Vous êtes sur la page 1sur 3

Joseph Favre dit Montferrand

Martin Gladu

- né en 1802, rue des Allemands (maintenant de l’Hôtel-de-Ville) à Montréal (dans le


faubourg Saint-Laurent) de François-Joseph Favre et Marie-Louise Couvret
- mort en 1864, 152 rue Sanguinet à Montréal (coin Mignonne, maintenant boulevard de
Maisonneuve). NB : La maison n’était pas celle sur le coin sud de l’intersection, mais
celle avant
- à cette époque, le faubourg Saint-Laurent comptait une dizaine de salles de boxe et
plusieurs tavernes
- surnom = le roi des cageux, le coq du faubourg Saint-Laurent
- très grand (6 pieds 4 pouces), agile, souple et bon bagarreur
- Jos Montferrand est la toute première chanson qu'a composée, en 1959, Gilles
Vigneault. La pièce est inspirée de L'albatros de Baudelaire, un poème qu'il connaît par
coeur et qu'il adore. Vigneault a « voulu le paraphraser d'une manière populaire » en
disant qu'il est « important de communiquer avec un géant de temps en temps » :

Si tu veux faire un vrai géant, va boire à même la rivière


Assieds-toi sur les montagnes puis lave-toi dans l'océan
Essuie-toi avec le vent, éclaire-toi avec la lune
Dors les pieds su'l'bord d'la dune puis la tête au bout du champ
Et puis la tête au bout du champ

Puis un beau jour tu sentiras en-dessous d'tes pieds tourner la terre


Puis tu comprendras le chinois aussi bien qu'la reine d'Angleterre
Tu sauras fermer ta gueule, t'arrêteras d'faire des sparages
Pour écouter les nuages, mais petit gars tu s'ras tout seul
Mais mon p'tit gars tu seras tout seul

- charretier, bûcheron, draveur, contremaître et meneur d’hommes, voyageur, cageux


(raftman) et homme fort
- Stompin’ Tom Connors a aussi écrit une chanson en son honneur
- il mélangeait la boxe anglaise, la savate (qu’il avait apprise de son père, ancien
débardeur au Port de Montréal) et la lutte
- assiste et participe à des combats « à tout faire » aux Champs de Mars de Montréal
- son grand-père, François Favre, avait ouvert une salle d’escrime à Montréal. Il était, lui
aussi, très fort et très grand. Soldat dans les troupes du chevalier de Lévis, il était maître
d’armes dans l’armée française et adorait se battre
- son père, François-Joseph Favre, avait travaillé dans la traite des fourrures, ce qui lui
permis d’amasser un joli magot. Il serait mort à la suite d’un duel avec un Anglais
- sa mère était robuste et gaillarde : elle avait rossé un homme qui avait osé frapper un
enfant
- à deux pas du Fort Tuyau, du Coin Flambant, et de dix salles de gymnase
- épousa Mademoiselle Esther Bertrand quelques temps avant de mourir
- Joseph-Louis, son fils unique et posthume, mesurait 6 pieds 3 pouces. Or la maladie lui
avait enlevé l’usage d’une jambe
- son petit-fils, Joseph, était, lui aussi, un athlète (il était lutteur, boxeur et homme fort)
- Jos Montferrand, 208 rue Sanguinet, leader du club Montferrand Indépendant
- en 1859, son serviteur depuis six semaines, Louis Charland, 15 ans, lui vola de l’argent
et de l’or (Montferrand avait aussi engagé une servante)