Vous êtes sur la page 1sur 100

‫وزارة التعـليــــم العالـــي و الـبحـــث العلـمـــــــــي‬

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique


1-‫جامعـــت سطيــــف‬
Université Sétif -1 (ALGERIE)

Faculté de Technologie

MEMOIRE
présenté pour l’obtention du diplôme
de Magister en Electrotechnique

Option :
Réseaux Electriques

Par :
r
M . Yassine LASMI

Thème

Optimisation de la poursuite du point de puissance


maximale (MPPT) d’un système photovoltaïque par les
techniques intelligentes.

Soutenu publiquement le 09 / 12 /2013 devant le jury d’examen:

Dr. SAAD BELKHIAT Prof. Université Ferhat ABBAS Sétif-1 Président


Dr. MOHAMED NAGUIB HARMAS Prof. Université Ferhat ABBAS Sétif-1 Rapporteur
Dr. LAZHAR RAHMANI Prof. Université Ferhat ABBAS Sétif-1 Examinateur
Dr. KAMELEDDINE HEMSAS M.C.A Université Ferhat ABBAS Sétif-1 Examinateur
Dr. BELKACEM SAIT M.C.A Université Ferhat ABBAS Sétif-1 Examinateur
Remerciements

Remerciements

Je me dois remercier ALLAH le Tout Puissant pour toute la volonté et le


courage qu’il m’a donné pour l’achèvement de ce travail.
Je tiens tout d’abord à remercier vivement le Professeur MOHAMED N.
HARMAS, qui a manifesté son entière disponibilité pour son aide, son
orientation et sa disponibilité, aussi pour la confiance et la compréhension
qu’il m’a toujours prouvée.
Mes remerciements les plus sincères sont adressés à Monsieur Prof. SAAD
BELKHIAT pour me faire l’honneur de présider le jury de mon mémoire de
Magister, ainsi que les membres du jury Mr Prof. LAZHAR RAHMANI
Dr. KAMELEDDINE HEMSAS, et Mr Dr. BELKACEM SAIT de l’intérêt dont
ils font preuve à mon égard pour lire ce mémoire et en assistant à ma
soutenance.
Mes vifs remerciements s’adressent également à tous les membres de ma
famille notamment ma chère mère LAALDJA et mon cher père SMAIL qui
m’ont aidé et pour leur soutien précieux plus que je ne peux le dire durant les
longues années de ma formation, ce qui leur fait valoir ma grande
reconnaissance.
je tiens à remercier vivement mon cher ami Mr. Fateh SLAMA doctorant à
l’université de Sétif pour m’avoir encouragé dans les moments critiques, et
pour l’esprit d’équipe que nous avons et qui m’a permis d’échanger avec lui
des idées dans le même axe de recherche sans oublier mes amis Abdelghani
YAHIOU, Souhil MOUASSA , Djamel ISSAADI et Fouzi BAGHEM, ainsi
Abdelmoumene BENAYED doctorant à l’université de Béjaia pour son
soutien.
Enfin, je remercie toutes les personnes (dont le nombre est très élevé pour
les citer toutes ici), qui ont contribué de prés ou de loin, directement ou
indirectement à l’aboutissement de ce travail, je les remercie tous.
Dédicace

Dédicace

A la mémoire de ma grande mère * ZOHRA* que


ALLAH lui accorde toute sa miséricorde.

A mes chers parents préférés dans cet univers, pour l’amour et


l’affection qu’ils m’ont offert, pour les conseils fructueux qui
m’ont été prodigués, grand merci.
A ma sœur Ouahiba et ses filles : Allaa & Maram.
A Ma petite sœur Moufida.
A mes frères : Samir, Noureddine, Abdelhak & Adel.
A toute la famille LASMI…
A ma future femme …
A tous les amis …
A tous ceux qu’on aime …
Et à tous ceux qui me sont chers ...

Yassine LASMI
Acronymes et Symboles

Acronymes
𝑃𝑉 : Photovoltaïque.

𝐺𝑃𝑉 : Générateur Photovoltaïque.

𝐾𝑊𝑐 : Kilowatt Crete.

𝐸𝜆 : Distribution du rayonnement de corps noir.


𝐸 : Emittance énergétique (éclairement ou ensoleillement).
𝐴𝑀 : Masse d’air.
𝑇𝑆𝐿 : Temps standard local.
TSV : Temps Solaire Vrai.
𝐷𝐶 : Courant Continu.
𝐴𝐶 : Courant Alternatif.
𝐹𝐹 : Facteur de forme.
𝑆𝑇𝐶 : Conditions de tests standards ‘Standard Test Conditions’.
𝑀𝑃𝑃 : Point de fonctionnement optimal
𝑀𝑃𝑃𝑇 : Poursuite du Point de Puissance Maximale. ‘Maximum Power Point Tracking’.

Symboles
𝜆 : Longueur d’onde en mètre.
𝜎 : Constante de Stefan-Boltzmann.
𝐸𝑆 : Éclairement de la surface du soleil.
EO : Éclairement en dehors de l’atmosphère terrestre, appelée constante solaire.
𝐴𝑆 : Surface du soleil.
A0T : Surface de la sphère dont le rayon est l’orbite de la terre/soleil.
𝛬 : Longitude géographique du site.
Λref : Longitude de référence du TSL.
γ : Altitude.
𝜓 : Azimut.
𝛬 : Longitude.
𝜑 : Latitude.
Acronymes et Symboles

 STC : Rendement de la cellule photovoltaïque.


𝑃𝑚 : Puissance produite par le générateur PV.
𝑆𝑐𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 : Surface de la cellule [m²].

E : Éclairement absorbé par la cellule.


𝐸𝑟é𝑓 : Éclairement de référence (1000 w/m²).
𝑉𝑡ℎ : Tension thermique.
𝐾 : Constant de Boltzmann (1,38.10-23 J/K).
𝑞 : Charge de l’électron (1,6.10-19 C).
𝐼𝑝𝑣 : Courant généré par la cellule photovoltaïque.
Iph : Courant de la cellule PV (Photo-Courant).
𝐼𝑑 : Courant circulant dans la diode.

I0 : Courant de saturation inverse de la diode.


𝑇 : Température de la jonction des cellules PV [°K].
𝑇𝑛 : Température de référence des cellules PV [°K].
Eg : Énergie de Gap du matériel de la cellule PV en [ev].
𝑉𝑝𝑣 : Tension de sortie d’un panneau photovoltaïque.
𝐼𝑝 : Courant circulant dans la résistance 𝑅𝑃 .
𝑅𝑃 : Résistance shunt de la cellule PV.
𝑅𝑆 : Résistance série de la cellule PV.
𝑁𝑆 : Nombre de cellules en série.
𝑁𝑃 : Nombre de cellules en parallèle.
𝜂 : Rendement.
𝐾𝑡 : Coefficient de variation de courant 𝐼𝑐𝑐 selon la température.
A : Facteur d’idéalité de la jonction (cellule PV) p-n
𝑉𝑚𝑝𝑝 = 𝑉𝑚 : Tension d'un module PV au point de puissance maximale [V].

𝐼𝑚𝑝𝑝 = 𝐼𝑚 : Courant d'un module PV au point de puissance maximale [A].


𝐼𝑚𝑟 : Courant de référence d'un module PV au point de puissance maximale.
𝑇 : Température de la jonction des cellules PV [°K].
𝑇𝑟é𝑓 : Température de référence des cellules PV [°K].
𝐼𝐶𝐶 : Courant de court-circuit d'une cellule ou d'un module solaire [A].
𝑉𝐶𝑂 : Tension en circuit ouvert d’un module solaire [V].
Acronymes et Symboles

𝑅𝐿 : Résistance de filtre.
𝐿 : Inductance de filtre.
𝐹𝑃 : Facteur de puissance.
𝐷 : Rapport cyclique.
𝛥𝐷 : Variation du rapport cyclique.
𝑃&𝑂 : Perturbation et Observation.
𝐼𝑛𝑐𝐶𝑜𝑛𝑑 : Conductance Incrémentale.
E(K) : Erreur.
CE(K) : Variation de l’Erreur.
Sommaire

Sommaire
Introduction générale
Chapitre 01 ……………………………………………………………………………………..…..1

Généralités sur les systèmes photovoltaïques


1.1. Introduction ………………………………………………………………………………………………………………...1
1.2. Potentiel solaire ……………………………………………………………………………………………… ………..…2
1.2.1. Potentiel solaire extraterrestre …………………………………………………………….. .......………….2
1.2.1.1. Rayonnement solaire extraterrestre …………………………………………………… ......……...2
1.2.1.2. Temps solaire vrai (TSV) ……………………………………………………………………… ......…....3
1.2.1.3. Position du soleil ……………………………………………………………………………………..... ......4
1.2.1.4. Géométrie d’orientation : collecteur- faisceau du soleil …………………………… .... ……5
1.2.2. Rayonnement solaire………………………………………………………………………………………...... …5
1.3. Masse d’air …………………………………………………………………………………………………………………..7
1.4. Semi conducteur ………………………………………………………………………………………………… ……….8
1.4.1. Formation de la jonction PN ………………………………………………………………………… ..... ……8
1.4.2. Principe de fonctionnement de la cellule photovoltaïque ………………………… ......... ……….9
. 1.4.3 Type et rendement des cellules photovoltaïques …………………………………………… ...... …..9
1.5. Protections classiques d’un générateur photovoltaïque (GPV) …………………………………….10
1.6. Systèmes photovoltaïques …………………………………………………………………………………… …….11
1.6.1. Systèmes photovoltaïques avec stockage électrique ……………………………………… ...... …11
1.6.2. Systèmes à couplage direct sans batterie ……………………………………………………… ..... ….12
1.7. Secteurs d’application …………………………………………………………………………………………….. ....13
1.8. Avantages et inconvénients de l’énergie photovoltaïque ……………………………………………...13
1.8.1. Avantages ……………………………………………………………………………………………...............…....13
1.8.2. Inconvénients ……………………………………………………………………………………… .…...…………14
Conclusion ……………………………………………………………………………………………………...………………..14

Chapitre 02 ………………………………………………………………………………………………………...….15

Modélisation d’un système photovoltaïque


2.1. Introduction ........................................................................................................................................................................ 15
2.2. Modélisation du générateur photovoltaique (GPV) ................................................................................. ..15
2.2.1. Cas d’une cellule idéale ..................................................................................................................................... .15
Sommaire

2.2.2. Cas d’une cellule réelle ………………………………………………………………… ..... ……………….…16


2.3. Constitution d’un générateur photovoltaïque (GPV) ................................................................................ 18
2.3.1. Association des cellules photovoltaïques en série............................................................................. 19
2.3.2. Association des cellules photovoltaïques en parralèle ................................................................... 19
2.4. Influence de l’Éclairement.......................................................................................................................................... .21
2.5. Influence de la Température..................................................................................................................................... .21
2.6. Efficacité (rendement) maximale de la conversion.................................................................................... .22
2.7. Facteur de forme FF....................................................................................................................................................... .22
Conclusion…………………………………………………………………………….…………………….………………… ...23

Chapitre 03..................................................................................................................................... 24

Convertisseurs DC-DC et MPPT


3.1. Introduction ....................................................................................................................................................................... ..24
3.2. Suivi de la puissance maximale du générateur photovoltaïque (GPV)……………………………2 4
3.3. Connexion directe source-charge…………………………………………………………………….…………..24
3.4. Étage d’adaptation entre un générateur PV et une charge ..................................................................... 25
3.4.1. Convertisseurs DC/DC………………………………………………………………………………………….26
3.4.1.1. Hacheur survolteur (Boost)………………………………………………………………………… .. 26
3.4.1.2. Hacheur dévolteur (Buck)…………………………………………………………………………….. 32
3.5. Principe du MPPT………………………………………………………………………………………………….…… 34
3.5.1. Adaptation manuelle de la charge au générateur photovoltaïque…………....... ……….…...34
3.5.2. Méthode à contre réaction de tension …………………………………………………… ......………...35
3.5.3. Méthode à contre réaction de courant……………………………………………………......… ……..36
3.5.3.1. Référence en fonction du courant de court-circuit ICC ……………...…………..... …….…36
3.5.3.2. Référence externe (Cellule pilote)…………………………………………………………......…...36
3.5.4. Méthodes à contre réaction de puissance ……………………………………..…………………… ...37
3.5.4.1. Technique de l’incrémentation de la conductibilité (IncCond)………..…….....….…...37
3.5.4.2. Résultats de simulation de la Technique IncCond …………………………..… ..... ………..39
3.5.4.3. Algorithme ‘Perturbation et Observation‘ (P&O) …...………………………..…..... ……….45
3.5.4.4. Résultats de simulation de la Technique (P&O) …...…………………….….......…….……..47
Conclusion…………………………………………………………………………….…………………………………............52
Sommaire

Chapitre 04 ………………………………………………………………………………………………………………….53

Commande MPPT basée sur l’approche floue


4.1. Introduction………………………………………………………………………………………………………………. 53
4.2. Contrôleur MPPT flou .................................................................................................................................................... 53
4.2.1. Fuzzification………………………………………………………………………………………………………..……...... 54
4.2.2. Méthode d'inférence…………………………………………………..………………………………………...... .. ..55
4.2.3. Défuzzification …………………………………………………………………………………………...............57
4.2.3.1. Méthode du critère maximal (MCM)………..…………………………………......……………....58
4.2.3.2. Méthode du centre de gravité ………..…………………………………………………......…..…...58
4.3. Commande MPPT floue…………………………………………………………………………………………… …58
4.4. Résultats de simulation de la commande MPPT floue…………………………………………………...60

4.5. Etude comparative entre MPPT Floue et MPPT classique (P&O, IncCond)……………...……..63

4.5.1. Fonctionnement avec conditions environnementales stables ……………………………..…63

4.5.2. Fonctionnement avec conditions environnementales changeantes ……………………..…65

4.5.2.1. Fonctionnement sous ensoleillement variable …………………………………………….…65


4.5.2.1.1. Augmentation rapide d’ensoleillement ………..…………………….……………...........65
4.5.2.1.2. Augmentation lente d’ensoleillement ………..……………………………………………68
4.5.2.2. Fonctionnement sous une variation de température ……..………………………….……70
4.5.2.2.1. Augmentation rapide de la température ………..…………………….….……...……....70
4.5.2.2.2. Augmentation lente de la température ………..…………………….….…...……...…....73
Teste de robustesse …………………………………………………………….…………………………………............76
Conclusion....……………………………………………………………………………………………………………….……..77
Introduction Générale

Introduction Générale

L’électricité est aujourd’hui la forme d’énergie la plus aisée à exploiter. Mais avant de la
consommer il aura fallu la produire, en général dans des unités de production de grande
puissance, la transporter, puis la distribuer vers chaque consommateur. Dans les pays
industrialisés, ce système est aujourd’hui très centralisé.
La production d'énergie est un défi de grande importance pour les années à venir. En effet,
les besoins énergétiques des sociétés industrialisées ne cessent d’augmenter. Par ailleurs, les
pays en voie de développement auront besoin de plus en plus d’énergie pour mener à bien leur
développement. De nos jours, une grande partie de la production mondiale d’énergie est
assurée à partir de sources fossiles. La consommation de ces sources donne lieu à des
émissions de gaz à effet de serre et donc une augmentation de la pollution. Le danger
supplémentaire est qu’une consommation excessive du stock de ressources naturelles réduit
les réserves de ce type d’énergie de façon anarchique pour les générations futures.
On distingue deux types d’énergie : les énergies non renouvelables et les énergies
renouvelables. Les premières sont dérivées à partir du pétrole, du gaz, du charbon, et
d’uranium…Les secondes de l’hydraulique, la biomasse, les déchets, l’éolien, le solaire, le
géothermique, etc.
Dans ce contexte général, notre étude s’intéresse à la filière photovoltaïque (PV) qui
semble une des plus prometteuses avec un taux de croissance mondial très élevé.
L’énergie PV est obtenue directement à partir du rayonnement du soleil. Elle peut même se
transformer en énergie électrique grâce à l'effet photovoltaïque. Les panneaux PV composés
des cellules PV ont la capacité de transformer les photons en électrons. L’énergie sous forme
de courant continu est ainsi directement utilisable.
En raison des caractéristiques électriques fortement non linéaires des cellules PV et de
leurs associations, le rendement des systèmes PV peut être amélioré par des solutions utilisant
les techniques de recherche du point de puissance maximale (dites techniques MPPT).
Concernant ce travail, nous nous sommes intéressés essentiellement au développement
d’une procédure d’optimisation qui permet la poursuite de point de la puissance maximale
(Maximum Power Point Tracking MPPT) d’un générateur photovoltaïque (GPV), pour une
bonne exploitation du générateur photovoltaïque. En effet, par exemple dans le cas des engins
mobiles alimentés par l’énergie photovoltaïque, l’alimentation doit être assurée au point
maximal de la puissance (MPPT) quelques soient les conditions météorologiques
Introduction Générale

(température et éclairement). Ceci nécessite l’implémentation d’une technique de poursuite de


point maximale de puissance, telle que la méthode de Perturbation-Observation (P&O),
Incrémentation (INC) et l’approche Floue.
D’autre part, la logique floue a reçu une attention particulière de la part d’un certain
nombre de chercheurs dans le domaine de l’électronique de puissance. Vu ses performances,
nous l’avons appliquée pour développer une technique MPPT Floue.
Le mémoire présenté est organisé en quatre chapitres.
Après une introduction générale
Le chapitre I présente d’une manière générale les systèmes photovoltaïques et leurs
composants.
Ensuite, nous passerons au deuxième chapitre consacré à la modélisation du générateur
photovoltaïque, ainsi le principe de la conversion photovoltaïque puis nous donnerons les
principales caractéristiques d’un GPV et nous présenterons les systèmes photovoltaïques, avec
leurs avantages et leurs inconvénients.
Le troisième chapitre est consacré à une modélisation de deux types de convertisseurs
DC_DC à savoir, les convertisseurs Buck et Boost. De plus, il montre quelques techniques de
poursuite du point de puissance maximale (MPPT), et nous nous intéresserons à l’étude de la
méthode "Perturbation- Observation" et "IncCond".
Dans le quatrième chapitre, nous présenterons la commande floue d’un système
photovoltaïque pour la recherche du point de puissance maximale (MPP).
Le travail a été complété par une étude comparative avec un test de robustesse entre les
méthodes dites conventionnelles à savoir, la méthode Perturbation-Observation (P&O),
IncCond et celle basée sur l’approche Floue.
Les résultats obtenus mettent en évidence l’avantage de l’approche Floue par rapport à la
méthode Perturbation et Observation (P&O) et IncCond.
Le mémoire se termine par une conclusion générale et des perspectives .
Chapitre 01
Généralités sur les systèmes
photovoltaïques
1.1. Introduction
Le soleil est une source énergétique quasiment illimitée, il pourrait couvrir plusieurs
milliers de fois notre consommation globale d'énergie [1]. C'est pourquoi, l'homme cherche
depuis longtemps à mettre à profit cette énergie importante diffusée sur l'ensemble de la
planète, il a pu arriver à réaliser ce but par le moyen dit cellule photovoltaïque. Le nom
Photovoltaïque vient du Grec est composé de deux parties:
Photos : Lumière.
Volt : Unité de tension électrique, du nom Alessandro Volta.
Ce phénomène fut découvert au 19ème siècle par le physicien Alexandre Edmond
Becquerel. La première cellule photovoltaïque fut développée début 1954 pour l’alimentation
en énergie des satellites. Depuis 1958, les cellules photovoltaïques alimentent seulement le
système énergétique des satellites jusqu’à ses premières applications terrestres au début des
années 70. Le photovoltaïque fut utiliser pour l’alimentatio n en énergie de petites maisons
isolées et d’équipements de télécommunications. [2]
Aujourd’hui, grâce à sa fiabilité et à son concept respectueux de l’environnement, le
photovoltaïque prend une place prépondérante.
Pour comprendre ce phénomène, nous avons rappelé dans ce chapitre quelques notions de
base sur le rayonnement solaire et les propriétés des semi-conducteurs ; matériaux de base des
cellules photovoltaïques.
Une fois ces rappels théoriques sont faits, il nous sera facile d’expliquer le principe de
fonctionnement de la cellule photovoltaïque en passant au système photovoltaïque complet et
à ses trois types à savoir [3] :
 Les systèmes autonomes,
 Les systèmes connectés au réseau,
 Les systèmes fonctionnant au fil du soleil (Pompage PV).

UFAS-2013 P.1
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1.2. Potentiel solaire


1.2.1. Potentiel solaire extrate rrestre
1.2.1.1. Rayonne ment solaire extraterrestre
Pour comprendre le comportement du rayonnement solaire, les caractéristiques du corps
noir devrait être vues brièvement. Le " corps noir " est à la fois un absorbeur et un émetteur de
rayonnement électromagnétique avec 100 % d'efficacité à toutes les longueurs d'ondes. La
distribution théorique des longueurs d'onde du rayonnement du corps noir est
mathématiquement décrite par l'équation de Planck comme suite : [4]

A5
E  (1.1)
  
exp  1
 T 
𝐸𝜆 : Distribution du rayonnement du corps noir.
Avec
𝐴= 3.74x10-16 W/m2 ;
𝐵 = 14.39x 10-3 m.K ;
𝜆 : Longueur d’onde en mètre ;
𝑇 : Température absolue en °K.
L’ensoleillement, qui représente le flux d’énergie émis par unité de temps et par unité de
surface du soleil, exprimée en W/m2 est donné par la loi de Stefan-Boltzmann [5]:
𝐸𝑆 = 𝜎𝑇 4 (1.2)
Où σ =5.67x 10-8 W/m2 .K4 est la constante de Stefan-Boltzmann ;
T est la température absolue du corps noir.
L’ensoleillement reçu en dehors de l'atmosphère terrestre, nommée la constante solaire,
peut être approximativement dérivée selon l’expression (1.3), si on suppose que le soleil est
un corps noir [4] :
ES AS  E0 A0T
(1.3)
Avec
𝐸𝑆 : Eclairement de la surface du soleil ;
𝐸0 : Eclairement en dehors de l’atmosphère terrestre, appelé constante solaire ;
𝐴𝑆 : Surface du soleil ;
𝐴0𝑇 : Surface de la sphère dont le rayon est l’orbite de la terre/soleil ;
La figure (1.1) montre la géométrie schématique des rapports terre-soleil. En substituant E S
par l’équation (1.2) et T par 5762°K, on obtient : 𝐸0 = 1360 𝑊/𝑚².

UFAS-2013 P.2
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Puisque l'orbite de la terre 𝑅𝑂𝑇 n'est pas entièrement constant, E0 change légèrement tout
au long de l’année, on peut déduire que 1300 𝑊/𝑚² < 𝐸0 < 1390 𝑊/𝑚².
Les mesures, par satellite, indiquent que la valeur moyenne de l’année 𝐸0 est de 1367𝑊/𝑚² ;
qui est dans la gamme précédente.
En raison de l'orbite elliptique de la terre, l’ensoleillement extraterrestre E0 sur une surface
perpendiculaire au faisceau du soleil dans le jour n de l'année est donné (n variant de 1 à 365
et ce du 01/01 au 31/12 de l’année) par l’équation suivante [6]: telque n est le nombre de jour
2n
E 0 ( n )  ( 1  0.033 )E0
365
(1.4)

Figure 1-1.Géométrie schématique des rapports terre-soleil [4].


1.2.1.2. Temps solaire vrai (TSV)
Le temps, en heures, appliqué dans les calcules d'énergie solaire est nommé : le temps
solaires vrai, là où le soleil croise le méridien de l'observateur à 12:00. La conversion du
temps standard local (TSL) au TSV est faite par l’équation (1.5):
12h
TTSV  TTSL  ( ref  )  B t (n) (1.5)

Avec:
𝛬 est longitude géographique du site;
𝛬𝑟é𝑓 est longitude de référence du TSL;
𝐵𝑡 (𝑛), en heures, est un facteur additionnel qui compte pour les perturbations de rotation de la
terre, (on peut ajouter jusqu’à 1H); il est donné par l’équation (1.6): [7]

UFAS-2013 P.3
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 2 ( n  81 )   2 ( n  81 )   2 ( n  81 ) 
Bt ( n )  0.1645 sin   1255 cos   0.025 sin  (1.6)
 364   364   364 
1.2.1.3. Position du soleil
La position du soleil sur la sphère céleste est donnée par l'angle d'altitude 𝛾 et l'angle
d'azimut 𝜓 figure (1.2). Elle dépend de la date, la période du jour, et de la position
géographique de l'observateur [6].
La date, en nombre de jours 𝑛, détermine l'angle solaire de déclinaison 𝛿 de la terre, qui est
au point 𝑂 en radian. Elle est exprimée par l’équation suivante :
  284  n 
  23.45 sin 2  (1.7)
180  365 
Le temps de la journée, en heures, est le reflet d’un angle nommé angle horaire du soleil,
en radian équivalant à l’heure, qui est donné par l’équation suivante :

  ( TSV  12h ) (1.8)
12h
L'altitude 𝛾 et l'azimut 𝜓 à un certain temps et date, à longitude 𝛬 et à latitude 𝜑, sont alors
calculés à partir des équations (1.9) et (1.10) [6] :

sin(  )  sin(  ) sin(  )  cos(  ) cos(  ) cos(  ) (1.9)

sin(  ) sin(  )  sin(  )


cos( )  (1.10)
cos(  ) cos(  )
On note que l'azimut solaire 𝜓 est négatif le matin et positif l'après-midi. Pour des
positions sur l'hémisphère nordique, l'angle d'altitude 𝛾 est positif entre le lever et le coucher
du soleil ; tandis que sur l'hémisphère méridional, il est négatif. L'angle de déclinaison 𝛿 est
défini positif pendant l'été sur l'hémisphère nordique. L'angle de latitude géographique 𝜑 est
positif sur l'hémisphère nord et négatif sur l'hémisphère sud.

Figure 1-2. Position du soleil observée d’après l'origine O.

UFAS-2013 P.4
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1.2.1.4. Géométrie d’orientation : collecteur- faisceau du soleil


La position du soleil vis-à-vis d’un collecteur orienté arbitrairement est déterminée par
l'angle d'incidence 𝜃𝑖 du rayon du soleil figure (1.3). Pour le plan d'horizon, l'angle
d'incidence est égal à l'angle zénith, équation (1.11) :
cos( i )  sin(  ) (1.11)

Pour un collecteur incliné avec l'angle 𝛽 et l’azimut 𝛼, l'angle d'incidence 𝜃𝑖 est calculé à
partir de:
cos( i )  sin(  ) cos(  )  cos(  ) sin(  ) cos(   ) (1.12)
là où l'angle d'azimut 𝛼 d'est-ouest et zéro pour l'orientation sud. L'ensoleillement
extraterrestre 𝐸0 reçu par un collecteur arbitrairement orienté est donnée par l’équation (1.13):

E0  E0 cos( i ) (1.13)

Normale du plant du récepteur


Plant horizontale
N
Faisceau du soleil

θI

α <0

Projection de la normale du plan


S

Figure 1-3. Position du soleil observée d’après l'origine O.


1.2.2. Rayonne ment solaire
 Spectre solaire
Afin de quantifier l’énergie développée par le générateur photovoltaïque dans une
application donnée, il est nécessaire de connaître le spectre du rayonnement solaire reçu sur
sol. En effet, quatre types de rayonnement ont été répertoriés dans la littérature:
 Rayonne ment direct
La conversion du rayonnement direct 𝐸𝐷 est une question trigonométrique. Le
rayonnement direct, sur le plan horizontal, est la différence entre le rayonnement global et le
rayonnement diffus.

UFAS-2013 P.5
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Le rayonnement direct est converti pour un plan avec un angle d'azimut 𝛼 et d'inclinaison
𝛽 selon l’équation suivante :
cos( i )
ED  ED (1.14)
sin(  )
Avec 𝛾 et 𝜃𝑖 sont donnés selon les équations (1.9) et (1.12).
On note que le paramètre 𝐸𝐷𝛼𝛽 peut être mesuré par un instrument nommé « Pyroheliometer »
[4], qui doit être monté sur la monture du générateur PV.
 Rayonne ment diffus: c’est dû à l’absorption et à la diffusion d’une partie du rayonnement
solaire global par l’atmosphère et à sa réflexion par les nuages et les aérosols.
 Rayonne ment réfléchi ou l’albédo du sol : c’est le rayonnement qui est réfléchi par le sol
ou par des objets se trouvant à sa surface. Cet albédo peut être important lorsque le sol est
particulièrement réfléchissant (eau, neige, etc.…).
 Rayonne ment global : le rayonnement global est subdivisé en rayonnements directs,
diffus et reflété par le sol) [6]. Dans la figure ci-dessous figure (1.4) est schématisé
l’ensemble des rayonnements solaires reçu sur une surface terrestre.

Figure 1-4. Types de rayonnement solaire reçu au sol.

L’intensité du rayonnement solaire reçu sur un plan quelconque à un moment donné est
appelée irradiation ou éclairement (noté généralement par la lettre G), il s’exprime en watts
par mètre carré (W/m²).
La valeur du rayonnement reçu par la surface du module photovoltaïque varie selon la
position de ce dernier. Le rayonnement solaire atteint son intensité maximale lorsque le plan
du module photovoltaïque est perpendiculaire aux rayons [3]:

UFAS-2013 P.6
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Dans la figure (1.6) ci-après est illustré l’effet de l’inclinaison des modules
photovoltaïques sur l’intensité de l’éclairement reçu sur leurs surfaces du levé au couché du
soleil.

Figure 1-5. Rayonnement solaire capté par Figure 1-6. Intensité de l’ensoleillement reçu
un plan horizontal et incliné. sur un plan horizontal et incliné.
1.3. Masse d’air
On appelle masse d’air AM , la perte de l’énergie solaire par l’absorption atmosphérique.
Elle est donnée en fonction de l’angle entre le soleil et le zénith [8].
1
AM  (1.15)
sin 
Où :
𝜃 : représente l’angle entre la position du soleil et le zénith exprimée en (Deg).
Le spectre solaire AM0 correspond à une masse d’air nulle pour un rayonnement arrivant
au dessus de la couche atmosphérique à incidence normale, AM1 pour un soleil vertical à la
terre (le soleil est au zénith), et AM1.5 pour un rayonnement solaire correspondant à une
inclinaison du soleil de 45° par rapport au zénith.
Le nombre "1.5" indique que le parcours de la lumière dans l'atmosphère est 1.5 fois
supérieur au parcours le plus court du soleil, c'est-à-dire lorsqu’il est au zénith [6].

Figure 1-7. Description du nombre de masse d’air.

UFAS-2013 P.7
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1.4. Semi conducteur


La filière la plus avancée sur le plan technologique et industriel est la réalisation de
cellules à base de silicium. Ce dernier est l'élément semi-conducteur le plus utilisé car il est
peu coûteux et il se trouve en très grande quantité sur terre : il constitue 28% de l'écorce
terrestre, sous forme de silice, parfaitement stable et non toxique [9].
1.4.1. Formation de la jonction PN

Le silicium, comme tous les semi-conducteurs, a une bande de valence pleine et une bande
de conduction vide. Mais grâce à un apport énergétique suffisant, il est possible de faire
passer des électrons de la bande de valence (BV) à la bande de conduction (BC), d’où la
génération d’électrons libres, figure (1.8).

Figure 1-8. Génération de la paire électron-trou.


La présence d'électrons libres dans la bande de conduction d'un matériau n'est pas
suffisante pour générer un courant: il est nécessaire de créer une différence de potentiel aux
bornes du photo- générateur afin d'entraîner les charges positives d'un côté et les charges
négatives de l'autre. Cette opération est possible par dopage du Silicium. Une jonction PN est
créée par l'assemblage de deux barreaux de Silicium de type N et P. Le composant ainsi créé
est appelé diode.

Figure 1-9. Jonction PN.

UFAS-2013 P.8
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1.4.2. Principe de fonctionnement de la cellule photovoltaïque


Une cellule photovoltaïque est un dispositif semi-conducteur généralement a base
silicium. Elle est réalisée à partir de deux couches, une dopée P et l’autre dopée N créant ainsi
une jonction PN avec une barrière de potentiel. Lorsque les photons sont absorbés par le semi-
conducteur, ils transmettent leur énergie aux atomes de la jonction PN de telle sorte que les
électrons de ces atomes se libèrent et créent des électrons (charges N) et des trous (charges P).
Ceci crée alors une différence de potentiel entre les deux couches. Cette différence de
potentiel est mesurable entre les connexions des bornes positives et négatives de la cellule [3].
La structure d’une cellule photovoltaïque est illustrée dans la figure (1-10) ci-dessous

Figure 1-10. Structure d’une cellule photovoltaïque.


1.4.3. Type et rende ment des cellules photovoltaïques
Il existe différents types de cellules solaires (ou cellules photovoltaïques), et chaque type
de cellules a un rendement et un coût qui lui est propre. Cependant, quel que soit leur type,
leur rendement reste assez faible: de 8 à 23% de l’énergie qu’elles reçoivent. Il existe trois
principaux types de cellules à l'heure actuelle [6].
 Cellules monocristallines: Ce sont celles qui ont le meilleur rendement mais aussi
celle qui ont le cout le plus élevé, du fait d'une fabrication compliquée.
 Cellules poly cristallines: Leur conception étant plus facile, leur coût de fabrication st
moins important, cependant leur rendement est plus faible.
 Cellules amorphes: Elles ont un faible rendement, mais ne nécessitent que de très
faibles épaisseurs de silicium et ont un coût peu élevé. Elles sont utilisées couramment dans
de petits produits de consommation telle que des calculatrices solaires ou encore des montres.
 Rendement d’une cellule:

UFAS-2013 P.9
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Le tableau suivant (1-1) présente les différents types de cellules avec leur rendement.
Tableau 1-1. Différents types des cellules avec leur rendement.
Technologie de cellules Rendement en Rendement production
laboratoire
Silicium amorphe (a-Si) 13% 5-9%
Silicium poly cristallin (p-Si) 19,8% 11 à 15 %
Silicium monocristallin (m-Si) 24,7% 13 à 17%

(a) (b) (c)


Figure 1-11. Les images de différents types de la cellule photovoltaïque.
L’expression du rendement est donnée comme suite
Pm
 STC  (1.16)
ESTC  S cellule

 STC : Rendement de la cellule photovoltaïque;


𝑃𝑚 : Puissance produite par le générateur PV;
ESTC : Eclairement absorbé par la cellule;
𝑆𝑐𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 : Surface de la cellule [m²] ;
 Ce rendement dépend de plusieurs facteurs [10]:
- Réflexion à la surface.
- Température de jonction des cellules.
- Type de matériau utilisé et technique de fabrication.
- La résistance série et parallèle responsables des pertes par effet Joule.
- Absorption incomplète et excès d’énergie des photons absorbés.
1.5. Protections classiques d’un générateur photovoltaïque
Lorsque nous concevons une installation photovoltaïque, nous devons assurer la protection
électrique de cette installation afin d’augmenter sa durée de vie en évitant notamment des
pannes destructrices liées à l’association des cellules et de leur fonctionnement en cas
d’ombrage.

UFAS-2013 P.10
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Pour cela, deux types de protections sont classiquement utilisés dans les installations actuelles
[11]:
-la protection en cas de connexion en parallèle de modules PV pour éviter les courants
négatifs dans les GPV (diode anti-retour).
- la protection lors de la mise en série de modules PV permettant de ne pas perdre la totalité
de la chaîne (diode by-pass) et éviter les points chauds.

Diode anti-retour

Sous- réseau Diode bypass


A

Sous- réseau
B

Figure 1-12. Schématisation d’un GPV élémentaire avec diodes by-pass et diode anti-retour [11].
1.6. Systèmes photovoltaïques
Partie générale:
On ne peut pas considérer les modules photovoltaïques comme simples générateurs
d’énergie électrique en remplacement d’un réseau, mais associer étroitement ces modules à un
système complet pour une application bien spécifique correspondant à un besoin bien défini.
Les systèmes photovoltaïques les plus couramment utilisés sont de deux types:
1.6.1. Systèmes photovoltaïques avec stockage électrique
Batterie d’accumulateurs électrochimiques, ceux-ci alimentent des appareils d’utilisation :
- soit directement en courant continu.
-soit en courant alternatif par l’intermédiaire d’un convertisseur continu- alternatif
(onduleur).

Générateur
Batterie Appareils courant continu
photovoltaïque

Appareilscourant
Appareils courantcontinu
Onduleur
alternatif

Figure 1-13. Schéma synoptique d’un système photovoltaïque avec stockage.

UFAS-2013 P.11
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1.6.2. Systèmes photovoltaïques à couplage direct sans batterie


(Fonctionnement dit aussi < au fil du soleil>).
Les appareils d’utilisation sont branchés soit directement sur le générateur solaire, soit,
éventuellement, par l’intermédiaire d’un convertisseur continu-continu, adaptateur
d’impédance.

Générateur photovoltaïque Appareils

Adaptateur
d’impédance

Figure 1-14. Schéma synoptique d’un système photovoltaïque à couplage direct.


Pour les systèmes sans batterie, il y a possibilité d’avoir recours à un stockage mais qui ne
sera pas sous forme électrochimique.
Exemple:
– pompage ⇒ stockage par réservoir d’eau.
– Réfrigération ⇒ stockage de froid.
Le choix de tel ou tel système se fera en fonction de différents critères: simplicité,
application, environnement, etc.
Toutefois l’étude de systèmes photovoltaïques se ramène à l’étude de l’adaptation de la
charge constituée, soit d’une batterie, d’une charge quelconque par rapport à l’ensemble des
modules solaires.
Comme il à été vu précédemment, on recherchera à optimiser le système pour avoir le
meilleur rendement d’adaptation du système (rapport de l’énergie électrique fournie
l’utilisation à l’énergie électrique qu’aurait pu fournir le générateur fonctionnant toujours à
son point de puissance maximum).
Un système photovoltaïque est donc constitué du générateur, et des charges à alimenter.
Ces charges sont de type courant continu ou courant alternatif.
Les diverses composantes d’un système photovoltaïque sont représentées symboliquement
sur le schéma généralisé dans la figure (1-15) ci-dessous.
Cette représentation synoptique recouvre à peu prés tous les cas de figure (1-14) mais il
est bien certain qu’un système photovoltaïque ne comporte en général qu’un certain nombre
des éléments représentés ici.

UFAS-2013 P.12
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 1-15. Schéma synoptique d’un système photovoltaïque.


1.7. Secteurs d’application
Domaine spatial: c’est de loin le secteur le plus ancien puisque les premières utilisations
de cellules solaires pour des engins spatiaux (satellites, navettes,...) remontent aux années
soixante.
Télécommunications : Téléphonie rurale, radiotéléphonie,...
Sites isolés : Parcs nationaux, service des eaux et forêts, régions isolées, pays en voie de
développement. Pompage de l’eau, irrigation, domiciles, villages.
Acquisition de données : L’énergie photovoltaïque joue un rôle très important pour les
stations isolées d’acquisition de données, vu la haute fiabilité de fonctionnement, l’autonomie,
la moindre sensibilité à la foudre, la résistance extrême aux conditions naturelles, la
maintenance légère et la longévité des équipements (25 ans).
Domaine du transport : Lampadaires, panneaux à messages variables, éclairage de
panneaux, signalisation lumineuse routière et ferroviaire.
1.8. Avantages et inconvénients de l’énergie photovoltaïque
1.8.1. Inconvénients
La fabrication du module photovoltaïque relève de la haute technologie et exigé des
investissements d’un coût élevé.
Le rendement réel de conversion d’un module est faible, de l’ordre de 10-15 % avec une
limite théorique pour une cellule de 28%. Les générateurs photovoltaïques ne sont compétitifs
par rapport aux générateurs diesel que pour des faibles demandes d’énergie en régions isolées.
Lorsque le stockage de l’énergie électrique sous forme chimique (batterie) est nécessaire,
le coût du générateur est accru.
Le stockage de l’énergie électrique pose encore de nombreux problème s.

UFAS-2013 P.13
Chapitre 1 Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1.8.2. Avantages
D’abord une haute fiabilité. L’installation ne comporte pas de pièces mobiles qui la rendent
particulièrement appropriée aux régions isolées. C’est la raison de son utilisation sur les
engins spatiaux.
Ensuite le caractère modulaire des panneaux photovoltaïques permet un montage simple et
adaptable à des besoins énergétiques divers. Les systèmes peuvent être dimensionnés pour des
applications de puissances allant du milliwatt au Mégawatt.
Le coût de fonctionnement est très faible vu les entretiens réduits et il ne nécessite ni
combustible, ni transport, ni personnel hautement spécialisé.
La technologie photovoltaïque présente des qualités sur le plan écologique car le produit
fini est non polluant, silencieux et n’entraîne aucune perturb ation du milieu, si ce n’est par
l’occupation de l’espace pour les installations de grandes dimensions.
Conclusion:
Dans ce chapitre nous avons présenté le potentiel solaire, le principe de la conversion PV
et les cellules monocristallines qui ont le meilleur rendement dans les conditions réelles
d’utilisation des systèmes photovoltaïques et leurs secteurs d’application.

UFAS-2013 P.14
Chapitre 02

Modélisation d’un système photovoltaïque


2.1. Introduction
Un générateur photovoltaïque (GPV) est constitué d’un ensemble de cellules
photovoltaïques élémentaires montées en série et/ou parallèle afin d’obtenir des
caractéristiques électriques désirées tels que la puissance, le courant de court-circuit ou la
tension en circuit ouvert.
Pour trouver le modèle du générateur pho tovoltaïque (GPV), il faut tout d’abord retrouver
le circuit électrique équivalent à cette source. De nombreux modèles mathématiques, ont été
développés [12] pour représenter leur comportement très fortement non linéaire qui résulte de
celui des jonctions semi-conductrices qui sont à la base de leurs réalisations.
On rencontre dans la littérature plusieurs modèles du générateur photovoltaïque qui
différent entre eux par la procédure et le nombre de paramètres intervenants dans le calcul de
la tension et du courant final du générateur photovoltaïque.
2.2. Modélisation du générateur photovoltaïque (GPV)
Le schéma électrique équivalent du générateur photovoltaïque est réduit en un simple
schéma bloc (Figure.2.1) à deux entrés (E : l’éclairement et T : la température de la cellule) et
deux sorties (I : le courant et V : la tension).

1000 E I

25 T V IVP

V P

Ramp

Figure 2-1.Schéma bloc du générateur photovoltaïque.


2.2.1. Cas d’une cellule idéale
Dans le cas idéal, la cellule d’une jonction PN soumise à l’éclairement photovoltaïque
connectée à une charge peut être schématisée par un générate ur de courant en parallèle avec

UFAS-2013 P.15
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

une diode. Ce générateur délivre un courant 𝐼𝑝𝑕 selon la figure (2.2), qui représente le circuit
équivalent d’une cellule solaire idéale [13].

Ipv

Id

Iph Vd Vpv

Figure 2-2. Schéma équivalent d’une cellule idéale.

Les équations retenues de ce modèle sont:


I pv  I ph  I d (2.1)

Le courant𝐼𝑝𝑕 est assimilé au courant𝐼𝑠𝑐 avec𝑉𝑝𝑣 = 0, courant de court-circuit obtenu e n


court-circuitant la charge.
E
I ph  I sc  (2.2)
Eréf

𝐸 : Éclairement absorbé par la cellule ;


𝐸𝑟𝑒𝑓 : Éclairement de référence (1000 w/m2 ) ;

 VVd 
I d  I 0  e t  1 (2.3)
 
 
𝐼0 : Courant de saturation inverse de la diode ;
NkT
Vt  (2.4)
q

𝑉𝑡 : Tension thermique ;
𝑁 : Facteur d’idéalité de la photopile ;
𝐾 : Constant de Boltzmann (1,38.10-23 J/K) ;
𝑞 : Charge de l’électron (1,6.10-19 C).
2.2.2. Cas d’une cellule réelle
Le schéma équivalent de la cellule photovoltaïque réelle tient compte d’effets résistifs
parasites dues à la fabrication et représenté sur la figure (2.3).

P. 16
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

Ce schéma équivalent est constitué d'une diode (𝑑) caractérisant la jonction, une source de
courant (𝐼𝑝𝑕 ) caractérisant le photo-courant, une résistance série (𝑅𝑠 ) représentant les pertes
par effet Joule, et une résistance shunte (𝑅𝑠𝑕 ) caractérisant un courant de fuite entre la grille
supérieure et le contact arrière qui est généralement très supérieure à (𝑅𝑠 )[14].

Figure 2-3.Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque réelle.


Le courant produit par le générateur est donné par les équations suivantes :

  q(V  Rs I )   V  Rs I
I  I ph  I s exp    1  (2.5)
  AKT   Rsh
E
I ph   Iphref   (T  Tref )  (2.6)
Eref 

 q.Eg 1 
3
 T   1
I s  I s ref .   .exp     (2.7)
T  AK 
 ref    Tref T  
Où :
𝐼 : Courant fourni par la cellule [A]
𝑉 : Tension à la borne de la cellule [V]
𝐼𝑝𝑕 : Photo courant [A], proportionnel à l’irradiante E, avec correction selon T
𝐼𝑠 : Courant de saturation de la diode [A], dépendant de la température
µ: Coefficient de température du photo-courant (ou courant de court-circuit), il est
souvent donné par le fabricant, il est en général positif mais très faible.
𝐸𝑔 : Energie de Gap de la cellule. (Silicium cristallin 𝐸𝑔 = 1,12 𝑒𝑉, Silicium
amorphe𝐸𝑔 =1,7𝑒𝑉, 𝐶𝐼𝑆 = 1, 03 𝑒𝑉, 𝐶𝑑𝑇𝑒 = 1, 5 𝑒𝑉).
Les conditions de référence𝐸 et 𝐸𝑟𝑒𝑓 sont les conditions extérieures pour lesquelles sont
spécifiées les données de base utilisées pour l’établissement du modèle ( 𝑉𝑐𝑜 ,𝐼𝑐𝑜 ,𝑉𝑚𝑎𝑥 , 𝐼𝑚𝑎𝑥 ),
se sont soit les spécifications du fabricant, toujours données aux STC (Standard Test
Conditions, 1000 W/m², 25°C), soit des valeurs issues d’une mesure du module.

P. 17
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

 présentation du module KC-60:


Ce module possède les caractéristiques suivantes fournies par le constructeur à 1000
(w/m²) et 25°C [20]:
-Puissance optimale 𝑃𝑜𝑝𝑡 = 60 𝑤
-Courant de court- circuit 𝐼𝑐𝑐 = 3.73 𝐴
-Tension a circuit ouvert 𝑉𝑜𝑐 = 20 𝑉
-Courant optimale 𝐼𝑜𝑝𝑡 = 3.55 𝐴
-Tension optimale 𝑉𝑜𝑝𝑡 = 16.9 𝑉
1.8

1.6

4
1.4
3.5
1.2
Puissance P (W)

Couran t I (A) 3
1
2.5
0.8
2
0.6
1.5

0.4 1

0.2 0.5

0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7
Tension V (V) Tension V (V)

Figure2-4.Caractéristique P-V d’une cellule Figure 2-5. Caractéristique I-V d’une cellule
PV. PV.

2.3. Constitution d’un géné rateur photovoltaïque (GPV)


L’association de plusieurs cellules photovoltaïques en série/parallèle donne lieu à un
générateur photovoltaïque. Si les cellules se connectent en série, les tensions de chaque
cellule s’additionnent, augmentant la tension totale du générateur. D’une autre part, si les
cellules se connectent en parallèle, c’est l’ampérage qui augmentera comme représentés sur
les figures suivantes.
2.3.1. Association des cellules photovoltaïques en parallèle
Les propriétés du groupement en parallèle des cellules sont duales de celles du groupement
en série. Ainsi, dans un groupement des cellules connectées en parallèle, les cellules sont
soumises à la même tension et la caractéristique résultante du groupement est obtenue par
addition des courants à tension donnée. La figure (2.7) montre les caractéristiques résultantes
(𝐼𝑃𝐶𝐶 , 𝑉𝑃𝐶𝑂 )obtenuesen associant en parallèle (indice p) 𝑁𝑝 cellules identiques:
I PCC  N P  I CC et VPCO  VCO

P. 18
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

Figure 2-6. Schéma de deux (2) cellules photovoltaïques associées en parallèle.

7
2 cellules
6
Courant I (A)

3
2 cellules
2

0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7


Tension V (V)

Figure 2-7. Caractéristique I-V de deux(2) cellules PV raccordées en parallèle.

2.3.2. Association des cellules photovoltaïques en série


Dans un groupement en série, les cellules sont traversées par le même courant et la
caractéristique résultante du groupement en série est obtenue par addition des tensions à
courant donné. La figure (2.9) montre la caractéristique résultante (𝐼𝑆𝐶𝐶 , 𝑉𝑆𝐶𝑂 ) obtenue en
associant en série (indice s) N s cellules identiques (𝐼𝐶𝐶 , 𝑉𝐶𝑂 ) :
I SCC  I CC et VSCO  N S  VCO

Figure 2-8. Schéma de 2 cellules photovoltaïques associées en série.

P. 19
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

3.5

Couran t I (A)
3

2.5
1 Cellule 2 Cellules
2

1.5

0.5

0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4


Tension V (V)

Figure 2-9. Caractéristique I-V de 2 cellules photovoltaïques raccordées en série.



La puissance maximale débitée par le panneau photovoltaïque donnée par le produit entre
la tension𝑉𝑜𝑝 et le courant𝐼𝑜𝑝 comme le représente la formule suivante :

Pmax  Vop  I op
70
E= 1000 w/m²
T = 25 °c
60

50
Puissance P (W)

40

30

20

10

0 5 10 15 20 25
Tension V (V)

Figure 2-10. Caractéristique P-V d’un générateur photovoltaïque.

P. 20
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

4
E= 1000 w/m²
3.5 T = 25 °c

Courant I (A)
2.5

1.5

0.5

0 5 10 15 20 25
Tension V (V)

Figure 2-11. Caractéristique I-V d’un générateur photovoltaïque.


2.4. Influence de l’Éclaire ment
En faisant varier l’éclairement entre 200 w/m² et 1000 w/m² avec un pas de 200, la
caractéristique (𝐼𝑝𝑣 = 𝑓(𝑉𝑝𝑣 )) est donnée par les figures (2. (12,13)). On remarque que la
valeur du courant de court-circuit est directement proportionnelle à l’intensité du
rayonnement. Par contre, la tension en circuit ouvert ne varie pas dans les mêmes proportions,
elle reste quasiment identique même à faible éclairement.
L’irradiation standard, internationalement acceptée, pour mesurer la réponse des panneaux
photovoltaïques est une intensité rayonnante de 1000 W/m2 et une température de 25 °C.
70 5

1000 w/m² T = 25°c Cte T = 25°c Cte


60 1000 w/m²
4
50 800 w/m²
800 w/m²
Puissance P (W)

Courant I (A)

3
40
600 w/m² 600 w/m²

30 2
400 w/m² 400 w/m²
20

200 w/m² 1 200 w/m²


10

0 5 10 15 20 25 0 5 10 15 20 25
Tension V (V) Tension V (V)

Figure 2-12. Caractéristique P-V du module PV Figure 2-13. Caractéristique I-V du module PV
selon l’éclairement. selon l’éclairement.

2.5. Influence de la Température


En faisant varier la température de 25°C jusqu’à 45°C, la caractéristique(𝐼𝑝𝑣 = 𝑓(𝑉𝑝𝑣 ))est

P. 21
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

donnée par les figures (2. (14,15)).On remarque que la température a une influence
négligeable sur la valeur du courant de court-circuit. Par contre, la tension en circuit ouvert
baisse assez fortement lorsque la température augmente, par conséquent la puissance
extractible diminue. Lors du dimensionnement d’une installation, la variation de la
température du site sera impérativement prise en compte.
70 5
E = 1000 w/m² 4.5
60 E =1000 w/m² 25 °C
25 °C
4 30 °C
50 30 °C
3.5 35 °C
Puissance P (W)

35 °C 40 °C

Courant I (A)
40 40 °C 3 45 °C
45 °C 2.5
30
2

20 1.5

1
10
0.5
0
5 10 15 20 25 0 5 10 15 20 25
Tension V (V) Tension V (V)

Figure 2-14.Caractéristique P-V du module PV Figure 2-15. Caractéristique I-V du module PV


selon la température. selon la température.

2.6. Efficacité (rende ment) maximale de la conversion


Elle est le rapport de la puissance électrique maximale pouvant être extraite, à la puissance
de rayonnement incident sur la surface S de la cellule.
Où S est la surface de la cellule, E est l’ensoleillement ambiant et 𝐹𝐹est le facteur de forme.
𝑃𝑜𝑢𝑡 𝑃𝑚𝑎𝑥 𝐼𝑚𝑝𝑝 .𝑉𝑚𝑝𝑝 𝑉𝑜𝑐 .𝐼𝑠𝑐 .𝐹𝐹
ɳ= = = = (2.8)
𝑃𝑖𝑛 𝑃𝑖𝑛 𝑆.𝐸 𝑃𝑖𝑛

2.7. Facteur de forme FF : est le rapport de la puissance maximale qui peut être délivré à la
charge et le produit de 𝐼𝑠𝑐 . 𝑉𝑜𝑐 .
𝑃𝑚𝑎𝑥 𝐼𝑚𝑝𝑝 .𝑉𝑚𝑝𝑝
𝐹𝐹 = = (2.9)
𝑉𝑜𝑐 .𝐼𝑠𝑐 𝑉𝑜𝑐 .𝐼𝑠𝑐

Pour les cellules ayant moyen rendement, le FF a des valeurs d’ordre 0.7 à 0.85. Idéalement,
il est en fonction, seulement, de tension 𝑉𝑜𝑐 (vrais seulement pour chiffres signifiant 𝑉𝑜𝑐 > 10)
𝑉𝑜𝑐 − ln⁡(𝑉𝑜𝑐 + 0.72)
𝐹𝐹 = (2.10)
𝑉𝑜𝑐 + 1
Le facteur de forme FF diminue quand la température augmente [15].

P. 22
Chapitre 2Modélisation d’un système photovoltaïque

Conclusion:
Dans ce chapitre nous avons présenté la modélisation d’une cellule photovoltaïque et les
caractéristiques du générateur photovoltaïque GPV avec ses performances. Ainsi, l’influence
de quelques paramètres sur ses caractéristiques.
Pour le fonctionnement optimal d’un système photovoltaïque, il est nécessaire d’utiliser un
étage d’adaptation entre le générateur PV et la charge ou un autre système que nous allons
étudier dans le chapitre suivant.

P. 23
Chapitre 03
Convertisseurs DC-DC et MPPT
3.1. Introduction
Dans ce chapitre, nous présentons tout d’abord, des définitions et notions de bases sur les
convertisseurs DC-DC, ainsi que les modèles mathématiques nécessaires à l’étude de leur
comportement lors de la simulation du système PV global. Nous traitons ensuite, en détail, la
technique MPPT par les méthodes dites conventionnelles de perturbation et observation
(P&O), et de conductance incrémentale (IncCond).
3.2. Suivi de la puissance maximale du générateur photovoltaïque
La poursuite du point maximum de la puissance (MPPT) est une partie essentielle dans les
systèmes photovoltaïques. Plusieurs techniques sont développées depuis 1968 date de
publication de la première loi de commande de ce type adaptées à une source d’énergie
renouvelable de type PV. Ces techniques se diffèrent entre elles par leur complexité, nombre
de capteurs requis, la vitesse de convergence, coût, rendement et domaine d’application. [16]
3.3. Connexion directe source-charge
Actuellement, il reste encore beaucoup d’applications où une connexion directe entre un
générateur photovoltaïque et une charge est effectuée. Ce choix est principalement lié à la
simplicité de l’opération et le très faible degré de fiabilité, dû fondamentalement à l’absence
d’électronique, sans parler d’un faible coût. La figure (3.1) montre ce cas de connexion. Si
cette charge était une batterie, lorsque le module n’est pas éclairé, celui-ci pourrait
fonctionner en tant que récepteur, la batterie pourrait donc se décharger sur le générateur
photovoltaïque et en plus l’endommager irréversiblement, Ainsi, pour éviter cette situation, la
connexion doit être assurée à l’aide d’une diode anti-retour placée entre le GPV et la charge.
Cette configuration est illustrée à la figure (3.1). L’inconvénient de cette configuration, c’est
qu’elle n’offre aucun type de limitation et/ou réglage de la tension de la batterie. Le transfert
de puissance maximale disponible aux bornes du générateur photovoltaïque vers la charge
n’est pas non plus garanti.[11]

+
Charge

Figure 3-1. Connexion directe source-charge.

UFAS-2013 P.24
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.4. Étage d’adaptation entre un générateur PV et une charge


Un générateur photovoltaïque GPV présente des caractéristiques I-V non linéaires avec un
point de puissance maximum PPM. Ces caractéristiques dépendent entre autre du niveau
d’éclairement E et de la température T de la cellule. De plus, selon les caractéristiques de la
charge sur laquelle le GPV débite, nous pouvons trouver un très fort écart entre la puissance
potentielle du générateur et celle réellement transférée à la charge en mode de connexion
directe.
Afin d’extraire à chaque instant le maximum de puissance disponible aux bornes du
générateur photovoltaïque et de la transférer à la charge, la technique utilisée classiquement
est d’utiliser un étage d’adaptation entre le générateur photovoltaïque et la charge comme
décrit dans la figure (3.2).
Cet étage joue le rôle d’interface entre les deux éléments en assurant à travers une action
de contrôle, le transfert du maximum de puissance fournie par le générateur pour qu’elle soit
la plus proche possible de puissance maximaledisponible. [17]

I1 I2
I
+ Étage +
V1 V2 Charge
- d’adaptation -
V

Figure 3-2. Étage d’adaptation entre un GPV et une charge.

Ce dernier par le biais d’une commande spécifique est alors susceptible de permettre au
générateur de délivrer sa puissance maximale notée ; Pmax ( Pmax  Vopt  I opt , où Vopt et Iopt

représentent respectivement les tensions et les courants optimaux du générateur


photovoltaïque, pour une courbe I-V donnée), tout en assurant que la tension ou bien le
courant de la charge correspond bien aux caractéristiques de cette dernière.
Pour que le générateur PV fonctionne le plus souvent possible dans son régime optimal, la
solution communément adoptée est alors d’introduire un convertisseur statique qui joue le
rôle d’adaptateur source-charge.
Le rôle du convertisseur DC-DC fait fonctionner les modules à leur point de puissance
optimale, quelques soient l’éclairement et la température pour délivrer cette puissance à
l’utilisation.

UFAS-2013 P.25
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.4.1. Conve rtisseurs DC/DC


Pour la conversion de puissance, il est essentiel que le rendement soit maintenu élevé pour
éviter la dissipation de la puissance et pour éviter les échauffements excessifs dans les
composants électroniques. Pour cette raison toute la conversion de puissance échangée doit
être réalisée autour des composants de stockage d'énergie (inductance et condensateurs) et les
commutateurs. Les commutateurs de puissance utilisés dépendent du niveau de la puissance à
convertir ou à commander. Les MOSFETS(transistors à effet de champ d'oxyde de métal)
sont habituellement utilisés à la puissance relativement basse (quelques kW) et les IGBTS
(transistors bipolaires à gâchette isolée) à des puissances plus élevées. Les thyristors ont été
généralement utilisés et acceptés dans les plus hauts niveaux de puissance. [17]
Deux topologies de base de circuit de conversion seront décrites dans les paragraphes
suivants (DC-DC) : Dans cette partie nous présentons le principe de deux types de
convertisseurs DC/DC (Buck, Boost), utilisés fréquemment dans les systèmes photovoltaïques
pour générer les tensions et les courants souhaités. Ce type de convertisseurs n'est constitué
que par des éléments réactifs (Selfs, Capacités) qui, dans le cas idéal, ne consomment aucune
énergie. C’est pour cette raison qu'ils sont caractérisés par un gra nd rendement. [18]
Dans ces études, l’interrupteur du convertisseur est attaqué par un signal MLI (modulation
de large d’impulsion), avec une fréquence fs fixe et un rapport cyclique D variable.
3.4.1.1. Hacheur survolteur (Boost)
Le convertisseur Boost est connu par le nom d’élévateur de tension. Le schéma de la figure
(3.3), représente le circuit électrique du Boost. Au premier temps ( 𝛼𝑇), le transistor (𝑆)est
fermé, le courant dans l’inductance croit progressivement, et au fur et à mesure, elle
emmagasine de l’énergie, jusqu'à la fin du premier intervalle. Ensuite, le transistor (𝑆)s’ouvre
et l’inductance (𝐿)s’opposant à la diminution de courant (𝐼𝐿 ), génère une tension qui s’ajoute à
la tension de source, qui s’applique sur la charge (𝑅) à travers la diode (𝐷).[19]

L IL I0
Ig
+ - +
VL IC
IS R
Vg C1 S C2 VS

Figure 3-3. Circuit électrique de base du hacheur survolteur.

UFAS-2013 P.26
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.4.1.1.1. Modèle mathé matique équivalent


L’application des lois de Kirchhoff sur les deux circuits équivalents des deux phases de
fonctionnement donne :
Pour le premier intervalle 𝛼𝑇𝑠 :
𝑑𝑉𝑔
𝐼𝐶1 = 𝐶1 = 𝐼𝑔 − 𝐼𝐿 (3.1)
𝑑𝑡

𝑑𝑉0
𝐼𝐶2 = 𝐶2 = −𝐼0 (3.2)
𝑑𝑡

𝑑𝐼𝐿
𝑉𝐿 = 𝐿 = 𝑉𝑔 − 𝑅𝐿 𝐼𝐿 (3.3)
𝑑𝑡

Pour le deuxième intervalle (1 − 𝛼) 𝑇𝑠 :


𝑑𝑉𝑔
𝐼𝐶1 = 𝐶1 = 𝐼𝑔 − 𝐼𝐿 (3.4)
𝑑𝑡

𝑑𝑉0
𝐼𝐶2 = 𝐶2 = 𝐼𝐿 − 𝐼0 (3.5)
𝑑𝑡

𝑑𝐼𝐿
𝑉𝐿 = 𝐿 = 𝑉𝑔 − 𝑉0 − 𝑅𝐿 𝐼𝐿 (3.6)
𝑑𝑡
3.4.1.1.2. Modèle approximé du conve rtisseur Boost

Les systèmes d’équations de base (3. (4, 5 et6)) et (3. (7, 8 et9)) représentent le
convertisseur Boost pour un intervalle du temps 𝛼𝑇𝑠 et (1 − 𝛼) 𝑇𝑠 respectivement. Le
convertisseur oscillant entre ces deux états avec une fréquence élevée, nous devons trouver
une représentation dynamique approximée valable pour les deux intervalles de temps. Pour
cela nous considérons que la variation des variables dynamiques CI,VL est de forme linéaire,
en d’autres termes nous pouvons faire une approche d’exponentielle par un segment (
e  1   si ε<<1) et ainsi la dérivée de ces grandeurs sera constante.
Cette approche nous permet de décomposer l’expression de la valeur moyenne de la
dérivée de la variable dynamique x sur les deux intervalles du temps 𝛼𝑇𝑠 et (1 − 𝛼) 𝑇𝑠:

dx dx dx
  Ts  Ts  ( 1   )Ts (3.7)
dt dt( Ts ) dt(( 1 )Ts )
dx
Où   est la valeur moyenne de la dérivée de x sur un intervalle 𝑇𝑠. Cette relation est
dt
valide si :

UFAS-2013 P.27
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

dx dx
Et sont constants sur les intervalles 𝛼𝑇𝑠 et 1 − 𝛼 𝑇𝑠 respectivement en
dt( TS ) dt(( 1 )TS )

d’autres termes cette approximation est valable si les périodes 𝛼𝑇𝑠 et (1 − 𝛼) 𝑇𝑠 sont très
faibles devant la constante de temps du circuit 𝐶1 𝑅𝑔 , 𝐶2 Z,et L/RL.[18]
Dans ce cas la forme exponentielle du courant qui parcourt la self et la tension aux bornes
de la capacité est de forme linéaire comme le montre la figure (3.4).
X
Xmax

Xmin

0 α Ts (1-α )Ts Temps

Figure 3-4. Allure des variables dynamiques IL.


En appliquant la relation (3.7) sur les systèmes d’équations (3. (1, 2 et 3)) et (3. (4, 5,et 6))
on obtient les équations qui régissent le système sur un intervalle entier :
𝑑𝑉𝑔
𝐼𝐶1 = 𝐶1 ⍺𝑇𝑆 = (𝐼𝑔 − 𝐼𝐿 −)⍺𝑇𝑆 + 1 − ⍺ 𝑇𝑆 𝐼𝑔 − 𝐼𝐿 (3.8)
𝑑𝑡

𝑑𝑉0
𝐼𝐶2 = 𝐶2 ⍺𝑇𝑆 = −⍺𝑇𝑆 𝐼0 + 1 − ⍺ 𝑇𝑆 𝐼𝐿 − 𝐼0 (3.9)
𝑑𝑡

𝑑𝐼𝐿
𝑉𝐿 = 𝐿 ⍺𝑇 = (𝑉𝑔 − 𝑅𝐿 𝐼𝐿 )⍺𝑇𝑆 + 1 − ⍺ 𝑇𝑆 𝑉𝑔 − 𝑉0 − 𝑅𝐿 𝐼𝐿 (3.10)
𝑑𝑡 𝑆

En arrangeant les termes des équations précédentes, (pour qu’on puisse interconnecter le
Boost avec les autres blocs de simulation), on obtient la modélisation dynamique du
convertisseur Boost
𝑑𝑉𝑔
𝐼𝐿 = 𝐼𝑔 − 𝐶1 (3.11)
𝑑𝑡

𝑑𝑉0
𝐼0 = 1 − ⍺ 𝐼𝐿 − 𝐶2 (3.12)
𝑑𝑡

𝑑𝐼𝐿
𝑉𝑔 = 1 − ⍺ 𝑉0 + 𝐿 + 𝑅𝐿 𝐼𝐿 (3.13)
𝑑𝑡

UFAS-2013 P.28
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.4.1.1.3. Les ondulations des courants et des tensions


Pour le dimensionnement des différents composants du circuit afin de diminuer les
ondulations des courants et des tensions sans faire un surdimensionnement ce qui accroîtrait le
poids et le prix des circuits, un calcul de ces composants en fonction des ond ulations voulues
est nécessaire. Cette remarque est très importante pour le dimensionnement de l’inductance
𝐿 afin de respecter le courant admissible par le transistor MOSFET S, où dans le cas pratique
les ondulations du courant𝐼𝐿 sont plus importantes par rapport aux autres ondulations.
dI L
En appliquant la relation VL  L , et par l’approximation des segments d’exponentielles
dt
par des droites, la pente du courant 𝐼𝐿 pendant la première période de fonctionnement est
donnée par :

dI L VL Vg  RL I L
  (3.14)
dt L L

A partir de la relation (3.14), la valeur crête à crête du courant I est :


L

Vg  RL I L
I LCC  2I L  TS (3.15)
L
La valeur de l’inductance 𝐿 à choisir pour certaine ondulation𝛥𝐼𝐿 est :
Vg  V0  RL I L
L TS (3.16)
2I L

Pour le calcul des capacités 𝐶1 et𝐶2, on a :


dVg I C 1 I g  I L
  (3.17)
dt C1 C1
dV 0 I C 2 I
  0 (3.18)
dt C2 C2
Les valeurs des ondulations crête à crête des tensions d’entrées et de sorties sont :
Ig  IL
VC1CC  2VC 1  TS (3.19)
C1
 I0
VC2CC  2VC2  TS (3.20)
C2

Les valeurs des capacités 𝐶1 et 𝐶 2 sont respectivement données par :


I  IL
C1  g TS (3.21)
2VC1

UFAS-2013 P.29
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

 I0
C2  TS (3.22)
2VC2
3.4.1.1.4. Étude en régime continu
Le régime continu est obtenu en éliminant les dérivées des variables dynamiques, et en
remplaçant ces signaux par leurs valeurs moyennes.
Le système d’équations (3. (11, 12 et 13)) donne :
𝐼𝐿 = 𝐼𝑔 (3.23)

𝐼0 = (1 − ⍺)𝐼𝐿 (3.24)

𝑉𝑔 = (1 − ⍺)𝑉0 (3.25)
Comme présente la figure (3.5), lorsque l’interrupteur du transistor (𝑆) est sur la position
(on), le courant de l’inductance du hacheur augmente linéairement et à cet instant la diode (D)
est bloquée (off).
Et lorsque (𝑆) se met sur la position (off), l’énergie emmagasinée par l’inductance est dissipée
dans le circuit (RC) bien que la diode (D) est passante. Les caractéristiques de tension et du
courant de charge du convertisseur Boost dans le cas de la conduction continue sont décrites
par la figure (3.5), comme suit :
VL

Vg

Vg-Vs

IL

0 t
IS

0 t

IC

0 t

-I0
DT T 2T

Figure 3-5.Caractéristique de la tension et du courant du hacheur survolteur.

UFAS-2013 P.30
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

On utilise le système d’équations (3. (23,24 et 25)) pour implanter le modèle du


convertisseur survolteur figure (3.6), sous l’environnement MATLAB /SIMULINK on obtient
le modèle représenté par la figure (3.7).

Les paramètres de simulation d’un convertisseur survolteur sont donnés dans le tableau
suivant.
Tableau 3-1. Paramètres de simulation. [20]

paramètres V0 (V) Iout (A) R(Ω) C (F) L (H)

Valeurs 100 4 0.03 0.5e-3 35e-3

Figure 3-7.Modèle de simulation du hacheur survolteur.

UFAS-2013 P.31
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.4.1.2. Hacheur dévolteur (Buck)


Le hacheur dévolteur, sous sa forme de base est présenté par la figure (3.8). Les
composantes clés sont l'inductance (𝐿), le commutateur (Transistor) (𝑆), la diode (𝐷) et le
condensateur (𝐶). Celui-ci se charge par le commutateur (𝑆) qui maintient la tension à ces
bornes jusqu'à l’ouverture ce qui fait décharger son énergie à travers la diode sur la charge
pour un cycle de période de fonctionnement.

S L I0
IL
IS + - +
VL IC
R
Vi D C VS

-
Figure 3-8.Circuit électrique de base du hacheur dévolteur.
Le commutateur peut être un transistor MOSFETou un IGBTqui peut se commuter sur
deux positions, marche ou arrêt rapidement. La tension de la source doit être plus grande que
la tension aux bornes de la charge. L’équation mathématique caractérisant le courant de
l'inductance est donnée par l’équation suivante.
Le processus de commutation est décrit par la position de l’interrupteur ( 𝑆). Dans le
premier laps de temps (𝛼𝑇) le transistor est dans un état de saturation, alors l’inductance (L)
se charge d’énergie avec augmentation du courant 𝐼𝐿 . Dans le deuxième intervalle du
temps(𝛼 − 1) 𝑇, l’inductance (𝐿) libère cette énergie à la charge avec une diminution de
courant 𝐼𝐿 .
En négligeant la chute de tension à travers la diode, le ta ux de changement du courant est
donné par :
I V
 i (3.27)
t L
Lorsque le courant de l’inductance ne décroit pas vers zéro avant la commutation du
transistor, le convertisseur fonctionne dans le mode de conduction continu, comme illustré sur
la figure (3.10), et dans ce cas, si la tension de charge dépend seulement de la tension de
source et du rapport cyclique   Ton / T , la tension aux bornes de la charge :

𝑉𝑠 = ⍺𝑉𝑖 (3.28)

UFAS-2013 P.32
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

Dans le mode de conduction discontinu le courant de l'inductance s’annule dans un cycle


de commutation entre le transistor(𝑆) et la diode. Dans ce cas, la tension de charge dépend
d'une manière plus complexe du rapport cyclique et le courant de la charge, la figure (3.10)
montre comment la tension de charge varie avec le courant de charge. Les caractéristiques des
courants et la tension représentant le fonctionnement du hacheur dévolteur sont données par la
figure (3.9) :
VL

Vi-Vs

IL

I0

IC

0 t

IS

0 t
DT T

Figure 3-9.Caractéristique de la tension et des courants dans le transistor et l’inductance


d’un convertisseur Buck.
Tension

αVi

Conduction Conduction
discontinue continue

Courant de charge

Figure 3-10.Variation de la tension de charge avec le courant de charge pour un


convertisseur Buck.[21]

UFAS-2013 P.33
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5. Principe du MPPT


Par définition, une commande MPPT, associée à un étage intermédiaire d’adaptation,
permet de faire fonctionner un générateur PV de façon à produire en permanence le maximum
de sa puissance. Ainsi, quelles que soient les conditions météorologiques (température et
éclairement), la commande du convertisseur place le système au point de fonctionnement
maximum (Vmpp , Impp ). [2]
L’adaptation d’impédance est souvent sous forme d’un convertisseur DC – DC comme
représenté sur la figure (3.11).

Convertisseur
Panneau Charge
Pe DC-DC Ps
photovoltaïque

Pmax
I

Commande MPPT Alpha rapport cyclique

Figure 3.11.Chaîne de conversion d’énergie solaire comprenant une commande MPPT.


3.5.1. Adaptation manuelle de la charge au géné rateur photovoltaïque
Dans cette méthode, le MPP du panneau solaire est déterminé par une série de mesures ou
théoriquement, dans les conditions normales de fonctionnement. Ensuite les mesures, des
valeurs du courant et de la tension correspondants à cette puissance, sont relevées. Par la suite
la valeur de la charge correspondante à ces valeurs est fixée. [22]
L'avantage de cette méthode est qu’elle est très simple. Car aucun circuit additionnel n'est
employé, et la perte de puissance entre le panneau et les batteries est réduite aux pertes dans
les conducteurs. L’inconvénient de ce système est qu’il ne prend en compte aucun
changement d'insolation ou de température qui provoquent bien sûr le changement du point de
fonctionnement correspondant à la puissance maximale (𝑉𝑚𝑝 𝑝 et 𝐼𝑚𝑝𝑝 ), sans tenir compte des
angles d'incidence sur les panneaux qui sont négligés. Les effets comme le vieillissement des
cellules photovoltaïques ou d'une surface poussiéreuse du panneau peuvent également causer
une variation du point de fonctionnement correspondant à la puissance maximale.
Par conséquent, une méthode plus sophistiquée pour l’adaptation panneau-charge doit être
trouvée si on veut avoir un rendement de puissance plus élevé.

UFAS-2013 P.34
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

Un certain nombre de batteries contrôlables sont connectées en série. Selon la tension


d'opération désirée des modules photovoltaïque, le nombre de cellules de batterie en série peut
être modifié. On peut aussi en réarrangeant la disposition en série et parallèles des différents
panneaux entres eux, l'assortiment entre la charge et les panneaux photovoltaïques est
amélioré. Ceci permet au système de réagir aux changements des conditions
environnementales telles que la température et l’insolation et donc de fonctionner plus près du
MPP réel.
Cette approche exige du câblage et des circuits supplémentaires. En plus, l'augmentation
ou la diminution par étapes de la tension de fonctionnement ne permet pas la poursuite précise
du MPP. Cette approche dans le long terme dégrade la vie des batteries. [21]. Ces méthodes
pourraient être rentables pour des usages avec cellules photovoltaïques stationnaires à
condition de trouver des systèmes ingénieux et économiques de commande.
3.5.2. Méthode à contre réaction de tension
Dans ce cas on se repose sur la commande de la tension de fonctionnement des panneaux,
par la comparaison de cette tension avec une tension de référence. Cela génère une tension
d’erreur qui fait varier le rapport cyclique de la commande PWM afin d’annuler cette erreur.
[21]

Panneau Convertisseur
Charge
photovoltaïque DC-DC

Vpanneau

Générateur
+/- +/- Régulateur
PWM

Vref

Figure 3-12.Principe de la méthode à contre réaction de tension avec tension de


référence.
On a trois types de cette méthode selon la nature de la tension de référence (fixe ou
variable, interne ou externe).

UFAS-2013 P.35
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5.3. Méthode à contre réaction de courant


Par analogie avec les méthodes de contre réaction de tension nous avons le schéma décrit
par la figure (3.13). [18]

Systéme de
découpage

Panneau Convertisseur
Charge
photovoltaïque DC-DC
Rsh1 Rsh2

D
Isc K K Ipanneau

Générateur
+/- Régulateur
PWM
err

Figure 3-13.Principe de la méthode MPPT à courant de référence en fonction de Is.

Ainsi nous avons les méthodes suivantes :


3.5.3.1. Référence en fonction du courant de court-circuit 𝑰𝑪𝑪
Le courant de court-circuit du panneau solaire permet de savoir la valeur du courant
optimal dans lequel doit fonctionner le panneau. Le courant optimal est proportionnel au
courant de court circuit, cette proportionnalité est presque constante en fonction des
conditions d’ensoleillement et de température.
La fonction I mpp  f ( I CC ) est pratiquement linéaire et elle est de forme I mpp  K  ICC . [18]

Mais généralement cette méthode à tension de référence fixe n’est pas applicable dans le cas
de la contre réaction de courant à cause de la grande déviation du courant optimal pour
différents ensoleillements et températures.
3.5.3.2. Référence externe (Cellule pilote)
Dans cette méthode l’utilisation d’une cellule pilote comme source d’information de
courant de court-circuit de l’ensemble des panneaux est impossible par le fait que court-
circuiter en permanence cette cellule cause un échauffement supplémentaire qui va fausser
l’information générée par cette cellule et emmenés sa destruction rapide.

UFAS-2013 P.36
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5.4. Méthodes à contre réaction de puissance


Les méthodes à contre réaction de puissance se basent sur des algorithmes de recherche
itérative pour trouver le point de fonctionnement du panneau afin que la puissance générée
soit maximale sans interruption de fonctionnement du système.
La puissance extraite du panneau est calculée à partir des mesures de courant I et de tension V
du panneau et la multiplication de ces deux grandeurs P  V  I .

3.5.4.1. Technique de l’incrémentation de la conductibilité (IncCond)


Cette méthode s’intéresse directement aux variations de la puissance en fonction de la
tension. La conductance est une grandeur physique relativement connue : il s’agit du quotient
de l’intensité par la tension (𝐺 = 𝐼/𝑉) La conductance incrémentielle est beaucoup plus
rarement définie, il s’agit du quotient de la variation, entre deux instants, de l’intensité par
celle de la tension (𝐺 = 𝑑𝐼 / 𝑑𝑉).En comparant la conductance 𝐺 à la conductance
incrémentielle ∆𝐺, nous allons chercher le maximum de la courbe figure (3.14) en cherchant
le point d’annulation de la dérivée de la puissance. [23]
Précisément la puissance en sortie de la source peut s’écrire :
P V  I (3.29)
D’ou en écrivant la dérivée :
dP dI dV
V  I (3.30)
dV dV dV
dP dI
V I (3.31)
dV dV
dP I
V I (3.32)
dV V

 dP  I I
 dV  0 (a) Au point de MPP  V   V
 
 dP  I I
 0 (b) à gauche du MPP  
 V V (3.33)
 dV
 dP  I I
 dV  0  V   V

(c) à droite du MPP 

UFAS-2013 P.37
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

70

dP/dV = 0
60

50
DG > G DG > G

Puissance Ppv (W) 40


dP/dV < 0
dP/dV < 0
30

20

10 Vpv Vpv

0 5 10 15 20 25
Tension Vpv (V)

Figure 3-14.Caractéristique de fonctionnement de la méthode IncCond.


Les équations (3.33.b) et (3.33.c) sont employées pour déterminer la direction dans
laquelle une perturbation doit se produire pour déplacer le point de fonctionnement vers le
MPP. Cette perturbation est répétée jusqu'à ce que l'équation (3.33.a) soit satisfaite. Une fois
le MPP est atteint, le MPPT continue à fonctionner avec cette valeur jusqu'à ce qu'un
changement de la valeur du courant soit détecté ; ce dernier résulte d'un changement au niveau
de l'éclairement. Quand l'éclairement augmente, le MPP se déplace vers la droite de la tensio n
de fonctionnement. Pour compenser ce mouvement du MPP, le MPPT doit augmenter la
tension de fonctionnement. La même chose pour le cas contraire, quand l'éclairement
diminue, le MPPT doit diminuer cette dernière.
Les valeurs actuelles et précédentes de la tension et du courant sont utilisées pour calculer
(𝛥𝑉) et (𝛥𝐼). Si 𝛥𝑉 = 0 et 𝛥𝐼 = 0, alors les conditions atmosphériques n'ont pas changé et le
MPPT fonctionne toujours au MPP. Si 𝛥𝑉 = 0 et 𝛥𝐼 > 0, alors l'éclairement a augmenté.
Ceci exige de l’algorithme d'augmenter la tension de fonctionnement pour retrouver de
nouveau le MPP. Contrairement si𝛥𝐼 < 0, l'éclairement a diminué tout en exigeant de
l’algorithme de diminuer la tension de fonctionnement. Si le changement de la tension n'est
pas nul, les rapports dans les équations (3.33.b) et (3.33.c) peuvent être employés pour
déterminer la direction dans laquelle la tension doit être changée afin d'atteindre le MPP.
dI I dP
Si   (c'est-à-dire le rapport  0 donc le point de fonctionnement est à gauche du
dV V dV
MPP. Ainsi, la tension de fonctionnement doit être augmentée pour atteindre le MPP. De
dI I dP
même, si   (c'est-à-dire le rapport  0 le point de fonctionnement se trouve à
dV V dV

UFAS-2013 P.38
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

droite du MPP tout en signifiant que la tension doit être réduite pour atteindre le MPP. [24] Le
schéma de la figure (3.15) montre l'organigramme de l'algorithme IncCond.
En réalité, cet algorithme est une correction de l'algorithme "P&O" puisqu'il est capable de
calculer la direction dans laquelle la perturbation du point de fonctionnement devrait être pour
atteindre le MPP, et il peut aussi déterminer l'atteinte du MPP. De plus, dans les conditions de
changement rapide de l'ensoleillement, l'algorithme ne devrait pas prendre la mauvaise
direction comme c'est le cas avec l'algorithme "P&O", et d'ailleurs, il n'oscille pas autour du
MPP une fois qu'il l'atteint. [18]

Début INCCON

Calcule de V(k),I(k)

d V(k)=V(k)-V(k-1)
d I(k)=I(k)-I(k-1)

d V(k)=0

Oui dI/dV=-I/V No Oui Oui


d I(k)=0

No No

Oui No d I(k)>0
dI/dV>-I/V

No Oui

Vref(k+1)=V(k)-D
Vref(k+1)=V(k)+D Vref(k+1)=V(k)-D Vref(k+1)=V(k)+D

Figure 3-15. Organigramme de l'algorithme IncCond.

3.5.4.2 Résultats de simulation de la Technique IncCond


Le bloc ci-dessous (3.16) représente l’implantation de l’algorithme IncCond sur
l’environnement Matlab/Simulink, avec les résultats de simulation pour les conditions
météorologiques standards puis variables comme montrent les figures ci-dessous.

UFAS-2013 P.39
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

E (w/m²) v ariable [E] E I [Ipv]

[E]
E (w/m²) cst [T] T V

T °C v ariable
[T] [Vpv] V P [P]
T °C cte

[Vpv] [Ipv] Ipv P


V

d [D] [D] D Vpv [Vpv] [Vout] Vcharge Icharge [Ich]

[Ipv] I
[Ich] I ch Vout [Vout]

INC Convetisseur (survoteur) Charge


DC/DC
[E] [E]

[T]
[T]

[P] [P]

[Vpv] [Vpv]

[Ipv] figure [Ipv]

[Vout] [Vout]

[D] [D]

Clock Scope
Clock1

Figure 3-16.Schéma fonctionnel de l’algorithme IncCond dans l’environnement


Matlab/Simulink.
Conditions climatiques variables
 Eclairement variable
Pour présenter l’effet de l’éclairement E sur la puissance, on fait maintenir la température à
une valeur constanteT=25°C et on fait varier rapidement l’éclairement plusieurs fois de sens
croissant de (200, 600 et 1000) W/m² puis avec une diminution rapide de (1000, 800, 600 et
300) W/m² pour créer plusieurs points de puissance maximale que le contrôleur doit les
suivre, ainsi on a zoomé la zone où les conditions climatiques ont été maintenues constantes
(T=25 °C et E= 1000 w/m²).

UFAS-2013 P.40
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

1100

1000

900

800

700
Eclairement E (w/m²)

600

500

400

300

200

100

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-17.Changement d'éclairement.

70

60

50
Puissance P (W)

40

30
ZOOM

20 60

50
10

100 105
0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure 3-18.Courbe de puissance P(t) du GPV (IncCond).

25

20

15
Tension Vpv (V)

10
ZOOM
20

100 105 110


0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure3-19.Courbe de tension V(t) du GPV (IncCond)

UFAS-2013 P.41
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5

Courant Ipv (A) 2.5

2
ZOOM
4
1.5

3.5
1
3
0.5

100 105 110

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-20.Courbe de courant I(t) du GPV (IncCond).


0.35

0.3 ZOOM

0.3
0.25
0.25
Rapport cyclique D

0.2 0.2

0.15 100 105 110

0.1

0.05

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-21.Courbe de rapport cyclique D(t) du GPV (IncCond).


On remarque qu’il existe une relation de proportionnalité entre la puissance et
l’éclairement.
La figure (3-18) ‘zoom’ représente la puissance de sortie du GPV qui va augmenter
rapidement jusqu'au niveau de 60W où elle se stabilise, ainsi elle présente une oscillation
importante autour du point de la puissance maximale.
D’après les résultats de simulation obtenus, on constate que les courbes de la puissance, de
la tension et du courant présentent des oscillations dans le régime permanant. En plus, le
temps de réponse est de l’ordre de 2.33s.

UFAS-2013 P.42
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

 Température variable et éclaire ment constant


Pour présenter l’effet de la température T sur la tension, on fait maintenir l’éclairement à
une valeur constante E= 1000 w/m² et on fait varier rapidement la température plusieurs fois
de sens croissant de (25, 40 et 55) °C puis avec une diminution rapide de (45, 35 et 0) °C,
ainsi on a zoomé la zone où les conditions climatiques ont été maintenues constantes
(T=25°C et E= 1000 w/m²).

55

50
Température T (°C)

45

40

35

30

25

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-22.Changement de la température.

70

60

50
Puissance P (W)

40 ZOOM

30 60

20

10 50
49 50 51 52

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)
Figure 3-23.Courbe de puissance P(t) du GPV (IncCond).

UFAS-2013 P.43
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

25

20

Tension Vpv (V)


15

ZOOM
10 20

15
0 5 10
0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure 3-24.Courbe de tension V(t) du GPV (IncCond).

3.5
Courant Ipv (A)

3
ZOOM
2.5 4

3.5
1.5

1
3
0.5 0 5 10

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure 3-25.Courbe de courant I(t)du GPV (IncCond).

0.38

0.36

0.34

0.32
Rapport cyclique D

0.3
ZOOM
0.28
0.34
0.26 0.32

0.24

0.22
0.22
0.2
0 5 10

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure 3-26.Courbe du rapport cyclique D(t) du GPV (IncCond).


UFAS-2013 P.44
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

D’après les résultats de simulation obtenus, on remarque qu’une variation rapide de la


température (augmentation ou diminution) provoque une variation considérable de la tension
(Vpv), par contre le courant (Ipv) dans ce cas varie légèrement. Ainsi on constate que les
courbes de la puissance, de la tension et du courant présentent des oscillations dans le régime
permanant.
3.5.4.3 Algorithme ‘Pe rturbation et Observation‘ (P&O)
C’est l’algorithme de poursuite du PPM le plus utilisé. [21] Comme son nom l’indique il
est basé sur la perturbation du système à travers l’augmentation ou la diminution de 𝑉𝑟𝑒𝑓 ou en
agissant directement sur le rapport cyclique du convertisseur DC-DC, puis par
l’observationdes effets de ces perturbations sur la puissance de sortie du panneau. Si la valeur
de la puissance actuelle 𝑃(𝑘)du panneau est supérieure à la valeur précédente 𝑃 (𝑘 − 1)alors
en garde la même direction de perturbation précédente sinon on inverse la perturbation du
cycle précédent. La figure (3-27) montre l'organigramme de l'algorithme de P&O tel qu'il doit
être implémenté dans le microprocesseur de contrôle.
Avec cet algorithme la tension de fonctionnement 𝑉 est perturbée à chaque cycle du
MPPT. Dès que le MPP sera atteint, 𝑉oscillera autour de la tension idéale 𝑉𝑚𝑝𝑝 de
fonctionnement Ceci cause une perte de puissance qui dépend de la largeur du pas d'une
perturbation simple.
Si la largeur du pas est grande, l'algorithme du MPPT répondra rapidement aux changements
soudains des conditions de fonctionnement, mais les pertes seront accrues relativement aux
conditions stables ou lentement changeantes.
Si la largeur du pas est très petite les pertes dans les conditions de stabilité ou lentement
changeantes seront réduites, mais le système ne pourra plus suivre les changements rapides de
la température ou de l'insolation. La valeur pour la largeur idéale du pas 𝛥𝐷dépend du
système, elle doit être déterminée expérimentalement.
Un inconvénient de la méthode de P&O est décrit par Hussein et al. [18].Si une
augmentation brutale de l’ensoleillement est produite on aura une augmentation de la
puissance du panneau, l’algorithme précèdent réagit comme si cette augmentation est produite
par l’effet de perturbation précédente, alors il co ntinue dans la même direction qui est une
mauvaise direction, ce qui fait qu’il s’éloigne du vrai point de puissance maximale. Ce
processus continue jusqu’à la stabilité de l’ensoleillement, moment où il revient vers le vrai
point de puissance maximale.

UFAS-2013 P.45
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

Ceci cause un retard de réponse lors des changements soudains des conditions de
fonctionnement et des pertes de puissance.
Ces changements atmosphériques sont souvent produits dans les véhicules solaires lors de
leurs passages dans une zone d’ombre tels que végétation ou bâtiments ainsi que le
changement de l’angle d’incidence pour des véhicules en mouvement.
Tableau 3-2.Table de vérité de l’algorithme ‘perturbation et observation‘.

Perturbation de la tension Observation de la puissance Prochaine Perturbation

Positive (+) Positive (+) Positive (+)

Positive (+) Négative (-) Négative (-)

Négative (-) Positive (+) Négative (-)

Négative (-) Négative (-) Positive (+)

Début

Mesure de V(k),I(k)

P(k)=V(k)*I(k)

Δ P(k)=P(k)-P(k-1)

Δ P(k)>0

Oui Oui
D(k-1)>D(k)
D(k-1)<D(k)

No No

D(k+1)=D(k)-Δ D
D(k+1)=D(k)+Δ D D(k+1)=D(k)-Δ D D(k+1)=D(k)+ΔD

Figure 3-27.Organigramme de l’algorithme Perturbation et Observation. [18]

UFAS-2013 P.46
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5.4.4 Résultats de simulation de laTechnique (P&O)


Le bloc ci-dessous représente l’implantation de l’algorithme P&O sur l’environnement
MATLAB/SIMULINK.

E (w/m²) v ariable [E] [Ipv]


E I

[E] [T]
E (w/m²) cst
T V

[Vpv] V P [P]
T °C v ariable
[T]
T °C cte GPV

[Ipv] Ipv Vout [Vout]

[Vout] V chargeI charge [Ich]


[P] [D] [D] d P
P d

Ich Vpv [Vpv]


[Ich] Charge
P&O
Convetisseur (survoteur)
[E]
DC/DC [E]

[T] [T]

[P] [P]

[Vpv] [Vpv]

[Ipv] figure [Ipv]

[Vout]
[Vout]

[D] [D]

Clock Scope
Clock1

Figure 3-28.Modèle de simulation pour l’algorithme (P&O).

Cette méthode a la particularité d’avoir une structure de régulation simple, et peu de


paramètres de mesure. Il opère en perturbant périodiquement la tension du panneau, et en
comparant l’énergie précédemment délivrée avec la nouvelle après perturbation, en suivant
l’organigramme figure (3.27), les résultats de simulation sont les suivants:
 Eclairement variable et température constante
Pour présenter l’effet de l’éclairement E sur la puissance, on fait maintenir la température à
une valeur constante T=25°C et on fait varier rapidement l’éclairement plusieurs fois de sens
croissant de (200, 600 et 1000) W/m² puis avec une diminution rapide de (1000, 800, 600 et
200) W/m² pour créer plusieurs points de puissance maximale que le contrôleur doit les
suivre, ainsi on a zoomé la zone où les conditions climatiques ont été maintenues constantes
(T=25 °C et E= 1000 w/m²).

UFAS-2013 P.47
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

1100

1000

900

800

Eclairement E (w/m²)
700

600

500

400

300

200
0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure 3-29.Changement d'éclairement.


70

60

50
Puissace P (W)

40

30
ZOOM
60
20

10 50

100 102 104


0 50 100 150 200 250 300
Temps (s)

Figure 3-30.Courbe de puissance P(t) du GPV (P&O).

20
Tension V (V)

ZOOM
10 20

100 101 102 103 104


0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure 3-31.Courbe de tension V(t) du GPV (P&O).

UFAS-2013 P.48
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5

2.5

Courant I (A)
2

ZOOM
1.5 4

3.5
1

3
0.5
2.5
100 102 104
0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)
Figure 3-32.Courbe de courant I(t) du GPV (P&O).

0.35

0.3

0.25
Rapport Cyclique D

0.2

0.15
ZOOM

0.1 0.35
0.3

0.05
0.2

100 102 104


0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure 3-33.Courbe de rapport cyclique D(t) du GPV (P&O).

On remarque qu’il existe une relation de proportionnalité entre la puissance et


l’éclairement.
La figure (3-30) ‘zoom’ représente la puissance de sortie du GPV qui va augmenter
rapidement jusqu'au niveau de 60W où elle se stabilise, ainsi elle présente une oscillation
importante autour du point de la puissance maximale.
D’après les résultats de simulation obtenus, on constate que les courbes de la puissance, de
la tension et du courant présentent des oscillations dans le régime permanant. En plus, le
temps de réponse est plusrapide que la commande de (P&O).
 Température variable et éclaire ment constant
Pour présenter l’effet de la température T sur la tension, on fait maintenir l’éclairement à
une valeur constante E= 1000 w/m² et on fait varier rapidement la température plusieurs fois
de sens croissant de (25, 40 et 55) °C puis avec une diminution rapide de (45, 35 et 0) °C,

UFAS-2013 P.49
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

ainsi on a zoomé la zone où les conditions climatiques ont été maintenues constantes( T=25°C
et E= 1000 w/m²).

55

50
Température T (°C)
45

40

35

30

25

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-34.Changement de la température.


70

60

50
Puissace P (W)

40 ZOOM

30
60

20

50
10
49 50 51

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure 3-35.Courbe de puissance P(t) du GPV (P&O).


25

20
Tension Vpv (V)

15

ZOOM
20
10

15
0 5 10 15

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-36.Courbe de tension V(t) du GPV (P&O).

UFAS-2013 P.50
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

3.5
Courant Ipv (A)
3

2.5
ZOOM
2 4

1.5 3.5

1 3

0.5 2.5
0 5 10

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)
Figure 3-37.Courbe de courant I(t) du GPV (P&O).

0.4

0.35
Rapport cyclique D

0.3

ZOOM
0.25 0.35

0.3
0.2

0.25
0 5 10

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure 3-38.Courbe de rapport cyclique D(t) du GPV (P&O).

D’après les résultats de simulation obtenus, on remarque qu’une variation rapide de la


température (augmentation ou diminution) provoque une variation considérable de la tension
(Vpv), par contre le courant Ipv dans ce cas se varie légèrement. Ainsi o n constate que les
courbes de puissance, de tension et du courant présentent des oscillations dans le régime
permanant.

UFAS-2013 P.51
Chapitre 3 Convertisseurs DC-DC et MPPT

Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons étudié deux types de convertisseurs (Boost et Buck) et
diverses méthodes MPPT conventionnelles sont appliquées à un système photovoltaïque
constitué d’un GPV, d’un convertisseur Boost, d’une résistance de 10 Ω et d’un contrôleur
MPPT. Le contrôleur utilisé est basé sur des techniques classiques (P&O, IncCond), leurs
performances sous des conditions de fonctionnement variables sont évaluées et analysées par
simulation à l’aide de Matlab/Simulink. Des résultats satisfaisants ont été obtenus avec les
méthodes conventionnelles. Le fonctionnement sous des accroissements lents de puissance,
provoqués par des augmentations lentes et rapides d’ensoleillement ou par diminution de la
température des cellules, a indiqué un léger retard de la méthode P&O devant la méthode
IncCond. En revanche la méthode IncCond possède de bonnes performances pour une
croissance rapide des niveaux d’éclairement.

UFAS-2013 P.52
Chapitre 04

Commande MPPT basée sur l’approche


floue
4.1. Introduction
Le but de ce chapitre est de présenter en bref un rappel sur les ensembles flous et un aperçu
général sur la logique floue ainsi que son application pour l’optimisation d’un système
photovoltaïque. Nous introduisons d’abord quelques notions de la logique floue; nous nous
limiterons aux propriétés essentielles, puis nous appliquerons cette technique d’optimisation
pour maximiser le rendement du système PV.
La puissance de sortie des modules photovoltaïques est influencée par l’intensité du
rayonnement solaire, la température et la surface des cellules, ainsi que la charge. Par
conséquent, pour maximiser l'efficacité du système d'énergie renouvelable, il est nécessaire de
poursuivre le point de puissance maximale (MPP) de la source d'entrée. Dans ce chapitre,
nous proposons un système de commande MPPT basé sur la théorie des ensembles flous pour
améliorer l'efficacité de conversion d’énergie PV. L'algorithme flou basé sur les règles
linguistiques est appliqué à la commande du convertisseur DC-DC (survolteur) pour la MPPT.
Le contrôleur flou a été intégré afin de réduire non seulement le temps requis pour la
poursuite du point de puissance maximale (MPP), mais également la fluctuation de la
puissance.
En vue d’examiner les améliorations que présente cette méthode floue, une étude
comparative avec les méthodes dites conventionnelles (P&O et IncCond) a été effectuée.
Pour ce faire le système MPPT flou proposé est étudié par simulation en utilisant Matlab
simulink.
4.2. Contrôleur MPPT flou
La logique floue ou la théorie des ensembles floue est une nouvelle méthode de commande
MPPT permettant d’obtenir le point de puissance maximale (MPP). Le contrôleur flou
fonctionne en deux modes de base grossier et fin [25]. Cet algorithme de commande
comprend trois étapes, à savoir :

UFAS-2013 P.53
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

 la fuzzification,
 la méthode d'inférence,
 la défuzzification,
4.2.1. Fuzzification
La fuzzification permet de passer des variables réelles à des variables floues. La tension et
le courant réels du module PV peuvent être mesurés continuellement et la puissance peut être
calculée. La commande est déterminée sur la base de la satisfaction de deux critères
concernant deux variables d’entrée du contrôleur proposé, à savoir l'erreur (E) et le
changement d’erreur (CE), à un instant d’échantillonnage k.
Les variables E et le CE sont exprimées comme suit :

𝑃 𝑘 −𝑃 𝑘− 1
𝐸 𝑘 = 4.1
𝑉 𝑘 −𝑉 𝑘− 1

𝐶𝐸 𝑘 = 𝐸 𝑘 − 𝐸 𝑘 − 1 (4.2)
Où P(k) et V(k) sont respectivement la puissance et la tension du GPV. Par conséquent, E(k)
est nulle au MPP du GPV.
Ces variables d'entrée sont exprimées en termes de variables ou étiquettes linguistiques
telles que le GP (grand positif), PP (petit positif), ZO (zéro), PN (petit négatif), GN (grand
négatif) en employant les sous-ensembles flous de base.

UFAS-2013 P.54
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

La figure (4.1) montre les degrés (ou fonctions) d’appartenance de cinq sous-ensembles
flous de base pour les variables d’entrée et de sortie.

Figure 4-1. Fonctions d’appartenance des variables du contrôleur flou.

4.2.2. Méthode d'inférence

Le tableau 4.1 [26] montre les règles du contrôleur flou, où toutes les entrées de la matrice
sont les ensembles flous de l'erreur (E), le changement de l'erreur (CE) et le changement du
rapport cyclique (𝑑𝐷) du convertisseur. Dans le cas de la commande floue, la règle de
commande doit être conçue pour que la variable d’entrée E soit toujours nulle.

UFAS-2013 P.55
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

Tableau 4.1. Règles floues (matrice d’inférences)


CE
GN PN ZO PP GP
E
GN ZO ZO GN GN GN
PN ZO ZO PN PN PN
ZO PN ZO ZO ZO PP
PP PP PP PP ZO ZO
GP GP GP GP ZO ZO

Le tableau 4.1 comprend 25 règles floues de commande. Ces règles sont employées pour la
commande du convertisseur survolteur (ou dévolteur) telle que la puissance maximum du
panneau solaire soit atteinte.
Par exemple la case (5, 3) du tableau 4.1 représente la règle de commande.
Si E est GP et CE est ZO alors dD est GP.
Ceci implique que. "Si le point de fonctionnement est éloigné du point de puissance maximale
(MPP) du côté gauche et le changement de la pente de la courbe P-I est presque nul, alors il y
a une grande augmentation du rapport cyclique D ".
Pour la commande floue, on utilise en général une des méthodes suivantes :
 Méthode d’inférence MAX-MIN.
 Méthode d’inférence MAX-PROD.
 Méthode d’inférence SOMME-PROD.
Dans notre cas, on utilise la méthode d’inférence de Mamdani qui est la combinaison floue
MAX-MIN. Les opérateurs logiques sont interprétés comme suit :
Tableau 4.2. Interprétation des opérateurs logiques.
Opérateur logique Interprétation

ET Minimum

OU Maximum

Implication Minimum

UFAS-2013 P.56
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

La figure.4.2 illustre la composition MAX-MIN.

Figure.4-2. Composition MAX-MIN.


4.2.3. Défuzzification
On a vu que les méthodes d’inférence fournissent une fonction pour la variable
d’appartenance résultante, il s’agit donc d’une information floue. Etant donné que le
convertisseur DC-DC nécessite un signal de commande D précis à son entrée il faut prévoir
une transformation de cette information floue en une information déterminée, cette
transformation est appelée défuzzification.
La défuzzification peut fonctionner selon deux algorithmes :
 la méthode du critère maximal (MCM)
 la méthode du centre de gravité

UFAS-2013 P.57
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

4.2.3.1 Méthode du critère maximal (MCM)


Elle consiste à prendre l’abscisse correspondant à la valeur maximale de la fonction
d’appartenance résultante comme valeur de sortie du contrôleur. Dans le cas où il y a
plusieurs abscisses correspondantes, on prend alors leur moyenne.
4.2.3.2 Méthode du centre de gravité
La méthode de défuzzification la plus utilisée est celle de la détermination du centre de
gravité du dernier ensemble flou combiné. Le dernier ensemble flou combiné est défini par
l'union de tous les ensembles de sortie produite par les règles floues en utilisant la méthode
d'agrégation maximale. [27]. Pour une représentation de données échantillonnées, le centre de
gravité 𝑑𝐷𝑂 est calculé comme suit :
𝑛
𝑗 =1 µ 𝐷𝑗 . 𝐷𝑗
𝑑𝐷𝑜 = 𝑛
(4.3)
𝑗 =1 µ 𝐷𝑗

La figure (4.3) montre la configuration du contrôleur flou, qui se compose de la graduation


(scaling) d'entrée-sortie, la fuzzification, la décision floue, et la défuzzification.

Figure 4-3. Configuration du contrôleur flou.


4.3. Commande MPPT floue
Compte tenu des possibilités offertes en matière de modélisation et de simulation des
systèmes dynamiques, de la simplification d’implantation des modèles grâce à son interface
graphique, et de la mise en œuvre facile du contrôleur flou grâce aux blocs disponibles,
l’étude en simulation de notre système a été menée sous Matlab/Simulink.
Le modèle de simulation de notre système est représenté par la figure (4.4). Le schéma
présenté est semblable à celui de la figure (3.16), mais le contrôleur MPPT considéré dans ce
cas est un contrôleur à base de logique floue. Les différents blocs représentent les parties
physiques réelles telles que le GPV, la charge résistive et le convertisseur DC-DC. Leurs
modèles de simulation sont ceux donnés en chapitre 3.
L'objectif de la commande est de poursuivre la puissance maximale d'un générateur
photovoltaïque.

UFAS-2013 P.58
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

E (w/m²) v ariable

E (w/m²) cst
[E] E I [Ipv]

E (w/m²) v ariable lent [E]


[T] T V

T °C v ariation rapide
[Vpv] V P [P]

T °C cte [T]
GPV
T °C v ariation lente

[Ipv] Ipv Vout [Vout]

[Ipv] I
[D] d P [Vout] V charge I charge [Ich]
d [D]

[Vpv] V [Ich] Ich Vpv [Vpv]

Charge
MPPT fuzzy logic Convetisseur (survoteur)
DC/DC
Figure.4-4. Schéma bloc du système d’alimentation PV commandé par MPPT floue
dans l’environnement Matlab/Simulink.
La Figure (4.5) illustre le contrôleur flou remplaçant le contrôleur à base de la méthode
(P&O et IncCond) dans le but de réaliser des comparaisons entre les trois méthodes de
contrôle et d’en tirer les conclusions.

2 [V] 1 [I]
V I

[I]
[DP]
[V]
Delta P

[V] [DV]

Delta V

[DP]
[E] [E]
[DV] [CE]

[E]

[CE] 1
d
Fuzzy logic controler
(FLC)

Figure.4-5. Modèle « SIMULINK » du contrôleur MPPT flou.

UFAS-2013 P.59
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

4.4. Résultats de simulation de la commande MPPT floue


Les figures (4.6) à (4 .11) représentent respectivement les caractéristiques :E(t), T(t), P(t),
V(t), I(t) et D(t) obtenues sous un éclairement E=1000w/m² et une température T=25°C.
1 001

1 000,8

1 000,6

1 000,4
Eclairement E (w/m²)

1 000,2

1 000

999,8

999,6

999,4

999,2

0 50 100 150 200 250 300


Temps (S)

Figure.4-6. Courbe d’éclairement constant.

26

25.8

25.6

25.4
Température T (°C)

25.2

25

24.8

24.6

24.4

24.2

24
0 50 100 150 200 250 300
Temps (S)

Figure.4-7. Courbe de température constante.

UFAS-2013 P.60
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

65

64

63

62
Puissance P (W)

61

60

59

58

57

56

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps (S)

Figure.4-8. Puissance de sortie P(t) du GPV.

40

35

30

25
Tension V (V)

20

15

10

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps (s)

Figure.4-9. Tension Vpv de sortie du GPV.

UFAS-2013 P.61
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

3.5

2.5
Courant I (A)

1.5

0.5

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps (s)
Figure.4-10. Courant Ipv de sortie du GPV.
0.32

0.3

0.28
Rapport cyclique D

0.26

0.24

0.22

0.2

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps (s)

Figure.4-11. Rapport cyclique D(t).

D’après les résultats de simulation obtenus, on remarque l’absence des oscillations dans le
régime permanant, et un temps de réponse plus rapide.

UFAS-2013 P.62
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

4.5. Etude comparative entre MPPT Floue et MPPT classique (P&O, IncCond)
Pour montrer l’intérêt de la commande floue par rapport à la commande classique (P&O et
IncCond), on a fait une étude comparative et on a obtenu les résultats de simulation suivants :
4.5.1. Fonctionne ment avec conditions environnementales stables
Dans ce cas de simulation, les paramètres (température T=25C° et l’ensoleillement
E=1000w/m²) sont maintenus constants. Les figures (4.12), 4.13), (4.14) et (4.15) montrent, à
titre de comparaison, les résultats de simulation pour la MPPT floue et les méthodes P&O et
IncCond.
70

60
P&O
INC
50
FLOUE
ZOOM
Puissance P (W)

40

30

20 60

10
3 3.5 4 4.5 5

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)

Figure.4-12. Caractéristique P(t).

25
P&O
INC
FLOUE
20
Tension Vpv (V)

15

ZOOM
20
10

15
3 3.5 4 4.5 5

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)
Figure.4-13. Caractéristique V(t).

UFAS-2013 P.63
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

5
P&O
4.5 INC
FLOUE
4

3.5
Courant Ipv (A)

2.5 ZOOM
4
2

1.5 3.5

0.5
3 3.5 4 4.5 5

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)

Figure.4-14. Caractéristique I(t).

0.4
P&O
INC
FLOUE
0.35
Rapport cyclique D

0.3

ZOOM
0.25

0.2 0.3

3 3.5 4 4.5 5

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)

Figure.4-15. Rapport cyclique D(t).

D’après les résultats de simulation obtenus, on remarque que le contrôleur flou conduit à
des meilleures performances, avec l’absence des oscillations dans le régime permanant, et un
temps de réponse plus rapide.

UFAS-2013 P.64
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

4.5.2. Fonctionne ment avec conditions environnementales changeantes


4.5.2.1. Fonctionne ment sous ensoleillement variable
Afin d’évaluer le temps de réponse des trois mécanismes de poursuite, ces derniers sont
soumis à des variations des conditions de l’ensoleillement. Pour voir le comportement du
système face aux changements de l’éclairement on va lui faire subir les tests suivants :
4.5.2.1.1. Augme ntation rapide d’ensoleillement
Le premier test est effectué sous une augmentation rapide de l’ensoleillement de 600 à
1000W/m² et la température de cellules a été maintenue à une valeur constante de 25°C. Dans
ces conditions de fonctionnement la commande floue devient plus significatif (figure 4.16). .
Ce cas est observé dans les stations mobiles (Exemple : véhicule solaire) lors de changement
brusque de l’angle d’incidence des rayons solaires. Le deuxième test est fait sous des
changements lents d’ensoleillement, (exemple : pour des stations fixes lors de variation de
l’insolation tout au long de la journée, ou bien le passage des nuages…).

1100

1050

1000

950
Eclairement E (w/m²)

900

850

800

750

700

650

600
0 50 100 150 200 250 300
Temps (s)

Figure.4-16. Changement rapide d’ensoleillement E(t).

UFAS-2013 P.65
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

70
P&O
65 INC
FLOUE
FLOUE
INC

60
Puissance P (W)

55

ZOOM
50

45

40

35 60 65 70

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)

Figure.4-17. Comparaison des divers signaux MPPT pour la variation P(t) sous une
augmentation rapide d’ensoleillement.

25
P&O
FLOUE
INC
20
Tension Vpv (V)

15
ZOOM
20

10

15
62 64 66 68 70

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)

Figure.4-18. Comparaison des divers signaux MPPT pour la variation V(t) sous une
augmentation rapide d’ensoleillement.

UFAS-2013 P.66
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

P&O
FLOUE
INC
4

3.5
Courant Ipv (A)

3
ZOOM
2.5 4

1.5 3.5

0.5
61 62 63 64 65

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)
Figure.4-19. Comparaison des divers signaux MPPT pour la variation I(t) sous une
augmentation rapide d’ensoleillement.

0.4
P&O
FLOUE
0.35 INC

0.3
Rapport cyclique D

0.25 ZOOM
0.35

0.2
0.3

0.15
61 62 63 64 65

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (s)

Figure 4-20. Comparaison des divers signaux MPPT pour la variable de commande D sous
une augmentation rapide de l’ensoleillement E.

La figure (4.17) montre comment la puissance de (P&O et IncCond) augmente presque


linéairement, avec un léger retard, On voit que la MPPT floue, dans ce cas, est plus rapide
avec une faible oscillation autour du MPP.

UFAS-2013 P.67
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

4.5.2.1.2 Augme ntation lente d’ensoleille ment :


Une augmentation lente de l’ensoleillement de 900W/m² à 940 W/m² en 200 secondes
avec un pas de 10 a été simulée, tandis que la température a été maintenue à 25°C. Les
courbes de puissance P(t), tension V(t), courant I(t) de sortie et le rapport cyclique D(t) des
différentes configurations sont illustrées en figures ci-dessous.
950

945

940

935
Eclairement E (w/m²)

930

925

920

915

910

905

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure.4-21. Changement lente d’ensoleillement E.


70
P&O
65 FLOUE
INC
60

55
Puissance P (W)

50

45 ZOOM
54

40
53.5
35
53
30 0 5 10

25

0 50 100 150 200 250


Temps (s)

Figure 4-22. Puissance de sortie P(t) des différentes configurations MPPT pour une
augmentation lente de l’ensoleillement de 900W/m² à 940W/m².

UFAS-2013 P.68
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

25
P&O
FLOUE
INC
20
Tension Vpv (V)

15

ZOOM
10
17.2
17
16.8
5 16.6
16.4

49 50 51 52 53 54
0 50 100 150 200 250
Temps (s)

Figure 4-23. Tension de sortie V(t) des différentes configurations MPPT pour une
augmentation lente de l’ensoleillement de 900W/m² à 940W/m².

P&O
FLOUE
INC

3.5
Courant Ipv (A)

2.5
ZOOM
2 3.5

1.5

1
3
0.5 50 52 54

0 50 100 150 200 250


Temps (s)

Figure 4-24. Courant de sortie I(t) des différentes configurations MPPT pour une
augmentation lente de l’ensoleillement de 900W/m² à 940W/m².

UFAS-2013 P.69
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

P&O
FLOUE
INC
0.3
Rapport cyclique D

ZOOM
0.25

0.3

0.2 0.25

0.2

0.15
48 50 52 54
0.15

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure 4-25. Rapport cyclique D des différentes configurations MPPT pour une
augmentation lente de l’ensoleillement de 900W/m² à 940W/m².

On peut remarquer que pour une augmentation lente de l’ensoleillement, la puissance de


sortie avec les techniques conventionnelles (P&O et IncCond) est comparativement identique
à celle de la technique floue mais avec de légères oscillations. En fait, les oscillat ions
d’amplitude élevée de la MPPT floue pendant l’augmentation de l’ensoleillement ne sont rien
d’autres qu’un écart répété du point de fonctionnement dans les deux directions du MPP et par
conséquent la MPPT doit toujours retrouver assez rapidement le MPP.
4.5.2.2. Fonctionne ment sous une variation de tempé rature
4.5.2.2.1. Augme ntation rapide de la te mpé rature
Les figures (4. (27, 28,29)) montrent les courbes de puissance, de tension et signaux de
commande des techniques MPPT pour une augmentation rapide de la température. La
température s’élève de 25°C à 40°C puis de 40°C à 55°C sous un ensoleillement constant de
1000W/m2 .

UFAS-2013 P.70
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

60

50

40
Temperature (°C)

30

20

10

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure.4-26. Changement rapide de température T.

70
P&O
FLOUE
60
INC

50
Puissance (W)

40 ZOOM

30

20

10
50 51 52 53

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure 4-27. Puissance P(t) pour les divers algorithmes MPPT sous une augmentation
rapide de la température de cellules.

UFAS-2013 P.71
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

40
P&O
ZOOM
35 FLOUE
INC
17
30
16

25 15
Tensin Vpv (V)

14
20
49 50 51 52 53 54 55

15

10

0
0 50 100 150 200 250
Temps (s)

Figure 4-28. Tension V(t) pour les divers algorithmes MPPT sous une augmentation
rapide de la température de cellules.
0.45
P&O
FLOUE
0.4 INC

0.35
Rapport cyclique D

0.3
ZOOM
0.4

0.25 0.35

0.3
0.2
0.25
48 50 52 54

0 50 100 150
Temps (s)

Figure 4-29. Variation du rapport cyclique D(t) pour les divers algorithmes MPPT sous
une augmentation rapide de la température de cellules.

UFAS-2013 P.72
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

On peut remarquer que pour une augmentation rapide de la température, la puissance de


sortie de la technique (P&O) est comparativement identique à celle de la technique floue mais
avec de légères oscillations. En fait, les oscillations d’amplitude élevée de la MPPT floue
pendant l’augmentation de la température ne sont rien d’autres qu’un écart répété du point de
fonctionnement dans les deux directions du MPP et par conséquent la MPPT doit toujours
retrouver assez rapidement le MPP.
4.5.2.2.2. Augme ntation lente de la température :
Les figures (4. (31, 32, 33 et 34)) montrent les courbes de puissance, de tension, du courant
et des signaux de commande des techniques MPPT pour une augmentation lente de la
température. La température s’élève de 35°C à 45°C par un pas de 2 sous un ensoleillement
constant de 1000W/m2 .

46

44
Température T (°C)

42

40

38

36

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure.4-30. Changement lente de température T.

UFAS-2013 P.73
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

70 P&O
FLOUE
INC
60

50
Puissance P (W)

40 ZOOM
60

30

20

10
49 50 51 52

0 50 100 150 200 250


Temps (s)

Figure 4-31. Puissance P(t) pour les divers algorithmes MPPT sous une augmentation
lente de la température de cellules.
25
P&O
FLOUE
INC
20
Tension Vpv (V)

15

ZOOM
10

5 15

50 52 54

0 50 100 150 200 250 300


Temps (s)

Figure 4-32. Tension V(t) pour les divers algorithmes MPPT sous une augmentation lente
de la température de cellules.

UFAS-2013 P.74
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

5
P&O
4.5 FLOUE
INC
4

3.5
Courant Ipv (A)

2.5
ZOOM
2

1.5
3.6
1
3.4
0.5
49 50 51 52 53 54 55

0 50 100 150 200 250


Temps (s)

Figure 4-33. Courant I(t) pour les divers algorithmes MPPT sous une augmentation lente
de la température de cellules.
0.45
P&o
FLOUE
0.4 INC

0.35
Rapport cyclique D

0.3
ZOOM
0.4
0.25

0.35
0.2

0.3
50 52 54
0 50 100 150 200 250
Temps (s)

Figure 4-34. Rapport cyclique D(t) pour les divers algorithmes MPPT sous une
augmentation lente de la température de cellules.

UFAS-2013 P.75
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

Les figures (4. (31, 32,33 et 34)) montrent la rapidité de poursuite de la technique MPPT
floue, et l’absence des oscillations autour du MPP qui limite les pertes de la puissance.
Différents résultats de sortie du générateur photo voltaïque et de la charge, pour différentes
valeurs d’insolation et de température, ont été obtenus en simulant les contrôleurs MPPT flou
et (P and O et IncCond).
Conclusion
Les résultats obtenus avec un Contrôleur flou (technique non conventionnelle) sont
meilleurs que ceux obtenus avec des algorithmes de contrôle conventionnels (P&O et
IncCond). Ainsi le contrôle par logique floue peut être vu comme un pas vers un
rapprochement entre le contrôle mathématique précis et la prise de décision humaine. Aussi,
ces résultats confirment le bon fonctionnement du contrôleur (IncCond) mais montrent un
meilleur fonctionnement du contrôleur flou. Ce dernier a prouvé qu’il a de meilleures
performances, temps de réponse rapide et erreur à l’état permanent très faible, et qu’il est
robuste aux différentes variations des conditions atmosphériques.
Une étude comparative des différentes commandes proposées (classiques et modernes) a
montré que le contrôleur basé sur la commande par logique floue optimise mieux la puissance
de fonctionnement du système.

UFAS-2013 P.76
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

Test de robustesse
Dans cette partie on procédera à l’étude de deux techniques MPPT à savoir (P&O) et floue
en faisant varier les paramètres du convertisseur survolteur pour les deux cas, afin de tester la
robustesse des techniques MPPT étudiées:
En premier cas, on prend C 1 =C (F), L1 =L (H), puis en deuxième cas, on prend C 2 =2*C (F),
L2 =2*L (H).
Les résultats de simulation obtenus sont illustrés comme suit :
Pour les conditions standards E=1000w/m2 et T=25°C.
1)- Méthode P&O

Cas (1) : L, C P&O(1)


64
Cas (2) : 2*L, 2*C P&O(2)

62

60
Puissance P (W)

60.4
58
60.2
60.3
56
59.8
60.2

54
59.4 60.1

52
2.6 2.8 3 3.2 3.5 4 4.5 5 5.5

0 10 20 30 40 50 60 70
Temps (s)
25
Cas (1): L, C P&O(1)
Cas (2): 2*L, 2*C P&O(2)

20
Tension Vpv (V)

15 ZOOM ZOOM
19
17.5
10 18
17
17
16.5
5

0.5 1 1.5 2 2.5 3 4 4.5 5 5.5 6


0
0 50 100 150
Temps (s)

UFAS-2013 P.77
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

0.4
Cas (1): L,C P&O(1)
Cas (2): 2*L, 2*C P&O(2)

0.35
Rapport cyclique D

0.3

ZOOM ZOOM
0.4 0,4
0.25

0.3
0,3
0.2
0.2

0.1 2,5
0.15 0 1 2 3 4 4.5 5 5.5 6
0 50 100 150
Temps (s)

Figure 4-35. Courbes P(t), V(t) et D(t) de deux cas par la technique (P&O) sous conditions
standards.
2)- Méthode Floue

Cas (1) : L, C FLOUE(1)


64
Cas (2) : 2*L, 2*C FLOUE(2)

62

60
Puissance P (W)

60.4
58
60.2 60.2
60.3
56
59.8 59.8
60.2

54
59.4 59.4 60.1

52
1 1.5 2 2.6 2.8 3 3.2 3.5 4 4.5 5 5.5

0 10 20 30 40 50 60 70
Temps (s)

UFAS-2013 P.78
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

25
Cas (1): L, C FLOUE(1)
Cas (2): 2*L, 2*C FLOUE(2)

20
Tension Vpv (V)

15 ZOOM ZOOM
17.5
19

10 18

17 17

0.5 1 1.5 2 2.5 3 4 4.5 5 5.5 6


0
0 50 100 150
Temps (s)
4.5
Cas (1): L, C FLOUE (1)
Cas (2): 2*L, 2*C FLOUE (2)

4
Courant Ipv (A)

3.5

ZOOM ZOOM
4 4
3
3.5 3.5

3
2.5
2.5 2.5

2
2 0 0.5 1 3 3.5 4
0 50 100 150
Temps (s)

0.4
Cas (1): L,C FLOUE(1)
Cas (2): 2*L, 2*C FLOUE(2)

0.35
Rapport cyclique D

0.3

ZOOM ZOOM
0.4 0,4
0.25

0.3
0,3
0.2
0.2

0.1 2,5
0.15 0 1 2 3 4 4.5 5 5.5 6
0 50 100 150
Temps (s)
Figure 4-36. Courbes P(t), V(t), I(t) et D(t) de deux cas par la technique (Floue) sous
conditions standards.

UFAS-2013 P.79
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

D’après les résultats obtenus où les conditions météorologiques sont maintenues


constantes, on constate qu’aucune influence (ni convergence, ni divergence) n’a été
remarquée par l’application de la technique (P&O) malgré que les paramètres du
convertisseur soient doublés, par contre la technique floue montre que le rapport cyclique est
ajusté, ce dernier provoque une augmentation et une diminution légère de tension et du
courant respectivement, de telle sorte qu’il n’y aura aucune variation de la puissance délivrée
par le générateur PV.
Pour les conditions atmosphériques (Eclaire ment et tempé rature) variables
1)- Méthode P&O
70
Cas(1): L, C P&O(1)
Cas(2): 2*L, 2*C P&O(2)
60

50
Puissance P(W)

40
ZOOM ZOOM
56 51.8
30

20
55 51.4

10
54
53 54 55 56 57 227 228 229 230
0 50 100 150 200 250 300
Temps (s)
30
Cas(1): L, C P&O(1)
Cas(2): 2*L, 2*C P&O(2)
25

20
Tension Vpv (V)

15
ZOOM ZOOM
18 17

10
17 16

5 16 15

15 14
45 50 55 60 98 99 100 101 102
0 50 100 150
Temps (s)

UFAS-2013 P.80
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

5
Cas (1): L, C P&O(1)
Cas (2): 2*L, 2*C P&O(1)
4.5

3.5
Courant Ipv (A)

3 ZOOM ZOOM
4
2.5

3.5 3.5
2

1.5 3
3
45 50 55 60 98 99 100 101 102
0 50 100 150 200 250 300
Temps (s)
0.5
Cas(1): L,C P&O(1)
Cas(2): 2*L, 2*C P&O(2)
0.45

0.4
Rapport cyclique D

0.35

0.3

ZOOM ZOOM
0.25
0.4 0.4
0.2
0.3 0.3
0.2 0.2
0.15
0.1 0.1
50 52 54 100 102 104
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200
Temps(s)

Figure 4-37. Courbes P(t), V(t), I(t) et D(t) de deux cas par la technique (P&O) sous
conditions variables.
2)- Méthode Floue
70
Cas(1): L, C FLOUE(1)
Cas(2): 2*L, 2*C
FLOUE(2)
60

50
Puissance P(W)

40
ZOOM ZOOM

30 56

51.8
20 55
51.4
10
54
52 54 56 227 228 229 230
0 50 100 150 200 250 300
Temps (s)

UFAS-2013 P.81
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

25
Cas(1): L, C FLOUE(1)
Cas(2): 2*L, 2*C FLOUE(2)

20

Tension Vpv (V)

15

ZOOM ZOOM
18 16.5
10
16
17
15.5

5 15
16
14.5
15 14
45 50 55 60 98 99 100 101 102
0 50 100 150
Temps (s)
5
Cas (1): L, C FLOUE(1)
Cas (2): 2*L, 2*C FLOUE(2)
4.5

3.5
Courant Ipv (A)

3 ZOOM ZOOM
4
2.5

3.5 3.5
2

1.5 3
3
45 50 55 60 98 99 100 101 102
0 50 100 150 200 250 300
Temps (s)
0.5
Cas(1): L,C FLOUE(1)
Cas(2): 2*L, 2*C FLOUE(2)
0.45

0.4
Rapport cyclique D

0.35

0.3

ZOOM ZOOM
0.25
0.4 0.4
0.2
0.3 0.3
0.2 0.2
0.15
0.1 0.1
50 52 54 100 102 104
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200
Temps(s)

Figure 4-38. Courbes P(t), V(t) et D(t) de deux cas par la technique (Floue) sous conditions
variables.

UFAS-2013 P.82
Chapitre 4 Commande MPPT basée sur l’approche floue

D’après les résultats obtenus où les conditions météorologiques (E et T) sont variables, on


constate qu’aucune influence (ni convergence, ni divergence) n’a été remarquée par
l’application de la technique (P&O) malgré que les paramètres du convertisseur soient
doublés avec l’apparition des fluctuations considérables autour du point de puissance
maximale MPP , par contre la technique floue montre un manque d’ajustement du rapport
cyclique qui provoque, une légère augmentation de tension d’un part et une diminution
remarquable du courant de telle sorte qu’il y aura une perte de puissance délivrée par le
générateur PV.
Par conséquent, le dimensionnement de système photovoltaïque est nécessaire pour que le
convertisseur survolteur s’adapte à l’énergie disponible délivrée par le générateur
photovoltaïque GPV. Cette adaptation permet les algorithmes MPPT de répondre à
l’ajustement de rapport cyclique pour atteindre le PPM.

UFAS-2013 P.83
Conclusion Générale

Conclusion Générale

Dans ce travail nous avons fait l’étude de la modélisation d’une chaine photovoltaïque
qui se compose d’un générateur photovoltaïque (avec une seule diode), un étage
d’adaptation (convertisseur DC /DC Boost), une charge DC (résistance) et un étage de
commande pour piloter le convertisseur (une première fois la commande MPPT
classique en l’occurrence P&O, IncCond et puis la commande MPPT Floue).
Dans ce cadre nous avons présenté les systèmes d’énergie renouvelable en portant un
intérêt particulier au système photovoltaïque qui est constitué essentiellement par un
générateur photovoltaïque (GPV) et un convertisseur DC-DC Boost. Le modèle électrique
à une seule diode du GPV décrit par le modèle mathématique de ‘Sandia’ est étudié. De
même pour le convertisseur Boost qui est dont le modèle électrique et les équations
mathématiques explicités. Différentes simulations, sous l’environnement
Matlab/simulink, sont réalisées pour mettre en évidence l’influence des variations des
conditions climatiques (éclairement et température) sur le MPP où la puissance de
fonctionnement du système est maximale.
La commande MPPT soit classique (P&O, IncCond) ou Floue permet la meilleure
connexion entre le générateur photovoltaïque (GPV) et la charge et elle force le de faire
fonctionner toujours au point de puissance maximale, cependant, l’étude comparative
des résultats de simulation a permis de constater que la commande MPPT Floue conduit
à des meilleurs performances (réduction du temps de réponse et de l’erreur en régime
permanent).
Par ce travail, nous souhaitons d’avoir apporter une contribution à l’étude des
caractéristiques photovoltaïques de la cellule solaire, l’étude des systèmes
photovoltaïques autonomes et les commandes MPPT classiques et floue.
Comme perspective à ce travail, il serait intéressant de procéder à l’implémentation
matérielle des techniques MPPT simulées, sur des systèmes à base de microcontrôleur
ou DSP, afin de valider les résultats de simulation et confirmer les performances
obtenues.
Bibliographies

Bibliographies

[1]. A.Mohammed Ahmed, “Study of interconnecting issues of photovoltaic/wind hybrid


system with electric utility using artificial intelligence”, Electrical engineering dept.,
faculty of engineering, El-Minia University 2006.

[2]. B.Bendib, “Techniques conventionnelles et avancées de MPPT pour des applications


photovoltaïques: étude comparative”, mémoire de Magister, département
d’Electronique .Université Ferhat Abbes-Sétif 2007.

[3]. N.Saadaoui, “Modélisation et extaction automatique des paramètres d’un générateur


photovoltaique”, mémoire de Magister , département d’Electrotechnique, Université
Ferhat Abbes-Sétif 2010.

[4]. U.Kassel, “Photovoltaic system technology”, Germany, 2003, www.uni-kassel.de/re.

[5]. S.Zeng, “Study on improving output current waveforme of photovoltaic grid-


connected system”, IEEE, pp. 1-5,2006.

[6]. M. Djaralllah, “Contribution à l’étude des systèmes photovoltaïques résidentiels


couplés au réseau électrique,". Thèse de doctorat en sciences, Universite de Batna
2008.

[7]. J.E.Cotter, "P-type versus n-type silicon wafers: prospects for high-efficiency
commercial silicon solar cells," IEEE, vol. 53, no. 8, pp. 1893-1901, 2006.

[8]. N.Oleksiy, "Simulation, fabrication et analyse de cellules photovoltaïques à contacts


arrières intèrdigités," Ecole doctorale.Thèse de doctorat, 2005.

[9]. F.Heroguel, "Les cellules photovoltaïques," Ecole normale supérieure, Lyon epreuve
de projet, 2007.

[10]. B.Mohammed, "Modélisation d’un système de captage photovoltaïque autonome,"


mémoire de Magister, Centre universitaire de Bechar, 2008.

[11]. A.C. Pastor, "Conception et réalisation de modules photovoltaïques électroniques,",


thèse de doctorat, Institut national des sciences appliquées de Toulouse 2OO5.

[12]. O.Gerglud, "Analysis and experimental validation of various photovoltaic system


models ",PhD-thesis , Mc Gill University Montreal, Canada, 2002.
Bibliographies

[13]. M.Z, F.Z.Zerhouni, "Optimisation d’un système à énergie verte avec validation
pratique," Revue des energies renouvelables, vol. 11 , no. N°1, p. 41–49, 2008.

[14]. A.Saadi, "Etude comparative entre les techniques d’optimisation des systèmes de
pompage photovoltaïque," mémoire de Magister, Université de Biskra 2000.

[15]. B.M.Thah, “Grid-connected photovoltaic system”. Degree in bachelor of engineering


(Honors), University of Queensland, 21st may Canada, 2003.

[16]. B.Gaiddon, "Les onduleurs pour systèmes photovoltaïques fonctionnement, état de


l’art et étude des performances," site internet : www.hespul.org Rapport , 2007.

[17]. A.Lyes, "Etude de la connexion au réseau électrique d’une centrale photovoltaïque ,"
mémoire de Magister, Université Mouloud Mammeri -Tizi Ouzou 2011.

[18]. F.Slama, "Modélisation d’un système multi générateurs photovoltaïques


interconnectés au réseau électrique", mémoire de Magister, département
d’Electrotechnique, Université de Sétif 2012.

[19]. M.Obeidi, "Commande des hacheurs MPPT par logique floue", mémoire de
Magister, Ecole nationale polytechnique 2006.

[20]. A.Benayad, " Modélisation des panneaux photovoltaïques par les méthodes de soft
computing. ", mémoire de Magister , département de Génie Electrique, Université
de Béjaia 2011.

[21]. S.Ait-Cheikh, "Etude, investigation et conception d’algorithmes de commande


appliqués aux systèmes photovoltaïques," mémoire de Magister, Ecole nationale
polytechnique 2007.

[22]. M.L.Louazene."Etude technico-économique d'un système de pompage


photovoltaïque sur le site de Ouargla," mémoire de Magister, Université El hadj
Lakhdar -Batna 2008.

[23]. S.Kumari, "Comparison of maximum power point tracking algorithms for


photovoltaic system," International journal of advances in engineering & technology
(©IJAET), vol. 1 , no. 5, pp. 133-148, 2011.

[24]. R. K. N. G. A. Savita Nema,"Matlab / simulink based study of photovoltaic


cells/modules/array and their experimental verification," International journal of
Energy and environment", vol. 1, no. 3, pp. 487-500, 2010.
Bibliographies

[25]. S.Lei, "Solar peak power point tracking", Bachelor of engineering (IEEE), University
of Queensland, 15th October, 1999.

[26]. M.Hatti, "contrôleur flou pour la poursuite du point de puissance maximum MPPT
d’un système photovoltaïque".JCGE'08 Lyon, 16 et 17 décembre 2008.

[27].C.Y. Won, D.H. Kim, S.C. Kim, W.S. Kim, H.S. Kim, "A new maximum power point
tracker of photovoltaic arrays using fuzzy controller", Proceedings of the IEEE
Power elec. specialists conference, pp.396-403, 1994.
Résumé :

La puissance de sortie d’un GPV dépend d’un certai n nombre de paramètres parmi lesquels l’intensité
du rayonnement solaire, la température des cellules, etc. En raison des caractéristiques él ectriques
fortement non linéaires des cellules PV et de leurs associations, le rendement des systèmes PV peut être
amélioré par des solutions à base des techniques MPPT. Il existe des méthodes MPPT conventionnelles
souvent utilisées, à s avoir la méthode de perturbation et d'observation (P&O) et la méthode de
conductance incrémentale (IncCond) et les méthodes di tes av ancées, telle que la MPPT floue. Ce mémoi re
prés ente une étude comparative entre ces différentes techniques MPPT afin d’analyser, simuler, et
évaluer le système global d'alimentation PV sous des conditions de fonctionnement vari ables. Pour ce
faire les modèles mathématiques des composants du système PV (GPV, conv ertisseur DC/ DC, charge) ont
été développés. Les résultats de simulation, obtenus à l’aide de l’outil Matlab Simulink, ont prouvé en
général que les performances du contrôleur MPPT flou sont bien meilleures que ceux du contrôleur
MPPT conv entionnel.
Mots clés : PV, conv ertisseur D C-DC, MPPT. P&O, IncCond, logique floue.

Abstract:
The output power of a GPV depends on a number of parameters includi ng the intensity of solar
radi ation, cell temperature, etc. Because of the highly nonlinear electrical characteristics of PV cells and
thei r associations, the system performance can be improv ed by PV based solutions MPPT techniques.
There are methods MPPT conventional commonly used, namely the perturbation and observation (P & O)
and the method of conductance incremental (IncCond) and the methods called adv anced, such as fuzzy
MPPT. This thesis presents a comparative study of different techniques MPPT to analyze, simulate, and
evaluate the overall system PV power under varying operating conditions. To do the mathematical
models of system components PV (GPV, D C-DC converter, load) have been dev eloped. Simulation resul ts,
obtai ned using M atlab Simulink tool, showed that i n general the performances of fuzzy controller in
maximum power tracking of PV array is much better than the conventional MPPT controller.
Key words: PV, conv erter DC-D C, MPPT, P&O, IncCond, fuzzy logic.

:‫ملخص‬
‫ يٍ بٍُٓا شذة اإلشعاع انشًسً ٔ دسخت حشاسة انخالٌا‬،‫إٌ االسخطاعت انُاحدت عٍ انًٕنذ انكٓشٔظٕئً حخعهق ببعط انًخغٍشاث‬
‫ " أي‬MPPT " ‫ َظشا نهخصائص انكٓشبائٍت انآلخطٍت نٓزِ انخالٌا فإٌ يشدٔد انُظاو انكٓشٔظٕئً ًٌكٍ ححسٍُّ باسخعًال حقٍُاث‬،‫انكٓشٔظٕئٍت‬
‫إحباع َقطت االسخطاعت األعظًٍت انخً ٌُخدٓا انًٕنذ انكٓشٔظٕئً يٍ بٍٍ ْزِ انخقٍُاث حٕخذ يُٓا انخقهٍذٌت ٔيٍ أكثشْا اسخعًاال طشٌقت االظطشاب‬
.‫ٔانًشاقبت ٔطشٌقت انًٕاصهت انًخزاٌذة ٔيُٓا انخقٍُاث انحذٌثت انخً حعخًذ عهى انزكاء االصطُاعً يُٓا حقٍُت انًُطق انغايط‬
‫ ٔرنك ححج ظشٔف انعًم‬،ً‫ْزِ انًزكشة حقذو يقاسَت بٍٍ يخخهف ْزِ انخقٍُاث نغشض ححهٍم ٔ حًثٍم ٔ حقذٌى انُظاو انكٓشٔظٕئً اإلخًان‬
‫انُخائح‬ .)... ‫حًٕنت‬،‫حٍاس يسخًش‬/‫يحٕل حٍاس يسخًش‬ ،ً‫ ٔنزنك فقذ قًُا بخقذٌى ًَارج سٌاظٍت نًكَٕاث انُظاو ( انًٕنذ انكٓشٔظٕئ‬.‫انًخغٍشة‬
‫ أثبخج عهى انعًٕو أٌ انفعانٍت انسكٍَٕت ٔانذٌُايٍكٍت نهًُطق انغايط فً إحباع َقطت‬Matlab/Simulink ‫انًخحصم عهٍٓا باسخعًال نغت انبشيدت‬
.)‫ طشٌقت انًٕاصهت انًخزاٌذة‬،‫االسخطاعت األعظًٍت نهًٕنذ انكٓشٔظٕئً أحسٍ يٍ انطشٌقت انخقهٍذٌت ( طشٌقت االظطشاب ٔ انًشاقبت‬
‫ انًٕاصهت‬،‫ حقٍُت االظطشاب ٔ انًشاقبت‬،‫ إحباع َقطت االسخطاعت األعظًٍت‬،‫ حٍاس يسخًش‬/ ‫ يحٕل حٍاس يسخًش‬،ً‫ يٕنذ كٓش ٔظٕئ‬:‫كلمات مفتاحية‬
.‫ انًُطق انغايط‬،‫انًخزاٌذة‬