Vous êtes sur la page 1sur 2

Une orientation générale peu lisible des politiques

publiques et une exécution souvent lente et


inefficiente
Depuis deux decennies, le Maroc a entame une serie de reformes sur les
plans economique et
social visant a rattraper le retard accumule en termes de developpement
humain et a rendre
competitif des secteurs moteurs de l’economie marocaine. Ces reformes ont
pris la forme
de plans d’action gouvernementaux s’etalant, chacun, sur un horizon
temporaire predefini
et affichant, pour certains d’entre eux, des objectifs bien definis. Ces
reformes structurelles
ont renforce l’architecture institutionnelle et les infrastructures
economiques, sociales et
culturelles du pays.
Absence de cap et d’articulation des politiques publiques : si l’ensemble de ces
strategies
sectorielles a pour finalite de contribuer a une croissance economique
forte, durable,
creatrice de richesses et d’emplois, elles souffrent neanmoins d’un
deploiement ≪ en
silos ≫, essentiellement porte par le secteur concerne, et donc d’un
manque de coherence
et de convergence. L’implementation de ces strategies souffre aussi de
faibles synergies
intersectorielles, d’un deficit au niveau de l’implication et de l’
adhesion des parties prenantes.
Les mecanismes prevus pour la coordination de ces strategies et les
instruments de leur
gouvernance et de leur evaluation sont souvent peu efficients. Par
ailleurs, l’interaction
des agences d’execution, chargees de mettre en oeuvre des programmes
strategiques et
structurants, avec les services centraux et territoriaux de l’
administration, et la coordination
de leurs actions necessitent une clarification des responsabilites et du
pilotage strategique.
Plus generalement, les reformes menees, notamment depuis les annees 90, ont
produit
une plethore d’agences, d’etablissements et d’organismes, avec des
missions de nature a
creer des confusions et des telescopages, pouvant entraver la marche fluide
et efficiente des
institutions.
En outre, l’effectivité des lois demeure un problème majeur dans notre pays, ce qui
est
de nature a ebranler la confiance des citoyens et des institutions privees
dans la capacite de
l’Etat a faire respecter les lois et a tenir ses engagements. Plusieurs
cas de figure sont a relever
concernant cette faible effectivite des lois dont certains concernent le
fonctionnement meme
de l’appareil public. A titre d’exemple, l’obligation d’accompagner
tout projet de loi d’une
etude d’impact (conformement a la loi organique n°065-13) n’est pas
respectee. De plus, meme
lorsque l’etude d’impact est menee, la publication de ses resultats n’
est pas systematique.
De meme, l’adoption des lois et des reformes n’est pas automatiquement
accompagnee ou
suivie par la publication des textes subsidiaires dans des delais
raisonnables, en particulier
pour les lois organiques et les lois-cadres37. Un autre frein lie a la
gouvernance reside dans
l’effectivite relative des lois et de la reglementation qui contribue a
retarder leur impact et,
sur le plan economique, nuit a l’attractivite du pays et a la
competitivite de ses entreprises.