Vous êtes sur la page 1sur 38

Fédération Tunisienne de JUDO

1ER DEGRE

ENSEIGNANT : Mr MOKTAR CHTARA


ANATOMIE
I. Définitions : L’anatomie est la science qui a pour but l’étude de la structure du
corps humain et les rapports des organes entre eux.
L’anatomie descriptive : cette branche de l’anatomie décrit pour chaque organe,
sa position, sa direction, sa forme, ses liaisons et se divise elle même en
ostéologie, arthrologie et myologie.

II. Description générale :


1. Axes principaux : vertical, horizontal et sagittal.
2. Plans principaux :
a. Plan sagittal : divise le corps en droite et gauche
b. Plan frontal : divise le corps en partie antérieur et partie
postérieur,
c. Plan transversal : divise le corps en partie supérieure et partie
inférieure.

3. Directions dans l’espace :


Supérieur : vers le haut
Inférieur : vers le bas
Antérieur : en avant
Postérieur : en arrière
Médian : vers le milieu du corps
Interne : vers le dedans
Externe ; vers le dehors

III. Le squelette : c’est la charpente osseuse du corps humain et l’élément passif


de l’appareil locomoteur, les muscles étant l’élément actif.
Configuration des os : os long, os courts, et os plats
Vue avant Vue arrière La jambe Le genou

Le fémur Crâne (vue avant) Crâne (vue arrière) Os du crâne

Le thorax la colonne vertébrale Les vertèbres Le bassin

Les bras Les mains L'omoplate Les pieds


omoplate

cubitus

rotule

péroné

astragale
IV. Le système articulaire
™ Définition : On appelle articulation, un ensemble d’éléments durs ou mous
grâce auxquels les os s’unissent entre eux.
Les articulations permettent les déplacements des segments osseux.

™ Les différentes sortes d’articulations :

Les Synarthroses: (articulations fixes) Ce sont des os qui sont engrenés


ensembles (os du crâne).

Les amphiarthroses: Ce sont des articulations peu mobiles dans


lesquelles les deux surfaces osseuses sont unies par les éléments fibreux
très courts ne permettant pas que des déplacements réduits.

Les diarthroses: Ce sont les articulations les plus typiques. Elles sont
constituées par des surfaces articulaires réunies par des moyens d’union
(capsules et ligaments) et mobiles l’une par rapport à un organe de
glissement (la synoviale).

™ Description d’une articulation typique

¾ Les surfaces articulaires: elles sont situées au niveau des épiphyses


des os longs. Le cartilage articulaire recouvre cette surface
articulaire ce qui lui donne un aspect lisse, poli et brillant. Son
épaisseur est variable et proportionnelle aux pressions qu’elle subit.
¾ L’organe de glissement: la synoviale. C’est une membrane séreuse
d’aspect rose et lisse contenant de nombreux vaisseaux sanguins et
filets nerveux. Elle ferme complètement l’articulation et on peut
parler de cavité articulaire. Elle sécrète le liquide synovial (ou
synovie). Ce liquide joue le rôle de lubrifiant de la cavité
articulaire.
¾ Les moyens d’union:
¾ La capsule articulaire: il s’agit d’un manchon fibreux qui recouvre
la synoviale et prend insertion sur l’os à une distance variable de la
surface articulaire.
¾ Les ligaments: ils sont des moyens d’union passive qui stabilisent
l’articulation. Ils sont solidaires de la capsule dont ils ne
représentent que des épaississements (les ligaments croisés du
genou).
¾ Les muscles.
¾ Les bourrelets: ils s’insèrent à la périphérie d’une surface articulaire
en forme de cavité afin d’en augmenter la profondeur (bourrelet
glénoïdien de l’omoplate).
¾ Les ménisques: ils s’interposent entre les deux surfaces articulaires
pour améliorer leur congruence (les ménisques du genou).

IV. Le système musculaire

LA NOMENCLATURE DES MUSCLES.

Le nom des muscles souligne une caractéristique morphologique ou fonctionnelle.


Cette terminologie relève soit de:

la forme: le muscle trapèze.

le nombre de chefs: le biceps.

la localisation: les intercostaux.

leur action: le fléchisseur propre du pouce.

ses attaches: le cervico brachial.

LES MUSCLES STRIES.

C’est des muscles de la vie de relation contrairement aux muscles lisses qui sont les
muscles de la vie végétative. Les contractions sont rapides. Les muscles sont innervés
par le système cérébro-spinal. Leurs formes sont diverses. Ils peuvent être longs,
larges, courts, annulaires. Ils s’insèrent à la surface des os par des tendons, des
aponévroses.

LES PROPRIETES DES MUSCLES STRIES.

Mécanique:

Excitabilité: c’est une réponse à une excitation transmise par son nerf moteur. Pour
l’explorer on utilise l’électromyogramme (EMG).
Contractilité: c’est la faculté que possède le muscle de se raccourcir et de mouvoir
les éléments squelettiques sur lequel il est fixé (biceps). Quand le muscle se contracte,
il se raccourcit, s’épaissit et durcit.

Elasticité: c’est la propriété qu’à le muscle de se laisser allonger par traction et de


revenir de manière parfaite à son état initial.

Tonicité: c’est la capacité du muscle vivant en dehors de tous mouvements de


demeurer en état de tension, de légère contraction permanente et involontaire: c’est le
tonus musculaire. Ce tonus musculaire dépend du système nerveux.

Thermique: tout muscle qui se contracte produit de la chaleur.


ARTICULATION STERNO-CLAVICULAIRE

C'est une articulation à 3° de liberté.

1.Centre des mouvements: Situé dans l'extrémité sternale de la clavicule.

2. Mouvements :
a- L'élévation - abaissement
L'amplitude des mouvements de l'extrémité acromiale est :
o pour l'élévation de : 10 cm ou 30°
o pour l'abaissement de : 3 cm ou 10°

Les muscles moteurs sont:


Les muscles élévateurs (A) : m. trapèze (faisceau supérieur)
m.sterno-cleido-mastoïdien

Les muscles abaisseurs (B) m. deltoïde (faisceau antérieur)


m. sub-clavier (sous-clavier) .

b- L'antépulsion - rétropulsion
L'amplitude des mouvements

o Pour l'antépulsion de : 10 cm
o Pour la rétropulsion de: 3 cm

Muscles moteurs sont:

Les muscles antépulseurs (A) : m. grand pectoral


m. deltoîde (faisceau antérieur)

Les muscles rétropulseurs (B) : m. trapèze (faisceau supérieur)


m. sterno-cleido-mastoïdien.
C- LA ROTATION : l'amplitude est limitée
D- LA CIRCUMBDUCTION
ARTICULATION ACROMIO-CLAVICULAIRE
Elle est le siège de mouvement de glissement de faible amplitude.

MOUVEMENT DE LA SCAPULA
La scapula participe à tous les mouvements de la ceinture du membre supérieur
et de l'épaule. La scapula se déplace comme une articulation à trois degré de liberté.
1- ABDUCTION-ADDUCTION
a- L'amplitude du mouvement : Elle est d'environ 45°, entre les positions
extrèmes de la scapula, soit un déplacement de 15 cm.
b- Les muscles moteurs:
o les muscles abducteurs sont: le m. dentelé antérieur et accessoirement les m.m.
grand et petit pectoraux.
o les muscles adducteurs sont: le m. trapèze (faisceau moyen)
le m. grand dorsal
les mm. grand et petit rhomboïdes

2- ELEVATION- ABAISSEMENT
a- Amplitude du mouvement : l’amplitude globale du déplacement est de 10 à 12
cm.
b- les muscles moteurs .
o Les muscles élévateurs sont : le m. trapèze (F. supérieur)
le m. élévateur de la scapula
le m. omohyoïdien
le m. petit rhomboïde .
o Les muscles abaisseurs sont : le m. trapèze (F. inférieur)
le m. dentelé antérieur
le m. grand dorsal
3- ROTATIONS :
a- Les mouvements et leurs amplitudes
o Au cours de la rotation latérale , l'angle inférieur de la scapula bascule
latéralement . L'amplitude est de 45°.
o Au cours de la rotation médiale , l'angle inférieur bascule médialement .
L'amplitude est de 20° .
b- Les muscles moteurs
o Les muscles rotateurs latéraux sont : m. dentelé antérieur (faisceau inférieur)
m. trapèze

o Les muscles rotateurs médiaux sont : m. petit pectoral


mm. grand et petit rhomboïdes
ARTICULATION SCAPULO-HUMERALE

A- CENTRE DE MOUVEMENT: Situé dans la tête humérale

B- FLEXION-EXTENSION

1- Amplitude des mouvements


a- La flexion: a une amplitude de 50°. Lorsque la scapula est libre, son glissement
porte le bras en avant jusqu'à 160) et l'inclinaison rachidienne l'amène à la verticale.

b- L'extension a une amplitude de 25°

2-Les muscles moteurs


a- Les muscles fléchisseurs :
Les muscles principaux sont : m. grand pectoral ( faisceau
claviculaire)
m. deltoïde (faisceau antérieur)
Le muscle accessoire est : m. coraco-brachial.

b- Les muscles extenseurs :


Les muscles principaux sont : m. grand dorsal
m. deltoïde (faisceau postérieur)

Les muscles accessoires sont : m. triceps brachial (chef long)


m. grand rond

C- ABDUCTION-ADDUCTION
1- Amplitude des mouvements
a- L’abduction : son amplitude est de 90°. Au delà de 90° interviennent surtout
les mouvements scapulaires jusqu’à 160°, puis l’inclinaison rachidienne jusqu’à 180°.

b- L’adduction : son amplitude est de 10°. Elle est limitée par la présence du
tronc. L’adduction associée à une légère flexion ou extension peut atteindre 30°

2-Les muscles moteurs


a- les muscles abducteurs sont: Le m. deltoïde, mobilisateur de l'articulation et
le m. supra-épineux stabilisateur.
L'abduction commence par la contraction du faisceau acromial du m. deltoïde et
surtout du m. supra-épineux qui entraîne une légère ascension de la tête humérale et qui
la fixe contre la glène. Puis il s’associe une contraction de l'ensemble du m. deltoïde.

b- Les muscles adducteurs:


Les mm; adducteurs principaux sont: m. grand dorsal
m. grand pectoral
m. grand rond

Les mm. adducteurs accessoires sont: m. petit rond


m. sub-scapulaire
m. coraco-brachial
le court chef du m. biceps brachial
le long chef du m. triceps brachial
D- ROTATION INTERNE ET EXTERNE

1-Amplitude des mouvements: La mesure s'effectue bras collé au corps, coude


fléchi à 90°, l'angle fait par l'avant bras avec le plan sagittal indique l'amplitude
articulaire.
- la rotation extrême est de 35°
- la rotation interne est de 95° ( la rotation interne extrême est obtenue en plaçant
l'avant bras derrière le dos.

2- Muscles moteurs
a- Les muscles rotateurs externes:
Les muscles principaux sont: le m. sous épineux
le m. petit rond

Le muscle accessoire est: le m. deltoïde (faisceau postérieur).

b- les muscles rotateurs internes


Le muscle principal est : le m. sous scapulaire.

Les muscles accessoires sont: le m. deltoïde (faisceau antérieur)


le m. grand pectoral
le m. grand dorsal
le m. grand rond
ARTICULATION DU COUDE
L'articulation du coude est une articulation à deux degré de liberté. Les
mouvements se produisent dans les articulations huméro-radiale et huméro-cubitale.
A- FLEXION-EXTENSION
1- Axe des mouvements: confondu avec l'axe de la trochlée, il est transversal,
oblique en bas et médialement.
2- Amplitude des mouvements:
a- La flexion: la flexion active est d'environ 140°;
la flexion passive est d'environ 160°.
b- L'extension: chez la femme et l'enfant, la laxité ligamentaire permet une légère
extension de 5 à 10°.
3- Muscles moteurs
a- Les muscles fléchisseurs:
o Les muscles fléchisseurs principaux sont: mm. brachial et biceps brachial
Le m. biceps brachial a une efficacité maximale pour une flexion proche de 90°
Le m. brachio-radial ( long supinateur) est essentiellement stabilisateur lorsque
l'avant bras est le segment mobile. Par contre, lorsque l'articulation du poignet est fixé,
sa composante de flexion est plus marquée.
o Les m. fléchisseurs accessoires sont: m. fléchisseur radial du carpe
m. rond pronateur
b- Les muscles extenseurs
o les muscles extenseurs principaux sont: m. triceps brachial
m. anconé
L'efficacité du muscle triceps brachial dépend de la position du coude. La
composante dynamique est maximale en légère flexion (30°), puis elle diminue au profil
de la composante stabilisatrice.
L'anconé intervient dans la régulation du mouvement et la stabilisation du coude.
o Les muscles extenseurs accessoires sont: m. long extenseur du carpe
m. court extenseur du carpe
mm. extenseurs communs des doigts
m. extenseur ulnaire du carpe.
Ils interviennent lorsque la main et le poignet sont fixés.

B- MOUVEMENTS DE LATERALITE
Réduits et passifs, ces mouvements s’observent surtout lorsque le coude est en
légère flexion. Ils sont limités par les ligaments latéraux.
ARTICULATIONS RADIO-CUBITALES

Les articulations radio-cubitales, solidaires entre elles, permettent des mouvements de


rotations : la pronation et la supination.

Amplitude des mouvements


Le coude est fixé en extension, l’amplitude totale est de 180° environ.
Le coude est fixé et fléchi à 90° , en position fonctionnelle 0, c’est à dire le pouce
vers le haut, l’amplitude pour la pronation 80° et pour la supination 85°
Le coude est libéré, l’association des articulations du poignet, de l’épaule et du
rachis réalise une chaine articulaire permettant une libération de la main et un
déplacement de près de 300°

Muscles moteurs
a- Les muscles supinateurs :
Les muscles principaux sont : m. supinateur
m. biceps brachial
le m supinateur intervient quelle que soit la position du coude.
Le m. biceps brachial a une efficacité plus grande lorsque le coude est fléchi ,
avec la main en pronation .
Le muscle supinateur accessoire est : le m. long supinateur lorsque la main
est en pronation extrême .

b- Muscles pronateurs :

Les muscles principaux sont : m. rond


m. carré pronateur .

Les muscles accessoires sont : m. fléchisseur radial du carpe


m. anconé .
MUSCLES DE LA REGION ANTERO-LATERALE DU THORAX

La musculature de la paroi antéro-latérale de la cage thoracique peut être


divisée , selon les considérations topographiques , en trois plans musculaires .
-un plan superficiel , situé en dehors du cadre squelettique .
-un plan moyen , celui des muscles qui occupent les espaces intercostaux .
-un plan profond , situé en dedans de la paroi osseuse du thorax .

PLAN SUPERFICIEL

Le plan comporte : le grand pectoral, le petit pectoral, le sous clavier et le


grand dentelé.

o Le grand pectoral est un muscle large , mince en dedans , épais en dehors et situé
à la partie supérieure et antérieure du thorax . Il s’étend du thorax à l’humérus
et recouvre les muscles petit pectoral et sous-clavier .
Le grand pectoral se compose de trois portions : claviculaire , sterno-chondrale
et abdominale .

Origine :
¾ De la portion claviculaire : moitié interne de la face antérieure de la clavicule .
¾ De la portion sterno-chondrale : face antérieure du manubrium , de la diaphyse
du sternum et cartilages costaux des 2è - 6è côtes.
¾ De la portion abdominale : feuillet antérieure de la gaine du muscle grand droit.

Terminaison :
¾ Lèvre extrême de la coulisse bicipital de l’humérus ,où ses fibres s’entrecroisent
de telle sorte que c’est la portion abdominale qui se fixe le plus haut en formant
une gouttière de torsion ouverte vers le haut .

o Le muscle petit pectoral :


Origine : 2è - 6è côtes
Terminaison : apophyse coracoïde .
Action :abaisse l’omoplate .

o Le muscle sous clavier :

O : union du cartilage et du segment osseux de la 8éme côtes .


T : partie externe de la face inférieure de la clavicule .
Action : attire la clavicule vers le sternum et maintient ainsi l’articulation sterno-costo-
claviculaire .

Le muscle grand dentelé.

O : généralement par des digitations sur les 10 premières côtes .

T : partie externe de la face supérieure à la pointe de l’ omoplate , tout le long de son


bord interne .
Action : attire l’omoplate en avant : antépulsion du bras .
Quand la ceinture scapulaire est immobilisé , le muscle peut participer à l’élévation des
côtes et agir comme un muscle auxiliaire de la respiration .

Muscles de la paroi Abdominale


Muscles superficiels de l’abdomen.
Groupe latérale : Muscle grand oblique de l’abdomen
Muscle petit oblique de l’abdomen
Muscle transverse de l’abdomen
Groupe médiale : muscles carrés des lombes
Muscles psoas .

Groupe latérale :
Muscle grand oblique : O :Face externe 5-12 côtes (8digitations)
Direction oblique de haut en bras et
d’arrière
T:
ARTICULATION COXO-FEMORALE
L’articulation Coxo-Fémorale est une articulation à 3 degrés de liberté.
1. LE CENTRE DU MOUVEMENT .
Confondu avec le centre de la tête fémorale
2. FLEXION-EXTENSION.
a- Amplitude des mouvements.
-La flexion . Elle mesure : 120° si la jambe est fléchie (mm. Ischio - jambiers
détendus) et 90° si la jambe et en extension.
-L’extension. Elle mesure 15° si la jambe et en extension, moins lorsqu’elle est
fléchie.
b- Muscles moteurs.
¾ Les muscles fléchisseurs :
• Les m.m fléchisseurs principaux sont : le m- ilio-psors et le m. tenseur
du fascia -lata
• Les m.m fléchisseurs accessoires sont : m. droit fémorale, les m.m
adducteurs et le m. sartorius (couturier).
¾ Les muscles extenseurs sont : les m.m. grand fessier, biceps fémorale,
semi-membraneux et semi-tendineux.
3- ABDUCTION- ADDUCTION
a- Amplitude des mouvements.
ƒ L’abduction. Elle est de 45° en moyenne ; lorsque la cuisse est fléchie ou le
bassin incliné, elle peut alors atteindre 90° .
ƒ L’abduction. L’abduction vraie est de 20° ; elle est limitée par le contact des deux
cuisses. Associée à une flexion, tel le croisement des cuisses, elle peut atteindre
30° environ.
b- Muscles moteurs.
¾ Les muscles abducteurs :
• Les m.m abducteurs principaux sont : les m.m moyen et petit fessiers.
• Les m.m abducteurs accessoires sont : les m.m tenseur du fascia -lata,
grand fessier et piriforme.
¾ Les muscles adducteurs sont : le m. pectiné, les m.m long, petit et
grand adducteurs.
ARTICULATION DU GENOU

C’est une articulation à un degré de liberté principalement, et à deux degrés de liberté


accessoirement.
1- FLEXION – EXTENSION.
a) Axe des mouvements
En pratique, on retient un seul axe de rotation.
b) L’amplitude des mouvements.
- La flexion passive (sujet assis sur les talons) est d’environ 150°
- La flexion active est de :
• 140° si la hanche est fléchie, ce qui accroît l’efficacité des mm. Ichio -
jambiers.
• De 120° si la hanche est en extension.
-L’extension. Elle est essentiellement passive et d’amplitude minime, de 0 à 5°
chez l’adulte.
¾ Les muscles fléchisseurs :
• Principaux : biceps fémoral, semi-tendineux, semi-membraneux et droit
interne.
• Accessoires : couturier, poplité, plantaire grêle
¾ Les muscles extenseurs :
• Le muscle extenseur principal est le m. quadriceps fémoral.
• Les extenseurs accessoires sont : m. tenseur du fascia- lata et bandelette
ilio- tibiale.
Mouvements du tronc
Flexion : muscles sollicités

Grand droit Petit oblique Grand oblique

Extension : muscles sollicités


Muscles para vertébraux

Inclinaison latérale du tronc :


Grand oblique et le petit oblique homolatéraux qui agissent ainsi que le muscle carré
des lombes.
Rotation du tronc :
Petit oblique homolatéral et grand oblique controlatéral.
La colonne vertébrale :
une charpente indispensable
Composée de vertèbres séparées, semi-séparées ou soudées, la colonne vertébrale
comporte de nombreuses articulations permettant le soutien et la mobilité du crâne, la
flexion du cou et du dos ; elle présente des points d'attache pour les côtes (qui
entourent la cavité abdominale) et elle soutient et protège la moelle épinière.

La colonne vertébrale est formée de sept vertèbres cervicales formant le cou, de douze
vertèbres dorsales formant le haut du dos, et de cinq vertèbres lombaires formant le
bas du dos. Le sacrum fait également partie de la colonne vertébrale. Il se compose de
cinq vertèbres soudées les unes aux autres qui relient la colonne vertébrale à la
ceinture pelvienne et au coccyx. Le coccyx est formé d'au moins quatre vertèbres semi
mobiles qui contribuent à la protection de la partie inférieure du tube digestif.

Entre chaque vertèbre se trouve un disque intervertébral fait de cartilage qui absorbe
les chocs et protège la colonne vertébrale des traumatismes. Les vertèbres sont reliées
les unes aux autres par une série de ligaments, comprenant les ligaments inter-
transversaires qui s'étendent sur toute la longueur de la colonne vertébrale et qui sont
fixés aux apophyses transverses de chaque vertèbre.

La moelle épinière qui représente la voie nerveuse principale, afférente et efférente au


cerveau, descend le long d'un canal situé au centre de la colonne vertébrale.
La hernie discale

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un anneau
fibreux, contenant un gel : le Nucléus Pulposus.

L'ensemble sert d'amortisseur. En effet, les liquides ou les gels comprimés ont la
propriété de répartir dans toutes les directions les forces qui s'exercent sur eux, de ce
fait, les pressions répercutées sur l'étage inférieur sont moindres. L'anneau fibreux
subit donc des contraintes exercées par le Nucléus Pulposus ; contraintes résultant des
forces transmises par l'étage supérieur.

Lors d'un traumatisme aigu, ou des traumatismes de faible importance mais répétés ou
à cause d'un tissu conjonctif de mauvaise qualité, l'anneau fibreux peut se fissurer et
créer une lésion du disque en général aigue et très douloureuse. Dès que les pressions
sont suffisantes, le gel constituant le Nucléus peut sortir du disque par cette fissure :
c'est ce qu'on appelle la Hernie Discale.

• formation d’une fissure d’où le noyau s’échappe ; lorsque ce dernier


arrive en périphérie, il compresse les nerfs et déclenche les douleurs

Cette Hernie Discale peut se produire dans n'importe quelle partie du disque.

Elle n'a toutefois de conséquences cliniques que si elle se produit vers l'arrière en
direction soit des racines nerveuses, soit de la moelle épinière.
En général, la fissuration du disque se traduit par lumbago anormalement douloureux .

La Hernie Discale se traduit par des signes de compression sur les structures nerveuses
voisines (sciatique, cruralgie, syndrome de la queue de cheval, névralgie cervico-
brachiale).