Vous êtes sur la page 1sur 10

Introduction :

Un échangeur de chaleur est un système qui permet de transférer un flux de chaleur


d’un fluide chaud à un fluide froid, à travers une paroi sans contact direct. La plupart
du temps, on utilise cette méthode pour refroidir ou réchauffer un liquide ou
un gaz qu'il est impossible ou difficile de refroidir ou chauffer directement, le Mode
de transfert du dispositif :
- À co-courant : les deux fluides sont disposés parallèlement et vont dans le même
sens.
- À contre courant : les deux fluides sont disposés dans des sens opposés.

Définition :
L’appareil est constitué d’un faisceau de tubes, disposés à l’intérieur d’une enveloppe
dénommée calandre. L'un des fluides circule à l'intérieur des tubes et l'autre à
l'intérieur de la calandre, autour des tubes. On ajoute en général des chicanes dans la
calandre, qui jouent le rôle de promoteurs de turbulence et améliorent le transfert à
l'extérieur des tubes. Six(6) thermomètres ( Tfe, Tfs, Tce , Tcs , Tme , Tme )sont
disposés le long de chacun des deux circuits pour permettre de mesurer la température
des deux courants ( à l’entrée, à la milieux- et à la sortie ) et deux débitmètre (qc, qf )
pour mesure le débit des fluide chaud et froid

But du tp :
Ce tp a pour but de montrer et faire comprendre des concepts importants comme :
-profiles de température
-Ecoulements en co-courant et en contre courant
-rendement de l’échangeur
-coefficient global du transfert de chaleur
-moyenne logarithmique
Modes de transfert :
Il existe plusieurs types d'échangeurs de chaleur :

 À co-courant (ou échangeur anti-méthodique) : les deux fluides sont disposés


parallèlement et vont dans le même sens. Dans un échangeur anti-méthodique la
température de sortie du fluide froid est nécessairement moins élevée que la
température de sortie du fluide chaud.
 À contre-courant (on dit aussi : échangeur méthodique) : idem, mais les
courants vont dans des sens opposés. Dans un échangeur méthodique, le
coefficient d'échange est sensiblement supérieur à celui d'un échangeur anti-
méthodique et la température de sortie du fluide froid peut être plus élevée que la
température de sortie du fluide chaud.
Partie expérimentale :
A. On maintient la température de l’eau chaude à Tc=40°c, après on fixe les débits
des courants chaud et froid respectivement à QC=2 L /min et Qf=3 L /min. On relève
les températures des deux fluides à l’entrée, au milieu et à la sortie
B. On fait varier la température du courant chaud de 30 à 45°c tout en maintenant les
débits des deux courants chaud et froid constant Qc=3 L /min et Qf= 4 L /min et on
relève les 6 températures
C. On fait varier le débit du fluide chaud de Qc=(1-1,5-2-2,5) L/min tout en
maintenant sa température à T=52°c et le début du fluide froid à Qf=5 L/min; et on
relève les 6 températures pour chaque valeur de Qc Résultats et réponses aux
questions :

La puissance émise par le fluide chaud (pe) :


pe= Cpc . Qc . ρc. (Tce – Tcs)
Cp: chaleur spécifique de l’eau= 4185 j/kg.c°
Qc: débit massique de l’eau chaude=Qv×ρ
Avec ρ=1000 kg/m3

Tce: température de l’eau chaude à l’entrée


Tcs : température de l’eau chaude à la sortie La puissance absorbée par le fluide
froid :
pa= Cpf . Qf . ρf. (Tfs – Tfe)
Cp: chaleur spécifique de l’eau
Qf: débit massique de l’eau froide
Tfe: température de l’eau froide à l’entrée
Tfs : température de l’eau froide à la sortie
La puissance dissipée (Pp) :
Pp= Pe – Pa
Le rendement ( ɽ ) :
ɽf = Tfs - Tfe / Tce-Tfe
ɽc = Tce - Tcs / Tce-Tfe
Le rendement(ɽmoy) :
ɽmoy =( ɽf + ɽc)/ 2

La moyenne logarithmique des températures(ΔTm) :


ΔTm=( ΔT1- ΔT2)/log(ΔT1/ ΔT2)
Avec :
ΔT1 = Tce - Tfe
ΔT2 = Tcs - Tfs
Le coefficient global de transfert de chaleur :

U=Pa/ ΔTm*surface
surface =0.067 m
1. Ecoulement contre -courant :
tableau01 :
Tc Tcs Tfs
Qc
Qf e Tcm (°c Tfe Tfm (°c Pe Pa Pp ŋf ŋc ŋ ΔTm U
( L/mn¿
(l/mn¿ (°c) (°c) ) (°c) °(c) ) (w) (w) (w) (moy) (c°) (w/m 2 ° c )
12
2
3 37 36 34 12 26 32 418,5 3348 -2930 80% % 46% 9,10628307 455042,3243
16
2 4 37 36 33 11,5 23 30 558 3418 -2860 73% % 44% 10,5136936 536316,0659
19
2 5 43 39 38 10 32 36 697,5 3348 -2651 65% % 42% 11,7533788 587318,0922

T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
40 40

35 35

30 30

25 25

20 20
perature

T°C
tem

15 15

10 10

5 5

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5
T(°C)=f(L(m))
50

45

40

35

30

25
T°C

20

15

10

0
0 0.75 1.5

Tableau 02 :
a- On trace le graphe a partir de tableau 02 :

T(eau Qc Qf Tce Tcm Tcs Tfe Tfm Tfs Pe Pa Pp ŋf ŋc ŋ ΔTm U


chaud (( (( (°c) (°c) (°c) (°c) °(c) (°c) (w) (w) (w) (mo (c°) (w/m 2 ° c )
) l/ mn¿ l/ mn¿ y)

40 3 4 38 37 35 12 24 32 418. 3487.5 -3069 77% 12% 44 10,6506 554392,3244


5 %
45 3 4 43 42 39 12 27 35 558 4185 -3627 74% 13% 44 13,1855 823606,2077
%
48 3 4 46 45 42 12 28 38 558 4603.5 4045.5 76% 12% 44 14,0182 963179,8735
%
52 3 4 50 48.5 45 12.5 30 41.5 697. 5022 4324.5 77% 13% 45 14,3364 1074591,538
5 %

T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
40 50

35 45

40
30
35
25 30

20 25
T(°C)
T(°C)

15 20

15
10
10
5
5

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5
T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
50 60
45
50
40
35
40
30
25 30

T(°C)
T(°C)

20
20
15
10
10
5
0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5

b-Le rendement thermique indique les pertes inhérentes a l’imperfection de


l’échangeur lors de la transmission de chaleur.

Dans la pratique, les pertes en question sont souvent négligeables par rapport à la
puissance transmise, c'est pourquoi on considère généralement que le rendement d'un
échangeur est de 100% et que l'entièreté de l'énergie cédée par le fluide chaud est
emportée par le fluide froid.

tableau03 :

a-on tracer le graphe a partir de tableau suivant :

Qc Tc
(( Qf Tce m Tcs Tfe
Tfm Tfs Pe Pa Pp ŋf ŋc ŋ ΔTm U
l/ mn¿ ((l/ mn¿ (°c) (°c) (°c) (°c)
°(c) (°c) (w) (w) (w) (moy) (c°) (w/m 2 ° c )
1604,2 53
1
5 51 46 39,5 12,5 21 33 5 4673,25 -3069 % 30% 42% 17,989089 1254738,955
60
1,5 5 51,5 47 41,5 13 25 36 1395 4743 -3348 % 26% 43% 16,9586453 1200520,219
- 58
2 5 51 48 43 13 28 35 1116 4882,5 3766,5 % 21% 39% 19,2536685 1403075,173
68
2,5 5 51 48 44 13 28 39 976,5 4882,5 -3906 % 18% 43% 16,2709999 1185718,764
T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
60 60

50 50

40 40

30 30

T(°C)
T(°C)

20 20

10 10

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5

T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
60 60

50 50

40 40

30 30
T(°C)
T(°C)

20 20

10 10

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5

b- comparaison avec les résultats présidentes : on voir que il y a une grande augmentation
dans les températures de fluid froid et une grande diminution de T° de fluide chaud temps
que en augmente le débits chaud. Donc on peut dire qu’il y a une relation de corrélation
directe avec la température et le débit.
La condition du travail de cette échangeur : Le fluide chaud se refroidit au contact
du fluide froid et le fluide froid se réchauffe au contact du fluide chaud jusqu'a ce que
l’équilibre thermique entre les deux milieux soit obtenu " c’est le principe zéro de la
thermodynamique sur lequel le mode opératoire des échangeurs de chaleur est
principalement basé.
c- conclusion : à contre-courants ou à courants opposés : les deux fluides circulent en
sens contraire et l'écart de T° reste important tout le long de la surface d'échange. Ce
mode circulation donne des échangeurs qui, à même surface d'échange que ceux à co-
courants, sont plus efficaces que ces derniers.
2. Ecoulement co-courant :
Tableau01 :

Qc Qf Tc Tcm Tcs Tfe Tf Tfs Pe Pa Pp ŋf ŋc ŋ ΔTm U


(( e (( (°c (°c m (°c (moy
l/mn¿l/mn¿(°c) (°c) ) ) °(c) ) (w) (w) (w) ) (c°) (w/m 2 ° c )
2 3 43 39 38 10 23 32 697,5 4045,5 -3348 67% 15% 41% 15,8381172 956314,9692
2 3 39 36 35 10 23 30 558 3627 -3069 69% 14% 41% 13,6529806 739094,9335

T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
50 45

45 40
40 35
35
30
30
25
T(°C)

T(°C)
25
20
20
15
15
10 10

5 5

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5

Tableau 02 : a- On tracer le graphe


eau Qc Qf
chaud ( ((

l/ mn¿
l/ mn¿
¿ Tce Tcm Tcs Tfe Tfm Tfs Pe Pa Pp ŋf ŋc ŋ ΔTm U
(°c) (°c) (°c) (°c) °(c) (°c) (w) (w) (w) (moy) (c°) (w/m 2 ° c )
40 3 4 38 35 35 10 24 30 418,5 3487,5 -3069 71% 11% 41% 13,3506 694929,5941
45 3 4 44 41 40 10,5 27 34 558 4254,75 -3696,75 70% 12% 41% 15,9903 1015447,645
48 3 4 47 45 43 11 29 37 558 4743 -4185 72% 11% 42% 16,7433 1185277,031
52 3 4 51 48 46 11 31 39 697,5 5161,5 -4464 70% 13% 41% 18,9332 1458563,462
T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
40 50
45
35
40
30
35
25 30

20 25
T(°C)

T(°C)

20
15
15
10
10
5 5
0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5
T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
50 60
45
50
40
35
40
30
T(°C)

25

T(°C)
30
20
20
15

10
10
5

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5

Tableau 03 :

a- On tracer le graphe a partir de tableau :

Qc Qf
(( (( Tce Tcm Tcs Tfe Tfm Tfs Pe Pa Pp ŋf ŋc ŋ ΔTm U
l/mn¿
l/mn¿ ¿ (°c) (°c) (°c) °(c) (°c) (w)
(°c) (w) (w) (moy) (c°) (w/m 2 ° c )
1 5 51 44 41 11 24 30 1395 4603,5 -3208,5 48% 25% 36% 22,4634821 1543442,383
1,5 5 51 45 42 11 26 33 1255,5 4743 -3487,5 55% 23% 39% 20,7822872 1471199,821
2 5 50 46 44 11 27 35 837 4882,5 -4045,5 62% 15% 38% 20,4591432 1490921,887
2,5 5 50 46 45 11 28 36 697,5 4882,5 -4185 64% 13% 38% 20,4591432 1490921,887

T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
60 60

50 50

40 40
T(°C)

30
T(°C)

30

20 20

10 10

0 0
0 0.75 1.5 0 0.75 1.5
T(°C)=f(L(m)) T(°C)=f(L(m))
60
60

50 50

40
40

30
T(°C)

30

T(°C)
20

20
10

0 10
0 0.75 1.5

0
0 0.75 1.5

b- On comparer le résultat président : on dit que on voir une faible augmentation de T°


dans la partie du fluide froid et une faible diminution de T° dans la partie du fluide
chaud temps que on augmente le débits chaud .
c- conclusion : à co-courants ou courants parallèles : dans ce cas les deux fluides
parcourent la surface d'échange dans le même sens et l'écart de t° entre ceux-ci
chute tout le long de la surface.

Finalement on dit que :  il est facile de comprendre que grâce à l'inversion du sens de
circulation d'un des deux fluides, l'échangeur à contre-courant transfère plus de
chaleur que celui à co-courant.

Conclusion générale :
Un échangeur de chaleur est un dispositif permettant de transférer de l’énergie
thermique d’un fluide vers un autre, sans les mélanger. Le flux thermique traverse la
surface d’échange qui sépare les fluides, une paroi qui est le plus souvent métallique
ce qui favorise les échanges de chaleur. 
La plupart du temps, on utilise cette méthode pour refroidir ou réchauffer un liquide
ou un gaz qu’il est impossible ou difficile de refroidir ou chauffer directement, par
exemple l’eau d’un circuit primaire de refroidissement, d’une centrale nucléaire.
L’échangeur de chaleur le plus commun est celui a plaques. De nouveaux échangeurs
a fils fins permettent des échanges eau /air a très faibles écarts de température en
chauffage ou refroidissement.
on le voit, le principe général est simple mais il donne lieu a un grand nombre de
réalisations différentes par la configuration géométrique, la quantité de chaleur
transférée dépend de la surface d’échange entre les deux fluides mais aussi de
nombreux autres paramètres : comme les températures d’entrée et des caractéristiques
thermiques des fluides (chaleurs spécifiques, conductivité thermique) des fluides ainsi
que des coefficients d’échange par convection.
ce dernier paramètre dépend fortement de la configuration des écoulements et une
étude précise doit faire appel a la mécanique des fluides.