Vous êtes sur la page 1sur 58

UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ET


ECONOMIQUES ET SOCIALES
TETOUAN

Filière : Science Economie et Gestions

PROJET DE FIN D’ETUDES

LES DETERMINANTS DE LA CREATION DE


L’ENTREPRISE

Année Universitaire : 2018-2019

Présenté par : Ayoub ZRAA

Encadé par Mr : Mohamed HAMICH


Dédicaces

Je dédie ce modeste travail

A….

Mes parents

Car ce travail est le fruit de leur enseignement, conseils, encouragement et


du soutien matériel et moral qu’ils nous ont donné. Aucune dédicace ne pourra
exprimer l’immense amour, le dévouement et le respect que nous les portons.

Mes professeurs

Pour leur enseignement, gentillesse et sympathie qu’ils nous conduisent à


terminer nos études.

Mes frères

Car ce travail soit pour vous symbole de nos profonds amours et nos grandes
affections.

Mes amis

A tous nos amis. Pour leur soutien et leur encouragement.

A tous ceux qui sont chers.


Remerciement

Tout d’abord je veux exprimer mes vifs remerciements à Dieu et à tous ceux qui
ont contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce modeste travail notamment mes
parents.

Mes plus sincères remerciements vont également à Monsieur HAMICH


Mohamed, professeur à la faculté des sciences Juridiques et Economiques et Sociales
de Tétouan, département des études économiques, et mon encadrant universitaire de
projet, qui m’a honorée de sa confiance en orientant sur ce sujet et qui m’a fait
bénéficier de ces enseignements fructueux tout au long de l’élaboration de ce travail.
Sans sa précieuse aide, et ses conseils, ce mémoire n’aurait certainement pas vu le jour.

Je remerciais toujours Monsieur HAMICH Mohamed Qui a accepté d’encadrer


et de corriger mon Projet de Fin d'Etude malgré ses nombreuses responsabilités, c'est
pour moi un grand honneur. J’espère que ce travail soit digne de sa confiance.

Enfin, je remerciais tous l’équipe administrative et pédagogique de la faculté des


sciences Juridiques et Economiques et Sociales de Tétouan pour leurs efforts que ce
soit en gestion, encadrement ou orientation.
Liste des figures

Figure 1 la tendence générale au maroc..............................................................................................42

Liste des Tableaux

Tableau 1: caractéristiques le plus souvent attribuée aux entrepreneurs par les spécialistes en
comportement (58)..............................................................................................................................18
Tableau 2 : Typologies des entrepreneurs selon S.Boutllier et C.Fournier (59)....................................19
Tableau 3 : Les phases de l’activité entrepreneuriale en 2015 (%........................................................44
Sommaire
INTRODUCTION GENERALE................................................................................................................8
Chapitre 1 : Généralité et concepts de l’entreprise..........................................................................10
Introduction.........................................................................................................................................10
Section 01 : Compréhension du phénomène de l’entrepreneuriat......................................................10
1-1 C’est quoi l’entrepreneuriat ?........................................................................................................10
1-1-1 difficultés d’une définition du concept d’entrepreneuriat..........................................................11
1-1-2 Les divers regards sur le phénomène entrepreneurial................................................................11
1-2 Genèse et fondement de l’entrepreneuriat...................................................................................12
1-2-1 Les regards singuliers des économistes (approche fonctionnelle)..............................................13
1-2-2 L’approche centrée sur l’individu (approche comportementale)................................................15
1-2-3 L’approche centrée sur le processus (approche processuelle).....................................................17
1-2-4 Une vue synthétique du champ de l’entrepreneuriat.................................................................18
I.2.5 Une vue synthétique du champ de l’entrepreneuriat de Alain Fayolle.........................................20
Section 02 : Concept de base de la théorie de l’entrepreneur.............................................................20
2-1 Définition de l’entrepreneur...........................................................................................................20
2-2 Les caractéristiques de l’entrepreneur............................................................................................21
2-2-1 Les traits de caractères...............................................................................................................21
2-2-2 L’entrepreneur est un opportuniste............................................................................................22
2-2-3 L’entrepreneur est un organisateur............................................................................................22
2-2-4 L’entrepreneur est un joueur......................................................................................................23
2-2-5 L’entrepreneur est motive..........................................................................................................23
2-3 Typologies des entrepreneurs........................................................................................................24
Section 03 : La création de l’entreprise acte essentiel de l’entrepreneuriat........................................26
3-1 Généralité sur la création d’entreprise et la PME...........................................................................26
3-1-1 Définition de la PME..................................................................................................................26
3-1-2 Caractéristique des PME.............................................................................................................27
3-2 Les types des créations...................................................................................................................28
3-3 Les atouts et les faiblesses des PME...............................................................................................29
CONCLUSION....................................................................................................................................30
CHAPITRE 02 : Les déterminants à la création de l’entreprise...................................................31
INTRODUCTION................................................................................................................................31
Section 01- Les facteurs motivationnels de l’entrepreneuriat..............................................................31
1-1 Définition de la motivation.............................................................................................................32
1-2 Comprendre l’acte entrepreneurial.................................................................................................33
1-2-1 Les approches par les caractéristiques et les besoins des entrepreneurs...................................33
1-2-2 Les approches comportementales et cognitives de l’entrepreneur............................................34
1-2-2-1 Le modèle de la formation organisationnelle de Learned (1992)............................................34
1-2-2-2 Le modèle de l’événement entrepreneurial Shapero (1975)...................................................35
1-2-2-3 Le modèle de l’intention entrepreneurial de Boy et Vozikis (1994).........................................36
1-2-3 Les principales dimensions environnementales favorisant la création.......................................37
1-2-3-1 Les raisons socioculturelles à l’origine des dynamiques entrepreneuriales.............................37
1-2-3-2 Les dimensions économiques et démographiques..................................................................38
1-2-3-3 Les motifs politiques...............................................................................................................38
Section 02 : Les facteurs de motivation des entrepreneurs.................................................................39
2-1 Facteurs économiques...................................................................................................................39
2-1-1 Les ressources financières...........................................................................................................39
2-1-2 Accessibilité au marché...............................................................................................................39
2-2 Facteurs psychologie......................................................................................................................39
2-2-1 Les intentions entrepreneuriales................................................................................................40
2-2-2 Historiques personnels................................................................................................................40
2-2-3 Besoin d’indépendance...............................................................................................................40
2-2-4 Besoin d’accomplissement..........................................................................................................41
2-2-5 L’expérience et l’âge...................................................................................................................42
2-3 Facteurs sociologiques et culturels................................................................................................42
2-3-1 Le milieu familial.........................................................................................................................42
2-3-2 L’éducation et l’expérience antérieure.......................................................................................43
2-3-3 Le territoire.................................................................................................................................43
2-4 Facteurs technologique..................................................................................................................44
2-5 Facteurs contextuels.......................................................................................................................44
CONCLUSION........................................................................................................................................44
CHAPITRE 03 : La Dynamique Entrepreneuriale au Maroc...............................................................45
Introduction.........................................................................................................................................45
Section 01 : Le Modèle GEM................................................................................................................46
1-1 Le cadre conceptuel......................................................................................................................47
1-2 La méthodologie du GEM...............................................................................................................49
Section 02 : L’activité entrepreneuriale................................................................................................51
1-De l’intention à la création................................................................................................................52
2-Le taux d’activité entrepreneuriale (TAE)..........................................................................................53
3-Les différentes phases du processus entrepreneurial.......................................................................54
4-La motivation entrepreneuriale........................................................................................................55
CONCLUSION GENERALE..................................................................................................................57
BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................58
INTRODUCTION GENERALE

Traditionnellement, depuis Schumpeter, on reconnaît le rôle déterminant de


l’innovation dans évolution des systèmes économiques. Jusqu’à l’explosion technologique des
années 80, la vision traditionnelle du développement technologique des entreprises était
centrée sur la recherche et le développement interne. La dépense en R&D était considérée
comme un facteur clé de succès dans de nombreux secteurs de haute technologie. Pour
mémoire, en 2001, Alcatel décida d’abandonner la production de téléphonie mobile alors qu’il
était le 5ème producteur mondial car il ne pouvait concurrencer les 15 % du chiffre d’affaires
de Nokia investis dans la R&D (se mettre au niveau de Nokia aurait imposé à Alcatel
d’investir 135 % de son chiffre d’affaires en téléphonie à cette époque).

De nouvelles voies de gestion des innovations technologiques sont pourtant apparues


depuis les années 80 et notamment la voie des alliances technologiques. Cette stratégie
d’alliance peut revêtir deux formes :

Soit l’entreprise concernée possède un très fort pouvoir de marché (comme INTEL par
exemple), et elle peut s’attendre à ce que les innovations qui l’intéressent lui soient proposées
en priorité. Ou bien l'entreprise peut choisir d’intégrer des réseaux de financement de start-up
de façon à pouvoir connaître et maîtriser les mutations technologiques.

Cette dernière forme de partenariat liée à la participation à des réseaux présente aux
États-Unis une structure intéressante : le financement de l’innovation se concrétise par un rôle
important des investisseurs financiers. Ce sont eux qui repèrent les jeunes entreprises
innovantes (JEI), financent leur démarrage, et qui, dans un deuxième temps, vont inviter les
industriels (qu’ils savent potentiellement intéressés par l’innovation) à se syndiquer pour
continuer à financer la jeune entreprise innovante. Ce jeu à trois acteurs (jeune entreprise
innovante, investisseur financier et grandes entreprises industrielles) est particulier.

Les modes de production d’innovations passent donc par de nouvelles structures. La


R&D interne n’est plus la seule façon d’organiser la production d’innovations dans les
entreprises industrielles de haute technologie. Les collaborations issues du pouvoir de marché
ou l'intégration de réseaux de financement viennent compléter le schéma précédent. La
recherche présentée se focalise sur ces deux derniers modes de production de l’innovation.
Comment et pourquoi est-on passé de la toute-puissance de la R&D interne à la multiplication
des voies d’acquisition des innovations technologiques ?

Trois facteurs peuvent expliquer cette nécessaire mutation :

La globalisation avec son arrivée de nouveaux entrants (Asie Pacifique) a rendu


brutale la concurrence à laquelle sont confrontées les entreprises de haute technologie. Cette
nouvelle concurrence a accéléré le rythme de la production d’innovations. Parallèlement à
l’entrée de nouveaux concurrents, l’augmentation de la masse de capitaux investis dans les
fonds spéculatifs de tous ordres a permis le financement d’aventures technologiques.

La multiplication des innovations liées aux gains de productivité des centres de


recherche a limité la capacité de leadership technologique des acteurs majeurs du secteur.
S’appuyant sur les travaux de Dushnitsky et Lenox (2006) et sur un échantillon de 1178
entreprises de haute technologie dont 170 sont actives en corporate venturing (cv), cet article
se propose d’éclairer l’importance relative du pouvoir de marché et des dépenses de cv dans le
modèle de création de valeur des entreprises industrielles de haute technologie.

Dans un premier temps, la revue de littérature développera les conséquences du nouvel


environnement des marchés de haute technologie sur l'organisation des firmes industrielles de
ces secteurs d’activité. Dans ce cadre, les limites de la R&D interne des firmes industrielles de
haute technologie sont abordées. Puis sont présentés les intérêts liés à la constitution d’un
pouvoir de marché d’une part et aux opérations de corporate venturing de l’autre.

Ensuite sont exposées les données utilisées pour notre étude et les méthodes
économétriques employées.

Enfin, les résultats obtenus sont présentés et discutés.


Chapitre 1 : Généralité et concepts de l’entreprise

Introduction

L’entrepreneuriat prend de plus en plus d’importance dans notre société. Les attentes
sont multiples et revêtent des formes différentes et complémentaires. En tant que phénomène
économique et social, l’entrepreneuriat est censé dynamiser les entreprises, participer à
lacération d’emplois.

Nous consacrerons ce chapitre à présenter quelques théories principales de la notion de


l’entrepreneuriat et de l’entrepreneur.et nous allons étudier l’entrepreneuriat en tant que
phénomène économique et social.

Section 01 : Compréhension du phénomène de l’entrepreneuriat

L’entrepreneuriat est un thème il se présent comme une discipline en constriction. La


recherche dans ce domaine vise a comprendre le concept et à expliquer l’activité et
dynamique entrepreneuriale .Dans ce point nous citerons quelques définitions et diverses
otiques du phénomène entrepreneurial .Ensuite nous retracerons les trois approche qui
délimitent le champ de recherche dans ce domaine (fonctionnelle, comportementale, et
processuelle). Enfin nous présenterons les déférents modèles de l’entreprenait.

1-1 C’est quoi l’entrepreneuriat ?

La littérature relative au concept d’entrepreneuriat propose une grande variété de


définitions, puisque celui-ci expose plusieurs manifestations. Selon Verstraet (2000)
« L’entrepreneuriat est phénomène trop complexe pour être réduit à une simple définition son
intelligibilité nécessitant une modélisation .Cette complexité exclut la possibilité d’une
délimitation stricte et univoque de ses frontières sémantiques » 1 Dans ce cadre nous
discuterons la difficulté d’une définition du concept d’entrepreneuriat, en présentant les
diverses optiques du phénomène entrepreneurial.
1-1-1 difficultés d’une définition du concept d’entrepreneuriat

Le mot ‘entrepreneuriat’ n’est pas répertorie dans les dictionnaires usuels. Julien et
Marchesnay (1996) 2 rappellent que le terme a été choisi au Québec par conseil de la langue
française au détriment du terme franglais entrepreneurs chip .Ils considèrent que le champ de
recherche de l’entrepreneuriat tourne généralement autour de trois concepts ; l’entrepreneur
l’esprit d’entreprise et la création d’entreprise.

En effet, on ne peut pas déroger à deux questions qui sont trop souvent posées : «what
are we talking about when we talk about entre preneurship » (Garther 1990).
Les deux questions sont trop larges et la littérature est inépuisable pour tenter d’apporter une
réponse. Chaque auteur exprime avec une manière différente la compréhension du phénomène
et la façon dont il cerne le champ de l’entrepreneuriat. Les chercheur s’accordent pour
reconnaitre qu’il n y a pas de consensus sur une définition. « Selon les auteurs, et les
disciplines, il renvoie à des logiques parfois fort différentes et il serait illusoire de croire en un
possible consensus sur une définition, une théorie ou un modèle de l’entrepreneuriat »3
Dans le dictionnaire des sciences de gestion, l’entrepreneuriat désigne l’état de celui ou de
ceux qui sont entrepreneurs .Cet état résultat de trois éléments indissociables ; l’esprit
d’entreprise, la création d’entreprise, et l’entrepreneur lui – même.4

1-1-2 Les divers regards sur le phénomène entrepreneurial

Dans ce point, nous exposons quelques regards des gestionnaires, qui reflètent la
complexité du phénomène de l’entrepreneuriat, qui est lui –même un domaine de recherche à
multiple point d’entre : Verstraete T. (1999) 5 considère l’entrepreneuriat comme un
phénomène complexe qui peut être un type particulier d’organisation lancé par un
entrepreneur qui agit pour atteindre ses objectifs. Ce terme d’entrepreneuriat contient le mot
entrepreneur .donc la démarche entrepreneuriale est impulsée par l’individu .pour cet auteur,
ce concept est défini comme un champ d’étude scientifique qui présente un modèle construit,
lequel est compose de trois dimensions praxéologique (l’action) et la dimension structurelle
(la structure).

Alain Fayolle (2004) 6 stipule que l’explication du projet entrepreneurial ne peut pas
être sous forme d’une suite ordonnée d’étapes et de phases , mais c’est prendre en compte la
combinassions comprend deux composantes : la premier est stratégique (le projet ,
l’environnement et les ressources ) , la deuxième est humaine (l’entrepreneur : ses
comportement , ses aptitudes , ses motivations et ses partenaires ) .Alors qui ‘ Emile Michel
Hernandez (1999) 7 précise que la démarche entrepreneuriale prend au sens large les aspects
suivants : la croissance interne , la franchise , l’essaimage , la reprise d’entreprise et la
création ex nihilo.

Enfin l’Académie de l’entrepreneuriat qui regroupe l’élite francophone énonce que «


le champ de l’entrepreneuriat couvre tous les aspects e l’engagement de l’entrepreneur, tant
que professionnels, qui apparaissent lors de la l’entreprise et tout au long du cycle de vie celle
– ci. Il s’entend aussi à la fonction sociétale de l’entrepreneur et à ses manifestations dans des
contextes culturels variés ».8

Azzedine Tournés considère « l’entrepreneuriat comme un processus dynamique et


Complexe Il est le fruit de facteur psychologiques, sociaux culturels, politiques et
Économiques qui se manifestent dans un contexte donné »9

La compréhension du phénomène de l’entrepreneuriat ne peut se réaliser avec une


simple synthèse des définitions élaborées par plusieurs concepteurs. Chaque auteur explique
avec une manière différente le concept et la façon dont il approche ce phénomène. C’est pour
cette raison qu’il intéressant d’exposer dans ce qui suit l’évolution et la tendance actuelle de la
recherche en entrepreneuriat.

1-2 Genèse et fondement de l’entrepreneuriat

Alain Fayolle (2005)10 s’est inspiré des travaux de Stevenson et Jarrillo (1990), il
précise que l’évolution de la recherche en entrepreneuriat peut être synthétisée selon trois
grands courants de pensée. Jusqu’à la fin de la décennie 80, la recherche a connu deux
approches : fonctionnelle et comportementale. La premier approche souligne les points de vue
des économistes et voulait répondre à la question «Ce que sur carth est il le faire? ». La
seconde est centrée sur l’individu et tentait de répondre à la question «Pourquoi diable est le
faire ? ».La décennie 1990 a vu naitre une approche processuelle qui tient compte du
dynamisme du processus et du phénomène entrepreneurial. Cette approche s’intéresse à la
question « Comment diable fait-il? ».
Nous présenterons l’évolution de la recherche en entrepreneuriat en distinguant trois
approches .Nous partons d’une revue de la littérature consacrée au champ d’étude de ce
concept en présentant les points de vue des économistes qui s’intéressent aux effets de
l’entrepreneuriat et au rôle de l’entrepreneur dans le développement du système
économique .Ensuite nous aborderons successivement les approches centrées sur les
individus, celles centres sur processus et enfin nous finirons avec une synthèse du champ de
l’entrepreneuriat d’Alain Fayolle.

1-2-1 Les regards singuliers des économistes (approche fonctionnelle)

Jusqu’au XV siècle, le terme entrepreneur était presque exclusivement utilisé pour


Désigne les chefs d’entreprise .la figure initiale de l’entrepreneur se confond avec celle du
négociateur qui exerce sa compétence sur marchandage .Il prend des risques en avançant de
l’argent, en stockant des produits pour tirer plus de profit. Dans ce type d’entreprise s’occupe
des approvisionnant et des débouchés et met aussi sous sa tutelle les artisans et les gens de
métier11.

Cette approche a pris forme dans les premiers écrits de la théorie économique, C’est au
XVII siècle, que Richard Cantillon (1755) 12 élabore l’une des premières théories de
l’entrepreneur .Il analyse le rôle joué par cet acteur dans la croissance économique, en le
définissant par ses fonctions économique et sociales, Il plaçait l’entrepreneur au centre de la
production et de l’échange de et introduisait le rôle de l’incertitude et du risque.

Comme cet économiste a vécu à une époque ou l’activité économique dominante était
l’agriculture, il, a utilises l’exemple du fermier pour analyse d’une manier détailles la fonction
de l’entrepreneur. « le fermier est entrepreneur qui promet et payer au propriétaire, pour la
forme ou la terre , une somme fixer d’argent (….) sans avoir la certitude de l’avantage qu’il
tirera de cette entreprise »13 donc l’entrepreneur ou le fermier loue à un prix certain , mais il
ne connait pas le prix au quel il pourra sa production, ce dire qu’il n’a aucune maitrise
certaine sur les prix de vente.

Pour Cantillon , « l’entrepreneur prend des risques dans la mesure ou il s’engage vis-à
vis d’un tiers de façon ferme , alors n’a pas de garantie certaine de ce qu’il peut en attendre »
14 .Jean Baptiste Say prolongea l’analyse proposé durant la première moitié du XVIII siècle
par Richard Cantillon .Il est le représentant principal de l’école classique française , connu par
sa loi des débouchées résumée sous la formule célèbre « l’offre crée sa propre demande .Il
considère production comme un phénomène central de l’activité économique et place
l’entrepreneur au centre du système économique .pour lui , l’entrepreneur est avant tout un
agent principal de la production ,il met en œuvre les opérations qui sont indispensables pour
la création des produits .
Il crée aussi et développe des activités économiques pour son propre compte.15 Jean
Baptiste Say (1821)16 comme établit une distinction claire entre la fonction de l’entrepreneur
et celle du capitalistes , en montrant que la claire à assumer le risque est inhérente au rôle de
l’entrepreneur .Il exposé avec précision que le profit du capital (profit du fonds de capital )
rémunère le capitaliste , alors que l profit de l’industrie rémunère les industrieux ( salariés et
entrepreneurs) , En conséquence , l’entrepreneur peut avoir deux source de revenu . l’une liée
au capital détient, l’autre provenant de son activité d’entrepreneur.

Marie Clause et Christine Zumello insistent sur la disparition de la littérature théorique


du concept entrepreneur depuis les analyses de Cantillon et Jean Baptiste Say jusqu’aux
travaux de Schumpeter.

Dans la théorie de l’évolution économique, Schumpeter (1911)17livre sa conception


de l’entreprise , et de l’entrepreneur .L’entreprise est l’exécution de nouvelle combinaisons ,
de nouvelle méthodes de production et de transport , de nouveaux marchés ou de nouveaux
types d’organisation industrielle .L’entrepreneur est l’acteur de cette dynamique , il est le
premier responsable et dirigent de l’exécution de nouvelle combinaisons l’entrepreneur
génère la valeur dont tire son profit.

Pour Schumpeter le passage d’une économie de l’état d’équilibre à l’état d’évolution


sans tenir compte des phénomènes exogènes (guerre, catastrophe naturelle) conduit à une
évolution économique induit par des facteurs endogènes. L’évolution économique chez
l’auteur est fondée sur l’entrepreneur. Sans oublier le moteur de cette évolution qui est
l’exécution de nouvelle combinaisons .l’entrepreneur est considère comme le destructeur de
l’équilibre économique (le célèbre processus de destruction créatrice).18

Schumpeter insiste sur l rôle de l’entrepreneur qui consiste à réformer ou à


révolutionner la routine la production en exploitant une invention .Il explique aussi, que
lorsque l’entrepreneur introduit des nouveaux produit sur le marché, il se trouve en situation
de monopole, parce qu’il n’a pas de concurrent .Donc, les prix des produit nouveaux se
forment comme des prix de monopole .Le pouvoir de monopole est donc une conséquence
temporaire du processus de « destruction créatrice ».

De plus Schumpeter stipule que l’individu sera qualifié comme entrepreneur s’il
exécute de nouvelle combinaisons et perd son statut entrepreneurial lorsqu’il se contente de
poursuivre l’exploitation de l’entreprise crée .Il énonce aussi que les préférence des
consommateur ne conduisent pas souvent à des innovation , mais ces derniers peuvent
provoquées des changement dans les gouts des individus .Cela explique que l’innovation n’est
pas seulement le résultat des pressions exerces par les consommateurs , Schumpeter indique
aussi , que l risque ne fait pas partie de la fonction de l’entrepreneur même si ce dernier est
détenteur du capital investi . Le risque l’atteint comme bailleur de fonds ou possesseur de
biens19.

Pour Peter Drucker (1985) 20 innovation est considéré comme un aspect essentiel de
la fonction entrepreneurial .Pour lui l’entrepreneur est celui bouleverse, désorganise. C’est
celui qui répond la formule Schumpétérienne de destruction créatrice.
Les contributions citées précédemment sont focalisées sur l’entrepreneur et propose des
définitions qui reprennent presque les axes suivants : la notion de prise de risque, Celle de
coordination – organisation et celle d’innovation.

En synthèse, le point de vu des économistes est important puisque il permet de


construire une base historique au champ de l’entrepreneuriat .Mais il y avait d’autres
tentatives de la part des économistes et gestionnaires, pour essayer d’apporter un éclairage
différent et complémentaire que nous citerons dans ce qui suit .ces essaie se sont regroupés en
deux nouveaux courants dont le premier est l’approche comportementale et le second
l’approche processuel.

1-2-2 L’approche centrée sur l’individu (approche comportementale)

Ces approches placent l’entrepreneur au centre du phénomène entrepreneurial.


Schumpeter a été l’un précurseurs du courant. Il a mis en exergue le rôle joué par
l’entrepreneur innovateur dans l’évolution du système économique.21
A la suite de Schumpeter, tout un courant est orienté vers la recherche des traits de
caractère de l’entrepreneur, Les spécialiste des sciences du comportement ont remis en cause
l’idée que la réussite de l’entrepreneur est liée uniquement à ses personnelles .Max Weber est
sans doute le premier auteur auquel nous pouvons rattacher l’approche comportementale dans
le champ de l’entrepreneuriat. Il a mis en évidence l’importance du système de valeurs. 22

Dans le début de la décennie 1960, Mc Clelland propose théorie du besoin de


réalisation (need for achievement). Le fondement de son analyse est que le développement
économique s’explique par l’esprit d’entreprise qui, lui-même, trouve ses sources dans le
besoin d’accomplissement, Il s’intéresse aussi aux liens existant entre l’entrepreneur et son
environnement (les valeurs, les croyances et les motivations). « Les entrepreneurs se
caractérisent par un besoin élève d’accomplissement Ils préfèrent être responsable de la
solution des problèmes établir leurs propres objectifs et les atteindre par leur seul effort.

Ils ont également tendance à prendre des risques modérés en fonction de leurs habilites
et recherchent une mesure immédiate de leur performances qu’ils trouvent dans le profit »23

Les travaux de Mc Clelland ont été critique par s’autre chercheurs qui ont dont
démontre que les besoin d’accomplissement est une notion intéressante .Il peux être considère
comme un des attributs de l’entrepreneur, mais pas au point qui ‘il soit un indicateur pour
discriminer dans une population les créateurs des non créateurs.24

Ce courant viser aussi à produire des connaissances sur caractéristiques


psychologiques de l’entrepreneur et cherche à identifier le profil type de ce dernier. L’une des
premières questions relatives aux individus a porte encore, sur le caractère inné de
l’entrepreneur .La question qui se pose est de savoir si les entrepreneurial ? Certains
chercheurs et praticiens partagent ce point de vue, alors qu’on trouve beaucoup d’autres qui
réfutent cette hypothèse. 25

La recherche centrée sur l’individu présente les qualités qui reflètent une certaine
idéalisation de cet entrepreneur, point de vue qui n’est pas partagé tous. DANJOU (2002),
énumère cette cérite de « traits a travers une revue de la littérature : le besoin de réalisation, le
besoin d’indépendance, le besoin de contrôler son environnement, la proportion à la prise de
risque, la tolérance face à l’ambiguïté, la confiance en soi, la créativité »26. Bradley (2003)
27stipule que les entrepreneurs ont une culture propre qui les distingue des non-entrepreneurs.

Il analysé dans son exploitation d’une base de données 28 les sources relatives aux
caractéristiques associées aux entrepreneurs. Il a dégagé quinze caractéristiques associées à
ces acteurs dont la plupart sont peu éthiques.

Pour sa part, Alain Fayolle a montré que l’être humain est un produit de son milieu.
Les entrepreneurs reflètent les caractéristiques du temps et du lieu ou ils évaluent .Ils
intègrent, assimilent, et interprètent les cultures, les besoins et les et les habitudes d’une
région, pour construire leur entre prise « tout individu est le produit de son (ou de ses) milieu
(x) d’appartenance les caractéristiques du temps et du lieu ou ils évoluent (ou ont) évalue)
».29 On trouve aussi parmi les qualités les plus citées, celle de prise de risque, qui peut être
définie comme le degré de probabilité attaché à l’échec .La dynamique entrepreneuriale est
impulsée par l‘entrepreneur, donc cet acteur doit prendre des risques lorsqu’il entreprend dans
les affaires .30

Enfin, les approches centrées sur les individus font l’objet de plusieurs critiques de la
communauté des chercheurs en entrepreneuriat à la fin des années 80 .Ils estiment qu’il est
difficile de modéliser et d’expliquer un comportement complexe (l’entrepreneurial) en
s’appuyant sur quelques traits psychologique ou sociologique de l’entrepreneur .C’est pour
cela que d’autres chercheurs se sont intéressé à l’étude des processus entrepreneuriaux31.

1-2-3 L’approche centrée sur le processus (approche processuelle)

Les travaux effectués en entrepreneuriat se sont beaucoup intéressées à l’individu.


Des économistes ont cherché à typer l’acteur à travers les fonctions qu’il met en oeuvre. Alors
que d’autres travaux de recherche, ont porté sur le créateur lui-même et en particulier sur ses
caractéristiques psychologiques. Gartner (1988)32. Est l’un des premiers chercheurs à avoir
remis en cause les travaux qui ont porté sur les caractéristiques psychologiques de
l’entrepreneur dans un article publié en 1988, intitulé « Qui est un entrepreneur? Est la
mauvaise question? ». Il a montré les limites de l’approche par les traits et propose de
s’intéresser à ce que font les entrepreneurs et non pas à ce qu’ils sont.
Cette approche fait essentiellement référence à des notions issues de la théorie des
organisations. D’une part les notions dégagées de champ appelé organisation béhavioriste et
d’autre part la notion d’organisation émergente, dont le but est de décrire le phénomène de
l’entrepreneuriat.33 Gartner a suggéré de concentrer les recherches sur l’étude du processus
entrepreneurial qui est défini par Bygrave et Hofer, où il indique que le processus
entrepreneurial implique toutes les fonctions, activités et actions associées à la perception
d’opportunité et à la création d’entreprise.
« The entrepreneurship process involves all the functions, activities and action associated with
the perceiving of opportunities and the creation of organizations to pursue them »34.

Parmi les travaux consacrés au processus entrepreneurial, il existe des conceptions


asser différentes de l’entrepreneuriat qui divisent le mode de la recherche universitaire. Ait-
Ziane H et Ait-Ziane K souligne trois conceptions qui peuvent prendre de l’importance à
savoir35 : la première conception est celle de l’émergence organisationnelle. Ce courant est
initié par Gartner (1988, 1990 et 1993), il défend l’idée que l’entrepreneuriat est la création de
nouvelles organisations et indique que l’entrepreneuriat revient à l’étude de la naissance d’une
nouvelle organisation c’est-à-dire, les activités pour lesquelles le créateur combine et mobilise
les ressources pour concrétiser l’opportunité. La deuxième conception est basée sur la notion
d’opportunité entrepreneuriale, celle de Shane et Venkataraman (2000). Ces deux auteurs
précisent que « la création d’activité est le résultat d’un processus de découverte,
d’identification, d’évaluation et d’exploitation d’une opportunité. Ils proposent de ce fait, de
se focaliser sur le processus plutôt que sur le résultat36.

Enfin la dernière conception est celle de Bruyart (1993,1994).Il stipule, que


l’entrepreneuriat comme la dialogue individu/création de valeur « Ce dialogue est définie
comme une dynamique de changement ou l’individu est au foie acteur de la création de valeur
dans il détermine les modalités est objet de création de valeur qui par l’intermédiaire de son
support (projet, structure, etc.) »37

1-2-4 Une vue synthétique du champ de l’entrepreneuriat

Les travaux effectués en entrepreneuriat se sont beaucoup intéressées à l’individu. Des


économistes ont cherché à typer l’acteur à travers les fonctions qu’il met en œuvre. Alors que
d’autres travaux de recherche, ont porté sur le créateur lui-même et en particulier sur ses
caractéristiques psychologiques. Gartner (1988)38. Est l’un des premiers chercheurs à avoir
remis en cause les travaux qui ont porté sur les caractéristiques psychologiques de
l’entrepreneur dans un article publié en 1988, intitulé « Qui est un entrepreneur ? Est la
mauvaise question? ». Il a montré les limites de l’approche par les traits et propose de
s’intéresser à ce que font les entrepreneurs et non pas à ce qu’ils sont.

Cette approche fait essentiellement référence à des notions issues de la théorie des
organisations. D’une part les notions dégagées de champ appelé organisation béhavioriste et
d’autre part la notion d’organisation émergente, dont le but est de décrire le phénomène de
l’entrepreneuriat.39 Gartner a suggéré de concentrer les recherches sur l’étude du processus
entrepreneurial qui est défini par Bygrave et Hofer, où ils indiquent que le processus
entrepreneurial implique toutes les fonctions, activités et actions associées à la perception
d’opportunité et à la création d’entreprise. « Le processus d'esprit d'entreprise comporte toutes
les fonctions, activités et action liées à la perception des occasions et à la création des
organismes de les poursuivre »40.

Parmi les travaux consacrés au processus entrepreneurial, il existe des conceptions


asser différentes de l’entrepreneuriat qui divisent le mode de la recherche universitaire. Ait
Ziane H et Ait-Ziane K souligne trois conceptions qui peuvent prendre de l’importance à
savoir41 : la première conception est celle de l’émergence organisationnelle. Ce courant est
initié par Gartner (1988, 1990 et 1993), il défend l’idée que l’entrepreneuriat est la création de
nouvelles organisations et indique que l’entrepreneuriat revient à l’étude de la naissance d’une
nouvelle organisation c’est-à-dire, les activités pour lesquelles le créateur combine et mobilise
les ressources pour concrétiser l’opportunité. La deuxième conception est basée sur la notion
d’opportunité entrepreneuriale, celle de Shane et Venkataraman (2000). Ces deux auteurs
précisent que « la création d’activité est le résultat d’un processus de découverte,
d’identification, d’évaluation et d’exploitation d’une opportunité. Ils proposent de ce fait, de
se focaliser sur le processus plutôt que sur le résultat 42. Enfin la dernière conception est celle
de Bruyart (1993,1994).Il stipule, que l’entrepreneuriat comme la dialogue individu/création
de valeur « Cette dialogue est définie comme une dynamique de changement ou l’individu est
au foie acteur de la création de valeur dans il détermine les modalités est objet de création de
valeur qui par l’intermédiaire de son support (projet, structure, etc.) »43.
I.2.5 Une vue synthétique du champ de l’entrepreneuriat de Alain Fayolle

Alain Fayolle (2005) donne une autre vue synthétique du champ de l’entrepreneuriat, inspirée
des travaux de Filion et Landstrem, en présentant l’évolution des recherches en entrepreneuriat en
plusieurs rubriques (question principales, types d’approches, échelle temporelle, domaine scientifique,
objet d’étude, paradigme dominant, et méthodologie utilisée).

Section 02 : Concept de base de la théorie de l’entrepreneur

L’entrepreneur c’est un point étudié par plusieurs économistes, et dans cette section nous allons
essayer de voire quelque définition et les théories données par certains chercheurs.

2-1 Définition de l’entrepreneur

Il semblerait que mots « entrepreneurs » soit né en France, car dans la langue française,
l’original des mots «entrepreneur » et «entreprise » sont du verbe «entreprendre » remonte au XVIème
siècle.

Dans un sens plus général, le mot entrepreneur désigne au XVIII siècle « celui qui entreprend
quelque chose » ou encore un individu très actif. Le dictionnaire universel du commerce, publie à paris
en 1723 à donné au mot entrepreneur la définition suivante :

« Celui qui entreprend un ouvrage. On dit un entrepreneur de manufacture ; entrepreneur de


bâtiment ; pour dire un manufacturier ; un maitre maçon ». D’une autre part du point de vue
économique, les chercheurs en entrepreneuriat notent que a notion d’entrepreneur remonte à
R.Cantillon (1697-1755) pour cet auteur, l’entrepreneur est un preneur de risque.

-J.B.SAY(1803) est le deuxième économiste à s’être préoccupe de l’entrepreneur, il place


l’entrepreneur comme levier du système productif ; c.-à-d. qu’il ne prend pas seulement les risque de
commercialisation, mais aussi, il prend des risque lie à la production.

-J.Schumpeter (1911) selon cet auteur, l’entrepreneur est une personne qui veut et qui est
capable de transformer une idée ou une invention en une innovation réussie d’autre auteurs ont définit
l’entrepreneur comme suit :

-kirzner (1973) a définit l’entrepreneur comme quelque ‘un qui exploite les opportunités qui
se présentent devant lui en faisant valoir son sens d’alerte.
-Ghartner (1988) l’entrepreneur se définit par l’ensemble des activités qu’il met en place
pour créer une organisation.

-Casson (1991) un entrepreneur est spécialité dans la prise intuitive de décisions réfléchies à
la coordination de ressources rares.

-Shaver et Scott (1991) l’entrepreneur se définit par un certain nombre d’attributs


psychologiques que l’on autant par la personnalité .que parles processus cognitifs activités pour
organisation les exploiter.

-P.A.julien et M.Marchesnay (1996) l’entrepreneur , c’est l’essence ou le coeur même de


l’entrepreneuriat .celui qui innove en fonction des opportunités qui se présente , mais aussi qui
organise les ressources pour produire et commercialiser , tout en recherchant son intérêt .

2-2 Les caractéristiques de l’entrepreneur

L’entrepreneur doit avoir quelques caractéristique qui distingue des personnes ordinaire et devrais
avoir des trais de personnalité exceptionnel qui l’incite à l’activité d’entrepreneuriat, d’après la
recherche des deux auteurs P.A julien et M.Marrchesnay (1996), ils distinguent différents
caractéristiques comme suite :

2-2-1 Les traits de caractères

La littérature montre que les trais de personnalité de l’entrepreneur assimiles a ses


caractéristique. Les entrepreneurs présentent des besoins d’accomplissement et d’indépendance , un
attrait du risque et une sensation de maitrise de leur destinée. Parmi les caractères primitifs que chaque
jeune créateur doit avoir dans le but de créer sa propre entreprise et devenir un entrepreneur nous
citons :

-L’indépendance : les entrepreneurs ont un sens d’autonomie particulièrement poussée.

- Une forte confiance en eux : ils sont optimistes, il cherche à exercer un certain contrôle sur
eux –même, et développer leur propre projet dans l’entreprise. Cette Confiance en soi permet de
réduire l’incertitude et le niveau du risque, elle donne à l’entrepreneur la capacité à écouter sans être
facilement désarçonne et intimidé, l’habilite à relever les défis.
-La persévérance : le succès ne viendra pas tout de suite et la réussite nécessite du temps .A
fin de surmonter les obstacles, la persévérance ne sera que le fruit de ses capacités individuelles.son
besoin de réalisation et ses talents à faire preuve de son existence.

-L’amour du risque : qui sera acquis en ayant la volante qu’il faut .la confiance en soi et puis
par la suite bien sur une fois qu’on a confiance en son projet.

-La prise de l’initiative : viendra automatique par la suite, puisque le jeune créateur est anime
par toutes les qualités (qualifiées par un ensemble de facteur personnels) qu’on vient de voir
précédemment, qui assez convaincant pour prendre la décision de devenir entrepreneur. Cependant, les
caractéristiques suscitées, ne sont pas propres aux entrepreneurs car Elles existent un peux partout
dans la société .En outre l’entrepreneur et caractérisé par le vison stratégique, les relations humaines,
la capacité à motiver autrui, l’intégrité, la sincérité La plein disponibilité d’aller jusqu’au bout dans ce
processus quel que soit le temps de l’effort que ceci pourra demande.

2-2-2 L’entrepreneur est un opportuniste

L’entrepreneur est un innovateur qui sait discerner les occasions d’affaire dans l’économie , en
développant un nouveau produit , en le produisant ou en le mettant en marche de façon nouvelle , en
organisant les ressources de façon différente bref en étant à l’affût d’opportunité ou de nouveauté , de
manière à mieux répondre au marche . « Entreprendre c’est conquérir une place sur le marche » 44
c’est ainsi entre d’autre firmes pour remporter une affaire et la poursuivre et de faire face à la
concurrence.

2-2-3 L’entrepreneur est un organisateur

L’entrepreneur représente l’être perspicace qui sait judicieusement organiser ressources


absolument limitées autrement dit, celui qui sait designer les facteurs de productions , et les ressources
utiles , se les procurer , les assembler et mettre en œuvre avec profit .il coordonne les ressources rares
d’une façon dynamique et recherche en permanence l’amélioration du processus de production .ce
type d’entrepreneur correspond mais il faut être un organisateur pour développer et commercialiser
l’innovation .

2-2-4 L’entrepreneur est un joueur

Caractérise par la prise du risque et l’incertitude , dans ces cas l’entrepreneur n’est jamais sur
de la réussite mais comme il a l’esprit , il se lance les risque sont de différentes natures , le premier
risque est financier : la création nécessite des moyens financiers très important , et en cas d’échec ,
l’entrepreneur devra rembourser ses dettes pendant des années ; le second est professionnel : quitter un
emploi pour créer , c’est renoncer à certaines verre l’inconnu ; le troisième est d’ordre familial ; créer
une entreprise c’est consacrer plus de temps a son travail et moins à sa famille ; le dernier est d’ordre
psychique ; souvent l’engagement personnel du créateur vis-à-vis de son entreprise est tel qu’ils ‘y
identifié totalement .

2-2-5 L’entrepreneur est motive

Parmi les motivations de l’entrepreneur, le défi, le succès, la fortune mais il existe d’autres
objectifs et motivations de l’entrepreneur : l’ambition, la nécessité d’avoir un emploi assure un revenu
modeste, ou de l’emploi pour sa famille …etc., ces motifs souvent implicites, complexes et
complémentaires, la stratégie de l’entreprise de l’entreprise sera fortement influencée par les intérêts
personnels et familiaux de l’entrepreneur.

Fillion (1997), a synthétise ces caractéristiques les plus souvent attribuées aux entrepreneurs
par les spécialistes en comportement.

Tableau 1: caractéristiques le plus souvent attribuée aux entrepreneurs par les spécialistes
en comportement (58)

Innovateurs Besoin de réalisation


Leaders Internalisé
Preneurs de risques modérés Confiance en soi
Indépendant Implication a long terme
créateurs Tolérance à ambigüité et à l’incertitude
Energétique Initiative
Persévérants Apprentissage
Originaux Utilisation des ressources
optimistes Sensibilité envers les autres
Orientes vers les résultats Agressivité
Flexibles Tendance à faire confiance
Débrouillard Argent comme mesure de performance

2-3 Typologies des entrepreneurs

S.Boutllier et C.Fournier (2006)45 ont recensé dans un tableau à travers l’histoire, les
classifications faites sur les entrepreneurs.
Tableau 2 : Typologies des entrepreneurs selon S.Boutllier et C.Fournier (59)

Auteurs Entrepreneurs –artisan Entrepreneur (autres


typologies)
Collins et Moore (1964 et Entrepreneur-innovateur : Entrepreneur-administrateur
1970) orientation technique ; orientation organisateur
Laufer (1975) Entrepreneur – Entrepreneur-propriétaire :
artisan : éducation limitée, favorable à une croissance
peu instruit, formation et maitrisée, conservation de
expérience essentiellement ‘autonome financière.
technique, homme d’atelier, Entrepreneur-technicien ;
peu de compétences de refus de la croissance
gestion, peu habile pour conservation de l’autonome.
composer avec son
environnement, peu sociable
, paternaliste, se méfie des
emprunts, travailler à son
propre compte, propriétaire,
d’une petite entreprise.
Knight (1983) Artisan-inventeur : motivé Promoteur : coordinateur
par l’innovation organisateur.
Ettinger (1983) Indépendant entrepreneur Entrepreneur-créateur
:désir d’organisation : volonté de
d’autonomie , indépendance pouvoir, ambitieux, délègue.
,délègue peu ,faiblesse
organisationnelle (crée une
« pseudo-entreprise »)
Marchesnay et Julien (1987 PIC : logique patrimoniale : CAP : croissance ,
et 1996 ) : pérenniser son affaire, développement de son affaire
-pérennité -indépendance indépendance financier, , mobile , individualiste .Fait
croissance (PIC) préférence de travailler l’argent des autres
-croissance-autonomie l’autofinancement, conserve l’autonomie de la
pérennité (CAP) croissance décision. Ouvert sur son
non prioritaire (artisan environnement.
« réactor »)
Dans ce tableau, il ressort que l’entrepreneur a une histoire (éducation, expériences techniques
de management ou entrepreneuriales .tissu rationnel , de aptitudes (confiance en soi , ténacité , esprit
initiative et de compétition , capacité d’adaptation , attitude face à l’innovation et au risque ,
engagement personnel ) et des besoins (besoin de sécurité , de statut , de réalisation de soi , de pouvoir
, etc. ,).

De ces caractéristique , les auteurs , adoptant chacun ses critères on donné les différentes
typologies des entrepreneurs , entrepreneur-administrateur , inventeur , innovateur , promoteur ,
opportuniste , créateur … , toutes ces qualités peuvent être observées chez un seul entrepreneur .Il peut
donc être à la fois , artisan , créateur , inventeur , innovateur , prometteur, coordinateur , propriétaire

M.Machesnay 46 distingue les typologies des entrepreneurs selon quatre points de vue :
l’entrepreneur vu comme un « créateur » ; l’entrepreneur, vu comme un « innovateur », l’entrepreneur
vu comme un « développeur » et l’entrepreneur vu comme un compétiteur.

Selon Cole (1959), il ya 4types d’entrepreneurs ; l’innovateur, l’inventeur qui calcule, le


promoteur trop optimiste et le constructeur d’organisation (wikipedia .Org).

L’entrepreneur doit être un manager, un technicien un créateur (avoir un esprit d’entreprise),


un innovateur (introduction des nouvelles techniques et nouveaux procédés), un développeur
(contribuer aux problèmes qui rongent la société où il vit ) , etc. .

Pour conclure cette section l’entrepreneur est considère comme l’acteur principale de
l’entrepreneuriat .Il peut bouleverser son milieu et son environnement par l’act de création d’entreprise
qui est considéré .certains auteurs, l’acte fondamental de l’entrepreneuriat Murry et Mac Milan (1998)
proposent que l’entrepreneuriat soit définit comme « la création de nouvelle entreprises ».47 ils ont
suivis par Garther (1989), a la suite de Vesper (1982) , qui définit l’entrepreneuriat comme un
ensemble de comportements menant à la création d’une entreprise . De plus, Bouadallah K.et Zouach
A.ont défini l’entrepreneuriat comme « un processus qui dans une économie conduit un entrepreneur à
la création d’une entreprise »48.

Section 03 : La création de l’entreprise acte essentiel de


l’entrepreneuriat

Plusieurs auteurs ont étudié le concept de la PME nous allons essayer de citer quelques un et
nous essayer de touché a tous les points essentiel.

3-1 Généralité sur la création d’entreprise et la PME

Jusqu’au milieu des années soixante dix, la vision dominante dans le monde l’entreprise était celle
de la grande taille et qui tirait des avantages relatifs à cette dimension à l’image des économistes
d’échelle et la diversification des activités. Mais la crise des années 1970, consécutive à la fin du
boom économique des trente glorieuse, a progressivement remis en cause cette conception au profit de
la petit entreprise ce julien (1997) 49 a résume en disant : « toutes les données convergent pour
démontrer la montée autour de 1970 d’un nouveau dynamisme des PME dans les pays industrialisés ».
En effet , un mouvement de prise de consciences de l’importance de la petit entreprise s’est amorcé
dans le monde et particulièrement aux Etats-Unis avec la parution de l’ouvrage de Schumacher
(1978) , « Small Is Beautiful » 50ou la petit entreprise est présentée comme la cellule socio-
économique de base pour les sociétés de futur.

3-1-1 Définition de la PME

Aujourd’hui le sigle de PME est le nouveau sens estimé de la petit structure de la part des
pays (développé et en voie de développement) vue qu’il fortement plus maîtrisable, contrairement aux
grandes entreprise dotées de structure centralisées et complexe, péniblement contrôlables.

Suivant les différentes définitions conçus par différents auteurs de la littérature, nous
Allons proposer quelque une, afin d’essayer de comprendre le terme PME.

selon julien et Morel (1986) 51 : « La PME est un concept flou dont les définitions
varient ».

 Selon Bucaille et Beauregard (1986, p2) affirment que : « La PME est diversité elle l’est
dans son marché, dans ses comportements, dans ses hommes, dans son évolution , dans ses
technologie ou dans ses risques. Aucune PME ne ressemble totalement à une autre »52

Selon Weber (1988) « les entreprise différent par la taille, le métier, la nature du
capital (personnel, familial, étranger,…) ; mais aussi par le degré d’autonomie (société indépendante,
filiale, sous-traitante …), le rapport à l’économie mondiale (secteur protégé, en expansion ou en
déclin,…) à l’origine sociale de son chef, son capital culturel et relationnel, son identité patronale »53.

Selon wtterwulaghe 54 « pour obéir à des impératifs d’efficacité, la PME est souvent
définie au moyen de paramètre quantitatifs tels que chiffre d’affaires, le total bilantaire, le bénéfice ou
le plus souvent l’emploi, ceux-ci visent en effet à cerner le critère de la taille ».

Selon Torres olivier 55 « les PME sont considérées comme des entreprise aux multiples
vertus : adaptabilité, flexibilité, créativité, ambiance de travail conviviale …. »
Aussi, les définitions de la PME peuvent se subdiviser en deux approches distinctes selon les
critères de référence utilisés ; d’une part, les définitions se basent sur des critères endogène à
l’entreprise tel que la dimension, le chiffre d’affaire, et d’autre part, celles utilisent les critères
exogènes à cette renier comme le secteur d’activité et la forme juridique.

3-1-2 Caractéristique des PME

Les PME sont d’une structure souple et maniable et d’une activité vulnérable, Vue que la
présentation de celle-ci est vaste, et pour mieux cerner ce concept, le modèle de Julien P.A (1997)
nous a aider à mettre en évidence caractéristiques suivant :

Une gestion personnalisée : tenant à la très forte interdépendance entre l’entreprise et


l’entrepreneur, Ainsi, plus la taille de l’entreprise est petit, plus le rôle du dirigeant peut prendre de
l’importance.

Une faible spécialisation du travail : tant du point de vu de l’entrepreneur sur les employées
(cette polyvalence donne à l’entreprise une flexibilité et une souplesse permettent l’adaptation aux
changements).
Un système d’information peu complexe : permettant une diffusion rapide et réciproque
des informations entre direction et employés.

Un système d’information externe simple ; essentiellement lié à la perception de son


marché.

Une stratégie implicite : issue d’un processus de décision, traduit par le schéma (intuitions-
décision-action).

La recherche d’un environnement stable : malgré l’accélération du changement, car la petit
entreprise n’a que peu de poids sur son environnement.

Les PME sont insérées le territoire ou elles sont implantées.

3-2 Les types des créations

Alain Fayolle 56construit une typologie qui met en évidence différent types de processus de
création d’entreprise, qui sont comme suite :
la création de reproduction : Elle est caractérise par une faible intensité du
changement pour la créateur est faible intensité de la nouveauté pour l’environnement. Dans ce cas le
niveau d’incertitude n’est pas très élève. La création reproduction c’est le fait de créer une entreprise
rassemblant à d’autre connues.

Les changements pour le créateur sont faible ampleur car il possède le savoir-faire et les
relations utiles à son projet .Dans cette logique de reproduction, le créateur cherche à faire pour son
propre compte ce qu’il faisant déjà dans son empli précédent.

La création imitation : l’entrepreneuriat d’imitation crée peu de valeur nouvelle, mais
permet créateur de changer sa situation parfois d’une façon importante .le créateur d’entreprise ne
dispose pas de l’ensemble des ressources nécessaires, il essaye de montrer et développer une
entreprise en utilisant formule bien établie.

Le niveau d’incertitude cette fonction de la capacité du créateur à acquérir les compétences et


les ressources nécessaires pour mener à bien son projet.

La création innovation-valorisation : Elle est caractérisée par une faible intensité du
changement pour le créateur, mais la nouveauté est grande pour l’environnement .Cela signifie que le
créateur crée une entreprise à partir manière de faire ou d’un produit nouveau dont il possède les
savoir faire.

Le niveau d’incertitude est la fonction de la vitesse de pénétration de l’innovation dans son


environnement (valorisation de la nouveauté par les clients) et la fonction des aléas de la mise au pont
technique et industrielle du projet.

La création innovation-aventure : Elle est caractérise par une grande intensité du
changement pour le créateur et une grande nouveauté pour l’environnement .le niveau d’incertitude est
très élevé et combine des aspects liés l’apprentissage et à l’innovation. Ces situations de création sont
très dynamiques, les imprévus et les aléas sont fréquents, conduisant e créateur et le projet a des
adaptations et à des changement fréquents .le projet se construit et se reconstruit en même temps que
créateur doit faire évoluer ses compétences et ses ressources d’aventure.

3-3 Les atouts et les faiblesses des PME

Les PME possèdent un bon nombre d’atouts qu’elles peuvent mettre en avant pour un
maximum de profits, Il s’agit entre autre de :
La rapidité de prise de décision : La PME afficher une grande souplesse lui permettant
d’avoir certaine vitesse de réactivité aux événements nouveaux qui la soucieraient.

La fluidité de la circulation de l’information : le nombre réduit des employée de la


PME rend la communication entres ses dirigeants très fluide, augmentent ainsi les potentialités de
concertation et de réactivité.

La concentration de l’effort, En général, la PME n’a qu’un marché ou un segment de


marché qu’elle peut maitrise, ce qui lui donne en permanence une vision nette de son évolution et lui
permet de réaliser la meilleur adéquation produit /marché.

Les PME souffrent de plusieurs faiblesses que nous essaierons de résumer dans les principaux
points suivant

L’autonomie .l’autonomie reste pour un grand nombre de PME très

relative, du fait de leur orientation, principalement, vers la sous-traitance par rapport


grands groupes.

La fragilité de la circulation de l’information .le nombre réduit des employées de la PME
rend la communication entres ses dirigeants très fluide, augmentant ainsi les potentialisé de
concertation et de réactivité.

La concentration de l’effort .En général, la PME n’a qu’un marché ou un segment de
marché qu’elle peut maitriser, ce lui donne en permanence une vision nette de son évolution et lui
permet de réaliser la meilleur adéquation produit /marché.

Les PME souffrent de plusieurs faiblesses que nous essaierons de résumer dans les
principaux points suivants :

L’autonomie .l’autonomie reste pour un grand nombre de PME très relatives, du fait de
leur orientation, principalement, vers la sous-traitance par rapport aux grands groupes.

La fragilité de leur structure financière .la majorité des bilans des PME sont caractérisés
par le poids élevé du court terme.
Le manque de notoriété .Les PME sont en général peu connues, aussi un public que des
éventuels partenaires de l’entreprise (fournisseurs, clients, administrateur, banques….), ce lui
engendre un manque de confiance de ces derniers a son égard.

La difficulté à se procurer des ressources financiers et humaines Sa sous capitalisation et


ses manques de notoriété rendent son accès ressources financiers très laborieux.

CONCLUSION

A travers ce chapitre, nous avons essayé de faire une revue de la littérature concernant le
phénomène entrepreneurial en identifiant les principales théories et caractéristiques de l’entrepreneur
qui est l’acteur fondamental de l’entrepreneuriat Ensuite, il nous a semblé important de donner un
aperçu générale sur la PME qui est le résulta des actes de l’entrepreneur.
L’entrepreneuriat est perçu comme un phénomène hétérogène, complexe et multidimensionnel
.Il devient un moyen pour les milieux d’assurer leurs capacités d’innovation et leur compétitivité, la
création d’entreprise est devenue aujourd’hui le mot d’ordre en maniéré de développement .Elle n’est
rien sans l’entrepreneur innovateur .Ce dernier est celui qui créé des entreprise. Contribue a leurs
expansions, accepte l’incertitude, les risque et par son action accélère l’élaboration, la diffusion et la
mise en œuvre d’idées nouvelles.

CHAPITRE 02 : Les déterminants à la création de


l’entreprise

INTRODUCTION

Au sens économique, l’entrepreneur est celui qui combine et organise des ressources, de la main-
d’œuvre, des matières premières et d’autres actifs pour produire et commercialiser tout en cherchant le
développement de son organisme et de répondre aux besoins des individus.

Dans ce deuxième chapitre, nous allons procéder à la présentation des différents déterminants
à la création des entreprises qui vont permettre de mieux appréhender les déterminants de
l’entrepreneuriat. La première section est consacrée a l’explication de la motivation dans le domaine
de l’entrepreneuriat et de comprendre l’acte entrepreneurial. La deuxième section aux différentes
motivations des entrepreneurs.

Section 01- Les facteurs motivationnels de l’entrepreneuriat


La notion d'entrepreneur est étroitement associée à celle de création d'entreprise :
l'entrepreneur joue un rôle clé dans la création de nouvelles organisations et, de ce fait, apporte une
contribution majeure à la croissance économique.

Cette association "entrepreneur/création d'entreprise" suppose l'existence de raisons


fondamentales poussant l'individu à se lancer sur un chemin nouveau, celui de la gestion d'une
organisation. «La personnalité des dirigeants, avec leurs expériences, leurs compétences, leurs
motivations et leurs goûts personnels, joue un rôle particulièrement fondamental dans la mesure où la
création de l'entreprise est pour eux un acte essentiel dans lequel ils s'expriment personnellement et se
projettent dans l'avenir»57 (Albert, Mougenot, 1988). Il apparaît intéressant d'identifier les facteurs de
motivation des entrepreneurs.

1-1 Définition de la motivation

Le dictionnaire « Le Robert » donne plusieurs définitions de la motivation :


- « Relation d’un acte aux motifs qui l’explique ou le justifie. Exposé des motifs sur lesquels repose
une décision »
- «Ensemble des facteurs déterminants le comportement de l’agent économique, plus Particulièrement
du consommateur »

-«Action 58 des forces (conscientes ou inconscientes) qui déterminent le comportement».

Selon le dictionnaire de l’éducation de Legendre(1993) la motivation «un ensemble de désirs


et de volonté qui pousse une personne à accomplir une tache ou à viser un objectif correspondant à un
besoin»

Selon le dictionnaire de psychologie de Larousse (1989) la motivation «l’ensemble des


facteurs dynamique qui déterminent la conduite d’un individu»

Porter & Lawler (1968, p. 7), dans leur ouvrage sur l’attitude des cadres et la performance,
s’appuient sur la définition de la motivation de Jones (1955), c’est : « la manière dont le comportement
est déclenché, stimulé, est soutenu, est dirigé, est arrêté, et quel type de réaction subjective est présente
dans l’organisme pendant que tout ceci se produit ».59

Louart (1997) rappelle que le « concept de motivation sert à traduire les aspects dynamiques
de la conduite humaine. Il explique les liens entre l’activation de l’énergie interne et son orientation
vers des buts particuliers. L’homme agit selon des directions qu’on peut interpréter de façon causale
ou projective. Dans le premier sens, la motivation est le fruit de Déterminations plus ou moins
conscientes. Dans le second, elle mobilise le sujet vers des finalités construites à partir de
représentations et des enjeux qu’il y voit pour lui-même. Les deux façons de voir sont
complémentaires »

Enfin nous constatons donc la motivation entrepreneuriale de la façon suivante : elle traduit les
liens entre l'activation de l'énergie interne et son orientation vers la création d'une entreprise. Elle est le
résultat de déterminants personnels et environnementaux plus ou moins conscients. Elle mobilise le
sujet vers la création d'une entreprise, dont le contour se construit à partir de représentations et des
enjeux qu’il y voit pour lui-même. L'individu agit selon des directions qu’on peut interpréter de façon
causale ou projective. L'énergie interne prend sa source dans l'existence de besoins non satisfaits.

1-2 Comprendre l’acte entrepreneurial

Divers théorie on été mises en oeuvre pour expliquer les fondements de l’esprit d’entreprise, nous
n’en examinerons celles qui nous semblent plus pertinentes

-l’approche sur l’étude des caractéristiques.

-les besoins des entrepreneurs et les théories behavioristes et cognitivistes conduisant à des recherches
plus opérationnelles

1-2-1 Les approches par les caractéristiques et les besoins des entrepreneurs

L’approche par les traits de la personnalité repose sur l’hypothèse que certains traits
psychologue prédisposent les entrepreneurs à ses activités entrepreneuriales et que ces traits et
caractéristiques les différencient des non entrepreneurs.

L’entrepreneur est vu acteur primordial dont il s’agit de découvrir les motivations les
caractéristiques psychologiques et les traits de personnalité, les caractéristiques sociodémographiques
les habiletés les réseaux et le rôle d’innovateur dans l’économie (Déry, Toulouse 1995 ; Garter 1988
Stevenson, Roberte, Grousbeck, 1993).

L’objet final est d’établir un profil type d’entrepreneur répondant à des caractéristiques
spécifique et empiriquement démontrées
En effet, certaines études réalisée dans le cadre de ces approches n’ont pas réussi à générer
une liste valider et sérieuse de caractéristiques qui sont clairement entrepreneuriales dans toutes des
situations. Autrement dit certains chercheurs ont rencontré des difficultés à classer les entrepreneurs
selon leurs traits de personnalité. Par ailleurs Gartner (1988) a montre l’impossibilité de définir les
caractéristiques permettant de discriminer les entrepreneurs dans une population.

Les limites psychosociologiques de l’entrepreneur prennent leur source dans celle du besoin
d’accomplissement de Mc Clelland dont l’essentiel est issu de son ouvrage (The achieving society)
publié en 1961.Pour cet auteur, il existe des facteurs endogènes à savoir des valeurs humains et des
motivations qui poussent les individus à saisir et exploiter les opportunités économiques au –delà de
certains facteur exogènes (opportunités économiques ,climat social ) pouvant expliquer la croissance
économique.

Le besoin d’accomplissement selon Mc Clelland apparait comme mère des motivations et se


définit par le désir de mieux faire non pas pour le prestige, la reconnaissance sociale ou l’argent mais
pour répondre à un besoin inné de réalisation personnelle. Pour l’auteur, il existerait une corrélation
positive entre le besoin d’accomplissement et le niveau de Développement économique d’un pays. Mc
Clelland et Burnham1976 concluent que le besoin d’accomplissement est l’élément clé du succès des
entrepreneurs.

L’approche de Mc Clelland a inspiré beaucoup d’acteurs qui se sont intéressés aux


motivations et aux profils psychologiques des entrepreneurs. Mais cette approche a été très critiques
par d’autres chercheurs qui ont démontré que ce besoin n’était pas déterminant dans la décision de
créer une entreprise , et que des personnes autres que les créateurs, pouvaient également le posséder à
un niveau élevé.

1-2-2 Les approches comportementales et cognitives de l’entrepreneur

L’approche comportementale considère la création d’une organisation comme un événement


contextuel, le résultat d’influences multiples .L’entrepreneur est un élément d’un processus complexe
de la création d’une nouvelle entité. L’organisation est conçue en tant que premier niveau d’analyse et
d’individu est perçu en termes d’activités à mener à fin qu’émerge l’organisation. Les recherches sur
l’entrepreneur sont orientées vers ce qu’il fait et non pas sur ce qu’il est.

L’approche comportementale est prometteuse du point de vue de la recherche en raison de son


caractère très opérationnel Nous allons citer trois modèles :
1-2-2-1 Le modèle de la formation organisationnelle de Learned (1992)

Selon ce modèle, trois facteurs conduisant à l’acte d’entreprendre :

-La propension à créer : certains individus ont une combinaison de caractéristiques


psychologique et un passé professionnel qui les rendent plus susceptibles de créer une entreprise.

-L’intention de créer : parmi ceux-ci certains rencontrent des situations qui augmentent leur
probabilité de s’engager dans des comportements de création.

-La structuration des informations : cette étape consiste à rechercher et à trouver dans
l’environnement des informations pertinentes.

Selon ce modèle, la décision d’entreprendre peut s’expliquer par un événement ou une


accumulation d’informations. Si l’environnement semble favorable au créateur (capacité de trouver les
ressources nécessaires, marché réceptif) il décidera effectivement à se lancer dans son projet
soulignant que cette approche reste peu précise quant aux facteurs de contingences liés à la décision du
porteur de projet.

1-2-2-2 Le modèle de l’événement entrepreneurial Shapero (1975)

Les travaux de A .Shapero (1975) constituent encore aujourd’hui une référence de base en
matière de modélisation du processus entrepreneuriat appréhendé sous l’angle de l’entrepreneur. Le
modèle qu’il a élaboré s’appuie sur quatre concepts clés :

 La disposition à l’action, valable psychologique :

A .Shapero insiste sur le fait que les entrepreneurs ont un grand désir d’indépendance et de
contrôle et de leur environnement.

Des motivations et certaines qualités particulières confèrent donc aux individus qui les
possèdent une disposition plus ou moins marquée à l’action entrepreneuriale.

 La crédibilité de l’acte variable sociologique

Pour Shapero, elle constitue une condition essentielle de la création de l’entreprise «la plus
puissante variable l’on trouver associée à l’acte de création d’une entreprise est la crédibilité de l’acte
d’entreprendre. L’individu doit être de capable de s’imaginer lui-même faisant démarrer et dirigeant
une entreprise» 60.

L’attrait de la personne pour la création d’organisation est fonction de son système de valeur.
Ce dernier est la résultante de l’environnement culturel et social. Plus précisément il se construit par
l’influence de la famille, des groupes de références des milieux professionnels, des contextes scolaires
et de la culture.

 La discontinuité ou déplacement, variable de situation

Selon Shapero, il existe deux types de situations : des situations ressenties comme négatives
par le créateur potentiel et qualifiées de PUSHES et des situations ressenties comme positives et
qualifiées de PULLS :

a-Situations négatives : d’après Shapero, sont les plus fréquentes, elles représentent 65%
dans son étude. Il peut s’agir de situations liées à l’emploi, par exemple, insatisfaction dans le travail,
mauvaise relation avec la hiérarchie, absence de possibilité de promotion.

Comme il peut s’agit de discontinuité diverses, à titre d’exemple, la fin des études, la fin du
service militaire ou encore de sortie de prison.

b-Situation positives : elles sont plus rares que les situations négatives, seulement 28% dans
l’étude de Shapero .Elles résultent de la découverte d’un nouveau produit, la rencontre d’un partenaire,
d’un futur associé etc.

L’ensemble de ces variables influent sur le créateur potentiel et entrainent le déclenchement de


l’événement entrepreneurial.

 La faisabilité de l’acte, variable économique

Shapero la distingue comme une des variables principales de l’explication de l’événement


entrepreneurial .C’est la variable qui donne au projet son caractère réaliste. L’entrepreneur doit être
capable de réunir toutes les ressources nécessaires (financières, humaines et techniques) afin de créer
son entreprise.

1-2-2-3 Le modèle de l’intention entrepreneurial de Boy et Vozikis (1994)


Le modèle de Boyd et Vozikis (1994) repose sur le modèle de Bira (1988) et le concept
d’efficacité personnelle de Bandura(1977) .Il recouvre une combinaison des facteurs personnels et
contextuels qui prédisposent les individus à avoir l’intention de créer une entreprise. Les facteurs
personnels incluent l’expérience antérieure en tant qu’entrepreneur, traits de personnalité et les
compétences. Les facteurs contextuels consistent en des variables sociales, politiques économiques
telles que les déplacements les changements au niveau des marchés et la politique gouvernementale.
Cette approche permet de réunir les facteurs individuels et environnementaux sous-jacent à l’intention
entrepreneuriale.

Plusieurs auteurs ont essayé de comprendre le phénomène entrepreneurial en présentant des


modèles conceptuels .Cette section avait pour but de présenter quelques théorie a fin d’expliquer les
fondements de la création des entreprises. La création d’entreprises est la synthèse d’un engagement
individuel et d’un environnement qui peut être plus ou moins favorable à l’entrepreneuriat.

1-2-3 Les principales dimensions environnementales favorisant la création

Les explications de l’acte d’entreprendre se sont progressivement déplacées de l’étude des


créateurs, recherche sur les traits de l’entrepreneur, vers l’identification des facteurs motivationnels
susceptibles d’expliquer les dynamismes entrepreneuriales .Cependant, expliquer ces phénomènes
nécessite d’ajouter un ensemble de facteurs environnementaux à la dimension individuelle.

Bouchikhi (1990) rappelle que le créateur d’entreprise réussit car il sait réunir les ressources
nécessaires à la concrétisation de son projet et sa pérennité, parce qu’il parvient à mobiliser des
personnes complémentaires et qu’il persuade un grand nombre à accepter ses idées. Pour lui,
l’entrepreneur ne peut pas réussir seul et isolément, mais il appartient à un milieu qui le fait évoluer,
en lui fournissant tous les moyes et matériels et immatériels.

L’entrepreneur solitaire n’existe pas, même s’il existe, il ne peut pas aller plus loin. Trois
ensembles de caractéristiques culturelles sont retenus : Les dimensions économiques et
démographiques, les raisons socioculturelles et les motifs politiques.

1-2-3-1 Les raisons socioculturelles à l’origine des dynamiques entrepreneuriales

Le concept de capital social est utilisé par Aldrich, Boutillier et Uzunidis pour définir
l’ensemble du relationnel d’un individu. Le capital social aide le porteur de projet dans sa démarche. Il
lui permet d’avoir accès à certains savoirs, capitaux, clients, fournisseurs ….
Difficilement accessibles sans l’existence de relations interpersonnelles. La présence de l’entrepreneur
dans des communautés ou des associations importantes conduit à accroitre des ressources. Une étude
est menée par Aldriche, Elam et Reese (1996) confirme que l’existence de liens forts entre
professionnels d’un même secteur (confiance) aide le créateur dans sa démarche. Ces relations se
nouent souvent à l’occasion de réunion d’associations professionnelles et de rencontres plus
informelles .Kamm et Shuman (1990) ont indiqué que les affaires détenues par plusieurs propriétaires
sont généralement plus riches en compétences et relationnel.

1-2-3-2 Les dimensions économiques et démographiques

L’étude menée par Raynolds, storey et westhead (1994) indique un impact significatif de la
croissance de la demande de biens de consommation sur le nombre de créations d’entreprises dans la
plupart des pays. Le lien entre la croissance économique et l’activité entrepreneuriale est analysé dans
le cadre des travaux du Global Entrepreneurship Monitor.

En 2000 les données sur 21 pays indiquent une corrélation forte entre les deux variables,
plusieurs recherches ont montré que l’entrepreneuriat dépend fortement de la densité démographique.
Parmi celles- ci, nous citons les recherches de Low et MacMilan (1988) qui révèlent que le
dynamisme entrepreneurial est fortement lié à la densité de population des entreprises et aux relations
qu’elles entretiennent entre elles. Plus précisément, Baum et Oliver (1992) ont conclu que les porteurs
de projets intervenant dans un environnement à forte intensité d’entreprises ont davantage
d’opportunités pour apprendre et se créer un réseau de relations, mais ils doivent également faire face
à une intensité concurrentielle très forte.

D’autre variables importantes ont été soulignées par Kangasharju (2000) telle que : l’existence
d’université et de centres de recherche, le développement du secteur des services la jeunesse de la
population et enfin le dynamisme technologique des entreprises.

1-2-3-3 Les motifs politiques

Les actions politiques et gouvernementales peuvent influencer la dynamique entrepreneuriale.


D’abord, l’environnement juridique est susceptible d’encourager ou limiter l’initiative individuelle.
Ensuite, la mise en place de certains dispositifs d’accompagnement peut permettre la réalisation
effective d’un projet. Enfin, les états accordent des aides spécifiques, aux entrepreneurs sous formes
d’avantages financiers, d’ouverture des marchés publics ou d’assistance aux personnes en difficultés.
Section 02 : Les facteurs de motivation des entrepreneurs

Pierre-André Julien et Marchesnay (1996)61, stipulent que le bon choix de la stratégie et les
décisions de l’entrepreneur seront marqués par le profit, qui est l’un des grands objectifs de
l’investisseur. La théorie économique a toujours dit que le profit est rarement le premier objectif de
l’entrepreneuriat. Ce profit peut être d’une part une contrainte pour compenser les couts et surtout
assurer la survie de l’entreprise et d’autre part il permet de faire face à de nouveaux défis pour soutenir
la croissance et les nouveaux investissements.

2-1 Facteurs économiques

Les facteurs économiques sont les ressources informationnelles, humaines, cognitives,


technologiques, financières et matérielles. Ils occupent une position clé dans la démarche
entrepreneuriale. Ce sont les ressources auxquelles doit accéder l’entrepreneur afin de créer son
entreprise.

2-1-1 Les ressources financières

La disposition d’un capital financier de départ encourage l’entrepreneuriat. Ainsi, un


entrepreneur ne disposant pas des moyens financiers nécessaires rencontrera plusieurs difficultés.

2-1-2 Accessibilité au marché

L’existence de marchés ouverts influence positivement la création d’entreprise. Cependant, il


existe des marchés ouverts mais encombrés, d’autres sont fermés ou très réglementés, l’implantation
d’une nouvelle entreprise y quasiment impossible.

Les réseaux personnels et professionnels constituent des éléments facilitateurs et des


catalyseurs qui permettent de gagner du temps et de l’efficacité face à la complexité des situations et à
la multiplication des démarches et procédures. Ceci justifie parfaitement le vieux dicton : « ce que
vous connaissez est bien moins utile que les personnes que vous connaissez.62 »

2-2 Facteurs psychologie

Plusieurs études récentes sur les entrepreneurs naissants (Menzies et all, 2002) viennent
confirmer l’importance de la dynamique psychosociologique dans la création des nouvelles entreprises
Les auteurs s'entendent généralement pour reconnaître que les entrepreneurs font preuve de beaucoup
de motivation et de persévérance dans leurs efforts.
2-2-1 Les intentions entrepreneuriales

Bird (1988) note que « l'intentionnalité est un état d'esprit guidant l'attention d'un individu (et
donc ses expériences et ses actions) vers un objet spécifique (but) ou un chemin conduisant à
accomplir quelle que chose (moyens) »

Les intentions entrepreneuriales ont un impact sur toutes les organisations. Dans les
entreprises existantes, les valeurs personnelles des managers affectent les stratégies (Guth & Taguiri,
1965). L'intuition joue un rôle important dans la recherche de la résolution de problèmes et de la
planification (Isenberg, 1984 ; Mc Ginnis, 1984). Les croyances et les perceptions des cadres sont
présentes dans les décisions qui concernent la marche globale de l'entreprise (Hambrick & Mason,
1984; Walsh & Fahey, 1984).

Les intentions entrepreneuriales se rencontrent à la fois dans le cadre de la création d'une


entreprise et dans le contexte d'une organisation existante. Katz & Gartner (1986) intègrent les
dimensions de locus interne (intention de l'entrepreneur) et externe (intention des autres acteurs
comme les partenaires, les fournisseurs, etc.).

2-2-2 Historiques personnels

La personnalité des individus, des besoins psychologiques spécifiques (contrôle McClelland,


1961), accomplissement (Brockhaus, 1982) ou les Contexte politique, économique et social histoire
personnelle, personnalité actuelle et compétences rationalité analytique et réflexion causes effets
pensée contextuelle intuitive et holistique intentionnalité actions compétences prédisposent les
individus face à l'intention d'entreprendre.

2-2-3 Besoin d’indépendance

Nombre d’études de cas d’entrepreneuriat révèlent que le désir d’être indépendant et autonome
est l’explication fréquemment donnée comme motif de création d’une nouvelle entreprise. Le besoin
d’indépendance et d’autonomie sont considérés comme attribut des entrepreneurs. Ils ont été reconnus
comme des motivations à entreprendre63.

Selon A. Shapero, Les premiers mobiles de l’entrepreneur sont le besoin d’indépendance, le


désir d’être son propre patron et l’aspiration à l’autonomie.

La notion d'entrepreneur est liée à la capacité de pouvoir régler soi-même son travail
(Donckels, 1984). Autrement dit, la personne détermine les tâches à effectuer et le planning à respecter
pour parvenir aux résultats escomptés. Certains traits de la personnalité des entrepreneurs peuvent
faire en sorte que "leur indépendance est la chose la plus désirable au monde" (Sweeney, 1982).

Pour Stevenson63 (1987), les jeunes sont motivés pour entreprendre depuis assez longtemps,
souvent dès leur enfance. La motivation des jeunes entrepreneurs est l’indépendance, d’échapper aux
ordres des supérieurs et le besoin de réalisation personnelle pour gagner de l’argent. A ce titre, la
motivation première des entrepreneurs

Pour Guillaume (1998), c’est d’être son propre patron. Ils créent surtout par défis avec eux-
mêmes (désir d’accomplissement, indépendance…) que par opportunité pour un marché ou à cause de
pressions diverses.

Enfin, le fait d'être son propre patron (Albert, Mougenot, 1988) est également la garantie d'un
emploi stable pour l'entrepreneur.

2-2-4 Besoin d’accomplissement

Le besoin d'accomplissement peut se voir associé à une volonté de créer quelque chose de
nouveau (Donckels, 1989) ou d'appliquer des connaissances acquises antérieurement. Par exemple, un
manager ayant acquis des compétences et un savoir-faire dans une structure professionnelle antérieure
décide de créer son affaire pour y développer des applications.

De même, la volonté d'être fier de sa profession, d'être satisfait de son travail (Bragard, 1987)
peut se ranger dans cette volonté d'accomplissement. Cela suppose qu'une personne préfère devenir
entrepreneur et créer sa propre affaire plutôt que de poursuivre un emploi frustrant ou de subir des
tensions dans son entourage professionnel. Enfin, cette motivation peut encore s'interpréter comme un
besoin de prouver sa valeur personnelle (Albert, Mougenot, 1988) ou comme la volonté de faire mieux
que les autres.

2-2-5 L’expérience et l’âge

L’expérience et l'âge du fondateur au moment où i1 est intéressé à lancer une affaire entrent
également en jeu.des gens de tous âges se lancent en affaires, les plus jeunes manquent souvent
d'expérience, de contacts et de financement; les plus âgés, eux, ont des contraintes familiales et
professionnelles. Car l’entrepreneur est un véritable parcours du combattant, aussi le fait d’être jeune,
dynamique et en bonne santé .La jeunesse et les qualités qui y sont généralement associées peuvent
constitue un plus. La carrière d’entrepreneur commence dans la plupart des cas être 22 et 55 ans .Sans
doute, elle peut d »buter plus tôt ou plus tard mais la chose est moins probable puisqu’il faut à
l’entrepreneur de l’expérience, le savoir –faire pertinent une assise financier et beaucoup d’énergie
pour lancer et gérer avec succès une nouvelle entreprise.

2-3 Facteurs sociologiques et culturels

Les motivations sociologiques et culturels sont des éléments directement liés aux différents
milieux connus et fréquentés par les individus, et qui peuvent jouer un rôle sur leur propension à
entreprendre.

2-3-1 Le milieu familial

La famille peut avoir des stratégies qui peuvent expliquer les différences d’orientations et de
réussite scolaire : des parents pauvres peuvent se contenter d’un niveau moins élève de qualifications,
alors que des parents instruits vont pousser leurs enfants jusqu’au bout.

Il semble que les entrepreneurs proviennent le plus souvent de familles où les parents ou
autres personnes proches sont eux-mêmes dans les affaires, ou encore, à leur compte; ainsi, plusieurs
recherches indiquent que c'est le cas de 50 % d'entre eux 5. On peut penser que le jeune, grandissant
dans ce genre de famille ou d'entourage, considère ses parents ou ses proches comme des modèles à
imiter. La même constatation a été faite récemment par Diochon et ses collègues 6 dans une étude
canadienne sur les entrepreneurs activement impliqués dans une création d’entreprise (entrepreneurs
naissants), alors que 46 % de ceux-ci avaient des parents entrepreneurs ou propriétaires d’entreprise

Plusieurs recherches indiquent que les entrepreneurs proviennent le plus souvent de familles
où les parents ou autres personnes proches sont eux-mêmes dans les affaires. Les jeunes grandissant
dans ce genre de famille ou d'entourage, considèrent leurs parents ou ses proches comme des modèles
à imiter.

L’incidence du rang de naissance a fait l’objet de plusieurs études, notamment dans celle de
Henning et Jardim, qui ont découvert par exemple, que les femmes cadres dirigeants ont tendance à
être des aînées. Ainsi, un aîné ou un enfant unique est entouré d’une attention particulière et acquiert
plus de confiance en lui. Hisrich et Brush ont, par exemple, trouvé 50% d’aînées au sein d’un
échantillon national de 408 femmes entrepreneurs.

2-3-2 L’éducation et l’expérience antérieure


L’éducation des entrepreneurs à fait l’objet d’abondantes recherches. Ces dernières ont montré
que l’éducation joue un rôle important dans l’éveil des entrepreneurs. Elle permet de doter
l’entrepreneur de compétences et de connaissances qu’il estime très utiles, même décisives pour la
concrétisation de son projet. De plus, L’expérience antérieure joue un rôle déterminant dans la
création, la croissance et la réussite de l’entreprise. Il s’ensuit que la connaissance d’une technique et
d’un secteur d’activité a une influence non moins importante sur l’activité entrepreneuriale

2-3-3 Le territoire

Le territoire dans lequel l’entrepreneur passe sa vie personnelle ou professionnelle joue un rôle
non négligeable. Un territoire peut, en effet, constituer un pôle d’attraction entrepreneuriale. Il est
considéré comme un déterminant grâce à la disponibilité d’atouts naturels tels que la taille, la qualité
et la diversité du territoire, la richesse des sols et des sous sols, la disponibilité en eau, la douceur du
climat. Nous pensons aussi aux diverses infrastructures de base (réseaux routiers, aéroport,
télécommunication, réseaux d’énergie, tissu économique, …), ainsi qu’aux ressources humaines,
financières et technologiques.

La disponibilité de ces dotations matérielles et immatérielles en quantités suffisantes est un


puissant facteur d’attraction des entreprises auxquelles elle confère de réels avantages. A l’inverse,
leur rareté relative ou leur absence joue comme un sérieux frein à l’émergence de ces entreprises et à
leur développement.

2-4 Facteurs technologique

Les mécanismes de coopération entre les établissements d’enseignement supérieur et les


entrepreneures devront être renforces afin de favoriser une culture de l’innovation au niveau local. De
même, il ya aura lieu de mettre en place des mécanismes réingénierie financier adaptés aux projets
innovants développés par les entreprises locales.

Par innovation on doit comprendre la capacité qu’ont les entreprises à introduire sur le marché
de nouveaux produit ou services, sans nécessairement opérer dans les secteurs de la haute technologie.
Il ya donc lieu de distinguer l’innovation de la recherche technologique

Donc la compétitivité des entreprises de taille moyenne ne sera assumée que si celle-ci est
capable d’innover.
2-5 Facteurs contextuels

Shapero (1975) a observé que la plupart des créateurs d’entreprises ont, au départ, subi un
déplacement ,c’est-à-dire un accident dans leur vie personnelle ou professionnelle .Cet auteur a parlé
aussi des facteurs positifs qui résultent notamment de l’identification d’occasions d’affaires ,du besoin
d’exploiter ses connaissances et de les appliquer en pratique ou d’une proposition d’association ou
d’essaimage. Ainsi que des facteurs négatifs qui sont imposés de l’extérieur par exemple, le
licenciement, insatisfaction au travail, des conflits, un revers professionnel ou encore un accident dans
la vie familiale, comme un divorce ou la disparition d’un être cher.

CONCLUSION

Le phénomène de la création d’entreprise est annoncé par défèrent déterminants.les facteurs


motivationnel déterminé le comportement .plusieurs motivations peuvent mener à la création de
l’entreprise .L’indépendance est une motivation d’entreprendre. Le défi un caractère motivationnel,
c’est d’avoir l’amour du risque.

Plusieurs études ont démontré que les créateurs d’entreprise ont des caractères spécifiques qui
les conduit a crée leurs propres entreprise .Ces caractéristiques sont liées l’origine de l’entrepreneur et
à son histoire qui regroupent les caractéristique intrinsèques à l’individu (telle qui l’âge et le sexe),
l’entourage entrepreneurial et des élément relationnels ayant pu l’influence dans ses choix (tissu
relationnel et familial. Les motivations entrepreneuriales qui ne qui ne des entrepreneurs régissent
d’une combinaison complexe de facteurs qui sont interdépendant c’est un processus qui ne saurait se
réduire à n phénomène constant.

CHAPITRE 03 : La Dynamique Entrepreneuriale au Maroc

Introduction

L’entrepreneuriat est devenu un thème récurrent et essentiel au Maroc. Chercheurs, étudiants,


chefs d’entreprises, hommes politiques ainsi que les médias lui accordent le plus grand intérêt. Cet
engouement s’explique par les opportunités qu’offre la création d’entreprise en matière de carrière
professionnelle, de création d‘emploi et de richesse mais aussi par les succès très médiatisés de
nombreuses réussites entrepreneuriales (startup).
La situation de l’entrepreneuriat au Maroc est assez paradoxale. Ecrits et médias ne cessent de
relater une grande dynamique entrepreneuriale que connaîtrait notre pays alors même que
l’écosystème entrepreneurial semble de plus en plus traversé par de nouveaux dispositifs,
expérimentations et acteurs. Le désir d’entreprendre de la jeune génération est manifeste mais aucune
étude n’a été menée à ce jour sur la propension des marocains à entreprendre ni sur les attitudes et les
attentes vis-à-vis de l’entrepreneuriat. Le défaut de statistiques fiables ne permettait pas d’appréhender
finement les évolutions en cours.

L’étude du rôle de l’entrepreneuriat ainsi que du profil entrepreneurial de la population


marocaine justifie tout l’intérêt de la présente recherche. Elle s’inscrit dans le cadre d’une étude menée
à l’échelle mondiale : celle du projet GEM. Le Global Entrepreneurship Monitor (GEM) constitue la
plus grande enquête sur l’entrepreneuriat dans le monde. Il explore le rôle de l’entrepreneuriat dans la
croissance économique de chaque pays en mettant en lumière les particularités nationales et les
caractéristiques associées à l’activité entrepreneuriale.

L’intérêt du GEM est de se concentrer sur les attitudes, les aspirations et les activités des
individus en lien avec la carrière d’entrepreneur, contrairement à d’autres investigations qui
s’orientent vers les nouvelles ou les petites entreprises. Cette approche fondée sur les individus dessine
un portrait détaillé de l’activité entrepreneuriale et alimente les données sur sa dynamique.

Depuis 1999, près d’une centaine d’équipes nationales se sont attelées à mesurer l’activité
entrepreneuriale aux quatre coins du globe. Le Maroc, à travers le Laboratoire de recherche en
Entrepreneuriat et Management des Organisations, y participe pour la première fois.

Section 01 : Le Modèle GEM

Le projet du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) vise à évaluer annuellement les


attitudes, les aspirations et les activités entrepreneuriales dans un large panel de pays. Le projet a
initialement démarré en 1999 sous l’impulsion de London Business School et de Babson College
(USA). Jusqu’à aujourd’hui, près d’une centaine d’équipes nationales se sont engagées à mesurer
l’activité entrepreneuriale aux quatre coins du globe, ce qui fait du GEM l’étude la plus exhaustive qui
porte sur la dynamique entrepreneuriale dans le monde.

L’étude du GEM explore le rôle de l’entrepreneuriat dans la croissance économique nationale,


en mettant en lumière les particularités nationales et les caractéristiques associées à l’activité
entrepreneuriale.
Essentiellement, le modèle du GEM postule qu’à travers les différentes institutions et
caractéristiques socio-économiques (éducation, loi, infrastructure, technologie, finance, R&D, etc.),
l’environnement social, culturel et politique influence les attitudes, les aspirations et l’activité
entrepreneuriale. Cela a un effet sur la création d’entreprises et donc sur la croissance économique.

Différentes sources de données sont utilisées, dont l’enquêtes auprès de la population adulte
(APS) et celle auprès des experts nationaux (NES). Les données collectées sont harmonisées au niveau
mondial par une équipe d’experts, garantissant la qualité de l’ensemble et facilitant les comparaisons
entre nations.

Les économistes et les chercheurs s’accordent largement sur l’importance de l’entrepreneuriat


dans un monde économique où l’Etat est devenu un acteur économique parmi, d’autres et où le secteur
privé est amené à favoriser la compétitivité dans un environnement globalisé. Les entrepreneurs
guident et modèlent l’innovation, accélèrent les changements structurels dans l’économie, et
intensifient le niveau d’activité concurrentielle, contribuant ainsi à la productivité et à la création de
richesses.

1-1 Le cadre conceptuel

- L’approche

Afin de comprendre le rôle de l’activité entrepreneuriale dans la croissance économique d’un


pays, le projet GEM adopte une approche globale, incluant l’examen des différents types et phases du
processus entrepreneurial.

Le cadre conceptuel est basé sur un modèle théorique selon lequel les principales
caractéristiques du contexte social, culturel, politique et économique d’un pays, ainsi que la
composition des « conditions-cadres », ont un impact significatif sur le développement du secteur
entrepreneurial.

Au niveau national, le modèle GEM soutient que les conditions contextuelles et les conditions
cadres affectent les trois principales composantes de l’entrepreneuriat : les attitudes, l’activité et les
aspirations. C’est l’interaction dynamique de ces conditions contextuelles et ces conditions-cadres
avec le comportement entrepreneurial d’une société qui produit de nouvelles activités économiques et
socialement utiles, générant ainsi des emplois et de la richesse.
A la différence du modèle classique de croissance économique nationale (Figure I.1), le cadre
conceptuel GEM, établi en 1999 (Figure I.2) se base sur l’hypothèse que la croissance économique
nationale est le résultat des capacités personnelles des individus, à identifier et saisir les opportunités
en interagissant avec leur environnement (social, culturel et politique).

􀀗La composante « attitudes entrepreneuriales » du modèle GEM évalue dans quelle mesure
les adultes perçoivent l’existence d’opportunités intéressantes de création d’entreprise ; à quel degré
ils accordent un statut élevé aux entrepreneurs; le niveau de risque qu’ils seraient prêts à supporter
pour lancer une entreprise ; et les perceptions de leurs propres compétences, connaissances et
expérience dans la création d’entreprise. Les attitudes entrepreneuriales sont essentielles car elles
expriment les sentiments généraux de la population envers les entrepreneurs et l’entrepreneuriat. Cela
suppose des personnes qui peuvent reconnaître les opportunités professionnelles et qui possèdent des
compétences nécessaires pour exploiter ces opportunités. Des attitudes nationales envers
l’entrepreneuriat positives établies par des réseaux de compétences, génèrent un soutien culturel, de
l’aide, des ressources financières, et la constitution de réseaux pour les entrepreneurs établis et les
futurs créateurs d’entreprise.

􀀗L’activité entrepreneuriale peut prendre de nombreuses formes et doit se comprendre


davantage en tant que processus plutôt qu’en tant qu’événement. Le GEM mesure les intentions
entrepreneuriales, l’activité entrepreneuriale naissante, nouvelle et établie ou encore l’activité
discontinue. L’examen des multiples composants de l’activité entrepreneuriale permet d’explorer les
dimensions du processus entrepreneurial à travers les pays, à différentes phases du développement
économique national. Par exemple, l’activité entrepreneuriale «nouvelle» devrait être élevée dans les
économies tirées par les ressources, principalement parce qu’une grande partie de celle-ci est motivée
par la nécessité économique. Dans les économies tirées par l’innovation, la part de l’entrepreneuriat
axé sur les opportunités devrait être plus élevée que dans les économies basées sur les ressources et
l’efficacité. En outre, l’activité entrepreneuriale varie selon le secteur industriel, la taille de l’équipe
fondatrice, et en termes de critères démographiques relatifs aux fondateurs comme le genre, l’âge et
l’éducation.

􀀗Les aspirations entrepreneuriales reflètent la nature qualitative de l’activité


entrepreneuriale. Par exemple, les entrepreneurs diffèrent dans leurs aspirations et leur volonté
d’introduire de nouveaux produits et des nouveaux processus de production. Ils sont aussi très
différents dans leur capacité à dialoguer avec les marchés étrangers, à développer une organisation de
grande taille, et à financer la croissance avec des capitaux extérieurs. Si elles se réalisent, leurs
aspirations peuvent affecter de manière significative l’impact économique de l’activité
entrepreneuriale. L’innovation relative aux produits et aux processus, l’internationalisation, et
l’ambition visant une croissance élevée, sont considérées comme des caractéristiques typiques d’un
entrepreneuriat très ambitieux. Le GEM a instauré des mesures pour saisir ces aspirations.

La révision la plus récente du cadre conceptuel de GEM entend ouvrir «la boite noire»
nommée «Profil de l’entrepreneuriat» (comme illustré dans la figure I.3). Depuis le lancement des
études GEM, l’hypothèse implicite de relations entre les attitudes, les aspirations et les activités
entrepreneuriales a été toujours intégrée dans la construction du modèle conceptuel sans préciser pour
autant la nature de ces relations. Dans la nouvelle version révisée du modèle conceptuel GEM (tel
qu’illustré dans la figure I.4), cette « Boite noire » a été ouverte pour permettre la vérification des
fondements de l’hypothèse de relations entre des valeurs sociales, des attributs personnels et diverses
formes de l’activité entrepreneuriale. Ce travail a été effectué par les membres du Comité Consultatif
de Recherche et d’Innovation (RIAC).

- La mesure de l’entrepreneuriat

L’entrepreneuriat est un phénomène complexe. Pour l’évaluer, GEM adopte une vision élargie
de l’entrepreneuriat et se concentre sur le rôle joué par les individus dans le processus entrepreneurial.
Contrairement à la plupart des ensembles de données sur l’entrepreneuriat, qui ont tendance à mesurer
les entreprises les plus nouvelles et les plus petites par le biais des données des entreprises fournies sur
les bases d’immatriculation des (nouvelles) entreprises, le GEM étudie le comportement des personnes
effectivement impliquées dans le processus de création et de gestion de nouvelles entreprises, ainsi
que les caractéristiques de leurs nouvelles entreprises. Le GEM estime que toute personne impliquée
dans tout comportement lié à la création d’une nouvelle entreprise, qu’elle soit modeste ou non, a un
impact sur le niveau national d’entrepreneuriat.

Une autre caractéristique importante de la recherche GEM réside dans sa vision particulière du
processus d’entrepreneuriat. Le GEM observe les actions des entrepreneurs se situant à différents
stades du processus de création et de maintien d’une entreprise. La première étape est la participation
active au processus de démarrage, la deuxième est la propriété et la gestion d’une nouvelle entreprise
de moins de 42 mois, et la troisième est la propriété et la gestion d’une entreprise établie depuis plus
de 42 mois.

La recherche identifie également les entrepreneurs potentiels, c’est-à-dire les adultes au sein
de la population qui ont l’intention de créer une entreprise au cours des trois prochaines années. Des
définitions précises de ces étapes, ainsi que la terminologie GEM pour d’autres indicateurs relatifs à
l’activité et aux attitudes entrepreneuriales,
L’enquête GEM permet d’étudier plus finement les entreprises qui sont créées, notamment
leur niveau d’innovation, leur volonté de croissance et d’internationalisation.

1-2 La méthodologie du GEM

Depuis 2008, GEM a suivi le classement des pays du Forum Economique Mondial basé sur les
définitions de Porter (Porter et al, 2002) des différentes phases de développement économique :
Economies tirées par les ressources, économies tirées par l’efficacité et économies tirées par
l’innovation. En voici une brève description basée sur une explication proposée par Bosma et Levie
(2010, p. 9).

L’entrepreneuriat dans les économies tirées par les ressources


Les pays ayant un faible niveau de développement économique présentent généralement un
secteur agricole important. Il fournit des moyens de subsistance à la majorité de la population, qui
pour la plupart vit encore à la campagne. Cette situation évolue car l’activité industrielle commence à
se développer, souvent autour de l’extraction des ressources naturelles, déclenchant la croissance
économique, et incitant la population agricole excédentaire à migrer vers les secteurs d’extraction et
émergents à forte intensité d’échelle, souvent situés dans des régions spécifiques. Dans les
agglomérations régionales, l’offre de main d’œuvre excédentaire nourrit l’entrepreneuriat de
subsistance, car les travailleurs excédentaires cherchent à se créer des opportunités professionnelles
pour gagner leur vie.

L’entrepreneuriat dans les économies tirées par l’efficacité


À mesure que le secteur industriel se développe, des institutions commencent à émerger pour
soutenir une industrialisation croissante et une productivité plus élevée grâce à des économies
d’échelle. En règle générale dans les économies à forte intensité d’échelle, les politiques nationales
façonnent leurs nouvelles institutions économiques et financières en faveur des grandes entreprises
nationales. La productivité croissante contribuant à la formation du capital financier, des niches
peuvent apparaître dans les chaînes d’approvisionnement industrielles auxquelles répondent ces
prestataires de service. Combiné avec l’ouverture d’une offre indépendante de capital financier par le
secteur bancaire émergent, cela stimule les possibilités de développement de petites et moyennes
entreprises dans les secteurs de fabrication. Ainsi, dans une économie d’échelle à forte intensité, on
pourrait s’attendre à ce que l’activité industrielle de subsistance diminue progressivement pour faire
place à un secteur émergent de fabrication à petite échelle.

L’entrepreneuriat dans les économies tirées par l’innovation


En considérant le développement d’une économie et l’accroissement de sa richesse, on
pourrait s’attendre à ce que l’accent mis sur l’activité industrielle soit transféré progressivement vers
un secteur des services en expansion pouvant répondre aux besoins d’une population de plus en plus
riche, et fournir des services normalement attendus dans une société ayant des revenus élevés. Le
secteur industriel devient plus diversifié et sophistiqué, et cette évolution est généralement associée à
l’augmentation de la recherche et du développement, et à l’intensité des connaissances. En effet, les
institutions produisant des connaissances prennent de la vitesse et ouvrent la voie à l’activité
entrepreneuriale innovante à la recherche d’opportunités pour concurrencer des prestataires historiques
établis dans l’économie. Souvent, les petites entreprises tirent parti de gains de productivité innovants
par rapport aux prestataires plus importants, ce qui leur permet de fonctionner comme des « agents de
destruction créatrice ». Dans la mesure où les institutions économiques et financières créées pendant la
phase à forte intensité d’échelle de l’économie sont en mesure d’accueillir et de soutenir l’activité
entrepreneuriale à la recherche d’opportunités, les sociétés entrepreneuriales innovantes apparaissent
comme des moteurs importants de la croissance économique et de la création de richesses.

Section 02 : L’activité entrepreneuriale

Il n’y a pas de définition unique et universelle de l’entrepreneuriat. De nombreuses études ont


tenté de circonscrire, l’acte d’entreprendre sans toutefois faire l’unanimité quant à sa dimension
spatiale et temporelle.

Quand commence le processus entrepreneurial ? Quand se termine-t-il ? À quel moment et sur


la base de quels évènements ou faits peut-on qualifier une personne d’entrepreneur ? Faut-il attendre
qu’elle ait créé officiellement son entreprise ? Doit-on inclure dans cette catégorie, ceux dont
l’entreprise est en cours de constitution ? Si oui, sur quels critères peut-on se fonder pour distinguer
ceux qui sont sérieusement engagés dans un processus entrepreneurial, et ceux qui tentent
d’entreprendre sans aucune perspective réelle ?

Ces questions méthodologiques ne sont pas neutres car ils déterminent le cadre de validité des
résultats obtenus. Une définition trop stricte de l’entrepreneuriat aura pour effet de réduire le nombre
d’entrepreneurs. Une définition trop large, à l’inverse, donnera l’illusion que tout le monde entreprend.

Le GEM conçoit l’entrepreneuriat comme un processus dans lequel l’activité entrepreneuriale


proprement dite constitue l’une des phases. L’engagement des individus dans les phases de création
suit les phases qui correspondent à l’affirmation des attitudes et les intentions. Il ne s’agit cependant
pas d’observer la succession de ces phases pour un même individu ou pour un groupe d’individus,
mais d’en faire la photographie à un moment précis.
%
8
5
6
1
3
. Dans le prolongement du chapitre précédent nous allons aborder, ci-après, l’engagement des
individus les activités de création d’entreprise proprement dite. Selon l’approche retenue par GEM,
l’activité entrepreneuriale concerne, en tant que phase du processus entrepreneurial, quatre catégories
d’entrepreneurs :

• D’abord, les personnes qui amorcent le démarrage de leur entreprise et qui ont versé jusqu’à
3 mois de salaire, appelées les entrepreneurs naissants.

• À ce groupe s’ajoutent ceux qui versent des salaires depuis au moins 4 mois mais moins de
42 mois, que l’on nomme les nouveaux entrepreneurs.

• Ces deux groupes combinés constituent le TAE (Taux d’activité entrepreneuriale


émergeante), une mesure centrale du GEM.

• À ceux-ci doivent s’ajouter également les entrepreneurs établis, qui paient des salaires depuis au
moins 42 mois.

1-De l’intention à la création

Un des constats majeurs de cette recherche est la mise en évidence d’un contraste entre
l’intention de créer une entreprise et le taux d’activité entrepreneuriale au Maroc.

L’étude a révélé que plus du tiers de la population active marocaine confirme son intention de
créer sa propre entreprise dans les trois prochaines années. Or, la mesure du taux d’activité
entrepreneuriale aboutit à un score relativement faible de 4,44%. Ce contraste est significatif à
plusieurs égards. Il souligne la faible transformation de l’intention entrepreneuriale en création
d’entreprise. Même si la comparaison n’est pas faite en temps différé, il semble judicieux d’analyser
en profondeur ce lien entre « l’intention » et la création dite « naissance ».

Le schéma ci-après illustre La tendance générale au Maroc :

Tentative de création Premières


actions
Naissance
Figure 1 la tendence générale au maroc

Si en 2015, la part de la population active âgée entre 18 et 64 ans qui tentait de démarrer une
entreprise était de 35,8% (25,66% de manière autonome et 10,14% dans le cadre d’une activité
salariale), seules 3,6% des personnes ont déclaré avoir entrepris des actions durant les douze derniers
mois pour initier le lancement de leur entreprise (comme la préparation du business plan ou la
recherche d’un local, d’un financement etc.…). Or, à la fin de la phase de pré-création, on ne retrouve
que 1,31% de personnes qui ont créé effectivement leurs entreprises. Cette réalité assez spécifique au
Maroc interpelle les pouvoirs publics et l’écosystème de l’entrepreneuriat dans son ensemble et
démontre toutes les limites actuelles des mesures mises en place en termes d’accompagnement et
d’aide à la création.

En fait, l’un des atouts du modèle GEM est qu’il permet d’appréhender l’ensemble du
processus entrepreneurial. La comparaison à l’international est ainsi possible puisque l’on remarque
que le Maroc est le premier pays de la région MENA qui présente un écart aussi important entre
intention de création et passage à l’acte. Ce taux atteint 31,36% au Maroc contre 19,61% par exemple
en Tunisie. Comparé aux 27 pays du groupe des économies tirées par l’efficacité, le Maroc se trouve
en 2ème position après la Colombie.

2-Le taux d’activité entrepreneuriale (TAE)

L’activité entrepreneuriale est un phénomène difficile à mesurer. En effet, les statistiques


officielles de création d’entreprise ne tiennent pas compte de l’activité entrepreneuriale avant la
création et ne permettent pas de retracer les activités informelles. Il existe, par ailleurs, de nombreux
indicateurs de « création » qui ne sont pas tous concordants. Pour pallier à cette lacune, le GEM
s’intéresse plus particulièrement aux individus qui sont directement impliqués dans les premières
phases de la création d’une entreprise. L’indice retenu par le GEM pour calculer ce taux de prévalence
de l’activité entrepreneuriale émergente est le TAE (Taux d’Activité Entrepreneuriale). Il correspond à
la part de la population adulte (âgée entre 18 et 64 ans) impliquée ou en phase de création d’une
entreprise de moins de 42 mois, et qui détient une part du capital de celle-ci.

Le TAE et le genre
La ventilation par genre des résultats de l’enquête GEM montre que le potentiel de création
d’entreprises par les femmes est important et, finalement, assez peu utilisé, voire encouragé ou
favorisé.
En termes d’activité entrepreneuriale, les données de l’enquête 2015 montrent que l’activité
entrepreneuriale reste encore dominée par les hommes, même si les femmes ont enregistré une
progression significative ces dernières années. Le taux de TAE féminin moyen est de 11,09 %,
comparativement au TAE masculin qui est de l’ordre de 15,41% à l’échelle mondiale. Le rapport TAE
masculin/féminin révèle un écart défavorable aux femmes.

L’étude ne dispose pas d’éléments plus précis permettant d’analyser ce phénomène. Il n’en
demeure pas moins qu’avec le plus faible taux de participation des femmes à l’entrepreneuriat parmi
les pays GEM, le Maroc ne capitalise pas sur son potentiel entrepreneurial intrinsèque.

3-Les différentes phases du processus entrepreneurial

Une connaissance du processus entrepreneurial, dans toutes ses phases, se révèle


indispensable pour faciliter les mesures de régulation à mener par les décideurs en vue d’assurer la
longévité de l’activité entrepreneuriale et maintenir la dynamique de développement. La construction
de données chronologiques sur l’activité entrepreneuriale, permet, non seulement, l’observation des
tendances de développement de l’activité, mais surtout d’identifier les segments qui nécessiteront un
soutien et une intervention plus ciblés des pouvoirs publics.

Les indicateurs du processus entrepreneurial


La dynamique entrepreneuriale au Maroc diffère substantiellement en comparaison avec la
moyenne de la région MENA et de celle des économies tirées par l’efficacité. Elle se présente comme
suit :

Tableau 3 : Les phases de l’activité entrepreneuriale en 2015 (%


Pays Entrepreneur Entrepreneur TAE Entreprene Entrepreneur
iat iat uriat Etabli iat
Naissant Nouveau Discontinu
Maroc 1,31% 3,16% 4,44% 5,16% 2,2%
Egypt 4,0% 3,4% 7,4% 2,9% 6,6%
e
Tunisi 5,4% 4,9% 10,1% 5,0% 7,2%
e
ETE 8,48% 6,47% 14,60 8,26% 3,28%
%
MENA 6,30% 6,80% 12,81 8,16% 6,32%
%
Comme le montre la figure 2.10, si les valeurs qui composent le TAE, à savoir le TAE «
entrepreneurs naissants » et le TAE « nouveaux entrepreneurs » sont dissociées, on constate que le
niveau bas de l’activité entrepreneuriale émergente TAE qui est de 4,44% reste imputable à la faible
proportion des entrepreneurs naissants (1,31%). Un score bien en dessous de la moyenne des pays à
revenu moyen ou encore de nos voisins tunisiens (5,4%). Le Maroc se positionne en 58ème avant la
Malaisie et la Bulgarie (voir tableau 2.2.). Ce constat met en évidence le fait que les marocains
rencontrent plus de difficulté que d’autres nations à concrétiser leurs projets de création d’entreprise.

4-La motivation entrepreneuriale

Pour comprendre la dynamique économique d’un pays, il est important de focaliser l’analyse
sur les motivations des entrepreneurs. D’une manière générale, il existe deux types d’orientation qui
reflètent les mobiles des entrepreneurs. D’une part, il y a ceux qui identifient et exploitent des
opportunités et ceux qui se lancent dans la voie de l’entrepreneuriat par nécessité. A cet effet, GEM
retient deux types d’entrepreneuriat :

• L’entrepreneuriat dit « de nécessité » qui fait référence à des individus qui s’engagent dans
des activités entrepreneuriales pour des considérations de “survie” car n’ayant pas eu une meilleure
alternative de travail ;

• L’entrepreneuriat dit « d’opportunité » qui concerne les individus qui s’engagent dans
l’entrepreneuriat pour tirer profit d’une opportunité d’affaire ou encore pour d’autres motivations très
éloignées de la nécessité.

Parmi les entrepreneurs motivés par l’opportunité, une partie cherche à améliorer sa situation,
soit dans un souci d’indépendance ou pour augmenter ses revenus. GEM les désigne par les «
entrepreneurs orientés opportunité » (IDO). Pour évaluer la prévalence relative de ces entrepreneurs
par rapport aux entrepreneurs motivés par la nécessité, GEM a créé un indice de motivation. Cet indice
révèle qu’il y a en moyenne une fois et demie plus d’entrepreneurs IDO que ceux poussés par la
nécessité dans les économies tirées par les facteurs, et deux fois plus dans les économies tirées par
l’efficience. Dans les économies fondées sur l’innovation, il y a 3,4 fois plus d’entrepreneurs IDO par
rapport aux entrepreneurs motivés par la nécessité.

Au Maroc, selon les résultats de l’enquête nationale,, l’entrepreneuriat d’opportunité est


prédominant. La majorité des entrepreneurs est motivée par le désir d’indépendance et la volonté de
saisir des opportunités. Seuls 28,3% d’entre eux s’engagent en entrepreneuriat pour des considérations
de survie. Une tendance plus proche de celle des économies tirées par l’innovation.

Il est intéressant, par ailleurs, de relever que la nature de cette corrélation qui existe entre le
ratio des entrepreneurs qui créent leurs entreprises par nécessité et ceux qui les créent par opportunité
est une évidence : Les entrepreneurs qui bénéficient d’un environnement favorable et qui sont aidés et
accompagnés, ont plus de chance de réussir leurs projets. Par contre, ceux qui ne peuvent recourir à un
quelconque encadrement ou appui, sont susceptibles de voir leurs chances de survie généralement
réduites.
CONCLUSION GENERALE

Plusieurs travaux ont reconnu que l’entrepreneuriat est un ressort fondamental du


développement économique et social (Carree et Thurik, 2005; Shepherd et Wiklund, 2005; Audretsch,
Grilo et Thurik, 2007). Au Maroc, Différents programmes ont été lancés dans ce domaine afin de
soutenir les jeunes entrepreneurs (le programme jeunes promoteurs, Moukawalati, etc). Sans oublier
les Centres Régionaux d’Investissement qui interviennent dans la phase de création.

Cet article avait pour objectif principal d’identifier les déterminants clés de la performance de
l’entrepreneuriat dans la région de Casablanca. Pour ce faire, nous avons proposé un modèle qui
explique à notre sens le succès entrepreneurial en se basant sur trois principales dimensions: le profil
de l’entrepreneur, l’environnement de l’entreprise et la préparation à la création.

Les résultats de notre enquête quantitative auprès de 127 PME ont bien démontré la validité de
notre hypothèse de base ; à savoir l’impact des déterminants sur le succès de l’entrepreneuriat.

Par ailleurs, les éléments préparatifs, l’environnement, les moyens financiers, et les actions
d’accompagnement impactent, selon les entrepreneurs interrogés, la réussite du projet. Autrement, les
jeunes entrepreneurs n’accordent pas du tout de l’importance aux compétences managériales,
techniques ni à l’importance de l’attitude pour la réussite de leurs projets.

BIBLIOGRAPHIE
1- Verstraet T., Histoire d’entreprendre : les réalités de l’entrepreneuriat, éditions EMS, 2000, p11
2- Julien P.A Marchesnay M (1996) , OP, Cit, p7
3- VESTRAETE T, entrepreneuriat : connaitre l’entrepreneur, comprendre ses actes, L’Harmatan
économie et innovation, 1999, p 11
4- Henri Mahe de BOISLANDELLE, dictionnaire de science de gestion, « vocabulaire, concept, outils
».
5- Verstraete T (1999) , Op,Cit , P24-46.
6 -Alain Fayolle, Entrepreneuriat ; apprendre à entreprendre, DUNOD, paris 2004.
7- Emile-Michel Hernandez : le processus entrepreneurial, vers un modèle stratégique
d’entrepreneuriat, Harmattan, 1999, p19-21.
9- Idem, p30.
10- Alain Fayolle, Introduction à l’entrepreneuriat, DUNOD, paris, 2005, p 09.
11- Michel chate lus et Jacques Fontanelle, dix grand problème économique contemporaines,
l’économie en plus 1992, p 177
12- Cantillon R(1755), cite par Marie –claude ESPOSITO et christine ZUMELLO, l’entrepreneur et la
dynamique économique ; l’approche anglo-saxonne, Economica, Mars 2003, p13-14
13- Marie –claude ESPOSITO et Chrisine ZUMELLO (2003) , OP , Cit ,p14 (n Cantillon (1975) ,
p28)
14- Alain fayolle, du champ de l’entrepreuriat à l’etude du processus entrepreneurial : quelques idées
et pistes de recherche .6congrés international francophone sur PME –octobre 2002 –HEC-Montréal ,
p02, (in Boutiller et Uzunidis ,1999)
15- Marie –clause ESPOSITO et Christine ZUMELLO (2003), Op.Cit p16-17
16- Jean Baptiste Say (1821) , cité par Marie –claude ESPOSITO et christine ZUMELLO (2003) , Op,
cit, p 18.
17- Schumpeter (1911) cite par therry Vestraete, Essai sur la singularité de l’entrepreneuriat comme
domaine de recherche ADREG, janvier 2002, p47-48
18- Marie –claude ESPOSITO et Chrisitine ZUMELLO, Op, Cit, P20-21.
19-Idem, p23
20 -Peter Drucker , les entrepreneurs , Hachette , 1985
21- Riadh Zghal, l’entrepreneuriat ; (théories, acteurs, pratique), Sanabil Med SA, 2007, p11
22- Alain Fayolle, du champ de l’entrepreneuriat à l’étude du processus entrepreneurial (2002), Op,
Cit
23- Emile-Michel hernandez (1999), Op, Cit, p32
24- Idem.
25 -Alain Fayolle (2005), Op, Cit p 11.
26- Riadh Zghal, l’entrepreneuriat (2007), Op, Cit, p 11.
27-Bradley (2003) cité par Riadh Zghal, l’entrepreneuriat (2007), Op .Cit p13-14.
28- Base de données faite d’interviews réalisées par des journalistes et de sources littéraires relatives à
des entrepreneurs renommés au plan international, national, local.
29- Alain Fayolle (2005), OP, IP, p13.
30- Gartner (1988), cité par Alain Fayolle (2005), Op, Cit, p13-14.
31- Alain Fayolle (2005), Op, Cit, p13.
32-Gartner (1988), cite par Alain Fayolle (2005), Op, Cit p13-14.
33- Emile-Michel Hernandez (1999), Op, Cit, p55
34- Alain Fayolle (2005), Op, p14 (In Gartner ,1985).
35- Houria A et Kamel A, La promotions des compétences entrepreneuriales e, Algerie, (collaque
international sur l’entrepreneuriat et innovation, C U KHEMI MILLANA ,2005).
36 -Shane et Venkataraman (2000), cité par Ait-Ziane H et Ait-Ziane K, Op. Cit, p253
37 -Bruyart (1993), Cité par Ait-Ziane H et Ait-Ziane K, Op, Cit, p253
38-Gartner (1988), cite par Alain Fayolle (2005), Op, Cit p13-14.
39- Emile-Michel Hernandez (1999), Op, Cit, p55
40- Alain Fayolle (2005), Op, p14 (In Gartner ,1985).
41- Houria A et Kamel A, La promotions des compétences entrepreneuriales e, Algérie, (collaque
international sur l’entrepreneuriat et innovation, C U KHEMI MILLANA ,2005).
42- Shane et Venkataraman (2000), cité par Ait-Ziane H et Ait-Ziane K, Op. Cit, p253
43- Bruyart (1993) , Cité par Ait-Ziane H et Ait-Ziane K, Op ,Cit , p253
44- P.A.Julien et M.Mrchesnay « entreprenariat » Ed.Economica.1996 .p52
45- S.Boutllier et c.fournier, op, Cit, p86
46 -M.Marchesnay, Typologies des entrepreneurs, (en ligne), Réf. du06 janvier 2009, disponible sur
http:// www.Erfi –management Net /accès _ membre /actualiser / script 29 / CAHIER _vol 13-n2 .pdf,
p, 124
47- Sandrine Emin, « l’intention de créer une entreprise des chercheurs publics : le cas français »,
thèse de doctorat en science de gestion, université pierre mendés France, novembre 2003, p62.
48- Khaled Bouabdallah et Abdallah Zouach : « entrepreneuriat et développement économique », in :
les cahiers du cread n°73 /2005, p 17
49 -Julien (1997) in ; « Amghar, essai d’analyse de la contribution de la dynamique
Entrepreneurial au développement du territoire, cas de BBA, mémoire de magistère en science de
gestion, université de Bejaia, 2009, p20 ».
50- Torres Olivier « les PME » .Ed Flammarion, paris, 1999, P7.
51- Julien et Morel (1986) in : « wtterwulghe, La PME est une entreprise humaine, Ed, De Boeck,
1998, p 13"
52- Colot Olivier « la transmission des PME familiales non cotées : approche de la
Transmission en Wallonie et impact sur la performance des entreprise ». 2007, p 19.
53- Idem
54- Wtterwulaghe, La PME une entreprise humaine, Ed, de Boeck, 1998, p14.
55-Torres Olivier « les PME ». Ed, Flammarion, Paris, 1999, P13.
56 -Alain Fayolle « entrepreneuriat ; apprendre à entreprendre », Ed dunod, paris,
57 -P. Albert, P.Mougenot, La création d’entreprise P52
58 -Robert wtterwulghne (1998), po, Cit, p47 (In Fillion, le champ de
L’entrepreneuriat : historique, évaluation et tendances, revue internationale le PME, vol, 10,
n°10,1997 p132).
59- S.Boutllier et C.Fournier, op.cit, p 26.

Vous aimerez peut-être aussi