Vous êtes sur la page 1sur 11

Nom : COURS 2 Elec

Prénom : MOTEUR ASYNCHRONE Fiche :

Date : A classer : B - S0
T ELEEC – Gr :
Objectif terminal : Connaître, définir et savoir déterminer les grandeurs caractéristiques d'un moteur
asynchrone.

Domaine : S0.3, Appareils électromagnétiques, moteur asynchrone triphasé et monophasé.

1. ROLE DU MOTEUR ASYNCHRONE


Le moteur asynchrone est un convertisseur d'énergie.

Energie électrique
monophasée ou
triphasée

Energie mécanique

2. MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE

a. Symboles

1
b. Description d'un moteur triphasé
Le moteur asynchrone triphasé comporte deux parties essentielles :

- Un stator qui constitue la partie fixe du moteur dans laquelle se trouvent les enroulements
générateurs du champ magnétique tournant.
Le stator possède autant d'enroulements que de phases d'alimentation.
Ces enroulements peuvent être couplés soit en étoile, soit en triangle et réalisent une ou
plusieurs paires de pôles.

- Un rotor qui constitue la partie mobile et tournante du moteur dans laquelle se trouvent
des enroulements soit court-circuités entre eux (moteur à rotor en court-circuit ou à cage
d'écureuil), soit bobinés en trois enroulements couplés en étoile et pouvant être mis en
court-circuit.

c. Champs tournant
On peut obtenir un champ tournant en alimentant, par un système triphasé de tensions, trois
bobines disposées géométriquement à 120° l'une de l'autre. Un conducteur mobile placé dans
ce champ tournant, tend à entrer en rotation à une vitesse proche mais inférieure à celle du
champ. C'est le principe du moteur asynchrone triphasé.

d. Couplages du stator
Le choix du couplage se fera en fonction du réseau, en prenant en considération la tension
composée (entre phase) et les indications de la plaque signalétique.
La valeur indiquée pour le couplage triangle noté ∆, indique la tension supportée par un
enroulement du moteur.
La première tension correspond au couplage triangle et la seconde au couplage étoile.

Par exemple : 230V / 400V


Triangle : 230V
Etoile : 400V

2
Si la tension maximale admise d'un enroulement est égale à la tension composée du réseau, on
couplera les enroulements en triangle (D ou ∆).

De même, lorsque la tension maximale admise par un enroulement est égale à la tension
simple du réseau, celui-ci ne pourra bien sur pas être connecté entre deux phases donc les
enroulements devront être couplés en étoile (Y).

Tableau récapitulatif des couplages d'un moteur asynchrone triphasé :

Réseau
127 / 220V 230 / 400V 400 / 690V
Moteur
Etoile Interdit Interdit
127 / 220V Y

230 / 400V Triangle Etoile Interdit


( 220 / 380V ) ∆ Y
Sous alimenté Triangle Etoile
400 /690V
( 380 / 660V ) Y ou ∆ ∆ Y

3
e. Principe de fonctionnement
Dès la mise sous tension du moteur, un champ magnétique tournant prend naissance dans les
enroulements statoriques, un courant électrique est induit dans le rotor qui va générer son
propre champ magnétique. L'ensemble de ces forces crée un couple moteur qui fait tourner le
rotor.
Le rotor tourne dans le même sens que le champ tournant, mais sa vitesse de rotation appelée
aussi fréquence de rotation est nécessairement inférieure à celle du champ tournant.

3. GRANDEURS CARACTERISTIQUES

a. Fréquence de synchronisme
La fréquence de synchronisme, c'est la vitesse ou la fréquence de rotation du champ tournant.
Elle se caractérise par ns et s'exprime en tour par seconde (tr/s).

ns = f / p

ns ⇒ Vitesse du champ tournant en tour par seconde (tr/s).


f ⇒ Fréquence du réseau d'alimentation en Hertz (Hz).
p ⇒ Nombre de paires de pôles du stator.

Exemples :
x 60
Pour f = 50 Hz

p ns en tr/s ns en tr/min
1 50 3000
2 25 1500
3 16.6 1000
4 12.5 750

Un moteur tétrapolaire a 2 paires de pôles.

Un moteur bipolaire a 1 paire de pôle.

4
b. Vitesse angulaire

- A la vitesse de rotation de synchronisme ns correspond la vitesse angulaire de synchronisme Ωs.

Ωs = 2 . π . ns Ωs = 2 . π . f / p d'ou Ωs = ω / p

Ωs ⇒ Vitesse angulaire de synchronisme en radian par seconde (rad/s).


ns ⇒ Fréquence de synchronisme en tour par seconde (tr/s).
ω ⇒ Pulsation du réseau d'alimentation en radian par seconde (rad/s).
p ⇒ Nombre de paire de pôle du moteur.

- A la vitesse de rotation du rotor n correspond la vitesse angulaire Ω.

Ω=2.π.n

Ω ⇒ Vitesse angulaire du rotor en radian par seconde (rad/s).


n ⇒ Vitesse de rotation du moteur en tour par seconde (tr/s), c'est la vitesse indiquée sur la
plaque signalétique du moteur.

La vitesse de rotation se mesure avec un tachymètre.

c. Glissement
Le glissement, c'est le rapport de l'écart entre la vitesse de synchronisme et la vitesse réelle du
rotor. Il est caractérisé par g et n'a pas d'unité.

g = ns – n = Ωs – Ω
ns Ωs

En général, le glissement est compris entre 0,02 et 0,06 (2 et 6 %).

d. Fréquence des courants rotoriques

fR =g . f

fR ⇒ Fréquence en Hertz (Hz).

5
4. BILAN DES PUISSANCES EN CHARGE
Pfs Pm

Ptr Pem
Pa Pu

Pjs Pjr

Stator Rotor

Bilan des puissances :

Pa = Pu + Pjs + Pfs + Pjr+ Pm

a. Puissance absorbée : Pa (Watt)


C'est une puissance électrique.

Pa = U . I . √3 . cos ϕ

b. Pertes joule stator : Pjs (Watt)

Pertes joule stator

R mesurée entre phase Pjs = 3/2 . R . I²

r par enroulement couplage Y r=R/2 Pjs = 3 . r . I²

r par enroulement couplage D r=3.R/2 Pjs = 3 . r . J²

6
c. Pertes fer stator : Pfs (Watt)
Elles comprennent les pertes par Hystérésis (échauffement dû au changement de polarité du
champ magnétique dans les tôles) et les pertes par courants de Foucault (échauffement dû aux
courants créés dans le circuit magnétique).

d. Puissance transmise au rotor : Ptr (Watt)

Ptr = Tem . Ωs

Ωs ⇒ Vitesse angulaire de synchronisme en radian par seconde (rad/s).


Tem ⇒ Couple électromagnétique en Newton mètre (Nm).

e. Perte joule rotor : Pjr (Watt)

Pjr = g . Ptr

g ⇒ Glissement, sans unité.

f. Puissance électromagnétique : Pem (Watt)

Pem = Tem . Ω

Tem ⇒ Couple électromagnétique en Newton mètre (Nm).


Ω ⇒ Vitesse angulaire du rotor en radian par seconde (rad/s).

g. Pertes mécaniques : Pm (Watt)


Ce sont les frottements des parties mobiles sur les parties fixes (roulements, coussinets).

7
h. Puissance utile : Pu (Watt)
C'est la puissance mécanique, c'est cette puissance qui est indiquée sur la plaque signalétique.

Pu = Tu . Ω

Ω ⇒ Vitesse angulaire du rotor en radian par seconde (rad/s).


Tu ⇒ Couple utile en Newton mètre (Nm)

Tu = F . l

F ⇒ Force en Newton (N).


l ⇒ longueur en mètre (m).

Remarque :

La transmission de la puissance du stator au rotor se fait avec une perte de vitesse mais sans
diminution du couple.

i. Rendement

η = Pu = Pa – Pjs – Pfs – Pm – Pjr = Pu


Pa Pa Pu + Pjs + Pfs + Pm + Pjr

Pour simplifier, on peut aussi poser :


Pc = Pm + Pfs

Pc ⇒ Pertes collectives (W)

8
5. BILAN DES PUISSANCES A VIDE

Pfs Pm

Ptr
Pv Pu = 0W

Pjs Pjr = 0W

Stator Rotor

Bilan des puissances : Pv = Pu + Pjs + Pfs + Pjr+ Pm

donc : Pv = Pjs + Pfs + Pm

Pv ⇒ Puissance absorbée à vide (W)

6. MOTEUR ASYNCHRONE MONOPHASE

a. Symboles

9
b. Principe de fonctionnement :
Le rotor d'un moteur asynchrone triphasé tourne sous l'effet d'un champ tournant créé par 3
bobines statoriques alimentées en triphasé.
Pour le moteur asynchrone monophasé, il n'y a plus qu'une bobine que l'on divise en 2
éléments répartis de chaque coté du rotor.

A la mise sous tension, les champs magnétiques générés par les 2 bobines ne permettent pas le
démarrage du moteur car elles sont opposées et ne gênèrent aucun couple au démarrage.
Dans ce cas, le moteur vibre mais ne tourne pas. Si on lance le rotor dans un sens, il continue
à tourner, le champ qui tourne dans le même sens que le rotor exerce un couple supérieur à
l'autre ce qui produit un couple moteur.

Bobine principale (stator)


Premier élément

Bobine auxiliaire en
série avec une capacité
Rotor

Bobine principale (stator)


Second élément

Pour démarrer un moteur asynchrone monophasé, il faut ajouter un condensateur en série avec
une troisième bobine appelée auxiliaire intercalée entre les bobines principales qui créé un
champ magnétique décalé de π/2 par rapport au premier qui produira le déséquilibre
nécessaire au démarrage. Lorsque le moteur a atteint sa vitesse de rotation nominale, un
interrupteur centrifuge déconnecte le condensateur et la bobine auxiliaire devenus inutiles.

10
c. Exemple de câblage d'un moteur asynchrone monophasé :

A la place de ce dispositif de démarrage, on peut aussi trouver une spire de frager placée dans
le circuit magnétique, ce dispositif n'est utilisé que pour les moteurs de faible puissance
(P<200W).

11