Vous êtes sur la page 1sur 2

IV. – Inné vs.

acquis : le retour de langage par l’enfant sinon par l’hypothèse que le cerveau est câblé langage [en l’occurence, le gène FoxP2]. Une machine compliquée
pour repérer certaines structures et réaliser certaines opérations ? peut tomber en panne à cause d’une seule pièce cassée. [. . . ]
la nature humaine ?
Qu’elle soit ce qui nous aliène ou ce qui nous libère, le pré- Vous dites, comme Chomsky, qu’il existe une
supposé est le même : la nature n’est rien, et la culture est tout. grammaire universelle. En quoi consiste-t-elle ?
Or, soutient Steven Pinker, professeur de psychologie à Harvard,
c’est faux et dangereux : – faux comme le montrent selon lui les C’est la structure sous-jacente que toutes les langues ont en
recherches sur le langage ; – dangereux comme le montre l’exemple commun. C’est aussi ce que l’enfant a dans l’esprit et qui lui per-
de la violence. met d’apprendre à parler. [...] Il doit y avoir un programme très
sophistiqué dans la tête des bébés qui leur permet de convertir
les phrases qu’ils entendent en une connaissance inconsciente du
A) Le langage : Interview de Steven Pin- fonctionnement du langage.
ker (Libération, 10 décembre 1997) Quand on écoute un enfant qui apprend à parler, on voit qu’il
ne se contente pas de répéter ce qu’il a entendu mais qu’il cherche
Vous parlez d’« instinct » du langage. Qu’est-ce des règles. Tant qu’il parle grammaticalement, on ne remarque
que c’est ? pas qu’il analyse, on pense qu’il imite simplement ses parents.
Mais cela saute aux yeux quand il dit : les chevals ou il a vendé. Il
Ce n’est bien sûr pas la capacité à parler français ou anglais, utilise une forme non grammaticale parce qu’il essaie d’appliquer
mais l’aptitude innée de l’espèce humaine à acquérir et utiliser le une règle.
langage. On a décrit le langage comme une faculté psychologique,
un organe mental, un système neurologique. Je préfère le terme –
suranné je l’admets – d’instinct, qui implique l’idée que les gens S’il existe une grammaire universelle, pourquoi
parlent, comme les araignées tissent leur toile. Le tissage de toile
les langues sont-elles si différentes ?
n’a pas été inventé par un génie méconnu et ne dépend pas d’une
bonne éducation. Les araignées tissent des toiles parce qu’elles ont La grammaire universelle est comme le plan du corps que l’on
un cerveau d’araignée, qui leur donne la pulsion pour tisser et la trouve chez tous les animaux d’une même famille. Tous les verté-
compétence pour le faire. brés, par exemple, ont une architecture commune : un os posté-
Vous affirmez que le langage est un produit de
rieur segmenté, quatre membres, un crâne. Autant de parties qui l’évolution. Pourquoi est-ce si controversé ?
peuvent être rabougries ou distordues de manière grotesque : l’aile Je pense que le langage, comme les autres fonctions, est un
d’une chauve-souris est une main, un cheval trotte sur ses orteils produit de la sélection naturelle. Dire qu’il est apparu sans avoir
du milieu et les membres antérieurs de la baleine sont devenus des été sélectionné est à peu près aussi plausible que d’affirmer qu’un
nageoires. Autant de différences causées par de minimes variations ouragan soufflant dans une décharge peut assembler un Boeing
dans la durée du développement embryonnaire. De même pour les par hasard. Les ancêtres de l’homme ont évolué dans un monde
langues. Même quand elles ont l’air de différer radicalement, on où intrigues politiques, économie, sexe et amitié jouaient un rôle
y retrouve les mêmes éléments. Un plan commun pour les règles essentiel dans le succès reproductif : une grammaire de niveau
de syntaxe et de phonologie et quelques paramètres dont la varia- Moi-Tarzan-toi-Jane devenait nettement insuffisante.
tion peut entraîner de grandes différences superficielles. L’anglais L’argument principal de ceux qui nient que le langage a évo-
a très peu d’agréments : you walk et he walks. Le français en a lué, c’est qu’aucun autre animal ne l’a. Mais regardez la trompe
un peu plus : je marche, tu marches, nous marchons. Mais dans de l’éléphant : deux mètres de long, 60.000 muscles. Elle sert aussi
les langues amérindiennes par exemple, vous avez des milliers de bien à transporter des troncs qu’à ramasser une feuille, ou sentir
De même, un enfant de maternelle en sait implicitement plus suffixes, selon la nature du sujet et des compléments. [...]
sur le langage que le plus sophistiqué des logiciels informatiques. un python à 1 km de distance. Ce sont les seuls animaux vivants
Et c’est le cas pour tous les êtres humains, y compris le footballeur, à posséder cet organe extraordinaire. De même que l’homme est
célèbre pour malmener la syntaxe et le «tu-vois-j’veux dire» ado Certains prétendent avoir trouvé le gène de la le seul à avoir le langage. Mais, par le passé, de nombreuses es-
du coin. Le concept d’«instinct» peut paraître choquant à ceux pèces ont été douées de parole ou dotées d’une trompe. L’homme
grammaire ? et l’éléphant sont simplement des espèces qui ont survécu. Le lan-
qui pensent que le langage est le summum de l’intellect humain
et que les instincts sont des pulsions brutes qui poussent des zom- On connaît des familles entières qui ont d’énormes difficultés gage a sans doute évolué pendant des millions d’années chez des
bies à poils ou à plumes à construire des barrages ou à voler vers de langage. Comme cette famille de Londres où, malgré une intel- créatures qui n’étaient pas des hommes modernes mais des an-
le sud. Mais un possesseur d’instinct n’agit pas forcément comme ligence normale, on voit de graves problèmes, avec la grammaire cêtres de l’homme avec un langage plus simple. Tout comme il y
un automate. Mon argumentation, c’est que le langage est un peu en particulier. Ces gens sont par exemple, incapables de trouver a eu des ancêtres de l’éléphant, avec des trompes différentes.
comme la faim ou le sexe. On n’en comprend pas consciemment le pluriel de «wug», un mot inventé. Alors qu’un enfant de 4 ans
les règles, mais on ne peut s’empêcher de les appliquer. Quand je y arrive sans difficulté. La cause de cette déficience familiale est B) Le problème de la violence
parle des règles du langage, je ne veux pas dire les règles apprises probablement génétique. Ce qui ne veut pas du tout dire qu’il y
à l’école, mais plutôt une sorte de logiciel pour le langage, placé ait UN gène de la grammaire. Les gènes impliqués sont forcément Il est donc faux de soutenir qu’il n’y a pas de nature humaine.
dans le cerveau. Comment expliquer la très rapide acquisition du nombreux. En revanche, il peut y avoir un gène pour un trouble du Pourquoi alors s’évertue-t-on à repousser cette idée ? «Nombreux
sont ceux, explique Pinker, qui pensent que reconnaître l’existence est relative aux individus à un moment donné et pour un lieu voient dans ces constatations le message sexiste et homophobe
de la nature humaine revient à admettre le racisme, le sexisme, donné. Par conséquent, on ne peut pas comprendre la violence que seuls les rôles sexuels traditionnels sont «naturels», et que les
la guerre, l’envie, le génocide, des politiques réactionnaires, et à sans une connaissance approfondie de l’esprit humain. autres styles de vie sont à condamner [. . . ]. Le bonheur et la vertu
négliger les enfants et les plus démunis. Toute affirmation selon [...] De nombreux intellectuels ont détourné leur regard de n’ont rien à voir avec ce pour quoi la sélection naturelle nous a
laquelle l’esprit a une organisation inéée heurte les gens non seule- la logique de l’évolution de la violence, craignant que la recon- conçus dans l’environnement de nos ancêtres. C’est à nous de le
ment comme une hypothèse incorrecte, mais comme quelque chose naître revienne à l’accepter, voire à l’approuver. Au contraire, ils déterminer. Je ne dis pas cela par hypocrisie, même si je suis un
qu’il serait immoral de penser » (The Blank slate : the modern de- ont poursuivi l’illusion réconfortante du Noble Sauvage, dans la- homme blanc, classique et hétéro. Je suis au cœur de mes années
nial of human nature, trad. fr. : Comprendre la nature humaine, quelle la violence est le produit arbitraire de l’apprentissage ou de procréation, et jusqu’à présent volontairement sans enfants,
2002). d’un agent pathogène qui s’incruste en nous de l’extérieur. Mais ayant gaspillé mes ressources biologiques à lire, etc. [. . . ] Selon
La question de la violence est caractéristique de cette diffi- en niant la logique de la violence, il est facile d’oublier combien les normes darwiniennes, je suis une affreuse erreur [. . . ]. Mais je
culté. Extraits du chap. que lui consacre Pinker dans Comprendre facilement la violence peut éclater, et en ignorant les parties de suis heureux d’être ainsi, et si mes gènes ne sont pas contents, ils
la nature humaine : la l’esprit qui produisent la violence, il est facile de négliger les peuvent aller se faire voir ailleurs» (S. Pinker, op.cit., p. 62). »
« Les théories purement environnementales de la violence res- parties qui peuvent l’éteindre. Avec la violence, comme c’est le cas Bref, Pinker soutient que l’on peut, au nom de l’objectivité
tent un article de foi parce qu’elles incarnent l’Ardoise Vierge et pour de nombreuses autres préoccupations, la nature humaine est, scientifique, discuter de tout sans tabou, et qu’il n’y a pas d’idées
le Bon Sauvage. La violence, selon ces théories, n’est pas une stra- certes, le problème. Mais la nature humaine est aussi la solution. » dangereuses. Des commentateurs y voient un positionnement «po-
tégie naturelle dans le répertoire de l’homme ; il a appris ce com- litiquement douteux, ou dans le meilleur des cas de la faute de
portement [...] Cette théorie est un bel exemple de sophisme mo- goût ».
ralisateur : ce serait si beau si l’idée était tellement vraie que nous
C) Limites des analyses de Pinker
devrions tous croire que c’est vrai. Le problème est que ce n’est Les thèses de Pinker sont séduisantes, mais malgré tout problé- Une conception économique de la nature hu-
pas vrai. L’histoire a montré que beaucoup de gens sains et ra- matiques, ou à tout le moins ambiguës, comme l’illustre la question maine ? Là n’est cependant peut-être pas l’essentiel. Car l’as-
tionnels peuvent se résoudre à blesser les autres et à détruire la des différences « naturelles » entre hommes et femmes : pect économique n’est pas anodin dans les analyses de Pinker, et
propriété parce que, malheureusement, les intérêts d’un individu il est certainement plus gênant que la «faute de goût» : «l’utopie
parfois sont subordonnés par le fait de faire du mal à d’autres (sur- Polémique (2005) : existe-t-il, du point de vue de Biotech», i.e. l’idée que le matériau génétique humain n’est plus
tout si des sanctions pénales pour blesser les autres sont éliminés) l’intelligence, un différentiel inné entre hommes représenté comme une fatalité immuable, mais comme un donné
[...] <Quoiqu’il en soit> quiconque utilise les mots «violence» et et femmes ? « Elisabeth Spelke insistait sur le fait que les sur lequel la science pourra bientôt opérer, au même titre que les
«biologie» dans le même paragraphe peut être suspecté de le ra- capacités cognitives moyennes des bébés filles et garçons, mesu- organes – «l’utopie Biotech», donc, imprègne en effet ses dernières
cisme, et cela a affecté le climat intellectuel en matière de violence. rées peu après la naissance, sont identiques. Elle rappelle égale- déclarations.
Personne n’a jamais eu de problème pour avoir dit que la violence ment que les notes obtenues par les collégiens filles et garçons Or, non seulement cette idée est dangereuse en tant qu’elle
était totalement acquise. Cependant, il y a plusieurs raisons de sont en moyenne très similaires - et plutôt en faveur des filles. ouvre la voie à un nouvel eugénisme, reposant non plus sur des
croire que la violence chez l’homme n’est pas littéralement une S. Pinker quant à lui soulignait que son argument porte sur la critères racistes mais économiques (combien êtes-vous prêt à payer
maladie ou d’un empoisonnement, mais une partie de la manière dispersion, et non sur la moyenne, des aptitudes mathématiques pour avoir des enfants « parfaits » ?) ; mais en plus elle revient à
dont nous sommes «programmés d’un point de vue évolutif». des hommes et des femmes. Parmi les plus grands scientifiques, surdéterminer l’idée qu’on se fait de la nature humaine par des
Alors, quelle est la preuve que notre espèce peut avoir déve- comme parmi les plus sombres imbéciles, on trouve donc naturel- considérations économiques.
loppé des mécanismes de violence sélective ? La première chose lement une majorité d’hommes. A l’appui de sa thèse, S. Pinker Ainsi, loin de dégager les invariants de la nature humaine, les
à garder à l’esprit est que l’agression est une organisation, une rappelle que chez les primates, les caractéristiques des mâles, en thèses de Pinker ne feraient qu’illustrer une certaine conception
activité orientée vers un but – pas le genre d’événement qui pour- particulier l’intelligence, offrent en général une plus grande variété du monde. C’est déjà ce que remarquait en 1972 Michel Foucault.
rait provenir d’un dysfonctionnement aléatoire. [...] La présence de que celle des femelles. Selon les biologistes évolutionnaires, tel Ri- À Noam Chomsky qui invoquait la nature humaine pour dire ce
chimpicides délibérés chez nos cousins chimpanzés soulève la pos- chard Dawkins, ce phénomène ne relèverait en rien du hasard, que devait être l’organisation de la société, Foucault répondait :
sibilité que les forces de l’évolution nous ont préparé à la violence, mais constituerait une conséquence du fait que les femelles ont «ne risque-t-on pas de définir cette nature humaine – qui est à la
et que ce n’est pas seulement une particularité particulière aux un nombre de descendants moins variable que celui des mâles. » fois idéale et réelle, cachée et réprimée jusqu’à maintenant – dans
hommes hommes. Et l’omniprésence de la violence dans toutes les (Cf. Augustin Landier et David Thesmar, « Le sexe des mathé- des termes empruntés à notre société, à notre civilisation, à notre
sociétés humaines à travers l’histoire et la préhistoire est une forte maticiens : L’anthropologie génétique dans le débat américain », culture ?»
indication que nous sommes ainsi préparés. http://www.laviedesidees.fr/spip.php?page=print&id_article=108). Car il est tout de même significatif que les «invariants univer-
[...] Je suis d’accord avec les scientifiques radicaux qui insistent sels» correspondent trait pour trait aux caractéristiques mises en
pour que nous ne comprenions pas la violence en ne regardant que Extrait de Comment fonctionne l’esprit (2000) avant par le libéralisme (égoïsme, sens de l’initiative et des respon-
les gènes ou les cerveaux des gens violents. La violence est un pro- « La nature ne nous dicte pas ce que nous devons accepter ou sabilités...) Il est tout aussi significatif qu’ils soient mis au service
blème social et politique, et pas seulement un problème biologique comment mener notre vie. Un certain nombre de féministes et de d’une logique économique. Ainsi, il est remarquable que les gênes
et psychologique. Néanmoins, les phénomènes que nous appelons militants homosexuels réagissent avec violence devant les consta- qui détermineraient nos comportements se révèlent cautionner cer-
«sociaux» et «politiques» ne sont pas des événements extérieurs tations banales que la sélection naturelle a conçu les femmes en tains préjugés et stéréotypes propres à un certain modèle social...
qui mystérieusement affecteraient les affaires humaines, comme les partie pour mettre au monde et nourrir les enfants, et les hommes Pinker croyait, en réhabilitant l’idée de nature humaine, sortir du
tâches faites par le soleil. Ils sont mélangés et leur compréhension aussi bien que les femmes pour des raisons hétérosexuelles. Ils relativisme ; ne fait-il pas que le confirmer ?