Vous êtes sur la page 1sur 17

L’ é m a n c i p a t i o n d e s t r a v a i l l e u r s s e r a l ’ œ u v re d e s t r a v a i l l e u r s e u x - m ê m e s

6 578
127
INFORMATIONS
INFORMATIONS
OUVRIÈRES

abonnés reçoivent
nouvelle série

ce numéro.
Et vous ?
Semaine du

OUVRIÈRES
N0 (2521)

9 au 15 décembre 2010
1,5 euro (soutien 2 euros) (page 16)
ISSN 0813 9500

TRIBUNE LIBRE DE LA LUTTE DES CLASSES

“Réduction des déficits publics”: Fillon en appelle

Sécurité sociale,
à “l’unité nationale”. Il recherche un consensus. 11 DÉCEMBRE
CONFÉRENCE NATIONALE

Dans quel but ? POUR L’UNITÉ

services publics,
OUVRIÈRE

La parole à
Pascal Galéoté

retraites…devraient
Secrétaire du syndicat
CGT du port autonome

être liquidés
de Marseille.
Pages 4 et 5

L’actualité
Intempéries :
“Il n’y a plus
de services
(pages 2 et 3)
de l’Etat”
les Témoignages.
s et des peup
iona le des travailleur
rn at Page 6
M eeting de l’
Entente inte
Parti ouvrier
indépendant
Meetings dans toute
Entente
enu par le
sout

E MO N D I ALE la France de compte rendu


CONFÉRENC internationale
Les travaux
ALGER,

CONTRE ET
vembre 2010
de la Conférence
de la
27-28-29 no

mondiale d’Alger Conférence


LA GUERR E A Paris, mondiale
ouverte d’Alger

L’EXPLOITA - vendredi 17 “Un nouveau départ”


(Louisa Hanoune,

TION MEETING décembre,


lors de la conférence
de presse tenue à Alger).
Pages 8 et 9
parole :
Prendront la ilitants
des m
du Brésil,
syndicalistes éricains
am
INTERNATIONAL àPrendront
20 notamment
heures L’actualité
internationale
des militants ant pour le
combatt
x Etats-
Labor Party autants du
VENDREDI 17 En Espagne,
Zapatero
Unis, des mili upe et
lo
LKP de Guadeouvriers
la parole : Louisa Hanoune
fed 2000 Paris

des militants toutes


français de ront
DÉCEMBRE 20 H décrète “l’état
Imprimerie Rotin

(Algérie), Alan Benjamin


d’alarme”
rend
origines qui tte
compte de ce .
conférence

contre le droit
o n (Etats-Unis), Daniel
a re n t
de grève
Espac e C h e
- Métro Port
e-de-Charent
on Gluckstein (France)
n, Paris XII
de Charento
ris
327, rue -Saint-D enis, 75010 Pa
du Faubourg
indépendant 87, rue
Parti ouvrier
Un entretien

Espace Charenton, 327, rue de Charenton, Paris XIIe avec un camarade


de la rédaction
d’Informacion Obrera.
Métro Porte-de-Charenton Pages 12 et 13
2 > A la Une >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

L
Les intolérables objectifs

Photo DR
de la “réduction
Le dépliant gouvernemental adressé à des millions de Français par voie postale ou par le biais de la presse.

Yan Legoff

’objectif proclamé par le Premier ministre,

des déficits”
François Fillon, de « libérer la France des défi-
cits » implique de trouver, d’ici à 2013, envi-
ron 100 milliards d’euros. En France, comme
dans tous les pays d’Europe, ce trou gigan-
tesque a été creusé par des « plans de re-
lance » ou « d’économies » dédiés à renflouer
les banques et les grandes entreprises.
La poursuite du marasme économique signifie que cette somme
gigantesque, qui représente presque le tiers du budget de l’Etat,
devra être principalement dégagée par des coupes tous azi-
muts. Tout ce qui constitue le cadre des relations sociales dans
notre pays depuis 1945 devrait être passé à la moulinette pour
payer cette dette monstrueuse.
Le gouvernement Fillon-Sarkozy ne peut prétendre l’imposer
seul, c’est une évidence.
C’est pourquoi, dans son discours de politique générale, Fillon L’appel à l’“unité de la nation” lancé par le Premier ministre pour réduire les “déficits”
en a appelé, le 24 novembre, à « l’unité de la nation », exigeant
une « mobilisation sans faille ». Son appel était surtout adressé
implique de passer à la moulinette tout ce qui a été conquis depuis 1945.
aux directions des syndicats, pour un « dialogue social res-
ponsable ». en difficulté, disparition de l’enseignement de disciplines entières

Retraites Une ponction


Le 29 novembre, les directions nationales des organisations dans le cadre de la réforme des lycées...

de 20 milliards
CGT, CFDT, FSU, Solidaires et UNSA lui ont répondu, dans une Mais aussi suppression pure et simple d’établissements scolaires
« Interpellation des décideurs économiques et politiques fran- entiers. Dans le seul département du Nord, le conseil général,

d’euros. Au moins...
çais », en approuvant ce qu’elles appellent « la nécessaire réduc- dirigé par le PS et le PCF, a annoncé la fermeture de treize centres
tion des déficits publics ». départementaux d’information et d’orientation (CIO).
Curieux point de départ pour revendiquer « une autre poli- Est aussi envisagée dans ce même département la fermeture de
tique économique » ! N’est-ce pas s’inscrire, même de manière vingt-cinq collèges.
critique, dans le consensus voulu par le gouvernement ? L’allongement de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans et de C’est comme si l’on rayait de la carte tous les collèges de Lille, la
On voit où mène le refus, par ces mêmes dirigeants, de se pro- l’âge de départ sans décote à 67 ans produira, selon le gouverne- préfecture nordiste de 230 000 habitants ! ■
noncer pour le retrait du projet de loi sur les retraites (sous ment, plus de 20 milliards « d’économies » en 2020. Mais la loi pré-
prétexte de la « nécessité » d’une réforme), alors même que voit aussi un allongement de la durée de cotisation... La loi Fillon

Des coupes
des millions de travailleurs en grève et en manifestation l’ont de 2003 prévoyait une augmentation de la durée de cotisation,

équivalant
exigé pendant des mois ! ■ d’année en année, pour atteindre 41 annuités en 2012 (164 tri-
mestres). Et ensuite ?
Sécurité sociale
au total de l’indemnisation
Une durée maximale de 42 annuités avait été évoquée lors du

des congés de maternité


LU DANS LA PRESSE débat parlementaire sur la loi Sarkozy-Fillon-Woerth, mais la loi
finalement promulguée prévoit un stratagème diabolique pour
fixer la durée de cotisation : un simple décret sortira à chaque fin
d’année pour fixer une nouvelle borne ! En effet, la loi dit dans son
“C’est la loi de Wall Street qui s’est imposée” article 17 que « la durée d’assurance (...) est fixée par décret » en
(François de Closets) Le Parlement vient d’adopter, les 24 et 25 novembre, un mois après
fonction de la « durée moyenne de retraite » (qui dépend de l’es-
la contre-réforme des retraites, la loi de financement de la Sécu-
pérance de vie constatée quatre ans auparavant).
Dans Le Monde (2 décembre), le très réactionnaire rité sociale pour 2011.
Les salariés d’une tranche d’âge donnée ne connaîtront la durée
François de Closets donnait une image de l’inquiétude A l’heure où Fillon annonce qu’il va lancer une concertation natio-
de cotisation à laquelle ils sont assujettis que quatre ans avant leur
qui saisit les plus hauts sommets quant à la politique nale sur la protection sociale pour « fixer la part des régimes obli-
départ présumé, et le tout par décret. En procédant par décret,
de guerre sociale qu’ils ont eux-mêmes déclenchée : gatoires et complémentaires » et « diversifier les financements », le
chaque année, le gouvernement peut aller au-delà des 42 annuités
« Que deviendront les Etats lorsque les politiques inévi- contenu de la loi de financement se résume à un chiffre : + 2,8 %
annoncées ! ■
tables, car imposées de l’extérieur, deviendront inap- d’augmentation pour l’Objectif national de dépenses d’assurance
plicables, car refusées de l’intérieur ? Nous voici au maladie (ONDAM) (1).
troisième temps d’une crise qui a commencé dans la Ce chiffre de + 2,8 % masque en réalité des coupes drastiques :
finance, s’est propagée à l’économie et gangrène l’annexe B de la loi qui a été votée explique que « le respect de

Fonction publique d’Etat 30 000


aujourd’hui la politique jusqu’à menacer d’implosion l’ONDAM (…) impose de réaliser, en écart à l’évolution tendancielle

suppressions de postes par an


nos systèmes démocratiques (…). Les peuples vont des dépenses, un montant d’économies de 2,1 milliards d’euros »,
découvrir que l’austérité ne vise pas à rétablir la pros- porté en réalité à 2,4 milliards compte tenu de certaines mesures
périté, mais à éviter la faillite, et que les premières techniques.
mesures en appellent d’autres, de plus en plus pénibles 2,4 milliards d’économies, c’est énorme. Cela représente, par
(…). Les dégâts sont effroyables et les peuples sont exemple, le total de l’indemnisation des congés de maternité de
Ce rythme infernal de destruction d’emplois de fonctionnaires
laissés sur le rivage avec les épaves, tandis que les l’année 2007 !
sera poursuivi, a annoncé Fillon. Les conséquences sur les ser-
naufrageurs voguent en haute mer sur les yachts de 2,4 milliards par tous les moyens possibles : déremboursement
vices publics (lire page 6 ce qu’il en est pour les services de dénei-
luxe en ayant emporté le magot (…). C’est la loi de des médicaments, réduction des dépenses hospitalières, remise
gement) sont désastreuses.
Wall Street qui s’est imposée à Obama comme au en cause du remboursement des frais de transport ! ■
L’instruction publique, qui concentre la moitié des emplois de
reste du monde. Elle constitue aujourd’hui la plus
fonctionnaires d’Etat, est profondément bouleversée : maîtres et
grave menace contre des Etats qui perdent toute légi- (1) L’ONDAM, c’est l’enveloppe fermée fixée en fonction des exigences de réduc-
professeurs stagiaires rémunérés au rabais, envoyés sans forma-
timité quand ils imposent un ordre unanimement re- tion des déficits publics. Ce carcan a été imposé en 1996 par les ordonnances
tion devant les élèves, moyens de remplacement réduits à presque
connu comme injuste. » ■ Juppé. Jospin l’a maintenu en 1997.
rien, démantèlement des structures spécialisées d’aide aux élèves
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
3

La CES veut placer tous les Etats sous la coupe


de la Banque centrale européenne !
La prétendue Confédération européenne des syndicats (CES) veut en fait généraliser à toute l’Europe le sort de
la Grèce et de l’Irlande. Sur cette exigence, la CES organise une journée d’action le 15 décembre. En France,
« l’intersyndicale » CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires s’y rallie. Et ce serait cela, « le prolongement de la mobilisation
sur les retraites » ?

L
es dirigeants de « l’intersyndicale », Fran-
çois Chérèque et Bernard Thibault, qui
se sont refusé à appeler à la grève pour
le retrait du projet de loi, ont, dans une décla-
ration avec trois autres organisations (SUD-
grecs n’ont actuellement pas d’alternative au
plan de sauvetage. »
Mais elle fait encore plus fort aujourd’hui. Dans
une lettre aux ministres des Finances de l’Union
européenne (6 décembre), elle demande que
transférées à la BCE seraient responsables du
paiement des intérêts qui les frappent, mais à
des taux nettement plus bas » (1).
Voilà pour quelles « revendications » la CES
appelle à manifester le 15 décembre !
“L
é
ÉDITORIAL

Et maintenant : au
tour de la France ?
Daniel Gluckstein
Secrétaire national du POI

a France est la pro-


chaine sur la liste. Il ne
faudra pas attendre
longtemps avant que les
investisseurs sur le mar-
Solidaires, UNSA, FSU) appelé à la « nécessaire la Banque centrale européenne (BCE), créa- Pour la CES, il faudrait donc que la BCE soit
ché des actions se tournent vers la France
réduction des déficits » et à manifester le 15 dé- tion du traité de Maastricht, prenne posses- maître d’œuvre de la réduction de la dette,
une fois qu’ils en auront fini avec le Portu-
cembre à l’appel de la Confédération euro- sion de la « dette » des Etats, plaçant donc ces c’est-à-dire l’organisateur des coupes dans
gal et l’Espagne. Le déficit du pays est bien
péenne des syndicats (CES). derniers sous la tutelle directe de cette banque ! tous les budgets, les services publics, la santé,
plus élevé qu’on ne le croit (…). Les mar-
Le mot d’ordre officiel de cette journée du 15 dé- Bref, le sort de l’Irlande et de la Grèce serait l’école.
chés ne sont pas prêts à le financer, à moins
cembre est : « Non à l’austérité pour tous et au généralisé à tous les pays de l’Union euro- Bref, exactement ce que la BCE avec le FMI
que ne soit mise en œuvre une sérieuse ré-
bonus pour quelques-uns. » péenne. Et la CES, dans une note accompa- appliquent à l’Irlande !
forme structurelle. » Ainsi s’exprime, ce
S’agirait-il de s’opposer aux plans drastiques gnant cette lettre, précise, pour que les choses Voilà où conduit la recherche d’un consensus
5 décembre, le directeur exécutif de la place
édictés par les gouvernements ? Les apparences soient claires : « Un transfert par tranche à la sur la réduction du déficit public.
boursière de Londres, le fameux London
sont trompeuses. BCE de la dette nationale allant jusqu’à 60 % ■
Stock Exchange (1). Aux Etats-Unis, le Wall
En fait, en juin dernier, la CES déclarait : « La du PIB ne serait pas une annulation de la dette. (1) Tous les documents cités sont disponibles sur le site
Street Journal félicite le Premier ministre
CES reconnaît que le gouvernement et le peuple Les Etats membres dont les obligations sont Internet de la CES : www.etuc.org
« socialiste » espagnol pour avoir décrété
l’état d’alarme contre les contrôleurs aé-
riens (lire page 12). « Les syndicats, comme

Irlande, Portugal, France…


les grévistes en France auparavant, avaient

Les travailleurs sont confrontés


perdu tout sens de la réalité économique. »
La France est dans le collimateur. Le plan

aux mêmes questions


de rigueur destructeur est en marche, dont
la contre-réforme des retraites a marqué
le premier acte. Il n’aura rien à envier au
plan irlandais, qui prétend amputer les
allocations des chômeurs, les pensions des
n Irlande, la direction du et Bernard Thibault (CGT) a

E principal syndicat avait


renoncé au droit de grève
pendant six mois, avant que le
refusé jusqu’au bout d’appeler
à la grève pour le retrait du pro-
jet de loi contre les retraites.
retraités, les salaires des fonctionnaires et
imposer une saignée dans la fonction
publique dont l’équivalent en France serait
de 500 000 suppressions d’emplois ! Et tou-
gouvernement ne décide d’un Conséquence : dans une décla-
jours le même argument : les déficits
nouveau plan, encore plus bru- ration commune, avec la FSU,
publics. Répétons-le : rien ne peut justifier
tal que le précédent (compre- Solidaires et l’UNSA, ils approu-
que le peuple travailleur paie, d’une seule
nant la baisse de 12 % du salaire vent maintenant la « nécessaire
de ses conquêtes, d’un seul de ses acquis
minimum). Le pays est placé réduction des déficits ». Et, reçu
les intérêts d’une dette provoquée exclu-
sous la tutelle du FMI et de la semaine dernière par la pré-
sivement par l’aide financière aux capita-
l’Union européenne, mais le di- sidente du Medef, Laurence
listes et aux banquiers. Sur ce point, les
rigeant syndical O’Connor dé- Parisot, Bernard Thibault exige
travailleurs sont confrontés, une nouvelle
clare : « Nous restons une organi- que des « négociations s’ouvrent
fois, à un obstacle qu’il faut clairement
sation pro-européenne et atta- sur les attentes exprimées par les
identifier. D’un côté, au plan politique, les
chée à la présence de l’Irlande salariés dans le mouvement so-
différents candidats à la candidature du
dans la zone euro. » cial actuel », parmi lesquelles,
Parti socialiste s’engagent à réduire la
Au Portugal, le secrétaire géné- selon lui, « la reconnaissance de
dépense publique, tandis que les dirigeants
ral de la centrale syndicale por- la pénibilité, sujet récurrent et
du Parti communiste et du Parti de gauche,
tugaise CGTP déclare, le jour non traité dans la réforme des
dans une pétition commune, demandent
même de la grève générale qui retraites » (1). Curieuse formu-
à la Banque centrale européenne (BCE),
balaie le pays : « Nous savons lation... Y aurait-il eu d’autres
créée dans le seul but de soutenir l’euro et
que, pour le moment, des ré- « sujets traités » dans cette pré-
de réduire le « coût du travail », « d’im-
ponses positives sont difficiles... tendue réforme, si ce n’est la
pulser (…) la création d’emplois, le déve-
La note de la CES se revendique d’un « dialogue social
Nous demandons la reprise du volonté du gouvernement et des
loppement des services publics… ». Autant
dialogue social avec le gouver- patrons d’en finir avec les re-
consensuel » pour proposer aux ministres des Finances de
demander poliment au pyromane d’étein-
nement… » traites par répartition ? ■
l’Union européenne la prise de contrôle par la BCE des Etats
dre l’incendie…
Et en France ? Pendant des mois,
D’un autre côté, l’intersyndicale des
nationaux, sous couvert d’un transfert de leurs dettes.
l’« intersyndicale » emmenée (1) Communiqué confédéral du 3 dé-
cinq (CGT, CFDT, FSU, UNSA, SUD-Soli-
par François Chérèque (CFDT) cembre 2010.
daires), dans sa déclaration du 29 novem-
bre, revendique « la nécessaire réduction

PS, PCF et Parti de gauche :


des déficits publics ». Il faut dire les choses
clairement : le simple fait de mettre le doigt

2012, les retraites et la “réduction des déficits”


dans l’engrenage de la « réduction des défi-
cits publics » conduit inévitablement à
accompagner contre-réformes et plans de
rigueur, voire même à participer à leur mise
en œuvre.
C’est la question clé. Nul ne peut nour-
La direction du PS annonce carrément la couleur, ce qui accroît les dissensions au sein du Front de gauche, qui rir la moindre illusion dans le fait que les
n’a pas fini de faire le grand écart. armes construites pour frapper et déman-
teler les droits ouvriers — l’Union euro-
Yan Legoff Strauss-Kahn, actuel directeur général du Fonds PS pour s’être opposé, au Parlement, à un amen-
péenne, la BCE, les déficits, la dette —
monétaire international (FMI) et autre candi- dement déposé par le Front de gauche contre
puissent être transformées en autre chose.
obsession de la réduction de la dette et dat putatif à la candidature ! Cette déclaration tout allongement de la durée de cotisation. A

L’ des « déficits », c’est-à-dire du paiement


des intérêts à ces banques qui ont pour-
tant été renflouées à coups de milliards d’ar-
réduit singulièrement le choix pour 2012 :
« réduction des déficits » de gauche ou « réduc-
tion des déficits » de droite ? Dans un cas comme
suivi un économiste dénonçant le dernier
congrès de Tours de la CFDT, où la centrale de
François Chérèque s’est prononcée pour
La classe ouvrière a montré ses immenses
capacités de combat, de résistance et de
volonté d’unité dans la mobilisation contre
la réforme des retraites. Elle est disponible
gent public, n’est pas l’obsession exclusive du dans l’autre, il faudrait payer ! « l’épargne retraite », c’est-à-dire pour la capi-
pour bloquer le plan destructeur qui vient.
gouvernement Sarkozy-Fillon. Sur un autre ton, Ce qui plonge le Front de gauche, composé du talisation, qui enterrerait le système par répar-
Pour cela, elle a besoin de pouvoir dispo-
bien sûr, et avec d’autres considérants, la direc- PCF et du Parti de gauche de Jean-Luc Mélen- tition.
ser de ses organisations en toute indépen-
tion du PS n’est pas en reste. Et ce n’est pas lui chon, dans un profond embarras et ravive les C’est exact, mais le Front de gauche n’a-t-il pas
dance. L’ordre du jour appelle la rupture
faire injure que de citer le texte sur « l’égalité dissensions en son sein. constamment apporté son soutien à la direc-
de tout lien avec les diktats de l’Union euro-
réelle » qu’elle a adopté, à la quasi-unanimité tion de l’« intersyndicale » emmenée par Ché-
péenne, du FMI et leur « nécessaire réduc-
des tendances, le 9 novembre dernier. Parlant Le soutien de Mélenchon rèque et Thibault ? Cela explique sans doute
tion des dépenses publiques ». Il appelle
d’une réforme fiscale qu’elle proposera en 2012, à la direction de l’“intersyndicale” que Jean-Luc Mélenchon, dans sa conclusion,
l’unité contre les plans de rigueur et les
elle déclare qu’« une partie de ces nouvelles res- se soit abstenu de toute déclaration politique,
contre-réformes, et la défense de chacune
sources sera consacrée à la réduction des défi- En témoigne la morne réunion publique sur les s’en tenant à des considérations techniques sur
des revendications ouvrières. Tel est l’en-
cits et de l’endettement ». retraites organisée par eux le 2 décembre, à la les bienfaits du système par répartition. Quant
jeu du débat qui se mènera dans la confé-
Nous voilà avertis. Quelques semaines plus tard, Maison de la chimie, à Paris. Dans une salle de à Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, il
rence pour l’unité ouvrière à l’initiative du
Ségolène Royal annonce qu’elle se présentera quelques centaines de places à moitié vide, ce a laborieusement plaidé pour l’unité de la gau-
Parti ouvrier indépendant, le 11 décembre,
aux primaires qui désigneront l’an prochain le devait être le lancement du programme du Front che... Il est vrai qu’en 2012, le sort du groupe
à Issy-les-Moulineaux.
candidat du PS à la présidentielle de 2012. de gauche pour 2012. On y a entendu Roland parlementaire du PCF est largement entre les
Rassembleuse, elle indique qu’elle choisirait Muzeau, sénateur PCF, et Martine Billard, dépu- mains du PS... Bref, le Front de gauche n’a pas
(1) The Independant.
volontiers comme Premier ministre Dominique tée du Parti de gauche, dénoncer ensemble le fini de faire le grand écart. ■
4 INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

11 DÉCEMBRE
CONFÉRENCE NATIONALE TRIBUNES LIBRES, DÉBATS, DISCUSSIONS…
POUR L’UNITÉ
OUVRIÈRE
La conférence pour l’unité ouvrière s’ou
Initiée par le Parti ouvrier indépendant, elle rassemblera samedi prochain des
“pour arrêter le bras destructeur du gouvernement et ouvrir la voie à la recon
Marseille (Bouches-du-Rhône)

La parole à Pascal Galéoté, Montbard (Côte-d’Or)

secrétaire du syndicat CGT du port autonome de Marseille “Je me demande ce que Thibault
a derrière la tête”

Photo AFP
Tu as certainement lu le reportage du seille l’union sacrée UMP-PS contre le
Point d’il y a trois semaines sur le droit de grève par la menace de la mise Interview de Patrick,
conflit des retraites à Marseille. Cet en place des réquisitions. D’ailleurs,
article met en avant deux syndicats je t’invite à lire l’article de La Provence
syndicaliste de la métallurgie
en particulier : ton syndicat CGT et le (17 novembre) concernant la position
Quel bilan tires-tu de la mobilisation à Montbard
syndicat FO des territoriaux et de la de l’intersyndicale CGT-CFDT-SDU-
avant le vote de la loi contre les retraites ?
CUM (communauté urbaine de Mar- UNSA-Solidaires de la mairie, qui pro-
D’abord, on est obligé de se battre. J’ai trente-deux ans
seille — NDLR). Au-delà des provoca- pose ses services au maire UMP de la
d’ancienneté. Quand je suis entré à Vallourec, il y avait
tions journalistiques, cet article est ville et au président socialiste de la
environ 3 000 ouvriers. L’entreprise a été démembrée
une attaque en règle contre le syndi- CUM pour mettre en place un service
en une série de sociétés qui ne cessent de changer de
calisme et le but affiché de remettre minimum !
nom au gré des actionnaires ; il ne reste plus que 1 500
en cause le droit de grève est on ne Je n’ai pas vu cet article. En ce moment,
ouvriers, tout au plus, mais les problèmes de salaires
peut plus clair. C’est vrai qu’à Mar- c’est chaud, chez nous. A propos de l’ar-
et de retraite se sont aggravés. On sort d’une grève de
seille, il y avait une situation de grève ticle du Point, je précise qu’on s’est impli-
quinze jours sur les salaires dans une des boîtes.
et de blocage sur le port comme sur qué dans le cadre du conflit sur les re-
La mobilisation sur les retraites a rassemblé beaucoup
la ville. La virulence du ton contenu traites, certes, avec aussi des revendica-
de monde, et chaque fois on se demandait : « Est-ce
dans l’article du Point reflète d’une tions spécifiques.
que ce sera suffisant ? » Après le vote de la loi, il y a eu
certaine manière l’inquiétude des diri- Les décisions concernant le conflit ont
un certain découragement, mais on ne peut pas bais-
geants au plus haut sommet de l’Etat, toujours été prises localement dans le
ser les bras. 90 % des ouvriers sont en 3 x 8. Travailler
mais aussi des responsables des par- cadre de nos instances (et avec les sala-
jusqu’à 62 ans, ça mine l’organisme. Il nous faut par-
tis de gauche, que le développement riés). Contrairement aux affirmations du
tir à 60 ans, voire avant, avec une retraite à taux plein.
du conflit ne donne des idées à d’au- Point, les décisions n’ont pas été prises
tres départements et aboutisse à une “Qu’est-ce qui aurait pu nationalement.
D’ailleurs, quand on a 57-58 ans, les patrons nous
bazardent, on est tout juste bons à jeter ; et pourtant,
situation de grève générale dans le
pays. Qu’a-t-il manqué à ton avis pour changer le cours du conflit ? Le 11 décembre prochain, le POI a pris
ils n’embauchent pas de jeunes. Tout cela montre que
l’on ne peut pas accepter d’appliquer cette loi Woerth.
que ce conflit aboutisse ? l’initiative d’une conférence de délé-
Il faut se poser la question de qu’est-ce Je suis à la fois partagé gués pour l’unité. Il s’agit pour nous
D’après toi, quels obstacles a-t-on rencontrés dans
qui aurait pu changer le cours du conflit. d’organiser une première rencontre
le combat pour imposer le retrait du projet Woerth ?
Je suis à la fois partagé et déçu, bien évi- et déçu, bien évidemment. nationale de délégués ouvriers et
Trop de suivisme par rapport à la CFDT. Je me demande
demment. La question de l’intersyndi- jeunes pour tirer les leçons de ces deux
cale est importante. La question de l’inter- mois de conflit et se préparer ensem-
ce que Thibault a derrière la tête. Il cherche une place
en haut, ou bien quoi ? Le fait est que Chérèque nous
Des salariés étaient prêts à aller au com- ble aux prochaines échéances de la
bat, mais tout le monde n’était pas prêt syndicale est importante” lutte des classes, et cela, dans le res-
a manœuvrés, il nous a tous roulés dans la farine.
à faire des sacrifices. pect réciproque de l’indépendance des
Quelle perspective faut-il ouvrir ?
Et dans l’intersyndicale, tout le monde partis et des syndicats. L’union sacrée
Il faudrait l’unité pour que la loi soit abrogée. Nos diri-
n’était pas sur la même ligne, mais il était meté de plusieurs fédérations, mais aussi contre la grève, c’est l’union sacrée de
geants de l’intersyndicale n’ont pas voulu le retrait.
important de préserver l’unité. Et la CGT de l’intersyndicale. tous les partis, de droite et de gauche,
Veulent-ils l’abrogation ? On en revient au même pro-
a tout fait pour la préserver. Il y avait des pour détruire le droit à la retraite ac-
blème, Chérèque nous a roulés dès le départ, mais
démarches qui visaient à nuire au mou- Dans les Bouches-du-Rhône, on est quis par nos anciens. Aujourd’hui, le
c’était prévisible, on a vu ce que Chérèque a fait en
vement. Tout le monde n’était pas sur la arrivé à dire « abandon » dans l’unité. gouvernement aux ordres de l’Europe
2003. D’accord avec l’unité intersyndicale, mais pas
ligne d’élargir le mouvement. Il a manqué des relais. Dans la pétrochi- et du FMI a annoncé clairement qu’il
pour appliquer la loi, pour l’abroger.
En premier lieu, les routiers. mie, c’était bien ; chez les cheminots, s’attaquait à la Sécurité sociale.
De même, les étudiants n’ont pas pu jouer c’était bien. On peut croire que c’était Il s’agit de trouver une véritable alterna-
Qu’attends-tu de la conférence nationale pour
leur rôle, et c’est dommage, parce qu’ils bien. On s’est caché derrière eux. On a tive politique. La position du PS sur les
l’unité ouvrière ?
représentent une force importante et que, pensé que les secteurs stratégiques pou- retraites est pour le moins ambiguë. On
Je pense qu’il faut construire l’unité entre tous les cou-
du point de vue de l’opinion publique, il vaient arriver à nous faire gagner. Peut- nous dit que le syndicat CGT est isolé. Ce
rants qui sont attachés aux revendications ouvrières.
y a un côté affectif important ; quelque être que les fédérations auraient dû réagir n’est pas vrai, nous ne sommes pas iso-
Je sais, ce n’est pas évident, mais si chacun tire la cou-
part, on est tous aussi des parents. A cer- autrement. lés, mais nous ne sommes pas forcément
verture à soi, c’est impossible. En face, le gouverne-
tains niveaux, les instances fédérales et soutenus.
ment est uni contre nous ; il faut donc l’unité contre
confédérales n’ont pas joué le jeu. D’accord, mais au lendemain du 12 oc-
lui, d’autant plus qu’ils préparent de nouvelles mesures
tobre, si l’intersyndicale nationale avait Serais-tu d’accord pour participer à la
aussi graves pour les ouvriers que la loi Woerth.
Certes, mais le refus de l’intersyndi- appelé et si, comme l’a proposé, dans conférence ou y envoyer un représen-
cale d’appeler à la grève interprofes- notre département, Gérard Dossetto, tant ? Il y a d’ores et déjà des délé-
Photo AFP

sionnelle jusqu’au retrait n’a fait que le secrétaire de l’UD FO, toutes les UD gués des municipaux de Marseille, des
favoriser la disparité d’entrée dans avaient appelé à la grève interprofes- hospitaliers, de la Sécurité sociale, des
l’action de différents secteurs. sionnelle des Bouches-du-Rhône, cela enseignants, de la chimie, des jeunes,
La CGT considérait qu’il ne fallait « pas aurait modifié la situation. etc. Votre participation à cette confé-
perdre le fil de l’intersyndicale » et, pour- A propos de l’article du Point, je me pose rence serait le premier acte pour cons-
tant, nous n’étions pas vraiment en phase des questions sur les relations FO et mai- tituer ensemble cette jonction qui a
(en particulier avec la CFDT). Si la CFDT rie. Mais il faut saluer la lutte menée par manqué dans ce conflit.
était sortie de l’intersyndicale, cela aurait les territoriaux, qui ont dû faire face à de Je ne dis pas non, il faut voir les dispo-
envoyé un signe de fatigue qui aurait pu nombreuses attaques. nibilités. Je vais en parler avec les col-
être préjudiciable au mouvement. Ce lègues.
mouvement a été très très fort et l’opi- C’est ton droit, mais il ne t’a pas Propos recueillis par
nion publique favorable y a contribué. échappé que s’est constitué à Mar- François CHARLES ■
Mais combien étions-nous vraiment en
Photo AFP

grève ? C’est de plus en plus compliqué.

C’est certainement compliqué, mais il


y a un fait incontournable : l’inter-
syndicale ne s’est jamais prononcée
pour le retrait ou l’abandon du plan, Dans le prochain numéro d’Informations ouvrières,
à partir de là cela devenait encore plus
compliqué !
qui sortira le 16 décembre, vous pourrez lire un compte
Je suis d’accord avec la position de la rendu complet de la conférence pour l’unité ouvrière.
confédération CGT qui demande un vrai
débat. C’est presque le retrait sur le fond.
Contributions, interviews, reportages, décisions
On est loin de la position de la CFDT. On de la conférence... Dès aujourd’hui, réservez ce numéro,
peut dire qu’il y a eu un manque de fer-
passez vos commandes auprès de l’administration.
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
5

10 > L’actu
alité politiq
ue et social
e >>>
INFORMAT
IONS OUVR
IÈRES N0 126

vre à Paris ce 11 décembre


SEMAINE DU

D os si er & 2 AU 8 DÉCE
MBRE 2010

Représentat ar gu m en ts
Ce que prépare le ivité syndicale,
dépendanc
e, formatio

nouveau gouver n en alternan


ce…

nement Sarkozy-
1 Fillon
Loi dite de
représentat
ivité syndical
e
Que contient co
la loi du 20 aoûtncrètement
2
Personnes
âgées dite
s “dépendan
tes”
2008 ? Sur quoi le gouv
Pour le gou
du paysage
vernement
Sar
syndical” dev kozy-Fillon, elle est veut-il le consen ernement
la “clé
sus ?
centaines de délégués de toutes tendances
ant engend
Le 21 septe rer un “nouve ” d’un “changement
ganisée par
mbre dern
ier, une conf au réformi Par Martine
Denis Lang érence était sme social” Debat
dicalistes de
la
let et Jean-
Pierr or- Il n’était . las Sarkozy
métallurgie, e Vielle, syn- pas possible avait
sentativité

mière parti
synd

cette sema
sur la loi
juriste a expo icale. Lors de cette dite de repré-
Nous publionssé les aspects essentiel
conférence
s de cette
e de cette contr ine des extraits de la loi.
, une
Désormais,
ter la preuve
de
d’app
chaque organ orter la preuve contr
isation synd
velle échéance sa représentativité, et
aire.
icale doit appo
ce
à un niveau électorale. Et la représentaà chaque nou-
r-
D ès la cont re-ré
retraites votée form e des
Sarkozy a anno, le président
en place dès ncé la mise
mille n’est pas prévenu : « La fa-
pour obtenir simplement un lieu
ment un lieu
des droits, c’est
voirs. Et si la où on exerce des de-
égale-

quête des droits et de la démocratie”


2012, c’est-à-dire
sentativité ne à peine plus fami
dans l’entr ibution relati pre- syndicat d’ent vaut plus pour un autre tivité acquise d’un dans exercer, la socié lle ne veut pas les
eprise. ve à la repré
- reprise peut . Exemple : d’assurance-dé an, d’un système té devra pouv
alors que la ne pas être un pend ance pour les remb ourser sur un oir
fédér
représentative. ation à laquelle il est représenta personnes âgées patrimoine. se

L a loi du 20 août
premier volet 2008 comporte deux
dicale et un consacré à la représenta
de travail. secon
Mon exposé d volet concernant le syn-
volets : un
tivité
Pour la mise
tions, la loi
en applicatio
rattac

a créé une périon de ces nouvelles dispo


tif
hé est, elle, nouvelle « réfor . Il a précisé que sa
pendant six
tation avec
me » ferait
mois, d’une l’objet,
« consul-
Suppressio
ficiaires actue
n à la moitié
des béné-
sée par la Séculs de l’allocation ver-
tion personnalirité sociale (alloca-
»

ARGUMENTS
de cinq ans les
à de transitoire si- les collectivit partenaires sociaux,
quement les s’attachera temps que l’audiencecompter de la publicatio d’une durée és M. Sark ozy sée d’autonom
évolutions à
relatives à la présenter uni- ciations conce locales et les asso- appe lle cela ie).
syndicale.
représentativité les nouvelles des syndicats puisse êtren de la loi, afin rnées », à la quièm e risque »… Cynis « le cin-
règles. Ainsi laquelle les «
La principale ou de l’entr mesurée selon décisions seraiesuite de me et trom-
la remise en
modification
issue de cette eprise, le synd, au niveau de l’établissem à l’été 2011 nt prises
perie !
caus le restera jusqu icat représenta ent ». « En utilisant
représentativité e de la présomption loi réside dans élections profe’au prononcé des résul tif à ce nivea Il faut faire,
a-t-il déclaré, ce
kozy a-t-il prati terme, Nicolas Sar-
accor dée aux cinq irréfr agab tats des prem u tème juste ,
dicales depu
is confédérations le de publication ssionnelles
qui se déro ières équi table », « un sys- confusion des qué “sciemment” la
En clair, aupa un arrêté du 31 mars syn- de
J’envisagerai la loi. ulent après
la
toute perso
nne âgée puissafin que gent Les Echo genres ? », s’interro-
1966.
ces confédératravant, chaque syndicat dans dignement »
soit à domicile,e « vivre En effet, pours (18 novembre).

QUE CONTIENT LA LOI DU 20 AOÛT 2008 affilié représentativité un premier temp


tatif quel que ions était considéré comm à l’une de

Var
s la établissement.
rogatives que syndicale dans l’entr question de la soit en public n’y a ce quotidien, « si le
soit le nivea e représen- epris Quelles sont Quelle est la vérité ? sans doute
u (branche,
entreprise). temps, je m’intcela confère, puis, dans e et les pré- en réalité les feu », le term vu que du
tions que le proposi- e
dité des acco éresserai aux nouvelles un deuxième président de de « branche de « risque » (et non
rds d’entrepri blique dema la Répu- »
se.
règles de vali- nde renvoie à l’idéede la Sécurité sociale)
ouvrières d’ava aux confédérations
liser ? Au total : les d’assurance privée.

SUR LA REPRÉSENTATIVITÉ SYNDICALE ?


M. Sarkozy personnes
I. La représentativ sitions du rapp
s’appuie sur
les propo-
ont cotisé toute âgées, qui
les actifs cotis leur vie et pour qui

“Il est important que cette conférence se tienne”


ité dans l’entrepri d’information ort de la « mission
» qui lui a rendu de la Sécurité ent, serai ent exclues
Première par se rapport en
juille
« Faut-il faire t 2010 (1) :
son fice pour les sociale… Tout béné-
patrons, d’abo
tie : les critères de tiel ? Faut-il un système assuran-
les assureurs
privé rd pour
• Ces critères
représentativ oblig tous ceux qui s, mais aussi pour
ticle L. 2121 sont définis à l’ar- surer ? », s’inte er les gens à s’as-
ité rien pour nos ne paieraien t plus

IIe partie :
Le rapport prévorroge le président.

quelles prérogatives
-1
Pour mémoire,du Code du travail.
L’ancienneté vieux malades.
honte !
tion prévoyait l’ancienne rédac- tour des élect 50 ans, de sousc it l’obligation, dès Une
Pour
sentatif, un que, pour être repré-
• Avant de s’inté ions de chaq perte d’autonomrire une assurance sa part,
culiè reme nt resser plus parti-
mité d’établisse ue co- Solal, directeurJean-Martin Cohen-
syndicat deva ment. « Faut -il augm ie.
les critères it réunir
dience, je souhau critè re de l’au- lité française général de la Mutua-
suiva
— les effectifs nts : aitera
• Ainsi, un syndi demande-t-il. enter la CSG ? », (PS), estime
attention sur is attirer votre sentatif dans cat peut être repré- Le rapport préco faut un comp que « s’il
— l’indépend ; un l’augmentation
de la CSG pournise
lément à la
— les cotisation ance ; parle moin un critère dont on être représenta établissement sans retraités.
pation des pouv
oirs publics,
partici-
s, les
aussi essen mais qui est tout treprise. Et, tif au niveau de l’en-

découlent des nouveaux critères


s; ci peut être celui-
— l’expérien tiel, celui de inversement, « Faut-il avoir privé, mais
solidarité »… basé sur la
ce et l’ancienne neté. L’ancienne l’ancien- dicat repré
sentatif au un syn- cessions quan recours sur les suc-

Interview de Patrick, militant syndicaliste CGT


syndicat ; té du té d’un synd d Allez comp
— l’attitude s’apprécie à
compter de icat l’entreprise
peut ne pas
niveau de la volonté ou les enfants n’ont pas rendre !
la guerre.
patriotique
pendant dépôt légal
de
la date du chaque établ
issement.
l’être dans der leurs parenpas les moyens d’ai-
Ces critères rie. Il est donc ses statuts à la mai- voit de faire ts ? ». Le rapport pré- (1) Missi on
dirigé I
que les statu prudent de vérifier
• La représenta « Debord et compo e par Valéri e Rosso -
latifs.
n’étaient pas
cumu- ts sur les résul tivité est mesu âgée entre choisir » la personne sée de dix parlementaire
bien régulièrem du syndicat sont le
tats obtenus rée succession prélèvement sur sa de toutes appar
tenances (y s

pour les organisations syndicales ?


ent dépo semble des sur l’en- et la réduction PCF), qui ont compris PS

de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM)


à jour par la sés collèges où tié de son alloca et
même occa et mis cat à vocation le syndi- de
tion. En 2007, moi- huit mois (le
travaillé ensem
ble pendant
sion
didats Par à présenter des can- Nico- voté
représentan
le rapport). t du PCF
n’a pas
exemple une

3
organi-
La “format
ion des jeunes
en alternan
ce”

Avant d’aborder la discussion sur la


conférence nationale du 11 décembre,
tu as eu un certain nombre d’éléments,
Cas d’un syndicat Pour ce faire, le RSS bénéficie
puisque tu es abonné à Informations
représentatif, d’un crédit d’heures men-
ouvrières. Est-ce qu’on pourrait dire
c’est-à-dire qui a obtenu suelles de quatre heures.
quelques mots sur le journal ?
10 % au moins Contrairement aux règles ap-
à la dernière élection plicables à la désignation du
Je le lis, pas de manière complète, mais
c’est bien ; il est assez ouvert, même si,
au comité d’entreprise délégué syndical, pour la dési-
dans l’ensemble, c’est marqué par la dé- gnation du RSS, l’organisation
n syndicat représenta-
fense d’un point de vue que je partage,
celui des intérêts ouvriers contre les coups
qui leur sont portés. Mais on ne partage
pas forcément toutes les réponses, ou on
U tif dans l’entreprise et
lui seul a la faculté de
désigner un délégué syndical
syndicale choisit librement la
personne qui détiendra ce
mandat. Un syndicat non
représentatif ne peut désigner
dans l’entreprise. La loi apporte qu’un seul RSS. Cela n’est pas
n’a pas de position achevée sur tel ou tel
une précision supplémentaire
aspect des problèmes auxquels on est fonction de l’effectif, comme
quant à la personne à désigner.
confronté : donc, il faudrait mettre en c’est le cas pour les délégués
Il doit s’agir impérativement
avant d’autres points de vue, tout en pu- syndicaux.
d’un candidat titulaire ou sup-
bliant bien entendu celui de la rédaction. Je voudrais apporter une petite
pléant au premier tour des
Je pense que cela permettrait de laisser précision sur un point à l’ori-
élections professionnelles
la place à l’opinion du lecteur, qui n’est Dans la manifestation à Toulon, le 7 septembre 2010. gine de beaucoup de confu-
(comité d’entreprise, déléga-
pas tout à fait celle du parti, du journal. sion.
tion unique du personnel ou
Cette réforme était et reste inacceptable, tipliés pour la grève et le retrait de ce pro- Le délégué syndical dont l’or-
délégués du personnel, peu
S’agissant de la conférence nationale, car elle fait l’impasse sur le problème es- jet de loi ! ganisation n’est plus repré-
importe) ayant recueilli au
nous avons déjà discuté des problèmes sentiel, celui des emplois. Cela dit, le pro- sentative à la suite des élec-
moins 10 % des suffrages ex-
qui ont conduit à ce que finalement la blème principal que nous avons rencontré C’est cette discussion que va chercher tions peut tout à fait être dési-
primés sur sa personne. Le
loi soit adoptée, et notamment la ques- a été la décision de l’intersyndicale natio- à rassembler la conférence nationale gné RSS. Cela ne pose aucun
délégué syndical ne peut donc
tion des journées d’action en lieu et nale de refuser d’appeler à la grève dès le ouvrière du 11 décembre, et donc tu
plus être choisi librement problème. En revanche, aux
place de la grève franche interprofes- début, grève illimitée, quitte à dire au bout y as toute ta place.
parmi les salariés de l’entre- prochaines élections (c’est-à-
sionnelle. Mais il y a eu aussi le refus de huit jours : « Le gouvernement ne cède Je ne pourrais malheureusement pas me
prise. dire les deuxièmes ayant lieu
permanent de mettre au centre le mot toujours pas, il faut négocier... » Mais s’en- dégager ce jour-là, mais c’est important
Les anciennes conditions de après la publication de la loi),
d’ordre de retrait du projet de loi. gager ainsi, c’était créer les conditions qu’une telle conférence se tienne. Elle
désignation d’un délégué syn- le RSS dont le syndicat n’a pas
La question est : est-ce qu’il y a une bonne pour faire céder le gouvernement, alors pourrait d’ailleurs, sur la base de tout ce
dical (ancienneté minimale obtenu les 10 % requis pour
réforme ? Parce que je continue à penser que des grèves d’un jour, huit en deux qui va être dit, publier un document qui
d’un an dans l’entreprise, âge être représentatif ne pourra
que le mot d’ordre de retrait devait être mois, c’était, à l’inverse, créer les condi- serait utile à tous, et particulièrement aux
minimum de 18 ans et pas de plus occuper ce mandat, et ce
associé au fait qu’il faut des financements tions pour qu’il gagne. Et surtout dans responsables syndicaux qui vont être
déchéance des droits civiques) jusqu’aux six mois précédant
pour permettre le maintien de tous nos une situation où l’on a vu qu’en bas, dans confrontés à la poursuite de la politique
sont toujours en vigueur. les élections suivantes.
droits, dont celui des fonctionnaires, à les assemblées, les sections syndicales, de « réformes » et de prétendu dialogue
Le Code du travail, dans sa Le syndicat non représentatif
savoir le Code des pensions, et le seul et dans de très nombreux secteurs profes- social.
nouvelle rédaction, précise que devra désigner une autre per-
unique financement, c’est celui du salaire sionnels, comme chez nous à la DDTM Propos recueillis par notre correspondant
le mandat de délégué syndical
différé, donc du salaire, donc de l’emploi. du Var, des appels unitaires se sont mul- de Toulon sonne.
cesse lorsque l’organisation
Rapidement, quelques remar-
syndicale qui l’a désigné n’est
ques concernant le représen-
plus représentative ou lorsqu’il
n’a pas recueilli aux élections tant syndical au comité d’en-
suivantes 10 % des suffrages treprise.
exprimés. Le mandat de délé- La loi est venue modifier les
Trappes (Yvelines) conditions de désignation du
gué syndical est donc remis en
cause à chaque nouvelle élec- représentant syndical au co-
“Les milliers de travailleurs qui ont participé à ces piquets tion. mité d’entreprise dans les en-
treprises de plus de 300 sa-
ont, à notre avis, indiqué nettement quoi faire” Cas d’un syndicat
non représentatif,
lariés.
Désormais, pour désigner un
le FMI et l’Union européenne sus- Dans un premier temps, les travail-
c’est-à-dire qui a obtenu représentant syndical au co-
Deux délégués ont été désignés lors
d’une réunion de militants à Trap- cite le rejet massif de tous les tra- leurs ont déjoué la politique de divi-
moins de 10 % mité d’entreprise, le syndicat
pes, dans les Yvelines, le 18 novem- vailleurs et des peuples. Cette di- sion des appareils en participant
à la dernière élection doit avoir des élus au comité
bre. Deux participants en résument mension doit être présente dans no- massivement aux manifestations à
au comité d’entreprise d’entreprise, c’est-à-dire au
la discussion et le mandat qu’ils tre activité (…). répétition. Une partie des travail- moins deux élus, qu’ils soient
e syndicat n’est donc pas

L
porteront. Nous disons que le point culminant leurs mobilisés, s’appuyant sur la titulaires ou suppléants. Le
représentatif dans l’en- représentant syndical, contrai-
a été dans les grèves reconductibles grève reconductible et ayant clai-
treprise. Il ne pourra pas rement au délégué syndical,
e compte rendu (...) met au avec piquet de blocage partout en rement conscience qu’ils ne pou-

L centre la question fonda-


mentale de la démocratie
(…). Notons ici que la mobilisation
France, et notamment dans les raf-
fineries et les dépôts d’essence tels
qu’à Aubergenville et Coignières,
vaient rien attendre des directions
confédérées, a participé à ces pi-
quets.
désigner de délégué syndical.
En revanche, la loi l’autorise à
désigner un représentant de la
section syndicale, un RSS.
n’a pas à être désigné parmi
les candidats aux élections
professionnelles. Il est choisi
momentanément suspendue en dans le département des Yvelines. Le renforcement de ces piquets et librement parmi le personnel
Le Code du travail indique que de l’entreprise.
France a pris une ampleur singu- Ces piquets de blocage étaient in- leur multiplication sur le territoire
le RSS bénéficie des mêmes
lière au Portugal à l’occasion d’une terprofessionnels et s’appuyaient auraient pu changer le contexte de Son mandat prend fin si le syn-
prérogatives que le délégué
grève générale aussi massive que sur les grèves reconductibles des raf- la manifestation du jeudi 28 octo- dicat qui l’a désigné perd ses
syndical, à l’exception du pou-
pendant la révolution de 1974. fineries ou des transports en com- bre, et par là même contribuer à élus au comité d’entreprise
voir de négocier des accords
Notons aussi celle du peuple irlan- mun qui les protégeaient. modifier l’issue. lors des prochaines élections.
collectifs. Rappelons la défini-
dais contre l’endettement et les Les appareils n’ont eu de cesse En tout état de cause, ces milliers Pour les entreprises de moins
tion qui a été donnée du RSS
acclamations de cette manifesta- d’isoler les raffineries en grève, les de travailleurs qui ont participé à de 300 salariés, les règles de-
dans le rapport établie par l’As-
tion à la lecture de la déclaration dépôts occupés et les autres sec- ces piquets ont, à notre avis, indi- meurent inchangées. Le délé-
semblée nationale. Il s’agit
d’indépendance. teurs en grève. Pour cela, ils ont qué nettement quoi faire et com- gué syndical est toujours de
« d’un dirigeant de section dé-
La soumission de chacun des Etats volontairement camouflé leur exis- ment faire à ce moment-là. droit représentant syndical au
fendant un syndicat qui n’a pas
et des gouvernements aux diktats tence et refusé d’appeler à les ren- Jean-Pierre Battais, comité d’entreprise. ■
encore prouvé sa représentati-
des marchés financiers relayés par forcer (…). Denis Langlet ■
vité. Sa fonction sera de faire
vivre la section syndicale afin Suite et fin dans
que le syndicat obtienne les un prochain numéro :
10 % nécessaires aux élections “La négociation
professionnelles. » dans l’entreprise”
6 > L’actualité politique et sociale >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

Equipement

Intempéries : “Il n’y a plus de services de l’Etat”


Un coup de froid hivernal précoce, beaucoup

Photo AFP
Communiqués de presse
de neige, mais quand même pas une tempête.
Et pourtant, en quelques jours, les aéroports Fédération CGT de l’Equipement
ferment, des lignes de train sont interrom- et de l’Environnement (25 novembre)
pues, des routes sont impraticables, nombre
de collèges se voient vider de leurs élèves du
es directions interdépartementales des routes
fait de l’arrêt des transports scolaires, des cou-
pures d’électricité touchent des milliers de
foyers.
Naturellement, il y a la neige. Mais, surtout, il
L (DIR) vont devoir mettre en pratique les mesures
d’abaissement du niveau de service d’exploi-
tation de la viabilité hivernale. Cela conduirait, si elles
n’y a plus de DDE. Depuis le 1er janvier 2010, sont appliquées, à ne plus déneiger la voie de gauche
les services de l’Equipement ont été liquidés. des routes nationales que seulement huit heures après
Sous couvert de transfert aux régions, de désen- les chutes de neige !
gagement de l’Etat, de réduction des déficits En réalité, la vraie raison de ce choix se situe dans la
publics, il s’agit d’un véritable saccage des ser- logique insensée de faire des économies sur les ser-
vices publics, qui constituent un véritable mail- vices publics (…).
lage sur tout le territoire de l’Hexagone. Le gouvernement annonce, dans le projet de loi de
Les témoignages que nous publions rendent finances 2011, en discussion au Parlement, une baisse
compte des conséquences dramatiques de de 10 % des crédits de fonctionnement des routes
cette situation. nationales, qui sont consacrés principalement à l’ex-
ploitation et au traitement des chaussées pendant
nterrogé sur France Info, le maire de Lam- la période hivernale (service spécifique de la viabi-

I balle (Côtes-d’Armor), où des centaines


d’automobilistes ont été bloqués dans la
nuit du 1er au 2 décembre, « regrette que l’Etat
lité hivernale considéré par les agents comme une
mission emblématique des ex-DDE !) et qui passe-
ront de 169 millions d’euros en 2010 à 153 millions
d’euros en 2011. Cette réduction s’inscrit dans la
ne soit plus capable d’intervenir de manière cohé- voitures. » Pour lui, « il y a une vraie rupture LA CIRCULAIRE DU MINISTÈRE
rente dans des catastrophes de ce type, parce que d’égalité de traitement des citoyens. L’Etat devrait baisse de 27 % des crédits d’entretien en 2011. ■
ça veut dire qu’il n’a plus les moyens et il n’as- être le garant de cette égalité. Il ne le fait plus. » “Dans un contexte budgétaire plus for-
sure plus la cohésion du territoire. Ça, c’est dra- Il évoque les conséquences des réductions bud- tement contraint d’année en année
matique ! » Et d’expliquer que la quatre-voies gétaires et de la révision générale des politiques (…), afin de préserver ces postes de Fédération Force ouvrière de l’Equipement,
« n’aurait peut-être pas été bloquée dans ces publiques (RGPP), et conclut : « On atteint là dépenses, je vous demande de mettre de l’Environnement, des Transports et des Services
conditions-là si les moyens qu’on connaissait les limites de l’optimisation des services publics en œuvre dès 2010 des mesures per-
dans le temps à la DDE, dans les deux directions voulue par le gouvernement. On optimise telle-
mettant de diminuer les coûts en ma- a Fédération Force ouvrière de l’Equipement,
départementales de l’Equipement et d’autres ser-
vices, auraient pu continuer. Mais là, on voit bien
les limites de la réduction générale de la puis-
sance publique. »
ment qu’il n’y a plus les moyens de bosser. »
Pour le directeur de cabinet du préfet des Côtes-
d’Armor aussi, les difficultés du déneigement
viennent de la disparition de la DDE : « Du temps
tière d’entretien courant et d’exploita-
tion (…) :
— fauchage moins intensif et favorable
L de l’Environnement, des Transports et des
Services (FEETS-FO) alerte les usagers de la
route et les citoyens sur les dangers de la politique
En effet, les directions départementale de l’Equi- où, effectivement, les DDE étaient responsables à la biodiversité ; mise en œuvre par le gouvernement concernant
pement (DDE) ont été supprimées le 1er janvier des routes départementales et des routes natio- — diminution du nombre de circuits l’entretien et l’exploitation du réseau routier natio-
dernier après que 1 000 postes par an ont été sup- nales, cette coordination était naturelle, était de viabilité hivernale ; nal. Ainsi, au titre de 2011, les directions interdé-
primés parmi les agents d’exploitation de la spontanée, et le cycle de passage des déneigeuses partementales des routes (DIR) devront faire face à
— réduction de l’éclairage routier aux
DDE dans les dix dernières années. étaient cohérent. » Mais « dès lors maintenant une baisse de crédits de 30 % sur ces chapitres.
seules sections pour lesquelles l’éclai- Cela pourrait se traduire dès cet hiver : par l’aban-
Le maire accuse : « On atteint les limites de la qu’on a deux organisations différentes, une orga- rage apporte un bénéfice de sécu-
politique gouvernementale de réduction des ser- nisation interrégionale qui ne s’occupe que des don du déneigement de certaines parties de la voi-
rité confirmé.” rie, comme à la DIR Est, où cette mesure est pro-
vices publics. Il n’y a plus de services de l’Etat » routes nationales et une direction appartenant
maintenant au conseil général, qui s’occupe des (Circulaire du ministre de l’Ecologie, grammée ; par l’arrêt de l’éclairage des routes en
(AFP, 2 décembre). Il explique : « Nous avons pu
nous en sortir à Lamballe, aller chercher les gens routes départementales, chacun ayant son de l’Energie, du Développement dura- zone urbaine ; par une baisse de la fréquence des
bloqués (…). Mais la route aurait été bloquée sur domaine de compétence, avec des circuits qui ble et de la Mer aux préfets de région, patrouilles de sécurité ; par un entretien réduit de
le territoire d’une petite commune sans moyens, ont été redessinés différemment, on a des pro- 31 juillet 2009.) la voirie, etc. ■
les gens seraient restés toute la nuit dans leurs blèmes de cohérence des circuits. » ■

“Consensus politique” contre les enfants handicapés

Handicapés : les dégâts scandaleux d’une loi


Par Michel Landron cultés. Les écoles devraient se dé- elle notifie les décisions concernant les per- TÉMOIGNAGES DE PARENTS ET D’ENSEIGNANTS
brouiller « en toute autonomie », au sonnes handicapées. Elle est débordée. Des
es correspondants nous font mieux avec des auxiliaires de vie sco- • « Quinze jours après la rentrée sco- cette année. C’est comme si on annon-

D
milliers d’enfants concernés attendent tou-
parvenir des témoignages alar- laire (AVS), au pire sans accompagne- jours une notification d’affectation d’un AVS laire, mon fils, autiste, scolarisé dans çait à un malade qu’il a un cancer,
mants sur la situation scanda- ment scolaire. Les autorités précisent auprès d’eux et de nombreuses notifications la classe d’intégration scolaire (CLIS) qu’on lui prescrive de l’aspirine et
leuse des enfants handicapés scolarisés d’ailleurs toujours que la présence d’un décidées ne sont toujours pas réalisées (97 en de l’école, perd sa maîtresse, qui tombe qu’on ajoute… qu’il n’y a plus d’aspi-
n’importe comment et dans n’importe AVS ne peut être une condition d’in- Seine-Saint-Denis, 171 dans le Rhône…). malade et ne reviendra plus. Les en- rine. »
quelles conditions dans les écoles et tégration dans une classe ou une école fants sont répartis dans les autres classes,
les classes ordinaires. ordinaire. CHIFFRES car il n’y a aucun remplaçant. • « Deux enfants avaient une notifica-
Souvenons-nous de la campagne pré- Dans cette école de 17 classes, du 1er tion de douze heures pour un AVS,
sidentielle de 2007. La surenchère entre Des exigences cruciales ● 160 000 enfants et adolescents au 11 octobre, 39 demi-journées ne mais tout a été suspendu. Nous appre-
Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal avait et urgentes handicapés sont scolarisés verront pas de maîtres. Hubert le vit nons également que les soins d’un des
été le clou du spectacle. C’était à celui dans les écoles ordinaires : 110 000 très mal. Certains jours, les enfants deux enfants au centre médico-péda-
ou celle qui appliquerait le mieux la Les contrats précaires de 14 000 AVS en maternelle, 50 000 en élémentaire. sont assis par terre, faute de place, de gogique sont interrompus, plus qu’un
loi Montchamp du 11 février 2005 sur n’ont pas été renouvelés et les pro- tables, de chaises ! seul psychologue à mi-temps au lieu
le handicap prononçant l’inscription messes du gouvernement aux syndi- ● 107 000 de moins de vingt ans de deux. »
d’office des enfants handicapés et-ou cats permettront, au mieux, de recruter sont dans des établissements “Un remplaçant est déplacé
en grande difficulté dans les écoles et d’autres personnes en difficulté, sans médico-sociaux (financés d’une autre école, • « J’ai un CM 2 avec 28 élèves, avec un
les classes ordinaires. L’UMP, le PS et droits ni qualification, à dose homéo- par la Sécurité sociale que les parents menacent enfant totalement incontrôlable. On
le PCF, les dirigeants de l’UNSA, de la pathique, là où la colère des parents et les conseils généraux). d’occuper s’il part” frôle la catastrophe tous les jours. J’ai
FSU, de la FCPE…, tous applaudis- et des personnels les contraindra à le dû supprimer toutes les sorties. Je
saient. faire. ● 34 000, faute de place L’IEN cherche désespérément un en- devrais avoir un AVS pour douze
L’« éducation spéciale » disparaissait Les témoignages que nous publions dans un établissement spécialisé, seignant pour la CLIS. Un remplaçant heures, mais il faudrait du personnel
de la loi et la responsabilité de la prise (lire ci-contre) ne peuvent que soule- sont dans leur famille, accompagnés est déplacé d’une autre école, que les qualifié pour ce travail spécial. »
en charge de ces enfants était trans- ver les consciences. Les exigences à par des services à domicile parents menacent d’occuper s’il part.
férée à la MDPH (1), placée sous la res- l’égard de l’Etat, de ses représentants pour la plupart non qualifiés. L’AVS présente depuis deux ans s’en • « Dans l’école, nous avons trois en-
ponsabilité des présidents de conseils et des conseils généraux d’une prise en va à la Toussaint ! A la rentrée, deux fants handicapés, dont une petite en
généraux. charge adaptée sont devenues cruciales ● 15 000 enfants handicapés enseignants d’une brigade départe- fauteuil qui a besoin d’accompagne-
Informations ouvrières avait alerté à et urgentes pour ces enfants handi- naissent chaque année en France. mentale de remplacement arrivent. ment pour les toilettes et tout le reste…
l’époque sur la perversité de cette loi. capés comme pour toutes les écoles. L’un démissionne après une journée ! On nous annonce un seul AVS au lieu
Au nom de « l’intégration dans les C’est contraire à la loi Montchamp ? ● Le coût annuel de la scolarisation L’autre vient de très loin, n’a aucune de trois. »
écoles et classes ordinaires », l’Etat Alors, c’est elle qu’il faudra abroger, pas d’un enfant handicapé est de 25 000 formation spécialisée, on est prêt à
s’engageait dans la suppression systé- les droits des jeunes handicapés aux euros au minimum en établissement tout accepter pour qu’il reste. » • « Que dois-je dire aux parents des
matique des structures et des person- soins et à une scolarisation adaptés. ■ spécialisé, contre 7 000 euros deux enfants de l’école qui ne bénéfi-
nels spécialisés dans la prise en charge dans une école ordinaire. • « Dans notre école en zone violence, cient plus d’aide cette année, l’AVS res-
adaptée des enfants selon le degré et (1) Maison départementale du handicap. Avec il y avait deux AVS pour plusieurs en- tante s’occupant déjà de deux autres
la nature de leur handicap et-ou diffi- la « Commission des droits et de l’autonomie », fants en très grande difficulté. Plus rien enfants du cours préparatoire ? » ■
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
7

FORMATION
DES MAÎTRES
Université de Montpellier
“Alors, il y a
des démissions,
“Autant nous demander de nous saborder !” des dépressions,
Extraits de la lettre d’Anne Fraïsse, présidente de l’université Montpellier-III, adressée des drames !”
à tous les personnels de son université à propos du projet d’Initiative d’excellence (Idex) Interview de Pierre,
étudiant en master 2
ors d’une réunion dans le bureau du recteur,

Photo DR
en présence de quatre représentants de la à l’Institut universitaire
région, des représentants du préfet et de de formation
deux autres présidents d’université, j’ai dû me ré-
soudre à quitter les négociations sur le projet d’Ini- des maîtres (IUFM)
tiative d’excellence (Idex). de Cergy (Val-d’Oise).
Un courrier de la ministre, adressé à la présidente
du PRES (Pôle de recherche et d’enseignement supé- Propos recueillis par
rieur — NDLR), fait de la fusion une condition de François Lefebvre
réussite de l’Idex et, dans le même temps, les huma-
nités sont tenues à l’écart de cet Idex. On nous de- Il y a eu un consensus politique
mande ainsi tout à la fois de renoncer à faire valoir droite-gauche pour organiser « une
la qualité de notre recherche et de nos formations, formation universitaire des ensei-
et de disparaître dans une nouvelle université entiè- gnants ».
rement dédiée à d’autres disciplines que les nôtres. Le résultat est là : IUFM fermés, sta-
Autant nous demander de nous saborder (…). giaires reçus au concours de recru-
Le Grand Emprunt promet des milliards de cré- tement balancés sur le tas sans for-
dits à quelques pôles « d’excellence » sélectionnés mation, des milliers d’étudiants en
par un jury international. La réalité est beaucoup master réservoir de main-d’œu-
plus modeste. Il s’agit, en fait, de vre… Mais cela ne passe pas chez
donner à certains secteurs de re- “On ne peut sacrifier les stagiaires et les personnels...
cherche les intérêts du placement les humanités Nous avons interrogé l’un d’entre
de l’argent du Grand Emprunt (…).
Ces crédits ne sont pas garantis,
pour un plat de lentilles eux.
puisqu’ils dépendent du rende- payé à crédit
Quelle est ta situation ?
ment des placements boursiers et et dont on ne sait
Je suis en master 2 (bac + 5 — NDLR).
ils ne sont dus que pour quatre ans, même pas Pour Montpellier-III, nous n’avions cation, c’était déjà trop, tandis qu’il fallait bien un
J’ai passé les écrits pour le concours
tandis que les universités s’enga- s’il sera servi un jour” plus comme perspective que d’as- mot pour chaque sous-équipe de chaque labora-
de professeur des écoles en sep-
gent à financer l’action sur dix surer la formation en langue des toire d’agronomie (...).
ans… D’ailleurs, tous les projets futurs étudiants et collègues Les différentes injonctions du ministère vont toutes tembre 2010. Les oraux sont en avril
qui nous sont proposés s’accompagnent de de- « d’excellence » qu’accueilleraient l’agro, la chimie dans le même sens et écartent systématiquement ou mai 2011. Entre-temps, on aura
mandes de financement à prendre sur notre bud- ou la biologie et la santé… nos disciplines pour une disparition programmée deux stages. Et il faudra aussi pré-
get récurrent (…). Une quinzaine d’organismes représentant quelques des humanités, tout en insistant pour que le plan parer le mémoire, suivre mes cours
Surtout, sous couvert d’excellence, le projet du centaines d’étudiants discutaient de la préémi- Campus et l’Idex se fassent dans le cadre strict de à la fac, passer les partiels… c’est
gouvernement cible certains secteurs scientifiques nence de la biologie sur la santé, de la priorité à la fusion. infernal !
et oublie quasiment nos disciplines. Même excel- donner à l’environnement ou à l’agronomie, au Il n’est pas acceptable de souscrire à un tel schéma On voit se développer les boîtes pri-
lente, la recherche en lettres, langues, arts, sciences milieu aquatique ou au milieu marin, et, lorsque imposé par des acteurs pour qui le développement vées pour préparer le concours, et
humaines et sociales ne peut prétendre qu’à un l’université Montpellier-III a souhaité que la cul- scientifique de Montpellier n’est pas la priorité. c’est très cher !
rôle d’appoint de projets jugés plus rentables pour ture et l’interculturalité soient mentionnées pour C’est la raison pour laquelle j’ai dû me résoudre à Les stages sont rémunérés, mais cela
les entreprises, agro-alimentaire, chimie, bio-santé, décrire l’ensemble des humanités, il nous a été retirer l’université de Monpellier-III du projet d’Ini- n’a rien à voir avec la paie d’un fonc-
etc. répondu que, si chacun demandait un mot clef tiative d’excellence. Pour la même raison, l’uni- tionnaire stagiaire comme ceux qui
Dans ce contexte, la fusion n’était plus possible, pour sa discipline, on n’y arriverait pas… Un mot versité pourrait être appelée à renoncer au plan étaient en PE 2 (deuxième année —
puisque la future université unique allait devoir pour décrire les lettres, les langues, les arts, la psy- Campus (…) parce qu’on ne peut sacrifier les huma- NDLR) avec une formation à l’IUFM.
s’engager à financer en priorité certaines disci- chologie, la sociologie, l’histoire, la géographie, le nités pour un plat de lentilles payé à crédit et dont C’est ce que le ministre a purement
plines sans qu’aucune garantie ne soit donnée aux développement social et les ressources humaines, on ne sait même pas s’il sera servi un jour. ■ et simplement supprimé.
autres quant à leur pérennité. la documentation, l’information et la communi- Dans le second degré, les stagiaires
reçus à l’écrit sont envoyés directe-
ÉCLAIRAGE ment dans des classes pour 18 heures
de cours, sans aucune formation,

Qu’est-ce que le projet d’Initiative d’excellence (Idex) ? “A quels problèmes sont soumis parfois en ZEP ! Ce sont leurs col-
lègues qui doivent les aider sur le tas.

“Le gouvernement veut faire faire les personnels et les étudiants qui Alors, il y a des démissions, des dé-
pressions, des drames.

aux universitaires et aux scientifiques veulent résister à la casse des universités Quel est ton sentiment sur cette

eux-mêmes le sale boulot dans le cadre et de la recherche publique ?” situation ?


Je pense qu’à terme, il n’y aura plus
de la fusion des universités” Extraits du tract du comité de Montpellier du POI de concours pour devenir ensei-
gnant, et donc fonctionnaire. Il n’y
Le journal du conseil régional, qui a, à sa tête, un nouveau prési-
aura donc plus d’épreuves écrites et
Question à Patricia Sourrouille, syndicaliste du CNRS dent « socialiste », Christian Bourquin, affirme que « la fusion est
orales, mais uniquement un master,
impérative » (Le Sud, octobre 2010). dont les titulaires deviendront pro-
on syndicat, le SNTRS-CGT, Comme l’a dit Anne Fraïsse, le gou-

M Le conseil général (PS) rappelle (communiqué du 23 octobre) fesseurs vacataires embauchés par
a, depuis des mois, mis en vernement veut faire faire aux uni- l’académie.
qu’il a largement contribué financièrement au plan Campus, notam-
garde contre la politique gou- versitaires et aux scientifiques eux-
ment en « incitant le transfert de technologies entre l’université
vernementale du Grand Emprunt dont mêmes le sale boulot dans le cadre de Quelles sont vos revendications ?
et les entreprises ».
font partie les projets « Initiative d’ex- la fusion des universités. On demande le rétablissement de la
En juillet 2008, le ministre Valérie Pécresse l’avait d’ailleurs remer-
cellence» (Idex). La présidente de l’université de Mon- formation supprimée à l’IUFM, le
cié :
L’Etat emprunte de l’argent aux mar- pellier-III a clairement affirmé qu’elle rétablissement des postes suppri-
« Votre soutien a indéniablement joué en faveur de cette sélec-
chés financiers pour le replacer sur ces ne signerait pas sans avoir obtenu le més, le maintien des postes de Rased
tion » (site du conseil général, 17 juillet 2008).
mêmes marchés, afin que les intérêts maintien de toutes les disciplines et de (réseaux d’aides spécialisées aux élèves
Le PCF, par la voix de Michel Passet, élu à la mairie de Montpel-
de cette opération boursière financent tous les diplômes de son université, un en difficulté — NDLR) et plus de
lier, a annoncé :
cinq à six projets à l’échelle nationale, périmètre de fusion qui ne soit pas celui postes au concours.
« Toutes les institutions, le monde universitaire et les centres de
répondant à l’appel d’offre « Idex ». de l’Idex, le maintien des crédits, du Pour l’académie de Versailles, il y a
recherche associés se sont mobilisés en un temps record pour
Le but de cette opération va dans le statut d’université d’Etat et, enfin, l’en- quatre ans, il y avait 1 250 postes,
faire de ce dossier, un projet gagnant » (Tip Top, journal de la
sens du démantèlement des orga- trée dans les domaines d’excellence des plus 250 recrutés sur liste complé-
mairie à destination des jeunes, été 2008).
nismes de recherche nationaux comme lettres, des arts, des langues et des mentaire ; aujourd’hui, il y a 480
Le NPA, dont l’élu s’est abstenu lors du conseil municipal du 18 avril
le CNRS, des unités de recherche, sciences humaines et sociales. postes et plus de recrutement sur
2008, y a déclaré :
d’une remise en cause toujours plus Un communiqué de l’intersyndicale liste complémentaire.
« Le plan Campus décide de donner des moyens nouveaux et
importante de la liberté de recherche nationale a appelé les personnels à la Ce 1er décembre, je vais, avec d’autres
une visibilité internationale à 10 ou 15 universités. »
et d’un appauvrissement de la re- résistance contre ces projets et leurs étudiants, au ministère pour deman-
Toutes ces forces politiques sont soit restées silencieuses ou bien
cherche fondamentale, en particu- conséquences. L’intersyndicale (CGT- der le rétablissement d’une véritable
ont volé au secours du projet, comme Hélène Mandroux (maire
lier au profit de ce que le gouver- FSU-FO-SUD) de Montpellier a appelé formation. Il y aura des professeurs
PS de Montpellier), qui a déclaré :
nement et les industriels jugent tous les personnels des universités et
« Des prises de position (...) peuvent marquer un coup d’arrêt aux d’IUFM, des formateurs, avec des
comme rentable et utile sur le court de la recherche à une assemblée géné-
ambitions que porte ce projet Idex (...). Ainsi, solennellement, j’ap- syndicats, y compris des syndicats
terme. rale le 7 décembre. ■
pelle au rassemblement des acteurs, universitaires, économiques d’inspecteurs, et le collectif « Stage
et politiques de Montpellier » (Midi libre, 19 novembre 2010). impossible ». ■
8 > L’actualité internationale >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

“Un nouveau départ”


Les travaux de la Conférence mondiale ouverte contre la guerre

Entente internationale
(Louisa Hanoune)

des travailleurs et des


gation brésilienne. Ainsi qu’un député fédéral du
PT, des dirigeants du parti, des jeunes. »

peuples : un comité de
Il a fait état de l’initiative prise par la délégation
brésilienne : « Une lettre ouverte à Dilma Rous-
sef, membre du PT qui vient d’être élue à la pré-
sidence de la République, pour lui demander

coordination a été mis


d’en finir avec l’occupation militaire d’Haïti. Le
gouvernement du Brésil a pris, en effet, il y a six
ans, le commandement des troupes d’occupa-
tion (41 pays). Il y avait à notre conférence une
très importante délégation haïtienne : le secré-

en place, représentatif
taire général de la CATH, le camarade Fignolé
Saint-Cyr, un dirigeant du groupement social et
populaire en Haïti, le camarade Yves Pierre-Louis,
et un camarade jeune du mouvement des étu-

de tous les continents


diants en Haïti. Ils sont pour le retrait des troupes
et la souveraineté d’Haïti. Ce dont le peuple d’Haïti
a besoin, c’est de médecins, d’infirmières et d’in-
génieurs, pas des troupes pour réprimer. »

Rubina Jamil (APTUF, Pakistan)

« Vous le savez, mon pays est en guerre. Cette


guerre n’est pas la guerre du peuple pakistanais,
c’est une guerre qui lui est imposée par l’impé-
rialisme américain. Après l’attaque et l’occupa-
tion de l’Irak, après l’attaque et l’occupation de
Une conférence de presse a eu lieu à Alger, le 30 novembre, dans le local du Parti des travailleurs. l’Afghanistan, la guerre s’étend maintenant au
Pakistan causant chaque jour la mort de mil-
Louisa Hanoune, du Parti des travailleurs d’Algérie, Julio Turra, de la CUT du Brésil, Norbert liers de femmes et d’enfants.
Benissan, du syndicat USIT du Togo, Jean-Pierre Barrois, de l’Entente internationale (France), Cette guerre se déroule principalement dans deux

O
régions, la région pachtoune et le Baloutchistan.
et Rubina Jamil, du syndicat APTUF du Pakistan, y ont présenté à la presse les travaux et les Dans ces deux régions, la quasi-totalité de l’in-
conclusions de la Conférence mondiale ouverte contre la guerre et l’exploitation. dustrie a fermé en raison de la guerre. Plus de
600 usines ont été fermées. 400 000 personnes se
sont retrouvées sans travail, dont un grand nom-
bre de femmes et de jeunes.
Il y a également une inflation faramineuse, qui
Photo Informations ouvrières

Compte rendu réalisé La conférence de presse d’Alger, du 30 novembre. découle notamment des emprunts faits auprès
par Jeremy Gisay De gauche à droite : Norbert Benissan, Julio Turra, du FMI et de la Banque mondiale avec un taux
Louisa Hanoune et Rubina Jamil. si élevé qu’il y a des conséquences immédiates
uvrant la conférence de presse, sur l’économie du pays, conduisant à un appau-
Louisa Hanoune a tout d’abord vrissement de la population.
tenu à saluer la presse algé- Mais, en dépit de cela, le peuple du Pakistan est
rienne, les médias qui ont lar- loin d’avoir perdu espoir. Chaque jour, les mou-
gement couvert la conférence. vements de protestation des syndicats tant sur
« La conférence internationale les droits syndicaux, des droits des travailleurs
qui s’est tenue durant trois jours au centre de et des salaires témoignent de l’existence de la
vacances de la mutualité du syndicat des maté- classe ouvrière pakistanaise, de sa volonté de
riaux de construction, qui a réuni durant trois résister avec ses organisations.
journées de débats 257 délégués internationaux L’APTUF, dont je suis une dirigeante, a décidé de
et plus de 120 délégués algériens, nous a permis tenir le 28 décembre son congrès national sur les
de mieux appréhender ce qui se passe dans le mots d’ordre : “A bas la guerre, à bas l’exploita-
monde, les guerres, l’exploitation et aussi les tion !”. La conférence d’Alger est un point d’ap-
luttes », a-t-elle expliqué. « Les délégués chinois pui dans la préparation de ce congrès. »
nous ont fait savoir qu’en Chine la classe ouvrière
a arraché récemment des victoires importantes, Question du journaliste de La Nouvelle
consignées dans le Code du travail, et sur les droits République :
syndicaux, suite à près de 100 000 grèves et mou-
vements sociaux. « Avec l’échec des troupes de l’OTAN en Afghanis-
Tout à l’heure, Rubina Jamil nous expliquera que, tan, le Pakistan est appelé à être l’instrument per-
malgré la guerre et la terreur, les militants syn- mettant aux USA de sortir “la tête haute”. »
dicaux préparent leur congrès pour ce mois de
décembre. C’est très important, nous sommes Rubina Jamil
passés par là. Nous savons que si l’UGTA avait paix est une réalité, même s’il reste encore beau- et Alger. La France, pays impérialiste, l’Algérie,
éclaté à cause de la guerre et du terrorisme, ce coup à faire, que l’Algérie comme nation se réap- pays dominé, pour nous, il n’y a pas de différence. « Nous avons, en effet, des visites quotidiennes d’of-
pays serait parti en mille morceaux, si les partis proprie sa place en Afrique, sa place dans le D’ailleurs, j’ai reçu une invitation pour aller ani- ficiers de haut niveau du Pentagone des Etats-Unis.
s’étaient désintégrés aucune digue n’aurait arrêté monde. Et que l’UGTA, le mouvement ouvrier mer un meeting à Paris le 17 décembre, pour faire Oui, la situation est critique. Nous avons besoin
la déferlante. algérien sont en train de se réapproprier leur le compte rendu de la conférence mondiale. » de la solidarité internationale. J’ai décrit la situa-
Sidi Saïd a apporté des éclaircissements sur ce place dans le cadre international. tion extrêmement difficile dans laquelle nous vi-
qui se passe dans le mouvement syndical mon- Il y a eu débat démocratique : 97 interventions Julio Turra (CUT, Brésil) vons. Il faut savoir que les cadres du syndicat, le
dial. Un G 20 syndical nous menace, a-t-il expli- à la tribune, des interventions écrites et des mes- secrétaire général du syndicat et moi-même, lorsque
qué, il y a danger pour la démocratie, pour les sages. Déclarant qu’il fait sans doute partie des « vété- nous intervenons dans des meetings au Pakistan,
libertés syndicales. Les délégués ont apprécié. Ils Nous avons pu recenser les luttes grandioses, et rans » de la Première Conférence mondiale en notre vie est en danger. »
ont souligné de leur côté le danger qui menace pas simplement en Europe et aux Etats-Unis, 1991, à Barcelone, Julio Turra rappelle qu’« à ce
les organisations syndicales dans tous les pays partout dans le monde. Cela a été un bonheur moment, c’était la première guerre d’Irak. Après Louisa Hanoune
sous couvert de “gouvernance mondiale”, de “dia- d’écouter les délégués russes parler de la révolu- la chute du mur de Berlin,on était devant un monde
logue social”, de “partenariat social”. tion d’Octobre, dire qu’il y a une continuité, qu’ils qui basculait, on a formé l’EIT, pour avoir un lieu « Et c’est pour ça que je me suis proposée d’être
Pour nous, la tenue à l’initiative de l’EIT de la veulent se réapproprier leurs droits, la propriété d’échange démocratique entre différentes com- la présidente du groupe d’amitié algéro-pakis-
VIIIe Conférence mondiale à Alger, accueillie par sociale. posantes du mouvement ouvrier et populaire du tanaise, à l’Assemblée populaire nationale, parce
la centrale syndicale et le Parti des travailleurs, C’est un nouveau départ. Le comité de coordi- monde. » que nous avons là-bas des amis, un peuple qui
est un événement majeur. Cela montre qu’en Algé- nation qui a été mis en place est une représen- « Deux membres du bureau confédéral de la CUT, est en danger, et que nous pouvons apporter la
rie, nous sommes en train de nous réapproprier tation, même limitée, de tous les continents. Une moi-même et un syndicaliste de la métallurgie solidarité, une sorte de protection. C’est à ça que
les conditions d’exercice de la politique, que la coordination animée conjointement depuis Paris de l’Etat de Mineras Gerais, font partie de la délé- sert l’EIT. » >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
9

et l’exploitation tenue à Alger les 27, 28 et 29 novembre 2010


>>> Après Jean-Pierre Barrois (France), qui a
rapporté sur la situation en Europe (lire dans ce
journal, pages 12 et 13), Norbert Benissan (USIT,
Togo) a rappelé qu’« en 1991, lorsque nous avons Dans ses prochains numéros, Informations ouvrières publiera des interventions de délégués à la

“Les Philippines : un laboratoire pour la nouvelle stratégie


fondé l’Entente internationale, nous disions : “At-
tention ! Le visage que le capitalisme offre au
conférence.Cette semaine,l’intervention du délégué du Parti des travailleurs des Philippines (extraits).

de guerre et d’exploitation impérialiste”


monde, c’est celui de l’Afrique dévastée par des

C
plans d’ajustement structurel, par les guerres
dites ethniques.” Et aujourd’hui, vingt ans après,
nous y sommes. Qu’est-ce qu’en effet “l’ajuste-
ment budgétaire” imposé partout en Europe,
avec la surveillance du FMI, avec les agences de
orée, Vietnam, Afghanistan, Irak… et au- du travail », comme par exemple les dégraissages de se battre pour changer le système. Actuelle-
notation, sinon un ajustement structurel ? Et vous
jourd’hui, de nouveau la Corée. Pourquoi massifs et le recours important au travail précaire ment, le parti mène une campagne contre la poli-
savez combien l’ajustement structurel en Afrique,
les Philippines ont-elles été entraînées et afin de diminuer les salaires, et pour finalement tique de précarisation. Il a réussi à forger l’unité
en Amérique latine, a engendré de pauvreté abjecte.
vont-elles continuer à l’être dans des guerres empêcher la syndicalisation. Aux Philippines, la parmi ce qui subsiste des organisations ouvrières
Depuis 1991, les horreurs de la guerre ont fait
qu’elles n’ont pas voulues ? C’est parce que, en loi veut que seuls les salariés en contrat à durée du pays, afin de combattre collectivement pour
plus de six millions de morts en République
tant qu’ancienne colonie, avant qu’on leur accorde indéterminée aient le droit de se syndiquer. Il en les droits ouvriers et la sécurité de l’emploi. Le
démocratique du Congo. A tel point que dans un
l’« indépendance » en 1946, les Philippines ont résulte que sur les 17 millions de salariés que Parti des travailleurs se lance également dans une
pays africain ou ailleurs, lorsqu’on trouve du
été liées par des accords économiques et mili- compte le pays, seuls 200 000 sont couverts par campagne pour l’emploi et la protection sociale
pétrole, c’est la plus grande angoisse pour le peuple
taires à l’ancienne puissance coloniale, le traité des conventions collectives. des chômeurs et de la jeunesse (…).
de ce pays. Que va-t-il advenir ? Un camarade du
de défense mutuelle entre les Etats-Unis et les Les Philippins au chômage ou en emploi précaire Pour conclure, le Parti des travailleurs fait sienne
Burundi, à la conférence mondiale, nous a expli-
Philippines exigeant que chaque partie prenante constituent la majorité des pauvres, tant dans les la tâche de conduire le combat pour la défense
qué le processus par lequel de nouvelles violences
apporte son soutien à l’autre durant les guerres villes que dans les campagnes. Ils souffrent de la des droits ouvriers. Mais nous avons également
meurtrières sont en train de se préparer. Et der-
(…). faim, sont sans domicile et n’ont pas accès aux le devoir de faire prendre conscience à la classe
rière tout ça, il y a l’exploitation capitaliste. Le
Aujourd’hui, aux Philippines, la politique de libé- services sociaux. Pour se sortir de cette situation, ouvrière philippine du fait essentiel que les pou-
mot de Jaurès n’a jamais été aussi actuel : “Le ca-
ralisation, de privatisation et de mondialisation des millions de Philippins qualifiés ou non qua- voirs des multinationales et des institutions finan-
pitalisme porte en lui la guerre comme la nuée
empêche la croissance des industries du pays et lifiés travaillent à l’étranger en situation précaire cières, renforcés par les appareils militaires, sont
porte l’orage.”
cause un taux de chômage permanent de 60 %. et courent le risque de se faire exploiter encore da- l’instrument qui perpétue l’exploitation dans notre
Alors, quand nous allons rentrer dans nos pays,
En 1997, au moment où une concurrence achar- vantage. Actuellement, 10 % — soit près de 10 mil- pays, dans la région et dans le monde entier.
nous avons décidé d’un certain nombre d’acti-
née s’est déclenchée sur le marché mondial, la lions — de Philippins travaillent à l’étranger. En Et à moins que la balance ne penche en faveur
vités. D’abord, informer. Pour que nous sachions
crise financière en Asie a éclaté, laissant 2 000 majorité, ce sont des femmes, qui sont domes- des révolutions dans un proche avenir, la poli-
véritablement ce qui est en train de nous étouf-
usines sur le flanc. Les fermetures d’usines et la tiques au service des riches dans les pays déve- tique de guerre et d’exploitation continuera à ap-
fer, de nous étrangler, de nous conduire à la mort.
réduction de la production industrielle se sont loppés. porter toujours plus de souffrances, aggravées par
Il est évident que lorsque l’on connaît ce à quoi
poursuivies et s’aggravent aujourd’hui avec l’im- Il faut mettre un terme à ce cycle de pauvreté et la tentative de survie du capital à l’actuelle crise
on fait face, et ce dont ces forces sont capables,
pact de la crise financière mondiale. Pour garan- de désespoir. Le Parti des travailleurs s’est orga- économique mondiale entraînant l’humanité vers
nous pouvons ensemble mettre au point des pa-
tir leurs marges, les capitalistes ont recours à nisé pour conduire le combat des travailleurs toujours plus d’anarchie et de barbarie.
rades qui permettront de faire que nous soyons
différents moyens dans le but de réduire le « coût contre l’exploitation. Il n’est pas d’autre choix que ■
enfin victorieux pour que la planète puisse vivre. »

A la question d’un journaliste : « Dans quelle


situation est la classe ouvrière face aux plans qui
lui sont imposés ? Comment se manifeste votre
soutien aux ouvriers émigrants, dans l’espace
européen ? », J.-P. Barrois a répondu : « S’il n’exis-
Louisa Hanoune (Algérie), Alan Benjamin (Etats-Unis) et Daniel Gluckstein
tait pas au sein du mouvement syndical ce que
nous appelons des obstacles à l’indépendance de
la classe ouvrière, des obstacles à l’obtention des
(France) seront parmi les orateurs qui prendront la parole au

Meeting international
revendications, il y a bien longtemps que le régime
de l’exploitation de l’homme par l’homme aurait
disparu. Il y a bien longtemps que guerres et ex-
ploitation seraient des affaires du passé. Si nous
sommes dans cette situation à l’échelle interna-
tionale qui a motivé en quelque sorte la réunion
de cette conférence, c’est précisément parce que,
malheureusement, des obstacles subsistent, qui
sont placés intentionnellement, et l’objet de la
conférence est justement d’échanger, de discuter
de la manière de surmonter ces obstacles.
qui rendra compte de la Conférence d’Alger
A Paris, vendredi 17 décembre, à 20 h,
Concernant les travailleurs émigrés, soyons clairs.
Pour tout militant ouvrier, les travailleurs émi-
grés dans un pays donné, quelle que soit leur

Espace Charenton
nationalité, sont membres de la classe ouvrière
du pays. Je vous donne un exemple. Lorsque la
Cour européenne de justice a décidé qu’en Suède
les conventions collectives ne s’appliqueraient
plus aux travailleurs émigrés — il s’agissait de 327, rue de Charenton, Paris XIIe, métro Porte-de-Charenton
travailleurs lettons —, nous avons agi avec les
syndicats suédois qui défilaient avec un mot
d’ordre que nous approuvons totalement : “Tra- Meeting de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples
Des réunions de compte rendu
vailleurs suédois, travailleurs lettons, même soutenu par le Parti ouvrier indépendant

intérêts, mêmes conventions collectives”. » sont également organisées en province


CONFÉRENCE MONDIALE
Vendredi 10 décembre : Samedi 8 janvier :
CONTRE
Bien d’autres questions (1) ont été posées sur ALGER,
27-28-29 novembre 2010

tous les sujets abordés, avant que Louisa Chartres (Champhol) Montchanin
LAGUERREET
Hanoune ne conclue en redisant sa fierté et celle
de tous les délégués algériens : « Il s’avère qu’en
Algérie, il s’est trouvé un parti, le Parti des tra-
Vendredi 10 décembre : Mercredi 12 janvier :
vailleurs, qui n’a jamais baissé les bras, de l’aveu
de tout le monde. Et c’est pour cela que nous L’EXPLOITA- Amiens
Jeudi 16 décembre : Angers
Auxerre
sommes fiers aujourd’hui d’avoir accueilli en
TION MEETI Mercredi 12 janvier : Dijon
terre algérienne la VIIIe conférence mondiale
contre la guerre et l’exploitation. » ■ Prendront la parole :
des militants
syndicalistes du Brésil, INTERNATIO NN G Jeudi 16 décembre :
Bordeaux
Jeudi 13 janvier : Mulhouse
VENDREDI 1AL
des militants américains
(1) De nombreuses questions ont notamment été posées
à Louisa Hanoune sur la situation en Algérie et la poli-
combattant pour le
Labor Party aux Etats-
Unis, des militants du
Vendredi 17 décembre : Jeudi 20 janvier : Rennes
tique de son parti. Nous avons retenu ici la partie de la
LKP de Guadeloupe et
des militants ouvriers
français de toutes
DÉCEMB 7 Dole Vendredi 21 janvier :
Imprimerie Rotinfed 2000 Paris

conférence de presse portant plus directement sur la


conférence mondiale.
origines qui rendront
compte de cette
conférence. RE 20 H Chambéry
Espace Charenton Vendredi 17 décembre :
TOUS AU MEETING
vendredi 17 décembre, 20 h,
327, rue de Charenton, Paris XIIe - Métro Porte-de-Charenton
Parti ouvrier indépendant 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris
Marseille Samedi 22 janvier : Le Mans
Espace Charenton
10INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127
> La vie du parti < SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

Le bureau national du POI s’est réuni le 4 décembre


PARTI OUVRIER INDÉPENDANT
Apporter des réponses politiques aux questions qui surgissent
Le bureau national du POI s’est tenu le 4 décembre, une semaine après la Confé- de loi contre les retraites, qui n’ont pas renoncé et qui cherchent une issue. Dans
rence d’Alger contre la guerre et l’exploitation. Nous sommes dans une situation cette situation, le bureau national du Parti ouvrier indépendant a débattu de la
politique marquée par la pression sur les organisations se réclamant de la défense manière de mettre en œuvre les orientations du parti, de l’activité de nos co-
des travailleurs pour qu’elles renoncent à défendre les revendications au nom mités, de nos échéances : conférence pour l’unité ouvrière du 11 décembre ; élec-
de la « nécessaire réduction des déficits publics ». tions cantonales ; préparation du IIIe Congrès.
Face à cela, il y a des milliers de travailleurs et de militants, de toutes affiliations, Nous publions de larges extraits des documents, qui ont tous été adoptés à l’una-
qui ont pris part au combat pour imposer le mot d’ordre de « retrait » du projet nimité. ■

RÉSOLUTION 1 RÉSOLUTION 2

Résolution générale Sur les élections cantonales

1 • Le bureau national du Parti ouvrier


indépendant adresse son salut frater-
nel et militant à nos camarades du Parti des
dications ouvrières les plus vitales et la néces-
sité de l’unité du mouvement ouvrier sur ses
véritables revendications en affirmant en-
Les élections cantonales du 20 mars pro-
chain sont les premières auxquelles se pré-
sentera le POI. Elles sont une opportunité
pulation cette politique de réduction des
déficits sont inacceptables.
La plupart des conseillers généraux sor-
travailleurs d’Algérie et de l’UGTA pour la semble : aucun consensus, aucune accep- pour construire et enraciner notre parti tants ont voté les budgets et les mettent en
remarquable organisation politique de la tation du diktat de la dette, du chantage du dans les cantons. œuvre.
Conférence mondiale ouverte contre la guerre FMI à l’Union européenne, de la Banque Elles sont à la portée de tout comité pour Nous n’acceptons pas l’argument selon lequel
et l’exploitation, et l’accueil chaleureux ré- mondiale, etc. (...). Pour nous, bien évidem- peu que les dispositions soient prises à c’est le désengagement de l’Etat qui serait
servé aux délégations. Le bureau national ment, il s’agit, dans cette conférence comme temps (…). responsable de la situation des collectivités
du POI se félicite du succès éclatant de cette dans toute cette campagne de combat poli- C’est donc avant la fin 2010 que les instances territoriales, car rien n’oblige les élus à relayer
conférence. Le bureau national du Parti ou- tique pour l’unité, d’aider à la construction doivent discuter et arrêter leur position sur la politique du gouvernement dictée par
vrier indépendant approuve la déclaration du Parti ouvrier indépendant indispensable le choix des cantons, des candidats, et éta- l’Union européenne.
finale de la conférence et répond positive- à la classe ouvrière pour avancer sur la voie blir le budget de la campagne. Cette position nous place dans une situation
ment à la demande qui lui est faite de prendre de ses aspirations fondamentales et d’un Quel est notre axe ? où tout accord avec d’autres forces politiques
en charge, en commun avec le Parti des tra- gouvernement qui réponde à ces aspirations. 1 • Pas question d’accepter le chantage à est subordonné à l’engagement de rompre
vailleurs d’Algérie, l’organisation du travail Dans le même mouvement où nous propo- l’inéluctable « nécessité » de la réduction avec cette politique de relais.
pratique du comité de coordination de l’En- sons aux camarades qui le souhaitent de des déficits publics au nom de la défense 3 • (...) Le bureau national attire l’attention
tente internationale issu de la conférence rejoindre les rangs du POI, nous respectons d’un prétendu intérêt général, réduction des des comités départementaux sur les dis-
d’Alger (...). le fait que les camarades qui participent avec déficits sur laquelle le consensus est total positions des appareils politiques, camou-
nous à ce combat pour l’unité ne souhaitent entre le gouvernement et les partis se récla- flant le fait qu’ils relaient purement et sim-

2 • Les développements des dernières


semaines en Irlande, après la Grèce, le
pas, pour l’heure, rejoindre le parti (...). mant de la gauche. C’est de la survie de l’im-
mense majorité de la population qu’il s’agit
plement dans les conseils généraux la poli-
tique du gouvernement derrière des procla-
Portugal, l’Espagne, révèlent le rôle d’ins-
trument servile du capital financier joué
par tous les gouvernements européens et
4 • Pour le POI, se relie totalement à cette
orientation la décision de la lettre ou-
verte de Gérard Schivardi à l’ensemble des
(...). Nous nous saisissons de cette élection
pour dégager les revendications les plus pres-
santes de la population ; et, interpellant tous
mations générales (qui peuvent aller jusqu’à
la demande d’abrogation) selon lesquelles
« en 2012, on reverra la réforme » (...).
toutes les institutions supranationales de maires sur la question de la réforme terri- les candidats, nous aidons la population à Le bureau national appelle donc tous les
l’Union européenne, qui n’ont qu’une fonc- toriale, ainsi que la présentation des candi- organiser sa mobilisation pour la satisfac- comités départementaux qui ne l’ont pas
tion : imposer, au nom de « l’impérieuse né- dats aux élections cantonales. tion de ces revendications. encore fait à lui transmettre les discussions
cessité de payer la dette », les plans de rigueur 2 • Les conséquences des budgets votés par et décisions prises quant aux cantons et can-
meurtriers contre la classe ouvrière (…).
La position du Parti ouvrier indépendant est
claire : ni contre-réformes, ni plans de rigueur,
5 • Le bureau national enregistre à l’ou-
verture de ses travaux que 7 392 cartes
2010 ont été centralisées. Il appelle l’en-
les conseils généraux et reportant sur la po- didats choisis.

RÉSOLUTION 3
non au chantage de la dette, annulation de semble des comités à redoubler d’efforts d’ici
la dette ! Aucune remise en cause des besoins les fêtes de fin d’année pour assurer une ul-
de la classe ouvrière, de ses revendications time vague d’adhésions sur les cartes 2010 Sur “Informations ouvrières”
vitales : abrogation de la réforme des retraites, et à prendre toutes les dispositions à partir
aucune contre-réforme (notamment celle du 1er janvier pour se saisir des cartes 2011
annoncée de la Sécurité sociale), interdic- et organiser une campagne d’adhésions en
tion des licenciements ! Rien ne doit être sa- masse dans la perspective d’une première
crifié aux exigences de paiement de la dette, échéance du conseil fédéral national (CFN)
ni l’industrie ni les moyens financiers des de mi-janvier, puis du congrès.
communes sacrifiées par la réforme territo-
riale. Pour le Parti ouvrier indépendant, la
mise en œuvre de cette position incarne le
premier pas concret de la rupture avec
6 • Sur cette base, le bureau national
confirme la convocation du IIIe Congrès
du Parti ouvrier indépendant pour les 27,
l’Union européenne (dont tous les traités 28 et 29 mai 2011. Une commission du
doivent être abrogés), de la rupture avec le bureau national est chargée de la prépara-
FMI et la Banque mondiale, vers la liquida- tion du rapport d’activité. Le CFN du mois
tion des institutions antidémocratiques de de janvier adoptera de premiers éléments
la Ve République ouvrant la voie à la convo- du bilan d’activité et ouvrira la discussion
cation d’une Assemblée constituante per- sur le positionnement du Parti ouvrier indé-
mettant de jeter les bases de la démocratie pendant par rapport à toute la situation poli-
et d’un gouvernement qui prenne toutes les tique qui vient, notamment par rapport à la
mesures d’urgence pour sauver le peuple question des institutions, du gouvernement
travailleur. (manifeste enrichi du Parti ouvrier indépen-
dant) et le calendrier de discussions sur 1 • Le bureau national enregistre comme un résultat positif important la réalisation de

3 • La conférence du 11 décembre a été


convoquée par le POI comme « une
conférence pour l’unité ouvrière pour ar-
l’orientation du parti vis-à-vis des échéances
de 2012.
l’objectif de 6 500 abonnements. Il attire l’attention des comités sur la nécessaire poursuite
de la campagne d’abonnements (...).
2 • A ce jour, le bureau national enregistre que (...) 123 comités ont opéré une centrali-
rêter le bras destructeur du gouvernement
et ouvrir la voie à la reconquête des droits
et de la démocratie », invitant travailleurs et
7 • Le bureau national appelle l’ensemble
des comités à passer une commande
élargie du numéro d’Informations ouvrières
sation financière des ventes (rappelons que, depuis le 10 novembre, les comités ne règlent
plus à la commande, mais centralisent la totalité des ventes)(...).
3 • L’élargissement de la diffusion d’Informations ouvrières, c’est-à-dire l’appropriation
militants à discuter des obstacles rencon- qui sort le 15 décembre et qui rendra compte du journal par le plus grand nombre d’adhérents, implique l’organisation de la discussion
trés dans le mouvement de grève et des de la conférence du 11. du contenu du journal (...).
moyens de les surmonter (...). Ce qui ras- 4 • Le bureau national, en application des décisions du dernier CFN, propose qu’à l’oc-
semble les militants présents le 11, c’est cette
volonté commune d’opposer à la fiction réac-
tionnaire de « l’intérêt général », au chan-
8 • Le bureau national a enregistré la pro-
position d’organiser des manifestations
ou rassemblements de masse à l’initiative
casion du CFN de janvier se tienne la réunion du comité éditorial élargi aux 42 correspon-
dants IO déjà actifs, pour faire le bilan des progrès réalisés en ce domaine (...).
5 • Le bureau national appelle l’ensemble des comités à prendre toutes les dispositions
tage de la dette et à l’exigence d’union sacrée du POI et mandate le secrétariat permanent pour une diffusion élargie et la réalisation de nouveaux abonnements avec le numéro d’In-
pour réduire les déficits publics, les reven- pour élaborer des propositions dans ce sens. formations ouvrières qui sortira le 15 décembre et qui rendra compte de la conférence du 11.

Je souhaite prendre contact avec le Parti ouvrier indépendant  Je souhaite adhérer 

Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

................................................................................. Code postal : .......................................... E-mail : ....................................................................................

Bulletin à retourner à : Parti ouvrier indépendant, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127
> Chroniques < SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
11

L
Chronique économique Chronique d’en haut

E
Les spéculateurs hongrois en appellent aux droits de l’homme… “L’esprit
de responsabilité”
Par Fabrice Toscan une somme qui proviendra du Fonds natio- risques d’effondrement global et de mettre
nal de réserve pour les retraites. en œuvre les rapports de force : qui paiera
On le voit, les luttes pour disposer du ca- combien pour que « tout change afin que Par Jean Cambredaze
es fonds de pension hongrois
sont agressés. Ils vont saisir la pital s’avivent. Avant Mme Baba, Mme Mer- rien ne change ». Invoquer avec une indi-
n 2003, à l’issue de la bagarre
Cour européenne des droits de kel, la chancelière d’Allemagne, avait protesté gnation de circonstance la politique des
contre le plan « Fillon-Ché-
l’homme. M me Julianna Baba, contre une autre décision de Budapest. droits de l’homme, c’est rappeler, mais par
rèque », le ministre Fillon avait
présidente de leur association, La filiale hongroise de Deutsche Tele- d’autres moyens, les impératifs de la concur-
salué ostensiblement « l’atti-
Stabilitas, a protesté le 25 novembre contre kom a été taxée cette année à 42 % de son rence libre et non faussée. Qui, parmi les
tude responsable » du dirigeant
les plans du gouvernement. « Les mesures profit, ce que Berlin juge exorbitant au regard nations et leurs banques, s’emparera du plus
de l’actuelle « intersyndicale » officielle, le
prévues sont en contradiction avec prati- des 1,2 milliard d’euros investis en quatorze gros morceau du gâteau ? Un gâteau qui re-
félicitant pour « l’opposition raisonnable de
quement tous les paragraphes de la Consti- ans dans ce pays. C’est que, dans les trac- présente, en définitive, l’ensemble des ri-
la CGT ». Il n’est pas sûr que ce compliment
tution, ainsi qu’avec les valeurs fondamen- tations internationales comme dans la chesses produites par ceux qui ont le droit
au premier opposant à la grève générale en
tales de l’Union européenne », a-t-elle déclaré, conduite des affaires de chaque Etat, il s’agit, de travailler… quand d’autres revendiquent
2003 ait conforté Bernard Thibault, qui, deux
en précisant qu’elle allait « saisir la Cour pour les classes dominantes, de calculer les le droit de spéculer sans entraves. ■
ans plus tard, à propos du traité constitu-
constitutionnelle, mais aussi la Cour euro- tionnel européen, sera battu à plate couture
péenne des droits de l’homme de Strasbourg ». dans les instances de la CGT (1)...
Trait libre par Juju
Le porte-parole du commissaire européen Cela explique sans doute que, cette fois,
aux Affaires économiques et financières, MM. Sarkozy et Fillon se soient contentés
M. Olli Rehn, a entendu ce cri d’angoisse et de saluer discrètement « l’esprit de respon-
lui a répondu : « Les dernières annonces des sabilité des syndicats » opposés au retrait de
autorités hongroises sur le système de retraite la réforme des retraites, et, consécutivement,
nous inquiètent. Elles semblent aller vers la à la grève jusqu’à son retrait. Ainsi, au cours
suppression totale des caisses de retraite pri- d’une intensification de la lutte des classes,
vées obligatoires. » La veille, le gouvernement il arrive parfois que le voile se déchire sou-
de M. Viktor Orban avait annoncé que les dain sur cette évidence : la classe ouvrière
Hongrois qui cotisent à une caisse de retraite est tenue en échec non par la force de l’Etat
privée, autre nom des fonds de pension, ont bonapartiste, mais, au premier chef, par la
jusqu’au 31 janvier pour décider s’ils rejoi- volonté de la direction de la CGT, qui lui sert
gnent le système public avec le capital accu- de rempart.
mulé jusque-là. Cette remarque en appelle une autre,
Selon Mme Baba, l’épargne récoltée par d’ordre historique.
les fonds de pension représente un « patri- Le 2 décembre 1851, Louis Napoléon
moine de près de 3 000 milliards de forints », Bonaparte s’empare du pouvoir, chasse l’As-
l’équivalent de 11 milliards d’euros. Après semblée nationale, livre à la terreur des
avoir rencontré le ministre de l’Economie, bandes armées de la Société du 10 décembre
elle a accusé le gouvernement de vouloir une classe ouvrière française déjà écrasée
« étatiser » ce capital. Faire ainsi sortir tous en juin 1848.
ces milliards de la rotation du capital, qui Un siècle plus tard, après l’émeute du
se résume aujourd’hui largement à la pure 13 mai 1958 à Alger, l’Assemblée nationale
et simple spéculation, a provoqué la sanc- vote le 2 juin les pleins pouvoirs à de Gaulle,
tion des marchés financiers. L’indice de la à l’issue d’un « processus régulier ». Le géné-
Bourse hongroise a sans tarder subi une ral est investi à la tête d’un Etat disloqué par
baisse de 3,68 %. « Aujourd’hui, il est clair la guerre d’Algérie, tandis que la classe ou-
que nous baissons à cause des caisses de re- vrière manifeste sa puissance dans l’im-
traite privées », analyse Mme Nora Kovacs, mense manifestation parisienne du 28 mai,
de la banque CIB (groupe Intesa Sanpaolo). malgré les efforts du PCF pour la désarmer
L’attitude du gouvernement hongrois en s’en remettant d’abord au gouvernement
n’est d’ailleurs pas isolée. Le « plan d’aide » de droite Pfimlin, dont il vote les « pouvoirs
à l’Irlande adopté le 28 novembre par les spéciaux » contre les « ultras » d’Alger (2) ;
gouvernements de l’Union européenne et en pourchassant ensuite ceux qui, refusant
le FMI prévoit que l’Etat irlandais devrait la consigne de « manif silencieuse », crient
contribuer au programme de 85 milliards « A bas de Gaulle ! » le 28 mai ; en rejetant
d’euros à hauteur de 17,5 milliards d’euros, enfin l’appel à la grève générale du Syndi-
cat national des instituteurs et de la FEN —
grève qui sera suivie le 30 mai par 90 % des

L
Chronique sociale
enseignants.
Le bonapartisme de Napoléon III coïn-
A propos du “chantier” de la dépendance cidait avec un puissant essor capitaliste. Le
bonapartisme gaulliste est celui de la déca-
dence inexorable de l’impérialisme français.
Par Sébastien Loth aux intervenants privés, sortes de consor- la « dépendance » (parler de risque dépen-
Dès sa naissance, la Ve République accuse
Syndicaliste fonction publique territoriale tiums d’assurances, banques et autres « pres- dance, c’est utiliser le vocabulaire des assu-
donc toutes les tares qui rythmeront sa lente
tataires de services ». reurs) et « libéraliser » un champ jusqu’à pré-
agonie. Le général, qui fustigeait volontiers
e Premier ministre a donc an- Mais le rapport de l’IGAS va plus loin et, sent largement occupé par les services pu-
le « régime des partis », s’accommoda sur-
noncé l’ouverture du « chantier » finalement, au bout de la logique de la libre blics locaux.
tout de celui dont il était redevable pour son
de la dépendance. Comme in- concurrence chère aux thuriféraires de En réponse, l’assemblée des départe-
« esprit de responsabilité »...
diqué dans Informations ou- l’Union européenne. ments de France (à majorité PS) a déclaré,
Hier, cet « esprit de responsabilité » ani-
vrières, n° 126, le gouvernement Il préconise de développer le système de à la suite de l’appel de Sarkozy à une grande
mait des milliers de cadres du PCF et de la
compte s’appuyer sur les conclusions du l’agrément qualité (2) des services (publics « consultation », qu’elle « tiendra donc toute
CGT, qui croyaient défendre « l’intérêt supé-
rapport Rosso-Debord, paru à la fin du mois ou privés, associatifs et entreprises) pou- sa place dans ce débat ».
rieur » de la « patrie du socialisme » en sacri-
de juin dernier, et qui compte transférer le vant intervenir sur ce « marché », car ce dis- Les dirigeants du PS, face à un double
fiant les intérêts du prolétariat français sur
« risque » dépendance des conseils géné- positif des agréments a « des avantages par basculement de logique (financement public
l’autel d’une Ve République prétendument
raux (financement de l’allocation person- sa souplesse et le fait qu’il laisse jouer la contre assurances privées, intervention pu-
anti-américaine. Aujourd’hui, après l’ef-
nalisée d’autonomie par la fiscalité et les concurrence entre services d’aide à domicile ; blique contre concurrence), répondent donc
fondrement de l’URSS, un prétendu intérêt
dotations de l’Etat) vers le système assu- en outre, il évite de faire peser sur le conseil présents et comptent bien prendre toute
supérieur de la construction européenne,
rantiel (financement personnel — obliga- général la responsabilité finale de l’équilibre leur place dans le dispositif du gouverne-
instrument des « marchés financiers » et
toire — vers une assurance privée). financier de ces services ». ment, qui compte piller un peu plus les
sous protectorat américain, peine à les moti-
Mais un autre rapport, d’avril 2010, réa- Histoire d’enfoncer le clou et pour que acquis de la classe ouvrière et de la démo-
ver pour briser les grèves !
lisé par l’Inspection générale des affaires les mal embouchés comprennent bien, le cratie communale.
C’est le moins que l’on puisse dire... ■
sociales (IGAS), montre l’autre versant de rapport de l’IGAS rappelle plus loin qu’il ■
ce dispositif. convient que « le marché soit suffisamment
ouvert et dynamique pour entretenir une (1) Le 3 février 2005, le Comité confédéral national de
Il vise les modes de réalisation des aides
(1) Encore qu’à y regarder de plus près, on pourrait la CGT rejette à 82 % le traité constitutionnel européen
apportées au domicile des personnes âgées. concurrence active ».
constater avec effroi l’absence de statuts de milliers de et appelle à voter non au référendum contre Bernard
Bien souvent, les centres communaux Ainsi, pour permettre aux conseils géné-
ces personnels : contrats à durée déterminée de 2 heures Thibault, qui milite pour le oui.
d’action sociale assurent cette prise en raux de participer à la baisse des déficits hebdomadaires dans certains cas ! (2) Investi des pouvoirs spéciaux, Pfimlin (MRP) en
charge avec des personnels relevant du sta- publics, sur ordre des marchés financiers, (2) Les services agréés fixent déjà librement leurs tarifs. appelle à l’armée, au général Salan, qui en appelle au
tut de la fonction publique territoriale (1). le gouvernement, par le biais de l’IGAS et Les services autorisés à fonctionner par les conseils général Massu, lequel appelle de Gaulle... Le tour est
Déjà, le plan Borloo, avec son dispositif des du rapport de Valérie Rosso-Debord, compte généraux ont un tarif fixé par le département garantis- joué !
« services à la personne », avait ouvert la voie organiser la privatisation de la question de sant à ce service l’équilibre budgétaire de son activité.
12 > L’actualité internationale >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

L’événement
Chronique
INTERNATIONALE

Un fait
d’une gravité
sans précédent

Par Dominique Ferré

Il faut que la situation


soit grave en Europe
pour qu’un Premier ministre
« socialiste » de l’Etat espagnol,
dont le grand-père fut fusillé
par les fascistes, fasse appel
à la législation de Franco
pour tenter de briser une grève
ouvrière (lire ci-contre).
Un fait d’une gravité sans
précédent. Pas seulement
pour l’Etat espagnol.
Car ce que fait Zapatero
n’est-il pas la forme la plus
brutale à laquelle conduisent
tous les discours sur le prétendu Madrid, le 29 septembre : la grève générale

Photo AFP
contre les mesures d’austérité imposées

En Espagne, Zapatero
intérêt général face à la crise ? par le gouvernement avait déjà mobilisé
Travailleurs et militants s’inter- des millions de travailleurs espagnols.
rogent : pourquoi ce silence
des directions confédérales Face au mouvement ouvrier et aux revendications des contrôleurs aériens...

décrète l’“état d’alarme”


de l’UGT et des Commissions
ouvrières ? Cette politique,
celle de toute
Photo AFP

la “gauche” offi-
cielle en Europe,

contre le droit de grève*

L
est également le
fil conducteur des
communiqués de
la Confédération
européenne des
“Une étape syndicats (CES).
essentielle Son secrétaire
serait général, John
de faire Monks, au sortir
participer d’une rencontre Par Andreu Camps
les avec la Banque
Entretien avec un camarade de la rédaction d’Informacion Obrera,
partenaires centrale euro- e 3 décembre 2010, le Conseil journal qui rassemble les partisans de l’Entente internationale des travailleurs
sociaux péenne et la des ministres, réuni à Ma- et des peuples en Espagne
des pays Commission drid, a validé l’application
concernés de Bruxelles, ose d’un nouveau plan d’ajuste- Pourquoi Zapatero a-t-il recours aux lois fic aérien qui passe par l’Espagne, notam-
par les ainsi dire : « Une ment qui comprend,entre au- franquistes ? ment du fait du tourisme, dépasse de
étape essentielle tres, l’annulation des subven- Précisément, il peut recourir aux lois fran- 2,5 fois le trafic en Allemagne.
mesures tions aux chômeurs sans res- quistes car la prétendue Constitution dé- Tous les journaux, tous les médias ont lancé
d’austérité, serait de faire sources (426 euros touchés mocratique n’a pas abrogé une bonne partie une campagne inouïe contre les prétendus
nous ne participer les par- par plus de 700 000 chômeurs), l’ouverture au de l’arsenal répressif du franquisme. La der- privilèges des contrôleurs. Ils ont organisé
voulons pas tenaires sociaux capital de toute une série d’entreprises nière fois qu’une mesure de ce type a été le lynchage, essayant de dresser la popula-
être de des pays concer- publiques comme l’AENA (gestion des aéro- décrétée, c’est en septembre 1975, les der- tion et les travailleurs contre eux. Mais l’his-
nés par les ports) et le Loto national, etc., la décision de nières semaines avant la mort de Franco, toire se répète. Lorsque les fonctionnaires
simples fixer le 28 janvier comme date butoir pour face aux protestations suscitées par l’exé- et les employés des services publics se sont
specta- mesures d’austé- adopter en Conseil des ministres la contre- cution de cinq militants nationalistes bas- mis en grève le 8 juin dernier contre la baisse
teurs” rité, nous ne réforme des retraites. ques et d’extrême gauche. des salaires imposée par le gouvernement,
voulons pas être Ce Conseil des ministres a aussi adopté un dé- Aujourd’hui, Zapatero utilise ce décret royal ils ont également été taxés de « privilégiés ».
de simples cret-loi qui oblige les contrôleurs aériens à pro- signé à Buenos Aires, à l’ambassade d’Es- Le problème qui se pose donc, c’est le res-
John Monks, longer leurs heures de travail, cassant les né- pagne, le 4 décembre 2010 (le roi étant en pect ou pas de la démocratie, du droit de
secrétaire spectateurs. »
gociations en cours sur la nouvelle convention visite en Argentine). grève et du droit à la négociation collective.
général Faudrait-il « faire collective. Dans la forme, ce décret contre les contrô-
de la CES participer » A juste titre, cette décision du gouvernement leurs aériens qui répondent à la provoca- Mais que disent les responsables syn-
les organisations ouvrières à a été considérée par les contrôleurs aériens tion du gouvernement est en même temps dicaux ?
la mise en œuvre de la remise comme une provocation. un avertissement et une menace contre tous Au moment où nous écrivons ces lignes,
en cause du droit de grève, à C’est la raison pour laquelle, le 3 décembre à les travailleurs, contre leur possibilité d’exer- aucun communiqué officiel des instances
15 heures, a commencé une grève spontanée cer leur droit de grève et de défendre leur dirigeantes des centrales syndicales majo-
la mise en œuvre des plans de de tous les contrôleurs. Le 4 décembre, à convention collective ou de se mobiliser ritaires dans le pays, l’UGT et les CCOO,
rigueur et contre-réformes du 9 heures du matin, le Conseil des ministres, contre la privatisation des aéroports. n’est paru.
FMI et de l’Union européenne réuni en urgence, a décrété l’état d’alarme,
contre tous les peuples ? envoyant les unités spéciales de l’armée dans On dit que les contrôleurs sont des pri- Que propose Informacion Obrera ?
Ou, à l’inverse, comme le dit tous les aéroports pour prendre la direction vilégiés ? A partir de notre journal, nous avons com-
des opérations. L’état d’alarme a été prolongé Les contrôleurs aériens ont de très bons mencé le samedi même une campagne de
la déclaration finale de pendant quinze jours. salaires. Mais rien à voir avec les chiffres prises de position des instances syndicales
la Conférence mondiale contre avancés par le gouvernement. Ils touchent et de signatures parmi les travailleurs pour
la guerre et l’exploitation, réunie (*) L’Etat d’alarme est fondé sur une norme adoptée en en moyenne 4 000 à 5 000 euros par mois. la défense des droits syndicaux et démo-
à Alger du 27 au 29 novembre 1960 sous la dictature de Franco et permet de mettre Ils sont soumis à un régime très dur. Ils tra- cratiques. En exigeant du gouvernement
2010, « l’indépendance des sous le contrôle de l’armée un groupe, un collectif de tra- vaillent plus de 1 600 heures par an à un Zapatero qu’il lève l’état d’alarme, en exi-
vailleurs ou un secteur de la population, ou encore tout poste de travail particulièrement épuisant geant le retour des forces armées dans leurs
organi-sations ouvrières est le pays. Les concernés (à savoir les 2 000 contrôleurs (le contrôle des avions en vol, avec toute la casernes, le retrait du décret qui casse la
une condition de la démocratie, aériens) sont soumis à la discipline militaire et leurs responsabilité que cela comporte) et le décret convention collective et la réouverture des
du progrès social, actions considérées comme des délits de sédition. Cette du gouvernement voudrait les faire travailler négociations entre la direction de l’AENA
de la souveraineté et de l’indé- norme a été modifiée en 1967, toujours sous la dictature encore plus longtemps. et les représentants du syndicat USCA, qui
pendance des peuples ». franquiste, en précisant que des peines de prison allant Il faut savoir que l’Espagne a moitié moins rassemble la majorité écrasante des contrô-
jusqu’à six ans pourront être requises. de contrôleurs que l’Allemagne et que le tra- leurs. ■
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
13

Côte d’Ivoire

Irlande : une semaine cruciale


Au lendemain de l’élection présidentielle

Jean-Pierre Barrois tisme négocié » —, n’aura pas résisté de samedi à Dublin montre que le peuple
Le pays s’enfonce
C
’est le mercredi 8 et le jeudi 9 dé-
cembre que le Parlement irlan-
dais discutera du projet de loi
aux lois de la lutte des classes : « Il y
avait quelque ironie dans le fait que les
dirigeants syndicaux, ceux-là mêmes
qui, par le biais du partenariat social,
d’Irlande n’est pas prêt à rester dans son
coin les bras ballants alors qu’une direc-
tion politique qui ne songe qu’à sauver
un système bancaire incontrôlable est
dans la crise
sur le budget. Présentant l’enjeu extrê- ont été directement impliqués dans en train de brader son avenir (…). Il faut

Photo AFP
mement serré du vote, qui pourrait se l’élaboration de la politique qui a mettre fermement en place une action
jouer à quelques voix, voire une voix, conduit l’Etat à la faillite, étaient en de grève. »
le quotidien Irish Times (4 décembre) tête de cortège samedi dernier lors de Il a souligné qu’il apporterait tout
rapporte les propos d’Eamon Gilmore, la manifestation de protestation contre son soutien à une grève nationale de
leader du Parti travailliste l’opération de sauvetage 24 heures le jour de la présentation du
irlandais, à propos du plan
de renflouement concocté
Le “partenariat menée par le FMI et l’Union
européenne. »
budget, et il a appelé les autres syndi-
cats à faire de même.
par l’Union européenne
et le FMI : « C’est le bra-
social”, institu- En effet, le « partenariat
social », institutionnali-
Enfin, le président du meeting,
M. O’Toole, a déclaré qu’un gouverne-
dage de notre pays. Le gou-
vernement de ce pays aban-
tionnalisant la sant la « coopération » des
syndicats avec le gouver-
ment sans mandat voulait passer un
marché avec des gens que personne
donne la souveraineté na-
tionale, abandonne le droit
“coopération” nement et le patronat, a
joué un rôle majeur dans
n’avait jamais élus. « Nous savons ce que
c’est que ce marché. D’un côté, nous
de prendre ses propres dé-
cisions, de décider son pro-
des syndicats la préparation de la catas-
trophe actuelle.
allons emprunter encore des milliards
pour sauver les banquiers, et la contre-
pre budget, et, même si
d’autres veulent bien se
avec le gouver- Aujourd’hui, la résistance
des travailleurs bouscule
partie de ce marché, c’est que notre société
est censée déclarer la guerre aux pauvres
laisser ligoter, le Labour
Party ne se sent pas lié par
nement et le le système du « partena-
riat social ». Mais est-ce
et à ceux qui sont les plus vulnérables. »
Il a ajouté que cela signifiait s’attaquer
ce document. »
Le parti républicain Sinn
patronat, a joué rompre avec le contenu de
ce partenariat que de dire :
férocement au salaire minimum, faire
des coupes dans les budgets sociaux,
Fein, pour sa part, appelle
tous les députés à voter
un rôle majeur « Pour relancer l’économie,
il faut un projet crédible
ce qui allait encore aggraver la situa-
tion de ceux qui se débattaient déjà
Manifestation à Bouaké, le 2 décembre 2010.

S. K. Koza
contre ce plan.
La même édition de l’Irish
dans la prépa- visant à créer des emplois
pour redonner l’espoir aux
pour survivre, et attaquer plus encore
les services essentiels.
Et les positions exprimées par les
puissances étrangères risquent de
Times témoigne de l’an-
ration de gens. Et pour cela, il faut Pour leur part, 1 200 étudiants de l’Uni- u lendemain du second jeter de l’huile sur le feu. Si la Com-
goisse qui saisit les cercles
dirigeants du pays : « A
l’instar des Bourbons d’au-
la catastrophe
une stratégie d’investisse-
ments » ? Crédible pour
qui ? Qu’est-ce qui doit
versity College Cork (UCC) et du Cork
Institute of Technology ont lancé un
appel à tous les élus pour qu’ils se pro-
A tour de l’élection prési-
dentielle en Côte d’Ivoire,
le pays s’est retrouvé dans une si-
munauté économique des Etats de
l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et
l’Union africaine se sont conten-
trefois, il semble que nous
n’ayons (...) rien appris des
actuelle” commander « la stratégie
d’investissements » ?
noncent contre l’augmentation des
droits d’inscription universitaires.
tuation où le pire est à craindre. En
effet, si Alassane Ouattara a été pro-
tées de rappeler les protagonistes
à la modération et au respect du
événements qui se sont Au lendemain de la grande Keith O’Brien, président du syndicat clamé vainqueur avec 54,1 % des résultat des urnes, en revanche, à
déroulés durant la dernière décennie, manifestation qui a vu 50 000 travail- des étudiants de UCC, a déclaré lors voix par la commission électorale la suite des Nations unies et des
et qui ont atteint leur point culminant leurs et leurs organisations manifes- d’un meeting : « N’oubliez jamais les indépendante le jeudi 2 décembre, Etats-Unis, l’Union européenne et
avec le protocole d’accord par lequel le ter contre le plan destructeur de l’Union mensonges et la trahison de ce gouver- ce résultat a été invalidé par le la France ont publiquement ex-
gouvernement s’engage à mettre en œu- européenne, certains syndicats ont nement, et les coups qu’il a portés à ce Conseil constitutionnel, qui a primé leur reconnaissance d’Alas-
vre un programme détaillé de réformes pour leur part appelé à une poursuite pays. » Appelant également à s’oppo- donné la victoire, le vendredi, à sane Ouattara comme président
qui doit restaurer l’équilibre budgétaire des manifestations et des grèves natio- ser à cette hausse des frais d’inscrip- Laurent Gbagbo, le président sor- élu de la Côte d’Ivoire.
d’ici à 2014. » nales. tion, Gary Redmond, président du tant, avec 51 % des voix. Si cette position tranche avec les
Le quotidien ne peut que constater, Le syndicat UNITE a déclaré qu’il pré- syndicat USI (syndicat national des Reportée à plusieurs reprises de- habitudes de ces institutions et
avec la même inquiétude, que le « par- parait « une campagne de désobéis- étudiants irlandais), a déclaré : « Toute puis cinq ans, cette élection était Etats dans des cas similaires en
tenariat social », qui était présenté sance civile » avant la présentation du augmentation des frais d’inscription attendue comme l’élé- Afrique, où ils sou-
comme un modèle — à tel point que
certains manuels de droit du travail
budget, le 7 décembre.
Jimmy Kelly, secrétaire régional de
signifiera tout simplement que des étu-
diants vont abandonner leurs études. »
ment final permettant
au pays de sortir de la
“Chaque camp tiennent systémati-
quement l’équipe au
n’hésitaient pas à parler de « corpora- UNITE, a déclaré : « La manifestation Une semaine décisive. ■ crise qui l’a divisé, de
fait, en deux depuis le
a rapatrié pouvoir, elle n’est pas
surprenante. Ancien

Nouvelle journée de manifestation


GRANDE-BRETAGNE coup d’Etat manqué
“vers sa zone directeur adjoint du
de septembre 2002, FMI, Alassane Ouat-

des étudiants contre l’augmentation


avec une partie nord
sous le contrôle des
les éléments tara, dans son pro-
gramme comme dans

de leurs frais d’inscription


Forces nouvelles (ré-
bellion) et une partie
armés”. son action passée en
tant que Premier mi-
sud sous l’autorité du
gouvernement de Lau-
C’est dire nistre, de 1990 à 1993,
où il a privatisé à tour
rent Gbagbo.
Mais dès la fin du scru-
que le risque de bras, reprend la po-
litique prônée par les
Le syndicat national des étudiants tin, Laurent Gbagbo a
est grand dirigeants de ces pays
Photo AFP

(NUS) appelle à une journée de mani- contesté la régularité et institutions. Quant


festation devant le Parlement britan-
nique le jeudi 9 décembre, lorsque
des votes dans le nord
du pays, réputé favo-
de voir le pays à Laurent Gbagbo,
dont le parti est mem-
sera discutée et soumise au vote l’aug-
mentation à 9 000 livres (7 600 euros)
rable à son adversaire.
De son côté, Alassane
s’embraser bre de l’Internationale
socialiste, s’il fait usage
des frais d’inscription universitaires. Ouattara (32,08 % des
voix au premier tour),
de nouveau” volontiers d’une rhé-
torique populiste et
e président du NUS, Aaron Por- en alliance avec son nationaliste, depuis dix

L ter, a déclaré : « C’est la troisième


fois en moins d’un mois que les
étudiants descendent dans la rue contre
ancien ennemi Konan Bédié
(25,24 %) depuis plusieurs années
au sein du Rassemblement des
ans qu’il est au pouvoir, les inté-
rêts impérialistes dans le pays, no-
tamment français, n’ont jamais été
les attaques gouvernementales vis-à- houphouetistes pour la démocra- remis en cause. Au contraire, ces
vis de l’enseignement supérieur. Les dé- tie et la paix (RHDP), a contesté le derniers temps, il a plutôt favorisé,
putés doivent être conscients de l’oppo- déroulement du scrutin dans le entre autres, Bouygues et Bolloré,
sition générale à ces plans dans l’opi- centre-ouest, réputé favorable à les aidant à consolider leurs posi-
nion publique et des conséquences Manifestation étudiante à Bristol, le 5 décembre 2010. Gbagbo. tions dans le pays, et il a autorisé
qu’aurait leur vote au Parlement. » Les deux « vainqueurs » proclamés la compagnie Total à prospecter en
Alors que les responsables syndicaux La conférence nationale des délégués trompe sur toute la ligne. » L’UCU ont chacun organisé leur investi- Côte d’Ivoire, le long de la frontière
des TUC au plus haut niveau et les diri- du syndicat de l’enseignement supé- appelle également à s’associer aux ma- ture en « prêtant serment ». avec le Ghana.
geants du Labour Party restent étran- rieur (UCU) a pris position pour qu’une nifestations qui auront lieu dans toutes La tension est vive dans le pays. On Le soutien commun exprimé à
gement silencieux face à cette brutale manifestation nationale soit organi- les villes la veille du jour du vote, le 8 dé- compte déjà plus d’une dizaine de Alassane Ouattara par les Etats-
attaque visant les étudiants, mais qui sée le jour du vote du projet de loi. cembre. morts. Chaque camp a rapatrié Unis et la France ne doit pas cacher
s’inscrit dans le cadre d’ensemble du La coordination nationale étudiante « Nous apportons notre soutien aux « vers sa zone les éléments armés leur rivalité dans ce pays.
plan d’austérité qui frappe toutes les soutient cet appel et s’adresse à tous étudiants et au syndicat de l’enseigne- qui avaient été envoyés dans l’autre Pour la bourgeoisie française, la
catégories de la population laborieuse, les « parents, travailleurs, syndicalistes » ment supérieur, a déclaré un repré- partie du pays pour sécuriser le scru- Côte d’Ivoire est une chasse gar-
UNISON, le syndicat des services pu- pour qu’ils « fassent tout ce qui est pos- sentant du syndicat des employés de tin de dimanche. Ainsi, 1 500 sol- dée. En soutenant Alassane Ouat-
blics, qui organise le personnel admi- sible pour rejoindre le mouvement le la Sécurité sociale. Nous devons prendre dats loyalistes sont redescendus vers tara, par ailleurs bien en cour en
nistratif des universités, a publié un jour du vote au Parlement ». modèle sur leur mobilisation et nous le sud du pays, tandis que les 1 500 France, la bourgeoisie américaine
communiqué de soutien à l’action des Sally Hunt, secrétaire générale de ferons tout ce que nous pouvons faire hommes des Forces nouvelles (FAFN, espère pouvoir s’y implanter.
étudiants et à leur syndicat. l’UCU, a ajouté : « Si le gouvernement pour leur apporter notre soutien. J’ap- ex-rébellion) étaient en train de La lutte des deux protagonistes
Plusieurs dirigeants nationaux du syn- pense qu’il peut faire passer à toute pelle nos syndiqués et tous les syndicats remonter vers le nord » (AFP). C’est pour le pouvoir n’a rien à voir avec
dicat de l’enseignement secondaire vitesse et sans réactions des mesures à rejoindre les meetings qui seront orga- dire que le risque est grand de voir la défense des intérêts du peuple
ont eux aussi apporté leur soutien. aussi profondément impopulaires, il se nisés le 9 décembre. » J.-P. B. ■ le pays s’embraser de nouveau. ivoirien. ■
14
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127
> Tribunes libres < SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
Nous écrire : INFORMATIONS OUVRIÈRES 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, CS 30016 75479 Paris cedex E-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com

«
Dans le courrier
Michèle Lepeuve, professeur de philosophie
Sortir de l’euro…
Instruire moins pour philosopher plus ?

Q
J’ai lu l’appel pour sortir de l’euro...
Malheureusement, il s’accom-
pagne de la demande d’une
monnaie commune en pré-
Ce que le ministre demande maintenant aux pro- recrute plus que soixante-quinze. Les départements
tendant que les Etats de la zone fesseurs, ce n’est pas d’enseigner la philosophie, mais, de philosophie des universités de province ferment
euro reprendraient leurs mon- en fait, de créditer du label « philosophique » toutes les uns après les autres. A la Sorbonne, on n’assure
naies nationales. Le Royaume- sortes d’activités éducatives, qui se sont substituées, plus, cette année, de préparation au CAPES de phi-
Uni n’est pas dans l’euro, mais avec les réformes du lycée et du collège, aux heures losophie, mais on réunit soixante étudiants de mas-
son appartenance à l’Union d’enseignement de mathématiques, de sciences expé- ter avec des P-DG de multinationales pour leur sug-
européenne ne l’a pas empê- rimentales, de français, d’histoire, de langue vivante, gérer de s’orienter vers les DRH du privé... Et le mi-
ché de détruire les emplois d’enseignement artistique… nistre parle d’extension de l’enseignement philoso-
industriels et des milliers de Les jeunes qui arrivent au lycée aujourd’hui vont faire phique ?
postes dans la fonction pu- moins de sciences — les scientifiques lauréats du Instruire moins et « philosopher » plus ? De qui se
blique. Cela ne l’empêche pas uel débat, quel colloque, quel prix Nobel, dans leur récente lettre au président de moque-t-on ? Peut-être qu’en haut lieu, on anticipe
— c’est l’actualité de ces jours magazine n’a pas son philo- la République, s’en alarment. déjà une « reconversion » des professeurs de philo-
— de mener une politique sophe ? Un film relatant une Ces jeunes vont faire moins d’histoire : cette disci- sophie, quand on aura laminé complètement cet
d’austérité sans précédent expérience de « philosophie pline disparaît en terminale scientifique à la rentrée enseignement en terminale et à l’Université ? Sous
contre son peuple pour lui faire en maternelle » est largement 2012. Ils auront moins d’heures de français, de langue couvert de mettre une « touche » de philosophie par-
payer la dette des milliards d’eu- médiatisé. Le ministre de vivante et ancienne, de disciplines techniques… et tout, ne s’oriente-t-on pas, peu à peu, vers une situa-
ros accordés pour aider les ban- l’Education nationale annonce ils pourraient faire plus de philosophie, si l’on en croit tion où la philosophie ne sera véritablement enseignée
ques et les patrons. On aide pompeusement à l’Unesco le ministre ? nulle part ?
ceux-là mêmes qui sont res- l’arrivée, dès la classe de seconde des lycées, des pro- Le véritable enseignement de la philosophie sera, lui, Une pétition actuellement signée par plus de 1 000
ponsables de la crise et l’on fait fesseurs de philosophie. Ceux-ci sont incités à inter- diminué d’une heure pour les terminales scientifi- professeurs de philosophie circule pour exiger le
supporter son poids aux mil- venir partout : dans les cours des autres disciplines, ques ; pour les techniciens, une heure de dédouble- rétablissement des heures enlevées aux élèves en
lions de travailleurs qui n’ont dans les séances d’éducation civique et sociale et ment sera supprimée. Chaque année, près de deux terminale scientifique et technique.
que leur force de travail pour d’« accompagnement personnalisé », dans les cents professeurs partent à la retraite, mais on n’en ■
vivre. Et bientôt, pourra-t-on « modules transdisciplinaires » de la nouvelle se-
simplement appeler ça vivre ? conde : « Littérature et société », « Images et langages », INTERVIEW
Bref, la même politique que « Méthodes et pratiques scientifiques ». Les philo-
chez son voisin irlandais, chez sophes, c’est bien connu, ne peuvent-ils pas parler
les europhiles de Grèce, du Por- de tout ? Marcel Picquier, professeur, Lyon
tugal et d’ailleurs... Exception française, cet en-
C’est la même politique d’aus- seignement est présent dans
térité prônée par Fillon, la
énième du nom, pas plus tard
toutes les terminales, géné-
rales et techniques, et, au-
La pieuvre lyonnaise
qu’avant-hier. Du sang et des delà du baccalauréat, dans
larmes. C’est ce qu’ont promis les classes préparatoires. Notre attention a été attirée par l’information se- raient être traitées comme de vulgaires étudiants pro-
certains socialistes qui n’ont Chaque année, pour le bac- lon laquelle le site désaffecté des ex-prisons Saint- mis au chômage, contestataires de surcroît.
pas la langue de bois s’ils reve- calauréat, près de 500 000 Paul et Saint-Joseph, à Lyon, reviendrait aux fa-
naient au pouvoir en 2012. jeunes rédigent une disser- cultés catholiques. Que faut-il en penser ? Tu as imputé à ta pieuvre d’autres usurpations,
Comme on le voit, euro or not tation sur une question ou Que la pieuvre lyonnaise a encore frappé. Il s’agit, lesquelles ?
euro, ce n’est pas seulement la un texte philosophique. tu le comprends, de l’Eglise catholique de Lyon. De- Tu vas être servi. Il en est des hôpitaux à Lyon comme
question ! F. L. (Etaples) “Sans acquis Pourquoi cet enseignement puis de nombreuses années, elle jette ses tentacules des facultés. Le seul et dernier hôpital de proximité
n’existe-t-il pas avant la ter- sur des sites patrimoniaux de la ville avec la compli- dans le centre-ville est un hôpital privé, l’hôpital
Défaite électorale préalables, minale ? Des parents, des cité des autorités et engloutit les millions d’euros de Saint-Joseph, flambant neuf, propriété, autre heu-
d’Obama élèves peuvent se poser la subventions que lui attribuent le maire PS de la ville, reux hasard, des facultés catholiques. Les hôpitaux
est-il possible question de bonne foi. Tout Gérard Collomb, le président PS du conseil régional, publics historiques de l’Antiquaille et de l’Hôtel-Dieu
Ne faut-il pas chercher la source d’abord, cet enseignement Jean-Jack Queyranne, et le président du conseil gé- ont été fermés et vendus pour être transformés en
de ce résultat électoral à mi- de travailler implique que les élèves aient néral, Michel Mercier (centriste, devenu garde des hôtels et boutiques de luxe. Cela n’a pas empêché le
mandat dans la politique éco- atteint un certain niveau Sceaux). diocèse d’obtenir, pour un euro symbolique, une par-
nomique suivie depuis deux sérieusement, dans leur scolarité. Sans ac- tie des locaux désaffectés de l’Antiquaille pour y ins-
ans par le président Obama ? quis préalables, est-il pos- Tu peux être plus précis ? taller un musée du christianisme, que paieront de
Dans son livre La Face cachée par exemple sible de travailler sérieuse- Il me faudrait une page entière du journal. Je m’en grosses subventions. Une opération semblable est
des banques (éditions Plon, ment, par exemple sur le fon- tiendrai à des cas exemplaires. L’état-major militaire en train d’être réalisée à l’Hôtel-Dieu.
octobre 2009), Eric Laurent cite sur le dement des vérités scienti- de la 8e région a abandonné, il y a quelques années, L’archevêque de Lyon pilote l’opération : il ne remet
ce témoignage d’un homme fiques, le statut de l’objecti- son siège — la caserne Bis- pas en cause la fermeture de l’hôpital et l’interdic-
« qui occupe un poste élevé fondement vité en histoire, les finalités suel — en plein centre-ville, tion de toute activité médicale sur le site ; au contraire,
dans la hiérarchie de la firme » spécifiques de l’activité artis- la pieuvre s’en est emparée “L’Eglise il se place expressément dans le cadre même de la loi
Morgan Stanley : « La stabilité des vérités tique, les rapports entre la pour ses facultés catholiques « Hôpital, patient, santé et territoires », et de ses
du secteur financier, des firmes langue et la pensée, la valeur et a reçu en prime de grosses catholique agences régionales de santé (ARS) ; il exige 4 000 ou
comme des marchés d’actions, scientifiques, et les limites du droit, le rap- subventions publiques. Les 5 000 m² pour y implanter, au nom du « christia-
constitue pour le gouvernement port entre raison et désir ? prisons Saint-Paul et Saint- de Lyon, nisme social », encore une fois, ce qu’il appelle un
américain une priorité de sécu- le statut 500 000 jeunes, chaque an- Joseph se trouvent à deux « Pôle d’accueil, de conseil et de formation à la santé »,
rité nationale. C’est une des rai- née, mènent avec leurs pro- cents mètres de l’ancienne depuis pour y prêcher sa doctrine de résignation auprès des
sons pour lesquelles nous sommes de l’objectivité fesseurs ces interrogations, caserne. Heureux hasard, le acteurs des services de santé, qui pourront y ap-
si arrogants. Nous savons qu’en en s’appuyant sur le patri- préfet Gérault accorde pré- de nombreuses prendre qu’il est diabolique d’avoir recours à l’IVG
cas de crise, la Fed et Washing- en histoire ?” moine des grandes œuvres cipitamment, un mois avant comme de faire des recherches médicales à partir
ton voleront à notre secours. philosophiques du passé. la date prévue, la préférence années, des embryons.
En y mettant le prix. En réalité, C’est un acquis de la tradi- aux facultés catholiques
ce ne sont pas des centaines tion républicaine en France. avant de rejoindre son poste jette Ta conclusion ?
Dans la plupart des autres pays, la philosophie n’est de directeur de cabinet du Cette politique a rencontré et rencontre de vives op-

»
de milliards de dollars qui ont
été prêtées aux banques par pas enseignée au lycée, ou bien, sous couvert de « phi- nouveau ministre des Armées, ses tentacules positions, notamment dans les cercles laïques défen-
le gouvernement, mais des mil- losophie », on a souvent inculqué un catéchisme Alain Juppé, de crainte, peut- seurs de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat
liers de milliards de dollars (…). théologique ou stalinien. être, qu’un nouveau préfet sur des sites de 1905, obligeant les Collomb, Mercier et l’arche-
Cet argent transfusé (…) n’est se révèle moins accommo- vêque à des contorsions juridiques dont ils se pas-
pas mérité. Les établissements dant avec l’Eglise, qui n’avait patrimoniaux seraient bien. Elle est donc à mettre en relation avec
financiers ont réalisé des pro- pas fait la meilleure offre la réforme des collectivités territoriales. Gérard Col-
fits obscènes avec une absence d’achat. Pour l’instant, on de la ville lomb s’est vanté, au dernier congrès des maires du
totale de scrupules. Mais la Mai- n’annonce pas de subventions Rhône, en présence de Michel Mercier, son compère,
son-Blanche, Bush d’abord, pour accompagner le cadeau, avec d’avoir obtenu de Nicolas Sarkozy, lors d’une audience
Obama ensuite, n’a eu qu’un mais on ne perd rien pour à l’Elysée, que soient instaurées les « métropoles »,
seul impératif : nous sauver à
attendre et les projets de re- la complicité des regroupements liquidant les communes, qui
tout prix, parce que les mar-
construction connus laissent concentreraient les prérogatives des communes et
chés américains et les banques
prévoir pour le diocèse une des autorités” des départements. Les multinationales disposeraient
juteuse opération financière, alors de cadres juridiques pour privatiser encore plus
du pays garantissent la pré-
au nom du « christianisme vite tous les services publics.
éminence des Etats-Unis sur le
social », puisque plusieurs ONG catholiques seront Les « décideurs » seraient si éloignés des citoyens
reste du monde. »
logées dans le nouveau site. qu’ils pourraient favoriser leurs amis et protégés,
M. B. (Guer)
sans être contrariés. A l’occasion des cantonales, ces
L’université publique n’aurait-elle pu profiter de questions seront au centre de la bataille du POI. ■
lieux si bien situés ?
La semaine prochaine, Si, bien sûr ! Mais son implantation la plus récente, ERRATUM
déjà vieille de dizaines d’années et en piteux état, faute
Informations de maintenance, est en banlieue. Le recteur des facul- Dans la tribune libre de Dominique Saint Araille,
ouvrières spécial tés catholiques a précisé qu’il tenait, lui, à rester dans syndicaliste à l’AFPA, publiée dans notre précédent
le centre, « le pauvre homme ! ». Il n’est pas difficile de numéro en page 14, les sommes dont il est ques-
conférence ouvrière comprendre que les futures « élites » bourgeoises, tion sont en millions d’euros et non en milliards
du 11 décembre. imprégnées de la doctrine sociale de l’Eglise, ne sau- d’euros comme indiqué par erreur.
14
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127
> Tribunes libres < SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
Nous écrire : INFORMATIONS OUVRIÈRES 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, CS 30016 75479 Paris cedex E-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com

«
Dans le courrier
Michèle Lepeuve, professeur de philosophie
Sortir de l’euro…
Instruire moins pour philosopher plus ?

Q
J’ai lu l’appel pour sortir de l’euro...
Malheureusement, il s’accom-
pagne de la demande d’une
monnaie commune en pré-
Ce que le ministre demande maintenant aux pro- recrute plus que soixante-quinze. Les départements
tendant que les Etats de la zone fesseurs, ce n’est pas d’enseigner la philosophie, mais, de philosophie des universités de province ferment
euro reprendraient leurs mon- en fait, de créditer du label « philosophique » toutes les uns après les autres. A la Sorbonne, on n’assure
naies nationales. Le Royaume- sortes d’activités éducatives, qui se sont substituées, plus, cette année, de préparation au CAPES de phi-
Uni n’est pas dans l’euro, mais avec les réformes du lycée et du collège, aux heures losophie, mais on réunit soixante étudiants de mas-
son appartenance à l’Union d’enseignement de mathématiques, de sciences expé- ter avec des P-DG de multinationales pour leur sug-
européenne ne l’a pas empê- rimentales, de français, d’histoire, de langue vivante, gérer de s’orienter vers les DRH du privé... Et le mi-
ché de détruire les emplois d’enseignement artistique… nistre parle d’extension de l’enseignement philoso-
industriels et des milliers de Les jeunes qui arrivent au lycée aujourd’hui vont faire phique ?
postes dans la fonction pu- moins de sciences — les scientifiques lauréats du Instruire moins et « philosopher » plus ? De qui se
blique. Cela ne l’empêche pas uel débat, quel colloque, quel prix Nobel, dans leur récente lettre au président de moque-t-on ? Peut-être qu’en haut lieu, on anticipe
— c’est l’actualité de ces jours magazine n’a pas son philo- la République, s’en alarment. déjà une « reconversion » des professeurs de philo-
— de mener une politique sophe ? Un film relatant une Ces jeunes vont faire moins d’histoire : cette disci- sophie, quand on aura laminé complètement cet
d’austérité sans précédent expérience de « philosophie pline disparaît en terminale scientifique à la rentrée enseignement en terminale et à l’Université ? Sous
contre son peuple pour lui faire en maternelle » est largement 2012. Ils auront moins d’heures de français, de langue couvert de mettre une « touche » de philosophie par-
payer la dette des milliards d’eu- médiatisé. Le ministre de vivante et ancienne, de disciplines techniques… et tout, ne s’oriente-t-on pas, peu à peu, vers une situa-
ros accordés pour aider les ban- l’Education nationale annonce ils pourraient faire plus de philosophie, si l’on en croit tion où la philosophie ne sera véritablement enseignée
ques et les patrons. On aide pompeusement à l’Unesco le ministre ? nulle part ?
ceux-là mêmes qui sont res- l’arrivée, dès la classe de seconde des lycées, des pro- Le véritable enseignement de la philosophie sera, lui, Une pétition actuellement signée par plus de 1 000
ponsables de la crise et l’on fait fesseurs de philosophie. Ceux-ci sont incités à inter- diminué d’une heure pour les terminales scientifi- professeurs de philosophie circule pour exiger le
supporter son poids aux mil- venir partout : dans les cours des autres disciplines, ques ; pour les techniciens, une heure de dédouble- rétablissement des heures enlevées aux élèves en
lions de travailleurs qui n’ont dans les séances d’éducation civique et sociale et ment sera supprimée. Chaque année, près de deux terminale scientifique et technique.
que leur force de travail pour d’« accompagnement personnalisé », dans les cents professeurs partent à la retraite, mais on n’en ■
vivre. Et bientôt, pourra-t-on « modules transdisciplinaires » de la nouvelle se-
simplement appeler ça vivre ? conde : « Littérature et société », « Images et langages », INTERVIEW
Bref, la même politique que « Méthodes et pratiques scientifiques ». Les philo-
chez son voisin irlandais, chez sophes, c’est bien connu, ne peuvent-ils pas parler
les europhiles de Grèce, du Por- de tout ? Marcel Picquier, professeur, Lyon
tugal et d’ailleurs... Exception française, cet en-
C’est la même politique d’aus- seignement est présent dans
térité prônée par Fillon, la
énième du nom, pas plus tard
toutes les terminales, géné-
rales et techniques, et, au-
La pieuvre lyonnaise
qu’avant-hier. Du sang et des delà du baccalauréat, dans
larmes. C’est ce qu’ont promis les classes préparatoires. Notre attention a été attirée par l’information se- raient être traitées comme de vulgaires étudiants pro-
certains socialistes qui n’ont Chaque année, pour le bac- lon laquelle le site désaffecté des ex-prisons Saint- mis au chômage, contestataires de surcroît.
pas la langue de bois s’ils reve- calauréat, près de 500 000 Paul et Saint-Joseph, à Lyon, reviendrait aux fa-
naient au pouvoir en 2012. jeunes rédigent une disser- cultés catholiques. Que faut-il en penser ? Tu as imputé à ta pieuvre d’autres usurpations,
Comme on le voit, euro or not tation sur une question ou Que la pieuvre lyonnaise a encore frappé. Il s’agit, lesquelles ?
euro, ce n’est pas seulement la un texte philosophique. tu le comprends, de l’Eglise catholique de Lyon. De- Tu vas être servi. Il en est des hôpitaux à Lyon comme
question ! F. L. (Etaples) “Sans acquis Pourquoi cet enseignement puis de nombreuses années, elle jette ses tentacules des facultés. Le seul et dernier hôpital de proximité
n’existe-t-il pas avant la ter- sur des sites patrimoniaux de la ville avec la compli- dans le centre-ville est un hôpital privé, l’hôpital
Défaite électorale préalables, minale ? Des parents, des cité des autorités et engloutit les millions d’euros de Saint-Joseph, flambant neuf, propriété, autre heu-
d’Obama élèves peuvent se poser la subventions que lui attribuent le maire PS de la ville, reux hasard, des facultés catholiques. Les hôpitaux
est-il possible question de bonne foi. Tout Gérard Collomb, le président PS du conseil régional, publics historiques de l’Antiquaille et de l’Hôtel-Dieu
Ne faut-il pas chercher la source d’abord, cet enseignement Jean-Jack Queyranne, et le président du conseil gé- ont été fermés et vendus pour être transformés en
de ce résultat électoral à mi- de travailler implique que les élèves aient néral, Michel Mercier (centriste, devenu garde des hôtels et boutiques de luxe. Cela n’a pas empêché le
mandat dans la politique éco- atteint un certain niveau Sceaux). diocèse d’obtenir, pour un euro symbolique, une par-
nomique suivie depuis deux sérieusement, dans leur scolarité. Sans ac- tie des locaux désaffectés de l’Antiquaille pour y ins-
ans par le président Obama ? quis préalables, est-il pos- Tu peux être plus précis ? taller un musée du christianisme, que paieront de
Dans son livre La Face cachée par exemple sible de travailler sérieuse- Il me faudrait une page entière du journal. Je m’en grosses subventions. Une opération semblable est
des banques (éditions Plon, ment, par exemple sur le fon- tiendrai à des cas exemplaires. L’état-major militaire en train d’être réalisée à l’Hôtel-Dieu.
octobre 2009), Eric Laurent cite sur le dement des vérités scienti- de la 8e région a abandonné, il y a quelques années, L’archevêque de Lyon pilote l’opération : il ne remet
ce témoignage d’un homme fiques, le statut de l’objecti- son siège — la caserne Bis- pas en cause la fermeture de l’hôpital et l’interdic-
« qui occupe un poste élevé fondement vité en histoire, les finalités suel — en plein centre-ville, tion de toute activité médicale sur le site ; au contraire,
dans la hiérarchie de la firme » spécifiques de l’activité artis- la pieuvre s’en est emparée “L’Eglise il se place expressément dans le cadre même de la loi
Morgan Stanley : « La stabilité des vérités tique, les rapports entre la pour ses facultés catholiques « Hôpital, patient, santé et territoires », et de ses
du secteur financier, des firmes langue et la pensée, la valeur et a reçu en prime de grosses catholique agences régionales de santé (ARS) ; il exige 4 000 ou
comme des marchés d’actions, scientifiques, et les limites du droit, le rap- subventions publiques. Les 5 000 m² pour y implanter, au nom du « christia-
constitue pour le gouvernement port entre raison et désir ? prisons Saint-Paul et Saint- de Lyon, nisme social », encore une fois, ce qu’il appelle un
américain une priorité de sécu- le statut 500 000 jeunes, chaque an- Joseph se trouvent à deux « Pôle d’accueil, de conseil et de formation à la santé »,
rité nationale. C’est une des rai- née, mènent avec leurs pro- cents mètres de l’ancienne depuis pour y prêcher sa doctrine de résignation auprès des
sons pour lesquelles nous sommes de l’objectivité fesseurs ces interrogations, caserne. Heureux hasard, le acteurs des services de santé, qui pourront y ap-
si arrogants. Nous savons qu’en en s’appuyant sur le patri- préfet Gérault accorde pré- de nombreuses prendre qu’il est diabolique d’avoir recours à l’IVG
cas de crise, la Fed et Washing- en histoire ?” moine des grandes œuvres cipitamment, un mois avant comme de faire des recherches médicales à partir
ton voleront à notre secours. philosophiques du passé. la date prévue, la préférence années, des embryons.
En y mettant le prix. En réalité, C’est un acquis de la tradi- aux facultés catholiques
ce ne sont pas des centaines tion républicaine en France. avant de rejoindre son poste jette Ta conclusion ?
Dans la plupart des autres pays, la philosophie n’est de directeur de cabinet du Cette politique a rencontré et rencontre de vives op-

»
de milliards de dollars qui ont
été prêtées aux banques par pas enseignée au lycée, ou bien, sous couvert de « phi- nouveau ministre des Armées, ses tentacules positions, notamment dans les cercles laïques défen-
le gouvernement, mais des mil- losophie », on a souvent inculqué un catéchisme Alain Juppé, de crainte, peut- seurs de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat
liers de milliards de dollars (…). théologique ou stalinien. être, qu’un nouveau préfet sur des sites de 1905, obligeant les Collomb, Mercier et l’arche-
Cet argent transfusé (…) n’est se révèle moins accommo- vêque à des contorsions juridiques dont ils se pas-
pas mérité. Les établissements dant avec l’Eglise, qui n’avait patrimoniaux seraient bien. Elle est donc à mettre en relation avec
financiers ont réalisé des pro- pas fait la meilleure offre la réforme des collectivités territoriales. Gérard Col-
fits obscènes avec une absence d’achat. Pour l’instant, on de la ville lomb s’est vanté, au dernier congrès des maires du
totale de scrupules. Mais la Mai- n’annonce pas de subventions Rhône, en présence de Michel Mercier, son compère,
son-Blanche, Bush d’abord, pour accompagner le cadeau, avec d’avoir obtenu de Nicolas Sarkozy, lors d’une audience
Obama ensuite, n’a eu qu’un mais on ne perd rien pour à l’Elysée, que soient instaurées les « métropoles »,
seul impératif : nous sauver à
attendre et les projets de re- la complicité des regroupements liquidant les communes, qui
tout prix, parce que les mar-
construction connus laissent concentreraient les prérogatives des communes et
chés américains et les banques
prévoir pour le diocèse une des autorités” des départements. Les multinationales disposeraient
juteuse opération financière, alors de cadres juridiques pour privatiser encore plus
du pays garantissent la pré-
au nom du « christianisme vite tous les services publics.
éminence des Etats-Unis sur le
social », puisque plusieurs ONG catholiques seront Les « décideurs » seraient si éloignés des citoyens
reste du monde. »
logées dans le nouveau site. qu’ils pourraient favoriser leurs amis et protégés,
M. B. (Guer)
sans être contrariés. A l’occasion des cantonales, ces
L’université publique n’aurait-elle pu profiter de questions seront au centre de la bataille du POI. ■
lieux si bien situés ?
La semaine prochaine, Si, bien sûr ! Mais son implantation la plus récente, ERRATUM
déjà vieille de dizaines d’années et en piteux état, faute
Informations de maintenance, est en banlieue. Le recteur des facul- Dans la tribune libre de Dominique Saint Araille,
ouvrières spécial tés catholiques a précisé qu’il tenait, lui, à rester dans syndicaliste à l’AFPA, publiée dans notre précédent
le centre, « le pauvre homme ! ». Il n’est pas difficile de numéro en page 14, les sommes dont il est ques-
conférence ouvrière comprendre que les futures « élites » bourgeoises, tion sont en millions d’euros et non en milliards
du 11 décembre. imprégnées de la doctrine sociale de l’Eglise, ne sau- d’euros comme indiqué par erreur.
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127 SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010

INFORMATIONS OUVRIÈRES sincèrement combattre pour l’émancipation • Rédacteur en chef : Lucien Gauthier. • Rédaction : Informations ouvrières, • Administration-abonnements :
Tribune libre de la lutte des classes des travailleurs. Cela sous leur propre • Siège : 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris. 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, Maïté Dayan.
Dans le cadre de sa tribune libre, Informations responsabilité. L’hebdomadaire est édité • Imprimerie : Rotinfed 2000, Paris. CS 30016 - 75479, Paris CEDEX 10. Tél. : 01 48 01 88 22 ;
ouvrières, fondé par Pierre Lambert, offre par l’association (loi 1901) • Tirage : 20 000 exemplaires. Tél. : 01 48 01 89 23. 01 48 01 88 41.
la possibilité de s’exprimer librement à tout Informations ouvrières. • Commission paritaire : 0909 C85 410. Fax : 01 48 01 89 29. E-mail : diffusion-io@fr.oleane.com
groupement ou formation politique qui entend Daniel Gluckstein, directeur de la publication. • ISSN : 0813 9500. E-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com • Dépôt légal : à publication.

L’HUMEUR
 Faites-le savoir Vu à la télévision

Les Citronniers
de Michel Sérac

Pullulement

Photo DR
de sauveurs Ça roule pour eux Entendu, vu, lu Film israélien d’Eran Riklis.
Arte, jeudi 2 décembre.
suprêmes n pays qui s’étale sur

Rien n’égale l’hostilité


U deux continents, un
autre qui est à peine
plus grand que la Corse. Une
dans “L’Express”
(1er décembre 2010)
A
la frontière israélo-cis-
jordanienne, la veuve
d’un martyr palestinien
des salariés chose est sûre : en désignant a pour voisin le ministre de la
la Russie et le Qatar comme Défense d’Israël. Or cette Pales-
à ce gouvernement, pays organisateurs des Coupes
instrument, contre eux, tinienne, Salma Zidane, vit de
du monde de football 2018 et la vente de ses citrons. Et l’ar-
du capital financier, 2022, la Fédération interna- mée israélienne décide de raser
hormis peut-être leur tionale de football association
la plantation de citronniers, car
écœurement devant (FIFA) a montré qu’elle n’a pas
les services secrets ont affirmé
le lamentable spectacle
Photo DR

qu’elle constituait une menace


de la « gauche ». pour la sécurité de l’Etat : elle
Pour la cinquième fois, cache des terroristes. Salma fait
le Smic ne sera pas un procès au ministre, mais le
augmenté. Nombre juge (militaire) déboute la plai-
d’ouvriers dorment « Que le chef de l’Etat gnante, qui refuse le verdict :
« J’ai déjà assez souffert… » Son
dans des foyers ait feint de traiter verger est clôturé et lui est inter-
d’urgence ; lorsqu’ils les journalistes dit : « Danger mortel. Zone mili-
n’obtiennent pas de vraiment le sens des propor- L’oncle d’Amérique de “pédophiles”, taire. »
ticket, ils sont autorisés tions. Du moins, géographi- Crémaillère chez le ministre.
a publication des documents secrets américains par WikiLeaks pour mieux décrire
à passer la nuit sur
une chaise. Des millions
de cotisants à la Sécurité
ques. Parce que d’un point de
vue économique…
L’Equipe (3 décembre) rap-
porte : « Malgré un “risque
L confirme bien des certitudes. « Un Napoléon sans moyens » :
c’est ainsi qu’est décrit Sarkozy par les responsables américains.
Ils le décrivent également comme « autoritaire et irritable ». Ils s’in-
lacabaledontils’estime
victime dans l’affaire
On manque de citrons ? Qu’à
cela ne tienne, les soldats vont
voler ceux de la voisine… La
presse s’empare de l’affaire. La
sociale, spoliés quiètent de son impopularité et de son isolement. Un exemple : au
de leurs droits, lisent
dangereux” concernant les
moment où Sarkozy s’opposait à l’entrée de la Turquie dans l’Union des rétrocommissions « guerre des citrons » s’inter-
transports, les distances entre nationalise : les Norvégiens
sur leurs décomptes les seize stades étant très éle-
européenne, l’avion du président a été détourné par ses conseillers de Karachi, apportent leur soutien à Salma,
pour éviter qu’il ne voie la tour Eiffel relookée aux couleurs de la Tur-
les « moins 1, moins 1 », vées, la Russie a donc remporté
quie en l’honneur de la visite du président turc à Paris. En revanche, est ahurissant. Et que qui symbolise la lutte du peuple
qui, pour chaque boîte le vote pour la première fois. Le palestinien : la révolution pales-
de médicaments, soutien sans faille des autorités
ils notent que Sarkozy est « le président le plus pro-Américain depuis l’incident soit advenu tinienne dans un verger de ci-
la Seconde Guerre mondiale ». L’ambassadeur américain raconte ce
réduisent russes et du Premier ministre,
que Sarkozy lui a dit : « Ils m’appellent Sarkozy l’Américain, eux consi- au cœur d’un sommet trons… Un juge de la Cour su-
Vladimir Poutine, ont dû ras- prême rend le verdict final. On
les remboursements. surer les membres de la FIFA.
dèrent que c’est une insulte, mais je le prends comme un compliment. » de l’OTAN ne saurait voudrait que Salma l’emporte.
Des enfants, D’ailleurs, ces documents révèlent que Sarkozy a annoncé sa candi-
Le football russe, de plus en
dature à la présidence de la République à l’ambassadeur américain excuser le recours au Elle ne gagnera pas, malgré le
par centaines plus influent grâce à l’argent soutien (velléitaire) de l’épouse
de milliers, entassés des magnats pétroliers, devrait
le 1er août 2005, soit seize mois avant qu’il ne l’annonce, le 29 novembre comique troupier (…). du ministre, malgré sa démar-
2006, au peuple français.
dans les logements encore prendre une autre am-
Mais il n’est pas seul à agir ainsi. Le 8 février 2006, Ségolène Royal a En riant bruyamment che touchante qui consiste à
exigus qu’habitent pleur. »
Quant au Qatar, Etat pétrolier,
été reçue par l’ambassadeur américain pour l’informer de sa décision quand le chef de l’Etat exhiber de la terre de son ver-
les huit millions d’être candidate. L’ambassadeur a bien cerné le personnage, puisque, ger, « la meilleure du monde »…
de pauvres, ont
mais surtout le troisième pro-
dans un rapport au département d’Etat, il indique : « Mme Royal a clai- les a salués La Cour suprême restera au ser-
ducteur mondial de gaz na-
une scolarité mutilée. turel, il a tout misé sur sa puis-
rement fait comprendre qu’elle ne rejetait pas la culture populaire amé- d’un “Amis pédophiles, vice des puissants : « Israël se
ricaine en indiquant qu’elle regardait Desperate Housewives » ! croit tout permis » (l’épouse).
Méprisant la tragédie sance financière et son posi-
Et pour que les choses soient claires, le 29 mai 2006, Pierre Moscovici, à demain”, Cette histoire se déroule dans
sociale, couinant tionnement géographique, au
comme des rats centre d’un marché télévisuel
secrétaire national du Parti socialiste aux relations internationales, ren- les journalistes le quotidien de la vie palesti-
contre l’ambassadeur américain de l’OTAN, qui rapporte dans un télé- nienne : couvre-feu, routes blo-
qu’appâte le fromage, qu’il estime à près de 3,2 mil-
gramme daté du 5 juin la discussion : « M. Moscovici a expliqué que la ont accueilli comme il quées, bulldozers, barbelés,
liards de téléspectateurs.
politiciens et médias Tout cela va induire des tra-
direction du PS était favorablement disposée à l’égard des Etats-Unis et ne le fallait pas un lazzi soldatesque omniprésente avec
se passionnent que sa formation était moins anti-américaine que celle de M. Chirac. » le pistolet-mitrailleur toujours
vaux pharaoniques pour les
Lucien GAUTHIER ■ qui n’aurait jamais braqué et totale inertie de l’Au-
pour leur grande affaire : deux pays. Bref, des marchés
le plébiscite de 2012. juteux et, pour la FIFA, l’assu- dû être. Il n’y avait torité palestinienne.

C’est pourtant vrai !


On se demande, dans rance de gagner un maximum plus un président Dernière image : le mur de la
honte sépare les deux proprié-
de dollars.
la fièvre, si le directeur
Quant aux populations locales, et des reporters, tés. Les citronniers ont été
du FMI, grand commis
du capitalisme,
qu’elles soient russes ou immi- Surprise ! Cécile Duflot, des Verts, figure (outre DSK en troisième
position) en trente-deuxième position des cent personnes les
mais une communauté rasés : toute la dignité d’un
grées au Qatar, et qui vont de- peuple concentrée et bafouée
qui exige partout, voir supporter le coût des tra- plus influentes dans le monde, selon le magazine américain de garçons de bains dans le sort de quelques citrons.
Foreign Policy.
en Roumanie, en Grèce, vaux, qui s’en soucie… pour le moins égarés. » D. H. ■
en Espagne,
des plans d’austérité INFORMATIONS OUVRIÈRES
pour satisfaire les « mar-
chés », qui approuve
le plan Sarkozy de pillage CHOISISSEZ VOTRE FORMULE Autorisation de prélèvement
des retraites (la sienne, Dans tous les cas, remplir lisiblement et en lettres majuscules vos nom, prénom et adresse
pour cinq annuités J ’autorise l’établissement teneur de
au FMI, étant  Par prélèvement mensuel : 5,80 euros (  9,50 euros pour les plis clos) mon compte à effectuer les prélève-
ments chaque fin de mois de 5,80 euros
de 60 000 euros par an), (datez et signez l’autorisation de prélèvement ci-contre en joignant un relevé d’identité bancaire ou postal)
présentés par Informations ouvrières.
si donc M. Strauss- OU : Je pourrai suspendre à tout moment
Kahn daignera être  5 numéros “découverte” : 7 euros • 12 numéros : 17 euros •  4 mois (17 numéros) : 24 euros ces prélèvements par simple lettre.
le candidat de la gauche !  6 mois (25 numéros) : 33 euros •  1 an (51 numéros) : 65 euros •  1 an, pli clos : 110 euros
Tous ces « débats » Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
complaisants, Comité : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Département : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Signature (obligatoire) :
ces candidatures
pullulantes ont-ils Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
une autre fonction
que de faire rentrer N° : . . . . . . . . . . . Rue, bd, ave., etc. : . . . . . . . . . Nom de la voie : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
sagement dans le lit
des institutions la lutte .......................................................................................................
de classe, qui vient IMPORTANT : n’oubliez pas
précisément d’ébranler de joindre un relevé d’identité
Code postal : . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . bancaire ou postal,
ce régime ? Les salariés de dater et signer votre
ont appris à se méfier ET TOUJOURS... autorisation de prélèvement.
des « sauveurs Numéro national émetteur : 442543
suprêmes » 12 numéros : 10 euros pour tout premier abonnement 
de toute espèce. ■
Bulletin à renvoyer à : Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, CS 30016, 75479 Paris Cedex 10. Chèque à l’ordre d’Informations ouvrières
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 127
> La page quinze < SEMAINE DU 9 AU 15 DÉCEMBRE 2010
15

Quand Frédéric Mitterrand


LIVRES
Le projet de budget 2011 de la culture Récit

organise l’asphyxie
Mon oncle d’Algérie

du ministère de la Culture N
Nathalie Funès
Editions Stock, 160 pages, 17 euros.

é dans une fa-


mille de juifs al-
gériens, Fer-
nand Doukhan fut
d’abord un animateur à
Alger de la Fédération
Avec aplomb, le ministre Frédéric Mitterrand vient d’annoncer une prétendue hausse de 1,1 % du communiste libertaire
budget de la « mission culture ». La « mission culture » est la partie du programme budgétaire du fondée par Georges Fon-
tenis. Instituteur aux pro-
ministère finançant la culture. Le ministre a simplement « oublié » de décompter le taux légal fondes convictions an-
d’inflation de 1,5 %. Avec 2 milliards 673 millions de crédits en 2011, contre 2 milliards 677 millions ticolonialistes et laïques,
il fut dès les premiers jours de l’insurrec-
en 2010, la « hausse » se transforme en une baisse effective de 0,75 % ! tion un partisan affiché de l’indépendance
de l’Algérie. Il colla ainsi sur les murs d’Al-

Photo AFP
Repères ger en novembre 1954 une affiche saluant
les « fellahs et ouvriers agricoles, les centaines
● 2007 : mise en place par le minis-
de milliers de chômeurs, d’émigrés (…) s’en-
tère des Entretiens de Valois. Objec-
gageant dans une lutte à mort pour l’indé-
tif : « Réformer le secteur culturel. »
pendance ». Il aida les militants du Mouve-
ment nationaliste algérien (MNA) de Mes-
● 2008 : révision générale des poli-
sali Hadj. Vite arrêté, interné au camp de
tiques publiques (RGPP).
Lodi, il fut expulsé d’Algérie en 1958, prit
contact avec l’Ecole émancipée dans l’Hé-
● 2009 : conférences régionales des
rault, adhéra en 1981 au PCI, section fran-
Entretiens de Valois. Les syndicats
çaise de la IVe Internationale. Il mourut, tué
nationaux sont invités à s’intégrer
par un chauffard, en 1996.
dans le cadre de la RGPP.
Sa nièce, Nathalie Funès, a rédigé une bio-
graphie à la fois précise et émouvante de ce
● 2009 : l’intersyndicale CGT, CFDT,
sans-grade, surtout consacrée à la période
FO, FSU, UNSA et SUD du ministère
algérienne. Elle donne vie à la figure pitto-
de la Culture se prononce contre
resque de « l’oncle Fernand », dont elle a
« le démantèlement du service public
gardé une forte image : « Il pestait, il râlait,

L
culturel » et appelle à des manifesta-
il fulminait sans cesse contre l’injustice, contre
tions sur le mot d’ordre : « Pour la
l’indifférence de la bourgeoisie, contre les
défense de l’art et de la culture. »
conditions de vie des travailleurs. »
A travers son portrait qui en témoigne sans
● 2010 : vote en novembre de la loi
jamais être didactique, Nathalie Funès
sur la réforme des collectivités terri-
donne une image très vivante de l’Algérie
toriales.
de l’époque coloniale, de toutes ses com-
posantes, de la férocité de la guerre, de la
Article rédigé par un groupe répression et de cet oncle si convaincu, si
de jeunes artistes déterminé, si acharné…
et de professionnels, dont Un livre à lire. J.-J. M. ■
plusieurs sont membres du POI
Le 12 janvier 2010, Frédéric Mitter- Essai
e rapport d’une la forme de la loi récemment votée Entretiens de Valois (nos repères). A rand, en visite au Grand Palais à la
société avec la
culture est l’un
sur la réforme des collectivités ter-
ritoriales.
la veille de la renégociation de la
convention nationale d’assurance
veille de l’inauguration de “Monu-
menta 2010”, s’entretient avec Chris- Le Récit absent

D
tian Boltanski devant l’une de ses
des critères au Le Parti socialiste, dont les accusa- chômage, il annonce le retrait de
œuvres...
travers duquel tions pleuvent contre ce budget, dé- certains métiers du statut de sala- Pierre Bergounioux

C
une appréciation plore les conséquences de la décen- riés intermittents, tels les costu- Editions Argol, 2010, 19 euros.
peut être portée tralisation, qui pèsent toujours plus miers, les coiffeurs de plateau, les Éclairage
sur son niveau de sur les collectivités territoriales. Mais menuisiers… Et le ministre de re- ès le début de
civilisation. Les démocrates, les n’a-t-il pas initié lui-même cette dé- prendre la vieille rengaine du Medef, Bruxelles montre l’exemple son ouvrage,
républicains et le mouvement ou- centralisation, qu’il dénonce aujour- au mépris des conventions collec- Pierre Bergou-
es dispositions budgétaires
vrier dans son ensemble se sont tou- d’hui ? Et comment ne pas rappeler tives : « Un menuisier, c’est un menui- nioux écrit : « L’événe-
viennent des directives euro-
jours prononcés pour la défense et que nombre des conseils régionaux sier. » Quel respect ! Quant aux ar- ment majeur du XXe
la promotion de l’action culturelle. ou généraux qu’il dirige ont eux- tistes, c’est faute d’emploi que, bien- péennes. Restrictions des
siècle, qui fut la nais-
C’est l’obscurantisme qui est à la mêmes réduit ou sup- tôt, plus aucun n’aura son dépenses publiques en application sance, la vie et la dispa-
hausse, puisque, dans le projet de primé leurs postes bud- “La ligne « statut ». des « critères de convergence » du rition de l’URSS, n’a pas
budget, le ministère n’a pas hésité gétaires de soutien à la budgétaire Même dans les théâtres pu- pacte de stabilité, jusqu’à la dispa- trouvé d’écho digne de
rition programmée du ministère de
à grimer le Plan annuel de perfor- création ? 224 prépare blics, ils ne représentent la Culture, de ses services et de ses
ce nom dans l’ordre de
mance, document remis aux dé- Pour mieux dissimuler les l’asphyxie plus que 11 % de la masse la littérature. » Il brosse
putés prétendument pour leur per- conséquences déserti- salariale. A quand les théâ- actions. avec précision une histoire synthétique de
mettre de comparer ce budget, poste fiantes de la régionalisa- des tres sans comédiens ? Bruxelles montre l’exemple : c’est la révolution russe et de son évolution bu-
par poste, d’une année sur l’autre. tion, que le ministère Directions Sous couvert de « simplifi- désormais le commissariat au Com- reaucratique dans le cadre de l’histoire mon-
Or, comme le dénonce la députée place au cœur de son ac- régionales cation administrative », merce, sous la houlette du commis- diale, pour situer les directives dogmatiques
Marie-Odile Bouillé, « la réalité n’est tion, il concentre son bud- des affaires impatient du résultat de la saire européen (UMP) Michel Bar- imposées par Jdanov à l’expression artis-
pas aussi belle (…). Je remarque que get sur les sites pompeu- culturelles renégociation généralisée nier, qui mène les négociations inter- tique dans les années trente. Il mentionne
la maquette budgétaire du ministère sement appelés « vitrines des conventions collectives nationales au nom de l’Union euro- plusieurs références qui auraient pu per-
est modifiée d’une année sur l’autre, de la France », projets qui (DRAC), ce du cinéma, de l’audiovisuel péenne en matière culturelle. Exit, mettre à la littérature et à l’art en général de
ce qui ne facilite guère la lecture ni sauront « mettre en lu- qui va ôter et du spectacle vivant or- donc, le commissariat à la Culture prendre leur essor dans la période révolu-
la comparaison rétrospective. » Les mière la France en Europe toute réalité donnée par ses prédéces- et aux Médias de l’Union europé- tionnaire... Parcourant l’histoire littéraire,
références ne correspondent plus, et dans le monde ». seurs, Frédéric Mitterrand enne. Pierre Bergounioux s’interroge sur le « déca-
à l’action Lors des XI e Rencontres europé-
les modifications d’intitulés rendent C’est le cas du Musée des minis- décide la généralisation à lage entre l’existence et la conscience », « entre
en effet celles-ci illisibles. civilisations de l’Europe tout le secteur du spectacle ennes des artistes organisées par l’événement et la version écrite qu’il trou-
Une chose est pourtant sûre, c’est et de la Méditerranée térielle” du guichet unique (GUSO). l’ADAMI (1), le sénateur PCF Jack vera, peut-être, sur le papier ». Il décrit la
que la ligne budgétaire 224, celle (MUCEM), qui ferait de Ce guichet avait été mis en Ralite interroge la représentante de manière dont la littérature, depuis ses dé-
des crédits d’intervention des direc- Marseille-Provence la « ca- place pour les employeurs la commissaire européenne à la Cul- buts, peine à restituer clairement et sans
tions régionales des affaires cultu- pitale européenne de la culture ». dont l’activité principale n’était pas ture sur les raisons de ce « transfert longs délais « le sens du monde à ceux qui
relles (DRAC), est en baisse de 6 %, Mais avec une baisse de 5 % des le spectacle. de compétences ». Malgré son insis- le font ». Elle semble s’en approcher au XXe
ce qui remet en cause l’existence subventions aux grands établisse- C’était le cas, par exemple, des col- tance et celle de la salle, aucune ré- siècle à travers « les récits du premier rang »,
même des DRAC, vouées désormais ments publics, conséquence de la lectivités territoriales, des comités ponse. La réponse, la voici : dans ceux de Kafka, de Joyce, de Proust et de Faul-
à n’assurer que les secrétariats des loi organique relative aux lois de d’entreprise, des cafés-restaurants. cette Europe de la spéculation et de kner, que l’auteur évoque avec justesse.
nouvelles instances régionales pla- finances (LOLF) et de la révision gé- Une feuille de déclaration sociale, la destruction des droits, l’art et les Cette synthèse de 80 pages, à la fois claire
cées sous l’autorité des préfets de nérale des politiques publiques le feuillet « GUSO », tient désormais artistes n’ont pas leur place. et érudite, est d’une grande honnêteté dans
région et appelées à se substituer à (RGPP), avec le chômage massif des lieu de contrat de travail… d’une D’ailleurs, le programme Culture le refus des idées reçues à propos de la révo-
l’Etat. artistes professionnels, le MUCEM page ! 2020 de Bruxelles ne prévoit pour lution de 1917, de la dégénérescence bureau-
La diminution ainsi prévue des pos- ne pourra être qu’une coquille vide, En l’étendant aux très petites entre- les dix prochaines années que cratique de l’URSS, tragique pour son peuple
sibilités de ces DRAC va ôter au mi- et rien d’autre. prises et aux PME, qui représentent 250 projets. Autant qu’en un an dans en général et pour la littérature en particu-
nistère et à l’action culturelle toute A l’occasion de la discussion à l’As- 90 % des entreprises du spectacle, un seul département français. lier. Même si l’on regrette que Vassili Gross-
réalité, car ce sont elles qui gèrent semblée nationale du projet de bud- le ministre prétend interdire aux di- J.-B. C. ■ man soit seulement cité, que Boulgakhov,
les dotations et les subventions. get 2011 du ministère de la Culture, zaines de milliers de salariés du sec- Chalamov, entre autres, ne soient pas nom-
La décentralisation est l’arme ma- le ministre confirme en outre la mise teur le bénéfice de leurs conventions (1) Société civile pour l’Administration des més, on se réjouit de la parution de cet essai.
jeure du ministère, aujourd’hui sous en œuvre des préconisations des collectives. ■ droits des artistes et musiciens interprètes. J. S. ■

Vous aimerez peut-être aussi