Vous êtes sur la page 1sur 35

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME

DIRECTION GENERALE DE L’URBANISME ET DE L’ARCHITECTURE

DIRECTION DE L’URBANISME

ASSISES NATIONALES DE L’URBANISME

PROJET DE GLOSSAIRE
DE L’URBANISME

Juin 2011

1
GLOSSAIRE DE L’URBANISME
----------------------------------

Table des matières

- Préface
- Définition de l’urbanisme
- Définition des termes :

-Chapitre I
Instruments d’urbanisme

-Chapitre II
Actes d’urbanisme

-Chapitre III
Aménagement

2
- Préface

3
- Définition de l’urbanisme :

On peut définir l’urbanisme comme l’art de concevoir, organiser et


réaliser de façon volontaire le développement des villes en tenant compte des
facteurs géographiques, socio-économique, esthétique institutionnels et
culturels susceptibles de le déterminer, plus brièvement encore on peut dire que
l’urbanisme c’est la science de l’aménagement des villes, d’ou l’emploi fréquent
de l’expression « aménagement urbain » comme synonyme d’urbanisme.

L’urbanisme vise à étudier et améliorer le processus de création et de


développement des villes, cela suppose nécessairement une approche
pluridisciplinaire, sa pratique implique l’intervention de représentants des
spécialités les plus diverses (ingénieurs, géographes, architectes, géomètres,
économistes, sociologues, paysagistes, écologiste au sens technique du terme
et bien entendu juristes et politicologues.

Pour l’urbaniste la ville ou l’agglomération est un groupement de


constructions présentant une certaine continuité et essentiellement destinées a
l’habitation, au travail et aux échanges sociaux, la ville est donc un bien de
concentration accusée de l’habitat et des équipements sous l’impulsion
d’impératifs géographiques et de sécurité, de mobiles commerciaux socio-
économiques, institutionnels et politiques. Ces facteurs ont joué successivement
ou simultanément dans la formation de chaque ville en matière d’urbanisme
l’intérêt général se traduit par des normes imposées aux usagées, aux
opérations au reste des actions d’urbanisme.

Donc l’intérêt général impose dans le domaine de l’urbanisme comme


en d’autres domaines, un certain nombre d’orientations et de limitation qui se
traduisent par des règles, l’application de ces règles donne lieu à un contrôle
susceptible d’entraîner des sanctions et c’est pour cette raison que la
réglementation de l’urbanisme vise principalement à faire valoir l’intérêt général
sur les différents intérêts catégoriels, les instances compétentes, les
représentants de l’état et les élus locaux ont la responsabilités de mettre en
place les différents dispositifs de contrôle destinés à assurer un certain respect
de cette réglementation qui consiste en un ensemble de normes législatives et
réglementaires génératrices d’obligations, ces normes résultent des instruments
d’urbanisme qui sont élaborés sous le signe de la concertation entre l’état et les
collectivités locales.

4
L'urbanisme est un champ disciplinaire et professionnel recouvrant l'étude du
phénomène urbain, l'action d'urbanisation et l'organisation de la ville et de ses
territoires.

Il a pour vocation d'organiser le cadre de vie dans un souci de respect de


l'environnement des villes et du milieu rural qu'il cherche à aménager et à organiser
pour obtenir un meilleur fonctionnement et améliorer les rapports sociaux.

L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel


recouvrant l'étude du phénomène urbain, l'action d'urbanisation et l'organisation de
la ville et de ses territoires. Les personnes qui exercent ce métier sont des
urbanistes.

• En tant que champ disciplinaire (ou scientifique), les théories de l'urbanisme


sont en étroite filiation avec les sciences humaines (géographie,
aménagement, économie, science juridique, écologie, anthropologie, science
politique, sociologie).
• En tant que champ professionnel, les pratiques et techniques de l'urbanisme
découlent de la mise en œuvre des politiques urbaines (logement, transport,
environnement, zones d'activités économiques et appareil commercial).
• Cette deuxième dimension recoupe la planification urbaine et la gestion de la
cité (au sens antique du terme), en maximisant le potentiel géographique en
vue d'une meilleure harmonie des usages et du bien-être des utilisateurs
(résidents, actifs, touristes).

L'objectif de l'urbaniste est de donner une lecture de la ville et d'un territoire. Son
travail porte sur l'aménagement des espaces publics et privés, sur l'organisation du
bâti et des activités économiques, la répartition des équipements (services publics),
et d'une manière générale sur la morphologie de la ville et l'organisation des
réseaux qui la composent.

Le travail de l'urbaniste, loin de se réduire à un aspect réglementaire, vise à mettre


en forme le projet territorial des collectivités.

Son rôle est d'anticiper les besoins des populations afin de proposer un
développement urbain efficace sur le plan socioéconomique et durable sur le plan
environnemental. Pour ce faire, il contribue à l'élaboration de documents
d'urbanisme pour la collectivité territoriale concernée, en planifiant les équipements
nécessaires (espaces publics, espaces verts, réseaux d'eau potable,
d'assainissement, éclairage public, électricité, gaz, réseaux de communication).
L'architecture est à la fois le métier et l'art de concevoir et réaliser des édifices, des
villes, des villages mais aussi d'aménager l'espace avec les architectes paysagistes
ou des navires avec les architectes navals.

5
Chapitre I

Instruments d’urbanisme

6
- Définition :

Les instruments d’urbanisme, sont constitué par le plan directeur


d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) et le plan d’occupation des sols (POS),
aucun usage des sols ou construction ne peut se faire en contradiction avec les
règlements d’urbanisme prévu par ces instruments sous peine de sanctions.

Les instruments d’aménagement et d’urbanisme fixent les orientations


fondamentales d’aménagement des territoires intéressés et déterminent les
prévisions et les règles d’urbanisme, ils définissent plus particulièrement les
conditions permettant de rationaliser l’utilisation de l’espace.

Ces instruments ainsi que les règlements qui en font partie intégrante
sont opposables aux tiers en bref, le PDAU est un instrument de planification
spatiale et de gestion urbain, et défini les termes de référence du POS. Le POS
fixe de façon détaillée les droits d’usage des sols et de construction dans le
respect des dispositions du PDAU.

Les instruments d’urbanisme sont établis à l’initiative du président de la


commune et sous sa responsabilité, ils sont une obligation légale, conçu dans
l’intérêt général.

Les instruments d’urbanisme contiennent un ensembles de normes et


de règles qui s’appliquent à l’état, aux gouvernement et a leurs agents dans
leurs rapports, entre eux et avec les particuliers, ces règles régissant l’ensemble
des structures, qui sont l’impulsion générale des pouvoirs publics, assurent les
multiples interventions de l’état dans la vie des particuliers ceci dans le sens
organique et dans le sens d’activités, elles régissent l’action des organes de
l’administration dans leurs rapports.

7
- Affectation du sol :
Fixation de la destination et de l’emploi du sol dans un but déterminé

- Aléa :
Manifestation d’un phénomène naturel ou anthropique (qui résulte de l’action de l’homme)
d’occurrence et d’intensité données. Il peut être hiérarchisé en plusieurs niveaux en croisant
intensité des phénomènes et probabilité d’occurrence.

- Densité brute :
Densité de population ou de construction, calculée à partir de l’ensemble des superficies
des parcelles supportant les bâtiments à usage d’habitations et de celles des terrains
affectés à la voirie, aux installations et aux équipements sociaux ou publics s’y rattachant.

- Densité de construction :
Rapport entre la surface bâtie et la surface totale du terrain sur lequel est implantée la
construction.

- Densité de logement :
Rapport entre le nombre de logements et la superficie de la zone considérée, exprimée en
hectares.

- Densité nette :
Densité de population ou de construction calculée à partir des seules superficies de
parcelles supportant les bâtiments à usage d’habitations et à l’exclusion des surfaces de
terrains affectés à la voirie, aux installations et aux équipements sociaux ou publics s’y
rattachant.

- Densité de résidentielle brute :


Rapport entre le nombre d’habitants et la superficie globale d’une zone d’habitation
exprimée en hectares.

- Densité résidentielle nette :


Rapport entre le nombre d’habitants et la superficie du sol affectée aux habitations
proprement dites, cette surface étant exprimée en hectares.

- Etude géotechnique d’urbanisation :


Mise en évidence d’aléas naturels pouvant présenter des risques à la construction.

- Etude de sol :
Evaluation de la portance et du comportement du sol de fondation.

- Inondation :
Le terme inondation fait traditionnellement référence au débordement d’un cours d’eau qui
submerge les terrains voisins. Il doit évidemment être étendu aux débordements des
ouvrages artificiels tels que les réseaux d’assainissement .Les crues, les ruissellements, les
8
coulées de boue, les laves torrentielles et les nappes phréatiques peuvent être la cause
d’importantes inondations.

- Plan d’Occupation des Sols :


Le POS est un instrument qui détermine d’une façon détaillée les droits d’usage des sols et
de construction dans le respect des dispositions du PDAU. A cet effet, il doit fixer pour le ou
les secteurs concernés la forme urbaine, l’organisation et les droits de construction à la
parcelle ainsi que l’utilisation du sol ; doit définir la quantité minimale et maximale d’une
construction autorisée exprimée en M2 de plancher ou en M3 de volume bâti, les types de
constructions autorisées et leurs usages ; doit déterminer les règles concernant l’aspect
extérieur des constructions ; doit délimiter l’espace public, les espaces verts, les
emplacements réservés aux ouvrages publics et installations d’intérêt général ainsi que les
tracés et les caractéristiques des voies de circulation ; doit préciser les servitudes, les
quartiers, rues, monuments et sites à protéger et enfin doit localiser les terrains agricoles à
préserver et à protéger.

- Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme :


Le PDAU est un instrument de planification et de gestion urbaine qui, en divisant son
territoire (commune ou groupement de communes) en secteurs urbanisés, à urbaniser,
d’urbanisation future et non urbanisables, détermine la destination générale des sols et les
zones d’intervention sur les tissus urbains existants et les zones à protéger(sites historiques,
forets, terres, agricoles, littoral) et définit l’extension urbaine, la localisation des services et
activités, la nature et l’implantation des grands équipements et infrastructures.

- Risque et Risque majeur :


Un danger dont on peut jusqu'à un certain point mesurer l’éventualité, que l’on peut plus ou
moins prévoir.
Toute menace probable pour l'Homme et son environnement pouvant survenir du fait
d'aléas naturels exceptionnels et/ou du fait d'activités humaines.

- Risque naturel :
Le risque naturel est lié aux catastrophes naturelles dues aux phénomènes géologiques ou
atmosphériques aléatoires telles que les avalanches, les feux de foret, les inondations, les
mouvements de terrain, les cyclones, les tempêtes, les séismes et les éruptions
volcaniques, etc.…

- Risque technologique :
Est engendré par l’activité humaine, il résulte la manipulation, de la production, du stockage,
du conditionnement ou du transport d’un produit dangereux. Les risques industriels,
nucléaires, liés à la radioactivité, au transport de matières dangereuses.

- Risques technologiques :
Constitués par les établissements industriels dangereux, les canalisations de transport de
produits pétroliers et de gaz et les lignes de transport d'énergie".

9
- Risque sismique :
Risque sismique désigne les conséquences de l’aléa sismique sur le plan humain matériel,
économique et environnemental

- Séismes (ou tremblements de terre) :


Les séismes (ou tremblements de terre) sont provoqués par le jeu de la tectonique des
plaques. Ils résultent généralement de fractures brutales de roches à proximité d’une faille
active pouvant provoquer des catastrophes gigantesques

- Sites et zones protégées :


Zones réservées à l’expansion touristique, aux sites et monuments historiques et
archéologiques et à la protection de l’environnement et du littoral, y compris les sites
portuaires et aéroportuaires ainsi que les zones de servitude qui leur sont rattachées ;

- Secteurs urbanisés :
Secteur qui inclus tous les terrains, même dotés de toutes les viabilités, occupés par les
constructions agglomérées, par leurs espaces de prospect et par les emprises des
équipements et activités mêmes non construits, espaces verts, espaces libres ……

- Secteurs à urbaniser :
Secteur qui inclue les terrains qui sont destinés a être urbanisés à court et moyen terme, à
un horizon de 10 ans aux échéances prévues par le PDAU.

- Secteurs d’urbanisation future :


Secteur qui inclue les terrains qui sont destinés a être urbanisés à court et moyen terme, à
un horizon de 20 ans aux échéances prévues par le PDAU.

- Secteurs non urbanisables :


Terrains dans lesquels des droits à construire peuvent êtres édictés mais réglementés dans
des proportions limitées, compatibles avec l’économie générale

- Terrain viabilisé :
Terrain à bâtir desservi par une voirie et des réseaux de distribution et d’assainissement

- Terrain urbanisée :
Tout terrain même non doté de toutes les viabilités, occupé par des constructions
agglomérées, par leurs espaces de prospects et par les emprises des équipements et
activités mêmes non construites, espaces verts, parcs et constructions agglomérées.

- Terrains urbanisables :
Tous terrains destinés à être urbanisés à des échéances déterminées par les instruments
d'aménagement et d'urbanisme.

- Terrain viabilisé :
Terrain à bâtir desservi par une voirie et des réseaux de distribution et d’assainissement
10
- Terrain à bâtir :
Assiette foncière disposant de droits à construire et dotée des équipements nécessaires à
sa viabilité ;

- Territoire :
Etendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain. Etendue de pays qui
ressortit à une autorité, à une juridiction distincte des surfaces terrestres avoisinantes

- Urbanisation :
Organisation et équipement d’un site en vue de développer ou de créer une agglomération
urbaine

- viabilités :
Voies routières et piétonnières et leurs dépendances, les réseaux d'alimentation en eau
potable et le réseau incendie, les canalisations d'assainissement, les conduits et les
installations d'électricité, de gaz et de télécommunications qui desservent les
constructions;

- Voirie :
Ensemble des espaces réservés et aménagés en vue de permettre la circulation des
personnes, des animaux et des véhicules ou de tout moyen de transport terrestre ainsi que
leur stationnement.

- Vulnérabilité :
La vulnérabilité exprime le niveau de conséquences prévisibles d’un phénomène naturel sur
les enjeux humains et économiques.

- Zone à rénover :
Partie d’agglomération qui présente de mauvaises conditions d’occupation ou d’utilisation du
sol, et dont le domaine bâti ne répond plus aux besoins.
Zone à transformer en vue d’une nouvelle affectation d’après le plan d’aménagement

- Zone à urbaniser :
Zone destinée à constituer l’aire d’extension préférentielle d’une agglomération par le plan
d’aménagement.
Synonyme : de zone d’extension

- Zone aménagée :
Zone de mise en état de tenir le rôle que lui confère le plan d’aménagement
Zone dotée de l’ensemble des installations et bâtiments de services publics conformes à sa
destination.

- Zone d’activité :
Zone dans laquelle les constructions et installations intéressent préférentiellement des
occupations commerciales, artisanales ou administratives.
11
- Zone d’extension :
Zone où une agglomération pourrait se prolonger.
Zone délimitée sur le plan d’aménagement d’une agglomération comme étant destinée à
recevoir de nouveaux quartiers ou groupes d’habitations.

- Zone vulnérable :
Assiette foncière exposé à un risque naturel, tels qu’inondations, affaissement, éboulement,
séisme ou risque technologique, tel que gazoduc, oléoduc etc.…

- Sites et zones protégées :


Zones réservées à l’expansion touristique, aux sites et monuments historiques et
archéologiques et à la protection de l’environnement et du littoral, y compris les sites
portuaires et aéroportuaires ainsi que les zones de servitude qui leur sont rattachées ;

12
Chapitre II

Actes
d’urbanisme

13
Définition :

Les actes d’urbanisme ou les autorisations d’utilisation du sol, sont des actes administratifs,
délivrés par une autorité publique compétente, suivant des procédures réglementaires qui
déterminent l’élaboration, la composition des dossiers de demandes, les délais d’instruction,
la délivrance et leurs validités et qui sont :
- le certificat d’urbanisme ;
- le certificat de morcellement ;
- le certificat de conformité ;
- le permis de lotir ;
- le permis de lotir pour travaux de viabilité par îlots distincts ;
- le certificat de viabilité et d’aménagement ;
- le permis de démolir ;
- le permis de construire ;
- le permis de construire par tranches de travaux ;
- le certificat de conformité pour tranches de travaux réalisés ;

- Achèvement de la construction :
Réalisation complète de l’ossature, des façades, des viabilités et des aménagements y
afférents.

- Attestation d’arrêt des travaux pour mise en conformité :


Document administratif délivré par le Président de l'Assemblée Populaire Communale au
propriétaire d’une construction non achevée à mettre en conformité après constat de l’arrêt
des travaux.
- Autorisation d’ouverture de chantier :
Autorisation délivrée au propriétaire ou au maître d’ouvrage détenteur d’un permis de
construire ayant déposé au préalable une demande d’ouverture de chantier auprès du
président de l’assemblée populaire à l’effet d’entreprendre des travaux de construction.
- Alignement :
Limites d’une voie publique déterminer par l’autorité administrative
En matière de voirie, on entend par alignement le tracé fixant, au moyen de lignes
géométriques, la limite, légale, actuelle ou future, de la voie publique.

. Achèvement des travaux :


La levée des réserves émises lors de la réception provisoire des travaux et la réparation des
vices de construction constatés avant la réception définitive du projet immobilier ;

- Achèvement de la construction :
Réalisation complète de l’ossature, des façades, des viabilités et des aménagements y
afférents.

14
- Acte de propriété :
Acte établi par un notaire ou l’administration compétente (services domaines) rédigé selon
les formalités requises et ayant une force probante particulière

- Acte administratif :
Décision prise par une autorité administrative ; la concession des biens domaniaux représente un
acte administratif soumis au droit administratif et aux juridictions administratives. il bénéficie, en
tant qu’acte authentique exécutoire, de la protection de la loi.

- Acte de cession d’une assiette foncière :


acte établit par l’administration des domaines, délivré moyennant un prix correspondant à la
valeur vénale du bien cédé, au déclarant d’une construction à mettre en conformité, édifiée
sur une parcelle du domaine privé de l’Etat, de la wilaya ou de la commune

- Branchement provisoire :
Branchement provisoire de la construction aux voiries et aux réseaux publics de viabilité
autorisé suite à l’obtention d’un permis de construire, à titre de régularisation ou d’un permis
d’achèvement et ce, pour la période accordée dans le document d’urbanisme.

- Branchement définitif :
Branchement définitif de la construction aux voiries et aux réseaux publics de viabilité
autorisé suite à l’obtention d’un certificat de conformité.

- Bâtiment:
Toute construction destinée à servir d'abri et à isoler, publique ou privée servant à abriter
des hommes, des animaux ou des objets.

- Brigade d’agent de suivi et d’enquête :


Groupes de fonctionnaires relevant de la direction de l’urbanisme et de la construction de la
wilaya et les services de l’urbanisme de la commune, chargés de rechercher et de constater
les infractions à la législation et à la réglementation en matière d’aménagement et
d’urbanisme.
- Caducité et péremption du permis de lotir, de construire et de démolir :
Est réputé caduc et/ou périmé :
- si les travaux de construction et/ou d’aménagement et de démolition n’ont pas été entrepris
ou achevés dans les délais prescrits par l'arrêté y afférent.

- Calendrier de visite :
Etabli par le P/APC et le DUC, suivant lequel le contrôle en matière d’urbanisme est
effectué.

- Construction :

15
Toute opération d’édification d’un bâtiment et/ou d’un ensemble de bâtiments à usage
d’habitation, de commerce et d’artisanat ou professionnel, de mur de soutènement et de
clôture en dur;

- Construire :
Action d’assembler à partir d'un plan les diverses parties d'un ouvrage d'architecture, le
bâtir, l'édifier, le réaliser.

- Copropriété :
Droit de propriété de plusieurs personnes sur les parties communes d’un même bien.
- Certificat de conformité :
Acte administratif délivré à l’achèvement des travaux effectués conformément aux
dispositions du permis de construire.

-Comité de contrôle des actes d'urbanisme :


Institué auprès du ministre chargé de l'urbanisme, de chaque wali et de chaque président
d'assemblée populaire communale, est chargé :
- de la coordination en matière de procédure d'instruction des demandes des actes
d'urbanisme;
- de la supervision des travaux en conformité avec les autorisations délivrées;
- du suivi des requêtes introduites auprès des autorités compétentes en matière de
délivrance d’actes d'urbanisme.

- Contrôle d’urbanisme :
La vérification de l'existence de documents légaux écrits et graphiques autorisant les
travaux entrepris ou de la conformité des travaux aux prescriptions des documents délivrés.

- Certificat de conformité :
Est un document administratif délivré au constructeur après achèvement des travaux, qui
constate leur conformité avec le permis de construire et les règles d’urbanisme.
Le certificat de conformité doit porter non seulement sur la construction elle même mais
également sur les ouvrages et les éléments d’équipement qui sont indispensable à l’utilisation des
immeubles.
Le certificat de conformité vaut autorisation d’occuper les lieux, c’est à dire habiter ou recevoir le
public.
Le certificat de conformité est exigé pour justifié l’existence du bien mobilier bâti lors d’une
transaction de vente, d’achat ou de location devant le notaire.

- Certificat de viabilité et d'aménagement :


Délivrée par le P/APC à la fin des travaux de viabilités et d’aménagement, attestant
de leur conformité et de leur achèvement ».

-Certificat d’urbanisme :

16
C’est une formalité préalable à l’acte de construire destinée à indiquer au candidat
constructeur si le terrain sur lequel il propose d’édifier sa construction peut être affecté à cet
usage, ou peut être utilisé pour la réalisation d’une opération déterminée.
Cette indication est donnée compte tenu des dispositions d’urbanisme et des limitations
administratives au droit de propriété applicable à un terrain, ainsi que de l’état des
équipements existants ou prévus et sous réserve de l’application éventuelle des
prescriptions, contenues dans l’instrument d’urbanisme (PDAU – POS).

Il Indique :
- les prescriptions d'aménagement et d'urbanisme applicables au terrain;
- les servitudes affectant le terrain et autres prescriptions techniques particulières;
- la desserte du terrain par des réseaux d'infrastructures publics existants ou prévus;
- les risques naturels pouvant affecter le site concerné et ceux identifiés ou cartographiés
pouvant limiter ou exclure la constructibilité du terrain d'implantation du projet, notamment :
* l'apparition en surface de failles sismiques actives;
* les mouvements de terrain (glissement, effondrement, coulée de boue, tassement,
liquéfaction, éboulement...);
* les terrains inondables;
- les risques technologiques constitués par les établissements industriels dangereux, les
canalisations de transport de produits pétroliers et de gaz et les lignes de transport
d'énergie".

- Certificat de morcellement :
Acte administratif délivre au propriétaire d’une propriété foncière bâtie, qui indique les
conditions de possibilité de division de cette propriété, en deux ou plusieurs lots.

- Contrôle technique :
Vérification des éléments d’ingénierie et contrôle des conditions de mise en œuvre des
travaux de structure et de corps d’état secondaires.
- Conception:
Etude de l’ensemble des prestations prévues dans les domaines de l’architecture et de
l’urbanisme.
- Commission d'emploi :
Document délivrée, selon le cas, par le ministre chargé de l'urbanisme ou le wali compétent,
aux inspecteurs de l'urbanisme, aux fonctionnaires de l'administration de l'urbanisme et aux
agents communaux chargés de l’urbanisme, à produire à l'occasion de la mission de
contrôle dans l'exercice de leurs fonctions.

- Coefficient d'occupation du sol :


Rapport entre la surface de plancher hors oeuvre nette de la construction et la surface du
terrain.

Rapport exprimant le nombre de mètres carrés de planchers hors œuvre susceptibles d’être
construits par mètre carré de sol.
17
- Coefficient d'emprise au sol (CES) :
Rapport entre la projection verticale des parties non enterrées des constructions existantes
ou projetées, et la surface du terrain.

- Confortement :
Toute opération qui consiste à redonner à un immeuble sa solidité ou à adapter celle-ci à de
nouvelles exigences réglementaires ;

- Construction non conforme :


Construction ne respectant pas les prescriptions du permis de construire délivré ;
- Déclaration de mise en conformité :
Acte par lequel le propriétaire ou le maître de l’ouvrage déclare une construction non
achevée ou nécessitant une mise en conformité.

- Déclaration d’achèvement de travaux :


Document par lequel le bénéficiaire de permis de construire doit dans un délai de quinze (15)
jours a compter de l’achèvement des constructions, ainsi que le cas échéant, des travaux
d’aménagement, déposer au siège de l’APC, contre accusé de réception, en vue d’en informer le
P/APC.

- Demande d’ouverture de chantier :


Document par lequel le bénéficiaire d’un permis de construire doit dés réception du permis
informer le P/A.P.C concernée de la date d’ouverture de chantier par lettre recommandée avec
accusé de réception.

- Emprise :
Partie de terrain nécessaire pour réaliser une construction, un ouvrage d’art, une voie de
circulation ou de communication.

- Emprise au sol (bâtiment) :


Désigne la surface au sol que tous les bâtiments occupent sur le terrain : elle correspond à
la projection verticale hors œuvre de la ou des constructions au sol, exception faite des
saillies traditionnelles, éléments architecturaux et balcons.

- Edifice :
Ouvrage d'architecture de proportions importantes, pouvant comporter plusieurs corps de
bâtiments.

- Etudes techniques :
Comprennent notamment le génie civil des structures ainsi que les lots d'état secondaires.

- Etude d’impact :
Étude qui précède ou accompagne un projet et qui s’intéresse à leurs conséquences sur
l’environnement.
18
- Enquête de commode et incommodo :
Enquête en vue de recueillir l’opinion du public sur un sujet d’opération administrative ou
autre.

- Enquête publique :
Procédure préalable à la réalisation d’aménagements, d’ouvrages ou de travaux publics ou
privés permettant d’informer le public et de recueillir ses appréciations ou ses critiques

- Expropriation pour cause d'utilité publique :


Procédure permettant à l’administration, pour cause d’utilité publique et d'intérêt général, de
contraindre au besoin, un particulier à céder son bien immobilier en contrepartie d’une
indemnisation financière juste et préalable dont le montant est fixé a l’amiable ou par la
juridiction compétente.

- Exploitation :
Exercice d’une activité de commerce, de services, de tourisme, d’industrie ou d’artisanat

- Extension :
Agrandissement horizontal et ou/vertical d’une construction existante.

- Fondations (constructions) :
Ensemble des travaux destinés à assurer à la base la stabilité d’une construction, compte
tenu des charges de superstructures et des réactions du sol d’assise

- Fichier national :
Institué auprès du ministre chargé de l’urbanisme où sont inscrits les actes d’urbanismes
délivrés ainsi que les infractions qui s’y rapportent.
Constitue un mécanisme d’archivage des actes d’urbanisme et des décisions
administratives et judiciaires se rapportant aux sanctions liées à l’application de la législation
et de la réglementation en vigueur en matière d’urbanisme.

- Habitat :
Milieu géographique, biologique et social où vit l’homme

- Habitation collective :
Construction à étages multiples groupant sous un même toit plusieurs logements
indépendants, de services communs

- Habitation individuelle :
Construction à un ou plusieurs niveaux destinée au logement d’une famille

- Immeuble :
Se dit d'un bien fixe, d'un fonds de terre et de ce qui y est incorporé (immeuble par nature).

19
Bâtiment d'une certaine importance, en particulier bâtiment divisé en appartements pour
particuliers ou aménagé à usage de bureaux.

- Implantation :
Matérialisation sur le terrain des limites d’un ouvrage projeté en vue d’entreprendre sa
réalisation

- Lotissement :
La division pour la vente, la location ou le partage d’une propriété foncière en deux ou
plusieurs lots destinés à la construction pour usage conforme aux prescriptions du plan
d’urbanisme;

- Livret foncier :
Registre authentique tenu par parcelles cadastrales, et sur lequel sont immatriculés tous les
actes de nature à définir la situation juridique des immeubles.

- Marge de recul :
Espace non bâti, le plus souvent de faible largeur, maintenu entre l’alignement de la voie de
desserte et la construction.

- Maîtrise d’œuvre :
Ensemble des missions qui concourent à l’élaboration et à l’accomplissement des études
dans les domaines de l’urbanisme et de l’architecture.

- Maître d’ouvrage :
Personne physique ou morale qui initie toute étude dans les domaines de l’urbanisme et de
l’architecture en vue de son exécution.

- Maître d’œuvre :
Personne physique ou morale qui dispose de qualifications professionnelles, de
compétences techniques et de moyens nécessaires à l’accomplissement des missions de
maîtrise d’œuvre dans les domaines de l’urbanisme et de l’architecture.
Le maître d’œuvre est investi de missions de conception, de suivi, de l’exécution des
travaux de réalisation et de vérification de leur conformité.

- Maître d’ouvrage délégué:


Est la personne physique ou morale qualifiée, mandatée par le maître d’ouvrage pour piloter
l’élaboration de toute étude dans les domaines de l’urbanisme et de l’architecture

- Mise en conformité :
Acte administratif par lequel est régularisée toute construction achevée ou non achevée au
regard de la législation et de la réglementation relative à l’occupation des sols et aux règles
d’urbanisme ;
- Mûr mitoyen :
Mur situé sur la limite séparative entre deux propriétés

20
- Mûr pignon :
Mur latéral d’une construction, perpendiculaire aux façades principales

- Mûr porteur :
Mur structurant assurant la descente des charges d’une construction

- Mûr de refend :
Mur porteur situé à l’intérieur de la construction et reliant les façades ou pignons entre eux

- Mûr bahut :
Mur de faible hauteur formant soubassement

- Non aedificandi :
Servitude figurant au Plan d’Occupation des Sols (P.O.S) et qui interdit toute construction
sur les parcelles concernées. Indique aussi’ qu’une zone ou une voie (rue, avenue …) n’est
pas constructible du fait des contraintes qui peuvent être structurelles, architecturales,
militaires ou autres.

- Norme (construction) :
Indice quantitatif établi scientifiquement en vue de fixer certaines caractéristiques à adopter
pour la construction d’un ouvrage

- Occupation :
Toute utilisation ou exploitation d'une construction, conformément à la destination qui lui est
affectée;

- Opération d’urbanisme :
Réalisation d’un aménagement urbain partiel

- Planification :
Etablissement et application d’un programme de réalisations échelonnées dans le temps, en
vue d’atteindre des objectifs définis

- Plan :
Représentation visuelle en projection horizontale des éléments qui composent ou qui
composeront un terrain (exemple : constructions, végétation, infrastructure)

- Plan de masse :
Représentation graphique en vue aérienne des constructions existantes et / ou à créer du
tracé des voies de desserte (en particulier les voies publiques) et des raccordements sur un
terrain.
- Plan de situation :
Plan permettant de situer sur le terrain concerné par rapport à la commune dans lequel il
s’inscrit.
21
- Propriété bâtie :
Propriété sur laquelle un bâtiment a été élevé

- Prospect :
Distance minimale réglementaire entre deux édifices calculés en fonction de leur dimension

- Projet architectural :
Comprend des plans et des documents renseignant sur l'implantation des ouvrages, leur
organisation, leur volumétrie, l'expression des façades ainsi que le choix des matériaux et
des couleurs qui mettent en relief les spécificités locales et civilisationnelles de la société
algérienne.

- Permis de construire :
Autorisation délivrée pour toute construction nouvelle ou transformation d’une construction
existante.

Le permis de construire est l’acte administratif par lequel une autorité publique (APC - wilaya
- Ministère chargé de l’urbanisme) autorise au nom de l’état l’édification d’une ou plusieurs
constructions nouvelles, ou la modification d’une ou plusieurs constructions existantes
conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur. Il peut être délivré
en vue de la réalisation d'une ou de plusieurs constructions en une ou plusieurs tranches

Le permis de construire a pour objet de soumettre la généralité des projets de construction aux
impératifs de l’intérêt général tels qu’ils sont traduits par le droit des sols,

Aucune autorisation administrative qu’elle que soient la nature et l’autorité qui la délivre ne saurait
se substituer au permis de construire.

- Délai de validité : le permis de construire est valable à compter de la date de sa notification,


les délais sont laissés aux soins de l’autorité qui l’a délivré et en fonction de l’importance et de la
situation du projet. Pour tout début où reprise des travaux après expiration du délai, une nouvelle
autorisation est obligatoire.

- Permis de lotir :
Autorisation administrative exigée pour toute opération de division d’une ou de plusieurs
propriétés foncières en deux ou plusieurs lots, qu’elle qu’en soit la localisation, en vue de la
construction.

- Permis de démolir :
Autorisation sous forme d’un acte administratif exigé pour toute démolition totale ou partielle
d’une construction. Acte administratif par lequel une autorité publique constate que des
projets de démolition peuvent être autorisés au regard des différentes dispositions
législatives ou réglementaires, auxquelles les constructions (pour lesquelles le permis de

22
démolir a été demandé) peuvent être assujetties ou chaque fois que les conditions
techniques et de sécurité le commandent.

- Permis d’achèvement :
Acte d’urbanisme nécessaire pour procéder à l’achèvement d’une construction avant son
occupation ou son exploitation.

- Permis d’achèvement, à titre de régularisation :


Acte administratif délivré au propriétaire dont la construction n’est pas achevée et qui n’a
pas obtenu auparavant un permis de construire.

- Permis de construire, à titre de régularisation :


Acte délivré au propriétaire dont la construction est achevée et qui n’a pas obtenu
auparavant d’un permis de construire

- Procès verbal (P.V):


Acte écrit dressé par une autorité compétente et qui conteste, relate un fait entraînant des
conséquences juridiques (civiles ou pénales).

-Préservation :
Ensemble des mesures préalables visant à mettre à l’abri d’un mal précis ou éventuel un
site, un monument ou une construction.

- Recours :
Voie légale par laquelle, l’autorité hiérarchique ou la juridiction compétente est saisie par le
titulaire de la demande d’actes d’urbanisme non convaincu par la réponse qui lui a été notifiée ou
en cas de silence de l’autorité concernée.

- Requérir la force publique :


Le fait pour les agents habilités de se faire assister par la force publique pour arrêter les
travaux et/ou fermer les chantiers, en cas d’entrave à l’exercice de leurs missions.

- Registres de suivi des travaux et de constatation des infractions :


Tenus par le président de l'assemblée populaire communale et par le directeur de
l'urbanisme et de la construction territorialement compétents dans lesquelles sont
consignées les infractions constatées.

- Réfection :
Remise en état ou la réparation des parties d’une construction ; elle concerne les corps
d’état secondaires ;

- Surface de plancher, hors oeuvre nette d'une construction :

23
C’est la surface de plancher hors oeuvre brute, égale à la somme des surfaces de plancher
de chaque niveau de la construction, déduite:

- des surfaces de plancher hors oeuvre des combles et des sous sols non aménageables
pour l'habitat ou pour des activités à caractères professionnel, artisanal, industriel ou
commercial.
- des surfaces de plancher hors oeuvre des toitures-terrasses, de balcons, des loggias
ainsi que des surfaces non closes situées au rez-de-chaussée,
- des surfaces de plancher hors oeuvre des bâtiments ou des parties de bâtiments
aménagés en vue de stationnement des véhicules,
- des surfaces de plancher hors oeuvre des bâtiments affectés au logement des récoltes,
des animaux ou du matériel agricoles ainsi que des surfaces des serres de production.

- Second œuvre :
Travaux tous corps d’état hors structures porteuses (couverture, menuiserie, isolation,
électricité, plomberie …..).

- Suivi :
Assistance dans la réalisation ou la mise en œuvre d’une étude élaborée dans les domaines
de l’urbanisme et de l’architecture.

- Servitude de vue :
Obligation, pour le propriétaire d'un fonds, d'accepter les ouvertures pratiquées à distance
légale dans l'immeuble voisin et donnant vue sur son fonds.
Limitation administrative ou privée au droit de propriété et d’usage d’un terrain
- Surface utile :
Surface qui peut être effectivement occupée pour y exercer une fonction ou assurer un
service déterminé : séjour, travail, entrepôt, etc.

- Surface habitable :
Surface d’une habitation susceptible d’être utilisée pour y accomplir les fonctions
domestiques

- Surface bâtie :
La surface au sol construite augmentée de la voie d’accès et des aires de dépendance
extérieures.

- Second œuvre :
Travaux tous corps d’état hors structures porteuses (couverture, menuiserie, isolation,
électricité, plomberie …..).

- Sursis à statuer :

24
Moyen donné à l’administration de différer sa décision le cas échéant qui ne peut excéder une
année (01) lorsque le projet est situé dans une zone concernée par l’étude en cours d’élaboration
d’un instrument d’aménagement et d’urbanisme.

- Transformation :
Travaux de modification des éléments de structure et/ou de façades d’un ouvrage existant.

- Tranches de travaux :
Unités successives définies par le maître de l’ouvrage permettant l’exécution, par le même
titulaire, d’un marché de travaux découpé dans le temps

- Travaux :
Opération concourant à la construction, la réparation, l’entretien ou la démolition d’un
ouvrage de bâtiment ou de génie civil

- Travaux de génie civil :


Travaux ayant pour objet la réalisation des ouvrages d’infrastructure et ces ouvrages eux-
mêmes

- Unité de voisinage :
Ensemble de quartiers structurés et coordonnés possédant des équipements communs
Echelon de la vie urbaine intermédiaire entre la ville et le quartier

- Unité urbaine :
Communauté cohérente et homogène vivant en symbiose, disposant des équipements
nécessaires et suffisants qui la caractérisent

- Urbain :
Qui se rapporte à la ville, à l’agglomération humaine concentrée dans la cité, par opposition
à ce qui est rural

- Urbanisation :
Organisation et équipement d’un site en vue de développer ou de créer une agglomération
urbaine.

- Zonage :
Répartition d’un territoire en « zones » affectées chacune à un genre déterminé
d’occupation ou d’utilisation du sol.
Expression graphique sur un plan d’urbanisme de la répartition d’un territoire en zones.

- Zone :
Périmètre délimité et qualifié selon des critères préalablement établis (par exemple : zone
urbaine, zone naturelle, zone forestière).

- Zone à protéger :
25
Zone qui doit être maintenue, autant que possible, dans son état actuel, surtout en ce qui
concerne l’aspect des constructions ou du paysage.

- Zone non aedificandi :


Assiette foncière non constructible, grevée par les servitudes Haute Tension, voie
canalisations etc. ...).

- Zone à rénover :
Partie d’agglomération qui présente de mauvaises conditions d’occupation ou d’utilisation du
sol, et dont le domaine bâti ne répond plus aux besoins.
Zone à transformer en vue d’une nouvelle affectation d’après le plan d’aménagement

- Zone à urbaniser :
Zone destinée à constituer l’aire d’extension préférentielle d’une agglomération par le plan
d’aménagement.
Synonyme : de zone d’extension

- Zone aménagée :
Zone de mise en état de tenir le rôle que lui confère le plan d’aménagement
Zone dotée de l’ensemble des installations et bâtiments de services publics conformes à sa
destination.

- Zone d’activité :
Zone dans laquelle les constructions et installations intéressent préférentiellement des
occupations commerciales, artisanales ou administratives.

- Zone d’extension :
Zone où une agglomération pourrait se prolonger.
Zone délimitée sur le plan d’aménagement d’une agglomération comme étant destinée à
revoir de nouveaux quartiers ou groupes d’habitations.

- Zone vulnérable :
Assiette foncière exposé à un risque naturel, tels qu’inondations, affaissement, éboulement,
séisme ou risque technologique, tel que gazoduc, oléoduc etc.…

26
Chapitre III

AMENAGEMENT

- Assainissement :
27
L’évacuation et le traitement des eaux et des solides usagés. Ces matières incluent les eaux
de pluie, de drainage, de lavage, les eaux usées.

- Agglomération :
Groupement de constructions essentiellement destinées à l’habitation ou au travail, qui ne
présentent entre elles que peu ou pas de discontinuité.

- Agglomération urbaine :
Espace urbain qui abrite une population agglomérée d’au moins 5000 habitants.

- Aménagement :
Toute opération de réalisation et/ou de mise à niveau des réseaux de viabilité y compris le
traitement des espaces communs extérieurs ;
travaux de traitement de surface des sols, de consolidation des talus, de plantation d’arbres,
de pose de mobiliers urbains, de réalisation des espaces verts et de construction de clôture

- Aménageur :
Acteur de l’immobilier, de statut public ou privé, dont la fonction est d’initier des terrains
urbanisé ou à urbaniser, d’en restructurer le parcellaire et d’y réaliser les équipements, en
particulier la viabilisation, pour les revendre comme terrain à bâtir.
- Biens wakfs :
Biens fonciers affectés à titre gracieux par des personnes au profit d’une œuvre pieuse.

- Certificat de viabilité et d’aménagement :


Acte d’urbanisme délivré par le président de l’assemblée populaire communale attestant de
l’achèvement des travaux de viabilité et d’aménagement.

- Cadre bâti :
Ensemble de constructions et d’espaces extérieurs publics, agencés selon les dispositions
des instruments d’urbanisme ;

- Cadre de vie :
Ensemble de caractéristiques culturelles affectives et hygiéniques liées aux qualités
esthétiques du milieu bâti et au bien-être de l'homme.

- Caractère des lieux :


Qualités esthétiques d'un site bâti ou non qui lui confèrent son identité.

- Confortement :
Etude de consolidation ou de renforcement d’un ouvrage pour le mettre à un niveau de
sécurité requis.

- Cadre de vie :

28
Ensemble de constructions et d'espaces extérieurs publics, agencés selon les dispositions
des instruments d'urbanisme;
Réalité matérielle et environnement humain dans lesquels évolue un individu.

- Centre urbain ou rural :


Agglomération structurée et homogène constituant une unité collective urbaine ou rurale.

- Centre administratif :
Bâtiment groupant les services administratifs et techniques d’une agglomération.

- Centre artisanal :
Groupement, en un même lieu, d’artisans dont les productions peuvent être différenciées.

- Centre commercial :
Ensemble d’éléments de commerce conçu en vue de satisfaire aux aspirations d’une
population déterminée et comportant des équipements sociaux et culturels de caractère
attractif.

- Centre culturel :
Bâtiments ou groupe de bâtiments mis à la disposition d’une communauté en vue de
favoriser des activités permettant à ses membres d’accéder à la culture.

- Centre cultuel :
Mosquée, église ou synagogue auquel sont adjoints les équipements nécessaires à
l’enseignement religieux et aux réunions communautaires.

- Centre de loisirs:
Bâtiments ou groupe de bâtiments mis à disposition d’une communauté, en vue de favoriser
des activités de détente.

- Centre récréatif:
Ensemble des installations à disposition du public pour lui permettre des activités sportives
ou de détente.

- Centre ville :
Lieu de rencontre privilégié, point de convergence et de rayonnement, ou les activités
urbaines se réunissent et atteignent leur plus grande intensité, d’où elles émanent, se
répandent et exercent leur influence.

- Centre sportif :
Ensemble d’espaces couverts ou non, de bâtiments et de locaux organisés et équipés pour
la pratique de sports déterminés et susceptibles de recevoir des spectateurs.

29
- Centre touristique :
Agglomération implantée généralement dans un site remarquable disposant de richesses
archéologiques, artistiques ou autres et susceptible d’accueillir les touristes intéressés.

- Conservation (monument) :
Ensemble des doctrines, des techniques et des moyens matériels propres à perpétuer
l’existence des monuments, en vue de les maintenir matériellement dans leurs dispositions
architecturales d’origine.

- Conservation foncière :
Véritable service d’état civil des biens fonciers et immobiliers qui consigne l’ensemble des
opérations juridiques dont ils font l’objet. Assure aussi les formalités de publicité foncière.

- Concession foncière :
Contrat par lequel l’état, pour une durée de 33, 66 ou 99 ans, la jouissance d’un bien immobilier
disponible relevant de son domaine privé pour servir à l’implantation d’un projet d’investissement
de production de biens ou de services.

- Cité :
Ville dont on veut faire ressortir le caractère historique, la beauté, la noblesse.

- Cité administrative :
Bâtiment ou ensemble de bâtiments groupant, sur un même terrain, les services
administratifs intéressant une ville, une région.

- Composants urbains :
Eléments caractéristiques qui créent ou définissent l’état urbain d’une agglomération

- Droit de préemption :
Outil d’intervention foncière, dont dispose les collectivités locales compétentes en matière
d’urbanisme pour mettre en œuvre leur politique d’aménagement. Il permet à l’APC d’être en
mesure de saisir une opportunité foncière en préemptant un bien immobilier présenté à la vente
lorsque celui-ci est nécessaire à la réalisation d’une opération ou d’une action d’aménagement,
préalablement décidée par la commune.
Prérogative légale au profit de l’Etat et des collectivités locales pour les besoins d’intérêt
général et d’utilité publique, l’acquisition en priorité d’immeubles.

- Développement urbain :
Extension en surface des villes et agglomérations urbaines

- Domaine national :
Ensemble des biens et droits mobiliers et immobiliers détenus, sous forme de propriété publique
ou privée, par l’état et ses collectivités territoriales

30
- Domaine privé :
Ensemble des biens mobiliers et immobiliers ne faisant pas partie du domaine public de l’état et
de ses collectivités territoriales.

- Domaine public :
Ensemble des biens et droits mobiliers et immobiliers appartenant à l’état et à ses collectivités
territoriales qui servent à l’usage de tous et mis à la disposition du public ; il est insaisissable,
imprescriptible et inaliénable.

- Extension :
Accroissement volontaire ou spontané de l’affectation du sol pour une utilisation urbaine ou
rurale

- Esthétique :
Harmonie des formes et la qualité des façades d’une construction y compris celle des
espaces extérieurs.

- Equipement :
Ensemble de biens appartenant à des organismes et institutions, publics ou/et privés fixes
ou mobiles, destinés à permettre l’exercice d’une activité ou d’une fonction.

- Ensemble résidentiel :
Groupe d’habitations collectives ou individuelles auxquelles sont adjoints des éléments
d’équipement collectif, tels que : école, terrain de jeux, commerce, etc.

- Espace vert :
Espace dont la terre est recouverte en majeur parti d’un tapis végétal et comporte des
plantations d’arbres et d’arbustes

- Foncier industriel/économique :
Ensemble de terrains urbanisés ou urbanisables et de biens immobiliers dédiés à
l’investissement, destinés à accueillir des unités de production de biens et de services.

- Groupe d’habitations :
Constituent un groupe d’habitations et de constructions individuelles ou groupées à usage
d’habitation, édifiées sur une seule ou sur plusieurs parcelles contiguës ou voisines,
simultanément ou successivement par le propriétaire ou les copropriétaires de la ou des
parcelles en question.

- Habitat dispersé :
Eparpillement d’établissements humains sur une aire géographique de caractère rural

- Habitat groupé :
Rassemblement d’établissements humains sur une aire géographique de caractère rural

31
- Ilot :
Espace limité par un réseau de voies de communication

- Indivision :
Situation de plusieurs personnes solidairement propriétaires d’un bien qui ne peut pas être
partagé pour une raison quelconque.

- Mûr de soutènement :
Mur permettant de résister à des poussées latérales (poussées des terres en sous-sol….)

- Noyau urbain :
Partie maîtresse d’une ville autour de laquelle s’organisent les autre éléments de celle-ci et
caractérisée généralement par une plus forte densité de construction ou d’intensité de vie
urbaine

- Préservation :
Ensemble des mesures préalables visant à mettre à l’abri d’un mal précis ou éventuel un
site, un monument ou une construction

- Patrimoine fonciers :
Est considéré comme patrimoine foncier, l’ensemble des terres ou fonds fonciers non bâtis.

- Projet immobilier :
Ensemble des activités relatives à la construction, l’aménagement, la réfection, la
restauration, la rénovation, la réhabilitation, la restructuration et le confortement de
constructions destinées à la vente et/ou à la location y compris l’aménagement de terrains
destinés à recevoir des constructions ;

- Promotion immobilière :
Ensemble des opérations de mobilisation de ressources foncières et financières ainsi que le
management de projets immobiliers ;

- Promoteur immobilier :
Toute personne physique ou morale initiant la réalisation de nouveaux projets, la
restauration, la réhabilitation, la rénovation, la restructuration, ou le confortement de
constructions nécessitant l’une de ces interventions ou l’aménagement et l’habilitation de
réseaux, en vue de les vendre ou de les louer ;

- Parcelle :
Partie d'un terrain d'un seul tenant de même culture ou de même utilisation, constituant une
unité cadastrale.

- Qualité environnementale :

32
La qualité environnementale est un concept transversal qui regroupe pour des choix de
société concrets (urbanisme, logement, moyens de transport, énergie, industrie…) des
normes, des objectifs de respect de l’environnement, de développement durable ainsi que
des critères plus subjectifs comme la qualité de vie.

- Rénovation urbaine :
toute opération physique qui, sans modifier le caractère principal d’un quartier, constitue
une intervention profonde sur le tissu urbain existant pouvant comporter la destruction
d’immeubles vétustes et, le cas échéant, la reconstruction, sur le même site, d’immeubles
neufs ;

- Réhabilitation :
Toute opération qui consiste en l’intervention sur un immeuble ou un groupe d’immeubles
en vue de leur restituer leurs aspects initiaux et d’améliorer le confort et l’usage des
équipements d’exploitation.

- Restructuration :
Elle peut être totale ou partielle, elle concerne aussi bien les réseaux de viabilité que les
immeubles ou groupes d’immeubles.
Elle peut comporter une destruction partielle d’îlots et une modification des caractéristiques
du quartier par des transferts d’activités de toute nature et la désaffectation des bâtiments
en vue d’une autre utilisation

- Restauration immobilière :
Toute opération permettant la mise en valeur d’immeubles ou groupe d’immeubles
présentant un intérêt architectural ou historique.

- Réseaux :
Ensemble des voies de même nature (terrestre, aériennes, maritimes) assurant la circulation
des hommes, des animaux ou des véhicules.
Ensemble des canalisations assurant la distribution ou la collecte des fluides (eaux potables,
eaux usées, hydrocarbures liquides ou gazeux) et des câbles d’électricité et de
télécommunication.

- Structure urbaine :
Disposition et relation des éléments qui, constituent l’ossature de l’agglomération urbaine

- Tissu urbain :
Ensemble de constructions de toute nature et de leurs dessertes comprises dans la partie
agglomérée d’une ville ou d’un groupe urbain.
Elément bâti et non bâti, en disposition plus ou moins serrée, ainsi nommé par analogie à la
trame d’un tissu.

- Terre agricole ou à vocation agricole :

33
Constitue, une terre agricole ou à vocation agricole toute terre qui par l'intervention de
l'homme permet une production annuelle ou pluriannuelle à l'usage de la consommation
humaine, animale ou industrielle, directement ou après transformation.

- Terres forestières et à vocation forestières :


Constitue, au sens de la présente loi, une forêt, toute terre couverte d'essences forestières
sous forme de peuplement d'une densité supérieure à 300 arbres par hectare en zone
humide et subhumide et 100 arbres en zone aride et semi-aride et s'étendant sur une
superficie excédant 10 ha d'un seul tenant.
Constitue une terre à vocation forestière, toute terre couverte de formations végétales
naturelles variées tant par la taille que par la densité dérivant de la dégradation des forêts à
la suite des coupes, des incendies ou des pâturages
Ces terres englobent les maquis et les matorrals. Sont incluses dans ces formations, les
crêtes assylvatiques de montagnes et les formations ligneuses ou herbacés nécessaires à
la protection des zones littorales.

- Unité de voisinage :
Ensemble de quartiers structurés et coordonnés possédant des équipements communs
Echelon de la vie urbaine intermédiaire entre la ville et le quartier

- Unité urbaine :
Communauté cohérente et homogène vivant en symbiose, disposant des équipements
nécessaires et suffisants qui la caractérisent

- Urbain :
Qui se rapporte à la ville, à l’agglomération humaine concentrée dans la cité, par opposition
à ce qui est rural

- Voiries et réseaux divers primaires:


Les voiries et les réseaux divers primaires sont en hors site qui arrivent ou sortent du
quartier ou d’un site à urbaniser et constitué de plusieurs entités foncières ou de parcelles
devant accueillir des projets pour différents usages.

- Voiries et réseaux divers secondaires :


Les viabilités secondaires desservent les différentes entités foncières et/ou parcelles
destinées à des programmes de logements toutes promotions confondues, à des
équipements d’accompagnement, à des infrastructures de loisirs et de détentes et à d’autres
services collectifs prévus par les instruments d’urbanisme.

- Voiries et réseaux divers tertiaires :


Les voiries et les réseaux divers tertiaires sont celles situées à l’intérieur de chacune des
parcelles et conçus pour alimenter des ouvrages concernés.

- Viabilité :
Ensemble des travaux d’aménagement d’un terrain constructible
34
Ensemble des réseaux desservant un terrain, un groupe de terrains ou un site.
Les voies routières et piétonnières et leurs dépendances, les réseaux d’alimentation en eau
potable et le réseau incendie, les canalisations d’assainissement, les conduits et les
installations d’électricité, de gaz et de télécommunications qui desservent les constructions

- Voie :
Emprise aménagée en vue de permettre la circulation des personnes, des animaux et des
véhicules de manière à relier différents lieux entre eux.
Bande de chaussée destinée à l’usage d’une seule file de véhicules.

- Ville :
Agglomération que caractérisent les critères de nombre (densité, importance), de genre de
vie (activités, relations), de dépendance (approvisionnement et diffusion) et d’aspect
(édifice, équipements, organisation)

- Ville nouvelle :
Ville dont la conception et la réalisation sont le fruit d’une planification totale et implantée sur
le territoire non encore urbanisé

35