Vous êtes sur la page 1sur 4

Master : juriste d’affaires

Module : droit des entreprises en difficultés

fiche d’ARRÊT
ENCADRÉ PAR :

Pr. ELHAJJAMI Ahmed

RÉALISÉ PAR :

AGDAY Abdelmonaim

Année universitaire : 2019-2020


Arrêt de la cour suprême
Dossier commercial n° 2010/1/3/1122
Le 09/06/2011

Présentation de l’arrêt

L’arrêt que nous avant sous la main, n° 820, Dossier


commercial n° 2010/1/3/1122, rendu le 09/06/2011. C’est un arrêt
de la cour suprême, ce dernier traite de la compétence
juridictionnelle matérielle en matière des procédures collectives,
cela avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les entreprises
en difficultés 73-17. Alors pour analyser les faits de cet arrêt on
doit se référer aux dispositions du l’ancien livre 5 de la loi 15-95.

Les faits

En lisant les faits de l’arrêt objet de ce devoir on déduit que


La société (ALMATHANA SINAAYA) a déposé le 12/10/2009 une
demande en référé dans lequel elle demande d’enlever une saisi
arrêt que la caisse nationale de la sécurité sociale a inscrit contre
elle sur son compte bancaire auprès d’une établissement bancaire,
sa demande était justifié par le fait qu’elle est soumise à une
procédure de redressement judiciaire. Cette demande sera
accueillie par le président du tribunal de commerce, ce qui va
amener la caisse nationale de la sécurité social à interjeter un
appel contre la décision du président du tribunal de commerce en
soulevant l’exception d’incompétence du tribunal de commerce
devant la cour d’appel de commerce, cette dernière a confirmé la
décision de première instance par l’arrêt objet de cassation.

La procédure selon laquelle les prétentions ont


été ajoutées :

La caisse nationale de la sécurité sociale en sa qualité de


demanderesse en cassation prétend que la décision de la cour
d’appel est non fondée en motivant ses prétentions par le fait que
les litiges naissant du recouvrement des créances publiques
relèvent de la compétence des tribunaux administratifs en vertu
de l’article 141 du code de recouvrement des créances publique.
Ainsi que l’article 8 de la loi 41-90 portant création des tribunaux
administratifs.

Problème de droit

Est-ce que le tribunal de commerce est compétent pour voir


ce type d’actions ? Ou bien ce sont les juridictions administratives
qui ont la compétence exclusive en cette matière ?

Solution

Comme solution aux problèmes soulevés la cour suprême a


estimé que malgré que l’article 566 de l’ancien livre 5 de la loi 15-
99 confère au tribunal de commerce devant lequel la procédure de
redressement est ouverte la compétence de voire toutes les actions
en relation avec la procédure de redressement, l’article 12 de la loi
41-90 considère les règles relatives à la compétence matérielle
comme règle d’ordre public. Alors, dans ce cas d’espèce la
compétence en raison de la matière revient au tribunal
administratif.

Synthèse

En guise de synthèse, la saisi arrêt exercé par la partie


demanderesse en vertu de l’article 100 et suivants du code de
recouvrement des créances publiques. C’est l’article 141 qui doit
s’appliquer à ce stade et qui désigne tribunal administratif du
lieu dans lequel les créances publiques sont dues comme la
juridiction compétente. Alors la cour suprême considère que la
cour d’appel prononçant l’arrêt objet de cassation a mal fondé sa
décision lorsqu’elle a confirmé le jugement de première instance
sans prendre en considération les règles impératives précitées.
Alors la cour suprême a décidé de casser la décision de la cour
d’appel sans renvoi.