Vous êtes sur la page 1sur 15

ENSEIGNANTS D’EPS ET NESPON SABLES SERVICES D’APPS.

1- Comment transmettez-vous les valeurs olympiques à vos élèves ?

2- Ces activités sont- elles en conformité avec les principes de la charte olympiques ?

3- Quelles difficultés entravent les activités du club olympique ?

4- Travaillez –vous en partenariat avec le CNOSC ?

5- Que faire selon vous pour que les valeurs olympiques soient observées en milieu
scolaire ?

RESPONSABLES DU CNOSC

1- quels sont les mobiles qui poussent le CNOSC à implanter l’olympique eu milieu
scolaire.

2- Quel pourrait être l’apport des clubs olympiques dans l’encadrement de l’élève ?

3- Comment envisagez –vous la solidarité olympique en milieu scolaire ?

4- Comment est fait la formation des valeurs olympiques eux milieu scolaire ?

5- Ces méthodes sont- elles et efficaces ?

6- Comment assurez-vous leur suivi ?

GUIDE D’ENTRETIEN ADREESSE AUX ESEIGNANTS D’EPS

Le présent guide d’entretien qui vous est proposé rentre dans le carde d’une enquête que
nous menons dans le cadre de la rédaction de notre monographie dont le sujet est :
VULGARISATION DE L’EDUCATION AUX VALEURS OLYMPIQUES : CAS DES
ETABLISSEMENTS DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE DE YAOUNDE III.
Conscient des taches énormes qui sont les votres nous vous sourions gré de bien vouloir
nous accorder un bref entretien afin d’enrichir notre travail de recherche.
III-8 Traitement des données

C’est une phase assez déterminante de la recherche car elle


implique la mise en œuvre de la méthode scientifique. Ainsi, il est
question de donner un sens aux informations recueillies pour en
extraire une ou des réponses aux interrogations comme outil
statistique, nous avons utilisé les opérations simples basées sur la
fréquence et le pourcentage. Ces éléments sont représentés dans le
tableau par des symboles suivants :

N= effectif total ou échantillon ( 67)

Ni = effectif partiel en fonction de la modalité


ni
Fi = 𝑋𝑖 = 𝑥 100
𝑁

Chapitre 4 : PRESENTATION ET INTERPRETATION DES


RESULTATS, SUGGESTIONS.

Dans ce quatrième chapitre de notre travail il est question de la


présentation, l’analyse l’interprétation des résultats du questionnaire
que nous avons administré, puis faire des suggestions. Il est
important de préciser que les 90 questionnaires distribués nous
n’avons en retour reçu que 67. Ces résultats seront consignés dans
les tableaux que nous prendrons soin de commenter en y intégrant
les données issues de l’observation et des entretiens.
IV. 1- IDENTIFICATION DU REPONDANT

Tableau N° : Répartition des répondants en fonction du sexe

Sexe Ni Fi
Masculin 31 46,3
Féminin 35 53,7
Total 67 100
Ce tableau nous montre que la participation à notre enquête
intéresse aussi bien les filles que les garçons. Mais on observe la
prépondérance du sexe féminin sur le sexe masculin soit 53,7 %
contre 46,3%. Ceci traduit le degré d’indifférence et de passivité qui
caractérise le sexe masculin de ces établissements secondaires. D’où
le soucide reconvertir les modalités à travers la sensibilisation quand
nous savons que ce sont les garçons qui sont le plus souvent auteurs
des actes d’incivisme.

Tableau N° 2 : Répartition des enquêtes suivant les tranches


d’âges

Tranche
D’âge Ni Fi
10 – 12 ans 33 49,3
13 – 15 ans 34 50 ,7
Total 67 100,0

Il ressort de ce tableau que les âges des enquêtés de ces


établissements se situent dans l’intervalle 10 à 15 ans. Cependant,
on constate aussi que la proportion des élèves âgés de 13 à 15 ans
est assez importante soit 50,7% du nombre total.

Notre étude a été menée sur ces tranches d’âges dans le but de
vérifier le niveau d’imprégnation de cette catégorie d’élèves.

Tableau N° 3 : Répartition des répondants en fonction de leurs


niveaux d’étude

Modalité Ni Fi
6e 37 55,3
5e 30 44,7
Total 67 100.0

Ce tableau représente les deux niveaux d’étude choisis pour notre


enquête. Il ressort de ces résultats que les élèves des classes de 6e
sont ceux qui ont répondu en grand nombre à notre questionnaire
soit 55,3%. Il faut aussi préciser que ces élèves sont ceux qui
adhèrent en nombre au sein des clubs olympiques.

IV.2- CONNAISSANCE DE L’OLYMPISME

Tableau N° 4 : Distribution des répondants en fonction de ceux


qui ont déjà entendu parler de l’olympisme

Modalité Ni Fi
Oui 48 71,6
Non 19 28,4
Total 67 100,0

Les résultats de ce tableau nous montrent à suffisance que 71,6%


des enquêtes ont déjà entendu parler de l’olympisme. Mais, il est
important de continuer de sensibiliser les 28,4% qui n’ont aucune
idée du mot olympisme.

Tableau N° : Répartition des enquêtes en fonction du moyen


d’accès au terme olympisme

Modalité Ni Fi
Médias 2 2.8
Cours d’EPS 30 44.9
Clubs olympiques 20 29.8
Jeux olympiques 15 22.5
Total 67 100.0

De ce tableau, il ressort qu’entre autres moyens d’accès au terme


olympisme, le cours d’EPS est le moyen le plus utilisé avec un
pourcentage de 44.9%.

Les clubs olympiques occupent le second rang avec 29,8% ce qui


signifie que ces clubs n’ont pas encore une forte assise en milieu
scolaire nous avons pour preuve l’existence de ce club dans un seul
des trois établissements retenus dans le cadre de notre travail.
Tableau N° 6 : Répartition des enquêtés selon leur connaissance
du CNOSC

Modalité Ni Fi
Oui 33 49.3
Non 34 50.7
Total 67 100.0

D’après ce tableau, 50.7% des enquêtés ne connaissent pas le


CNOSC. C’est ce qui justifie certainement le manque des clubs
olympiques dans les établissements scolaires. Ce qui nous amène à
penser que les 49,3% qui connaissent le CNOSC sont certainement
ceux qui cotoient le club olympique. Il est donc urgent que le
CNOSC se fasse connaitre à travers la présence des clubs
olympiques dans chaque établissement

Tableau N° 7 : Distribution des enquêtés suivant leur


connaissance des notions de base de l’olympisme

Modalités Ni Fi
FAIR- PLAY 23 34,3
Cellule de 10 14,9
l’excellence
Respect 10 14,9
L’amitié 13 19,4
L’esprit d’équipe 11 16,5
Total 67 00,0

Les résultats de ce tableau nous indiquent que 34,3% d’enquêtés ont


déjà entendu parler du faire Play. Cependant, d’autres notions telles
que le culte de l’excellence, le respect, l’amitié, l’esprit d’équipe
sont encore ignorés d’eux. Ceci suppose que le niveau
d’information est très fiable. Par conséquent, il faut redoubler
d’effort pour une meilleure sensibilisation.

Tableau N°8 : Répartition des enquêtes en fonction de la


compréhension donnée ces notions.

Modalités Ni Fi
Slogan 39 58,2
Un Ensemble de 28 41,8
valeurs
Total 67 100,0

Les résultats de ce tableau parlent à suffisance ; 58% des enquêtés


prennent des notions telles que faire- Play, culte de l’excellence, le
respect, l’amitié, l’esprit d’équipe comme de simple slogan. Il est
donc urgent qu’une éducation et vulgarisation de ces notions soient
faites pour que les élèves puissent se les approprier.
Modalités Ni Fi
Oui 41 61,2
Non 26 38,8
Total 67 100,0

Il ressort de ce tableau que 61,2% des élèves enquêtés pensent qu’ils


pourraient adopter de nouveaux comportements s’ils avaient une
meilleure connaissance des valeurs olympiques. Ceci pose une fois
de plus le problème d’éducation et de vulgarisation de ces valeurs
en milieu scolaire.

IV.3- SUGGESTIONS

Tableau N° 10 : Distribution des répondants par rapport à la


raison d’être de l’olympisme en milieu scolaire

Modalités N F
Oui 56 83,6
Non 11 16,4
Total 67 100,0

Il apparait clairement pour 83,6% des enquêtés que l’olympisme a


sa raison d’être en milieu scolaire. La raison première évoquée est
qu’il regorge de nombreuses valeurs utiles à la formation de
l’individu.
Tableau N° 11 : Répartition des répondants en fonction des
propositions faites pour que les valeurs olympiques soient
observées en milieu scolaire.

Modalités Ni Fi
Associer olympisme 41 61,2
à EPS
Olympisme comme 26 38 ,8
discipline
Total 67 100,0

De ce tableau il ressort que 61,2% d’enquêtés ne souhaitent que


l’enseignement de l’olympisme soit l’objet d’une nouvelle
discipline. Ils préfèrent plutôt qu’il soit associé à l’EPS. Tout
simplement parce qu’ils n’aimeraient pas avoir une discipline en
plus dans leur programme d’enseignement. Seulement pour se faire
il faudrait que les enseignants d’EPS soient suffisamment outillés
sur la question.

Au terme de l’interprétation et de l’analyse des résultats du


questionnaire on se rend à l’évidence que l’intervention de
l’olympisme en milieu scolaire ne va pas sans gêne, d’où la
nécessité de proposer quelques suggestions pour permettre à
l’olympisme d’atteindre son objectif en milieu scolaire.
IV.4- SUGGESTIONS

A ce niveau, nous envisageons élaborer une stratégie en vue d’une


intervention plus dynamique de l’olympisme en milieu scolaire.

Toutefois, nous remarquons que cette stratégie ne peut aboutir que


si elle est prise en compte par tous les acteurs ici interpellés les
suggestions que nous nous formulons s’adressent pour l’essentiel
aux élèves, aux enseignants d’EPS et encadreurs des services
d’APPS, aux chefs d’établissements, au CNOSC et aux pouvoirs
publics. Mais nous allons identifier avant de passer aux suggestions
proprement dites.

V.1- rappel des problèmes recensés au cours de l’enquête

Des différentsproblèmes que nous avons identifiés pendant nos


investigations, nous pouvons relever globalement ceux-ci :

- L’olympisme est confronté au problème d’ignorance des valeurs


qu’elles prônent en milieu scolaire.
- L’absence des clubs olympiques dans tous les établissements
secondaires.
- L’ONACO qui est l’organe chargé du suivi de ces clubs en
milieu scolaire, n’assume pas sa fonction. Par conséquent, les
clubs qui existent sont abandonnés à eux-mêmes.
- Les responsables des services d’APPS et encadreurs de clubs ne
perçoivent pas clairement les fondements et les objectifs d’un tel
club.
- On observe un manque d’engouement caractérisé chez les élèves.
- La crise des valeurs morales se pose toujours avec acuité en
milieu scolaire.
- Les enseignants d’EPS ne sont pas outillés

V.2- SUGGESTIONS PROPREMENT DITES

Il nous revient dans ce paragraphe, de nous prononcer sur la stratégie ou la


démarche à adopter, pour résoudre les problèmes auxquels l’olympisme fait face en milieu
scolaire.

V.2.1- AU NIVEAU DES ELEVES

a-)Redynamisation de l’information en faveur des idéaux olympiques

De nos jours, le milieu scolaire est le théâtre des vices tels que : la tricherie, la
violence, la délinquance juvénile, la toxicomanie et l’incivisme. L’adhésion aux clubs est
devenue fantaisiste. Aussi les élèves ne prennent pas souvent part aux activités qu’ils
organisent. La pratique des activités sportives est de plus en plus perçue comme une perte
de temps.

La politique d’information que nous proposons devra reposer sur la sensibilisation. Pour
cela, il sera question de rendre les élèves réceptifs aux concepts tels que, l’excellence, le
faire Play, l’amitié, la tolérance, le civisme, le respect, l’esprit d’équipe, pour ne citer que
celles-là. On commencera en amont, par mettre à la disposition des clubs olympiques et
des établissements scolaires, des ouvrages, prospectus et brochures qui doivent contenir
des informations sur l’olympisme, ses objectifs, ses limites et ses domaines d’intervention.
Autrement dit, il est question d’éclairer d’avantage l’opinion sur la spécificité d’un club
olympique par rapport aux autres clubs culturels présents en milieu scolaire.

b-) Instauration des actions de sensibilisation permanente


La pratique permanente des causeries éducatives, des tables rondes, des séminaires de
formation, des voyages d’échanges, des projections cinématographiques, donne une
occasion non négligeable à la vulgarisation des valeurs et éthique de l’olympisme.

La conception des affiches, la multiplication des rencontres sportives dans différentes


disciplines à travers les interclasses, inter clubs culturels, inter établissements, donne une
occasion de brassage des jeunes. Les activités devront êtreexploitées pour organiser des
jeux concours avec remise de primes au besoin sur le fair-play, la solidarité, le culte de
l’effort entre autres. En toute circonstance, on veillera à mettre en exergue la mixité des
équipes et les attentes des élèves. Cette action de sensibilisation devra couvrir toute l’année
scolaire. Le modèle que nous proposerons à la fin reste à titre indicatif.

V.3- Suggestions à l’intention des responsables des services d’APPS, des professeurs
d’EPS et des chefs d’établissements

a-) Services d’APPS et professeur d’EPS

Les clubsolympiques que l’on trouve de plus en plus en milieu scolaire sont placés sous la
tutelle du service des APPS. Mais l’encadrement proprement dit revient au professeur
d’EPS qui doit user de ses compétences et qualités, pour transmettre les idéaux
olympiques aux élèves. De ce fait, il doit avoir une bonne perception des objectifs, des
fondements et de la formalisation des clubs olympiques. Cette perception passe par des
modules de formation à l’INJS, des séminaires- ateliers, conférences et tables rondes. En
dehors de tout ceci, il doit avoir des documents, brochures et autres matériels permettant
d’assurer un bon encadrement du club, car il est appelé à :

- Guider les actions des leadeurs et responsables du club dans le sens de la réussite.
- Initier les élèves à l’élaboration des rapports et programmes d’activités.
- Informer les élèves sur des règlements sportifs divers.
- Choisir les supports pédagogiques convenables à l’activité et au but visé par celle-ci
(exemple choix d’une projection cinématographique en une de stigmatiser les jeunes
sur les méfaits de la consommation de la drogue)
- Organisé les journées pédagogique sur l’olympisme
- Interpeller les jeunes à plus de responsabilité et d’ardeur au travail
- Faire comprendre aux jeunes que la pratique du sport est un important moyen
d’insertion socio-professionnel
b-) Implication des chefs d’établissement dans les actions de promotion des
valeurs olympiques en milieu scolaire

Selon les résolutions des états généraux de l’éducation de Mai 1995 : « la mission
essentielle de la nouvelle école camerounaise est la formation complète du citoyen sur les
plans individuel, collectif et communautaire, moral, économique intellectuel, politique et
civique »

Autrement dit, les chefs d’établissement doivent s’armer d’une politique conforme
aux objectifs de la nouvelle école. Celle-ci ne devrait plus seulement être vue comme le
lieu privilégié de l’instruction mais aussi comme un cadre de formation des jeunes aux
valeurs civiques et morales.

Le décret présidentiel N° 2001 (041 du 19 février 2001) portant sur l’organisation


des établissements scolaires publics et attribution de responsable de l’administration
scolaire qui est la manifestation d’une volonté politique de redynamiser l’encadrement des
jeunes en milieu scolaire. Les chefs d’établissements doivent pour cela s’assurer de
l’effectivité des APS dans leur établissement.

- Répondre promptement aux interpellations des clubs


- Soutenir les actions des clubs, ce soutient doit couvrir en triple plan, matériel,
financier et humain (la présence du chef d’établissement aux activités organisées par
les clubs est un signe capital de soutient)
- S’appuyer sur ces activités pour assurer le rayonnement de leur établissement
- Négocier le soutient des partenaires (municipalité, ONG, autre bienfaiteurs)

V.4- A L’intention du CNOSC et des pouvoirs publics

a-) Implication des pouvoirs publics dans la promotion des valeurs morales en
milieu scolaire

Considérer depuis toujours comme cheval de bataille de la société, richesse des


nations ; la jeunesse devrait faire l’objet d’une attention particulière de la société et des
pouvoirs publics. Chaque société s’organise pour assurer le plein épanouissement à ses
membres.
De nombreuses années après le sommet mondial pour l’enfant, d’énormes progrès
ont été accomplis quant à la prise de conscience de l’importance de l’enfant dans la société.
La célébration des journées et autres manifestations en faveur de l’enfant et du jeune,
témoigne d’une volonté politique de s’armer pour relever les défis.

Dans le cadre de notre étude, l’implication des pouvoirs publics dans la lutte contre
la dégradation des valeurs morales en milieu scolaire ne peut être possible qu’à travers la
mise en exergue d’un programme pluri dimensionnels d’enseignement.

C. ATEBA EYENE (2001) à ce propos pense que « les nouveaux programmes à


concevoir méritent d’accorder une place de choix à la morale, au civisme et à l’éthique ».

Le milieu scolaire traverse une crise structurelle fondée sur la prééminence des
maux tels que la tricherie, la corruption, la violence, la consommation abusive d’alcool et
de la drogue, l’incivisme

Dans un tel contexte, l’Etat devrait axer de manière prioritaire son action sur
l’éducation et la formation des citoyens de demain. Il sera question d’élaborer un cadre
législatif et règlementaire approprié à la vulgarisation des valeurs morales à travers
l’olympisme. D’où la nécessité d’introduction des modules de l’olympisme dans les
programmes de formations des professeurs d’EPS, afin qu’ils constituent de véritables
relais des idéaux olympiques sur le terrain. La collaboration des établissements scolaires
avec les ONG et les municipalités, doivent devenir une réalité afin d’assainir cet univers
complexe.

b-) Développement d’une politique de proximité

Au niveau du CNOSC, cette collaboration doit se faire à travers :

- La multiplication des séminaires de formations.


- Des descentes permanentes en milieu scolaire pour le suivi des activités et leur
conformité aux expériences de la charte olympique.
- La datation des établissements scolaires des documents, brochures et prospectus
pouvant guider la programmation des activités des clubs olympiques sur le plan
national
- Implique les médias dans la promotion des valeurs olympiques en créant dans les
organes de presse des programmes spécialisés dans la vulgarisation des valeurs
olympiques
- Inciter les sponsors à soutenir la promotion aux valeurs olympiques
- Proposer des référentiels pour l’éducation olympique adaptée à chaque niveau
d’éducation
En résumé, nous avons essayé de montrer quelles stratégies nous pouvons mettre en
œuvre pour permettre à l’olympisme d’être réellement vulgarisé en milieu scolaire. Par
ailleurs, pour être plus concret dans nos suggestion, nous avons essayé de proposer un
programme annuel de sensibilisation permanente qu’un établissement pourrait
opérationnalisé