,11 // Q=1,80 G=16,87 // Q=1,19 G=23,81 // Q=3,08
G=21,19 // Q=2,37 PG=294,36KN G=353,23 KN
G=22,76 // Q=2,80 PQ=65,5 KN Q=59,17 KN

G=122,27 G=28,18
Q=19,87 Q=3,63 G=39,3
G=24,28 Q=7,31 G=127,55
G=137,74 Q=3,21 G=22,27
Q=21,15
Q=20,52 Q=2,66
G=33,74 KN
Q=4,46 KN PG =172,5
PQ = 47,41

G=156,05 // Q=47,75
G=2,75
G=77,02
Q=0,75
Q=8,74
G=108,12 // Q=24,04 G=144,02 // Q=38,08 G=251,55 // Q=82,5 G=87,74 // Q=14,67
PG=248,22
PQ=45,01 PG=309,67
PG =176,04 PG =34,35 PG =211,24
G=88,22 // Q=16,58 PG=780,85 PG=761,81 KN PG=1375,57 KN
PQ =65,89
PG=1499,46 PG 113,57 PG=51,67
PQ=106,8 KN PQ = 47,88 PQ=405,63 KN PQ = 9,36 PQ= 415,49 PQ = 50,17
PQ=190,47 KN

G=31,61 // Q = 5,21
PG=66,44 PG=133,29 PG=133,69 PG=136,02
PQ=30,2 PQ=60,59 PQ=60,78 PQ=61,84
PG=69,17
PG=42,1
PQ=19,14
G=27,34
Q = 12,43
PG=42,1
PQ=19,14
DDC
G=27,34 // Q=12,43 G=27,34 // Q=12,43 G=27,34 // Q=12,43 G=27,34 // Q=12,43
PQ=31,45 G=18,0 // Q = 1,5
G=18,0 // Q = 1,5

G=8,58 // Q = 2,34
PG=14,67
PQ=4,00
PG=14,67
PQ4,00
PHSS-1
G=18,0 // Q = 1,5
G=18,0
Q = 1,5
Commentaires :
G=18,87 // Q = 1,74
- charges réparties en rouge (kN/m)
G=16,87
Q = 1,19
G=14,12
Q = 0,44
- charge ponctuelles en tête en bleu (kN)
G=14,58 // Q = 0,57
G=48,22 // Q=10,56 G=48,22 // Q=10,56 G=48,22 // Q=10,56
G=48,22 // Q=10,56

PG = 576,57 PG = 277,31 PG = 53,07


PG = 181,87 PG = 263,64
PQ =151,01 PQ = 77,9 PG = 404,13 PQ = 14,48
PQ =44,84 PQ = 65,70
PQ = 90,37
G=41,04 // Q=18,72 G=37,66 // Q=16,5 G=26,46 // Q=12,02 G=41,14 // Q=11,22 G=41,14 // Q=11,22
G=41,14 // Q=11,22
PG =138,63
PQ =25,39

PG = 435,54 PG = 440,14
PG = 307 PQ = 110,94 PQ = 89,33 PG = 656
PQ = 78,06 PQ = 136,79 G=27,86 // 5,94
G=25,76 // Q=14,05 G=148,81 // Q=24,04 G=153,73// Q=27,79
PG = 594,2 PG = 263,1
PQ = 122,78 PQ = 52,76
G=219,58
Q=46,55

G=46,54 // Q=4,52 G=40,1


Q=4,12 G=142,83
Q=24,12

G=151,6
Q=25,66 PG =2,25 PG =151,45
PQ =0,62 PQ =30,21
PG =929,72 PG =318,94
PG =245,03
PQ = 173,9 PQ =50,84
G=210,76 // Q=41,91 PQ = 48,09
G=36
PG =217,29 PG =217,29 Q=3
PQ =32,08 PQ =32,08 G=138,21
PG =349,65 PG =316,96
PG =50,24 Q=22,88
PG=94,91 PQ = 87,59 PQ = 82,27
PQ =14,59 PG =255,67
PQ=27,14 PG =113,59 PG =403,8 G=33,96 // Q=2,44 G=47,62
PQ =190,91 PQ = 42,96 G=38,22 // Q=3,6 Q=6,16
PQ =25,73
G=45,52 // Q=5,6 G=42,38// Q=4,74 G=294,36KN PG=353,23
G=47,91 // Q=5,94
Q=65,5 KN PQ=59,17

G=140,61
Q=21,46 G=142,46
G=165,2 G=44,54 Q=25,2
G=56,36 G=48,56
Q=24,6 Q=6,42 Q=5,32
Q=7,26
PG=33,74
PQ=4,46

PG=423,05 PG=417,92 KN
PQ=124,97 PQ=124,4 KN

PG=289,54
PQ=62,43 G=109,92 PG =339,5
PG = 852,6 G=131,8 PG = 849,68 G=186,73 PG = 1487,23 PG = 1583,51
G=92,44 // Q=28,66 G=291,86 Q=23,74 PQ = 63,87
PQ = 136,4 Q=33,52 PQ = 225,88 Q=55,35 PQ = 451,2 PQ = 450,03
Q=99,11

PG = 149,21 PG = 108,6
PQ = 67,84 PQ = 49,38

PG = 199,59 PG = 199,59

PG = 99,59
PQ = 90,73
G=54,68 // Q=24,86
PQ = 91,17
G=54,68 // Q=24,86
G=54,68
Q=24,86
G=57,65 // Q=25,52 G=54,68
Q=24,86
PG = 63,22
PQ = 28,74 DDC
PQ = 45,27 G=54,68 // Q=24,86
PG = 204,1
PG = 28,62
PQ = 92,8
PG = 28,62 PQ = 7,1
PQ = 7,1
PHSS-2

PG = 27,11
Commentaires :
PG = 27,11
PQ = 7,93 G=18,87 // Q = 1,74
PQ = 7,93 - charges réparties en rouge (kN/m)
G=46,46 // Q=9,76
- charge ponctuelles en tête en bleu (kN)
50*25 50*25 50*25 50*25
60*50 60*50 60*50 60*50 60*50
70*56

65*52
70*56

65*52
65*52

65*52
65*52

60*48
65*52

65*52
65*52

60*50 53*43
20*16

poutre voile
35*28
20*16 ASC.

60*50 53*43
53*43 poutre voile

poutre voile

20*16 20*16 70*56


poutre voile
50*40

55*44

55*44
60*50
poutre voile

60*50 60*50 60*50 60*50 60*50

Plan d'équarrissage
28*14
40*20 40*20 40*20 40*20 35*28 poutres et poteaux PHSS-1
50*40 50*40 50*40 50*40
35*28
FORMAT A4

ECHELLE 1:20

Observations : les dimensions des poutres (h*b) et des poteaux


sont données en cm.
53*43 53*43

50*25 50*25 50*25 50*25 50*25


60*50 60*50 60*50 60*50 60*50

65*52 60*50 60*50 60*50

60*50 60*50 60*50 60*50 60*50

Plan d'équarrissage
40*20 35*28 40*20
40*20 poutres et poteaux PHSS-2
40*20 40*20 40*20 40*20 35*28
50*40
50*40 50*40 50*40
FORMAT A4
35*28

ECHELLE 1:20
35*28
Observations : les dimensions des poutres et des
poteaux sont données en cm.
600 450

295 380 380 380 380 400 400 400 400 380 380 380 380 295

13 4HA16 4HA16
6° 4HA8
0
15HA10 16

6° 8HA20 20
13 8HA20 0
8HA32

50
137,9 962,1

5125,14

5530

Section longitudinale

poutre PHSS-1
15 cadres HA10 et 30 épingles HA10

Cnom = 35 mm // Béton C45

FORMAT A4

ECHELLE 1:25
500

HA16

HA10
600

Section transversale sur appui

poutre PHSS-1

Cnom = 35 mm // Béton C45


HA20
FORMAT A4

ECHELLE 1:5
35 110
500

HA8

HA10
600

HA10

Section transversale en travée

HA32 poutre PHSS-1


Cnom = 35 mm // Béton C45

FORMAT A4

35 94 ECHELLE 1:5