Vous êtes sur la page 1sur 2

2 • Une corruption entrainant une fragilisation du lien

social
La corruption reste endemique au sein de la societe marocaine en depit de
la succession des
plans d’action mis en place par les pouvoirs publics pour l’enrayer. Le
Maroc a, certes, fait des pas
resolus en matiere legislative pour favoriser un environnement des affaires
plus transparent,
a l’instar de la loi sur l’acces a l’information ou celle sur la
declaration de patrimoine pour les
elus. Toutefois, les mesures prises sont loin de repondre aux aspirations
de la societe civile
et s’apparentent davantage a des initiatives publiques plutot qu’a une
politique volontariste
de lutte effective contre la corruption a toutes les echelles et
accompagnees de mesures
de protection des denonciateurs. Parallelement, la mediatisation des
affaires de corruption
a travers les reseaux sociaux conduit a une fragilisation du lien social et
a une erosion de la
confiance des operateurs economiques et des citoyens dans le processus
effectif de lutte
contre la corruption.
3 • Un manque de transparence et de reddition des
comptes conduisant à un effritement de la confiance
dans les institutions
Depuis deux decennies, le Maroc a adopte un arsenal juridique et
reglementaire pour ameliorer
la gouvernance des institutions publiques, marquant ainsi la ferme volonte
de l’Etat de rompre
avec l’opacite et l’impunite, et donnant une impulsion en faveur d’une
plus grande transparence
et d’une meilleure reddition des comptes. Toutefois, le principe de
reddition des comptes
est souvent reste cantonne a l’aspect financier (detournements de fonds,
malversations…),
juridique et procedural. La reddition des comptes sur la base de la
performance de l’action
publique et de l’usage efficient des deniers publics n’est pas encore
completement ancree dans
la pratique institutionnelle et ne se fait pas de maniere systematique.
Cette non-systematisation
de la reddition des comptes des responsables publics sur la base du bilan
de leur mandat
mene a la deterioration de la perception des citoyens quant a la
transparence des institutions
publiques, notamment lorsque l’action de celles-ci a un impact tangible
sur leur quotidien.
4 • La légitimité des corps intermédiaires remise en
cause par les citoyens
Durant ces dernieres annees, le Maroc a ete traverse, a maintes reprises,
par des crises sociales
qui ont relaye une insatisfaction des citoyens causee par la deterioration
de leur niveau de vie
et les retards de mise en oeuvre de projets economiques et sociaux de
developpement. Ces
mouvements sociaux se sont exprimes principalement en dehors des corps
intermediaires
classiques (associations de la societe civile, syndicats, partis politiques
…) et sont le corollaire
de la faiblesse manifeste de la participation du citoyen aux elections
legislatives et locales et
du tres faible taux de syndicalisation.