Vous êtes sur la page 1sur 5

Travail individuel

,,Le Parlement français ‘’
Le Parlement français est la principale institution
du pouvoir législatif en France. Selon la Constitution du 4
octobre 1958, elle peut en partie contrôler l’activité
gouvernementale. Le Parlement est bicaméral, c'est-à-dire
composé de deux chambres :
 le Sénat, dit « chambre haute », qui comprend 348
sénateurs1,
 l’Assemblée nationale, dite « chambre basse », qui
compte 577 députés1.
Les deux chambres siègent dans des lieux différents :
le palais du Luxembourg pour le Sénat et le palais
Bourbon pour l’Assemblée nationale. Elles peuvent
néanmoins se réunir ensemble lors d'un Congrès : le
Parlement siège alors dans la salle du
Congrès au château de Versailles
Avant 1962, le Parlement était le détenteur unique de la
souveraineté populaire. Depuis cette date, le pouvoir est
partagé entre le Parlement et le chef de l'État, choisi lors
de l’élection présidentielle au suffrage universel direct.
Puissant sous les IIIe et IVe Républiques, le Parlement a vu
son pouvoir diminuer sous la Ve République. Les
évolutions plus récentes des institutions françaises tendent
à lui redonner quelques nouvelles prérogatives (cf. réforme
de 1995 et du 23 juillet 2008). Cependant, la montée en
puissance des pouvoirs des institutions européennes tend
à limiter son influence, environ 70 % de son activité étant
consacrés à la mise en œuvre du droit communautaire2

Le Parlement, au sens moderne du terme, est apparu en


France avec la Révolution. Sa forme
(monocamérale, bicamérale ou pluricamérale), ses noms
et ses attributions, définis par les différentes constitutions,
ont pris des formes très différentes suivant les régimes 

2.
Les députés qui siègent à l’Assemblée nationale sont élus au scrutin
majoritaire uninominal à deux tours dans le cadre de circonscriptions plus
ou moins équivalentes à 100 000 habitants, pour cinq ans, sauf dissolution
de l’Assemblée
Les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect par les « grands
électeurs ». Les grands électeurs sont les députés, les conseillers
régionaux, les conseillers départementaux, ainsi que des délégués
des conseils municipaux4. Ces derniers, qui ne sont pas toujours des
conseillers municipaux, représentent 95 % du corps electoral
Pour pouvoir être parlementaire, il faut remplir certaines conditions. Il faut
avoir 24 ans pour prétendre être sénateur (pas de limite d'âge pour les
députés, depuis la loi organique de 2011, qui supprime la limite d'âge pour
les députés (qui avait été fixée à 23 ans) même si l'obligation d'être majeur
persiste et abaisse celle des sénateurs de 30 ans à 24 ans à condition de
ne pas avoir été condamné pour crime. Les commerçants en liquidation
judiciaire, les personnes condamnées pour corruption subissent une
inéligibilité relative d'une ou plusieurs années. Il existe aussi des
incompatibilités de fonction. On ne peut pas être parlementaire et
fonctionnaire, parlementaire et exercer des fonctions de direction dans des
entreprises nationales ou subventionnées par l’État. De ce fait, le
parlementaire élu doit se démettre de ses fonctions incompatibles et
déclarer au bureau de l’Assemblée dans laquelle il a été élu les fonctions
qu’il entend conserver. Pour le fonctionnaire cela signifie se mettre en
disponibilité le temps de son mandat. De plus, le mandat parlementaire ne
peut pas être cumulé avec plus d’un des mandats suivants : membre d'un
conseil ou d'un exécutif régional, général, municipal. Le cumul est interdit
avec d'autres mandats parlementaires, sénateur, député, député européen.

L'année parlementaire comprend :

 une session ordinaire qui dure d'octobre à juin (article 28 de la


Constitution) ;
 éventuellement, une ou plusieurs sessions extraordinaires (article 29).
À l'intérieur d'une session, chaque assemblée décide au cours de quelles
semaines auront lieu les débats. Le règlement de chaque assemblée
décide de plus quels sont les jours de la semaine et les horaires de séance,
qui peuvent toutefois être modifiés par la suite en fonction des nécessités.
Ainsi, l'article 50 du règlement de l'Assemblée nationale7 prévoit que
« L’Assemblée se réunit chaque semaine en séance publique le matin,
l’après-midi et la soirée du mardi, l’après-midi et la soirée du mercredi ainsi
que le matin, l’après-midi et la soirée du jeudi », mais que d'autres séances
peuvent être tenues à la demande de la Conférence des présidents ou du
Gouvernement.

La discipline des débats est très sévère pour les parlementaires. Pour
pouvoir prendre la parole au cours d’un débat, l’élu doit s’inscrire au
préalable auprès du président, attendre son tour de parole et respecter le
temps qui lui a été imparti (typiquement cinq minutes). En cas de non-
respect de ces obligations, il risque des sanctions.
Les débats sont publics. Ils peuvent aussi être retransmis à la télévision
sur La Chaîne parlementaire. Cette publicité des débats
parlementaires constitue un principe de valeur constitutionnelle, reconnu
comme tel par l'article 33 de la Constitution.

3.
Le Parlement fixe les règles concernant les droits civiques et les libertés
publiques, le droit des personnes, le droit pénal et celui de procédure
pénale. Il légifère à propos des juridictions, des magistratures, des impôts,
de la monnaie, des régimes électoraux, de la création de catégories
d’établissements publics, du statut des fonctionnaires, des nationalisations.
Par contre il fixe uniquement les principes fondamentaux pour l’organisation
de la défense nationale, les collectivités locales, l’enseignement, le droit de
propriété, celui des obligations et du travail. Toutes les autres matières
relèvent du domaine réglementaire, c’est-à-dire du pouvoir exécutif (article
37). Cette limitation avait pour but de mettre fin à la paralysie parlementaire
existant sous la IVe République.

4.Bibliographie
“https://fr.wikipedia.org/wiki/Parl
ement_fran
%C3%A7ais#Parlement_sous_la_
Ve_R%C3%A9publique”