Vous êtes sur la page 1sur 113

Chants de Victoire

Index des cantiques


A D
Adorable mystère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Dans ce triste monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219
Agneau de Dieu, Messager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Dans la patrie éternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
Ah ! donne à mon âme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Dans le ciel, séjour de la gloire . . . . . . . . . . . . . . . 266
Ah ! qu’il est beau de voir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280 Dans les cieux et sur la terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Ah ! que je ne sois pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Dans mon bonheur immense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Ah ! si ton sang . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 David n’avait rien que sa fronde . . . . . . . . . . . . . . 310
Alléluia ! Jésus sort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289 De Jésus, entends-tu la voix ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Arrête, ô pécheur, arrête ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Debout pour la sainte guerre . . . . . . . . . . . . . . . . 198
Attire, ô Sauveur, attire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Debout, sainte cohorte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204a
Au ciel est la maison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274 Demain peut-être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Au petit, Jésus dit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296 Demeure par ta grâce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
Au pied de la croix sanglante . . . . . . . . . . . . . . . 172b Devant mon âme confondue . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Au pied de ta croix prosterné . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Dieu soit la Gloire !, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Aujourd’hui Jésus t’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Divin Sauveur, toi qui vins sur la terre . . . . . . . . . 164
Aujourd’hui Tu m’appelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Dix mille milliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Aussi longtemps qu’étranger . . . . . . . . . . . . . . . . 214b Du Rocher de Jacob . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Aux jours d’angoisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 Dès aujourd’hui je veux aimer . . . . . . . . . . . . . . . . 308
Avançons-nous joyeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277 Déjà l’étoile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145b
Avec allégresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
B E
Ecoute de Dieu la Parole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Bien loin de toi, mon Père . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Ecoutez l’appel du Berger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Bienheureux, pardonné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Ecoutez la Bonne Nouvelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Bientôt Jésus va nous prendre . . . . . . . . . . . . . . . 298 Ecoutez, petits et grands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
Bientôt le Seigneur va venir . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 En contemplant la croix bénie . . . . . . . . . . . . . . . 45b
Bientôt, Seigneur, tu reviendras . . . . . . . . . . . . . . 267 Enfin Jésus a triomphé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Bon Sauveur, berger fidèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301 Entends-tu ? Jésus t’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Brillante Étoile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 Entre tes mains j’abandonne . . . . . . . . . . . . . . . . 172a
Béni soit le lien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279 Es-tu lassé, rempli de tristesse . . . . . . . . . . . . . . . 108
Bénissons Dieu par nos cantiques . . . . . . . . . . . . . 25b Etre à tes pieds comme Marie . . . . . . . . . . . . . . . . 27
C G
C’est de toi, Dieu tout bon . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278 Gloire, gloire à l’Éternel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
C’est encor temps ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Golgotha, l’Agneau, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
C’est mon joyeux service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Grand Dieu, nous te bénissons . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
C’est Toi, Jésus, Pain de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Grâce infinie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149b
C’est un rempart ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Gémissant sous l’esclavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
C’est à l’ombre de tes ailes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
Celui qui nous a lavés, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Celui qui sera vainqueur, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 I
Chantons du Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25a Ici pleurer et souffrir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
Chaque jour de ma vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306 Il est un Ami suprême . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56b
Christ est ressuscité ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Il est un espoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
Comme un doux murmure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Il est un pays magnifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
Comme un fleuve immense . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Il est un roc séculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Comme un phare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Il est une sainte guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
Comme une terre altérée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Il faut grand Dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Conduis-nous sûrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248 Il m’a sauvé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
Connais-tu cette cité ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272 Il va finir le beau jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Consolez vos cœurs qui pleurent . . . . . . . . . . . . . . 276 Il va venir le Seigneur que j’adore . . . . . . . . . . . . . 254
Contempler mon Dieu sur son trône . . . . . . . . . . 273 Il vient bientôt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
Cœurs fatigués et lassés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Invoque-moi du sein de la détresse . . . . . . . . . . . . 213

1
J M
J’ai longtemps erré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 M’aimant... quand la route est obscure . . . . . . . . . 32
J’ai soif de ta présence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249 Ma richesse, ma gloire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
J’ai trouvé, j’ai trouvé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Ma vie enfin je te donne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Maître, entends-tu la tempête . . . . . . . . . . . . . . . 207
J’entends ta douce voix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Miséricorde insondable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
Jamais Dieu ne délaisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Mon Dieu, plus près de toi . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
Je chanterai, Seigneur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Mon salut, ma nourriture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
Je l’ai trouvé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Mon Sauveur souffrit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Je le connais, celui qui donne . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Mon âme en silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
Je m’approche de Toi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Mon âme est libérée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Je ne sais pas le jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 Mort avec Christ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
Je ne sais pourquoi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Mortels, voulez-vous savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Je suis la lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
Je suis petit, mais que m’importe ? . . . . . . . . . . . 294 N
Je suis sauvé, Dieu m’a fait grâce . . . . . . . . . . . . 130 Ne crains rien je t’aime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
Je veux chanter, louer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Non, nous ne saurions nous taire . . . . . . . . . . . . . 199
Joie au ciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Non, rien en ma personne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
Jusqu’à la mort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Notre Chef et Maître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
Nous attendons le Sauveur glorieux . . . . . . . . . . . 275
Jésus, Agneau de Dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Nous ne sommes plus esclaves . . . . . . . . . . . . . . . 56a
Jésus aujourd’hui m’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Nous t’adorons, Toi que notre cœur aime . . . . . . . 21
Jésus-Christ est ma sagesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Nous voguons vers un beau rivage . . . . . . . . . . . . . 84
Jésus, divin modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31b Nous voulons marcher vers le ciel . . . . . . . . . . . . . . 98
Jésus est au milieu de nous . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Nul enfant n’est trop petit . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
Jésus est mon puissant Sauveur . . . . . . . . . . . . . . 297
Jésus est notre Ami suprême . . . . . . . . . . . . . . . . . 33a O
Jésus frappe à votre porte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 O Christ ! quelle immense douleur . . . . . . . . . . . . . 36
Jésus je m’abandonne, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 O Dieu de Vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
Jésus, je te suivrai partout . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 O Dieu, nous le plaçons sous ta main
Jésus ! Jésus ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 paternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
Jésus, Jésus mon Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 O Fils de Dieu, mon Sauveur bien-aimé . . . . . . . . 225
Jésus me demande d’être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305 O jour béni, jour de victoire . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
Jésus ne change pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 O jour heureux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Jésus, par ton sang précieux . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 O mon Dieu dans ma souffrance . . . . . . . . . . . . . 117
O mon Sauveur, ouvre mon cœur . . . . . . . . . . . . . 150
Jésus quitta le trône de son Père . . . . . . . . . . . . . 304 O mon Sauveur, à Toi seul je veux être . . . . . . . . 158
Jésus soit avec vous à jamais . . . . . . . . . . . . . . . . 286 O Pèlerin de la Ville d’or . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
Jésus sort de la tombe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 O pécheur hésitant ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Jésus t’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 O Seigneur, bénis la parole . . . . . . . . . . . . . . . . . 137b
Jésus, ta sainte présence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147a O Seigneur, Éternel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
O toi qui souffres solitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
L O toi, Seigneur Jésus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
O vous qui n’avez pas la paix . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
L’amour de Jésus-Christ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Obscur et pauvre au monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
L’amour éternel, insondable . . . . . . . . . . . . . . . . . 33b Oh ! croyez que Dieu vous donne . . . . . . . . . . . . . . 69
La croix, où mourut, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Oh ! le meilleur ami, c’est Jésus . . . . . . . . . . . . . . 228
La croix que Dieu me donne . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Oh ! Loué soit ton nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
La croix reste debout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Oh ! quand sera-ce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
Oh ! que ta main paternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
La trompette a retenti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253 Oh ! que ton joug est facile . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
La voix de Christ nous appelle . . . . . . . . . . . . . . . 157 Oh ! que toute la terre entonne . . . . . . . . . . . . . . . 28
La voix du Seigneur m’appelle . . . . . . . . . . . . . . . 180 Oh ! quel beau jour, où, devant ta face . . . . . . . . 261
Le cri de mon âme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Oh ! quel bonheur de le connaître . . . . . . . . . . . . . . 20
Le Maître est là qui t’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Oh ! quel repos quand le mal m’environne . . . . . . 220
Le nom de Jésus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Oh ! quelle paix parfaite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215a
Le Prince de la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Oh ! viens, Seigneur Jésus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
Le péché qui t’accable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Oh ! viens à moi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Le Seigneur m’aime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302 On frappe, on frappe ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Le service pour le Maître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Or, vers minuit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
Oui, Jésus, c’est vers Toi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
Le signal de la victoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Oui, selon ta promesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
Le temps s’envole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271 Oui, ton amour est un amour sublime . . . . . . . . . . 15
Les rayons de l’amour divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Où cherchez-vous le bonheur ? . . . . . . . . . . . . . . . 115
Loin du Sauveur pourquoi mon frère . . . . . . . . . . . 88 Où trouver une retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Là-haut, là-haut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269 Où va cette foule empressée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
P Seigneur, ta grâce m’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
Seigneur, tu donnes ta grâce . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
Paix, douce paix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Seigneur, à ton regard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
Par ce chemin solitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Sentinelle vigilante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
Par tous les saints glorifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Seul refuge de mon âme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Pauvre enfant, au bord de l’abîme . . . . . . . . . . . . 116 Si le temps fuit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
Plus le mal est pressant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 Si vous saviez quel Sauveur je possède . . . . . . . . 100
Plus que vainqueur ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 Source féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Portant sa croix, il monte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31a Sous le sang, le précieux sang . . . . . . . . . . . . . . . . 303
Possèdes-tu, pauvre pécheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Souviens-toi du Calvaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Pour moi chrétien, la terre est un exil . . . . . . . . . 211 Suivez, suivez l’Agneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
Pour toi qu’un tourment oppresse . . . . . . . . . . . . 209 Sur toi je me repose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
Pour toi seul en qui j’espère . . . . . . . . . . . . . . . . . 247 Sur toi, Sauveur, qui se fonde . . . . . . . . . . . . . . . . 239
Pour triompher dans les combats . . . . . . . . . . . . . 138
Pourquoi donc attendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Prends ma vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 T
Priez toujours, priez sans cesse . . . . . . . . . . . . . . . 153 Tant qu’il vit, tant qu’il règne . . . . . . . . . . . . . . . 235
Précieux Jésus, je t’aime ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Tel que je suis, pécheur rebelle . . . . . . . . . . . . . . . 119
Publiez bien haut ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Tel que je suis, sans rien à moi . . . . . . . . . . . . . . . 124
Pèlerin, sur cette terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268 Tes jardins, ô Père . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
Pécheur, je voudrais te guérir . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Tes pieds, ô divin Maître !, A . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Pécheurs ! vous venez d’entendre . . . . . . . . . . . . . 103 Tes saints, dans la lutte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Pécheurs, voyez l’Agneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Tiens dans ta main . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
Toi dont l’âme est tourmentée . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Q Toi la gloire, A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Qu’il fait bon à ton service . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Toi, le Fils éternel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Qu’ils sont beaux sur les montagnes . . . . . . . . . . 284 Toi, mon Dieu, je m’abandonne, A . . . . . . . . . . . 170
Quand je craindrais sur la route . . . . . . . . . . . . . . 232 Toi qui disposes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149a
Quand le vol de la tempête . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Ton beau nom calme et console . . . . . . . . . . . . . . 216
Quand ma route est obscure . . . . . . . . . . . . . . . . 215b Torrents d’amour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
Que la grâce de notre Seigneur . . . . . . . . . . . . . . . 146 Tous mes péchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Que ta lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145a Tout joyeux, bénissons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293
Que ton fidèle amour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Travaillons et luttons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Que tout genou fléchisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Trois fois saint Jéhovah ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Quel ami fidèle et tendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Tu m’as aimé, Seigneur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Quel autre au ciel ai-je que toi ? . . . . . . . . . . . . . . 217 Tu nous combles de biens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281
Quel bonheur ! Jésus vient . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
Quel repos céleste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
Qui me relève dans mes chutes . . . . . . . . . . . . . . . 195
U
Un chrétien je croyais être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
R Un regard sur ta croix sanglante . . . . . . . . . . . . . . 163
Une bonne nouvelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Regarde, âme angoissée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Une nacelle en silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
Reste avec nous, Seigneur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214a
Reviens, reviens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Reviens à ton Père . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 V
Revêtons notre armure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204b Veille au matin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
Rien ne peut sauver mon âme . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Venez au Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Rien, ô Jésus, que ta grâce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Venez contempler au Calvaire . . . . . . . . . . . . . . . . 45a
Roc séculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Vers le ciel, vers le ciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
Roi couvert de blessures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Vers toi monte notre hommage . . . . . . . . . . . . . . . 18
Romps-nous le pain de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Veux-tu briser du péché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Rédempteur adorable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Viens au Père qui t’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Viens, mon âme, et contemple . . . . . . . . . . . . . . . . 46
S Viens, mon âme te réclame . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
Sainte Sion, ô patrie éternelle . . . . . . . . . . . . . . . . 259 Viens, viens à Jésus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Saisis ma main craintive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Viens à Jésus, il t’appelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
Sans attendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Viens à la croix, âme perdue . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Sans un Dieu Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Viens, âme perdue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Seigneur, ce que je réclame . . . . . . . . . . . . . . . . . 147b Viens, âme qui pleures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
Seigneur, du sein de la poussière . . . . . . . . . . . . 137a Voici Jésus, notre Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Seigneur Jésus, Bon Berger . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291 Voir mon Sauveur face à face . . . . . . . . . . . . . . . . 252
Seigneur Jésus, je viens à Toi . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Voudrais-tu goûter le parfait bonheur ? . . . . . . . . 110
Seigneur Jésus, une vaste carrière . . . . . . . . . . . . 283 Vous qui gardez les murs de la sainte cité . . . . . . 202
Seigneur, que la terre entière . . . . . . . . . . . . . . . . 288 Vous qui marchez dans la souillure . . . . . . . . . . . . . 51
Seigneur, sanctifie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Vous tous dont l’âme est envahie . . . . . . . . . . . . . . 93
1 Grand Dieu, nous te bénissons 3 Gloire, gloire à l’Éternel
1. Grand Dieu, nous te bénissons,
Nous célébrons tes louanges !
Éternel, nous t’exaltons,
1. Gloire, gloire à l’Éternel !
De concert avec les anges,
\lrep Et prosternés devant Toi, \lrep Qu’un cantique solennel \rrep \rep{2}
Nous t’adorons, ô grand Roi ! \rrep \rep{2} De nos cœurs monte à son trône !
2. Les saints et les bienheureux, \lrep Quand il crée, oh ! qu’il est grand ! \rrep
Les trônes et les puissances, \rep{2}
Toutes les vertus des cieux, Qu’il est juste en punissant !
Disent tes magnificences,
\lrep Proclamant dans leurs concerts, Qu’il est bon quand il pardonne !
Le grand Dieu de l’Univers. \rrep \rep{2}
2. Il parle !... et cet Univers
3. Saint, saint, saint, est l’Éternel,
\lrep Se lève aux puissants concerts \rrep
Le Seigneur, Dieu des armées ;
Son pouvoir est immortel ; \rep{2}
Ses œuvres partout semées De sa parole vivante ;
\lrep Font éclater sa grandeur,
\lrep Et des astres radieux, \rrep \rep{2}
Sa majesté, sa splendeur. \rrep \rep{2}
Sa main jette dans les cieux
4. Sauve ton peuple, Seigneur, La poussière étincelante !
Et bénis ton héritage ;
Que ta gloire et ta splendeur
Soient à jamais son partage, 3. Il accuse !... et le pécheur
\lrep Conduis-le par ton amour \lrep Devant cet accusateur, \rrep \rep{2}
Jusqu’au céleste séjour ! \rrep \rep{2}
Sent sa profonde misère,
5. Gloire soit au Saint-Esprit ! \lrep Et s’écrie en son effroi : \rrep \rep{2}
Gloire soit à Dieu le Père ! Montagnes, tombez sur moi,
Gloire soit à Jésus-Christ,
Notre Sauveur, notre Frère ! Cachez-moi de sa colère !
\lrep Son immense charité
Dure à perpétuité. \rrep \rep{2} 4. Mais l’âme à qui le Seigneur
\lrep S’est donné pour Rédempteur, \rrep
\rep{2}
2 Je chanterai, Seigneur Goûte une paix ineffable.
\lrep Objet d’un si grand amour, \rrep \rep{2}
1. Je chanterai, Seigneur, tes œuvres magnifiques,
Ton auguste pouvoir, ta suprême grandeur ; Elle éprouve un doux retour
Aux concerts de tes saints j’unirai les cantiques Pour ce Sauveur adorable.
\lrep Que pour toi me dicte mon cœur. \rrep
\rep{2}
5. Ô Dieu, que tes rachetés
2. Oh ! que de l’Éternel la parole est féconde ! \lrep Toujours chantent les bontés \rrep
L’univers fut jadis l’ouvrage de sa voix ; \rep{2}
Il dit... les éléments, le ciel, la terre et l’onde
\lrep Du néant sortent à la fois. \rrep \rep{2} De Celui qui leur pardonne !
\lrep Gloire, gloire à l’Éternel ! \rrep \rep{2}
3. Le monde passera ; ce superbe édifice Ce cantique solennel
Un jour s’ébranlera jusqu’en ses fondements.
Ta sagesse, grand Dieu, ta bonté, ta justice Montera jusqu’à son trône.
\lrep Subsisteront dans tous les temps. \rrep
\rep{2}
4 Je veux chanter, louer 6 A Dieu soit la Gloire !
1. Je veux chanter, louer mon Dieu, 1. À Dieu soit la Gloire !
Dans tous les temps, dans tous les lieux ! Par son Grand Amour
Que dans ma vie Dans mon âme noire
Tout glorifie S’est levé le jour.
Le nom puissant d’Emmanuel ! Jésus à ma place,
\lrep Alléluia ! \rrep \rep{2} Mourut sur la Croix,
Avec les anges dans le ciel, Il m’offre sa Grâce
\lrep Alléluia ! \rrep \rep{2} Et je le reçois !
Célébrons tous Emmanuel ! \lrep Gloire à Dieu ! \rrep \rep{2}
Terre, écoute sa voix !
2. Je veux chanter mon Rédempteur, \lrep Gloire à Dieu ! \rrep \rep{2}
L’amour profond de mon Sauveur ! Monde, réjouis-toi !
Sa mort sanglante Oh ! venez au Père,
Et triomphante Jésus est vainqueur ;
M’affranchit du joug du péché. Que toute la terre
\lrep Alléluia ! \rrep \rep{2} Chante en son honneur !
Gloire à Jésus, je suis sauvé !
\lrep Alléluia ! \rrep \rep{2} 2. De Jésus, la joie,
Oui ! Sauvé pour l’éternité ! Remplit notre cœur ;
Qu’importe qu’on voie
3. Exaltons tous et célébrons Tout notre bonheur,
Le nom de notre Dieu ; chantons ! Selon sa promesse,
Dans l’allégresse Jésus changera
Soyons sans cesse ! Deuil en allégresse,
Vous tous qui souffrez, malheureux, Quand Il reviendra.
\lrep Alléluia ! \rrep \rep{2} Gloire à Dieu, etc.
Non ! plus de larmes dans vos yeux !
\lrep Alléluia ! \rrep \rep{2}
Venez, il veut vous rendre heureux !
7 Dans mon bonheur immense
1. Dans mon bonheur immense,
5 Jésus ! Jésus ! Je veux avec ferveur
Célébrer ta clémence,
Ô mon Sauveur !
1. Jésus, Jésus, Jésus, Jésus,
Seul nom que mon cœur aime, 2. Pour moi, sur le Calvaire,
Je voudrais ne prononcer plus Ton sang fut répandu,
Qu’un seul mot, ce nom même. Et l’amour de ton Père
M’est apparu.
2. Jésus, Jésus, ce nom si beau,
C’est celui dont les anges, 3. Ton sanglant sacrifice,
Prosternés autour de l’Agneau, Expiant mes forfaits,
Remplissent leurs louanges. Me valut ta justice,
Ta douce paix.
3. Jésus, c’est le nom de Celui 4. Ce divin héritage,
Qui descendit du Père, Je le prends par la foi,
Dont l’amour sur la croix a lui, Et mon cœur sans partage
En qui la terre espère. Se donne à toi.
4. Jésus, c’est le nom du Sauveur 5. À toi dans l’abondance
Favorable à toute âme, Ou dans la pauvreté,
Et qu’aujourd’hui plus d’un pécheur À toi dans la souffrance
De tout son cœur acclame. Ou la santé.
5. Jésus, Jésus, Jésus, Jésus, 6. À toi sur cette terre,
Bientôt mon cœur qui t’aime, Où j’attends ton retour,
Auprès de Toi ne dira plus Et bientôt, près du Père,
Qu’un seul mot, ton nom même. À toi toujours.
8 Le nom de Jésus 10 Du Rocher de Jacob
1. Le nom de Jésus est si doux !
De Dieu désarmant le courroux, 1. Du Rocher de Jacob toute l’œuvre est parfaite ;
Il nous appelle au rendez-vous, Ce que sa bouche a dit, sa main l’accomplira.
Précieux nom de Jésus ! \lrep Alléluia, alléluia ! \rrep \rep{2}
\lrep Car il est notre Dieu, \rrep \rep{3} –
Jésus ! Béni soit ton nom ! notre haute retraite.
Jésus ! Oh ! merveilleux don !
Jésus ! Suprême rançon, 2. C’est pour l’éternité que le Seigneur nous aime :
Sois adoré pour toujours. Sa grâce en notre cœur jamais ne cessera.
2. J’aime ce nom dans le chagrin, \lrep Alléluia, alléluia ! \rrep \rep{2}
Il me soutient sur le chemin, \lrep Car il est notre espoir, \rrep \rep{3} –
Sa musique est un son divin, notre bonheur suprême.
Précieux nom de Jésus !
3. De tous nos ennemis Il sait quel est le nombre.
Jésus ! Béni soit ton nom ! etc. Son bras combat pour nous et nous délivrera.
3. J’aime le nom de mon Sauveur, \lrep Alléluia, alléluia ! \rrep \rep{2}
Car Lui seul connaît tout mon cœur, \lrep Les méchants, devant Lui, \rrep \rep{3}
Lui seul me rend plus que vainqueur : – s’enfuiront comme une ombre.
Précieux nom de Jésus !
4. Nos corps mortels aussi connaîtront sa victoire,
Jésus ! Béni soit ton nom ! etc. Nous savons que bientôt il les transformera.
4. Et si parfois j’ai succombé, \lrep Alléluia ! Alléluia ! \rrep \rep{2}
Si dans le mal je suis tombé, \lrep Pour nous, ses rachetés, \rrep \rep{3} –
Son nom puissant m’a relevé : la mort se change en gloire.
Précieux nom de Jésus !
5. Louons donc l’Éternel, notre Dieu, notre Père.
Jésus ! Béni soit ton nom ! etc. Le Seigneur est pour nous : contre nous qui
5. Et lorsqu’avec Lui je serai, sera ?
Et lorsqu’enfin je Le verrai, \lrep Alléluia ! Alléluia ! \rrep \rep{2}
Alors sans fin je redirai : \lrep Triomphons en Jésus \rrep \rep{3} – et
Précieux nom de Jésus ! vivons pour Lui plaire.
Jésus ! Béni soit ton nom ! etc.

9 Christ est ressuscité ! 11 Adorable mystère

1. Christ est ressuscité, 1. Adorable mystère,


Qu’en des chants joyeux, Le Fils du Roi des rois,
Son triomphe en tous lieux Descendit sur la terre,
Soit exalté ! Mourut sur une croix.
À toi la gloire et l’honneur, ô Sauveur, ô Honneur, honneur et gloire
puissant Rédempteur ! Au Sauveur, au Seigneur !
Du sépulcre tu sortis vainqueur, Honneur, joie et victoire,
Prince de vie et Prince de paix. Honneur, gloire au Sauveur !
\lrep Gloire à Toi, \rrep \rep{3} – gloire à
jamais ! 2. Adorable mystère,
2. Christ est ressuscité, C’est pour moi qu’il mourut !
Cherche en Lui toujours, Il a pris ma misère,
Ô peuple racheté, Il m’offre le salut !
Force et secours !
Honneur, honneur et gloire, etc.
À toi la gloire, etc.
3. Adorable mystère,
3. Christ est ressuscité, Vous tous qui connaissez
Par Lui nous vivrons Son pouvoir salutaire,
Et dans l’éternité Adorez, bénissez !
Nous régnerons.
Honneur, honneur et gloire, etc.
À toi la gloire, etc.
12 Trois fois saint Jéhovah ! 14 Toi, le Fils éternel

1. \lrep Trois fois saint Jéhovah ! \rrep \rep{2}


Notre âme en ta présence,
Dans une humble assurance
\lrep S’écrie : Alléluia ! \rrep \rep{2} 1. Toi, le Fils éternel, toi, bien-aimé du Père,
Ta gloire est immortelle, Délices de son cœur au suprême séjour,
Ta grâce est éternelle !
\lrep Ô Père, ô Fils Sauveur ! \rrep \rep{3} Avant que le temps fût, tu pensais à la terre,
Ô grand Consolateur ! Où tu voulais descendre et t’abaisser un jour.

2. \lrep Nous cherchons, ô Seigneur ! \rrep


\rep{2} 2. Tout tes plaisirs étaient avec les fils des
Le regard de ta face ;
Que du trône de grâce hommes,
\lrep Il luise en notre cœur, \rrep \rep{2} Et tu vins dans un corps par Dieu même formé ;
Allume dans notre âme
Humble enfant, tu naquis plus bas que nous ne
La pure et vive flamme
\lrep De l’amour que pour Toi, sommes,
Doit nourrir notre foi. \rrep \rep{2} Ô mystère profond, des anges acclamé !

3. \lrep Amen ! ô notre Dieu ! \rrep \rep{2}


Que ta bonté fidèle 3. Tu venais nous sauver de l’état misérable,
À ce cœur qui t’appelle Où le péché d’Adam nous avait tous plongés ;
\lrep Réponde du saint lieu, \rrep \rep{2}
Et qu’en ta paix parfaite, Pour nous tu mis ta vie, ô Seigneur adorable !
Ton Église répète : Ton sang fut répandu pour ôter nos péchés.
\lrep Trois fois saint Jéhovah ! \rrep \rep{3}
Amen ! Alléluia !
4. Et maintenant, ô Christ ! nous chantons ta
victoire ;
13 Oh ! Loué soit ton nom Ton Dieu t’a couronné de puissance et
d’honneur ;
1. Oh ! Loué soit ton nom Sauveur plein de Tu viendras nous chercher, Jésus, pour voir ta
tendresse,
gloire,
Qui me gagnas enfin par ton immense amour.
Tu guéris ma douleur, me remplis d’allégresse Pour être près de toi dans l’éternel bonheur.
Et ton regard béni me suit jour après jour.

2. En ta communion, dans une humble assurance, 5. Agneau glorifié, Sauveur plein de tendresse,
Je trouve le repos et la paix pour mon cœur ; Ô toi qui nous aimas d’un amour infini,
Ta grâce précieuse et ta douce présence
Réunis en ton nom, nos cœurs pleins
Sont désormais pour moi la source du bonheur.
d’allégresse,
3. Et bientôt tu viendras, en ta grande puissance,
Disent avec bonheur : ô Jésus, sois béni !
Me prendre auprès de toi dans l’éternel repos !
Alors, avec la foi, cessera l’espérance,
Mais dans mon cœur, l’amour régnera seul
là-haut.
15 Oui, ton amour est un amour 16 Devant mon âme confondue
sublime
1. Devant mon âme confondue
S’étend un océan d’amour !
Et d’En Haut la paix descendue,
Inonde mon cœur en ce jour.
1. Oui, ton amour est un amour sublime ;
Il est plus haut que la plus haute cime Sur la croix, Christ a porté
Toute mon iniquité ;
Et que l’azur insondable des cieux. À lui je m’abandonne enfin,
Comment pourrais-je ô Dieu ! vers cet abîme Pour être à ce Sauveur divin.
Lever les yeux ! 2. Je cherchais, luttais avec larmes,
Je voulais vaincre, mais en vain ;
Quand lassé, je rendis les armes,
2. Pourtant, Seigneur, si je ne puis comprendre, La paix brilla sur mon chemin.
Ah ! que du moins ma voix se fasse entendre,
Sur la croix, Christ a porté, etc.
Et que mon cœur par l’amour soulevé,
3. Sur moi posant sa main bénie,
Chante aujourd’hui l’amour puissant et tendre Il me lava complètement,
Qui m’a sauvé ! Et mon âme trouva la vie :
Sa justice est mon vêtement.
3. Les séraphins, devant cette clémence Sur la croix, Christ a porté, etc.
Que rien ne borne et que rien ne commence, 4. Le Prince de paix passe encore,
Courbent leur front par leurs ailes voilé... En cet instant, pour me bénir,
Et dans mon âme a lui l’aurore
Et c’est pour moi que cet amour immense D’un beau jour, qui ne peut finir.
S’est révélé !
Sur la croix, Christ a porté, etc.

4. Oh ! quel amour ! Il m’entoure, il m’inonde.


C’est une mer calme, pure, profonde, 17 A Celui qui nous a lavés
Qui se déroule aux regards de ma foi.
Doux océan, que murmure ton onde ?... 1. À Celui qui nous a lavés,
Qui nous a tant aimés,
« Pour toi, pour toi ! » Par son sang nous a rachetés,
Soit gloire, gloire, gloire,
5. Oui, c’est pour moi, je le crois et j’adore, Louange à jamais !
Ô Christ Sauveur ! Qu’il retentisse encore 2. Chantons le cantique nouveau
Ce mot divin, ce mot de ton amour ! À l’honneur de l’Agneau,
Qui sortit vainqueur du tombeau,
Redis-le-moi jusqu’à la douce aurore
Oui, gloire, gloire, gloire,
De ton retour ! Louange à jamais !
3. Adorons le Triomphateur,
6. Et quand luira cette aurore bénie, Jésus notre Sauveur,
Quand, à Jésus plus tendrement unie, Sur tous ses ennemis vainqueur,
Oui, gloire, gloire, gloire,
Mon âme enfin, mon âme le verra, Louange à jamais !
D’elle vers lui ma louange infinie
4. Du ciel bientôt Il reviendra,
S’élèvera. Et tout œil le verra,
Le monde entier l’adorera,
Oui, gloire, gloire, gloire,
Louange à jamais !
18 Vers toi monte notre 19 Mon Sauveur souffrit
hommage

1. Mon Sauveur souffrit sur la croix,


1. Vers toi monte notre hommage, Gloire à l’Agneau de Dieu !
Fils de Dieu, puissant Sauveur, Oh ! viens le louer avec moi ;
Qui demeure d’âge en âge Gloire à l’Agneau de Dieu !
Le refuge du pécheur.
L’Agneau ! l’Agneau ! l’Agneau de Dieu !
\lrep Loué soit ton amour, loués soient à jamais J’aime l’écho de son saint nom ;
Ton nom, ta gloire et tes bienfaits ! \rrep \rep{2} Ce nom brillera sur mon front.

2. De toi vient la délivrance : 2. Je veux dire à chaque pécheur,


Tu payas notre rançon. Gloire à l’Agneau de Dieu !
C’est en toi qu’est l’espérance, Qu’enfin j’ai trouvé mon Sauveur.
La paix et la guérison. Gloire à l’Agneau de Dieu !

Loué soit ton amour, etc. L’Agneau ! l’Agneau ! etc.

3. Oh ! qu’heureux sous la bannière 3. Oui, je veux chanter plein de foi,


Est le peuple racheté Gloire à l’Agneau de Dieu !
Qui marche dans la lumière, Que mon Sauveur est mort pour moi.
Vers la céleste cité. Gloire à l’Agneau de Dieu !

Loué soit ton amour, etc. L’Agneau ! l’Agneau ! etc.

4. Par ta divine Parole 4. Du monde je fais l’abandon ;


Tu l’enseignes, tu l’instruis, Gloire à l’Agneau de Dieu !
Et, par l’Esprit qui console, De mes péchés j’ai le pardon !
Sûrement tu le conduis. Gloire à l’Agneau de Dieu !

Loué soit ton amour, etc. L’Agneau ! l’Agneau ! etc.

5. Bientôt – glorieuse attente ! – 5. Parmi les sauvés j’ai mon rang,


Tu combleras tous nos vœux : Gloire à l’Agneau de Dieu !
Sur la nue étincelante, Mon cœur est lavé dans son sang.
Tu viendras à nous des cieux. Gloire à l’Agneau de Dieu !

Loué soit ton amour, etc. L’Agneau ! l’Agneau ! etc.


20 Oh ! quel bonheur de le 21 Nous t’adorons, Toi que notre
connaître cœur aime

1. Nous t’adorons, Toi que notre cœur aime,


1. Oh ! quel bonheur de le connaître, Ô Rabboni !
L’Ami qui ne saurait changer. Nous avons soif de ta sainteté même,
De l’avoir ici-bas pour Maître, Maître béni !

Pour défenseur et pour berger ! Verse en nos cœurs, ô Christ, ta charité !


Et mets sur nous ta sublime beauté.

Chantons, chantons d’un cœur joyeux


2. Parfait Modèle, incomparable Maître,
Le grand amour du Rédempteur, Bénis-nous tous !
Qui vint à nous du haut des cieux, Comme tu fus, nous voulons toujours être,
Et nous sauva du destructeur ! Humbles et doux !
Verse en nos cœurs, ô Christ, ta charité !
2. Dans la misère et l’ignorance Et mets sur nous ta sublime beauté.
Nous nous débattons sans espoir,
3. Oh ! donne-nous ton amour inlassable
La mort au cœur, l’âme en souffrance,
Pour les perdus !
Quand à nos yeux il se fit voir.
Cet amour vrai qui cherche le coupable,
Loin de Jésus.
Chantons, chantons d’un cœur joyeux, etc.
Verse en nos cœurs, ô Christ, ta charité !
Et mets sur nous ta sublime beauté.
3. Il nous apporta la lumière,
La victoire et la liberté ; 4. Qu’en nous voyant, oublieux de nous-mêmes,
L’ennemi mordit la poussière, Tous pour chacun,
Pour toujours Satan fut vaincu. Le monde ému dise : « Oh ! combien ils
s’aiment !
Ils sont tous un ! »
Chantons, chantons d’un cœur joyeux, etc.
Verse en nos cœurs, ô Christ, ta charité !
Et mets sur nous ta sublime beauté.
4. Vers l’avenir marchons sans crainte
Et sans souci du lendemain, 5. Ouvre le ciel, réponds à la prière
Pas à pas, nos pieds dans l’empreinte Que nous t’offrons !
De ses pieds sur notre chemin. Imprime enfin ton divin caractère
Sur tous nos fronts !
Chantons, chantons d’un cœur joyeux, etc. Rien ne surpasse, ô Christ, ta charité,
Rien, ici-bas, n’égale ta beauté !
22 Je l’ai trouvé 24 Par tous les saints glorifié
1. Je l’ai trouvé, je l’ai trouvé, 1. Par tous les saints glorifié,
Le bonheur ineffable ! Jésus inspire leurs louanges,
Je suis sauvé, je suis sauvé, Plus belles que le chant des anges,
Ô joie inexprimable ! \lrep Gloire à l’Agneau, \rrep \rep{2}
Tous mes péchés sont effacés ; Gloire à l’Agneau sacrifié !
Le sang de Christ me lave.
Les jours des larmes sont passés : 2. C’est par Lui qu’est justifié
Je ne suis plus esclave ! Tout pécheur qui demande grâce.
Prêtres et rois devant sa face,
2. Oh ! quel bonheur ! oh ! quel bonheur \lrep Chantons l’Agneau, \rrep \rep{2}
D’avoir Jésus pour maître ! Chantons l’Agneau sacrifié !
Ô mon Sauveur, mon seul Sauveur ! 3. Par le Père magnifié,
À toi seul je veux être ! Tout l’univers lui rend hommage.
Tu vins briser, puissant Vainqueur, L’Agneau régnera d’âge en âge.
Du mal la tyrannie, \lrep Gloire à l’Agneau, \rrep \rep{2}
Affranchissant mon pauvre cœur Gloire à l’Agneau sacrifié !
Et me donnant la vie !
4. Par son Esprit vivifié,
3. Dans ton amour, tu m’as cherché, Je veux jusqu’à ma dernière heure,
Errant bien loin du Père ! Chanter l’amour qui seul demeure :
Tu m’as sauvé de mon péché, \lrep Gloire à l’Agneau, \rrep \rep{2}
Tu fis de moi ton frère : Gloire à l’Agneau sacrifié !
Et maintenant, et pour jamais,
Sous ton joug je me plie. 5. Pour nous Il fut crucifié ;
Je ne puis vivre désormais, Son sang a racheté notre âme ;
Jésus, que de ta vie ! C’est pourquoi notre amour l’acclame :
\lrep Gloire à l’Agneau, \rrep \rep{2}
4. Ah ! Laissez-moi chanter mon Roi ; Gloire à l’Agneau sacrifié !
Oui, qu’à genoux, je chante !
Jésus n’est-il pas tout pour moi ?
Gloire à sa croix sanglante !
Sans se lasser, jour après jour, 25a Chantons du Sauveur
Il m’aime, il m’aime encore…
Comment répondre à tant d’amour ? 1. Chantons du Sauveur la tendresse :
Je crois, j’aime et j’adore. Sur la croix il est mort pour nous.
Il remplit nos cœurs d’allégresse,
Au ciel il nous invite tous.
23 Il faut grand Dieu Je veux, (oui, je veux) chanter (mon Sauveur),
Je veux dire à tous mon bonheur.
1. Il faut, grand Dieu ! que de mon cœur \lrep Chantons (le Sauveur), \rrep \rep{2}
La sainte ardeur te glorifie ; Chantons l’amour du Rédempteur !
Qu’à toi des mains et de la voix,
Ô Rois des rois ! Je psalmodie. 2. Chantons du Sauveur la puissance :
J’irai t’adorer, ô mon Dieu ! C’est lui qui brisa nos liens.
En ton saint lieu, Perdus, sans Dieu, sans espérance,
D’un nouveau zèle ! Il nous racheta, nous fit siens.
Je chanterai ta vérité Je veux, (oui, je veux) etc.
Et ta bonté
Toujours fidèle. 3. Chantons, remplis de confiance !
Chantons sans peur du lendemain,
2. Si mon cœur dans l’adversité En paix, gardés par sa puissance,
Et agité, Ta main l’appuie ; Conduits chaque jour par sa main.
Car c’est ton bras qui me soutient
Et qui maintient Je veux, (oui, je veux) etc.
Ma courte vie.
Quand je suis le plus abattu, 4. Chantons du Rédempteur la gloire !
C’est ta vertu Celui qui nous aime est le Roi,
Qui me relève ; Le Roi couronné de victoire ;
Ce qu’il t’a plu de commencer, À lui notre amour, notre foi !
Sans se lasser
Ta main l’achève. Je veux, (oui, je veux) etc.
25b Bénissons Dieu par nos 26 Les rayons de l’amour divin
cantiques
1. Les rayons de l’amour divin
Ont brillé sur ma route,
Dès lors l’ennemi cherche en vain
À mettre en moi le doute,
1. Bénissons Dieu par nos cantiques, De toutes mes obscurités,
Il ne reste plus trace,
Exaltons-le d’un même cœur. J’ai vu les célestes clartés,
Chantons ses exploits magnifiques, Le Seigneur m’a fait grâce.
Son grand amour, son bras vainqueur. Oui, ton amour, amour divin,
Ô mon Sauveur, s’est révélé
Il est pour moi, ton racheté,
Louons, (et chantons) chantons (chantons) ; Ton amour, ton amour divin !
Louons le grand nom du Seigneur. 2. Alléluia ! mon faible cœur
Louons, (et chantons) chantons (chantons) ; Peut aujourd’hui comprendre
Louons notre Dieu Rédempteur ! Que l’amour de mon Rédempteur
En lui veut se répandre.
Il a bien longtemps méconnu
2. C’est sa main qui nous a fait naître ; Cette grâce suprême,
Mais maintenant il est vaincu
Nous sommes son peuple à jamais, Et se donne lui-même.
Le troupeau que lui seul doit paître
Oui, ton amour, amour divin, etc.
Et qu’il comble de ses bienfaits.
3. Qui dira de l’amour divin
La grandeur insondable ?
Louons, (et chantons) etc. Il est le baume souverain,
Le seul bienfait durable.
Jésus, pour ce don précieux,
3. Ensemble donnons gloire au Père Que toujours je t’adore !
Qui des cieux nous a visités, Que mes accents jusques aux cieux
Retentissent encore.
Au Sauveur qui sur le Calvaire,
Oui, ton amour, amour divin, etc.
Par son sang nous a rachetés.

Louons, (et chantons) etc. 27 Etre à tes pieds comme Marie


1. Être à tes pieds comme Marie,
4. Que les accents de notre joie Laissant les heures s’écouler
Fassent tressaillir le saint lieu ! Dans un silence qui s’oublie,
Jésus, pour te laisser parler.
Qu’en ce jour le monde nous voie
Nous égayer en notre Dieu ! 2. Être à tes pieds dans la tristesse,
Trouvant, pour toutes mes douleurs,
Ta sympathie et ta tendresse,
Louons, (et chantons) etc. Ta bonté qui tarit mes pleurs.
3. Sur tes pieds saints, à ta louange,
5. Reçois, ô Dieu ! notre humble hommage ; Répandre, ô Sauveur méprisé,
Le parfum pur et sans mélange
Reste à jamais notre secours. D’un vase d’albâtre brisé.
Ton amour dure d’âge en âge ; 4. Culte béni d’un cœur qui t’aime,
Ta bonté subsiste à toujours. Encens dont le ciel est rempli,
Gardé pour le moment suprême
De ton sacrifice accompli...
Louons, (et chantons) etc.
5. Ah ! qu’à tes pieds, Seigneur, je reste,
Et, qu’ici-bas, ma faible voix
Exalte, unie au chœur céleste,
Le Fils de Dieu mort sur la croix !
28 Oh ! que toute la terre 29 Rédempteur adorable
entonne

1. Oh ! que toute la terre entonne 1. Rédempteur adorable,


Un hymne à ton honneur ! Sur la croix attaché,
Que l’univers entier résonne Traité comme un coupable,
De ta gloire, ô Sauveur ! Brisé pour mon péché,
Ton angoisse suprême,
À Toi, louange, honneur et gloire, Ta douleur, ton tourment
À Ton Nom, ô Jésus ! Me disent : Vois je t’aime,
Ta croix remporte la victoire J’ai pris ton châtiment.
Et sauve les perdus.
2. Abandonné du Père,
2. Ton Nom, c’est l’amour et la vie,
Dans mon âme troublé,
La grâce et le pardon ;
Buvant la coupe amère
Et l’âme écoute et se confie
Pour ton iniquité,
À Toi dans l’abandon.
De l’éternelle flamme,
Mon amour te sauva,
À Toi, louange, etc.
Je mourus pour ton âme,
3. Ce Nom divin, c’est comme un baume, Pécheur à Golgotha !
Un parfum qui guérit ;
Un doux zéphyr de Ton royaume, 3. Le sang de mes blessures,
Chargé de ton Esprit. Ma couronne de roi,
Toutes ces meurtrissures,
À Toi, louange, etc. Comprends-le, c’est pour toi !
J’ai subi ta souffrance,
4. Ce Nom fait trembler les abîmes, J’ai porté ta langueur,
Fait fuir tous les démons ; Contemple en assurance
Ils lâchent leurs pauvres victimes, Ton grand Libérateur !
Ils ouvrent leurs prisons.
4. Ton amour me réclame,
À Toi, louange, etc. Me voici, cher Sauveur !
Prends mon corps et mon âme
5. Ô Christ, que tout genou fléchisse
Pour prix de ta douleur.
À ton Nom glorieux ;
Oui, mon âme ravie,
Pour t’adorer, que tout s’unisse,
Sur terre et dans les cieux. Désormais ne veut plus
Que vivre de ta vie,
À ta gloire, ô Jésus !
À Toi, louange, etc.
30 Ma richesse, ma gloire 31b Jésus, divin modèle
1. Ma richesse, ma gloire
Et ma félicité,
Ô Jésus ! c’est de croire
Que tu m’as racheté.
Rempli de confiance
En toi, divin Sauveur, 1. Jésus, divin modèle,
Je vis dans l’espérance
Et je marche sans peur. De douceur et de paix,
2. Rien n’ôte les souillures, Ta sainte voix m’appelle
Rien ne guérit le cœur, À marcher désormais
Sinon les meurtrissures
Et le sang du Sauveur. Dans ce sentier de grâce,
Oui, Jésus seul nous lave
De toute iniquité, De support, de bonté,
Et procure à l’esclave
Où tu laissas la trace
L’heureuse liberté.
3. Oh ! que toute la terre De ton humilité.
Apporte à ce Sauveur
Ses péchés, sa misère,
Il fait grâce au pécheur. 2. Tu passas sur la terre
Son amour insondable
Lui fit quitter le ciel, Dans l’ineffable amour
Pour donner au coupable
Un salut éternel. Que toute ta carrière
A montré chaque jour ;

31a Portant sa croix, il monte Et tu dis : Je vous aime,


Nul n’aime comme moi ;
1. Portant sa croix, il monte
Le sinistre coteau ; Enfants, faites de même,
Dans l’opprobre et la honte,
Muet comme un agneau. Car l’amour est ma loi.
Ce Sauveur débonnaire,
Pour le pécheur mortel,
Va trouver au Calvaire,
La mort d’un criminel. 3. Que mon esprit se range
À cette loi d’amour,
2. Sur cette croix sanglante,
Sous le divin courroux, Pour vivre à ta louange,
Regarde, âme tremblante,
L’Agneau souffrant pour nous. D’un cœur droit, sans détour ;
Il porte sur sa tête
Comme toi, charitable,
Nos péchés odieux ;
Il veut payer ta dette, Patient, humble et doux,
Pour t’introduire aux cieux.
Saint, pur, irréprochable,
3. Oh ! charité profonde !
Insondable grandeur ! Faisant du bien à tous.
Le Créateur du monde
Veut être ton sauveur.
Ainsi, plus de détresse,
Jésus est ton recours !
Il est ta forteresse !
Il t’aime pour toujours !
32 M’aimant... quand la route 33a Jésus est notre Ami suprême
est obscure

1. Jésus est notre ami suprême :


1. M’aimant... quand la route est obscure, Oh ! quel amour !
Jésus s’approche et me rassure ; Mieux qu’un tendre frère il nous aime :
Il me conduit par sa main sûre, Oh ! quel amour !
Dans son amour. Ici, famille, amis, tout passe ;
Seul il demeure, et dans sa grâce,
2. M’aimant... d’un amour insondable, De nous jamais, il ne se lasse :
Jésus de la gloire ineffable Oh ! quel amour !
M’apporte joie intarissable,
Par son amour. 2. Il est notre vie éternelle ;
Oh ! quel amour !
3. M’aimant... pendant les jours d’orage, Célébrons son œuvre immortelle.
Quand mon ciel n’est qu’un noir nuage, Oh ! quel amour !
Jésus me sauve du naufrage, Par son sang notre âme est lavée :
Dans son amour. Au désert il l’avait trouvée,
Et dans sa grâce il l’a sauvée.
4. M’aimant... dans ce monde où tout passe, Oh ! quel amour !
Où tout, comme un rêve s’efface,
Dans son cœur Jésus me fait place, 3. Il s’est offert en sacrifice ;
Dans son amour. Oh ! quel amour !
Nous bénir est tout son délice ;
5. M’aimant... quand loin de ma patrie, Oh ! quel amour !
En ce pays païen je Le prie, Qu’à sa voix notre âme attentive,
Sous son aile Il cache ma vie, Toujours en paix, jamais craintive,
Dans son amour. Près de son cœur saintement vive
En son amour !
6. M’aimant... dans la gloire suprême,
De la crèche à la croix, Il m’aime ; 4. Seigneur Jésus ! Fais-nous comprendre
Hier, aujourd’hui, toujours le même, Tout ton amour !
Dans son amour. Dans nos cœurs, oh ! daigne répandre
Tout ton amour !
7. M’aimant... oh ! Jusqu’à Ta venue, Que cet amour soit notre vie !
Quand Tu descendras sur la nue, Qu’à jamais notre âme ravie
Nous chantons l’hymne, l’âme émue, Savoure une joie infinie
De Ton amour. En ton amour !
33b L’amour éternel, insondable 35 Au pied de ta croix prosterné
1. Au pied de ta croix prosterné,
1. L’amour éternel, insondable D’un amour sans partage,
De Jésus-Christ, Sauveur qui pour moi t’es donné
Le sang versé pour moi, coupable, Je viens te rendre hommage.
Je n’ai rien qui ne soit à toi !
Par Jésus-Christ,
À ton gré dispose de moi,
Me rachète de ma misère, Car je suis ton ouvrage.
M’arrache à la mort, à la terre,
En moi s’accomplit le mystère 2. Avant que je vise le jour,
Mon âme te fut chère ;
De Jésus-Christ.
Tu me prévins par ton amour,
En m’appelant ton frère.
2. Qu’en mon âme, je sente l’âme Avant que ta main m’eût formé,
De Jésus-Christ ; Tu t’engageas, ô bien-aimé !
Que dans mon cœur brûle la flamme À porter ma misère.
De Jésus-Christ.
3. Jette un tendre regard sur moi
Le péché m’attaque à toute heure,
Et m’accorde une grâce,
Mais, pour qu’à tout péché je meure, C’est qu’inséparable de toi,
Fais qu’en toi toujours je demeure À jamais je t’embrasse.
Ô Jésus-Christ ! Choisis donc mon cœur dès ce jour
Pour ta demeure et ton séjour ;
3. Ô mon âme ! redis sans cesse : Ah ! viens y prendre place.
Rien que Jésus ;
Prends pour force dans la faiblesse :
Rien que Jésus. 36 O Christ ! quelle immense
Sois en paix, sous la croix adore ! douleur
Attendant la céleste aurore,
Où les saints répètent encore : 1. Ô Christ ! quelle immense douleur,
Rien que Jésus. Quelle angoisse t’accable !
Quel poids de honte et de malheur
Sur ta tête adorable !
Toutes mes fautes sont sur toi ;
Tu les portes pour moi !
34 Ah ! si ton sang
2. Ô Christ ! que n’as-tu pas souffert
Pour expier mon crime !
Pour mon âme tu t’es offert,
1. Ah ! si ton sang, si ta mort, si ta vie, Innocente victime !
Ne me disaient ta clémence infinie, Et les coups dont tu fus meurtri
Où trouverai-je, au sein de ma misère, À jamais m’ont guéri.
Force et lumière ?
3. C’est pour toi, frère, qu’il mourut
Sur cette croix maudite.
2. Où trouverais-je une telle tendresse ?
C’est ton âme qu’il secourut
À quel ami confier ma tristesse ? Et c’est toi qu’il invite !
C’est en toi seul que j’ai mon espérance, Il t’offre avec lui dans le ciel
Dans ma souffrance. Un bonheur éternel.

3. Je te bénis de ta grâce éternelle, 4. Ses bras sont ouverts aujourd’hui,


Sa voix t’appelle encore.
Toi qui m’élus, toi, mon Sauveur fidèle, Ton âme est perdue, et c’est lui,
Qui veux conduire à la paix glorieuse Ô pécheur, qui t’implore.
Mon âme heureuse ! Réponds, réponds à son amour,
Viens à lui dès ce jour !
37 Dans les cieux et sur la terre 39 Jésus sort de la tombe
1. Dans les cieux et sur la terre, 1. Jésus sort de la tombe ;
Il n’est aucun nom plus doux, Il vit, il est vainqueur ;
Aucun que mon cœur préfère Déjà la mort succombe
Au nom de Christ mort pour nous. Devant le Rédempteur.
Mortels, chantons sa gloire,
Quel beau nom ! quel beau nom porte l’Oint de Célébrons sa grandeur.
l’Éternel ! Où donc est ta victoire,
Quel beau nom ! quel beau nom, que celui Sépulcre destructeur ?
d’Emmanuel !
2. Pourrais-je craindre encore
2. Quelque grand que soit un homme, Le sommeil du tombeau ?
Qu’il soit prince ou qu’il soit roi, Non, la mort est l’aurore
De quelque nom qu’on le nomme, D’un jour pur et nouveau.
Jésus est plus grand pour moi. Christ est la délivrance
Quel beau nom ! etc. Du malheureux pécheur.
Triomphante assurance
3. Les séraphins, les archanges, Pour qui croit au Sauveur !
Portent des noms glorieux,
Mais le plus beau nom des anges 3. Que dans la vigilance
Pourrait-il me rendre heureux ? Je maintienne mon cœur
Par la ferme espérance
Quel beau nom ! etc. D’un éternel bonheur ;
Et qu’à ma dernière heure
4. Dans les maux, Jésus soulage, Jésus soit mon appui ;
Il guérit l’esprit froissé, Qu’en son amour je meure
Il ranime le courage Pour revivre avec lui !
Du cœur le plus oppressé.
Quel beau nom ! etc.
5. De quelle joie il inonde 40 Tu m’as aimé, Seigneur
Le cœur du pauvre pécheur !
Non, il n’est rien dans le monde 1. Tu m’as aimé, Seigneur ! avant que la lumière
De pareil à ce bonheur. Brillât sur l’univers que ta voix a formé,
Et que l’astre du jour, parcourant sa carrière,
Quel beau nom ! etc. Versât la vie à flots sur la nature entière,
\lrep Mon Dieu, tu m’as aimé ! \rrep \rep{2}

38 Jésus, Agneau de Dieu 2. Mon Dieu ! tu m’as aimé, quand, sur la croix
infâme
On vit de Jésus-Christ le corps inanimé ;
1. Jésus, Agneau de Dieu ! du sang de l’alliance Quand, pour me racheter de l’éternelle flamme
Répandu sur la croix pour de pauvres pécheurs, Ton saint Fils a porté les crimes de mon âme,
Jusqu’à la fin des temps durera ta puissance, \lrep Mon Dieu, tu m’as aimé ! \rrep \rep{2}
Et tous les rachetés seront plus que vainqueurs.
3. Mon Dieu ! tu m’as aimé, que par l’Esprit de
2. Le brigand converti trouva dans ce refuge vie,
Une pleine espérance à ses derniers moments ; Le feu de ton amour en mon cœur allumé,
Coupable comme lui, tremblant devant mon Ouvrit les nouveaux cieux à mon âme ravie ;
juge, Quand la paix fut, en moi, de sainteté suivie,
C’est là que j’ai cherché la fin de mes \lrep Mon Dieu, tu m’as aimé ! \rrep \rep{2}
tourments.
4. Tu m’aimeras toujours ! ni l’enfer, ni le monde,
3. Dans la sainte cité par mon Dieu préparée,
De cet amour jamais n’arrêteront le cours ;
Je chanterai l’amour et le nom glorieux
Où le mal abonda, la grâce surabonde :
Du Berger qui chercha sa brebis égarée,
Et la prit dans ses bras pour la porter aux À ton amour, ô Dieu, que mon amour réponde.
cieux. \lrep Toi qui m’aimes toujours ! \rrep \rep{2}
41 Roi couvert de blessures 42 Agneau de Dieu, Messager

1. Roi couvert de blessures, 1. Agneau de Dieu,


Meurtri pour mon péché, Messager de la grâce,
Roi tout couvert d’injures, Je veux entendre ta voix,
À la croix attaché, Le langage de la croix :
Des splendeurs éternelles – Pour toi je fus livré,
Autrefois couronné, Méprisé, maltraité,
C’est d’épines cruelles Battu, meurtri, blessé,
Que je te vois orné. Pour ton iniquité.

2. Ainsi ton sang expie 2. Agneau de Dieu,


Mes péchés odieux ; Messager de la grâce,
Pour me donner la vie J’ai péché, je viens à toi,
Tu meurs en ces bas lieux. Je t’invoque, réponds-moi !
Rebelle et misérable, – Pour toi je fus brisé,
Je m’abats devant toi ; D’épines couronné,
Rédempteur charitable, De tous abandonné,
Ah ! prends pitié de moi ! Frappé pour ton péché.

3. Tourne vers moi ta face, 3. Agneau de Dieu,


Fidèle et bon Sauveur ! Messager de la grâce,
Oh ! quel trésor de grâce Oh ! fais passer sur mon cœur
Je trouve en ta douleur ! Tout ton sang, divin Sauveur !
Mourant pour mon offense, – Mon côté fut percé,
Tu m’acquis, ô Jésus ! Et mon sang fut versé ;
Du cœur la renaissance Dans ce sang ton passé,
Et la paix des élus. Pécheur, est effacé.

4. Oui, pour ton agonie, 4. Agneau de Dieu,


Pour ta vive douleur, Messager de la grâce,
Je veux, toute ma vie, Je me confie et je crois ;
Te bénir, bon Sauveur !... Ton pardon, je le reçois !
Ta grâce est éternelle, – Sur l’enfant racheté
Et rien jusqu’à la fin, Qui fait ma volonté
Ne pourra, Dieu fidèle, Je mets ma sainteté,
Me ravir de ta main. Ma divine beauté.
43 Jésus-Christ est ma sagesse 44 A toi la gloire

1. Jésus-Christ est ma sagesse, 1. À toi la gloire,


Il éclaire mon chemin, Ô Ressuscité !
Et je marche, en ma faiblesse, À toi la victoire
Conduit par sa sûre main. Pour l’éternité !
Brillant de lumière,
\lrep Il éclaire mon chemin, \rrep \rep{2} L’ange est descendu,
Et je marche, en ma faiblesse, Il roule la pierre
Conduit par sa sûre main. Du tombeau vaincu.

2. Jésus-Christ est ma justice ; À toi la gloire,


Son sang a coulé pour moi ; Ô Ressuscité !
Je trouve en son sacrifice À toi la victoire
Paix et pardon par la foi. Pour l’éternité !

2. Vois-le paraître :
\lrep Son sang a coulé pour moi ; \rrep \rep{2}
C’est Lui, c’est Jésus,
Je trouve en son sacrifice
Ton Sauveur, ton Maître !
Paix et pardon par la foi.
Oh ! ne doute plus !
3. Jésus-Christ me sanctifie ; Sois dans l’allégresse,
Au divin Cep attaché, Peuple du Seigneur,
Je reçois de Lui la vie Et redis sans cesse
Qui m’affranchit du péché. Que Christ est vainqueur.

À toi la gloire, etc.


\lrep À toi, Jésus, attaché, \rrep \rep{2}
Je reçois de toi la vie
3. Craindrais-je encore ?
Qui m’affranchit du péché.
Il vit à jamais,

4. Jésus, en payant ma dette, Celui que j’adore,


À grand prix m’a racheté, Le Prince de paix ;
Près de Lui ma place est prête Il est ma victoire,
Vers lui, pour l’éternité. Mon puissant soutien,
Ma vie et ma gloire :
\lrep Jésus, tu m’as racheté \rrep \rep{2} Non, je ne crains rien.
Et déjà ma place est prête
Au ciel, pour l’éternité. À toi la gloire, etc.
45a Venez contempler au Calvaire 45b En contemplant la croix bénie
1. Venez contempler au Calvaire
Le Christ souffrant et méprisé ;
Voyez le Bien-Aimé du Père,
Le corps meurtri, le cœur brisé. 1. En contemplant la croix bénie
Où mourut le Prince de paix,
Il meurt pour nous, Il meurt sur la croix !
Ô mon âme adore et crois ! Tout mon orgueil, mes biens, ma vie,
Exalte ô peuple du Seigneur, Sont abandonnés à jamais !
Ton Roi, ton Dieu, ton Rédempteur !

2. Voyez-le, couronné d’épines ;


Oh ! sur la croix son sang fut versé,
Il est navré pour nos forfaits.
Ô grâce, ô charité divines, Il fut là crucifié !
Qui pourra vous sonder jamais ! Maintenant il vit dans mon cœur,
Il meurt pour nous, etc. Où tout est paix, parfait bonheur.

3. Écoutez sa voix qui supplie :


« Père, dit-il, pardonne-leur ! » 2. Que toujours je me glorifie
Ah ! c’est pour nous aussi qu’il prie, Dans ta mort seule, ô mon Sauveur ;
C’est pour moi qui suis un pécheur.
Tout autre but je sacrifie
Il meurt pour nous, etc.
Pour suivre l’Homme de douleur.
4. Écoutez ce cri, cette plainte
Qui sort de son cœur oppressé : Oh ! sur la croix son sang fut versé, etc.
« Mon Dieu, mon Dieu ! dit la voix sainte,
Mon Dieu, pourquoi m’as-tu laissé ? »
3. Oh ! regardez tous sa couronne,
Il meurt pour nous, etc.
Ses mains, ses pieds pour nous percés,
5. Écoutez encor sa parole : D’où coule un fleuve qui nous donne
« Maintenant tout est accompli ! »
Et quand son âme à Dieu s’envole : Pardon, paix, joie et sainteté.
« Reçois, ô Père, mon esprit ! »

Il meurt pour nous, etc. Oh ! sur la croix son sang fut versé, etc.

6. L’Église à tes pieds abattue


Te rend hommage, ô Christ Sauveur ; 4. Si je possédais tout le monde
Tout l’univers en Toi salue Ce serait un don trop petit ;
L’unique et parfait Rédempteur.
Amour divin, grâce profonde,
Il meurt pour nous, etc. Tout est à toi dès aujourd’hui.
7. Que mon âme te soit unie
Par une ardente et sainte foi,
Oh ! sur la croix son sang fut versé, etc.
Et dans la mort et dans la vie,
Sois tout, Jésus, sois tout pour moi !

Il meurt pour nous, etc.


46 Viens, mon âme, et contemple 47 C’est Toi, Jésus, Pain de vie

1. Viens, mon âme ! et contemple


1. C’est Toi, Jésus, Pain de vie,
Un objet sans exemple :
Qui me nourris jour par jour,
Le Dieu Sauveur en croix.
Manne céleste et bénie ;
On le frappe, ou l’outrage,
C’est ton merveilleux amour.
On lui crache au visage :
\lrep Pain de vie, \rrep \rep{3}
Il expire enfin sur le bois !
Don du ciel toujours nouveau,

2. Dans ce profond abîme, Tu me nourris, Pain d’En-Haut !


Dis-moi, sainte victime !
Pourquoi tu descendis. 2. C’est encor toi, Source vive,
Toi, le Saint et le Juste, Le secours du pèlerin.
Du bien, modèle auguste, Il puise, il boit, et ravive
Quels crimes as-tu donc commis ? Son cœur le long du chemin.
\lrep Source vive, \rrep \rep{3}
3. C’est moi que la justice Don du ciel toujours nouveau,
Condamnait au supplice, Tu jaillis sur moi d’En-Haut !
Moi qui devais mourir.
Les tourments, les blessures,
3. Âmes toujours altérées,
Les coups, les meurtrissures,
Qui cherchez de fraîches eaux,
C’est moi qui devais les souffrir.
Aux citernes crevassées

4. Tu te mets à ma place, Préférez les clairs ruisseaux !

Et ta croix change en grâce \lrep Ô rosées, \rrep \rep{3}


Ma condamnation. Don du ciel toujours nouveau,
Sur ta tête sacrée, Descendez sur nous d’En-Haut !
D’épines couronnée,
Tu portas ma confusion. 4. À ton Amour je me fie,
Que me faudrait-il de plus ?
5. Je te suis redevable, Rien, non, rien ne rassasie
Mon Sauveur adorable !
Ici-bas, que toi, Jésus.
De tout ce que je suis.
\lrep Pain de vie, \rrep \rep{3}
Mon âme et tout mon être
Don du ciel toujours nouveau,
À toi seul doivent être :
Je te bénis, Pain d’En-Haut !
C’est le droit que tu t’es acquis.
48 Obscur et pauvre au monde 50 Jésus t’appelle

1. Obscur et pauvre au monde présenté,


Nous le voyons sans éclat, sans beauté. 1. Jésus t’appelle, oh ! viens et vois,
Ce Roi des rois, ce Fils du Père, Ton Sauveur cloué sur la croix !
Vit ici-bas dans la misère, Pour toi le Souverain des cieux,
Vint verser son sang précieux.
Il s’est chargé de toutes nos langueurs
\lrep Et sur sa croix a porté nos douleurs. \rrep \lrep Jésus sauve \rrep \rep{3} – aujourd’hui !
\rep{2} \lrep Tous ceux qui viennent \rrep \rep{3} – à
2. Ce bon Sauveur, comme il est méprisé ! Lui.
Qu’en y pensant notre cœur soit brisé. \lrep Jésus sauve \rrep \rep{3} – aujourd’hui !
Pour nous il vit dans l’indigence ; \lrep Tous ceux qui viennent \rrep \rep{3} – à
Pour nous il connaît la souffrance. Lui.
Il s’est chargé de toutes nos langueurs, etc. 2. Jésus t’appelle, il te connaît,
3. De tous les siens il est abandonné, Tu fus rebelle, il le savait !
Frappé de coups, d’épines couronné. Il veut purifier ton cœur
Du démon la foule complice Et te donner le vrai bonheur.
Demande à grands cris son supplice.
Jésus sauve, etc.
Il s’est chargé de toutes nos langueurs, etc.
3. Jésus t’appelle, oh ! réponds-lui,
4. Maudit de Dieu, fléchissant sous la croix,
Que ton cœur s’ouvre à cet Ami ;
Enfin cloué sur cet infâme bois...
Le peuple, aveuglé par la rage, Pour te sauver, il vint mourir,
Le raille, l’insulte et l’outrage. Il veut t’aimer et te bénir.

Il s’est chargé de toutes nos langueurs, etc. Jésus sauve, etc.


5. « Mon Dieu ! Mon Dieu ! pourquoi m’as-tu
laissé ? »
Tel est le cri de son cœur angoissé.
Puis, Seigneur ! il baisse la tête, 51 Vous qui marchez dans la
Et ta justice est satisfaite. souillure
Il s’est chargé de toutes nos langueurs, etc.
1. Vous qui marchez dans la souillure,
6. Seigneur Jésus que nous avons percé,
Dans notre cœur par la foi sois placé ; \lrep Sans Rédempteur : \rrep \rep{2}
Car ta mort, qui nous justifie, Arrêtez-vous, la mort est sûre ;
Par la foi devient notre vie. Après la mort \lrep plus de Sauveur ! \rrep
\rep{2}
Il s’est chargé de toutes nos langueurs, etc.
2. Vous qui marchez espérance,
\lrep Sans Rédempteur : \rrep \rep{2}
49 Rien, ô Jésus, que ta grâce Arrêtez-vous, la mort s’avance ;
Après la mort \lrep plus de Sauveur ! \rrep
\rep{2}
Rien, ô Jésus ! que ta grâce,
Rien que ton sang précieux,
3. Vous qui marchez dans la tristesse,
Qui seul mes péchés efface,
Ne me rend saint, juste, heureux. \lrep Sans Rédempteur : \rrep \rep{2}
Ne me dites autre chose, Arrêtez-vous, la mort vous presse ;
Sinon qu’il est mon Sauveur, Après la mort \lrep plus de Sauveur ! \rrep
L’auteur, la source et la cause \rep{2}
De mon éternel bonheur.
52 Attire, ô Sauveur, attire 54 Entends-tu ? Jésus t’appelle

1. Attire, ô Sauveur, attire, 1. Entends-tu ? Jésus t’appelle ;


Viens, ô pécheur ! il t’attend...
Sur ton cœur et dans tes bras,
Le cœur qui tremble et soupire, À cette voix si fidèle
Parce qu’il ne te voit pas. Tu résistas trop souvent.
Pauvre âme, il t’appelle, écoute, Laisse entrer le Roi de gloire ;
Il t’appelle, ne crains plus. Ouvre ton cœur à Jésus !
Sur ses pas et sur la route, Laisse entrer le Roi de gloire,
Chante ce beau nom : Jésus ! Hâte-toi, ne tarde plus.
2. Qui pleura sur ceux qui pleurent ? 2. Pour le péché, pour le monde,
C’est Lui, l’homme méprisé. Tu trouves place en ton cœur...
Qui mourut pour ceux qui meurent ? Point pour le Sauveur du monde,
C’est Lui, l’homme au cœur brisé. Rien pour l’Homme de douleur !
De son sang et de ses larmes, Laisse entrer le Roi, etc.
Il arrosa son chemin.
Et c’est par ces seules armes 3. Jésus frappe, il frappe encore ;
Qu’il sauva le genre humain. Ouvre à ton libérateur,
Et pour toi luira l’aurore
Du véritable bonheur.

53 Souviens-toi du Calvaire Laisse entrer le Roi, etc.


4. Aujourd’hui, c’est jour de grâce ;
1. Souviens-toi du Calvaire, Ne compte pas sur demain.
De l’angoisse à la croix, Pendant que ton Sauveur passe,
Du combat solitaire, Saisis sa puissante main !
Qu’il a livré pour toi. Laisse entrer le Roi, etc.

\lrep Cède, cède ton cœur à ton Sauveur. \rrep


\rep{2}
55 De Jésus, entends-tu la voix ?
2. Souviens-toi des épines
Blessant son noble front, 1. De Jésus, entends-tu la voix,
Des compassions divines Divin appel d’amour ?
Supportant chaque affront. Ô mon frère, il s’adresse à toi,
Divin appel d’amour !
Cède, cède ton cœur, etc. Doux message de grâce,
Christ tes péchés efface :
3. Pense à son agonie, \lrep Joyeux appel, divin appel,
Pour toi, pauvre pécheur ; Divin appel d’amour ! \rrep \rep{2}
Sa tendresse infinie
Devrait briser ton cœur. 2. Il t’appelle encor, ô pécheur !
Divin appel d’amour !
Cède, cède ton cœur, etc. Viens, mon fils, viens à ton Sauveur :
Divin appel d’amour !
4. Crois, oh ! crois à sa grâce, Son amour te réclame,
Ne désespère plus ; il veut guérir ton âme ;
Jésus a pris ta place, \lrep Joyeux appel, divin appel,
Tous par lui sont reçus. Divin appel d’amour ! \rrep \rep{2}

Cède, cède ton cœur, etc. 3. À sa voix qui peut résister ?


Divin appel d’amour !
5. Enlève ma misère, Il s’est donné pour nous sauver,
Enlève mon péché... Divin appel d’amour !
Toute douleur amère, Ô Jésus notre Maître,
Et tout fardeau caché ! À Toi nous voulons être ;
\lrep Joyeux appel, divin appel,
Cède, cède ton cœur, etc. Divin appel d’amour ! \rrep \rep{2}
56a Nous ne sommes plus esclaves 56b Il est un Ami suprême

1. Il est un Ami suprême :


C’est Jésus-Christ.
1. Nous ne sommes plus esclaves ;
D’un saint amour Il nous aime,
Gloire à Jésus ! C’est Jésus-Christ.
Il a brisé nos entraves ; Toi qui souffres solitaire,
Toi dont le cœur est meurtri,
Gloire à Jésus !
Saisissez la délivrance Viens à Lui, viens, ô mon frère,
Et venez tous, vous, perdus, À Jésus-Christ !

Chanter pleins de confiance :


2. Il est un Sauveur fidèle :
Gloire à Jésus ! C’est Jésus-Christ.
Sa voix doucement t’appelle,
C’est Jésus-Christ.
2. Nul ne peut briser sa chaîne
Il vida la coupe amère
Sans le Sauveur,
Pour nous sur le bois maudit.
Sans la grâce souveraine
Du Rédempteur. Viens à Lui, etc.

Seul Il donne la victoire,


3. Il est Prince de vie :
Il délivre le pécheur. C’est Jésus-Christ.
En Christ il suffit de croire. Dont l’Esprit nous vivifie,
Gloire au Sauveur ! C’est Jésus-Christ,
Celui que sa main libère
Est de tout joug affranchi.
3. Pour tous est la délivrance ;
Gloire à Jésus ! Viens à Lui, etc.

Il n’est point de différence ;


4. Il est un Maître adorable :
Gloire à Jésus ! C’est Jésus-Christ.
Malgré toutes nos défaites, Dont le service est aimable,
Vous que le mal a vaincus, C’est Jésus-Christ.
À Lui notre vie entière,
Venez tous, tels que vous êtes !
Notre corps et notre esprit ;
Gloire à Jésus !
Sois à Lui, sois, ô mon frère,
À Jésus-Christ !
57 Viens à la croix, âme perdue 58 Où va cette foule empressée ?

1. Où va cette foule empressée,


1. Viens à la croix, âme perdue,
Qui d’ouïr n’est jamais lassée ?
Brebis sans berger : Quel est cet homme, dites-moi,
Tu verras une main tendue Qui cause aujourd’hui tant d’émoi ?
Pour te sauver. \lrep Entendez, Entendez ce cri !
Jésus de Nazareth est ici ! \rrep \rep{2}
2. Viens à la croix, âme souillée,
2. Est-ce un Dieu visitant la terre,
Pécheur repentant ;
Qui fait mouvoir la ville entière ?
Là tu seras purifiée
Quel est cet étranger puissant,
En un instant. À l’aspect si compatissant ?
\lrep La foule répond par ce cri :
3. Viens à la croix, âme chargée, Jésus de Nazareth est ici ! \rrep \rep{2}
De pesants fardeaux ;
Là tu trouveras, soulagée, 3. Il guérit de sa maladie,
Tout pauvre pécheur qui Le prie ;
Le vrai repos.
Son bonheur est de soulager
Nos maux dont il vient se charger.
4. Viens à la croix, âme affaiblie,
\lrep De l’aveugle entendez ce cri :
Chrétien chancelant ; Jésus de Nazareth m’a guéri ! \rrep \rep{2}
Là se trouvent force, énergie,
Secours puissant. 4. Recevez la santé de l’âme,
C’est votre salut qu’Il réclame,
5. Viens à la croix, âme assiégée, Vous, par le monde, méprisés,

Par le Tentateur ; Venez, ô pauvres cœurs brisés !


\lrep Écoutez, écoutez ce cri :
Là ta victoire est assurée,
Jésus de Nazareth est ici ! \rrep \rep{2}
Dans le Seigneur.
5. Mais si vous refusez d’entendre
6. Dans tes soucis, tes deuils, tes larmes, L’appel de sa voix douce et tendre,
Entends cette voix Bientôt, bientôt Il s’en ira,
Qui te dit : Viens dans tes alarmes, Et vos pleurs nul ne séchera.
\lrep Trop tard ! trop tard ! sera le cri !
Viens à la croix !
Jésus de Nazareth est parti ! \rrep \rep{2}
59 Bien loin de toi, mon Père 60 O vous qui n’avez pas la paix

1. Ô vous qui n’avez pas la paix,


Venez, Jésus la donne
1. Bien loin de toi, mon Père, Pure, profonde et pour jamais ;
J’ai dissipé mes biens ; Venez, Jésus pardonne.
Dans ma douleur amère,
Quand toi seul remplis un cœur
Je reviens, je reviens. Il déborde de bonheur,
Et l’effroi ne l’atteint plus,
Jésus, Jésus, Jésus !
2. Vois, mon âme est souffrante,
Et mon corps épuisé ; 2. Vous qui tombez à chaque pas,
Saisis ma main tremblante, Venez, Jésus délivre ;
Celui qui se jette en ses bras
Guéris mon cœur brisé ! Peut à toujours le suivre.

3. La honte et la misère Quand Jésus remplit un cœur


Il déborde de bonheur,
Ont sillonné mon front ;
Car il ne chancelle plus,
J’ai péché, tendre Père, Jésus, Jésus, Jésus !
J’implore ton pardon !
3. Vous qui doutez du lendemain,
Venez, Jésus rassure ;
4. Non je ne suis pas digne Pas à pas, la main dans sa main,
D’être appelé ton fils ; La route devient sûre.
De tes grâces, indigne, Quand toi seul remplis un cœur
J’ai méconnu le prix. Il déborde de bonheur,
La crainte ne l’atteint plus,
Jésus, Jésus, Jésus !
5. Traite-moi, je te prie,
Comme ton serviteur ; 4. Vous tous qui souffrez isolés,
Mon passé m’humilie, Venez, Jésus vous aime.
Pour le troupeau des désolés
Grâce pour moi, pécheur ! Il s’est offert lui-même.

6. … Mais que vois-je à cette heure ? Quand tu viens remplir un cœur


Il déborde de bonheur,
Père, ô Père, c’est toi ! Seul, oh non ! il ne l’est plus,
Du seuil de ta demeure Jésus, Jésus, Jésus !
Tu t’avances vers moi !
5. Vous qui tremblez sous la terreur
Que la mort vous inspire,
7. Ô bonheur ! tu ne donnes Venez, votre libérateur
A détruit son empire.
Le baiser paternel,
Ô bonheur ! tu pardonnes :
Avec lui nous revivrons,
Et tu m’ouvres le ciel ! Avec lui nous régnerons
Et la mort ne sera plus,
Jésus, Jésus, Jésus !
61 Le Maître est là qui t’appelle 62 Où trouver une retraite

1. Où trouver une retraite,


1. Le Maître est là qui t’appelle ; Où trouver un sûr abri,
Lève-toi donc, ô pécheur ! Quand, du sein de la tempête
Dieu me parle au Sinaï ?
Réponds à sa voix fidèle ;
– Vois la mort que j’ai soufferte
C’est ton Dieu, c’est ton Sauveur. Pour devenir ton Sauveur !
Entre par la plaie ouverte,
Viens à lui, viens à lui, Et cache-toi dans mon cœur !
Viens à Jésus aujourd’hui !
2. Quelle cité de refuge
S’offre pour l’homme perdu,
2. Ah ! pourquoi le faire attendre ? Quand, fuyant devant son Juge,
Depuis trop longtemps déjà Il tremble et pleure, éperdu ?
Tu refuses de l’entendre ; – Vers moi, sans repos ni trêve,
Accours, c’est ton seul espoir !
Ne tarde plus : il est là.
Mon cœur qu’a percé le glaive,
S’ouvre pour te recevoir.
Viens à lui, etc.
3. Quand il faudra rendre compte,
3. Il est là, t’offrant sa grâce, Ô Dieu ! qui t’affrontera ?
Où cacherai-je ma honte,
Son pardon, sa sainteté,
Quand ton œil me sondera ?
Sa paix qui jamais ne passe, – Si tu veux fuir ma colère,
Son ciel, sa félicité. Cache-toi dans mon amour !
Approche-toi du Calvaire,
Viens à lui, etc. Et ne crains plus le grand jour.

4. Mais mes fautes, plus nombreuses


4. Sa main vers toi s’est tendue,
Que le sable au bord des mers,
Son cœur s’ouvre avec amour ; Rendent mes nuits trop affreuses
Hâte-toi, brebis perdue, Et mes regrets trop amers !
Viens sans délai, sans détour. – Pauvre âme, sois rassurée !
Mon sang, à flots, épanché,
Couvre, comme une marée,
Viens à lui, etc.
Le sable de ton péché.

5. Le Maître est là qui t’appelle, 5. À son banquet misérable


Mais bientôt il passera. Le monde m’appelle en vain.
Réponds à sa voix fidèle, Oh ! fais-moi place à ta table
Avant qu’il ne soit plus là. Et donne-moi de ton pain.
– Prends ! Je suis le pain de vie.
Prends ta place à ce festin
Viens à lui, etc. Où Dieu même te convie,
Et qui n’aura point de fin.
63 Ecoute de Dieu la Parole 65 Toi dont l’âme est tourmentée
1. Écoute de Dieu la Parole,
N’empêche pas tes yeux de voir !
Nul autre que Dieu ne console.
Sois sauvé ! Pourquoi pas ce soir ? 1. Toi dont l’âme est tourmentée
Aux approches de la mort,
2. Demain, le soleil qui se lève
Pourrait te trouver sans espoir ; Toi dont la nef ballottée
Avant que le jour ne s’achève, Ne sait où trouver le port,
Sois sauvé ! Pourquoi pas ce soir ?
Regarde à travers tes larmes,
3. Dieu t’attend pour te faire grâce. Ce phare, qui tant de fois
Pourquoi ne pas le recevoir !
Oh ! ne détourne plus ta face ; A brillé dans tes alarmes :
Sois sauvé ! Pourquoi pas ce soir ? \lrep C’est la croix ! \rrep \rep{2}
4. Le monde vit dans la souffrance,
Sans joie et sans céleste espoir ;
Viens à Christ, plein de confiance ; 2. Ô toi qu’assaille le doute
Sois sauvé ! Pourquoi pas ce soir ? Toi que le monde a séduit,
5. Jésus ne repousse personne : Toi qui marches sur la route
Ah ! viens à lui, c’est ton devoir. Dans la nuit et vers la nuit,
Viens, avant que ton heure sonne ;
Sois sauvé ! Pourquoi pas ce soir ? Même en doutant, prie, adore
Celui qui meurt sur le bois ;
Regarde, oh ! regarde encore
64 Pourquoi donc attendre \lrep Vers la croix ! \rrep \rep{2}

1. Pourquoi donc attendre, mon frère ?


Ton Sauveur t’appelle aujourd’hui. 3. Sur la croix où Christ expire,
Lève-toi, sors de ta misère, La mort succombe avec lui :
Il t’aime, Il t’aime, viens à Lui.
C’en est fait de son empire,
\lrep Pourquoi ? \rrep \rep{2} Le jour de la vie a lui !
Ne viens-tu pas aujourd’hui ?
Péchés, doutes et souffrances
\lrep Pourquoi ? \rrep \rep{2}
Ne veux-tu donc pas de Lui ? Demeurent cloués au bois :
2. L’heure de ton salut s’envole ; Ô sublime délivrance
Maintenant tu pourrais encor \lrep De la croix ! \rrep \rep{2}
Saisir Jésus qui seul console.
L’avoir, ce serait ton trésor.
4. À tes pieds, ô croix bénie,
Pourquoi, etc.
Signe auguste et méprisé
3. Ne sens-tu pas au fond de l’âme
La puissance de l’Esprit Saint ? De triomphe et d’agonie,
Ne veux-tu pas que de sa flamme J’apporte mon cœur brisé.
Jésus te vivifie enfin ?
Désormais, sois ma bannière !
Pourquoi, etc. Je veux vivre sous tes lois
4. Pourquoi refuses-tu, mon frère, Et mourir sous ta lumière,
Quand la mort s’approche de toi ? \lrep Sainte croix ! \rrep \rep{2}
Tandis que brille la lumière,
Viens à Jésus, viens à la croix.
Pourquoi, etc.
66 Gémissant sous l’esclavage 68 Voici Jésus, notre Sauveur
1. Gémissant sous l’esclavage,
Dans la sombre nuit,
Amis, reprenez courage :
Déjà l’aube luit.
Oh ! joyeuse espérance ! 1. Voici Jésus, notre Sauveur,
Voici la délivrance !
Nous connaissons la puissance Qui nous ouvre une porte.
De notre grand Libérateur,
Et nous vous disons : Confiance ! Suis-moi, dit-il à tout pécheur,
Venez, donnez-Lui votre cœur !
De sa voix tendre et forte.
2. Que de larmes, que de chutes
Dans la sombre nuit !
Voici la fin de vos luttes :
Déjà l’aube luit. Seigneur Jésus, j’espère en toi,
Oh ! joyeuse espérance ! etc. La porte est ouverte – pour moi... (ter) – est
3. Prenant en dégoût la vie, ouverte pour moi !
Cœurs découragés !
Que pourrait votre énergie,
Pauvres naufragés ?
2. La porte est ouverte à tous ceux
Oh ! joyeuse espérance ! etc.
Qui cherchent paix et joie,
4. Sans cesse à nouveau vaincue
Dans la sombre nuit, Elle introduit les malheureux
Votre pauvre âme abattue
Ne croit plus en Lui... Sur la céleste voie.
Oh ! joyeuse espérance ! etc.
5. Lui, qui fit tomber nos chaînes Seigneur Jésus, j’espère en toi, etc.
Et nous affranchit,
Voit aussi vos luttes vaines
Dans la sombre nuit...
3. La sainte croix du Rédempteur
Oh ! joyeuse espérance ! etc.
Vient éclairer la route :

67 Viens, viens à Jésus Sous cette croix plus de terreur,


D’angoisse ni de doute.
1. Viens, viens à Jésus !
Il est l’Ami fidèle,
Il pardonne au rebelle,
Oh ! viens à Jésus ! Seigneur Jésus, j’espère en toi, etc.
2. Viens, viens à Jésus !
Il est l’Amour suprême,
Viens à celui qui t’aime, 4. Répondons au divin appel
Oh ! viens à Jésus !
Avec reconnaissance,
3. Viens, viens à Jésus !
Il veut sauver ton âme. Et vers le séjour éternel
Que ton cœur le réclame,
Oh ! viens à Jésus ! Marchons en assurance.
4. Viens, viens à Jésus !
Lui-même te convie,
Lui seul donne la vie. Seigneur Jésus, je crois en toi, etc.
Oh ! viens à Jésus !
5. Viens, viens à Jésus !
Sa promesse est fidèle ;
Fuis la mort éternelle,
Oh ! viens à Jésus !
69 Oh ! croyez que Dieu vous 70 Cœurs fatigués et lassés
donne
1. Cœurs fatigués et lassés du péché,
Assez souffert !
Assez cherché !
Je puis donner la paix et le repos,
1. Oh ! croyez que Dieu vous donne Me charger de vos fardeaux.
Tout ce qu’il promet,
\lrep Venez à Lui !... \rrep \rep{2}
Un Sauveur qui vous pardonne, \lrep Venez à Jésus, \rrep \rep{2} –
Un Sauveur parfait, aujourd’hui !
Un Sauveur plein de puissance 2. Vous tous, pécheurs condamnés par la loi,
Sur la terre et dans les cieux, Venez à moi !
Venez à moi !
Un Sauveur dont la présence Vous recevrez en vos cœurs dès ce jour
Seule rend heureux. Le pardon du Dieu d’amour.
Venez à Lui ! etc.
2. Ce Sauveur vous fera vivre 3. Vous qui souffrez, par le mal asservis,
Comme il a vécu ; Soyez par moi,
Tous affranchi,
Vous pourrez partout le suivre
Oh ! venez tous, travaillés et chargés,
Sans être vaincu. Et vous serez soulagés.
Jusqu’au bout dans la mêlée Venez à Lui ! etc.
Son bras vous protégera,
Et dans la sombre vallée
Il vous conduira. 71 Reviens, reviens
1. \lrep Reviens ! \rrep \rep{2}
3. Oh ! Jésus, dis-leur toi-même Tu dissipas tes biens
Que ta forte main Sur la terre étrangère,
Loin des yeux de ton père ;
Fait passer celui qui t’aime
Par un sûr chemin, Ô pauvre enfant perdu,
Reviens ! ô reviens !
Que tu veux de toute chute
Viens ! (ter) – ô reviens, reviens !
Préserver ton faible enfant,
2. \lrep Reviens ! \rrep \rep{2}
Pour qu’il sorte de la lutte Loin de tous les faux biens,
Pur et triomphant. Vois briller la lumière
Dans ta sombre misère.
4. Oui, Seigneur, malgré l’orage Ô pauvre enfant perdu, etc.
Et malgré la nuit, 3. \lrep Reviens ! \rrep \rep{2}
Nous voulons prendre courage, Du péché fuis les biens ;
Que ton âme souffrante
Forts de ton appui.
Soit aussi repentante.
Et joyeux, pleins d’assurance,
Ô pauvre enfant perdu, etc.
Nous avancer vers le ciel,
En saluant à l’avance 4. \lrep Reviens ! \rrep \rep{2}
Car pour toi sont des biens
Le jour éternel. Qu’aucun bien ne dépasse,
Le salut et la grâce.
Ô pauvre enfant perdu, etc.
72 Possèdes-tu, pauvre pécheur 73 A Golgotha, l’Agneau
1. À Golgotha, l’Agneau sans tache
Nous offre l’accès au saint lieu ;
1. Possèdes-tu, pauvre pécheur, À l’adversaire il nous arrache :
La vive et joyeuse espérance ? Voilà l’Agneau de Dieu.
As-tu trouvé, plein d’assurance, 2. Sa voix d’amour pleine de charmes,
Un appui ferme pour ton cœur ? Répond même au plus faible vœu.
Pécheur contrit, sèche tes larmes !
Pour moi, j’ai \lrep mon Sauveur ! \rrep Viens à l’Agneau de Dieu.
\rep{3}
3. Faible et lassé dans la détresse,
Pour moi, j’ai mon Sauveur ; De mon péché faisant l’aveu,
En lui j’ai mis ma confiance. En Jésus je trouve allégresse !
Voilà l’Agneau de Dieu.
2. Quand ton esprit est abattu, 4. Son sang versé, source féconde,
Quand ta vaine gaîté s’envole, Proclame la grâce en tout lieu ;
Il ôte le péché du monde...
Quelle voix alors te console ? Voilà l’Agneau de Dieu.
Et pour ami qui donc as-tu ?
Pour moi, j’ai \lrep mon Sauveur ! \rrep
\rep{3} 74 Arrête, ô pécheur, arrête !
Pour moi, j’ai mon Sauveur ! 1. Arrête, ô pécheur, arrête !
Oh ! qu’elle est douce sa parole ! Il est sombre le chemin
Où tu vas, baissant la tête,
N’osant penser à ta fin.
3. De ton présent, de ton passé,
Quand tu sens la triste folie, Reviens au Dieu qui pardonne,
Qui relève le pécheur.
Quand tu prends en dégoût la vie, Il ne repousse personne ;
Qui soutient ton cœur oppressé ? Viens, c’est un libérateur.
Pour moi, j’ai \lrep mon Sauveur ! \rrep 2. Trop longtemps, dans la misère,
\rep{3} Dans la honte et le remords,
Tu t’es débattu, mon frère ;
Pour moi, j’ai mon Sauveur : Laisse là ces vains efforts !
Sa grâce au repos me convie.
Reviens au Dieu, etc.
4. Et quand la nuit de l’avenir 3. Ah ! pour toi quelle autre vie,
Si ton péché n’était plus !
Sur toi déjà jette son voile, De la chaîne qui te lie
Quand l’horizon pour toi se voile, Que les anneaux soient rompus !
D’où le jour te peut-il venir ? Reviens au Dieu, etc.
Pour moi, j’ai \lrep mon Sauveur ; \rrep 4. Tu pourras, dans la lumière,
\rep{3} Marcher libre avec ton Dieu,
Pour moi, j’ai mon Sauveur, Et le bon regard du Père
Te guidera du saint lieu.
Du matin la brillante étoile !
Reviens au Dieu, etc.
5. Oh ! si tu voulais dans les bras 5. Puis, au terme du voyage,
De Jésus aussi prendre place ! Là-haut, dans l’éternité,
Tu recevras l’héritage
Si tu voulais saisir sa grâce ! Que Dieu donne au racheté.
Viens à lui, frère, et tu vivras ! Reviens au Dieu, etc.
Oh ! gloire à \lrep mon Sauveur ! \rrep \rep{3}
6. Arrête, ô pécheur, arrête !
Oh ! gloire à mon Sauveur ! Ton Dieu t’appelle aujourd’hui ;
Heureux qui contemple sa face ! À te sauver il s’apprête.
Ne tarde pas, viens à lui.
Reviens au Dieu, etc.
75 Comme un phare 77 Reviens à ton Père
1. Comme un phare sur la plage, 1. Reviens à ton Père,
Enfant égaré !
Perçant l’ombre de la nuit,
Dis-Lui ta misère,
L’amour de Dieu, dans l’orage, Dis-Lui : « j’ai péché ».
Cherche l’homme et le conduit. Toujours Il pardonne
Ô Sauveur ! que ta lumière À qui se repent.
Pour toi l’heure sonne,
Resplendisse sur les flots, C’est toi qu’il attend.
Et, vers le ciel, qu’elle éclaire
Et sauve les matelots. 2. Reviens à ton Père,
Ses biens sont pour toi.
2. Nulle étoile n’étincelle Entends sa prière,
Pour vous guider, ô nochers ! Reviens sans effroi !
Qui gardera la nacelle Sa main s’est tendue
Des écueils et des rochers ? Vers toi maintenant ;
Sa voix bien connue
Ô Sauveur ! etc. Dit : « Viens, mon enfant ! »
3. Dans la nuit qui m’environne, 3. Reviens à ton Père,
De ton amour, ô Jésus ! Ici tu péris.
Que par moi l’éclat rayonne Son eau désaltère :
Aux yeux des marins perdus. Reviens à tout prix !
Oh ! crois à sa grâce ;
Ô Sauveur ! etc. Sa paix est pour toi.
Chez Lui, prends ta place,
Deviens fils du Roi !

76 Le péché qui t’accable 4. Reviens à ton Père ;


Reviens, c’est le port ;
Reviens, et préfère
1. Le péché qui t’accable La vie à la mort.
Devant l’éternité, Vois-tu, son cœur saigne
Tout ton passé coupable, Devant ton malheur.
Le sais-tu pardonné ? Viens donc, qu’Il t’étreigne
Enfin sur son cœur !
Est-il encor dans ton cœur un péché ?
Et sur un point te sens-tu condamné ?
\lrep Tout ce passé coupable,
Je te l’ai pardonné. \rrep \rep{2} 78 Il va finir le beau jour
2. Vois-tu, dans la nuit sombre, 1. Il va finir, le beau jour de la grâce ;
Se dresser devant toi Ne tardez plus, accourez au Sauveur.
Tes fautes en grand nombre, Aujourd’hui même, avant que le temps passe,
Ton mépris de ma loi ? Sans hésiter, donnez-Lui votre cœur.
Crains-tu de paraître ainsi... devant moi ?
As-tu peur du saint regard... de ton Roi ? 2. Pour vous sauver, Il s’est donné Lui-même,
Mourant pour vous sur un infâme bois ;
\lrep Ces péchés en grand nombre,
Croyez, pécheurs, à cette œuvre suprême ;
Je les ai pris sur Moi. \rrep \rep{2} Confiez-vous à Jésus mis en croix.
3. Ta secrète prière 3. Pour vous, perdus, sans Dieu, sans espérance,
Et ton cri de douleur Il a souffert la mort d’un criminel ;
Émeut le cœur du Père Mais son trépas est votre délivrance ;
Et celui du Sauveur. Il vous acquiert le bonheur éternel.
Sa croix, sa croix, vrai salut... du pécheur,
Efface tout dans son sang... rédempteur. 4. Hâtez-vous donc quand sa voix vous appelle ;
\lrep Chante au pied du Calvaire Venez à Lui ; ah ! ne renvoyez pas.
Il offre à tous, pardon, vie éternelle,
Ton grand Libérateur ! \rrep \rep{2}
Paix et bonheur déjà dès ici-bas.
79 Il est un roc séculaire 81 Aujourd’hui Jésus t’appelle
1. Il est un roc séculaire, 1. Aujourd’hui Jésus t’appelle,
Que Dieu, pour mon cœur lassé, Ne tarde plus, ô pécheur ;
Comme un abri tutélaire Pourquoi rester si rebelle
Au sein des flots a placé. Aux appels de ton Sauveur ?
Mon rocher, ma forteresse, \lrep \lrep Viens à Lui, \rrep \rep{2}
Mon asile protecteur, Car Jésus sauve aujourd’hui. \rrep \rep{2}
Mon recours dans la détresse,
C’est Jésus, le Rédempteur ! 2. Maintenant Il parle en grâce,
Son cœur déborde d’amour.
2. À mes pieds l’océan gronde, Oh ! crois avant qu’Il ne passe :
Le vent siffle autour de moi ; Viens à Jésus en ce jour !
Sur Christ, mon rocher, je fonde \lrep \lrep Viens à Lui, \rrep \rep{2}
Mon espérance et ma foi. Car Jésus sauve aujourd’hui. \rrep \rep{2}
Mon rocher, etc. 3. Veux-tu donc toujours entendre,
Et rester dans ton péché ?
3. En vain l’ouragan fait rage
Et nulle clarté ne luit ; Ne le fais donc plus attendre,
Paisible au sein de l’orage, À la mort sois arraché !
J’attends l’aube après la nuit. \lrep \lrep Viens à Lui, \rrep \rep{2}
Car Jésus sauve aujourd’hui. \rrep \rep{2}
Mon rocher, etc.
4. Jouet de l’onde agitée, 4. Ô pécheur ! Jésus t’appelle ;
Cet abri l’as-tu trouvé ? Hâte-toi, saisis sa main.
Viens, pauvre âme tourmentée, Écoute sa voix fidèle,
Au rocher qui m’a sauvé. Ne remets pas à demain.
\lrep \lrep Viens à Lui, \rrep \rep{2}
Mon rocher, etc. Car Jésus sauve aujourd’hui. \rrep \rep{2}

80 O toi qui souffres solitaire


82 Regarde, âme angoissée
1. Ô toi qui souffres solitaire,
Dieu te cherche dans cet instant, 1. Regarde, âme angoissée, au mourant du
Toi qui gémis dans ta misère, Calvaire ;
Dieu te cherche et son cœur t’attend. Regarde à Christ sur la croix élevé.
C’est là qu’est ton Sauveur, contemple-le, mon
\lrep Dieu te cherche, \rrep \rep{2} frère ;
Dieu te cherche pour te guérir. Un seul regard, et sois sauvé !
\lrep Dieu te cherche, \rrep \rep{2} Regarde et crois !
Dieu te cherche, veux-tu venir ? La vie et le pardon descendant du Calvaire ;
2. Et si ton âme est altérée, Oh ! regarde, regarde à la croix.
Dieu te cherche pour l’abreuver ; 2. Pourquoi fut-il frappé par les foudres divines,
Si du péché tu l’as souillée,
Dieu te cherche pour la sauver. Pourquoi fut-il sur le bois attaché,
Pourquoi son front sacré fut-il meurtri d’épines,
Dieu te cherche, etc. Sinon pour toi, pour ton péché ?
Regarde et crois !
3. Si ton cœur désire la vie, Pour lui la mort, pour toi les promesses divines ;
Dieu te cherche, Il est éternel ; Oh ! regarde, regarde à la croix.
Si tu veux la gloire infinie,
Dieu te cherche, Il t’ouvre le ciel. 3. Tu ne peux effacer par ton sang, par tes larmes,
Dieu te cherche, etc. Ton long oubli de la divine loi ;
Pour vivre et triompher, il n’est pas d’autres
4. Ouvre donc ton cœur à la grâce, armes
Dieu te cherche, viens donc à Lui. Que l’humble regard de la foi.
Oh ! n’attends pas que ce jour passe, Regarde et crois !
Dieu te cherche, viens aujourd’hui ! Jésus, divin soleil, dissipera tes larmes ;
Dieu te cherche, etc. Oh ! regarde, regarde à la croix.
83 On frappe, on frappe ! 85 Viens à Jésus, il t’appelle

1. On frappe ! on frappe ! entends-tu ?


Passant ! qui donc cherches-tu ? 1. Viens à Jésus, il t’appelle ;
Pourquoi, voyageur étrange, Il t’appelle aujourd’hui.
À ma porte es-tu venu ? Trop longtemps tu fus rebelle :
N’es-tu pas quelque saint ange Aujourd’hui viens à Lui.
Sur la terre descendu ?
2. Jésus t’aime, Jésus t’aime,
2. C’est moi, c’est moi, ton Sauveur !
Jésus t’aime aujourd’hui.
Je veux entrer dans ton cœur.
Pourquoi me laisser attendre ? Malgré ta misère extrême,
Ouvre, c’est un bienfaiteur. Aujourd’hui viens à lui !
Qui chez toi s’offre à répandre
Tous les trésors du bonheur. 3. Il pardonne, il pardonne,
Il pardonne aujourd’hui.
3. Vraiment ! vraiment ! c’est sa voix ; Reçois le salut qu’il donne :
C’est lui ! c’est lui ! je le vois.
Aujourd’hui viens à lui !
Oh ! ta grâce est la plus forte,
Mon Sauveur, je te reçois !
4. Il efface, il efface
Je ne puis fermer la porte,
Quand tu me montres ta croix. Tes péchés aujourd’hui.
Ce jour est un jour de grâce ;
Aujourd’hui viens à lui !

84 Nous voguons vers un beau


rivage

1. Nous voguons vers un beau rivage


86 Venez au Sauveur
Que Jésus nous prépara ;
Nous ne craignons aucun naufrage,
1. Venez au Sauveur qui vous aime,
Sa grâce nous conduira.
Venez, il a brisé vos fers ;
Viens avec nous, la voile est prête ; Il veut vous recevoir lui-même ;
Frère, viens ; que rien ne t’arrête. Ses bras vous sont ouverts.
\lrep Plus d’ouragan, de tempête,
Au séjour du Dieu d’amour. \rrep \rep{2} Oh ! quel beau jour, Sauveur fidèle,
Quand, nous appuyant sur ton bras,
2. Pour notre céleste patrie
Voici l’heure du départ ; Dans la demeure paternelle
À venir Jésus te convie ; Nous porterons nos pas.
Demain il serait trop tard.
2. Venez pécheurs, il vous appelle ;
Viens avec nous, etc. Le bonheur est dans son amour.
Ah ! donnez-lui ce cœur rebelle ;
3. Sur cette rive hospitalière
Dieu réunit ses enfants ; Donnez-le sans retour.
Après les luttes de la terre,
Nous irons grossir leurs rangs. Oh ! quel beau jour, etc.

Viens avec nous, etc. 3. Le temps s’enfuit, l’heure s’écoule ;


Qui sait si nous vivrons demain ?
4. Devant nous, de la cité sainte
Bientôt va s’ouvrir le port ; Jésus est ici dans la foule ;
De nos cœurs bannissant la crainte, Ah ! saisissez sa main !
Chantons dans un saint transport :
Oh ! quel beau jour, etc.
Viens avec nous, etc.
87 C’est encor temps ! 89 Demain peut-être
1. C’est encor temps ! À la gloire éternelle,
Vers ses parvis l’Agneau de Dieu t’appelle.
C’est Jésus, réponds-lui !
Oh viens ! entre aujourd’hui !
2. Vois, le soleil à l’horizon s’abaisse ;
Le jour qui fuit seul dans la nuit te laisse ; 1. « Demain, peut-être,
Viens à Christ, réponds-lui !
Oh viens ! entre aujourd’hui ! Je te croirai,

3. Pour le festin la salle est déjà prête, Et pour mon Maître,


Les conviés se rendent à la fête ;
Viens aussi, réponds-lui ! Je te prendrai. »
Oh viens ! entre aujourd’hui !
Ainsi, quand Dieu l’invite,
4. Il se remplit, le palais de la grâce ;
Hâte-toi donc, il y reste encor place ; L’âme répond : « Attends ! »
Viens à Christ, réponds-lui !
Oh viens ! entre aujourd’hui ! Pécheur entre de suite,

5. C’est encor temps, car la porte est ouverte ; Viens, il est temps !
Par le Sauveur l’entrée en est offerte.
Viens aussi, réponds-lui !
Oh viens ! entre aujourd’hui !
2. Demain, peut-être,
6. Toujours plus haut sonne l’appel suprême ;
Ne tarde plus, viens au Sauveur qui t’aime ; Plus de pardon !
C’est Jésus, réponds-lui !
Oh viens ! entre aujourd’hui ! Quoi ? méconnaître

7. Avant la nuit, devant la porte close Un si beau don !


Peut retentir ce cri, terrible chose !
Dieu t’offre, dans sa grâce,
À jamais loin de lui !
C’est trop tard aujourd’hui ! Le bonheur des élus ;
Avant que l’heure passe,
88 Loin du Sauveur pourquoi Viens à Jésus !
mon frère
1. Loin du Sauveur, pourquoi, mon frère,
Resterais-tu dans le péché ? 3. Demain, peut-être,
As-tu trouvé sur cette terre
Le bonheur si longtemps cherché ? Du châtiment
Ah ! sans tarder reviens, mon frère, Tu vas connaître
Au Sauveur qui t’a racheté ;
Il a pitié de ta misère, l’affreux tourment.
Il t’aime pour l’éternité.
Jésus t’appelle, il t’aime ;
2. Assez longtemps, dans l’esclavage
Sans succès tu t’es débattu. Il est le seul chemin !
Vaincu toujours, perdant courage,
Contre Satan que pouvais-tu ? Viens, c’est l’instant suprême !

Ah ! sans tarder reviens, etc. Pourquoi demain ?


3. Jamais le Seigneur ne repousse
L’infortuné qui vient à Lui.
N’entends-tu pas sa voix si douce,
Qui te dit : Viens, viens, aujourd’hui !
Ah ! sans tarder reviens, etc.
90 Viens, âme perdue 91 Tous mes péchés
1. \lrep Tous mes péchés, \rrep \rep{2}
1. Viens, âme perdue, Son sang les a lavés !
Viens à ton Sauveur ! \lrep Tous mes péchés, \rrep \rep{2}
Son sang les a lavés !
Vois sa main tendue,
Saisis-la sans peur. 2. \lrep Tous mes soucis, \rrep \rep{2}
C’est Lui qui t’invite ; Mon Sauveur les a pris !
Réponds à sa voix : \lrep Tous mes soucis, \rrep \rep{2}
Mon Sauveur les a pris !
Si ton cœur hésite,
Regarde à la croix ! 3. \lrep C’est à la croix, \rrep \rep{2}
Oui, la victoire, Qu’Il en ôta le poids ;
\lrep C’est à la croix, \rrep \rep{2}
Tu l’auras, Qu’Il en ôta le poids ;
Et pour sa gloire
Tu vivras. 4. \lrep L’éternité ! \rrep \rep{2}
Jésus t’appelle : Où vas-tu la passer ?
\lrep L’éternité ! \rrep \rep{2}
En avant ! Où vas-tu la passer ?
Il est fidèle
Et puissant. 5. \lrep Jésus t’attend, \rrep \rep{2}
Oh ! Viens en ce moment !
\lrep Jésus t’attend, \rrep \rep{2}
2. Viens ! son sang expie Oh ! Viens en ce moment !
Ton iniquité,
Et donne la vie
Pour l’éternité. 92 Sans un Dieu Sauveur
Il meurt à ta place,
Il souffrit pour toi, 1. Sans un Dieu Sauveur pour Père,
Accepte sa grâce \lrep Que ferez-vous ? \rrep \rep{2}
Quand viendra l’heure dernière,
Et dis avec foi : \lrep Que ferez-vous ? \rrep \rep{2}
Oui, la victoire, À cette heure solennelle
Je l’aurai, Où le Dieu puissant rappelle
Et pour sa gloire Devant lui l’âme rebelle,
Je vivrai \lrep Que ferez-vous ? \rrep \rep{2}
Jésus m’appelle : 2. Si vous êtes sans refuge,
En avant ! \lrep Que ferez-vous ? \rrep \rep{2}
Il est fidèle Devant le souverain Juge,
Et puissant. \lrep Que ferez-vous ? \rrep \rep{2}
Ô pécheurs sans repentance !
3. À Toi je veux être, Qui prendra votre défense ?
Sans Christ et sans espérance,
À Toi pour toujours ! \lrep Que ferez-vous ? \rrep \rep{2}
Jésus sois mon Maître,
Ma paix, mon secours. 3. Pour moi, je saurai que faire ;
Ma seule espérance, \lrep Je suis sauvé. \rrep \rep{2}
Je connais Dieu comme un père ;
Mon unique bien ; \lrep Je suis sauvé. \rrep \rep{2}
Sois ma délivrance, En Christ ma paix est parfaite,
Mon ferme soutien ! Son sang a payé ma dette,
Oui, la victoire, Et dans ses bras je me jette ;
Nous l’aurons, \lrep Je suis sauvé. \rrep \rep{2}
Et pour sa gloire 4. Venez donc, âmes perdues,
Nous vivrons. \lrep Venez à lui ! \rrep \rep{2}
Une couronne Ses deux mains vous sont tendues ;
Nous attend ; \lrep Venez à lui ! \rrep \rep{2}
Jésus délivre et pardonne,
Jésus la donne : Il ne repousse personne ;
En avant ! Recevez ce qu’il vous donne,
\lrep Venez à lui ! \rrep \rep{2}
93 Vous tous dont l’âme est 95 Dix mille milliers
envahie
1. Dix mille milliers sont entrés,
1. Vous tous dont l’âme est envahie Conviés par sa grâce,
Par le dégoût de la vie, Aux festins pour eux préparés...
Toujours trompés, toujours déçus, Mais il reste encor place.
\lrep Venez, \rrep \rep{3} – à Jésus !
Oh ! viens, mon frère, allons aussi,
2. Voyageurs lassés de la route Car il reste encor place.
Et tourmentés par le doute, Entrons : la porte en est ici,
Vous qui déjà ne luttez plus, Le Maître nous fait grâce.
\lrep Venez, \rrep \rep{3} – à Jésus !
2. Puisqu’aux plus pauvres comme aux rois,
3. Vous qui pleurez sans espérance, Dieu fait place à sa table,
Vous qui souffrez en silence, Il t’accueillera, si tu crois,
Levez les yeux, ne pleurez plus, Toi qui te sens coupable.
\lrep Venez, \rrep \rep{3} – à Jésus !
Oh ! viens, mon frère, etc.
3. Là, plus d’esclaves, plus jamais
94 Par ce chemin solitaire Ni de pleurs, ni de chaînes !
Les invités du Roi de paix
N’éprouvent plus de peines.
1. Par ce chemin solitaire,
Voyageurs, où courez-vous ? Oh ! viens, mon frère, etc.
— Vers une nouvelle terre,
Que Dieu prépara pour nous.
Par delà plaines et cimes,
Vers ces demeures sublimes,
96 Mortels, voulez-vous savoir
\lrep Vers ces demeures sublimes,
Amis, venez avec nous ! \rrep \rep{2} 1. Mortels, voulez-vous savoir
Quel est mon unique espoir,
2. Dans cette terre nouvelle, Ma sagesse et ma science,
Voyageurs, qu’espérez-vous ? \lrep Mon trésor, ma récompense ? \rrep
— Une couronne immortelle \rep{2}
Que Christ mérita pour nous.
— Là, toujours en sa présence, C’est Jésus crucifié.
Plus de larmes, de souffrance, \lrep C’est Jésus \rrep \rep{3} – crucifié.
\lrep Plus de larmes, de souffrances ;
2. Quelle est l’ancre de ma foi ?
Amis, venez avec nous ! \rrep \rep{2}
De mon cœur, quelle est la loi ?
3. Bien faible est votre cortège : Quel est mon seul sacrifice,
Quels dangers affrontez-vous ? \lrep Ma sainteté, ma justice ? \rrep \rep{2}
– Le Tout-Puissant nous protège C’est Jésus crucifié, etc.
Et son ange est avec nous.
L’Éternel est notre égide ; 3. De mon esprit languissant,
Nous avons Jésus pour guide, Qui fait cesser le tourment ?
\lrep Nous avons Jésus pour guide ; Dans la peine et la souffrance,
Amis, venez avec nous ! \rrep \rep{2} \lrep Qui soutient ma confiance ? \rrep \rep{2}

4. Trouverons-nous de la place ? C’est Jésus crucifié, etc.


Ce bonheur est-il pour nous ?
– Venez ! en ce jour de grâce, 4. Quel est celui dont la mort
Le ciel est ouvert pour tous. Me prépare un nouveau sort ?
Quel est cet ami fidèle
À la source de la vie
\lrep Qui sans cesse à lui m’appelle ? \rrep
Dieu lui-même vous convie, \rep{2}
\lrep Dieu lui-même vous convie ;
Amis, venez avec nous ! \rrep \rep{2} C’est Jésus crucifié, etc.
97 Ecoutez la Bonne Nouvelle 98 Nous voulons marcher vers le
ciel

1. Nous voulons marcher vers le ciel :


\lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
1. Écoutez la Bonne Nouvelle,
Jouir d’un salut éternel ?
Vous qui n’espérez plus : \lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
Dieu donne la vie éternelle Des milliers de pécheurs déjà sont arrivés :
Par le sang de Jésus. Tous leurs maux, leurs travaux sont passés,
oubliés.
Amour divin, amour sublime !
Mais tous, oui, tous sont conviés ;
Pour nous le Roi des rois \lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
Quitta les cieux, sainte victime,
2. Là nous serons toujours heureux :
Et mourut sur la croix.
\lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
Là plus de larmes dans les yeux :
2. La coupe amère de souffrance, \lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
Une couronne d’or brillera sur nos fronts ;
Que but le Rédempteur,
Rachetés de Jésus, nous le célébrerons ;
Est la coupe de délivrance En lui nous nous réjouirons.
Pour le pauvre pécheur. \lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
Amour divin, amour sublime !
3. Nous vous en dirons le chemin :
Pour nous le Roi des rois
\lrep Voulez-vous venir ? \rrep \rep{2}
Quitta les cieux, sainte victime, Ne renvoyez pas à demain :
Et mourut sur la croix. \lrep Vous devez venir ! \rrep \rep{2}
Vos péchés sont nombreux : oh ! tombez
genoux !
3. Pourquoi donc, pécheur, craindre encore ? Implorez le pardon du Dieu saint et jaloux !
Vers Christ lève les yeux ! En Christ ce pardon est à vous :
\lrep Vous pouvez venir ! \rrep \rep{2}
Sur nous il fait briller l’aurore
Du matin glorieux. 4. Oh ! si quelqu’un disait ce soir :
Amour divin, amour sublime ! \lrep « Oui, je veux venir ! \rrep \rep{2}
À l’instant même, et plein d’espoir,
Pour nous le Roi des rois
\lrep Oh ! je veux venir ! \rrep \rep{2}
Quitta les cieux, sainte victime, Vers la mort et l’enfer je ne marcherais plus :
Et mourut sur la croix. Je veux suivre plutôt le chemin des élus.
Je veux le ciel ! Je veux Jésus !
\lrep Oui, je veux venir ! » \rrep \rep{2}
99 Comme un doux murmure 101 A la croix, où mourut
1. Comme un doux murmure,
La voix de Jésus 1. À la croix, où mourut mon Sauveur,
Appelle et conjure, Je suis venu, brisé de douleur ;
Tous les perdus. Là son sang purifia mon cœur.
« Donne-moi ton cœur : \lrep À son nom la gloire ! \rrep \rep{3}
Je mourus pour toi.
Viens ! viens ! à ton Sauveur : 2. Quelle merveille ! Il vint me sauver ;
Viens ! viens à moi ! » Quand de sa croix je me fus chargé,
En moi Jésus vint pour demeurer.
2. Par sa voix si tendre,
Laisse-toi gagner ; \lrep À son nom la gloire ! \rrep \rep{3}
Ta peine il veut prendre
Et s’en charger. 3. Ô fontaine effaçant le péché,
Donnant la vie au cœur desséché !
Donne-moi ton cœur, etc. Là, Jésus me retient attaché.
3. Il est ton Refuge, \lrep À son nom la gloire ! \rrep \rep{3}
Pourquoi t’affliger ?
Il n’est plus ton juge, 4. Pauvre âme, viens aux pieds du Sauveur,
Mais ton Berger. À la source ouverte à tout pécheur ;
Donne-moi ton cœur, etc. Viens t’y plonger, trouver le bonheur.
\lrep À son nom la gloire ! \rrep \rep{3}
4. – Ton fardeau dépose,
J’en porte le poids :
Sans crainte, repose
Près de ma Croix.
102 Viens au Père qui t’appelle
Donne-moi ton cœur, etc.
1. Viens au Père qui t’appelle,
100 Si vous saviez quel Sauveur je Oh ! reviens à la maison !
Voici l’heure est solennelle,
possède Où Dieu t’offre son pardon.
1. Si vous saviez quel Sauveur je possède ! Aujourd’hui, viens à lui !
Il est l’Ami le plus tendre de tous.
Pour moi devant le Père il intercède : Ah ! pourquoi tarderais-tu ?
Oh ! je voudrais qu’il fût aussi pour vous ! Aujourd’hui, viens à lui !
Viens, reçois son grand salut !
Mon Sauveur vous aime ;
Ah ! cherchez en lui 2. Trop longtemps, dans la misère,
Votre Ami suprême, Tu vécus sans vrai bonheur !
Votre seul appui ! Se peut-il que tu préfères
2. Si vous saviez la paix douce et profonde Fuir encor loin du Sauveur ?
Que le Sauveur dans mon âme apporta !
Pour cette paix, que peut donner le monde ?... Aujourd’hui, etc.
Elle jaillit pour vous de Golgotha.
3. Ah ! ton âme est angoissée,
Mon Sauveur vous aime, etc. En vain tu cherchas la paix ;
Par sa croix qui fut dressée,
3. Si vous saviez quelle douce espérance
Le Dieu de paix fait rayonner des cieux ! Christ la donne et pour jamais.
Combien sa voix sait calmer la souffrance
Et son regard rendre le cœur joyeux ! Aujourd’hui, etc.

Mon Sauveur vous aime, etc. 4. À Jésus dis ta souffrance,


4. Quand vous saurez combien Jésus vous aime, Parle-lui de ton péché,
Quand vous saurez combien son joug est doux, Mets en lui ton espérance,
Ne gardez pas ce trésor pour vous-même, Car en lui Dieu t’a cherché.
Mais avec moi dites autour de vous :
Aujourd’hui, etc.
Mon Sauveur vous aime, etc.
103 Pécheurs ! vous venez 105 Pécheur, je voudrais te guérir
d’entendre
1. Pécheurs ! vous venez d’entendre,
Ce beau message de paix ;
Ouvrez vos cœurs pour comprendre
Ce que le Sauveur a fait. 1. Pécheur, je voudrais te guérir ;
J’ai vu tes larmes, ta souffrance,
Venez à Lui, venez à Lui,
Pourquoi donc tant hésiter ? Mais pour avoir la délivrance,
Approchez-vous tous aujourd’hui,
Oh venez sans plus tarder ! Il faut apprendre à m’obéir.
Voici, je me tiens à la porte,
2. Pour nous tous il souffrit la croix,
La honte et l’ignominie ; Je suis ton Maître et ton Sauveur ;
Serait-ce en vain que sur ce bois
Il endura l’agonie ? C’est le bonheur que je t’apporte :
Ne veux-tu pas m’ouvrir ton cœur ?
Venez à Lui, etc.
3. Oh ! que nul ne désespère.
Aucun péché n’est si grand, 2. Sais-tu que je suis né pour toi,
Nulle peine si amère, Que pour toi j’ai donné ma vie.
Qu’il n’efface par son sang.
Ton cœur est-il l’hôtellerie
Venez à Lui, etc.
Sans place même pour ton Roi ?
4. Dieu pardonne encore aujourd’hui
Au plus coupable pécheur. Souvent année après année,
Qui vient à Jésus trouve en Lui Chez toi j’ai frappé, mais en vain.
Pardon, paix, repos, bonheur.
Voici le soir de la journée,
Venez à Lui, etc.
Ne veux-tu pas m’ouvrir enfin ?

104 Bientôt le Seigneur va venir 3. N’auras-tu pas besoin de moi,


1. Bientôt le Seigneur va venir ! Bientôt, dans la nuit éternelle ?
Es-tu prêt ? Dès aujourd’hui, viens sous mon aile,
Bientôt le ciel, Il veut t’ouvrir !
Es-tu prêt ? Je serai tout, oui, tout pour toi.
\lrep Es-tu prêt ? \rrep \rep{2} Le temps rapidement t’emporte ;
Es-tu prêt pour l’éternité ? Pourquoi renvoyer à demain ?
\lrep Es-tu prêt ? \rrep \rep{2}
Le Sauveur t’a-t-il racheté ? Trop tard, un jour devant ma porte
2. Bientôt l’appel retentira ! Tu frapperas peut-être, en vain...
Es-tu prêt ?
Bientôt la mort te surprendra !
Es-tu prêt ? 4. Si tu n’as pas besoin de moi,
Écoute, obéis sans comprendre.
Es-tu prêt ? etc.
Jusques à quand devrais-je attendre ?
3. Bientôt Jésus va te juger !
Es-tu prêt ? Ton Seigneur a besoin de toi.
Oh ! devra-t-il te condamner ? Voici, je me tiens à la porte,
Es-tu prêt ?
Je suis ton Maître et ton Sauveur ;
Es-tu prêt ? etc.
C’est le bonheur que je t’apporte
4. Bientôt dans le ciel enlevés !
Es-tu prêt ? Ne veux-tu pas m’ouvrir ton cœur ?
Tous les élus seront sauvés !
Es-tu prêt ?
Es-tu prêt ? etc.
106 Le Prince de la vie 107 Une bonne nouvelle

1. Une bonne nouvelle


1. Le prince de la vie Descend des cieux :
Guérit seul nos infirmités ; Pécheur, Jésus t’appelle,
\lrep Son sang nous purifie \rrep \rep{2} Lève les yeux.
De toutes nos iniquités. Chargé de ta misère,
De tes péchés confus,
Viens à Jésus, mon frère,
Oh ! Quel bonheur pour le pécheur !
Viens à Jésus !
Sans argent et sans aucun don,
Jésus, Jésus accorde un plein pardon. 2. Le Fils de Dieu lui-même
Te racheta ;
2. Affligé, misérable, Vois son amour suprême

Je fis connaître mon tourment En Golgotha !


Au sang qui purifie
\lrep À l’Ami secourable \rrep \rep{2}
Les cœurs souillés, perdus,
Qui me sauva du jugement.
Que ton cœur se confie ;
Viens à Jésus !
Oh ! Quel bonheur, etc.
3. Celui que Jésus lave

3. À quiconque s’approche, De son péché,


Au dur joug de l’esclave
Au plus indigne des pécheurs,
Est arraché.
\lrep Sans faire aucun reproche, \rrep \rep{2}
Dans son âme affranchie
Il offre le repos du cœur.
Le mal ne règne plus,
L’Esprit le sanctifie.
Oh ! Quel bonheur, etc. Viens à Jésus !

4. Viens donc sans défiance ! 4. Viens, que rien ne t’arrête,


Viens à l’instant ;
Tu goûteras sa douce paix
Ta délivrance est prête :
\lrep Et la ferme assurance \rrep \rep{2}
Jésus t’attend.
D’un bonheur parfait pour jamais.
Si tu crois – ô victoire ! –
Tes péchés ne sont plus,
Oh ! Quel bonheur, etc. Et tu peux chanter : Gloire,
Gloire à Jésus !
108 Es-tu lassé, rempli de tristesse 109 Rien ne peut sauver mon âme

1. Rien ne peut sauver mon âme,


1. Es-tu lassé, rempli de tristesse ?... Rien que le sang de Jésus !
\lrep Dis tout à Jésus ! \rrep \rep{2} Pour elle je ne réclame,
Son cœur est ouvert à ta voix sans cesse. Rien que le sang de Jésus !
Oh ! dis tout à Jésus !
Précieux sang de l’Agneau,
Dis tout à Jésus ! Qui me donne un cœur nouveau ;
Oh ! dis-Lui tout ! Rien d’autre, je ne veux plus :
Rien que le sang de Jésus !
Combien son accueil est doux.
Il peut comprendre,
2. Pour mon pardon je ne vois,
Il aime à t’entendre : Rien que le sang de Jésus !
Dis-Lui simplement tout ! Pour mon salut je ne crois,
Rien que le sang de Jésus !
2. Il voit tes yeux rougis par les larmes :
\lrep Dis tout à Jésus ! \rrep \rep{2} Précieux sang, etc.
Il connaît ton cœur, Il sait tes alarmes.
3. Je ne veux pour ma justice
Oh ! dis tout à Jésus !
Rien que le sang de Jésus !
Qui me rendra Dieu propice ?
Dis tout à Jésus ! etc.
Rien que le sang de Jésus !

3. Si ton passé surgit comme une ombre : Précieux sang, etc.


\lrep Dis tout à Jésus ! \rrep \rep{2}
Il peut effacer tes péchés sans nombre. 4. Mon Dieu, je ne te présente,
Oh ! dis tout à Jésus ! Rien que le sang de Jésus !
Rien ici ne me contente,
Rien que le sang de Jésus !
Dis tout à Jésus ! etc.

Précieux sang, etc.


4. Et pour demain ce que tu redoutes :
\lrep Dis tout à Jésus ! \rrep \rep{2} 5. Je n’ai pour toute espérance,
Il est près de toi le long de la route. Rien que le sang de Jésus !
Oh ! dis tout à Jésus ! Pour appui, pour confiance,
Rien que le sang de Jésus !
Dis tout à Jésus ! etc.
Précieux sang, etc.
110 Voudrais-tu goûter le parfait 112 Jésus frappe à votre porte
bonheur ?
1. Voudrais-tu goûter le parfait bonheur ?
Ô toi que le monde enlace, 1. Jésus frappe à votre porte :
Viens, réponds à la voix du Rédempteur,
Reçois humblement sa grâce ! \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
C’est le ciel qu’il vous apporte !
À la grâce, \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Par la croix,
Viens, mon frère, Chez vous il veut prendre place ;
Viens et crois ! Ouvrez avant qu’il se lasse !
Le sang de Jésus efface Le temps presse, le temps passe :
Tous tes péchés à la fois !
\lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
2. Laisse la folie et la vanité !
C’est une ivresse qui passe ;
Mais bois à long traits la félicité 2. Ouvrez ! c’est lui qui pardonne :
À la source de sa grâce ! \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Acceptez ce qu’il vous donne ;
À la grâce, etc.
\lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
3. Puis vole au secours de ces malheureux
Ses promesses sont certaines ;
Qu’une horrible mort menace ;
Dis-leur que Jésus a souffert pour eux Sa main va briser vos chaînes ;
Et qu’il offre à tous sa grâce ! Bientôt finiront vos peines :
À la grâce, etc. \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}

3. Seul il ôte les souillures :


111 Publiez bien haut ! \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Seul il bande les blessures :
1. Publiez bien haut la grande nouvelle : \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Le ciel est ouvert à tout être humain.
Si Satan vient vous surprendre,
La route est tracée, un guide fidèle
Vous conduira par la main. Seul il pourra vous défendre
Et sous son aile vous prendre :
Le salut pour tous, le salut par grâce,
À tous est offert, à tous est donné, \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Oh ! venez pécheurs, venez le temps passe :
Et vous serez pardonnés.
4. Écoutez l’appel si tendre !
2. Publiez bien haut la grande nouvelle : \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Le sang de Jésus a tout effacé.
C’est assez le faire attendre :
Où que vous soyez, c’est vous qu’Il appelle,
Vous qui l’avez offensé. \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Car le Sauveur vous implore :
Le salut pour tous, etc.
Comment résister encore !
3. Publiez bien haut la grande nouvelle :
Oh ! que votre âme l’adore !
Au loin comme au près faites-la courir,
Partout où se trouve une âme rebelle, \lrep Ouvrez aujourd’hui ! \rrep \rep{2}
Un pécheur à secourir.
Le salut pour tous, etc.
113 Oh ! viens à moi 114 O pécheur hésitant !

1. Ô pécheur hésitant,
Exhorté dès longtemps,
1. Oh ! viens à moi, ton Sauveur et ton Frère, Voudrais-tu repousser la grâce ?
Je donnerai, pèlerin, à ton cœur, Cet instant solennel
Tous mes trésors au lieu de ta misère Où retentit l’appel,
Voudrais-tu qu’à jamais il passe ?
Et mon repos au sein de ton labeur !
\lrep Oh ! viens à Moi ! \rrep \rep{3}
\lrep À peu près convaincu, \rrep \rep{3}
\lrep Mon repos est pour toi. \rrep \rep{3} Mais à jamais perdu !

2. Pourquoi tant regretter,


2. La paix pour toi, et plus d’inquiétude !
Sans jamais confesser
Tous tes péchés, oh ! viens les déposer Le péché qui ronge ton âme ?
Devant la Croix, remède à toute chute, Hélas pourquoi souffrir,
Et ne jamais ouvrir
Viens sur mon cœur enfin te reposer !
Ton cœur à Christ, qui le réclame ?
\lrep Oh ! viens à Moi ! \rrep \rep{3}
\lrep Ma paix, elle est pour toi. \rrep \rep{3} \lrep À peu près convaincu, \rrep \rep{3}
Mais à jamais perdu !

3. Accours vers Moi, si tu te sens coupable,


3. Pourrais-tu t’excuser ?
Si du péché, tu crains le châtiment, Voudrais-tu refuser
Ne sais-tu pas, vérité redoutable, La paix et la vie éternelle ?
Jésus, dans son amour,
Qu’après la mort suivra le jugement ?
Te poursuit nuit et jour
\lrep Oh ! viens à Moi ! \rrep \rep{3}
Pour sauver ton âme rebelle.
\lrep Mon pardon est pour toi. \rrep \rep{3}
\lrep À peu près convaincu, \rrep \rep{3}
Mais à jamais perdu !
4. Elle est pour toi, ma joie impérissable !
Il est pour toi, mon merveilleux amour ! 4. Viens donc à ton Sauveur,
Elle est à toi, la source intarissable Reçois le nouveau cœur
De tous mes biens, si tu viens en ce jour ! Qu’à tous ses élus Jésus donne.
Par le sang de la croix,
\lrep Oh ! viens à Moi ! \rrep \rep{3}
Aujourd’hui, si tu crois,
\lrep Tous mes biens sont pour toi. \rrep Aujourd’hui ton Dieu te pardonne.
\rep{3}
\lrep À jamais convaincu, \rrep \rep{3}
Gloire, gloire à Jésus !
115 Où cherchez-vous le bonheur ? 116 Pauvre enfant, au bord de
l’abîme

1. Où cherchez-vous le bonheur ?
Dans ce monde où tout passe ? 1. Pauvre enfant, au bord de l’abîme !
Avez-vous en votre cœur Pécheur égaré dans la nuit !
Pour Jésus une place ? Toi qui voudrais cacher ton crime,
À votre porte il se tient ; Regarde à ce flambeau qui luit.
Sans se lasser il revient... \lrep Si tu voulais venir ce soir \rrep \rep{2}
Pour Jésus, votre Sauveur, À ce bon Sauveur qui t’appelle !
N’avez-vous point de place ? \lrep Si tu voulais venir ce soir ! \rrep \rep{2}
Viens ! reçois la vie éternelle !
\lrep N’avez-vous point de place ? \rrep \rep{2}
Pour Jésus, votre Sauveur, 2. Comme autrefois, la pécheresse
N’avez-vous point de place ? Vint pleurer aux pieds du Seigneur,
Répands tes larmes, ta détresse
2. S’il a souffert, c’est pour vous, Devant ce Maître humble de cœur.
Oh ! merveilleuse grâce ! \lrep Si tu voulais venir ce soir \rrep \rep{2}
Lorsqu’il luttait à genoux, À ce bon Sauveur qui t’appelle !
Dieu lui voilant sa face ! \lrep Si tu voulais venir ce soir ! \rrep \rep{2}
Ah ! de la sublime croix, Viens ! reçois la vie éternelle !
N’entendez-vous pas la voix
Qui vous dit : Pauvre pécheur, 3. Cœur angoissé, qui sens ta chaîne
N’as-tu donc point de place ? Se resserrer de jour en jour :
En Christ la victoire est certaine ;
\lrep N’avez-vous point de place ? \rrep \rep{2} Oh ! viens implorer son secours.
Ah ! pour l’homme de douleur \lrep Si tu voulais venir ce soir \rrep \rep{2}
N’avez-vous point de place ? À ce bon Sauveur qui t’appelle !
\lrep Si tu voulais venir ce soir ! \rrep \rep{2}
3. Si le monde a votre cœur, Viens ! reçois la vie éternelle !
Croyez-vous donc qu’il fasse
Jusqu’au bout votre bonheur ? 4. Souvent, hélas ! l’appel de grâce
Vous savez que tout passe. En vain a retenti pour toi.
Oh ! pendant qu’il en est temps, Avant que Jésus ne se lasse,
Écoutez les doux accents Oh ! viens à Lui, viens avec foi !
De la voix du grand Vainqueur, \lrep Pourquoi ne pas venir ce soir \rrep
Et faites-lui donc place ! \rep{2}
À ce bon Sauveur qui t’appelle !
\lrep N’avez-vous point de place ? \rrep \rep{2} \lrep Pourquoi ne pas venir ce soir ! \rrep
Pour Jésus, le grand vainqueur, \rep{2}
N’avez-vous point de place ? Viens ! reçois la vie éternelle !
117 O mon Dieu dans ma 118 Pécheurs, voyez l’Agneau
souffrance

1. Pécheurs, voyez l’Agneau du Père


Sur le bois,
1. Ô mon Dieu, dans ma souffrance, Sur le bois de la croix.
Ma misère et mon péché, Pour nous, il rend l’âme au Calvaire,
Sur le bois,
tu me parles d’espérance
Sur le bois de la croix.
En Jésus qui m’a cherché.
J’entends son cri d’agonie :
Oui, je crois que tu pardonnes Eli ! Lama Sabachthani !…
À celui qui vient à Toi,
Ta mort, Jésus, sera ma vie.
Je reçois ce que tu donnes \lrep Oui, je crois
Et l’accepte par la foi. À Jésus mort en croix ! \rrep \rep{2}

2. Ton sang, Jésus, seul purifie ;


2. Je ne suis pas digne d’être Du pécheur
Ton enfant, ton racheté, Tu peux laver le cœur.
Car j’ai fait d’un autre maître Ta voix d’amour m’offre la vie ;
Du pécheur
Trop longtemps la volonté.
Tu peux laver le cœur.
Mais j’ai vu sur le Calvaire
De Golgotha ta voix crie :
Resplendir ton grand amour. Eli ! Lama Sabachthani !…
Dans tes bras, mon Dieu, mon Père, Ô Christ ! j’entends ta voix chérie :
Je me jette sans retour. \lrep Bon Sauveur,
Je te donne mon cœur. \rrep \rep{2}

3. Tu le vois, je suis encore


3. Agneau de Dieu, près de ton Père,
Incapable pour le bien. Souviens-toi
Dieu puissant, Dieu que j’adore, D’un pécheur tel que moi !
Ô Christ, souviens-toi du Calvaire ;
Sois mon aide et mon soutien.
Souviens-toi
Loin de Toi, ce n’est pas vivre, D’un pécheur tel que moi !
Et j’ai soif du vrai bonheur ; Pour moi fut ton agonie :
C’est Jésus que je veux suivre ; Eli ! Lama Sabachthani !…
À toi sera toute ma vie,
Fais de moi ton serviteur.
\lrep Divin Roi !
Ô Christ, je suis à toi ! \rrep \rep{2}
119 Tel que je suis, pécheur 120 Jésus, par ton sang précieux
rebelle

1. Jésus, par ton sang précieux,


Enlève mon iniquité,
Regarde-moi du haut des cieux,
1. Tel que je suis, pécheur rebelle, Dis-moi que tu m’as pardonné...
J’ai longtemps erré, cœur rebelle,
Au nom du sang versé pour moi,
Mais j’entends ta voix qui m’appelle,
Au nom de ta voix qui m’appelle, Au pied de la croix maintenant,
Tout confus, brisé, je me rends.
Jésus, je viens à toi.

\lrep Blanc, plus blanc que neige, \rrep \rep{2}


2. Tel que je suis, dans ma souillure, Lavé dans le sang de l’Agneau,
Je serai plus blanc que la neige.
Ne cherchant nul remède en moi,

Ton sang lave mon âme impure, 2. Oh ! le fardeau de mon péché


Jésus, je viens à toi. Dieu très saint, est trop grand pour moi,
Je veux en être délivré,
À cette heure, oh ! révèle-toi !
3. Tel que je suis, je me réclame Jésus, viens, sois ma délivrance,
Seul tu peux calmer ma souffrance !
De ta promesse par la foi ; Au pied de la croix maintenant,
Réponds-moi, délivre mon âme ; Tout confus, brisé, je me rends.

Jésus, je viens à toi.


\lrep Blanc, plus blanc que neige \rrep \rep{2}
Lavé dans le sang de l’Agneau,
4. Tel que je suis avec mes luttes, Je serai plus blanc que la neige.

Mes craintes, ma timide foi, 3. Oh ! Jésus, ton sang précieux


Avec mes doutes et mes chutes, A lavé mon iniquité,
Oui, tu m’as répondu des cieux,
Jésus, je viens à toi.
Ton amour m’a tout pardonné.
Je te contemple et je puis croire
5. Tel que je suis, Dieu me convie ; Qu’en toi j’ai complète victoire...
Ô mon Sauveur ! accepte-moi ; Au pied de la croix maintenant,
À toi dans la mort, dans la vie, Je me relève, triomphant !
Jésus, je suis à toi !
\lrep Blanc, plus blanc que neige \rrep \rep{2}
Lavé dans le sang de l’Agneau,
Mon cœur est plus blanc que la neige !
121 J’ai trouvé, j’ai trouvé 122 Source féconde
1. Source féconde,
Salut du monde,
Le sang de Christ est répandu.
1. J’ai trouvé, j’ai trouvé le Dieu que je réclame ! Ce divin frère,
Sur le Calvaire,
La Croix m’a dit son nom, et ce nom est Est mort pour l’homme perdu.
amour !
Oui, je puis croire,
Car Celui qui mourut de ce supplice infâme Oui, je veux croire
Est descendu vers nous du céleste séjour. Que Jésus-Christ est mort pour moi !
Sa mort sanglante
Et triomphante
2. Il est le Fils de Dieu, qui fait de moi son frère, Me rend libre par la foi.

Le Dieu qui s’est montré, le Dieu qui s’est 2. En Jésus joie !


donné ; Il est la voie
Qui nous mène toujours au but.
Et mon cœur a compris cet étonnant mystère Jésus pardonne,
Qui semble une folie à mon esprit borné. Il n’est personne
Qu’Il repousse du Salut.

Oui, je puis croire, etc.


3. Je connaissais de Dieu la force et la sagesse
Lorsque je contemplais la nature et ses lois ; 3. Âme flétrie !
Jésus convie
Je connais sa bonté, j’éprouve sa tendresse,
Les méchants, les plus dissolus ;
Quand mes regards émus s’arrêtent sur la Sa grâce immense
Donne assurance
Croix.
Au cœur qui croit en Jésus.

Oui, je puis croire, etc.


4. Car ce Dieu, je le vois qui souffre et qui
s’immole 4. Jour mémorable
Pour le coupable !
Pour un être déchu contre lui récolté ; Sur la croix, au vil malfaiteur,
Ô merveilleux amour, dont aucune parole Jésus pardonne !
De la terre ou du ciel ne dit l’immensité ! Jésus lui donne
Le ciel, l’éternel bonheur !

Oui, je puis croire, etc.


5. Devant ce sacrifice, aussi grand que Dieu même,
Je ne peux pas douter, je m’incline et je crois ! 5. Du Christ la fête
Est toujours prête,
Il ne fallait rien moins à ma misère extrême, Le festin de noce est pour tous !
Que l’amour infini de Jésus sur la croix. Entrez sans crainte,
De la voix sainte
Écoutez l’appel si doux !

Oui, je puis croire, etc.


123 O jour heureux 125 J’ai longtemps erré
1. Ô jour heureux, jour de bonheur,
Lumière, paix, joie ineffable ! 1. J’ai longtemps erré sans guide,
Au Fils de Dieu, saint, adorable, Altéré de vrai bonheur.
À Jésus, j’ai donné mon cœur.
Mais, hélas ! mon cœur avide
\lrep Quel beau jour ! \rrep \rep{2} Ne trouvait que la douleur.
Où d’un Sauveur, j’ai su l’amour. Où sera la main puissante
Oui, dans ma nouvelle patrie, Qui pourra, par son effort,
Jésus m’attend et pour moi prie, M’arrêter sur cette pente
\lrep Quel beau jour ! \rrep \rep{2}
Où déjà je vois la mort ?
Où d’un Sauveur j’ai su l’amour !
2. Oh ! comprenez mon heureux sort : 2. Un Sauveur, Jésus lui-même,
C’est en Jésus que Dieu pardonne ; Eut pitié de mon effroi.
La vie éternelle il la donne ; Il me dit : « Pécheur, je t’aime,
Pourquoi donc te craindrais-je, ô mort ?
J’ai versé mon sang pour toi. »
Quel beau jour ! etc. Ô Jésus, ta main puissante
M’a sauvé de mon tombeau,
3. Au ciel des chants ont retenti :
Alléluia ! disent les anges, Et tu combles mon attente
Entonnons de saintes louanges, Par le don d’un cœur nouveau.
Car un pécheur s’est converti.
3. J’ai saisi cette assurance,
Quel beau jour ! etc.
Ce pardon qu’il m’apportait.
4. C’en est fait, tout est accompli, J’ai livré sans résistance
Le Fils de Dieu m’appelle frère ; Tout mon cœur : Il le voulait.
Son sang coula sur le Calvaire ; Ô Jésus, ta main puissante
Il est à moi, je suis à lui.
M’a sauvé de mon tombeau,
Quel beau jour ! etc. Et tu combles mon attente
Par le don d’un cœur nouveau.

124 Tel que je suis, sans rien à moi 4. Dans mon cœur impur, infirme,
Je reçus le Saint-Esprit,
1. Tel que je suis, sans rien à moi, Et ce sceau divin m’affirme
Sinon ton sang versé pour moi Que je suis à Jésus-Christ.
Et ta voix qui m’appelle à toi, Ô Jésus, ta main puissante
Agneau de Dieu, je viens, je viens ! M’a sauvé de mon tombeau,
2. Tel que je suis, bien vacillant, Et tu combles mon attente
En proie au doute à chaque instant, Par le don d’un cœur nouveau.
Lutte au-dehors, crainte au-dedans,
Agneau de Dieu, je viens, je viens ! 5. Maintenant, de joie en joie
Mon Sauveur me fait marcher,
3. Tel que je suis. Ton cœur est prêt
À prendre le mien tel qu’il est, Car la paix que Christ m’envoie,
Pour tout changer, Sauveur parfait ! Nul ne peut me l’arracher.
Agneau de Dieu, je viens, je viens ! À ce Jésus qui me donne
Et sa paix et son amour,
4. Tel que je suis. Ton grand amour À Jésus je m’abandonne
A tout pardonné sans retour.
Je veux être à toi dès ce jour ; Désormais et sans retour.
Agneau de Dieu, je viens, je viens !
126 Roc séculaire 127 Joie au ciel
1. Joie au ciel !
Écoutez, écoutez ces cantiques :
1. Roc séculaire, Le prodigue est de retour !
Frappé pour moi Il revient, il revient !
Ouvrez-vous, saints portiques !
Sur le Calvaire,
Il revient, affamé de pardon et d’amour.
Je viens à toi. Debout sur la route,
Tu sais mes chutes, Son père l’attend :
Ô mon Sauveur ! « C’est lui, plus de doute,
Tu vois mes luttes Voici mon enfant ! »
Plein de tendresse,
Et ma douleur. Il court, il presse
Dans ses bras le fils repentant.
Roc séculaire, Joie au ciel !
Écoutez, écoutez ces cantiques :
Frappé pour moi
Le prodigue est de retour !
Sur le Calvaire,
Je viens à toi. 2. Joie au ciel !
Écoutez, écoutez sa prière,
Car il pleure et se repent :
2. Oh ! purifie, « J’ai péché, j’ai péché contre toi, tendre Père,
Lave, Seigneur, Et je n’ose espérer d’être encor ton enfant. »
Le Père s’écrie :
Et sanctifie
« Mon fils est sauvé !
Mon pauvre cœur. Il vient à la vie !
Ma main tremblante Il est retrouvé ! »
Ne t’offre rien ; Le fils écoute,
Et son cœur doute
Ta croix sanglante Qu’un si beau jour se soit levé.
Est mon seul bien. Joie au ciel !
Écoutez, écoutez ces cantiques :
Le prodigue est de retour !
Roc séculaire, etc.
3. Joie au ciel !
3. Dans la détresse « Apportez des vêtements de fête
Pour le voyageur lassé.
Sois mon Berger,
Qu’au banquet de l’amour ma demeure
Ma forteresse s’apprête
Dans le danger. Et dans nos chants joyeux oublions le passé !
Et qu’à toute heure, Oui, que tout s’efface,
Qu’il ne reste plus
Que chaque jour Mémoire ni trace
Mon cœur demeure Des jours disparus.
En ton amour. Au fils que j’aime,
Aujourd’hui même,
Mon cœur et mes biens sont rendus. »
Roc séculaire, etc. Joie au ciel !
Écoutez, écoutez ces cantiques :
Le prodigue est de retour !
128 Seigneur, ta grâce m’appelle 130 Je suis sauvé, Dieu m’a fait
grâce
1. Seigneur, ta grâce m’appelle, 1. Je suis sauvé ! Dieu m’a fait grâce.
Par mon nom tu me connais, Jésus pour moi s’est donné.
Et mon cœur longtemps rebelle, Et sur la croix, prenant ma place,
Se donne à Toi pour jamais. Pour toujours m’a pardonné.
Voilà pourquoi je chante !
2. C’est pour Toi que je veux vivre, 2. Je suis sauvé ! l’Agneau sans tache,
Car Toi seul es mon Berger, De tout péché m’affranchit,
C’est Toi seul que je veux suivre, À la mort son amour m’arrache,
Et non plus un étranger. Dans son sang, il me blanchit.
Voilà pourquoi je chante !
3. N’as-tu pas donné ta vie
Pour me sauver, bon Pasteur ? 3. Je suis sauvé ! j’ai la victoire,
Gloire à ta grâce infinie ! Mon trésor est dans les cieux,
Bientôt je serai dans la gloire,
Gloire à Toi, mon Rédempteur ! Je le verrai de mes yeux.
Voilà pourquoi je chante !
4. Ainsi, mon âme, courage !
Jésus marche devant toi, 4. Je suis sauvé, tout mon cœur chante,
Et, jusqu’au bout du voyage, Un hymne saint au Seigneur,
D’amour mon âme est palpitante,
Son amour veille sur moi. Gloire à Jésus, mon Sauveur.
Voilà pourquoi je chante !
5. Ne crains pas qu’il abandonne
Sa brebis dans le chemin ; 5. Es-tu sauvé ? Jésus lui-même
Il est fidèle, et personne Dans son sang t’a-t-il lavé ?
Ne l’ôtera de sa main. Sa douce voix te dit : « Je t’aime,
Oh ! viens et crois, sois sauvé ! »
Voilà pourquoi je chante !

129 Bienheureux, pardonné 131 Miséricorde insondable


1. Bienheureux, pardonné, je bénis et j’adore... 1. Miséricorde insondable !
C’est ton sang, ô Jésus, qui lave mon péché. Dieu peut-il tout pardonner ?
Absoudre un si grand coupable,
J’ai foi dans ton amour et je veux croire encore, Et mes péchés oublier ?
Que pour moi, tu mourus, sur la croix attaché.
Jésus, je viens ! Je viens à Toi !
Oh ! chantons dans ce beau jour, Tel que je suis, je viens à Toi !
Du Christ le grand amour, Jésus, je viens ! Je viens à Toi !
Tel que je suis, prends-moi.
\lrep Chantons – le grand amour. \rrep \rep{2}
2. Longtemps j’ai, loin de sa face,
2. Tu m’as guéri, Jésus, de toutes mes blessures ; Provoqué son saint courroux,
Tu me donnes la paix, le pardon, le bonheur. Fermé mon cœur à sa grâce,
Je le sais, mon Sauveur, c’est à tes Blessé le sien devant tous.
meurtrissures, Jésus, je viens ! etc.
Que je dois tous ces biens qui remplissent mon
cœur. 3. Ô Jésus ! à toi, je cède,
Je veux être libéré ;
Oh ! chantons dans ce beau jour, etc. De tout péché qui m’obsède
Être à jamais délivré.
3. Seigneur, je suis à toi ; je veux chanter ta grâce, Jésus, je viens ! etc.
Car tu m’as délivré, car tu me rends heureux.
Je me sais racheté, je contemple ta face, 4. Alléluia ! plus de doute,
Elle brille sur moi, m’illumine des cieux. Mon fardeau m’est enlevé ;
Pour le ciel je suis en route,
Oh ! chantons dans ce beau jour, etc. Heureux pour l’éternité.
Jésus, je viens ! etc.
132 Torrents d’amour 134 Aujourd’hui Tu m’appelles
1. Torrents d’amour et de grâce,
Amour du Sauveur en croix !
À ce grand fleuve qui passe, 1. Aujourd’hui Tu m’appelles,
Je m’abandonne et je crois. Tu veux laver mon cœur ;
Je crois à ton sacrifice, Et mes pensées rebelles,
Ô Jésus, Agneau de Dieu, Tu veux changer Seigneur.
Et couvert par ta justice, Loin de Ta bergerie
J’entrerai dans le saint lieu.
J’errais dans le péché :
2. Ah ! que partout se répande Pour me sauver la vie,
Ce fleuve à la grande voix ; Jésus, tu m’as cherché.
Que tout l’univers entende
L’appel qui vient de la croix !
2. Aujourd’hui Ta grâce ouvre
Je crois à ton sacrifice, etc. La porte du salut :
3. Que toute âme condamnée Tous ceux que Ton sang couvre
Pour qui tu versas ton sang, Sont parmi Tes élus.
Soit au Père ramenée
Et le Père, avec joie,
Par ton amour tout-puissant.
Pardonne au pauvre enfant,
Je crois à ton sacrifice, etc. Qui, délaissant sa voie,
Vient à Lui, repentant.

133 Seigneur Jésus, je viens à Toi 3. Oui, le Père m’appelle,


Le Saint-Esprit descend,
1. Seigneur Jésus ! je viens à Toi ! Le ciel aujourd’hui scelle
De tous mes péchés lave-moi. Le bonheur qui m’attend.
Au portail de la grâce,
\lrep Ton sang ! ton sang peut seul tout effacer.
Nul ne s’informera
\rrep \rep{2}
Ton sang le fait pour moi, (bis) – pour moi, Si j’ai droit à ma place :
Tu le dis ; je le croix ! Jésus me recevra !
2. Seigneur, tu vois tous mes péchés,
Les plus secrets, les plus cachés. 4. La maison de mon Père,
Je ne puis m’en passer ;
Ton sang ! etc.
Il l’ouvre à ma prière,
3. Oui, je veux posséder ta paix, Sans jamais se lasser.
Je veux être à Toi pour jamais. Jésus, c’est Lui la porte,
Ton sang ! etc. Me connaît par mon nom :
Si tout passe, qu’importe !
4. Seigneur Jésus ! tu m’as sauvé,
Et par ton sang tu m’as lavé. J’ai place en sa maison !

Ton sang ! etc.


135 Veux-tu briser du péché 137a Seigneur, du sein de la
poussière
1. Veux-tu briser du péché le pouvoir ?
\lrep La force est en Christ ! \rrep \rep{2}
Si dans ton cœur tu veux le recevoir : 1. Seigneur ! du sein de la poussière,
La force est dans le sang de Christ ! Mon âme crie à toi.
Descends, ô Dieu ! dans ma prière ;
\lrep Je suis fort, fort ! oui, plus que vainqueur, Que je te sente en moi.
Par le sang de Jésus, \rrep \rep{2} – mon
Sauveur ! 2. Je ne veux plus l’ombre qui passe,
2. Veux-tu braver et la mort et l’enfer ? L’image qui pâlit ;
\lrep La force est en Christ ! \rrep \rep{2} Mais la substance de ta grâce,
Jésus, d’un mot fait tomber tous tes fers : Toi-même, ton Esprit.
La force est dans le sang de Christ !
3. C’est assez et trop se répandre
Je suis fort, etc. En long et vague espoir ;
Je veux te parler et t’entendre,
3. Veux-tu marcher toujours pur, triomphant ?
Te toucher et te voir.
\lrep La force est en Christ ! \rrep \rep{2}
Pour te garder, Jésus est tout-puissant : 4. Je veux brûler, mais de ta flamme,
La force est dans le sang de Christ ! Luire, mais de ton jour,
Je suis fort, etc. De ton âme animer mon âme,
Aimer de ton amour.
4. Veux-tu du Ciel t’approcher chaque jour ?
\lrep La force est en Christ ! \rrep \rep{2} 5. Voilà le seul bien que j’envie,
Avec Jésus, demeurer pour toujours ? Que j’implore, ô mon roi !
La force est dans le sang de Christ ! Ne plus vivre que de ta vie,
Je suis fort, etc. Que par toi, que pour toi.

136 Il m’a sauvé 137b O Seigneur, bénis la parole


1. \lrep Il m’a sauvé, il m’a sauvé, \rrep \rep{3}
Et dans son sang il m’a lavé ! 1. Ô Seigneur, bénis la parole
Le Fils de Dieu vit ma misère, Que nous venons d’ouïr ;
Il quitta, pour me secourir, Ne permets pas qu’elle s’envole
Son trône au ciel, et vint mourir De notre souvenir !
Sur la croix du Calvaire !
2. Jaloux de ta sainte influence,
2. \lrep Il m’a sauvé, il m’a sauvé, \rrep \rep{3} Trop souvent le Malin
Et dans son sang il m’a lavé ! Accourt et ravit la semence
Jésus, le bien-aimé du Père, Que répandit ta main.
Pour moi le pécheur révolté,
S’immole, ô divine bonté, 3. Trop souvent elle est sans racine
Sur la croix du Calvaire ! En un terrain pierreux ;
3. \lrep Il m’a sauvé, il m’a sauvé, \rrep \rep{3} Le soleil vient : elle décline
Et dans son sang il m’a lavé ! Sous l’ardeur de ses feux.
Oui, le monde a vu ce mystère.
Le Juste par Dieu condamné 4. Trop souvent, les soucis du monde
Et le coupable pardonné Ou ses biens sans valeur,
Sur la croix du Calvaire ! Détruisant sa vertu féconde,
L’étouffent dans le cœur.
4. \lrep Il m’a sauvé, il m’a sauvé, \rrep \rep{3}
Et dans son sang il m’a lavé ! 5. Ah ! plutôt que ton Évangile
À toi, Jésus, ma vie entière, S’emparant de mon cœur,
À toi tout l’amour de mon cœur ! Chaque grain en rapporte mille,
En mourant tu fus mon vainqueur À ta gloire, ô Seigneur !
Sur la croix du Calvaire !
138 Pour triompher dans les 139 Romps-nous le pain de vie
combats

1. Romps-nous le pain de vie.


1. Pour triompher dans les combats, Que ta bonté,
Quelle est notre force ici-bas ? Seigneur, nous rassasie
Quelle est la divine lumière, De vérité !
Qui nous dirige et nous éclaire Amour qui nous fait vivre,
Dans la sombre nuit de l’erreur ? Révèle-toi !
C’est la parole du Seigneur. Parle dans le saint Livre
À notre foi !
2. Quel est le glaive à deux tranchants
Dont les coups sont assez puissants
2. Ô toi dont la clémence
Pour briser l’arme la plus dure,
Créa du pain
Et, malgré la plus forte armure,
Pour une foule immense
Pour pénétrer jusques au cœur ?
Mourant de faim.
C’est la parole du Seigneur.
Vois, ton peuple se presse
Autour de toi...
3. Quel est le vent impétueux
Secours notre détresse
Qui mugit et descend des cieux,
Et notre foi !
Et dont la voix grave et sévère,
Semblable à celle du tonnerre, 3. C’est toi le Pain de vie,
Fait trembler l’âme du pécheur ? Verbe puissant !
C’est la parole du Seigneur. C’est de ta chair meurtrie,
C’est de ton sang
4. Quel est ce chant suave et doux
Que notre âme doit vivre...
Qui, d’en-haut venant jusqu’à nous,
Ah ! donne-toi
Parle de grâce et de clémence, Par l’Esprit et le Livre
Réveille en nos cœurs l’espérance À notre foi !
Et calme partout la douleur ?
C’est la parole du Seigneur. 4. Tu bénis tes apôtres,
Puis, à leur tour,
5. Sainte parole, habite en moi ; Ils portèrent à d’autres
Éclaire et ranime ma foi ! Ton grand amour...
Dans les combats, sois ma défense, Ô Parole féconde,
Dans les dangers, ma délivrance, Que notre foi
Et que par toi je sois vainqueur, T’offre à ce pauvre monde
Sainte parole du Seigneur ! Qui meurt sans toi !
140 A tes pieds, ô divin Maître ! 141 Oh ! que ton joug est facile

1. À tes pieds, ô divin Maître ! 1. Oh ! que ton joug est facile !


Je me place avec bonheur, Oh ! combien j’aime ta loi !
Dieu saint, Dieu de l’Évangile !
Et t’adorant, je veux être
Elle est toujours devant moi.
Ton disciple, ô mon Sauveur !
De mes pas c’est la lumière,
\lrep Parle ! j’ai soif de t’entendre ;
C’est le repos de mon cœur ;
Parle ! je n’ai qu’un désir :
Mais pour la voir tout entière,
Que ta voix puissante et tendre ;
À mon cœur se fasse ouïr. \rrep \rep{2} Ouvre mes yeux, bon Sauveur !

2. Faites place, ô voix humaines 2. Non, ta loi n’est point pénible


À la voix de mon Sauveur ! Pour quiconque est né de toi ;
Pensers vains et choses vaines, Toute victoire est possible
Éloignez-vous de mon cœur ! À qui combat avec foi.
\lrep Tous les bruits, faites silence ! Seigneur ! dans ta forteresse
Toi, mon Maître, parle-moi ! Aucun mal ne m’atteindra ;
Recueillie en ta présence, Si je tremble, en ma faiblesse,
Mon âme n’entend que toi. \rrep \rep{2} Ta droite me soutiendra.

3. Parle-moi, témoin fidèle ! 3. D’un triste et rude esclavage


Découvre-moi le trésor Affranchi par Jésus-Christ,
De ta sagesse éternelle ; J’ai part à ton héritage,
Parle, ô Maître ! parle encor. Aux secours de ton Esprit.
\lrep Ta parole, c’est la vie, Au lieu d’un maître sévère,
C’est la lumière et la paix. Prêt à juger, à punir,
À ton école bénie Je sers le plus tendre Père,
Je veux rester à jamais. \rrep \rep{2} Toujours prêt à me bénir.

4. Parle ! et pour que je comprenne 4. Dieu qui guides, qui consoles !


Ton enseignement divin, J’ai connu que le bonheur
Dans ta grâce souveraine, Est de garder tes paroles,
Instruis-moi par l’Esprit Saint. Et je les serre en mon cœur.
\lrep Parle ! et pour que j’obéisse Fais-moi marcher dans ta voie
À tes ordres aussitôt, Et me plaire en tes statuts.
Forme-moi pour ton service, Si je cherche en toi ma joie,
Pour te suivre, saint Agneau ! \rrep \rep{2} Je ne serai pas confus.
142 Mon âme en silence 143 Comme une terre altérée

1. Comme une terre altérée


1. Mon âme en silence
Soupire après l’eau du ciel,
Se tient devant toi,
Nous appelons la rosée :
Oh ! rends ta présence
De ta grâce, Emmanuel !
Sensible à ma foi.

Fraîches rosées,
2. Je ne veux connaître
Descendez sur nous tous !
Aucune autre voix Ô divines ondées,
Que la tienne, ô Maître, Venez, arrosez-nous !
Toi seul, parle-moi !
2. Descends, ô pluie abondante,
3. Parole bénie Coule à flots dans notre cœur,
De mon Rédempteur, Donne à l’âme languissante
Parole de vie, Une nouvelle fraîcheur.
Pénètre en mon cœur.
Fraîches rosées, etc.

4. C’est toi la lumière


3. Ne laisse en nous rien d’aride
Qui brille en la nuit,
Qui ne soit fertilisé ;
L’eau qui désaltère,
Que le cœur le plus avide
Le pain qui nourrit.
Soit pleinement arrosé.

5. Seigneur, je t’écoute, Fraîches rosées, etc.


Seigneur, parle-moi !
Sans crainte, ni doute, 4. Oui, que les déserts fleurissent
Je m’attends à toi. Sous tes bienfaisantes eaux ;
Que les lieux secs reverdissent
6. Oui, daigne m’instruire Et portent des fruits nouveaux.
Et dis tout, Seigneur,
Fraîches rosées, etc.
Ce que tu dois dire
À ton serviteur.
5. Viens, ô salutaire pluie,
Esprit de grâce et de paix,
7. Qu’en moi, ta voix fasse
Répands en nous une vie
Abonder toujours
Qui ne tarisse jamais.
Les fruits de la grâce,
les fruits de l’amour.
Fraîches rosées, etc.
144 O Dieu de Vérité 145a Que ta lumière

1. Que ta lumière,
Dès le matin,
1. Ô Dieu de vérité, pour qui seul je soupire,
Luise, ô bon Père !
Unis mon cœur à toi par de forts et doux
Sur mon chemin.
nœuds. Oh ! vivifie
Je me lasse d’ouïr, je me lasse de lire, Dès maintenant
\lrep Mais non pas de te dire : Et sanctifie
Ton cher enfant.
C’est toi seul que je veux. \rrep \rep{2}

2. Sauveur fidèle,
2. Parle seul à mon cœur, et qu’aucune prudence, Livré pour moi,
Qu’aucun autre docteur ne m’explique tes lois ; Ta voix m’appelle,
Je viens à toi ;
Que toute créature en ta sainte présence,
À ma faiblesse
\lrep S’impose le silence Pense aujourd’hui ;
Et laisse agir ta voix. \rrep \rep{2} Dans la détresse
Sois mon appui.

3. Tiens-toi près de mon âme, et, dans ma


3. Donne à mon âme,
solitude, Jour après jour,
Viens remplir de ta paix le vide de mon cœur. La pure flamme
Dissipe mes ennuis et toute inquiétude, De ton amour.
Qu’elle conduise
\lrep Et que ma seule étude,
Auprès de toi
Soit de t’aimer, Seigneur ! \rrep \rep{2}
L’âme indécise
Qui vit sans foi.
4. Tu me réponds, mon Dieu ; mais encor des
nuages 4. Toute ma joie,
Ô mon Sauveur !
Me voilent tes splendeurs, céleste Vérité ! C’est que l’on voie
Que ne puis-je bientôt, sur de plus purs rivages, Ton nom vainqueur ;
\lrep Par delà tous les âges, C’est que l’impie,
Sauvé par toi,
Contempler ta beauté ! \rrep \rep{2}
Enfin s’écrie :
« Je suis à toi ! »
145b Déjà l’étoile 147a Jésus, ta sainte présence

1. Déjà l’étoile
S’allume aux cieux, 1. Jésus, ta sainte présence
Et la nuit voile
Est la source du bonheur.
Tout à mes yeux.
Mais, tendre Père, Dans la joie et la souffrance
Quand tout s’endort, Elle est le repos du cœur.
Dans ta lumière
Je suis encor. Fais briller sur moi ta face,
Ô Jésus, Agneau de Dieu !
2. Cette journée À tes pieds, c’est là ma place,
Qui déjà meurt
Près de toi mon ciel est bleu.
Je l’ai donnée
À toi, Seigneur.
J’ai pris sans crainte, 2. Sur celui qui te contemple
Serrant ta main, Descend un rayon divin,
De ta loi sainte Tu fais de son cœur ton temple,
L’étroit chemin.
Ton doigt pointe son chemin.
3. Sonde mes voies
Et mon amour, Fais briller, etc.
Mes pleurs, mes joies
Pendant ce jour ;
3. Ah ! que mon âme ravie
Et purifie,
Sauveur puissant, Te rencontre, ô mon Sauveur !
Toute ma vie Car ton regard c’est la vie,
Avec ton sang. C’est la richesse du cœur !

4. Jusqu’à l’aurore
Fais briller, etc.
Du jour qui vient,
Oh ! sois encore
Mon sûr gardien ! 4. Il faut aussi ta présence
Et jusqu’à l’heure Pour ton service, ô Jésus !
De mon départ, Car elle est une puissance
Jésus, demeure
Pour relever les perdus !
Mon seul rempart.

Fais briller, etc.

146 Que la grâce de notre 5. Quand dans l’étendue immense,


Seigneur Ô Jésus, tu paraîtras,
C’est encor par ta présence
Que tu nous attireras !
Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ,
Et l’amour de Dieu le Père,
Fais briller, etc.
Et la communion du Saint-Esprit
Soient avec nous tous, avec nous tous ! Amen !
147b Seigneur, ce que je réclame 149a Toi qui disposes
1. Seigneur, ce que je réclame, 1. Toi qui disposes
C’est ce riche don d’amour ! De toutes choses
Que cette céleste flamme Et nous les donnes chaque jour,
En moi brûle nuit et jour ! Reçois, ô Père !
Cet amour si fort, si tendre, Notre prière
Amour qui supporte tout, De reconnaissance et d’amour.
Qui ne veut pas se défendre,
Prêt à souffrir jusqu’au bout. 2. Le don suprême
Que ta main sème
2. Pour les autres, il s’oublie, C’est notre pardon, c’est ta paix ;
Il ne peut être envieux, Et ta clémence,
Tout éloge l’humilie, Trésor immense,
Jamais il n’est orgueilleux. Est le plus grand de tes bienfaits.
Cet amour peut vaincre et fondre
3. Que, par ta grâce,
Les cœurs méchants, durs, glacés ;
L’instant qui passe
Ils ne peuvent rien répondre,
Serve à nous rapprocher de toi !
L’amour les a terrassés.
Et qu’à chaque heure,
3. Devant la vaste souffrance Vers ta demeure
Qui s’étend de jour en jour, Nos cœurs s’élèvent par la foi !
Il faut un remède immense,
Il faut un immense amour.
Que jusqu’à la mort, fidèle,
Priant, luttant en tout lieu, 149b Grâce infinie
Ma vie entière révèle
L’amour sublime de Dieu. 1. Grâce infinie !
Christ est ma vie,
Ma justice et ma sainteté ;
Que la mort vienne
148 Jésus est au milieu de nous Et me surprenne,
Tout sera félicité.
1. Jésus est au milieu de nous, 2. Sauveur fidèle,
Son regard s’abaisse sur nous, Divin modèle,
Sa douce voix, l’entendez-vous ? Seul digne de guider mes pas.
\lrep Je veux vous bénir tous ! \rrep \rep{2} Ta voix m’attire,
Sa douce voix, l’entendez-vous ? Et je n’aspire
Je veux vous bénir tous ! Qu’à t’imiter ici-bas.
2. Jésus est au milieu de nous, 3. L’objet suprême
Son regard s’abaisse sur nous, Que mon cœur aime,
Sa douce voix, l’entendez-vous ? C’est Toi, le Bien-aimé de Dieu.
\lrep Je veux vous sauver tous ! \rrep \rep{2} Pour voir ta face,
Sa douce voix, l’entendez-vous ? Quand donc sera-ce
Je veux vous sauver tous ! Que j’irai dans ton saint lieu ?
3. Jésus est au milieu de nous, 4. Heureuse voie,
Son regard s’abaisse sur nous, Grande est ma joie :
Sa douce voix, l’entendez-vous ? Sous ton regard, Sauveur clément.
\lrep Oh ! je vous aime tous ! \rrep \rep{2} Mon âme éprouve
Sa douce voix, l’entendez-vous ? Qu’en Toi se trouve
Oh ! je vous aime tous ! Son parfait contentement.
150 O mon Sauveur, ouvre mon
cœur
152 Seigneur, tu donnes ta grâce

1. Ô mon Sauveur !
Ouvre mon cœur
À ta douce lumière ;
Seigneur, mon Dieu, 1. Seigneur, tu donnes ta grâce
De ton saint lieu,
Écoute ma prière. Au cœur qui s’attend à toi ;
Ah ! que sa douce efficace
2. Dieu tout-puissant !
Dieu bienfaisant ! Se répande aussi sur moi !
J’ai besoin de ta grâce ;
Éclaire-moi, \lrep Oui, sur moi ! \rrep \rep{2}
Soutiens ma foi, Se répande aussi sur moi.
Je viens chercher ta face.

3. Ta vérité,
Ta charité, 2. Père tendre et secourable,
Brillent dans ta Parole ; J’ai souvent enfreint ta loi ;
Seule, elle instruit,
Soutient, conduit Quoique impur et misérable,
Notre âme et la console.
Oh ! pardonne et bénis-moi !
4. Que ton Esprit, \lrep Bénis-moi ! \rrep \rep{2}
Témoin de Christ,
Règne seul dans notre âme ; Oh ! pardonne et bénis-moi !
Que ton amour,
Et nuit et jour,
L’embrase de sa flamme. 3. Ô Sauveur toujours propice,
Fais que je m’attache à toi !

151 Demeure par ta grâce J’ai faim, j’ai soif de justice ;


Je t’appelle, réponds-moi !
1. Demeure par ta grâce \lrep Réponds-moi ! \rrep \rep{2}
Avec nous, Dieu Sauveur !
Quoique l’ennemi fasse, Je t’appelle, réponds-moi !
Veille sur notre cœur.

2. Que ta sainte Parole, 4. Par ton amour, ô bon Père,


Chaque jour, ici-bas
Soit la seule boussole Par le sang versé pour moi,
Qui dirige nos pas.
Par l’Esprit qui seul opère,
3. Éternelle lumière, Dieu trois fois saint, sauve-moi !
Que ta vive splendeur
Nous guide, nous éclaire \lrep Sauve-moi ! \rrep \rep{2}
Et nous garde d’erreur.
Dieu trois fois saint, sauve-moi !
4. Étends sur nous ton aile
Et demeure à jamais
Avec nous, Dieu fidèle !
Répands sur nous ta paix.
153 Priez
cesse
toujours, priez sans 155 Tes jardins, ô Père
1. Priez toujours, priez sans cesse ! 1. Tes jardins, ô Père,
Priez, le Seigneur entendra ! Fais les refleurir ;
Il est fidèle à sa promesse, Et la terre entière,
Priez, priez, Il répondra. Fais-la reverdir.
2. Priez, si vos cœurs se déchirent, 2. Que dans les campagnes
La main qui blesse guérira ! Christ soit exalté ;
Il entend tous ceux qui soupirent : Que sur les montagnes
Il a souffert, Il guérira ! Son nom soit chanté !
3. Priez dans la fournaise ardente,
Quand Satan gronde autour de vous ! 3. Qu’enfin l’on entende
Jésus sait calmer la tourmente, Comme un bruit du vent ;
Priez, triomphez à genoux ! Que sur nous descende
L’Esprit tout-puissant !
4. Priez, priez lorsque le doute
Obscurcira votre horizon ! 4. Frère, Dieu l’ordonne :
Priez ! Jésus connaît la route, Sors de ton sommeil ;
Il ouvrira votre prison. Déjà pour toi sonne
5. Priez ! pour rendre témoignage. L’heure du réveil !
Priez ! pour confesser Jésus,
Dieu bénira votre langage, 5. C’est l’heure suprême ;
Pour sauver les pécheurs perdus. Oh ! sois le premier
À t’offrir toi-même,
6. Priez, quand votre âme hésitante
Ne sait où choisir son chemin. À Dieu tout entier !
Même à travers la mer bruyante
Jésus vous tiendra par la main.
7. Priez ! si votre ciel est sombre, 156 Le service pour le Maître
Si vous tremblez devant la mort !
Jésus vous couvrant de son ombre,
Vous ouvrira les portes d’or. Le service pour le Maître,
Le service le plus doux,
C’est bien l’heure où je puis être
154 Le cri de mon âme À ses pieds à deux genoux.

1. Le cri de mon âme 1. Les beautés de sa Parole,


S’élève vers Toi. S’illuminent à mes yeux ;
Elle te réclame, Et cette divine école
Jésus pour son roi. Est un avant-goût des cieux.
Ton joug est facile,
Ton fardeau léger ; Le service pour le Maître, etc.
Sur mon cœur docile, 2. Dans ces moments de silence
Règne, ô bon berger ! Il verse en moi son Esprit,
2. Jésus, sois mon guide, Il m’apprend l’obéissance,
Dirige mes pas, Il me console et m’instruit.
Et sois mon égide
Dans tous mes combats. Le service pour le Maître, etc.
Dans la nuit profonde
Tiens-moi par la main ; 3. Je le prie à chaque aurore
Lumière du monde, De prendre ma volonté,
Luis sur mon chemin ! Et de richement encore
Bénir mon activité.
3. Source de l’eau vive,
Pain venu des cieux, Le service pour le Maître, etc.
Que par toi je vive
Paisible et joyeux ! 4. Là, j’apporte mes louanges
Quand luira l’aurore À l’Agneau qui m’a sauvé ;
Du jour éternel, Et j’adore avec les anges
Que je vive encore Celui qui m’a racheté !
Pour toi, dans le ciel !
157 La voix de Christ nous appelle 158 O mon Sauveur, à Toi seul je
veux être

1. La voix de Christ nous appelle ;


1. Ô mon Sauveur ! à toi seul je veux être,
Il est temps de s’éveiller :
Viens pour toujours habiter dans mon cœur ;
« La moisson est vaste est belle !
Brise l’idole, et de ce cœur sois maître ;
Qui veut pour moi travailler ? »
Rends-moi plus blanc que la neige, Seigneur !
C’est ton Sauveur, ô mon frère,
Dont l’appel s’adresse à toi.
Oui, par ton sang lave mon cœur,
Réponds-lui, d’un cœur sincère :
Rends-moi plus blanc que la neige, ô Seigneur !
« Me voici, Maître, prends-moi ! »
2. En moi, Jésus, ne laisse aucune place
2. Sans franchir les mers bruyantes, Où le péché se glisse en interdit.
Tu peux annoncer Jésus. Agneau de Dieu, que ton sang pur efface
Que d’âmes insouciantes, Ce qui me vient de son pouvoir maudit.
De cœurs souffrants et perdus !
Autour de nous l’œuvre est grande, Oui, par ton sang, etc.
Mais petite est notre foi.
À Jésus qui nous commande 3. Par ton Esprit, de ton trône de gloire
Répondons ! « Maître, aide-moi ! » Tu viens en moi, misérable pécheur,
Pour remporter la complète victoire
3. Si d’un sublime langage Et nettoyer entièrement mon cœur.
Tu n’as pas reçu le don,
Tu peux rendre témoignage Oui, par ton sang, etc.
Qu’en Jésus est le pardon ;
À ton frère tu peux dire 4. Tu vois, Seigneur, j’attends, plein d’espérance,
Ce que Christ a fait pour toi. Près de la croix où ton sang fut versé ;
Pour que lui-même t’inspire, Là, j’ai reçu la nouvelle naissance,
Dis-lui : « Maître, enseigne-moi ! » Là, mon soupir fut toujours exaucé.

Oui, par ton sang, etc.


4. Mais que nul ne nous entende
Dire encor : « Je ne puis rien ! »
5. Alléluia ! ton image divine
Lorsque Jésus nous commande
En moi, Seigneur, apparaît par la foi.
De faire et d’aimer le bien.
Béni sois-tu ! de ma sainte origine
Poursuivons l’œuvre bénie
J’ai pour toujours tous les titres en toi !
Avec zèle, amour et foi ;
Puis notre tâche finie,
Et par ton sang, mon pauvre cœur
Nous dirons : « Maître, prends-moi ! »
Devient plus blanc que la neige, ô Seigneur !
159 Prends ma vie 160 Précieux Jésus, je t’aime !
1. Précieux Jésus, je t’aime,
Remplis-moi de ton amour ;
Je te donne mon cœur même,
Accepte-le sans retour.
1. Prends ma vie, elle doit être \lrep Seigneur Jésus, ô mon Sauveur,
À toi seul, ô divin Maître. Sois le trésor de mon cœur ! \rrep \rep{2}
Que sur le flot de mes jours, 2. Prends pour toi, Sauveur aimable,
Tout mon cœur, mes volontés ;
Ton regard brille toujours ! Que ton Esprit adorable
Remplisse mes facultés.
Seigneur Jésus, etc.
2. Que mes mains à ton service
3. J’avance ma main sans crainte
S’offrent pour le sacrifice, Pour saisir ton vêtement ;
Qu’à te suivre pas à pas De toi sort la vertu sainte
Qui guérit entièrement.
Mes pieds ne faiblissent pas !
Seigneur Jésus, etc.
4. L’amour qui remplit mon âme
3. Prends ma voix et qu’elle chante M’est si doux, ô mon Sauveur !
Viens en moi, je te réclame,
Ta grâce auguste et touchante ; Accomplis tout dans mon cœur.
Par mes lèvres que ton Nom Seigneur Jésus, etc.
Parle aux pécheurs de pardon ! 5. Oh ! sainte et nouvelle aurore
Qui déjà vient luire en moi ;
Joyeux, je répète encore ;
Mon Sauveur ! je suis à toi.
4. Que mon esprit s’illumine
Seigneur Jésus, etc.
De ta sagesse divine ;
Prends mon argent et mon or
Et toi seul, sois mon trésor. 161 Ecoutez l’appel du Berger
1. Écoutez l’appel du Berger !
Il sait ses brebis en danger ;
5. Que ma volonté devienne Il les appelle avec amour,
La servante de la tienne ; Espérant toujours leur retour.

Fais ton trône de mon cœur : Cherchons-les ! Cherchons-les !


Savons-nous le prix d’une âme ?
Il t’appartient, bon Sauveur. Cherchons-les ! Cherchons-les !
Le Bon Berger les réclame.
2. Mourant de froid, de soif, de faim,
6. Qu’ainsi mon amour répande, Les brebis appellent en vain.
À tes pieds son humble offrande : Jésus nous veut pour les sauver.
Qui va l’aider à les trouver ?
Prends-mois, dès mes premiers jours !
Cherchons-les ! etc.
Tout à toi seul, pour toujours !
3. Ne peut-il pas compter sur nous ?
Ne voulons-nous pas aller tous
Dire à tous ceux qui sont perdus
Que nous les voulons pour Jésus ?
Cherchons-les ! etc.
162 Ah ! que je ne sois pas 164 Divin Sauveur, toi qui vins sur
la terre
1. Ah ! que je ne sois pas comme un rameau
stérile, 1. Divin Sauveur, toi qui vins sur la terre
Qui, séparé du tronc, doit périr desséché ; Pour y mourir sur un infâme bois,
Mais que je sois, ô Dieu ! comme un sarment Le cœur ému, j’approche du Calvaire ;
Que ton Esprit m’enseigne à contempler ta
fertile
croix.
Qu’aucun vent d’aquilon n’a du cep arraché.
Ta grâce infinie
2. Demeure en moi, Jésus, et qu’en toi je demeure, Vaut mieux que la vie ;
Trouvant dans ton amour le plus fort des liens, Mon cœur s’attache à toi,
Portant beaucoup de fruits, chaque jour, à Pour te suivre avec foi !
chaque heure,
Et renonçant à tout, pour jouir des vrais biens. 2. Là, je puis voir la grandeur de l’abîme
Où, par amour, Jésus est descendu,
3. Celui qui croit en toi, ta bouche le déclare, Et les tourments de la sainte Victime
Accomplira, Seigneur, les œuvres que tu fis. Me disent qu’à jamais, sans Christ, j’étais
Je crois... et d’où vient donc que mon âme perdu.
s’égare Ta grâce infinie, etc.
Si loin du droit sentier que toujours tu suivis ?
3. Mon seul refuge est dans sa meurtrissure ;
4. Hélas ! c’est que souvent je tourne vers le monde Là, j’ai trouvé le pardon et la paix,
Des yeux qui ne devraient s’arrêter que sur toi ! Et, sous le sang qui lava ma souillure,
Ne me retranche pas... non, Seigneur, mais Je puis de tout péché rester libre à jamais.
émonde,
Pour que j’apprenne mieux à pratiquer ta loi. Ta grâce infinie, etc.

5. Toutefois, que jamais mon cœur ne se confie 4. Autrefois seul, tombant de chute en chute,
J’étais vaincu par le grand tentateur ;
En mes pas chancelants, pour arriver au but !
Mais aujourd’hui, mon Sauveur pour moi lutte,
Tu donnas pour les tiens, divin Jésus ! ta vie, Et son bras tout-puissant me rend plus que
Et c’est mon seul espoir de paix et de salut ! vainqueur.
Ta grâce infinie, etc.

163 Un regard sur ta croix 5. Jusqu’à la fin, Jésus, ma confiance


sanglante Sera toujours dans le sang de ta croix ;
Scelle en mon cœur cette ferme assurance,
Et que toujours aussi j’obéisse à ta voix !
1. Un regard sur ta croix sanglante, Ta grâce infinie, etc.
Jésus, fait déborder mon cœur
D’amour et de douleur poignante,
D’amour et d’éternel bonheur.
165 Je le connais, celui qui donne
2. Tu seras seul toute ma gloire,
Car tout ce dont je me vantais 1. Je le connais, celui qui donne
M’empêcherait encore de croire La paix et le bonheur ;
Qu’en ta mort seule j’ai la paix. Celui qui guérit, qui pardonne :
C’est Jésus le Sauveur.
3. Te donnerais-je quelques larmes,
Quelques soupirs et quelque amour ? 2. Pour nous, en sanglant sacrifice,
Devant ta croix je rends les armes Il s’offrit par amour ;
Prends-moi tout entier dès ce jour. Son sang nous donne avec justice,
Place au divin séjour.
4. À tes pieds, mon Sauveur, je jette
Ce que mon cœur aime le plus ; 3. Je veux l’aimer, je veux le suivre
Humblement par la foi ;
Oui, prends mon idole secrète ;
C’est pour lui seul que je dois vivre,
Tu seras mon trésor, Jésus ! Puisqu’il mourut pour moi.
166 Qu’il fait bon à ton service 167 C’est mon joyeux service

1. Qu’il fait bon à ton service


Jésus mon Sauveur ! 1. C’est mon joyeux service
Qu’il m’est doux le sacrifice D’offrir à Jésus-Christ,
Que t’offre mon cœur !
En vivant sacrifice,
Mon corps et mon esprit.
Prends, ô Jésus, prends ma vie,
Elle est toute à Toi !
Et dans ta grâce infinie, Accepte mon offrande,
Du mal garde-moi ! Bien-aimé Fils de Dieu !
Et que sur moi descende
2. Mon désir, mon vœu suprême,
La flamme du saint lieu !
C’est la sainteté !...
Rien je ne veux et je n’aime,
Que ta volonté ! 2. J’abandonne ma vie,
Sans regret, ni frayeur,
Prends, ô Jésus, etc. À ta grâce infinie,
Ô mon Libérateur !
3. Comme l’ange au vol rapide,
Je veux te servir ! Accepte mon offrande, etc.
Les yeux fixés sur mon guide,
Toujours obéir !
3. Qu’un feu nouveau s’allume

Prends, ô Jésus, etc. Par ton amour en moi,


Et dans mon cœur consume
4. Travail, douleur et souffrance, Ce qui n’est pas à toi !
Non, je ne crains rien !
Toi, Jésus, mon Espérance,
Accepte mon offrande, etc.
Voilà mon seul bien !

Prends, ô Jésus, etc. 4. Viens, Jésus ! sois mon maître ;


Par ton sang racheté,
5. Ensemble donc vers la gloire, À toi seul je veux être
Marchons en avant ! Et pour l’éternité.
Chantant l’hymne de victoire,
Toujours triomphant !
Accepte mon offrande, etc.
Prends, ô Jésus, etc.
168 Ma vie enfin je te donne 170 A toi, mon Dieu, je
m’abandonne
1. Ma vie enfin je te donne,
Ô Jésus, Agneau de Dieu !
Prends-la, je te l’abandonne,
1. À toi, mon Dieu, je m’abandonne,
À cette heure et dans ce lieu.
Je t’apporte mes souillures, Oh ! fais de moi ce que tu veux :
Mon péché, mon mauvais cœur. De l’argile que je te donne,
Dans le sang de tes blessures, Fais un diamant précieux !
Blanchis-moi, divin Sauveur !
2. Tu connais mes luttes vaines Prends, Seigneur, prends toute ma vie,
Pour triompher de mon cœur ; À toi seul, je veux obéir.
Tu sais le poids de mes chaînes Par l’Esprit qui me sanctifie,
Et ma secrète douleur.
Que ta puissance infinie Sur ton autel, je viens m’offrir !
M’affranchisse du péché,
Et que par l’Esprit de vie 2. Tu connais ma grande faiblesse,
Du mal je sois détaché ! Mon impuissance à te servir,
3. Sans réserve, je me livre, S’il le faut que ta main me blesse,
Je ne garde rien pour moi. Ton amour saura me guérir !
Mon désir est de te suivre,
D’être à tes ordres, mon Roi ! Prends, Seigneur, etc.
Joyeux dans l’obéissance
Que tu donnes, que je veux, 3. Oh ! ne m’épargne ni la flamme,
Sans plus tarder, je m’élance
D’un coup d’aile vers les cieux ! Ni le ciseau, divin Sculpteur !
Que ton Esprit forme mon âme
4. Scelle à jamais l’alliance À l’image de son Sauveur !
Que je traite maintenant,
Et dans ton amour immense
Viens la signer de ton sang. Prends, Seigneur, etc.
Si je regarde à moi-même
Un instant : je suis perdu !
Mais tu sauras, ton cœur m’aime,
Me tenir debout, Jésus !
171 Seigneur, sanctifie
169 Jésus, je te suivrai partout
1. Seigneur ! sanctifie
1. \lrep Jésus, je te suivrai partout, \rrep \rep{2} Nos jours, nos moments ;
Soit dans la tristesse, Fais que notre vie
Soit dans l’allégresse,
Jésus, je te suivrai partout ! T’honore en tout temps.
Que de ta présence
2. \lrep Jésus, je te suivrai toujours ; \rrep Au milieu de nous,
\rep{2}
Si l’épreuve abonde, L’heureuse influence
Ta paix est profonde, Nous pénètre tous.
Jésus, je te suivrai toujours !
2. Nous voulons sans cesse
3. \lrep Je te suivrai dès aujourd’hui. \rrep
\rep{2} Marcher par la foi
Mon âme affranchie, Et, dans la détresse,
Vivra de ta vie, Regarder à toi.
Je te suivrai dès aujourd’hui ! Heureux qui repose
4. \lrep Je te suivrai jusques au bout ! \rrep Sur ton bras puissant !
\rep{2} On a toute chose
Si pour moi tu plaides, En te possédant.
Seigneur, si tu m’aides,
Je te suivrai jusques au bout.
172a Entre tes mains j’abandonne 172b Au pied de la croix sanglante

1. Au pied de la croix sanglante,


1. Entre tes mains j’abandonne Où tu t’es donné pour moi,
Tout ce que j’appelle mien. Mon âme émue et tremblante,
Oh ! ne permets à personne, Ô Jésus, se livre à toi.

Seigneur, d’en reprendre rien !


\lrep Le parfait bonheur, \rrep \rep{2}
\lrep Oui, prends tout, Seigneur ! \rrep \rep{2}
C’est de mettre
Entre tes mains j’abandonne
Tout mon être
Tout avec bonheur.
À tes pieds, Seigneur !

2. Je n’ai pas peur de te suivre 2. Me voici pour ton service,


Sur le chemin de la croix. Je ne garde rien pour moi,
C’est pour toi que je veux vivre, Sur l’autel du sacrifice,
Je connais, j’aime ta voix. Je me place par la foi.

\lrep Oui, prends tout, Seigneur ! \rrep \rep{2}


Le parfait bonheur, etc.
Sans rien garder, je te livre
Tout avec bonheur. 3. À la gloire, aux biens du monde
Je renonce pour jamais,
3. Tu connais mieux que moi-même Que le Saint-Esprit m’inonde,
Tous les besoins de mon cœur ; De ta joie et de ta paix.
Et, pour mon bonheur suprême,
Le parfait bonheur, etc.
Tu veux me rendre vainqueur.
\lrep Oui, prends tout, Seigneur ! \rrep \rep{2}
4. Si ma faiblesse est bien grande.
Je ne vis plus pour moi-même, Ta force est plus grande encor,
Mais pour mon Sauveur. Ô Jésus, qu’elle me rende
Fidèle jusqu’à la mort.
4. Prends mon corps et prends mon âme ;
Le parfait bonheur, etc.
Que tout en moi soit à toi !
Que par ta divine flamme
5. Ô félicité suprême,
Tout mal soit détruit en moi !
Ta grâce est mon bouclier,
\lrep Oui, prends tout, Seigneur ! \rrep \rep{2} Et je t’appartiens, je t’aime,
Prends mon corps et prends mon âme ; Toi qui m’aimas le premier.
Règne sur mon cœur !
Le parfait bonheur, etc.
173 Je m’approche de Toi 175 L’amour de Jésus-Christ
1. \lrep Je m’approche de Toi, \rrep \rep{2} 1. L’amour de Jésus-Christ nous presse :
\lrep Source de vie, Il s’est livré pour son troupeau ;
Source de vie, À suivre les pas de l’Agneau,
Mon Sauveur, bénis-moi ! \rrep \rep{2} L’un l’autre animons-nous sans cesse.
2. \lrep Fais silence en mon cœur, \rrep \rep{2} 2. Au nom du Rédempteur, chers frères !
\lrep Viens et me parle, Donnons-nous tous ici la main,
Viens et me parle, Pour ne marcher jusqu’à la fin
Ô mon divin Sauveur ! \rrep \rep{2} Que sous ses regards tutélaires.
3. \lrep Rends-moi conforme à Toi, \rrep \rep{2} 3. Vois tes enfants, Dieu notre Père,
\lrep Divin Modèle, Qui se consacrent à ton Fils.
Divin Modèle, Viens à notre aide et nous remplis
Mets ton image en moi ! \rrep \rep{2} D’amour, de zèle et de lumière.
4. \lrep Rends-moi bouillant, Seigneur ! \rrep 4. Qu’en nous quittant, Sauveur fidèle !
\rep{2} Nous demeurions unis en toi ;
\lrep Pour ton Service, Habite en nos cœurs par la foi,
Pour ton Service, Et que l’Esprit nous renouvelle !
Que je parte en vainqueur ! \rrep \rep{2}
5. \lrep Et quand tu reviendras, \rrep \rep{2}
\lrep Dans tes milices, 176 Oui, Jésus, c’est vers Toi
Dans tes milices,
Tu me retrouveras ! \rrep \rep{2} 1. Oui, Jésus, c’est vers Toi,
Toujours plus haut !
Que s’élève ma foi,
174 Seul refuge de mon âme Toujours plus haut !
Libre de tout lien,
Poursuivant le seul bien,
1. Seul refuge de mon âme, Mon regard sur le tien,
Je veux m’appuyer sur toi ; Toujours plus haut !
La paix que mon cœur réclame
Est à tes pieds, divin Roi ! 2. Tu calmes la douleur,
Toujours plus haut !
Jésus, Sauveur, que je t’aime, Tu satisfais le cœur,
Ô Toi qui mourus pour moi, Toujours plus haut !
Et qui veux dans le ciel même, Dans les rudes combats,
Qu’un jour je règne avec toi ! Les clameurs d’ici-bas,
Tu diriges mes pas
2. Sur ta croix, Victime sainte, Toujours plus haut !
Mon péché fut expié ;
Plus d’angoisse, plus de crainte : 3. Oui, c’est là mon soupir,
Ton sang m’a purifié. Toujours plus haut !
Tu connais mon désir,
Jésus, Sauveur, etc. Toujours plus haut !
Perçant l’obscurité,
3. Il n’est aucune autre chose
Montre-moi ta clarté,
Qui puisse apaiser mon cœur ;
Ta divine beauté,
En Toi seul je me repose,
Toujours plus haut !
En Toi, mon puissant Sauveur.
4. Marche, me dit Jésus,
Jésus, Sauveur, etc.
Toujours plus haut !
4. À Toi, Jésus, j’abandonne Oh ! ne t’arrête plus,
Mon cœur, mon âme et mes jours. Toujours plus haut !
Qu’en moi ton amour rayonne ! Bientôt je reviendrai
Je veux te servir toujours. Et te délivrerai,
Oui, je t’introduirai
Jésus, Sauveur, etc. Chez Moi, là-haut !
177 Ah ! donne à mon âme 179 Jésus, Jésus mon Sauveur
1. Ah ! donne à mon âme
Plus de sainteté,
Plus d’ardente flamme,
De sérénité,
Plus de confiance,
Pour rester debout,
Plus de patience, 1. Jésus, Jésus mon Sauveur,
Pour supporter tout ! À l’ombre de Ta croix,

2. Fais que je contemple J’ai trouvé le repos du cœur,


Sans cesse l’Agneau,
Son vivant exemple, Gloire à Toi, Roi des rois !
Sa croix, son tombeau ;
Sa grâce fidèle, Une retraite dans l’orage,
Son immense amour, Un refuge assuré,
Sa gloire éternelle,
Son prochain retour ! Pour moi, pécheur, quel doux partage,
3. Jésus, à mes larmes Là je t’ai contemplé !
Tu veux compatir ;
De toutes tes armes
Viens nous revêtir ;
Par plus de prière, 2. Jésus, Jésus mon Sauveur,
De zèle et de foi, À l’ombre de Ta croix,
Que dans la lumière
Je marche avec toi ! Devant ton immense douleur
4. Donne à ton service Je t’adore et je crois.
Un cœur plus joyeux,
Prompt au sacrifice, Là, mes ténèbres sont lumière,
Toujours sous tes yeux ;
Qui chante et qui tremblent, Et mon fardeau n’est plus !
Humble en sa ferveur,
Un cœur qui ressemble Humble à tes pieds, dans la poussière,
Au tien, mon Sauveur.
Tiens-moi toujours, Jésus !

178 Que tout genou fléchisse


3. Jésus, Jésus mon Sauveur,
1. Que tout genou fléchisse, À l’ombre de Ta croix
Devant ta majesté,
\lrep Et qu’aujourd’hui je puisse Exauce le cri de mon cœur,
Lâcher ma volonté. \rrep \rep{2}
Entends ma faible voix :
2. Oui, devant toi je plie,
Je me courbe, ô mon Roi, Donne-moi ton obéissance,
\lrep Je pleure et m’humilie,
Et c’est un don de toi ! \rrep \rep{2} Ton support, ton amour,

3. Que tout ce qui s’élève Céleste Agneau, ton endurance,


En moi soit abaissé !
\lrep Que mon cœur de ton glaive, Jusqu’à mon dernier jour !
S’il le faut, sois percé ! \rrep \rep{2}
4. Mourir, mais c’est renaître
Et vivre désormais.
\lrep Oh ! courbe tout mon être
À tes pieds pour jamais ! \rrep \rep{2}
180 La voix du Seigneur m’appelle 181 J’entends ta douce voix
1. J’entends ta douce voix,
Jésus, je viens à Toi.
Je viens, ô Sauveur, lave-moi
1. La voix du Seigneur m’appelle : Dans le sang de ta Croix !
Prends ta croix et viens, suis-moi ! Jésus, Roi des rois,
Je réponds : « Sauveur fidèle, Qui mourus pour moi,
Je veux mourir avec Toi,
Me voici, je suis à toi ! » Avec Toi sur la Croix.
2. J’entends ta douce voix,
Jusqu’au bout je veux te suivre, Qui me dit : « Crois en Moi ! »
Je crois, Seigneur, soutiens ma foi,
Dans les bons, les mauvais jours, Tiens-moi près de ta Croix !
À Toi pour mourir et vivre,
Jésus, Roi des rois, etc.
À Toi, Jésus, pour toujours.
3. J’entends ta douce voix,
Elle pénètre en moi
2. Mais le chemin du calvaire Et me dit d’aimer comme Toi
Est étroit et périlleux, De l’amour de la Croix !
C’est un chemin solitaire, Jésus, Roi des rois, etc.
Difficile et ténébreux. 4. J’entends ta douce voix,
Toi qui mourus pour moi,
Seigneur, que je m’unisse à Toi
Jusqu’au bout, etc. Dans ta mort, par la foi !
Jésus, Roi des rois, etc.
3. Il faut quitter ceux qu’on aime,
Savoir être mal jugé,
Endurer l’injure même,
182 Enfin Jésus a triomphé
Du monde être méprisé. 1. Enfin Jésus a triomphé
De tant de résistance,
Et du joug il m’a libéré,
Jusqu’au bout, etc. Oh ! gloire à sa puissance !
Prince de la victoire,
4. Oui, perdre sa propre vie, Jésus, Ressuscité,
Consentir à n’être rien, À Toi seul est la gloire,
Et pour l’éternité !
N’avoir qu’une seule envie :
2. Oh ! par quel douloureux chemin
Aimer Jésus, le seul bien ! De retards et de luttes,
Celui qui repousse ta main
Jusqu’au bout, etc. S’égare, et que de chutes !
Prince de la victoire, etc.
5. Jésus donne grâce et gloire 3. Mon Berger, dans son grand amour,
Pour le suivre pas à pas, M’a remis sur la voie ;
Il m’a pardonné... quel beau jour !
Avec lui, joie et victoire, Et je chante avec joie :
Paix et bonheur ici-bas ! Prince de la victoire, etc.
4. Mon seul désir, Dieu Tout-Puissant,
Jusqu’au bout, etc. Pour mon âme ravie ;
C’est qu’elle soit dès maintenant,
Toujours à Christ unie !
Prince de la victoire, etc.
183 Mon âme est libérée 184 Viens, mon âme te réclame

1. Viens ! mon âme


Te réclame,
1. Mon âme est libérée
Car c’est Toi qui m’as cherché.
Du pouvoir de Satan ; Pour te suivre,
Ton bras l’a délivrée, Je te livre
Ô Sauveur tout-puissant ! Mon cœur avec son péché.

Alléluia ! Alléluia ! Viens ! mon âme


Te réclame,
Gloire à toi, mon Sauveur !
Mon bonheur est tout en Toi.
Alléluia ! Alléluia ! Je t’adore,
Gloire à mon Rédempteur ! Je t’implore ;
Ô Jésus, demeure en moi !

2. Tu payas de ta vie 2. Oui, ta grâce


Le prix de ma rançon, Seule efface
Et mon âme affranchie Toutes mes iniquités,
Tu pardonnes,
Exalte ton grand nom.
Tu me donnes
La paix de tes rachetés.
Alléluia ! etc.
Viens ! mon âme Te réclame, etc.

3. Libre de toute entrave,


3. Quand je doute,
Ma gloire et mon bonheur Quand ma route
C’est d’être ton esclave, Passe auprès du tentateur,
Ô mon libérateur ! Ta main sûre
Me rassure
Alléluia ! etc. Et me rend plus que vainqueur.

Viens ! mon âme Te réclame, etc.


4. Ma vie et tout mon être
Sont à toi désormais ; 4. Ah ! demeure
À chaque heure,
Tu seras seul mon Maître,
Mon rempart, mon défenseur,
Mon Sauveur à jamais. Ma victoire
Et ma gloire,
Alléluia ! etc. Ô Jésus, mon seul Sauveur !

Viens ! mon âme Te réclame, etc.


185 Seigneur, à ton regard 187 C’est un rempart !

1. Seigneur, à ton regard de flamme


Rien n’est couvert, rien n’est caché ; 1. C’est un rempart que notre Dieu,
Qu’il pénètre au fond de notre âme, Une invincible armure,
Et qu’il juge en nous le péché,
Notre délivrance en tout lieu,
Qu’il juge le péché !
Notre défense sûre.
2. Sonde nos cœurs et nos pensées, L’ennemi contre nous
Nos plus intimes souvenirs, Redouble de courroux ;
Nos œuvres présentes, passées ; Vaine colère !
Sonde nos plus secrets désirs,
Que pourrait l’adversaire ?
Nos plus secrets désirs. L’Éternel détourne ses coups.
3. Qu’à la lumière tout paraisse
Pour que tout soit purifié, 2. Seul, nous bronchons à chaque pas,
Et qu’en nous ton Esprit ne laisse Notre force est faiblesse ;
Rien qui ne soit sanctifié, Mais un héros, dans les combats,
Vraiment sanctifié. Pour nous lutte sans cesse.
4. Alors, brûlants d’un nouveau zèle, Quel est ce défenseur ?
Seigneur, nous pourrons t’obéir. C’est toi, divin Sauveur !
Oh ! que la vie est grande et belle Dieu des armées !
Pour ceux qui veulent te servir, Tes tribus opprimées
Qui veulent te servir ! Connaissent leur Libérateur.

3. Que les démons forgent des fers


Pour accabler l’Église ;
186 Jésus aujourd’hui m’appelle Ta Sion brave les enfers,
Sur ton rocher assise.
1. Jésus aujourd’hui m’appelle, Constant dans son effort,
J’entends sa voix dans mon cœur. En vain avec la mort
Oh ! rends-toi donc, cœur rebelle, Satan conspire :
Ouvre la porte au Sauveur ! Pour ruiner son empire,
2. Seigneur, je te l’abandonne, Il suffit d’un mot du Dieu fort.
Ce cœur indigne de toi.
Viens y régner ! Que personne 4. Dis-le ce mot victorieux,
Ne le soustraie à ta loi ! Dans toutes nos détresses ;
Répands sur nous, du haut des cieux,
3. De moi librement dispose,
De ma santé, de mes biens ; Tes divines largesses.
À tes pieds je les dépose, Qu’on nous ôte nos biens,
Ô Maître à qui j’appartiens ! Qu’on serre nos liens,
Que nous importe !
4. De ma vie, heure par heure,
Ta grâce est la plus forte,
Que ta main règle le cours !
Car désormais je demeure Et ton royaume est pour les tiens.
À tes ordres pour toujours.
188 Plus que vainqueur ! 190 Il est une sainte guerre
1. Plus que vainqueur ! telle est notre devise ;
Plus que vainqueurs, bien que persécutés !
\lrep Car la victoire à la foi fut acquise
Par le Sauveur qui nous a rachetés. \rrep
\rep{2}
1. Il est une sainte guerre,
2. Suivons le Christ jusque sur le Calvaire ;
Ayons toujours sa mort devant nos yeux : Il est un combat divin,
\lrep Si nous souffrons avec lui sur la terre,
Nous régnerons avec lui dans les cieux. \rrep Entre le ciel et la terre,
\rep{2}
Entre le mal et le bien.
3. Osons braver les injures du monde
Pour confesser le beau nom de Jésus.
\lrep Que sur Lui seul tout notre espoir se 2. Certaine est notre victoire,
fonde,
Et notre espoir ne sera pas confus. \rrep Luttons sans crainte et sans peur ;
\rep{2}
Nous combattons pour la gloire
4. Amis ! croyons au pouvoir invisible
Que le Sauveur a caché dans sa croix ; De Jésus, le Rédempteur.
\lrep Saisissons-la comme une arme invincible,
Pour triompher au nom du Roi des rois. \rrep
\rep{2} 3. La justice est notre armure,
La foi, notre bouclier ;
189 La croix reste debout La vérité, pour ceinture,
1. La croix reste debout, Doit à jamais nous lier.
Alléluia ! Alléluia !
Elle domine tout,
Alléluia ! Alléluia !
C’est en vain que la haine 4. C’est une épée invincible
Contre elle se déchaîne :
Lumineuse et sereine Qu’on voit briller dans nos mains,
La croix reste debout ! C’est la parole infaillible
Alléluia ! Alléluia ! Du Dieu Sauveur des humains.
Au plus fort des combats,
Alléluia ! Alléluia !
La croix ne recule pas !
5. Sous cette sainte bannière,
2. Sur elle en Golgotha,
Alléluia ! Alléluia ! Les cœurs en haut, nous marchons ;
Le Fils de Dieu monta.
Alléluia ! Alléluia ! Et du séjour de lumière
Amour incomparable ! Pas à pas nous approchons.
Ce Sauveur adorable,
Pour l’homme misérable,
Mourut en Golgotha.
6. Après la lutte suprême,
Alléluia ! etc.
La couronne nous attend ;
3. Soldats du Roi des rois,
Alléluia ! Alléluia ! Jésus la mettra lui-même
Portons partout sa croix !
Alléluia ! Alléluia ! Sur le front du combattant !
Car tous ceux qu’il délivre
Sous la croix doivent vivre,
Sur la croix doivent suivre
Jésus le Roi des rois.
Alléluia ! etc.
191 Jusqu’à la mort 192 Plus le mal est pressant
1. Plus le mal est pressant, plus ma misère est
grande,
Plus l’abîme est profond et béant sous mes pas,
1. Jusqu’à la mort nous te serons fidèles ; Plus le péril extrême, un prompt secours
Jusqu’à la mort tu seras notre Roi ; demande,
Plus je me réfugie, ô Jésus, dans tes bras !
Sous ton drapeau, Jésus, tu nous appelles ;
Nous y mourrons en luttant avec foi ! 2. Parmi tous les dangers, c’est toi qui me
rassures,
Contre tous les assauts, c’est toi mon bouclier !
Jusqu’à la mort ! c’est notre cri de guerre C’est toi, si je faiblis, qui guéris mes blessures ;
Pour pouvoir tout, sur toi je n’ai qu’à
Le libre cri d’un peuple racheté ; m’appuyer.
Jusqu’à la mort, nous aurons pour bannière 3. Tu m’as associé, Jésus, à ta victoire,
Ta croix sanglante, ô Christ ressuscité ! Mets ta force en mon bras, mets ta flamme en
mon cœur !
Oui, viens par mon triomphe, ajouter à ta
2. Pour toi, Jésus, on est heureux de vivre ; gloire,
Tous les chemins avec toi semblent doux. Combattre par mes mains et me rendre
vainqueur.
Agneau de Dieu, qui ne voudrait te suivre
Jusqu’à la mort, toi qui mourus pour nous ? 4. Tu me donnes toujours selon ma confiance,
Quand j’ai tout demandé, n’ai-je pas tout reçu ?
Avec toi tout triomphe est assuré d’avance :
Jusqu’à la mort ! etc. Quand on est sûr de vaincre, on a déjà vaincu.

3. Jusqu’à la mort, soumis à ta puissance,


Nous voulons vivre et mourir sous tes lois,
193 Le signal de la victoire
Toi qui pour nous poussas l’obéissance 1. Le signal de la victoire
Jusqu’à la mort, et la mort de la croix. Déjà brille aux cieux,
La couronne de la gloire
Paraît à nos yeux.
Jusqu’à la mort ! etc.
Je viens, combattez encore !
Dit Jésus à tous.
4. Mais, ô Sauveur ! tu sais notre faiblesse ; Oui, mon Sauveur, je t’implore,
Nous tomberons sûrement en chemin Je lutte à genoux.
Si tu ne viens accomplir ta promesse, 2. Que l’ennemi, plein de rage,
Redouble ses coups,
Jusqu’à la mort nous tenant par la main. Nous ne perdons point courage :
Christ est avec nous.
Jusqu’à la mort ! etc. Je viens, etc.
3. Suivons, amis, la bannière
5. Que ton Esprit nous guide et nous anime ! Du Sauveur en croix,
Et que, sa flamme embrasant tous nos cœurs, Et que notre armée entière,
Se range à sa voix.
Nous devenions par toi, sainte victime,
Sur la mort même un peuple de vainqueurs ! Je viens, etc.
4. Rude et longue est la mêlée :
Jusqu’à la mort ! etc. Voici le secours !
Dans nos mains prenons l’épée
Qui vainquit toujours !
Je viens, etc.
194 Sans attendre 195 Qui me relève dans mes
chutes
1. Sans attendre, 1. Qui me relève dans mes chutes ?
Je veux tendre C’est Jésus-Christ.
Au bonheur promis ; Qui combat pour moi dans mes luttes ?
C’est Jésus-Christ.
Qui s’élance, Jésus a parlé, je veux croire
Qui s’avance Que je puis lutter pour sa gloire,
Obtiendra le prix. Car mon bouclier, ma victoire,
Quand je prie, C’est Jésus-Christ.
Dieu m’entend ; 2. Je vais à mon Père, et ma voie
On m’attaque, C’est Jésus-Christ ;
Il me défend, Je suis bienheureux, et ma joie
Donc en route, C’est Jésus-Christ.
Point de doute, Et si, même dans la souffrance,
Le but est si grand ! Mon cœur me parle d’espérance,
C’est que j’ai mis ma confiance
En Jésus-Christ.
2. Près du trône
La couronne 3. Sauvé, je ne me glorifie
Attend le vainqueur, Qu’en Jésus-Christ ;
Nulle trêve ! Pour la terre et le ciel, ma vie
C’est Jésus-Christ.
Qu’on se lève ! Bientôt adieu, choses mortelles !
A dit le Seigneur. Loin de vous je prendrai des ailes,
D’obéir soyons heureux ; Vers les demeures éternelles,
Point de tièdes, de peureux ; Vers Jésus-Christ.
Le Fidèle
Nous appelle
À régner aux cieux. 196 Notre Chef et Maître
3. D’un pas ferme, 1. Notre Chef et Maître, c’est le Roi des rois ;
Jusqu’au terme Portant ferme sa bannière,
Il faut s’avancer. Sans craintes ni doutes, soldats de la Croix,
Avançons dans la lumière.
Dieu m’observe,
Qu’il préserve En avant ! En avant !
Mon pied de glisser. Pour Jésus-Christ le Roi des rois !
Que ce monde et ses attraits Nous le couronnons
Sous la bannière de la Croix !
Ne me séduisent jamais !
Si sa haine 2. Que l’ennemi vienne, comme l’ouragan,
Se déchaîne, Déployons notre bannière !
Que je sois en paix ! Sous sa garde sainte, jamais de Satan
Notre âme n’est prisonnière.
4. Dieu de grâce, En avant ! etc.
Que ta face
Luise en mon chemin. 3. Par mer et par terre, qu’à tout être humain
Père tendre, Soit annoncé l’Évangile !
La sainte bannière de l’Agneau Divin
Viens me prendre Plantons dans l’arène hostile !
Par ta forte main.
Toute puissance est à toi, En avant ! etc.
Subviens à ma faible foi ; 4. Et le jour de gloire bientôt paraîtra :
Ma victoire, L’aube, nous la voyons luire,
C’est ta gloire, Où, sous la bannière de la Croix, vaincra
Jésus, Roi des rois. De Christ l’éternel Empire.
En avant ! etc.
197 Tes saints, dans la lutte 199 Non, nous ne saurions nous
taire
1. Tes saints, dans la lutte,
Et de tous côtés 1. Non, nous ne saurions nous taire
Ici-bas en butte Devant tant de cœurs souffrants.
Aux infirmités, Resterez-vous sans rien faire ?
Sont, dans le ciel même, Seriez-vous indifférents ?
Portés sur ton cœur, Sous la croix, rien n’est pénible.
Ô notre suprême En avant ! Frères, debout !
Sacrificateur ! Par la foi tout est possible,
2. Plein de sympathies, Et la couronne est au bout.
De tendre bonté, 2. En tous lieux, pleins d’espérance,
Jamais tu n’oublies Traçons un sillon d’amour.
Aucun racheté. Semons avec confiance ;
C’est toi qui nous aides Nous moissonnerons un jour.
Dans chaque combat,
Et pour nous tu plaides, Sous la croix, etc.
Divin Avocat !
3. Au monde sans repentance
3. Pour toute souillure, Prêchons Jésus mort pour tous.
C’est toi qui te ceins ; Pourquoi tant d’insouciance ?
Et lavant d’eau pure Il en est temps, levons-nous !
Les pieds de tes saints, Sous la croix, etc.
Tu dis au fidèle :
« Sois l’imitateur 4. Laissons là notre paresse,
Du parfait Modèle, Et l’amour triomphera.
Du vrai Serviteur. » Oui, malgré notre faiblesse,
La vérité prévaudra.

198 Debout pour la sainte guerre Sous la croix, etc.

1. Debout pour la sainte guerre !


Le mal est grand encor ; 200 Veille au matin
Plus d’un ami, plus d’un frère
Suit un chemin de mort. 1. Veille au matin, quand un ciel sans nuage
Semble annoncer un jour calme et serein,
En avant ! tous en avant ! C’est dans ton cœur que peut gronder l’orage
En avant ! Notre Chef est tout-puissant. Qui fait tomber le pèlerin.
Nos armes sont la prière,
L’amour persévérant. Veille au matin, veille le soir,
Veille et prie toujours.
2. Debout pour la sainte guerre ! 2. Veille à midi, quand les bruits de la terre
Ranimons notre ardeur. Font oublier le céleste séjour ;
Avec la croix pour bannière, Trouve un instant pour être solitaire
Qui ne serait vainqueur ? Dans la prière et dans l’amour.
En avant ! etc. Veille au matin, etc.
3. Debout pour la sainte guerre ! 3. Veille le soir, quand se fait le silence ;
Soyons unis et forts ! Pense aux bienfaits de ton céleste Ami ;
Qu’une charité sincère Cherche avec soin sa divine présence,
Préside à nos efforts. Verse en son cœur tout ton souci.
En avant ! etc. Veille au matin, etc.
4. Ô Dieu ! pour la sainte guerre 4. Veille toujours, en tous lieux, à toute heure,
Revêts-nous tous en Christ Car l’ennemi te guette à chaque instant,
Des armes de la lumière, Pour se glisser dans la sainte demeure
Des dons de ton Esprit. Où doit régner le Tout-Puissant.
En avant ! etc. Veille au matin, etc.
201 A celui qui sera vainqueur 203 Sentinelle vigilante
1. À celui qui sera vainqueur, 1. « Sentinelle vigilante,
Et qui me glorifie, Qu’en est-il donc de la nuit ? »
Je donnerai, dit le Seigneur, « Dis à l’âme somnolente
Au ciel l’arbre de vie ! Que déjà le matin luit ! »
Victoire, force, honneur et louanges, La nuit passe, le matin du grand jour luit !
Gloire, Gloire, puissance à toi, Jésus ! \lrep Sentinelle, soit au poste jour et nuit. \rrep
\rep{2}
2. Un caillou blanc, un nom nouveau
Et la manne cachée, 2. Les gardes sur la muraille
Lui seront donnés par l’Agneau, Nous l’on dit, entendez-vous ?
Sa promesse est scellée ! Au loin gronde la bataille,
Victoire, etc. Tout est sombre autour de nous.
3. Revêtu d’un vêtement blanc, La nuit passe, etc.
Resplendissant de gloire, 3. Point de repos, de relâche,
Sera celui qui par le sang
Remporta la victoire ! Rachetés de l’Éternel.
Travaillez à votre tâche,
Victoire, etc. Car Jésus revient du ciel !
4. Avec Christ, celui qui vaincra La nuit passe, etc.
S’assiéra sur son trône,
Et de ses mains il recevra
L’immortelle couronne.
204a Debout, sainte cohorte
Victoire, etc.
1. Debout, sainte cohorte,
Soldats du Roi des rois !
202 Vous qui gardez les murs de Tenez d’une main forte
la sainte cité L’étendard de la croix !
Au sentier de la gloire
1. Vous qui gardez les murs de la sainte cité, Jésus-Christ nous conduit ;
Sentinelles de Dieu, qui veillez à ses portes, De victoire en victoire
Ceignez-vous de vérité, Il mène qui le suit.
De valeur, de fermeté, 2. La trompette résonne ;
Que vos yeux soient perçants et que vos voix Debout ! vaillants soldats !
soient fortes ! L’immortelle couronne
2. Voyez-vous l’ennemi s’approcher doucement Est le prix des combats.
Et chercher, en secret, à franchir les murailles ? Si l’ennemi fait rage,
Dénoncez-le franchement, Soyez fermes et forts ;
Et lui livrez fermement Redoublez de courage
Du Maître des combats, les terribles batailles. S’il redouble d’efforts.
3. Ah ! soldats, c’est au Chef que vous appartenez ; 3. Debout pour la bataille,
C’est Lui qui vous ceignit du redoutable glaive. Partez, n’hésitez plus !
Dans vos trompettes sonnez Si votre bras défaille,
Contre tous ces révoltés, Regardez à Jésus !
Résistez vaillamment, sans repos et sans trêve. De l’armure invincible,
Soldats ! revêtez-vous !
4. Messagers du salut, en ce terrestre lieu, Le triomphe est possible
Publiez vaillamment le sacré témoignage. Pour qui lutte à genoux.
Ne craignant que votre Dieu,
Accomplissez votre vœu ; 4. Debout, debout encore !
Affrontez les erreurs et méprisez l’outrage. Luttez, jusqu’au matin ;
Déjà brille l’aurore
5. Du monde, contre vous, la rage éclatera ;
Soutenez ses assauts : c’est Jésus qui l’ordonne, À l’horizon lointain.
Le moqueur vous maudira, Bientôt jetant nos armes
Le méchant vous frappera ; Aux pieds du Roi des rois !
Mais le Seigneur vous garde et tient votre Les chants après les larmes,
couronne. Le trône après la croix.
204b Revêtons notre armure 205 Travaillons et luttons
1. Travaillons et luttons ! Nous sommes au
Seigneur,
Suivons l’étroit sentier qui conduit à la vie !
1. Revêtons notre armure Jésus marche avec nous, avançons sans frayeur,
Il nous garde et son bras toujours nous fortifie.
Et partons en vainqueurs !
\lrep Travaillons et luttons, \rrep \rep{2}
Oui, la victoire est sûre, Soyons prêts et prions,
En haut, en haut les cœurs ! Bientôt le maître va venir !
Celui qui nous appelle 2. Travaillons et luttons ! Que les cœurs affligés,
Les perdus loin de Dieu retrouvent l’espérance !
Et nous dit : En avant ! Vers la croix dirigeons leurs regards angoissés,
Est le Sauveur fidèle, Pressons-les d’accepter Jésus leur délivrance.
Le Seigneur tout-puissant. Travaillons et luttons, etc.
3. Travaillons et luttons ! Il nous appelle tous,
2. Revêtons notre armure Point de lâches, de tièdes, la moisson est
grande !
Et luttons en vainqueurs ! Pour servir notre chef, ne pensons plus à nous,
En avant ! vers le but ! le Maître le demande !
Le secours se mesure
Aux besoins de nos cœurs ! Travaillons et luttons, etc.

Plus grande est la faiblesse, 4. Travaillons et luttons ! Sans jamais nous lasser,
De notre Rédempteur élevant la bannière,
Seigneur, de tes soldats, Fidèles jusqu’au bout, sachons persévérer,
Plus riche est ta promesse Le repos nous attend dans la pleine lumière.
Et plus ferme est ton bras. Travaillons et luttons, etc.

3. Revêtons notre armure 206 Viens, âme qui pleures


Et souffrons en vainqueurs !
1. Viens, âme qui pleures,
De plainte et de murmure Viens à ton Sauveur ;
Sachons garder nos cœurs. Dans tes tristes heures,
Dis-lui ta douleur ;
L’épreuve aura son terme, Dis tout bas ta plainte
Le chrétien reste ferme Au Seigneur Jésus,
Parle-lui sans crainte,
Dans la foi, dans l’amour. Et ne pleures plus.
2. Dis tout à ce frère,
4. Revêtons notre armure À ce tendre ami,
Et mourons en vainqueurs ! Ton épreuve amère,
Ton deuil, ton souci.
Si la bataille est dure, Il aime, il console
Les cœurs abattus ;
L’espoir soutient nos cœurs.
Crois à sa parole
Aux rives éternelles, Et ne pleure plus.
Il nous montre le port. 3. Aux cœurs en détresse
Nous te serons fidèles, Ployant sous le faix,
Dis que Dieu les presse
Seigneur, jusqu’à la mort. De chercher sa paix.
Calme leurs alarmes ;
Dis-leur que Jésus
A séché nos larmes...
Va, ne pleure plus.
207 Maître, entends-tu la tempête 208 Quand le vol de la tempête
1. Quand le vol de la tempête
Vient assombrir ton ciel bleu,
Au lieu de baisser la tête,
1. Maître, entends-tu la tempête Compte les bienfaits de Dieu.
Et ses terribles accents ? Compte les bienfaits de Dieu,
Parle, Seigneur, et l’arrête ; Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
Sauve, sauve tes enfants ! Combien le nombre en est grand.
Mais aucun bruit ne l’éveille ; 2. Quand sur la route glissante,
Il dort et nous périssons. Tu chancelles sous la croix,
À nos cris prête l’oreille, Pense à cette main puissante
Qui t’a béni tant de fois.
Sauve-nous, nous t’en prions !
Compte les bienfaits, etc.

Il parle aux flots en démence : 3. Si tu perds dans le voyage


Plus d’un cher et doux trésor,
Paix... vous soit !... Pense au divin héritage
La mer, les vents font silence ; Qui Là-Haut, te reste encor.
\lrep Paix vous soit ! \rrep \rep{2} Compte les bienfaits, etc.
Il est notre délivrance ; 4. Bénis donc, bénis sans cesse
Paix vous soit ! Ce Père qui chaque jour
Répand sur toi la richesse
De son merveilleux amour.
2. Maître, mon cœur qui chancelle Compte les bienfaits, etc.
Traverse les grandes eaux,
Et l’orage à ma nacelle
Livre de rudes assauts.
209 Pour toi qu’un tourment
oppresse
Oh ! qui verra ma détresse ?
1. Pour toi qu’un tourment oppresse,
D’où me viendra le secours ?
Ô cœur abattu !
À toi, Seigneur, je m’adresse, Jésus est plein de tendresse,
C’est à toi que j’ai recours. Le sais-tu ?
2. Vers Jésus quelle lumière
Pourra me guider ?
Il parle aux flots, etc. Tes yeux doivent au Calvaire
Regarder.
3. Maître, l’onde est apaisée, 3. Ce roi, de quel diadème
Le doute a quitté mon cœur, Est-il couronné ?
Vois, d’épines son front blême
Et mon âme consolée Est orné.
A retrouvé son Sauveur. 4. Quel sera d’un vrai fidèle
Oh ! prends en ta main ma vie, Le sort ici-bas ?
Les douleurs du saint modèle,
Jusques au jour de ma mort. Ses combats.
En toi seul je me confie ;
5. Si je crois et si j’espère,
Tu me conduiras au port. Qu’obtiendrai-je enfin ?
Pais et joie auprès du Père,
Dans son sein !
Il parle aux flots, etc.
6. J’entends ta voix, divin Maître ;
Elle me dit : Viens !
Me voici ! oui, je veux être
L’un des tiens.
210 Une nacelle en silence 211 Pour moi chrétien, la terre est
un exil

1. Une nacelle en silence


Vogue sur un lac d’azur ;
Tout doucement elle avance, 1. Pour moi chrétien, la terre est un exil ;
Sous un ciel tranquille et pur. \lrep Mais tout est bien. \rrep \rep{2}
Mais soudain le vent s’élève,
Il faut marcher de péril en péril ;
Chassant un nuage noir,
\lrep Et les vagues qu’il soulève \lrep Mais tout est bien. \rrep \rep{2}
Font trembler, car c’est le soir. \rrep \rep{2} Pourquoi les pleurs, la terreur ou l’ennui ?
Christ est à moi demain comme aujourd’hui ;
2. Grande est alors la détresse
Au ciel bientôt je serai tout à lui.
Des voyageurs éperdus ;
\lrep Oui, tout est bien. \rrep \rep{2}
Grande est aussi leur faiblesse,
Leur foi ne les soutient plus.
Mais il en est un qui veille 2. Larmes, travail, deuil, tristesse ici-bas ;
Sur eux tous, bien qu’endormi ;
\lrep Mais tout est bien. \rrep \rep{2}
\lrep Ah ! faudra-t-il qu’on l’éveille !
De Canaan j’approche à chaque pas ;
N’est-il plus leur tendre Ami ? \rrep \rep{2}
\lrep Oui, tout est bien. \rrep \rep{2}
3. Maître, es-tu donc insensible ? En vain le monde et son charme trompeur
Tu le vois, nous périssons ! Dans ses liens veut retenir mon cœur ;
Tout miracle t’est possible,
J’avance en paix, les yeux sur mon Sauveur.
Sauve-nous, nous t’en prions !
D’eux aussitôt il s’approche, \lrep Oui, tout est bien. \rrep \rep{2}
Puis, il dit au vent : « Tais-toi ! »
\lrep Et tendrement leur reproche 3. Encore un jour, et j’atteindrai le but ;
D’avoir eu si peu de foi. \rrep \rep{2}
\lrep Oui, tout est bien. \rrep \rep{2}

4. Ainsi souvent, dans la vie, Et je verrai le pays du salut ;


L’orage assombrit nos cœurs, \lrep Oui, tout est bien. \rrep \rep{2}
Bien que pour nous Jésus prie, Encore un jour, le monde va passer.
Prêt à calmer nos terreurs. Ô pèlerin, marche sans te lasser ;
Comptons mieux sur sa tendresse, Bientôt en Dieu tu vas te reposer.
Son cœur ne saurait changer ;
\lrep Oui, tout est bien. \rrep \rep{2}
\lrep De sa brebis en détresse
Il est toujours le Berger ! \rrep \rep{2}
212 La croix que Dieu me donne 214a Reste avec nous, Seigneur
1. La croix que Dieu me donne
À porter ici-bas 1. Reste avec nous, Seigneur, le jour décline,
Est jointe à la couronne La nuit s’approche et nous menace tous ;
Qui ne se flétrit pas. Nous implorons ta présence divine :
Celui qui me l’impose
Se nomme mon Sauveur ; Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.
En son sein je dépose
Le soupir de mon cœur. 2. En toi nos cœurs ont salué leur Maître ;
En toi notre âme a trouvé son Époux ;
2. Le premier, sur lui-même
À ta lumière, elle se sent renaître ;
Il a chargé la croix.
Après lui, puisqu’il m’aime, Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.
Dois-je en craindre le poids ?
Jésus, en qui j’espère 3. Dans nos combats, si ta main nous délaisse,
Et qui la prit sur lui, Satan vainqueur nous tiendra sous ses coups ;
Me la rendra légère : Que ta puissance arme notre faiblesse ;
Il est mon sûr appui. Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.
3. Il sait, ce Dieu tout sage,
Il sait, bien mieux que moi, 4. Sous ton regard la joie est sainte et bonne,
Régler ce court voyage Près de ton cœur, les pleurs mêmes sont doux ;
Où s’avance ma foi. Soit que ta main nous frappe ou nous couronne,
Ma route m’est tracée Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.
Par sa main, chaque jour ;
Peut-elle être placée
Ailleurs qu’en son amour ?
4. Prends donc, prends sans tristesse,
Ô mon âme ! ta croix ! 214b Aussi longtemps qu’étranger
Du Seigneur la sagesse
En mesura le poids.
Ton Dieu, ton Dieu fidèle, 1. Aussi longtemps qu’étranger sur la terre,
Te tient sous son regard : Je foulerai les sentiers douloureux,
À souffrir s’il t’appelle, Fais qu’en tout temps, à tout bien je préfère
Ah ! sache aimer ta part. Ce que tu veux, Seigneur ! ce que tu veux !

2. Oui, qu’en tout temps, sous la croix la plus


213 Invoque-moi du sein de la dure,
détresse Aux jours mauvais comme aux jours radieux,
Je puisse dire, éloignant tout murmure :
1. « Invoque-moi du sein de la détresse : Comme tu veux, Seigneur ! comme tu veux !
Mon bras puissant te sauvera. »
\lrep C’est Dieu qui parle, oh ! crois à sa
promesse ! 3. Je ne demande, ô mon Dieu ! qu’une chose :
Bientôt ta voix l’exaltera. \rrep \rep{2} Sois mon trésor, mon appui précieux ;
Pour tout le reste, ordonne, fais, dispose
2. Si tout est sombre, oh ! ne perds pas courage, Comme tu veux, Seigneur ! comme tu veux !
Ne doute pas du Dieu vivant.
\lrep Même au milieu des fureurs de l’orage,
Demeure en paix, crois seulement. \rrep 4. Établis donc, sur mon cœur ton empire ;
\rep{2} Règne si bien et par de si doux nœuds,
Que rien jamais ne m’empêche de dire :
3. Mais n’attends pas que le mal te domine,
Que l’ennemi soit dans ton cœur. Comme tu veux, Seigneur ! comme tu veux !
\lrep Elle est à toi, la puissance divine :
Saisis-la donc et sois vainqueur. \rrep \rep{2} 5. Et puis un jour, sans trouble, sans alarmes,
Je chanterai, sur des bords plus heureux,
4. Jamais, jamais, Dieu qui fit la promesse, L’hymne qu’ici je mêle avec mes larmes :
Ne manquera de l’accomplir.
\lrep Que son enfant, sauvé de la détresse, Comme tu veux, Seigneur ! comme tu veux !
Ne manque pas de le bénir ! \rrep \rep{2}
215a Oh ! quelle paix parfaite 217 Quel autre au ciel ai-je que
1. Oh ! quelle paix parfaite
toi ?
Dans tes bras, ô Jésus ! 1. Quel autre au ciel ai-je que toi ?
Mon âme satisfaite, Ô mon Dieu, mon Sauveur !
Là ne s’alarme plus. N’as-tu pas ouvert à ma foi
2. Ton amour me console, Les trésors de ton cœur ?
C’est toi qui me défends ; Tu t’es donné toi-même à moi,
De ta douce parole Et, vivant sous ta douce loi,
J’écoute les accents. Je ne prends de plaisir qu’en toi,
Ô mon Dieu, mon Sauveur !
3. L’ennemi ne peut nuire
À qui reste en ton sein ; 2. Que me font les biens d’ici-bas ?
Tout son effort expire Ô mon Dieu, mon Sauveur !
Sous ton pouvoir divin. Ils passent, tu ne passes pas ;
Tu suffis à mon cœur.
4. Oui, mon cœur est sans crainte, Dans le deuil ou la pauvreté,
Je suis en sûreté ; Dans l’exil ou l’adversité,
De ton amour l’étreinte Tu restes ma félicité,
Me tient bien abrité.
Ô mon Dieu, mon Sauveur !
3. Je serai toujours avec toi,
215b Quand ma route est obscure Ô mon Dieu, mon Sauveur !
Rien ici-bas, non, rien ne doit
1. Quand ma route est obscure, M’arracher de ton cœur.
Qu’à peine une lueur Les vents peuvent se déchaîner,
M’éclaire et me rassure, Les torrents peuvent déborder :
Je regarde au Sauveur ! Ta grâce est mon ferme rocher,
2. Quand mon âme entraînée Ô mon Dieu, mon Sauveur !
Vers un plaisir trompeur, 4. Par la main droite tu m’as pris,
Au mal est enchaînée,
Je regarde au Sauveur ! Ô mon Dieu, mon Sauveur !
Par ton conseil, tu me conduis
3. Quand ma coupe est remplie, Au repos sur ton cœur ;
Comblé par la faveur Et quand viendra le dernier jour,
Du Dieu que l’homme oublie, Tu m’ouvriras avec amour
Je regarde au Sauveur ! Les portes du divin séjour,
4. Dans le calme ou l’orage, Ô mon Dieu, mon Sauveur !
La joie ou la douleur,
À toute heure, à tout âge,
Regardons au Sauveur ! 218 Mort avec Christ
1. Mort avec Christ d’une mort volontaire,
216 Ton beau nom calme et Je vis au ciel déjà sur cette terre ;
En attendant son glorieux retour,
console Je suis gardé par lui de jour en jour.
1. Ton beau nom calme et console, Jour après jour gardé par ton amour,
Ô Jésus, mon Rédempteur ! Jour après jour à l’abri de ton aile,
Je savoure ta parole, C’est le repos et la vie éternelle...
Quand ta voix parle à mon cœur. Je t’appartiens, ô Sauveur, pour toujours !
Sur toi seul je me repose,
Ta promesse me soutient ; 2. Il n’est douleurs que son cœur ne partage,
Avec toi j’ai toute chose, Il n’est fardeaux dont il ne me soulage ;
Et mon âme t’appartient. Il n’est de pleurs qu’il ne daigne tarir,
Il n’est de maux qu’il ne puisse guérir.
2. Je t’apporte ma faiblesse,
Mieux que moi tu la connais. Jour après jour, etc
Je t’apporte ma tristesse, 3. À mes soupirs s’incline son oreille ;
Et tu me donnes la paix. Lorsque je dors, près de moi son cœur veille ;
Mes soucis, tu les partages ; Quand, pour toujours, mes yeux se fermeront,
Tu prends sur toi mes fardeaux ; Ses bras puissants au ciel me porteront.
Du regard tu m’encourages,
Et tu guéris tous mes maux. Jour après jour, etc
219 Dans ce triste monde 221 Tiens dans ta main
1. Tiens dans ta main, ta main puissante et forte,
1. Dans ce triste monde je ne puis vivre,
Ton faible enfant qui seul ne peut marcher.
Je n’y puis trouver le bonheur. Vers Toi, Seigneur, tout mon désir se porte,
\lrep Malgré ses attraits, toi seul je veux suivre, Sur mon chemin, garde-moi de broncher !
Ô Seigneur Jésus, mon Sauveur ! \rrep \rep{2}
2. Tiens dans ta main tous les jours de ma vie,
2. Lorsque la tempête ou l’orage gronde Qu’ils soient des jours de peine ou de bonheur ;
Et que mon cœur est effrayé, Que de t’aimer, soit toute mon envie,
\lrep Vers toi, je regarde, ô Sauveur du monde, Que je sois à Toi, Jésus, mon Sauveur !
En toi, je me suis confié. \rrep \rep{2}
3. Tiens dans ta main, mon cœur plein de
faiblesse,
3. Désormais pour moi brille la lumière,
Sans ton secours je ne puis faire un pas.
Devant ton regard l’ombre fuit.
Écoute-moi, regarde ma tristesse,
\lrep Bientôt je te verrai, céleste Père,
Viens, secours-moi, ne m’abandonne pas !
À l’horizon l’étoile luit. \rrep \rep{2}
4. Tiens dans ta main ma main, parfois
4. Bientôt, Jésus, tu quitteras ton trône, tremblante,
Je te verrai dans ta beauté. Quand vient l’épreuve et ses jours de douleur.
\lrep Quels transports quand tu mettras la Donne à ma foi, souvent si chancelante,
couronne Plus de douceur, de paix et de ferveur !
Sur le front de ton racheté. \rrep \rep{2}
5. Tiens dans ta main mon âme tout entière ;
Révèle-moi, Jésus, tout ton amour ;
Sois mon rocher, mon ancre, ma lumière,
Mon Roi, mon Maître, Jésus ! chaque jour !
220 Oh ! quel repos quand le mal
m’environne
222 Que ton fidèle amour
1. Oh ! quel repos quand le mal m’environne
D’être conduit ! 1. Que ton fidèle amour est une grande chose,
Autour de moi ton tendre amour rayonne Ô Dieu mon Rédempteur, mon rocher, mon
Quand il fait nuit. gardien !
Et pas à pas, je vais en mon chemin, \lrep Oh ! quel puissant soutien, \rrep \rep{2}
Toujours tenu par ta fidèle main. Que ce bras de ta grâce où mon cœur se repose !

2. Ah ! trop longtemps, n’acceptant point de 2. Oui, je marche avec Toi dans mon pèlerinage ;
maître, Autrefois j’étais seul, sans guide et sans
Manquant de foi, Sauveur,
Pauvre insensé, je ne voulais pas être \lrep Mais aujourd’hui, Seigneur, \rrep \rep{2}
Je poursuis avec Toi mon terrestre voyage.
Conduit par toi.
Et l’ennemi s’attachait à mes pas, 3. Bien-aimé Fils de Dieu ! mon cœur, plein
Et m’entraînait où je ne voulais pas. d’allégresse,
Dans la paix de la foi, se tient sous ton regard.
3. Mais maintenant que tu m’as fait connaître \lrep Oh ! quelle riche part, \rrep \rep{2}
Ton grand amour, Mon âme, chaque jour, possède en ta tendresse !
Je ne pourrais sans toi, bien-aimé Maître,
Vivre un seul jour. 4. Ainsi moi, ton enfant, Seigneur, devant ta face
Je t’appartiens, mon cœur aime ta loi, Je marche vers la gloire et la félicité !
C’est mon bonheur d’être conduit par toi. \lrep Et pour l’éternité, \rrep \rep{2}
Ton amour près de Toi me réserve une place.
223 A Jésus je m’abandonne 224 Comme un fleuve immense
1. Comme un fleuve immense,
Est la paix de Dieu.
Parfaite elle avance
1. À Jésus je m’abandonne ; Vainqueur en tout lieu ;
Ce qu’il me dit, je le crois, Parfaite elle augmente
Constamment son cours ;
Et je prends ce qu’il me donne, Parfaite sa pente
La couronne avec la croix. S’abaisse toujours.

Fondés sur Dieu même,


Compter sur lui d’heure en heure, Nos cœurs à jamais
Ont pour biens suprêmes
Tant que dure le combat ;
Sa grâce et sa paix.
Que l’on vive ou que l’on meure,
2. Sous ta main meurtrie,
Compter sur lui, tout est là.
Se brise, ô mon Roi !
Toute arme ennemie
2. Que si l’ennemi se montre, Qu’on forge pour moi !
Rien ne peut me nuire
Mon cœur n’en est point troublé ; Ni troubler mon cœur,
Avec Christ, à sa rencontre Tu veux me conduire,
Tu seras Vainqueur.
Je puis aller sans trembler.
Fondés sur Dieu même, etc.
Compter sur lui, etc. 3. Tu traces ma voie :
J’y marche avec foi ;
L’épreuve et la joie
3. Suis-je en paix, vers la lumière
Me viennent de toi !
Mon chant s’élève attendri, Cadran de nos vies,
Pour se changer en prière Marque, chaque jour,
Les heures bénies
Si l’horizon s’assombrit. Du Soleil d’amour !

Fondés sur Dieu même, etc.


Compter sur lui, etc.
4. Océan de gloire,
Paix de mon Sauveur !
4. Qu’on m’approuve ou qu’on me blâme, Gage de victoire !
Et demain comme aujourd’hui, Trésor de bonheur !
Ta grâce infinie,
Je ne veux, quoi qu’on réclame, Coulant nuit et jour,
Jamais compter que sur lui. Inonde ma vie
De vagues d’amour !

Compter sur lui, etc. Selon ta promesse,


Ô Jésus mon Roi !
Je trouve sans cesse
Paix parfaite en Toi.
225 O Fils de Dieu, mon Sauveur 227 Paix, douce paix
bien-aimé
1. Paix ! douce paix ! et mes nombreux péchés ?
1. Ô Fils de Dieu, mon Sauveur bien-aimé ! Ton sang, Jésus, les a tous effacés !
Toi dont la voix au bonheur me convie,
2. Paix ! douce paix ! pressé par mes travaux ?
Prends en tes mains les rênes de ma vie,
Ta volonté, Jésus, c’est mon repos !
Repais mon cœur, de ta grâce affamé.
3. Paix ! douce paix ! dans ma grande douleur ?
2. Ô Jésus-Christ, mon Sauveur bien-aimé ! Toi seul, Jésus, tu consoles mon cœur.
Toi dont les pas ont frayé, sur la terre,
L’étroit sentier qui seul conduit au Père, 4. Paix ! douce paix ! et dans l’éloignement ?
Soutiens mon cœur, de ton souffle animé. Jésus, sur nous tu veilles constamment.

3. Ô Fils de Dieu, mon Sauveur bien-aimé ! 5. Paix ! douce paix ! et le sombre avenir ?
Que loin de toi jamais je ne m’égare ; Jésus nous reste et saura nous bénir.
De ton amour que rien ne me sépare ;
Que pour toi seul mon cœur soit enflammé. 6. Paix ! douce paix ! À l’heure de la mort ?
Jésus-Christ vainqueur nous conduit au port.
7. Paix ! douce paix ! gloire et félicité,
226 Ne crains rien je t’aime Avec Jésus pendant l’éternité !

1. Ne crains rien, je t’aime !


Je suis avec toi ! 228 Oh ! le meilleur ami, c’est
Promesse suprême, Jésus
Qui soutient ma foi.
La sombre vallée 1. Oh ! le meilleur ami, c’est Jésus !
N’a plus de terreur, C’est le Sauveur des hommes perdus !
L’âme consolée, Par sa mort expiatoire,
Je marche avec mon Sauveur. Il nous donne la victoire,
Oui, le meilleur ami, c’est Jésus !
\lrep Non, jamais tout seul, \rrep \rep{2}
Jésus mon Sauveur me garde, \lrep Le meilleur ami, c’est Jésus : \rrep \rep{2}
Jamais ne me laisse seul. Il nous préserve de chutes,
\lrep Non, jamais tout seul, \rrep \rep{2} Combat pour nous dans nos luttes,
Jésus mon Sauveur me garde, Oui, le meilleur ami, c’est Jésus !
Je ne suis jamais tout seul.
2. Oh ! le meilleur ami, c’est Jésus !
2. L’aube matinière Grâce à lui, nos fardeaux ne sont plus !
Ne luit qu’aux beaux jours, Sa paix remplace la crainte,
Jésus, ma lumière, Le chant succède à la plainte,
M’éclaire toujours ! Oui, le meilleur ami, c’est Jésus !
Quand je perds de vue
L’astre radieux, Le meilleur ami, etc.
À travers la nue, 3. Oh ! le meilleur ami, c’est Jésus !
Jésus me montre les cieux ! Quand aux bords du Jourdain parvenus,
Jésus de sa main puissante,
Non, jamais tout seul, etc.
Tarit la vague écumante,
3. Les dangers accourent, Oui, le meilleur ami, c’est Jésus !
Subtils, inconnus :
Le meilleur ami, etc.
De près ils m’entourent,
Plus près est Jésus, 4. Là-haut, pour toujours, avec Jésus !
Qui dans le voyage, Dans le grand cortège des élus,
Me redit : « C’est moi ! Transformés à son image,
Ne crains rien : courage ! Nous chanterons en âge :
Je suis toujours avec toi ! » Oui, le meilleur ami, c’est Jésus !
Non, jamais tout seul, etc. Le meilleur ami, etc.
229 Jamais Dieu ne délaisse 231 Non, rien en ma personne
1. Jamais Dieu ne délaisse
Qui se confie en lui.
Si le monde m’oppresse,
Lui-même est mon appui.
Ce Dieu bon et fidèle
Garde en sa paix les siens
Pour la vie éternelle, 1. Non, rien en ma personne,
Et les comble de biens.
N’est digne d’être aimé,
2. Je veux, sachant qu’il m’aime,
Me remettre à ses soins : Ce que Jésus me donne
Beaucoup mieux que moi-même,
Il connaît mes besoins. Peut seul être estimé.
Ce Dieu plein de tendresse
Confondrait-il ma foi ? Jésus est ma justice,
Non ; plus le mal me presse,
Plus il est près de moi. Ma gloire, mon appui ;

3. Monde ! ce qui t’enchante, Il m’aime, il m’est propice,


Biens, honneurs, volupté,
N’est plus ce qui me tente : Et je puis tout par Lui.
Tout n’est que vanité !
Mon trésor, mon partage,
Mon tout, c’est Jésus-Christ,
Qui me donne pour gage 2. Nul ne peut à mon âme
Le sceau de son Esprit. Disputer son bonheur ;
4. Seigneur ! par l’efficace
Du sang versé pour moi, De l’enfer, de sa flamme,
Accorde-moi la grâce
De vivre tout pour toi. Je ne sens nulle peur.
C’est la vie éternelle Le Seigneur, juste Juge,
Déjà dès ici-bas,
Jusqu’au jour qui m’appelle Est mon plus tendre ami ;
À passer dans tes bras.
Son cœur est le refuge,

230 Un chrétien je croyais être Où je fuis l’ennemi.

1. Un chrétien je croyais être.


Mais j’ignorais le bonheur, 3. Oui, malgré la tempête,
Que Jésus, mon divin Maître,
Vient apporter dans un cœur. Jésus, à qui je suis,
Oh ! la paix que Jésus donne, Toujours sous sa houlette
Je ne la connaissais pas,
Tout sur mon chemin rayonne, Gardera sa brebis.
Depuis qu’il conduit mes pas !
Dussé-je pour mon Maître
2. Sa puissance souveraine
Maintenant règne sur moi ; Perdre tout ici-bas,
Du péché brise la chaîne À Lui seul je veux être,
Me rend vainqueur par la foi.
Oh ! la paix, etc. Je ne le quitte pas.

3. Et, tranquillement j’avance,


M’appuyant sur mon Sauveur.
Son adorable présence
Me donne le vrai bonheur !
Oh ! la paix, etc.
232 Quand je craindrais sur la 233 Je ne sais pourquoi
route

1. Quand je craindrais sur la route,


1. Je ne sais pourquoi dans sa grâce
Seigneur, tiens ma main !
Jésus m’a tant aimé,
Quand m’assaillira le doute,
Pourquoi par son sang il efface
Seigneur, tiens ma main !
Ma dette, mon péché.
\lrep Seigneur, tiens ma main ! \rrep \rep{2}
Oh ! Sauveur incomparable, Mais, je sais, qu’en Lui j’ai la vie,
Toujours tiens ma main ! Il m’a sauvé dans son amour ;
Et gardé par sa main meurtrie,
2. Quand le péché m’environne,
J’attends l’heure de son retour.
Seigneur, tiens ma main !
La victoire, tu la donnes,
Seigneur, tiens ma main ! 2. Je ne sais comment la lumière
Éclaire tout mon cœur,
Seigneur, tiens ma main ! etc. Comment je compris ma misère
Et reçus mon Sauveur !
3. Dans la joie ou la tristesse,
Seigneur, tiens ma main !
Dans la paix ou la détresse, Mais, je sais, etc.
Seigneur, tiens ma main !
3. Je ne sais quelle est la mesure
Seigneur, tiens ma main ! etc. De joie et de douleur
Que pour moi, faible créature,
4. Dans la nuit d’épreuve amère,
Réserve mon Sauveur.
Seigneur, tiens ma main !
Conduis-moi vers la lumière !
Seigneur, tiens ma main ! Mais, je sais, etc.

Seigneur, tiens ma main ! etc. 4. Je ne sais quand de la victoire


L’heure enfin sonnera,
5. Je verrai ta main meurtrie,
Quand l’Agneau, l’Époux, dans sa gloire
Pour toujours là-haut !
Avec Lui me prendra.
Dans la céleste patrie,
Oh ! divin Agneau !
Mais, je sais, etc.
Seigneur, tiens ma main ! etc.
234 Quel ami fidèle et tendre 235 Tant qu’il vit, tant qu’il règne

1. Quel ami fidèle et tendre


Nous avons en Jésus-Christ,
Toujours prêt à nous entendre,
À répondre à notre cri !
1. Tant qu’il vit, tant qu’il règne,
Il connaît nos défaillances,
Nos chutes de chaque jour. Mon tout-puissant ami,
Sévère en ses exigences,
Il n’est rien que mon âme craigne ;
Il est riche en son amour.
Je me sens à l’abri.
2. Quel ami fidèle et tendre
Nous avons en Jésus-Christ,
Toujours prêt à nous comprendre 2. Berger fidèle et tendre,
Quand nous sommes en souci !
Disons-lui toutes nos craintes, Il conduit ses agneaux
Ouvrons-lui tout notre cœur. Dans les prés où viennent s’épandre
Bientôt, ses paroles saintes
Nous rendront le vrai bonheur. Les célestes ruisseaux.

3. Quel ami fidèle et tendre


Nous avons en Jésus-Christ, 3. Qu’importe la nuit sombre,
Toujours prêt à nous défendre
Quand nous presse l’ennemi ! Le lion qui rugit ?
Il nous suit dans la mêlée, Je sais que mon Berger dans l’ombre
Nous entoure de ses bras.
Et c’est lui qui tient l’épée Me regarde et me suit.
Qui décide des combats.

4. Quel ami fidèle et tendre 4. Si ma route est glissante


Nous avons en Jésus-Christ,
Et mon pas incertain,
Toujours prêt à nous apprendre
À vaincre en comptant sur lui ! Je m’appuie à sa main puissante
S’il nous voit vrais et sincères
À chercher la sainteté, Et poursuis mon chemin.
Il écoute nos prières
Et nous met en liberté.
5. À toi seul je regarde,
5. Quel Ami fidèle et tendre Ô Berger des brebis !
Nous avons en Jésus-Christ !
Ton cœur m’aime et ton œil me garde :
Bientôt Il viendra nous prendre
Pour être au ciel avec lui. Voilà mon paradis.
Suivons donc l’étroite voie
En comptant sur son secours.
Bientôt nous aurons la joie
De vivre avec lui toujours !
236 O jour béni, jour de victoire 237 Aux jours d’angoisse
1. Aux jours d’angoisse et de souffrance,
1. Ô jour béni, jour de victoire Quand le cœur est rempli d’effroi,
Que je ne saurais oublier ; Jésus dit : « Ayez confiance !
J’ai vu, j’ai vu le Roi de gloire Venez à moi ! »
Apparaissant sur mon sentier !
2. Lorsque soudain survient l’orage,
Sa beauté, sa gloire infinie
Que nul abri ne s’offre à toi,
De tous les côtés m’entourait ; De Jésus entends le message :
Son regard, qui porte la vie, « Venez à moi ! »
Sur ma pauvre âme s’abaissait.
3. Quand le péché te sollicite,
2. Son manteau couvrait ma misère, Quand tu sens vaciller ta foi,
Ses bras me serraient sur son cœur ; Écoute sa voix qui t’invite :
Il me portait dans sa lumière, « Venez à moi ! »
Loin du péché, de la douleur. 4. Il nous pardonne, il nous console,
De sa main essuyant mes larmes, Il prend sur lui tous nos fardeaux,
Il me parlait de son amour : Et nous trouvons à son école
Viens, mon enfant, sois sans alarmes ; Le vrai repos.
Je te prends à moi sans retour.

3. Et je suis dans cette retraite,


Dont je ne sortirai jamais ; 238 Oui, selon ta promesse
Et je goûte une paix parfaite,
Où ma foi s’abreuve à longs traits. 1. Oui, selon ta promesse,
Non, tout ceci n’est point un rêve, Ô Jésus, mon Sauveur !
Mais le grande réalité ; J’ai trouvé l’allégresse
C’est un jour nouveau qui se lève, Auprès de la douleur,
Qui doit durer l’éternité. Le rayon qui rassure
Dans la plus sombre nuit,
4. En avant donc, avec courage, \lrep Un baume à la blessure,
Avec espoir, avec bonheur ; Dans l’épreuve un appui. \rrep \rep{2}
Je me consacre sans partage 2. Dans le désert aride,
À mon Dieu, mon Roi, mon Sauveur Sous un ciel embrasé,
Il dit à mon âme ravie : Une eau fraîche et limpide
Ne t’occupe plus que de moi, Jaillissant du rocher,
Et je dirigerai ta vie L’ombre de la nuée
Et je m’occuperai de toi. Abritant le chemin,
\lrep La céleste rosée
5. Il a saisi mes mains tremblantes ; Qui remplace le pain. \rrep \rep{2}
J’ai dit amen à ce contrat !
3. Jésus, mon divin Maître,
Il étend ses mains bénissantes, N’es-tu pas tout pour moi ?
C’est en effet lui qui combat. La source de mon être,
Et, les yeux fermés, je m’avance, Le rocher de ma foi,
Tranquille, sur le droit chemin. Le soleil qui m’éclaire,
J’entonne un chant de délivrance ; Le ciel qui me sourit,
Il peut tout, car je ne suis rien ! \lrep L’eau qui me désaltère,
Le pain qui me nourrit ! \rrep \rep{2}
239 Sur toi, Sauveur, qui se fonde 240 Brillante Étoile

1. Brillante Étoile, Étoile du matin,


1. Sur toi, Sauveur, qui se fonde, Toi, conduis-moi !
Peut au péché résister ; Quand tout est noir, obscur, sur mon chemin,

L’effort du monde Toi, conduis-moi !


Pourquoi vouloir sonder comme autrefois
Pour le tenter,
L’avenir ? non : un seul pas à la fois.
\lrep Est comme l’onde
Contre un rocher. \rrep \rep{2} 2. Dans le passé je ne demandais point :
Toi, conduis-moi !
2. Quelle est, ô Dieu ! la puissance Je voulais voir s’ouvrir la route au loin,
Toi, conduis-moi !
D’un seul désir, d’un penchant !
Mais, maintenant, Jésus, j’ai fait mon choix :
Sans vigilance,
Il me suffit d’un seul pas à la fois.
Le plus vaillant
\lrep Tombe et t’offense 3. À travers lande et marais et rocher,
En un moment. \rrep \rep{2} Toi, conduis-moi !
L’épais brouillard ne saurait te cacher :
Toi, conduis-moi !
3. Ton joug, Seigneur, est facile,
Ô Guide sûr, quand je perçois ta voix,
Ah ! dans ton sein cache-moi ! Il me suffit d’un seul pas à la fois.
Dans cet asile,
Exempt d’effroi, 4. Dans la souffrance, au sein de la douleur,

\lrep Mon cœur tranquille Toi, conduis-moi !


Au jour de deuil tu consoles mon cœur :
Vivra pour toi. \rrep \rep{2}
Toi conduis-moi !
Du haut du ciel, je sais que tu me vois ;
4. Qu’en toi ma paix soit parfaite ; Il me suffit d’un seul pas à la fois.
Sois mon rocher, ô Dieu fort !
Dans la tempête 5. Sur ton amour, oh ! j’aime à m’appuyer !
Toi, conduis-moi !
Deviens mon port,
Ma seule étude est de me confier :
\lrep Et ma retraite
Toi, conduis-moi !
Même en la mort. \rrep \rep{2} Tout est repos, Jésus, près de ta croix ;
Il me suffit d’un seul pas à la fois.
241 Saisis ma main craintive 242 Mon salut, ma nourriture

1. Mon salut, ma nourriture,


Mon parfait bonheur,
1. Saisis ma main craintive
Le guide en qui je m’assure :
Et conduis-moi ; C’est toi seul, Seigneur.
Fais que toujours je vive En moi ta Parole opère,
Plus près de Toi. M’occupant de toi ;
De toi, l’Envoyé du Père,
Sans toi, mon tendre Père,
Qui mourus pour moi.
Pour me guider,
Je ne sais sur la terre 2. Ô Rédempteur secourable,
Comment marcher. Quand tu m’as trouvé,
J’étais perdu, misérable,
Ta main m’a sauvé,
2. Que ta main me dispense Et, dans mon insuffisance,
Joie ou douleur, J’éprouve en tout temps,
Paisible en ta présence Que les soins de ta clémence
Sont des soins constants.
Garde mon cœur ;
En Toi pour toute chose, 3. La paix, la vie éternelle
Se confiant, Sont le lot des tiens ;
À tes pieds se repose Ta faveur perpétuelle
Ton faible enfant. Me comble de biens.
Par la foi de l’Évangile,
Mon cœur transformé
3. Quand la nuit la plus noire
Ne veut que toi pour asile,
Te voilerait, Sauveur bien-aimé !
Ton bras jusqu’à la gloire
Me porterait. 4. Ta sagesse, ta justice,
Ta fidélité,
Saisis ma main craintive,
Sont ma gloire, mon délice,
Et conduis-moi : Ma tranquillité.
Fais que toujours je vive Recevant « grâce sur grâce »,
Plus près de Toi. J’adore à genoux
Ta tendresse qui dépasse
Mes vœux les plus doux.
243 Quel repos céleste 244 Sur toi je me repose
Sur toi je me repose,
Ô Jésus, mon Sauveur !
Faut-il donc autre chose
Pour un pauvre pécheur ?
1. Quel repos céleste, Jésus, d’être à toi !
À toi pour la mort et la vie, 1. Conduit par ta lumière,
Gardé par ton amour,
Dans les jours mauvais de chanter avec foi : Vers la maison du Père
Tout est bien, ma paix est infinie ! Marchant de jour en jour...
Sur toi je me repose, etc.

\lrep Quel repos, \rrep \rep{3} – quel céleste 2. Ah ! ma misère est grande !
Mais tu m’as pardonné ;
repos ! Sainte et vivante offrande
Pour moi tu t’es donné ;
Et de toute souillure,
2. Quel repos céleste, mon fardeau n’est plus ! Par le sang de ta croix,
Mon âme devient pure ;
Libre par le sang du Calvaire, Tu l’as dit, je le crois !
Tous mes ennemis, Jésus les a vaincus, Sur toi je me repose, etc.
Gloire et louange à Dieu notre Père ! 3. Moi-même en sa sacrifice
Immolé désormais,
Seigneur, à ton service
Quel repos, etc. Me voici pour jamais !
Qu’importe ma faiblesse,
Puisque je t’appartiens :
3. Quel repos céleste, tu conduis mes pas, Tu n’as point de richesse
Qui ne soit pour les tiens.
Tu me combles de tes richesses,
Sur toi je me repose, etc.
Dans ton grand amour, chaque jour tu sauras
4. Au plus fort de l’orage
Déployer envers moi tes tendresses.
Tu te tiens près de moi,
Ranimant mon courage
Et soutenant ma foi ;
Quel repos, etc. C’est dans ton cœur qui m’aime
Que tu sais me cacher ;
En vain Satan lui-même
4. Quel repos céleste, quand enfin, Seigneur, Voudrait m’en arracher...
Auprès de Toi, j’aurai ma place, Sur toi je me repose, etc.
Après les travaux, les combats, la douleur, 5. En toi j’ai la victoire,
À jamais je pourrai voir ta face ! La paix, la liberté ;
À toi je rendrai gloire
Durant l’éternité ;
Quel repos, etc. Si du bonheur qui passe
La source doit tarir,
C’est assez de ta grâce
Pour vivre et pour mourir...
Sur toi je me repose, etc.
245 Mon Dieu, plus près de toi 246 C’est à l’ombre de tes ailes
1. C’est à l’ombre de tes ailes
Qu’est le vrai repos ;
1. Mon Dieu, plus près de toi, Là plus de douleurs cruelles,
Là plus d’angoisses mortelles,
Plus près de toi ! \lrep Là plus d’écrasants fardeaux :
C’est le mot de ma foi : C’est le vrai repos ! \rrep \rep{2}
Plus près de toi !
\lrep Vrai repos, paix parfaite, et bonheur,
Dans le jour où l’épreuve Sous les ailes du Seigneur ! \rrep \rep{2}
Déborde comme un fleuve,
2. C’est à l’ombre de tes ailes
Garde-moi près de toi,
Qu’on trouve la paix...
Plus près de toi ! Les oiseaux dans leurs nids frêles,
Sous les plumes maternelles
\lrep Ne s’épouvantent jamais :
2. Plus près de toi, Seigneur,
Ils dorment en paix ! \rrep \rep{2}
Plus près de toi !
Vrai repos, etc.
Tiens-moi, dans ma douleur,
Tout près de toi. 3. C’est à l’ombre de tes ailes
Alors que la souffrance Qu’est le vrai bonheur.
Toutes choses sont nouvelles,
Fait son œuvre en silence, Et c’est la vie éternelle,
Toujours plus près de toi, \lrep Que d’être près de ton cœur,
C’est le vrai bonheur ! \rrep \rep{2}
Seigneur, tiens-moi !
Vrai repos, etc.
3. Plus près de toi, toujours
Plus près de toi !
Donne-moi ton secours, 247 Pour toi seul en qui j’espère
Soutiens ma foi.
Que Satan se déchaîne, 1. Pour toi seul en qui j’espère,
Pour toi seul, d’un cœur joyeux,
Ton amour me ramène
Je fais monter de la terre
Toujours plus près de toi, Mon cantique vers les cieux.
Plus près de toi ! \lrep Pour toi seul, \rrep \rep{2}
Oui, mon Sauveur, pour toi seul.

4. Mon Dieu, plus près de toi ! 2. À toi seul, sainte victime,


Dans le désert Agneau mis à mort pour moi,
Dont le sang lava mon crime,
J’ai vu, plus près de toi, À toi seul s’attend ma foi.
Ton ciel ouvert. \lrep À toi seul, \rrep \rep{2}
Pèlerin, bon courage ! Oui, mon Sauveur, à toi seul.
Ton chant brave l’orage... 3. À toi seul, dans la détresse,
Mon Dieu, plus près de toi, À toi seul j’aurai recours,
Plus près de toi. À toi seul, ma forteresse,
Le Rocher de mon secours.
\lrep À toi seul, \rrep \rep{2}
Oui, mon Sauveur, à toi seul.
248 Conduis-nous sûrement 250 Ecoutez, petits et grands
1. Conduis-nous sûrement, ô divin Sauveur ! 1. Écoutez, petits et grands,
À travers le monde, vers le vrai bonheur, De Jésus-Christ la parole,
Mène ton troupeau et la nuit et le jour Il rend confus les méchants,
Jusque dans ton beau séjour. Nous instruit et nous console.
\lrep Approchez-vous du Sauveur,
Conduis-nous tous, Il vous porte sur son cœur. \rrep \rep{2}
Conduis-nous tous, ô Toi le seul chemin.
Conduis-nous tous, 2. Dans peu de temps il viendra
Conduis-nous tous par la main ! Enlever sa chère Église ;
Dans son ciel, il la prendra :
2. Si le ciel est couvert d’un nuage épais, Dès longtemps elle est acquise.
Si l’orage gronde et les jours sont mauvais, \lrep Pour goûter ce vrai bonheur
Bientôt nous serons à l’abri pour toujours Il faut venir au Sauveur. \rrep \rep{2}
Dans ton céleste séjour.
3. La part de tous ici-bas,
Conduis-nous tous, etc. Est une part de souffrance ;
3. Comme d’un manteau, de force tu revêts De ce combat je suis las,
Mais une douce espérance
Ceux que par le sang de Jésus tu rends nets ; \lrep Vient fortifier mon cœur
Nous sommes gardés par ton puissant amour Et l’inonder de bonheur. \rrep \rep{2}
Pour ton glorieux séjour.
4. Plus haut que ces tristes lieux
Conduis-nous tous, etc. Dans une joie éternelle,
4. Gloire soit à toi, saint et divin Pasteur, Bien au-delà du ciel bleu
Que ta louange remplisse notre cœur. Et des cités, la plus belle
Hâte-toi, car nous voudrions à notre tour \lrep C’est la cité du Dieu fort
Entrer dans ton beau séjour. Où ne règne plus la mort. \rrep \rep{2}
Conduis-nous tous, etc. 5. Là, réunis tous un jour
Et pour toujours dans la gloire
Dans la paix et dans l’amour,
249 J’ai soif de ta présence Chantant l’hymne de victoire,
\lrep Avec Jésus dans les cieux
Nous serons toujours joyeux. \rrep \rep{2}
1. J’ai soif de ta présence,
Divin chef de ma foi ;
Dans ma faiblesse immense,
Que ferais-je sans Toi ? 251 Ici pleurer et souffrir
Chaque jour, à chaque heure, 1. Ici pleurer et souffrir,
Oh ! j’ai besoin de Toi ; Voir ceux qu’on aime mourir ;
Viens, Jésus, et demeure Aux cieux plus de tristesse !
Auprès de moi.
Oh ! nous serons aux cieux
2. Des ennemis, dans l’ombre, Pour toujours, toujours heureux,
Rôdent autour de moi ; Près du Seigneur Jésus,
Accablé par le nombre, Où l’on ne se quitte plus !
Que ferais-je sans Toi ?
2. Purs, par le sang de l’Agneau,
Chaque jour, etc. Rachetés, nés de nouveau,
Saints comme Dieu lui-même.
3. Pendant les jours d’orage,
D’obscurité, d’effroi, Oh ! nous serons, etc.
Quand faiblit mon courage, 3. Nous verrons notre Sauveur :
Que ferais-je sans Toi ? Ô grâce, ô gloire, ô bonheur !
Chaque jour, etc. Oui, nous verrons sa face !

4. Ô Jésus ! ta présence, Oh ! nous serons, etc.


C’est la vie et la paix ; 4. D’âge en âge, en son saint lieu,
La paix dans la souffrance, Nous dirons à notre Dieu
Et la vie à jamais. Le cantique qu’il aime.
Chaque jour, etc. Oh ! nous serons, etc.
252 Voir mon Sauveur face à face 254 Il va venir le Seigneur que
j’adore
1. Voir mon Sauveur face à face,
Voir Jésus dans sa beauté, 1. Il va venir, le Seigneur que j’adore ;
Ô joie ! ô suprême grâce ! Bientôt sa voix retentira du ciel.
Ô bonheur ! félicité ! À mes regards l’horizon se colore
Des purs rayons du soleil éternel.
Oui, dans ta magnificence
Je te verrai, divin Roi ! Gloire à toi seul, Seigneur Jésus,
Pour toujours en ta présence Gloire à jamais, gloire à ton nom !
Je serai semblable à toi ! De ton beau ciel je ne sortirai plus
Et pour toujours j’exalterai ton nom.
2. Ta gloire est encor voilée,
2. Qu’autour de moi s’élève la tempête,
– Ah ! D’un voile ensanglanté !... Je suis en paix car tu veilles sur moi ;
Bientôt sera révélée Je puis, ô mon Sauveur, lever la tête,
Ton ineffable beauté ! Tu vas venir me prendre auprès de toi.
Oui, dans ta magnificence, etc. Gloire à toi seul, etc.
3. Oh ! quels transports d’allégresse, 3. Maison du Père, où ton amour m’appelle,
Quand tes yeux baissés sur moi, Sainte cité, demeure des élus,
Me diront avec tendresse : Les lieux qu’éclaire une gloire éternelle,
« Je mourus aussi pour toi ! » Me sont ouverts par toi-même, ô Jésus !

Oui, dans ta magnificence, etc. Gloire à toi seul, etc.


4. Bonheur ineffable ! Quand dans ta gloire,
Aux yeux des rachetés tu paraîtras,
253 La trompette a retenti Jésus, avec le cri de la victoire
Près de toi, pour toujours tu me prendras.
Gloire à toi seul, etc.
1. La trompette a retenti :
(Écoutez, écoutez),
Du ciel résonne ce cri :
Le Seigneur revient ! 255 Or, vers minuit
Oh ! toi qui sommeilles
(Écoutez, écoutez), 1. Or, vers minuit, se fit entendre
Viens et te réveille : Un cri disant : « Voici l’Époux ! »
Le Seigneur revient ! C’est Jésus ! voyez-le descendre !
Autour de lui rallions-nous.
2. Entendez-vous le clairon ?
(Écoutez, écoutez), Que l’Église aujourd’hui s’apprête
L’Épouse en connaît le son : Pour l’heure de ce rendez-vous ;
Jésus vient bientôt ! C’est la veille d’un jour de fête :
Et dans l’allégresse « Voici l’Époux ! voici l’Époux ! »
(Écoutez, écoutez), 2. Cette espérance glorieuse
Son cœur dit sans cesse : Ranime nos cœurs abattus.
Jésus, viens bientôt ! Oh ! quelle perspective heureuse,
D’être bientôt avec Jésus !
3. La trompette retentit :
(Écoutez, écoutez), Que l’Église, etc.
Levez-vous, il est minuit,
Voici l’Époux vient ! 3. Ceux qui dorment, de leur poussière
Au banquet de fête Entendront ta voix comme nous ;
(Écoutez, écoutez), Et, comme nous, loin de la terre,
Que chacun s’apprête : Iront au-devant de l’Époux.
Voici, l’Époux vient ! Que l’Église, etc.
256 Dans la patrie éternelle 257 Je ne sais pas le jour

1. Dans la patrie éternelle


Le repos enfin m’attend, 1. Je ne sais pas le jour où je verrais mon Roi,
Jésus l’a pour moi, rebelle, Mais je sais qu’Il me veut dans sa sainte
Conquis au prix de son sang. demeure ;
La lumière vaincra les ombres à cette heure ;
Jésus, Jésus m’y convie,
Ce sera la gloire pour moi…
Près de l’arbre de la vie.
Il promet une patrie, un repos pour moi.
Au péché je suis en butte, \lrep Ce sera la gloire pour moi… \rrep \rep{2}
Là plus de mal, plus de chute, La lumière vaincra les ombres à cette heure :
Le repos après la lutte, Ce sera la gloire pour moi.
Le repos pour moi.

2. Je ne sais quels seront les chants des


2. Il prépare ma demeure
Pour toute l’éternité. bienheureux,
Quand viendra ma dernière heure, Les accents, les accords des hymnes angéliques,
Tout sera félicité. Mais je sais que, joignant ma voix aux saints
cantiques,
Jésus, Jésus, etc.
Bientôt j’adorerai comme eux…

3. Jamais douleur, ni tristesse


Ne seront près du Sauveur ; \lrep Bientôt j’adorerai comme eux… \rrep
Tout sera chant d’allégresse, \rep{2}
Tout sainteté, tout bonheur. Mais je sais que, joignant ma voix aux saints
cantiques,
Jésus, Jésus, etc.
Bientôt j’adorerai comme eux.
4. Nous verrons de Christ la gloire
Et la mort ne sera plus. 3. Je ne sais quel sera le palais éternel,
Triomphez de sa victoire, Mais je sais que ma place y est déjà connue.
Ô rachetés de Jésus !
Un regard de Jésus sera ma bienvenue.
Jésus, Jésus, etc. Pour moi, pour moi s’ouvre le ciel…

5. Chantez, éclatez de joie,


\lrep Pour moi, pour moi s’ouvre le ciel… \rrep
Heureux héritiers du ciel !
\rep{2}
Car au terme de la voie
Un regard de Jésus sera ma bienvenue.
Est un repos éternel !
Pour moi, pour moi s’ouvre le ciel.
Jésus, Jésus, etc.
258 Oh ! viens, Seigneur Jésus 260 Oh ! quand sera-ce
1. Oh ! viens, Seigneur, Jésus ! ta divine présence
Est pour les tiens le suprême bonheur.
Dans ce désert brûlant, nous sentons ton
absence, 1. Oh ! quand sera-ce, Fils de Dieu,
Emmanuel, ô glorieux Sauveur !
Que ton Église émue
2. Oh ! viens, Seigneur Jésus ! accomplis ta Verra son Époux, du saint lieu
promesse, Descendre sur la nue ?
Hâte le jour, réponds à notre appel...
Aux yeux de tous tes saints, objets de ta Réponds à notre cri Seigneur,
tendresse, Et viens bientôt puissant Vainqueur !
Oh ! lève-toi, parais, descends du ciel !
\lrep Oh ! viens, Seigneur Jésus ! \rrep \rep{2}
3. Oh ! viens, Seigneur Jésus ! ton Épouse en prière
Attend le cri, signal de son départ ;
Elle sait que bientôt, dans la maison du Père, 2. Tu nous donnes ta douce paix,
Céleste Époux, là, tu seras sa part.
Nous sentons ta présence ;
4. Oh ! viens, Seigneur Jésus ! la dernière Tu ne nous laisseras jamais,
trompette
Va retentir à ton commandement ; C’est là notre assurance,
Tes heureux rachetés – allégresse parfaite – Mais quand pourrons-nous donc enfin
S’élèveront, ravis en un moment ! Te voir ô notre Époux divin ?
5. Oh ! viens, Seigneur Jésus ! viens, cette heure \lrep Oh ! viens, Seigneur Jésus ! \rrep \rep{2}
bénie
Comble les vœux de tout ton cher troupeau ;
Car pour toujours l’Église, à son Chef réunie, 3. De tous tes ennemis, ô Dieu,
Célébrera les gloires de l’Agneau !
Nous voyons la puissance :
Que de rebelles en tout lieu,

259 Sainte Sion, ô patrie éternelle De vice et de souffrance !


Viens bientôt, grand Triomphateur,
1. Sainte Sion, ô patrie éternelle ! Mettre un terme à tant de douleur !
Séjour des cieux qu’habite le grand Roi,
Où doit sans fin régner l’âme fidèle, \lrep Oh ! viens, Seigneur Jésus ! \rrep \rep{2}
C’est mon bonheur que de penser à toi.
2. Dans tes parvis tout est joie, allégresse, 4. « Veillez, priez, nous dit Jésus,
Chants de triomphe, ineffables plaisirs ;
Là plus de deuil, plus de maux, de détresse, Tenez vos lampes prêtres ! »
Là plus d’ennuis, de langueurs, de soupirs. Que rien ne nous entrave plus,
3. Tes habitants ne craignent plus l’orage ; Levons, levons nos têtes !
Ils sont au port, ils y sont pour jamais : Il vient, il vient, entendez-vous
Leur ciel est pur, il n’a plus de nuage, Ce cri : « Voici, voici l’Époux ! »
Dieu dans leur cœur fait abonder la paix.
\lrep Tu viens, Seigneur Jésus ! \rrep \rep{2}
4. Ô mon Sauveur, qui par ton sacrifice,
Aux rachetés ouvris ces nouveaux cieux,
Tu m’as couvert de ta sainte justice ;
Vers ta Sion j’élève en paix mes vœux.
261 Oh ! quel beau jour, où, 262 Il vient bientôt
devant ta face
1. Il vient bientôt remporter la victoire,
Notre Seigneur, aujourd’hui méprisé !
Bientôt, bientôt nous serons dans la gloire,
Et sous nos pieds, Satan sera brisé.
Notre Chef, le Prince de la vie,
1. Oh ! quel beau jour, où, devant ta face, Pour les siens bientôt va revenir ;
Tous tes rachetés apparaîtront, Notre but, c’est la sainte patrie ;
Notre espoir, l’héritage à venir !
En célébrant ta gloire et ta grâce !
2. Il vient bientôt ! le Seigneur va paraître,
De leurs chants les cieux retentiront. L’Agneau de Dieu, dont le sang fut versé.
Ses ennemis devront le reconnaître,
Ils le verront : Celui qu’ils ont percé.
\lrep Nombreux comme le sable des plages ! Ils verront l’Agneau dans sa colère,
Devant lui les rochers s’enfuiront ;
\rrep \rep{2} Il sera, lui seul, roi sur la terre ;
Oh ! que ce sera beau, lorsque nous irons là-haut, Ses élus avec lui régneront.
Aussi nombreux que le sable des plages ! 3. Il vient bientôt, avec sa récompense :
Ceux qui sur terre auront porté leur croix,
Avec l’Agneau, partagé la souffrance,
2. Je la vois, cette armée innombrable, De lui recevront le prix de leur foi.
Acceptons et l’opprobre, et l’outrage ;
Ses rangs reflétant l’éclat des cieux, Nous serons couronnés dans les cieux,
Tressaillant d’un bonheur ineffable, Nous vaincrons, ne perdons point courage :
Le voici ! Il vient ! Levons les yeux !
Sur le seuil du séjour radieux.
4. Il vient bientôt ! « Sortons à sa rencontre ! »
Entendez-vous retentir cet appel ?
Nombreux comme le sable, etc. Avant qu’en Juge au pécheur il se montre,
Nous serons tous enlevés dans le ciel.
Peuple élu, Église tout entière,
Travaillons et luttons sans faiblir ;
3. De son trône éclatant de lumière,
Aimons-nous, veillons dans la prière,
J’entends la douce voix du Seigneur : Soyons prêts : le Seigneur va venir !
« Venez, vous bien-aimés de mon Père,
La couronne est à chaque vainqueur. »
263 Quel bonheur ! Jésus vient
Nombreux comme le sable, etc. 1. Quel bonheur ! Jésus vient ! Sa voix se fait
entendre ;
Les ténèbres s’en vont ; voici le point du jour.
4. Puis au sein du vaste océan d’anges, Qu’il nous trouve veillant, les reins ceints pour
l’attendre,
Nos cohortes déversent leurs flots ; Portant du fruit pour lui, heureux dans son
amour !
L’univers tremble au son des louanges ;
Plus de combats, de pleurs, de sanglots ! 2. Bientôt près de son trône, où notre âme ravie
Goûtera le repos du séjour glorieux,
Nos yeux contempleront le Prince de la vie,
Celui qui s’abaissa pour nous ouvrir les cieux.
Nombreux comme le sable, etc.
3. Alors éclatera l’hymne de l’allégresse ;
Nos lèvres s’ouvriront dans un parfait bonheur,
Et tous, à l’unisson, répéteront sans cesse
Les gloires de l’Agneau, du divin Rédempteur.
264 Avec allégresse 265 Vers le ciel, vers le ciel
1. Vers le ciel, vers le ciel,
1. Avec allégresse J’entends, Jésus, ton appel,
Marcher vers le ciel, Et mon cœur vers toi s’élance,
Regarder sans cesse Dans la joyeuse espérance
Notre Emmanuel ; De te voir, Emmanuel !
Puiser foi nouvelle 2. Quel bonheur ! quel bonheur
Dans ce doux regard, D’être auprès de toi, Seigneur !
De l’âme fidèle, D’entrer dans la cité sainte,
C’est la sûre part. Délivré de toute crainte,
À l’abri du Tentateur.
Frères, frères !
Les cœurs en haut ! 3. Ici-bas, ici-bas
Tout se flétrit sous nos pas.
\lrep Jésus nous appelle, De toi mon âme est avide ;
Il viendra bientôt. \rrep \rep{2} Je voudrais, d’un vol rapide,
Aller, ô Dieu ! dans tes bras.
2. Les anges fidèles,
Les saints rachetés, 4. Heureux jour, heureux jour
Troupes immortelles, Où s’ouvrira le séjour
Disent tes bontés. De mon Sauveur que j’adore.
Quand brillera ton aurore ?
Jésus, Roi de gloire !
Je l’attends, ô Dieu d’amour !
Ton amour vainqueur,
Gage de victoire
Sauve le pécheur.
266 Dans le ciel, séjour de la gloire
Frères, frères ! etc.
1. Dans le ciel, séjour de la gloire,
3. Là, tout est lumière Seigneur Jésus, nous verrons ta beauté.
Paix et sainteté ; Là, nous chanterons ta victoire,
Là, plus de misère, Nous exalterons ta bonté.
Tout est charité !
Regardons à Jésus
Sur ce doux rivage
En marchant vers le ciel.
Ont cessé les pleurs ; Regardons à Jésus,
Jésus, ton image Il est le Sauveur éternel.
Est dans tous les cœurs.
2. Souvent les ennuis de la terre
Frères, frères ! etc. Nous font désirer le repos du ciel.
Oui, c’est près de toi, notre Père
4. Amis, bon courage ! Qu’est notre héritage éternel.
L’étoile qui luit Regardons à Jésus, etc.
Dissipe l’orage
Et la sombre nuit. 3. Devant nous brille la lumière
Veillons sur notre âme, Annonçant l’aurore d’un jour nouveau.
Jésus vient bientôt ! En nous envolant de la terre
Nous entrerons dans le repos.
Lui seul nous réclame :
Tous les cœurs en haut ! Regardons à Jésus, etc.

Frères, frères ! 4. En avant ! avec confiance,


Levons les yeux au ciel, Jésus est là ;
Le ciel est près !
D’un pas ferme avec assurance,
\lrep Jésus, Roi de gloire, Marchons ! marchons ! hâtons nos pas.
Y règne à jamais ! \rrep \rep{2}
Regardons à Jésus, etc.
267 Bientôt, Seigneur, tu 269 Là-haut, là-haut
reviendras
1. Là-haut, là-haut, dans la maison du Père,
1. Bientôt, Seigneur, tu reviendras ! Est la demeure où je dois être admis ;
Toi, notre Chef, notre espérance ! Ils sont là-haut les vrais biens que j’espère,
Jour de bonheur, de délivrance ! \lrep Et le repos qui m’est promis. \rrep
Au ciel tu nous introduiras : \rep{2}
Tu reviendras !
2. Par la valeur de l’œuvre expiatoire,
2. Tu l’as promis : plus qu’un instant, Qui m’a rendu parfait devant mon Dieu,
Je viens vous prendre dans ma gloire ; J’hériterai l’incorruptible gloire,
Jusqu’au signal de la victoire,
Veillez, priez, en combattant, \lrep Près de l’Agneau, dans le saint lieu. \rrep
Plus qu’un instant ! \rep{2}

3. Ne tarde plus : reviens, Seigneur ! 3. Jamais péché, ni douleur, ni détresse,


C’est le soupir de ton Église ; Ne m’atteindront dans cet heureux séjour.
Elle est à toi, tu l’as acquise, Le deuil fait place à la pure allégresse,
Mourant pour elle, ô Rédempteur ! \lrep Dans les parvis du Dieu d’amour. \rrep
Reviens Seigneur ! \rep{2}

4. Pour ton retour, oh ! tiens-nous prêts ! 4. Mes yeux verront la beauté ravissante
Que ton Esprit nous sanctifie, Du Rédempteur, sur son trône exalté ;
Que nul des tiens, manquant de vie, Aux doux rayons de sa gloire éclatante,
Ne soit confus à ton aspect. \lrep Tout sera joie et sainteté. \rrep \rep{2}
Oui, tiens-nous prêts !

268 Pèlerin, sur cette terre 270 Il est un espoir


1. Il est un espoir, qui toujours soulage
1. Pèlerin sur cette terre,
Je m’avance vers le ciel Les cœurs fatigués et lassés du chemin ;
Vers le pays de lumière, Il est un repos au bout du voyage ;
Séjour éternel ! À toutes nos luttes, il est une fin :
Ici d’ennemis sans nombre
Je me vois environné, C’est la cité du ciel,
Ma route souvent est sombre, Le bonheur éternel,
Mais je suis aimé. Séjour où les élus,
Contempleront Jésus !
2. Aimé du plus tendre Père
Qui m’a conduit en chemin, 2. Il est un séjour où tout est lumière,
Et dirigé ma carrière Où rien de souillé, ni d’impur n’entrera,
Par sa sûre main. Où ne seront plus ni mort, ni misère,
Pendant l’épreuve et l’orage, Où le racheté pour toujours chantera.
Et l’angoisse et la douleur,
Sa voix me dit : « Prends courage, C’est la cité du ciel, etc.
Je suis ton Sauveur ! » 3. Dans la cité sainte, il n’est plus de temple :
3. Travailler pour un tel Maître, Le Seigneur et l’Agneau seront avec nous.
Le servir en l’attendant, Pour l’éternité, l’Église contemple,
Apprendre à le mieux connaître Son bien-aimé Sauveur, son Chef, son Époux.
En le contemplant !
Quel bonheur incomparable, C’est la cité du ciel, etc.
Et qu’il est heureux mon sort !
Oui, mon Sauveur adorable 4. Ô Jérusalem ! céleste patrie !
Me conduit au port ! Tout mon cœur s’enflamme, quand je pense à
toi.
4. Le port, c’est le doux rivage Agneau mis à mort, Prince de la vie,
Où cesseront tous nos pleurs,
Où de Jésus-Christ l’image Entends mes soupirs et l’appel de ma foi.
Ravira nos cœurs. Bientôt, bientôt au ciel,
Qu’importe donc la souffrance, Oh ! bonheur éternel,
Jésus vient ! levons les yeux ! Avec tous les élus,
Bien près est la délivrance,
Ils s’ouvrent les cieux ! Je te verrai, Jésus !
271 Le temps s’envole 272 Connais-tu cette cité ?

1. Le temps s’envole et nous emporte, 1. Connais-tu cette cité,


En vain voulons-nous l’arrêter, La cité céleste ?
Sa course toujours la plus forte, Dans ses murs tout est clarté,
Sans trêve, rapide, nous porte... Plus d’ombre funeste.
Inutile de regretter. Pèlerins et voyageurs,
Ici-bas dans les douleurs,
2. Le temps s’envole... et tout s’efface... Toujours ce trésor nous reste,
Le monde n’est que vanité ! La cité céleste.
Sa gloire, ses faveurs, tout passe.
De ses attraits le cœur se lasse 2. Connais-tu cette cité,
Sur le seuil de l’Éternité. La cité bénie ?
Où tout est félicité,
3. Le temps s’envole... et tout rayonne Sublime harmonie.
Sur ton chemin, sainte Cité ! L’Agneau seul est son soleil
Du Sauveur l’amour qui pardonne, Et son éclat sans pareil
Inonde le cœur et l’étonne... Illumine et vivifie
Ineffable félicité ! La cité bénie.

4. Le temps s’envole... et notre Père 3. D’or, de perles et d’azur


Nous prépare pour son séjour. Est notre patrie !
Dans tous nos cœurs sa grâce opère, Connais-tu le fleuve pur
Il recueille notre prière. L’arbre de la vie ?
Frères, croyons à son amour. Plus de fardeaux à jamais,
Pour les élus tout est paix !
5. Le temps s’envole... et la souffrance, De Dieu la cité chérie,
Les pleurs, le désespoir, la mort, C’est notre patrie.
Vont disparaître, en la présence
De Jésus-Christ notre espérance, 4. Ô Salem, repos si doux,
Quand nous entrerons dans le port. Mon cœur te désire !
Après son chef, son époux,
6. Le temps s’envole... et sur la nue L’Église soupire !
Nos yeux contempleront Jésus. Être à toujours devant toi,
Oh ! quel jour pour l’Église émue Mon Seigneur ! mon divin Roi,
Que la gloire de sa venue ! Pour te chanter et te dire :
Quel triomphe pour les élus ! Mon cœur te désire.
273 Contempler mon Dieu sur son 275 Nous attendons le Sauveur
trône glorieux
1. Contempler mon Dieu sur son trône,
Vivre avec Jésus dans le ciel,
Jeter à ses pieds ma couronne,
C’est là le bonheur éternel.
1. Nous attendons le Sauveur glorieux
\lrep Dans le ciel, \rrep \rep{2}
Vivre avec Jésus dans le ciel, D’un cœur joyeux, remplis de confiance.
\lrep Dans le ciel, \rrep \rep{3}
C’est là le bonheur éternel. Il va régner sur la terre et les cieux,
2. Unir ma voix aux chœurs des anges, Dans le beau jour de notre délivrance.
Bénir, louer Emmanuel,
Chanter à jamais ses louanges,
C’est là le bonheur éternel. Voir face à face
Dans le ciel, etc. Notre Sauveur...
3. Jouir d’une paix infinie, Oh ! quelle grâce, quel parfait bonheur !
Revoir mes amis dans le ciel,
Posséder l’immortelle vie, Voir face à face
C’est là le bonheur éternel. Notre Sauveur...
Dans le ciel, etc. Oh ! quel parfait bonheur.
4. Retrouver les saints dans la gloire,
Près du trône de l’Éternel,
Célébrer la même victoire. 2. Autour de lui nous nous retrouverons
C’est là le bonheur éternel. En un clin d’œil, formés à son image :
Dans le ciel, etc. À sa rencontre, ensemble nous irons,
Et le servir sera notre partage.
274 Au ciel est la maison
Voir face à face, etc.
1. Au ciel est la maison du Père,
Étincelante de beauté.
Tout en elle est gloire et lumière, 3. Là, le soleil chasse l’obscurité,
Ineffable félicité.
Un jour sans fin succède à la nuit sombre ;
\lrep Vers le ciel, \rrep \rep{2}
Nous marchons vers le ciel, Plus d’ouragan dans ce port abrité,
\lrep C’est au ciel, \rrep \rep{2} Oh ! le bonheur sera pur et sans ombre.
Qu’est notre héritage éternel.
2. Là le bonheur est sans mélange,
Là le péché ne règne plus ; Voir face à face, etc.
C’est l’amour et c’est la louange,
C’est la présence de Jésus.
Vers le ciel, etc. 4. Tout près de lui nous pourrons approcher,
3. Dans nos fatigues sur la terre, Et notre main par la sienne tenue,
Dans nos combats et nos douleurs, Dans les lieux saints qu’il fera beau marcher,
C’est toi, douce maison du Père,
Que cherchent nos yeux et nos cœurs. Après la foi, pour toujours par la vue.
Vers le ciel, etc.
4. Jours de peine ou jours d’allégresse, Voir face à face, etc.
Douce brise ou vents orageux,
Poussez-nous, poussez-nous sans cesse
Vers notre demeure des cieux.
Vers le ciel, etc.
276 Consolez vos cœurs qui 277 Avançons-nous joyeux
pleurent
1. Avançons-nous joyeux, toujours joyeux,
Vers le pays de tous les bienheureux ;
Vers la demeure où Jésus pour nous prie ;
Marchons, marchons, c’est là notre patrie.
\lrep Avançons-nous joyeux, toujours joyeux,
1. Consolez vos cœurs qui pleurent, Vers le pays de tous les bienheureux. \rrep
\rep{2}
Car en Jésus tous ceux qui meurent
2. Des chants d’amour retentiront aux cieux :
Dès à présent sont bienheureux. Quels doux concerts ! Hymnes des bienheureux !
L’esprit de Dieu nous l’affirme ; Nous entendrons votre sainte harmonie
Quand nous aurons atteint notre patrie.
Dépouillés de leur corps infirme, \lrep Avançons-nous joyeux, toujours joyeux,
Ils nous attendent dans les cieux. Vers le pays de tous les bienheureux. \rrep
\rep{2}
Après tous leurs travaux,
3. Là-haut ! là-haut ! tu nous attends, Seigneur !
Ils goûtent le repos, Alléluia ! Car c’est à toi qu’appartient notre cœur.
De leurs combats, ils ont le prix « Viens, ô Jésus ! » c’est le cri de l’Église ;
Recueille-nous dans la terre promise !
Et leurs œuvres les ont suivis. \lrep Là nous serons joyeux, toujours joyeux :
C’est le pays de tous les bienheureux. \rrep
\rep{2}
2. Là, plus de deuil ni d’alarmes,
4. Heureux bientôt, dans un monde nouveau,
Plus de fatigues, plus de larmes, Nous prendrons part au banquet de l’Agneau ;
Là plus de cris, plus de deuil, plus de larmes,
Pour eux a cessé la douleur.
Plus de péchés, de douleurs, ni d’alarmes ;
À la source de la vie \lrep Là nous serons joyeux, toujours joyeux :
C’est le pays de tous les bienheureux. \rrep
Qui jamais ne sera tarie, \rep{2}
Ils puisent la paix, le bonheur.
Bientôt le jour luira
Où notre cœur dira : Alléluia !
278 C’est de toi, Dieu tout bon
Par toi, Jésus, sauvés, bénis, 1. C’est de toi, Dieu tout bon, c’est que ta
bienveillance
Avec eux nous serons unis ! Que ces nouveaux époux attendent le bonheur ;
Humblement prosternés en ta sainte présence,
Ils font monter vers toi tous les vœux de leur
3. Au ciel avec les saints anges, cœur.
Nous célébrerons tes louanges, 2. Répands sur eux, Seigneur, tes bontés
Ô Père, et celles de l’Agneau ; paternelles,
Et daigne les guider en tout temps, en tous
Il est notre délivrance, lieux ;
Il nous a donné l’espérance, À leurs engagements rends-les toujours fidèles,
Unis-les pour la terre, unis-les pour les cieux !
Et nous triomphons du tombeau.
3. Dans les jours du bonheur, que la
Pour nous plus de terreur, reconnaissance
Nous avons un Sauveur, Alléluia ! Les rapproche de toi, seul auteur de tout bien ;
Et quand viendra pour eux l’heure de la
C’est par sa croix que dans les cieux souffrance,
Nous entrerons victorieux. Sois encor leur espoir, leur force et leur soutien.
4. Montre-leur, au-delà du court pèlerinage
Qu’ils vont sous ton regard accomplir ici-bas,
Le refuge éternel, le céleste héritage,
La victoire et la paix après tous les combats.
279 Béni soit le lien 282 O Dieu, nous le plaçons sous
ta main paternelle
1. Béni soit le lien
Qui nous unit en Christ,
Le saint amour, l’amour divin 1. Ô Dieu, nous le plaçons sous ta main paternelle,
Que verse en nous l’Esprit ! Notre frêle trésor, notre enfant nouveau-né.
2. Au ciel, vers notre Dieu, Qu’il entre dans la vie abrité sous ton aile :
Avec joie et ferveur, Nous te donnons l’enfant que tu nous as donné.
S’élèvent nos chants et nos vœux,
Parfum doux au Seigneur. 2. Il est à toi, Seigneur, avant d’être à
nous-mêmes :
3. Nous mettons en commun Fais que ce soit, un jour, lui qui se donne à toi !
Nos fardeaux, nos labeurs ;
Bien mieux que nous encor nous savons que tu
En Jésus nous ne sommes qu’un
Dans la joie et les pleurs ! l’aimes :
Oh ! qu’il t’aime à son tour, et marche sous ta
4. Si nous devons bientôt loi.
Quitter ces lieux bénis,
Nous nous retrouverons là-haut, 3. Jésus, Fils éternel, Sauveur de tous les âges,
Pour toujours réunis. Toi qui posas ta main sur les plus jeunes fronts,
Tu vins pour les petits, et non pas pour les
sages :
280 Ah ! qu’il est beau de voir Prends dans tes bras divins l’enfant que nous
t’offrons.
1. Ah ! qu’il est beau de voir des frères
D’un même amour unis entre eux. 4. Quand, bientôt il devra fouler notre poussière,
Esprit de Dieu ! tu les éclaires, Conduis ses pas tremblants sur le chemin des
Tu les embrases de tes feux. cieux ;
\lrep Leurs chants pieux et leurs prières Et quand il connaîtra les douleurs de la terre,
Comme un encens montent aux cieux. \rrep Viens toi-même essuyer les larmes de ses yeux.
\rep{2}
2. Ô Rédempteur ! En ta présence,
Dans ta sainte communion,
Ils savourent la jouissance 283 Seigneur Jésus, une vaste
D’une céleste affection. carrière
\lrep Aussi leurs cœurs en assurance
T’offrent leur adoration. \rrep \rep{2}
1. Seigneur Jésus ! une vaste carrière
3. Dans tous les lieux la même vie S’ouvre aux travaux des messagers de paix ;
Anime tous tes rachetés, De l’Évangile ils portent les bienfaits
Partout leur âme est réjouie Aux malheureux privés de sa lumière.
De tes douces gratuités.
À leurs efforts donne un succès heureux !
\lrep Oui, ton Église est enrichie
Nous te prions pour eux.
De tes magnifiques bontés. \rrep \rep{2}
4. Répands sur nous, Dieu charitable ! 2. Lorsque partout ces messagers fidèles,
Ton Esprit de grâce et de paix. Ô Rédempteur ! proclameront ta croix,
Accueillis à la même table Dans les palais, en présence des rois,
Et goûtant les mêmes bienfaits, Dans les déserts, dans les îles nouvelles,
\lrep Qu’un amour saint et véritable À leurs efforts donne un succès heureux !
Nous unisse en toi pour jamais. \rrep \rep{2} Nous te prions pour eux.

3. Nous t’en prions, Seigneur ! bénis leur âme :


281 Tu nous combles de biens Que leur appui soit dans la vérité.
Nous te prions pour que ta charité
Tu nous combles de biens, Seigneur ! Brûle en leur cœur d’une immortelle flamme.
Ta main de donner ne se lasse. À leur amour réponds du haut des cieux !
Accorde-nous aussi la grâce Nous te prions pour eux.
D’user de tout à ton honneur.
284 Qu’ils sont beaux sur les 285 O Seigneur, Éternel
montagnes
1. Ô Seigneur, Éternel ! une nouvelle année,
Par ta grande bonté, nous est encor donnée.
Puissions-nous saintement la passer sous tes
yeux,
1. Qu’ils sont beaux sur les montagnes Voyageurs ici-bas et marchant vers les cieux !
Les pieds de tes serviteurs,
2. Que ce soit pour nous tous un an de
Qui parcourent les campagnes, bienveillance,
Prêchant la grâce aux pécheurs ! De grâce, de progrès, d’amour, de délivrance,
Ô délicieuse vie Que notre âme, suivant les appels de Jésus,
Goûte au pied de la croix la paix de tes élus !
D’un serviteur de Jésus,
3. Nos jours sont dans tes mains, notre course est
Qui pour son Maître s’oublie,
bornée ;
En annonçant ses vertus ! Plusieurs ne verront plus une nouvelle année ;
Veillons donc et prions, et s’il faut déloger,
Nous irons, pleins d’espoir, auprès du bon
2. Libre de toute autre chaîne, Berger.
Le chrétien qui sert son Dieu, 4. Puissions-nous, rachetés par ton grand sacrifice,
Dans la souffrance et la peine Scellés de ton Esprit, couverts de ta justice,
Suit son modèle en tout lieu. Nous réjouir en toi, garder le bon dépôt !
Ô Seigneur Jésus, viens ! Oui, Seigneur, viens
Il faut qu’en vivante offrande bientôt !
Il se donne à son Sauveur ;
C’est là ce que Dieu demande
D’un fidèle serviteur.
286 Jésus soit avec vous à jamais
1. Jésus soit avec vous à jamais,
3. Au pécheur qui désespère Vous guidant avec sagesse,
Vous entourant de tendresse
Annoncez la guérison, Vous remplissant toujours de sa paix !
Prêchez la mort salutaire
Avec vous toujours, avec vous !
Qui paya notre rançon. Oui, qu’Il soit tous les jours avec vous !
Dans le cœur le plus aride, Avec vous toujours, avec vous
Jusqu’au jour du dernier rendez-vous !
Dieu fait jaillir en un jour
La source fraîche et limpide 2. Avec vous au milieu du danger,
À l’heure de la détresse,
De son éternel amour. Qu’il soit votre forteresse,
Qu’il soit toujours votre bon Berger !
4. Parlez du Dieu qui console Avec vous toujours, etc.
À tous les cœurs affligés ;
3. Avec vous quand votre ciel est bleu,
Qu’aux accents de sa parole
Comme au jour de la tempête,
Les pécheurs soient réveillés. Que son cœur soit la retraite
Montrez-leur, dans leur misère, Où vous trouverez la paix de Dieu !
Celui qui veut les sauver, Avec vous toujours, etc.
Et que partout sur la terre 4. Enfin, dans le dernier des combats,
On apprenne à l’invoquer. Pour échanger cette terre
Contre la maison du Père,
Que Jésus vous porte dans ses bras !
Avec vous toujours, etc.
287 Si le temps fuit 289 Alléluia ! Jésus sort
1. Si le temps fuit, si l’heure sonne, 1. Alléluia ! Jésus sort de la tombe,
Et si Dieu, de son doigt divin, Adorons tous ce glorieux Sauveur.
Sur tout ce qui nous environne Sous son pouvoir déjà la mort succombe,
Écrit ce douloureux mot : « Fin » ! Jésus est Roi, Il est le grand Vainqueur.
2. Si tout passe sur cette terre, Gloire, honneur, au Ressuscité ;
Pour l’homme qui passe à son tour, Gloire durant l’éternité !
Qui souvent triste et solitaire
Peut compter plus d’un mauvais jour ; Que la terre, avec les cieux,
Chante son nom glorieux.
3. Si tout s’engloutit, tout s’envole, Gloire ! Alléluia !
Si tout croule sur son chemin,
Que lui reste-t-il ? La Parole 2. Alléluia ! Exaltons la victoire
Du Dieu puissant et souverain. De Jésus-Christ, le grand libérateur.
Il nous invite à vivre pour sa gloire,
4. Cette Parole est immuable, Nous le pourrons s’il vit en notre cœur.
Elle seule est la vérité,
Elle demeure inébranlable, Gloire, honneur, etc.
Elle est parfaite en sa beauté !
3. Alléluia ! Jésus nous justifie,
5. C’est elle qui créa le monde ; Devant son Père, il plaide avec amour.
C’est elle qui vint le sauver ; Que peut la mort ? C’est lui qui vivifie ;
C’est cette Parole féconde Il nous attend au radieux séjour.
Qui peut aussi vivifier.
Gloire, honneur, etc.

288 Seigneur, que la terre entière


1. Seigneur, que la terre entière 290 O toi, Seigneur Jésus
S’éveille à ta grande voix,
Et se lève à la lumière 1. Ô toi, Seigneur Jésus, intarissable source
\lrep Qui rayonne de ta croix ! \rrep \rep{2} De la paix, de la joie et du seul vrai bonheur,
Viens Jésus, viens remplir mon cœur qui dans
\lrep Après la nuit vient l’aurore : sa course
Voici l’heure du réveil. Depuis longtemps déjà te désire, Seigneur.
Que toute âme, ô divin Soleil, Daigne seul, en tout temps, occuper mes
Te contemple et t’adore ! \rrep \rep{2} pensées,
2. Ton sang lave notre crime Tiens-les, ô mon Sauveur ! sur toi seul
Et dissipe nos remords ; attachées,
En mourant, sainte Victime, Car nul autre que toi, ne peut, ô Rédempteur.
\lrep Tu fais renaître les morts. \rrep \rep{2} Dans ce triste désert, satisfaire mon cœur.
Après la nuit, etc. 2. De ton trône éternel, rayonnant de lumière,
Ô Dieu ! ton œil sonda mon immense malheur,
3. Arrache à l’enfer sa proie, Et d’en haut, mesurant ma profonde misère,
Tout-puissant Ressuscité !
Sème à pleines mains la joie Sur la terre tu vins, pour me sauver, Seigneur,
\lrep Sur ce monde dévasté. \rrep \rep{2} Pour me donner du ciel les splendeurs
éternelles,
Après la nuit, etc. Pour me faire goûter des délices nouvelles,
Pour partager ton trône et ta gloire avec moi,
4. Que la source soit tarie Pour ouvrir l’espérance aux regards de ma foi.
De vos pleurs, vous qui pleurez,
Par l’espoir de la patrie 3. Seigneur, que désormais, ma constante devise,
\lrep Où bientôt vous entrerez ! \rrep \rep{2} Jusqu’au moment béni de ton prochain retour,
Après la nuit, etc. Pour m’introduire enfin dans la terre promise,
Soit de vivre pour toi, de croître en ton amour.
5. Erreur, péché, nuit mortelle, Attache, ô mon Sauveur ! mon âme à ta Parole,
Fuyez dans le noir passé ! C’est elle qui soutient, qui guide et qui console,
Pour moi la vie éternelle Et qui, dans ce désert peut diriger mes pas,
\lrep Par Jésus a commencé. \rrep \rep{2} Pour surmonter le monde et tous ses vains
Après la nuit, etc. appâts.
291 Seigneur Jésus, Bon Berger 293 Tout joyeux, bénissons
1. Tout joyeux bénissons le Seigneur,
1. Seigneur Jésus ! Bon Berger Chantons et célébrons ses louanges,
Adorons avec foi le Sauveur,
Des petits agneaux :
Nous joignant aux célestes phalanges.
Efface tous mes péchés,
Prends tous mes fardeaux. \lrep Gloire à Dieu, gloire à Dieu !
Que ce chant retentisse en tout lieu ! \rrep
2. Garde-moi tout près de toi \rep{2}
Sur l’étroit chemin :
2. Dieu, dans son incomparable amour,
Tous les jours, oh ! conduis-moi Du ciel envoya son Fils unique,
Par ta sûre main. Et la terre et les cieux, dans ce jour,
S’unissent pour chanter ce cantique :
3. Et de ta parfaite paix,
Gloire à Dieu, etc.
Remplis tout mon cœur.
Ne m’abandonne jamais, 3. Le châtiment qui produit la paix,
Mon divin Sauveur. Jésus-Christ l’a subi pour mon âme ;
Il voulut expier nos forfaits,
4. Toi qui m’aimas le premier, En mourant, lui, sur le bois infâme.
Je t’aime en retour : Gloire à Dieu, etc.
Comment te remercier
4. Nous voulons en retour, bon Sauveur,
Pour ton grand amour ? T’aimer par-dessus tout autre chose ;
Forme ton amour dans notre cœur,
Et puis, de chacun de nous, dispose !
Gloire à Dieu, etc.
292 Suivez, suivez l’Agneau
294 Je suis petit, mais que
1. Suivez, suivez l’Agneau jusqu’au soir de la vie ; m’importe ?
Suivez, suivez-le tous, enfants, dès le berceau.
Au bonheur des élus sa grâce vous convie : 1. Je suis petit, mais que m’importe ?
Suivez, toujours, suivez toujours l’Agneau. Du bon Berger je suis l’Agneau.
Je puis donc entrer par la porte
2. Suivez-le sans frayeur, au jour de la tristesse, Qui mène au ciel tout son troupeau.
Déposez dans son sein votre pesant fardeau.
\lrep Ah ! que je mette, \rrep \rep{2}
Suivez-le dans la paix, au jour de l’allégresse :
Ô bon Sauveur !
Suivez, toujours, suivez suivez l’Agneau. \lrep Sous ta houlette, \rrep \rep{2}
Mon jeune cœur !
3. Mais suivez-le partout : le Berger qui vous mène
Ne saurait égarer son cher, son faible agneau. 2. Je suis petit, mais de mon âge,
Jésus, tu fus tout comme moi ;
Oui, le joug du Seigneur est une douce chaîne :
Si donc ton Esprit me rend sage,
Suivez, toujours, suivez partout l’Agneau. Alors je serai comme toi.

4. Suivez-le sans broncher ! Le chemin solitaire Ah ! que je mette, etc.


Doit vous conduire, un jour, au céleste repos, 3. Je suis petit, mais si ma vie
Mais pour le suivre au ciel suivez-le sur la Est aussi chétive ici-bas,
terre : Jésus, la tienne est infinie,
Suivez, toujours, ne suivez que l’Agneau. Et d’elle tu m’enrichiras.
Ah ! que je mette, etc.
295 Nul enfant n’est trop petit 297 Jésus est mon puissant
Sauveur
1. Nul enfant n’est trop petit
Pour la route étroite,
Quand le Seigneur l’y conduit, 1. Jésus est mon puissant Sauveur,
Marchant à sa droite. En lui seul mon âme est ravie.
\lrep Même le plus jeune cœur Il m’a donné le vrai bonheur ;
Peut être un temple au Seigneur. \rrep \rep{2} Je veux l’aimer toute ma vie ;
Ô Jésus ! viens, de ton amour,
2. Ce sont aussi les petits
Que Jésus convie, \lrep Viens remplir mon cœur pour toujours !
Et dont les noms sont écrits \rrep \rep{2}
Au Livre de vie.
\lrep Dans les parvis éternels, 2. Jésus, mon fidèle Berger,
Dieu reçoit ceux qui sont tels. \rrep \rep{2} Prend soin de l’agneau le plus tendre ;
Lorsqu’il le voit dans le danger,
3. Puis, dans les concerts des cieux, Sur son épaule, il vient le prendre.
Les voix enfantines Ô Jésus ! je suis cet agneau,
Uniront leurs sons joyeux \lrep Le plus petit de ton troupeau. \rrep
Aux hymnes divines.
\rep{2}
\lrep Petits et grands, d’un seul cœur,
Loueront alors le Seigneur. \rrep \rep{2}
3. Jésus, mon triomphe assuré,
Bientôt me prendra dans sa gloire.
Pour moi le trône est préparé,
296 Au petit, Jésus dit Pour moi le bonheur, la victoire.
Ô Jésus ! viens, ne tarde plus,
1. Au petit, Jésus dit : \lrep Viens prendre à toi tous tes élus ! \rrep
« Je veux être \rep{2}
Ton seul Maître ».
Réponds-lui :
« Aujourd’hui,
Sous ta grâce
Je me place. 298 Bientôt Jésus va nous prendre
2. Et demain,
Que ta main 1. Bientôt Jésus va nous prendre,
À sa guise Auprès de lui dans le ciel ;
Me conduise. Il nous a dit de l’attendre,
En ce jour, Jusqu’au jour de son appel.
Ton amour
Pour la vie Nous avons la victoire !
Me convie. Nous vivons avec Jésus dans le ciel !
À toi seul la gloire !
3. À mon cœur,
Bon Sauveur, Oh ! viens bientôt, Emmanuel !
Fais entendre
2. Péchés, travaux et souffrances,
Ta voix tendre.
Mon désir, Cesseront et pour toujours.
Mon plaisir Devant sa sainte présence,
Est de vivre Nous chanterons son amour.
Pour te suivre.
Nous avons, etc.
4. Près de toi,
Par la foi, 3. Combattons avec courage,
Qu’à toute heure Attendant ce jour heureux.
Je demeure. Et chantons malgré l’orage :
Quel bonheur ! Nous sommes victorieux !
Ô Seigneur,
Bien suprême, Nous avons, etc.
Ton cœur m’aime ! »
299 Je suis la lumière 301 Bon Sauveur, berger fidèle
1. « Je suis la lumière »,
A dit le Seigneur ;
Avec moi, mon frère,
Ouvre-lui ton cœur. 1. Bon Sauveur, berger fidèle,
Le monde est plein d’ombre : Conduis-nous par ton amour ;
Brillons, brillons bien, Et, de ta main paternelle,
Toi dans ton coin sombre,
Et moi dans le mien. Nourris-nous au jour le jour.
2. Si la pure flamme
Parfois baisse un peu, Béni sois-tu, tendre Maître,
Veillons sur notre âme,
Ravivons le feu. Jésus, nous sommes à toi,
À toi seul nous voulons être,
Le monde, etc.
Béni sois-tu, notre Roi !
3. Quand le jour se voile
Au clair firmament,
La plus humble étoile 2. Dans tes riches pâturages,
Brille doucement. Apprends-nous à te chercher ;
Le monde, etc. Que sous tes divins ombrages
Nous sachions toujours marcher.

300 O Pèlerin de la Ville d’or Béni sois-tu, tendre Maître, etc.


1. Ô Pèlerin de la Ville d’or !
Toujours regarde à Jésus ! 3. Toi qui nous reçus par grâce,
Car c’est pour toi qu’il souffrit la mort,
Toujours regarde à Jésus ! Bien que faibles et pécheurs,
Par ta puissance efficace
\lrep Toujours regarde à Jésus ! \rrep \rep{2}
Nuit et jour Il est avec toi, Purifie encor nos cœurs.
Toujours regarde à Jésus !
2. Et quand tout est dans l’obscurité, Béni sois-tu, tendre Maître, etc.
Toujours regarde à Jésus !
Son doux regard donne la clarté,
Toujours regarde à Jésus ! 4. Enfants, nous voulons te plaire,
Toujours regarde, etc. T’obéir, garder ta loi.
Oh ! pour cela daigne faire
3. Quand tu est tenté de t’égarer,
Toujours regarde à Jésus ! Que nous vivions par la foi !
Par lui toujours tu peux triompher,
Toujours regarde à Jésus !
Béni sois-tu, tendre Maître, etc.
Toujours regarde, etc.
4. Te sens-tu triste et découragé ? 5. Bon Sauveur, berger fidèle,
Toujours regarde à Jésus !
Ton cœur souffrant il peut soulager. Pour que nous suivions tes pas,
Toujours regarde à Jésus ! Remplis-nous d’un nouveau zèle
Toujours regarde, etc. Et porte-nous dans tes bras.
5. Et lorsque s’approchera la mort,
Toujours regarde à Jésus Béni sois-tu, tendre Maître, etc.
C’est avec lui qu’on atteint le port
Toujours regarde à Jésus !
Toujours regarde, etc.
Je redirai, etc.
302 Le Seigneur m’aime
1. Le Seigneur m’aime,
Bonheur suprême,
Le Seigneur m’aime,
Il est amour ! 303 Sous le sang, le précieux sang
Je redirai toujours :
\lrep Le Seigneur m’aime, \rrep \rep{2}
Il est amour ! Sous le sang, le précieux sang,
2. Dans la misère Je reçois un cœur nouveau,
La plus amère, Sous le précieux sang !
Dans la misère
J’étais plongé.
Je redirai, etc.
3. Dans la souffrance
Sans espérance, 304 Jésus quitta le trône de son
Dans la souffrance Père
Je gémissais.
Je redirai, etc.
4. Portant ma peine, 1. Jésus quitta le trône de son Père
Ma lourde chaîne, Et descendit ici-bas sur la terre ;
Portant ma peine, Il accepta la crèche pour berceau.
J’étais perdu.
Lui, Roi des rois, le Fils du Dieu Très-Haut !
Je redirai, etc.
5. Dieu, dans sa grâce Oh ! oui, c’est vrai ! je sais que c’est vrai !
Prit à ma place, « Il est écrit » : cela suffit !
Dieu dans sa grâce
Prit son cher Fils. Que Jésus m’aime ! oh ! bonheur suprême !
La Bible me le dit !
Je redirai, etc.
6. En sacrifice 2. En tous les lieux portant la délivrance,
À la justice,
En sacrifice Faisant le bien, guérissant la souffrance,
Il vînt s’offrir. Il pardonnait au pécheur repentant,
Je redirai, etc. Il bénissait jusqu’au petit enfant.
7. Le poids immense
De mon offense, Oh ! oui, c’est vrai ! etc.
Le poids immense
Tomba sur lui. 3. Il fut cloué sur la croix méprisable,
Je redirai, etc. Lui, Juste et Saint, mourut pour moi, coupable.
Pour me sauver, son sang fut répandu ;
8. Sur le Calvaire
Loin de son Père, C’est pourquoi j’aime le Seigneur Jésus !
Sur le Calvaire
Il vint mourir. Oh ! oui, c’est vrai ! etc.
Je redirai, etc.
4. Plus que Vainqueur il sortit de la tombe,
9. Il purifie
Toute ma vie, Gloire à l’Agneau, divin Sauveur du monde !
Il purifie Il règne au ciel, intercède pour moi,
Avec son sang. Et vient bientôt me chercher : je le crois !
Je redirai, etc.
10. À toi la gloire Oh ! oui, c’est vrai ! etc.
Et la victoire,
À toi la gloire
Agneau de Dieu.
305 Jésus me demande d’être 307 Il est un pays magnifique
1. Jésus me demande d’être 1. Il est un pays magnifique,
Un rayon de soleil,
Qui gaîment fasse connaître Sans péché, sans maux ni chagrins,
Son amour sans pareil, Où des élus le saint cantique
S’unit aux chœurs des séraphins.
Un rayon de joie,
Un doux rayon de soleil. \lrep Allons tous, \rrep \rep{2}
Que Jésus envoie ! Allons dans ce beau pays promis ;
Oh ! quel bonheur sans pareil ! \lrep Allons tous, \rrep \rep{2}
Allons dans le paradis.
2. Jésus me demande d’être
Un rayon bienfaisant, 2. C’est le pays de la lumière,
Comme un reflet de ce Maître Du vrai repos et de la paix ;
Aimable et complaisant, C’est là que la gloire du Père
Un rayon de joie, etc. Brille toujours dans son palais.
3. Oui, Seigneur, donne-moi d’être Allons tous, etc.
Comme un rayon d’espoir,
Paraissant à la fenêtre 3. C’est la cité sainte et bénie,
Quand le ciel est tout noir. Brillante d’or et de cristal,
Où croit aussi l’arbre de vie,
Un rayon de joie, etc. Et d’où l’Agneau chasse tout mal.
4. Oh ! que m’oubliant moi-même,
Je ne m’efforce plus Allons tous, etc.
Que d’être pour ceux que j’aime, 4. C’est le pays de la promesse
Un reflet de Jésus. Que la foi nous fait entrevoir.
Un rayon de joie, etc. Ah ! puissions-nous louer sans cesse
Jésus, pour ce précieux espoir !
5. Que partout mon gai sourire
Et ma joyeuse humeur Allons tous, etc.
Soit un baume à qui soupire
Et réjouisse un cœur !
Que Jésus m’emploie
Et qu’il me rende pareil
308 Dès aujourd’hui je veux aimer
Aux rayons de joie,
Aux doux rayons du soleil ! 1. Dès aujourd’hui je veux aimer
De tout mon cœur le bon Berger ;
Puisqu’en son amour il m’appelle,
306 Chaque jour de ma vie Je veux saisir sa main fidèle.
Seigneur Jésus, je viens à toi,
1. Chaque jour de ma vie, \lrep Du mal pour toujours garde-moi ! \rrep
Je veux dire au Seigneur : \rep{2}
Apprends-moi, je te prie,
2. Dès ce jour je veux obéir
À te donner mon cœur.
À mon Sauveur et le servir ;
2. Dès que le jour commence, Puisqu’à le suivre il me convie,
Je veux dire au Seigneur : Je veux lui consacrer ma vie.
Tiens-moi dans ta présence, Seigneur Jésus, je viens à toi,
Mon Dieu, mon Rédempteur ! \lrep À ton service accepte-moi ! \rrep \rep{2}
3. Souvent dans la journée,
3. Dès aujourd’hui je suis heureux,
Je veux dire au Seigneur :
Toi qui me l’as donnée, Mon nom est écrit dans les cieux.
Sois-en le bienfaiteur. Bientôt je quitterai la terre
Pour le pays de la lumière.
4. Et quand vient la nuit sombre, Seigneur Jésus, je suis à toi,
Je veux dire au Seigneur : \lrep Jusqu’à ton trône porte-moi ! \rrep
Tu me vois sous ton ombre, \rep{2}
Garde-moi ta faveur.
309 Jésus ne change pas 310 David n’avait rien que sa
fronde

1. Jésus ne change pas, 1. David n’avait rien que sa fronde


\lrep Ne change pas, \rrep \rep{2} Pour lutter contre le géant ;
Jésus ne change pas, Mais au fond de son cœur d’enfant

Non, Jamais ! Habitait une foi profonde.


Il savait bien que l’Éternel
Combattrait avec lui pour sauver Israël !
2. Jésus m’a pardonné,
\lrep M’a pardonné, \rrep \rep{2} 2. Il avançait ferme et tranquille
Jésus m’a pardonné Contre le Philistin puissant,
Pour toujours ! Qui, l’œil hautain et méprisant,
Riait de son air juvénile,
Et se moquait de l’Éternel,
3. Jésus me satisfait,
Qui choisissait David pour sauver Israël !
\lrep Me satisfait, \rrep \rep{2}
Jésus me satisfait 3. Mais sans trembler, d’une main sûre,
Pour toujours ! L’enfant, que son Dieu dirigeait,
Fit au colosse, d’un seul jet,
4. Jésus me recevra, Une inguérissable blessure.
Et c’est ainsi que l’Éternel,
\lrep Me recevra, \rrep \rep{2}
Selon son bon plaisir, délivrait Israël !
Jésus me recevra
Dans le ciel. 4. Comme David, tu nous appelles
À de grands combats, ô Seigneur !
5. Toujours près de Jésus, Pour en sortir à ton honneur,

\lrep Près de Jésus, \rrep \rep{2} Comme David, rends-nous fidèles,


Et l’on verra que l’Éternel
Toujours près de Jésus,
Se tient auprès de nous, comme auprès d’Israël.
Je serai !
5. Et si le mal nous environne,
6. Gloire, gloire à Jésus ! Et s’il devient plus fort que nous,
\lrep Gloire à Jésus ! \rrep \rep{2} Nous t’implorerons à genoux,
Gloire, gloire à Jésus ! Toi qui ne rejettes personne !
À jamais ! Et, répondant à notre appel,
Tu lutteras pour nous, ô Sauveur-Éternel !
311 Oh ! que ta main paternelle
1. Oh ! que ta main paternelle
Me bénisse à mon coucher !
Et que ce soit sous ton aile
\lrep Que je dorme, ô mon Berger ! \rrep
\rep{2}
2. Veuille effacer par ta grâce
Les péchés que j’ai commis,
Et que ton Esprit me fasse
\lrep Obéissant et soumis ! \rrep \rep{2}
3. Fais reposer sous ta garde
Mes amis et mes parents,
Et que ton œil les regarde,
\lrep De ton ciel, petits et grands ! \rrep
\rep{2}
4. Que ta faveur se déploie
Pour consoler l’affligé ;
Donne au pauvre un peu de joie,
\lrep Au malade la santé ! \rrep \rep{2}
5. Seigneur ! j’ai fait ma prière ;
Sous ton aile je m’endors,
Heureux de savoir qu’un Père
\lrep Plein d’amour veille au dehors. \rrep
\rep{2}