Vous êtes sur la page 1sur 8

Sommaire

I. Introduction……………………………………………………

……2

I. Principe de

l’essai……………………………………………………2

II. Matériel

utilisé………………………………………………………4

III. L’essai de bleu(essai à la tache)

…………………………………….4

a)Mode opératoire………………………………………………4

b) Les résultats et commentaire………………………………...5

1
IV. signification de

l’essai………………………………………………6

V. Conclusion………………………………………………………

…..6

I. Introduction :
La caractérisation de la nature ou de la nocivité des fines
est un problème très ancien en géotechnique, qui n’a pas reçu encore
actuellement de solution satisfaisante. On dispose bien de moyens
d’identification performants de la nature de ses fines : analyse chimique,
mesure de la surface spécifique ...etc.
L’amélioration de nos essais d’identification est donc une nécessité. La

surface spécifique des fines est un bon critère pour apprécier leur
comportement, puisque elle varié de moins de 0.3 m 2/g pour des fines inertes à
plus de 40 m2/g pour des montmorillonites.
En utilisant la propriété de la molécule de bleu de méthylène de s’adsorber
sur la surface des particules .C’est l’essai à la tache, qui s’est diffusé très
rapidement dans le réseau des laboratoires, L’essai à la tache est couramment
utilisé , son avantage est de donner la surface totale des argiles, peut accéder

2
à la surface externe, essai très rapide surtout en contrôle, mais elle est
qualitatif pour ce qui est de la nature des argiles.

II. Principe et but de l’essai :


Le principe de l’essai consiste à doser le poids
de bleu de méthylène pour recouvrir d’une couche mono moléculaire les
surfaces interne et externe des particules d’argile en suspension d’eau.
Grâce à la propriété de bleu de méthylène de pouvoir être adsorbé que par
couche monomoléculaire on peut estimer avec une très bonne approximation
la surface des particules seulement accessible à l’eau. Se sont les surface que
sont le siége des propriétés spécifique les argiles ( adhérence, l’hydrauphilie,
gonflement, plasticité…etc.). cette méthode s’applique à tous les sols. Elle
constitue l’un des paramètres qui sont à la classifications des sols d’après la
norme (NF P 11-300).

3
Particule d’eau

Grain d’argile

Grain d’argile Couche mono moloculaire de B.M

La valeur de bleu est directement liée à la surface spécifique des particules


constituant le sol, laquelle est régie par importance est l’activité des minéraux
argileux raison dans le sol.

III. Matériel utilisé :


Dans notre essai on utilise un système composé de :
-Becher
-Burette graduée
-Barreau magnétique
-Agitateur magnétique
-Papier filtre
-Baguette en verre
Concernant les produit :
-Solution de bleu de méthylène à 30g/l préparé depuis moins d’un mois et
conservé à l’abri de la lumière

4
-Eau distillée
-Echantillon de sol

IV. L’essai de bleu de méthylène, dit essai à la tâche :


a) Mode opératoire :
Le principe de l’essai consiste à introduire des
quantités croissantes de bleu de méthylène par dose successive, jusqu’à ce que
les particules argileuses en soient saturées : il apparaît alors un début d’excès
qui marque la fin de l’essai et que l’on détecte par le teste dit à la tache. Ce
dernier consiste à former, filtre normalisé, une tache qui est un dépôt de sol
coloré en bleu soutenu, entouré d’une zone humide, coloré en bleu de
sombre. L’excès de bleu se traduit par l’apparition dans cette dernière zone
d’une auréole bleu clair. On dira alors que le teste est positive.
On a procédé de la manière suivante :
-L’échantillon de sol est mis a tremper avec 100 ou 200 ml d’eau dans un
récipient. Le bain obtenu sera maintenu en permanence sous agitation.
-on injecte dans le récipient, au moyen d’une burette ,des doses successives de
10 cm3 d’une solution de bleu de méthylène, chaque addition était suivie du
test de la tache sur le papier filtre. On a procédé ainsi jusqu'à ce que le test
devenu positif. Pour y avoir on a arrivé à testé jusqu’à 29 gouttes avec
réduction de dose (5 à 2)cm 3dans les 10 dernières gouttes. A ce moment, on a
laissé s’opérer l’adsorption du bleu sur les particules argileuses du sol sans
rien y ajouter(couleur bleu de sombre).
-En générale si, au bout de cinq minutes, le test est toujours positif, le dosage
est considéré comme terminé. Dans le cas contraire, on renouvelle ces
opérations jusqu'à ce que ce résultat soit obtenu.

5
b) Résultats et commentaire :
de la quantité de bleu totale qu’on aura
introduire et qui est proportionnelle a la masse sèche de la prise d’essai, on a
calculé la quantité correspondant a 100 g de sol, appelé valeur de bleu sol. son
ordre de grandeur va de 11 g pour notre échantillons.
L’essai est rapide : de 10 à 40 minutes selon le type de sol. Aucune
préparation particulière n’est nécessaire.
On doit concéder qu’il règne une certaine subjectivité dans l’appréciation de
la fin du tirage ; ce qui se traduit, par une imprécision de l’ordre de plus ou
moins une dose élémentaire; l’erreur relative, qui est le rapport de la dose
élémentaire au cumule des doses introduites es t d’autant plus faible que ce
dernier cumul est élevé: c’est le cas des sols très argileux ou celui des
matériaux moins argileux.

Burette gradué
.
. solution de B.M
.
. Robinet
.
Becher
Barreau magnétique

Agitateur

6
Auréole humide

Dépôt
Goutte
papier filtre

V. Signification de l’essai :
Les éléments non argileux du sol ne
participant pratiquement pas au phénomène d’adsorption, la valeur de bleu
n’intéresse que la fraction argileuse du sol. Elle traduit, en première
approximation, la quantité de colorant nécessaire pour recouvrir, d’une
couche de ses molécules dont on connaît par ailleurs l’encombrement
surfacique, la surface totale développée par fraction argileuse du sol.
Or, par définition, la surface développée par les particules est le produit de la
masse d’argiles par la surface spécifique. Cette dernière, comme on sait,
indique la nature da l’argile et sera d’autant plus élevée que l’argile est active.
La valeur de bleu est donc une évaluation globale de la quantité et la l’activité
de la fraction argileuse (<2 m) du sol.

VI. Conclusion :

7
L’essai au bleu de méthylène apparaît un complément
indispensable à l’identification des sols fins.
En d’autre terme, la référence aux paramètres d’essai au bleu de méthylène
devrait permettre de réduire l’empirisme dans études géotechnique, et de
mieux ajuster les projets.