Vous êtes sur la page 1sur 6

INTRODUCTION :

Dans touts les problèmes de stabilité de sol (étude de fondation, ouvrage


de soutènement, remblai, talus …. Etc.) , il est nécessaire de connaître
la résistance au cisaillement.
Plusieurs types d’appareils sont habituellement utilises pour le s essais
de cisaillement, mais deux appareils de laboratoire ont été spécialement
mis au point tant pour les recherches que pour les essais courants,
l’appareil a cisaillement rectiligne ou boite de casagrande, et l’appareil a
compression triaxiale.
PRICIPE DE L’APPAREIL ;
La boite de casagrande ou boite de cisaillement est destinée aux essais
de cisaillement rectiligne, dans lesquels on cherche a obtenir la rupture
de l’échantillon suivant un plan impose, l’idée première d’une boite de
cisaillement appartient au français ALEXANDRE COLLIN (1846), mais
le professeur américain A.CASAGRANDE qui l’a mise au point et lui a
donne la diffusion qu’on lui connaît actuellement.
L’échantillons a généralement la forme d’une plaquette carrée, il est
place entre deux demi boite mobiles l’une par rapport à l’autre et sans
contact (elles sont séparées par l’échantillon) on applique par
l’intermédiaire de la demi –boite supérieure un effort de compression N
et un effort horizontale de traction T
Le matériau se rompt alors pour une certaine valeur de T, suivant le plan
de séparation des demis boite
La connaissance de N et T permet la détermination d’un point de la
courbe intrinsèque en effet si A est la surface de la boite les
composantes de la contrainte critique sont  = N/A  = T/A
La boîte de Casagrande est constituée de deux demi-coquilles sur
lesquelles on exerce perpendiculairement au plan de jonction des deux
demi-coquilles, une pression. L'échantillon, comprimé subit une
compaction, c'est à dire qu'il perd une certaine proportion d'eau. L'une
des deux coquilles étant fixe, on exerce alors une pression latérale,
tendant à faire glisser l'autre parallèlement à leur séparation. En
augmentant progressivement cette contrainte, on constate que la
résistance de l'échantillon croît, passe par un maximum, puis décroît
jusqu'au moment où se produit la rupture. L'expérience est renouvelée
plusieurs fois avec des valeurs diverses de pression perpendiculaire. On
détermine alors la courbe intrinsèque caractéristique de l'échantillon.
Ces deux paramètres entrent dans une équation de droite dite de
Coulomb dont la pente est tg j , où j est l'angle de frottement interne de
l'échantillon et l'ordonnée à l'origine c, la cohésion.

L'usage de cet essai est notamment approprié pour l'étude des


glissements de terrain

L’essai de cisaillement non consolide, non draine nous informe sur le


comportement d’un sol à court terme, les contraintes qu’on obtient sont
des contraintes totales, la vitesse est donc rapide, cet essai est le plus
couramment utilisé pour les études de déformation.

Essai de cisaillement

1- matériels utilisés :
*Boite de casagrande
*le bâti de consolidation
*échantillon : sable
*pièces de masses différentes
Fin de l’essai :
- en lever les poids du plateau de charge
- débloquer l’anneau dynamométrique
- En lever la boite du chariot de la machine
- Sortir l’éprouvette de la boite
- Mesurer le poids spécifique final
- Examiner les plans de rupture
- Faire une mesure de teneur en eau dans le plan de rupture
- Nettoyer les boite

Exploitation des resultats:


a) courbe contrainte-déformation :
Tracer pour chaque contrainte normale et sur un même graphique, la
courbe des points.
- ayant pour abscisses les temps (ces abscisses sont
proportionnelles aux déformations de l’échantillon)
- ayant pour ordonnée les indications du comparateur de l’anneau
(ces ordonnées sont approximativement proportionnelles aux
différentes forces de cisaillement f)

b) courbe intrinsèque :
- Porter sur un graphique.
- En ordonné les valeurs de τmax
- Abscisse les valeurs de σ
Déterminer les valeurs de C et φ correspondantes.
c) densité et teneur en eau :
Noter sur la feuille d’essai les poids spécifiques secs et les teneurs
en eau des échantillons.

C 

 = C +  tg 

max

Contrainte de
Cisaillement


Déformation
Interprétation et conclusion :

On a les caractéristiques du sol suivant :

*La cohésion : C
*L’angle du frottement interne 
1) On Constate que la droit 00 ne passe pas par l’origine,or un
sable ne doit pas présenter de cohésion, c'est-à-dire que C doit
être égale zéro ; ce n’est pas le cas, donc on peut déduire que
le sable renferme une quantité ou un certain pourcentage
d’argile,

2) on constate que le maximum de la contrainte correspond à la


plus grande déformation.
3) l’application brutale des contraintes conduit à une rupture
instantanée, la résistance au cisaillement du milieu est
essentiellement due frottement des grains les uns sur les
autres, elle dépend aussi :

*de la nature et de la forme des grains


*de leur disposition par rapport aux directions principales du
champ des contraintes
*de l’indice des vides du sol
*vitesse d’application des contraintes