Vous êtes sur la page 1sur 11

Groupe : TSGE 102

Sujet : La complétive de "que"

Réalisé par : Achouri Lamiae


Moudhahhi ouidad
Taleb Bouthaina

En cadré par : Mr Fajri


Année de Formation :2019-2020

1
Remerciement :

Nous remerecions le prof MR Fajri de nous


avoir permis de donner cet exposé.Et nous
tenons à vous remercier mes camarades
de classe. Vous avez été un auditoire
attentif et vous avez rendu notre tâche
très agréable.

2
Le plan :

✓ Introduction………………………………………………4

✓ Chapitre1 : L’analyste de la complétive……..5

Section1 : proposition principale………………………5


Section2 : proposition subordonnée complétive..7
Section3 : Mode dans la complétive…………………8

✓ Chapitre2 : les fonctions de la complétive……9

Section 1 :Sujet………………………………………………9
Section 2 :COD……………………………………………….9
Section3 :COI……………………………………………….10

✓ Conclusion. …………………………………………………11

3
INTRODUCTION

COMPLÉTIVE INTRODUITE PAR - QUE

La complétive par "que" est une proposition


subordonnée, introduite par la conjonction de
subordination "que", et qui complète le plus
souvent un verbe, mais quelquefois aussi un nom
ou un adjectif.

4
Chapite1 :L’analyse de la complétive.

Section1 : Proposition principale.

✓ Qu'est ce qu'une proposition ?En déduire si la


phrase est principale complexe.
Une proposition : est un partie d'une phrase qui
intégré un verbe conjugué.
Exemple :
❖ Je voudrais que tu me prêtes ton
échelle.(Cette phrase contient 2 proposition).
❖ Je ne souhaite pas que vous achetez cette
voiture qui ne nous servira finalement à rien.
(Cette phrase contient 3 propositions).

✓ Une phrase peut n'intégrer qu’une seul


proposition (on dit que c'est une phrase
simple).
Le verbe doit impérativement être conjugué pour
compter comme verbe d'une phrase complexe.

5
Exemple :
❖ Je vais partir à l’heure.
✓ Il y'a deux verbes dans cette phrase,
mais un seul est conjugué (vais).
✓ Il y'a donc qu'une proposition, la
phrase est simple.
Exception :
Une phrase simple peut peut être
<<non verbale>>ne pas inclure de
verbe conjugué.
Exemple :
❖ Impossible !
Une proposition dans le cadre d'une
phrase complexe peut ne pas
posséder de verve conjugué. C'est le
cas de la proposition infinitive.

6
Section2 : Proposition subordonnée complétive (PSC).

Est un complément de verbe elle comance par la


conjonction de subordonnée Que/Qu' qui n'a pas
de fonction dans la subordonnée et cette
subordonnée non supprimable et non déplacable.
Exemple :
Paul trouve que le problèm est difficille.
Est proposition PSC
Principale
➢Mais comment on pour reconnaitre une
subordonnée complétive ?
Pour cela voici quelque critère de reconnaissance.
1. La proposition subordonnée complétive complète
un verbe elle est complément de verbe(COD ;COI).
2. La complétive comance par la conjonction de
subordonnée « Que/Qu' ».
3. La conjonction de subordination fait le lien entre la
principale et la subordonnée il n'a pas d'autre
fonction dans la phrase.
4. La complétive n'est pas supprimable ni
déplaçable.

7
Section3 : Mode dans la complétive.

Le mode du verbe de la subordonnée


complétive sera l'indicatif ou le subjonctif
selon la fonction de la complétive et selon le
sens du mot qu'elle complète.
1. Le verbe de la complétive se met à l'indicatif.
Lorsque le mot complété par la complétive
exprime une certitude, une déclaration, une
affirmation ,ou une opinion.
Exemple :
J’annonce / je pense / je crois.
✓ Le verbe se met aussi à l’indicatif lorsqu'il
s'agit d'une complétive interrogative ou
exclamative.
2. Le verbe de la complétive se met au subjonctif.
Lorsque le mot complété (parfois accompagné
de la négation)par la complétive exprime une
volonté, un jugement, une nécessité, une
attente, un doute, un sentiment, une
possibilités ou une impossibilité.
Exemple : je souhaite / je veux / je regrette …

8
Chapitre2 :Les fonctions de la complétive

Section1 : Sujet.
Lorsque la proposition subordonnée
complétive est sujet elle commence
toujours par le pronom relatif « que » .

Exemple :
✓ Que tu viennes aujourd’hui me rempli de joie.
PSC
✓ Que tu dises la vérité libérera tout le monde.
PSC
Section2 : COD.
Le pronom relatif « que » Joue aussi le rôle du
COD.
Exemple :
✓ L’enfant dit qu'il croit au père Noêl.
COD

9
✓ La mère de YASMINE dit que la fête aura lieu.
COD
Section3 : COI.
Le pronom relatif « que » joue aussi le rôle du COI.
Exemple :
✓ Les enfants disent qu'ils ont fait la commission à
leur père. COI
✓ Les enfants veulent qu'on parle à leur père.
COI

10
Conclusion :

COMPLÉTIVE INTRODUITE PAR - QUE -

La proposition subordonnée complétive a le plus


souvent une fonction de COD ou COI dans la
phrase. Elle est introduite par - que -. Son verbe
peut être, selon le sens, conjugué à l’indicatif (fait
réel), au conditionnel (condition) ou subjonctif
(après -il faut que-)

11