Vous êtes sur la page 1sur 6

VON Europe – Consultation sur la transposition du Paquet Télécom

Réponse à la Consultation sur la transposition


Du Paquet Télécom
par VON Europe

VON Europe remercie la DGCIS d’avoir initié cette consultation relative à la transposition du Paquet
Télécom en droit français.

Notre réponse est structurée en fonction des articles pour lesquels nous souhaitons faire des
commentaires spécifiques, et suivra l’ordre des articles tel qu’utilisé dans le document de
transposition.

Proposition de transposition :

Article L32-1
(…)
15° A favoriser l’accès des utilisateurs finals à l’information et à préserver leur capacité à diffuser
ainsi qu’à utiliser les applications et les services de leur choix.

VON Europe considère que ce principe-clé est fondamental dans le cadre de la transposition.
Cependant, à la lumière du texte de la Directive SU révisée, VON estime que le langage proposé dans
cet article est insuffisant. La Directive SU parle dans son Considérant 28 de :

(28) …Les autorités réglementaires nationales devraient promouvoir la capacité des utilisateurs d’accéder à
l’information et de la diffuser, ainsi que d’utiliser les applications et les services de leur choix, comme prévu par
l’article 8 de la directive 2002/21/CE (directive«cadre»). (…)

VON considère dès lors qu’une transposition correcte de la Directive SU dans l’art. L32-1
stipulerait:

Article L32-1
(…)
15° A favoriser promouvoir l’accès des utilisateurs finals à l’information et à préserver leur
capacité à diffuser ainsi qu’à utiliser les applications et les services de leur choix.

***

Proposition de transposition dans la consultation :

Article L33-1
(…)
L'établissement et l'exploitation des réseaux ouverts au public et la fourniture au public de services
de communications électroniques sont soumis au respect de règles portant sur :
(…)
f) L'acheminement gratuit des appels d'urgence et des communications des pouvoirs publics en cas
de risque ou catastrophe majeurs. A ce titre, les opérateurs doivent fournir gratuitement aux sont

1
VON Europe – Consultation sur la transposition du Paquet Télécom

tenus d'assurer l'accès gratuit des services d'urgence à l'information relative à la localisation de
l'équipement du terminal de l'utilisateur, dans la mesure où cette information est disponible ;

VON Europe considère que la suppression de “dans la mesure où cette information est disponible”
est inexacte au vu du texte de la Directive SU révisée.

Dans ce texte, il est clairement exposé aux Considérants 23 et 40 que (emphase rajoutée par nos
soins) :

(23) Les fournisseurs de services de communications électroniques permettant les appels devraient faire en
sorte que leurs clients soient correctement informés de la question de savoir si l’accès aux services
d’urgence est fourni ou non et de toute limitation de service (telle qu’une limitation concernant la fourniture
des informations relatives à la localisation de l’appelant ou à l’acheminement des appels d’urgence). Ces
fournisseurs devraient également fournir à leurs clients des informations claires et transparentes dans le
contrat initial et en cas de changement dans la fourniture d’accès, par exemple dans les informations de
facturation.
Parmi ces informations devrait figurer toute limitation éventuelle de la couverture du territoire, sur la base
des paramètres d’exploitation techniques prévus pour le service et des infrastructures disponibles. Lorsque
le service n’est pas fourni via un réseau téléphonique commuté, les informations devraient aussi indiquer le
niveau de fiabilité de l’accès et des données relatives à la localisation de l’appelant par rapport à un service
fourni via un réseau téléphonique commuté, compte tenu des normes technologiques et de qualité existantes
ainsi que des indicateurs de qualité du service définis au titre de la directive 2002/22/CE (directive «service
universel»).

(40) Les États membres devraient veiller à ce que les entreprises qui fournissent aux utilisateurs finals un
service de communications électroniques permettant d’effectuer des appels en composant un ou plusieurs
numéros du plan national de numérotation téléphonique offrent un accès fiable et précis aux services
d’urgence, en tenant compte des spécifications et critères nationaux. Il se peut que les entreprises
indépendantes des réseaux ne contrôlent pas ces derniers et ne puissent garantir que les appels d’urgence
effectués par l’intermédiaire de leur service sont acheminés avec la même fiabilité, car il se peut qu’elles ne
soient pas en mesure de garantir la disponibilité du service, étant donné que les problèmes liés à
l’infrastructure échappent à leur contrôle. Il se peut que les entreprises indépendantes des réseaux ne
puissent pas toujours, pour des raisons techniques, fournir les informations relatives à la localisation de
l’appelant. Une fois que des normes reconnues au niveau international seront en place, assurant la
précision et la fiabilité de l’acheminement vers les services d’urgence et de la connexion à ceux-ci, les
entreprises indépendantes des réseaux devraient également remplir les obligations liées aux informations
relatives à la localisation de l’appelant à un niveau comparable à celui requis des autres entreprises.

Ces considérants exposent clairement qu’il ne s’agit que des fournisseurs permettant d’effectuer des
appels, et que l’information de localisation peut ne pas être disponible sous certaines conditions et
que les opérateurs justifiant d’une impossibilité pour des raisons techniques, ne seront pas tenus de
fournir la localisation, pour autant qu’ils en informent clairement leurs utilisateurs. Ceci est confirmé
par l’Article 20 (1) (b) premier alinéa que nous détaillons ci-dessous, par rapport a la transposition
proposée dans l’Article 121-83.

VON considère dès lors qu’une transposition correcte de la Directive SU maintiendrait la fin du
paragraphe (f) de l’art. L33-1 :

Article L33-1
(…)
L’établissement et l’exploitation des réseaux ouverts au public et la fourniture au public de services
de communications électroniques sont soumis au respect de règles portant sur :
(…)
f) Lorsque le fournisseur permet d’effectuer des appels, lL’acheminement gratuit des appels
d’urgence et des communications des pouvoirs publics en cas de risque ou catastrophe majeurs. A
ce titre, les opérateurs doivent fournir gratuitement aux sont tenus d’assurer l’accès gratuit des

2
VON Europe – Consultation sur la transposition du Paquet Télécom

services d’urgence à l’information relative à la localisation de l’équipement du terminal de


l’utilisateur, dans la mesure où ils sont en mesure d’en garantir la disponibilité cette information
est disponible ;

***

Proposition de transposition dans la consultation :

Article L33-1
(…)
L'établissement et l'exploitation des réseaux ouverts au public et la fourniture au public de services
de communications électroniques sont soumis au respect de règles portant sur :
(…)
o) l’accès des utilisateurs finals handicapés en vue de fournir à ces utilisateurs un accès aux
services de communications électroniques et aux services d’urgence, équivalent à celui dont
bénéficie la majorité des utilisateurs finals.

Nouvel article L. 36-14

I. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes remet au


Gouvernement, un an après la promulgation de la présente loi, et ultérieurement, en tant que de
besoin, un rapport sur les mesures propres à assurer aux utilisateurs finals handicapés un accès
aux réseaux et aux services de communications électroniques qui soit équivalent à celui dont
bénéficient les autres utilisateurs, y compris leur portée et leur forme concrète.

Le Considérant 12 de la Directive SU révisée précise en matière d’équivalence que :

(12) Il convient de garantir l’équivalence entre le niveau d’accès des utilisateurs finals handicapés aux
services et le niveau offert aux autres utilisateurs finals. Pour ce faire, l’accès devrait être équivalent sur le
plan fonctionnel, de sorte que les utilisateurs finals handicapés bénéficient de la même facilité d’utilisation
des services que les autres utilisateurs finals, mais par des moyens différents.

VON tient par ailleurs à souligner que deux principes clés devraient être renforcés dans le cadre de
l’accessibilité :

• Tous standards relatifs à l’accès des utilisateurs finals handicaps devraient être en harmonie
avec les standards adoptés à l’échelle européenne, voire mondiale.
• La méthodologie la plus appropriée pour garantir la conformité des produits et services
proposés dans ce cadre doit être l’auto-déclaration.

VON considère dès lors qu’une transposition plus correcte de la Directive SU préciserait dans les
art L33-1 et L36-14 :

Article L33-1
(…)
L'établissement et l'exploitation des réseaux ouverts au public et la fourniture au public de services
de communications électroniques sont soumis au respect de règles portant sur :
(…)
o) l’accès des utilisateurs finals handicapés en vue de fournir à ces utilisateurs un accès aux
services de communications électroniques et aux services d’urgence, équivalent sur le plan
fonctionnel à celui dont bénéficie la majorité des utilisateurs finals.

3
VON Europe – Consultation sur la transposition du Paquet Télécom

Nouvel article L. 36-14

I. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes remet au


Gouvernement, un an après la promulgation de la présente loi, et ultérieurement, en tant que de
besoin, un rapport sur les mesures propres à assurer aux utilisateurs finals handicapés un accès
aux réseaux et aux services de communications électroniques qui soit équivalent sur le plan
fonctionnel à celui dont bénéficient les autres utilisateurs, y compris leur portée et leur forme
concrète.

La France n’avait pas correctement transposé la définition de «service téléphonique accessible au


public» inscrite à l’article 2c) de la directive 2002/22/CE. Cette définition a été confirmée en
substance par l’article premier de la directive 2009/136/CE.

Le projet de transposition en droit français n’apporte qu’une modification minimale, qui ne reflète
pas la précision requise par la directive européenne.

VON considère qu’une transposition correcte de la Directive SU révisée doit, à l’art L.32 7° du
CPCE, contenir exactement la définition suivante telle qu’elle est prescrite par la directive :

« service téléphonique accessible au public »: service mis à la disposition du public pour lui
permettre de donner et de recevoir, directement ou indirectement, des appels nationaux ou
nationaux et internationaux, en composant un ou plusieurs numéros du plan national ou
international de numérotation téléphonique;

***

Proposition de transposition dans la consultation :

Nouvel article L. 36-15


Afin de prévenir la dégradation du service et l’obstruction ou le ralentissement du trafic sur les
réseaux, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes peut fixer, dans
les conditions prévues à l’article L. 36-6, des exigences minimales en matière de qualité de service.
Avant d’imposer de telles exigences, l’Autorité informe la Commission européenne et l’ORECE des
raisons de son intervention, des exigences envisagées et de la démarche proposée. Elle tient le plus
grand compte des commentaires ou recommandations de la Commission européenne lorsqu’elle
fixe ces exigences.

VON Europe considère ce nouvel article L. 36-15 comme primordial dans le cadre de la transposition
et estime cette proposition tout à fait appropriée.

***

Proposition de transposition dans la consultation :

Articles du Code de la consommation

Article L. 121-83

4
VON Europe – Consultation sur la transposition du Paquet Télécom

Tout contrat souscrit par un consommateur avec un fournisseur de services de communications


électroniques au sens du 6° de l'article L. 32 du code des postes et des communications
électroniques doit comporter au moins les informations suivantes sous une forme claire, détaillée et
aisément accessible :
(…)
g) les procédures mises en place par le fournisseur pour mesurer et orienter le trafic de manière à
éviter de saturer ou sursaturer une ligne du réseau et sur leurs conséquences en matière de qualité
du service ;
(…)
i)Les restrictions à l’accès à des services et à leur utilisation, ainsi qu’à celle des équipements
terminaux fournis ; (...)

VON Europe considère que les paragraphes (g) et (i) de l’article L121-83 sont fondamentaux.

VON estime que ce texte est insuffisamment précis, et qu’un élément important rajouté dans le cadre de la
révision de la Directive SU manque dans cette énumération, notamment le principe stipulé à l’article 20 par 1
(b) premier alinéa qui prévoit (voir paragraphe souligné) :

Article 20
Contrats
1. Les États membres veillent à ce que, lors de la souscription de services fournissant la connexion à un
réseau de communications public et/ou de services de communications électroniques accessibles au public,
les consommateurs, ainsi que les autres utilisateurs finals qui le demandent, aient droit à un contrat conclu
avec une ou plusieurs entreprises fournissant une telle connexion et/ou de tels services. Le contrat précise,
sous une forme claire, détaillée et aisément accessible, au moins les éléments suivants:
b) les services fournis, y compris notamment:
o si l’accès aux services d’urgence et aux informations concernant la localisation de l’appelant
est fourni ou non et s’il existe des limitations à la mise à disposition des services d’urgence en
vertu de l’article 26,

Cet article est renforcé par les Considérants 23 et 40 de la Directive SU révisée, que nous avons déjà détaillé ci-
dessus.

VON considère dès lors qu’une transposition plus correcte de la Directive SU exigerait l’ajout d’un
paragraphe dans l’énumération de l’article 121-83 :

Article L. 121-83
Tout contrat souscrit par un consommateur avec un fournisseur de services de communications
électroniques au sens du 6° de l'article L. 32 du code des postes et des communications
électroniques doit comporter au moins les informations suivantes sous une forme claire, détaillée et
aisément accessible :
(…)

i) Les restrictions à l’accès à des services et à leur utilisation, ainsi qu’à celle des équipements
terminaux fournis et les éléments de justification pertinents pour chacune des restrictions prévues
par le contrat ; ( ...)
n) si l’accès aux services d’urgence et aux informations concernant la localisation de l’appelant est
fourni ou non et s’il existe des limitations à la mise à disposition des services d’urgence

***

5
VON Europe – Consultation sur la transposition du Paquet Télécom

Nous vous remercions d’avance de prendre en compte ces commentaires. N’hésitez pas à contacter
Caroline De Cock, Executive Director VON Europe, par téléphone (+ 32 (0)474 840515) ou courriel
(cdc@voneurope.eu) si vous souhaitez de plus amples informations.
*
* *
La Coalition VON Europe
La Coalition Voice on the Net (VON) Europe a été lancée en Décembre 2007 par sept sociétés à la pointe des
technologies de l’information et de la communication – iBasis, Google, Microsoft, Skype et Voxbone – afin de
donner une voix aux acteurs de l’industrie des communications via Internet.
La Coalition VON Europe essaie notamment d’établir un dialogue avec les législateurs et régulateurs en Europe
afin de promouvoir des politiques gouvernementales propices à l’innovation et stimulant en particulier les
multiples avantages que l’innovation d’applications et de services de voix par Internet peut apporter.