Vous êtes sur la page 1sur 9

bs

:Coefficient d’expansion thermique

Les informations données dans cette clause ne sont destinées qu’à l’estimation des
mouvements et des déformations. Les déformations thermiques sont calculées à partir
du produit d’un coefficient approprié de dilatation thermique et d’un changement de
température. Le changement de température peut être déterminé à partir des
conditions de service prévues et des données climatiques. Le béton exposé à
l’extérieur ne réagit pas immédiatement au changement de température de l’air, et les
plages de températures climatiques peuvent nécessiter un ajustement avant utilisation
dans les calculs de mouvement. Le coefficient de dilatation thermique du béton
dépend principalement des coefficients de dilatation de l’agrégat et de la pâte de
ciment, ainsi que du degré de saturation du béton. L’expansion thermique de l’agrégat
.est liée à la composition minéralogique (voir le tableau 7.3)

Tableau 7.3 — Expansion thermique du groupe rocheux et du béton connexe

Type d’agrégat Typical coefficient of expansion (1 ×


)voir BS 812( 10ˉ⁶/ °C)
grégatA Béton
Silex, quartzite 11 12
Granit, basalte 7 10
Calcaire 6 8
Comme pour tous les autres facteurs traités dans cette section, l’information fournie
ne fournit que des indications générales. Ces coefficients peuvent varier, cette
variation étant la plus faible pour les silex et les quartzites et la plus grande pour le
calcaire. Toutefois, les coefficients ci-dessus seront adéquats aux fins de la
conception; ce n’est que si l’estimation de la déformation est exceptionnellement
importante qu’il sera nécessaire d’examiner l’agrégat effectivement utilisé. La pâte de
ciment a un coefficient de dilatation thermique qui est fonction de la teneur en
humidité, ce qui a une incidence sur l’expansion du béton, comme le montre la figure
7.3. On peut voir que le béton partiellement sec a un coefficient de dilatation
thermique d’environ 2 10 à 6 /°C supérieur au coefficient pour le béton saturé.
.(Article 7.5, BS 8110-2:1985 page49)
Figure 7.3 — Effect of dryness upon the coefficient of thermal expansion of hardened
.cement and concrete

Déformation élastique
Le facteur le plus important qui influence le module élastique du béton est l’agrégat
utilisé. Avec un agrégat donné, le module élastique augmente avec la résistance
caractéristique du béton. Le module élastique est également affecté par le rapport
agrégat/ciment et l’âge du béton. Toutefois, les variations dues à l’un de ces facteurs
ne doivent pas être prises en compte dans la conception des structures normales
conformément à la norme BS 8110-1. Les valeurs moyennes indiquées au tableau 7.2
sont jugées suffisamment précises pour l’analyse de la structure afin de déterminer la
répartition des forces lorsque de meilleures données ne sont pas disponibles. Ils
peuvent également être utilisés pour estimer la perte de précontrainte (voir 4.8 du BS
8110-1:1997). Lorsque, dans des circonstances particulières, une évaluation aussi
précise que possible du comportement réel est requise, il sera nécessaire d’envisager
d’éventuelles variations de la valeur du module d’élasticité. Des indications à ce sujet
suivent, mais il est souligné que la valeur choisie dans un cas particulier devrait
dépendre de l’importance de l’estimation et de la raison pour laquelle elle est
nécessaire. Les valeurs moyennes pour le béton de poids normal du tableau 7.2 sont
:dérivées de l’équation suivante

:Où

Ec,28 : est le module statique d’élasticité à 28 jours

.fcu,28: est la force caractéristique du cube à 28 jours (en N/mm²)

Ko: est une constante étroitement liée au module d’élasticité de l’agrégat (pris
.comme 20 kN/mm2 pour le béton de poids normal

:Le module d’élasticité du béton à un âge t peut être dérivé de l’équation suivante

:Où

.t≥ 3 jours

Les valeurs de fcu,t/fcu,28 pour l’équation 18 peuvent être obtenues à partir du


tableau 7.1. Ce tableau montre qu’il est probable qu’il y ait en moyenne un gain de
force au-delà de 28 jours, car cela conduira à une évaluation plus réaliste du module
d’élasticité. Il convient de noter qu’il y a ici une différence par rapport à la norme BS
8110-1, où aucune augmentation de la résistance au-delà de 28 jours n’est permise
pour satisfaire aux exigences de l’état limite. Une plus faible augmentation de la
résistance se produit avec de petits éléments de structure qui sont exposés à un
.environnement sec après le durcissement initial

Lorsque des calculs de déflexion ou de déformation doivent être effectués, la fiabilité


de l’estimation du module statique d’élasticité dépendra de la précision requise par le
calcul. Lorsque les déflexions sont d’une grande importance, des essais doivent être
effectués sur du béton fait avec l’agrégat à utiliser dans la structure. Dans d’autres cas,
l’expérience d’un agrégat particulier, étayée par des données d’essai générales, fournit
souvent une valeur fiable pour Ko, et donc pour Ec,28, mais avec des agrégats
inconnus, il serait souhaitable, au stade de la conception, d’envisager une gamme de
valeurs pour Ec,28, sur la base de Ko = 14 kN/mm² à 26 kN/mm², comme indiqué
dans le tableau 7.2. Pour le béton granulat léger, les valeurs du module statique du
tableau 7.2 doivent être multipliées par (w/2400)² où w est la densité du béton
.granulaire léger (en kg/m³)
Densité:

.Pour le béton de densités comprises entre 1,2 t / m³ et 2,4 t / m³


.)Tableau 4.6, BS 8110-2:1985 page36(

:Fluage

:La déformation de fluage finale (30 ans) dans le béton ϵcc peut être prédite à partir de

.Et: est le module d'élasticité du béton à l'âge de la charge t

est le coefficient de fluage :ɸ.  


Figure 7.1 - Effets de l'humidité relative, de l'âge du chargement et de l'épaisseur
.de la section sur le facteur de fluage

Le coefficient de fluage peut être estimé à partir de la figure 7.1. Sur cette figure,
l'épaisseur de section effective est définie, pour les sections uniformes, comme le
double de la section transversale divisée par le périmètre exposé. Si le séchage est
empêché par immersion dans l'eau ou par scellement, l'épaisseur effective de la
section doit être prise à 600 mm. Les valeurs appropriées d'humidité relative pour une
exposition intérieure et extérieure au Royaume-Uni sont de 45% et 85%, lors de
l'utilisation de la figure 7.1 à des fins de conception générale. On peut supposer
qu'environ 40%, 60% et 80% du fluage final se développent respectivement pendant
le premier mois, 6 mois et 30 mois sous charge, lorsque le béton est exposé à des
conditions d'humidité relative constante. Le fluage est en partie récupérable avec une
réduction du stress. La récupération finale de fluage après 1 an est d'environ 0,3 ×
réduction de contrainte / Eu, où Eu est le module d'élasticité du béton à l'âge du
déchargement. Il est souligné que ces déclarations ne fournissent que des indications
générales et sont basées principalement sur des données de laboratoire. Le jugement,
basé sur l'expérience, est essentiel pour interpréter ces données dans des cas
individuels; comme pour la déformation élastique, cela dépendra de l'importance de
l'estimation et de la raison pour laquelle elle est nécessaire. Il peut être conseillé au
stade de la conception de considérer une plage de valeurs pour encadrer le problème,
car une surestimation peut être tout aussi mauvaise qu'une sous-estimation. En
particulier, il convient de noter que lorsque des calculs détaillés sont effectués, les
Contraintes et l'humidité relative peuvent varier considérablement pendant la durée de
vie de la structure et des jugements appropriés doivent être faits. (Article 7.3, BS
.8110-2:1985 page46)

:Retrait au séchage

Une estimation du retrait au séchage du béton ordinaire peut être  


obtenue à partir de la figure 7.2. Des recommandations concernant
l'épaisseur effective de la section et l'humidité relative sont données en
.7.3

Figure 7.2 - Retrait au séchage du béton de poids normal


La figure 7.2 se rapporte au béton de qualité normale, fabriqué sans adjuvants
réducteurs d’eau; ces bétons auront une teneur originale en eau d’environ 190
L/m3. Lorsque le béton a une teneur en eau différente, le retrait peut être considéré
comme proportionnel à la teneur en eau dans la plage de 150 L/m3 à 230 L/m3. Le
retrait du béton ordinaire dépend principalement de l’humidité relative de l’air qui
entoure le béton, de la surface à partir de laquelle l’humidité peut être perdue par
rapport au volume du béton et des proportions du mélange; il est légèrement
augmenté par la carbonatation et l’auto-dessiccation et réduit par durcissement
prolongé. Les agrégats ayant un mouvement d’humidité élevé, comme certains dole
rites et whinstones écossais, et les graviers contenant ces roches, produisent du
béton ayant un retrait de séchage initial plus élevé que celui normalement prévu. De
plus amples informations à ce sujet sont données en référence [7], afin d’être prises
en compte dans l’utilisation des données figurant à la figure 7.2. Les agrégats à faible
module peuvent également conduire à un retrait du béton plus élevé que la
normale, ce dont il faut tenir compte à l’aide de la figure 7.2 pour estimer le retrait
par séchage aux fins de la conception. Le béton exposé au climat extérieur au
Royaume-Uni présentera des déformations cycliques saisonnières de 0,4 fois le
rétrécissement de 30 ans superposé à la déformation de retrait moyenne; le
.rétrécissement maximal se produira à la fin de chaque été

Une estimation du retrait des profilés en béton armé symétriquement peut être
:obtenue à partir de

:Où

est le retrait du béton ordinaire.shϵ:

est la zone d’acier par rapport à celle du béton.K :

P: est un coefficient, pris comme 25 pour l’exposition interne et comme 15 pour


.l’exposition externe

Pour les profilés non renforcés symétriquement, l’influence du renfort sur le retrait,
et donc sur la courbure et la déflexion est plus complexe. Les procédures décrites au
point 3.4.6 du BS 8110-1:1997 en tiennent compte dans la plupart des cas normaux.
Lorsque des calculs de déflexion sont jugés nécessaires, il convient de se reporter à

l’article 3 de la présente partie. Les remarques générales du point 7.3 sur le fluage
s’appliquent également au rétrécissement. De telles estimations peuvent être
nécessaires pour tenir compte des mouvements (voir la section 5 de la norme BS
8110-1:1997), pour estimer la perte de précontrainte (voir la section 4.8 de la norme
BS 8110-1:1997) et pour évaluer les effets différentiels de retrait (voir la section
5.4.6.4 de la norme BS 8110-1:1997). Dans tous les cas, le jugement, basé sur
.l’expérience, est essentiel. (Article 7.4, BS 8110-2:1985 page48)

Résistance à la compression
Tester les moitiés du prisme en compression sur les faces latérales au moyen des
équipements visés aux points 4.8 et 4.9. Centrer les moitiés du prisme latéralement sur
les plateaux de la machine à 0,5 mm près, et longitudinalement de telle sorte que la
face terminale du prisme dépasse les plateaux ou les plaques auxiliaires d’environ 10
mm. Augmenter la charge en douceur au taux de (2 400 200) N/s sur l’ensemble de
l’application de la charge jusqu’à la rupture. Lorsque l’augmentation de la charge est
réglée à la main, faire un ajustement pour la diminution du taux de charge près de la
:charge de rupture. Calculer la force de compression Rc en N/mm² à partir de

.)Article 9.3, BS EN 196-1:1995 page16(

est la résistance à la compression, en newtons par millimètre carré; eR :

est la charge maximale à la rupture, en newtons; :eF

mm 40 mm est la surface des plateaux ou des plaques auxiliaires, en 40 = 1600


.millimètres carrés

:La densité théorique de l'acier


.La densité théorique de l'acier la 7 850 kg / m3