Vous êtes sur la page 1sur 3

Examen Première Session (2h)

Examen Analyse I 2018-2019

Exercice 1 :
1. Soit x un nombre réel quelconque, on définit la partie entière de x par E( x )
et note la partie fractionnaire par [ x ], montrer
∀ x ∈ R, ∃ N ∈ N∗ tel que x − N < E( x ) ≤ x
Montrer que
 E ( x )2   E( x )   E ( x )2   E ( x ) 
∀ x ∈ R+ , tel que x 6= 0 et x 6= 1, ≤ et >
x2 x ( x − 1)2 x−1

Exercice 2 : Soit f la fonction définie sur R par :


( 1

e x2 si x 6= 0
f (x) =
0 si x=0
1. Montrer que f est continue sur R.
2. Pour x 6= 0 calculer f 0 ( x ).
3. Calculer limx→0 f 0 ( x )
x 6 =0
4. Déduire
5. Déterminer les limites de f en ±∞
6. Dresser le tableau de variation de f et tracer sommairement son graphe.

Problème

Préliminaire On rappelle que si I un intervalle ouvert, quel que soit x ∈ I


il existe e > 0 tel que :
] x − e, x + e[⊂ I
Plus généralement un sous ensemble A de R vérifiant la propriété :
∀ x ∈ A, ∃e > 0, ] x − e, x + e[⊂ A
Est dit ouvert.

Soit I un intervalle ouvert. On veut démontrer qu’il n’existe pas de sous ensemble
ouverts non vides A et B tel que I = A ∪ B et A ∩ B = ∅ autrement dit { A, B}
soit une partition de I.

Pour cela on va supposer que de tels ensembles A et B existent pour aboutir à


une contradiction.

On considère pour cela a ∈ A et b ∈ B et l’ensemble E = {t ∈ [0, 1]; (1 −


t) a + tb ∈ A}

B ETHEX , LA MAISON D ’ EXCELLENCE 1


1. Montrer que E admet une borne supérieure que l’on appellera S ( on de-
mande pas de trouver S).
2. Montrer (en utilisant que A est ouvert) que (1 − S) a + Sb ∈ / A.
3. En déduire (en utilisant le fait que I est un intervalle) que (1 − S) a + Sb ∈ B.
4. Montrer ( en utilisant le fait que B est un ouvert) que ceci contredit que S
soit la borne supérieure de E.

Partie I Soit h : [0, 1] → R de classe C1 sur [0, 1] et deux fois dérivable sur
]0, 1[ telle que :
1. On supposera ∀ x ∈ ]0, 1[h00 ( x ) > 0
h(0) = 0, h(1) = 0, h0 (0) < 0, h0 (1) > 0
(a) Montrer que ∃α telle que x ∈ ]0, α[, h est strictement décroissante
(b) Montrer que h(α) < 0
(c) On suppose qu’il existe β ∈]0, 1[ tel que h( β) = 0
Montrer qu’il existe
c1 ∈]0, β[, et c2 ∈ ] β, 1[ tel que h0 (c1 ) = 0, h0 (c2 ) = 0
En déduire une contradiction.
(d) Déterminer le signe de h( x ) pour tout x ∈ ]0, 1[.
2. On supposera ∀ x ∈ ]0, 1[ h00 ( x ) < 0
h(0) = 0, h(1) = 0, h0 (0) > 0, h0 (1) < 0
(a) Déterminer le signe de h( x ) pour tout x ∈ ]0, 1[.

Partie II
1. Soient a et b des réels tel que a < b à l’aide du théorème des accroissements
finis montrer que
(b − a)e a < eb − e a < (b − a)e a
2. Soient a et b des réels tel que 0 < a < b à l’aide du théorème des accroisse-
ments finis montrer que
b−a b−a
< ln(b) − ln( a) <
b a
3. On considère la fonction h définie par :
h( x ) = exp( xa + (1 − x )b) − x exp( a) − (1 − x ) exp(b)
En utilisant les résultats de la partie I, montrer que :
∀ x ∈ ]0?1[, exp( xa + (1 − x )b) < x exp( a) + (1 − x ) exp(b)
4. On considère la fonction h définie par :
h( x ) = ln( xa + (1 − x )b) − x ln( a) − (1 − x ) ln(b)
En utilisant les résultats de la partie I, montrer que :
∀ x ∈ ]0, 1[, ln( xa + (16x )b) > x ln( a) + (1 − x ) ln(b)

B ETHEX , LA MAISON D ’ EXCELLENCE 2


Partie 3 :
1. A l’aide des résultats de la deuxième partie, déduire :

1 1
∀ n ∈ N∗ , < ln(n + 1) − ln(n) <
n+1 n

2. ∀n ∈ N∗ , on pose
n
1
un = ∑ n+k
k =1

Montrer que (un )n≥1 est convergente et calculer sa limite.

B ETHEX , LA MAISON D ’ EXCELLENCE 3