Vous êtes sur la page 1sur 65

13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)

Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

PARTIE 2

ETUDE D’IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT

LA BOULANGERIE DE L’EUROPE – REIMS (51)

Modification de l’activité de fabrication


Extension des stockages

13006 – Version 2 du 25 juin 2013

1
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Table des matières

1 PRESENTATION ET DETERMINATION DE L’AIRE DE L’ETUDE .................................................................... 5


1.1 CONTENU DE L’ETUDE D’IMPACT ....................................................................................................................... 5
1.2 RAPPEL SUR LE PROJET FAISANT L’OBJET DE LA DEMANDE D’AUTORISATION D’EXPLOITER .............................................. 5
1.3 DETERMINATION DE L’AIRE DE L’ETUDE .............................................................................................................. 6
2 REFERENCES REGLEMENTAIRES ET BIBLIOGRAPHIQUES .......................................................................... 6
3 RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT ................................................................................... 7
3.1 IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT ....................................................................................................................... 7
3.2 IMPACT SUR L’EAU ......................................................................................................................................... 7
3.3 IMPACT SUR L’AIR .......................................................................................................................................... 8
3.4 BRUIT .......................................................................................................................................................... 8
3.5 DECHETS ...................................................................................................................................................... 9
3.6 TRANSPORT ET APROVISIONNEMENT .................................................................................................................. 9
3.7 IMPACT SUR LA SANTE ..................................................................................................................................... 9
3.8 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE .......................................................................................................... 10
3.9 CONCLUSION .............................................................................................................................................. 10
4 ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT ....................................................... 11
4.1 ENVIRONNEMENT DU SITE ............................................................................................................................. 11
4.1.1 Contexte paysager ......................................................................................................................... 11
4.1.2 Cadre socio-économique............................................................................................................... 11
4.1.3 Description générale de l’environnement .................................................................................... 12
4.1.4 Environnement immédiat ............................................................................................................. 13
4.2 RICHESSES NATURELLES, ESPACES AGRICOLES, FORESTIERS OU DE LOISIR.................................................................. 14
4.2.1 Faune – flore – biodiversité locale ................................................................................................ 14
4.2.2 Espaces naturels protégés ............................................................................................................ 14
4.2.3 Evaluation des incidences Natura 2000 : Phase 1 - Analyse du projet vis-à-vis de la
règlementation ............................................................................................................................................ 15
4.2.4 Contexte agronomique ................................................................................................................. 15
4.2.5 Patrimoine culturel et historique .................................................................................................. 15
4.3 ETAT DU SOL ET DU SOUS-SOL......................................................................................................................... 15
4.3.1 Contexte topographique ............................................................................................................... 15
4.3.2 Contexte géologique ..................................................................................................................... 15
4.4 ETAT DES RESSOURCES EN EAU........................................................................................................................ 17
4.4.1 SDAGE et SAGE .............................................................................................................................. 17
4.4.2 Eaux souterraines .......................................................................................................................... 18
4.4.3 Contexte hydrographique ............................................................................................................. 19
4.4.4 Alimentation en eau potable......................................................................................................... 19
4.4.5 Collecte des effluents .................................................................................................................... 19
4.4.6 Traitement des eaux usées............................................................................................................ 20
4.5 IMPACT SUR L’AIR ........................................................................................................................................ 20
4.5.1 Climat ............................................................................................................................................ 20
4.5.2 Plan climat air énergie - objectifs .................................................................................................. 20
4.5.3 Qualité de l’air ............................................................................................................................... 21
4.5.4 Nuisances actuelles et problèmes d’odeurs .................................................................................. 23
4.5.5 Obstacles pouvant gêner la diffusion des fumées ........................................................................ 23
4.6 BRUIT ET VIBRATIONS ................................................................................................................................... 24

2
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.6.1 Environnement immédiat du site, présence de zones sensibles .................................................. 24


4.6.2 Existence de nuisances actuelles ................................................................................................... 24
4.6.3 Zones à émergence règlementée .................................................................................................. 24
4.7 DECHETS .................................................................................................................................................... 25
4.7.1 Organisation du ramassage des ordures ménagères de la commune de Reims ........................... 25
4.7.2 Traitement des déchets................................................................................................................. 25
4.8 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT .............................................................................................................. 26
4.8.1 Grands axes de transport .............................................................................................................. 26
4.8.2 Circulation dans l’agglomération .................................................................................................. 26
5 EVALUATION DES IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT............................................................................ 27
5.1 IMPACT PAYSAGER DU PROJET ........................................................................................................................ 27
5.2 IMPACT DU PROJET SUR LES RICHESSES NATURELLES, ESPACES AGRICOLES, FORESTIERS OU DE LOISIR ............................. 27
5.2.1 Impact du projet sur la biodiversité .............................................................................................. 27
5.2.2 Evaluation des incidences Natura 2000 : phase 2 ......................................................................... 27
5.2.3 Nuisances lumineuses ................................................................................................................... 29
5.2.4 Impact sur l’agriculture ................................................................................................................. 29
5.2.5 Impact sur le sous-sol et les eaux souterraines............................................................................. 29
5.3 IMPACT SUR L’EAU ....................................................................................................................................... 30
5.3.1 Prélèvements d’eau....................................................................................................................... 30
5.3.2 Eaux pluviales ................................................................................................................................ 31
5.3.3 Impact sur la qualité des eaux superficielles ................................................................................. 32
5.3.4 Pollution accidentelle des eaux ..................................................................................................... 33
5.3.5 Respect des dispositions du SDAGE .............................................................................................. 34
5.4 EVALUATION DES IMPACTS SUR L’ATMOSPHERE .................................................................................................. 35
5.4.1 Rejets continus .............................................................................................................................. 35
5.4.2 Bilan global des rejets atmosphériques chroniques...................................................................... 36
5.4.3 Impacts du projet .......................................................................................................................... 36
5.4.4 Odeurs pouvant âtre engendrées par le projet............................................................................. 36
5.4.5 Rejets accidentels .......................................................................................................................... 36
5.5 BRUIT ET VIBRATIONS ................................................................................................................................... 37
5.5.1 Cadre règlementaire ..................................................................................................................... 37
5.5.2 Evaluation des impacts .................................................................................................................. 37
5.5.3 Emission de vibrations................................................................................................................... 39
5.6 GESTION DES DECHETS .................................................................................................................................. 40
5.7 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT .............................................................................................................. 42
6 MESURES COMPENSATOIRES ET CORRECTIVES ..................................................................................... 43
6.1 MESURES PRISES POUR LIMITER LA POLLUTION DU SOUS-SOL ET DES EAUX SOUTERRAINES .......................................... 43
6.2 MESURES PRISES POUR LIMITER L’IMPACT SUR L’EAU........................................................................................... 44
6.2.1 Réduction des volumes d’eau prélevés ......................................................................................... 44
6.2.2 Traitement des eaux pluviales....................................................................................................... 44
6.2.3 Traitement des eaux usées............................................................................................................ 45
6.2.4 Pollution accidentelle .................................................................................................................... 46
6.3 REJETS ATMOSPHERIQUES.............................................................................................................................. 46
6.3.1 Combustibles ou procédés limitant les émissions ........................................................................ 46
6.3.2 Hauteur des cheminées des fours existants.................................................................................. 46
6.3.3 Limitation des odeurs .................................................................................................................... 48
6.3.4 Mesures contre les rejets accidentels ........................................................................................... 48
6.4 MESURES MISES EN PLACE POUR LIMITER LES EMISSIONS SONORES DANS L’ENVIRONNEMENT DU SITE ........................... 49
6.4.1 Installations existantes .................................................................................................................. 49
6.4.2 Mesures prises au niveau des nouvelles installations ................................................................... 49
6.5 SOLUTIONS ALTERNATIVES, PRESENTATION DU CHOIX DES FILIERES D’ENLEVEMENT DES DECHETS ................................. 50
6.5.1 Elimination des rebuts de fabrication secs .................................................................................... 50
6.5.2 Elimination des huiles végétales et minérales .............................................................................. 50

3
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.5.3 Déchets d’emballage ..................................................................................................................... 50


6.5.4 Déchets industriels banals en mélange ......................................................................................... 50
6.5.5 Fluides frigorigènes contenus dans les installations actuelles ...................................................... 51
6.6 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT .............................................................................................................. 51
7 ETUDE D’IMPACT SANITAIRE ................................................................................................................. 52
7.1 AIRE DE L’ETUDE .......................................................................................................................................... 52
7.2 METHODOLOGIE .......................................................................................................................................... 52
7.3 ETAT INITIAL DE LA SITUATION ........................................................................................................................ 53
7.3.1 Polluants émis par l’entreprise (activité existante) ....................................................................... 53
7.3.2 Activités environnantes - Usages sensibles à proximité de l’installation ...................................... 54
7.3.3 Population susceptible d’être exposée, établissements scolaires, habitat, établissements
recevant du public ....................................................................................................................................... 54
7.4 SELECTION DES AGENTS CONTRIBUANT AU RISQUE SANITAIRE ............................................................. 55
7.4.1 Critères .......................................................................................................................................... 55
7.4.2 Polluants retenus .......................................................................................................................... 56
7.5 CONCLUSION .......................................................................................................................................... 58
8 JUSTIFICATION DES CHOIX – MEILLEURES TECHNOLOGIES DISPONIBLES – UTILISATION RATIONNELLE DE
L’ENERGIE....................................................................................................................................................... 59
8.1 CHOIX DU FLUIDE FRIGORIGENE ...................................................................................................................... 59
8.2 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE .......................................................................................................... 60
8.3 EAUX......................................................................................................................................................... 61
8.4 AIR ........................................................................................................................................................... 61
8.5 GESTION DES DECHETS.................................................................................................................................. 61
8.6 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT .............................................................................................................. 62
9 EVALUATION DES COUTS DES MESURES PRISES EN FAVEUR DE LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
63
10 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE ............................................................................................ 64
11 ANNEXES ............................................................................................................................................... 65

4
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

1 PRESENTATION ET DETERMINATION DE L’AIRE DE L’ETUDE

1.1 CONTENU DE L’ETUDE D’IMPACT

L’étude d’impact présentée suit la trame proposée dans le guide d’élaboration d’un dossier de
demande d’autorisation d’exploiter de la D.R.I.R.E. Champagne-Ardenne – édition novembre 2002
mis à disposition par la D.R.E.A.L. Champagne-Ardenne.

Le contenu de l’étude d’impact est défini par l’article R512-8 du Code de l’Environnement.
Il doit être en relation avec l’importance de l’installation projetée et avec ses incidences prévisibles
sur l’environnement.
L’étude d’impact doit présenter successivement :
 Une analyse de l’état initial du site et de son environnement
 Une analyse des effets directs et indirects, temporaires et permanents de l’installation sur
l’environnement
 Les raisons pour lesquelles, notamment du point de vue des préoccupations
d’environnement, parmi les solutions envisagées, le projet présenté a été retenu
 Les mesures envisagées par le demandeur pour supprimer, limiter et, si possible, compenser
les inconvénients de l’installation
 Les conditions de remise en état du site après exploitation

1.2 RAPPEL SUR LE PROJET FAISANT L’OBJET DE LA DEMANDE D’AUTORISATION


D’EXPLOITER

La demande d’autorisation d’exploiter s’inscrit dans le cadre :


- du remplacement de la ligne de fabrication 14 qui s’accompagnera d’augmentation de la
capacité de production, activité soumise à autorisation au titre de la rubrique 2220 –
préparation ou conservation de produits alimentaires d’origine végétale
- du remplacement des groupes frigorifiques actuels par une installation fonctionnant à
l’ammoniac Cette activité sera soumise à autorisation au titre de la rubrique 1136 – emploi
ou stockage d’ammoniac.

Le projet inclut également l’extension des bâtiments existants qui accueilleront les stockages
d’emballages, activité non classée, et une deuxième chambre froide destinée au stockage des
produits finis, activité soumise à déclaration au titre de la rubrique 1531- Entrepôts frigorifiques – de
la nomenclature des installations classées.

5
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

1.3 DETERMINATION DE L’AIRE DE L’ETUDE

Les impacts environnementaux étudiés prennent essentiellement en compte les installations


soumises à autorisation (activité principale de fabrication de produits panifiés et emploi d’ammoniac
dans les installations de réfrigération).
Notre étude d’impact sur l’environnement présente pour chaque catégorie d’impact :
- Une actualisation des impacts définis dans la demande d’autorisation déposée en avril 2004.
Ces impacts sont règlementés dans l’arrêté d’autorisation n°2006-A-109-IC en vigueur sur le
site.
- Les impacts prévisibles du projet.
Les impacts environnementaux des installations de réfrigération fonctionnant à l’ammoniac et de
leurs annexes (tours de refroidissement) sont en partie issus de l’étude ammoniac réalisée par la
société C.2.e.f jointe en annexe 8 à l’étude des dangers.

Le rayon géographique d’étude des impacts environnementaux est de 3 km, ce qui correspond au
rayon d’affichage.

2 REFERENCES REGLEMENTAIRES ET BIBLIOGRAPHIQUES

 Livre V du code de l’environnement


 Arrêté du 23 janvier 1997 relatif à la limitation des bruits émis dans l’environnement par les
installations classées pour la protection de l’environnement.
 Guide d’élaboration d’un dossier de demande d’autorisation d’exploiter de la D.R.I.R.E.
Champagne-Ardenne – édition novembre 2002
 SDAGE 2010 – 2015 du bassin Seine-Normandie
 Plan régional pour la qualité de l’air
 http://www.champagne-ardenne.developpement-durable.gouv.fr
 http://www.eau-seine-normandie.fr
 http://eau.reimsmetropole.fr

6
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

3 RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT

Afin de faciliter la prise de connaissance par le public des informations contenues dans l'étude, celle-
ci fait l'objet d'un résumé non technique (article R122-5 du code de l’environnement).

3.1 IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT

Au regard de l’évaluation des incidences sur les zones du site Natura 2000 le plus proche, les
activités actuelles et projetées n’auront aucun effet significatif sur les habitats et les espèces
végétales et animales ayant justifié la désignation du site Natura 2000.

3.2 IMPACT SUR L’EAU

Le projet présenté prend pleinement en considération la réduction des impacts sur l’environnement,
notamment la réduction de la consommation en eau, la maîtrise de la qualité des rejets des eaux
industrielles et la préservation des réseaux publics d’une pollution potentielle.

La réduction des impacts du projet s’accompagne des exigences des cahiers des charges.
La nouvelle ligne de production sera équipée d’un système de nettoyage automatique fonctionnant
en boucle, avec cycle long et cycle court. Sa conception privilégiera la facilité du nettoyage à la
lingette. Les quantités d’eau utilisées pour le nettoyage seront largement diminuées et la charge
polluante n’augmentera pas par rapport à la situation actuelle.
Il n’y aura donc pas d’impact notable du changement de ligne sur les rejets en eaux usées et
l’installation de traitement en place sera en mesure de traiter l’ensemble des rejets, comme c’est le
cas actuellement.

Au niveau des installations frigorifiques, le choix de condenseurs à système de dégivrage


automatique par gaz chauds permettra la réduction du volume d’eau prélevé et la mise sur rétention
de la salle des machines permettra de prévenir toute pollution des eaux par l’ammoniac en cas d’une
éventuelle perte de confinement.

Le réseau d’eaux de ruissellement des voieries nouvellement créées sera équipé d’un séparateur
d’hydrocarbures avant rejet au réseau public.
Une vanne de coupure avant rejet des eaux usées industrielles au réseau public et une rétention des
eaux d’extinction d’incendie seront mises en place sur le site pour prévenir toute pollution
accidentelle du réseau public.

7
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

3.3 IMPACT SUR L’AIR

Les installations de combustion ne subissent aucun changement à ce stade du projet.

En fonctionnement normal, le seul rejet à l’atmosphère susceptible d’être produit par les
installations projetées est la vapeur d’eau évacuée au niveau des condenseurs évaporatifs
(évaporation d’une partie de l’eau servant à son propre refroidissement).
Les installations sont aujourd’hui suivies régulièrement pour prévenir le risque légionnelle. Les
nouvelles installations feront l’objet d’une analyse méthodique des risques et du même suivi
règlementaire.

Au niveau des installations fonctionnant à l’ammoniac, les éventuelles dispersions atmosphériques


ne peuvent avoir lieu qu’en situation anormale.
Ces installations seront implantées dans une salle des machines dédiée. La hauteur des conduits
d’extraction de l’air vicié de la salle des machines à 12,5 mètres du sol permet de maintenir le rayon
des effets sur l’homme à l’intérieur du site et de prévenir un éventuel risque d’exposition des
populations environnantes.
En cas de dispersion accidentelle, la distance des effets létaux sera inférieure à 10 mètres et celle des
effets irréversibles est estimée à 13 mètres au maximum, la limite de propriété se situant à 48
mètres de la salle des machines.

3.4 BRUIT

Le rapport technique du contrôle des niveaux sonores émis dans l’environnement a été réalisé
conformément à la règlementation en vigueur par le bureau VERITAS. L’ensemble des niveaux
sonores mesurés en limite de propriété respecte les valeurs définies dans la règlementation.

Le niveau sonore de la nouvelle ligne de production a été pris en compte dans le cahier des charges.

Par ailleurs, le niveau sonore émis à l’extérieur des bâtiments sera comparable au niveau actuel.
Les compresseurs des installations de réfrigération projetées seront mis en place à l’intérieur de la
salle des machines, limitant les émissions sonores vers l’extérieur.
Les condenseurs évaporatifs, implantés sur une plateforme extérieure, seront protégés par un
bardage périphérique qui permettra une atténuation du bruit généré par le fonctionnement des
ventilateurs et des pompes. Le niveau sonore ne dépassera pas le niveau des installations actuelles
pour ces appareils.

8
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

3.5 DECHETS

La circulaire du 28 décembre 1990 relative aux installations classées pour la protection de


l’environnement – Etudes déchets précise le contenu du volet déchets.

L’étude déchets doit comporter 3 parties, qui sont chacune traitée dans le chapitre correspondant :
- une description de de la situation existante – chapitre « évaluation des impacts sur
l’environnement »
- une étude des solutions alternatives – chapitre « mesures compensatoires et correctives »
- la présentation et la justification des filières retenues pour l’élimination des déchets –
chapitre « Justification des choix – meilleures technologies disponibles – Utilisation
rationnelle de l’énergie »

La gestion des déchets du site étudié est organisée de façon à favoriser la réutilisation (150 tonnes
d’écarts par an sont réintroduits dans le process), le recyclage (coproduits de fabrication repris par
une entreprise de fabrication d’aliments pour animaux, tri des emballages) et la valorisation (pour les
huiles usagées).
Le taux de rebuts entrera dans le choix de la nouvelle ligne de fabrication.
Les nouvelles installations frigorifiques produiront peu de déchets qui seront enlevées et traitées
conformément à la règlementation en vigueur. Les installations existantes seront démontées par une
entreprise spécialisée et les fluides frigorigènes éliminés selon la règlementation en vigueur.

3.6 TRANSPORT ET APROVISIONNEMENT

Les infrastructures environnant le site ne permettent pas d’envisager d’autre possibilité que le
transport routier pour l’approvisionnement et les expéditions.
Avec l’augmentation de la capacité de production, le trafic des poids lourds lié aux
approvisionnements et expéditions sera doublé. Il représentera une trentaine de véhicules par jour.

La réduction de l’impact lié au transport routier se traduit par le choix préférentiel de filières
d’approvisionnement locales et régionales, la création d’un deuxième accès au site et le
prolongement de la voie de circulation intérieure qui fera le tour du bâtiment. Ces dernières mesures
permettront de conserver la fluidité de circulation sur le site.

3.7 IMPACT SUR LA SANTE

L’étude d’impact sanitaire présentée porte sur les rejets liés à l’exploitation du site de la boulangerie
de l’Europe pouvant présenter des risques d’exposition chronique pour les populations
environnantes.
Au regard des données disponibles, le risque sanitaire lié aux activités actuelles et projetées de la
BOULANGERIE DE L’EUROPE peut être exclu.
Les installations de réfrigération projetées ne présenteront pas de rejets chroniques d’ammoniac en
état de fonctionnement normal, le fluide étant confiné dans les installations.
Le risque accidentel de dispersion atmosphérique d’ammoniac n’entre pas dans le cadre de l’étude
d’impact sanitaire. Il est présenté dans les paragraphes traitant les rejets atmosphériques en
situation accidentelle et plus particulièrement développé dans la partie 3- étude des dangers du
dossier.

9
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

3.8 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE

Le premier poste de consommation en énergie est la production de froid.


Avec le projet présenté, la Boulangerie de l’Europe poursuit sa politique de réduction de ses
consommations en énergie.

Comme c’est le cas au niveau des compresseurs à air comprimé depuis 2011, les compresseurs de
froid seront à vitesse variable.
La chaleur récupérée sera utilisée pour le réchauffement du dallage, le chauffage du plenum
technique et le chauffage des bureaux. Ce dispositif complètera la réutilisation de chaleur déjà
opérationnelle sur le site puisque qu’aujourd’hui la production d’eau chaude sanitaire est
majoritairement assurée par celle-ci.

3.9 CONCLUSION

Au regard de l’étude, le projet n’entrainera pas de nuisances particulières pouvant impacter


l’environnement extérieur du site.
Les impacts seront comparables à la situation actuelle.

10
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4 ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT

4.1 ENVIRONNEMENT DU SITE

4.1.1 Contexte paysager

La commune de Reims est bordée au sud par la Montagne de Reims, au nord-ouest par le massif de
Saint Thierry et à l'est par le Mont Berru.
Le site étudié est implanté au cœur de la zone d’activité de la Neuvillette. Cet actipôle, constitué de
parcelles occupées par des activités de commerces et tertiaires, s’étend sur une superficie de 100 ha.
L’environnement du site de la Boulangerie de l’Europe est composé de bâtiments d’activités
artisanales, industrielles, tertiaires y compris commerciales et de stockages. Ces constructions sont
très diverses en dimensions et altitudes. Elles présentent majoritairement des volumes simples
parallélépipédiques en bardage acier de teintes variées.

4.1.2 Cadre socio-économique


Données de la base INSEE et de la chambre de commerce et d’industrie.

Avec 179 992 habitants recensés en 2010, la commune de Reims est la plus peuplée de la région
Champagne-Ardenne. Elle se classe au 12ème rang des villes de France par sa population.

Reims est le premier pôle économique de la région Champagne-Ardenne devant Troyes et Châlons-
en-Champagne.

Les secteurs marchands non agricoles représentent 59,3 % de l’emploi total. Le tissu économique de
la zone de Reims est fortement tertiarisé avec 41,4% des personnes en emploi localisé dans les
activités tertiaires marchandes.
L’industrie occupe une moindre place en pesant pour 11,9 % dans l’emploi total (5 points de moins
que dans l’ensemble de la Champagne-Ardenne). L’agro-alimentaire est le premier secteur industriel
de la zone d’emploi de Reims.

Au cours des dix dernières années, la zone de Reims connaît la baisse des emplois salariés marchands
la moins élevée de la région grâce notamment au dynamisme de la construction et du tertiaire
marchand. La perte nette de 2800 emplois sur cette période est essentiellement concentrée sur les
années de crise 2008 et 2009

L’actipôle La Neuvillette accueille 222 établissements, représentant un pôle d’emploi de 2 600


salariés.
Les activités représentées dans la zone sont des activités commerciales, industrielles et artisanales,
avec des entreprises comme Cora, Fossier, Leroy-Merlin.

11
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.1.3 Description générale de l’environnement


Le site étudié est implanté au nord de la commune de Reims dans le département de la Marne,
région Champagne-Ardenne.
La commune de Reims se situe dans le Grand Est français, au Nord-Ouest du département, en lisière
du bassin parisien, sur les axes Paris-Strasbourg et Mer du Nord-Méditerranée.

12
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.1.4 Environnement immédiat

a) Occupation de la zone
Le site de la BOULANGERIE DE L’EUROPE est localisé au cœur de la zone d’activité de la Neuvillette,
au Nord-Est de Reims.
Les Zones d’Aménagement Concerté (ZAC) à vocation d’activités correspondent à la zone UZ dans le
Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.) de la ville de Reims.
L’actipôle de la Neuvillette est classé en secteur UZb, ce dernier étant divisé en 3 sous-secteurs dont
le sous-secteur UZb1 auquel la Boulangerie de l’Europe appartient.
Ce dernier a pour vocation principale d’accueillir des activités artisanales, industrielles, tertiaires, y
compris commerciales et de loisirs.

b) Affectation des terrains voisins


L’environnement immédiat du site est constitué de bâtiments à usage commerciaux et industriels.
Les affectations des terrains implantés dans un rayon de 100 mètres et les distances d’implantation
par rapport aux limites de propriété sont les suivantes :

Au Nord et à l’Est :
- PVC HORIZON – entreprise de menuiserie (à 79 mètres)
- ALUBAT AB VERANDA – activité menuiserie (à 56 mètres)
- TIM TRENOIS – quincaillerie (à 46 mètres)
- EUROSTORES – entreprise de menuiserie (à 75 mètres)
- DECO 7 – Vente revêtements pour le sol (à 50 mètres)
- JOBERTY – vente de fenêtres et vérandas (à 61 mètres)
- LCM – vente de fenêtres et vérandas (à 61 mètres)
- MAISON FADILINE – vente de maisons (à 61 mètres)

Au Sud :
- REXEL – distributeur de matériel électrique (à 69 mètres)
- REALE – commerce de matériel électrique (à 61 mètres)
- CARROSSERIE 2000 – carrossier (à 56 mètres)
- SGI – travaux d’isolation (à 76 mètres)

A l’Ouest :
- MONDIAL RELAIS – transport en messagerie express (à 18 mètres)
- KONE – installation et réparation d’ascenseurs (à 54 mètres)
- ASERTI ELECTRONIC – Maintenance industrielle (à 18 mètres)
- SII – fabrication d’éléments d’outillage (à 100 mètres)
- HEOL – import et distribution de produits de plein air (à 14 mètres)
- COFELY – exploitation de chauffage (à 14 mètres)
- BRAMMER – négoce de fournitures industrielles (à 14 mètres)
- Le cimetière de La Neuvillette (à 155 mètres)

Les affectations des terrains dans le périmètre de 300 mètres autour des installations sont reportées
sur le plan cadastral 02 joint au dossier.

13
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

c) Présence d’Etablissements Recevant du Public (E.R.P.)


La zone d’activité de la Neuvillette accueille de nombreuses activités commerciales ouvertes au
public, conformément à sa vocation.
L’environnement du site de la Boulangerie de l’Europe inclus des magasins de petite et grande
distribution, des activités de service, des locaux à usage de bureaux, etc…

d) Réseau de transport
Le réseau routier de la zone d’activités est largement développé pour accueillir les flux de circulation,
poids lourds et véhicules légers.

Seule la limite parcellaire Nord-Ouest du site de la Boulangerie de l’Europe n’est bordée par
aucune voie d’accès.
Il est entouré au Sud-Ouest par la rue Louis VEREL, au Sud-Est par le rond-point
« Archéologique », au Nord-Est par la rue Maurice PREVOTEAU.

4.2 RICHESSES NATURELLES, ESPACES AGRICOLES, FORESTIERS OU DE LOISIR

4.2.1 Faune – flore – biodiversité locale


La vocation commerciale et industrielle de la zone d’implantation du site de la Boulangerie de
l’Europe et le développement important de l’urbanisation autour de celui-ci offre un habitat
relativement pauvre à la faune et la flore. La biodiversité est donc peu développée dans le secteur.
Les espaces sont fortement imperméabilisés par les infrastructures routières et les bâtiments
construits et les espaces verts sont principalement constitués de pelouses.

Les espèces répertoriées dans ce type d’environnement sont des espèces communes :
- Lépidoptères (papillons), diptères (mouches), hyménoptères (abeilles, guêpes) pour les
insectes,
- Pies, corneilles, passereaux tels que moineaux domestiques, mésanges, merles.

4.2.2 Espaces naturels protégés

Le site étudié ne se situe dans aucune zone d’intérêts protégés telles que :
- Zone d’intérêt écologique faunistique et floristique (Z.N.I.E.F.F.)
- Zone d’importance pour la conservation des oiseaux (Z.I.C.O.)
- Zone Natura 2000
- Zone de protection spéciale (Z.P.S.)

Aucun espace protégé n’est recensé dans le périmètre de 3 km autour du site : parcs ou réserves
naturels, sites et monuments naturels, zones humides, forêts de protection ou soumises au régime
forestier, espaces boisés classés.

Le site n’est affecté par aucun arrêté de protection du biotope.

14
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.2.3 Evaluation des incidences Natura 2000 : Phase 1 - Analyse du projet vis-à-vis de la
règlementation
Références règlementaires : décret du 9 avril 2010, articles L. 122-1 à L. 122-3 et articles R. 122-1 à R.
122-16 du code de l’environnement.
L’Article R414-19 du code de l’environnement définit la liste nationale des documents de
planification, programmes ou projets, ainsi que les manifestations et interventions soumis à
autorisation ou déclaration devant faire l’objet d’une évaluation de leurs incidences sur un ou
plusieurs sites Natura 2000 (Liste 1).

Les installations classées pour l’environnement faisant l’objet d’une demande d’autorisation
d’exploiter, qui présente une étude d’impact sur l’environnement, sont soumises à évaluation des
incidences.
Cette catégorie ne bénéfician pas de précision particulière, l’évaluation des incidences est requise
quelle que soit la localisation du projet par rapport aux sites Natura 2000. Dans ce contexte,
l’évaluation préliminaire des incidences (phase 2) est présentée dans le chapitre « impacts sur
l’environnement » au paragraphe correspondant.

4.2.4 Contexte agronomique


Le site est implanté au cœur d’une zone d’activité économique qui ne propose aucun terrain à
vocation agricole dans son emprise. La zone à vocation agricole la plus proche est implantée à plus de
200 mètres au nord.

4.2.5 Patrimoine culturel et historique


La richesse du patrimoine historique et culturel de la ville de Reims est un atout majeur pour
l’activité de tourisme.
L’implantation de la zone d’activité de la Neuvillette a pris en compte la préservation de ce
patrimoine.
Le site de la Boulangerie de l’Europe n’est concerné par aucun périmètre de protection de
monuments classés. Il n’est pas à proximité de zones d’Appellation d’Origine Contrôlée du
champagne ni de circuits touristiques.

4.3 ETAT DU SOL ET DU SOUS-SOL

4.3.1 Contexte topographique


La parcelle qui supporte le projet est inclinée d'Est en Ouest du point NGF 92,87 au point 89,53, ce
qui représente un dénivelé de 3,34 m.

4.3.2 Contexte géologique

La ville de Reims est localisée à la limite du bassin sédimentaire profond parisien.


Elle est bâtie sur des strates de craie formées de biozones du Crétacé supérieur-Campanien inférieur.
Exploité en carrières reconverties en caves pour le champagne, ce massif de craie blanche a été
recouvert par des sables et argiles au nord de Reims.

15
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Des sondages et essais de sol ont été réalisés sur le site de la Boulangerie de l’Europe en 1998, avant
la construction de l’usine.
Les 10 sondages de reconnaissance géologique avec essais piézométriques sur 6 mètres de
profondeur ont permis de déterminer les couches successives suivantes :
- Une couverture limoneuse sur 30 à 50 cm d’épaisseur constituant la couche de terre
végétale,
- Une couche de limon brun foncé légèrement crayeux et beige crayeux tuf pouvant atteindre
1,20 mètre de profondeur,
- Puis, jusque la base des sondages, une craie blanche beige de bonne compacité

La carte géologique est présentée ci-dessous.

Extrait sans échelle de la carte géologique à l’échelle 1/50.000 de la feuille n°132 - BRGM
Boulangerie de l’Europe située sur la couche C6b correspondant à une craie blanche du campanien
inférieur.

16
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.4 ETAT DES RESSOURCES EN EAU

4.4.1 SDAGE et SAGE

a) Le SDAGE
Le SDAGE est le document de planification de la gestion de l’eau à l’échelle d’un bassin.
Il prévoit des orientations générales et des dispositions pour une gestion équilibrée de la ressource
en eau, ainsi que les objectifs de qualité et de quantité des eaux à atteindre dans le bassin.
Il fixe les objectifs de qualité des masses d’eau de surface et des masses d’eau souterraines,
inventorie les enveloppes des zones humides, les zones sensibles, les principales zones inondables,
répertorie les zones dont les eaux souterraines sont à protéger en priorité.

En cohérence avec les premiers engagements du Grenelle de l'environnement, le SDAGE sur le bassin
Seine Normandie a fixé comme ambition d'obtenir en 2015 le "bon état écologique" sur 2/3 des
masses d'eau. Le bassin Seine Normandie se divise en plusieurs sous-bassins dont celui de la vallée
d’Oise auquel est rattachée la commune de Reims.
A l’intérieur de ce sous-bassin, l’unité hydrographique Aisne Vesle Suippe s’étend sur une superficie
de 2956 m2 sur laquelle circule 1465 km de cours d’eau. L’unité hydrogéologique compte 338200
habitants principalement concentrés autour de l’agglomération de Reims.
La qualité biologique est peu satisfaisante à l’aval de la Vesle et sur l’Ardre impliquant de nombreux
enjeux d’enjeux forts du fait de la diversité de son territoire (agglomération de Reims, secteur
viticole,…).
Les principales actions à mettre en œuvre sont présentées dans la fiche synthétique de l’unité
hydrographique Aisne Vesle Suippe jointe en annexe 12.
Ces enjeux comprennent la réduction des prélèvements en eau en renforçant les économies et
l’amélioration et l’amélioration de la connaissance des pressions polluantes de substances
dangereuses pour la définition d’action visant leur réduction.

b) Le SAGE
Les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) sont des documents de planification
élaborés de manière collective, dans les sous-bassins, pour un périmètre hydrographique cohérent
d'un point de vue physique et socio-économique (bassin versant, nappe d'eau souterraine, zone
humide, estuaire...).
Les Sage fixent des objectifs pour l'utilisation, la mise en valeur et la protection de la ressource.

La commune de Reims est comprise dans le périmètre du SAGE Aisne Vesle Suippe en cours
d’élaboration. Le respect de ses dispositions ne peut pas être étudié dans l’étude présentée.

17
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.4.2 Eaux souterraines

a) Contexte hydrogéologique
L’épaisseur de la craie, jointe à sa surface d’affleurement, et sa porosité font de l’aquifère crayeux un
immense réservoir d’eau.
La nappe s’écoule de l’Est vers l’Ouest, sous un gradient de l’ordre de 0,8‰.
La fracturation importante de la craie en surface accentue son caractère perméable. Elle capte ainsi
les précipitations et l’infiltration l’emporte sur le ruissellement (transmission : 2 x 10-1 m² / s,
coefficient d’emmagasinement > 10 %).
Par ailleurs, l’ensemble de cette réserve n’est pas mobilisable de façon homogène. En effet, la
disponibilité de l’eau dépend de la fracturation de la craie, qui n’est développée que dans les
premières dizaines de mètres et en particulier à l’aplomb des axes hydrographiques.

b) Piézométrie de la nappe
L’aquifère sous-jacent est représenté par la nappe de la craie du Campanien.
De ce fait, les courbes hydroïsohypses figurant sur l’esquisse hydrogéologique ci-après situent la
position de sa surface dans le réservoir crayeux et en expriment la morphologie.

Les eaux de la nappe de la craie s’écoulent des reliefs vers la vallée de la VESLE.
La profondeur à laquelle on la rencontre dépend de la topographie :
- 15 à 20 mètres sous les plateaux,
- Moins de 5 mètres en fond de vallée.

Etant alimentée par les précipitations, son niveau piézométrique est soumis à des variations
d’altitude annuelles en fonction de sa recharge par les pluies et de sa vidange par l’évaporation et
l’écoulement des rivières.
Par ailleurs, le niveau de la nappe subit des évolutions interannuelles en fonction de l’importance de
la recharge par les précipitations.
L’amplitude de ce battement est en fonction de la situation topographique : forte sous les plateaux
(15 à 30mètres), plus faible sous les coteaux, et amortie en fond de vallée (moins d’un mètre).

18
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

c) Utilisation de la nappe
Deux ouvrages hydrauliques sont recensés dans un rayon de 1 km autour du site mais sont
aujourd’hui remblayés.

d) Captages d’eau potable


La commune de Reims exploite 5 captages d’eau potable :
- Le champ captant de la commune d’AUMENANCOURT,
- Le champ captant de FLECHAMBAULT,
- Le champ captant de COURAUX,
- Le captage de MUIZON,
- Le captage de CHAMPIGNY.
Aucun périmètre de protection des captages d’eau potable ne touche les terrains de la
BOULANGERIE DE L’EUROPE.

4.4.3 Contexte hydrographique


La commune de Reims est traversée au sud par la rivière La Vesle qui prend sa source à Somme-Vesle
et rejoint l’Aisne à Condé sur Aisne.
La Vesle est alimentée par 5 ruisseaux :
- La Noblette, Le Cheneu et La Prosne, hors agglomération
- Le Rouillat et La Muire dans l’agglomération.
L’éloignement de ces cours d’eau par rapport au site étudié les protège de toute pollution directe.

Le canal de l’Aisne à la Marne reliant les vallées de l'Aisne et de la Marne passe à l’ouest de la
Boulangerie de l’Europe (distance mesurée la plus proche = 760 mètres au nord-ouest).
Annuellement, sur une période de 3 mois, le canal est alimenté naturellement à partir de la Vesle par
une prise d’eau située entre Reims et Châlons-en-Champagne. Le débit réservé à la Vesle limite le
débit d’alimentation du canal entre 200 et 500 l/s et aucun prélèvement ni rejet n’est autorisé dans
le canal.

4.4.4 Alimentation en eau potable


L’alimentation en eau potable du site de la Boulangerie de l’Europe s’effectue exclusivement par la
concession communale.
L’eau potable est distribuée sous la responsabilité de Reims Métropole, Communauté
d’agglomération de Reims dont le siège est situé Rue Arthur Décès à Reims.

4.4.5 Collecte des effluents


Le système d’assainissement sur l’agglomération de Reims est de type séparatif. Les eaux sont
dirigées, selon leur nature, dans le réseau d’eaux usées ou le réseau d’eaux pluviales.
Les eaux usées sont canalisées jusqu’à la station d’épuration où elles sont traitées avant rejet dans la
Vesle.
Les eaux de pluie sont évacuées via les collecteurs d’eaux pluviales jusqu’à la Vesle, au point le plus
bas de la ville.

19
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.4.6 Traitement des eaux usées


Les eaux usées collectées sont acheminées via les réseaux d’eaux usées jusqu’à la station
d’épuration.
Elles sont traitées pendant deux jours avant rejet dans le milieu naturel : la Vesle.
La station d’épuration collecte les effluents de 225.000 habitants sur un territoire de 18 communes,
ce qui représente un volume traité de 20.000.000 m3par an et 60.000 m3 par jour. Les eaux
industrielles représentent une part de 20 % de ces rejets.

4.5 IMPACT SUR L’AIR

4.5.1 Climat
La station météorologique la plus proche du site est la station de Courcy (51) près de Reims. La rose
des vents de la ville de Reims est jointe en annexe 1.
Le climat de la Marne est océanique tempéré avec une légère continentalisation se caractérisant par
une moindre humidité et une tendance au froid.

Températures
Les températures moyennes mensuelles vont de 3 °C en janvier et augmentent progressivement
pour atteindre 18,3 °C en juillet avant de chuter progressivement jusqu’en décembre.
La température moyenne annuelle est voisine de 10°C
Vents dominants
La direction dominante des vents est Sud-Ouest, principalement au printemps. Les vents sont
d’Ouest en été et Sud / Sud- Ouest en automne. En hiver, ils sont plutôt d’Est. Leur vitesse,
généralement modérée, se situe entre 2 et 4 m/s pour la majorité mais peut parfois être supérieure à
8 m/s.
Pluviométrie
L’indice de pluviométrie moyen sur l’année est de 608 mm, atteignant son maximum en mai et juin
avec 60 mm et son minimum en février avec 41 mm.
Le débit d’orage décennal pour la Marne est évalué à 3 l/min/m2 sur une durée de 20 minutes.
(Source : http://www.meteofrance.com)

4.5.2 Plan climat air énergie - objectifs


La région Champagne-Ardenne s’est dotée en 2008 d’un plan climat énergie devenu plan climat air
énergie en 2012 et présentant l’ambition de réduire par 4 les gaz à effet de serre d’ici 2050 afin de
répondre aux défis climatiques et énergétiques de la planète.
Un diagnostic des émissions de gaz à effet de serre a été réalisé sur l’ensemble du territoire
champardennais en 2008. La région Champagne Ardenne émettait 13,6 millions de teq CO2/an, soit
10 teq CO2 par habitant et par an, ce qui équivaut aux émissions d’une voiture parcourant 66 000 km.
Le secteur des entreprises représente 21% des émissions, soit 2920 kteq CO2.
Les moyens d’action retenus pour le secteur industriel incluent :
 l’optimisation des procédés industriels par des mesures techniques ou organisationnelles.
Ces mesures incluent notamment l’accroissement du recours aux moteurs à vitesse variable
et la gestion technique centralisée.
 la réduction de la consommation d’énergies utilitaires grâce à une meilleure valorisation de
la chaleur produite et non utilisée par cogénération, par des systèmes double flux, par la

20
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

récupération de chaleur sur les fumées de chaudières, la valorisation énergétique des


déchets dans le secteur de l’industrie agroalimentaire.
 l’émergence et la diffusion d’innovations technologiques qui devraient permettre à long
terme de réaliser d’importants gains d’efficacité énergétique dans les procédés et la
consommation d’énergies utilitaires, mais également dans l’utilisation de matériaux moins
coûteux en énergie en développant des approches d’écoconception poussées.

4.5.3 Qualité de l’air


Origine des informations : plan climat air énergie de Champagne-Ardenne.

La surveillance de la qualité de l’air permet de connaitre l’exposition de la population et des


écosystèmes à la pollution atmosphérique et de quantifier les risques engendrés par cette
exposition.
La région Champagne-Ardenne dispose :
- D’un Plan de Surveillance de la Qualité de l’Air (PSQA) remis à jour pour les orientations
2010-2015.
- D’un Plan Régional Santé Environnement (PRSE II) seconde version couvrant la période 2010-
2014.
- D’un Plan Climat, Air, Energie Régional (PCAER) se substituant au Plan Régional de la Qualité
de l’Air de 2002 fixant les orientations prises à l’échelle régionale pour réduire les émissions
atmosphériques et améliorer la qualité de l’air de la région.

a) Gaz à effets de serre


Les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités industrielles sont en particulier générées par
la combustion d’énergie fossile (consommation d’énergie), mais également par certains procédés ou
par l’usage de certaines substances, comme certains fluides frigorigènes.

b) Polluants atmosphériques
A la différence des émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, les
polluants atmosphériques peuvent avoir des effets néfastes sur la santé et les écosystèmes.

Les principaux polluants atmosphériques sont :


 Le dioxyde de soufre (SO2)
 Les oxydes d’azote (NOx)
 Les Composés Organiques Volatils Non Méthaniques (COVNM)
 Le monoxyde de carbone (CO)
 Le dioxyde de carbone (CO2)
 L’ammoniac (NH3)
 Les particules en suspension (PM10)
 Les particules fines (PM2,5)
 Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP).

Le secteur résidentiel et tertiaire est le plus gros émetteur en Champagne-Ardenne en HAP, en


composés organiques volatils et monoxyde de carbone. Ces émissions sont principalement dues aux
systèmes de chauffage utilisés.
Le trafic routier reste le principal émetteur d’oxydes d’azote, l’augmentation régulière du parc
automobile compensant les efforts et les avancées technologiques permettant la réduction des
émissions.

21
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

L’agriculture intensive entraîne de fortes émissions d’ammoniac, de particules, et dans une moindre
mesure en oxyde d’azote.
Au niveau de l’industrie manufacturière, la représentation des rejets atmosphériques mesurés dans
la région est la suivante :
 52,3% des rejets en dioxyde de soufre
 11,5% des oxydes d’azote
 14,2% des particules en suspension
 11,1% des particules fines
 16,5% des oxydes de carbone
 24,4% des
 1,6% de l’ammoniac
 0,9% des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques

Pour le secteur industriel, les efforts recommandés dans le cadre de la mise en œuvre du plan climat
air énergie régional portent sur la réduction des émissions en Composés Organiques Volatils Non
Méthaniques COVNM et en dioxyde de soufre.

c) Bilan de la qualité de l’air


La surveillance de la qualité de l’air en Champagne-Ardenne est réalisée par ATMO Champagne-
Ardenne (Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l’Air) qui délivre l’information
quotidienne via l’indice ATMO.
La qualité de l’air dépend de plusieurs paramètres tels que la météorologie, la topographie et les
émissions des activités terrestres (naturelles et anthropiques).

La commune de Reims bénéficie d’un dispositif fixe de mesures en continu de la qualité de l’air :

Carte représentant les stations ATMO sur l’agglomération de Reims (Document ATMO Champagne-Ardenne)

22
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Les stations les plus proches du site de la Boulangerie de l’Europe sont la station urbaine implantée
au centre-ville de Reims au niveau de la mairie, à environ 3550 mètres au sud du site de la
boulangerie de l’Europe, et la station périurbaine de la commune de Bétheny, à environ 2500 mètres
au Sud-Est du site étudié.

L’indice de qualité de l’air est déterminé à partir des niveaux de polluants mesurés au cours de la
journée. Il prend en compte les polluants atmosphériques traceurs des activités de transport,
urbaines et industrielles :
 Les poussières (d’origine industrielle, liées au transport et au chauffage) ;
 Le dioxyde d’azote (lié au transport, aux activités de combustion et de chauffage) ;
 L’ozone (polluant secondaire formé par des précurseurs issus du transport, de l’utilisation
des solvants et des hydrocarbures) ;
 Le dioxyde de soufre (d’origine industrielle) si nécessaire.

ATMO Champagne-Ardenne a réalisé en 2010 une carte présentant les zones les plus sensibles de la
région. Le bilan pour les polluants ayant un rapport direct avec les activités industrielles (poussières,
dioxyde d’azote pour les installations de combustion et dioxyde de soufre) est le suivant :
- Pour les oxydes d’azote, les résultats issus des 2 stations de surveillance les plus proches du
site de la Boulangerie de l’Europe respectent les valeurs réglementaires. Le seuil règlementaire
mesuré par la station trafic est dépassé en proximité des axes de voiries.
- Pour les particules en suspension PM10, plusieurs dépassements du Seuil d’Information et de
Recommandation ont pu être observés sur le département de la Marne, influencés par des
émissions soutenues liées à l’agriculture et au transport routier mises en évidence par des
conditions météorologiques défavorables à la dispersion des polluants.
- Pour les particules fines PM25, les concentrations moyennes annuelles ne respectent pas
l’objectif de qualité (10 μg/m3) sur l’ensemble des stations mais respectent néanmoins les
valeurs limites.
- Le dioxyde de soufre est présent en concentration faible dans l’atmosphère et la majorité des
stations présentent des concentrations moyennes d’environ 1 μg/m3 depuis 2008, très
inférieures à l’objectif de qualité fixé à 50 μg/m3. Concernant les épisodes aigus de pollution,
aucun dépassement du seuil d’information et de recommandation n’a été constaté sur
l’agglomération rémoise.

Dans sa conclusion, le plan climat air énergie Champagne-Ardenne préconise des actions préventives
au niveau des zones d’action prioritairement identifiées que sont les grandes agglomérations, les
zones industrielles et les zones à proximité de grands axes routiers d’autant que les seuils
règlementaires tendent à baisser et que la position géographique de la région Champagne-Ardenne
l’expose aux pollutions transfrontalières, notamment en provenance du Benelux.

4.5.4 Nuisances actuelles et problèmes d’odeurs


Aucune nuisance ni problème d’odeur n’a été répertorié autour du site de la Boulangerie de l’Europe.

4.5.5 Obstacles pouvant gêner la diffusion des fumées


La topographie relativement plane et la hauteur des bâtiments de la zone, limitée à 15 mètres dans
le règlement du plan local d’urbanisme, n’offrent aucun obstacle à la diffusion des fumées.

23
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.6 BRUIT ET VIBRATIONS

4.6.1 Environnement immédiat du site, présence de zones sensibles


L’environnement immédiat du site est constitué de bâtiments à vocation commerciale, industrielle et
artisanale.
Aucune zone à émergence règlementée ne se situe à proximité de la Boulangerie de l’Europe.

4.6.2 Existence de nuisances actuelles


Conformément à la Directive Européenne de 2002, Reims Métropole a élaboré les "cartes du bruit"
pour l’agglomération rémoise.
Les cartes se présentent sous deux formes :
 Les cartes d’exposition représentant les zones de l’agglomération exposées à plus de 50
dB(A).
 Les cartes de dépassement des valeurs limites représentant les zones où les valeurs limites
sont dépassées. Ces valeurs limites sont fixées en fonction des familles de sources sonores
suivantes : 62 dB(A) pour les routes à grande vitesse, 65 dB(A) pour les voies ferrées
conventionnelles et 60 dB(A) pour les activités industrielles.

Les axes routiers à proximité immédiate du site présentent des niveaux sonores inférieurs à 50 dB(A)
et entre 50 et 55 dB(A).
Dans le périmètre de 3 km de notre aire d’étude, les axes routiers suivants dépassent les seuils de
bruit routier :
- L’avenue Salvador Allende Gossens – Boulevard des Tondeurs passant à 670 mètres au sud
de la Boulangerie de l’Europe
- L’A26 passant à 1880 mètres à l’Ouest du site.
Nous ne retiendrons pas d’impact sur le site à cause de leur éloignement.
La voie ferrée, passant à 800 mètres à l’est du site, présente également un dépassement du seuil de
bruit ferroviaire.

4.6.3 Zones à émergence règlementée


La BOULANGERIE DE L’EUROPE ne se situe pas à proximité de zones à émergence règlementée telles
que définies dans l’arrêté du 23 janvier 1997 relatif à la limitation des bruits émis dans
l’environnement par les installations classées pour la protection de l’environnement.

Cependant, l’arrêté préfectoral en vigueur a pris en compte l’hypothèse de zones à émergence


réglementées définies dans le dossier de demande d’autorisation d’exploiter déposé en 2004.
La Boulangerie de l’Europe souhaiterait que le nouvel arrêté préfectoral soit modifié sur ce point et
que les niveaux sonores définis correspondent aux niveaux sonores applicables en dehors des zones
à émergence règlementée, soit les niveaux sonores en limites de propriété définis dans l’arrêté du
23 janvier 1997 :
- 60 dB(A) en période nocturne, dimanches et jours fériés
- 70 dB(A) en période diurne (7h00 – 22h00), hors dimanches et jours fériés.

24
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.7 DECHETS

4.7.1 Organisation du ramassage des ordures ménagères de la commune de Reims


La Communauté d’Agglomération a en charge l’élimination et la valorisation des déchets ménagers
et des déchets assimilés produits par les 215 000 habitants des six communes constituant Reims
Métropole.
Le quartier de la Neuvillette bénéficie hebdomadairement de deux ramassages des ordures
ménagères et un ramassage pour le tri sélectif.

4.7.2 Traitement des déchets


La Collectivité dispose de 2 sites de traitement des déchets exploités par des entreprises privées :

 L’unité de valorisation énergétique implantée Chemin du Moulin de Vrilly dans la Zone de


Farman à Reims.
Les ordures ménagères résiduelles sont livrées sur l’unité de valorisation énergétique (U.V.E.)
de la CAR afin d’y être traitées par incinération. La valorisation énergétique des déchets
permet de fournir de la vapeur à la chaufferie urbaine du quartier Croix-Rouge et de produire
l’électricité destinée au fonctionnement de l’UVE. Cette énergie représente près de 44 % des
besoins de chauffage du quartier. L’exploitation du site a été confiée à une société privée
(Rémival, filiale de Véolia Propreté) via une convention de concession (Délégation de Service
Public).
 Le pôle de valorisation TRIVALFER, implanté au pied du Fort de la Pompelle à Reims, où deux
activités industrielles cohabitent : le centre de tri des emballages ménagers, exploité par la
société privée SITA CHAZELLE, et la plateforme d’élaboration et de maturation des mâchefers
de l’usine de valorisation énergétique des déchets de la CAR. Ces mâchefers deviendront un
matériau utilisé en technique routière, réduisant ainsi l’enfouissement des déchets.

Ce dispositif est complété par des sociétés privées de traitement de déchets.

Les déchets non valorisables sont stockés dans un Centre de Stockage de Déchets Ultimes (C.S.D.U.).

25
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

4.8 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT

La distance couverte avec 5 litres de carburant pour 1 tonne de marchandise est estimée à :
 100 km pour un camion
 250 km pour le train
 330 km pour une péniche présentant 2.20m d’enfoncement

4.8.1 Grands axes de transport


La commune de Reims est desservie par de nombreux axes de transport. Elle se situe au croisement
des axes autoroutiers suivants :
 A4 (Paris-Strasbourg) pour l’axe Est-Ouest
 A26 (Calais-Dijon-Méditerranée) pour l’axe Nord-Sud
Les routes nationale 44 et départementale 366 placent la commune au centre du réseau local
couvrant les grandes agglomérations des départements voisins (l’Aisne, la Haute-Marne et les
Ardennes).

L’axe ferroviaire Reims – Laon est en partie dédié au transport de marchandises mais le site étudié
n’est pas relié aux infrastructures ferroviaires.

Le canal de l'Aisne à la Marne permet à Reims d'avoir un accès à la Marne et de former une grande
ligne de navigation reliant Strasbourg à Lille en passant par le Rhin. Par ce réseau fluvial européen,
Reims est relié à l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Autriche.

4.8.2 Circulation dans l’agglomération


Le décret n° 2009-615 du 3 juin 2009 fixe la liste des routes à grande circulation (RGC).
Les voies routières classées à grande circulation passant à proximité du site de la Boulangerie de
l’Europe sont : l’autoroute A26, la route nationale N4, les routes départementales D944 et D941 et la
voie communale Avenue Salvador Allende Gossens – boulevard des Tondeurs.
Le plan ci-dessous localise les voies classées à grande circulation proche du site étudié.

Boulangerie de
L’Europe

26
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

5 EVALUATION DES IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT

5.1 IMPACT PAYSAGER DU PROJET

Le bâtiment existant est implanté en centre de parcelle.


Actuellement, les accès aux quais se font par la façade Nord-Est qui est décaissée pour permettre le
passage aux quais de déchargement et chargement.

L’extension projetée est implantée en continuité du bâtiment existant.


La voirie existante sera prolongée pour faire le tour du bâtiment.
Les parties libres du terrain seront engazonnées. La parcelle présentera une surface en espaces verts
de 9 000 m² agrémentée d’une cinquantaine d’arbres pour 12 demandés réglementairement.

Les couleurs des bâtiments seront les suivantes :


 Bardage galvanisé prélaqué, blanc à petites ondes - dito existant,
 Panneaux isolants lisses légèrement nervurés en acier galvanisé blanc - dito existant,
 Bandeau tôle pliée prélaqué, blanc - dito existant,
 Toiture type multicouche avec relevé d’acrotère dito existant,
 Menuiseries PVC ton blanc - dito existant.

5.2 IMPACT DU PROJET SUR LES RICHESSES NATURELLES, ESPACES AGRICOLES,


FORESTIERS OU DE LOISIR

5.2.1 Impact du projet sur la biodiversité


Aucune zone de protection de la faune ou la flore n’est répertoriée à proximité du site. Le projet
présenté n’aura pas d’impact supplémentaire notable sur la biodiversité de la zone.

5.2.2 Evaluation des incidences Natura 2000 : phase 2


Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés
pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Le
concept Natura 2000 concilie la préservation de la nature avec les préoccupations socio-
économiques. Le réseau Natura 2000 comprend 27 sites dans le département de la Marne.
Deux types de sites sont répertoriés dans le réseau européen :
 Des Zones de Protection Spéciales (ZPS), visant la conservation de certaines espèces
d’oiseaux sauvages ou servant d’aires de reproduction, de mue, d’hivernage ou de zones de
relais à des oiseaux migrateurs,
 Des Zones Spéciales de Conservation (ZSC) visant la conservation de certains types d’habitats
et des espèces animales et végétales.

Aucun site Nature 2000 n’est recensé dans le rayon d’étude de 3 km autour du site de la
BOULANGERIE DE L’EUROPE.

Le site Natura 2000 le plus proche du site est localisé ci-après.

27
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Boulangerie
de l’Europe

Carte publiée par l'application CARTELIE


© Ministère de l'Égalité des territoires et du Logement / Ministère de l'Écologie, du Développement durable et
de l'Énergie

Appellation : MARAIS ET PELOUSES DU TERTIAIRE AU NORD DE REIMS


Statut : Site ou proposition de Site d'Importance Communautaire (SIC/pSIC)
Code : FR2100274

Le site Nature 2000 le plus proche se développe sur plusieurs zones, hachurées en rose sur la carte,
dont la plus proche commence à 5,3 km à l’ouest du site de la Boulangerie de l’Europe.

Le formulaire de données sur le site est joint en annexe 12.


Le site est constitué de marais et pelouses sur calcaires et marnes du Tardenois, globalement en
assez bon état sauf sur certaines zones sur-fréquentées et dans les secteurs les plus évolués vers la
forêt. Les pelouses sur sables se développent dans les secteurs boisés et à l'occasion de clairières. Les
caractéristiques particulières du substrat permettent une différenciation floristique importante.
Plusieurs espèces protégées ont été observées sur ces zones.

Les menaces, pressions et activités ayant une incidence sur le site sont présentées dans le formulaire
Natura 2000 et l’importance des incidences évaluée. Les incidences relevées sont toutes intérieures
aux zones.

28
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

- Incidences négatives :
o Replantation d'arbres dans une plantation forestière après éclaircie : importante
grande
o Piétinement, sur-fréquentation : importance moyenne
- Incidence positive :
o Pâturages : importance moyenne

En conclusion :
Les incidences potentielles relevées sur le site Natura 2000 portent sur des actions intérieures aux
zones protégées.
Les distances entre les zones Natura 2000 correspondant aux marais et pelouses du tertiaires au nord
de Reims et le site de la Boulangerie de l’Europe sont relativement importantes (> 5 km).
Aucune nuisance liée aux activités actuelles ou projetées de La Boulangerie de l’Europe n’a été mise
en évidence dans la présente étude d’impact en dehors des limites de propriété du site.
Les activités existantes et projetées ne peuvent être à l’origine des incidences citées dans le
formulaire Natura 2000.
Dans ces conditions, aucune incidence des activités actuelles ou projetées de la Boulangerie de
l’Europe sur les zones du site Natura 2000 le plus proche ne peut être retenue.

5.2.3 Nuisances lumineuses


Situation actuelle :
Les parkings, voies de circulations extérieures et quais de chargement sont équipés d’un éclairage
extérieur.

Impact du projet :
- Le niveau d’éclairage artificiel ne sera pas modifié de manière substantielle par rapport à l’existant.
- La vocation de la zone exclue les immeubles d’habitation.
- Les voies publiques de la commune de Reims sont équipées d’éclairage nocturne en continu.
Dans ce contexte, l’impact de l’éclairage du site de la Boulangerie de l’Europe n’est pas notable.

5.2.4 Impact sur l’agriculture


Le site étudié est implanté en zone d’activités qui ne présente pas de parcelles à vocation agricole. La
zone agricole la plus proche est implantée à 200 mètres au nord du site. L’impact de la boulangerie
de l’Europe n’est pas retenu du fait de la distance avec la zone et de son implantation qui rend
difficile la différenciation entre la part d’impact du site étudié et l’ensemble des impacts liés au
milieu urbain.

5.2.5 Impact sur le sous-sol et les eaux souterraines

a) Impact en état normal de fonctionnement


La Boulangerie de l’Europe ne rejette aucun effluent liquide directement ou après pré-traitement
dans les eaux souterraines. Les eaux de ruissellement des toitures et voieries sont reliées au réseau
communal et le projet ne présente aucun point de rejet dans le sol.
Aucun impact ne peut être retenu en état de fonctionnement normal.

29
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

b) Risque de pollution accidentelle


Une de pollution du sol et des eaux souterraines est à prendre en considération lors d’un épandage
accidentel d’un effluent liquide. Rappelons que les quantités de liquides toxiques pour
l’environnement ou dangereux sont limitées aux huiles minérales, produits de nettoyage et de
maintenance.
Les eaux susceptibles d’être en contact avec l’ammoniac et les eaux d’extinction d’un incendie sont
également susceptibles d’entraîner une pollution des sols.

5.3 IMPACT SUR L’EAU

5.3.1 Prélèvements d’eau


Conformément au règlement du plan local d’urbanisme de la commune, les installations existantes et
projetées sont raccordées au réseau public de distribution d’eau potable.
Le site est connecté sur le réseau public à partir d’un point d’alimentation conforme à la
règlementation en vigueur.

La consommation d’eau respecte l’arrêté préfectoral d’autorisation en vigueur qui fixe les limites de
prélèvement à 73.000 m3 annuels et 200 m3/ jour.
Elle s’élève à 33.000 m3 en moyenne pour l’année 2012, répartie de la manière suivante :
- 4561 m3 entrant dans le process (panification et vapeur d’eau)
- 14705 m3 pour les tours de refroidissement
- 13734 m3 pour le reste de l’utilisation qui comprend principalement le nettoyage, l’usage
sanitaire étant négligeable puisqu’il peut être estimé à 3.6 m3 en à partir des consommations
moyennes publiées par SUEZ Environnement.

Les relevés sont effectués journellement. Les relevés 2012 sont joints en annexe 8.
Ils respectent la prescription de 200 m3 maximum d’eau prélevée par jour. Des décompteurs sont
positionnés sur les réseaux R.I.A., eau de procces, adoucisseurs, tours aéroréfrigérantes, production
d’eau chaude.
Ainsi, chaque écart relevé fait l’objet d’une recherche sur son origine et déclenche une action
corrective. Ils correspondent à des disfonctionnement technique (tête d’adoucisseur bloquée en
purge,…).

Impact du projet
L’impact du projet sur le volume d’eau prélevé affectera les postes suivants :
- Le volume d’eau entrant dans le process. Ce volume correspond actuellement à 16% de la
consommation de l’ensemble du site. Il prend en compte l’eau incorporée au niveau de la
préparation de la pâte pour les 3 lignes de fabrication, qui doublera, et l’eau vaporisée dans
l’étuve et les fours.
- Le volume d’eau consommé pour l’alimentation des tours aéroréfrigérantes. Les
refroidisseurs évaporatifs utilisent de l’eau froide pour le refroidissement de l’eau de
condensation. Des appoints instantanés permettent de compenser les pertes par
évaporation (2/3 du volume consommé) et les purges de déconcentration.
- Le volume d’eau actuellement utilisé au dégivrage des installations frigorifiques sera diminué
avec le choix d’un dégivrage par gaz chauds automatique sur les nouvelles installations.
- Le volume prélevé pour le nettoyage n’augmentera pas grâce au choix d’équipements faciles
à nettoyer et munis d’un nettoyage en place fonctionnant en boucle.

30
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

En conclusion, l’augmentation du volume d’eau entrant dans le process sera compensée par la
diminution des eaux utilisées pour le dégivrage des installations frigorifiques actuelles et pour le
nettoyage de la ligne remplacée.
L’exploitant prévoit une baisse de 1000 m3 par an de sa consommation globale.

5.3.2 Eaux pluviales

a) Gestion actuelle des eaux pluviales


Les eaux pluviales du site de la Boulangerie de l’Europe sont dirigées vers le réseau communal d’eaux
pluviales, qui se déverse en aval dans la rivière Vesle. Il reprend :
- les eaux de ruissellement des surfaces imperméabilisées : 7062 m2 de toiture et 6430 m2 de
voieries
- les eaux de condensats des installations de réfrigération
- les eaux de purge des tours aéroréfrigérantes

b) Qualité des eaux pluviales


L’arrêté d’autorisation en vigueur fixe les concentrations en polluants à ne pas dépasser au niveau du
point de rejet des eaux pluviales :
Substance Valeur limite (mg/l)
MES 100
DBO5 125
DCO 30
Azote globale (NGL) 30
Phosphore total 2
Hydrocarbures totaux 5

c) Les eaux de purge des tours de refroidissement


Les rejets en eau des tours aéroréfrigérantes sont dirigés vers le réseau d’eaux pluviales et sont
règlementés avec les limites suivantes :
Substances ou paramètres Valeur limite Flux (en kg/j)
3
Débit journalier 60 m /j
3
Débit horaire 2,5 m /h
Débit instantané 1,5 l/s
MES 100 mg/l 6
DCO 300 mg/l 18
DBO5 100 mg/l 6
Azote global 30 mg/l 1,8
Phosphore total 10 mg/l 0,6
Hydrocarbures totaux 5 mg/l 0,3
Métaux totaux 15 mg/l 0,9
Composés cycliques hydroxylés 0 0
Dérivés chlorés 0 0

Les analyses sont effectuées semestriellement. Les valeurs limites de rejets sont respectées pour
l’ensemble des paramètres. Les dernières analyses sont jointes en annexe 2.

31
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

d) Impact du projet sur les eaux pluviales


Le projet d’extension intègre des modifications de voieries. Les surfaces imperméabilisées seront
augmentées de la manière suivante :
- 3150 m2 de toiture supplémentaire
- 745 m2 de voieries supplémentaires

Conformément au plan local d’urbanisme, les eaux de ruissellement seront raccordées au réseau
d’eaux pluviales existant, après traitement pour les eaux de voierie.
Les nouvelles installations aéroréfrigérantes respecteront les valeurs limites actuelles au niveau de la
qualité des rejets.

5.3.3 Impact sur la qualité des eaux superficielles

a) Raccordement au réseau d’eaux usées


L’ensemble des réseaux publics aboutissent à la rivière Vesle. L’impact sur les eaux superficielles est
donc un impact indirect, puisque les rejets sont traités dans la station d’épuration communale. Il est
lié aux caractéristiques des effluents aqueux du site.

Le raccordement à la station d’épuration communale fait l’objet d’une convention de rejet entre la
Boulangerie de l’Europe et Reims Métropole.
La convention est en cours de négociation avec Reims Métropole car le débit journalier des eaux
usées industrielles rejetées dépasse régulièrement la limite de 30 m3/jour fixée. Ce dépassement a
été mis en évidence lors des nettoyages hebdomadaires pendant lequel le débit peut atteindre 50
m3/ jour.

Par ailleurs, le site respecte les termes de la convention sur le suivi et la qualité des effluents aqueux
rejetés (voir paragraphe suivant).
La Boulangerie de l’Europe fait l’objet d’une mise en demeure en date du 18 juillet 2012 de réaliser,
sous neuf mois, le bassin tampon prévu à son arrêté préfectoral actuel.
Le bassin tampon a pour objet de limiter les pics de débits et respecter la valeur limite fixée dans la
convention de rejet actuelle, soit 30 m3/jour.

Par ailleurs, l’avis des services de Reims Métropole confirme que :


- La nature et le volume des effluents n’entrainent à ce jour aucun dysfonctionnement de la
station d’épuration collective
- Les résultats d’autosurveillance sont conformes,
- les valeurs de Matières en Suspension sont très basses
- les variations de débit n’influent pas sur la qualité du rejet
- Le collecteur d’eaux usées en place est en parfait état
- Le bac dégraisseur est donc capable de traiter les débits actuels.
Le courrier de la D.R.E.A.L. du 4 mars 2013 est joint en annexe 4.

32
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

b) Qualité des effluents industriels


Les valeurs limites de rejets définies dans la convention de rejet actuelle et l’arrêté préfectoral sont :
Concentration Concentration
Flux journalier
Paramètres Valeur limite journalière moyenne annuelle
maximum en kg/j
(sur 24 h) en mg/l en mg/l
3
Débit journalier 30 m /j
3
Débit horaire 20 m /j
Débit instantané 5,5 l/s
MES 600 400 12
DBO5 sur effluents décantés 800 600 18
DCO sur effluents décantés 1900 1400 42
Azote global (= azote mesurée
par la méthode kjeldhal + azote
40 30 0,9
contenu dans les nitrites et les
nitrates)
Phosphore total 30 20 0,6
Substances extractibles au
150 112 3,3
chloroforme (SEC)
Conformément à la règlementation s’appliquant au site de la Boulangerie de l’Europe, les analyses
sont effectuées hebdomadairement et le suivi communiqué aux services de Reims Métropole et de la
D.R.E.A.L. La synthèse des mesures réalisées en 2012 est jointe en en annexe 3.

L’ensemble des paramètres mesurés respectent les valeurs limites de rejets.

c) Impact du projet sur les eaux usées industrielles :


La conception de la nouvelle ligne de production permettra de maîtriser les quantités d’eau utilisées
pour le nettoyage. Elles seront diminuées et la charge polluante n’augmentera pas par rapport à la
situation actuelle.
La production est actuellement organisée en 3X8 du dimanche minuit jusqu’au samedi 13h00.
L’ensemble des lignes de production sont nettoyées en même temps. Avec la réorganisation du
temps de travail en 5X8, les nettoyages hebdomadaires seront répartis sur la semaine selon les
lignes, ce qui participera à la régulation du débit rejeté.

5.3.4 Pollution accidentelle des eaux


Le risque de pollution accidentel des eaux de surfaces, via les réseaux d’eau d’assainissement ou
d’eaux pluviales est relativement faible. En effet, le site fabrique des produits alimentaires et
n’accueille aucun stockage en quantité importante de liquides dangereux, ces derniers étant stockés
dans des cuves double peaux ou sur rétention.

Pollution accidentelle par l’ammoniac :


Au niveau du projet présenté, la contamination de l’eau par l’ammoniac peut avoir lieu lors d’une
perte de confinement dans la salle des machines ou lors de l’extinction d’un incendie.
L’ammoniac est très soluble dans l’eau. Il est, sous sa forme non ionisée, très toxique pour les
organismes aquatiques. Toutefois, il présente une bonne dégradabilité dans l’eau car il est
rapidement converti par les micro-organismes en nitrate et entre ainsi dans le cycle biogéochimique
de l’azote.
La fiche de données toxicologiques et environnementales de l’ammoniac est jointe en annexe 10.

33
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Les pollutions accidentelles prises en compte dans l’étude sont :


- La contamination des eaux d’extinction d’incendie susceptibles d’être en contact avec
l’ammoniac en cas de perte de confinement.
- Les écoulements d’ammoniac liquide en cas de fuite dans la salle des machines.

5.3.5 Respect des dispositions du SDAGE


Les enjeux pouvant susceptibles d’être affectés pas l’activité du site de la Boulangerie de l’Europe
sont :
- la réduction des prélèvements en eau
- et l’amélioration de la connaissance des pressions polluantes de substances dangereuses
pour la définition d’action visant leur réduction.

Comme pour toute industrie agroalimentaire, le volume d’eau prélevé est important. Les contraintes
d’hygiène alimentaire sont à l’origine des lavages importants et, pour le site étudié, une partie de
l’eau prélevée entre dans la composition du produit.

Le site Boulangerie de l’Europe est règlementé pour ses prélèvements et respecte les valeurs limites
fixées dans son arrêté préfectoral en vigueur (voir paragraphe 5.3.1).
Néanmoins, la démarche de réduction des consommations en eau entreprise par l’exploitant et
poursuivit dans le cadre du projet présenté respecte les dispositions du SDAGE en vigueur :
- diminution des eaux utilisées pour le dégivrage des installations frigorifiques avec la mise en
place d’un dégivrage automatique par gaz chauds
- nouvelle ligne de production de conception facilitant le nettoyage à la lingette et équipée
d’un nettoyage en place à deux vitesses et fonctionnant en boucle.
Ces mesures devraient compenser l’augmentation du volume d’eau entrant dans la fabrication du
pain, estimée à 4560 m3 par an.
L’exploitant prévoit une baisse de 1000 m3 par an de sa consommation globale.
L’investissement dans des procédés économes en eau représente une économie non négligeable de
5500 m3 par an.

Pour la prévention de la pollution par les substances dangereuses, le principal risque de


contamination des eaux est lié à la présence d’ammoniac, très toxique pour les milieux aquatique. Ce
risque sera parfaitement maîtrisé par :
L’aménagement d’une rétention dans la salle des machines accueillant les installations projetées
La mise en place d’une rétention des eaux incendie, susceptibles d’être en contact avec l’ammoniac.

En conclusion, le projet présenté prend pleinement en considération les dispositions prévues dans le
SDAGE en répondant au mieux à ses enjeux.

34
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

5.4 EVALUATION DES IMPACTS SUR L’ATMOSPHERE

5.4.1 Rejets continus


Les principales sources des rejets atmosphériques au niveau du site de la Boulangerie de l’Europe
correspondent aux phases de manutention de la farine et au fonctionnement des fours et des
chaudières. Les exhaures des installations de combustion sont localisés sur le plan 03 joint au dossier.

Les valeurs limites de rejets atmosphériques fixées dans l’arrêté préfectoral en vigueur pour les gaz
issus des générateurs thermiques sont les suivantes :
 oxydes d'azote, en équivalent NO2 : 400 mg/m3 ; flux maximum : 16 kg/h
 poussières totales : 20 mg/m3 ; flux maximum : 0,4 kg/h
Les valeurs sont fixées pour les conditions suivantes :
- gaz sec - pression 101,3 kPa
- température 273°K - 3 % en volume d'oxygène.

Le tableau de synthèse ci-dessous présente les rejets en oxydes d’azote (NOx) et poussières totales
mesurés lors de la dernière intervention de l’APAVE, organisme agréé. Les conditions des mesures
sont identiques à celles définies dans l’arrêté en vigueur sur le site. Le rapport complet est joint en
annexe 5.
Polluants Installation Concentrations en mg/Nm3 Flux en g/h
Oxydes d’azote Brûleur 1 ligne rustique 87,8 29
NOx Brûleur 2 ligne rustique 121,6 17
Brûleur 5001 127,7 37
Brûleur 5002 125,5 37
Brûleur 5003 141,1 52
Brûleur 5004 113,9 42
Brûleur ligne 2500 59 27
Brûleur ligne pâtisserie 23,3 11
Chaudière buée 90,6 5
Chaudière eau chaude sanitaire 154,3 71
Chaudière vapeur 141,5 46
TOTAL NOx 374 g/h
Poussières Four 1 ligne 2500 3,4 <1,55
Four 1 ligne rustique <1 <0,12
Four 1 ligne 5000 <1 <0,06
Four 2 ligne 5000 <1 <0,16
Four 2 ligne rustique <1 <0,26
Four pâtisserie <1 <0,16
TOTAL poussières <2,31 g/h

En conclusion : Les valeurs mesurées sont très inférieurs aux valeurs règlementaires.

L’ammoniac n’entre pas dans la liste des polluants rejetés de manière chronique. Le rejet
atmosphérique de l’ammoniac relève de situations accidentelles. Celui-ci est développé dans la
partie 3 – étude des dangers.

35
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

5.4.2 Bilan global des rejets atmosphériques chroniques


Les flux globaux des rejets chroniques des polluants mesurés sont présentés ci-dessous.
Oxydes d’azote : 0,374 kg/h Poussières < 2,3.10-3 kg/h Ammoniac : aucun rejet
chronique

5.4.3 Impacts du projet


Le changement de four de la ligne BCS 14 est à l’étude.
Aucune donnée n’est actuellement disponible sur un choix éventuel d’équipement. En cas de
modification, le changement fera l’objet d’une déclaration avant sa mise en service, conformément
au livre V du code de l’environnement.

5.4.4 Odeurs pouvant âtre engendrées par le projet


Il n’y aura pas de modification du type de produit fabriqué. De plus, les produits panifiés sur le site
sont précuits à environ 250°C. Ne s’agissant pas d’une véritable cuisson, les odeurs sont moindres.
Les installations frigorifiques fonctionnant à l’ammoniac ne produisent pas d’odeurs en
fonctionnement normal.

5.4.5 Rejets accidentels


Les risques de dispersion accidentelle sont les suivants :
- dispersion d’ammoniac
La probabilité d’une fuite massive d’ammoniac est faible et les distances de dispersion présentées
dans l’étude des dangers montrent que, lors d’une perte de confinement, les zones d’effets
n’atteignent pas les limites de propriété.
- risque légionelles
- fumées dégagées dans le cas d’un incendie
Les fumées toxiques issues d’un incendie sont identifiées en trois catégories :
 les polluants asphyxiants : ils représentent les gaz les plus dangereux et sont souvent les
sources d’émissions toxiques responsables des décès constatés.
 les polluants irritants : il s’agit des suies (composé microparticulaires polycycliques azotés et
carbonés), des acides minéraux et des produits organiques irritants.
 les composés à « toxicité spécifique » (effet cancérigène, mutagène, allergisant…). Ils sont
généralement formés en quantité limitée dans le panache et ne conduisent donc pas à des
effets aigus mais peuvent présenter des effets toxiques à long terme (benzène, dioxine,
dibenzofurane…).
Les panneaux isothermes sont vulnérables à l’incendie. Les panneaux mis en œuvre au niveau
des chambres froides sont composés d’un parement métallique et d’un isolant en mousse de
polyuréthane (PU). Les propriétés mécaniques des mousses polyuréthane s’amenuisent dès
160°C pour atteindre une pyrolyse à partir de 250°C. La décomposition du polyuréthane entraine
alors une production importante de fumées et un gonflement du matériau libérant
d’importantes volutes de fumées chargées d’acide cyanhydrique et de gaz phosphoro-bromé.

36
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

5.5 BRUIT ET VIBRATIONS

5.5.1 Cadre règlementaire


L’arrêté préfectoral en vigueur sur le site demande que le niveau de bruit en limite de propriété de
l'installation ne dépasse pas, lorsqu'elle est en fonctionnement, 65 dB(A) pour la période de jour et
55 dB(A) pour la période de nuit, sauf si le bruit résiduel pour la période considérée est supérieur à
cette limite.
L’organisme VERITAS a été chargé des mesures de bruit en limite de propriété. Considérant que le
site ne se situe pas en zone à émergence règlementée et selon l’arrêté du 23 janvier 1997 relatif à la
limitation des bruits émis dans l’environnement par les installations classées pour la protection de
l’environnement, les limites applicables en limite de propriété de l’installation sont les suivantes :
- En période diurne (07 H 00 – 22 H 00), sauf dimanches et jours fériés : 70 dB(A),
- En période nocturne, dimanches et jours fériés : 60 dB(A).
Le rapport technique du contrôle des niveaux sonores dans l’environnement a été réalisé
conformément à la règlementation en vigueur par le bureau VERITAS. Il est joint en annexe 6)

5.5.2 Evaluation des impacts

a) Niveau sonore à l’extérieur de l’usine


Les mesures du niveau sonore ont été réalisées le 03 avril 2013 aux 4 points cardinaux en limite de
propriété du site de La Boulangerie de l’Europe.

La production de l’usine fonctionne actuellement 24 heures / 24 et 6 jours sur 7 (arrêt du samedi


13h00 au dimanche minuit). Les installations de compression et réfrigération fonctionnent en
continu.
La durée des mesures, entre 6h19 et 8h40, couvre les périodes nocturne et diurne, conformément à
la règlementation en vigueur.

Le rapport complet du relevé des émissions sonores en limite de propriété effectué par la société
VERITAS est joint en annexe 6.

37
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Document issu du rapport de mesures de bruit en limite de propriété - VERITAS

1. Limite de propriété sud-est, à côté de l’entrée du site


2. Limite de propriété sud-ouest, le long de la route
3. Limite de propriété nord derrière le stockage palette actuel
4. Limite de propriété nord-est, en face des quais de livraison

b) Sources de bruit par rapport au voisinage


Les mesures de bruit ont permis de relever les sources des émissions sonores produites par l’usine en
fonctionnement. Les principales sources d’émission sonores à l’intérieur du site sont les suivantes :
 Passage de poids lourds et de véhicules légers (points 1, 2 et 4)
 Parking poids lourds et véhicules légers (Points 1, 2 et 4)
 Passage des chariots élévateurs (Points 3 et 4)
 Compresseurs (tous les points de mesure)
 Tours aéro-réfrigérantes (Point 4)
 Chargement et déchargement des poids lourds au niveau des quais de chargement (Points 1,
3 et 4)

Les principales sources de bruit hors du site proviennent :


 De la circulation routière (poids lourds et véhicules légers) sur les voies bordant le site (tous
les points de mesure)
 Des activités des entreprises voisines (tous les points de mesure)
 De bruits divers liés à l’environnement comme les oiseaux (tous les points de mesure)

38
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

c) Niveaux sonores mesurés


L’intégralité du rapport de mesure des niveaux sonores est jointe en annexe 6.

Les mesures en période diurne peuvent atteindre 59 dBA et respectent la valeur limite de 65 dBA
imposée dans l’arrêté préfectoral en vigueur.
Les mesures de nuit peuvent atteindre 59,5 dBA et dépassent la valeur de 55 dBA fixée dans l’arrêté
préfectoral mais respecte la valeur de 60 dBA définie dans l’arrêté du 23 janvier 1997.

En conclusion :
L’ensemble des niveaux sonores mesurés en limite de propriété respecte les valeurs mentionnées
dans l’arrêté du 23 janvier 1997.

5.5.3 Emission de vibrations


L’activité du site n’est pas à l’origine de vibrations mécaniques perceptibles à l’extérieur. Le projet
présenté n’entrainera pas de changement à ce niveau.

39
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

5.6 GESTION DES DECHETS

Les déchets produits par l’entreprise sont triés à la source. Les principaux types de déchets sont les
suivants :
1. Les rebuts de fabrication
2. Les emballages des matières premières : bidons en plastique, boites métalliques et film
étirable
3. Les boues provenant du traitement des eaux usées industrielles
4. Les déchets des bureaux
Les déchets présentés dans le tableau de synthèse ci-dessous sont référencés selon la liste de
codification des déchets (Annexe II de l'article R. 541-8 du CE).

Désignation Code Caractéristiques Quantité Mode de Mode


annuelle stockage d’élimination
produite sur site ou valorisation
Déchets banals
Déchets non 02 06 99 Rebuts de fabrication 150 tonnes Caisses Recyclage en
spécifiés dans la alimentaires interne :
nomenclature chapelure +
pâte en cours
de fabrication
Déchets non 02 06 99 Rebuts de fabrication 1100 3 bennes Fabrication
spécifiés dans la tonnes TROTEC d’aliments pour
nomenclature animaux
Matières 02 06 01 Matière récupérée 20 tonnes Benne DIB DECTRA - SITA
impropres à la avant nettoyage des
consommation lignes (farine au sol,
ou à la pâte souillée)
transformation
Boues 02 06 03 Boues issues des 6 m3 Sans objet SOGESSAE
provenant du installations de
traitement in prétraitement des
situ des eaux usées de process
effluents
Emballages en 15 01 01 Emballages matières 90 tonnes Balles sur GIRON
papier/carton premières non souillés Doublés palettes
avec le
projet
Emballages en 15 01 02 Emballages matières 7 tonnes Benne GIRON
plastique premières non souillés 90 tonnes
Doublés
avec le
projet
Métaux 20 01 40 Equipements hors 30 tonnes Benne Recyclage
service

40
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Désignation Code Caractéristiques Quantité Mode de Mode


annuelle stockage d’élimination
produite sur site ou valorisation
Déchets banals (suite)
Déchets 20 03 01 Déchets de bureau en Variable Benne DIB DECTRA - SITA
municipaux en mélange
mélange
Déchets non 02 06 99 Huiles végétales 4 tonnes Fût 1000 H.E.R.
spécifiés dans la litres Environnement
nomenclature pour recyclage
Déchets dangereux
Emballages 15 01 10 Emballages souillés 150 tonnes Benne DECTRA - SITA
contenant des
résidus de
substances
dangereuses ou
contaminés par
de tels résidus
Substances 14 06 01 Déchets liés au 7 tonnes SO Entreprise
CFC, HCFC et changement des spécialisée non
HFC installations de déterminée
réfrigération projeté
Huiles 13 01 11 Huiles minérales 400 litres Cuve VEOLIA pour
hydrauliques 13 02 06 double recyclage ou
synthétiques, peau de 600 valorisation
de moteur, de litres énergétique
boîte de
vitesses et de
lubrification
synthétiques
Huiles 13 01 11 Huiles usagées des 1500 litres Cuve Entreprise
hydrauliques compresseurs de froid (estimation) double agréée pour
synthétiques ammoniac projetées peau de 600 recyclage ou
litres valorisation
énergétique

L’enlèvement des déchets dangereux fait l’objet de bordereaux conformément à la règlementation


en vigueur.

Les fluides frigorigènes des installations de réfrigération démontées seront pris en charge par une
entreprise agréée. En fonction de leur degré de pureté, les fluides peuvent être régénérables. Dans le
cas contraire, ils sont envoyés en destruction.

41
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

5.7 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT

a) Flux actuels
Les flux journaliers de véhicules représentent :
 1 à 2 camions pour la farine
 1 camion tous les 2 jours pour les matières premières
 13 camions par jour pour les expéditions
 119 véhicules légers correspondant aux trajets des employés répartis en 3/8.

b) Impact du projet sur les flux de véhicules


L’impact du projet sur les flux routiers est lié à l’augmentation de la capacité de production de
l’usine, qui doublera.

Les flux de poids lourds seront donc doublés par rapport à la situation actuelle soit :
- 4 camions par jour pour les approvisionnements (farine et matières premières)
- 25 camions pour les expéditions

L’effectif travaillant à la Boulangerie de l’Europe ne sera pas modifié. Les flux de véhicules légers
resteront constants.

Les installations frigorifiques produisent peu de déchets et n’utilisent pas de matières


consommables, en dehors de l’huile frigorifique et de l’ammoniac pour des appoints éventuels. Le
trafic routier inhérent représentera quelques véhicules par an pour les opérations d’entretien ou de
maintenance courante.

42
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6 MESURES COMPENSATOIRES ET CORRECTIVES

6.1 MESURES PRISES POUR LIMITER LA POLLUTION DU SOUS-SOL ET DES EAUX


SOUTERRAINES

L’hypothèse d’une pollution du sous-sol par les eaux d’extinction d’incendie a été retenue.

Une rétention des eaux d’extinction incendie sera aménagée. Son volume a été calculé à partir du
document technique D9A – Défense extérieure contre l’incendie et rétention – août 2004.

Les éléments pris en compte dans le dimensionnement de la rétention des eaux d’extinction
d’incendie sont :
 Le volume d’eau nécessaire aux services de secours externes (le calcul détaillé est présenté
dans l’étude des dangers)
 Le volume d’eau nécessaire aux moyens de lutte intérieure contre l’incendie (sprinklage)
 Le volume d’eau lié aux éventuelles intempéries (toitures)

Le volume de rétention est estimé à 840 m3. Ce volume sera à valider en fonction du
dimensionnement exact des sprinklages.
La rétention sera mise en place de la manière suivante :
- Utilisation du volume encaissé des quais pour partie de la rétention : quai expédition,
représentant 380 m3, et quai carton, représentant 80 m3
- Création d’une rétention complémentaire de 380 m3
- mise en œuvre de 3 tubes de drainage enterrés détournant les eaux de ruissellement des
pluies des quais
- Vanne d’isolement du réseau permettant de préserver le réseau en aval. La vanne est
localisée sur le plan d’ensemble 04.

Le coût estimatif est de 100.000 euros HT.


La mise en œuvre de la rétention s’effectuera en phase travaux en 2014.

43
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.2 MESURES PRISES POUR LIMITER L’IMPACT SUR L’EAU

6.2.1 Réduction des volumes d’eau prélevés

Le volume annuel d’eau prélevée correspond à 33.000 m3 pour l’année 2012.


Le remplacement d’une partie des installations de production (démontage de la ligne BCS 14) et des
installations de réfrigération existantes par des équipements performants et intégrant dès leur
conception la maîtrise des volumes d’eau consommés permet d’estimer une baisse de la
consommation en eau de l’ordre de 1000 m3 par an, malgré l’augmentation de la quantité d’eau
entrant dans le produit fabriqué (quantité doublée).

Le choix des équipements privilégiera les propositions présentant un matériel peu gourmand en eau :
- la prise en compte du coût de l’eau et de la consommation énergétique, qui sera en partie
liée à l’énergie consommée pour la production d’eau chaude. Un engagement de
consommation est demandé au fournisseur
- l’exigence de moyens de suivi des consommations des fluides
- la possibilité de 2 cycles de nettoyage (long et court)
- les procédures de nettoyage devront être fournies
- la conception permettant un nettoyage facile, sans zones de rétention.

Au niveau des installations frigorifiques, le choix de condenseurs à système de dégivrage


automatique par gaz chauds permettra la réduction du volume d’eau prélevé.

6.2.2 Traitement des eaux pluviales

a) Mesures actuelles
L’ensemble des eaux de voieries, hors zone de stockage des déchets, et de stationnement des
véhicules transite actuellement par 2 séparateurs d’hydrocarbures dimensionnés pour garantir un
rejet de 5 mg/l, conformément à l’arrêté préfectoral en vigueur.
Coût d’entretien annuel : 2800 euros HT.

Les caniveaux sont annuellement curés par une entreprise spécialisée.


Coût d’entretien annuel : 450 euros HT.

b) Mesures envisagées
Un séparateur d’hydrocarbures sera ajouté pour le prétraitement des eaux de voieries nouvellement
créées. Il sera dimensionné conformément aux normes en vigueur et garantira une concentration en
hydrocarbures inférieure ou égale à 5 mg/l.
Coût de l’installation : 7000 euros HT
Coût annuel de l’entretien : 1400 euros HT

44
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.2.3 Traitement des eaux usées


La société Eurovia est intervenue pour étudier la faisabilité d’un bassin tampon. Deux possibilités ont
été envisagées :
- La mise en place d’un bassin tampon en amont du bac dégraisseur. Dans ce cas, la charge
polluante des effluents entrainerait une surcharge de nettoyage et d’entretien du bassin
pour éviter tout risque de fermentation et d’odeurs. De plus, la mise en œuvre de cette
solution est rendue techniquement difficile par la profondeur des réseaux existants et les
dimensions du bassin tampon. La solution ne peut pas être retenue.
- La mise en place d’un bassin tampon de 50 m3 en aval d’un nouveau bac dégraisseur
surdimensionné. Dans ce cas, le surdimensionnement du bac dégraisseur entraine une
diminution de la performance du traitement. La proposition financière et le plan de
faisabilité sont joints en annexe 7. Le coût de l’installation est d’environ 85.000 euros pour
une solution non satisfaisante. La solution ne peut pas être retenue.

Prenant en considération l’avis des services de Reims Métropole qui ont confirmé que :
- La nature et le volume des effluents n’entrainent à ce jour aucun dysfonctionnement de la
station d’épuration collective
- Les résultats d’autosurveillance sont conformes,
- les valeurs de Matières en Suspension sont très basses
- et les variations de débit n’influent pas sur la qualité du rejet
- Le collecteur d’eaux usées en place est en parfait état
- Le bac dégraisseur est donc capable de traiter les débits actuels.
Le courrier de la D.R.E.A.L. du 4 mars 2013 est joint en annexe 4. Celui-ci mentionne également que
les services de Reims métropole n’ont aucune exigence quant à la mise en place d’un bac tampon.

De plus,
- les rejets industriels ne dépassent pas le débit instantané de 5,5 l/s ni le débit horaire de 20
m3/h fixés dans l’arrêté préfectoral,
- la Boulangerie de l’Europe ne souhaite pas la mise en place d’un bassin tampon, ajoutant
contraintes techniques et financières,
- l’exploitant met en œuvre des mesures de réduction de ses consommations et rejets aqueux
(voir ci-après),
La Boulangerie de l’Europe demande l’autorisation d’augmenter le débit journalier de ses rejets à
50 m3/h.
La négociation de la modification de la convention de rejets actuelle est en cours avec les services de
Reims Métropole.

Au niveau du projet
La nouvelle ligne de production sera équipée d’un système de nettoyage automatique fonctionnant
en boucle, avec cycle long et cycle court.
Sa conception privilégiera la facilité du nettoyage à la lingette.
Les quantités d’eau utilisées pour le nettoyage seront donc largement diminuées et la charge
polluante n’augmentera pas par rapport à la situation actuelle.
Il n’y aura donc pas d’impact notable du changement de ligne sur les rejets en eaux usées et
l’installation de traitement en place sera en mesure de traiter l’ensemble des rejets, comme c’est le
cas actuellement.
De plus, le suivi des paramètres permettra de valider ce dernier point. Dans le cas contraire, le
redimensionnement des installations de traitement existantes sera envisagé.

45
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.2.4 Pollution accidentelle


La prévention de la pollution accidentelle des eaux sera gérée à deux niveaux :
- Localement pour les installations d’ammoniac : la salle des machines sera sur rétention, un
PHmètre sera installé sur les eaux de déconcentration, vidange et rétention de tous les
condenseurs évaporatifs.
- A l’échelle du site : une rétention des eaux d’extinction d’incendie sera mise en place (voir le
détail au paragraphe 6-1 précédent). Les eaux recueillies seront, le cas échéant, éliminées
selon la règlementation en vigueur.
Conformément à la demande des services de Reims Métropole, une vanne de coupure sera
mise en place sur le réseau d’eaux usées industrielles.

6.3 REJETS ATMOSPHERIQUES

6.3.1 Combustibles ou procédés limitant les émissions


Les installations de combustion utilisent le gaz naturel.
Le gaz naturel est présent naturellement dans le sous-sol.
C’est une énergie primaire, utilisable en l’état sans transformation après l’extraction. Il est composé
essentiellement de méthane (CH4) molécule à faible teneur en carbone.
La combustion du gaz naturel émet principalement de la vapeur d’eau et du dioxyde de carbone (C02)
en faible quantité. C’est le combustible le moins générateur de gaz à effet de serre puisqu’il génère
de 30 à 50 % d’émissions de CO2 en moins que les combustibles tels que le charbon ou le fuel.
Le combustible utilisé est compatible avec les objectifs d’amélioration proposés pour le secteur
industriel dans le plan climat air énergie régional.

Les rejets atmosphériques de la farine mise en suspension lors des étapes de vidange dans les
trémies sont limités par le système d’aspiration en place aboutissant à un filtre à décolmatage.

6.3.2 Hauteur des cheminées des fours existants


Les cheminées sont localisées sur le plan 03 joint au dossier.
Dans l’arrêté d’autorisation actuel, la hauteur des cheminées (différence entre l’altitude du
débouché à l’air libre et l’altitude moyenne du sol à l’endroit considéré) est préconisée à :
 14,5 m pour les chaudières à gaz
 15,5 m pour les fours de cuisson
Cette préconisation prenait en compte un projet d’extension des installations de stockage dont la
hauteur présentait un obstacle. Ce projet n’a pas abouti.
Les hauteurs des cheminées actuelles sont inférieures à la préconisation de l’arrêté en vigueur sur le
site mais elles respectent l’arrêté ministériel du 08/04/11.
Conformément à l’arrêté du 08/12/11 relatif aux installations de combustion soumises à déclaration,
la hauteur des débouchés à l’air libre dépasse de 3 mètres au minimum le point le plus haute de la
toiture : 3,1 mètres pour le conduit de la chaudière d’eau chaude sanitaire et 3,5 mètres pour les
autres conduits.

46
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Prise en compte du projet d’extension


La hauteur des cheminées doit également prendre en compte la hauteur des nouveaux bâtiments.
La hauteur des bâtiments projetés est de 14 mètres pour la chambre froide et 10,5 mètres pour les
locaux de stockage des emballages (cartons, plastiques et palettes bois). Celle-ci se situe sous l’angle
de 15° dans le plan horizontal des cheminées existantes. Cette partie de l’extension ne peut pas être
considérée comme un obstacle aux cheminées existantes.

Les hauteurs de cheminées existantes en fonctionnement ont été recalculées conformément à


l’article 6.2.3. de l’arrêté ministériel du 08/04/11 pour la prise en compte des obstacles : ici
l’extension de la chambre froide, dont la hauteur sera de 14 mètres.

cheminée d (m) Hp (m) H actuelle (m) Différentiel (m)


1 HS
2 46,75 14,9 14 -0,9
3 49 14,4 14 -0,4
4 52 13,9 14 0,1
5 53 13,7 14 0,3
6 HS
7 40 16,2 14 -2,2
8 42 15,8 14 -1,8
9 43,5 15,5 14 -1,5
10 HS
11 HS
12 36,76 16,8 14 -2,8
13 38,75 16,4 14 -2,4
14 40,7 16,0 14 -2,0
15 39,5 16,2 14 -2,2
16 45,75 15,1 14 -1,1
17 47,4 14,7 14 -0,7
18 49,5 14,3 13,1 -1,2
19 et 20 82,5 8,1 14 5,9
HS : hors service

Les hauteurs de l’ensemble des cheminées en activité ont été définies à partir des données
existantes. Elles seront redéfinies avant le début des travaux si nécessaire et en fonction d’éventuels
changements des installations de combustion, puisque le changement du four de la ligne 14 est
envisagé. Dans ce cas, le calcul mis à jour sera intégré à la déclaration pour la modification des
installations de combustion relevant de la rubrique 2910.
Les cheminées seront rehaussées le cas échéant conformément à la règlementation en vigueur.

47
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.3.3 Limitation des odeurs


A l’heure actuelle, aucune technique ne permet de garantir une efficacité sur le traitement des
odeurs produites par les activités de fabrication de pâtisseries industrielles.
Rappelons qu’aucun bâtiment à usage d’habitation n’est autorisé dans la zone d’activité et que le site
de la Boulangerie de l’Europe n’a fait l’objet d’aucune plainte sur les odeurs émises.
La température modérée de la pré-cuisson limite la libération d’odeurs fortes.

6.3.4 Mesures contre les rejets accidentels

a) Rejets accidentels d’ammoniac


Les installations seront conçues et exploitées conformément à l’arrêté du 19/11/09 modifié relatif
aux prescriptions générales applicables aux installations soumises à déclaration sous la rubrique
1136.
Les installations sont implantées à 48 mètres des limites de propriété. L’ammoniac sera confiné dans
les installations, qui seront situées à l’intérieur d’une salle des machines dédiée. La hauteur des
parois des locaux permet de limiter la diffusion du gaz ammoniac au niveau du sol lors d’une fuite,
l’ammoniac étant plus léger que l’air.
Les installations et les locaux seront équipés de sondes de détection d’ammoniac à 2 seuils reliées à
une alarme sonore et visuelle installée à l’extérieur de la salle des machines.
En cas de dispersion atmosphérique accidentelle, la distance des effets létaux sera inférieure à 10
mètres et celle des effets irréversibles est estimée à 13 mètres au maximum.

Les scénarios de perte de confinement des installations contenant de l’ammoniac et de dispersion


atmosphériques sont présentés dans la partie 3 – étude des dangers du dossier.

b) Risque légionnelle
Le suivi des installations est réalisé conformément à la règlementation en vigueur. Les nouvelles
installations feront l’objet d’une analyse méthodique des risques et d’un suivi par une entreprise
agréée.

c) Fumées d’incendie
Le projet intègre largement le traitement du risque incendie avec notamment la mise en place dans
un premier temps d’un sprinklage sur la totalité des stockages d’emballages et des bureaux – coût
estimé à 1 million d’euros.
Une deuxième phase est à l’étude pour l’extension du sprinklage à la partie production.

Ce système permettra de limiter l’ampleur d’un éventuel incendie et les quantités de fumées émises
dans l’atmosphère.

48
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.4 MESURES MISES EN PLACE POUR LIMITER LES EMISSIONS SONORES DANS
L’ENVIRONNEMENT DU SITE

6.4.1 Installations existantes


L’impact sur l’environnement des émissions sonores du site étudié prend en considération le niveau
sonore émis par le fonctionnement des installations.

Le voisinage immédiat peut être affecté par le bruit continu ou ponctuel induit par le fonctionnement
des installations (compresseurs, avertisseurs sonores des chariots élévateurs…).
La circulation des véhicules (poids lourds pour les approvisionnements et expéditions, véhicules
légers du personnel…) est également une source de nuisances sonores pour le voisinage immédiat,
mais également le long des axes routiers empruntés.
Le site n’a jamais fait l’objet de plaintes du voisinage.

6.4.2 Mesures prises au niveau des nouvelles installations


Le cahier des charges des nouvelles installations précise que le niveau de pression acoustique de la
nouvelle ligne de production ne dépassera pas 75 dB(A) à 1 mètre de la source d’émission.

Le niveau sonore émis par les installations sera comparable au niveau actuel.
Les compresseurs des installations de réfrigération projetées seront, comme à l’heure actuelle, mises
en place à l’intérieur de la salle des machines, limitant les émissions sonores vers l’extérieur.
Seuls les condenseurs évaporatifs, implantés sur une plateforme extérieure, seront audibles à
l’extérieur des locaux (fonctionnement des ventilateurs et des pompes). Le bardage périphérique
permettra une atténuation supplémentaire du bruit généré par les condenseurs évaporatifs.
Le niveau sonore ne dépassera pas le niveau des installations actuelles pour ces appareils.

49
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.5 SOLUTIONS ALTERNATIVES, PRESENTATION DU CHOIX DES FILIERES D’ENLEVEMENT


DES DECHETS

6.5.1 Elimination des rebuts de fabrication secs


Les coproduits de fabrication secs sont valorisés dans une filière appropriée.
Ils sont enlevés par la société Belge Trotec NV - Albert I Laan 21 - 8630 Veurne qui offre un service
adapté au fonctionnement des entreprises agroalimentaires.

La société choisie gère intégralement la fin de vie du coproduit dans le respect des règlements de
qualité (HACCP,…). Elle se charge des enlèvements et du nettoyage des conteneurs.
Une attestation de transformation officielle est délivrée pour chaque enlèvement offrant une
traçabilité des coproduits, qui sont transformés en intégralité par la société Belge.

Mesures prises pour les nouvelles installations :


Le cahier des charges pour la nouvelle ligne de fabrication intègre dans ses exigences de fournir le %
des taux de rebus par équipement (matière première et produit fini). Les données seront prises en
compte dans le choix des équipements.
6.5.2 Elimination des huiles végétales et minérales
Les huiles végétales sont enlevées par la société H.E.R Environnement.
H.E.R Environnement est née de l'idée simple qu'une huile Alimentaire Usagée (HAU)
considérée comme un déchet problématique pour les métiers de la restauration, un déchet nocif
pour les stations d'épuration et un déchet dangereux pour les usines d'incinération.
Ce déchet peut retrouver une seconde vie comme biocombustible et biolubrifiant.

Les huiles minérales sont enlevées par une entreprise agréée (actuellement VEOLIA Environnement)
pour recyclage ou valorisation énergétique.

Mesures prises pour les nouvelles installations :


Au niveau du projet, les installations frigorifiques ne produisent que quelques huiles usées recueillies
périodiquement au niveau des compresseurs ou soutirées au niveau du pot d’huile, récupérant
l’huile éventuellement présente dans le système.
Les huiles rejoindront les filières d’élimination employées pour l’élimination de l’ensemble des huiles
usagées sur le site.

6.5.3 Déchets d’emballage


Les déchets d’emballage non souillés sont constitués de carton et plastiques.
Les premiers sont mis en balles avant enlèvement pour recyclage.

6.5.4 Déchets industriels banals en mélange


La Boulangerie de l’Europe étudie la mise en place d’un compacteur pour ses déchets industriels
banals en mélange. Celui-ci permettra un gain de place pour le stockage, une baisse de la fréquence
d’enlèvement et une étanchéité du stockage.

50
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

6.5.5 Fluides frigorigènes contenus dans les installations actuelles

Pour le démontage des installations existantes, l’exploitant prendra les précautions nécessaire dans
pour son choix de prestataire, qui sera déclaré pour le transport de déchets dangereux dans le
respect de la réglementation en vigueur et déposera les déchets contenant des fluides frigorigènes
dans une entreprise disposant d’une autorisation pour la régénération ou l'élimination de ce type de
produit ou dans une installation qui a reçu l'autorisation de régénérer ou éliminer ce type de produit
dans un autre Etat membre de l'union européenne.

L'autorisation sera demandée à l'entreprise.

6.6 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT

La Boulangerie de l’Europe est implantée dans une zone à vocation industrielle, artisanale et de
loisirs. Les voieries ont été aménagées et dimensionnées pour permettre la circulation dans la zone
d’activité en toute sécurité, sans remettre en cause la fluidité des flux de transport.

L’organisation des voieries du site de la Boulangerie de l’Europe a été optimisée et permet une
bonne gestion de la circulation intérieure:
- séparation des flux des véhicules du personnel et des accès aux quais par les poids lourds,
- possibilité de stationnement des poids lourds en attente.

Mesures d’amélioration projetées :


L’aménagement d’un deuxième accès permettra aux véhicules poids lourds de sortir du site
simplement sans avoir à faire demi-tour sur le site.
Le bouclage de l’ensemble du site participe également à cette nouvelle gestion du flux de circulations
interne.
Le site étant complètement bouclé, cela permettra également de disposer d’une voirie pompiers qui
fera le tour complet de l’usine.
Coût de l’aménagement : 240.000 euros HT.

51
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

7 ETUDE D’IMPACT SANITAIRE

L’étude d’impact sanitaire est réalisée à partir de l’étude présentée dans le dossier de demande
d’autorisation d’exploiter déposé en 2004.
Les modifications apportées aux installations et les changements projetés sont ajoutés dans l’étude.

7.1 AIRE DE L’ETUDE

L’étude est réalisée pour un état de fonctionnement normal des installations. Elle exclue les
situations accidentelles, traitées dans les paragraphes sur les impacts sur l’eau et l’air et/ou dans
l’étude des dangers.
Le risque de fuite d’ammoniac au niveau des installations de production de froid est traité de
manière synthétique dans les impacts sur l’eau et l’air et plus développé dans l’étude des dangers à
partir des éléments contenus dans l’étude ammoniac réalisée par la société C.2e.f.
La phase chantier est exclue de l’aire de l’étude, les matériaux de construction mis en œuvre pendant
cette phase n’étant pas de nature à présenter un risque pour la santé des populations.
Les émissions sonores et la poussière seront les principaux inconvénients pendant les travaux.
L’absence d’habitations à proximité, les horaires de travail des entreprises voisines et la durée
d’exposition sur quelques semaines limitent le risque d’effets néfastes sur la santé des populations
environnantes.

7.2 METHODOLOGIE

La démarche de l’étude des risques sanitaires est conforme au guide méthodologique « Substances
chimiques - Evaluation des risques sanitaires dans les études d’impact des installations classées » -
INERIS - version 2003 approuvée par le Service de l’Environnement Industriel de la Direction de la
Prévention des Pollutions des Risques du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable.
Les incertitudes sont évaluées et les résultats interprétés.

Deux niveaux d’approche sont proposés :

1er niveau d’approche :


- Inventaire des substances et nuisances mises en œuvre et produites par l’installation,
- Détermination des effets néfastes intrinsèques et des effets conjugués de ces substances
nuisances.

2ème niveau d’approche :


- Détermination des voies de contamination et identification des populations potentiellement
affectées,
- Evaluation quantitative des expositions des populations aux diverses substances et nuisances
de l’installation,
- Caractérisation du risque sanitaire causé par l’installation.

52
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

7.3 ETAT INITIAL DE LA SITUATION


Source : http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/

L’état initial doit présenter une description :


1. des polluants déjà émis par l’entreprise (substances, quantités, voies d’émission) s’il s’agit
d’une activité existante, et des niveaux de contamination des milieux pour ces polluants,
2. socio-démographique de la population susceptible d’être exposée,
3. des lieux (établissements scolaires, habitat, établissements recevant du public : crèches,
écoles, maisons de retraite, établissements de santé, centres sportifs…),
4. des usages sensibles à proximité de l’installation (alimentation en eau potable, baignades,
zones agricoles et piscicoles, puits, jardins potagers…),
5. des activités environnantes (agricoles, industrielles…).

7.3.1 Polluants émis par l’entreprise (activité existante)

Substances Source Voie d’émission Quantité


Vapeur d’eau Installations de Voie aérienne Non mesuré
NOx combustion : fours [23,3 à 154,3] mg/Nm3
Poussières Combustible : gaz naturel [<1 à 3,4] mg/Nm3
Vapeur d’eau Chaudières Voie aérienne Non mesuré
Combustible gaz naturel
Vapeur d’eau – risque Tours aéroréfrigérantes Voie aérienne Conforme
légionelles
Bruit Compresseurs Voie aérienne Maximum :
Condenseurs en toiture 59 dBA de jour
Véhicules (poids lourds et 59,5 dBA de nuit
véhicules légers)

Cas des effluents aqueux :


Ils sont composés :
- Des eaux formées par le ruissellement de la pluie sur les toitures et voiries,
- Des eaux usées industrielles,
- Des eaux vannes,
- Des eaux de purge des tours aéroréfrigérantes.

Le site est équipé d’un réseau de type séparatif. Les eaux sont évacuées par des réseaux enterrés
vers les réseaux d’eau publique.
La nature des effluents aqueux (voir chapitre sur l’eau) ne sont pas de nature à provoquer des
risques ou nuisances pour les populations environnantes.
Les effluents aqueux ne sont pas retenus dans l’étude.

53
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

Déchets :
Les déchets dangereux correspondent :
- aux emballages souillés de produits de maintenance et de nettoyage
- aux huiles de synthèse usagées
Ces déchets sont stockés et évacués conformément à la règlementation en vigueur. Ils ne présentent
pas de risque sanitaire pour les populations environnantes.

Rayonnements ionisants - champs électromagnétiques :


Aucune source radioactive n’équipe les installations. Le procédé de fabrication ne nécessite pas
l’utilisation de champs électromagnétiques.
Le risque n’est pas retenu.

Micro-organismes
Bien que le procédé nécessite une phase de fermentation, celle-ci est contrôlée et les produits sont
ensuite précuits ou cuits à une température supérieure à 200°C, refroidis, surgelés et conditionnés.
Ces étapes détruisent la flore microbienne et empêche son renouvellement.
Les déchets fermentescibles font l’objet d’un enlèvement de fréquence adaptée.
Le risque sanitaire lié au développement de micro-organismes est exclu de l’étude.

7.3.2 Activités environnantes - Usages sensibles à proximité de l’installation


Le site de la BOULANGERIE DE L’EUROPE est implanté au cœur de la zone d’activité de la Neuvillette,
au Nord-Est de Reims. La ZAC a pour vocation principale d’accueillir des activités artisanales,
industrielles, tertiaires, y compris commerciales et de loisirs.
Il n’y a pas de zone à usage sensible ou protégée dans l’environnement proche du site.

7.3.3 Population susceptible d’être exposée, établissements scolaires, habitat,


établissements recevant du public
La zone accueille donc de nombreuses activités commerciales ouvertes au public, conformément à sa
vocation et l’environnement proche du site de la Boulangerie de l’Europe inclut des magasins de
petite et grande distribution, des activités de service, des locaux à usage de bureaux, etc…
Une population de tout type et tous âges fréquente donc la zone de manière ponctuelle.
La population pouvant être exposée de manière chronique dans un environnement proche sont les
personnes travaillant dans la zone, personnes en âge d’être salarié.
Dans l’environnement plus éloigné, la population de l’agglomération rémoise peut être concernée.
Celle-ci compte des établissements scolaires, de santé, des zones d’habitation…
Aucun établissement sensible n’est implanté à proximité immédiate du site.

54
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

7.4 SELECTION DES AGENTS CONTRIBUANT AU RISQUE SANITAIRE

7.4.1 Critères
Le choix des agents contribuant au risque sanitaire est dirigé vers les substances spécifiques
présentes au niveau des installations et pour lesquelles la littérature offre la gamme la plus complète
possible d’informations toxicologiques.

Les critères de sélection des polluants traceurs sont liés :


- A la toxicité des substances,
- A l’observation constatée de la substance dans l’environnement de l’installation, de sa
quantité émise, de son comportement dans l’environnement,
- A la connaissance de la relation dose-effet attribuable à la substance et au degré de
confiance qui lui est associé.
Si l’agent étudié présente des effets cancérogènes, il est obligatoirement retenu comme polluant
traceur.

Les valeurs toxicologiques de références (VTR) sont exprimées différemment selon les bases de
données disponibles et le type d’effet :

Effet Source Valeur toxicologique de Exposition


référence
Dose de référence (RfD) Orale
US EPA
Concentration de référence (RfC) Inhalation
non cancérogène

Dose Journalière Admissible (DJA) Orale


Déterministe

OMS
(à seuil)

Valeur Guide (VG) Inhalation


Concentration Tolérable dans l’Air
Inhalation
RIVM (TCA)
Dose Tolérable par Ingestion (TDI) Orale
ATSDR Minimum Risk Level (MRL) Orale / Inhalation
Excès de Risque Unitaire (ERUoral) Orale
US EPA
cancérogène
Probabiliste
(sans seuil)

Excès de Risque Unitaire (ERUinhl) Inhalation


Excès de Risque Unitaire (ERUoral) Orale
OMS
Excès de Risque Unitaire (ERUinhl) Inhalation

55
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

7.4.2 Polluants retenus


Les polluants émis retenus sont :
- Les rejets canalisés des fours émettant des gaz de combustion issus des brûleurs et des buées
formées lors de la cuisson des produits
- L’ammoniac
- La vapeur d’eau rejetée par les tours aéroréfrigérantes
- Le bruit

a) Présentation des valeurs toxicologiques de référence (VTR) :

Exposition
Substances Effets VTR
chronique
Organe cible : Système respiratoire
Oxydes d’azote Inhalation Espèce : Homme 40 µg/m3
Source OMS
Les particules sédimentables sont
Poussières Inhalation généralement filtrées et arrêtées par les ND
voies respiratoires supérieures
Organe cible : système respiratoire
(aggravation de symptômes respiratoires)
Espèce : homme
0,2 mg/m3
Ammoniac Inhalation
Organes cibles : systèmes respiratoire, oeil (OEHHA)
Espèce : animal

Source : Fiche toxicologique INERIS

b) Rejets atmosphériques liés au fonctionnement des fours et de la manutention de la


farine
Aucune substance n’est retenue à ce niveau pour les raisons suivantes :
- La vapeur d’eau provient de la cuisson de préparations alimentaires et ne contient aucun
produit toxique.
- Les poussières et oxydes d’azote sont les produits du processus de combustion des
carburants. Les installations de la Boulangerie de l’Europe représentent une part mineur de
ces rejets par rapport à la circulation routière relativement dense sur l’agglomération
rémoise.
- La Boulangerie de l’Europe respecte les seuils fixés dans son arrêté préfectoral en vigueur.
- Les installations de combustion ne sont pas soumises à autorisation mais à déclaration.
- Les poussières produites par les installations de combustion sont mesurées en concentration
très faible.
- Lors de la manipulation de la farine, les poussières sont aspirées à la source, au-dessus des
trémies, et sont filtrées par un filtre à décolmatage.

Les rejets atmosphériques des fours et du filtre à farine ne sont pas retenus comme agent
contribuant au risque sanitaire.

56
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

c) Cas de l’ammoniac
En état normal de fonctionnement, l’ammoniac est confiné dans les installations. Les installations ne
présentent pas de rejets chroniques d’ammoniac.
L’ammoniac n’est pas retenu comme agent contribuant au risque sanitaire.

d) Condenseurs évaporatifs
Les legionella sont des bactéries d’origine hydrotellurique. Cette famille de bacilles à Gram négatif
comporte 43 espèces. Legionella pneumophila est responsable de 90 % des légionelloses et le
sérogroupe 1 de cette espèce (Lp1) est associé à plus de 80 % des cas.
Legionella prolifère lorsque la température de l’eau est comprise entre 25° et 45°C. Elles survivent
en-deçà de 25 °C et se multiplient au-delà. Aux alentours de 50 °C, une destruction survient (en
quelques heures). Vers 60 °C, le temps de destruction devient très court (de l’ordre de la minute). La
bactérie tolère une large gamme de pH. Elles prolifèrent en présence de concentrations élevées de
calcium et de magnésium, de résidus métalliques, de certains matériaux tels que le caoutchouc, le
chlorure de polyvinyle, le polyéthylène ou le silicone et d’autres micro-organismes des milieux
aquatiques, comme le cyanobactéries ou les amibes libres.

La contamination des personnes exposées se fait essentiellement par inhalation de fines gouttelettes
d’eau (taille inférieure à 5 µm) contaminée, diffusée en aérosol. Ces aérosols atteignent les alvéoles
pulmonaires, infestent les macrophages pulmonaires et provoquent leur destruction. Il n’y a pas de
transmission interhumaine.
Les légionelloses se manifestent sous deux formes cliniques distinctes :
- La fièvre de Pontiac, qui est une forme bénigne (syndrome pseudo-grippal bénin) passant le
plus souvent inaperçu,
- La maladie des légionnaires, qui se présente sous la forme d’une infection pulmonaire grave
dont la létalité est de 20 %.
Des facteurs individuels, permanents ou passagers, tels que l’âge, l’alcoolisme, le tabagisme,
l’immunodéficience, les affections respiratoires chroniques, peuvent induire une plus grande
sensibilité au risque d’infection.

Les tours existantes seront remplacées par des installations performantes, conformes à l’arrêté du 13
décembre 2004 qui précise, notamment, les dispositions à prendre sur les dispositifs à
refroidissement par pulvérisation d’eau dans un flux d’air (condenseurs évaporatifs) en vue de
prévenir l’émission d’eau contaminée par légionelles.
Le site étant équipé de condenseurs évaporatifs, la société BOULANGERIE DE L’EUROPE a mis en
place un certain nombre de procédures spécifiques permettant la maîtrise du risque légionelles. Les
réglementations existantes seront appliquées et il est possible à tout moment de connaître les états
des différents points de contrôle grâce au cahier de suivi qui a été mis en place pour les équipements
opérationnels. Les analyses sont faites régulièrement et transmises en temps utile aux autorités.

L’analyse méthodique des risques « légionelles » pour l’ensemble du site sera mise à jour au moment
de la mise en service de la salle des machines, après la sélection du matériel à installer.
Par le biais de tous les traitements envisagés (antitartre, fongicide, bactéricide et anti légionelles) la
société BOULANGERIE DE L’EUROPE contribue à un maintien correct du niveau de sécurité
(protection anti légionelle) et diminue sa consommation énergétique (abaissement de la pression de
condensation) grâce à des équipements qui sont toujours en bon état de propreté.

Le risque légionelles est considéré comme maitrisé et n’est pas retenu dans l’étude comme agent
contribuant au risque sanitaire.

57
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

e) Bruit
On appelle « bruit », toute sensation auditive désagréable et gênante.

Les effets du bruit peuvent être non auditifs, et dans ce cas ils entraînent des retentissements
psychiques.
L’exposition prolongée au bruit perturbe de façon insidieuse le système nerveux. La première cause
est la fatigue. A cette fatigue vient s’ajouter un cortège d’effets secondaires : nervosité, irritabilité,
perte de vigilance et d’attention, baisse de la capacité de concentration, tremblements des mains,
vertiges.

Le niveau sonore résiduel ayant été mesuré à 45 dBA au minimum en 2004, nous nous intéresserons
qu’aux effets auditifs.

La dose de bruit est l’énergie acoustique perçue par notre système auditif pendant un temps
d’exposition donné.
Le traumatisme sonore, lésion irréversible de l’organe de Corti (cellules ciliées de l’oreille interne)
s’observe suite à l’exposition à un bruit de très forte intensité, plus de 90 dB pendant un temps court
(coup de fusil, pétard, etc…).
Pour un temps d’exposition de 8 heures, l’expérience et les témoignages montrent que le bruit, en
fonction des tâches à exécuter, peut être considéré comme nuisible à partir de 80 dB.
Cette valeur est retenue comme seuil d’effet nuisible.
La Boulangerie de l’Europe n’est pas à l’origine de telles nuisances sonores. En limite de propriété, le
niveau sonore a été mesuré à 59,5 dBA et respecte la règlementation nationale.

Les parties les plus bruyantes des nouveaux groupes froids seront placées dans un local en
maçonnerie, réduisant l’impact sonore de ces nouvelles sources.
Les valeurs actuelles et futures seront inférieures au seuil d’effet nuisible.

Le bruit n’est pas retenu dans l’étude comme agent contribuant au risque sanitaire.

7.5 CONCLUSION

La sélection d’agent contribuant au risque sanitaire n’a identifié aucun polluant traceur de risque.
L’évaluation du risque sanitaire est stoppée au 1er niveau d’approche.

En conclusion, au regard du procédé de fabrication actuel et projeté, des hypothèses formulées, de


l’environnement et des valeurs toxicologiques disponibles, le risque sanitaire lié aux activités de la
BOULANGERIE DE L’EUROPE peut être exclu.

58
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

8 JUSTIFICATION DES CHOIX – MEILLEURES TECHNOLOGIES DISPONIBLES –


UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE

Le niveau d’exigences des cahiers des charges élaborés pour les installations projetées est élevé. Le
groupe Neuhauser souhaite investir dans un matériel performant, tant au niveau de la productivité
que des coûts énergétiques et des consommations en fluides (eau,…).
Les cahiers des charges demandent entre-autres de :
- mettre en application les solutions techniques les mieux adaptées
- préconiser les procédés les plus optimisés après validation par des études, essais et
recherches nécessaires.

8.1 CHOIX DU FLUIDE FRIGORIGENE

L’expérience de l’exploitant (BOULANGERIE DE L’EUROPE) et celle du groupe dont il dépend (BCS


groupe Neuhauser) a été un atout majeur pour le choix des systèmes projetés.
Le choix de l’ammoniac comme fluide frigorigène est la solution la plus pérenne et présentant le plus
faible impact sur l’environnement.

Les études menées sur les systèmes négatifs ont intégré les critères suivants : contraintes
d’exploitation (principalement le fonctionnement en continu de la nouvelle ligne de fabrication et la
température de surgélation de -25°C), thermodynamique et rendement énergétique du fluide,
contraintes techniques d’installation, coût d’investissement et sécurité environnementale.
Trois possibilités ont été envisagées :
1. utilisation de l’ammoniac en cycle double étage séparé (basse et haute pression), l’ammoniac
étant distribué par pompes sur les postes à température négative,
2. utilisation de l’ammoniac en cycle avec économiseur, l’ammoniac étant toujours distribué
par pompes sur les postes à température négative,
3. utilisation du dioxyde de carbone (CO2) sur l’étage basse température / basse pression
associé avec de l’ammoniac sur l’étage haute pression.

La première solution (tout ammoniac en négatif) a été retenue pour les raisons suivantes :
- Elle présente le meilleur rendement énergétique aux températures d’évaporation mises en
œuvre (-30 à -42°C), entrainant une consommation énergétique faible. L’utilisation d’un
fluide secondaire pour la distribution de froid négatif est inadaptée aux besoins du site et
énergivore avec une surconsommation de l’ordre de 250kW/h.
- C’est la seule technique disponible actuellement qui intègre un dégivrage séquentiel en
continu par gaz chauds. Celui-ci permet, d’une part, le fonctionnement en continu sur 5 jours
consécutifs de la ligne de fabrication et, d’autre part, une économie d’eau par rapport à un
dégivrage à eau, qui serait la seule solution technique pour la solution utilisant du dioxyde de
carbone CO2.
- Contrairement à l’ammoniac, le dioxyde de carbone est un gaz inodore, ce qui le rend plus
difficilement détectable. Il est plus lourd que l’air et présente en cas de non détection d’une
fuite un risque mortel pour les personnes présentes à proximité. Ce risque s’ajouterait au
risque ammoniac dont la présence reste indispensable pour la partie haute pression.

59
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

La solution mettant en œuvre le dioxyde de carbone nécessite un investissement


supplémentaire non justifié par un gain sur les consommations ou sur la maîtrise des risques.
- Pour des utilisations analogues à celles de la Boulangerie de l’Europe, les installations
frigorifiques fonctionnant à l’ammoniac présentent les coûts d’entretien et de maintenance
les plus faibles par rapport aux autres fluides frigorigènes.
- Le taux de défaillance d’exploitation sur les installations fonctionnant à l’ammoniac en cycle
double étage séparé est pratiquement nul.
- L’impact environnemental de l’ammoniac est limité puisque c’est un gaz qui ne présente pas
d’effet de serre ni de danger pour la couche d’ozone. Le risque de contamination de l’eau
sera géré par l’aménagement d’une rétention adaptée.

L’utilisation d’un fluide secondaire frigoporteur (eau glycolée) pour la distribution du froid positif a
été retenue pour optimiser la gestion du risque dans ces locaux.

Les fluides frigorigènes halogénés, tels que le R 404, le R407 ou le R 134a sont des fluides
particulièrement dangereux en cas de perte de confinement car ils ont un effet asphyxiant sur
l’homme. Ils sont également toxiques pour l’environnement et contribuent à l’appauvrissement de la
couche d’ozone.

8.2 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE

L’ensemble des dispositions présentées ci-dessous répond tout à fait aux propositions d’actions en
faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre définies dans le plan climat air énergie
régionale pour le secteur industriel et s’inscrit dans la logique globale visant à limiter l’effet de
l’activité humaine sur le changement climatique.

En 2011, les compresseurs à air comprimé ont été remplacés par un compresseur unique à variateur
de puissance. Le compresseur a fait l’objet d’un certificat d’économie d’énergie.
L’amélioration du ratio énergétique par la vitesse variable a été estimée à 105 W/m 3 d’où un gain
énergétique correspondant à 67.257 kW par an.
Une récupération de chaleur permet également la production d’eau chaude jusqu’à 70°C,
représentant une économie d’environ 303.000 kW gaz par an.

Le premier poste de consommation en énergie est la production de froid.


Au niveau du projet, les compresseurs de froid seront également à vitesse variable. La récupération
de chaleur pour le réchauffement du dallage, le chauffage du plenum technique et le chauffage des
bureaux est envisagée.

Le cahier des charges des nouvelles installations demande de privilégier les moteurs basse
consommation, les motoréducteurs à haut rendement et de minimiser au maximum les coûts
énergétiques. Tous les moteurs seront à variateur de fréquence.
Les installations seront équipées de toute l’instrumentation nécessaire pour le suivi des
consommations énergétiques et des fluides.
Les critères de consommation énergétique seront pris en compte dans la réception des équipements.
Une estimation du coût d’exploitation, incluant les consommations électriques, en combustibles, en
eau, en énergie totale est demandée. Le fournisseur s’engagera sur les consommations annoncées.
Des mesures seront effectuées lors de la réception définitive afin de valider les données fournies.

60
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

8.3 EAUX

Les volumes d’eau et les charges polluantes générées par les industries agroalimentaires ne sont plus
compatibles avec les préoccupations environnementales actuelles.
Les équipementiers du secteur agro-alimentaire proposent aujourd’hui des équipements intégrant
dès leur conception les contraintes environnementales, notamment la réduction des effluents
aqueux. Le cahier des charges des nouvelles installations intègre les exigences de réduction et de
suivi des consommations, la facilité de nettoyage à sec pour la réduction des charges polluantes.
Le choix du dégivrage automatique des installations frigorifiques par gaz chauds permettra une
économie supplémentaire sur la consommation en eau.

8.4 AIR

Les installations présentant un impact sur l’air et faisant l’objet de modifications sont les installations
de refroidissement par tours aéroréfrigérantes.
Les nouvelles installations seront conformes aux normes en vigueur et feront l’objet d’un suivi
règlementaire, ainsi que d’une analyse méthodique des risques.

8.5 GESTION DES DECHETS

L'article L. 125-1 du code de l’environnement préconise :


1° En priorité, de prévenir et de réduire la production et la nocivité des déchets, notamment en
agissant sur la conception, la fabrication et la distribution des substances et produits et en favorisant
le réemploi, ainsi que de diminuer les incidences globales de l'utilisation des ressources et
d'améliorer l'efficacité de leur utilisation ;
2° De mettre en œuvre une hiérarchie des modes de traitement des déchets consistant à privilégier,
dans l'ordre : a) La préparation en vue de la réutilisation ;
b) Le recyclage ;
c) Toute autre valorisation, notamment la valorisation énergétique ;
d) L'élimination.

Les mesures prises par la Boulangerie de l’Europe respectent ces préconisations :


- Prise en compte du taux de rebuts dans le choix de la nouvelle ligne
- Réutilisation de 150 tonnes de rebuts de fabrication par an par réintroduction dans le
process
- Favorisation du recyclage par un tri en amont et le choix des prestataires prenant en charge
les déchets triés : coproduits de fabrication transformés en aliment pour animaux, recyclage
des cartons d ’emballage non souillés, recyclage et valorisation des huiles usagées.

61
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

8.6 TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT

Les infrastructures environnant le site ne permettent pas d’envisager d’autre possibilité que le
transport routier pour l’approvisionnement et les expéditions.

Les approvisionnements s’effectuent préférentiellement auprès de fournisseurs locaux ou


régionaux :
- Fournisseur rémois pour le sel
- Fournisseurs sur Rethel et Soissons pour les emballages carton
- Fournisseur localisé dans l’Aube pour la farine.

62
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

9 EVALUATION DES COUTS DES MESURES PRISES EN FAVEUR DE LA


PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

Les mesures prises en faveur de l’environnement par la Boulangerie de l’Europe représentent des
investissements importants. Au travers des aménagements et exigences liés au projet présenté, la
société poursuit sa politique d’investissements en faveur de l’environnement.

Le tableau ci-dessous présente les coûts des principales mesures prises en faveur de la protection de
l’environnement spécifiés dans les différents paragraphes de l’étude.
Les surcoûts des performances environnementales (maîtrise des consommations, prise en compte du
niveau sonore…) sur les installations projetées ne sont pas chiffrés.

Mesures environnementales Montants Hors Taxes


Prévention de la pollution des eaux
Entretien annuel des séparateurs à
hydrocarbures existants 2 800,00 €
Curage annuel des caniveaux 450,00 €
Mise en place d'un nouveau séparateur à
hydrocarbures 7 000,00 €
Entretien annuel du séparateur à
hydrocarbures 1 400,00 €
Rétention des eaux incendie du site 100 000,00 €
Pollution de l'air (fumées incendie)
Sprinklage 1 000 000,00 €
Transport et approvisionnement
Aménagement voie pompiers sur le tour du
bâtiment et d’un deuxième accès au site 240 000,00 €
TOTAL 1 351 650,00 €

63
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

10 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE

En cas d’arrêt ou de transfert de son activité, la Boulangerie de l’Europe mettra en vente son site.
Conçus et organisés dans le respect des règles d’hygiène s’appliquant à l’industrie agro-alimentaire,
les locaux pourront être aisément adaptés à toute activité agro-alimentaire. En effet, depuis 1999,
date de construction de l’unité de production, les lignes et les process ont été totalement
transformés et font l’objet d’une nouvelle transformation au travers du présent dossier.

Le matériel et les équipements de travail seront également vendus ou, en fonction de leur état,
démontés et ferraillés.
Les installations de réfrigération seront vidangées et démontées par une entreprise spécialisée.

Etant donné son activité, le site ne doit pas présenter de pollution particulière au niveau du sol.
Dans le cas d’une pollution accidentelle, en particulier par les hydrocarbures, des analyses seront
effectuées afin de mettre en place des mesures compensatoires.

64
13006 – LA BOULANGERIE DE L’EUROPE - REIMS (51)
Etude d’impact sur l’environnement - Version 2 du 25 juin 2013

11 ANNEXES

65