Vous êtes sur la page 1sur 111

Réseau

 Téléphonique  
Plan  
•  Architecture  du  système  téléphonique  
•  Signalisa:on  dans  les  réseaux  téléphoniques  
•  la  boucle  locale  
•  Systèmes  de  commuta:on  
–  Hiérarchie  des  commutateurs    
–  la  commuta:on  spa:ale  
–  La  commuta:on  spa:ale  mul:-­‐étages  
–  La  commuta:on  temporelle  
Historique  marocain  

•  1883  :  le  téléphone  se  développe  à  Tanger  


•  1908  :  Tanger  communique  télégraphiquement  avec  l’Europe  à  l’aide  de  trois  
câbles  :France,  Espagne,  et  Angleterre  
•  1927  :  Premier  central  automa:que  à  Rabat  
•  1932  :  Premier  central  R6  à  Casablanca  
•  1994  :  le  GSM  est  au  Maroc  
•  1995  :  le  RNIS  est  au  Maroc  
•  1996  :  Le  Maroc  est  connecté  à  Internet  
•  2003  :  ADSL  est  installée  au  Maroc  (ATM)  
•  2005  :  la  technologie  MPLS  est  adopté  au  Maroc  
Architecture  primaire  du  Réseau  Téléphonique  

•  Lors  de  l'inven:on  du  téléphone,  les  liaisons  téléphoniques  s'installaient  


par  paires.    
•  Lorsqu'un  individu  A  voulait  communiquer  avec  un  individu  B,  il  fallait  
installer  un  câble  entre  les  domiciles  de  A  et  de  B.    
•  Ce  câble  ne  servait  qu'à  la  liaison  entre  A  et  B.    
•  Si  C  voulait  téléphoner  à  A  et  à  B,  il  devait  à  son  tour  installer  deux  lignes  :  
une  vers  A  et  une  vers  B.    
•  Si  un  individu  voulait  parler  avec  n  autres,  il  devait  installer  n  fils.    
•  Les  villes  se  couvrirent  donc  de  fils  de  cuivre,  qui  passaient  dans  les  arbres,  
au  dessus  des  maisons  et  des  rues  dans  un  embrouillamini  
invraisemblable,  d'autant  plus  que  le  nombre  de  fils  téléphoniques  
augmentait  sans  cesse.  
Architecture primaire du Réseau Téléphonique
L’arrivée  du  central  téléphonique  

•  Graham  Bell,  inventeur  du  téléphone,  conscient  du  problème,  créa  Bell  
Telephone  Company  pour  répondre  au  nombre  croissant  de  demandes  
d'abonnements  au  service  téléphonique.    
•  C'est  ainsi  que  le  premier  central  téléphonique  vit  le  jour,  en  1878  ,  à  New  
Haven.    
•  La  société  Bell  se  chargeait  d'amener  un  fil  électrique  chez  l'abonné,  relié  
au  central.  
•  Pour  téléphoner,  l'abonné  devait  ac:onner  une  manivelle,  ce  qui  
ac:onnait  une  sonnece  au  central.    
•  Un  employé  répondait,  à  qui  on  donnait  le  nom  du  correspondant  à  qui  on  
désirait  parler.    
•  L'employé  se  chargeait  ensuite  de  faire  la  connexion  (la  commuta)on)  
manuellement  (via  des  câbles)  depuis  le  central.  
Architecture  primaire  du  Réseau  Téléphonique  

•  Ce  type  de  centraux  desservait  21  abonnés  :  


topologie  étoile  
Desserte  inter-­‐villes  
•  De  plus  en  plus  de  villes  sont  équipées  de  central  téléphonique  
•  Le  besoin  des  clients  d’appeler  d’autres  correspondants  situés  sur  d’autres  villes  
–  Interconnecter  tous  les  centraux  entre  eux  !!!  
–  L’interconnexion  totale  de  tous  les  centraux  est  devenue  ingérable  !!!  
•  Appari:on  d’un  second  niveau  de  commutateurs  :  
–  afin  de  disposer  d'une  structure  centrale  évitant  l'interconnexion  totale  
–  Connecter  les  centraux  entre  eux    
Réseau  d’opératrices  ….  
Commuta:on  par  opératrice  

•  Chaque  ligne  d’abonné  est  dotée  de  voyants    


–  Libre  
–  Désire  parler  à  quelqu’un  
–  En  communica:on  
•  Trop  coûteuse  
•  Automa:sa:on  du  réseau  :  Ordinateurs  
gérant  les  appels  des  clients  
La  commuta:on  automa:que  

•  La  commuta:on  automa:que  des  appels,  qui  a  mis  au  chômage  les  


standardistes,  fut  inventée  par  ...  un  entrepreneur  de  pompes  funèbres  :  
Mr  Strowger.    
•  Contourner  la  concurrence  
–  Strowger  fut  mis  devant  le  choix,  pour  survivre,  soit  de    
•   changer  de  ville,    
•   inventer  la  commuta:on  automa:que.  
Le  RTC  est  enfin  mature  
•  La  structure  de  base  du  réseau  téléphonique  était  donc  en  place  dès  1890  :  
–  Les  centraux  téléphoniques  
–  Les  câbles  entre  les  abonnés  et  les  centraux  (paires  de  fils  torsadés  et  isolés)  
–  Les  câbles  de  longue  distance  reliant  les  centraux.  
•  Cece  structure,  mis  à  part  le  fait  que  les  commutateurs  sont  devenus  
automa:ques  et  les  fils  plus  performants,  n'a  pas  été  remise  en  cause,  et  
modifiée,  depuis.  
Composantes  RTC  

•  Architecture  des  réseaux  


–  Réseaux  d’accès  
•   Boucle  locale  
–  Réseaux  de  commuta:on  
–  Réseaux  de  transmission  (transport)  
–  Le  réseau  de  signalisa:on  
–  La  ges:on  de  réseau  
–  Le  réseau  intélligent  
Les composantes RTC
Gestion
Réseau
SCP Intélligent

C3
C2

Signalisation C1
C4
Commutation
Com

Transmission

BL

BL
Plans  techniques  fondamentaux  

•  L’ensemble  des  règles  d’ingénierie  nécessaires  


pour  le  fonc:onnement  correct  du  RTC  
–  Plan  de  numérotage  
–  Plan  de  transmission    
–  Plan  de  taxa:on    
–  Plan  de  synchronisa:on  
–  Plan  d’acheminement  
 
Plan  de  numérotage  

•  But  :  établir  une  rela:on  réciproque  entre  un  


abonné  et  un  numéro  de  téléphone    
–  Iden:fica:on  des  abonnés  
•  Il  est  nécessaire  de  se  référer  à  un  plan  de  
numérotage  na:onal  en  vu  de  pouvoir  réaliser  
l’interconnexion  automa:que  entre  tous  les  
abonnés  du  territoire  couvert  par  l’opérateur  
–  Faciliter  les  taches  des  autocommutateurs  dans  
leurs  fonc:ons  d’acheminement  et  de  taxa:on  
Plan  de  numérotage  
•  Les  normes  en  vigueur  (CCITT)  :    
–  Un  plan  mondial,  définit  par  le  CCITT  (UIT-­‐T),  divise  le  monde  en  9  zones  (  1  =Amérique  du  nord,  2  =  
Afrique,  3  =  Europe  du  sud,  4  =  Europe  du  nord  ...).    
–  Un  abonné  sera  iden:fié  par  3  chiffres  définissant  sa  zone  interna:onale  +  8  chiffres.  
•  Maroc  :  212    +  8  chiffres,  
•  France  :  33x  +  8  chiffres,  (330..339  prévus)  
•  Malte  :  356  +  8  chiffres.  
–  Le  n°  d’un  abonné  est  AB.PQ.MC.DU  avec    
•  AB  =  zone  géographique  (département),  
•  PQ  =  commutateur  de  racachement,  MCDU=n°  d’abonné.  
•  Ex  :  00I1I2I3BPQMCDU  
•  À  l’échelle  d’un  opérateur,  possibilité  d’u:liser  :  
–  Un  plan  ouvert  
•   Le  numéro  d’abonné  a  une  longueur  variable  
–  Plan  fermé  
•   Le  numéro  d’abonné  a  une  longueur  fixe  
•  Au  Maroc  l’ANRT  est  responsable  de  la  ges:on  du  plan  de  numérotage  na:onal    
Plan  de  transmission  

•  But  :  fixer  la  répar::on  des  équivalents  entre  les  


divers  éléments  d’une  liaison  téléphonique  de  
sorte  :  
–  Assurer  un  minimum  de  qualité  pour  les  conversa:ons    
•   Fixer  les  règles  de  raccordements    
•   Fixer  les  règles  d’acheminement    
•   fixer  les  valeurs  d’affaiblissement  maximales  pour  une  rela:on  
téléphonique  :  compromis  technico-­‐commercial  
•  Le  confort  d’écoute  dépend  de  :  
–  l’affaiblissement  
–  La  distorsion  d’affaiblissement  :  différence  entre  valeur  
max  et  min  entre  300  et  3400  Hz  
Plan  de  transmission  

•  Les  éléments  intervenant  :  


–  Les  postes  téléphoniques    
–  La  boucle  locale  
–  Les  circuits  locaux  et  interna:onaux  
–  Les  commutateurs  
•  Le  plan  de  transmission  doit  viser    
–  Réduire  au  minimum  les  interrup:ons  techniques  
–  Contenir  toutes  les  indica:ons  sur  la  répar::on  des  
dégrada:ons  entre  les  points  nodaux  en  précisant  
clairement  les  cas  les  plus  défavorables  
–  Permecre  la  modernisa:on  et  l’extension  du  réseau  
en  intégrant  de  nouveaux  systèmes  de  transmission  
Plan  de  transmission  

•  Le  CCITT  a  normalisé    
–  les  valeurs  d’affaiblissement  et  de  distorsion  
d’affaiblissement  sur  chaque  tronçon  du  réseau  
interna:onal    
•   97%  des  communica:ons  interna:onales  doivent  avoir  36dB  max  
•   Pour  3%  restants  on  tolère  jusqu’à  40dB  
•  L’équivalent  na:onal  pour  chaque  pays  se  décompose    :  
–  21  dB  pour  le  système  na:onal  à  l’émission  
–  12  dB  pour  le  système  na:onal  à  la  récep:on  
–  Le  nombre  max  de  tronçons  du  réseau  interna:onal  
•  Une  communica:on  interna:onale  ne  doit  jamais  comporter  plus  de  
14  tronçons  dont  6  dans  le  réseau  interna:onal  (avec  un  équivalent  
chacun  ne  dépassant  pas  6dB  CI  vers  CI)  
Plan  de  transmission  

•  L’équivalent  disponible  pour  le  système  


interna:onal  est  de  :  
–  36  –  (21  +  12)  =  3  dB            ou  6  x  0,5  =  3  dB  

Ab CL CAA CT CI CTI CTI CT CAA CL Ab


21 dB 12 dB
3 dB
Système national à l’émission Système national à la réception
Système
international
Plan  de  taxa:on    

•  Les  dépenses  OPEX  et  CAPEX  


•  Inves:ssement    
•  Exploita:on    
•  Entre:en    

–  Impose  aux  u:lisateurs  de    


•  par:ciper  pour  l’amor:ssement  et  l’améliora:on  de  la  QoS    
•  Promouvoir  de  nouvelles  installa:ons    
–  Nécessité  de  taxa:on  des  communica:ons    
Plan  de  taxa:on  
•  La  taxa:on  repose  sur  des  équipements  de  comptage,  les  uns  mémorisant  les  
informa:ons,  les  autres  élaborent  la  tarifica:on    
•  Les  commutateurs  sont  :  
–  dotés  d’éléments  appelés  :  taxeur    
–  ou  intégrant  la  fonc:on  au  niveau  du  processus  de  traitement  d’appels  
•  Procède  à  la  détermina:on  du  mode  de  taxa:on  selon    
–  Le  numéro  appelé  
–  Le  numéro  appelant  
–  Mémorise  l’heure  de  début  et  de  fin    de  la  com  
–  Calcul  de  le  nombre  d’unités  Telecom  
–  Met  à  jour  le  compteur  d’abonné  
•  Les  paramètres  de  taxa:on    
–  La  distance  entre  les  abonnés    
–  La  durée  de  la  conversa:on    
–  L’heure  et  ke  jour  d’établissement  de  la  communica:on  
Plan  de  synchronisa:on    

•  Permecre  à  tous  les  équipements  du  réseau  d’être  synchronisé  sur  la  
même  référence  temporelle  
•  Chaque  équipement  du  réseau  est  dotée  d’une  unité  de  Synchronisa:on  
du  Réseau  Numérique  (USRN)  
–  Le  raccorder  à  la  couche  de  synchronisa:on    
–  Assurer  la  connexion  vers  l’horloge  de  référence  
•  Pour  le  réseau  de  France  Telecom,  la  synchronisa:on  du  réseau  
(commutateurs)  à  démarré  en  1986  et  s’est  achevée  en  1988.    
–  Elle  u:lise  comme  référence,  7  horloges  atomiques  d’une  précision  de  10-­‐12  
(4  à  Paris  et  3  à  Lyon).    
–  Les  USRN  sont  maillées  :  chaque  CTP  reçoit  3  trains  de  fréquence  (Paris,  Lyon,  
un  autre  CTP),  de  même  chaque  CTS  reçoit  de  2  CTP  et  d’un  autre  CTS...  
Plan  de  synchronisa:on  
Horloge de référence au césium

USRN : Unité de Synchronisation du Réseau Numérique

CTP : CT Primaire

USRN

CTS : centre de Transit Secondaire

USRN USRN

CAA : C à Autonomie d’acheminement CAA

PABX URA : Unité de raccordement URA


Organisa:on  du  RTC  

•  Il  est  conçu  pour  connecter  pendant  le  temps  nécessaire  les  installa:ons  
téléphoniques  d’abonnés  entre  elles  
•  Il  est  composé  d’un  ensemble    
–  de  postes  téléphoniques,    
–  de  lignes  téléphoniques  
–  des  équipements  de  commuta:on  et  de  transmission  
•  Le  réseau  de  téléphone  permet  de  dis>nguer  deux  sous-­‐ensembles  du  
réseau  :  
–  Le  réseau  local,  ou  réseau  de  distribu)on    :    
•  il  dessert  les  abonnés  grâce  à  une  structure  étoilée  autour  d'un  
centre  de  commuta:on  local.  
–  Le  réseau  backbone,  ou  réseau  de  coeur  :  
•   Il  possède  une  architecture  à  deux  niveaux,  l'une  étoilée,  l'autre  
maillée.  
Le  poste  téléphonique  
•  Assure  un  nombre  surprenant  de  fonc:ons  :  
–  Il  est  hors  de  fonc:on  quand  le  combiné  est  raccroché,  
néanmoins,  une  sonnerie  est  branchée  en  permanence  sur  la  
ligne  permecant  d'aver:r  l'abonné  chaque  fois  qu'un  appel  lui  
est  adressé.  
–  Une  fois  le  combiné  décroché,  il  indique  que  le  poste  est  prêt  à  
être  u:lisé  en  recevant  une  tonalité  con:nue.  
–  Au  cas  où  le  combiné  à  été  décroché  pour  répondre  à  un  
appel,  il  n'y  aurait  pas  de  tonalité  mais  le  poste  est  
directement  relié  à  l'abonné  demandeur.  
Le  poste  téléphonique  

•  Il  reçoit  et  génère  la  signalisa:on  d'abonné  comme  la  


sonnerie,  les  différentes  tonalités,  les  signaux  de  
numérota:on,  le  décrochage  et  le  raccrochage.  
•  Il  permet  de  transformer  le  signal  acous:que  (parole)  
en  signal  électrique  qui  sera  transmis  sur  la  ligne.    
•  Il  transforme  aussi  le  signal  électrique  reçu  en  signal  
acous:que.  
•  Il  indique  au  centre  de  racachement  la  fin  de  la  
communica:on  quand  l'abonné  raccroche,  lequel  
centre  de  racachement  aver:ra  l'autre  abonné  en  lui  
envoyant  la  tonalité  de  fin  de  communica:on.  
Catégories  de  postes    

•  Postes  à  cadran  (les  plus  anciens)  


•  Postes  à  clavier  (les  plus  récents)  
La  boucle  Locale  

•  Le  terme  de  boucle  locale  est  u:lisé  pour  désigner  la  par:e  ‘capillaire  en  
fils  de  cuivre’  du  réseau  téléphonique.  
•  Le  raccordement  d'un  usager  consiste  en  une  boucle  de  
courant  cons:tué  par  les  deux  fils  de  cuivre  d'une  paire  d'abonné,  
l'impédance  du  poste  et  l'impédance  de  l'interface  ligne  coté  
commutateur.  
•  Le  poste  téléphonique  d'un  usager  est  télé-­‐alimenté  en  énergie  depuis  le  
commutateur  au  moyen  d'une  tension  d'entrée  de  48V.  
•  La  significa:on  du  terme  boucle  locale  s'est  progressivement  élargie  au  
fil  des  années  avec  l'appari:on  de  nouveaux  réseaux  et  nouveaux  
services.  
•  La  boucle  locale  est  un  terme  générique  employé  pour  raccorder  un  
usager  à  son  autocommutateur,  quelques  soit  la  technologie  u:lisée  
(op:que,  radio,  coaxiale,  …).  
Boucle  locale  
•  le  poste  téléphonique  de  l'abonné  est  relié  à  un  commutateur  d'entrée  dans  le  réseau  appelé  
commutateur  de  racachement  ou  commutateur  d'abonné.    
–  Il  se  situe  dans  un  bâ:ment  appelé  central  ou  centre  téléphonique  (le  terme  centre  sera  souvent  
confondu  avec  le  terme  commutateur).  
•  La  longueur  totale  de  fils  qui  sont  impliqués  dans  les  boucles  locales  est  gigantesque.  
•  Le  de  diamètre  des  fils  de  cuivre  u:lisés  est  0.4  à  0.6  mm  de  diamètre  (pour  
des  u:lisa:ons  très  par:culières  le  0,8  mm).  
•  Exemple  :  Considérons  un  opérateur  de  télécoms  qui  possède  5  millions  
d'abonnés.  Chaque  abonné  est  relié  au  CL  ou  au  CAA  (commutateur  à  
Autonomie  d'Acheminement)  par  une  boucle  locale  en  cuivre  à  paires  
torsadées.  Nous  considérerons  que  la  longueur  moyenne  du  câble  est  de  6  km.    
–  Quel  est  le  prix  cumulé  de  toutes  les  boucles  en  cuivre  ?  (Le  cuivre  fait  30  dhs/kg,  et  
les  fils  u)lisés  font  5  mm  de  diamètre).  Masse  volumique  du  cuivre  :  8940kg/m3.  
Liaison  d'abonné  
•  On  appelle  liaison  d'abonné  l’ensemble  des  moyens  nécessaires  pour  
assurer  une  transmission  dans  les  deux  sens  entre,  d’une  part,  un  commutateur  
d’abonné  et  une  installa:on  téléphonique  d’abonné.  
–  Paires  métalliques  :  téléphonie  ordinaire  
–  Radio-­‐éléctriques  :  GSM,  Wi-­‐Max  
–  Fibres  op:ques  :  FTTX  
•  Les  équipements  :  
–  Les  câbles  de  branchement  
–  Les  points  de  concentra3on  PC  
–  Les  câbles  de  distribu3ons  
–  Les  sous  répar3teurs  SR  
–  Les  câbles  de  transport  
–  Le  répar3teur  général  
Équipements  de  raccordement  d’abonnés  

Câble de distribution

Câble constructeur
Câble de branchement

Commutateur local
Câble de transport De rattachement
•  Répar:teurs  :  
–  Répar::on  :  géographique  et  numérique  
–  Protec:on  
–  Coupure    
Répartiteur général
Répartiteur

q  Constitue le point d'accès des lignes à l'autocommutateur : Point d’éclatement


des câbles de grande capacité en nombres de paires sur des têtes verticales
pour repérage, raccordement etc.
q  Les lignes sont amenées sur des barrettes verticales dites têtes de câble
verticales ou tous simplement "les verticales".
q  Les points d'arrivés des lignes sur l'autocommutateur sont raccordées sur des
réglettes horizontales.
q  La liaison entre Verticales et Horizontales se fait au moyen de jarretières.
Les  sous  répar:teurs  SR  

•  Les  sous  répar>teurs  SR  sont  des  "casiers"  


placés  sur  les  trocoirs.    
•  Ils  permecent  de  la  même  façon  qu'un  PC  de  
regrouper  les  câbles  de  distribu:on  vers  les  
câbles  de  transport  qui  sont  plus  volumineux.    
•  Un  SR  peut  connecter  jusqu'à  1500  paires.  
Les  points  de  concentra:on  PC  

•  Ce  sont  des  pe:tes  boîtes  placées  sur  des  


poteaux  ou  dans  des  endroits  réservés  au  
sein  des  immeubles  desservis.    
•  Les  paires  téléphoniques  arrivent  au  PC  sur  
des  régleces,  des  connexions  amovibles  
les  relient  à  d'autres  régleces  sur  
lesquelles  sont  branchés  les  câbles  de  
distribu:on.    
•  Le  PC  n'est  rien  d'autre  qu'un  mini  
répar:teur  de  pe:te  capacité  d'une  à  
quelques  dizaines  de  paires.  
Les  câbles    
•  Les  câbles  de  transport  :    
–  sont  similaires  aux  câbles  de  distribu:on  avec  des  capacités  plus  élevée,  112  à  
2688  paires.    
–  Ces  câbles  sont  posés  dans  des  conduites  souterraines.  
•  Les  câbles  de  distribu>ons  :  
–  Relient  les  points  de  concentra:on  au  sous  Répar:teurs.  
–  Chaque  câble  con:ent  un  certain  nombre  de  paires  et  leurs  calibres  sont  
généralement  normalisés.    
–  On  trouve  des  câbles  de  14,  28,  56,  112,  244,  448  paires  de  calibres  0.4  ou  0.6  mm.    
–  Ces  câbles  peuvent  être  soit  aériens,  soit  posé  en  plein  terre  (moins  onéreux  mais  
vulnérables)  soit  en  canalisa:ons  souterraines  équipées  de  regards  de  visite  pour  
l'entre:ent.  
•  Les  câbles  de  branchement  :    
–  Ce  sont  des  lignes  bifilaires  individuelles  
Boucle  Locale  Cuivre  :  BLC  

Câbles
Multipaires

•  Caractéris:ques  physiques:  
–  Diamètres,  pas  de  la  torsade  et  d’assemblages,  fils  d’écran,  protec:on  etc.  
•  Caractéris:ques  électriques  :  
–  Résistance  de  boucle,  rigidité  électrique,  capacité  mutuelle  à  800Hz  etc.  
•  Performance  de  transmission  :  
–  Zc,  Acénua:on,  désadapta:on,  diaphonie  etc.    
Boucle  Locale  Cuivre  :  BLC  

2
3

branchement
Transport

Distribution branchement
Boucle Locale Cuivre
Phénomènes de réflexion dû :

Atténuation (dB) Dû aux


branchements

Fréquences (Hz)

q  À la mauvaise adaptation des émetteurs récepteurs sur la ligne


q  Aux changements des sections de câbles.
q  Aux Connexions
q  À la modification de la qualité du câble lors de la pose
Diaphonie
Commutateur   Utilisateurs

Tx
Paradiphonie (NEXT)
Rx Tx

Rx
Tx Rx
Télèdiaphonie (FEXT)
Rx

Dû principalement à l’effet capacitif des paires adjacentes :


NEXT très important
FEXT considéré comme négligeable
Le  réseau  backbone  

•  Composé  de  deux  sous  ensembles  :  


–  Couche  de  commuta:on  
–  Couche  de  transmission  
Centres de commutation

liens de transmission
Le  réseau  backbone  

•  Couche  de  commuta:on    


–  C’est  l’ensemble  des  organes  permecant  d’établir  à  la  demande  une  liaison  
temporaire  entre  une  voie  entrante  et  une  voie  sortante  
•  aiguiller  les  communica:ons  (commuta:on  de  circuits)  
•  concentrer  le  trafic  
•  taxer  l’abonné  
•  surveiller  la  communica:on  
•  Couche  Transmissions    
–  C’est  l’ensemble  des  organes  permecant  de  :  
•  relier  entre  eux  les  différents  commutateurs    
•  fournir  les  ressources  (systèmes  et  support)  pour  transporter  le  
trafic  entre  les  commutateurs  
Catégories  de  commutateurs  

•  Deux  catégories  de  commutateurs    


1.  Commutateurs  d’abonnés  
1.  Commutateur  principal  :  commutateur  administrant  
toutes  les  lignes  d’abonnés  
1.  Commutateur  local  :  CL    
2.  Commutateur  à  autonomie  d’acheminement  :  CAA  
2.  Commutateur  auxiliaire  :  concentrateur    
2.  Commutateurs  de  transit  
Hiérarchie  RTC  

•  Dans  la  commuta:on  de  circuits,  les  


commutateurs  sont  reliés  entre  eux  par  des  
circuits  et  aux  abonnés  par  des  lignes  d’abonnés.    
•  Les  commutateurs  sont  organisés  en  structure  
hiérarchique.    
•  Le  réseau  RTC  est  ainsi  divisé  en  plusieurs  sous-­‐
ensembles  suivant  un  découpage  en  différentes  
zones,  pour  faciliter      
•  L’exploita:on    
•  La  construc:on  
•  L’expansion  
•  La  ges:on  
Hiérarchie  RTC    

Zone  Locale  (ZL)    


•  Dans  la  zone  locale,  les  abonnés  sont  raccordés  à  un  
même  commutateur  local  (CL).    
•  Les  CL  établissent  les  connexions  entre  les  lignes  
d'abonnés  et  leur  CAA  (commutateur  à  autonomie  
d’acheminement  )  de  racachement.    
•  Quand  un  abonné  appelle  un  autre  relié  au  même  
CL  :    
–  la  mise  en  rela:on  est  réalisée  directement  par  le  CL    
–  la  mise  en  rela:on  restera  en  l’état  tant  que  l’un  des  
deux  usagers  n’aura  pas  raccroché  son  téléphone  
•  Les  CL  sont  aussi  dits  commutateurs  de  classe  5  
Commutateur  local  
1.  Commutateur  local  
–  Le  commutateur  local  comprend  les  unités  de  raccordement  des  abonnés  (URA)  qui  :  
•  Fournissent  l’énergie  pour  les  postes  (-­‐48v)  
•  Détectent  l’accrochage  et  le  décrochage  
•  Génèrent  la  sonnerie  et  les  tests  des  lignes  
•  Offrent  une  fonc:on  de  concentra:on  
–  Commutateur  qui  ne  peut  pas  ou  on  lui  interdit  la  faculté  :  
•  D’analyser  les  numéros  qu’il  reçoit    
•  Ou  qu’il  est  uniquement  capable  de  dis:nguer  les  appels  qui  sont  des:nés  aux  
abonnées  qu’il  dessert  
•  Si  le  CL  n’a  aucune  intelligence  et  son  rôle  se  limite  à  la  concentra:on,  on  l’appelle  
aussi  centre  auxiliaire  
•  Un  commutateur  local  gère  de  100  à  5000  abonnés  situés  à  moins  de  10  km.    
Hiérarchie  RTC  

Zone  à  Autonomie  d’Acheminement  (ZAA)    


•  Une  ZAA  est  une  zone  géographique  formée  par  un  ensemble  de  ZL  
appartenant  à  une  même  zone.    
•  Les  commutateurs  de  ZAA  sont  dits  CAA.    
–  Il  gèrent  la  commuta:on  de  circuits  et  l’acheminement  du  trafic  entre  différentes  
ZL  et  entre  différents  CAA  d’une  même  ZAA.    
•  La  ZAA  marque  la  zone  géographique  dans  laquelle  les  abonnés  peuvent  être  
interconnectés  au  niveau  des  commutateurs  d’abonnés  sans  u:liser  le  réseau  
na:onal  
–  la  mise  en  rela:on  est  réalisée  directement  par  le  CL    
–  la  mise  en  rela:on  restera  en  l’état  tant  que  l’un  des  deux  usagers  n’aura  pas  
raccroché  son  téléphone  
•  La  ZAA  est  un  réseau  étoilé.  
Hiérarchie  RTC  
Commutateur  à  autonomie  d’acheminement  
–  Commutateur  d’abonnés  capable    
•  Analyser  les  numéros  qu’il  reçoit  (ou  les  1er)  
•  Choisir  entre  plusieurs  faisceaux  de  circuits  sortant  
•  Acheminer  le  signal  d’appel  vers  sa  des:na:on  
•  Un  commutateur  à  autonomie  d’acheminement  (CAA)  autorise  jusqu’à  50  000  
connexions.    
•  Dans  les  grandes  aggloméra:ons,  les  CAA  peuvent  être  directement  reliés  entre  eux.  
•  La  tendance  est  au  regroupement  des  ZAA  pour  en  réduire  leur  nombre.    
–  L'objec:f  pour  cece  structure  est,  qu'à  l'avenir,  chaque  ZAA  possède  2  CAA.    
•  Les  CAA  sont  aussi  dits  commutateurs  de  classe  4  

CAA

Cx CL

Cx CL
Hiérarchie  RTC  
Zones  de  Transit  (ZT)    
•  Les  centres  de  transit  permecent  de  connecter  les  
commutateur  qui  n'ont  pas  de  liaison  entre  eux.    
–  permet  d'avoir  un  réseau  étoilé  plus  facile  à  gérer  et  
moins  onéreux  
•  Il  y  a  plusieurs  zones  de  transit  selon  que  l’on  se  
trouve  à  un  niveau  régional,  na:onal  ou  
interna:onal.    
–  Zones  de  Transit  Secondaire  (ZTS)    
–  Zone  de  Transit  Principale  (ZTP)    
–  Zone  de  Transit  Interna>onale  (ZTI)    
Hiérarchie  RTC  
Zones  de  Transit  (ZT)    
 

•  Zones  de  Transit  Secondaire  (ZTS)    


–  Une  ZTS  est  délimitée  par  un  (ou  plusieurs)  CTS  (Commutateur  de  Transit  Secondaire)  qui  
gèrent  un  ensemble  de  CAA  situés  dans  la  zone  considérée.  
–  Les  CTS  n’intègrent  aucune  intelligence  et  assurent  uniquement  le  brassage  des  circuits  
lorsqu'un  CAA  ne  peut  directement  aceindre  le  CAA  du  des:nataire.    
•  Zone  de  Transit  Principale  (ZTP)    
–  Une  ZTP  regroupe  plusieurs  ZTS  et  inclut  un  CTP  (Commutateur  de  Transit  Principal)  qui  
gèrent  les  CTS  de  la  zone.    
–  Cece  zone  assure  la  commuta:on  des  liaisons  longue  distance .    
•  Zone  de  Transit  Interna>onale  (ZTI)    
–  L’un  des  CTP  d’une  ZTP  est  relié  à  un  Commutateur  de  Transit  Interna:onal  (CTI)  permecant  
de  traiter  le  trafic  provenant  ou  à  des:na:on  de  l’interna:onal.    
•  Chaque  CAA  posséde  des  liaisons  permanentes  appelés  faisceaux,  lignes  interurbaines  
ou  artères  principales  vers  un  CT  
•  Les  CT  sont  aussi  dits  commutateurs  de  classe  3  (aussi  nommés  «  trunk  switches  »  ou  «  
tandem  switches  »)  
•  Remarque  :  un  centre  peut  assurer  simultanément  la  fonc>on  de  raIachement  d'abonnés  et  de  transit.  
Recap  :  Architecture  RTC  

•  Il  y  a  donc  4  niveaux  de  commuta:on  :  CTP,  


CTS,  CAA  et  CL  :    
–  Les  liaisons  entre  CTS  et  CTP  sont  des  artères  à  
haut  débit.    
–  De  nombreux  médias  de  transmission  sont  u:lisés  
dans  le  réseau  téléphonique  :    
•   de  la  paire  torsadée  qui  effectue  les  liaisons  locales,    
•   jusqu'aux  câbles  coaxiaux    
•   et  aux  fibres  op:ques  pour  les  liaisons  na:onales.  
Architecture RTC

(CTI)
Class 3 Switch

(CTP)
Class 3 Switch

(CTS)
Class 3 switch

(CAA)
Class 4 switch

(CL)
Class 5 Switch
Mise en relation complexe
•  2  abonnés  A  et  B  reliés  à  deux  CAAs  différents  
•  Si  A  et  B  sont  racachés  à  des  CAAs  connectés  aux  même  CTS  
–  L’établissement  de  la  mise  en  rela:on  sera  contrôlé  par  ce  CTS  
•  Sinon  
–  L’établissement  de  la  mise  en  rela:on  sera  contrôlé  par  un  CTP  (il  peut  y  avoir  
plusieurs  niveaux  de  centre  de  transit  pour  relier  entre  eux  les  CTSs  de  premier  
niveau  et  ce  en  fonc:on  de  la  densité  de  la  desserte  téléphonique  du  pays  
concerné)  
Plan  d’acheminement    

1.  Acheminement  pas  à  pas  


2.  Indépendance  de  l’amont  
3.  Règle  des  trois  choix  
1.  La  majorité  du  trafic  doit  être  écoulé  sur  un  faisceau  transversal  
2.  Choix  de  débordement  se  fait  sur  un  faisceau  hiérarchique  
3.  Après  débordement  sur  FH  non  disponible,  envoie  de  la  tonalité  d’occupa:on  
4.  Acheminement  au  plus  loin  :  u:lisa:on  du  minimum  d’infrastructure  
Le  service  Téléphonique  

•  La  fonc:on  de  base  du  service  téléphonique  est  de  


permecre  une  conversa:on  entre  deux  abonnés,  
quelle  que  soit  leur  localisa:on  dans  le  monde.    
•  Pour  cela  il  faut  :  
–  établir  une  communica:on  en  u:lisant  les  renseignements  
fournis  par  l'abonné  "appelant"  qui  compose  le  numéro  de  
téléphone  
–  maintenir  la  communica:on  pendant  toute  la  durée  de  la  
conversa:on  (avec  une  qualité  d'écoute  suffisante)  
–  Superviser  pour  des  raisons  de  taxa:on  et  pour  détecter  le  
"raccorchage"  d'un  des  abonnés  "appelant"  ou  "appelé".  
Le  ST  du  réseau  téléphonique  vu  d'un  abonné  

•  Vu  d'un  abonné,  le  ST  se  réduit  à  un  échange  


d'informa:ons  élémentaires  avec  un  "réseau"  
dont  il  ignore  la  complexité  et  dont  il  ne  
connaît  que  la  par:e  terminale  :  le  poste  
téléphonique.  
•  A  ce  niveau,  nous  pouvons  dis:nguer  deux  
catégories  de  dialogues  :  
–  abonné  appelant  –  réseau    
–  abonné  appelé  –  réseau    
Le  dialogue  "abonné  appelant  –  réseau"    
•  Dialogue  simple  :  
1.  expression  du  besoin  de  téléphoner  :  "décrochage",    
2.  réponse  posi:ve  du  réseau  :  tonalité  d'  "invita:on  à  numéroter",    
3.  fourniture  au  réseau  de  l'adresse  de  l'appelé  :  "numérota:on",  
4.  informa:ons  éventuellement  fournies  par  le  réseau  pendant  la  phase  
d'établissement  de  la  communica:on  :  
•  "bip  bip  dit  d'acheminement",    
•   tonalité  dite  "de  retour  d'appel",  
5.  conversa:on  proprement  dite,  
6.  fin  de  la  communica:on  décidée  par  l'appelant  :  "raccrochage«    
•  directement    
•  ou  après  avoir  été  informé  par  le  réseau  du  raccrochage  de  l'appelé  grâce  à  la  
tonalité  d'  "occupa:on"    
Le  dialogue  "abonné  appelé  –  réseau"  

•  Dialogue  tout  aussi  simple  :  


1.  indica:on  d'appel  par  un  appelant  :  "sonnerie",  
2.  réponse  posi:ve  de  l'appelé:  "décrochage"  ,  
3.  conversa:on  proprement  dite,  
4.  fin  de  la  communica:on  décidée  par  l'appelé  :  
"raccrochage"    
•  directement    
•  ou  après  avoir  été  informé  par  le  réseau  du  raccrochage  de  l'appelant  
grâce  à  la  tonalité  d'  "occupa:on"  
Elément  d'architecture  du  réseau  téléphonique  

•  En  simplifiant,  pour  établir  une  communica:on,  


il  faut  effectuer  trois  opéra:ons  :  
1.  aller  chercher  ou  distribuer  un  signal  dans  la  bande  
300‑3400  Hz  au  "domicile  d'un  abonné"    
1.  fonc:ons  de  distribu:on  
2.  disposer  de  fonc:ons  intelligentes  qui  seront  
capables  de  trouver  un  i:néraire  dans  le  réseau    
1.  fonc:ons  assurées  par  les  centraux  téléphoniques,  
appelées  fonc:ons  de  commuta:on  
3.  disposer  de  moyens  de  transport  d'un  signal  à  
distance    
1.  fonc:ons  de  transmission  
Poste  téléphonique  

•  Outre  le  combiné  microphone‑écouteur  (transducteur  


électro‑acous:que),  il  comprend  un  cadran  ou  un  clavier  permecant  
d'émecre  la  signalisa:on  d'abonné  sur  les  deux  fils  de  cuivre  qui  
prolongent  le  poste.    
•  Le  poste  est  téléalimenté  en  courant  con:nu  ( quelques  
dizaines  de  mA)  fourni  par  le  premier  central  du  réseau  après  le  
décrochage  de  l'abonné    appelant,  qui  provoque  la  fermeture  de  la  
"boucle  d'abonné".  
•  Dans  un  réseau  de  distribu:on  à  transmission  analogique,  le  poste  
téléphonique  assure  deux  fonc:ons  essen:elles  :  ges:on  du  dialogue  
"abonné  –  réseau"  et  émission  ‑  récep:on  de  deux  ondes  progressives  
transmises  sur  les  deux  fils  de  ligne  et  qui  sont  les  signaux  de  modula:on  
de  parole  (dans  la  bande  300‑3400  Hz).  
Le  poste  téléphonique  

•  Alimenté  en  -­‐48v  par  le  central  


•  Le  poste  raccroché  se  comporte  comme  un  
interrupteur  ouvert  qui  se  ferme  à  l’état  décroché  
•  Lors  d’un  appel  entrant,  le  poste  reçoit  une  tension  
alterna:ve  de  75v  à  50Hz  pour  la  sonnerie  
•  Lors  d’un  appel  sortant,  le  poste  u:lise  une  
signalisa:on  dans  la  bande  vocale  (numérota:on  
décimale  ou  vocale)  
–  le  commutateur  qui  explore  les  lignes  toutes  les  500  ms  
détecte  le  décrochage  et  émet  une  tonalité  con:nue  
"invita>on  à  numéroter«    
Dialogue  Téléphone  -­‐  Commutateur  
Clavier

Combiné Centre de rattachement

Ligne

K K1
Circuit
Capacité C
de parole
Sonnerie
48 V

•  Quand  le  combiné  est  raccroché,  K1  ouverts,  seule  la  sonnerie  est  reliée  à  la  ligne,  La  
capacité  C  empêche  le  courant  con:nue  de  circuler  dans  la  ligne  à  travers  la  sonnerie.    
•  L'interrupteur  K  est  fermé  au  repos,  c'est  lui  qui  permecra  de  composer  le  numéro,  
par  l'ouverture  et  la  fermeture  de  la  ligne  au  rythme  du  retour  du  cadran.  
Dialogue  Téléphone  -­‐  Commutateur  
•  Quand  on  décroche  le  combiné,  l'interrupteurs  K1  se  ferme  et  un  courant  con:nue  
boucle  de  courant  ou  
circule  dans  la  ligne  créant  ce  qu'on  appelle  La  
boucle  locale.  (locale  entre  l'abonné  et  son  centre  de  racachement).    
•  La  valeur  du  courant  de  boucle  I  est  de  l'ordre  de  25  à  40  mA,  elle  dépend  de  
o
Rp,  résistance  (sta:que)  équivalente  de  la  boucle  qui  englobe  :  
–  Le  circuit  de  parole,  cons:tué  principalement  d'une  bobine  et  d'une  résistance  d'équilibrage  
–  La  résistance  de  la  ligne  qui  dépend  de  sa  longueur  
–  La  résistance  équivalente  des  circuits  traversés  au  niveau  du  centre  de  racachement,  
essen:ellement  des  bobines  et  des  résistances  de  protec:on.  
•  Le  courant  Io  informe  le  centre  de  racachement  (à  l'aide  d'un  circuit  de  détec:on  de  
courant  de  boucle  non  représenté  sur  le  schéma)  que  l'abonné  veut  passer  un  appel,  
Le  centre  renvoie  alors  la  tonalité  d'invita:on  à  numéroter  pour  informer  l'abonné  
qu'il  est  prêt  à  recevoir  le  numéro.  

48 V
I0
RP
Envoi  du  numéro  

•  Le  poste  à  cadran  possède  un  disque  mobile  contenant  


10  trous  également  espacés  numérotés  de  0  à  9.    
•  Pour  composer  un  chiffre,  on  arme  le  cadran  à  par:r  
du  chiffre  qu'on  désire  composer  jusqu'à  la  butée  puis  
on  le  relâche,  le  disque  revient  alors  à  sa  posi:on  de  
repos  sous  l'ac:on  d'un  ressort  de  rappel.    
•  C'est  durant  le  retour  que  sera  généré  le  train  
d'impulsion  correspondant  au  chiffre  composé.    
–  Cela  par  l'ouverture  et  la  fermeture  de  la  ligne  par  
l'intermédiaire  de  l'interrupteur  K  un  nombre  de  fois  égal  
au  chiffre  composé.  
–  Pour  l’histoire  :  numérota:on  décimale  (1:100ms,  
2:200ms,  …  0:1000ms)  
Envoi  du  numéro  
•  Un  cadran  est  caractérisé  par  sa  vitesse  de  retour  donc  par  le  nombre  
d'impulsions  générées  par  seconde  et  par  le  rapport  de  la  durée  d'ouverture  
BD  sur  la  durée  de  fermeture  MD.    
–  L'ordre  de  grandeur  est  de  10  impulsions  par  seconde  avec  un  rapport  BD/MD=2.  
–  Toute  fermeture  (I  =  I0)  necement  supérieure  à  33  ms  est  considérée  comme  une  
sépara:on  entre  deux  chiffres  ou  à  une  fin  ou  abandon  de  numérota:on.    
–  Toute  ouverture  (I  =  0)  necement  supérieure  à  66  ms  est  considérée  comme  un  
raccrochage.  

I
Chiffre 2 Chiffre 3

Signal de numérotation 1 impulsion


impulsionnelle
66 ms Durée
Inter-
33 Digit
Envoi  de  la  parole  
•  Le  courant  de  boucle  est  modulé  par  la  voix.    
•  Dans  le  cas  de  l'u:lisa:on  d'un  microphone  à  
poudre  de  charbon,  la  modula:on  se  fait  grâce  à  
la  résistance  variable  du  microphone.    
–  Le  fait  de  parler  devant  la  membrane,  on  comprime  
et  décomprime  la  poudre  de  charbon  qui  se  trouve  
dans  une  boule  flexible,  qui  de  ce  fait,  voit  sa  
résistance  varier  au  même  rythme  que  la  parole.    
–  On  réalise  ainsi  une  modula:on  du  courant  de  ligne.  
i(t)  =  U  /  R(t)  
Contact Contact
Le  circuit  de  parole  
•  Le  circuit  de  parole  est  cons:tué  d'une  bobine  par:culière  sur  laquelle  sont  
branchés  l'écouteur  et  le  microphone  cons:tuant  le  combiné.    
•  Le  rôle  principal  de  cece  bobine  est  d'adapter  la  ligne  téléphonique  (2  fils)  au  
combiné  (4  fils  micro  +  écouteur).    
•  Elle  est  cons:tuée  d'un  transformateur  différen:el  simplifié.  

Écouteur
Écouteur

Ligne Ligne

Micro
Micro
Transfo  différen:el  

•  La  sépara:on  n’étant  jamais  


parfaite  un  écho  à  lieu  :  
Annulateur  d’écho  
Poste  téléphonique  à  clavier  
•  Poste  simulant  le  fonc:onnement  du  poste  à  cadran  en  générant  des  impulsions  
similaires.    
–  Il  est  donc  u:lisé  avec  le  même  type  de  carte  d'abonné  au  niveau  des  centres  téléphoniques.  
•  Quand  on  appuie  sur  une  touche,  le  générateur  d'impulsion  génère  un  signal  qui  va  
agir  sur  l'interrupteur  de  numérota:on  K1.  
•  On  ob:ent  ainsi  sur  la  ligne  un  nombre  d'impulsions  égal  au  chiffre  marqué  sur  la  
touche  en  respectant  les  temps  de  fermeture  et  d'ouverture  en  vigueur  (~  10  Hz,  BD/
MD=2).  
•  La  majorité  des  constructeurs  de  circuits  intégrés  proposent  des  circuits  réalisant  cece  
fonc:on.  
•  Avec  ce  genre  de  poste,  l'opérateur  peut  ac:onner  les  touches  à  une  cadence  
supérieure  à  la  vitesse  d'acheminement  des  numéros  sur  la  ligne  (  1  s  pour  le  chiffre  0  
par  exemple).    
–  Pour  ne  pas  avoir  une  perte  d'informa:on,  ces  postes  sont  dotés  d'une  mémoire  tampon  
d'une  vingtaine  de  digits.    
–  Le  dernier  numéro  tapé  reste  en  mémoire  même  s'il  y  a  raccrochage,  il  pourra  être  
retransmis  par  l'ac:on  d'une  touche  spécifique  (redial)  ,  ceci  est  par:culièrement  u:le  
surtout  quand  on  essaye  d'avoir  une  ligne  con:nuellement  occupée.  
Poste  téléphonique  à  clavier  
Poste  à  clavier    

•  L'alimenta>on  de  ces  postes  se  fait  par  la  ligne  à  travers  un  pont  
redresseur  pour  éviter  le  problème  de  polarité.  
•  Ici  aussi,  il  faut  faire  acen:on  aux  surtensions,  pour  cela,  quand  on  appuie  
sur  une  touche  :  
–  S1  s'ouvre  pour  isoler  le  circuit  de  parole  le  protégeant  ainsi  des  surtensions.  
(  sur  ce  genre  de  poste,  la  bobine  est  souvent  remplacée  par  un  circuit  
électronique  hybride)  
–  S2  s'ouvre  et  se  referme  un  nombre  de  fois  égal  à  la  touche  ac:onnée.  
–  Une  fois  la  numérota:on  du  chiffre  terminée,  S1  est  fermé  et  S2  reste  ouvert.  
•  Le  générateur  d'impulsion  ainsi  que  les  transistors  réalisant  K1  et  K2  sont  
des  composants  haute-­‐tension  pour  minimiser  le  risque  de  destruc:on  par  
mauvaise  protec:on  contre  les  surtensions.  
Poste  à  clavier  

Système  DTMF  (Dual  Tone  Mul3  Frequency)  


•  C'est  le  système  à  fréquence  vocal  qui  consiste  à  envoyer  la  numérota:on  
sous  forme  de  signaux  à  deux  harmoniques  (tones)  dans  la  plage  de  
fréquence  vocale  [300  Hz,  3400  Hz].    
•  A  chaque  touche  correspond  une  combinaison  d'une  fréquence  basse  et  
une  fréquence  haute.    
–  On  parle  de  signaux  de  numérota:on  "dans  la  bande«      
•  Le  système  DTMF  ne  fonc:onne  que  si  le  centre  de  racachement  est  
équipé  du  système  de  détec:on  et  de  reconnaissance  de  ces  signaux.  
•  Pour  discriminer  ses  signaux  des  signaux  de  parole,  le  système  vérifie  
qu'une  seule  fréquence  ligne  et  une  seule  fréquence  colonne  sont  
présentes,  si  d'autres  fréquences  sont  présentes,  le  signal  est  rejeté.  
Poste  téléphonique  à  clavier    

1 2 3
1 2 3
697 Hz 4 5 6
7 8 9
4 5 6
770 Hz * 0 #
7 8 9
852 Hz
* 0 # 941 Hz
In - band signaling :
1209 Hz

1336 Hz
1477 Hz

audio tones
Poste  à  clavier  

•  Des  circuits  intégrés  ont  été  développés  pour  


générer  et  détecter  des  signaux  DTMF.    
•  Ces  circuits  procèdent  à  la  division  par  des  
constantes  prédéfinies  la  fréquence  d'un  
oscillateur  de  base  à  fréquence  stable.    
•  A  chaque  fois  qu'une  touche  est  ac:onnée,  deux  
signaux  de  fréquence  FL  et  FH  sont  générés.    
•  La  somme  de  ces  deux  signaux  produit  le  signal  
DTMF  désiré.  
Composantes  de  base  d’un  commutateur  Téléphonique  
•  Un  commutateur  est  un  ordinateur  
1.  Un  nombre  d’équipements  E/S    
•  Équipements  pour  connecter  les  abonnés  ou  SLIC  
–  SUBSCRIBER  LINE  INTERFACE  CIRCUIT  
•  Équipements  pour  connecter  les  autres  commutateurs  
–  JONCTEURS  
•  Unité  de  signalisa:on  
2.  Une  matrice  de  connexion  
3.  Des  mémoires    
4.  Systèmes  d’exploita:on  
5.  Des  équipements  et  logiciels  spécifiques  pour    
•   Le  contrôle  d’appel  
•   La  ges:on  
•   L’administra:on  
•   La  maintenance  
•   la  factura:on  
L’unité  de  raccordement  
•  L’Unité  de  Raccordement  d’Abonnés  est  une  interface  qui  permet  de    raccorder  des  terminaux  
d’abonnés  via  la  boucle  locale.  
•  L’URA  va  permecre  de  raccorder  des  terminaux  analogiques  ou  numérique.  Elle  a  une  fonc>on  
de  concentra>on.  On  raccorde  1024  terminaux  sur  une  URA  comportant  2  à  4  MIC,  soit  60  à  120  
IT.  
•  Le  réseau  permecant  de  raccorder  des  terminaux  analogiques  et  d’acheminer  les  
communica:ons  issues  de  ces  terminaux  est  un  Réseau  Téléphonique  Commuté  (RTC,  PSTN  en  
anglais).  
•  Le  réseau  permecant  de  raccorder  des  terminaux  numériques  et  d’acheminer  les  
communica:ons  issues  de  ces  terminaux  est  un  Réseau  Numérique  à  Intégra:on  de  Services  
(RNIS,  ISDN  en  anglais  pour  Integrated  Services  Digital  Network).  
•  Dans  le  monde  presque  tout  les  réseaux  sont  en:èrement  numériques.  Les  signaux  des  terminaux  
analogiques  sont  conver:s  en  numérique  à  l’entrée  et  à  la  sor:e  du  réseau  par  l’équipement  de  
ligne  dans  l’URA.  
•  L’URA  doit  donc  alimenter  les  terminaux  en  énergie  électrique,  par  la  ligne,  assurer  la  conversion  
analogique  -­‐  numérique  pour  les  postes  analogiques,  acheminer  les  signaux  de  parole,  et  
traduire  les  informa>ons  de  signalisa>on  qui  servent  à  l’établissement  et  à  la  rupture  des  
communica:ons  et  des  services.  
Unité  de  Raccordement  d’Abonnés  

Matrice de connexion
URA - RCX
SUBSCRIBER  LINE  INTERFACE  CIRCUIT  
•  L'équipent  d'abonné  ou  équipement  de  ligne  assure  l'interface  entre  la  ligne  d'abonné  
et  le  reste  des  équipements  du  commutateur.    
•  Il  est  raccordé  d'un  coté  au  répar:teur  général  où  arrivent  toutes  les  lignes  d'abonnés,  
et  de  l'autre  aux  équipement  du  commutateur  qui  on  la  charge  de  traiter  les  appels  
téléphoniques  (alimenta:on,  explorateurs,  distributeurs  matrice  de  connexion  …).  
•  LE  SLIC  réalise  les  fonc:ons  "BORSCHT«    et  cons:tué  des  équipements  qui  réalisent  les  
fonc:ons  suivantes  :  
1.  BaJery  feed  :  Alimenta>on  de  la  ligne  d'abonné  
2.  Overvoltage  protec3on  :  Protec>on  contre  les  surtensions  
3.  Ringing  :  injec>on  de  la  sonnerie  sur  la  ligne  
4.  Signaling  :  Interfacer  la  ligne  avec  les  auxiliaires  de  signalisa>on  
5.  Coding  :  Numérisa>on  du  signal  (cas  d'un  autocommutateur  numérique).  
6.  Hybrid  :  Interfaçage  2  fils  /  4  fils  pour  la  sépara>on  du  signal  reçu  est  le  signal  émis.  
7.  Test  :  Isola>on  de  la  ligne  d'abonné  dans  un  but  de  test  
•  Les  EAs  sont  (souvent)  groupés  par  16  (éventuellement  plus).  Une  carte  d'abonné  possède  des  
équipements  communs  aux  16  EA.  
Unité  de  Raccordement  de  Circuits  

•  L’URC  est  une  interface  permecant  d’interconnecter  un  switch  avec  un  
autre.    
•  Contrairement  à  l’URA,  l’URC  ne  fait  pas  de  concentra:on.    
•  Les  “circuits”  sont  des  IT  sur  les  MICS  qui  passent  par  l’URC.  
•  C'est  à  ce  niveau  qu'est  injectée  la  signalisa:on  entre  commutateurs  
(signalisa:on  Intercentraux).    
•  La  signalisa:on  elle-­‐même  étant  générée  et  traitée  par  des  auxiliaires  de  
signalisa:on.  
•  L’URC  permet  d’insérer  et  extraire  la  signalisa:on  dans  les  MICs  qui  la  
traversent,  au  profit  du  point  de  signalisa:on  chargé  de  l’u:liser.  
Unité  de  Raccordement  de  Circuits  

•  D'une  façon  similaire  aux  équipements  


d'abonnés,  les  joncteurs  assure  l'interface  
entre  les  commutateurs  et  les  jonc:ons.    
URA URC
Lignes  interurbaines  
•  Op:miser  les  coûts  d’inves:ssement,  d’entre:en  et  
d’exploita:on  au  niveau  des  liens  hauts  débits    
•  Pour  mieux  assurer  le  transport  des  
communica:ons  entre  commutateurs  on  mul:plexe  
les  canaux  que  l’on  transporte  ensuite  sur  des  
supports  à  bande  passante  élevée  (faisceaux  
hertziens,  câbles  coaxiaux,  fibres  op:ques).  
•  Mise  en  place  de  systèmes  très  élaborés  pour    
–   partager  le  même  support  de  transmission  entre  
plusieurs  u:lisateurs    
Système  de  partage  

•  Techniques  de  mul:plexage    


–  Fréquen:el  :  MRF  (mul:plexage  par  répar::on  de  
fréquences)  ou  FDM  (Frequency  Division  
Mul:plexing)  
–  Temporel  :  MRT  (mul:plexage  par  répar::on  
dans  le  temps)  ou  ou  TDM  (Time  Division  
Mul:plexing)  
–  Longueur  d’ondes  :  WDM  (mul:plexage  en  
longueur  d’ondes)  ou  ou  WDM  (Wave  Division  
Mul:plexing)  
Système  de  partage  

•  MULTIPLEXAGE  (DEMULTIPLEXAGE)  
–  Plusieurs  connexions  de  niveau  N  sur  une  seule  
connexion  de  niveau  N-­‐1  
 
Ex.  :  Un  lien  à  fort  débit  perme[ant  de  faire  passer  
plusieurs  communica)ons  à  plus  faible  débit.  

VOIE VOIE
1 1

VOIE VOIE
2 2

VOIE VOIE
3 MUX RÉSEAU DEMUX 3

VOIE VOIE
4 4

VOIE VOIE
5 5
Mul:plexage  Spa:al  (fréquen)el)  

-Partage permanent de la bande passante entre les différents canaux

canal 1

300 4000 60k 64k


1 2 3

canal 2

300 4000 64k 68k 60k 64k 68k 72k

canal 3

300 4000 68k 72k


Mul:plexage  RTC  

•  TDM  (Time  Division  Mul)plexing)  ou  MRT  


(Mul)plexage  à  Répar))on  dans  le  Temps).  
•  On  a  pu  se  rendre  compte  que  la  boucle  locale  du  
RTC  est  encore,  pour  quelques  années,  analogique.    
•  Pourtant,  les  artères  de  communica:on  à  haut  
débit  qui  forment  l'infrastructure  des  liaisons  entre  
CAA  et  CTS,  CTS  et  CTP,  ou  entre  les  différents  CTP  
sont  des  voies  numériques.    
•  Il  est  donc  nécessaire  à  un  moment  donné  de  
transformer  l'informa:on  analogique  (voix)  qui  
transite  sur  la  boucle  locale  en  informa:on  
numérique.  
Mul:plexage  TDM  

•  La  voix  humaine  con:ent  des  fréquences  comprises  approxima:vement  


entre  300  et  4000  Hz  environ.  
•  Exercice:  Quelle  est  la  fréquence  d'échan)llonnage  op)male  qu'on  doit  
u)liser  pour  numériser  la  voix  humaine  ?  
–  D'après  le  théorème  de  Shannon,  pour  obtenir  une  res:tu:on  complète  d'un  
signal  analogique  à  par:r  de  ses  échan:llons,  il  est  nécessaire  et  suffisant  de  
l'échan:llonner  à  une  fréquence  deux  fois  supérieure  à  la  fréquence  maximale  
contenue  dans  le  signal.  Dans  le  cas  de  la  voix  humaine,  il  suffira  donc  
d'échan:llonner  à  8  kHz.  Cece  vitesse  d'échan:llonnage  correspond  à  la  
qualité  Voice  Grade  en  téléphonie.  
•  Si  on  u:lise  une  vitesse  d'échan:llonnage  plus  faible,  il  y  a  perte  
d'informa:on.  
•  Echan:llonner  plus  vite  n'apportera  pas  de  gain  significa:f  à  la  res:tu:on.  
Mul:plexage  
•  A  ceIe  vitesse  d'échan>llonnage,  a  quelle  cadence  les  échan>llons  de  voix  
seront  fabriqués  
–  avoir  un  échan>llon  toutes  les  125  ?  s.  
•  De  fait,  la  bande  passante  du  réseau  téléphonique  est  volontairement  limitée  
à  3600  Hz,  ce  qui  est  suffisant  pour  laisser  passer  la  majorité  des  fréquences  
contenues  par  la  voix  humaine.  
•  L'opéra:on  de  codage  de  l'informa:on  analogique  en  un  échan:llon  de  8  bits  
(7  bits  aux  Etats  Unis),  est  réalisée  par  un  composant  électronique  appelé  
CODEC  (Codeur  /  Décodeur).    
•  La  technique  associée  est  appelée  :  Modula>on  par  impulsion  et  Codage  
(MIC)  ou  PCM  (Pulse  Code  Modula:on).  
•  (Explica>on  rapide  du  principe  du  codage  PCM  sur  8  bits  :  Echan:llonnage,  
Codage  de  la  valeur  de  tension  sur  8  bits,  fabrica:on  d'un  train  de  8  
impulsions)  
Mul:plexage  TDM  

•  Exercice  :  On  échan)llonne  donc  la  voix  humaine  à  8  kHz  pour  obtenir  une  qualité  
suffisante  (Voice  Grade).  Chaque  échan)llon  est  codé  sur  8  bits..  Quel  débit  une  
voie  de  communica)on  numérique  doit  elle  posséder  pour  acheminer  la  voix  en  
temps  réel  ?  
•  Après  passage  du  CODEC,  l'informa:on  analogique  va  donc  se  trouver  sous  forme  
numérique  et  monopoliser  un  débit  de  64  kBits/s.  Le  débit  minimal  dont  on  doit  
disposer  pour  transmeIre  la  voix  de  façon  numérique  est  donc  de  64  kBits/s.  
•  La  conversa:on  téléphonique  est  donc  maintenant  numérisée  et  :ent  sur  une  voix  
de  64  kbits/s.  On  voudrait  bien  que  cece  conversa:on  téléphonique  emprunte  
une  voie  à  beaucoup  plus  fort  débit.  
•  Entre  le  CAA  et  le  CTS,  on  dispose  d'une  voie  de  communica:on  à  2,048  Mbits/s.  
•  Exercice  :  Calculer  le  taux  d'occupa)on  de  la  voie  de  communica)on  si  on  ne  fait  
passer  qu'une  seule  conversa)on  téléphonique  sur  ce  câble.  
•  Le  taux  d'occupa:on  est  donc  très  faible.  On  peut  donc  faire  tenir  plusieurs  
conversa:ons  téléphoniques  sur  cece  voie  de  communica:on  à  2,048  Mbits/s.  
Mul:plexage  Temporel  
Attribution à tour de rôle de la totalité de la bande passante
durant des quanta de durée fixe.

VOIE  
VOIE   D1  
D1   1  
1  

VOIE  
VOIE  
D2   D2   2  
2  

VOIE  
VOIE  
D3   MUX   D2   D1   D5   D4   D3   D2   D1   MUX   D3   3  
3  

VOIE  
VOIE  
D4   D4   4  
4  
Temps  
VOIE  
VOIE  
D5   D5   5  
5  

TAMPONS   TAMPONS  

MULTIPLEXAGE STATISTIQUE :Variante du temporel permettant une


meilleure utilisation du support commun
Mul:plexage  en  longueurs  d  ’ondes  

(WDM = Wavelength Division Modulation)


C ’est une variante, dans la gamme des fréquences luminiques, du multiplexage spatial.

Fibre commune

Mélangeur / Séparateur de faisceaux aux extrémités


La  Matrice  de  Connexion  

Matrice de connexion
URA - RCX URC
La  matrice  de  connexion  

•  L’organe  qui  permet  de  connecter  un  port  


d’entrée  avec  un  port  de  sor:e  
–  La  nature  dépend  de  la  technique  de  
commuta:on  u:lisée  
•  Techniques  de  commuta:ons    
–  Commuta:on  spa:ale  
•   Commutateur  Crossbar  
–  Commuta:on  temporelle  
Commuta:on  spa:ale  

•  Le  commutateur  comprend    
–  n  lignes  d’entrée  
–  N  lignes  de  sor:e  
•  La  matrice  de  connexion  a  donc  n*N  intersec:ons    
–  Points  de  connexions  
–  Toute  ligne  d’entrée  peut  être  reliée  avec  n’importe  
quelle  ligne  de  sor:e  
–  Les  points  d’intersec:ons  u:lisent  des  interrupteurs  
électroniques  à  semi-­‐conducteur  (transistors)  
–  Tous  les  bits  arrivant  d’une  ligne  d’entrée  sont  
immédiatement  acheminés  vers  la  ligne  de  sor:e  
Commuta:on  spa:ale  :  Commutateur  Crossbar  

Entrée RCX

S
L
I
C

Sortie RCX
Commuta:on  spa:ale  :  Commutateur  Crossbar  
Connexion possible
0
1
2
3
4
5
6
Entrées

7
8
9
10
11
12
13
14
15
16

10

11

12

13

14

15

16
0

Sorties
Commuta:on  spa:ale  :  Commutateur  Crossbar  
•  Ce  commutateur  effectue  une  connexion  électrique  directe  entre  une  ligne  
d’entrée  et  une  ligne  de  sor:e  
–  Comme  le  cordon  de  l’opératrice  
–  La  connexion  électrique  est  automa:que  et  se  fait  en  quelques  µs  
•  L’inconvénient  du  commutateur  Crossbar  est    
–  le  grand  nombre  des  points  de  connexion  (en  n2)  
–  Si  lignes  bidirec:onnelles  et  pas  d’auto-­‐connexion  
•   Le  nombre  est  en  n(n-­‐1)/2  
•  Ex  n=1000  à  499  500  points  de  connexion  !!!  
•  Même  si  VLSI  le  permet  :  problème  de  concevoir  un  boî:er  avec  autant  de  
broches  pour  raccorder  les  E/S  
•  Crossbar  est  u:lisé  pour  les  pe:ts  systèmes  de  commuta:on  
Commuta:on  spa:ale  Mul:  étages  

•  Minimiser  le  nombre  de  points  de  connexion  


avec  la  même  capacité    
•  Commuta:on  spa:ale  mul:  étages  
–  Frac:onner  un  gros  commutateur  en  plusieurs  plus  
pe:t  
–  Structura:on  des  matrices  en  étages  
–  Relier  les  pe:tes  matrices  sous  forme  d’un  réseau  
d’interconnexion  spa:al  
Commuta:on  spa:ale  trois  étages  

•  Au  lieu  d’u:liser  N2  points  de  connexion  


•  U:lisa:on  de  pe:ts  crossbar  assemblés  en  un  réseau  à  trois  étages  
•  En  entrée,  le  premier  étage,  des  crossbars  rectangulaires  n  x  k  :  Donc  il  
nous  faut  N/n  crossbar  pour  raccorder  N  entrées  
•  Le  second  étage  des  crossbar  ordinaire  à  matrice  carrée  N/n  x  N/n  
–  Chaque  crossbar  est  relié  à  chacun  des  CB  d’entrée  et  à  chacun  des  CB  de  
sor:e  
•  Le  troisième  étage  est  similaire  au  premier  sauf  qu’il  est  inversé  k  x  n  
•  Par  conséquent  :  il  est  possible  de  connecter  n’importe  quelle  entrée  
(parmi  N)  à  n’importe  quelle  sor:e  (parmi  N)  à  travers  l’un  des  deux  CB  du  
2ème  étage  :  existence  de  deux  chemins  possibles.  
–  Autant  de  chemins  possibles  que  de  commutateurs  présents  dans  le  2ème  
étage  :  nbre  de  chemins  =  k  
Commuta:on  spa:ale  Mul:  étages    
•  Ex  :  3  étages  avec  N  X  N  
N/n crossbar N/n crossbar

K crossbar
n nxk Kxn n

N/n x N/n

n nxk Kxn n

n nxk Kxn n

N/n x N/n

n nxk Kxn n

N entrées N sorties
Calcul  du  nombre  de  points    

•  Cas  du  commutateur  CB  à  trois  étages  


Commuta:on  spa:ale  trois  étages  
•  Points  de  connexion  
•  1er  étage  :  N/n  CB  à  nk  points  de  connexion    
–  à  nbre  total  de  points  est  Nk  
•  2ème  étage  :  k  CB  à  (N/n)2  points  de  connexion    
–  à  nbre  total  de  points  est  k(N/n)2  
•  3ème  étage  :  N/n  CB  à  nk  points  de  connexion    
–  à  nbre  total  de  points  est  Nk  
•  Le  nombre  total  de  points  de  connexion  est  :  2Nk  +  k(N/n)2  
•  A.N  :  pour  N  =  1000,  n  =  50  et  k  =  10  à  24  000  points  contre  499  500!!  
Commuta:on  spa:ale  trois  étages  

•  Limita:ons  du  CB  Mul:-­‐ètages    


–  Possibilité  de  blocage  
•  La  capacité  du  commutateur  dépend  de  la  capacité  des  étages  
intermédiaires  
•  Dans  l’exemple  précédent    
–  Capacité  est  de  8  à  la  place  de  16    
–  Architecture  bloquante  
•  Solu:on  :  
–  Augmenter  le  nombre  d’étages  
•  Le  cout  du  commutateur  augmente  
–  Il  a  été  démontré  par  Clos  en  1953  que  pour  
k=2n-­‐1  le  commutateur  est  non  bloquant  
La  matrice  de  connexion  :  temporelle  

•  La  matrice  de  connexion  est  unidirec:onnelle.  Elle  permet  de  commuter  des  IT  (  intervalles  
de  temps  )  d’un  MIC  entrant  vers  un  MIC  sortant.  Un  IT  commuté  d’un  MIC  A  vers  un  MIC  B  
ne  sera  probablement  pas  à  la  même  place.  En  clair,  L’IT  N°12  du  MIC  376  entrant  peut  très  
bien  être  commuté  vers  l’IT  N°28  du  MIC  1275  sortant,  impliquant  ainsi  un  léger  décalage  
dans  le  temps,  d’où  le  nom  de  Matrice  Temporelle.  
•  Les  matrices  sont  cons:tuées  de  mémoires  RAM,  aujourd’hui  bon  marché.  Elles  sont  
réalisées  à  l’aide  d’un  seul  étage  de  commuta:on  temporelle  T,  représentant  un  grand  
nombre  de  circuits  mémoire.  Cece  configura:on  présente  l’avantage  de  n’avoir  aucun  
blocage  :  tout  IT  entrant  peut  être  commuté  vers  un  IT  sortant  à  condi:on  qu’il  soit  
disponible.  
•  Entre  1985  et  1990,  les  mémoires  étaient  beaucoup  plus  chères.  Les  matrices  de  connexions  
étaient  alors  composées  de  3  étages  :  Temporel  -­‐  Spa:al  -­‐  Temporel.  Cece  configura:on  
permet  d’économiser  de  la  mémoire,  mais  provoque  un  faible  coefficient  de  blocage  :  dans  
moins  de  5  %  des  cas,  un  IT  pourtant  disponible  en  sor:e,  ne  peut  être  aceint  par  la  
commuta:on  d’un  IT  entrant.  
Commutateur  temporel  

•  Commande  aval  
Horloge (E)

MIC 0 IT0 MIC0


IT0 MIC3 MIC0
IT1 MIC0
IT1 MIC3 MIC1
MIC1
MIC2
IT3 MIC1 MIC3
MIC2
• Commande aval
IT30 MIC0
MIC3 IT30 MIC3
IT31 MIC0 Adresse  MIC/IT  E   ITO MIC0 S
IT31 MIC3 Adresse  MIC/IT  e   IT0 MIC1 S
Lecture

MIC1  IT3  (13)   IT15 MIC2 S (62)


Horloge
Mémoire de Parole IT31 MIC2 S

IT31 MIC3 S

Mémoire de commande
Comutateur  temporel  
q  Commande aval
Horloge (L)
 
MIC 0 IT0 MIC0
IT0 MIC3 MIC0
IT1 MIC0
IT1 MIC3 MIC1
MIC1
MIC2
IT3 MIC1 MIC3
MIC2
• Commande aval
IT30 MIC0
MIC3 IT30 MIC3
IT31 MIC0 Adresse  MIC/IT  S   ITO MIC0 E
IT31 MIC3 Adresse  MIC/IT  e   ITO MIC1 E
Ecriture

MIC2  IT15  (62)   IT3 MIC1 E (13)


Horloge
Mémoire de Parole IT31 MIC2 S

IT31 MIC3 S

Mémoire de commande
Les  équipements  auxiliaires  
•  Les  équipements  auxiliaires  sont  principalement  des  Générateurs  de  Tonalité  (émission)    
et  des  récepteurs  de  fréquence.  
•  Les  générateurs  de  tonalités  servent  à  donner  les  différentes  tonalités  émises  par  le  
switch  :  
–  invita:on  à  numéroter,    
–  retour  d’appel,    
–  occupa:on,  …    
–  Ces  tonalités  sont  :    
•  émises  en  permanences  sur  les  IT  du  MIC  émission.    
•  envoyés  sur  une  ligne  par  commuta:on  de  la  tonalité  sur  la  ligne  par  la  matrice  
de  connexion.  
•  Les  récepteurs  de  fréquence  servent  à  analyser  les  touches  de  clavier  tapées  par  
l’u:lisateur.    
–  Lorsque  le  système  acend  que  l’usager  tape  un  N°,  un  RF  est  connecté  sur  la  ligne  de  l’usager  
par  la  matrice  de  connexion.  
–  Certains  signaux  en  fréquence  venant  d’autres  switch  peuvent  également  être  analysés  par  un  
RF.  
Equipements  Auxiliaires  

GT RF

Matrice de connexion
URA - RCX URC
Les  équipements  auxiliaires  

•  Il  peut  exister  d’autres  équipements  


auxiliaires  :  
–  les  messageries  vocales  
–  les  diffuseurs  de  messages  (  assimilables  à  des  
générateurs  de  tonalités  )  
–  les  circuits  de  conférences  
–  ….  
•  Ces  quipements  se  jus:fient  par  l’usage  de  
services  à  valeur  ajoutée.  
La  ges:on  de  la  signalisa:on  

•  La  signalisa:on  représente  l’ensemble  des  


informa:ons  qui  permecent  l’établissement  
et  la  rupture  des  communica:ons  et  des  
services.  
•  Dans  la  technologie  numérique,  les  échanges  
de  signalisa:on  avec  le  reste  du  réseau,  sur  les  
faisceaux  de  circuits,  sont  gérés  par  un  
équipement  spécifique  :  le  Point  Sémaphore  
(PS,  en  anglais  SP  pour  Signaling  Point).  
Ges:on  de  la  Signalisa:on  

GT RF

Matrice de connexion
URA - RCX URC

SP0

SP1

Vous aimerez peut-être aussi