Vous êtes sur la page 1sur 6

LES BONNES COPIES D’HISTOIRE-GEO Copie n°8

Bruno Ivanec

Elève : Justine
Professeur : Bruno Ivanec

Copie n° 8

Motivations, enjeux et difficultés


de la construction européenne
de 1945 à la fin des années 1980

Le contexte
Type : Composition d’histoire
Chapitre : L’Europe de 1945 à nos jours
Séries : ES, L

1
LES BONNES COPIES D’HISTOIRE-GEO Copie n°8
Bruno Ivanec

La copie de l’élève

La fin de la Seconde Guerre mondiale laisse place à une crise socio-économique en Europe :
l’économie s’est effondrée, c’est la découverte des camps de concentration et d’extermination et
l’Europe est détruite. C’est la nécessité d’une véritable reconstruction. Pour relancer l’économie
européenne, certains pays européens signent les accords de Bretton Woods en 1944 qui permettent
les taux de change libres et une garantie des monnaies sur l’or (mais seul le dollar est convertible en
or). Le dollar devient alors la monnaie centrale. Les européens envisagent donc un rapprochement
pour relancer leur économie. En quoi la construction européenne se heurte-t-elle à l’émergence et au
poids des deux Grands (Etats-Unis et URSS) ?

Dans un premier temps, nous étudierons la nécessité d’une unité des Européens en 1945 puis nous
verrons les résistances et les échecs de cette construction1.

En 1945, l’Europe, détruite par la Seconde Guerre mondiale, laisse place aux thèses européistes. La
construction européenne se fait tout d’abord dans un cadre américain : en effet, le contexte de la
guerre froide pousse les américains à conclure des traités avec les européens. Par ailleurs, ces pactes
aident l’Europe à se reconstruire et permettent de rapprocher les pays entre eux. En 1947, le plan
Marshall, qui réunit 16 états européens, donne naissance à l’OECE : Organisation européenne de
coopération économique (1948). Par ailleurs, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN),
créée en 1950, permet également un rapprochement des européens2. Outre la « pactomania » de la
part des Américains, certains européistes tels que Schuman, Pleven ou De Rougemont proposent une
Europe fédérale supranationale qui permettrait des accords commerciaux et favoriserait la
réconciliation franco-allemande. Schuman propose ainsi de mettre en commun des produits
fondamentaux tels que le charbon ou l’acier et de les placer sous une Haute-Autorité : c’est la
formation de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) qui regroupe, en 1951, six
membres : le Benelux, l’Italie, la France et l’Allemagne. Dans la continuité de la CECA, le Traité de
Rome en 1957 donne naissance à la CEE (Communauté économique européenne). Cependant, celle-
ci est beaucoup moins fédérale que la CECA. De plus, la CEE revêt une dimension plus sociale.

A partir de 1973, la CEE qui jusqu’alors comptait six membres s’agrandit et se dote de nouveaux
outils. En 1969, la démission de De Gaulle et l’arrivée au gouvernement de Georges Pompidou
relancent la candidature britannique suivie des candidatures irlandaise et danoise. En 1973, les
candidatures britannique, danoise et irlandaise sont validées (seuls les Norvégiens ont retiré leur

Le mot du prof :
1
L’introduction est claire et structurée. Elle met en évidence la problématique et l’annonce du plan.
Néanmoins l’accroche pouvait être meilleure, en faisant référence par exemple au contexte d’actualité des
élections européennes de juin 2009.
2 Ce rapprochement est militaire. Il s’opère dans une logique défensive face au bloc communiste.

2
LES BONNES COPIES D’HISTOIRE-GEO Copie n°8
Bruno Ivanec

candidature suite à un referendum). Cela conduit à un flot de nouvelles candidatures : c’est ainsi
qu’en 1981, la Grèce rentre dans la CEE et en 1986, c’est au tour de l’Espagne et du Portugal. En 1979
a lieu la première élection au Parlement européen. Le Parlement européen a été créé en partie sous
les directives de Valéry Giscard d’Estaing et de Schmidt qui désirent une Europe politique : « l’Europe
des citoyens ». Les européens se dotent ensuite de nouveaux outils économiques et financiers : un
budget (permettant l’aide au développement de certaines régions et l’élaboration de certains projets
communs comme la PAC), l’ECU (monnaie de compte fictive), le SME (Système monétaire européen)
évitant une trop grande instabilité monétaire. En 1979, les accords de Lomé sont une forme d’aide au
développement puisque les européens s’engagent à ouvrir leur marché aux produits provenant des
pays signataires des accords. En 1985 sont signés les accords de Schengen sur l’ouverture des
frontières. En 1986, l’Acte unique européen est une synthèse de tous les traités conclus depuis 1957. Il
contient également des objectifs futurs1.

Mais cette construction européenne ne s’est pas faite sans difficultés. En effet, elle a été marquée
par certains échecs. Au début des années 1950, René Pleven propose une défense commune aux
européens, une défense supranationale. Pourtant la CED (Communauté européenne de défense) est
rejetée en 1954. De Gaulle pense que cela peut nuire aux intérêts de la France et les partis
communistes sont contre car ils refusent une remilitarisation de l’Allemagne. De plus, la construction
européenne est marquée par des débats entre Europe sociale ou Europe libérale et unionisme ou
fédéralisme. En effet, si certains européistes tels que Schuman, Pleven, De Rougemont sont pour une
Europe fédérale, cette vision n’est pas partagée par Margaret Thatcher (premier ministre britannique)
et de Gaulle qui sont plutôt unionistes. Margaret Thatcher dénonce le « super-état européen ». Quant
à de Gaulle, il pense que la souveraineté des états est essentielle. C’est pourquoi, en 1965, il pratique
la « politique de la chaise vide » refusant la PAC (Politique agricole commune) qui pourrait nuire aux
intérêts agricoles de la France selon lui. Par ailleurs, il refuse la candidature britannique deux fois (en
1963 et en 1967). Ces refus poussent les britanniques à créer l’AELE (Association européenne de libre
échange) : l’Europe politique est divisée au début des années 1960. De plus, la population n’est pas
toujours enthousiaste sur la question de la construction européenne : les norvégiens refusent l’entrée
de leur pays dans la CEE suite à un referendum et il y a un fort taux d’abstention pour le referendum
français ; c’est l’euroscepticisme2.

Le mot du prof :
1
L’élève aurait pu expliquer le caractère unique de cet Acte européen : pour la première fois un traité
européen développe des dispositions communautaires et intergouvernementales et préfigure le marché
unique.
2 L’élève aurait pu noter la responsabilité des chocs pétroliers des années 1970 dans le développement de

la pensée eurosceptique.

3
LES BONNES COPIES D’HISTOIRE-GEO Copie n°8
Bruno Ivanec

Enfin, la construction européenne se fait uniquement dans l’Europe occidentale car, dans le
contexte de guerre froide, l’Europe occidentale et l’Europe centrale et orientale sont séparées par un
rideau de fer : le continent est bipolarisé. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pays d’Europe
centrale et orientale se soviétisent : soit grâce à des personnalités politiques qui ont joué un rôle anti-
nazi dans la Seconde Guerre mondiale (par exemple Tito en Yougoslavie) ; soit par un coup d’état
progressif appelé aussi la « tactique du Salami » ; ou encore par des coups d’état classiques. C’est le cas
de la Tchécoslovaquie en 1988 avec le « coup de Prague ». Toutes ces démocraties populaires sont
dirigées par l’URSS (Staline). Il faudra attendre l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev en 1985 pour voir
l’indépendance de certaines démocraties populaires grâce à la Perestroïka. Les mesures prises par
Gorbatchev, notamment la suppression des troupes soviétiques dans les démocraties populaires,
conduisent à l’effondrement de celles-ci. Le 9 novembre 1989, la chute du mur de Berlin entraîne la
réunification de la RDA et de la RFA avec le Traité 2 + 4 (1990). A partir de 1990, la CEE s’ouvre
donc à des pays d’Europe centrale et orientale.

Les premiers pas de la construction européenne ont été influencés par la « pactomania »
américaine qui a incité les européens à se rapprocher pour leur reconstruction. Cependant, la
construction européenne se heurte à des débats qui ne sont toujours pas clos aujourd’hui : unionisme
ou fédéralisme ? De plus, la suppression du rideau de fer a permis à la CEE de s’agrandir
considérablement puisque l’Union européenne compte 27 membres aujourd’hui. Mais cela pose le
problème des limites de l’Europe : où s’arrêtent ses frontières1 ?

Le mot du prof :
1
La conclusion est assez bonne, avec une ouverture sur une question d’ordre géographique.

4
LES BONNES COPIES D’HISTOIRE-GEO Copie n°8
Bruno Ivanec

Les appréciations du prof

Difficulté du sujet
La principale difficulté du sujet réside dans sa formulation ainsi que dans la détermination de la
période concernée : « motivations, enjeux et difficultés » peuvent inciter le candidat à choisir cet
intitulé comme base du plan. C’est possible mais complexe à réaliser. Deuxièmement, la période
choisie débute avec la fin de la Seconde Guerre mondiale (et donc d’une Europe dévastée et
désorganisée) à la fin des années 1980, c'est-à-dire au moment où s’effondre le mur de Berlin ainsi
que l’ordre socialiste en Europe centrale et orientale. C’est un sujet qui porte donc sur une période à
la fois riche et complexe, obligeant à croiser les informations avec d’autres parties du programme
(surtout la première partie : le monde de 1945 à nos jours).

Qualités de la copie
Les qualités de la copie reposent sur la clarté de la structure : introduction, plan et conclusion sont
facilement détectables par le correcteur. L’introduction pose une problématique ainsi qu’un plan que
le candidat s’efforce de suivre dans son développement. Le plan choisi est plutôt de type thématique,
ce qui permet de mettre en évidence les grandes tendances de la construction de l’Europe occidentale
tout en prenant en considération l’environnement des relations internationales et en particulier le
contexte de la guerre froide.

C’est une copie qui comporte aussi un très bon niveau de connaissances et qui explicite tous les
sigles officiels utilisés. Il s’agit ici d’une copie globalement solide ayant répondu aux enjeux du sujet.

Défauts de la copie
Le plan choisi oblige à de fréquents retours « en arrière » d’une partie à l’autre. C’est le problème
majeur ici. Un plan de type chronologique aurait pu éviter cet écueil :

I. Les premiers pas de la construction européenne s’inscrivent dans une volonté de paix et de
réconciliation en Europe (1945 – 1947).

II. Mais les enjeux de la guerre froide et de la décolonisation bouleversent la donne (1947 –
fin des années 1960).

III. La relance de la construction européenne se heurte à la crise économique et aux derniers


feux de la guerre froide (années 1970 et 1980).

A cela peuvent s’ajouter quelques manques ou éléments insuffisamment développés : la


décolonisation qui pousse la Grande Bretagne à choisir la CEE, la volonté de répondre à la crise

5
LES BONNES COPIES D’HISTOIRE-GEO Copie n°8
Bruno Ivanec

économique des années 1970 par la création de nouvelles institutions économiques et financières,
l’importance des « duos » franco-allemands dans la construction communautaire.

Conclusion
Il s’agit d’une bonne copie par sa clarté et son contenu. Son principal défaut réside dans le choix
du plan qui ne permet pas de mettre en évidence une évolution du processus de la construction
communautaire sur près de 45 ans. Ce dernier point justifie la note de 15/20. Il convient ici de
rappeler que le choix d’un plan est primordial dans le traitement d’un sujet et que plus le sujet porte
sur une période chronologique longue plus il est important d’opérer un découpage approprié qui
permette la bonne compréhension de l’ensemble des enjeux du sujet.

Découvrez la suite…
Vous avez des questions à poser à l’auteur ? Déposez un commentaire sur son blog :
http://lewebpedagogique.com/bac

Les autres leçons de cet ouvrage :


Copie n° 1 : Composition de géographie : La Chine, puissance régionale, puissance mondiale
Copie n° 2 : Composition de géographie : Le territoire, instrument de la puissance des Etats-Unis
Copie n° 3 : Composition de géographie : la superpuissance américaine
Copie n° 4 : Composition d’histoire : Les colonies françaises, du milieu du XIXe siècle aux années 1960
Copie n° 5 : Composition d’histoire : L’Allemagne au cœur des relations internationales
Copie n° 6 : Composition d’histoire : La guerre froide (1947 – 1991)
Copie n° 7 : Composition d’histoire : L’Europe en construction depuis 1945

C’est par ici : http://lewebpedagogique.com/boutique/ !

La collection « Les Cahiers du WebPédagogique »

Les Bonnes Copies de Philo

La philo en dix leçons

Les Bonnes Copies de Français

Nous vous remercions par avance de parler de cet ouvrage autour de vous
sans le photocopier pour le distribuer à vos amis ! ;-)

© Les Cahiers du WebPédagogique, 2009.


http://lewebpedagogique.com