Vous êtes sur la page 1sur 2

DM SVT

Je vois sur le document 2 qu’il existe 4 modalités d’expressions du gène homéotique Hox13.
La première est dans un contexte de phase 1 de formation embryonnaire où le gène s’exprime de la
même façon chez les deux espèces. La seconde et la troisième sont respectivement dans une situation
de sur-prolifération cellulaire et de prolifération cellulaire. Ces deux situations vont agir sur
l’expression du gène Hox13. Enfin en phase 2 de formation embryonnaire, selon l’espèce, Le gêne va
s’exprimer différemment. Par ailleurs, je remarque sur le document 1 que les ancêtres de la souris et
du poisson-zèbre présentent une anatomie de l’avant-bras semblable.

Je sais que les différentes modalités d’expressions du gène influent sur l’anatomie des
différentes espèces. On peut noter aussi qu’en phase 2 de formation embryonnaire la différenciation
de l’expression du gène Hox13 entre deux espèces est causé par une séquence régulatrice du gène qui
diffère avec les espèces

J’en conclus que les différentes modalités d’expressions du gène homéotique Hox13 induisent
le développement d’espèces différentes et jouent un rôle primordial dans l’évolution.
Nous allons voir en quoi les modalités d’expressions du gêne homéotique Hox13 induisent le
développement d’espèces très différentes et jouent donc un rôle primordial dans l’évolution

Il existe plusieurs contextes d’expression de ce gène. Tout d’abord, en début de phase 1 de la


formation embryonnaire, nous observons des similitudes dans l’expression de celui-ci. De par son
intensité et sa localisation, l’expression de ce gène est commune à ces deux espèces. Par la suite, le
gène peut s’exprimer dans un contexte de surprolifération cellulaire ou de prolifération cellulaire. Ces
deux situations vont agirent sur l’expression du gène Hox13. Enfin en phase 2 de formation
embryonnaire, selon l’espèce, Le gêne va s’exprimer différemment. Ceci est causé par une séquence
régulatrice du gène qui diffère avec les espèces.

On peut observer que les ancêtres de la souris et du poisson zèbre admettent une anatomie
relativement proche au niveau des avant-bras. Le gène Hox13 et ses différentes modalités
d’expressions sont à l’origine de la modification anatomique de ses espèces au court du temps. Ils
jouent donc un rôle primordial dans l’évolution de celles-ci.