Vous êtes sur la page 1sur 85

ET U D E D E

FAISABILITE POUR LA
VALORISATION DES
BOUES LIQUIDES DE
STATIONS
D'EPURATION
Décembre 2011

Avec le soutien
financier de

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 1


Conseil Général de la Dordogne - Septembre 2011
Table des matières
Table des matières ......................................................................................................................... 3
Table des illustrations ..................................................................................................................... 5
PRÉAMBULE.................................................................................................................................. 7
PREMIÈRE PARTIE ....................................................................................................................... 9
11.. Objet de l’étude...................................................................................................................... 11
11..11.. Réalisation de l’étude .................................................................................................... 11
11..22.. Objectif de l’étude.......................................................................................................... 11
11..33.. Périmètre concerné ....................................................................................................... 13
22.. Généralités ............................................................................................................................ 15
22..11.. Présentation du département de la Dordogne ............................................................... 15
22..22.. Les boues liquides de station d'épuration ...................................................................... 15
2.2.1. Les boues de station d'épuration : un déchet ......................................................... 15
2.2.2. Les boues liquides ................................................................................................. 16
22..33.. Le traitement des boues de station d'épuration.............................................................. 16
2.3.1. Les techniques de traitement ................................................................................. 16
2.3.2. Les orientations nationales .................................................................................... 17
2.3.3. Les orientations départementales .......................................................................... 17
33.. Synthèse réglementaire relative au traitement des boues ...................................................... 18
33..11.. LEMA 2006.................................................................................................................... 18
3.1.1. Le Fonds de garantie ............................................................................................. 18
3.1.2. Les autres obligations réglementaires.................................................................... 18
33..22.. Valorisation agricole des boues d’épuration................................................................... 19
3.2.1. Le cadre juridique de l’épandage ........................................................................... 19
3.2.2. Prescriptions techniques applicables à l’épandage des boues............................... 19
33..33.. Le compostage des boues............................................................................................. 19
3.3.1. Les installations de compostage des boues........................................................... 19
3.3.2. Le compost de boues............................................................................................. 20
44.. Hypothèses générales ........................................................................................................... 21
44..11.. Volume de boues liquides.............................................................................................. 21
44..22.. Filières de valorisation des boues liquides..................................................................... 21
44..33.. Technique de déshydratation des boues liquides .......................................................... 22
4.3.1. Les lits de séchage plantés de roseaux ................................................................. 22
4.3.2. La déshydratation mécanique ................................................................................ 24
Synthèse des différents types de déshydratation mécanique........................................................ 26
44..44.. Unités de déshydratation mobiles.................................................................................. 27
44..55.. Plate-forme locale de compostage ................................................................................ 28
44..66.. Données financières générales ..................................................................................... 29

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 3


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
DEUXIÈME PARTIE ..................................................................................................................... 31
55.. Secteur du Sarladais.............................................................................................................. 33
55..11.. Présentation du secteur................................................................................................. 33
55..22.. Présentation des scénarii .............................................................................................. 33
5.2.1. Scénario 1 : équipement de huit stations d’épuration de lits de séchage plantés de
roseaux 34
5.2.2. Scénario 2 : utilisation d’une unité de déshydratation mobile commune................. 34
55..33.. Récapitulatif et conclusion ............................................................................................. 35
66.. Secteur du Buissonnais ......................................................................................................... 37
66..11.. Présentation du secteur................................................................................................. 37
66..22.. Présentation des scénarii .............................................................................................. 37
6.2.1. Scénario 1 : équipement de huit stations d'épuration de lits de séchage plantés de
roseaux .............................................................................................................................. 37
6.2.2. Scénario 2 : déshydratation et compostage des boues liquides sur une plate forme
de compostage ...................................................................................................................... 38
6.2.3. Scénario 3 : déshydratation des boues liquides par une unité mobile et compostage
sur plate-forme de compostage.............................................................................................. 38
66..33.. Récapitulatif et conclusion ............................................................................................. 39
77.. Secteur du Bergeracois ......................................................................................................... 41
77..11.. Présentation du secteur................................................................................................. 41
77..22.. Etude de faisabilité réalisée par la commune de Bergerac ............................................ 41
77..33.. Conclusion..................................................................................................................... 41
88.. Secteur de l’Ouest de la Vallée de l’Isle ................................................................................. 43
88..11.. Présentation du Secteur ................................................................................................ 43
88..22.. Présentation des scénarii .............................................................................................. 43
8.2.1. Scénario 1 : équipement de quatre stations d’épuration de lits de séchage plantés
de roseaux............................................................................................................................. 43
8.2.2. Scénario 2 : déshydratation et compostage des boues liquides sur une plate forme
de compostage ...................................................................................................................... 44
8.2.3. Scénario 3 : déshydratation des boues liquides par une unité mobile et compostage
sur plate-forme de compostage.............................................................................................. 44
88..33.. Récapitulatif et conclusion ............................................................................................. 45
99.. Secteur du Périgord Central................................................................................................... 47
99..11.. Présentation du secteur................................................................................................. 47
99..22.. Etude de faisabilité réalisée par la CAP......................................................................... 47
99..33.. Conclusion..................................................................................................................... 47
1100.. Schéma directeur départemental....................................................................................... 51
ANNEXES..................................................................................................................................... 53

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 4


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Table des illustrations
Figure 1 : Les cinq secteurs de l'étude.......................................................................................... 12
Figure 2 - Les stations d'épuration en Dordogne (2011)................................................................ 14
Figure 3 – Compost de boues et de déchets verts ........................................................................ 20
Figure 4 - Lits de séchage plantés de roseaux.............................................................................. 22
Figure 5 - Dimensionnement des Lits de séchage plantés de roseaux.......................................... 23
Figure 6 : Filtre à bandes .............................................................................................................. 24
Figure 7 : Centrifugeuse................................................................................................................ 24
Figure 8 : Filtre presse .................................................................................................................. 25
Figure 9 : Presse à vis .................................................................................................................. 25
Figure 10 - Unité mobile de déshydratation................................................................................... 27
Figure 11 - Muret technique .......................................................................................................... 27
Figure 12 - Aire de stockage des boues déshydratées.................................................................. 27
Figure 13 - Unité de compostage des boues de Ribérac............................................................... 28
Figure 14 - Casier de compost, aération, filtre à tourbe et godet malaxeur.................................... 29
Figure 15 : Secteur du Sarladais................................................................................................... 32
Figure 16 - Secteur du Buissonnais .............................................................................................. 36
Figure 17 - Secteur du Bergeracois .............................................................................................. 40
Figure 18 : Secteur de l'Ouest de la Vallée de l'Isle ...................................................................... 42
Figure 19 : Secteur du Périgord Central........................................................................................ 46

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 5


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
PRÉAMBULE

Le Plan Départemental d'Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA), adopté en


2007, confirme la pratique actuelle de valorisation agronomique par épandage.
En effet, le caractère rural du département induit une production de boues de bonne qualité mais
en quantités diffuses. Il est alors logique de privilégier le retour au sol (agricole ou non agricole)
des boues, et d'inciter les collectivités compétentes à se donner tous les moyens nécessaires pour
pérenniser cette filière en la rendant irréprochable.
D’autre part, le Conseil général est sollicité pour participer au financement de création ou de
modernisation de filière de traitement des boues de station d'épuration mais il ne dispose que de
très peu d’élément pour juger de l’opportunité des projets proposés par les collectivités et par
conséquent du niveau d’aide à apporter.
Afin de se doter d’un outil d’aide à la décision et de satisfaire les objectifs du PDEDMA pour la
pérennisation de la valorisation agricole, le Département a décidé de mener une étude de
faisabilité pour la valorisation des boues liquides de stations d'épuration.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 7


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
PREMIÈRE
PARTIE
11.. Objet de l’étude
11..11.. Réalisation de l’étude
L'étude a été réalisée par le service de l'Eau du Conseil général avec le soutien financier de
L'Agence de l'Eau Adour-Garonne à hauteur de 75 %.
Elle se décompose en trois parties :
• Partie 1 : généralités, rappels juridiques, hypothèses de travail
• Partie 2 : présentation des scénarii
• Partie 3 : orientations générales

11..22.. Objectif de l’étude


Un contexte départemental
Depuis une dizaine d’années, la majorité des nouvelles stations d'épuration sont de type Filtres
Plantés de Roseaux1 (FPR). Cette filière est adaptée aux petites capacités des collectivités
concernées (bourg de communes rurales, hameaux) et présente l’avantage de générer peu de
volume de boues. De plus, de part leur minéralisation, elles se présentent sous une forme
« tourbeuse » et stable, proche d’un compost, et peuvent donc facilement être épandues.
Cependant aujourd'hui encore, plusieurs stations d'épuration plus anciennes ou de capacité plus
importante, produisent et proposent à l'épandage des boues sous forme liquides avec les
inconvénients suivants :
• des nuisances olfactives,
• des contraintes d'exploitation, notamment en terme de stockage,
• et de coût qui ne cesse d'augmenter, principalement à cause de leur transport.
La valorisation agronomique des boues liquides est par conséquent de plus en plus difficile face
aux réticences de la profession agricole, mais aussi du point de vue des collectivités et des
exploitants pour les raisons évoquées précédemment.
Si la plupart des créations ou réhabilitations des filières de traitement des boues permettent de
remédier en partie à ces inconvénients en proposant des boues pâteuses avec une siccité de
l'ordre de 15 à 20 %, grâce à des systèmes de déshydratation mécanique (filtre à bandes,
centrifugeuse, …), la valeur agronomique de ces boues reste faible comparativement à un
compost.
C’est pourquoi le PDEDMA2 préconise le développement du compostage des boues afin de
proposer à l'épandage un produit plus stable, moins odorant et mieux accepté.
Il convient donc d'étudier comment il serait possible localement de composter avec des déchets
verts les boues liquides déshydratées. Néanmoins, cet objectif ne pourra pas être atteint partout
de part l’isolement géographique de certaines stations d'épuration en raison des coûts de
transport. Pour ces cas particulier, il faudra alors s’orienter vers des techniques alternatives de
type Lits de Séchages Plantés de Roseaux (LSPR)1, méthanisation, chaulage des boues, …

1
Afin de ne pas confondre la technique des Filtres Plantés de Roseaux (FPR) pour le traitement des eaux usées de celle utilisée pour
la déshydratation des boues, la dénomination « Lits de Séchage Plantés de Roseaux (LSPR)» désignera la filière de traitement des
boues liquides de station d'épuration.
2
Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA)

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 11


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Figure 1 : Les cinq secteurs de l'étude

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 12


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Des contextes locaux
Afin de résoudre le problème de gestion de leurs boues liquides, quelques collectivités se sont
engagées dans une réflexion de modernisation de leur filière de traitement des boues qui aboutit
généralement à proposer une solution de type lits de séchage plantés de roseaux.
Seulement leur réflexion est individuelle et elle écarte de fait les solutions qui consisteraient à
mutualiser des équipements et générer alors des économies d'échelle, pour ces collectivités et
donc les usagers du service public d’assainissement, ainsi que pour leurs partenaires financiers
dont le Conseil général fait partie.

Des réflexions locales


L’étude portera donc sur plusieurs secteurs du département où la densité de stations d'épuration
produisant des boues liquides dans un périmètre restreint (de l’ordre de 20 km) est a priori
suffisante pour envisager des scénarii de traitement collectif.
Ces réflexions locales fourniront des éléments de comparaison objectifs entre des solutions
collectives et des solutions individuelles.
Le Département disposera ainsi d’un outil d’aide à la décision qui lui permettra d’affiner sa politique
d’aide vis-à-vis de ce type d’équipement. Les collectivités concernées pourront, quand à elle,
s’appuyer sur ces résultats pour établir leur projet.

11..33.. Périmètre concerné


A partir du recensement des stations d'épuration existantes, cinq secteurs géographiques ont été
identifiés :
• Le secteur du Sarladais, dans un rayon d'environ 15 à 20 km autour de l'unité de
compostage du SMD33 gérée par le SMCTOM4 du Périgord Noir situé à Marcillac Saint
Quentin, au lieu-dit « La Borne Cent Vingt » ;
• Le secteur du Buissonnais, dans un rayon de 20 km autour du centre-bourg de la commune
du Buisson de Cadouin ;
• Le secteur du Bergeracois, de Mouleydier à l’Est au SIDE5 de La Force – Prigonrieux à
l’Ouest, y compris les communes excentrées d’Eymet et de Saint Antoine de Breuilh ;
• Le secteur du Périgord central, incluant les communes de Brantôme, Bourdeilles, Saint
Astier et la CAP6 ;
• Le secteur ouest de la vallée de l'Isle, incluant les communes le long de l’Isle entre Neuvic-
sur-l’Isle et Moulin Neuf, avec notamment Montpon-Ménestérol et le SICTEU7 de Mussidan.

3
Syndicat Mixte Départemental des Déchets de la Dordogne (SMD3)
4
Syndicat Mixte de Collecte et de Transport des Ordures Ménagères (SMCTOM)
5
Syndicat Intercommunal Des Eaux (SIDE)
6
Communauté d’Agglomération Périgourdine (CAP)
7
Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Eaux Usées (SICTEU)

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 13


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Figure 2 - Les stations d'épuration en Dordogne (2011)

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 14


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
22.. Généralités
22..11.. Présentation du département de la Dordogne
Le département de la Dordogne (chef-lieu Périgueux), d'une superficie de 9.184 km², comprend
557 communes réparties sur 50 cantons et 4 arrondissements (Bergerac, Nontron, Périgueux et
Sarlat-la-Canéda). Il compte près de 417.011 habitants (recensement INSEE 2011), soit une
densité faible de 45 habitants au km², ce qui en fait un département rural.
La croissance démographique apparaît relativement faible : + 0,17 %/an entre 1975 et 1999
(recensements INSEE) avec un net accroissement depuis 1999 avec + 0,60 % de croissance
annuelle.
Le département est essentiellement composé de communes rurales faiblement peuplées, puisque
84 % d'entre elles ont une population inférieure à 1.000 habitants et 25 % inférieure à 200
habitants.
La Dordogne ne dénombre d'ailleurs que deux communes de plus de 10.000 habitants, Périgueux
et Bergerac, avec respectivement 31.046 et 28.760 habitants, soit 14 % de la population
départementale.
Avec les réalisations en cours, 275 communes du Département disposeront d’un service public
d’assainissement collectif fin 2011 et d’après les zonages communaux d’assainissement,
environ 180 d’entre elles resteront entièrement en Assainissement Non Collectif (ANC). Un peu
plus de 100 communes doivent donc se doter d’un assainissement collectif à moyen terme.
Néanmoins il s’agit de petites capacités dont les unités de traitement seront quasi exclusivement
des filières de type FPR ou filtre à sable qui ne génèreront pas ou très peu de boues liquides.
La production de boues liquides provient alors uniquement du parc de stations d'épuration
existantes et principalement les plus grosses. En effet aujourd’hui, comme l’indique la carte ci-
contre, les stations d'épuration dites "extensives" représentent presque 70% du parc, avec plus de
40% de FPR.

22..22.. Les boues liquides de station d'épuration

2.2.1. Les boues de station d'épuration : un déchet


Les boues de station d'épuration sont des sous-produits issus du traitement des eaux usées, au
même titre que les refus de dégrillage, les sables et les graisses.
Si les éléments grossiers, les sables et les graisses constituent des déchets « classiques » qui
peuvent être éliminés par des filières traditionnelles (incinération ou mise en décharge)8, en
revanche la gestion des boues est pour l’exploitant un véritable enjeu :
 d’une part parce qu’elles sont produites en quantités beaucoup plus importantes que les
autres sous-produits ;
 d’autre part parce que les boues possèdent une valeur fertilisante et peuvent être utilisées
en agriculture.
Malgré leur valeur fertilisante, les boues ont un caractère de déchets9 (C. envir., art. R. 211-27) et
le producteur est responsable de leur élimination, dans des conditions permettant d’éviter toute
atteinte à la santé de l’homme ou de l’environnement (C. envir., art. L. 541-2).

8
Nota Bene : la récupération et la valorisation des sables et des graisses tend cependant à se développer afin de limiter le recours plus
habituel de la mise en décharge, voire du traitement physico-chimique coûteux pour les graisses
9
déchets assimilés dans le PDEDMA

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 15


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
2.2.2. Les boues liquides
Les boues liquides sont essentiellement composées des bactéries utilisées pour l’assainissement
et de matière organique minéralisée. En effet une station d'épuration se comporte comme un
réacteur biologique où sont « cultivées » des bactéries capables de dégrader la pollution. Lorsque
ces bactéries arrivent en fin de vie, elles se retrouvent au fond des ouvrages et doivent être
extraites régulièrement pour maintenir l’activité biologique à un bon niveau.
Initialement les boues liquides de stations d'épuration sont donc essentiellement constituées d’eau
(environ 99%), de matière organique très fermentescible et de matière minérale dissoute ou
insoluble. Ces deux dernières constituent le pouvoir polluant de la boue. Les quantités de boue
sont donc exprimées en « Matière Sèche » pour s’affranchir de la quantité d’eau contenue dans la
boue.
La boue est aussi définie par sa siccité. La siccité est le pourcentage massique de matière sèche
contenue dans la boue. Ainsi une boue à 10% de siccité contient 90% d’eau.

22..33.. Le traitement des boues de station d'épuration

2.3.1. Les techniques de traitement


Il existe cinq principaux modes d’élimination ou de valorisation des boues :
 L’incinération qui consiste à injecter les boues en pulvérisation dans un incinérateur en
vue de les brûler. Il s’agit là d’une filière d’élimination du déchet. Pour être assimilé à de la
valorisation, cela implique de récupérer l’énergie produite, néanmoins ce procédé peut
être à l’origine de désagréments tel que le dégagement de nombreux polluants
atmosphériques.
 L’enfouissement des boues dans un centre de stockage des déchets ultimes (CSDU).
Toutefois, les boues doivent avoir une siccité minimale de 30% et il est interdit de
procéder à un mélange dans le but de satisfaire ce critère d’admission. Il s’agit également
d’une filière d’élimination.
 La méthanisation par dégradation biologique en condition anaérobique des matières
organiques qui produit du gaz carbonique et du méthane. Le méthane peut être valorisé
par cogénération pour produire de l’électricité et de la chaleur. Les déchets issus de la
digestion sont appelés digestats et peuvent être épandus dans le cadre d’un plan
d’épandage agricole. Cette technique permet en outre de traiter de nombreux types de
déchets organiques différents simultanément.
 L’épandage des boues sur des terres agricoles à condition qu’elles présentent un intérêt
agronomique. Ce mode de valorisation est, soumis à la règlementation sur l’épandage
agricole des boues d’épuration (décret du 8 décembre 1997 et arrêté du 8 janvier 1998).
Cependant les agriculteurs sont de moins en moins enclins à épandre des boues sous
forme liquide pour les raisons suivantes : coût important de transport à cause de la haute
teneur en eau, nuisances olfactives, contraintes réglementaires au niveau du stockage et
des conditions d’épandage et de la forte hétérogénéité du sous-produit. Par contre,
l’épandage direct de boues issues de FPR ou de lits de séchage plantés de roseaux ne
présente pas d’inconvénient.
 Le compostage des boues avec un support carboné, qui est généralement du broyat de
déchets verts. Ce procédé permet d’hygiéniser le produit et de faciliter son stockage et
son épandage. Cependant le compostage suppose la création de plateformes de taille
suffisante pour être économiquement rentable ainsi qu’un débouché pour une valorisation
agricole du compost produit.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 16


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
2.3.2. Les orientations nationales
Pour le Ministère de l’Ecologie, l’épandage agricole constitue la « voie préférentielle » d’élimination
des boues issues des stations d'épuration urbaines car cette solution « présente un double intérêt,
environnemental et économique » (Circ. DE/SDPGE/BLP n°9 du 18 /05/05) .
Pour autant, l’épandage des boues suscite encore des craintes au sein des professions agricoles
ou agro-alimentaires et des consommateurs. La création récente du Fonds de garantie des risques
liés à l’épandage agricole des boues d’épuration urbaines (C. assur., art. L. 425-1) doit permettre
de rassurer les acteurs de l’épandage et permettre aux collectivités de pérenniser cette filière de
valorisation.
Le recours à l’incinération se justifie seulement pour les grosses agglomérations quand les
distances de transport la rendent écologiquement supérieure à la valorisation agricole (Rép. Min.
n° 27117 ) ou lorsque la teneur en éléments ou composés-traces dans les boues interdit leur
épandage.
La mise en décharge (enfouissement) des boues d’épuration est, depuis le 1er juillet 2002,
fortement remise en cause car seuls les déchets ultimes peuvent être admis (C. envir., art. L. 541-
24, al. 2) or les boues ne constituent pas un déchet ultime puisqu’elles contiennent une part
valorisable notamment en agriculture (C. envir., art. L. 541-1, III). Cela répond également à la
volonté générale de réduire drastiquement l’enfouissement de déchets biodégradables.

2.3.3. Les orientations départementales


Dans le cas particulier du département de la Dordogne, le Conseil général a fait le choix dans son
PDEDMA de privilégier uniquement les filières de valorisation et principalement celle de la
valorisation agricole.
Le recours à la valorisation des déchets organiques écarte de fait les techniques d’incinération10 et
d’enfouissement qui ne doivent alors qu’être strictement réservé à l’élimination d’un éventuel lot
non conforme.
Le PDEDMA encourage par contre à développer le co-compostage des boues liquides avec des
déchets verts qui permet ainsi de valoriser des déchets tout en apportant un intérêt agronomique.
Les extraits du PDEDMA qui traitent des boues sont joints en annexe 1.
D’autre part, le Conseil général en tant que partenaire financier et conseil invite les collectivités à
prendre en considération la filière de traitement des boues dans les projets de création,
d’extension ou de modernisation des stations d'épuration et d’en faire un critère important dans le
choix des solutions.

10
Les incinérateurs les plus proches sont ceux de Brive (Corrèze), Limoges (Haute-Vienne) et de Bègles (Gironde)

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 17


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
33.. Synthèse réglementaire relative au traitement des boues
Certaines parties de la réglementation sont déjà abordées dans le chapitre précédent
« 2 - Généralités ».
La synthèse ci-dessous, qui n’est pas exhaustive, complète donc l’approche réglementaire et
s’accorde à présenter les points essentiels au contexte de cette étude.
Les textes ou extraits de textes réglementaires cités dans le rapport sont disponible sur le site de
Legifrance (http://www.legifrance.gouv.fr/).

33..11.. LEMA 2006

3.1.1. Le Fonds de garantie


L’avancé réglementaire majeure de la Loi sur l’Eau et le Milieu Aquatique (LEMA) de 2006 se
trouve dans la création d’un « Fonds de garantie des risques liés à l'épandage agricole des boues
d'épuration urbaines ou industrielles est chargé d'indemniser les préjudices subis par les
exploitants agricoles et les propriétaires des terres agricoles et forestières dans les cas où ces
terres, ayant reçu des épandages de boues d'épuration urbaines ou industrielles, deviendraient
totalement ou partiellement impropres à la culture … ».
L’article 45 de la LEMA est transposé dans le Code Général des Impôts aux Art. 1647 et 302 bis
ZF ainsi que dans l’Art. L 425-1 du Code Général des Assurance.
Le Fonds de garantie est abondé par une taxe annuelle due par les producteurs de boues, qui en
constitue la principale ressource.
L’indemnisation d’un dommage causé par l’épandage agricole de boues d’épuration nécessite la
constitution d’un dossier de demande d’indemnisation déposé auprès du Préfet. La demande est
ensuite instruite par le Ministère chargé de l’environnement avec l’appui d’une commission
nationale d’expertise et l’évaluation par le Préfet du préjudice subi. Un arrêté conjoint des ministres
en charge de l’environnement et de l’économie détermine le montant de l’indemnité prélevée sur le
Fonds de garantie.

3.1.2. Les autres obligations réglementaires


Les principales autres obligations réglementaires concernant les boues sont précisées dans
l’Arrêté du 22 juin 200711 par :
 L’Art. 11 qui spécifie que « Les boues issues de l'épuration sont valorisées conformément
aux dispositions du décret n° 97-1133 du 8 décembre 1997 (aujourd’hui abrogé car codifié
dans le code de l’env.), ou éliminées conformément à la réglementation en vigueur. Les
produits de curage, les graisses, sables et refus de dégrillage, sont traités et éliminés
conformément à la réglementation en vigueur » ;
 L’Art. 2 pour le dossier de déclaration ou d’autorisation du système d’assainissement ;
 L’Art. 6 au sujet des boues d’eaux usées non domestiques ;
 Les Art. 17-V, 19-I, 19-II et 21 par rapport à la surveillance des ouvrages d’épuration et par
conséquent la production de boues.

11
Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations d’assainissement ainsi
qu’à la surveillance de leur fonctionnement et de leur efficacité, et aux dispositifs d’assainissement non collectif recevant une charge
brute de pollution organique supérieure à 1,2 kg/j de DBO5

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 18


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
33..22.. Valorisation agricole des boues d’épuration
Comme indiqué auparavant, la valorisation agricole des boues constitue la filière préférentielle
pour l’élimination de ce déchet. Voici les éléments majeurs de la réglementation qui s’impose à
cette filière de traitement.

3.2.1. Le cadre juridique de l’épandage


Les boues issues du traitement des eaux usées sont susceptibles de contenir en quantités
importantes divers polluants, des micro-organismes pathogènes et des métaux lourds (Circ.
n°97/655) .
Leur utilisation en agriculture est par conséquent strictement encadrée dans le but de prévenir tout
risque pour la santé humaine et l’environnement. A ce titre, l’épandage en agriculture des boues
est soumis :
 à un contrôle administratif effectué sur la base du plan d’épandage (dossier soumis à
déclaration ou autorisation selon la quantité de MS12 (C. envir., art. R. 214-1) ;
 à une réglementation spécifique organisant l’épandage et fixant les prescriptions
techniques à respecter.

3.2.2. Prescriptions techniques applicables à l’épandage des boues


Le producteur de boues doit se conformer aux prescriptions techniques définies par le Code de
l’Environnement (C. envir., art. R. 211-25 à R. 211-47) et l’Arrêté du 8 janvier 1998. Les modalités
d’application sont précisées par deux circulaires (Circ. n°357 du 16/03/99 et Circ. DE/SDPGE/BLP
n°9 du 18 /05/05) .
Ces dispositions imposent aux producteurs de boues de mettre en place une programmation
prévisionnelle des épandages ainsi qu’une autosurveillance de la qualité des boues épandues et
des caractéristiques des sols.
Les principales prescriptions techniques consistent à :
 l’interdiction de tout mélange de boues provenant de stations d'épuration distinctes, sauf
autorisation préfectorale ;
 l’obligation de traitement des boues, avant l’épandage, afin de réduire leur pouvoir
fermentescible et les risques sanitaires liés à leur utilisation ;
 l’interdiction de l’épandage durant certaines périodes de l’année ;
 l’interdiction de l’épandage des boues dont la teneur en certains éléments ou composés-
traces dépassent des valeurs limites,
mais aussi à définir
 le contenu du plan d’épandage et le suivi de sa mise en œuvre ;
 les modalités de stockage et d’épandage, notamment les distances et les délais à
respecter.

33..33.. Le compostage des boues

3.3.1. Les installations de compostage des boues


Les plate-formes de co-compostage sont soumises à la règlementation relative aux Installations
Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) :

12
Matière Sèche (MS)

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 19


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
• rubrique 2170-1 (dossier de déclaration) si la production est comprise entre 1 et 10 t/j ;
• rubrique 2170-2 (dossier d’autorisation) si la production est supérieure ou égale à 10 t/j.

3.3.2. Le compost de boues


Il existe deux cas de figure pour le compost de boues :
 Le compost « classé » qui correspond alors à une réglementation dite « produit » et non plus
« déchet ». Ce compost doit donc obligatoirement satisfaire la norme NF U 44-095.
L’avantage de cette solution réside dans la possibilité de commercialiser le produit et donc
de se passer d’un plan d’épandage. Néanmoins cela demande une gestion, un suivi et une
prise de responsabilité qui génèrent des frais d’exploitation supplémentaires ;
 Le compost « déclassé », non normé, qui reste par conséquent classifié comme un déchet.
C’est la réglementation de l’épandage agricole des boues, présentée auparavant, qui
s’applique pour la valorisation agronomique de ce compost.

Figure 3 – Compost de boues et de déchets verts

Bien entendu, c’est le compost déclassé qui nous intéresse dans le cadre de cette étude puisque
l’objectif final est la valorisation agricole. L’opération de compostage ne représente ici qu’une
étape de « prétraitement ».
Cependant, à plus ou moins long terme, en fonction de l’évolution des exigences de la société, la
normalisation pourrait être le nouvel objectif pour la valorisation agronomique de nos boues.
L'option de la normalisation peut également permettre d'apporter une réponse à la valorisation
agricole sur des sols dont le ph est inférieur à 6. En effet, dans ce contexte, l'épandage des boues,
compostées ou non, est interdit (sauf boues chaulées pour 5 < ph < 6) comme l'impose la
réglementation sur ce déchet, mais le compost normé échappe à cette réglementation puisqu'il
entre dans la catégorie des amendements organiques.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 20


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
44.. Hypothèses générales
Pour les cinq secteurs étudiés, la réflexion s'appuie sur des hypothèses générales, qu'elles soient
techniques ou financières, afin d'élaborer et de comparer différents scénarii.

44..11.. Volume de boues liquides


Les quantités de boue produites par chaque secteur sont issues des fiches de synthèse réalisées
annuellement par le SATESE.
Elles ont été calculées avec les hypothèses suivantes :
 chiffre maximal entre la quantité de boue réellement extraite donnée par l’exploitant et la
quantité théorique de boues qui devrait être produite compte tenu de la charge reçue par la
station d'épuration (calculée lors du bilan du SATESE), ce qui permet de s’affranchir des
départs de boues,
 si la production théorique est supérieure à la production réelle avec un écart inférieur à 10 %
la moyenne entre ces deux valeurs a été prise,
 pour les stations situées en zone touristique et dont le bilan est réalisé en période estivale, et
donc surévalue la production de boue théorique, la production réelle a été prise.
Toutes les quantités de boues ont été prises à l’horizon 2015. Elles ont été calculées en prenant la
production de boues actuelle en fonction du nombre de branchements actuels et en rajoutant les
branchements prévus dans les schémas communaux d’assainissement.
De plus, pour les calculs de dimensionnement, il est considéré que la production moyenne d’un
Equivalent-Habitant est de 40 g de MS/jour, soit 14,6 kg de MS/an/EH.

44..22.. Filières de valorisation des boues liquides


En Dordogne, comme indiqué précédemment, l’incinération et l’enfouissement sont
inenvisageables car ces techniques vont à l’encontre des préconisations de valorisation du
PDEDMA.
Par ailleurs, la méthanisation présente une alternative à l'épandage direct mais pour des questions
de rentabilité, cela nécessite que l’unité accueille d’autres types de matières organiques. Cette
solution pourra être envisagée selon l’émergence des projets et notamment ceux potentiellement
portés par des structures agricoles (valorisation des lisiers).
L’épandage agricole direct des boues liquides est écarté à cause des fortes contraintes et de la
réticence des agriculteurs.
La pérennisation de la valorisation agricole des boues liquides nécessite donc une phase
intermédiaire de « prétraitement » adapté au contexte. Cela impose au minimum une
déshydratation pour réduire la teneur en eau afin de limiter le volume de boues transporté mais
aussi les besoins éventuels de stockage, ou bien de préparer le produit pour son compostage
(siccité comprise entre 12 et 20 %).
Pour cela plusieurs possibilités en fonction du contexte et de la solution de valorisation : soit une
déshydratation mécanique (centrifugeuse, filtre à bande, filtre à presse …), soit des lits de séchage
plantés de roseaux ou bien encore d’autres techniques comme le chaulage.
Certaines filières offrent l’avantage de stabiliser la matière organique en diminuant sa
fermentescibilité et réduisent, voire même suppriment, les mauvaises odeurs. Le compostage
permet quand à lui, selon la technique mise en œuvre, d’hygiéniser le produit en détruisant les
micro-organismes pathogènes.
Pour les besoins de notre étude, puisqu’il s’agit de comparer des solutions individuelles et
collectives et afin de limiter le nombre de scénarii, nous nous restreindrons à étudier :

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 21


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
 la filière des lits de séchage plantés de roseaux pour la solution individuelle car c’est elle
qui est aujourd’hui majoritairement retenue par les collectivités compte tenu de ses
avantages en terme de gestion ou d’économie d’énergie ;
 la filière compostage via au préalable une déshydratation mécanique fixe ou mobile pour la
solution collective, qui permet de disposer de boues stabilisées et hygiénisées sous une
forme appréciée par la profession agricole.

44..33.. Technique de déshydratation des boues liquides


Cette étude s’est intéressée aux principales techniques de déshydratation des boues et sont
détaillées ci-après.

4.3.1. Les lits de séchage plantés de roseaux


Les lits sont composés d’un massif filtrant à fond étanche constitué de différentes couches de
matériaux (galets, graves, gravillons et couche d’amendement organique) qui font office de filtre et
de support pour les roseaux. Des drains sont disposés dans la première couche de matériaux
(galets) pour récupérer les filtrats mais aussi pour servir de système d’aération du massif et
permettre l’activité biologique.
Le nombre de lit dépend de la capacité de l’unité et de la technique de réalisation (enterré ou hors
sol). Néanmoins, pour une bonne gestion de la filière (curage des boues), il faut au minimum 6 lits,
mais l’exploitation est plus facile et moins coûteuse avec 8 voire 10 lits. La hauteur utile des
bassins permet l'accumulation d’environ 1,50 m de boues.

Figure 4 - Lits de séchage plantés de roseaux

Les boues traitées sont transformées en un « terreau » bien minéralisé où les risques sanitaires
sont minimisés. La siccité est de 13% en moyenne mais la déshydratation peut être très
importante, jusqu'à 30% de matière sèches (en référence à des installations au Danemark). La
qualité dépend avant tout de la bonne exploitation des lits.
L’expérience acquise récemment à partir de l’exploitation des unités existantes révèle ainsi la
nécessité de respecter quelques principes :
 Une année de séchage (arrêt de l’alimentation) avant curage du lit ;
 Deux années d’alimentation à demi-charge après curage du lit pour une bonne reprise des
roseaux et éviter son colmatage.
 Une charge maximum d’alimentation des lits de 60 kg de MS / m² / an
Il est impératif de prendre en considération ces recommandations qui impactent le
dimensionnement des lits (voir figure 5).

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 22


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Alimentation à la charge nominale Curage du lit avec séchage préalable pendant 1 an (donc arrêt d'alimentation)

Alimentation à la charge maximum Alimentation à moitié de la charge maximale pour reprise des roseaux (1ère année)

Alimentation à moitié de la charge maximale pour reprise des roseaux (2ème année)

Solution à 8 lits de séchage plantés de roseaux Solution à 6 lits de séchage plantés de roseaux

Charge
d'alimentation
nominale
Maxi 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 45,0 kgMS/m²/an 40,0 kgMS/m²/an 40,0 kgMS/m²/an 40,0 kgMS/m²/an 40,0 kgMS/m²/an 40,0 kgMS/m²/an 40,0 kgMS/m²/an
Idéal 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 41,3 kgMS/m²/an 36,7 kgMS/m²/an 36,7 kgMS/m²/an 36,7 kgMS/m²/an 36,7 kgMS/m²/an 36,7 kgMS/m²/an 36,7 kgMS/m²/an
Mini 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 37,5 kgMS/m²/an 33,3 kgMS/m²/an 33,3 kgMS/m²/an 33,3 kgMS/m²/an 33,3 kgMS/m²/an 33,3 kgMS/m²/an 33,3 kgMS/m²/an

Charge
4ème année 5ème année
d'alimentation
d'exploitation d'exploitation
maximale
60,0 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an
55,0 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an
50,0 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an

30 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an
27,5 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an
25 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an

30 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an
27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an
25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an

60 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 30 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an 60 kgMS/m²/an
55 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 27,5 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an 55 kgMS/m²/an
50,0 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 0 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50,0 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 25 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an 50 kgMS/m²/an

Figure 5 - Dimensionnement des Lits de séchage plantés de roseaux

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 23


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
4.3.2. La déshydratation mécanique
Il existe plusieurs techniques de déshydratation mécanique des boues liquides pour lesquels les
principes de fonctionnement sont détaillés ci-après.
Selon la technique, il est possible d’atteindre des objectifs de siccité très différents mais aussi des
consommations énergétiques ou en polymère très variables. Une synthèse présente ces éléments
ainsi que les avantages et inconvénients pour chacune d’entre elles.

Filtre à bandes
Le principe du filtre à bandes consiste à faire passer un gâteau de boues, préalablement égoutté
gravitairement dans une zone de drainage, entre deux toiles filtrantes, la pression étant exercée
par serrage de ces deux toiles lors de leur passage sur un ou plusieurs rouleaux ou tambours, sur
lesquels elles s'enroulent plus ou moins.

Figure 6 : Filtre à bandes

Centrifugeuse
La séparation est effectuée dans un rotor cylindro-conique horizontal contenant une vis
convoyeuse qui tourne dans le même sens que le rotor mais à une vitesse légèrement supérieure.
La différence de vitesse est appelée vitesse relative. La boue à traiter, additionnée de polymères,
est introduite dans la machine. Sous l'action de la force centrifuge, les solides se déposent en
couche sur les parois (bol). La vitesse relative de la vis convoyeuse fait progresser le produit
décanté ou sédiment vers la sortie de la machine, alors que le liquide extrait des boues se collecte
au centre de la machine pour être évacué (centrat).

Figure 7 : Centrifugeuse

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 24


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Filtre presse
Constitués de plateaux recouverts de toiles filtrantes maintenus hermétiquement sous pression,
les matières en suspension sont retenues pour former des gâteaux tout en laissant passer les
liquides. Les cavités formées entre les plateaux à la fermeture du filtre retiennent les particules
solides au moyen de toiles filtrantes recouvrant la totalité de la surface des plateaux. Le liquide
filtré sort du filtre en continu grâce à un système d’évacuation au sein des plateaux. Les gâteaux
déshydratés formés dans les chambres tombent du filtre à l’ouverture des plateaux durant la phase
de décharge.

Figure 8 : Filtre presse

Presse à vis
Il s’agit d’une technique innovante et récente. Son fonctionnement s’appuie sur une vis à rotation
lente qui joue le double rôle de convoyage et de compactage des boues. Le tambour composé
d’anneaux fixes et d’anneaux mobiles, assure successivement les fonctions d’égouttage,
d’épaississement et d’essorage selon la pression exercée par un occulteur installé à son extrémité.
Dans sa rotation, la vis entraîne le glissement des anneaux mobiles entre les anneaux fixes qui
agit à la manière d’un racleur ramenant les boues vers l’intérieur du tambour.

Figure 9 : Presse à vis

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 25


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Synthèse des différents types de déshydratation mécanique
Consommation Consommation
Avantages Inconvénients Siccité (%)
énergétique de polymère

Fonctionnement continu Consommation élevée d’eau de lavage 40 kWh/t MS 3 à 7 kg/t MS 15 à 18


Simplicité et facilité d’exploitation Surveillance nécessaire 18 à 26 si HP
Filtre à bandes
Coût d’investissement modéré Réglage du taux de polymère
Fluage des boues
Fonctionnement continu Maintenance et entretien spécialisés 150 à 200 kW/t 9 à 11 kg/t MS 18 à 25
MS
Automatisation Conso électrique et polymère élevées
Centrifugeuse
Compacité Texture médiocre des boues
Faible conso eau de lavage Bon dessablage en amont
Siccité élevée Fonctionnement discontinu 30 à 40 kWh/t 5 à 9 kg/t MS 32 à 43
MS
Bonne texture des boues Surveillance
Filtre presse
Automatisation facile sauf débatissage Équipement lourd et peu compact
Temps de main d’œuvre
Faible consommation électrique et de Technique récente, peu de retour 10 kWh/t MS 5 à 7 kg/t MS 5 à 23
polymères d’expérience
2
Presse à vis Compacité (5 m )
Simplicité d’utilisation
Automatisation

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 26


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
44..44.. Unités de déshydratation mobiles
Pour certains secteurs, la réflexion à envisager un scénario proposant une déshydratation des
boues grâce à une unité mobile. Cette solution s’inspire de l’exemple actuellement en service à la
Régie d’Exploitation des Services d’Eaux (RESE) de la Charente Maritime.
Il s’agit d’un filtre à bandes monté sur
un camion dont les caractéristiques
sont les suivantes :
 Dimensions : 2,52 ×7,20 m
 PV : 9,94 tonnes
 PTAC : 13 tonnes
 PTRA : 16,5 tonnes
 Surface : 19,44 m²

Figure 10 - Unité mobile de déshydratation

Les unités mobiles de déshydratation de la RESE fonctionnent sur 6 à 8 stations de petites tailles
dans un rayon de 20 km. Cela suppose une organisation qui dépend de plusieurs facteurs :
 Capacité de stockage du silo mais aussi des boues traitées ;
 Importance de la production de boues selon le type de traitement qui nécessite un passage
plus ou moins fréquent (d’une visite mensuelle à biannuelle) ;
 Immobilisation du camion sur chaque station. A titre d’exemple, il faut environ 3 jours pour
traiter un silo de 100 m³.

Les stations d'épuration nécessitent cependant quelques aménagements :


 Silo de stockage des boues liquides extraites du clarificateur équipé d’un agitateur pour
avoir des boues homogènes et casser les poches d’eau.
 Une aire de stationnement pour le camion ;
 Un muret technique comprenant une arrivée d’eau potable (au minimum 5 m³ / h et 1,5 bar)
pour le mélange du polymère, une arrivée d’eau industrielle pour le nettoyage, un
branchement électrique (380 V) et une télégestion ;
 Une aire de stockage des boues déshydratées ou l’utilisation de bennes couvertes ;

Figure 11 - Muret technique Figure 12 - Aire de stockage des boues déshydratées

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 27


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Le fonctionnement du filtre à bandes est similaire à une installation fixe. Pour l’unité présentée en
démonstration :
1. Aspiration des boues liquides dans le silo à un débit de 5 m3 / h ;
2. Incorporation du floculant (Floerger, en moyenne 15 kg / t de MS, soit 2 l / h). Les
proportions varient selon les stations, la concentration de boues dans le silo, le type de
boues produites, la présence ou non de chlorure ferrique, etc. ;
3. Égouttage sur tapis sur environ 2 mètres avant d’arriver au premier rouleau du filtre à
bandes ;
4. Déshydratation ;
5. Chaulage (38kg/h) pour stabilisation des boues
La siccité obtenue avant chaulage est de 14% et de 20% après chaulage.
La consommation électrique est au maximum de 25kw/h si tous les appareils sont en marche
simultanément (tous les moteurs, lumières, chauffage [la nuit contre le gel]), mais dans la réalité
cette situation ne se produit jamais.
Le système de télégestion met en liaison la station et l’unité mobile qui peut ainsi fonctionner
seule. Une sonde surveille le niveau de boues dans le silo, quand le niveau est bas, le filtre à
bande est stoppé automatiquement. Le système de sécurité avec alarme stoppe la déshydratation
dès qu’un problème survient, ainsi aucune intervention d’urgence n’est nécessaire. Ceci permet de
limiter la présence de personnel durant le process.
Il faut compter à peu près 1h pour mettre en service l’unité puis environ 2h30 pour l’entretien
courant de la machine (nettoyage des tuyaux et rinçage du tapis à l’acide) et son démontage.
L’exploitation de l’unité mobile nécessite du personnel qualifié et polyvalent : réparations légères
en mécanique, électricité, effectuer des prélèvements de boues pour analyse, permis poids lourd.
Le coût d’investissement (2004) a été de 230.000 € HT pour le camion équipé du filtre bandes et
de 75.000 € HT en moyenne par aménagement pour chacune des stations d'épuration.

44..55.. Plate-forme locale de compostage


Il existe actuellement peu de plate-forme de compostage en Dordogne : celle publique du SMD3
sur la commune de Marcillac Saint Quentin et celle privée de la société AES à Saint Paul La
Roche. AES dispose également d’une seconde plate-forme de compostage à Saint Christophe de
Double (Gironde) en limite de notre département.
Une autre unité, plus petite, jouxte le
site du SMCTOM du Ribéracois, sur la
commune de Vanxains, où sont
notamment stockés puis broyés les
déchets verts collectés.
Cet équipement a été réalisé par la
commune de Ribérac qui souhaitait se
doter d’une plate-forme adaptée à sa
production de boues afin de les
composter avant leur épandage.
Figure 13 - Unité de compostage des boues de Ribérac

L’étude s’appuiera sur cet exemple de petite plate-forme qui permet de composter de petite
quantité de boues produites localement (dans un rayon d’environ 20 km) toujours dans l’objectif de
limiter la part de transport.
La plate-forme est composée d’un bâtiment comprenant quatre casiers. Le premier sert à stocker
les boues déshydratées en provenance de la station d'épuration de Ribérac et acheminées par
benne.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 28


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Les trois autres casiers sont utilisés pour la fabrication du compost de boue. C’est l’exploitant de la
station d'épuration qui réalise le mélange avec le broyat de déchets verts mis à disposition
gratuitement par le SMCTOM, à l’aide d’un godet malaxeur.
Les casiers sont équipés d’un système d’aération forcée (par aspiration) nécessaire à l’élaboration
du compost. L’air vicié est traité par l’intermédiaire d’un filtre à tourbe.

Figure 14 - Casier de compost, aération, filtre à tourbe et godet malaxeur

Le coût d’investissement (2003) a été de 230.000 € HT et l’opération a bénéficié de l’aide


financière du Conseil général de la Dordogne et de l’Agence de l'Eau Adour-Garonne.
Il est envisagé de réaliser en 2012 environ 100.000 € HT de travaux d'agrandissement mais
surtout d’amélioration pour disposer d’une aire de stockage du compost étanche et couverte, d'une
aire bétonnée pour la réalisation du mélange ainsi que les voies de circulation en enrobé.

44..66.. Données financières générales


Les simulations économiques des différents scénarii présentés dans la seconde partie de ce
rapport ont été élaborées à partir des données financières (Hors Taxes) suivantes :
 lits de séchage plantés de roseaux
Le coût de réalisation des lits de séchage plantés de roseaux, sur la base de 6 casiers, a
été estimé à une part fixe de 116.000 € et une part variable de 218 € par équivalent
habitant. Le détail de ces estimations est précisé en annexe 2.
À ces frais d’investissement il faut rajouter les frais d’exploitations annuels (donnée : unité
de déshydratation en LSPR exploitée par le SIA du Pays d’Albon, Drome) consistant en :
• une part fixe de 4.100 € comprenant l’électricité, la main d’œuvre et le
renouvellement du matériel,
• une part variable de 244 €/tMS comprenant le curage, l’épandage ainsi que le suivi
agronomique des boues.
 déshydratation mécanique fixe
Le coût d’investissement sera estimé au cas par cas lors de l’élaboration des scénarii.
Par contre le coût de fonctionnement de la déshydratation des boues liquides sur une
station d'épuration est évalué à 200 €/tMS de boues à traiter (donnée : retours sur les coûts
de fonctionnement des centrifugeuses en Limousin, confirmé par Lyonnaise des Eaux sur
ses unités au niveau national).
Pour les scénarii où la déshydratation mécanique fixe est implantée sur le site de la plate-
forme de compostage, il est prévu de traiter les lixiviats avec une station d'épuration de
type FPR.
Le coût d'investissement sera évalué pour chaque solution en fonction de la quantité de
pollution reçue (taux de capture de la filière de déshydratation). Le fonctionnement est
quand à lui estimé annuellement entre 8 et 12 €/EH en fonction de la capacité de la station
d'épuration (coût moyen de 10 €/EH donné par le SATESE).

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 29


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
 déshydratation mécanique mobile
Le coût d’investissement pour une unité mobile de déshydratation est variable en fonction
du type de filière :
• 200.000 € pour une presse à vis (sur remorque avec un fourgon),
• 300.000 € pour un filtre à bande (sur camion),
• 500.000 € pour un filtre-presse (sur camion).
L’aménagement de la plate-forme d'accueil avec le muret technique est estimé à 75.000 €
par station.
Le coût de fonctionnement est de 360 €/tMS (donnée Syndicat des Eaux de Charente
Maritime). Il comprend les consommables pour le traitement, les frais de main d’œuvre et
d’amenée de l’unité sur la station ainsi que les contrôles sur les boues.
 plate-forme de compostage
Le coût de création d’une unité de capacité équivalente à celle de Ribérac est estimé
à 350.000 €. Le coût de traitement des boues par compostage et d’analyse du compost
produit ainsi que le suivi agronomique est de 21 €/m³ de boue (donnée SMCTOM Périgord
Noir qui exploite la plate-forme du SMD3).
Pour le compostage sur la plate-forme du SMD3 à Marcillac Saint Quentin, le coût du
traitement des boues est de 76 €/m3 car il intègre les coûts d’investissement et
d’amortissement de l’unité existante (55 €/m³).
 transport des boues
Le coût de a été estimé à 6 €/km en tenant compte de l’entretien du camion et du salaire du
chauffeur. Afin de limiter les trajets, il a également été considéré que la capacité
transportée était de 15 m³, que ce soit un camion citernes pour des boues liquides ou un
camion porte-benne pour des boues déshydratées.
Toujours dans le but de limiter les coûts de transport, pour les scénarii comportant un
compostage, il a fallu définir un emplacement rationnel pour la plate forme de compostage.
Cet emplacement a été calculé en faisant la moyenne des emplacements des différentes
stations d'épuration d’un secteur et en le pondérant par rapport au volume de boue qu’elles
produisent.
Ces coordonnées ont été déduites grâce à la formule suivante :
n n

X =
∑ (x × Q )
1 n n
Y=
∑ (y ×Q )
1 n n
n n
∑Q 1 n ∑Q 1 n

où n est la station d'épuration considérée, Q la quantité de boue qu’elle produit


annuellement, x et y sa longitude et sa latitude. X et Y sont la longitude et la latitude de la
plate forme de compostage.
 amortissement
Il ne s'agit pas d'amortissement comptable ou budgétaire avec la prise en considération de
l'évolution des prix, mais uniquement un amortissement financier brut (hors intérêts
d'emprunt). En effet, au stade de cette étude de faisabilité, il s'agit de faire des estimations
sommaires pour uniquement établir des comparaisons objectives.
Les hypothèses d’amortissements des ouvrages, donc ici équivalent à la durée de vie, sont
de 20 ans pour le génie civil et de 10 ans pour le reste (équipement électromécanique,
véhicule…).

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 30


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
DEUXIÈME
PARTIE
Figure 15 : Secteur du Sarladais

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 32


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
55.. Secteur du Sarladais
55..11.. Présentation du secteur
Le secteur du "Sarladais" s'étend des communes de Terrasson-La-Villedieu et de Le-Lardin-Saint-
Lazare, au nord, aux communes de Groléjac et Cénac-et-Saint-Julien, au sud.
Bien que situées dans le périmètre d'étude, comme l'indique la carte page ci-contre, les
communes de Saint-Cyprien et de Les-Eyzies-de-Taillac-Sireuil ont été exclues de ce secteur mais
intégrées à la réflexion sur le secteur du "Buissonnais" (voir chapitre 6), en raison des résultats
des simulations économiques plus favorables dans ce dernier cas pour ces deux communes.
L'étude ne prend également pas en considération la station d'épuration de la commune de
Veyrignac pour laquelle le remplacement de la filière actuelle de traitement, un lit bactérien,
aujourd'hui obsolète, par un étage de filtres plantés de roseaux et lagunes de finitions est en cours
de réalisation.
Les boues liquides de ce secteur sont donc produites par onze stations d'épuration. Exceptées les
stations de Sarlat et Terrasson, qui ont respectivement une capacité de 23.000 et 10.000 EH, il
s’agit de stations d'épuration de petite à moyenne capacité, entre 880 et 4.133 EH, avec une
capacité moyenne de 1.770 EH. Les filières de traitement des eaux sont de type boues activées ou
lit bactérien. Actuellement, ce secteur produit globalement 428 tonnes par an de matières sèches
de boues, dont 333 tonnes proviennent uniquement des stations de Sarlat et Terrasson.
Les deux stations d'épuration de Sarlat et de Terrasson disposent depuis fin 2011 de nouvelles
filières de déshydratation des boues (centrifugeuse).
Il existe aussi sur ce secteur une plate-forme de compostage appartenant au SMD3, située au lieu-
dit « La Borne Cent Vingt »sur la commune de Marcillac-Saint-Quentin, et gérée par le SMCTOM
du Périgord Noir. Une partie des installations sert à co-composter les boues d’épuration de Sarlat,
Salignac et Montignac avec des déchets verts. Celle-ci possède les autorisations préfectorales
nécessaires afin de traiter les boues provenant d'autres petites stations en mélange. Elle serait
donc en mesure, moyennant un agrandissement, de composter la totalité des boues présentes sur
le secteur.
Sa situation est idéale puisqu'elle coïncide presque à l'emplacement théorique optimal (voir figure
15 ci-contre) déterminé par calcul, qui prend en compte la localisation des différentes stations
d'épuration ainsi que la quantité de boues qu’elles produisent et permet ainsi de limiter au
maximum les coûts de transport des boues.

55..22.. Présentation des scénarii


Deux scénarii ont été étudiés :
 L’équipement des stations d'épuration du secteur de lits de séchage plantés de roseaux,
hormis celles de Sarlat, de Terrasson et du Lardin qui composteront leurs boues
déshydratées sur la plate-forme de compostage du SMD3 ;
 La déshydratation des boues liquides par une unité mobile de déshydratation pour neuf
stations d'épuration suivie d’un compostage de la totalité des boues du secteur sur la plate-
forme de compostage du SMD3.
Un troisième scénario a été étudié mais n'est pas présenté : le transport des boues liquides de
chaque station vers la filière de déshydratation de la station d'épuration de Sarlat, puis transport
des boues déshydratées sur une plate-forme de compostage.
Cette solution était envisagée car le projet de nouvelle station d'épuration de Sarlat prévoyait
initialement que l'unité de déshydratation puisse accepter et prétraiter les boues liquides produites
par les communes alentours, pour ensuite être acheminées sur la plate-forme de compostage du
SMD3. Pour des raisons techniques d'exploitation de la centrifugeuse mise en place, il a été

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 33


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
décidé de ne pas traiter les boues extérieures à la station d'épuration de Sarlat. Cette solution a
donc été abandonnée.
Le détail des calculs des scénarii ainsi que du récapitulatif global et par commune est joint en
annexe 3.

5.2.1. Scénario 1 : équipement de huit stations d’épuration de lits de


séchage plantés de roseaux
Dans ce scénario, huit stations d'épuration sur les onze sont équipées de lits de séchage
plantés de roseaux, sur la base d'un dimensionnement avec 6 casiers et une charge maximum
de 60 kgMS/m²/an.
Deux options ont été envisagées pour déterminer la surface nécessaire de lit de séchage : en
fonction des capacités actuelles des stations d'épuration ou en fonction du volume de boues
produit dans le futur. Compte tenu de l'écart important, c'est le calcul au prorata de la production
future de boues qui a été retenue car plus réaliste.
Pour la station d'épuration du Lardin, compte-tenu des disponibilités foncières, il n'est
techniquement pas possible d'implanter de filière de type LSPR. C'est pourquoi dans ce scénario,
il est proposé de l'équiper d'une unité de déshydratation mécanique, de type filtre à bande, dont le
coût d'investissement est estimé à 250.000 € HT (Cf. étude diagnostique). Les boues
déshydratées sont ensuite acheminées sur la plate-forme du SMD3 pour être composté.
Les boues liquides des stations d'épuration de Sarlat et de Terrasson sont quand à elles
déshydratées par centrifugation sur les nouvelles filières mises en service récemment. Dans le
cadre de ce scénario, comme pour Le Lardin, les boues déshydratées sont compostées sur la
plate-forme du SMD3.
Ce scénario prend en considération les coûts d'investissement et de fonctionnement du
chapitre 4-6 - données financières générales, qui incluent le curage des lits et la valorisation
agricole des boues, ainsi que ceux liés à la création et/ou à l'exploitation des unités de
déshydratation mécanique. L'investissement pour l'agrandissement de la plate-forme de
compostage, éventuellement nécessaire pour accepter les boues de Terrasson, est équilibré par le
tarif appliqué pour le compostage des boues qui comprend une part d'investissement /
amortissement pour cet équipement.
Cela représente un investissement d’environ 2.590.000 € HT et un peu plus de 283.000 € HT de
frais de fonctionnement, dont 211.000 € HT uniquement pour Sarlat et Terrasson.

5.2.2. Scénario 2 : utilisation d’une unité de déshydratation mobile


commune
Ce scénario prévoit que la déshydratation mécanique des boues liquide soit réalisée grâce à une
unité mobile, à l'exception de celles de Sarlat et de Terrasson qui sont prétraitées sur leur unité
fixe de déshydratation (centrifugeuse). Les boues sont ainsi déshydratées sur chaque station
d'épuration, puis transportées sur la plate-forme de compostage du SMD3.
Cette solution offre l'avantage de ne pas véhiculer de boues liquides, essentiellement composées
d’eau et donc de limiter les coûts de transports ainsi que toutes les nuisances qui y sont
associées.
Il faut par contre équiper les neuf stations d'épuration concernées d’une plate-forme d'accueil pour
l’unité mobile, avec récupération des lixiviats produits par la déshydratation, d'un muret technique
pour pouvoir brancher l’unité mobile à l'électricité et l'eau et enfin prévoir un stockage des boues
déshydratées dans des bennes couvertes.
La simulation économique prend en compte les investissements décrits précédemment, selon les
hypothèses financières du chapitre 4-6, ainsi que les coûts de fonctionnement y afférant, y compris
le transport des boues déshydratées vers la plate-forme de compostage. L'investissement pour
l'agrandissement de la plate-forme de compostage, nécessaire pour accepter les boues de toutes

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 34


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
les stations d'épuration du secteur, est équilibré par le tarif appliqué pour le compostage des
boues qui comprend une part d'investissement / amortissement pour cet équipement.
Pour ce scénario, la technique de la presse vis s'avère la plus intéressante pour l'unité mobile de
déshydratation, mais les deux autres techniques restent très proches et il n'est donc pas possible,
à ce niveau d'étude préliminaire, de dégager un choix. Son utilisation se traduit par 79 jours
d'immobilisation sur station d'épuration en situation actuelle et 100 jours en situation future.
Il en ressort un coût global d’investissement de 875.000 € HT et environ 305.000 € HT de frais de
fonctionnement, dont 211.000 € HT uniquement pour les communes de Sarlat et de Terrasson.
Une variante, qui consiste à déshydrater les boues liquides du Lardin par une unité fixe plutôt que
par l'unité mobile, a aussi été étudiée. Pour cette option, il est prévu d'équiper la station
d'épuration du Lardin d'un Filtre à bande dont le coût d'investissement est évalué à 250.000 € HT.
Cependant, la simulation se révèle financièrement moins intéressante pour la commune du Lardin,
et plus globalement pour l'ensemble des communes.

55..33.. Récapitulatif et conclusion


Le tableau ci-dessous récapitule les coûts HT globaux sans subvention pour les deux scénarii
étudiés. Le total annuel correspond aux dépenses annuelles restant à la charge de l’ensemble des
collectivités.
Déshydratation
Scénario sans subvention Lits de séchage
mobile + compostage
Investissement 2.590.113 € 875.000 €
Fonctionnement 283.074 € 304.851 €
Total annuel 425 080 € 358 601 €

Le tableau suivant intègre les éventuelles subventions qu'il est possible d'obtenir avec les
modalités d'attribution en vigueur, soit :
• 25% de l'Agence de l'Eau sur l’investissement ;
• 40% du Conseil Général sur l'investissement pour le scénario avec unité mobile de
déshydratation et compostage et 15 à 25% pour le scénario avec lits de séchage plantés
de roseaux.

La différence de financement du Département s'explique par l'écart important des coûts


d'investissement entre les solutions "collectives" et la solution "individuelle" avec lits de séchage.
Cette dernière solution est par conséquent considérée comme des travaux d'amélioration des
stations d'épuration existantes, avec alors un plafonnement des aides publiques de 40 à 50%
selon la capacité de l'ouvrage, soit après déduction de l'aide de l'Agence de l'Eau un taux de
subventionnement de 15 à 25%.
Déshydratation mobile +
Scénario avec subvention Lits de séchage
compostage
Financement Agence de l'Eau 647.528 € 218.750 €
Financement Département 505.499 € 350.000 €
Investissement pour les collectivités 1.437.085 € 306.250 €
Fonctionnement 283.075 € 304.851 €
Total annuel 359.304 € 323.664 €

Que ce soit avec ou sans subvention, c'est la solution avec l'unité mobile de déshydratation
et la plate-forme de compostage qui présente le meilleur compromis technico-économique.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 35


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Figure 16 - Secteur du Buissonnais

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 36


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
66.. Secteur du Buissonnais
66..11.. Présentation du secteur
Le secteur du "Buissonnais" se développe autour de la commune de Le Buisson-de-Cadouin et
englobe les principaux (plus gros) villages alentours.
Pour autant, ce chef-lieu de canton est exclu de l'étude des scénarii puisque la commune, dans le
cadre du projet de modernisation de sa station d'épuration, a fait le choix en 2011 de remplacer
l'ancienne unité, de type boues activées, par une nouvelle de type filtres plantés de roseaux qui
sera mise en service courant 2012. Il reste cependant le petit lit bactérien (450 EH) du bourg de
"Cadouin".
Il en est de même pour la commune de Belvès qui a reconduit la technique de la boue activée pour
le remplacement de son ancienne station d'épuration mais qui a fait le choix d'une déshydratation
des boues liquides par lits de séchage plantés de roseaux dont la réalisation se fera en 2012.
La station d'épuration de "Sireuil", de type lit bactérien et d'une capacité de 150 EH, n'a pas été
prise en considération pour plusieurs raisons : sa capacité réelle est bien moindre et dans
l'éventualité d'un renouvellement, elle serait vraisemblablement remplacée par une filière de type
filtres plantés de roseaux.
Il reste donc huit stations d'épuration qui produisent des boues liquides sur ce secteur dont
certaines connaissent de gros problèmes de gestion des boues liquides puisque des communes
comme Saint-Cyprien, Siorac-en-Périgord ou Les-Eyzies-de-Tayac-Sireuil ont déjà menées des
réflexions sur le sujet, notamment sur la base de lit de séchage plantés de roseaux.
Il s’agit de stations d'épuration de petite à moyenne capacité, entre 450 et 4.750 EH, de type
"boues activées" ou "lit bactérien" avec une capacité moyenne de 2.350 EH. Ce secteur produit
annuellement et actuellement environ 135 tonnes de matières sèches de boues.

66..22.. Présentation des scénarii


Trois scénarios ont été étudiés :
 L’équipement de chaque station d'épuration du secteur de lits de séchage plantés de
roseaux ;
 Le transport des boues liquides de chaque station d'épuration vers un système de
déshydratation qui serait implanté sur le site de la plate forme de compostage à créer, puis
le compostage des boues déshydratées ;
 La déshydratation des boues liquides par une unité mobile de déshydratation suivie d’un
compostage sur une plate-forme de compostage à créer.
Le détail des calculs des scénarii ainsi que du récapitulatif global et par commune est joint en
annexe 4.

6.2.1. Scénario 1 : équipement de huit stations d'épuration de lits de


séchage plantés de roseaux
Dans ce scénario, les huit stations d'épuration du secteur sont équipées de lits de séchage plantés
de roseaux, sur la base d'un dimensionnement avec 6 casiers et une charge maximum de
60 kgMS/m²/an.
Deux options ont été envisagées pour déterminer la surface nécessaire de lit de séchage : en
fonction des capacités actuelles des stations d'épuration ou en fonction du volume de boues
produit dans le futur. Compte tenu de l'écart important, c'est le calcul au prorata de la production
future de boues qui a été retenue car plus réaliste.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 37


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Ce scénario prend en considération les coûts d'investissement et de fonctionnement du
chapitre 4-6 - données financières générales, qui incluent le curage des lits et la valorisation
agricole des boues.

6.2.2. Scénario 2 : déshydratation et compostage des boues liquides


sur une plate forme de compostage
Il n’existe aucune plate forme de compostage sur ce secteur et il a donc été envisagé une création.
Le barycentre des stations d'épuration se situe sur la commune de Saint-Chamassy, à proximité
de l'intersection des RD 31E1 et 51.
Cette position optimise le transport des boues, néanmoins cette implantation théorique n’a rien de
définitif et elle sera peut être amenée à changer pour une meilleure intégration. Une discussion
avec les différents élus du secteur laisse d’ailleurs entrevoir une possibilité à proximité du site de
stockage et de broyage des déchets verts collectés sur le secteur qui se trouve à "Laveyssière"
(proche du hameau de "Cussac").
Pour autant, dans le cadre de l’élaboration de ce scénario, c’est l'implantation théorique qui est
retenue.
Ce scénario prévoit donc la construction d'une plate-forme de compostage sur laquelle serait
également faite la déshydratation mécanique des boues acheminées, sous forme liquide, des
stations d'épuration sur ce site. La simulation économique est établie à partir des données
financières générales du chapitre 4-6 ainsi que des investissements suivants à réaliser et
particuliers à cette solution :
• 350.000 € HT pour l’unité de déshydratation de type centrifugeuse, implantée sur le site
de la plate-forme de compostage ;
• 500.000 € HT pour le traitement des centrats par une station de type filtres plantés de
roseaux et dont la pollution résiduelle peut être estimée à 1.150 Equivalents Habitants.
Elle prend en compte le coût de la plate-forme de compostage, du transport des boues liquides
des stations d'épuration productrices jusqu’à cette plate-forme, soit environ deux camions par jour
en moyenne, ainsi que les coûts de déshydratation, de compostage et de traitement des filtrats.

6.2.3. Scénario 3 : déshydratation des boues liquides par une unité


mobile et compostage sur plate-forme de compostage
Sur le principe, cette solution est similaire au scénario n° 2, la seule différence réside sur la
déshydratation des boues liquides qui est réalisée grâce à une unité mobile. Les boues sont ainsi
déshydratées sur chaque station d'épuration, puis transportées sur la plate-forme de compostage
qui reste, pour cette simulation, implantée à Saint Chamassy.
Cette solution offre l'avantage de ne plus véhiculer de boues liquides, essentiellement composées
d’eau et donc de limiter les coûts de transports ainsi que toutes les nuisances qui y sont
associées.
Cependant il faut équiper chaque station d’une plate-forme d'accueil de l’unité mobile avec
récupération des lixiviats produits par la déshydratation, d'un muret technique pour pouvoir
brancher l’unité mobile à l'électricité et l'eau et enfin prévoir un stockage des boues déshydratées
dans des bennes couvertes.
La simulation économique prend en compte les investissements décrits précédemment et les
hypothèses financières du chapitre 4-6, ainsi que les coûts de fonctionnement y affairant, y
compris le transport des boues déshydratées vers la plate-forme.
Pour ce scénario, la technique de la presse vis s'avère la plus intéressante pour l'unité mobile de
déshydratation, mais les deux autres techniques restent très proches et il n'est donc pas possible
à ce niveau d'étude préliminaire de dégager un choix. Son utilisation se traduit par 113 jours
d'immobilisation sur station d'épuration en situation actuelle et 139 jours en situation future.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 38


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
66..33.. Récapitulatif et conclusion
Le tableau ci-dessous récapitule les coûts HT globaux sans subvention pour les trois scénarii
étudiés. Le total annuel correspond aux dépenses annuelles restant à la charge de l’ensemble des
collectivités.
Scénario sans Déshydratation fixe + Déshydratation
Lits de séchage
subvention compostage mobile + compostage
Investissement 3.425.495 € 1.250.000 € 1.200.000 €
Fonctionnement 73.612 € 90.956 € 82.150 €
Total annuel 244.887 € 170.956 € 152.150 €

Le tableau suivant intègre les éventuelles subventions qu'il est possible d'obtenir avec les
modalités d'attribution en vigueur, soit :
• 25% de l'Agence de l'Eau sur l’investissement ;
• 40% du Conseil Général sur l'investissement pour les scénarii avec déshydratation
mécanique et compostage et 15 à 25% pour le scénario avec lits de séchage plantés de
roseaux.

La différence de financement du Département s'explique par l'écart important des coûts


d'investissement entre les solutions "collectives" et la solution "individuelle" avec lits de séchage.
Cette dernière solution est par conséquent considérée comme des travaux d'amélioration des
stations d'épuration existantes, avec alors un plafonnement des aides publiques de 40 à 50%
selon la capacité de l'ouvrage, soit après déduction de l'aide de l'Agence de l'Eau un taux de
subventionnement de 15 à 25%.
Scénario avec Déshydratation fixe + Déshydratation
Lits de séchage
subvention compostage mobile + compostage
Financement Agence
de l'Eau 856.374 € 312.500 € 300.000 €
Financement
Département 583.882 € 500.000 € 480.000 €
Investissement pour
les collectivités 1.985.238 € 437.500 € 420.000 €
Fonctionnement 73.612 € 90.956 € 82.150 €
Total annuel 172.874 € 118.956 € 106.650 €

Que ce soit avec ou sans subvention, c'est la solution avec l'unité mobile de déshydratation
et la plate-forme de compostage qui présente le meilleur compromis technico-économique.
Néanmoins le second scénario n'est pas à écarter : le coût de fonctionnement peut être diminué
annuellement d'environ 15.000 € si toutes les stations sont équipées au minimum de silos drainés,
augmentant ainsi faiblement la siccité mais diminuant grandement les volumes à transporter.
De plus, les scénarii n° 2 et 3 ne prennent pas en considération la station d'épuration de Limeuil en
cours de construction, dont la production future de boues est évaluée à plus ou moins 4 tMS/an.
Etant donné sa position géographique, il est probable que la commune soit intéressée par un
projet de plate-forme de compostage, qui sans nul doute serait un avantage pour elle dans son
schéma de valorisation des boues. Cela aboutirait également à partager un peu plus
l'investissement de la plate-forme et donc réduire la part annuelle des autres collectivités.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 39


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Figure 17 - Secteur du Bergeracois

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 40


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
77.. Secteur du Bergeracois
77..11.. Présentation du secteur
Ce secteur est très concentré de part et d'autre de Bergerac, le long de la Dordogne, avec en plus
la possibilité de rattacher quelques communes satellites un peu plus éloignée comme celles
d’Eymet, Port Sainte Foy et Ponchapt ou de Saint Antoine de Breuilh.
La principale production de boues provient de la station d'épuration de Bergerac, d’une capacité
de 50.000 EH, qui dispose d’une centrifugeuse pour déshydrater ses boues liquides avant
d’être compostées. Jusqu’en 2009, la commune de Bergerac disposé d’une plate-forme
« expérimentale » où elle co-compostait ses boues avec du broyat de déchet vert récupérer sur la
déchèterie. Le terrain sur lequel se situait la plate-forme de compostage a été affecté à un autre
usage (projet de construction d'un équipement communal) et dans l’attente d’une solution de
valorisation pérenne, les boues déshydratées sont acheminées sur la plate-forme de compostage
d’AES à Saint Christophe de Double (33).
La seconde grosse production provient du SIDE de La Force – Prigonrieux, dont la capacité
actuelle est de 7.000 EH mais qui selon les conclusions du récent schéma directeur doit s’accroître
à 11.000 EH.
Ensuite le gisement s’étend sur des unités plus petites : Cours de Piles et Couze Saint Front à
l'est, Eymet au sud puis Saint Pierre d'Eyraud, Port Sainte Foy et Saint Antoine de Breuilh à
l'ouest. Néanmoins, lors du renouvellement de certaines de ces unités, il est possible que
quelques collectivités s'orientent vers une filière de type FPR en remplacement des boues activées
ou lits bactériens existants. C'est d'ailleurs le cas pour les communes de Bouniagues,
Lamonzie Saint Martin et Mouleydier qui ont fait le choix de substituer leur(s) filière(s) existante(s)
par des FPR et dont les travaux seront achevés en 2012.

77..22.. Etude de faisabilité réalisée par la commune de Bergerac


Comme indiqué précédemment, la commune de Bergerac souhaite s’équiper d’une filière de
valorisation pérenne pour ses boues de station d'épuration. Elle a donc confié en 2009, au bureau
d’études SOGREAH, la réalisation d’une étude de faisabilité portant sur la gestion des boues.
Après avoir étudié les différentes solutions techniques qu’il était possible d’envisager, l’étude a
révélée que la filière du compostage était la plus satisfaisante. La réflexion a de plus pris en
considération les problématiques des collectivités riveraines dont notamment le SIDE de La Force
– Prigonrieux et confirme la « rentabilité » d’un équipement collectif.

77..33.. Conclusion
Ce secteur n’a pas fait l’objet d’élaboration de scénarii puisque l’étude réalisée par la commune de
Bergerac, qui porte sur le même périmètre (à la marge près), oriente la valorisation des boues vers
la filière du compostage.
Le traitement des boues dans le secteur du Bergeracois consiste alors à la construction d’une
plate-forme de compostage à proximité des deux plus gros producteurs afin de limiter le transport,
ainsi qu’à l’équipement de déshydratation mécanique performante pour les stations d'épuration qui
n’en possèdent pas. D'autre part, la nouvelle station d'épuration (boues activées) de Creysse
dispose de Lits de séchage plantés de roseaux pour la déshydratation de ses boues mais la
commune n’exclue pas en fonction d’éventuelles difficultés pour l’épandage direct des boues
déshydratées de recourir au préalable au compostage.
Enfin, le service de l'Eau de la Gironde nous a récemment informé que les boues déshydratées de
la station d'épuration de Sainte Foy la Grande (15.000 EH) et située sur la commune de Pineulh,
sont actuellement acheminées sur le site de la CEDE à Cestas et parcourent donc 100 km. Il est
par conséquent probable que la commune de Sainte Foy la Grande soit intéressée par une plate-
forme de compostage collective.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 41


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Figure 18 : Secteur de l'Ouest de la Vallée de l'Isle

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 42


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
88.. Secteur de l’Ouest de la Vallée de l’Isle
88..11.. Présentation du Secteur
Le secteur de "l'Ouest de la Vallée de l'Isle" comprend huit stations d'épuration qui produisent des
boues liquides.
Les principales unités se situe le long de l'Isle avec celles de Neuvic-Sur-l'Isle de 4.000 EH, du
SICTEU de Mussidan de 6.000 EH et de Montpon-Ménestérol de 7.000 EH. Elles représentent
plus de 90% de la production de boues liquides du secteur et sont équipées de système de
déshydratation fixe récent : centrifugeuse pour la nouvelle station de Montpon actuellement en
cours de réalisation, filtre à bande pour l'unité du SICTEU de Mussidan et presse à vis pour celle
de Neuvic-Sur-l'Isle.
Dans une moindre capacité, il y a la station du SIA de Le-Pizou – Moulin-Neuf, puis celles de
Ménesplet, Villefranche-de-Lonchapt et Saint-Méard-de-Gurçon. Il s’agit de stations d'épuration de
petite à moyenne capacité, entre 316 et 1.800 EH, de type "boues activées" ou "lit bactérien" avec
une capacité moyenne de 827 EH.
La station d'épuration de Carsac-de-Gurçon n'a pas été prise en considération dans l'élaboration
des scénarii. En effet, il est très vraisemblable que le renouvellement à moyen terme de cette unité
de 150 EH consistera à la remplacer par des FPR.
En tout, ce secteur produit annuellement et actuellement environ 251 tonnes de matières sèches
de boues, dont 232 tonnes uniquement pour les trois plus grosses stations d'épuration.

88..22.. Présentation des scénarii


Trois scénarios ont été étudiés :
 L’équipement de quatre stations d'épuration de lits de séchage plantés de roseaux et
compostage sur une plate-forme de compostage pour les trois autres déjà équipé de
déshydratation fixe des boues liquides ;
 La déshydratation des boues liquides avec une unité fixe pour quatre stations d'épuration
puis compostage de la totalité des boues du secteur sur une plate-forme de compostage ;
 La déshydratation des boues liquides par une unité mobile de déshydratation pour quatre
stations d'épuration suivie d’un compostage de la totalité des boues du secteur sur une
plate-forme de compostage.
Le détail des calculs des scénarii ainsi que du récapitulatif global et par commune est joint en
annexe 5.

8.2.1. Scénario 1 : équipement de quatre stations d’épuration de lits de


séchage plantés de roseaux
Dans ce scénario, quatre stations d'épuration sont équipées de lits de séchage plantés de
roseaux, sur la base d'un dimensionnement avec 6 casiers et une charge maximum de
60 kgMS/m²/an.
Deux options ont été envisagées pour déterminer la surface nécessaire de lit de séchage : en
fonction des capacités actuelles des stations d'épuration ou en fonction du volume de boues
produit dans le futur. Compte tenu de l'écart important, c'est le calcul au prorata de la production
future de boues qui a été retenu car plus réaliste.
Afin d'avoir une comparaison objective des scénarii, il est également pris en compte le
compostage pour les boues déshydratées des stations d'épuration de Neuvic, de Montpon et du
SICTEU.
Comme il n’existe aucune plate-forme de compostage sur ce secteur, il est donc envisagé la
construction de cet équipement pour un coût d'investissement estimé à 750.000 € HT. Le

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 43


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
barycentre se situe sur la commune de Saint-Martin-l'Astier, néanmoins si cette position optimise
le transport des boues, il est plus vraisemblable de la positionner à proximité du CSDND13 de la
commune de Saint-Laurent-des-Hommes et c’est cette situation qui est retenue pour l’élaboration
de ce scénario.
Ce scénario prend en considération les coûts d'investissement et de fonctionnement du
chapitre 4-6 - données financières générales, qui incluent le curage des lits et la valorisation
agricole des boues.
Cela représente un investissement d’environ 1.577.000 € HT et un peu plus de 149.000 € HT de
frais de fonctionnement.

8.2.2. Scénario 2 : déshydratation et compostage des boues liquides


sur une plate forme de compostage
Ce scénario prévoit l'équipement d'une unité de déshydratation fixe des boues liquides des quatre
stations d'épuration et la construction d'une plate-forme de compostage pour les boues
déshydratées de l'ensemble des stations d'épuration. L'unité fixe de déshydratation est implantée
sur le site de la plate-forme de compostage et son coût est estimé à 250.000 € HT.
La plate forme de compostage est identique à celle du scénario précédent, que ce soit sa situation
et son coût d'investissement, puisque la proportion de ces quatre stations d'épuration par rapport
aux trois plus grosses (Neuvic, Montpon et SICTEU), qui est d'environ 6%, n'a pas d'impact
significatif.
La simulation économique prend en compte les investissements décrits précédemment et les
hypothèses financières du chapitre 4-6, ainsi que les coûts de fonctionnement y affairant, y
compris le transport des boues liquides vers l'unité de déshydratation de la plate-forme de
compostage.
Cela représente un investissement d’environ 1.100.000 € HT et presque 124.000 € HT de frais de
fonctionnement.
A titre d'information, une variante de ce scénario a été simulée, avec l'équipement d'une unité fixe
de déshydratation sur chacune des quatre stations d'épuration, mais elle est économiquement
moins intéressante que le scénario n°1, donc sans i ntérêt.

8.2.3. Scénario 3 : déshydratation des boues liquides par une unité


mobile et compostage sur plate-forme de compostage
Ce scénario prévoit que la déshydratation mécanique des boues liquides des quatre stations
d'épuration soit réalisée grâce à une unité mobile. Les boues ainsi déshydratées sur chaque
station d'épuration, avec celles de Neuvic, de Montpon et du SICTEU, sont transportées sur la
plate-forme de compostage identique aux deux précédents scénarii.
Cette solution offre l'avantage de ne plus véhiculer de boues liquides, essentiellement composées
d’eau et donc de limiter les coûts de transports ainsi que toutes les nuisances qui y sont
associées.
Il faut pour cela équiper les quatre stations d'épuration concernées d’une plate-forme d'accueil
pour l’unité mobile, avec récupération des lixiviats produits par la déshydratation, d'un muret
technique pour pouvoir brancher l’unité mobile à l'électricité et l'eau et enfin prévoir un stockage
des boues déshydratées dans des bennes couvertes.
La simulation économique prend en compte les investissements décrits précédemment et les
hypothèses financières du chapitre 4-6, ainsi que les coûts de fonctionnement y affairant, y
compris le transport des boues déshydratées vers la plate-forme.

13
Centre de Stockage des Déchets Non Dangereux (CSDND), ancien Centre de Stockage des Déchets Ultimes

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 44


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Pour ce scénario, la technique de la presse vis s'avère la plus intéressante pour l'unité mobile de
déshydratation. Son utilisation se traduit par 16 jours d'immobilisation sur station d'épuration en
situation actuelle et 20 jours en situation future, ce qui est très peu pour une bonne rentabilité.
Il en ressort un coût global d’investissement de 1.250.000 € HT et environ 139.000 € HT de frais
de fonctionnement, dont 127.000 € HT uniquement pour les trois collectivités de Neuvic, de
Montpon et du SICTEU.

88..33.. Récapitulatif et conclusion


Le tableau ci-dessous récapitule les coûts HT globaux sans subvention pour les trois scénarii
étudiés. Le total annuel correspond aux dépenses annuelles restant à la charge de l’ensemble des
collectivités.
Scénario sans Déshydratation fixe + Déshydratation
Lits de séchage
subvention compostage mobile + compostage
Investissement 1.576.886 € 1.100.000 € 1.250.000 €
Fonctionnement 148.944 € 123.701 € 138.748 €
Total annuel 227.788 € 208.666 € 211.248 €

Le tableau suivant intègre les éventuelles subventions qu'il est possible d'obtenir avec les
modalités d'attribution en vigueur, soit :
• 25% de l'Agence de l'Eau sur l’investissement ;
• 40% du Conseil Général sur l'investissement pour les scénarii avec déshydratation
mécanique et compostage et 20 à 25% pour le scénario avec lits de séchage plantés de
roseaux.

La différence de financement du Département s'explique par l'écart important des coûts


d'investissement entre les solutions "collectives" et la solution "individuelle" avec lits de séchage.
Cette dernière solution est par conséquent considérée comme des travaux d'amélioration des
stations d'épuration existantes, avec alors un plafonnement des aides publiques de 45 à 50%
selon la capacité de l'ouvrage, soit après déduction de l'aide de l'Agence de l'Eau un taux de
subventionnement de 20 à 25%.
Scénario avec Déshydratation fixe + Déshydratation
Lits de séchage
subvention compostage mobile + compostage
Financement Agence
de l'Eau 394.221 € 275.000 € 312.500 €
Financement
Département 472.894 € 440.000 € 500.000 €
Investissement pour
les collectivités 709.770 € 385.000 € 437.500 €
Fonctionnement 148.944 € 123.701 € 138.748 €
Total annuel 184.432 € 164.791 € 164.123 €

Les scénarii n° 2 et 3 sont équivalents pour les co llectivités et sont économiquement plus
intéressantes que la solution en LSPR.
Cependant, la solution avec la déshydratation fixe sur la plate-forme de compostage est plus
intéressante pour les co-financeurs puisque l'écart de subvention est d'environ 100.000 €. Mais
l'incertitude des estimations à ce stade d'étude de faisabilité ne permet pas de privilégier une
solution par rapport à l'autre.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 45


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
Figure 19 : Secteur du Périgord Central

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 46


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
99.. Secteur du Périgord Central
99..11.. Présentation du secteur
Le secteur du Périgord central s’articule autour de Périgueux, principalement le long des deux
vallées : celle de l’Isle, entre Sarliac-Sur-l’Isle et Saint-Astier, et celle de la Dronne, entre Brantôme
et Tocane-Saint-Apre.
La majeure partie des boues liquides sont produites par trois stations d'épuration : les deux
principales de la CAP, à savoir l'unité de "Saltgourde" à Marsac-Sur-l’Isle, de 60.000 EH, et l'unité
des "Garennes" à Trélissac, de 10.000 EH, la troisième étant celle de Boulazac dont la nouvelle
unité aura une capacité de 36.600 EH (dont environ 13.000 EH d'eaux usées domestiques).
Actuellement, les boues liquides des stations d'épuration de la CAP sont déshydratées
mécaniquement (centrifugeuse et filtres à bande) in situ puis acheminées sur la plate-forme de
compostage d’AES à Saint-Paul-La-Roche, et enfin valorisées en agriculture à proximité de
l’agglomération.
Celles produites par la commune de Boulazac sont actuellement déshydratées grâce à un filtre à
bande, puis compostées également sur la plate-forme d'AES à Saint-Paul-La-Roche. Au regard
des quantités de boues futures, le nouvel équipement de déshydratation sera vraisemblablement
de type centrifugeuse.
Le reste du gisement de boues liquides provient ensuite d'unités plus petites représentant
environ 23.500 EH.
La station d'épuration de Coursac n'apparait pas car le raccordement des effluents de la commune
sur la station d'épuration intercommunal de "Saltgourde" est en cours de réalisation. C'est
également le cas pour la commune de Saint-Laurent-Sur-Manoire qui doit être raccordée sur la
future nouvelle unité de Boulazac.

99..22.. Etude de faisabilité réalisée par la CAP


Dans le cadre de l’étude diagnostique actuellement en cours portant sur son réseau
communautaire et sa station d'épuration intercommunale de Marsac Sur l’Isle, la CAP étudie des
solutions alternatives pour le traitement et la valorisation de ses boues liquides.
Les conclusions de cette étude de faisabilité et les orientations de la CAP seront annexées à notre
présente étude, et prisent en considération dans l'organisation du traitement des boues liquides du
secteur.

99..33.. Conclusion
Ce secteur n’a pas fait l’objet d’élaboration de scénarii compte-tenu de l'étude de faisabilité de
la CAP dont les solutions à mettre en œuvre dépendront principalement de ses choix.
Néanmoins, au regard des résultats des autres secteurs étudiés et si la notion de "transport
minimum" est privilégiée, il nous semble évident que le traitement des boues dans le secteur du
Périgord central passe par une mutualisation des moyens, surtout pour le compostage.
Cependant la quantité de boues liquides produite globalement sur ce secteur est importante, et
une solution avec deux, voire trois, plate-formes de compostage n'est pas à écarter car l'impact
d'unité plus petite est souvent mieux accepté par la population riveraine.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 47


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
TROISIÈME
PARTIE
1100.. Schéma directeur départemental
Nous l'avons vu tout au long de cette étude, il existe plusieurs solutions pour améliorer les filières
de valorisation des boues liquides. Elles sont individuelles ou collectives, avec des techniques
extensives ou intensives, in situ ou mobiles … cependant il convient pour le Conseil général, en
tant que co-financeur des projets d'équipement, d'optimiser son intervention.
Pour ce faire, lorsque l'intérêt général le justifie, le Département se doit, sans imposer, d'orienter
les collectivités vers des voies alternatives afin de privilégier la solution technique, financière et
environnementale la mieux adaptée au contexte.
Chaque situation étant particulière, la volonté de cette étude n'est pas de dresser un cadre stricte
avec une solution pour chaque problème, mais de fixer des orientations à suivre en terme
d'optimisation des moyens ou d'efficacité.

1100..11.. Les objectifs généraux


Voici donc les objectifs que le Conseil général recommande aux collectivités et à leurs prestataires
(bureaux d'études, entreprises, sociétés délégataires) de prendre en considération dans la
recherche d'amélioration ou la création de la filière de valorisation des boues liquides :
1. A l'exclusion des communes isolées, privilégier la mutualisation partielle ou totale de la
filière de valorisation ;
2. Pour les boues liquides déshydratées mécaniquement, privilégier le compostage avant
l'épandage agricole ;
3. Pour le dimensionnement des lits de séchage plantés de roseaux, respecter les règles de
dimensionnement préconisées dans cette étude (voir également les recommandations du
Cemagref).

1100..22.. Les objectifs particuliers


Le Conseil général, à l'issu de cette étude de faisabilité, recommande aux collectivités concernées
par les secteurs étudiés de suivre les orientations suivantes :
1) Pour les secteurs du "Sarladais" et du "Buissonnais", la solution privilégiée est celle de l'unité
de déshydratation mobile couplée à du compostage.
Toutefois il pourrait être intéressant d'envisager un ultime scénario consistant à mutualiser
l'acquisition de l'unité mobile. Cette solution exploite l’unité mobile 192 jours par an en situation
actuelle et 239 jours par an en situation future ce qui laisse le temps d’effectuer les opérations
de maintenance. L’économie générée par cette mutualisation serait de 20.000 € par an pour
l’ensemble des collectivités hors subventions. Le détail de cette simulation est joint en
annexe 6.
2) Pour le secteur du "Buissonnais", le Schéma Départemental d’Élimination des Matières de
Vidange (SDEMVI) propose la création d'une unité de traitement spécifique dans ce même
secteur du département.
Il est donc possible d'envisager, dans le cadre de la construction d'une plate-forme de
compostage, de traiter les matières de vidange issues des systèmes d’assainissement non
collectif sur cette plate-forme avec une déshydratation mécanique propre à ces matières de
vidange. Cela présenterait plusieurs intérêts dont celui de mutualiser certaines charges
d'investissement sur deux filières de traitement (boues et matières de vidange).
3) Pour le secteur du "Bergeracois", la création de la plate-forme de compostage s'avère être une
nécessité à court terme.
La commune de Bergerac a initiée cette démarche dans le cadre de la renégociation de son
contrat de délégation de service public. Cependant il convient de la rapprocher des autres

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 51


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
collectivités concernées, notamment le SIDE de La Force – Prigonrieux et la commune de
Sainte-Foy-La-Grande pour envisager une mutualisation de cet équipement.
4) Pour le secteur "Ouest de la vallée de l'Isle", la création d'une plate-forme de compostage
commune serait un atout essentiel pour pérenniser la filière de valorisation agricole.
Le choix de la déshydratation mécanique en équipant chaque station d'épuration ou grâce à
une unité mobile doit faire l'objet d'une concertation entre les élus des communes concernées,
éventuellement sur la base d'une étude plus approfondie.
5) Pour le secteur du "Périgord central"  En attente des conclusions de l'étude de la CAP…
Néanmoins le Département a la conviction que la solution du compostage localement des
boues de Brantôme, Bourdeilles, Tocane-Saint-Apre, Mensignac, Château-l'Evêque et Agonac
est une réponse appropriée pour pérenniser la filière de la valorisation agricole pour ces
communes.
Le volume et la production continue de boues de l'agglomération périgourdine, Boulazac
compris, peut laisser envisager une solution de type "Gazéification" dont la production d'énergie
calorifique pour un réseau de chaleur ou d'énergie électrique pour le fonctionnement de la
station d'épuration par exemple pourrait être assez facilement mise en œuvre compte-tenu de
besoins potentiels.

Étude de faisabilité pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration 52


Conseil Général de la Dordogne - Décembre 2011
ANNEXES
ANNEXE 1
EXTRAITS PLAN DEPARTEMENTAL D'ELIMINATION DES
DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES (PDEDMA)
4.2. Le périmètre pour les sous-produits et résidus de
l’assainissement
Dans le cas des sous-produits et résidus de l’assainissement, le périmètre du PDEDMA
correspond à l’ensemble du territoire du département de la Dordogne.

Figure 3 : Périmètre du plan pour les sous-produits et résidus de l’assainissement

Remarque : dans le présent PDEDMA, on parlera de « périmètre » concernant le périmètre


« déchets » du PDEDMA. Pour le périmètre concernant les sous-produits et résidus de
l’assainissement, et dans la mesure où il correspond au territoire départemental, nous
parlerons de « département ».

29
évacuer. Pour les gros producteurs, des filières spécifiques existent. Ils se mettent
directement en relation avec les prestataires. L’ensemble des filières est répertorié dans un
document de l’ADEME daté de 2002 intitulé Les déchets en Aquitaine, guide régional.

5.3. Les sous-produits et résidus de l’assainissement


Les sous-produits et résidus de l’assainissement collectif et individuel sont pris en compte
par le PDEDMA, comme présenté dans le tableau ci-dessous :

Tableau 6 : Déchets de l'assainissement pris en compte par le PDEDMA

Déchets de l'assainissement
Déchets liés à
l’exploitation des Déchets des ménages
équipements publics
Matières de vidange Matières de vidange
Boues d'épuration des
collectivités
Sables et boues de curage
Graisses de STEP des
collectivités
Refus de dégrillage

Conformément à la réglementation, le PDEDMA n’a pas à prendre en compte les boues


industrielles. Il n’a pas besoin de fixer des prérogatives concernant la gestion des boues
industrielles. Mais il ne peut complètement occulter ces déchets pour des questions de
cohérence, car :
• les boues industrielles non toxiques valorisables en agriculture peuvent être éliminées
par épandage sur les mêmes territoires que les boues de STEP (des collectivités). Il faut
donc définir les mesures de cohérence entre le traitement de ces deux catégories de
boues.
• le PDEDMA définit le « déchet ultime », et notamment les caractéristiques éventuelles
des boues susceptibles d'être enfouies en CSDU. Cette définition concernera donc
également les boues industrielles.
Les graisses produites par les restaurateurs et entreprises agro-alimentaires doivent aussi
être prises en compte, dans la mesure où elles pourront être traitées dans les mêmes
installations que les graisses de STEP des collectivités.

Les boues d’épuration industrielles ne sont prises en compte dans ce Plan que dans la
mesure où elles suivent les mêmes filières que les boues des collectivités : elles sont inclues
dans les tonnages indiqués pour les boues des collectivités. Les boues de curage
industrielles ne sont pas prises en compte. Pour les graisses des industries agroalimentaires
et de la restauration, le PDEDMA de la Dordogne fixe des recommandations destinées à
améliorer la gestion de ces résidus à destination des producteurs et prestataires de
traitement.

33
6.7. La gestion des sous-produits et résidus de
l’assainissement
Les boues d’épuration issues des stations collectives sont toutes valorisées
agronomiquement par épandage en agriculture (boues liquides ou boues traitées et
déshydratées) : en effet, la bonne qualité des boues produites, le caractère rural et la forte
activité agricole du département sont bien adaptés à ce type de gestion. Une partie des
boues d’épuration du département sont compostées avec des déchets verts, notamment à
Marcillac Saint Quentin, Saint Paul la Roche, Bergerac et Vanxains. Les stations qui
compostent leurs boues sont les plus grosses du département : Périgueux, Bergerac, Sarlat
et Ribérac (source étude mission déchets – 2003 – « propositions de solutions techniques
offrant des alternatives à l’épandage agricole des boues liquides en Dordogne).
La profession agricole a participé à la mise en place d’une charte de qualité (annexée au
présent Plan) qui veille à la traçabilité et assure la proximité du lieu d’épandage avec le lieu
de production.

3 caves coopératives possédant une station d’épuration biologique ont par ailleurs été
recensées : Port Sainte Foy, Le Fleix et Sigoulès pour un total de 42 t MS par an.

Les matières de vidange collectées auprès des particuliers sont épandues en agriculture ou
traitées en station d’épuration. Les quantités collectées et leurs destinations sont mal
connues mais les moyens actuels de traitement sont insuffisants. Concernant les matières
de vidange des systèmes d’assainissement autonomes des professionnels, le volume
collecté n’est pas estimé. Ces produits tendent à suivre des filières privées.

En Dordogne, six stations d’épuration sont équipées actuellement pour recevoir des matières
de vidange : Salgourde à Marsac - 6 000 m3/an(CAP), Bergerac – 6 000 m3/an, Boulazac –
1 800 m3/an, Sarlat – 6 200 m3/an, Nontron – 2 500 m3/an (mais fonctionne déjà à pleine
capacité avec les eaux usées) et Mensignac - 300 m3/an (uniquement pour les habitations
proches) pour une capacité totale de 22 800 m3/an. De plus, des unités de traitement sont
en projet, ce qui porte la capacité de traitement à 30 550 m3/an à l’horizon 2007.

En Gironde, le centre de dépotage de la station d’épuration de Sainte Foy la Grande


accueille les matières de vidange de 19 communes de Dordogne (Port Sainte Foy, Saint
Seurin de Prats, Saussignac, Saint Pierre d’Eyraud, Saint Antoine de Breuilh, Saint Méard
de Gurçon, Razac de Saussignac, Velines, Montazeau, Nastringues, Montcaret, Monfaucon,
Fougueyrolles, Bonneville, Saint Vivien, Le Fleix, Gardonne, Saint Michel de Montaigne et
Lamothe Montravel).

Par ailleurs, même si 4 plans d’épandage conformes concernent les matières de vidange sur
le département, complétant le dispositif actuel de traitement en station, l’épandage n’est pas
considéré comme la principale solution mais plutôt comme une filière alternative de secours.
Certains secteurs resteront déficitaires au vu de la proximité recherchée pour le traitement
des matières de vidange, sur lesquels des projets devront être développés.

Les graisses sont pour partie mélangées aux matières de vidange récupérées auprès des
particuliers avant épandage et, sur certaines grosses stations d’épuration, traitées
directement. De plus, la société AES qui exploite la plate-forme de compostage de Saint
Paul La Roche expérimente leur compostage.

47
L’utilisation des ratios ADEME issus de l’étude « déchets banals des entreprises quel
tonnage ? » (2002) permet d’estimer la composition des DIB actuellement enfouis (base
37 800 tonnes enfouies) :

Application Dordogne
%
tonnes

Verre 0,43 % 162,5


Plastiques 3,17 % 1 198,3
Papier carton 7,48 % 2 827,5
Bois 16,69 % 6 308,8
Mélange 72,23 % 27 302,9
100,00 % 37 800,0

La même étude nous permet d’estimer la part des déchets valorisables à 28%, soit 10 584
tonnes.

7.3. Les sous-produits et résidus de l’assainissement


Sur le département, l’assainissement collectif concerne (au premier janvier 2006) 220
communes sur 557 au total. 170 communes resteront en assainissement individuel. Le
dispositif d’épuration collective doit encore s’étendre à 160 communes, ainsi qu’aux
hameaux encore non reliés.

La quantité de boues d'épuration produites par les stations d’épuration de la Dordogne a été
estimée à 5 400 t de matière sèche par an pour le département, produites par les 207
stations d’épuration du territoire départemental, dont 21 ont une taille supérieure à 2 000
équivalents habitants. Cela représente environ 54 000 t de matière brute par an en se basant
sur une siccité moyenne de 10 %.

Le tableau suivant indique la production de boues par catégorie :

Types de production Tonnes par an de


matière sèche
Boues activées (filière compostage) 2 703 t MS
Boues activées liquides (autres prétraitements) 1 915 t MS
Filtres à sable (décanteur-digesteur) 64 t MS
Lits bactériens (filière compostage) 368 t MS
Lits bactériens liquides (autres prétraitements) 341 t MS
Total 5 391 t MS

La production de matières de vidange issues des systèmes d’assainissement autonomes


(qui sont utilisés par près de 123 500 logements en Dordogne) est estimée à 41 000 m3/an
(600 t de matières sèches par an). Cette estimation est effectuée à partir des fréquences
d’entretien des équipements, du type d’assainissement autonome présent sur le
département et des taux de raccordement aux stations d’épuration.
Deux phénomènes vont faire évoluer les quantités :
- à la baisse par l’équipement progressif en assainissement collectif en
remplacement de l’assainissement individuel devrait contribuer à la diminution de la
production
- à la hausse par les contrôles effectués par les Services Publics de contrôle
des Assainissements non Collectifs (SPANC) qui contribueront à l’augmentation des
fréquences des vidanges chez les particuliers.

65
Les quantités de graisses de station d’épuration et de déchets de dessablage et de
dégrillage ont été appréciées par l’application de ratios sur la capacité nominale des stations
concernées. Elles sont estimées à :
- graisses de stations d’épuration (siccité 60 %) : 350 t/an matière brute, soit 200 t/an
matière sèche
- déchets de dessablage (siccité 45 %) : 350 t/an matière brute, soit 150 t/an matière
sèche
- déchets de dégrillage (siccité 30 %) : 3 000 t/an matière brute, soit 900 t/an matière
sèche

66
1.4. Evolution des sous-produits et résidus de l’assainissement
La production de boues de station d’épuration devrait augmenter dans les années à venir
avec l’augmentation des populations reliées au réseau d’assainissement collectif et suite à la
construction de nouvelles stations. L’extension du réseau d’assainissement collectif et
l’amélioration de sa qualité (réparation des fuites, remplacement de tronçons usagés …)
devrait faire augmenter les quantités de boues produites pour atteindre environ 6 000 tonnes
de matière sèche à 10 ans.

La production de matières de vidange est estimée à 35 600 m3/an pour l’ensemble du


département à une échéance de 10 ans. Concernant l’hôtellerie de plein air, l’étude menée
par le Syndicat Départemental de l’Hôtellerie de plein air permet d’approcher les quantités
générées à 1 600 m3/an.

2. OBJECTIFS DE COLLECTE ET DE VALORISATION

2.1. Les déchets ménagers et assimilables collectés par le


service public
2.1.1. Les déchets recyclables
Le décret n°2005-1472 du 29 novembre 2005 (modifian t le décret n° 96-1008 du 18
novembre 1996 relatif aux plans d'élimination des déchets ménagers et assimilés) fixe des
objectifs forts en terme de valorisation, et notamment de recyclage matière des emballages,
à atteindre au 31/12/2008. Ces objectifs sont applicables aux déchets ménagers et non
ménagers.
Les objectifs de valorisation matière pour le périmètre du PDEDMA tiennent donc compte de
ces nouveaux objectifs nationaux.

Les objectifs de collecte sélective différencient la population sédentaire (y compris les


résidences secondaires) et la population touristique (hors hôtellerie). L’analyse de la
composition des ordures ménagères a permis de fixer des objectifs cohérents.

Concernant la Collecte Sélective (CS), l’objectif est que 50 % des touristes participent en
2012 puis 70 % en 2017.
Les tonnages sont ensuite indiqués pour l’ensemble du périmètre du Plan : les résultats de
l’ODD seront comparés à ces tonnages objectifs dans le cadre du suivi du Plan.

70
S’agissant d’un service non obligatoire offert par les collectivités maîtres d’ouvrage des
déchèteries, ce service doit faire l’objet d’une contribution spécifique. Cette contribution est
complémentaire des autres modes de financement du service d’enlèvement et d’élimination
des ordures ménagères : TEOM pour les ménages et redevance Générale ou redevance
spéciale pour les professionnels.

Pour faciliter l’apport des professionnels, le choix d’un accès à l’ensemble des déchèteries
du département avec un tarif unique s’est imposé avec la Charte d’accueil des
professionnels dans les déchèteries.

2.3. Les sous-produits et résidus de l’assainissement


Au-delà des mesures permettant de systématiser la gestion contrôlée des sous-produits et
résidus d’assainissement, le plan préconise, en cohérence avec le projet de schéma
départemental d’élimination des boues et des matières de vidange, la révision de la charte
de qualité élaborée pour les boues afin d’intégrer les autres produits tels que les déchets
verts, la FFOM, les déchets diffus des industries agroalimentaires …
2.3.1. Les boues d’épuration des collectivités
Au vue du caractère rural du département, induisant une production de boues de bonne
qualité mais en quantités diffuses, il est logique de privilégier le retour au sol (agricole ou non
agricole) des boues, et d’inciter les collectivités compétentes à se donner tous les moyens
nécessaires pour pérenniser cette filière en la rendant irréprochable.

L’objectif fixé est de favoriser la valorisation agronomique par retour au sol.

Cette orientation en faveur du recyclage agricole des boues s’inscrit pleinement dans les
objectifs de la loi du 13 juillet 1992 et de la circulaire du 28 avril 1998.
2.3.2. Les matières de vidange
L’objectif fixé est la valorisation agronomique de 100% de la production par retour au sol.
Comme pour les boues, le respect de la réglementation à tous les niveaux doit être
systématique afin de garantir l’acceptation et la transparence du dispositif : les organes de
contrôle apparaissent ici aussi des acteurs incontournables pour le succès et la
pérennisation de l’organisation préconisée.
2.3.3. Les sables et graisses
Les déchets graisseux récupérés au niveau des stations d’épuration équipées d’un
dégraisseur sont généralement mis en décharge ou épandus.
Or, l’enfouissement sera progressivement réservé aux déchets non valorisables et l’article 4
du décret du 8 décembre 1997 relatif à l’épandage de boues sur les sols agricoles interdit
l’épandage de graisses quelque soit leur provenance.
Les déchets graisseux, produits en l’état par les stations d’épuration, ne pourront donc plus
être enfouis ni épandus.

Les sables font également l’objet d’une élimination pas toujours contrôlée, aboutissant au
stockage.

Pour ces déchets, l’objectif est d’entreprendre une réflexion concernant la mise en place de
filières adaptées, avec si possible la valorisation des déchets graisseux.

77
Figure 10 : Organisation actuelle et future de la gestion des déchets verts

PF Compostage (Déchets verts +


FFOM et / ou boues) existante
PF broyage existante
Compostage en CUMA

400 Tonnage de déchets verts traité ou


I collecté en 2005 (ou 2004)
1 800 t/an
I : N° du secteur
750 1 500 t/an : tonnage de déchets
? verts prévisionnel avec mise en
St Front (St Paul La Roche) service de toutes les déchèteries
100 (calcul avec ratio kg/hab 2004 OU
VIII Dussac 60 kghab)
1 400 t/an
400 II
Riberac 2 200 t/an
5 600
Vanxains
St Astier Coulounieix Ch III
1 100 1 100 t/an
IX
7 700 t/an 300
900 Neuvic
St Laurent 400 Marcillac 2 - 2 500 (+ 150 t FFOM)
VII Marcillac 1 - 1 500 (+ 1 700 t boues et 150 t FFOM)
1 800 t/an
V IV
2 200 2 200 t/an
1 700 t/an
Bergerac (+ 2 800 t
boues)
VI
4 800 t/an 900
Cussac

4.2. La gestion des sous-produits et résidus de


l’assainissement
4.2.1. Les boues d’épuration
Les actions inscrites dans le cadre de la révision du plan départemental, en cohérence avec
les orientations en matière d’élimination des boues et des matières de vidange sont de
plusieurs ordres :
• Continuer à promouvoir la valorisation agricole
• Veiller au respect des 7 principes de la charte de qualité (voir Charte annexée au
présent Plan), et la faire évoluer sur le point de la proximité production /
traitement/valorisation
• Développer le traitement des boues liquides afin de proposer à l’épandage un produit
plus stable, moins odorant et mieux accepté
• Favoriser la prise en compte de la problématique « boues » lors de la construction de
nouvelles stations d’épuration et encourager l’amélioration des dispositifs sur les
stations existantes.

La Mission Déchets pilotée par la Chambre d’Agriculture, assure le suivi et la mise en œuvre
de la charte de qualité des boues. A ce titre, elle est un acteur privilégié dans la mise en
œuvre des objectifs ci-dessus.

102
Concernant les effluents non ménagers, le plan recommande par ailleurs l'établissement de
conventions de raccordement des entreprises sur les réseaux d'eaux usées notamment
lorsque les activités peuvent effectuer des rejets de type « industriel » compatibles avec la
filière de traitement (en nature d’effluents et en faibles quantités), ainsi qu'un suivi accru des
rejets d'eaux usées et du fonctionnement des unités de traitement par les exploitants.

Le maintien de la qualité des boues doit aussi s'opérer en captant en amont le maximum de
micro polluants constitués pour l'essentiel de déchets toxiques produits en quantités
dispersées (issus des ménages et des entreprises), et de rejets industriels, artisanaux et
commerciaux, et agricoles.

La participation de toutes les instances de contrôle à la mise en œuvre d’un dispositif


transparent et de qualité doit assurer le respect de la réglementation :
- Au niveau du dispositif d’assainissement (stations, raccordement, …)
- Au niveau de l’épandage (plans d’épandage conformes, contrôles qualité)
- Au niveau des unités de traitement (compostage notamment)

Aucune installation de compostage de boues n’est nécessaire au vue des conditions


actuelles, cependant l’évolution progressive de l’épandage de boues liquides vers
l’épandage de boues prétraitées voire compostées pourra donner lieu à la création de
nouvelles installations si des besoins sont identifiés au niveau local. Le cas échéant, une
étude préalable à la construction de nouvelles unités de co-compostage devra être réalisée
pour la conception, le dimensionnement et la localisation de ces unités.

Remarques :
- Le « mélange » de boues issues de plusieurs stations d’épuration est soumis à
autorisation préfectorale.
- Si la qualité des boues ne permettait pas leur valorisation agronomique, elles seront
enfouies dans des CSDU autorisés.

4.2.2. Elimination des autres résidus d’épuration


4.2.2.1. Les matières de vidange
Le schéma départemental d’élimination des boues et des matières de vidange en cours
d’élaboration préconise les mesures d’amélioration et d’organisation suivantes :
- la construction de nouvelles unités de traitement des matières de vidange
pour desservir l’ensemble du département, avec un principe de proximité permettant le
traitement dans un rayon d'environ 20 km du lieu de production.
- étudier la mise en œuvre d’une tarification unique afin de pérenniser les
actions et les débouchés pour toutes les zones du territoire
- responsabiliser les producteurs et les vidangeurs afin de faire disparaître
les pratiques non autorisées au profit de filières contrôlées
- objectifs de gestion : après traitement sur des stations d’épuration ou unité
de traitement spécifique ou plan d’épandage spécifique

Les secteurs pour lesquels des unités doivent être envisagées sont notamment le Nord-Est
et le centre sud du département. Des partenariats public/privé doivent être recherchés afin
de déboucher sur des installations permettant de répondre aux besoins de tous les
producteurs.

Si la qualité des matières de vidange ne permettait pas leur valorisation agronomique, elles
seront enfouies dans des CSDU autorisés.

103
4.2.2.2. Les sables et graisses
Les déchets graisseux doivent ainsi être orientés vers de nouvelles filières de traitement et
de valorisation pour remplacer le stockage.

Les faibles quantités produites par les stations d’épuration du département incitent à la mise
en place de filières de traitement communes avec les graisses industrielles (restauration,
agroalimentaire, …). Les filières de traitement disponibles sont :
- le traitement en milieux aqueux
- le compostage
- l’utilisation pour valorisation thermique

4.3. Les biodéchets des ménages et des activités


4.3.1. Le compostage individuel
Il s’agit du dispositif central de valorisation des biodéchets des ménages, en préalable et en
complément de la valorisation des déchets verts organisée de façon collective sur les
déchets verts apportés en déchèterie.

L’organisation à mettre en œuvre pour le succès de cette opération doit comporter :


- un dispositif spécifique d’information et de suivi auprès des personnes effectuant le
compostage individuel
- une convention entre la collectivité et l’usager pour la mise à disposition éventuelle
d’un composteur, accompagné d’un mode d’emploi et d’un numéro d’appel en cas de
problème
- un objectif d’équipement en fonction de l’habitat et des habitudes locales de
consommation
- un dispositif d’évaluation annuel afin de pérenniser le dispositif et d’améliorer le taux
de détournement de la collecte traditionnelle, dès l’approbation du Plan

4.3.2. Le développement de collectes spécifiques


Une étude menée sur le Syndicat de Belvès a montré qu’en zone rurale, la collecte sélective
de la FFOM en porte à porte auprès des particuliers ne possédait pas des avantages
suffisants à sa mise en œuvre :
- les coûts de collecte de la FFOM ont un impact fort sur les coûts totaux
- la circulation de camions de collecte n’est pas justifiée au vue des quantités
prévisionnelles à collecter

Cette solution n’est donc pas préconisée en zone rurale. Néanmoins, en zone d’habitat
collectif et/ou dense, le Plan ne s’oppose pas à des initiatives permettant là aussi d’améliorer
le taux de détournement de la collecte traditionnelle.

4.3.3. Le co-compostage
Les biodéchets des collectivités doivent faire l’objet d’une réflexion au cas par cas
concernant les possibilités de compostage in situ en mélange avec des déchets verts par
exemple. Les établissements scolaires se prêtent particulièrement bien à ces initiatives,
permettant d’associer une action environnementale à un effort pédagogique.
De la même manière, des opérations de co-compostage de quartier ou de hameau peuvent
être envisagées.

104
11. BILAN

11.1. Mesures préconisées pour favoriser l’acceptation et la


mise en œuvre du scénario retenu
L’organisation intercommunale telle qu’elle existe sur le territoire du PDEDMA est adaptée à
la mise en œuvre des prescriptions concernant la réduction de la production, la valorisation
et le traitement des déchets.

Notamment, l’existence d’un syndicat de traitement départemental permet d’envisager la


mise en œuvre rapide du traitement des ordures ménagères par stabilisation biologique.

Pour les mesures concernant l’optimisation des services de collecte et l’amélioration


des collectes sélectives, la persistance de plus de 30 communes indépendantes
risque cependant d’être un frein à l’application du PDEDMA. Dans ces secteurs, il
serait bien d’encourager le regroupement des communes indépendantes au sein
d’EPCI à compétence collecte.

Dans tous les cas, il faudra maintenir une cohésion des actions entre les communes, les
EPCI, le SMD3 et le Conseil Général. Cette condition est nécessaire au maintien d’une ligne
directrice forte au niveau départemental.

Il convient également de prévoir une articulation avec :


• les communes ou les syndicats de traitement des eaux usées pour la gestion des
boues de station d’épuration (plans d’épandage....) et les matières de vidange,
• avec les producteurs des déchets d’activités artisanales, commerciales,
industrielles, agricoles. Le rôle des chambres consulaires, des syndicats
professionnels est important pour définir les besoins des professionnels (quantités
et nature des déchets à traiter) et pour la signature de conventions de partage des
installations de traitement.

11.2. Bilan des installations nécessaires


Le tableau ci-dessous résume les installations préconisées pour la mise en œuvre du
PDEDMA de la Dordogne :

Nombre supplémentaire (année 2017)


Unités de traitement par stabilisation 2
biologique des ordures ménagères résiduelles
Plate forme de concassage de déchets inertes 1 installation départementale (étude de
localisation à mener)
CSDU de classe 3 pour déchets inertes 17 sites
Déchèteries 9 nouvelles installations suivant schéma
actuel
Plate forme de broyage de déchets de bois 1 installation départementale (étude de
localisation à mener)
Plates-formes de compostage Aucune suivant le contexte actuel mais de
nouvelles installations, notamment pour les
boues, pourront être créées.
Centres de tri 1 pour les DPS ; 1 pour les DIB
Unités de traitement des matières de vidange 2 (centre-sud et nord-est)

119
ANNEXE 2
COUT D’INVESTISSEMENT ET DE FONCTIONNEMENT DES
LITS DE SECHAGE PLANTES DE ROSEAUX
1 – Coût d’investissement
Le coût d’investissement d’une unité de déshydratation par lits de séchage plantés de roseaux a
été estimé à partir du projet et du marché d’entreprise de la commune de Montcaret, puis validé
par comparaison à deux autres projets établis récemment.
a) Unité de Montcaret
L’unité comprend 220 m² de surface de lits de séchage sur 6 casiers.
Pour 6 casiers, la charge nominale maximum est de 40 kgMS/m²/an, donc l’unité de
Montcaret peut accepter 8,8 TMS/an, soit avec un ratio de 14,6 kgMS/an/EH une capacité
pour 602 EH.
Le coût de l’opération se décompose comme suit :
• 220.000 € HT de travaux (prix marché) dont la répartition entre partie fixe
(indépendante de la capacité de l’ouvrage) et la partie proportionnelle (inerrante à
la capacité) est 88.439 € et 131.561 €,
• 27.600 € HT de frais d’études, d’honoraires de maîtrise d’œuvre, … (sans achat de
terrain).
On remarquera que le montant marché de la part fixe est nettement supérieur à l’estimation
du projet.
A partir de ces éléments, il est déterminé les ratios suivants :
 Part fixe = 88.439 + 27.600 = 116.039 € arrondi à 116.000 € HT
 Part proportionnelle = 131.561 ÷ 602 EH = 218 € HT/EH
b) Unité des Eyzies Tayac de Sireuil
Le projet comprend 380 m² de surface de lits de séchage sur 6 casiers.
Pour 6 casiers, la charge nominale maximum est de 40 kgMS/m²/an, donc l’unité des
Eyzies peut accepter 15,2 TMS/an, soit avec un ratio de 14,6 kgMS/an/EH une capacité
pour 1.041 EH.
Le coût de l’opération, après actualisation (projet 2007) se décompose comme suit :
• 291.400 € HT de travaux dont la répartition est de 70.000 € pour la partie fixe et
221.400 € pour la partie proportionnelle,
• 43.700 € HT (environ 15% des travaux) de frais d’études, d’honoraires de maîtrise
d’œuvre, achat de terrain, ...
A partir de ces éléments, il est déterminé les ratios suivants :
 Part fixe = 70.000 + 43.700 = 113.700 €
 Part proportionnelle = 221.400 ÷ 1.041 EH = 212 €/EH
ANNEXE 3
SECTEUR DU "SARLADAIS"
DÉTAIL DES SCÉNARII ET RECAPITULATIF
Etude comparative pour la valorisation
des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Sarladais" - Récapitulatif des scénarii

Unité mobile +
Scénario Lits de Séchage
compostage
Investissement 2 590 113,48 € 875 000,00 €
Fonctionnement 283 074,84 € 304 851,70 €
Total 425 080,51 € 358 601,70 €
Avec subventions :
subventions Agence de l'Eau 647 528,37 € 218 750,00 €
subventions CG 505 499,73 € 350 000,00 €
Sous-Total subventions 1 153 028,10 € 568 750,00 €
Investissement pour collectivités 1 437 085,38 € 306 250,00 €
Fonctionnement 283 074,84 € 304 851,70 €
Total collectivités 359 304,11 € 323 664,20 €

Unité mobile +
Comparaisons sans subventions Lits de Séchage
compostage
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 17 745,69 € 11 268,74 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 43 749,13 € 36 188,52 €
GROLEJAC (BOURG) 12 274,83 € 6 028,74 €
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD) 41 015,49 € 28 066,94 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 33 546,35 € 26 248,61 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 16 869,41 € 10 390,97 €
VITRAC (COMMUNALE) 12 363,83 € 6 097,72 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 18 804,75 € 12 253,10 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 17 527,43 € 10 874,77 €
Sous-Total 213 896,91 € 147 418,11 €
SARLAT LA CANEDA 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 425 080,51 € 358 601,70 €

Unité mobile +
Comparaisons avec subventions Lits de Séchage
compostage
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 12 474,78 € 7 974,09 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 31 224,59 € 30 052,96 €
GROLEJAC (BOURG) 9 238,88 € 3 331,78 €
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD) 24 765,49 € 22 864,25 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 24 097,65 € 21 227,71 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 11 895,69 € 7 192,06 €
VITRAC (COMMUNALE) 8 918,21 € 3 391,05 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 13 174,66 € 8 842,74 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 12 330,55 € 7 603,96 €
Sous-Total 148 120,51 € 112 480,61 €
SARLAT LA CANEDA 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 359 304,11 € 323 664,20 €
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Sarladais" - Scénario avec lits de séchage plantés de roseaux

Solution Lits de Séchage Plantés de Roseaux


Capacité Coût Coût
station Production Production investissement investissement Coût Cout annuel Suvention Cout annuel
d'épuration actuelle future boues LSPR / capacité LSPR / volume fonctionnement sans Agence de Suvention avec
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) step boues futur LSPR subvention l'Eau Conseil général subvention
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 1140 Boues activées 6,73 7,92 364 520,00 € 234 262,61 € 6 032,56 € 17 745,69 € 58 565,65 € 46 852,52 € 12 474,78 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 2000 Boues activées 25,48 34,17 552 000,00 € 626 227,23 € 12 437,77 € 43 749,13 € 156 556,81 € 93 934,08 € 31 224,59 €
GROLEJAC (BOURG) 2300 Boues activées 1,59 2,40 617 400,00 € 151 797,12 € 4 684,97 € 12 274,83 € 37 949,28 € 22 769,57 € 9 238,88 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 4133 Boues activées 23,48 23,87 1 016 994,00 € 472 434,98 € 9 924,61 € 33 546,35 € 118 108,74 € 70 865,25 € 24 097,65 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 1200 Boues activées 5,00 7,04 377 600,00 € 221 053,82 € 5 816,71 € 16 869,41 € 55 263,45 € 44 210,76 € 11 895,69 €
VITRAC (COMMUNALE) 880 Boues activées 2,28 2,49 307 840,00 € 153 138,73 € 4 706,89 € 12 363,83 € 38 284,68 € 30 627,75 € 8 918,21 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien 6,10 8,99 334 000,00 € 250 226,39 € 6 293,43 € 18 804,75 € 62 556,60 € 50 045,28 € 13 174,66 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien + lagune 7,70 7,70 334 000,00 € 230 972,60 € 5 978,80 € 17 527,43 € 57 743,15 € 46 194,52 € 12 330,55 €
SOUS-TOTAL 13653 78,4 94,6 3 904 354,00 € 2 340 113,48 € 55 875,75 € 172 881,42 € 585 028,37 € 405 499,73 € 123 355,02 €

Lits de Séchage Plantés de Roseaux (LSPR)


Investissement part fixe 116 000 € Amortissement sur 20 ans
part variable 218 € / EH
avec 14,6 kgMS / EH / an
Fonctionnement part fixe 4 100 € / an
part variable 244 € / tMS

Capacité
station Production Production Distance Station Volume boues Coût unité Coût Coût transport Coût Coût annuel Suvention Coût annuel
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées déshydratation fonctionnement boues compostage sans Agence de Suvention avec
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) fixe déshydratation déshydratées boues subvention l'Eau Conseil général subvention
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD) 2250 Boues activées 16,37 25,55 23,4 127,76 250 000,00 € 5 110,24 € 1 195,80 € 9 709,46 € 41 015,49 € 62 500,00 € 100 000,00 € 24 765,49 €
SARLAT LA CANEDA 23000 Boues activées 252,00 263,15 13,1 1315,75 - € 52 630,09 € 6 894,54 € 99 997,17 € 159 521,80 € - € - € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 10000 Boues activées 81,00 81,00 28,9 405,00 - € 16 200,00 € 4 681,80 € 30 780,00 € 51 661,80 € - € - € 51 661,80 €
SOUS-TOTAL 48903 349,4 369,7 1848,5 250 000,00 € 73 940,33 € 12 772,14 € 140 486,62 € 252 199,09 € 62 500,00 € 100 000,00 € 235 949,09 €

Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse)


Fonctionnement 200 € / tMS Désydratation avec unité Amortissement sur 10 ans
Siccité 20% fixe sur station d'épuration
Plate-Forme de Compostage
Investissement 55 € / m3 TOTAL 425 080,51 € 647 528,37 € 505 499,73 € 359 304,11 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Sarladais" - Scénario avec unité mobile de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Filtre Presse


Capacité Distance Coût Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité fonctionnement Coût transport
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation unité boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 1140 Boues activées 6,73 7,92 21,4 24,75 75 000,00 € 32 967,37 € 2 851,32 € 211,87 € 1 361,31 € 519,77 € 11 991,01 € 7 410,63 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 2000 Boues activées 25,48 34,17 21,4 106,78 75 000,00 € 142 233,02 € 12 301,63 € 914,08 € 5 873,17 € 2 242,48 € 39 304,66 € 27 622,02 €
GROLEJAC (BOURG) 2300 Boues activées 1,59 2,40 22 7,49 75 000,00 € 9 978,95 € 863,07 € 65,93 € 412,06 € 157,33 € 6 246,28 € 3 160,15 €
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD)
2250 Boues activées 16,37 25,55 23 79,85 75 000,00 € 106 353,49 € 9 198,43 € 734,60 € 4 391,61 € 1 676,80 € 30 386,79 € 21 036,31 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 4133 Boues activées 23,48 23,87 18 74,60 75 000,00 € 99 361,27 € 8 593,68 € 537,11 € 4 102,89 € 1 566,56 € 28 486,35 € 19 590,37 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 1200 Boues activées 5,00 7,04 18,7 21,99 75 000,00 € 29 285,23 € 2 532,86 € 164,46 € 1 209,26 € 461,72 € 11 046,82 € 6 705,78 €
VITRAC (COMMUNALE) 880 Boues activées 2,28 2,49 18,7 7,77 75 000,00 € 10 352,94 € 895,42 € 58,14 € 427,50 € 163,23 € 6 329,58 € 3 219,14 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien 6,10 8,99 19,7 28,09 75 000,00 € 37 417,49 € 3 236,21 € 221,37 € 1 545,07 € 589,93 € 13 084,33 € 8 214,69 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien + lagune 7,70 7,70 9,4 24,06 75 000,00 € 32 050,23 € 2 772,00 € 90,48 € 1 323,44 € 505,31 € 11 646,25 € 7 125,48 €
SOUS-TOTAL 94,73 120,12 375,39 675 000,00 € 500 000,00 € 43 244,62 € 2 998,02 € 20 646,30 € 7 883,13 € 158 522,07 € 104 084,57 €
SARLAT LA CANEDA 23000 Boues activées 252,00 263,15 13,1 1315,75 - € - € 52 630,09 € 6 894,54 € 72 366,37 € 27 630,80 € 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 10000 Boues activées 81,00 81,00 28,9 405,00 - € - € 16 200,00 € 4 681,80 € 22 275,00 € 8 505,00 € 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 48903 427,7 464,3 2096,1 675 000,00 € 500 000,00 € 112 074,71 € 14 574,36 € 115 287,67 € 44 018,93 € 369 705,67 € 315 268,17 €

Unité Mobile de Déshydratation Filtre Presse


Investissement 500 000 € Désydratation avec unité Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 360 € / tMS fixe sur station d'épuration
Siccité 32%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse) Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité 20%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 55 € / m3
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Filtre Bande


Capacité Distance Coût Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité fonctionnement Coût transport
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation unité boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 1140 Boues activées 6,73 7,92 21,4 49,50 75 000,00 € 19 780,42 € 2 851,32 € 423,74 € 2 722,62 € 1 039,54 € 12 765,26 € 9 042,04 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 2000 Boues activées 25,48 34,17 21,4 213,57 75 000,00 € 85 339,81 € 12 301,63 € 1 828,16 € 11 746,34 € 4 484,97 € 42 645,08 € 34 660,49 €
GROLEJAC (BOURG) 2300 Boues activées 1,59 2,40 22 14,98 75 000,00 € 5 987,37 € 863,07 € 131,86 € 824,11 € 314,66 € 6 482,44 € 3 655,76 €
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD)
2250 Boues activées 16,37 25,55 22,6 159,70 75 000,00 € 63 812,10 € 9 198,43 € 1 443,64 € 8 783,23 € 3 353,60 € 32 910,10 € 26 324,82 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 4133 Boues activées 23,48 23,87 18 149,20 75 000,00 € 59 616,76 € 8 593,68 € 1 074,21 € 8 205,77 € 3 133,11 € 30 718,45 € 24 405,86 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 1200 Boues activées 5,00 7,04 18,7 43,97 75 000,00 € 17 571,14 € 2 532,86 € 328,92 € 2 418,53 € 923,44 € 11 710,85 € 8 131,23 €
VITRAC (COMMUNALE) 880 Boues activées 2,28 2,49 18,7 15,55 75 000,00 € 6 211,77 € 895,42 € 116,28 € 855,00 € 326,45 € 6 564,33 € 3 723,06 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien 6,10 8,99 19,7 56,18 75 000,00 € 22 450,50 € 3 236,21 € 442,73 € 3 090,13 € 1 179,87 € 13 943,99 € 10 047,21 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien + lagune 7,70 7,70 9,4 48,13 75 000,00 € 19 230,14 € 2 772,00 € 180,95 € 2 646,88 € 1 010,63 € 12 283,46 € 8 596,00 €
SOUS-TOTAL 94,73 120,12 750,77 675 000,00 € 300 000,00 € 43 244,62 € 5 970,49 € 41 292,60 € 15 766,27 € 170 023,98 € 128 586,48 €
SARLAT LA CANEDA 23000 Boues activées 252,00 263,15 13,1 1315,75 - € - € 52 630,09 € 6 894,54 € 72 366,37 € 27 630,80 € 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 10000 Boues activées 81,00 81,00 28,9 405,00 - € - € 16 200,00 € 4 681,80 € 22 275,00 € 8 505,00 € 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 48903 427,7 464,3 2471,5 675 000,00 € 300 000,00 € 112 074,71 € 17 546,83 € 135 933,98 € 51 902,06 € 381 207,58 € 339 770,08 €

Unité Mobile de Déshydratation Filtre Bande


Investissement 300 000 € Désydratation avec unité Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 360 € / tMS fixe sur station d'épuration
Siccité 16%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse) Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité 20%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 55 € / m3
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Sarladais" - Scénario avec unité mobile de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Presse à Vis


Capacité Distance Coût Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité fonctionnement Coût transport Imobilisation Imobilisation
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation unité boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel unité mobile unité mobile
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention actuelle future
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 1140 Boues activées 6,73 7,92 21,4 39,60 75 000,00 € 13 186,95 € 2 851,32 € 338,99 € 2 178,09 € 831,64 € 11 268,74 € 7 974,09 € 6 7
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 2000 Boues activées 25,48 34,17 21,4 170,86 75 000,00 € 56 893,21 € 12 301,63 € 1 462,53 € 9 397,07 € 3 587,97 € 36 188,52 € 30 052,96 € 21 28
GROLEJAC (BOURG) 2300 Boues activées 1,59 2,40 22 11,99 75 000,00 € 3 991,58 € 863,07 € 105,49 € 659,29 € 251,73 € 6 028,74 € 3 331,78 € 1 2
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD)
2250 Boues activées 16,37 25,55 22,6 127,76 75 000,00 € 42 541,40 € 9 198,43 € 1 154,91 € 7 026,58 € 2 682,88 € 28 066,94 € 22 864,25 € 14 21
MONTIGNAC (COMMUNALE) 4133 Boues activées 23,48 23,87 18 119,36 75 000,00 € 39 744,51 € 8 593,68 € 859,37 € 6 564,62 € 2 506,49 € 26 248,61 € 21 227,71 € 20 20
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 1200 Boues activées 5,00 7,04 18,7 35,18 75 000,00 € 11 714,09 € 2 532,86 € 263,14 € 1 934,82 € 738,75 € 10 390,97 € 7 192,06 € 4 6
VITRAC (COMMUNALE) 880 Boues activées 2,28 2,49 18,7 12,44 75 000,00 € 4 141,18 € 895,42 € 93,02 € 684,00 € 261,16 € 6 097,72 € 3 391,05 € 2 2
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien 6,10 8,99 19,7 44,95 75 000,00 € 14 967,00 € 3 236,21 € 354,19 € 2 472,11 € 943,89 € 12 253,10 € 8 842,74 € 5 7
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien + lagune 7,70 7,70 9,4 38,50 75 000,00 € 12 820,09 € 2 772,00 € 144,76 € 2 117,50 € 808,50 € 10 874,77 € 7 603,96 € 6 6
SOUS-TOTAL 94,73 120,12 600,62 675 000,00 € 200 000,00 € 43 244,62 € 4 776,39 € 33 034,08 € 12 613,01 € 147 418,11 € 112 480,61 € 79 100
SARLAT LA CANEDA 23000 Boues activées 252,00 263,15 13,1 1315,75 - € - € 52 630,09 € 6 894,54 € 72 366,37 € 27 630,80 € 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 10000 Boues activées 81,00 81,00 28,9 405,00 - € - € 16 200,00 € 4 681,80 € 22 275,00 € 8 505,00 € 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 48903 427,7 464,3 2321,4 675 000,00 € 200 000,00 € 112 074,71 € 16 352,73 € 127 675,45 € 48 748,81 € 358 601,70 € 323 664,20 €

Unité Mobile de Déshydratation Presse à Vis


Investissement 200 000 € Désydratation avec unité Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 360 € / tMS fixe sur station d'épuration
Siccité 20%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse) Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité 20%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 55 € / m3
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Presse à Vis (Variante Le Lardin Déshydratation fixe Filtre à Bande)
Capacité Distance Coût Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité fonctionnement Coût transport Imobilisation Imobilisation
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation unité boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel unité mobile unité mobile
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention actuelle future
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 1140 Boues activées 6,73 7,92 21,4 39,60 75 000,00 € 16 749,73 € 2 851,32 € 338,99 € 2 178,09 € 831,64 € 11 625,02 € 8 098,78 € 6 7
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 2000 Boues activées 25,48 34,17 21,4 170,86 75 000,00 € 72 264,34 € 12 301,63 € 1 462,53 € 9 397,07 € 3 587,97 € 37 725,63 € 30 590,95 € 21 28
GROLEJAC (BOURG) 2300 Boues activées 1,59 2,40 22 11,99 75 000,00 € 5 070,01 € 863,07 € 105,49 € 659,29 € 251,73 € 6 136,58 € 3 369,53 € 1 2
MONTIGNAC (COMMUNALE) 4133 Boues activées 23,48 23,87 18 119,36 75 000,00 € 50 482,48 € 8 593,68 € 859,37 € 6 564,62 € 2 506,49 € 27 322,40 € 21 603,54 € 20 20
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 1200 Boues activées 5,00 7,04 18,7 35,18 75 000,00 € 14 878,95 € 2 532,86 € 263,14 € 1 934,82 € 738,75 € 10 707,46 € 7 302,83 € 4 6
VITRAC (COMMUNALE) 880 Boues activées 2,28 2,49 18,7 12,44 75 000,00 € 5 260,02 € 895,42 € 93,02 € 684,00 € 261,16 € 6 209,61 € 3 430,21 € 2 2
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien 6,10 8,99 19,7 44,95 75 000,00 € 19 010,71 € 3 236,21 € 354,19 € 2 472,11 € 943,89 € 12 657,47 € 8 984,27 € 5 7
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien + lagune 7,70 7,70 9,4 38,50 75 000,00 € 16 283,76 € 2 772,00 € 144,76 € 2 117,50 € 808,50 € 11 221,14 € 7 725,19 € 6 6
SOUS-TOTAL 78,36 94,57 472,86 600 000,00 € 200 000,00 € 34 046,19 € 3 621,48 € 26 007,50 € 9 930,14 € 123 605,30 € 91 105,30 € 65 79
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD)
2250 Boues activées 16,37 25,55 23,4 159,70 - € 250 000,00 € 5 110,24 € 1 494,75 € 8 783,23 € 3 353,60 € 43 741,81 € 27 491,81 €
SARLAT LA CANEDA 23000 Boues activées 252,00 263,15 13,1 1315,75 - € - € 52 630,09 € 6 894,54 € 72 366,37 € 27 630,80 € 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 10000 Boues activées 81,00 81,00 28,9 405,00 - € - € 16 200,00 € 4 681,80 € 22 275,00 € 8 505,00 € 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 48903 427,7 464,3 2353,3 600 000,00 € 450 000,00 € 107 986,51 € 16 692,56 € 129 432,10 € 49 419,53 € 378 530,71 € 329 780,71 €

Unité Mobile de Déshydratation Presse à Vis


Investissement 200 000 € Désydratation avec unité Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 360 € / tMS fixe sur station d'épuration
Siccité 20%
Unité Fixe de Déshydratation (Filtre à Bande / Centrifugeuse) Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité filtre à bande 16%
Siccité centrifugeuse 20%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 55 € / m3
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
ANNEXE 4
SECTEUR DU "BUISSONNAIS"
DÉTAIL DES SCÉNARII ET RECAPITULATIF
Etude comparative pour la valorisation
des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Buissonnais" - Récapitulatif des scénarii

Centrifugation Unité mobile +


Scénario Lits de Séchage
+ compostage compostage
Investissement 3 425 495,24 € 1 250 000,00 € 1 200 000,00 €
Fonctionnement 73 612,28 € 90 956,15 € 82 150,10 €
Total 244 887,04 € 170 956,15 € 152 150,10 €
Avec subventions :
subventions Agence de l'Eau 856 373,81 € 312 500,00 € 300 000,00 €
subventions CG 583 882,64 € 500 000,00 € 480 000,00 €
Sous-Total subventions 1 440 256,45 € 812 500,00 € 780 000,00 €
Investissement pour collectivités 1 985 238,79 € 437 500,00 € 420 000,00 €
Fonctionnement 73 612,28 € 90 956,15 € 82 150,10 €
Total collectivités 172 874,22 € 118 956,15 € 106 650,10 €

Centrifugation Unité mobile +


Comparaisons sans subventions Lits de Séchage
+ compostage compostage
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 40 212,34 € 29 927,43 € 26 239,82 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 56 099,89 € 40 144,16 € 37 187,86 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 22 848,83 € 11 751,19 € 13 234,33 €
LES EYZIES DE TAYAC 18 041,22 € 14 240,78 € 9 824,78 €
SIORAC EN PERIGORD 23 173,71 € 14 680,92 € 13 466,93 €
TREMOLAT 23 444,14 € 19 316,32 € 13 637,54 €
LALINDE 44 002,22 € 32 392,45 € 29 506,11 €
STE ALVERE 17 064,69 € 8 502,88 € 9 052,72 €
244 887,04 € 170 956,15 € 152 150,10 €

Centrifugation Unité mobile +


Comparaisons avec subventions Lits de Séchage
+ compostage compostage
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 28 754,03 € 20 800,25 € 19 045,64 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 39 851,95 € 26 494,02 € 27 500,57 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 15 069,21 € 7 925,35 € 8 764,87 €
LES EYZIES DE TAYAC 12 670,08 € 10 961,99 € 6 109,74 €
SIORAC EN PERIGORD 16 061,86 € 10 250,52 € 8 946,48 €
TREMOLAT 17 040,97 € 13 861,56 € 9 074,67 €
LALINDE 31 401,38 € 22 550,96 € 21 717,21 €
STE ALVERE 12 024,75 € 6 111,50 € 5 490,92 €
172 874,22 € 118 956,15 € 106 650,10 €
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Buissonnais" - Scénario avec lits de séchage plantés de roseaux

Solution Lits de Séchage Plantés de Roseaux


Capacité Coût Coût
station Production Production investissement investissement Coût
d'épuration actuelle future boues LSPR / capacité LSPR / volume fonctionnement Cout annuel Suvention Suvention Cout annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) step boues futur LSPR sans subvention Agence de l'Eau Conseil général avec subvention
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 3600 Boues activées + lagune finition 28,4 30,6 900 800,00 € 572 915,13 € 11 566,58 € 40 212,34 € 143 228,78 € 85 937,27 € 28 754,03 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 4750 Lit bactérien 40 46,6 1 151 500,00 € 812 397,35 € 15 480,03 € 56 099,89 € 203 099,34 € 121 859,60 € 39 851,95 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 450 Lit bactérien 12,5 13,1 214 100,00 € 311 185,16 € 7 289,58 € 22 848,83 € 77 796,29 € 77 796,29 € 15 069,21 €
LES EYZIES DE TAYAC 1900 Boues activées 6,74 8,2 530 200,00 € 238 717,18 € 6 105,36 € 18 041,22 € 59 679,29 € 47 743,44 € 12 670,08 €
SIORAC EN PERIGORD 1900 Lit bactérien 13,4 13,4 530 200,00 € 316 082,19 € 7 369,60 € 23 173,71 € 79 020,55 € 63 216,44 € 16 061,86 €
TREMOLAT 2000 Boues activées 6,215 13,7 552 000,00 € 320 158,49 € 7 436,21 € 23 444,14 € 80 039,62 € 48 023,77 € 17 040,97 €
LALINDE 3600 Lit bactérien 21,9 34,4 900 800,00 € 630 042,27 € 12 500,11 € 44 002,22 € 157 510,57 € 94 506,34 € 31 401,38 €
STE ALVERE 633 Boues activées 6,1 7,2 253 994,00 € 223 997,46 € 5 864,82 € 17 064,69 € 55 999,36 € 44 799,49 € 12 024,75 €
TOTAL 18833 135,3 167,3 5 033 594,00 € 3 425 495,24 € 73 612,28 € 244 887,04 € 856 373,81 € 583 882,64 € 172 874,22 €

Amortissement sur 20 ans


Lits de Séchage Plantés de Roseaux (LSPR)
Investissement part fixe 116 000 €
part variable 218 € / EH
avec 14,6 kgMS / EH / an
Fonctionnement part fixe 4 100 € / an
part variable 244 € / tMS
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Buissonnais" - Scénario avec unité fixe de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Fixe de Centrifugeuse


Capacité
station Production Production Volume boues Distance Station Coût unité Coût Coût Plate- Coût Coût station Coût
d'épuration actuelle boues future boues Type boues liquides d'épuration / Coût transport déshydratation fonctionnement forme fonctionnement d'épuration fonctionnement Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration (tMS) (tMS) liquides Siccité (m3) plate forme boues liquides fixe déshydratation compostage compostage FPR FPR sans subvention avec subvention
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 3600 Boues activées + lagune finition 28,4 30,6 3,80% 805,28 15,4 4 960,54 € 64 032,27 € 6 120,15 € 73 179,74 € 3 213,08 € 79 592,21 € 1 591,84 € 29 927,43 € 20 800,25 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 4750 Lit bactérien 40 46,6 digesteur 4,50% 1 036,43 6,4 2 653,27 € 97 593,41 € 9 327,89 € 111 535,32 € 4 897,14 € 113 282,21 € 2 265,64 € 40 144,16 € 26 494,02 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 450 Lit bactérien 12,5 13,1 digesteur 4,50% 290,49 10,7 1 243,30 € 27 353,33 € 2 614,41 € 31 260,95 € 1 372,56 € 31 750,56 € 635,01 € 11 751,19 € 7 925,35 €
LES EYZIES DE TAYAC 1900 Boues activées 6,74 8,2 1,00% 821,87 17,5 5 753,07 € 17 197,64 € 1 643,73 € 19 654,44 € 862,96 € 46 836,14 € 936,72 € 14 240,78 € 10 961,99 €
SIORAC EN PERIGORD 1900 Lit bactérien 13,4 13,4 silo drainé 2,00% 670,00 10,5 2 814,00 € 28 039,60 € 2 680,00 € 32 045,26 € 1 407,00 € 48 195,74 € 963,91 € 14 680,92 € 10 250,52 €
TREMOLAT 2000 Boues activées 6,215 13,7 1,00% 1 367,30 9,5 5 195,74 € 28 610,85 € 2 734,60 € 32 698,12 € 1 435,67 € 77 918,96 € 1 558,38 € 19 316,32 € 13 861,56 €
LALINDE 3600 Lit bactérien 21,9 34,4 digesteur 5,80% 593,56 22 5 223,36 € 72 038,09 € 6 885,34 € 82 329,25 € 3 614,80 € 76 409,78 € 1 528,20 € 32 392,45 € 22 550,96 €
STE ALVERE 633 Boues activées 6,1 7,2 silo drainé 2,00% 361,64 14,5 2 097,53 € 15 134,81 € 1 446,57 € 17 296,92 € 759,45 € 26 014,40 € 520,29 € 8 502,88 € 6 111,50 €
TOTAL 18833 135,3 167,3 5946,6 106,5 29 940,80 € 350 000,00 € 33 452,69 € 400 000,00 € 17 562,66 € 500 000,00 € 10 000,00 € 170 956,15 € 118 956,15 €

Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse) Amortissement sur 10 ans


Investissement 350 000 €
Fonctionnement 200 € / tMS Amortissement sur 20
Siccité 20% ans
Taux de capture 90%
Amortissement sur 20
Plate-Forme de Compostage
ans
Investissement 400 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Station d'épuration FPR (traitement lixiviat)
Capacité 1 146 EH
Investissement 500 000 €
Fonctionnement 10 000 € / an
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-citerne 15 m3
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Buissonnais" - Scénario avec unité mobile de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Filtre Presse


Capacité Distance Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité Coût Coût transport
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile unité mobile déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 3600 Boues activées + lagune finition 28,4 30,6 15,4 95,63 75 000,00 € 91 474,67 € 11 016,27 € 589,06 € 73 179,74 € 2 008,17 € 30 169,96 € 19 408,26 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 4750 Lit bactérien 40 46,6 6,4 145,75 75 000,00 € 139 419,16 € 16 790,20 € 373,12 € 111 535,32 € 3 060,71 € 43 492,72 € 28 368,07 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 450 Lit bactérien 12,5 13,1 10,7 40,85 75 000,00 € 39 076,18 € 4 705,93 € 174,84 € 31 260,95 € 857,85 € 14 959,29 € 8 965,86 €
LES EYZIES DE TAYAC 1900 Boues activées 6,74 8,2 17,5 25,68 75 000,00 € 24 568,05 € 2 958,72 € 179,78 € 19 654,44 € 539,35 € 10 867,38 € 6 194,19 €
SIORAC EN PERIGORD 1900 Lit bactérien 13,4 13,4 10,5 41,88 75 000,00 € 40 056,57 € 4 824,00 € 175,88 € 32 045,26 € 879,38 € 15 237,17 € 9 154,52 €
TREMOLAT 2000 Boues activées 6,215 13,7 9,5 42,73 75 000,00 € 40 872,65 € 4 922,28 € 162,37 € 32 698,12 € 897,29 € 15 454,11 € 9 297,20 €
LALINDE 3600 Lit bactérien 21,9 34,4 22 107,58 75 000,00 € 102 911,56 € 12 393,61 € 946,73 € 82 329,25 € 2 259,25 € 33 757,21 € 21 954,76 €
STE ALVERE 633 Boues activées 6,1 7,2 14,5 22,60 75 000,00 € 21 621,15 € 2 603,83 € 131,10 € 17 296,92 € 474,66 € 9 986,54 € 5 581,52 €
TOTAL 18833 135,3 167,3 106,5 522,7 600 000,00 € 500 000,00 € 60 214,84 € 2 732,87 € 400 000,00 € 10 976,66 € 173 924,38 € 108 924,38 €

Unité Mobile de Déshydratation Filtre Presse


Investissement 500 000 € Amortissement sur 20 ans Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 360 € / tMS
Siccité 32%
Plate-Forme de Compostage Amortissement sur 10 ans
Investissement 400 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Filtre Bande


Capacité Distance Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité Coût Coût transport
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile unité mobile déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 3600 Boues activées + lagune finition 28,4 30,6 15,4 191,25 75 000,00 € 54 884,80 € 11 016,27 € 1 178,13 € 73 179,74 € 4 016,35 € 29 108,21 € 20 724,85 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 4750 Lit bactérien 40 46,6 6,4 291,50 75 000,00 € 83 651,49 € 16 790,20 € 746,23 € 111 535,32 € 6 121,43 € 41 349,78 € 29 850,03 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 450 Lit bactérien 12,5 13,1 10,7 81,70 75 000,00 € 23 445,71 € 4 705,93 € 349,68 € 31 260,95 € 1 715,70 € 14 428,93 € 9 451,48 €
LES EYZIES DE TAYAC 1900 Boues activées 6,74 8,2 17,5 51,37 75 000,00 € 14 740,83 € 2 958,72 € 359,57 € 19 654,44 € 1 078,70 € 10 603,80 € 6 569,37 €
SIORAC EN PERIGORD 1900 Lit bactérien 13,4 13,4 10,5 83,75 75 000,00 € 24 033,94 € 4 824,00 € 351,75 € 32 045,26 € 1 758,75 € 14 690,16 € 9 648,98 €
TREMOLAT 2000 Boues activées 6,215 13,7 9,5 85,46 75 000,00 € 24 523,59 € 4 922,28 € 324,73 € 32 698,12 € 1 794,58 € 14 878,86 € 9 784,64 €
LALINDE 3600 Lit bactérien 21,9 34,4 22 215,17 75 000,00 € 61 746,94 € 12 393,61 € 1 893,47 € 82 329,25 € 4 518,50 € 32 846,73 € 23 719,98 €
STE ALVERE 633 Boues activées 6,1 7,2 14,5 45,21 75 000,00 € 12 972,69 € 2 603,83 € 262,19 € 17 296,92 € 949,31 € 9 727,45 € 5 884,57 €
TOTAL 18833 135,3 167,3 106,5 1045,4 600 000,00 € 300 000,00 € 60 214,84 € 5 465,75 € 400 000,00 € 21 953,33 € 167 633,91 € 115 633,91 €

Unité Mobile de Déshydratation Filtre Bande


Investissement 300 000 € Amortissement sur 20 ans Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 360 € / tMS
Siccité 16%
Plate-Forme de Compostage Amortissement sur 10 ans
Investissement 400 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Presse à Vis


Capacité Distance Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité Coût Coût transport Imobilisation Imobilisation
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel unité mobile unité mobile
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile unité mobile déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention actuelle future
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 3600 Boues activées + lagune finition 28,4 30,6 15,4 153,00 75 000,00 € 36 589,87 € 11 016,27 € 942,50 € 73 179,74 € 3 213,08 € 26 239,82 € 19 045,64 € 24 26
LE BUGUE (COMMUNALE) 4750 Lit bactérien 40 46,6 6,4 233,20 75 000,00 € 55 767,66 € 16 790,20 € 596,99 € 111 535,32 € 4 897,14 € 37 187,86 € 27 500,57 € 33 39
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 450 Lit bactérien 12,5 13,1 10,7 65,36 75 000,00 € 15 630,47 € 4 705,93 € 279,74 € 31 260,95 € 1 372,56 € 13 234,33 € 8 764,87 € 10 11
LES EYZIES DE TAYAC 1900 Boues activées 6,74 8,2 17,5 41,09 75 000,00 € 9 827,22 € 2 958,72 € 287,65 € 19 654,44 € 862,96 € 9 824,78 € 6 109,74 € 6 7
SIORAC EN PERIGORD 1900 Lit bactérien 13,4 13,4 10,5 67,00 75 000,00 € 16 022,63 € 4 824,00 € 281,40 € 32 045,26 € 1 407,00 € 13 466,93 € 8 946,48 € 11 11
TREMOLAT 2000 Boues activées 6,215 13,7 9,5 68,37 75 000,00 € 16 349,06 € 4 922,28 € 259,79 € 32 698,12 € 1 435,67 € 13 637,54 € 9 074,67 € 5 11
LALINDE 3600 Lit bactérien 21,9 34,4 22 172,13 75 000,00 € 41 164,62 € 12 393,61 € 1 514,77 € 82 329,25 € 3 614,80 € 29 506,11 € 21 717,21 € 18 29
STE ALVERE 633 Boues activées 6,1 7,2 14,5 36,16 75 000,00 € 8 648,46 € 2 603,83 € 209,75 € 17 296,92 € 759,45 € 9 052,72 € 5 490,92 € 5 6
TOTAL 18833 135,3 167,3 106,5 836,3 600 000,00 € 200 000,00 € 60 214,84 € 4 372,60 € 400 000,00 € 17 562,66 € 152 150,10 € 106 650,10 € 113 139

Unité Mobile de Déshydratation Presse à Vis


Investissement 200 000 € Amortissement sur 20 ans Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 360 € / tMS
Siccité 20%
Plate-Forme de Compostage Amortissement sur 10 ans
Investissement 400 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
ANNEXE 5
SECTEUR "OUEST DE LA VALLÉE DE L'ISLE"
DÉTAIL DES SCÉNARII ET RECAPITULATIF
Etude comparative pour la valorisation
des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Ouest de la vallée de l'Isle" - Récapitulatif des scénarii

Déshydratation fixe Unité mobile +


Scénario Lits de Séchage
+ compostage compostage
Investissement 1 576 886,11 € 1 100 000,00 € 1 250 000,00 €
Fonctionnement 148 944,27 € 123 701,50 € 138 748,76 €
Total 227 788,58 € 208 666,65 € 211 248,76 €
Avec subventions :
subventions Agence de l'Eau 394 221,53 € 275 000,00 € 312 500,00 €
subventions CG 472 894,35 € 440 000,00 € 500 000,00 €
Sous-Total subventions 867 115,87 € 715 000,00 € 812 500,00 €
Investissement pour collectivités 709 770,24 € 385 000,00 € 437 500,00 €
Fonctionnement 148 944,27 € 123 701,50 € 138 748,76 €
Total collectivités 184 432,78 € 164 791,65 € 164 123,76 €

Déshydratation fixe Unité mobile +


Comparaisons sans subventions Lits de Séchage
+ compostage compostage
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 16 039,57 € 12 483,48 € 12 571,48 €
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 20 029,72 € 19 958,49 € 18 224,87 €
MENESPLET (COMMUNALE) 15 426,72 € 9 743,96 € 11 612,82 €
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 12 178,32 € 4 669,28 € 7 028,15 €
SOUS-TOTAL 63 674,33 € 46 855,21 € 49 437,33 €
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 88 390,00 € 87 100,55 € 87 100,55 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 35 766,07 € 35 295,52 € 35 295,52 €
NEUVIC 39 958,18 € 39 415,37 € 39 415,37 €
TOTAL 227 788,58 € 208 666,65 € 211 248,76 €

Déshydratation fixe Unité mobile +


Comparaisons avec subventions Lits de Séchage
+ compostage compostage
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 11 347,30 € 7 081,67 € 6 436,92 €
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 13 984,17 € 11 046,00 € 9 687,56 €
MENESPLET (COMMUNALE) 10 942,30 € 5 065,99 € 5 847,30 €
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 8 419,76 € 2 664,73 € 3 218,72 €
SOUS-TOTAL 44 693,54 € 25 858,38 € 25 190,50 €
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 74 741,30 € 74 289,99 € 74 289,99 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 30 785,35 € 30 620,66 € 30 620,66 €
NEUVIC 34 212,60 € 34 022,61 € 34 022,61 €
TOTAL 184 432,78 € 164 791,65 € 164 123,76 €
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Ouest de la vallée de l'Isle" - Scénario avec lits de séchage plantés de roseaux

Solution Lits de Séchage Plantés de Roseaux


Capacité Coût Coût
station Production Production investissement investissement Coût Cout annuel Suvention Cout annuel
d'épuration actuelle future boues LSPR / capacité LSPR / volume fonctionnement sans Agence de Suvention avec
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) step boues futur LSPR subvention l'Eau Conseil général subvention
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 540 Boues activées 5,90 6,20 233 720,00 € 208 545,18 € 5 612,31 € 16 039,57 € 52 136,29 € 41 709,04 € 11 347,30 €
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 1800 Boues activées 7,38 10,23 508 400,00 € 268 691,06 € 6 595,17 € 20 029,72 € 67 172,77 € 53 738,21 € 13 984,17 €
MENESPLET (COMMUNALE) 650 Lit bactérien 3,44 5,58 257 700,00 € 199 307,41 € 5 461,35 € 15 426,72 € 49 826,85 € 39 861,48 € 10 942,30 €
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 316 Lit bactérien + lagune 2,30 2,30 184 888,00 € 150 342,47 € 4 661,20 € 12 178,32 € 37 585,62 € 37 585,62 € 8 419,76 €
SOUS-TOTAL 3306 19,0 24,3 1 184 708,00 € 826 886,11 € 22 330,03 € 63 674,33 € 206 721,53 € 172 894,35 € 44 693,54 €

Lits de Séchage Plantés de Roseaux (LSPR)


Investissement part fixe 116 000 € Amortissement sur 20 ans
part variable 218 € / EH
avec 14,6 kgMS / EH / an
Fonctionnement part fixe 4 100 € / an
part variable 244 € / tMS

Capacité
station Production Production Distance Station Volume boues Coût unité Coût Coût transport Coût Coût annuel Suvention Coût annuel
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme fonctionnement sans Agence de Suvention avec
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) fixe déshydratation déshydratées compostage compostage subvention l'Eau Conseil général subvention
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 7000 Boues activées 104,00 208,00 9,5 1040,00 - € 41 600,00 € 3 952,00 € 419 960,05 € 21 840,00 € 88 390,00 € 104 990,01 € 167 984,02 € 74 741,30 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 6000 Boues activées 65,00 75,90 15,6 474,40 - € 15 180,78 € 2 960,25 € 153 252,93 € 9 962,39 € 35 766,07 € 38 313,23 € 61 301,17 € 30 785,35 €
NEUVIC 4 000 Boues activées 63,58 87,56 25,2 437,80 - € 17 512,00 € 4 413,02 € 176 787,03 € 9 193,80 € 39 958,18 € 44 196,76 € 70 714,81 € 34 212,60 €
SOUS-TOTAL 17000 232,6 371,5 1952,2 - € 74 292,78 € 11 325,28 € 750 000,00 € 40 996,19 € 164 114,25 € 187 500,00 € 300 000,00 € 139 739,25 €

Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse, Filtre à Bande, Presse à Vis)


Fonctionnement 200 € / tMS Amortissement sur 20 ans
Désydratation avec unité
Siccité (centrifugeuse ou presse à vis) 20%
fixe sur station d'épuration
Siccité (filtre à bande) 16%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 750 000,00 € TOTAL 227 788,58 € 394 221,53 € 472 894,35 € 184 432,78 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Ouest de la vallée de l'Isle" - Scénario avec unité fixe de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Fixe


Capacité Distance
station Production Production Volume boues Station Coût unité Coût Coût Coût station Coût
d'épuration Type filière actuelle boues future boues Type boues liquides d'épuration / Coût transport déshydratation fonctionnement Coût Plate-forme fonctionnement d'épuration fonctionnement Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) épuration (tMS) (tMS) liquides Siccité (m3) plate forme boues liquides fixe déshydratation compostage compostage FPR FPR sans subvention avec subvention
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 540 Boues activées 5,90 6,20 lits de séchage 2,5% 247,92 20,3 2 013,10 € 63 756,35 € 1 239,60 € 11 745,50 € 650,79 € 26 951,39 € 269,51 € 12 483,48 € 7 081,67 €
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 1800 Boues activées 7,38 10,23 aucun 2,5% 409,04 16,4 2 683,33 € 105 192,14 € 2 045,22 € 19 379,00 € 1 073,74 € 44 467,32 € 444,67 € 19 958,49 € 11 046,00 €
MENESPLET (COMMUNALE) 650 Lit bactérien 3,44 5,58 digesteur 4,5% 123,98 13,3 659,60 € 57 392,25 € 1 115,86 € 10 573,08 € 585,83 € 18 579,94 € 185,80 € 9 743,96 € 5 065,99 €
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 316 Lit bactérien + lagune 2,30 2,30 lits de séchage 2,5% 92,00 21,3 783,84 € 23 659,26 € 460,00 € 4 358,62 € 241,50 € 10 001,35 € 100,01 € 4 669,28 € 2 664,73 €
SOUS-TOTAL 3306 19,02 24,30 872,95 71,30 6 139,87 € 250 000,00 € 4 860,68 € 46 056,20 € 2 551,86 € 100 000,00 € 1 000,00 € 46 855,21 € 25 858,38 €
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 7000 Boues activées 104,00 208,00 centrifugeuse 20,0% 1 040,00 9,5 3 952,00 € - € 41 600,00 € 394 171,03 € 21 840,00 € 87 100,55 € 74 289,99 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 6000 Boues activées 65,00 75,90 filtre à bande 16,0% 474,40 15,6 2 960,25 € - € 15 180,78 € 143 841,93 € 9 962,39 € 35 295,52 € 30 620,66 €
NEUVIC 4 000 Boues activées 63,58 87,56 presse à vis 20,0% 437,80 25,2 4 413,02 € - € 17 512,00 € 165 930,84 € 9 193,80 € 39 415,37 € 34 022,61 €
TOTAL 20306 251,6 395,8 2825,1 121,6 17 465,15 € 250 000,00 € 79 153,46 € 750 000,00 € 43 548,04 € 100 000,00 € 1 000,00 € 208 666,65 € 164 791,65 €

Unité Fixe de Déshydratation (Presse à Vis) Amortissement sur 10 ans


Investissement 250 000 €
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité 20% Amortissement sur 20 ans
Taux de capture 95%
Plate-Forme de Compostage Amortissement sur 20 ans
Investissement 750 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Station d'épuration FPR (traitement lixiviat)
Capacité 83 EH
Investissement 100 000 €
Fonctionnement 1 000 € / an
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-citerne 15 m3
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Ouest de la vallée de l'Isle" - Scénario avec unité mobile de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Filtre Presse


Capacité Distance Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité Coût Coût transport
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe unité mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 540 Boues activées 5,90 6,20 20,3 19,37 75 000,00 € 127 512,70 € 2 231,27 € 157,27 € 11 745,50 € 406,74 € 19 883,83 € 8 776,28 €
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 1800 Boues activées 7,38 10,23 16,4 31,96 75 000,00 € 210 384,27 € 3 681,40 € 209,64 € 19 379,00 € 671,09 € 30 319,50 € 13 577,20 €
MENESPLET (COMMUNALE) 650 Lit bactérien 3,44 5,58 13,3 17,44 75 000,00 € 114 784,51 € 2 008,55 € 92,76 € 10 573,08 € 366,14 € 18 224,55 € 7 982,43 €
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 316 Lit bactérien + lagune 2,30 2,30 21,3 7,19 75 000,00 € 47 318,52 € 828,00 € 61,24 € 4 358,62 € 150,94 € 9 739,96 € 4 085,10 €
SOUS-TOTAL 3306 19,02 24,30 75,95 300 000,00 € 500 000,00 € 8 749,22 € 520,90 € 46 056,20 € 1 594,91 € 78 167,84 € 34 421,01 €
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 7000 Boues activées 104,00 208,00 9,5 1040,00 41 600,00 € 3 952,00 € 394 171,03 € 21 840,00 € 87 100,55 € 74 289,99 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 6000 Boues activées 65,00 75,90 15,6 474,40 15 180,78 € 2 960,25 € 143 841,93 € 9 962,39 € 35 295,52 € 30 620,66 €
NEUVIC 4 000 Boues activées 63,58 87,56 25,2 437,80 17 512,00 € 4 413,02 € 165 930,84 € 9 193,80 € 39 415,37 € 34 022,61 €
TOTAL 20306 251,6 395,8 2104,1 300 000,00 € 500 000,00 € 83 042,00 € 11 846,18 € 750 000,00 € 42 591,10 € 239 979,28 € 173 354,28 €

Unité Mobile de Déshydratation Filtre Presse


Désydratation avec unité
Investissement 500 000 € Amortissement sur 20 ans
fixe sur station d'épuration
Fonctionnement 360 € / tMS Amortissement sur 20 ans
Siccité 32%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse, Filtre à Bande, Presse à Vis) Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité (centrifugeuse ou presse à vis) 20%
Siccité (filtre à bande) 16%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 750 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Filtre Bande


Capacité Distance Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité Coût Coût transport
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe unité mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 540 Boues activées 5,90 6,20 20,3 38,74 75 000,00 € 76 507,62 € 2 231,27 € 314,55 € 11 745,50 € 813,48 € 15 347,34 € 7 555,12 €
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 1800 Boues activées 7,38 10,23 16,4 63,91 75 000,00 € 126 230,56 € 3 681,40 € 419,27 € 19 379,00 € 1 342,18 € 22 784,85 € 11 512,54 €
MENESPLET (COMMUNALE) 650 Lit bactérien 3,44 5,58 13,3 34,87 75 000,00 € 68 870,70 € 2 008,55 € 185,51 € 10 573,08 € 732,28 € 14 092,07 € 6 834,35 €
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 316 Lit bactérien + lagune 2,30 2,30 21,3 14,38 75 000,00 € 28 391,11 € 828,00 € 122,48 € 4 358,62 € 301,88 € 8 059,39 € 3 634,81 €
SOUS-TOTAL 3306 19,02 24,30 75,95 300 000,00 € 300 000,00 € 8 749,22 € 1 041,80 € 46 056,20 € 3 189,82 € 60 283,65 € 29 536,82 €
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 7000 Boues activées 104,00 208,00 9,5 1040,00 41 600,00 € 3 952,00 € 394 171,03 € 21 840,00 € 87 100,55 € 74 289,99 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 6000 Boues activées 65,00 75,90 15,6 474,40 15 180,78 € 2 960,25 € 143 841,93 € 9 962,39 € 35 295,52 € 30 620,66 €
NEUVIC 4 000 Boues activées 63,58 87,56 25,2 437,80 17 512,00 € 4 413,02 € 165 930,84 € 9 193,80 € 39 415,37 € 34 022,61 €
TOTAL 20306 251,6 395,8 2180,0 300 000,00 € 300 000,00 € 83 042,00 € 12 367,08 € 750 000,00 € 44 186,01 € 222 095,09 € 168 470,09 €

Unité Mobile de Déshydratation Filtre Bande


Désydratation avec unité
Investissement 300 000 € Amortissement sur 20 ans
fixe sur station d'épuration Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 360 € / tMS
Siccité 16%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse, Filtre à Bande, Presse à Vis) Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité (centrifugeuse ou presse à vis) 20%
Siccité (filtre à bande) 16%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 750 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteur du "Ouest de la vallée de l'Isle" - Scénario avec unité mobile de déshydratation et compostage

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Presse à Vis


Capacité Distance Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité Coût Coût transport Imobilisation Imobilisation
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation fonctionnement boues Coût Plate-forme Coût compostage Coût annuel Coût annuel unité mobile unité mobile
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe unité mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention actuelle future
VILLEFRANCHE DE LONCHAT 540 Boues activées 5,90 6,20 20,3 30,99 75 000,00 € 51 005,08 € 2 231,27 € 251,64 € 11 745,50 € 650,79 € 12 571,48 € 6 436,92 € 5 5
LE PIZOU (LE PIZOU-MOULIN NEUF) 1800 Boues activées 7,38 10,23 16,4 51,13 75 000,00 € 84 153,71 € 3 681,40 € 335,42 € 19 379,00 € 1 073,74 € 18 224,87 € 9 687,56 € 6 9
MENESPLET (COMMUNALE) 650 Lit bactérien 3,44 5,58 13,3 27,90 75 000,00 € 45 913,80 € 2 008,55 € 148,41 € 10 573,08 € 585,83 € 11 612,82 € 5 847,30 € 3 5
ST MEARD DE GURCON (COMMUNALE) 316 Lit bactérien + lagune 2,30 2,30 21,3 11,50 75 000,00 € 18 927,41 € 828,00 € 97,98 € 4 358,62 € 241,50 € 7 028,15 € 3 218,72 € 2 2
SOUS-TOTAL 3306 19,02 24,30 121,52 300 000,00 € 200 000,00 € 8 749,22 € 833,44 € 46 056,20 € 2 551,86 € 49 437,33 € 25 190,50 € 16 20
MONTPON MENESTEROL (COMMUNALE) 7000 Boues activées 104,00 208,00 9,5 1040,00 41 600,00 € 3 952,00 € 394 171,03 € 21 840,00 € 87 100,55 € 74 289,99 €
MUSSIDAN (INTERCOMMUNALE) 6000 Boues activées 65,00 75,90 15,6 474,40 15 180,78 € 2 960,25 € 143 841,93 € 9 962,39 € 35 295,52 € 30 620,66 €
NEUVIC 4 000 Boues activées 63,58 87,56 25,2 437,80 17 512,00 € 4 413,02 € 165 930,84 € 9 193,80 € 39 415,37 € 34 022,61 €
TOTAL 20306 251,6 395,8 2195,2 300 000,00 € 200 000,00 € 83 042,00 € 12 158,72 € 750 000,00 € 43 548,04 € 211 248,76 € 164 123,76 €

Unité Mobile de Déshydratation Presse à Vis


Désydratation avec unité
Investissement 200 000 € Amortissement sur 20 ans
fixe sur station d'épuration Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 360 € / tMS
Siccité 20%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse, Filtre à Bande, Presse à Vis) Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité (centrifugeuse ou presse à vis) 20%
Siccité (filtre à bande) 16%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 750 000 €
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3
ANNEXE 6
SECTEURS "SARLADAIS" ET "BUISSONNAIS"
DÉTAIL DU SCÉNARIO COMMUN ET COMPARATIF
Etude comparative pour la valorisation
des boues liquides de station d'épuration
Secteurs du "Sarladais" et du "Buissonnais"
Comparatif avec unité mobile de déshydratation commune et compostage

Scénario
Scénario Scénario séparé
commun
Investissement 1 875 000,00 € 2 075 000,00 €
Fonctionnement 387 001,80 € 387 001,80 €
Total 490 751,80 € 510 751,80 €
Avec subventions :
subventions Agence de l'Eau 468 750,00 € 518 750,00 €
subventions CG 750 000,00 € 830 000,00 €
Sous-Total subventions 1 218 750,00 € 1 348 750,00 €
Investissement pour collectivités 656 250,00 € 726 250,00 €
Fonctionnement 387 001,80 € 387 001,80 €
Total collectivités 423 314,30 € 430 314,30 €

Scénario
Comparaisons sans subventions Scénario séparé
commun
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 10 501,24 € 11 268,74 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 32 877,26 € 36 188,52 €
GROLEJAC (BOURG) 5 796,42 € 6 028,74 €
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD) 25 590,97 € 28 066,94 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 23 935,42 € 26 248,61 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 9 709,20 € 10 390,97 €
VITRAC (COMMUNALE) 5 856,70 € 6 097,72 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 11 382,00 € 12 253,10 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 10 128,62 € 10 874,77 €
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 24 710,41 € 26 239,82 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 34 856,85 € 37 187,86 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 12 581,00 € 13 234,33 €
LES EYZIES DE TAYAC 9 414,02 € 9 824,78 €
SIORAC EN PERIGORD 12 797,20 € 13 466,93 €
TREMOLAT 12 954,18 € 13 637,54 €
LALINDE 27 785,48 € 29 506,11 €
STE ALVERE 8 691,23 € 9 052,72 €
Sous-Total 279 568,20 € 299 568,20 €
SARLAT LA CANEDA 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 490 751,80 € 510 751,80 €

Scénario
Comparaisons avec subventions Scénario séparé
commun
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 7 705,46 € 7 974,09 €
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 28 894,02 € 30 052,96 €
GROLEJAC (BOURG) 3 250,47 € 3 331,78 €
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD) 21 997,66 € 22 864,25 €
MONTIGNAC (COMMUNALE) 20 418,10 € 21 227,71 €
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 6 953,44 € 7 192,06 €
VITRAC (COMMUNALE) 3 306,69 € 3 391,05 €
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 8 537,86 € 8 842,74 €
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 7 342,81 € 7 603,96 €
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 18 510,34 € 19 045,64 €
LE BUGUE (COMMUNALE) 26 684,71 € 27 500,57 €
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 8 536,20 € 8 764,87 €
LES EYZIES DE TAYAC 5 965,97 € 6 109,74 €
SIORAC EN PERIGORD 8 712,08 € 8 946,48 €
TREMOLAT 8 835,49 € 9 074,67 €
LALINDE 21 114,99 € 21 717,21 €
STE ALVERE 5 364,40 € 5 490,92 €
Sous-Total 212 130,70 € 219 130,70 €
SARLAT LA CANEDA 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 423 314,30 € 430 314,30 €
Etude comparative pour la valorisation des boues liquides de station d'épuration
Secteurs du "Sarladais" et du "Buissonnais" - Scénario avec unité mobile de déshydratation commune et compostage

Solution Unité de Déshydratation Mobile de type Presse à Vis


Capacité Distance Coût Coût
station Production Production Station Volume boues aménangement Coût unité fonctionnement Coût transport Coût Imobilisation Imobilisation
d'épuration actuelle future boues d'épuration / déshydratées station déshydratation unité boues Coût Plate-forme compostage Coût annuel Coût annuel unité mobile unité mobile
Collectivité (EH) Type filière épuration boues (tMS) (tMS) plate forme (m3) d'épuration mobile ou fixe mobile ou fixe déshydratées compostage boues sans subvention avec subvention actuelle future
BEYNAC ET CAZENAC (COMMUNALE) 1140 Boues activées 6,73 7,92 21,4 39,60 75 000,00 € 5 511,96 € 2 851,32 € 338,99 € 2 178,09 € 831,64 € 10 501,24 € 7 705,46 € 6 7
CENAC ET ST JULIEN (SIVOM DOMME-CENAC) 2000 Boues activées 25,48 34,17 21,4 170,86 75 000,00 € 23 780,57 € 12 301,63 € 1 462,53 € 9 397,07 € 3 587,97 € 32 877,26 € 28 894,02 € 21 28
GROLEJAC (BOURG) 2300 Boues activées 1,59 2,40 22 11,99 75 000,00 € 1 668,43 € 863,07 € 105,49 € 659,29 € 251,73 € 5 796,42 € 3 250,47 € 1 2
LE LARDIN ST LAZARE (LE LARDIN BEAUREGARD)
2250 Boues activées 16,37 25,55 22,6 127,76 75 000,00 € 17 781,71 € 9 198,43 € 1 154,91 € 7 026,58 € 2 682,88 € 25 590,97 € 21 997,66 € 14 21
MONTIGNAC (COMMUNALE) 4133 Boues activées 23,48 23,87 18 119,36 75 000,00 € 16 612,65 € 8 593,68 € 859,37 € 6 564,62 € 2 506,49 € 23 935,42 € 20 418,10 € 20 20
ST JULIEN DE LAMPON (BOURG) 1200 Boues activées 5,00 7,04 18,7 35,18 75 000,00 € 4 896,33 € 2 532,86 € 263,14 € 1 934,82 € 738,75 € 9 709,20 € 6 953,44 € 4 6
VITRAC (COMMUNALE) 880 Boues activées 2,28 2,49 18,7 12,44 75 000,00 € 1 730,95 € 895,42 € 93,02 € 684,00 € 261,16 € 5 856,70 € 3 306,69 € 2 2
CARSAC AILLAC (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien 6,10 8,99 19,7 44,95 75 000,00 € 6 256,00 € 3 236,21 € 354,19 € 2 472,11 € 943,89 € 11 382,00 € 8 537,86 € 5 7
SALIGNAC EYVIGNES (COMMUNALE) 1000 Lit bactérien + lagune 7,70 7,70 9,4 38,50 75 000,00 € 5 358,62 € 2 772,00 € 144,76 € 2 117,50 € 808,50 € 10 128,62 € 7 342,81 € 6 6
ST CYPRIEN (COMMUNALE) 3600 Boues activées + lagune finition 28,4 30,60 15,4 153,00 75 000,00 € 21 295,81 € 11 016,27 € 942,50 € 73 179,74 € 3 213,08 € 24 710,41 € 18 510,34 € 24 26
LE BUGUE (COMMUNALE) 4750 Lit bactérien 40 46,64 6,4 233,20 75 000,00 € 32 457,55 € 16 790,20 € 596,99 € 111 535,32 € 4 897,14 € 34 856,85 € 26 684,71 € 33 39
LE BUISSON DE CADOUIN (CADOUIN) 450 Lit bactérien 12,5 13,07 10,7 65,36 75 000,00 € 9 097,15 € 4 705,93 € 279,74 € 31 260,95 € 1 372,56 € 12 581,00 € 8 536,20 € 10 11
LES EYZIES DE TAYAC 1900 Boues activées 6,74 8,22 17,5 41,09 75 000,00 € 5 719,58 € 2 958,72 € 287,65 € 19 654,44 € 862,96 € 9 414,02 € 5 965,97 € 6 7
SIORAC EN PERIGORD 1900 Lit bactérien 13,4 13,40 10,5 67,00 75 000,00 € 9 325,39 € 4 824,00 € 281,40 € 32 045,26 € 1 407,00 € 12 797,20 € 8 712,08 € 11 11
TREMOLAT 2000 Boues activées 6,215 13,67 9,5 68,37 75 000,00 € 9 515,38 € 4 922,28 € 259,79 € 32 698,12 € 1 435,67 € 12 954,18 € 8 835,49 € 5 11
LALINDE 3600 Lit bactérien 21,9 34,43 22 172,13 75 000,00 € 23 958,38 € 12 393,61 € 1 514,77 € 82 329,25 € 3 614,80 € 27 785,48 € 21 114,99 € 18 29
STE ALVERE 633 Boues activées 6,1 7,23 14,5 36,16 75 000,00 € 5 033,52 € 2 603,83 € 209,75 € 17 296,92 € 759,45 € 8 691,23 € 5 364,40 € 5 6
SOUS-TOTAL 229,99 287,39 600,62 1 275 000,00 € 200 000,00 € 103 459,46 € 9 148,99 € 33 034,08 € 30 175,67 € 279 568,20 € 212 130,70 € 192 239
SARLAT LA CANEDA 23000 Boues activées 252,00 263,15 13,1 1315,75 - € - € 52 630,09 € 6 894,54 € 72 366,37 € 27 630,80 € 159 521,80 € 159 521,80 €
TERRASSON LA VILLEDIEU (COMMUNALE) 10000 Boues activées 81,00 81,00 28,9 405,00 - € - € 16 200,00 € 4 681,80 € 22 275,00 € 8 505,00 € 51 661,80 € 51 661,80 €
TOTAL 67736 563,0 631,5 2321,4 1 275 000,00 € 200 000,00 € 172 289,55 € 20 725,33 € 127 675,45 € 66 311,47 € 490 751,80 € 423 314,30 €

Unité Mobile de Déshydratation Presse à Vis


Investissement 200 000 € Désydratation avec unité Amortissement sur 10 ans
Fonctionnement 360 € / tMS fixe sur station d'épuration
Siccité 20%
Unité Fixe de Déshydratation (Centrifugeuse) Amortissement sur 20 ans
Fonctionnement 200 € / tMS
Siccité 20%
Plate-Forme de Compostage
Investissement 55 € / m3
Investissement création 400 000,00 €
Production boues secteur Buisson 167 tMS/an
Fonctionnement 21 € / m3
Transport boues station d'épuration / plate-forme compostage
Prix transport 6 € / km
Volume du camion-benne 15 m3