Vous êtes sur la page 1sur 7

La simulation globale : « l'immeuble »

Dossier pédagogique

La simulation globale est une technique de classe mise au point dans le courant des années 90
par F. Debyser, J.-M. Carré et F. Yaiche au Bureau pour l'Enseignement de la Langue et de la
Civilisation françaises à l'étranger (BELC). Celle intitulée « L'immeuble » fut d'ailleurs une des
toutes premières, avec « Iles » et « le village ». Cette technique peut être rapprochée de celle de la
« story line » dans le sens où elle prend appui sur les connaissances et les savoir-faire des élèves
mais aussi parce qu'elle se développe autour d'un lieu et de personnages façonnés par leurs soins.

C'est en effet au travers d'activités théâtrales, d'interactions collectives à l'oral et d'activités


écrites, que les apprenants peuvent découvrir la langue française dans sa dimension la plus
concrète : celle de ses usages quotidiens, ancrés dans des lieux et s'exprimant au travers d'identités
singulières. Mêlant réel et imaginaire au sein d'une construction complexe qui ne dissocie pas les
différents apprentissages des contextes dans lesquels ils sont utilisés, cette pratique de classe peut
constituer un moyen motivant pour l'apprentissage du français langue étrangère.

Ce dossier se base sur une expérience vécue dans les classes danoises et nous l’avons conçu
pour faciliter les démarches des professeurs qui souhaiteraient développer des approches
inattendues de l’apprentissage du français, langue étrangère. Comme nous l'avons réalisée auprès
d'adolescents débutants en tant que technique complémentaire des premiers apprentissages du
français langue étrangère, nous présentons ici un programme « léger » qui peut s'apparenter aux
« premiers pas » pour l'utilisation de la technique de simulation globale. Il s'agit néanmoins d'une
technique qui peut être utilisée comme unique pratique de classe. Nous avons donc sélectionné les
informations liées au temps de réalisation, les matériaux utilisés ainsi que les observations
didactiques précisant les apports d’un tel projet aux parcours d’apprentissage : ces éléments
devraient donc vous permettre d’adapter le contenu de ce dossier aux réalités particulières de
chacune de vos classes. On pourrait alors dire : « à vous de jouer ! ».

Niveau initial des apprenants : A1 – débutants

Première période – Mise en place 5 séances de 45 minutes ou 4 heures 15

Deuxième période – Approfondissement 6 séances de 45 minutes ou 4 heures 30

Troisième période – Finalisation 4 séances de 45 minutes ou 3 heures

Total : 21 séances de 45 minutes ou 15 heures

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 1


- Le vocabulaire de base (la famille, les chiffres et les couleurs)
- Les présentatifs (c’est, voici, voilà…)
- Les articles (le, la, les)
Pré-requis - Les pronoms personnels (je, tu, nous) et la conjugaison d’être et d’avoir
au présent

 On recommande, dans le cadre d'une utilisation de cette technique avec


des grands débutants, de commencer ce projet à partir du mois de
février.

- Motivation pour la communication en français (prise de parole


Principaux spontanée)
intérêts - Mémorisation du lexique et des structures syntaxiques simples
didactique - Compétences interculturelles

1. Mise en place
1ère séance
Matériel : fond de carte vierge de la France
Pour commencer, introduisez le projet d'utiliser la technique de la simulation globale dans le
cadre de l'apprentissage du français. Inspirez-vous de cette citation de F. Debyser :

« Une simulation globale est […] un scénario cadre qui permet à un groupe d’apprenants […] de
créer un univers de référence – un immeuble, un village, une île, un cirque, un hôtel – de
l’animer de personnages en interaction et d’y simuler toutes les fonctions du langage que ce
cadre […] est susceptible de requérir. […] Décrire le monde, raconter la vie et vivre la comédie
des relations humaines, tel est le pari pédagogique des simulations. »1

Dans le cas de « l'immeuble » que nous avions sélectionné pour notre projet, demandez-leur
ensuite de citer toutes les villes françaises qu'ils connaissent. Au tableau, vous pouvez afficher une
carte de France vierge (à télécharger dans ce dossier) afin qu'ils essayent de situer les villes dont
ils parlent. Sinon, vous pouvez la leur distribuer et leur demander de réaliser la même activité.
Vous pouvez aussi utiliser le classement des villes de France pour réviser les nombres ordinaux et
en profiter pour faire un « tour des grandes villes de France ».

1
L'immeuble, Hachette FLE/CIEP, 1996, préface

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 2


L'occasion est également propice pour discuter des différents climats et paysages français. A un
niveau plus avancé, il peut être intéressant de se situer à l'échelle de la Francophonie. Au terme de
cette première séance, il sera nécessaire de retenir au moins six villes pour la séance qui suit.

2ème séance
Matériel : présentation des 6 villes choisies.

L'objectif de cette séance est de choisir la ville où se situera l'immeuble de la simulation. Vous
pouvez demander aux élèves de resituer les villes qu'ils ont choisies sur une carte vierge et de
décrire les particularités climatiques des différentes régions. Vous pouvez ensuite leur faire lire à
voix basse puis à voix haute les courtes descriptions des villes choisies (exemple à télécharger
dans ce dossier). Animez par la suite une activité de compréhension inductive du vocabulaire
inconnu.

La deuxième étape de cette séance est constituée par le choix et la visite de la ville. Organisez
un « vote démocratique » pour l'élection de la ville parmi les 6 précédentes. Puis visitez-la au
moyen de Google Maps ou de Google Earth. Profitez-en pour observer les adresses françaises
avec vos élèves ! Une séance supplémentaire peut être organisée, avec des élèves plus avancés,
pour gérer une activité de mise en valeur des villes françaises au moyen de présentations
argumentées.

3ème séance
Matériel : questions et vocabulaire pour la construction des personnages.

Cette séance et la suivante sont consacrées à la construction des personnages (il peut être
nécessaire d'en ajouter une troisième). Celle-ci se déroule collectivement et doit être assez
spontanée : utilisez les questions types pour la création des personnages (exemple à télécharger
dans ce dossier) et encouragez les élèves qui parlent moins souvent à prendre part à ces échanges.
Attention, veillez à ce que les propositions des élèves permettent de créer des personnages
vraisemblables – qui puissent exister ! Au fur et à mesure, questionnez-les aussi sur les rapports
des personnages entre eux...

On fera deux remarques, la première concernant la création de couples : les adolescents


peuvent rencontrer des difficultés à jouer des couples (une solution simple consiste cependant à ne
pas les faire jouer ensemble lors des mises en situation...). Il peut être aussi délicat de créer des
personnages trop repoussants (physiquement ou moralement). Mais ces deux remarques peuvent
constituer des « précautions inutiles » : si l'atmosphère ludique s'installe et que les apprenants font
bien la différence entre leur personnage et eux-mêmes, il ne devrait y avoir aucun problème. On
pourra aussi développer différentes activités théâtrales avant de débuter ou tout au long de ce
projet pour que les élèves soient familiers de l'engagement (notamment physique) que ces
pratiques nécessitent.

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 3


4ème séance
Matériel : questions et vocabulaire pour la construction des personnages.

Procédez de même que lors de la séance précédente et accentuez la description des rapports des
personnages entre eux. Vous pouvez aussi, au cours de cette séance, dessiner l'immeuble et
répartir les personnages dans les appartements. Pour l'attribution des rôles, laissez jouer le
hasard en leur faisant piocher des papiers portant le nom des personnages.

5ème séance
Matériel : fiche synthétique de présentation des personnages.

A un niveau débutant, cette séance peut constituer une révision des présentations. Il s'agira en
effet de « se présenter » à l'oral mais en tant que personnage de l'immeuble. Cette présentation
doit permettre de créer les éléments distinctifs des personnages (leurs voix, leurs manières de se
tenir, de marcher et de s'adresser aux autres..). Cela peut être l'occasion de travailler la façon de
dire son adresse, son numéro de téléphone ou ses goûts personnels.

A un niveau plus avancé, l'exercice pourra être basé sur une improvisation des élèves. Notez
bien que beaucoup de séances comportent des mises en situations théâtrales, mais tous les élèves
ne doivent pas forcément exécuter des performances à chaque fois. Il peut être davantage
intéressant de questionner les apprenants sur la performances de leurs pairs, de permettre aux
apprenants de recommencer leurs scènes pour travailler la prononciation ou la formulation, voire
l'intonation, les expressions idiomatiques ou les registres de langue...

2. Approfondissement

6ème séance
Matériel : canevas de situations de rencontres

Proposez au groupe de travailler des situations de rencontres (au café, à la boulangerie...) et de


demandes de petits services (prêter une casserole, garder le chien pendant le week end ou arroser
les plantes pendant les vacances). Recensez les volontaires pour jouer sur scène, les autres auront
un rôle de « critiques bienveillants » et pourront faire des propositions de dialogues à l'écrit. Pour
les grands débutants, partir de dialogues écrit est nécessaire. Gardez tout de même vingt bonnes
minutes pour jouer ces dialogues et conseiller les apprenants par rapport aux distorsions
observées. Les scènes (surtout celles de rencontres dans les commerces) peuvent être très brèves :
il importe que tout soit réaliste ; encouragez vos élèves à utiliser les tics oraux des français
(« euuuh », « ben », « grave ! », « et alors euh... », « salut! », « A plus », « à toute »...).

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 4


7ème séance
Matériel : des plans d'appartements, fiche de vocabulaire sur le mobilier.
Pour diversifier les temps de classe et ne pas contraindre certains élèves à cause d'une sur-
utilisation du théâtre, proposez une séance de décoration d'appartement. Pour contextualiser cet
objectif, vous pouvez prétexter qu'un des habitants a remporté un prix à la télévision : la chaine va
lui offrir la rénovation de son appartement ! Dans l'immeuble, tous ne parlent que de ça et
beaucoup comparent leurs logements.

8ème séance
Matériel : canevas de situations liées à l'organisation d'une fête.

Reprenez le même fonctionnement que lors de la 6 ème séance : proposez le thème de la fête et
guidez les élèves dans la rédaction de dialogues liées à de micro-situations pour les différents
personnages de l'immeuble (exemple de dialogues rédigés à télécharger). Les volontaires pourront
s'éprouver sur scène et les autres rempliront, de même, un rôle de « critique bienveillant ».

9ème séance
Matériel : tous les documents utilisés auparavant (surtout les dialogues)

La part réservée à l'oral dans ce projet de simulation globale est plus importante que celle liée à
l'écrit mais cette dernière compte tout autant : les créateurs de cette technique ne l'ont pas négligée
non plus. Il est en effet question de conserver une trace des différents évènements qui se
produisent au cours du projet, notamment sous la forme d'un roman collectif. Cette séance peut
être consacrée à la répétition des différentes étapes du projet et à la mise en texte de ce qui a déjà
été fait. Les élèves peuvent travailler en petits groupes sur les dialogues qu'ils ont déjà rédigés
(pour les améliorer ou les intégrer à l'histoire collective) ou sur les parties de texte manquant pour
la compréhension de leur histoire.

10ème séance
Matériel : canevas de situations diverses, liées à la vie quotidienne des habitants de
l'immeuble.

De même que lors de la 6ème et de la 8ème séance, proposez des situations (quelqu'un a perdu son
animal de compagnie, un graffiti est apparu à côté des boîtes aux lettres, une personne s'est
blessée en faisant du sport...) ; guidez les apprenants lors de la rédaction des dialogues ;
accompagnez l'amélioration des productions gérée entre pairs-apprenants.

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 5


11ème séance
Matériel : documents nécessaires à la rédaction du roman, roman en l'état.

Alternez avec une séance consacrée à l'écriture du roman, ce qui permet de corriger les erreurs
des apprenants et qui, par conséquent, favorise la mémorisation des savoirs linguistiques et
langagiers correspondants.

3. Finalisation

12ère séance
Matériel : canevas de situations pour la fin de l'histoire

Comme nous ne présentons ici qu'un programme allégé pour une simulation globale
complémentaire des temps d'apprentissages plus classiques, il est déjà question de clore l'histoire
entamée. Bien sûr, il est possible de poursuivre par de nombreuses situations, orales tant
qu'écrites, et de densifier la vie des personnages et du lieu. Nous renvoyons pour cela aux
ouvrages rédigés par les initiateurs de cette technique de classe (vous pouvez aussi consulter le
dossier complémentaire à télécharger dans ce dossier).

Cette douzième séance est donc consacrée à la programmation de la fin de l'histoire. Il s'agit de
déterminer avec les élèves ce qui peut constituer un tournant important dans la vie d'un ou de tous
les personnages : mariage, déménagement sont des issues assez heureuses. Il peut aussi être
question d'enquête criminelle ou de relogement des habitants à cause de la vieillesse de
l'immeuble. Après avoir déterminé l'issue de l'histoire (voir exemple à télécharger dans ce
dossier), il est possible de commencer à rédiger cette fin sous la forme de dialogues ou de récits.

13ème séance
Matériel : canevas de situations liées à la fin de l'histoire

Lors de cette séance, il est question de jouer les derniers moments de l'histoire de l'immeuble.
Il est alors possible de proposer aux élèves d'imaginer ce qui se passe quinze ans après les
évènements rédigés lors de la douzième séance. Puis, comme lors des séances précédentes de
mises en situations, procédez en guidant les élèves dans la rédaction des dialogues et
accompagnez l'amélioration des productions qu'auront réalisés les volontaires. Annoncez à la fin
de la séance que les deux suivantes seront consacrées à la finalisation du roman.

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 6


14ème séance
Matériel : documents utilisés précédemment, roman en l'état.

Lors de cette séance, insistez sur l'utilisation des dictionnaires et des grammaires pour vérifier
les hypothèses de rédaction des élèves. Coordonnez la structuration du roman à partir des
dialogues dont la classe dispose et formalisez les savoirs linguistique et langagiers relatifs aux
erreurs les plus récurrentes.

15ème séance
Matériel : documents utilisés précédemment, roman en l'état.

De même que lors de la séance précédente, insistez sur l'utilisation des dictionnaires et des
grammaires. Utilisez cette dernière séance pour finaliser le roman en l'illustrant ainsi qu'en
corrigeant les dernières distorsions qui vous semblent les plus pertinentes à travailler en fonction
du niveau de votre groupe. Prévoyez aussi de distribuer lors de la séance suivante un exemplaire
du roman à chaque élève.

Août 2011 – SCAC – A. Beauné, A. Egelund Jensen– francophonie@ambafrance-dk.org 7