Vous êtes sur la page 1sur 95

DEDICACES

 A mon épouse Muriel Sonia, pour l’amour, l’affection, et le soutien


inconditionnel qui m’ont porté et permis de mener à bien ce travail,

 A mes filles Eliana et Maëlle ont souvent été privées de ma présence,

 A ma chère mère, Mme LEUMALEU Brigitte pour qui notre survie n’a
pas de prix et qui m’a donné le goût et les moyens d’apprendre.

Que vos sacrifices trouvent en ce travail leur aboutissement.

i
SOMMAIRE

DEDICACES............................................................................................................................................ i
SOMMAIRE ............................................................................................................................................ii
REMERCIEMENTS ...............................................................................................................................iii
RESUME ................................................................................................................................................. iv
ABSTRACT .............................................................................................................................................v
LISTE DES TABLEAUX ....................................................................................................................... vi
LISTE DES ACRONYMES .................................................................................................................. vii
INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................................. 1
PREMIERE PARTIE : STRUCTURE DE PROPRIETE ET QUALITE DE L’AUDIT ........................ 8
CHAPITRE 1 : FONDEMENTS THEORIQUES ET CONCEPTUELSSUR LA STRUCTURE DE
PROPRIETE ET LA QUALITE DE L’AUDIT ...................................................................................... 9
SECTION I : NOTION DE STRUCTURE DE PROPRIETE ............................................................ 9
SECTION II : ANALYSE DU CONCEPT : QUALITE D’AUDIT ................................................. 17
CHAPITRE 2 : IMPACT DE LA LA STRUCTURE DE PROPRIETE ET LA QUALITE DE
L’AUDIT ............................................................................................................................................... 27
SECTION I : THEORIES MOBILISEES POUR L’ETUDE ........................................................... 27
SECTION II : SYNTHESE DE LA LITTERATURE ET DEDUCTION DES HYPOTHESES ..... 39
DEUXIEME PARTIE : ANALYSE EMPIRIQUE DE L’IMPACT DE LA NATURE DE
L’ACTIONNARIAT AU SEIN DES ENTREPRISES CAMEROUNAISES SUR LA QUALITE DE
L’AUDIT EXTERNE............................................................................................................................ 46
CHAPITRE 3 : DEMARCHE METHODOLOGIQUE DE L’ETUDE ................................................ 47
SECTION I : CHOIX DE L’ECHANTILLON ET METHODE DE COLLECTE DES DONNEES47
SECTION II : MODELE, OPERATIONNALISATION DES VARIABLES ET METHODE DE
TRAITEMENT ................................................................................................................................. 52
CHAPITRE 4 : NATURE DE L’ACTIONNARIAT DANS LES ENTREPRISES AU CAMEROUN
ET QUALITE DE L’AUDIT ................................................................................................................ 57
SECTION I : RESULTAT DES ANALYSES DESCRIPTIVES ..................................................... 57
SECTION II : RESULTAT DES ANALYSES EXPLICATIVES ................................................... 62
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................... 75
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .............................................................................................. 77
ANNEXES : .......................................................................................................................................... 84
TABLE DES MATIERES..................................................................................................................... 91

ii
REMERCIEMENTS

Malgré les obstacles et les difficultés qui ont entaché ce travail, ce mémoire représente
un investissement important pour nous et ces résultats n’auraient sans doute pas existé sans la
présence de nombreuses personnes que nous tenons à remercier ici.
Nos premières pensées vont naturellement au docteur Fidèle NWAMEN, chargé de
cours à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l’Université de Dschang qui a
bien voulu nous encadrer dans la production de ce mémoire. Sa disponibilité, son écoute, sa
patience, ses conseils et recommandations nous ont facilités la rédaction.
Nous remercions aussi le docteur OMENGUELE, chargé de cours à la Faculté des
Sciences Economiques et de Gestion de l’Université de Bamenda qui n’a ménagé aucun effort
pour nous accompagner dans l’accomplissement de cette tâche.
Nos pensées vont également vers docteur HIKOUATCHA Prince, dont la relecture a
contribué à l’accomplissement de cette tâche.
Nous pensons aussi à KOMBOU MOFFO Alain Stéphane, notre camarade de
promotion, ami et frère qui a toujours su faire la conjonction du « bâton » et de la « carotte »
pour nous booster dans cette aventure.

iii
RESUME

L’objectif de cette recherche est d’examiner l’impact de la structure de propriété (à


savoir la concentration de la propriété, la propriété managériale et la propriété institutionnelle)
sur la qualité d’audit externe, telle que mesurée par l’appartenance du cabinet à un réseau
international et l’évolution des honoraires d’audit. Les résultats de la régression logistique
multinomiale montrent que la concentration de propriété affecte positivement la demande
d’une meilleure qualité d’audit. Ces résultats démontrent également qu’il existe une relation
positive et significative entre la propriété managériale et la qualité de l’audit. Ce résultat est
contraire à certains travaux qui ont plutôt trouvé un lien significatif et négatif entre la
propriété managériale et l’indice de qualité de l’audit. Toutefois, les résultats de la régression
n’ont pas produit de lien significatif entre la propriété institutionnelle avec les deux mesures
retenues pour apprécier la qualité de l’audit dans cette étude.

Mots clés : Structure de propriété, qualité de l’audit.

iv
ABSTRACT
The objective of this research is to investigate the effect of ownership structure (that is
concentration of ownership, managerial property and institutional ownership) on the quality
of external audit, as measured by membership from the firm to an international network and
the evolution of audit fees. The results of the multinomial logistic regression show that the
concentration of ownership positively affects the demand for a better audit quality. These
results also demonstrate that there is a positive and significant relationship between
managerial property and the quality of the audit. This result is contrary to some works which
rather found a significant and negative link between the managerial property and the quality
index of the audit. However, the results of the regression did not produce a significant link
between institutional ownership and the two measures used to assess the quality of the audit in
this study.

Keys words: Ownership structure, Audit quality.

v
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : récapitulatif des questionnaires .......................................................................................... 51


Tableau 2 : Récapitulation des variables ainsi que leurs mesures respectives ...................................... 54
Tableau 3 : Le profil des répondants ..................................................................................................... 58
Tableau 4 : Le profil des entreprises ..................................................................................................... 59
Tableau 5 : Caractéristiques de la structure de propriété....................................................................... 60
Tableau 6 : Caractéristiques de l’audit externe ..................................................................................... 61
Tableau 7 : part du capital détenu par l’actionnaire majoritaire et appartenance du cabinet à un réseau
international ........................................................................................................................................... 63
Tableau 8 : Propriété managériale et appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international ...... 64
Tableau 9 : Présence ou non de l’investisseur institutionnel et appartenance du cabinet à un réseau
international ........................................................................................................................................... 65
Tableau 10 : Concentration de propriété et évolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers
exercices ................................................................................................................................................ 66
Le tableau ci-dessous met en évidence le lien existant entre la propriété managériale et l’évolution des
honoraires d’audit au cours des deux derniers exercices. ...................................................................... 67
Tableau 11 : Propriété managériale et évolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers
exercices ................................................................................................................................................ 67
Tableau 12 : Propriété institutionnelle et évolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers
exercices ................................................................................................................................................ 68
Tableau 13 : Matrice de corrélation entre les variables de l’étude ........................................................ 69
Tableau numéro 14 : Estimation des paramètres par la méthode logit .................................................. 70
Tableau 15 : Estimation des paramètres par la régression logistique multinomiale.............................. 72

vi
LISTE DES ACRONYMES

AU : Acte Uniforme
AUS : Acte Uniforme Société Commerciale
DG : Directeur Général
GIE : Groupement d’Intérêt Economique
IASB : International Accounting Standards Board
IAASB : International Auditing and Assurance Standards Board
OHADA : Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires
PDG : Président Directeur Général
S.A : Société Anonyme
SARL : Société A Responsabilité Limitée
TCT : Théorie des Coûts de Transactions

vii
INTRODUCTION GENERALE

I- CONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE DE L’ÉTUDE

Les scandales financiers des décennies récentes comme Enron et « Tyco International
», Wor dcom, Parmalat et Hollinger, aux États-Unis, en Europe et au Canada respectivement
(Charreaux, 1997) ont davantage attiré l’attention et levé l’intérêt pour le débat sur la
gouvernance d'entreprise et de son effet sur la performance des entreprises. Le plus médiatisé
a été celui de la société « Enron », du secteur de l’énergie. Sa valeur boursière a connu une
croissance irréelle de 90% en une seule année. Alors que dans la réalité, et avec la complicité
du cabinet d’audit « Arthur Andersen », l’entreprise gonflait artificiellement ses profits tout
en masquant ses déficits par la création de plusieurs sociétés écrans. Ces différentes faillites
montrent ainsi la fragilité des systèmes de gouvernance.La recherche académique a également
mis en lumière que les pratiques contraires à l'éthique de l'information financière, telles que le
retraitement des états financiers frauduleux sont souvent associées à la mauvaise gouvernance
(Beasley, 1996 ; Cohen et al., 2004; Farber 2005). Pour atténuer ces scandales, diverses
réformes et normes ont été élaborées non seulement au niveau des pays, mais aussi au niveau
international tel que la loi de Sarbanes-Oxley aux États-Unis, le code combiné au Royaume-
Uni, la loi de sécurité financière en France et l'Organisation pour la Coopération et le
Développement Economique (OCDE). Il ressort de ces scandales un problème de qualité de
l’information produite.
Malgré ces réformes et normes misent sur pied pour atténuer ces scandales liées à la
mal gouvernance, on assiste toujours à la fermeture des entreprises partout dans le monde.
Nous nous souvenons ainsi des déboires de Vivendi Universal et de Teisseire en France, de
l’affaire Société Générale en Janvier 2008 qui a value à son ex-trader une amende et la prison
ferme, de l’« opération épervier1» encore d’actualité au Cameroun qui a conduit à l’arrestation
des dirigeants des sociétés à capitaux publics.Ces scandales financiers viennent renforcer le
besoin accru de transparence dans la gestion des entreprises et l’urgence de la mise en place
de mécanismes qui assurent une meilleure protection des actionnaires.

1
L’Opération Épervier est le nom donné par les médias à une vaste opération judiciaire dans le cadre de la lutte
contre la corruption au Cameroun. Cette opération a été lancée à l'initiative du Premier ministre Ephraïm Inoni en
2004 sous la pression des bailleurs de fonds internationaux et a été placé sous la responsabilité de la police
judiciaire. D'anciens ministres et des dirigeants d'entreprises publiques ont été arrêtés et condamnés dans le cadre
des opérations Épervier dont la dernière arrestation en novembre 2014

1
Les scandales financiers sus-évoqués témoignent de différentes formes de problèmes
d’imperfection des structures de gouvernance et rappellent fortement que les dirigeants ont
toujours la possibilité et une imagination débordante pour faire apparaître dans les comptes
une situation financière très avantageuse, profitant notamment d’une situation propice
d’asymétrie d’information. Avec ces manipulations comptables, les comptes sociaux perdent
leur crédibilité et fiabilité requises. L’intervention d’une autorité de contrôle indépendante et
compétente paraît alors utile en vue d’assurer une crédibilité à l’information produite, et
permettre aux utilisateurs de faire confiance aux données comptables communiquées
(Carassus et Cormier, 2003) : il s’agit de l’auditeur externe. En effet, l’audit externe, un des
mécanismes de gouvernement des entreprises (O’Sullivan et Diacon, 1999 ; Yeoh et Jubb,
2001), a pour principal objectif de garantir la fiabilité des données comptables diffusées. Il
contribue par la même à atténuer l’asymétrie d’information sous-tendant la relation entre les
différents partenaires économiques, à résoudre les conflits d’agence considérés comme
entrave majeure au développement et à la pérennité des entreprises et, à réduire les coûts y
afférents (Jensen et Meckling, 1976 ; Anderson et al, 1993 ; Charreaux, 1997 ; Yeoh et Jubb,
2001). A cet effet, Tondeur et Coulombe (2001) considèrent qu’un contrat basé sur une
information fiable et vérifiable est un atout certain pour minimiser les coûts inhérents aux
conflits opposant les différents intervenants de l’entreprise. Par ailleurs, il a été avancé que la
qualité des données comptables divulguées est intimement liée à la qualité de l’audit externe
(Becker et al, 1998 ; Velury et al, 2003). Conjointement, la demande d’une qualité
différenciée d’audit est perçue comme étant une réponse immédiate à un accroissement des
coûts d’agence (Francis et Wilson, 1988 ; Copley et al, 1995 ; Abbott et Parker, 2000 ; Piot,
2001, Collis et al, 2004 ; Hay et Davis, 2004). Cependant, très peu d’études se sont intéressées
à explorer la relation entre la demande de la qualité de l’audit externe et les autres
mécanismes de gouvernement d’entreprises (Yeoh & Jubb, 2001 ; Velury et al, 2003). Dès
lors, il semble pertinent d’appréhender l’interaction éventuelle entre l’efficacité du contrôle
assuré par certaines structures de gouvernance (particulièrement la concentration du capital, la
participation institutionnelle et la propriété managériale) et la demande d’une qualité
différenciée d’audit.
La plus-value qu'apportera ce travail est que, très peu d'études se sont intéressées à
explorer les interactions entre la structure de propriété et la qualité de l’audit en contexte
camerounais. Ainsi, étant donné la grande importance des mécanismes de gouvernance
interne qui existent au sein de l'entreprise, l'objectif de ce travail de recherche est d’attirer
l’attention des gestionnaires sur le fait que, dans le cadre de la gouvernance, la structure de

2
propriété est un facteur déterminant de la qualité de l’audit. Cependant, dans le contexte
camerounais, les études portant sur la structure des éléments de la gouvernance des
entreprises, de leurs effets sur l’audit, sont à notre connaissance peu nombreuse. De plus, il
devient alors intéressant d’insister sur la qualité de l’information financière divulguée dans le
cadre de la gouvernance ; ce qui permettra aux entreprises d'éviter la duplication des
manœuvres frauduleuses et des contrôles, et donc d'augmenter la richesse des actionnaires.
Dans le cadre de notre travail, nous pouvons simplement considérer la structure de
propriété comme la façon dont l’entreprise est gérée et contrôlée. C’est l’ensemble d’outils de
contrôle et de gestion, pouvant inciter les dirigeants à rétablir l’équilibre en faveur de tous les
stakeholders, en créant et répartissant équitablement la richesse afin d’améliorer l’efficacité
de l’entreprise. Nous retiendrons cette définition pour notre recherche. La qualité de l’audit
constitue une garantie fondamentale de la vraisemblance des contrôles et de la crédibilité des
rapports divulgués par les auditeurs. La majorité des écrits en la matière considèrent que
cette "qualité d’audit" dépend essentiellement de la "qualité de l’auditeur" lui-même, et
notamment de son indépendance et de ses compétences. Néanmoins, d’autres recherches
récentes contestent ces composantes en démontrant que la relation positive entre la qualité
d’audit et la qualité de l’auditeur n’est pas toujours vérifiée. Sur un plan conceptuel, la
compétence et l’indépendance sont vulnérables à certains risques courants dans l’entreprise,
tels que la sélection adverse et la dépendance envers les dirigeants. La mise en œuvre
empirique de cette approche est aussi critiquable vu la variabilité des tendances dégagées et
leur incapacité dans la prédiction de la qualité des travaux d’audit réalisés (Lang et Chang,
1994 ;Fuerman, 2004). Ces travaux pourraient avoir des limites dans le contexte du Cameroun
où la majorité des entreprises sont des propriétés familiales.
Il nous convient donc à partir des constats faits sur les travaux des auteurs ci-haut, de
mener notre recherche sur les mécanismes de gouvernance et la qualité des informations
financières produites par les entreprises dans le contexte camerounais.
Au regard des constats faits plus haut, du contexte camerounais et de la littérature
présentée avec ses limites, la question centrale que soulève ce travail est celle de savoir : si
la structure de propriété a une influence sur la qualité de l’audit? En d’autres termes, il est
question d’analyser l’indépendance des auditeurs en fonction de la séparation des pouvoirs
au sein des entreprises. Cette question centrale peut être séquencée en trois questions
subsidiaires :
- Est- ce que la propriété managériale a une incidence sur la qualité de l’audit?
- Quel lien peut-on établir entre la concentration du capital et la qualité de l’audit ?

3
- La propriété institutionnelle peut-elle être un facteur déterminant de la qualité de
l’audit ?

II- OBJECTIFS DE L’ETUDE

L’objectif principal dans cette étude est d’apprécier l’impact de la structure de


propriété sur la qualité de l’audit pratiqué dans les entreprises au Cameroun.
De manière spécifique, il est question pour nous :
- De montrer l’influence de la propriété managériale sur la qualité de l’audit ;
- D’établir le lien entre la concentration du capital et la qualité de l’audit ;
- De ressortir le rôle de la propriété institutionnelle dans la qualité de l’audit.
Ainsi les objectifs spécifiques de cette recherche déterminés, il convient d’élaborer les
hypothèses de recherche.

III- ELABORATION DES HYPOTHESES DE RECHERCHE

La littérature financière présente la structure de propriété comme étant un mécanisme


important de la gouvernance de l'entreprise et l'un des plus importants déterminants de sa
valeur (Berle et Means, 1932 ; Jensen et Meckling, 1976; Fama et Jensen, 1983 et Shleifer et
Vishny, 1997).Shleifer et Vishny (1986) ainsi que Agrawal et Mandelker (1990) ; Agrawal et
Knoeber (1996) suggèrent que la concentration de la propriété est un gage d'efficacité du
contrôle de la gestion des dirigeants par les actionnaires. Les actionnaires majoritaires
détenant une part importante du capital ont un intérêt certain à investir dans le contrôle de la
gestion de la firme et à limiter le risque d'un comportement discrétionnaire du dirigeant,
puisque les gains leur reviendront en grande partie. Les études ont testé la relation entre la
concentration de l'actionnariat et la performance de l'entreprise. Les premières conduites aux
Etats-Unis tendent à indiquer qu'il n'existe pas de lien entre la concentration du capital et la
performance de l'entreprise (Demsetz et Lehn, 1985). Pour d'autres travaux, on a observé une
relation positive. Ainsi, Claessens et al. (2002) constatent ce lien positif en Asie mais,
observent aussi un effet d'enracinement associé à la détention de droits de vote plus élevé que
la détention du capital. Lajmi et Gana (2011) ont trouvé un lien significatif et négatif entre la
propriété managériale et l’indice qualité de l’audit.
Les travaux de Lajmi et Gana (2011) ont analysé l’impact de la structure de propriété
sur la qualité de l’audit externe en contexte belge.Les résultats issus de ces travaux ont mis en
évidence que l’actionnariat des dirigeants ne semble pas particulièrement inciter les
entreprises à présenter des comptes certifiés par des auditeurs de qualité. La propriété

4
managériale permet, en effet, de diminuer l’intensité des conflits entre dirigeants et
actionnaires, ce qui influence la qualité requise de l’audit dans le même sens. Elles ont
également, constaté une relation négative et significative entre la part du capital détenue par
les investisseurs institutionnels et l’indice de la qualité d’audit externe. Les institutionnels
semblent ainsi exercer leur pouvoir d’influence et de contrôle au sein des assemblés générales
et des conseils d’administration pour limiter l’opportunisme des dirigeants. Il en résulte qu’ils
ne seront pas particulièrement exigeants lorsque l’auditeur effectuera son travail de
vérification. Toutefois, malgré le pouvoir de contrôle des dirigeants dont disposent les
actionnaires majoritaires, ces derniers font appel aux services d’un auditeur de qualité pour se
protéger contre les effets néfastes de l’enracinement des dirigeants.
Les auteurs comme Fan et Wong (2002) et Hay et al. (2008) montrent que lorsque la
propriété est concentrée, les conflits d’intérêt entre les dirigeants et les actionnaires ou encore
entre les actionnaires majoritaires et les minoritaires s’accentuent. Il en résulte qu’une bonne
qualité de l’audit externe sera exigée (Lajmi et Gana 2011). Notre première hypothèse est la
suivante :
Hypothèse 1 : Il existe une relation significative entre la concentration de propriété et la
qualité de l’audit.
Les travaux de Lajmi et Finet (2008) ont montré une relation positive et significative
entre la propriété managériale et la qualité de l’audit externe approchée par les honoraires
versés aux commissaires aux comptes. Selon ces auteurs, les dirigeants ayant des proportions
importantes dans le capital, demandent un audit de qualité afin de montrer aux actionnaires
qu’ils agissent dans leurs intérêts. Sur cette base, nous élaborons notre seconde hypothèse
comme suit :
Hypothèse 2 : Il existe une relation significative entre la propriété managériale et la qualité de
l’audit.
D’après les études de Mitra et al. (2007), il existe une relation plutôt négative entre
la propriété institutionnelle et la qualité de l’audit externe. En fait, les investisseurs
institutionnels semblent avoir la motivation et la capacité de contrôler, par eux-mêmes, les
dirigeants de l’entreprise (Lajmi et Gana 2011). Notre troisième hypothèse est donc formuler
comme suit :
Hypothèse 3 : Il existe une relation significative entre la propriété institutionnelle et la qualité
de l’audit.

5
IV- INTERET DE LA RECHERCHE

Cette recherche trouve son importance à plusieurs niveaux


Sur le plan théorique, elle pourra être utilisée comme une base pour les études
empiriques et les recherches futures. Bien que l’étude de la gouvernance d’entreprise sur la
performance financière des entreprises ait été soulevée par différents auteurs, cette recherche
trouve son originalité par le fait qu’elle met l’accent sur l’effet que peut avoir la structure de
propriété sur un audit de qualité. Beaucoup de recherches ont plutôt réalisé une étude sur la
structuration du conseil d’administration, de la structuration de la propriété du capital et du
statut du dirigeant. Ce travail va donc contribuer à tester l’influence de la gouvernance
compte tenu de la prise en compte particulière de la demande d’un audit de qualité dans le but
de garantir la fiabilité des informations divulguées dans les états financiers.
Sur le plan pratique, nous estimons qu’au terme de notre étude les résultats obtenus
nous permettront de proposer des recommandations pertinentes pour toutes les parties
prenantes des entreprises camerounaises. Ces entreprises sauront désormais quelles
combinaisons de gouvernance utiliser compte tenu de leur contexte réel pour davantage être
performantes dans une gestion transparente.

V – METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE

Pour mener à bien cette étude, l'approche qui semble la plus appropriée est la
démarche hypothético-déductive. Il s'agit d'une approche qui va de l'analyse critique de la
littérature à la vérification des hypothèses, ceci dans le but de nous permettre de mieux
appréhender l'influence de la structure de propriété sur la qualité de l’audit. L’échantillon est
constitué d'un ensemble de 60 entreprises des villes de Douala et Bafoussam au Cameroun,
car les données de la direction de la statistique nous ont permis de constater que plus de 85 %
des entreprises exercent leurs activités dans la région du littoral. C’est ainsi que cette région a
été retenue comme base d’enquête. La ville de Bafoussam a été choisie du fait de sa proximité
avec l’université. La démarche suivie dans notre étude est la démarche hypothético-déductive.
Ainsi, il sera d'une grande importance pour nous d'assembler les travaux théoriques et
empiriques nécessaires dans notre domaine d'étude pour élaborer des hypothèses qui seront
ensuite testées en utilisant les différents tests statistiques correspondants. Les données
utilisées sont à la fois de nature qualitative et quantitative, l'outil de collecte des données étant
le questionnaire.

6
Toutefois, étant donné l'objectif de cette étude qui est d'évaluer l'effet de la structure
de propriété sur la qualité de l’audit dans les entreprises au Cameroun, nous allons dans la
première étape, procéder à une analyse statistique des variables indépendantes en utilisant une
analyse descriptive. Dans la deuxième étape, nous allons utiliser un modèle d'analyse à trois
variables pour déceler l'effet de chaque variable indépendante sur la variable dépendante
(qualité de l’audit) des entreprises au Cameroun et enfin, pour ce qui est de l'interaction,
compte tenu des limites de la précédente analyse (étape 2) nous procèderons par une
régression logistique pour déterminer la qualité de la relation qui existe entre les variables
dépendantes et indépendantes.

VI- STRUCTURATION DE L’ETUDE

Ce travail sera structuré en deux parties, la première partie étudie le la revue de la


littérature sur la structure de propriété et la qualité de l’audit, elle comprend 2 chapitres, le
chapitre 1 présente les fondements théoriques des notions de structure de propriété et de
qualité de l’audit, le chapitre 2 étudie les théories mobilisées ainsi que la synthèse de la
littérature. Pour ce qui est de la deuxième partie qui porte sur l’analyse et l’interprétation des
résultats, cette partie aura donc pour objectif principal de présenter la démarche méthodologie
utilisée dans cette étude (chapitre 3) d’une part, et d’autre part, de présenter l’impact de la
nature de l’actionnariat sur la qualité de l’audit au Cameroun (chapitre 4).

7
PREMIERE PARTIE : STRUCTURE DE PROPRIETE ET
QUALITE DE L’AUDIT

La structure de propriété représente l’un des mécanismes de gouvernance qui


permettent d'assurer le bon fonctionnement et le contrôle d'une entreprise. Les
mécanismes de gouvernance permettent, en priorité de s’assurer que les entreprises sont
gérées en conformité avec les intérêts de ses actionnaires, en contrôlant tout abus
managérial. Néanmoins, les récents scandales financiers et comptables survenus dans le
monde et les états financiers peu crédibles surtout en contexte camerounais constituent la
preuve d’un manque de rigueur et d’éthique professionnelles de la part des dirigeants. Ce
qui remet en cause l’efficacité des mécanismes de gouvernance. Cette situation engendre
une crise de confiance entre les actionnaires et les dirigeants, appelant ainsi le renforcement
de systèmes de surveillance, afin d’assurer la crédibilité des états financiers.

Le débat incessant sur la gouvernance d’entreprise et les lois instaurées visant à


restaurer la confiance des investisseurs ont eu des conséquences sur la pratique de l’audit
externe et sa qualité, en tant que mécanisme efficace de gouvernance.

En effet, le recours à un audit externe de qualité est considéré comme étant un


mécanisme permettant de réduire l’opportunisme managérial, de limiter les conflits d’agence
entre les différents acteurs de la firme et de protéger les intérêts des actionnaires en assurant
la pertinence et la fiabilité des états financiers.

Dans cette première partie aura donc pour double objectif de présenter les concepts de
théoriques de la structure de propriété et de la qualité de l’audit (chapitre 1) ; et de faire une
revue de la littérature qui constituera notre base d’hypothèses (chapitre 2).

8
CHAPITRE 1 : FONDEMENTS THEORIQUES ET CONCEPTUELSSUR
LA STRUCTURE DE PROPRIETE ET LA QUALITE DE L’AUDIT

La structure de propriété et la qualité de l’audit comme mécanismes de gouvernance,


jouent un rôle important dans le contrôle du pouvoir des dirigeants. Il est question de
présenter dans le cadre de cette étude, toutes les approches conceptuelles de ces notions. Les
concepts théoriques de la structure de propriété seront abordés (section 1) de même que la
notion de qualité d’audit (section 2). Il semble important de présenter les caractéristiques de
ces deux notions avant de faire le lien entre elles.

SECTION I : NOTION DE STRUCTURE DE PROPRIETE

La structure de propriété peut être un moyen de contrôle efficace de la gestion des


dirigeants. Elle permet de réunir, lorsque certaines conditions sont présentes (concentration de
la propriété, propriété managériale, propriété institutionnelle et propriété familiale), les bases
d'un système de contrôle efficient, à savoir, une incitation des contrôleurs à remplir leur
fonction, ainsi qu'un moindre coût du contrôle (Paquerot et Mtanios, 1999).Dans cette section,
la définition de la structure de propriété sera présentée, de même que ses différentes formes. Il
sera également important les dispositions juridiques de ce vocable dans l’espace OHADA.

I.1- Définition de la structure de propriété

La structure de propriété peut être définie comme l’organisation ou la répartition des


droits de propriété dans une entreprise. Divers mécanismes de gouvernement d’entreprise sont
proposés pour résoudre les problèmes de divergences des intérêts et réduire les coûts d’agence
associés aux conflits. La structure de propriété en constitue une partie importante et pouvant
affecter la valeur de la firme. La structure de propriété peut prendre plusieurs formes
notamment la propriété managériale, la concentration de la propriété, la propriété
institutionnelle et la propriété familiale.

9
I.2- Les différentes formes de la structure de propriété

Tel que ci-dessus, la structure de propriété peut être appréhendée à travers la propriété
managériale, la concentration de la propriété, la propriété institutionnelle et la propriété
familiale.
I.2.1- La propriété managériale

En se basant sur la thèse de convergence des intérêts, Berle et Means (1932)


et Jensen et Meckling (1976) ont montré que la détention des dirigeants d’une part du
capital constitue une excellente incitation à gérer l’entreprise conformément à l’intérêt
des actionnaires. En effet, cette solution permet d’aligner les intérêts des deux parties et
réduire ainsi les coûts de contrôle. Cependant, dans le cadre de la thèse de
l’enracinement, Charreaux (1997) a remarqué qu’une participation significative des
dirigeants dans le capital de la firme permet à ces derniers d’accroître leur pouvoir décisionnel
et de gérer dans une optique contraire à la maximisation de la valeur. IL en résulte que le
dirigeant qui dispose d’une information financière privilégiée, ne sera pas censé de la
confier aux actionnaires.

Ces argumentations théoriques ont été justifiées par des études empiriques. Gul et al.
(2004) et Trabélsi (2005) ont montré que la faible participation des dirigeants dans le
capital de l’entreprise creuse l’écart entre les intérêts des actionnaires et les intérêts des
dirigeants. Il en résulte que les actionnaires engagent un coût de surveillance supplémentaire
pour contrôler les comportements opportunistes de ces derniers. Face à cette situation, les
dirigeants sont incités à améliorer la qualité de divulgation pour éviter que les
actionnaires instaurent un mécanisme de surveillance et protéger leurs réputations et leurs
postes. Cependant, lorsque les managers détiennent une part significative des actions de
la firme, ils jouissent de ce pouvoir décisionnel pour préserver les informations
privilégiées au détriment [Chau et Gray (2000) et Gelb (2000) sur les entreprises
américaines ; de Mamoghli et al. (2007) dans le contexte institutionnel Français].

10
I.2.2- La concentration de la propriété

La théorie de gouvernance suggère que la concentration d’actionnariat est un


mécanisme de contrôle efficace. A fort potentiel capitalistique les actionnaires
majoritaires exerce un contrôle efficace sur la gestion de l’entreprise. Néanmoins, Fama et
Jensen (1983) soulignent que la fréquence des publications volontaires est relativement plus
élevée dans les entreprises à structure d’actionnariat dispersé que celle à structure concentrée.
Les managers d’une telle structure sont plus incités à communiquer en vue de réduire les
couts de contrôle relativement plus élevé et convaincre les actionnaires de leur bonne gestion.
Cependant, dans les structures d’actionnariat concentré, les conflits d’agence sont
essentiellement entre les actionnaires majoritaires et les actionnaires minoritaires. Dans un
tel contexte, on observe une différence notable au niveau du contrôle exercé par les
investisseurs. Cette divergence des pouvoirs, renforcée par les conflits d’intérêts, peut
engendrer des opportunités d’expropriation de la minorité (Alexandre et Proquérot, 2000).
Il en résulte que les actionnaires majoritaires seront peu concernés par la publication
d’informations volontaires, présentant ainsi un faible niveau de transparence dans leurs
supports de communication.
La relation entre la qualité des publications d’entreprise et la concentration
d’actionnariat a fait le débat de plusieurs investigations empiriques. Nagar & al. (2003);
Chau and Gray (2002), Barth (2003); Gelb (2000); Bushee and Noe (2000) ont examiné les
déterminants de la publication volontaires dans des contextes d’actionnariat dilués
caractérisés par une forte protection des investisseurs. Les résultats de ces travaux
suggèrent que la dispersion d’actionnariat influence positivement la qualité des publications
volontaires d’entreprises.
En France, Lakhal (2005) a examiné les relations entre les mécanismes de
gouvernement d’entreprise et la publication volontaire des résultats. Les résultats de cette
étude suggèrent que la publication volontaire est positivement liée à la dispersion de la
structure d’actionnariat marquée par la présence des investisseurs institutionnels étrangers,
l’existence d’une structure de dualité dans le conseil d’administration et d’un plan d’option
pour les managers. Dans le même contexte, Labelle et Schatt (2005) ont indiqué que la
concentration d’actionnariat affecte négativement le continu informatif des rapports annuels.
En revanche, il apparaît que la relation entre la dilution d’actionnariat et la qualité des
relations avec les investisseurs n’est pas linéaire mais curvilinéaire.

11
Dans un contexte Est Asiatiques (Hong Kong, Japon, Philippine Singapore,
Taiwan…), Fan et Wong (2002) ont démontré que la séparation des droits de vote et des
droits de propriété permet aux actionnaires majoritaires plus de pouvoir d’expropriation
des minoritaires. Les mêmes effets ont été approuvés par Ho et Wong (2001), en étudiant les
aspects de la structure de propriété qui peuvent influencer la qualité de la communication
financière auprès de 98 entreprises de Hon Kong. Plus récemment, Birt et al. (2006) ont
souligné que l’entreprise ayant une structure d’actionnariat concentré n’accorde pas une
grande importance à la communication financière. Ils suggèrent que si le nombre des
investisseurs dépasse un seuil de 20, l’entreprise sera incitée à publier.
Pour les acteurs du marché, les rapports imprimés ont constitué, pendant
longtemps, un élément essentiel de l’information financière. Toutefois, le dynamisme que
connaît le monde des affaires a rendu les informations contenues dans ces supports de plus en
plus inadéquates par rapport aux besoins des utilisateurs (Koreto1997). Dans ce nouvel
environnement, et avec le fort développement technologique, l’Internet est devenu un des
supports privilégiés de communication permanente.
Plusieurs études ont examiné les déterminants de la diffusion de l’information
financière à travers les sites Web institutionnels des entreprises. Ettredge et al. (2002) ont été
parmi les premiers qui ont étudié l’Internet comme un support de publication
privilégié. Ils ont examiné la relation entre l’étendue de divulgation via Internet et
certains déterminants intrinsèques à la firme. En étudiant les sites Web de 193 entreprises
américaines, ces auteurs ont trouvé que le niveau de divulgation par Internet est soutenu
par la dispersion de la structure d’actionnariat. Dans un contexte différent, Xiao et al.
(2004) suggèrent que dans une structure concentrée, les actionnaires individuels n’ont aucun
effet sur la qualité du site web de l’entreprise, en effet, ces investisseurs détenant une faible
proportion du capital ne peuvent pas supporter les coûts de l’information qui excèdent parfois
leurs revenus prévus, d’où un faible accès à l’Internet. Les mêmes constats ont été confirmés
par Trabelsi (2005) suggérant que les entreprises ayant une forte pression des
investisseurs et un niveau faible de complexité de la communication traditionnelle
divulguent plus volontairement des informations financières via leurs sites institutionnels.
De leur part, Marston et Polei (2004) ont examiné les facteurs explicatifs de la divulgation par
Internet sur 50 entreprises cotées à la bourse de Frankfurt au cours de deux périodes du 12
juillet au 26 juillet 2000 et du 25 mai au 3 juin 2003. Les résultats de leur régression montrent
que la structure de propriété et la taille sont significatives pour l’échantillon étudié sur
la période 2000. Quant à l’échantillon de 2003, la structure de propriété n’a pas eu un impact

12
significatif sur l’étendue et sur la forme de présentation des informations divulguées
via Internet. Plus récemment, Grzybkowski. et Wojcik (2006), étudiant la qualité des sites
Web des entreprises Britanniques et Polonaises, ont montré que les grandes entreprises
à forte dispersion utilisent mieux l’Internet comme moyen de communication privilégié qui
permet d’accroître la transparence de ces entreprises. Ce constat est approuvé par Pervan
(2006) qui a dénoté que la proportion des actions détenues par le public est corrélée
significativement et d’une manière positive au niveau de divulgation via Internet des
entreprises de la Slovénie.
Dans le cadre de la comptabilité Internationale, des théories de l’agence, du
signal et des coûts d’information, Paturel et al. (2006) ont examiné les motivations de la
communication financière à travers les sites Web de 106 entreprises françaises apportant à
l’indice SBF 120 et de 76 firmes britanniques composant l’indice FTSE 100. Leurs résultats
ont approuvé que le niveau de présentation d’information financière via Internet, des
entreprises britanniques, est affecté positivement par la diffusion du capital.
I.2.3- La propriété institutionnelle

Les investisseurs institutionnels ont enregistré, ces dernières années, une


présence considérable dans la structure du capital des entreprises modernes.
Selon la théorie de l’agence, la propriété institutionnelle peut servir comme
élément de contrôle efficace de la firme. De fait que les investisseurs institutionnels
sont considérés comme les agents les plus exigeants en terme d’information financière
régulière et publiée à temps opportun (Healy et al. 1999). La Pointe (2000) suggère que
ces derniers peuvent influencer les décisions des dirigeants en vue de maximiser le
rendement de leur investissement.
La définition théorique des investisseurs institutionnels a été justifiée par
plusieurs études empiriques dont celle de Chen et Jaggi (2000) et de Lakhal (2005). Le même
constat a été obtenu par Nagar et al. (2003) qui ont montré que la participation des
investisseurs institutionnels dans le capital des entreprises américaines augmente le niveau des
publications volontaires de ces dernières. En étudiant la qualité des sites Web des
entreprises chinoises cotées, Xiao et al. (2004) ont en déduit un effet positif de la
proportion des investisseurs institutionnels et un impact négatif de la participation de
l’Etat. Le signe de cette relation implique l’ampleur du contrôle exercée par ces
investisseurs et leurs exigences en termes d’information financière. L’effet négatif de la
participation de l’Etat est justifié par son intérêt favorisé aux informations privées de

13
l’entreprise qu’à celles publiées. En outre, Ginglinger et L'Her (2006) accentuent que les
investisseurs institutionnels offrent une bonne protection des intérêts des minoritaires dans les
pays de droit civil, où les droits des investisseurs ne sont pas protégés.
I-2-4- La propriété familiale

La théorie de gouvernance suggère que la propriété familiale constitue un


mécanisme de contrôle qui permet de résoudre les problèmes d’agence entre les
actionnaires et les dirigeants. Plusieurs facteurs permettent à la famille d’exercer un
contrôle intensif sur les comportements opportunistes des managers. Dans cette structure
d’organisation, la famille détient souvent une part significative et stable ducapital de la firme
ce qui lui octroie le droit de contrôler de prêt ses fonds (Demsetz et Lehn, 1985). Elle a
souvent une idée profonde sur les détails des activités de la firme ce qui lui permet de
participer dans sa gestion (Anderson et Reeb, 2003a). De plus, la famille qui tente à investir
dans des projets durables collabore avec les dirigeants de la firme dans les décisions
d’investissement (Kwak, 2003). Ainsi, bien que les conflits d’agence entre les actionnaires et
les dirigeants soient moins rigides, dans les entreprises familiales, ceux entre les actionnaires
majoritaires et minoritaires s’avèrent plus sévères. A forte divergence de contrôle la
structure familiale peut fournir aux actionnaires majoritaires une piste favorable pour
des opportunités d’expropriation de la minorité. Ce constat théorique est éprouvé par de
multiples études empiriques dans celle de Morck et al.(2000) sur le marché canadien, de
Claessens et al. (2002) en Asie de l’Est, et celle de Boubaker (2006b) en France qui
suggèrent que les entreprises familiales ont intérêt à publier moins d’informations
facultatives.

I.3- Dispositions OHADA en matière de structure de propriété

Le législateur de l’OHADA a fait preuve d'originalité en améliorant les règles


de fonctionnement de la société commerciale, notamment en termes de flexibilité quant
aux modes de son administration. Il s’agit de donner une impulsion nouvelle au
fonctionnement des sociétés commerciales. L’AUSC-révisé du 30 janvier 2014 a
apporté une innovation à l'administration et à la direction dela société anonyme. C’est
cette forme sociétaire qui nous servira de modèle dans notre analyse ; elle est la
traduction de la démocratie ; notamment celle avec conseil d’administration, organe
ayant fait l’objet de critiques et dont la réforme est souhaitée. Pour la forme sociétaire
comprenant un nombre d'actionnaires égal ou inférieur à trois, la société anonyme a la

14
faculté de ne pas constituer un conseil d'administration et peut juste désigner un
administrateur général qui assume sous sa seule responsabilité, les fonctions d'administration
et de direction de la société.
Les fonctions d’administration et de direction des sociétés commerciales ne peuvent en
effet, être confiées qu’à des personnes (dirigeants et actionnaires notamment), acteurs
de la gouvernance des sociétés commerciales remplissant certaines conditions posées
par des dispositions légales . Vis-à-vis des tiers, le principe est que les dirigeants peuvent
accomplir tous les actes que la loi ne réserve pas à la compétence des assemblées générales
d'associés. Sur cette base, les gérants assurent la gestion courante de la société. Dans
les rapports avec les associés, les statuts peuvent valablement limiter les pouvoirs
légaux de gestion des dirigeants. Aussi, le législateur de l’OHADA détermine avec le plus
grand soin les circonstances dans lesquelles la responsabilité civile des représentants légaux
peut être mise en œuvre.
Aux termes de l'article 414 de l'AUSC-R, le mode d'administration de chaque
société anonyme est déterminé de manière non équivoque par les statuts qui choisissent entre :
- La société anonyme avec conseil d’administration
- La société anonyme avec administrateur général
Par ailleurs, le législateur de l’OHADA a opéré une séparation des fonctions
d’administrateur et de directeur général, mais cette séparation n’est pas stricte. Les
Professeurs RIVES -LANGE et NOTTE affirment que les termes « direction », « gestion
» et « administration » sont, lato sensu, équivalents, car ils désignent un ensemble de
pouvoirs attribués par la loi et les statuts à une ou plusieurs personnes pour conduire l’activité
d'une personne morale.
I.3.1- La société anonyme avec conseil d’administration

Le conseil d’administration est l’organe chargé de l’administration de la société. Il est


investi des pouvoirs les plus étendus pour agir au nom de la société et engage celle-ci
dans ses rapports avec les tiers y compris par des décisions qui ne relèvent pas de l’objet
social. En cours de vie sociale, comme dans la SARL, les administrateurs peuvent être
révoqués à tout moment. Cependant, ce droit de révocation ne doit pas être exercé de manière
abusive. Cette révocation doit procéder du juste motif. Le conseil d’administration peut
en particulier déterminer les objectifs de la société et l’orientation donnée à son
administration. Le conseil d’administration dispose également de pouvoirs spéciaux. Le
législateur de l’OHADA va préciser dans les dispositions de l'article 415 de l'AUSC-R

15
que : La société anonyme avec conseil d'administration est dirigée soit par un président-
directeur général, soit par un président du conseil d’administration et un directeur général.
Lorsque cette forme de société est par un PDG, celui-ci préside le conseil
d'administration et les assemblées générales, assure la direction générale de la société et
représente celle-ci dans ses rapports avec les tiers. Pour l'exercice de ces fonctions, il est
investi des pouvoirs les plus étendus qu'il exerce dans la limite de l'objet social et sous
réserve de ceux expressément attribués aux assemblées générales ou spécialement
réservés au conseil d'administration par des dispositions légales ou statutaires.
Lorsque la SA est dirigée par un PCA et un DG, seuls les actionnaires sont membres
du Conseil d’administration. Il peut y avoir en son sein, dans la limite des 1/3, des
membres non actionnaires de la société. Il faut souligner ici que l’Acte Uniforme a
permis l’organisation d’une structure duale de direction. L’organe détenteur de la
souveraineté est l'assemblée générale des actionnaires. C’est elle qui nomme, contrôle et
révoque les administrateurs. La participation à ces assemblées est un droit inaliénable de
l'actionnaire et un gage de transparence dans la gestion des sociétés anonymes.
Les pouvoirs du PCA sont limités en ce qu’il représente le Conseil d'administration,
organise et dirige les travaux de celui-ci. Il a donc simplement un rôle de
représentation et d'organisation du conseil d'administration et ne représente pas la
société dans ses rapports avec les tiers. Telle qu'elle est prévue par l'Acte Uniforme
relatif au droit des sociétés commerciales, notamment en ses articles 477 et suivants, la
gouvernance en mode dual a l'avantage de déconcentrer la direction de la société en
répartissant tous les pouvoirs entre le Conseil d'Administration, le président du Conseil
d'administration et le directeur général.
I.3.2- La SA avec administrateur général

Pour marquer le caractère institutionnel de la société anonyme avec administrateur


général, qui constitue une innovation propre au droit OHADA, la structure nouvelle comprend
un seul organe d’administration et de direction. En effet, l’Acte uniforme révisé relatif aux
sociétés commerciales et au GIE, prévoit la nomination d’un administrateur général en lieu et
place du conseil d’administration. L’article 494 de l’Acte susvisé énonce, en effet, de
manière claire que l’administrateur général « assume, sous sa responsabilité, les fonctions
d’administration et de direction de la société ». Le principe de la collégialité disparaît au
profit de celui de la concentration des pouvoirs du conseil d’administration et du président
directeur général entre les mains d’un seul organe. Cette précision n’est pas superflue car, elle

16
a le mérite de montrer la nature et l’étendue des fonctions de l’administrateur général.
Toutefois, l’Acte uniforme précité ouvre la possibilité pour la société anonyme, de
désigner un administrateur général adjoint, en vue d’assister l’administrateur général dans
l’exercice de ses fonctions sociales.
L’administrateur général a un pouvoir général d’administration et de direction de la
société, donc d’accomplir l’ensemble des actes nécessaires ou utiles à la réalisation de l’objet
social. Il représente la société dans ses rapports avec les tiers. Pour cela, il est investi, selon
l’article 498 alinéa 3 de l’Acte Uniforme, des pouvoirs les plus étendus pour agir en
toutes circonstances au nom de la société, à la différence du conseil d’administration
qui décide seulement. Excepté pour les pouvoirs expressément réservés aux assemblées
générales par l’Acte uniforme ou par les statuts. Il convoque et préside les assemblées
générales.
Après avoir présenté la notion de structure de propriété dans ces contours théoriques,
de même que son appréhension par le législateur OHADA, nous passer à l’analyse de la
qualité de l’audit.

SECTION II : ANALYSE DU CONCEPT : QUALITE D’AUDIT

Comme le soulignent Jensen et Meckling (1976), l’audit est un des mécanismes


de gouvernance qui va donner une assurance aux caractéristiques qualitatives de
l’information financière. L’audit contribue ainsi à garantir aux investisseurs, et autres parties
prenantes, la sincérité des données comptables issues du système d’information comptable
mis en place par les dirigeants.
Les exigences institutionnelles de l’IASB définissent l’objectif et les
caractéristiques qualitatives de l’information financière. Selon l’IASB, tel qu’exprimé
dans son cadre conceptuel de 2015, l’information financière doit être utile, c’est-à-dire,
influencer de façon pertinente, les décisions économiques des utilisateurs des états financiers.
Quant à l’IAASB, dans ses missions, elle définit entre autres, les normes d’audit et de
surveillance des comptes. Elle estime, qu’une bonne qualité de l’audit des comptes est
nécessaire pour une meilleure stabilité financière, par la crédibilité qu’elle offre aux états
financiers (IAASB 2015).En termes de structure, cette section propose, dans un premier
temps, une brève histoire des origines de l’audit. Dans un deuxième temps, une mobilisation
de la littérature empirique et théorique pour définir la qualité de l’audit, examiner ses
déterminants et ses incidences économiques.

17
II.1- Bref historique de l’audit

Etymologiquement, le terme « audit » est à l’origine, un mot anglais. Il est dérivé du


latin « audire », qui se définit, comme une procédure de contrôle de la comptabilité et de la
gestion d'une entreprise, effectuée dans la pratique par une personne appelée « auditeur » (Le
Robert illustré 2016).
D’une manière générale, l’histoire de l’audit est intimement liée à celle de la
comptabilité. Pour Watts et Zimmerman (1979), le recours aux services d’audit était
davantage une exigence gouvernementale (notamment pour la levée de l’impôt et des
taxes) qu’une véritable contrainte de bon fonctionnement des marchés. De manière
intéressante, ces auteurs indiquent que des pratiques d’audit, dites « facultatives »,
existaient déjà depuis le XIVème siècle chez les Anglo-Saxons. A l’époque, l’audit est né,
en raison des conflits d’intérêt entre les guildes des marchands qui ont contribué au
financement des moyens de la conquête normande de 1066. Ces conflits d’intérêt naissant
entre les membres des guildes et les gérants de ces dernières, voire entre les guildes elles-
mêmes, conduisirent à un monitoring annuel sous forme de la restitution orale de travaux
d’audit (Watts et Zimmerman 1979, 10–16). Ces pratiques d’audit, fortement marquées
par le système féodal de l’époque, avaient, pour finalité, de gérer les conflits d’intérêts
existant entre les différentes guildes des marchands.
Pour Watts et Zimmerman (1979, 22–23), les pratiques d’audit et les relations
commerciales existaient déjà au XIVème siècle en Angleterre, puis à partir de la première
moitié du XIXème aux Etats-Unis. En France, il fallut attendre la loi du 24 juillet 1867 sur les
sociétés commerciales, pour assister à l’institution de la profession de « commissaires des
sociétés », ancêtre du commissariat aux comptes.
Mais, de nos jours, l’audit a connu des changements en termes de pratiques
professionnelles. Celles-ci s’inscrivent dans une configuration qui tend, à être une exigence,
tant institutionnelle que sociétale. Cette exigence institutionnelle, due au développement des
civilisations et de leur système économique, a fortement influencé les pratiques d’audit (Watts
et Zuo 2016).
L’audit a été longtemps considéré comme une pratique professionnelle, avant de
susciter l’intérêt des chercheurs. Au plan académique, les travaux de recherche en audit, sont
confrontés à une difficulté d’opérationnalisation de la qualité de l’audit, l’audit renvoyant, par
nature, àdes travaux dont les tenants et aboutissants sont non observables par les parties
prenantes de l’entreprise, y compris potentiellement les dirigeants de cette dernière.

18
II.2- Définition de la qualité de l’audit et examen de ses incidences économiques

La notion de « qualité de l’audit » n’est guère un concept nouveau, aussi bien dans le
monde institutionnel que dans l’univers de la recherche en comptabilité contrôle audit.
Cependant, elle demeure, somme toute, intrinsèquement peu étudiée.
La qualité de l’audit est appréhendée à travers la vision retenue par la
littérature académique, afin d’identifier des clefs de compréhension de sa définition tant
à partir des résultats avancés par les études empiriques qu’en analysant la vision
institutionnelle retenue par les législateurs européens notamment. Une fois la définition de la
qualité de l’audit présentée, nous présenterons les critères d’appréciation de la qualité de
l’audit, les déterminants de la qualité de l’audit de même que ses conséquences économiques
et sociales.
II.2.1- Définition de la qualité de l’audit

Dans la littérature académique, pour définir la qualité de l’audit, les auteurs se réfèrent
couramment à la définition proposée par DeAngelo (1981). Cette chercheuse définit la qualité
de l’audit comme étant la probabilité conjointe pour un auditeur externe, de détecter
une anomalie dans les états financiers de son client (compétence) et de communiquer cette
anomalie auprès des utilisateurs de ces états financiers (indépendance). Dans des travaux
antérieurs bien trop rarement cités, Watts et Zimmerman (1979) opérationnalisent l’utilité
perçue de l’audit par les parties prenantes de l’entreprise en l’assimilant à la probabilité de
divulgation de l’auditeur d’une anomalie existante, P[Z/Y], définie comme suit :
P[Z/Y] = P[Y] × P[X/Y] × P[Z/W]
Où : Z = l’auditeur divulgue une anomalie ; Y = l’anomalie existe ; X = l’auditeur
détecte une anomalie ; W = l’auditeur détecte une anomalie existante et P[.] l’opération de
probabilité.
Pour Watts et Zimmerman (1979), l’utilité de l’auditeur, c’est-à-dire l’intérêt de
ses travaux pour les parties prenantes de l’entreprise, peut se définir, de manière
mathématique, comme la probabilité conditionnelle que ce dernier divulgue une
anomalie existante. De manière plus précise, cette utilité est évaluée au travers du produit de
trois probabilités :
- La première matérialise la probabilité d’existence d’une anomalie significative
dans les comptes de l’entreprise (notée P[Y]), cette probabilité dépendant de la qualité du
système d’information de l’entreprise auditée, de la compétence des équipes de reporting,
etc… ;

19
- La deuxième mesure la vraisemblance pour l’auditeur de découvrir une anomalie
significative sachant qu’elle existe (notée P[X/Y). Elle est l’expression de la compétence
de l’auditeur ;
- Enfin, la troisième probabilité exprime le fait que l’auditeur pourra communiquer
avec honnêteté et impartialité une anomalie existante et découverte (notée P[Z/W]).
Cette dernière probabilité exprime l’indépendance de l’auditeur visà-vis de son client.
Pour que les marchés ou parties prenantes attribuent une utilité non nulle aux travaux
d’audit, les auteurs soulignent qu’il est nécessaire que les trois probabilités soient
concomitamment non nulles. Cette définition est intéressante à de nombreux égards. D’une
part, elle met en lumière que si l’entreprise ne présente aucune anomalie significative
dans l’élaboration de ses comptes, l’utilité de l’auditeur ne sera pas valorisée par les parties
prenantes et ce quels que soient les gages de compétence et d’indépendance apportés
par l’auditeur. Autrement dit, une bonne qualité des états financiers n’implique pas
forcément une bonne qualité d’audit. D’autre part, en prenant le cas opposé, toujours selon
cette vision, un audit diligenté, avec compétence et indépendance, ne saurait impliquer une
information financière de bonne qualité. Dans pareille situation, les parties prenantes
conféreront à l’audit une utilité non nulle car il aura permis de révéler que les états financiers
pouvaient être sujets à discussion.
II.2.2- Appréciation de la qualité de l’audit

Au plan académique, les travaux de recherche sur la qualité de l’audit font la distinction entre
« qualité subjective » et « qualité objective ». Dans cette recherche, les termes « qualité
subjective » et « qualité objective » désignent respectivement « qualité perçue » et « qualité
réelle », comme l’ont déjà souligné d’autres auteurs, comme Prat-dit-Hauret (2003), Richard
(2003) et Portal (2011).
La qualité subjective de l’audit se définit comme la réalité de l’audit que les
utilisateurs des états financiers construisent dans leur for intérieur et à laquelle, le chercheur
va s’intéresser par la suite en tant que sujet d’étude. Il s’agit d’une qualité perçue.
La qualité objective de l’audit, quant à elle, désigne la qualité réelle de l’audit et qui
existe en dehors de toute représentation mentale des utilisateurs des états financiers.
Sur la base des travaux de Watts et Zimmerman (1979) et De Angelo (1981),
les recherches empiriques sur la qualité de l’audit vont principalement être axées sur le
développement des seules caractéristiques de la compétence et de l’indépendance de
l’auditeur. Ces recherches peuvent se regrouper en deux sous-groupes : les études

20
s’intéressant aux déterminants de la qualité de l’audit et celles portant sur les
conséquences économiques et sociales de la qualité de l’audit.
II.2.3- Etudes empiriques sur les déterminants de la qualité de l’audit

Les travaux de recherche empirique relatifs aux déterminants de la qualité de l’audit


étudient l’ensemble des facteurs intrinsèques et extrinsèques à un cabinet d’audit. Ces facteurs
permettent de comprendre dans quelle mesure un travail d’audit diligenté par un auditeur peut
être considéré comme de bonne qualité par les parties prenantes extérieures aux travaux
d’audit. Ils sont relativement peu nombreux, en raison du difficile accès aux données,
couvertes par le sceau du secret professionnel.

L’une des premières études empiriques sur les déterminants de la qualité de l’audit, a
été conduite sur la base d’entretiens réalisés auprès de directeurs généraux de 172 cabinets
d’expertise comptable américains, au cours de la période 1972-1977, par Arnett et
Danos(1979). Ils y soulignent que la profession des auditeurs légaux est fortement
structurée par certains facteurs environnementaux, sociaux, politiques et économiques,
tels que la règlementation de la profession ou encore la taille des entreprises auditées.
Ceci, pouvant conduire les cabinets d’audit à une (hyper)spécialisation c’est-à-dire à opérer
dans des secteurs d’activité très spécifiques (grande distribution, assurance) voire a
contrario à une (ultra)diversification de leurs lignes métiers, c’est-à-dire des cabinets
d’audit proposant des gammes d’intervention très large (audit des systèmes d’information,
évaluation).
Ils en concluent que la structuration du marché de l’audit influence grandement
la qualité des travaux conduits par les auditeurs.
Dans ce même esprit, Deis et Giroux (1992) observent que la qualité de l’audit
est associée à la durée de mandat entre l’auditeur et l’audité mais également au nombre de
clients que l’auditeur détient dans son portefeuille. Ces conclusions semblent rejoindre celles
avancées par DeAngelo (1981) et Watts et Zimmerman (1979) qui résument les déterminants
de la qualité de l’audit à deux facteurs essentiels : (1) la compétence et (2) l’indépendance de
l’auditeur.
L’auditeur est ainsi déclaré compétent si et seulement si il dispose tout à la
fois de capacités significatives en ressources intellectuelles, humaines, technologiques et de
capacités processuelles, internes au cabinet, pour mener à bien conjointement les
différents dossiers d’audit dont il est responsable. Pour DeAngelo (1981), l’indépendance
renvoie davantage à des qualités éthiques, propres à chaque individu et se caractérisent par

21
l’impartialité de jugement et l’honnêteté intellectuelle. Pour Arnett et Danos (1979),
l’indépendance requiert que les auditeurs portent un regard extérieur sur l’enracinement
dans la réalité économique des états financiers de leurs clients.
Selon Mautz et Sharaf (1961), l'indépendance psychologique ou d’apparence se définit
comme la manière dont l'auditeur approche une situation d'audit et dont il analyse de manière
non biaisée, les différentes preuves d'audit. Pour Dopuch et al. (2003), tandis que
l’indépendance objective est difficilement observable par les investisseurs,
l’indépendance subjective est l’évaluation que les investisseurs feront de la qualité réelle de
l’audit au travers des honoraires non-audit divulgués. Les auteurs expliquent que
l’indépendance d’apparence via l’appréciation des honoraires non-audit a un effet négatif
sur l’indépendance de fait, et par conséquent, réduit l’efficience des marchés financiers.
Dans son analyse, Prat-dit-Hauret (2003) regroupent les déterminants de l’indépendance
subjective (d’apparence ou perçue) en quatre catégories :
- Les déterminants intrinsèques au cabinet d’audit tels l’offre des services de conseil,
la taille du cabinet, l’initiation de la co-révision des états financiers, la rotation des associés et
l’adoption d’une charte d’audit ;
- Les déterminants intuitu personae de l’auditeur comme l’expérience, la
compétence et la sensibilité éthique de l’auditeur ;
- Les déterminants relevant de la relation entre les parties tels la santé financière de
l’audité, la concurrence entre les cabinets d’audit et les modalités des appels d’offres ;
- Enfin les déterminants sous formes de mécanismes incitatifs externes, à savoir, la
durée du mandat, l’existence de comité d’audit, la flexibilité des règles et méthodes
comptables et les répressions judiciaires existantes, en cas d’illégalité.
De façon générale, les auteurs s’accordent à dire que l’évaluation de la qualité de
l’audit est très coûteuse (DeAngelo 1981), et que ses facteurs (compétence et
indépendance) sont difficilement observables par quiconque. Pour Arnett et Danos
(1979), le jugement professionnel de l’auditeur doit être basé sur son honnêteté intellectuelle
et son indépendance. Ils soulignent que la réalité de cette indépendance est différente de sa
perception par les tiers. En outre, ils estiment que l’existence de liens étroits et d’intérêts
financiers sont des facteurs qui peuvent remettre en question l’indépendance des cabinets
d’audit. Sur la base d’un échantillon de professionnels de l’audit interviewés, ils
concluent que la différence entre l’indépendance réelle et l’indépendance perçue est
essentiellement de nature philosophique, et qu’en fonction des caractéristiques des clients
audités et des missions à accomplir, l’indépendance perçue diminue significativement avec

22
la taille du cabinet d’audit. De leur côté, Watts et Zimmerman (1979) indiquent que l’auditeur
devrait, en théorie, tenter de véhiculer un signal « réputationnel » positif afin que le marché
perçoive favorablement sa compétence et son indépendance. En effet, dans la littérature
académique, la compétence et l’indépendance ont été les principaux facteurs d’évaluation
de la qualité de l’audit, et sont considérées comme intrinsèquement liées à l’auditeur. A
ce titre, il est intéressant de noter que la littérature sur l’indépendance de l’auditeur est
relativement abondante par rapport à celle sur la compétence de l’auditeur, appelant
davantage à l’appréciation subjective du chercheur. Pour contourner cette difficulté
d’appréciation, les auteurs ont tenté, avec plus ou moins de succès, de relier la « compétence »
à la taille et à la réputation de l’auditeur (ex. DeAngelo 1981) ainsi qu’aux honoraires perçus
par l’auditeur (Francis 1984).
La littérature sur l’indépendance de l’auditeur opère la distinction entre «
indépendance réelle » et « indépendance perçue ». Ainsi, tandis que l’indépendance de fait ou
réelle est liée au processus mental, à l'attitude d'impartialité et d'objectivité de l'auditeur,
l'indépendance d'apparence ou perçue est le schéma mental que les utilisateurs de
l'information financière et comptable se font de l’indépendance de l’auditeur (Bédard et al.
2001). Pour Prat-dit-Hauret (2003), l’indépendance de l’auditeur est définie par les lois et les
règles de façon objective.Cette thèse est souvent modérée, par les auteurs, dans le contexte
spécifique des sociétés cotées, où le facteur « indépendance de l’auditeur » s’explique
davantage par d’autres déterminants tels que la durée des mandats d’audit et les honoraires
non-audit (Higgs et Skantz, 2006). Cette indépendance est susceptible d’être renforcée par
d’autres mécanismes de contrôle légal, tels que l’audit conjoint (Francis et al. 2009 ;
Marmousez 2009 ; Marmousez 2012 ; Baldauf et Steckel 2012 ; Deng et al. 2014 ; Lobo et al.
2016).
II.2.4- Les conséquences économiques et sociales de la qualité de l’audit

Il nous semble important dans cette section de présenter les conséquences


économiques et sociales de la qualité de l’audit.
II.2.4.1- Les conséquences économiques de la qualité de l’audit

Ces études expliquent l’incidence des déterminants de la qualité de l’audit sur


les fondamentaux des sociétés et tentent parfois de déduire des conséquences
économiques observées par le degré de qualité de l’audit. La littérature est bien diverse dans
le choix de ses champs d’investigation et les conclusions des travaux de recherche sont,
à notre avis, très mitigées. A titre illustratif, à partir d’un échantillon de 3 074

23
sociétés américaines cotées, constitué entre février et juin 2001, Frankel et al. (2002)
observent que les honoraires non liés à l’audit sont positivement corrélés aux résultats
inattendus (earnings surprise) ainsi qu’à l’amplitude des accruals discrétionnaires (partie
du résultat comptable plus facilement manipulable par les managers d’une entreprise),
tandis que les honoraires d’audit sont négativement associés aux indicateurs de gestion
de résultats. Ils en concluent que les honoraires non-audit tendent à diminuer
l’indépendance de l’auditeur et donc la qualité de l’audit contrairement aux honoraires
d’audit. Plus récemment en Australie, Azizkhani et al.(2013) rendent compte d’une relation
non-linéaire entre la durée de mandat de l’auditeur et le coût du capital de l’entreprise. Leur
étude fait également apparaître une relation positive entrela rotation des auditeurs et le coût du
capital, indiquant par là-même une crainte des marchés vis-à-vis de changements réguliers
d’auditeurs légaux.
Dans le contexte français où le co-commissariat (la présence de deux auditeurs
légaux) est obligatoire dans certaines situations (établissement de comptes consolidés),
Francis et al. (2009) concluent que :
- Les entreprises ont recours à un collège composé d’un Big 42et d’un Non-Big 4 (deux
Big 4) lorsqu’il existe une asymétrie d’information élevée (trop élevée),
- La qualité de résultat est encore meilleure lorsque le collège n’est composé que de
cabinets Big 4.
Ces résultats sont, en partie, contredits par les travaux de Lobo et al. (2016). Ceux-ci
observent, entre autres, que les collèges composés d’un auditeur Big 4 et d’un auditeur de
taille plus modeste ont tendance à faciliter la constatation de provisions pour dépréciations
adéquates et à rendre leur communication plus transparente.
En contexte OHADA, la désignation d’un commissaire aux comptes est obligatoire
pour les SA faisant ou pas appel à l’épargne public.
Dans d’autres contextes, comme celui de la Finlande, Karjalainen (2011) étudie le lien
entre la qualité de l’audit et le coût du capital. Sur un échantillon constitué de 3 890
observations de sociétés non cotées entre 2000 à 2006, il observe un faible coût du capital
chez les sociétés auditées par un cabinet Big 4, ou par au moins deux cabinets. Il montre que
les rapports d’audit avec réserves sont associés à une faible qualité des accruals, et par
conséquent exigent une rémunération du coût du capital plus élevée.

2
Les grands cabinets d’audit (Deloitte, PwC, EY et KPMG) sont souvent dénommés « Big 4 » en pratique.

24
Dans le contexte chinois, à partir d’un échantillon de 3 310 observations de sociétés
cotées de 2001 à 2006 aux marchés de Shanghai et Shenzhen, Chen et al. (2011) concluent
que les sociétés au sein desquelles l’Etat n’est pas actionnaire, et auditées par les
cabinets appartenant au top 8 (sur le marché de l’audit chinois) sont associées à une meilleure
qualité de la gestion des résultats, et par conséquent, à un coût du capital plus faible.
De manière synthétique, les conclusions des recherches sont partagées sur
l’association entre la forte réputation des cabinets d’audit et la bonne qualité de l’audit qu’ils
sont censés offrir. Par exemple, dans le contexte américain, sur un échantillon de 72 600
observations desociétés cotées de 1988 à 2006, Lawrence et al. (2011) examinent dans quelle
mesure la qualité de l’audit se différencie d’un cabinet Big 4 à un Non Big 4. Sur la base de
trois proxies retenus pour la qualité de l’audit (à savoir les accruals discrétionnaires, le coût
du capital et la précision des prévisions des analystes financiers), ils concluent que la qualité
de l’audit, quel que soit le proxy, n’est pas significativement différente d’un Big 4 à un Non
Big 4.
II.2.4.2- Les conséquences sociales de la qualité de l’audit

Les répercussions sociales de la qualité de l’audit peuvent s’analyser en termes


d’impact organisationnel sur les firmes.
En théorie de l’entreprise, l’étude des mécanismes de gouvernance des organisations
(Berle et Means 1932) permet de comprendre la gestion des conflits d’intérêt, les mécanismes
de réduction de l’asymétrie d’information résultant du divorce entre la propriété et le contrôle
des entreprises (Jensen et Meckling 1976). Pour Lin et Hwang (2010), la demande des
services d’audit externe est une des conséquences directes des problèmes d’agence. Parmi les
mécanismes de gouvernance des organisations, l’audit légal apparaît comme un moyen
favorisant la réduction de l’asymétrie d’information entre les différentes parties prenantes
(Pigé 2000). Sur ce dernier aspect, des recherches établissent un lien significatif entre la
qualité de l’audit et certains mécanismes de gouvernance. Elles analysent aussi les
conséquences économiques d’un audit de bonne qualité, combinés à l’efficacité des
mécanismes traditionnels de gouvernance des entreprises.
A titre d’exemple, sur un échantillon de 1 826 observations de sociétés américaines,
Jayaraman et Milbourn (2015) suggèrent que les régimes d’intéressement basés sur des
actions ont un effet négatif sur la qualité du reporting financier, lorsque le niveau
d’expertise de l’auditeur est faible. Dans leur étude portant sur un échantillon de 458 banques
américaines et constitué entre 2003 à 2011, Hines et al. (2015) concluent à une association

25
entre le niveau faible des honoraires d’audit, l’indépendance du comité de risque et le cumul
des mandats des administrateurs mandatés au comité d’audit. Par contre, ils suggèrent une
relation positive entre les honoraires d’audit et la taille du comité de risque, et la taille du
conseil d’administration.
Dans le contexte britannique, à partir d’un échantillon de 135 sociétés non financières
constitué entre 2001 à 2004, Zaman et al. (2011) suggèrent une relation positive entre
l’efficacité ducomité d’audit (indépendance, expertise financière, diligence et taille) et les
honoraires non audit du commissaire aux comptes. Les résultats des auteurs impliquent qu’un
comité d’audit, aussi bien indépendant que compétent, ne saurait conférer à l’audit une bonne
qualité, car les honoraires non-audits sont censés compromettre l’indépendance des auditeurs
(Antle et al. 2006 ; Dopuch et al. 2003 ; Frankel et al. 2002).

Il était question dans ce chapitre de présenter les notions théoriques de la structure de


propriété et de la qualité de l’audit. Il nous a semblé utile de faire appel aux dispositions
juridiques du législateur OHADA relatives à la structure de l’actionnariat dans la SA.
L’analyse du concept qualité de l’audit nous a permis de mieux cerner les éléments
d’appréciation de la qualité de l’audit, de même que ses déterminants et ses conséquences
économiques et sociales. Le lien entre la structure de propriété et la qualité de l’audit semble
indispensable pour la compréhension de notre étude, de même que la constitution de nos
hypothèses de recherche.

26
CHAPITRE 2 : IMPACT DE LA LA STRUCTURE DE PROPRIETE ET
LA QUALITE DE L’AUDIT

Plusieurs études se sont focalisées sur l’impact de certains mécanismes de


gouvernance décrivant le fonctionnement du conseil d’administration ou la structure de
propriété, par exemple, sur la qualité de l’audit externe. Le lien entre ces variables
s’appuie sur la théorie de l’agence (Jensen et Meckling 1976). En effet, le recours à un audit
externe de qualité est considéré comme étant un mécanisme permettant de réduire
l’opportunisme managérial, de limiter les conflits d’agence entre les différents acteurs de la
firme et de protéger les intérêts des actionnaires en assurant la pertinence et la fiabilité des
états financiers. Le but de ce chapitre est de présenter les différentes théories sur lesquelles
notre étude va s’appuyer (Section 1) avant de présenter la revue de la littérature qui
constituera notre base d’hypothèses (Section 2).

SECTION I : THEORIES MOBILISEES POUR L’ETUDE

Plusieurs théories traitent des mécanismes de gouvernance de la firme. Certaines


d’entre elles seront présentées dans le cadre de cette étude notamment la théorie de l’agence,
la théorie des coûts de transactions, la théorie des droits de propriété et celle de l’asymétrie de
l’information.

I.1- La théorie de l’agence

La théorie de l’agence qui s'appuie sur la relation principal-agent s'applique également


à l'analyse de l'entreprise. Elle décrit les relations entre les actionnaires (principal) et le
manager (agent) dans un contexte d'asymétrie d'information. Ces agents ont des intérêts
contradictoires. Les actionnaires cherchent avant tout à maximiser la valeur de la firme tandis
que le manager cherche à maximiser son revenu et donc la taille de l'entreprise. La théorie de
l'agence permet d'expliquer les stratégies des firmes selon que le principal ou l'agent contrôle
l'entreprise.
M. Jensen et W. Meckling (1976) défin issent une relation d'agence comme un contrat
par lequel une ou plusieurs personnes (le principal) engage une autre personne (l'agent) pour
accomplir quelques services en leur nom, impliquant la délégation d'une partie de l'autorité de

27
prise de décision à l'agent. De par sa nature, la relation d'agence pose problème dans la
mesure où les intérêts personnels du principal et de l'agent sont divergents. La théorie de
l'agence repose sur deux hypothèses comportementales. La première suppose que les
individus cherchent à maximiser leur utilité, la deuxième postule que les individus sont
susceptibles de tirer profit de l'incomplétude des contrats.
I.1.1- Divergence d’intérêt

Selon la théorie de l'agence, les dirigeants sont les agents des actionnaires au sein de
l'entreprise et ont vocation à gérer l'entreprise dans le sens de l'intérêt des actionnaires (M.
Jensen et W. Meckling, 1976). Or, dirigeants et actionnairespossèdent des fonctions d'utilité
différentes et agissent de façon à maximiser leurutilité respective. Selon M. Jensen et W.
Meckling, le dirigeant a tendance à s'approprier une partie des ressources de la firme sous
forme de privilèges pour sa propre consommation (dépenses discrétionnaires). Les
développements ultérieurs ont mis en évidence la volonté des dirigeants de renforcer leur
positionà la tête de l'entreprise. Ils peuvent ainsi préférer la croissance du chiffre d'affaires à
celle du profit, employer plus de personnel que nécessaire. Leur but est de servir l'intérêt
social de l'entreprise avant de satisfaire les intérêts des actionnaires (distribution de
dividendes ou revalorisation des titres) ou des salariés. En substance, l'aspiration du dirigeant
consiste à maximiser sa rémunération et à minimiser son effort.

Cette divergence d'intérêt est accentuée par la différence des risques encourus.
L'actionnaire peut perdre ses apports. Le dirigeant encourt le risque de perdre son emploi et sa
valeur sur le marché du travail.
Ainsi, les efforts déployés par les dirigeants en faveur de l'entreprise, s'ils sont
bénéfiques aux actionnaires, comportent pour eux une certaine désutilité. Les dirigeants qui
ont la majeure partie de leur patrimoine (capital humain) investie dans leur société, sont
beaucoup plus sensibles à la variabilité des résultats de la société que ne le sont les
actionnaires qui peuvent facilement diversifier leur portefeuille. Les dirigeants encourent ainsi
un risque plus important que les actionnaires. Il est donc de leur intérêt d'entreprendre des
investissements moins risqués et plus rentables à court terme que ce qui serait souhaitable du
point de vue de l'actionnaire.

28
I.1.2- Asymétrie dans la distribution de l’information : Problème de l’opportunisme

L'asymétrie dans la distribution de l'information associée à une divergence des intérêts


donnent naissance au problème d'agence. En effet, s'il n'existe pas de divergence dans les
préférences des acteurs, l'asymétrie informationnelle ne va pas poser de problèmes dans la
mesure où l'agent choisira son action en accord avec le principal. De la même façon, en
l'absence de problème d'asymétrie informationnelle, les éventuels conflits d'intérêt seront
aisément surmontés dans la mesure où le principal détectera immédiatement tout
comportement opportuniste de la part de l'agent. Or, la relation d'agence n'existe que parce
que le principal estime l'agent mieux placé que lui pour gérer son bien. Il lui reconnaît des
capacités et un savoir particuliers. L'asymétrie d'information est donc à l'origine de la relation
contractuelle (P.Y. Gomez, 1996).
Les problèmes d'agence sont liés à la fois à l'incertitude, à l'imparfaite observabilité
des efforts de l'agent ainsi qu'aux coûts d'établissement et d'exécution des contrats. La
complexité du travail managérial ne pouvant faire l'objet d'une spécification précise,
l'actionnaire s'expose, par conséquent, à l'opportunisme du dirigeant. Ainsi, plus
l'environnement sera incertain, l'information asymétrique et la mesure de l'effort individuel
problématique, plus sera élevé le risque de négligences préjudiciables aux intérêts des
actionnaires.
Les relations d'agence laissent donc entrevoir à nouveaux les problèmes de risque
moral, de sélection adverse et d'opportunisme. En effet, les dirigeants qui ont la charge de la
gestion de l'entreprise disposent d'une information privilégiée sur son fonctionnement. En
outre, l'actionnaire ne dispose pas toujours des compétences nécessaires lui permettant de
savoir si une transaction sert ses propres intérêts ou ceux des dirigeants. Il est alors possible
au gestionnaire d'adopter un comportement opportuniste en manipulant l'information dont il a
la gestion, ne communiquant que ce qui sert son intérêt. L'opportunisme du gestionnaire peut
le conduire à détourner pour son profit personnel diminuant d'autant le profit résiduel du
propriétaire. Le principal devra donc mettre en place un système d'incitation et des
mécanismes de contrôle s'il désire limiter les pertes occasionnées par une divergence d'intérêts
(M. Jensen et W. Meckling, 1976 ; E. Fama, 1980). La mise en place de techniques de
contrôle et systèmes d'incitation pour assurer le bon déroulement des contrats va engendrer
des coûts d'agence. Ceux-ci peuvent être compris comme des coûts d'organisation et
représentent le symétrique des coûts de transaction.

29
Pour éviter de tel type de situation les agents économiques développent des systèmes
de contrôle et d’incitation de comportements, la mise en place d’un tel système est couteuse,
ce sont les coûts d’agence.
I.1.3- Les coûts de l’agence

Les coûts d'agence naissent dans toute situation qui suscite un effort coopératif entre
deux ou plusieurs personnes, même s'il n'y a pas de relations claires principal/agent. Il est
impossible pour "le principal" d'assurer à coût nul que l'agent prendra des décisions optimales
du point de vue du principal. Dans la majorité des relations d'agence, le principal et l'agent
subiront des coûts de surveillance et d'obligation. M. Jensen et W. Meckling (1976)
distinguent trois types de coûts :
- Les coûts de surveillance supportés par le principal pour limiter le comportement
opportuniste de l'agent et les coûts d'incitation (systèmes d'intéressement) engagés par le
principal pour orienter le comportement de l'agent.
- Les coûts d'obligation ou coûts d'engagement que l'agent peut avoir lui-même encouru
pour mettre le principal en confiance (coût de motivation). « Les coûts d'engagement résultent
de la rédaction par la firme de rapports financiers et de la réalisation d'audits par des experts
extérieurs à la firme »
- Le troisième type de coût est un coût d'opportunité, dénommé "perte résiduelle", qui
s'assimile à la perte d'utilité subie par le principal par suite d'une divergence d'intérêt avec
l'agent, comme le coût subi par le principal suite à une gestion par l'agent défavorable aux
intérêts de celui-ci. Ainsi, malgré le contrôle et l'engagement, il subsistera toujours une
certaine divergence entre les décisions prises par l'agent et celles qui maximiseraient le bien-
être du principal.
Cette définition des coûts d'agence s'apparente au problème de la tricherie et de la
surveillance d'une équipe de production. Les coûts d'agence varient selon la firme, ils
dépendent des goûts des managers, des coûts de surveillance de la performance du manager et
enfin du coût de la conception et de l'application d'un index pour indemniser le manager qui
satisfait le bien-être du propriétaire.
Afin de lutter contre ces déviations, la gouvernance d'entreprise met en jeu des leviers
d'alignement du comportement des dirigeants. Dès lors que la théorie de l'agence considère la
firme comme une fiction légale servant de nœuds pour un ensemble de relations contractuelles
interindividuelles (M. Jensen et W. Meckling, 1976), on peut l'appréhender comme un
système d'incitation où la direction joue un rôle charnière.

30
I.2- La théorie des coûts de transactions

Cette théorie est issue du modèle libéral et constitue sans doute la représentation la
plus achevée d’une approche fondée sur le calcul économique. Elle a pour objet un espace
contractuel dans lequel des acteurs entrent et sortent librement et se repèrent à partir de
contrats qu’ils signent entre eux. C’est donc une théorie d’inspiration purement économique
qui nie l’existence de pouvoir, de la domination, de l’aliénation, mais qui met en évidence le
jeu de la liberté, du calcul et, finalement, du libre contrat. La théorie est dite d’inspiration
libérale puisqu’elle s’inscrit dans le mouvement des idées qui, depuis deux siècles, considère
que les rapports humains sont librement consentis à partir du jeu contractuel.
Deux auteurs sont les références essentielles de cette théorie. Le premier, Ronald
Coase, écrit en 1937 l’article fondateur : La nature de la firme. Il y met en évidence que pour
aller sur le marché, il faut consentir des coûts ; c’est ce qu’on appellera les coûts de
transaction. UN second auteur va développer cette théorie jusqu’à en faire sans doute le
corpus le plus robuste définissant la nature contractuelle de la firme. Cet auteur est Oliver
Williamson qui écrit en1975, puis 1985, des ouvrages dont vous avez la référence et qui
constituent les points d’ancrage théorique devenus incontournables aujourd’hui pour
comprendre la firme du point de vue contractualiste.
Les facteurs influençant les coûts de transaction synthétisés dans le schéma
suivant peuvent être divisés en trois grandes catégories : ceux liés au comportement humain,
ceux associés à la transaction et ceux relatifs au contexte de la transaction.
I.2.1- Les facteurs associés au comportement humain

Concernant les facteurs humains, deux concepts sont mis en avant par Williamson
(1975) : celui de rationalité limitée et celui d’opportunisme.
I.2.1.1- Le concept de rationalité limitée de Simon (1957)

L’ambition est de dépeindre le comportement humain de manière plus réaliste.


Cette rationalité se différencie de la rationalité substantive ou parfaite proposée dans
nombre de travaux économiques. Il s’agit de prendre en compte la difficulté pour
l’homme à trier et à stocker une information par nature incomplète. L’être humain
n’atteint pas de solution optimale mais s’arrête dans sa recherche d’information quand il
atteint une solution correspondant à ses besoins. La hiérarchie permet alors de faire face
à l’incertitude par l’utilisation de procédures routinières et par la division du processus

31
entre plusieurs agents. Elle permet de fractionner le risque d’erreur et de prendre les actions
de correction adéquates.
I.2.1.2- La notion d’opportunisme

La notion d’opportunisme est également centrale dans la vision de l’homo


œconomicus proposée par Williamson. Un comportement opportuniste consiste à
rechercher son intérêt personnel par la ruse et la tricherie. L’opportunisme y a pour
fondement des révélations partielles, déformées ou fausses d’informations pour conclure un
contrat dans son propre intérêt ou dans celui d’un tiers (Williamson, 1985). C’est
l’hypothèse qui est la plus critiquée par les détracteurs de la TCT. Il s’agit pour ceux-
ci d’une vision particulièrement sombre du comportement humain. Williamson ne se
contente pas de l’hypothèse classique de l’homo œconomicus guidé par son propre
intérêt, mais il en propose l’élargissement (Joffrein Koenig, 1999, p.152).
Deux formes d’opportunisme peuvent être distinguées (Coriat & Weinstein, 1995, pp
55-56) : l’opportunisme ex ante et ex post :
- L’opportunisme ex ante s’appuie sur la tricherie, lors de la négociation d’un contrat,
sur les qualités relatives du produit ou du service faisant l’objet de la transaction. Cet
opportunisme rejoint le problème de sélection adverse (Akerlof, 1970) ;
- L’opportunisme ex post ou post contractuel émerge lors de la phase d’exécution
du contrat. Il se fonde sur l’incomplétude du contrat signé entre les parties. Il y a possibilité de
tricherie du fait des difficultés pour surveiller et pour faire respecter la mise en œuvre
effective des clauses contractuelles. Cet opportunisme est à associer au risque moral « moral
hazard» mettant en avant l’impossibilité ou le coût prohibitif pour l’une des parties de
s’assurer du respect des engagements par l’autre.
I.2.2- Les facteurs associés directement à la transaction

Concernant les facteurs d’influence des coûts de transaction associés directement


à la transaction, trois catégories se dégagent : la spécificité d’actif, l’incertitude interne
et la fréquence.
- La spécificité d’actif se conçoit comme la qualité d’un actif à ne pas être
redéployable sur une autre transaction. Plus l’actif a des attributs spécifiques, moins celui-ci
est fongible et peut être affecté sans coût à une autre transaction. La spécificité d’un
actif résulte de la combinaison d’une séried’attributs associés aux qualités intrinsèques
du matériel, à sa localisation géographique, aux compétences des salariés et à son
affectation à un usage spécifique ;

32
- L’incertitude interne résulte de la difficulté à prévoir les comportements futurs des
parties engagées dans l’échange ;
- Le critère de la fréquence de la transaction révèle son importance lors d’un
investissement spécifique entre deux parties qui nécessite la mise en œuvre d’une structure de
gouvernance spécifique. La transaction peut être unique, occasionnelle ou récurrente. La
fréquence prédispose au choix d’une structure de gouvernance. Par exemple, dans le cas
d’une transaction unique, la hiérarchie paraît peu adaptée a priori pour accueillir cette
transaction.
Parmi ces trois facteurs d’influence des coûts de transaction, la spécificité
d’actifs semble être le facteur le plus important dans la TCT jusqu’à être même
considérée par Alchian (1984), repris par Coriat et Weinstein (1995, p.57), comme la seule
raison d’être des firmes. Il s’agit d’un renversement de la théorie économique micro-
économique néo-classique qui prône l’échange instantané de biens ou de services standard
entre des agents économiques anonymes. La spécificité des actifs transforme la nature des
relations économiques pour y introduire le temps et la dépendance mutuelle entre des parties.
Il s’agit de faire émerger dans la discipline économique l’analyse des formes
contractuelles notamment hybrides entre marché et hiérarchie.
I.2.3- Les facteurs associés au contexte de la transaction

L’asymétrie d’information entre les parties en présence augmente également par les
risques associés au contexte de la transaction. Cette asymétrie est d’autant plus grande
que l’environnement est incertain et complexe. On parle alors d’incertitude externe pour
la différencier de l’incertitude interne associée directement aux transactions. Les coûts
de transaction augmentent avec l’incertitude externe.
Il en est de même du petit nombre d’acteurs. Plus la spécificité d’actifs est
potentiellement forte, plus le nombre de fournisseurs ou de prestataires susceptibles de fournir
le bien ou la prestation correspondante diminue.

I.3- La théorie des droits de propriété

Alchian et Demsetz ont élaboré la théorie des droits de propriété dans le sillage de la
contribution de Coase (1960). Cette approche correspond à une volonté de réforme de
l'analyse marginaliste dominante de l'immédiat après-guerre, en vue d'une compréhension
plus fine et plus étendue du monde réel, auquel elle est supposée s'appliquer. Elle pourrait
donc être considérée à première vue comme « dissidente » par rapport à la théorie de

33
l'équilibre général. Cependant, la littérature consacrée à la théorie des droits de propriété n’est
pas une hétérodoxie. Au contraire, elle appartient clairement au courant dominant. Ainsi, les
aspects fondamentaux du main Stream, tels l'individualisme méthodologique, la rationalité, la
supériorité supposée de l'autorégulation des marchés et de la libre entreprise, la non remise en
cause des dotations initiales des agents, etc. sont conservés. La théorie des droits de propriété
témoigne d’une ambition à la fois théorique, de réforme du néoclassicisme, et politique, de
combat pour la propriété privée et le marché autorégulé contre non seulement toute forme de
socialisme mais aussi contre l’Etat interventionniste. De ce point de vue, Alchian et Demsetz
ont contribué à fourbir les armes avec lesquelles la contre-révolution conservatrice a mené sa
politique de libéralisation généralisée de l’économie et de privatisations, à partir de la fin des
années 1970.
Les tenants de cette approche considèrent la propriété privée, en vertu de son caractère
exclusif et transférable, comme le meilleur moyen de valorisation des ressources. Toute
propriété commune, en raison de son caractère non exclusif, conduirait nécessairement à une
surutilisation des richesses. En effet, lorsque la propriété revêt un caractère collectif, des
comportements de « passager clandestin » se généraliseraient quasi mécaniquement.
L’essentiel de cette littérature consiste en un développement poussé de ces réflexions
qu’Alchian et Demsetz réutiliseront dans leur article de 1972. Ainsi que l’enseigne le «
théorème » de Coase dans sa version la plus répandue, dans un univers où les coûts de
transaction sont nuls, quelle que soit l’allocation initiale des droits de propriété, l’utilisation
des ressources est toujours réalisée de manière optimale. Toutefois, dans un monde où les
coûts de transaction ne sont pas nuls, il peut être impossible de définir parfaitement certains
droits ou de procéder à leur réallocation. C’est l’un des points importants de la théorie des
property rightsque de relier la question des coûts de transaction à celles de la définition et de
la spécification des droits de propriété. Dans un monde sans coûts de transaction, il est
possible de préciser clairement tous les droits de propriété sous une forme privée, donc aucun
problème de free ridin n’apparaît. Dans le monde « réel », les coûts liés à la spécification des
droits expliqueraient l’existence des formes variées de propriété. Toute forme de propriété
non totalement privée ne serait par conséquent qu’un second best.
Pour ces auteurs, le marché réalise une allocation optimale des droits de propriété
privée. Lorsque, en raison d’une imprécise spécification des droits, le free ridingse généralise
dans une situation donnée, il conviendrait de s’interroger sur le coût comparé des différents
moyens de coordination possibles. La meilleure solution consisterait à créer un marché de
droits privés. Toutefois, un mécanisme allocatif administré serait parfois moins coûteux.

34
Enfin et surtout, il pourrait même être plus efficient de ne rien faire si les coûts de mise en
place, c’est à dire de définition des droits, de l’un ou l’autre des deux mécanismes de
coordination sont trop élevés au regard de la valorisation économique qu’ils sont susceptibles
d’induire. Contre leurs adversaires libéraux (au sens américain), les tenants de la théorie des
droits de propriété insistent pour que l’État ne soit pas le seul supplétif envisagé aux
défaillances du marché : l’absence de tout mécanisme de coordination pourrait être préférable
dans certains cas à l’interventionnisme.
Pour Alchian et Demsetz, l’existence et la persistance dans le temps de la propriété
privée seraient imputables au fait qu'une très large majorité de personnes reconnaîtrait ses
vertus et éprouverait ainsi le désir de la promouvoir. La propriété privée serait
particulièrement souhaitable car elle permettrait, par le truchement du marché, d’atteindre non
seulement une situation satisfaisante au niveau individuel mais aussi l’harmonie sociale.
Les normes sociales et les institutions résulteraient, pour Alchian, d'un processus
évolutionniste sélectionnant les comportements et les institutions relativement supérieurs. La
propriété privée serait donc le résultat d'un processus de sélection évolutionniste, une forme
de propriété relativement supérieure aux autres.
Dans leur ouvrage intitulé L'essor du monde occidental, North et Thomas (1980)
élaborent une histoire économique visant à rendre compte de ce processus de sélection.
L'histoire économique de notre civilisation correspondrait à la recherche d'un système de
droits de propriété toujours plus efficient. L'organisation sociale qui prévaut à un moment
donné serait une réponse optimale à la structure des droits de propriété. Celle-ci devrait
encourager l’initiative économique pour qu’augmente le revenu par tête.

I.4- La théorie de l’asymétrie de l’information

L’asymétrie d’information permet d’analyser des comportements et des situations


courantes de l’économie de marché. Le plus clair du temps, on constate que sur un marché, un
des deux acteurs dispose d’une meilleure information, il en sait plus que l’autre sur les
conditions de l’échange (qualité du produit, travail fourni…). Cela contredit donc l’hypothèse
de transparence de l’information du modèle standard de concurrence pure et parfaite. Des
individus rationnels qui maximisent leur utilité, sont donc prêts à avoir des comportements
opportunistes qui risquent de compromettre le fonctionnement efficace du marché.

L’asymétrie d’information définit les relations où un agent détient de l’information


qu’un autre n’a pas. Cette situation est souvent décrite par l’intermédiaire des relations

35
d’agence où le principal mandant demande à un agent- mandataire d’effectuer une action en
son nom. Dès lors l’agent détenant plus d’information peut être tenté d’agir dans son propre
intérêt et non dans celui du principal.
On peut distinguer deux situations d’information asymétrique : d’une part l’anti
sélection, appelée aussi sélection adverse, où le marché est perturbée par le fait qu’une partie
connaît mieux les caractéristiques du bien échangé au moment de la signature du contrat et
d’autre part, l’aléa moral qui est une situation dans laquelle une des parties (encore appelée
principal) ne peut contrôler l’action de l’autre partie (appelée agent) ou bien n’a pas les
moyens d’en évaluer l’opportunité.
I.4.1- L’antisélection ou sélection adverse

L’anti sélection est due à un problème d’asymétrie d’information qui se déclare au


moment de la signature du contrat (ex-ante). Lorsque les acheteurs observent imparfaitement
la qualité de biens qu’ils désirent acquérir, les vendeurs ont intérêt à surestimer la qualité de
leurs produits afin de les vendre au prix le plus élevé possible. Les acheteurs ne peuvent donc
ni avoir confiance dans les déclarations des vendeurs, ni déduire qu’un prix élevé signifie une
bonne qualité. Dans un tel cadre, les vendeurs de biens de bonne qualité, qui valent
effectivement un prix élevé, peuvent être dans l’impossibilité de vendre leur produit à leur
véritable prix dans la mesure où les acheteurs doutent de sa qualité.
Le prix n'est plus un parfait signal de la valeur du bien, puisque, pour un même prix, il
est possible d'obtenir des biens de qualités différentes.
Le prix ne peut plus jouer son rôle d’information. Dans ces conditions le marché
concurrentiel ne peut plus fonctionner efficacement. L’agent victime d’un manque
d’information risque de sélectionner un produit qui ne correspond pas au prix affiché, ou
demande un prix si bas que les bons produits sont retirés du marché.
Dans un article célèbre (« The market for lemons: Quality un certainity and the market
mechanisms »1970), Akerlof va démontrer que le prix n'est pas nécessairement synonyme de
qualité, bonne ou mauvaise selon son évolution. Et pour cela, il prend l'exemple d'un marché
de cent voitures d'occasion où cinquante sont des modèles de mauvaise qualité (« lemons ») et
cinquante sont des modèles de bonne qualité. Qui connaît la qualité exacte du modèle
proposé? Certainement pas l'acheteur. Seul le propriétaire dispose de l'information. Pour les
acheteurs potentiels, l'asymétrie d'information est totale. Quel sera le prix du marché ? Tout
laisse à penser que le propriétaire d’un mauvais modèle est prêt à le vendre beaucoup moins
cher que le propriétaire d'une voiture de bonne qualité. Si la qualité des modèles est

36
parfaitement identifiée, pas de problème. Par contre, que se passe-t-il si l'acheteur est
incapable d'estimer la qualité du modèle proposé, asymétrie d'information oblige ?
À cette question, Akerl of répond simplement : en proposant un prix unique, qui
pourrait être un prix moyen, le marché permet uniquementla mise en vente des modèles de
médiocre qualité. A ce prix, les propriétaires des modèles de bonne qualité se retirent du
marché, le prix moyen du marché étant trop faible. L'asymétrie de l'information exclut donc
du marché les produits de bonne qualité au profit des produits de moindre qualité. C'est ce
qu'on appelle donc l’antisélection ou sélection adverse. « Les mauvais produits chassent les
bons »…Ainsi le laisser faire peut avoir des conséquences désastreuses : élimination des bons
produits, voire absence d’échange.
Dans ce cadre, une réglementation, assurant la révélation de tout ou partie de
l’information, ou encore instituant des procédures de recours efficaces contre les ventes de
produits de mauvaise qualité (garantie légale contre les vices cachés), permet d’améliorer le
fonctionnement des marchés.
I.4.2- L’aléa moral

Dans le cas des phénomènes d’ « antisélection » il a été question des situations où


l'asymétrie d'information intervient ex-ante, au moment de la conclusion du contrat, elle
concerne la nature et la qualité des biens offerts sur le marché mais il est difficile d'anticiper
le comportement de l'acheteur après avoir acheté (ex-post). On parlera alors de
«comportement caché», «d'aléa moral» ou de «hasard moral». Cette absence de connaissance
parfaite du comportement après achat conduit à une situation où le marché ne peut être traité
de façon globale. Chaque cas devient un cas particulier.
Prenons un autre exemple souvent cité en économie de l’assurance, celui de
l'assurance contre l’incendie et le vol. La question qui se pose au nom du «l’aléa moral » est
celle de savoir si l'assuré prendra autant de précautions après s'être assuré qu'il en prenait
avant pour éviter vol et/ou incendie. L'incitation à se protéger ne se trouve-t-elle pas réduite
du fait d'être assuré ? On constate globalement que trop d'assurances favorisent la perte de
précautions. Bien évidemment, l'existence d'un comportement caché modifie la nature de
l'équilibre par rapport à celui observé là où les comportements sont rationnels et prévisibles.
Le risque moral apparaît dans les situations où certaines actions des agents, qui ont une
conséquence sur le risque de dommage, sont inobservables par les assureurs.
Mais le développement de l'économie de l'information a conduit à donner une
définition plus générale du risque moral. On distingue deux types de situations.

37
Dans le premier cas, l’individu non informé (le principal) ne peut apprécier l'action de
son « partenaire » (l’agent). Celui-ci est donc tenté de se comporter dans son propre intérêt et
d'annoncer au principal non informé que les mauvais résultats sont le fait d'événements
indépendants de sa volonté. Par exemple, l'effort des travailleurs est généralement
imparfaitement observable et ceux-ci peuvent avoir intérêt à profiter de cet état de fait pour
«tirer au flanc» et déclarer que les mauvaises performances ne sont pas la conséquence d'un
relâchement de leur effort.
Dans le second cas, le principal non informé peut observer l'action, mais ne peut
vérifier si elle est appropriée, car il ne peut apprécier les circonstances dans lesquelles le
diagnostic doit être établi et la décision d’agir effectivement prise. Cette situation émerge
pour tous les services d'experts : les experts disposent d'une information privée dans la mesure
où ils sont seuls à pouvoir établir un diagnostic. Ils peuvent donc avoir intérêt à annoncer un
diagnostic erroné bien qu'ils choisissent ensuite une action parfaitement adaptée au diagnostic.
Par exemple un garagiste peut choisir de remplacer une roue et la poser parfaitement alors
qu'une simple réparation du pneu aurait suffi !
Lorsqu'il y a aléa moral, le problème est d'inciter l'agent qui dispose d'une information
privée à prendre une décision optimale pour l'individu non informé. Le problème est donc
différent de celui rencontré dans le cas d'antisélection, où l'individu non informé doit
sélectionner un bon partenaire ou un bon produit. Le moyen de résoudre le problème du
risque moral est donc de trouver une procédure incitative, tandis que le moyen de résoudre le
problème de l'antisélection est de trouver une procédure permettant d'obtenir une information
sur une qualité intrinsèque d'un produit ou d'un individu.
Comme on vient de le suggérer, les problèmes liés à l’aléa moral sont en général
étudiés dans le cadre de modèles « principal-agent ». Dans de tels modèles, le principal (en
français : le mandant) est l'individu qui mandate, contre un paiement, l'agent (le mandaté)
pour effectuer une tâche stipulée dans un contrat. Le principal est confronté à un problème de
risque moral lorsqu'il observe imparfaitement l'action entreprise par l'agent (action cachée) ou
lorsqu'il ne connaît pas l'action qu'aurait dû entreprendre l'agent afin d'agir dans l'intérêt du
principal (information cachée). Le problème du principal est de trouver une procédure qui
incite l’agent à agir dans l’intérêt du principal.
Le principal peut proposer un contrat qui stipule un paiement en fonction d’un résultat,
et éventuellement d’une information transmise par l’agent. En fait le principal a un éventail de
choix beaucoup plus large. Il peut notamment choisir d’investir dans des techniques de
contrôle direct de l’action des agents (elles ne sont pas infaillibles), il peut aussi imposer des

38
contrats qui instaurent une compétition sur les résultats, ou encore de proposer aux agents de
collaborer pour une longue période (la durée de la relation permet de mieux connaître l’effort
moyen fourni par l’agent).
Le résultat central de l'économie de l'information est l'inefficacité économique de
l'échange et de la concurrence lorsqu'il existe des coûts d'acquisition de l'information. Les
agents qui disposent d'un avantage informationnel bénéficient généralement d’un avantage
dont ils vont chercher à profiter de manière indue.
Après avoir présenté les différentes théories qui permettent de mieux comprendre les
comportements dans une organisation, la présentation des bases d’hypothèses dans le cadre de
cette étude est nécessaire.

SECTION II : SYNTHESE DE LA LITTERATURE ET DEDUCTION DES


HYPOTHESES

Dans cette, il sera question de présenter les déterminants théoriques de la qualité de


l’audit avant de ressortir nos hypothèses.

II.1- Déterminants théoriques de la qualité de l’audit

L’audit est qualifié de qualité via deux attributs : la compétence et l’indépendance. Le


premier a trait à la capacité de l’auditeur de repérer les anomalies et le deuxième à sa capacité
de les révéler au public (DeAngelo 1981). Ces deux dimensions étant inobservables,
elles ne peuvent être mesurées et leur appréciation comprend une large part de subjectivité.
C’est la raison pour laquelle la majorité des études à s’être penché sur la qualité
d’audit ont plutôt utilisé des substituts qui ont l’avantage d’être observables et
mesurables. Ces derniers traduisent la taille de l’auditeur. En effet, DeAngelo (1981) montre
analytiquement que celle-ci signale un audit de qualité. Selon l’auteur, les grands cabinets
d’audit dégagent une marge plus importante grâce aux effets d’apprentissage et ont intérêt à
faire preuve de compétence et d’indépendance pour la préserver. Par ailleurs, le risque de
perte d’un client est plus dommageable pour ces cabinets, car leur réputation sera
rapidement menacée. Selon d’autres auteurs, dont Bennecib (2002), la présence d’un
deuxième cabinet d’audit ou encore le co-commissariat aux comptes est aussi de nature à
élever la qualité du service, particulièrement s’il est de type Big. En effet, le double
commissariat aux comptes renforce l’indépendance du travail d’audit, dans la mesure où il
devient plus facile pour deux auditeurs de faire face aux pressions managériales, de repérer

39
les irrégularités dans les états financiers des sociétés et donc d’améliorer la qualité
d’audit, par la synergie issue de la complémentarité de leurs expertises.
Ceci dit, le critère le plus couramment employé par les chercheurs est
l’appartenance de l’auditeur au groupe des plus grands cabinets d’audit internationaux,
communément appelé Big (DeAngelo 1981 ; Defond 1992). Ces cabinets possèdent des
compétences tant humaines que matérielles qui leurs permettent de garantir la qualité de
l’information financière et comptable des firmes auditées. A ce sujet, Francis et al.(1999)
soulignent que les auditeurs appartenant à un cabinet de type Big limitent plus le
comportement opportuniste des dirigeants en matière de gestion de résultats par rapport
aux autres auditeurs. Le scandale financier d’Enron nous amène toutefois à limiter la
portée de l’appartenance à l’un des réseaux Bigcomme critère renseignant sur la qualité
d’audit.
Palmrose (1988) établit une corrélation entre la taille du cabinet d’audit,
mesurée par son appartenance à un cabinet de type Big, et les honoraires perçus. Ces
derniers ont alors été utilisés comme attributs de la qualité de l’audit externe. L’étude
montre une relation positive et significative entre ces deux variables. En effet, une vérification
approfondie des comptes de la société, devrait faire appel à des auditeurs qualifiés et
nécessiterait plus de temps, ce qui ultimement se traduit par des honoraires plus élevés.
Plusieurs recherches comme celles d’O’Sullivan (2000) et Hay et al. (2008) signalent
que les honoraires d’audit reflètent les coûts associés aux auditeurs efficaces. Parmi les
autres attributs de la qualité de l’audit, nous citons également la spécialisation sectorielle
des auditeurs (Beasley et Petroni 2001), le nombre des clients du cabinet d’audit (Al-
Ajmi 2008), le nombre d’heures consacrées à la mission d’audit et le nombre des réunions
effectuées (O’Sullivan 2000).

II.2- Déduction des hypothèses

L’analyse de la structure de propriété de la firme renseigne sur les problèmes


d’agence potentiels résultant des conflits d’intérêts entre actionnaires et dirigeants. Dans
ce sens, les caractéristiques de la structure de propriété expliquent la demande pour un audit
de qualité. Ainsi, plusieurs auteurs tels que Jensen et Meckling (1976), Watts et Zimmerman
(1983) et Fan et Wong (2002) mettent en évidence le rôle important joué par la structure de
propriété et affirment que la qualité de l’audit externe est fortement influencée par ces
facteurs. La nature de l’actionnariat dans les entreprises est décrite à travers trois

40
caractéristiques essentielles, soit la propriété managériale, la propriété institutionnelle et
la concentration de la propriété Lajmi et Gana (2011).
Cette partie présentera les fondements théoriques de la relation entre la qualité d’audit
et les trois dimensions décrivant la structure de propriété. Nous en profiterons pour
énoncer les hypothèses à tester.
II.2.1- Concentration de la propriété et qualité de l’audit

Les résultats empiriques des études qui se sont penchées sur la relation entre la
concentration de la propriété et la qualité d’audit sont mitigés (Hay et al. 2008). Certains
auteurs, dont Mitra et al. (2007) trouvent une relation significativement négative entre la
concentration de la propriété (dont la participation est supérieure à 5% dans le capital) et la
qualité d’audit. En effet, la position majoritaire des actionnaires les emmènent à exercer
naturellement une forte influence sur l’entreprise via le contrôle qu’ils exercent sur les
dirigeants. Il en résulte qu’ils n’ont pas besoin de s’appuyer sur les services d’un audit de
qualité comme moyen de contrôle des managers.
D’autres auteurs, à l’instar de Hay et al. (2008) trouvent une relation positive. En effet,
leur position majoritaire au sein du capital de la firmene devrait pas les empêcher de
demander, malgré tout, un audit de qualité afin de protéger continuellement leurs intérêts.
Les auteurs avancent un autre argument en faisant la distinction entre les actionnaires
minoritaires et les actionnaires majoritaires. En effet, les premiers sont demandeurs d’un audit
externe de qualité afin de se protéger contre le pouvoir des deuxièmes. Par ailleurs, les
actionnaires de référence externes à l’entreprise exigent également une qualité supérieure
d’audit, dans la mesure où ils ne participent pas automatiquement à la prise de toutes les
décisions internes. Certains auteurs comme Fan et Wong (2002) et Hay et al. (2008)
montrent que lorsque la propriété est concentrée, les conflits d’intérêt entre les
dirigeants et les actionnaires ou encore entre les actionnaires majoritaires et les
minoritaires s’accentuent. Il en résulte qu’une bonne qualité de l’audit externe sera exigée.
O’Sullivan (2000) est, pour sa part, parvenu à des résultats non significatifs.
La première hypothèse que nous nous proposons de tester s’énonce comme suit :
Hypothèse 1 : Il existe une relation significative entre la concentration de propriété et la
qualité de l’audit.

41
II.2.2- Propriété managériale et qualité de l’audit

Jensen et Meckling (1976) avancent que la propriété managériale a un impact positif


sur la performance de l’entreprise. La propriété managériale confère aux dirigeants
l’intention d’exercer plus de contrôle dans le but de réaliser une meilleure performance.
L’idée d’un effet positif de la part détenue par les dirigeants sur la performance de la
firme constitue le soubassement du constat de la convergence des intérêts. Ainsi, selon
Jensen et Meckling (1976), la propriété managériale est considérée comme un
mécanisme de gouvernance qui contribue à réduire les problèmes d’agence. En ce sens,
Darkos et Bekiris (2010) soulignent que lorsque la propriété managériale est élevée, les
intérêts des dirigeants sont alignés avec ceux des actionnaires. Autrement dit, lorsque le
niveau de la propriété est élevé, les coûts d’agence diminuent et le besoin d’un contrôle
plus efficace est faible. Gelb (2000) montre que plus la propriété managériale est faible,
plus les coûts d’agence sont élevés, traduisant un besoin de contrôle plus élevé de la
part des autres parties prenantes. C’est ainsi que la propriété managériale devient un
signal qui annonce aux investisseurs que les managers agissent dans l’intérêt général de
l’entreprise. Plus les dirigeants détiennent une part importante dans l’actionnariat de
leur société, plus les problèmes d’aléa moral et d’opportunisme sont réduits et le besoin
de faire contrôler les dirigeants par une autorité de contrôle quelconque se fait moins ressortir.
Cette dernière idée est confirmée par Niemi (2005) qui montre que les honoraires
d’audit sont faibles pour les entreprises finlandaises caractérisées par une propriété
managériale élevée. De Fond (1992) montre aussi une relation négative et significative
entre la propriété managériale et la qualité de l’audit externe approchée par la réputation du
cabinet. De plus, De Fond (1992), grâce à une analyse factorielle réalisée sur les variables
suivantes : la taille du cabinet, sa réputation (Big/NBig), sa compétence sectorielle et son
indépendance, établit l’existence d’une relation négative entre l’actionnariat des dirigeants et
des administrateurs et l’indice de la qualité de l’audit externe. Au Royau me-Uni, l’étude
d’O’Sullivan (2000) révèle que la proportion des actions détenues par les dirigeants est
négativement corrélée avec les honoraires d’audit. Lajmi et Finet (2008) montrent, au
contraire, une relation positive et statistiquement significative entre la propriété managériale
et la qualité de l’audit externe approchée par les honoraires versés aux commissaires aux
comptes. Selon les auteurs, les dirigeants ayant des proportions importantes dans le
capital, demandent un audit de qualité afin de montrer aux actionnaires qu’ils agissent dans

42
leurs intérêts. Palmrose (1988) n’a pas trouvé de relations significatives entre la propriété
managériale et la qualité de l’audit externe, mesurée par la réputation de l’auditeur.
Notre deuxième hypothèse de travail est la suivante :
Hypothèse 2 : Il existe une relation significative entre la propriété managériale et la qualité de
l’audit.
II.2.3- Propriété institutionnelle et qualité de l’audit

Plusieurs chercheurs examinent l’effet de la propriété institutionnelle sur la


performance des entreprises (Burns et al. 2006; Bushee et Noe 2000)ou encore sur la
divulgation volontaire des informations dans les rapports annuels (Donnelly et Mulcahy
2008). Toutefois, très peu d’études analysent la relation entre la propriété institutionnelle et la
qualité de l’audit externe.
La propriété institutionnelle influence les relations d’agence au sein de la firme
dans la mesure où elle joue un rôle de contrôle. Dans ce sens, Shleifer et Vishney (1986)
affirment que les investisseurs institutionnels, en vertu de leurs participations importantes,
bénéficient potentiellement d’un plus grand pouvoir de contrôle et de vote qui leur permet de
prendre des mesures correctrices, si nécessaire. Par conséquent, ces investisseurs
deviennent de plus en plus des acteurs à part entière et prédominants au sein des systèmes
de gouvernance (Bushee et Noe 2000).
La réponse de la complémentarité ou de la substituabilité entre la proportion du
capital détenue par les investisseurs institutionnels et la qualité de l’audit externe n’a pas été
encore apportée de façon claire. O’Sullivan (2000) suppose une relation positive entre la
propriété institutionnelle et les honoraires d’audit puisque de tels actionnaires, possédant
des parts importantes dans le capital de l’entreprise, veulent assurer plus de contrôle pour
protéger leurs intérêts. Alternativement, afin d’attirer d’importants investisseurs
institutionnels, les entreprises recourent à des auditeurs offrant de meilleurs services, ce qui
permet de créer une perception positive de leur qualité du reporting financier (Mitra et
al. 2007). Ainsi, les investisseurs institutionnels seront attirés par les sociétés qui
présentent des états financiers revêtant la signature des cabinets les plus réputés(Piot 2003).
Selon Kane et Velury (2004), plus le niveau de propriété détenue par les institutionnels est
élevé, plus l’entreprise demande un cabinet d’audit de renom afin d’assurer une
meilleure qualité de contrôle. De même, Velury et al. (2003) examinent la relation
entre le niveau de propriété détenu par les investisseurs institutionnels et la qualité de
l’audit externe. D’après ces auteurs, les investisseurs institutionnels demandent un audit

43
de qualité supérieure. Étant donné le poids considérable que possèdent ces investisseurs au
sein d’une firme, ces derniers peuvent opter pour des mécanismes visant à contrôler
efficacement les investissements et à minimiser la probabilité de fraude au niveau des
états financiers. La demande d’un audit de qualité est justement l’un de ces mécanismes.
D’autres études, à l’instar de celle de Mitra et al. (2007), mettent en évidence
une relation plutôt négative entre la propriété institutionnelle et la qualité de l’audit externe.
En fait, les investisseurs institutionnels semblent avoir la motivation et la capacité de
contrôler, par eux-mêmes, les dirigeants de l’entreprise. En effet, les rapports financiers
périodiques, réalisés par les dirigeants de la firme sont une source d’informations
importante pour les activités de contrôle des institutionnels (El-Gazzar 1998). De plus, ils
sont capables d’analyser les états financiers de façon plus approfondie comparativement aux
investisseurs individuels (Velury et al. 2003). En outre, la surveillance accrue exercée par les
actionnaires institutionnelles est de nature à décourager les responsables de choisir un audit de
haute qualité lorsque ce type de propriété est élevé. O’Sullivan (2000) ne trouve aucun
résultat significatif quant à la relation entre la propriété institutionnelle et les honoraires
d’audit.
Afin d’examiner si une présence élevée de la propriété institutionnelle influe les
dirigeants à adopter un audit de haute qualité dans le contexte camerounais, nous posons la
troisième hypothèse suivante :
Hypothèse 3 : Il existe une relation significative entre la propriété institutionnelle et la qualité
de l’audit.
Au terme de ce chapitre, ou il était question pour nous dans un premier temps de
présenter les différentes théories traitant des mécanismes de gouvernance. A ce sujet, nous
avons eu à présenter la théorie de l’agence, la théorie des coûts de transactions, la théorie des
droits de propriété et la théorie de l’asymétrie de l’information dans la première section de ce
chapitre. Dans la seconde section, il s’agissait de faire la revue de la littérature et d’en déduire
les hypothèses de la recherche.
En définitive, cette première partie traitait des concepts théoriques de l’étude notamment la
notion de structure de propriété et de qualité de l’audit. Partie dans laquelle nous nous
sommes appuyés fondamentalement sur les travaux de Lajmi et Gana (2011) qui ont montré
en contexte belge qu’il existe une relation négative et significative entre les caractéristiques de
la structure de propriété et la qualité de l’audit externe pour formuler nos hypothèses de
recherche. Cela a été fait à travers le chapitre 2 qui portait sur la synthèse de la littérature et la
déduction des hypothèses. Il ressort des travaux de Lajmi et Gana (2011) que la structure de

44
propriété a un impact sur la qualité de l’audit en contexte belge. Etude faite sur 96 entreprises
belges cotées à la bourse d’Euronext Bruxelles durant la période 2003-2007. Une fois la
relation faite entre la structure de propriété et la qualité de l’audit, nous allons étudier en
deuxième partie l’impact de la nature de l’actionnariat au sein des entreprises camerounaises
sur la qualité de l’audit.

45
DEUXIEME PARTIE : ANALYSE EMPIRIQUE DE L’IMPACT DE LA
NATURE DE L’ACTIONNARIAT AU SEIN DES ENTREPRISES
CAMEROUNAISES SUR LA QUALITE DE L’AUDIT EXTERNE.

La première partie de ce travail de recherche a permis, à travers ses deux chapitres, de


mieux cerner le concept de structure de propriété et de qualité de l’audit. Cette partie nous a
également permis de présenter les théories mobilisées pour l’étude ainsi que la synthèse
empirique traitant du sujet.
Dans cette seconde partie, il nous faut expliquer et confirmer notre positionnement
épistémologique. De même, nous préciserons notre périmètre de recherche afin d’éviter toute
confusion lors de notre approche empirique. Par la suite, nous détaillerons notre protocole de
recherche incluant les différentes approches privilégiées ainsi que le dispositif
méthodologique mis en place. Nous décrirons les différents outils mobilisés pour approcher «
au plus près » et de manière très différente notre terrain de recherche. Concrètement, elle
consistera à comprendre la réalité empirique pour notre échantillon. Ainsi, la présentation de
notre échantillon d’étude, la description de cet échantillon et le traitement des informations
collectées sur le terrain sont là les points essentiels de cette deuxième partie.
Cette partie aura donc pour objectif principal de présenter la démarche méthodologie utilisée
dans cette étude (chapitre 3) d’une part, et d’autre part, de présenter l’impact de la nature de
l’actionnariat sur la qualité de l’audit (chapitre 4).

46
CHAPITRE 3 : DEMARCHE METHODOLOGIQUE DE
L’ETUDE

L’objectif de ce chapitre est de présenter les méthodes d’investigations de notre recherche.


Premièrement nous allons présenter le choix de l’échantillon et la méthode de collecte des
données (Section 1), et dans un second temps nous allons présenter le modèle théorique de
l’étude, l’opérationnalisation des variables et la méthode de traitement et d’analyse des
données (Section 2). Il est important de souligner que notre posture épistémologique épouse
le positiviste. En effet, cette posture est plus appropriée que les autres puisqu’elle nous permet
de formuler les hypothèses sur la base des travaux antérieurs. Par conséquent la démarche est
utilisée est hypothético-déductive.

SECTION I : CHOIX DE L’ECHANTILLON ET METHODE DE COLLECTE DES


DONNEES
Dans cette section, nous allons présenter le cadre d’application de cette étude. Après
avoir défini les raisons de choix de l’échantillon final et les sources de collecte des données,
nous allons présenter les méthodes de collecte de données.

I.1- Choix de l’échantillon et population de l’étude


L’échantillon est défini comme un sous- ensemble d’éléments tirés d’un ensemble plus
vaste appelé population d’étude. C’est l’ensemble des éléments sur lesquels des données
seront recueillies (Thietart, 2007).
L’échantillon peut être sélectionné par différentes méthodes à savoir :
- Les méthodes probabilistes : un échantillon probabiliste repose sur la sélection des
éléments de l’échantillon par une procédure aléatoire, c'est-à-dire le choix d’un
élément est indépendant du choix des autres éléments.
- Les méthodes des quotas : elle est l’inverse de la première, la probabilité n’est pas
connue et le choix des unités ne se fait pas au hasard. cette méthode permet d’obtenir
un échantillon ayant une certaine représentativité de la population étudiée. elle peut
être utilisée pour diverse raisons (absence de base de sondage, coût).
- Les méthodes par convenance. Les échantillons de convenance sont des échantillons
sélectionnés en fonction des seules opportunités qui se sont présentées au chercheur,
sans qu’aucun critère de choix n’ait été défini a priori.

47
- Les méthodes par choix raisonné : Cette méthode repose fondamentalement sur le
jugement.

La méthode d’échantillonnage utilisée dans ce travail est celle par choix raisonné, car
son choix se justifie par le fait que nous ne disposons pas de base de sondage sur la
gouvernance au Cameroun en général, la rapidité et des coûts financiers très faibles
permettant de constituer un échantillon de la population mère. Mais surtout parce que l’une de
nos variables étant l’audit externe nous avons décidé de retenir comme échantillon les sociétés
anonymes camerounaises. Ce choix étant justifié par l’obligation faite aux sociétés anonymes
(désormais SA) camerounaises faisant appel ou non à l’épargne publique d’avoir un
commissaire aux comptes (art 702, de l’AU). L’étude porte sur l’ensemble des sociétés
anonymes du Cameroun. Nos moyens étant limités nous avons posés notre dévolue sur la
région du Littoral en général étant donné qu’elle représente la capital économique où la
plupart d’entreprise s’y trouve et sur la région de l’Ouest vue notre proximité dans cette
région. Sur près de 60 questionnaires administrés nous avons obtenus 36 questionnaires
exploitables.

I.2- La collecte des données


Dans ce paragraphe, il s’agit ici de présenter la collecte des données à travers la
méthode, les sources, et les instruments de collecte de données qui nous ont permis de
constituer notre échantillon final.
I.2.1- Méthode de collecte de données

La collecte de données est une opération qui peut s’effectuer soit à travers
l’observation ou à travers l’entretien (compte tenu de nos données pour la plupart
qualitatives).

I.2.1.1- L’observation

L’observation est un mode de collecte des données, par lequel le chercheur observe de
lui-même le processus ou des comportements se déroulant dans une organisation pendant une
période de temps délimitée. Deux formes d’observations peuvent être distinguées.

 L’observation participante : c’est un mode de collecte de donnée selon lequel le


chercheur participe à l’activité de l’entreprise.

48
L’observation non participante : c’est l’inverse de la première, mais l’investigation
du chercheur s’effectue sur un site.
I.2.1.2- L’entretien
L’entretien est une technique destinée à collecter, dans la perspective de leurs
analyses, des données discursives reflétant notamment de l’univers mental conscient ou
inconscient des individus. Il existe deux types d’entretien à savoir.
 L’entretien individuel qui est une situation de face à face entre un investigateur et
un sujet
 L’entretien de groupe : il consiste à réunir différents sujets autour d’un ou de
plusieurs animateurs. Pour notre étude nous avons retenu l’entretien comme
méthode de collecte des données.

I.2.2- Source de collecte des données

Pour notre étude centrée sur la gouvernance en général, il était question de rencontrer
les responsables chargés et concernés par les pratiques en matière de gouvernance dans les SA
de notre étude, et pouvant nous fournir des informations fiables. C’est ainsi que nous avons
utilisé comme source de collecte des données les responsables des SA interrogés à savoir les
directeurs, les directeurs adjoints les directeurs administratifs et financiers(DAF) et les chefs
comptables

Après avoir présenté les sources de collecte de données, il serait important de se pencher sur
l’instrument ayant permis cette collecte.
I.2.3- Instrument de collecte des données : le questionnaire

Il existe plusieurs instruments de collecte de données primaires qualitatives. On peut


citer le guide d’entretien, le questionnaire. Cependant dans le cadre de notre étude, nous avons
retenu comme instrument de collecte le questionnaire. Ce choix s’explique par le fait qu’il est
l’outil de collecte de données primaires le mieux adapté pour réaliser des enquêtes et des
sondages à partir des informations quantitatives et/ou qualitatives. Il présente l’avantage
d’offrir la possibilité d’une standardisation et d’une comparabilité de la mesure. Mais aussi, il
permet de préserver l’anonymat des sources de données. Néanmoins, la collecte de données
par le questionnaire présente quelques limites. En effet, l’approche de collecte des données
par le questionnaire n’est pas flexible. Lorsque la phase d’administration du questionnaire est
engagée, il n’est pas possible de revenir en arrière. Le chercheur ne peut plus pallier ou
corriger une insuffisance de la donnée collectée ou une erreur de la mesure. Par ailleurs la

49
standardisation de la mesure présente un revers, la donnée recueillie reste sommaire. En outre,
la collecte de données par questionnaire expose le chercheur au biais du déclaratif.

I.2.3.1- Nature des questions de l’étude

Les questions posées aux responsables des SA de notre échantillon de notre étude
s’articulent autour de différents thèmes allant des caractéristiques de l’entreprise à
l’évaluation de la qualité de l’audit.
I.2.3.2- Composition du questionnaire

Notre questionnaire3 constitué de dix-neuf (19) questions ont été adressées aux sociétés
anonymes des villes de Douala et de Bafoussam. Il est organisé en six (04) rubriques :
- Les informations sur le répondant (fonction, genre, âge, niveau d’étude, type
formation, domaine de spécialité et expérience du dirigeant) ;
- Les informations générales sur l’entreprise (secteur d’activité, forme, juridique,
effectif du personnel et niveau d’endettement de l’entreprise) ;
- Les informations sur les caractéristiques de la structure de propriété ;
- Et enfin la dernière partie porte sur les informations sur les caractéristiques de l’audit
externe

I.2.3.3-Administration du questionnaire
En ce qui concerne l’administration du questionnaire, elle s’est faite auprès des
responsables des SA des villes de Douala et de Bafoussam.
L’administration du questionnaire s’est faite de deux façons :
- La première façon était de rencontrer un responsable administratif (chef comptable,
DAF, directeur). Si ce dernier est d’accord pour engager son institution, nous
procédions à l’interview en face à face avec l’enquêté. Lors de l’interview nous lui
posions directement les questions oralement et cochions les cases correspondantes à
ses réponses. Lorsque la possibilité nous était offerte, nous menions une conversation
avec le responsable pour s’assurer de la compréhension des questions et de notre
objectif de recherche. Lorsque le responsable n’était pas disponible nous lui
remettions le questionnaire et nous recevions un rendez-vous afin de retourner dans
l’entreprise pour recueillir les réponses en face à face.
- La deuxième façon était de remettre le questionnaire au responsable pour qu’il puisse
répondre et nous prenions rendez-vous pour récupérer le questionnaire déjà rempli.

3
Le questionnaire est présenté plus en détail au niveau de l’annexe

50
L’administration de ce questionnaire a durée tout le long du mois d’octobre et début
novembre 2017, dans les villes de Douala et de Bafoussam ne s’est faite sans difficultés.
I.2.3.4-Les difficultés rencontrées sur le terrain

Les difficultés rencontrées sur le terrain ont été nombreuses et dues principalement à la
culture du secret dans les affaires que les entreprises camerounaises ont développées. Les
écueils rencontrés sur le terrain étaient principalement :

Le refus de répondre, en effet certains responsables d’entreprise ont énergiquement


refusé de répondre à notre enquête bien que nous ayons pris la peine d’en expliquer l’objet et
l’intérêt, certains invoquant comme raison de refus la « protection d’informations » ; la perte
de questionnaire, due à la négligence de certains répondants ;la désinvolture de certains
enquêtés ;la méfiance ou la réticence des répondants ;le manque de temps des responsables de
sociétés ;des difficultés quant à la localisation et la définition du statut juridique des
entreprises. En effet, comme notre critère de choix de l’échantillon était le statut juridique de
l’entreprise, nous avons été souvent confrontés à des situations où après avoir déposé ou
commencé à administrer le questionnaire nous nous rendions compte que l’entreprise en
question ne correspondait pas à notre critère de choix où ne remplissait pas tous les
indicateurs relatifs à notre étude. Le tableau ci-dessous présente le récapitulatif des
questionnaires administrés.
Tableau 1 : récapitulatif des questionnaires

Réponses
Eléments
obtenues
Questionnaires administrés 60
Questionnaire non récupéré 20
Questionnaire rejeté 4
Total exploité 36

Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

Après avoir présenté le choix de l’échantillon et la méthode de collecte des données


nous allons passer à la construction de notre modèle et l’opérationnalisation des variables.

51
SECTION II : MODELE, OPERATIONNALISATION DES VARIABLES ET
METHODE DE TRAITEMENT

Dans cette section, il est question de présenter le modèle économétrique de l’étude,


l’opérationnalisation des variables de l’étude et les outils statistiques de l’étude.

II.1- Construction du modèle testable et opérationnalisation des variables

L’utilisation du questionnaire va nous permettre de déterminer les données et les


variables d’analyse pour les rendre manipulables par la méthode de régression logistique. À
cet effet, il convient de définir les variables mais avant cela il serait important de présenter le
modèle économétrique qui va nous permettre de tester les hypothèses.

II.1.1- Présentation du modèle économétrique


Afin de tester nos trois hypothèses de recherche, nous régressons la qualité de l’audit
externe (appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international et l’évolution des
honoraires d’audit) en fonction de la nature de la structure de propriété. En s’inspirant des
travaux de Lajmi et Gana (2011) et de Wafa (2013) les modèles de régression appliquée
s’expriment comme suit :

𝐀𝐏𝐏𝐀𝐑𝐓𝐄𝐍𝐀𝐍𝐂𝐄_𝐈𝐍𝐓 = 𝛃𝟎 + 𝛃𝟏 𝐂𝐎𝐍𝐂 + 𝛃𝟐 𝐏𝐑𝐎𝐏𝐌𝐀𝐍𝐀𝐆 + 𝛃𝟑 𝐈𝐍𝐒𝐓 + 𝛆 (1)


𝐄𝐕𝐎𝐋𝐔𝐓_𝐇𝐎𝐍𝐎 = 𝛃𝟎 + 𝛃𝟏 𝐂𝐎𝐍𝐂 + 𝛃𝟐 𝐏𝐑𝐎𝐏𝐌𝐀𝐍𝐀𝐆 + 𝛃𝟑 𝐈𝐍𝐒𝐓 + 𝛆(2)
Avec : APPARTENANCE_INT qui représente l’appartenance ou non de l’auditeur à un
cabinet international.
EVOLUT_HONO qui représente l’évolution des honoraires au cours des deux derniers
exercices.
CONC : la concentration du capital
PROPMANAG : la propriété managériale
INST : la propriété institutionnelle
β0 : le terme constant. β1, β2, β3 : les coefficients de régression etε : Le terme d’erreur
II.1.2- Opérationnalisation des variables

La revue de la littérature présentée dans le chapitre précédent nous a permis


d’appréhender la complexité des notions que notre recherche met en œuvre et les difficultés
posées par leurs mesures notamment du fait de leur aspect multidimensionnel, à cet effet il est
nécessaire de dégager les variables.

52
II.1.2.1- La variable à expliquer : La qualité de l’audit

L’objectif de notre étude est d’évaluer l’impact des caractéristiques de la structure de


propriété sur la qualité de l’audit qui est la variable endogène. En s’inspirant de la littérature,
plus précisément des travaux de Wafa (2013), le type d’indicateur retenu pour évaluer la
qualité de l’audit est l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international et les
honoraires d’audit.

L’appartenance ou non de l’auditeur à un cabinet international est mesurée par une


variable dichotomique qui prend la valeur 1 pour oui et o sinon. L’évolution des honoraires au
cours des deux derniers exercices est une variable nominale mesurée par 1 si la valeur des
honoraires a évolué vers la baisse, 2 pour stable et 3 si la valeur des honoraires ont évolué
vers à la hausse.
II.1.2.2- Les variables indépendantes : la nature de l’actionnariat

En s’inspirant de la littérature, on note que plusieurs auteurs (Jensen et Meckling,


1976 ; Watts et Zimmerman, 1983 ; Fan et Wong, 2002) ont mis en évidence le rôle
important joué par la structure de propriété. En plus, ces auteurs affirment que la qualité de
l’audit externe est fortement influencée par ces facteurs. En s’inspirant de la littérature, nous
avons également mesuré la nature de l’actionnariat dans les entreprises camerounaises à
travers trois caractéristiques essentielles à savoir : la propriété managériale, la propriété
institutionnelle et la concentration de la propriété. Pour ce qui est des mesures, on note que la
concentration de l’actionnariat a été mesuré à travers une question ouverte qui a été recodifier
après les enquêtes en trois modalités : 1 pour « moins de 50% » ; 2 pour « Entre 50 et 75% »
et 3 pour « plus de 75% ».

S’agissant de la propriété managériale, elle a aussi été mesurée à travers une question
ouverte qui a été recodifier par la suite en 4 modalités. Il s’agit de 1 pour « moins de 25% » ;
2 pour « entre 25 et 50% » ; 3 pour « entre 50 et 75% » et 4 pour « plus de 75% ».
La présence d’actionnaire institutionnel (INST) quant à elle, est une variable dichotomique
qui prend la valeur 1 s’il ya des actionnaires institutionnels et 0 dans le cas contraire.
Les attributs de la qualité de l’audit utilisés pour mesurer la qualité d’audit et le
résumé des caractéristiques de la structure de propriété de notre étude sont résumés dans le
tableau suivant.

53
Tableau 2 : Récapitulation des variables ainsi que leurs mesures respectives

définitions mesures retenues par auteurs de


Code de la Références aux études références
variable antérieures
Variables à expliquer: la qualité de l’audit
Appartenance ou non de 1 oui et 0 Sinon Wafa (2013) et Lajmi
APPARTENANC l’auditeur à un réseau et Gana (2011)
E_INT international
EVOLUT_HONO
Honoraire d’audit 1 s’il a varié à la baisse, 2 Wafa (2013) et Lajmi
s’il est stable et 3 s’il a varié et Gana (2011)
à la hausse
Variables explicatives : les caractéristiques de la structure de propriété
CONC Concentration de la propriété - Part du capital détenu Godard (2001) ; Wafa
par l’actionnaire (2013) et Lajmi et
majoritaire Gana (2011)
PROPMANAG Propriété managériale - part du capital détenu Fodil et al (2007) ;
par le dirigeant et sa Wafa (2013) et Lajmi
famille et Gana (2011)
INST Propriété institutionnelle 1 s’il ya des actionnaires Wafa (2013) et Lajmi
institutionnels et 0 dans le et Gana (2011)
cas contraire
Source : Adapté de l’auteur
En somme nous avons essayé de dégager dans cette sous-partie les différentes
variables, toutefois il est judicieux de définir les outils statistiques d’analyses.

II.2- Les outils statistiques d’analyses de données

Le choix des outils statistiques contraint le chercheur à faire recours à un logiciel


spécifique, c'est-à-dire celui adapté au type de traitement qu’il envisage. Dans le cadre de ce
travail le logiciel utilisé est SPSS 21, à cet effet il est important de présenter les outils
d’analyses.

Les variables utilisées dans ce travail sont les variables qualitatives c’est-à-dire non
métriques et effectués sur une échelle de mesure ordinale ou nominale. Il nous importe donc
de recourir aux outils adaptés à l’analyse de ce type de variable.
Compte tenu du fait que les relations à tester dans notre étude ne concernent que deux
variables au plus, seules les méthodes uni variées (tri à plat) et multidimensionnelle (tri croisé,
test de corrélation et la régression logistique) ont été retenues.

54
II.2.1- Analyse descriptive : Le tri-à plat

C’est une analyse descriptive et systématique des réponses données à chacune des
questions (ou variables) à l’aide d’indices statistiques. Le tri est donc le calcul des
pourcentages question par question permettant de construire les tableaux de fréquence.

II.2.2-Le tri-croisé (l’analyse bi variée)


C’est une étude descriptive ou explicative des relations entre deux variables considérées
simultanément. Il consiste à un croisement de deux modalités ou variables. Ce croisement
génère un tableau à double entrée encore appelé tableau de contingence. Le choix des
croisements ou des tests à effectuer entre paires de variables dépend des questions d’étude à
traiter ou des hypothèses préalablement formulées.
Il s’agit maintenant de présenter le test statistique utilisé lors du traitement et de l’analyse.
Il s’agit du test de corrélation et la régression logistique.
II.2.3-Analyses explicatives : Test de corrélation et régression logistique

II.2.3.1-Test de corrélation

L’objectif est d’analyser un ensemble de données en paires (données bi variées) et de


déterminer s’il y a une association (ou un lien) entre les deux variables. En statistique une
telle relation est appelée corrélation. Il est utilisé dans cette recherche pour confirmer
l’existence d’une relation entre deux variables métriques. Etant donné que le test de
corrélation est une mesure d’association qui permet d’établir d’une part, si deux variables
mesurées sur le même ensemble d’observation varient de façon analogue ou non et permet
d’autre part, de voir s’il ya un problème de multi colinéarité entre les variables. De même,
pour conforter nos hypothèses de recherche, nous avons utilisé le coefficient de corrélation de
Pearson qui indique l’intensité de la liaison entre deux variables et s’exprime par :

Où xy représente la covariance entre x et y, x représente l’écart type de x et y représente


l’écart type de y.

55
Sa valeur se situe entre +1 et -1. Un coefficient voisin de +1 signifie que les deux variables
sont corrélées positivement. Un coefficient voisin de zéro signifie que les deux variables sont
très faiblement corrélées, et un coefficient voisin de -1, signifie que les variables sont
corrélées négativement.
II.2.3.2-La régression logistique

Dans le cadre de notre étude nous disposons des variables de la qualité de l’audit qui
sont qualitatives. Dès lors, le modèle approprié pour étudier l’effet de plusieurs variables
explicatives sur une variable à expliquer mesurée sur une échelle dichotomique ou booléenne
est le modèle Logit encore appelée régression logistique d’une part, et lorsqu’elle la variable à
expliquer est nominale on a recours à la régression logistiques multinomiale.

La régression que nous avons utilisée est la régression logistique binaire et la régression
logistique multinomiale, elle nous a permis d’augmenter la fiabilité de nos résultats. Le choix
de ce modèle tient du fait que notre variable à expliquer est qualitative. De plus cette méthode
a un caractère scientifique beaucoup plus accru. Pour la régression logistique multinomiale,
elle permet d’expliquer une variable dépendante et de nature nominale en fonction de
plusieurs autres variables dites explicatives. L’avantage de cette analyse est qu’elle prend en
compte les interrelations pouvant exister entre l’ensemble des variables explicatives. De
même, elle est très souvent utilisée dans les études similaires. L’une de nos variables
dépendantes est mesurée à travers une échelle nominale ce qui justifie le recours à la
régression multinomiale. Autrement dit, on a recours à la régression logistique multinomiale
lorsqu’elle permet de tester si k échantillons (k>2) provenant de la même population, ou de
populations ayant des caractéristiques identiques. En plus, l’intérêt de ce modèle réside dans
la simplicité du passage de l’estimation d’un coefficient qui mesure la force de l’association
entre la qualité de l’audit (Yi) et les variables explicatives (Xi).
Il était question dans ce chapitre de présenter notre démarche méthodologique .Ainsi
après avoir sélectionné notre échantillon de manière raisonnée, nous avons décidé pour la
collecte des informations sur le terrain de se servir d’un questionnaire. Après avoir recueilli
les informations nous les avons analysées par le biais des tests statistiques et de la régression
logistique. Les résultats de ces analyses feront l’objet du chapitre suivant, nous permettant de
vérifier chaque hypothèse ainsi que des croissements y afférents. On pourra alors mieux se
prononcer quant à l’influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de
l’audit au sein des entreprises camerounaises.

56
CHAPITRE 4 : NATURE DE L’ACTIONNARIAT DANS LES
ENTREPRISES AU CAMEROUN ET QUALITE DE L’AUDIT

Dans le but d’examiner l’impact de la structure de propriété sur la qualité de l’audit


l’externe telle que mesurée par l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international
et l’évolution des honoraires d’audit, nous avons fait un certain nombre de tests à travers les
analyses bi variées et multi variées. Après analyse nous avons obtenus un certain nombre de
résultats. Ce chapitre s’organise donc autour de deux sections. La première section présente
les résultats de l’analyse descriptive et la seconde les résultats des analyses explicatives.

SECTION I : RESULTAT DES ANALYSES DESCRIPTIVES

Dans cette section nous allons présenter dans un premier temps les caractéristiques de
l’échantillon, dans un second temps les caractéristiques de la structure de propriété et dans un
troisième temps les caractéristiques de l’audit externe.

I.1- Caractéristiques de l’échantillon

Les caractéristiques de l’échantillon se mesurent dans cette étude à travers les


caractéristiques du répondant et les caractéristiques de l’entreprise.

I.1.1- Le profil des répondants

Dans cette étude, le profil des répondants est mesuré à travers la fonction occupée au
sein de l’entreprise, le genre, l’âge du répondant, le niveau d’étude, le type de formation, la
spécialité de base et l’expérience. Le tableau numéro ci-dessous récapitule les caractéristiques
du répondant.

57
Tableau 3 : Le profil des répondants
Variables Modalités Effectifs %
Poste occupé 1-DGA 1 2,8
2-DAF 5 13,9
3-Chef comptable 14 38,9
4-Contrôleur de gestion 1 2,8
5-Chef d’agence 5 13,9
6-autres (auditeur interne…) 10 27,8
Total 36 100
Genre 1-Féminin 17 47,2
2-Masculin 19 52,8
Total 36 100
Age 1-Moins de 30 ans 12 33,3
2-Entre 30 et 35 ans 12 33,3
3-Entre 35 et 40 ans 10 27,8
4-Entre 40 et 45 ans 1 2,8
5-Entre 45 et 50 ans 1 2,8
6-Plus de 50 ans - -
Total 36 100
Niveau d’étude 1-Primaire
2-Secondaire
3-Supérieur 36 100
Total 36 100
Type de formation 1-Gestionnaire 35 97,2
2-Non gestionnaire 1 2,8
Total 36 100
Spécialité 1-Comptabilité et Finance 32 88,9
2-Marketing 3 8,3
3-Logistique et transport 1 2,8
Total 36 100
Expérience répondant 1-Moins de 5 ans 14 38,9
2-Entre 5 et 10 ans 16 44,4
3-Entre 10 et 15 ans 4 11,1
4-Plus de 15 ans 2 5,6
Total 36 100
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
A la lecture de ce tableau, nous pouvons tirer plusieurs enseignements :
Parmi les 36 préparateurs de compte interrogés, on observe que 2,8% occupe le poste de
DGA, 13,9% le poste de DAF, 38,9% de chef comptable, 2,8% de contrôleur de gestion,
13,9% de chef d’agence et 27,8% autres postes comme par exemple auditeur interne. Parmi
ces répondants, 52,8% sont de sexe masculin et 47,2% de sexe féminin. Concernant leurs
âges, 33,3% respectivement ont moins de 30 ans et d’autres ont un âge variant entre 30 et 35
ans, 27,8% entre 35 et 40 ans et 5,6% ont un âge compris entre 40 et 50 ans. En ce qui
concerne le niveau d’études, nous nous rendons compte que tous les répondants affirment
avoir fait l’enseignement supérieur. Par rapport au type de formation, on se rend compte que

58
plus de la moitié des répondants sont des gestionnaires (97,2%) et ont pour domaine de
spécialité la comptabilité et la finance pour la plupart (88,9%). Concernant l’expérience des
dirigeants, on note 38,9% ont moins de 5 ans, 44,4% ont entre 5 et 10 ans, 11,1% ont entre 10
et 15 ans et 5,6% ont plus de 15 ans.
I.1.2- Le profil des entreprises de l’échantillon
Le profil des entreprises se mesure dans cette étude à travers le secteur d’activité
principal, la forme juridique, l’effectif du personnel et niveau endettement. Le tableau numéro
ci-dessous récapitule le profil des entreprises.

Tableau 4 : Le profil des entreprises


Variables Modalités Effectifs %
Secteur d’activité 1-Industrie 4 11,1
2-Service 22 61,1
3-Commerce 10 27,8
Total 36 100
Forme juridique 1-SA avec CA 36 100
2-SA sans CA - -
Total 36 100
Effectif du personnel 1-Moins de 50 5 13,9
2-Entre 50 et 100 7 19,4
3-Entre 100 et 150 5 13,9
4-Entre 150 et 200 8 22,2
5-Plus de 200 11 30,6
Total 36 100
Niveau endettement 1-Elevé 8 22,2
2-Moyen 15 41,7
3-Faible 12 33,3
Total 36 100
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
De ce tableau, on observe que 11,1% des entreprises font dans l’industrie, 61,1% dans
le service et 27,8% dans le commerce. Pour ce qui est de la forme juridique on observe que
tous sont des sociétés anonymes avec conseil d’administration. Concernant l’effectif du
personnel, 13,9% ont moins de 50 employés, 19,4% ont entre 50 et 100 employés, 13,9% ont
entre 100 et 150 employés, 22,2% ont entre 150 et 200 employés et 30,6% ont plus de 200
employés. Concernant le niveau d’endettement, 22,2% ont un niveau d’endettement élevé,
41,7% jugent que leur niveau d’endettement moyen et 33,3% jugent leur niveau
d’endettement faible.
Après avoir présenté les caractéristiques de l’échantillon nous allons présenter les
caractéristiques de l’actionnariat.

59
I.2- Caractéristiques de la structure de propriété

En s’inspirant de la littérature, on note que plusieurs auteurs (Jensen et Meckling, 1976 ;


Watts et Zimmerman, 1983 ; Fan et Wong, 2002) ont mis en évidence le rôle important joué
par la structure de propriété. En plus, ces auteurs affirment que la qualité de l’audit externe est
fortement influencée par ces facteurs. En s’inspirant de la littérature, nous avons également
mesuré la nature de l’actionnariat dans les entreprises camerounaises à travers trois
caractéristiques essentielles à savoir : la propriété managériale, la propriété institutionnelle et
la concentration de la propriété. Le tableau numéro ci-dessous récapitule les caractéristiques
de la structure de propriété.

Tableau 5 : Caractéristiques de la structure de propriété


Indicateurs Modalités Effectifs %
Concentration de propriété 1-Moins de 50% 6 16,7
2-Entre 50 et 75% 14 38,9
3-Plus de 75% 16 44,4
Total 36 100
Propriété managériale 1-Moins de 25% 15 41,7
2-Entre 25 et 50% 12 33,3
3-Entre 50 et 75% 9 25
Total 36 100
Propriété institutionnelle 1-Oui 12 33,3
2-Non 24 66,7
Total 36 100
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
De ce tableau, on note que pour ce qui est des caractéristiques de la structure de propriété
nous pouvons remarquer que le plus grand actionnaire dispose dans 16,7% des cas de 50% du
capital, dans 38,9% des cas, il possède entre 50 et 75 % du capital et dans 44,4% ce dernier
dispose de plus de 75% du capital. La part du capital détenue par le dirigeant est également
variable car elle est de moins 25% dans 41,7% des cas, entre 25 à 50% dans 33,3% des cas et
entre 50 et 75% du capital dans 25% des cas. Dans la grande majorité des cas (66,7%), ces
sociétés ne disposent pas à leur sein un actionnaire institutionnel dans leur capital.
Cette sous-section nous a permis de présenter les caractéristiques de la structure de
propriété qui représente ici, notre variable explicative. La section suivante va nous permettre
de présenter plus en détails les caractéristiques de l’audit externe après dépouillement.

60
I.3- Caractéristiques de l’audit externe
Les caractéristiques de l’audit sont mesurées dans cette étude à travers l’appartenance ou
non du cabinet à un réseau international, l’offre d’autres services en dehors de la mission
d’audit légal, l’évolution des honoraires d’audit, la perception des honoraires autres que celui
de l’audit des comptes et la durée du mandat. Le tableau numéro ci-dessous présente plus en
détails les caractéristiques de l’échantillon.

Tableau 6 : Caractéristiques de l’audit externe


Variables Modalités Effectifs %
Appartenance de l’auditeur à un réseau 1-Oui 25 69,4
international 2-Non 11 30,6%
Total 36 100
Offre d’autres services en dehors de l’audit 1-Très souvent 15 41,7
des comptes 2-Souvent 13 36,1
3-Jamais 8 22,2
Total 36 100
Perception des honoraires autres que celui 1-Très souvent 5 13,9
de l’audit des comptes 2-Souvent 6 16,7
3-Jamais 25 69,4
Total 36 100
Evolution des honoraires d’audit 1-A la baisse 8 22,2
2-Stable 12 33,3
3-A la hausse 16 44,4
Total 36 100
Durée du mandat 1-Moins de 3 ans 6 16,7
2-Entre 3 et 6 ans 12 33,3
3-Entre 6 et 9 ans 7 19,4
4-Entre 9 et 12 ans
5-Plus de 12 ans 11 30,6
Total 36 100
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
De ce tableau, on observe que la plupart des entreprises interrogées (69,4%) affirment
que leur auditeur appartient à un réseau international. 77,8% des entreprises interrogées disent
que leur auditeur leur offre des services en dehors de la mission d’audit contre 22,2% qui
disent jamais. La plupart (69,4%) avouent ne pas percevoir des honoraires par rapport à ces
services. Pour ce qui est de l’évolution des honoraires d’audit, on note que 22,8% ont diminué
les honoraires de l’auditeur, 33,3% des répondants estiment que les honoraires de leur
auditeur sont restés stables contre 44,4% qui disent que les honoraires de leur auditeur ont
évolué vers la hausse. 16,7% des entreprises ont des auditeurs qui ont fait mois de 3 ans de
mandat, 33,3% entre 3 et 6 ans, 19,4% entre 6 et 9 ans et 30,6% ont fait plus de 12 ans.

61
Cette section nous a permis de présenter les caractéristiques de l’échantillon et les
caractéristiques de nos variables d’études. La section qui va suivre va nous permettre de
présenter les résultats des analyses explicatives.

SECTION II : RESULTAT DES ANALYSES EXPLICATIVES

Cette section vise à présenter les résultats de l’analyse bi variée à travers le tableau croisé
et le test de corrélation de Pearson d’une part, et d’autre part, les résultats de la régression
logistique binaire et multinomiale.

II.1- Influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de l’audit :


tableau croisé et test de corrélation de Pearson.

Nous commencerons tout d’abord par présenter les résultats des tableaux croisés suivi du
test de corrélation.

II.1.1- Caractéristiques de la structure de propriété et qualité de l’audit : Tableau croisé

En s’inspirant des travaux de Wafa (2013), nous avons mesuré la qualité de l’audit à
travers l’appartenance de l’auditeur à un réseau international et les honoraires d’audit. Nous
présenterons les caractéristiques de la structure de propriété selon qu’ils influencent ces deux
indicateurs de mesure de la qualité d’audit.

II.1.1.1- Influence de la nature d’actionnariat sur l’appartenance ou non de l’auditeur à


un réseau international
Comme dit plus haut, la nature de l’actionnariat se mesure à travers la concentration de
propriété, la propriété managériale et la propriété institutionnelle.

II.1.1.1.1-Concentration de propriété et appartenance de l’auditeur à un réseau


international
Le tableau numéro ci-dessous met en évidence la relation qui existe entre la concentration
de propriété et l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international.

62
Tableau 7 : part du capital détenu par l’actionnaire majoritaire et appartenance du cabinet à un
réseau international
Appartenance de Total
l’auditeur à un
réseau international
Non Oui
Effectif 3 3 6
Moins de 50% % Ligne 50,0% 50,0% 100,0%
% Colonne 27,3% 12,0% 16,7%
Effectif 6 8 14
Concentration de la
Entre 50 et 75% % Ligne 42,9% 57,1% 100,0%
propriété
% Colonne 54,5% 32,0% 38,9%
Effectif 2 14 16
Plus de 75% % Ligne 12,5% 87,5% 100,0%
% Colonne 18,2% 56,0% 44,4%
Effectif 11 25 36
Total % Ligne 30,6% 69,4% 100,0%
% Colonne 100,0% 100,0% 100,0%
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

A la lecture de ce tableau, nous pouvons tirer plusieurs conclusions :


 Parmi les 6 entreprises dont l’actionnaire majoritaire possède moins de 50% dans le
capital, 50% de leur auditeur appartient à un réseau international.
 Parmi les 14 entreprises interrogées dont l’actionnaire majoritaire possède entre 50 et
75%, 57,1% de leur auditeur appartient à un réseau international contre 42,9% qui
disent que leur auditeur externe n’appartient pas à un réseau international.
 Parmi les 16 entreprises dont l’actionnaire majoritaire possède plus de 75% du capital,
on note que 87,5% font appel à des auditeurs appartenant aux réseaux internationaux
contre seulement 12,5% qui ne font pas appel.
 Une analyse comparative nous montre que la majorité des entreprises dont
l’actionnaire a entre 50 et 75% dans le capital (54,5%) ont des auditeurs n’appartenant
pas aux réseaux internationaux alors que la majorité des entreprises dont l’actionnaire
à plus de 75% dans le capital (56%) fait appel aux auditeurs internationaux.

63
II.1.1.1.2-Propriété managériale et appartenance ou non de l’auditeur à un réseau
international
Le tableau numéro ci-dessous met en évidence le lien existant entre la propriété
managériale et l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international.

Tableau 8 : Propriété managériale et appartenance ou non de l’auditeur à un réseau


international
Appartenance ou de
l’auditeur à un réseau Total
international
Non Oui
Effectif 5 10 15
Moins de 25% % Ligne 33,3% 66,7% 100,0%
% Colonne 45,5% 40,0% 41,7%
Effectif 5 7 12
Propriété
Entre 25 et 50% % Ligne 41,7% 58,3% 100,0%
managériale
% Colonne 45,5% 28,0% 33,3%
Effectif 1 8 9
Entre 50 et 75% % Ligne 11,1% 88,9% 100,0%
% Colonne 9,1% 32,0% 25,0%
Effectif 11 25 36
Total % Ligne 30,6% 69,4% 100,0%
% Colonne 100,0% 100,0% 100,0%
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

L’analyse de ce tableau nous montre que :


 Parmi les 15 entreprises dont le dirigeant possède moins de 25% du capital,
66,7% ont des auditeurs dont leur cabinet appartient à un réseau international
contre 33,3% qui ont des auditeurs dont leur cabinet n’appartient pas à un
réseau international.
 Plus de la moitié des entreprises dont la propriété managériale (58,3%) se situe
entre 25 et 50%, ont des auditeurs appartenant à un réseau international.
 Dans la majorité des cas (88,9%), les entreprises dont le manager à entre 50 et
75% du capital, ont des auditeurs appartenant à un réseau international.

64
II.1.1.1.3-Présence ou non des investisseurs institutionnels et appartenance de l’auditeur
à un réseau international

Le tableau numéro ci-dessous met en évidence le lien existant entre la propriété


institutionnelle et l’appartenance ou non du cabinet à un réseau international.

Tableau 9 : Présence ou non de l’investisseur institutionnel et appartenance du cabinet


à un réseau international
Appartenance ou non
du cabinet à un Total
réseau international
Non Oui
Effectif 5 7 12
Oui % Ligne 41,7% 58,3% 100,0%
% Colonne 45,5% 28,0% 33,3%
Propriété institutionnelle
Effectif 6 18 24
Non % Ligne 25,0% 75,0% 100,0%
% Colonne 54,5% 72,0% 66,7%
Effectif 11 25 36
Total % Ligne 30,6% 69,4% 100,0%
% Colonne 100,0% 100,0% 100,0%
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

 Dans la majorité des cas (58,3%), les entreprises qui ont un actionnaire institutionnel
dans le capital, sollicite les auditeurs dont le cabinet appartient à réseau international.
 Plus de la moitié des 36 entreprises qui n’ont pas une propriété institutionnelle (75%),
avouent recourir aux services des auditeurs appartenant aux réseaux internationaux.

Cette sous-section nous a permis de présenter le lien pouvant exister entre les
caractéristiques de la structure de propriété et la qualité de l’audit lorsqu’elle est mesurée par
l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international. La section suivante présente
cette fois-ci le lien existant entre les caractéristiques de la structure de propriété et l’évolution
des honoraires d’audit.

II.1.1.2-Influence de la nature d’actionnariat sur les honoraires d’audit

Comme dit précédemment, en scrutant la littérature, nous avons recensé trois types de
structure de propriété. Il s’agit de concentration de la propriété, la propriété managériale et la
propriété institutionnelle. A titre de rappel, dans notre étude nous avons mesuré la
concentration de la propriété à travers la part du capital détenue par l’actionnaire majoritaire.

65
En ce qui concerne la propriété managériale, elle sera appréhendée à travers la proportion de
capital détenue par le dirigeant et sa famille, et la propriété institutionnelle est mesurée par la
présence ou non comme actionnaire, d’investisseurs institutionnels.
II.1.1.2.1-Part du capital détenue par l’actionnaire majoritaire et l’évolution des
honoraires d’audit au cours des deux derniers exercices

Le tableau numéro ci-dessous met en évidence le lien existant entre la concentration


de propriété et l’évolution des honoraires d’audit.

Tableau 10 : Concentration de propriété et évolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers
exercices
Evolution des honoraires au cours des Total
deux derniers exercices
A la baisse Stable A la hausse
Effectif 2 2 2 6
Moins de 50% % Ligne 33,3% 33,3% 33,3% 100,0%
% colonne 25,0% 16,7% 12,5% 16,7%
Effectif 4 4 6 14
Concentration de
Entre 50 et 75% % Ligne 28,6% 28,6% 42,9% 100,0%
propriété
% Colonne 50,0% 33,3% 37,5% 38,9%
Effectif 2 6 8 16
Plus de 75% % Ligne 12,5% 37,5% 50,0% 100,0%
% Colonne 25,0% 50,0% 50,0% 44,4%
Effectif 8 12 16 36
Total % Ligne 22,2% 33,3% 44,4% 100,0%
% Colonne 100,0% 100,0% 100,0% 100,0%
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

A la lecture de ce tableau, nous pouvons tirer plusieurs conclusions :


 Les 6 entreprises dont l’actionnaire majoritaire possède moins de 50% du
capital (72,7%), disent à 33,3% respectivement que les honoraires de leur
auditeur sont restés stables tandis que pour d’autres ont évolué vers la baisse et
pour d’autres vers la hausse.
 Sur les 14 entreprises où l’actionnaire majoritaire détient entre 50 et 70% du
capital, 28,6% respectivement disent que les honoraires de leur auditeur ont
évolué vers la baisse, pour d’autres sont restés stables et seulement 42,9% des
entreprises que les honoraires de leur auditeur ont varié vers la hausse.
 Au sein des 16 entreprises dont l’actionnaire majoritaire détient plus de 75%
du capital, on retrouve 50% des entreprises qui disent que les honoraires de

66
leur auditeur ont évolué vers la hausse, 12,5% à la baisse et pour 37,5%
stables.

II.1.1.2.2-Propriété managériale et évolution des honoraires au cours des deux derniers


exercices
Le tableau ci-dessous met en évidence le lien existant entre la propriété managériale et l’évolution
des honoraires d’audit au cours des deux derniers exercices.
Tableau 11 : Propriété managériale et évolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers
exercices
Evolution des honoraires d’audit
au cours des deux exercices Total
A la baisse Stable A la
hausse
Effectif 4 8 3 15
Moins de 25% % Ligne 26,7% 53,3% 20,0% 100,0%
% colonne 50,0% 66,7% 18,8% 41,7%
Effectif 4 2 6 12
Propriété
Entre 25 et 50% % Ligne 33,3% 16,7% 50,0% 100,0%
managériale
% Colonne 50,0% 16,7% 37,5% 33,3%
Effectif 0 2 7 9
Entre 50 et 75% % Ligne 0,0% 22,2% 77,8% 100,0%
% Colonne 0,0% 16,7% 43,8% 25,0%
Effectif 8 12 16 36
Total % Ligne 22,2% 33,3% 44,4% 100,0%
% Colonne 100,0% 100,0% 100,0% 100,0%
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
A la lecture de ce tableau, nous pouvons tirer plusieurs enseignements :
 Sur les 15 entreprises dont la propriété managériale est à moins de 25%, 53,3%
d’entre elles disent que les honoraires de leur auditeur sont restés stables, 26,7% à la
baisse et seulement 20% avouent négocier les honoraires de l’auditeur à la hausse.
 La majorité des 12 entreprises dont la propriété managériale se situe dans l’intervalle
de 25 à 50% (50%) disent que les honoraires de leur auditeur ont évolué vers la
hausse.
 Dans la majorité des cas (77,8%), les entreprises dont le dirigeant possède entre 50 à
75% du capital avouent négocier continuellement les honoraires de leur auditeur à la
hausse.

67
II.1.1.2.3- Propriété institutionnelle et évolution des honoraires d’audit au cours des
deux derniers exercices
Le tableau ci-dessous met en évidence le lien existant entre la propriété institutionnelle et
l’évolution des honoraires d’audit.

Tableau 12 : Propriété institutionnelle et évolution des honoraires d’audit au cours des deux
derniers exercices
Evolution des honoraires au cours
des deux derniers exercices Total
A la baisse Stable A la hausse
Effectif 2 5 5 12
Oui % ligne 16,7% 41,7% 41,7% 100,0%
Propriété % Colonne 25,0% 41,7% 31,2% 33,3%
institutionnelle Effectif 6 7 11 24
Non % Ligne 25,0% 29,2% 45,8% 100,0%
% Colonne 75,0% 58,3% 68,8% 66,7%
Effectif 8 12 16 36
Total % Ligne 22,2% 33,3% 44,4% 100,0%
% Colonne 100,0% 100,0% 100,0% 100,0%
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
De ce tableau, nous pouvons tirer plusieurs observations :
 41,7% des entreprises qui ont une propriété institutionnelle disent que les honoraires
de leur auditeur sont restés stables, 16,7% disent qu’ils ont évolué vers la baisse et
41,7% vers la hausse.
 Sur les 24 entreprises qui n’ont pas une propriété institutionnelle, 29,2% disent que
les honoraires de leurs auditeurs sont restés stables, 25% à la baisse contre 45,8% qui
disent que les honoraires de leur auditeur ont évolué vers la hausse.

L’analyse bi variée effectuée a consisté à étudier les relations entre deux variables, plus
concrètement une étude descriptive ou explicative des relations entre deux variables
considérées simultanément. Il s’agit du tableau croisé ou le tri-croisé. La section suivante va
nous permettre de voir l’intensité de la relation entre ces différentes variables de la structure
de propriété et la qualité de l’audit et de voir s’il y a un problème de multi colinéarité entre les
variables de l’étude.

68
II.1.2- Caractéristiques de la structure de propriété et qualité de l’audit : Test de
corrélation de Pearson

Pour vérifier l’absence d’un problème de multicolinéarité entre les variables


indépendantes, nous avons calculé les coefficients de corrélation entre ces variables. Le
tableau numéro ci-dessous présente la matrice de corrélation entre les variables de l’étude.

Tableau 13 : Matrice de corrélation entre les variables de l’étude


1 2 3 APPARTENANCE EVOLUT_HONO
_INT
CONC 1 -,301 ,188 ,335** ,183
PROPMANG 1 ,000 ,163 ,413**
INST 1 ,171 -,025
APPARTENANCE_INT 1 ,034
EVOLUT_HONO 1
** : Significatif au seuil de 0,05
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

A la lecture de ce tableau, nous remarquons en premier lieu que la concentration de


propriété a une influence positive et significative au seuil de 5% sur qualité de l’audit
lorsqu’elle est mesurée par l’appartenance de l’auditeur ou non à un réseau international. Ce
qui conforte notre hypothèse 1. En deuxième lieu, nous notons une relation positive et
significative entre la propriété managériale et la qualité de l’audit lorsqu’elle est mesurée cette
fois-ci par les honoraires d’audit. Ce résultat conforte notre hypothèse 2. La propriété
institutionnelle n’a pas des relations significatives avec la qualité de l’audit quel que soit
l’indicateur de mesure.
L’examen de la matrice de corrélation dans le tableau ci-dessus montre que tous les
coefficients de corrélation sont sensiblement inférieurs à 0,7, qui est la limite tracée par
Kervin (1992) à partir de laquelle on commence à avoir un problème sérieux de
multicolinéarité. A cet égard, nous pouvons conclure à l’absence d’un problème de
multicolinéarité.

II.2- Influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de l’audit


externe : une analyse multivariée

Afin de tester nos trois hypothèses de recherche, nous régressons la qualité de l’audit
externe en fonction de la nature de la structure de propriété qui est mesurée ici à travers trois
variables. Il s’agit de la concentration de propriété, de la propriété managériale et de la
propriété institutionnelle. La qualité de l’audit est mesurée dans cette étude à travers
69
l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau international et à l’évolution des honoraires
d’audit au cours des deux derniers exercices. Il est important de rappeler à ce niveau que
l’appartenance ou de l’auditeur à un réseau international est une variable binaire prenant 1
pour oui et 0 pour non, ce qui justifie le recours à la régression logistique binaire. Les
honoraires d’audit sont mesurés dans cette étude à travers l’évolution des honoraires au cours
des deux derniers exercices qui est une variable nominale prenant la valeur 1 pour à la baisse,
2 pour stable et 3 pour la hausse. Ce qui justifie le recours à la régression logistique
multinomiale. Les tableaux numéro ci-dessous présentent les résultats de l’estimation des
paramètres.
 Influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de l’audit
lorsqu’elle est mesurée par l’appartenance ou non de l’auditeur à un réseau
international

Tableau numéro 14 : Estimation des paramètres par la méthode logit


B E.S. Wald ddl Sig. Exp(B)
Concentration de propriété 1,554 ,701 4,919** 1 ,027 4,731
Propriété managériale 1,230 ,723 2,896 *
1 ,089 3,422
Propriété institutionnelle ,475 ,850 ,313 1 ,576 1,609
Constante -5,467 2,700 4,099 **
1 ,043 ,004
Valeur khi-deux =8,256** P=0,041
-2log-vraisemblance =36,060 R-deux de Cox & Snell =
0,205
R-deux de Nagelkerke =0,289
** et * : Significatif au seuil respectif de 0,05 et 0,1

Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées

Les résultats de l’estimation de ce modèle révèlent une valeur négative et significative


au seuil 0,05 pour la variable représentant les facteurs non spécifiés (Constante). Bien plus, la
statistique de Wald associée est significative au seuil de 0,05et le -2log de vraisemblance du
modèle significatif avec le R² de Cox & Snell = 0,205, le R² de Nagelkerke = 0,289 et on note
également deux variables significatives au seuil de 0,05et trois au seuil de 0,1. On en conclut
que la combinaison des caractéristiques de la structure de propriété explique à près de 29% la
qualité de l’audit lorsqu’elle est mesurée par l’appartenance de l’auditeur à un réseau
international.
A la lecture de ce tableau, on observe qu’il existe une relation positive et significative
au seuil de 0,05entre la concentration de propriété et la probabilité d’avoir un audit de qualité

70
lorsqu’elle est mesurée par l’appartenance de l’auditeur à un réseau international. Ce résultat
signifie que la probabilité d’avoir un audit de qualité est élevée lorsque l’actionnaire
majoritaire détient une part importante dans le capital de l’entreprise. Notre résultat confirme
notre première hypothèse et est cohérent avec celui de plusieurs études antérieures dont celles
de Fan et Wong (2002) en Asie de l’Est, Hay et al. (2008) en Nouvelle Zélande, lajmi et Gana
(2012) en belgique. Ce résultat suggère le fait que malgré le pouvoir de contrôle des
dirigeants dont disposent les actionnaires majoritaires, ces derniers font appel aux services
d’un auditeur de qualité sans doute pour se protéger contre les effets néfastes de
l’enracinement des dirigeants. En effet, les actionnaires majoritaires détiennent un portefeuille
non diversifié, ce qui les expose à des risques importants face à des pertes potentielles en cas
de départ des dirigeants. Par ailleurs, les blockholders demanderaient une meilleure qualité de
l’audit externe, afin de s’assurer de la pertinence des décisions internes auxquelles ils ne
participent pas nécessairement. Le recours à des auditeurs de qualité protège, par la même
occasion, les intérêts des actionnaires minoritaires.
Pour ce qui est de la propriété managériale, elle a une influence positive au seuil de 10% sur
la probabilité d’avoir un audit de qualité lorsqu’elle est mesurée par l’appartenance de
l’auditeur à un réseau international. Ce résultat signifie que la probabilité d’avoir un audit de
qualité est élevée lorsque les dirigeants et sa famille disposent d’une part dans le capital. Ce
résultat est contraire à celui trouvé par Lajmi et Gana (2011) qui ont trouvé que la propriété
managériale a une influence négative au seuil de 0,001 sur la qualité de l’audit.
Pour ce qui est de la propriété institutionnelle, elle n’a pas produit de lien significatif.
Nous allons à présent voir si ces mêmes variables de mesure de la structure expliquent la
qualité de l’audit lorsqu’elle est mesurée par les honoraires d’audit.
 Influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de
l’audit lorsqu’elle est mesurée par les honoraires d’audit
Le tableau numéro ci-dessous présente l’estimation des paramètres à travers la régression
multinomiale.

71
Tableau 15 : Estimation des paramètres par la régression logistique multinomiale
Evolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers
exercices
A la baisse Stable
B Wald Signif. B Wald Signif.
*** *
Constante -22,291 182,145 ,000 -2,479 3,673 ,055
Concentration de propriété
Moins de 50% 3,466 3,050* ,081 2,240 2,051 ,152
Entre 50 et 75% 2,264 2,245 ,134 1,055 ,702 ,402
Plus de 75% 0b . . 0b . .
Propriété managériale
Moins de 25% 22,048 201,621*** ,000 3,068 5,108** ,024
Entre 25 et 50% 19,856 . . -,282 ,047 ,829
Entre 50 et 75% 0b . . 0b . .
Propriété institutionnelle
Oui -,827 ,501 ,479 ,666 ,430 ,512
b b
Non 0 . . 0 . .
**
Valeur du khi-deux=36,332 p=0,040
Cox et Snell=0,411 Nagelkerke=0,467
McFadden=0,249
***; ** et*
: Significatif au seuil respectif de 0,001, 0,05 et 0,1La modalité de référence est : A la
hausse
Source : Adapté de l’auteur à partir des données collectées
A la lecture de ce tableau, on constate que le modèle révèle en ce qui concerne la
constante, une valeur négativeet significative au seuil de 1 et 10%. De même, la statistique de
Khi-deux attestant la spécification du modèle est globalement significative au seuil de 5%.
Au regard des différents R2 (Cox et Snell, Nagelkerke et McFadden), il ressort que les
caractéristiques de la structure de propriété expliquent à divers pourcentages la qualité de
l’audit lorsqu’elle est mesurée par les honoraires d’audit. Nous pouvons donc conclure à partir
du R2 de Nagelkerke que les variables recensées pour caractériser les caractéristiques de la
structure de propriété expliquent à 46,7% la qualité de l’audit lorsqu’elle est mesurée par
l’évolution des honoraires d’audit au cours des deux derniers exercices.
Les estimations des paramètres révèlent qu’il existe une relation positive et significative au
seuil de 10% entre la concentration de propriété et la qualité de l’audit lorsqu’elle est mesurée
par les honoraires d’audit. Ce résultat signifie que la probabilité d’avoir un audit de qualité est
élevé lorsque l’actionnaire détient moins de 50% dans le capital.
Il existe une relation positive et signification au seuil de 1 et 5% entre la propriété
managériale et la probabilité d’avoir un audit de qualité de qualité. Ce résultat signifie que
malgré le fait que le dirigeant et sa famille ont moins de 25% d’action dans le capital la
probabilité d’avoir un audit de qualité est élevée. Ce résultat est contraire à Wafa (2013) qui

72
n’a pas trouvé de lien significatif avec la propriété managériale et la qualité de l’audit. Ce
résultat est également contraire à ceux trouvé par Lajmi et Gana (2011) qui ont plutôt trouvé
un lien significatif et négatif entre la propriété managériale et l’indice qualité de l’audit.
Globalement, on note que la nature de l’actionnariat explique la qualité de l’audit à travers ces
deux dimensions. Ces résultats nous permettent de valider les hypothèses H1 et H2.
Hypothèse 1 : Il existe une relation significative entre la concentration de propriété et la
qualité de l’audit.
Hypothèse 2 : Il existe une relation significative entre la propriété managériale et la qualité de
l’audit.
La propriété institutionnelle n’a pas produit de lien significatif avec les deux mesures
retenues pour apprécier la qualité de l’audit dans cette étude. Ce résultat nous permet de
rejeter l’hypothèse 3: qui stipule qu’il existe une relation significative entre la propriété
institutionnelle et la qualité de l’audit.

Au terme de ce chapitre, ou il était question pour nous dans un premier temps de


présenter les résultats d’analyse descriptive et dans un second temps les résultats des
analyses bi variées et multi variées. A ce sujet, nous avons eu à présenter les caractéristiques
de l’échantillon, les caractéristiques de la structure de propriété et les caractéristiques de
l’audit externe dans la première section de ce chapitre. Dans la seconde section, nous avons
présenté le tableau croisé, le test de corrélation de Pearson entre les variables de l’étude et la
régression logistique binaire et multinomiale. Ce qui nous a permis de valider les hypothèses
de la recherche.

73
En définitive, cette partie mettait en relief l’analyse empirique de l’impact de la nature
de l’actionnariat au sein des entreprises camerounaises sur la qualité de l’audit externe. Partie
dans laquelle nous avons mis en évidence le cadre méthodologique de notre recherche, ce qui
nous a permis de dégager la validité ou non de nos hypothèses. Il s’agissait pour nous de voir
si dans le contexte du Cameroun, les caractéristiques de la structure de propriété
expliqueraient la qualité de l’audit externe. Cela a été fait à travers le chapitre 4 qui portait sur
l’analyse et discussion des résultats. Globalement, il ressort que la qualité de l’audit est
fortement associée par la concentration de propriété et la propriété managériale.

74
CONCLUSION GENERALE

Cette étude nous a permis de comprendre le comportement des sociétés


camerounaises notamment celles des villes de Douala et de Bafoussam, en ce qui a trait à leur
recours à des auditeurs externes de qualité.Nous nous sommes, pour cela, basées sur les
caractéristiques de la structure de propriété de ces entreprises.
Pour atteindre notre objectif, nous avons utilisé un indice composite de la
qualité de l’audit qui intègre les attributs cités dans la littérature comptable comme
pouvant traduire la qualité de l’audit. Il s’agit en l’occurrence de l’appartenance de
l’auditeur à un réseau international et les honoraires.
Les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus ont mis en évidence
l’effet significatif que joue la structure de propriété dans l’explication du comportement des
sociétés en matière de choix d’un auditeur de qualité. Tout d’abord, l’analyse descriptive a
confirmé le fait que les sociétés interrogées font appel à des auditeurs appartenant à un réseau
international, avec 69,4% (la majorité) qui affirment faire recours aux auditeurs appartenant à
un réseau international. Nous avons remarqué, toutefois, que, 77,8% de notre échantillon
avoue que leurs auditeurs leur offrent des services en dehors de la mission d’audit. Quant aux
honoraires, 44,4% des répondants disent que les honoraires de leur auditeur ont évolué vers la
hausse.
Les résultats issus de l’analyse explicative ont mis en évidence que
l’actionnariat des dirigeants semble particulièrement inciter les entreprises à présenter
des comptes certifiés par des auditeurs appartenant à un réseau international. La propriété
managériale permet, en effet, de diminuer l’intensité des conflits entre dirigeants et
actionnaires, ce qui influence la qualité requise de l’audit dans le même sens. Le problème
d’enracinement des dirigeants pouvant aboutir à de l’opportunisme managérial semble donc
pas se poser dans le contexte camerounais. Ce qui est contraire au contexte belge tel qu’il en
ressort dans des travaux de Lajmi et Gana (2011). Nous avons, également, constaté une
relation négative et significative entre la part du capital détenue par les investisseurs
institutionnels et l’indice de la qualité d’audit externe. Les institutionnels ne semblent
pas être présents dans l’actionnariat des entreprises interrogées, plus de la moitié des
répondants n’ont pas une propriété institutionnelle. Toutefois, malgré le pouvoir de contrôle
des dirigeants dont disposent les actionnaires majoritaires, ces derniers font appel aux

75
services d’un auditeur appartenant à un réseau international pour se protéger contre les
effets néfastes de l’enracinement des dirigeants.
Les variables de contrôle prises en compte ont amélioré le pouvoir explicatif du
modèle de régression. Ainsi, la concentration de propriété a une influence positive et
significative sur l’audit externe de qualité que l’auditeur appartient ou non à un réseau
international. Ces résultats montrent également une relation positive et significative entre la
propriété managériale et la qualité de l’audit lorsque celle-ci est mesurée par les honoraires
d’audit. La propriété institutionnelle n’a pas de relation significative avec la qualité de l’audit quel
que soit l’indicateur de mesure.
Notre étude participe donc au débat sur la demande d’un audit de qualité dans le
contexte camerounais et ses déterminants, en utilisant une mesure composite de l’indice de
qualité qui capte à la fois l’appartenance à un réseau international et les honoraires.
Les résultats de cette étude contribuent à l’amélioration de notre compréhension du
comportement des sociétés camerounaises lorsqu’elles choisissent leurs auditeurs. Nous
avons montré que tout changement dans la structure de propriété des entreprises
interrogées implique un changement dans la qualité d’audit qui sera exigée par la firme.
Il s’agit là d’un élément à ne pas perdre de vue lorsque les investisseurs se basent dans leur
choix d’investissement sur la qualité des états financiers divulgués.
En revanche, malgré la significativité de l’ensemble des relations testées, le pouvoir
explicatif du modèle demeure faible. L’intégration d’autres variables, recensées dans la
littérature comme pouvant expliquer la qualité d’audit au sein des firmes, pourrait
l’améliorer. Ainsi, d’autres caractéristiques de gouvernance pourraientfaire l’objet de futures
recherches avec la prise en compte de l’indépendance du comité d’audit et les
caractéristiques du conseil d’administration. Le mode de rémunération des administrateurs
pourraient également affecter leur relation avec l’auditeur. D’autres mesures de la qualité
d’audit pourraient, par ailleurs, être adoptées. Des questionnaires distribués aux
entreprises auditées et aux auditeurs permettraient d’apprécier convenablement la qualité
de l’audit perçue à travers ses deux dimensions que sont la compétence et l’indépendance.
Par ailleurs, il y’a lieu de prendre en compte des effets d’interaction. En effet, un auditeur,
même s’il appartient à un cabinet de type Big, n’offre pas nécessairement le même
service à toutes les firmes : cela peut dépendre de l’appartenance sectorielle, de la taille de
l’entreprise,…

76
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ARTICLES:
Agrawal A. et Mandelker. G. (1990), "Large Shareholders and the Monotoring of Managers,
the Case of Antitakeover Charter Amendments." Journal of Financial and Quantative
Analysis, Vol 25, n°2, pp. 143-167.
Agrawal A. et Knoeber Ch.R. (1996), "Firm Performance and Mechanisms to Control
Agency Problems between Managers and Shareholders." Journal of Financial and Quantative
Analysis, 31/3, pp. 382.
Akerlof, G. A. (1970). The Market for "Lemons": Quality Uncertainty and the Market
Mechanism. Quarterly Journal of Economics, 84(3), 488-500.
Al-Ajmi, J. (2008). “Audit and reporting delays: Evidence from an emerging market.
Advances in Accounting”, Incorporating Advances in International Accounting 24: 217-226.
Alchian A., et Demsetz, H., (1972), “Production, Information costs and economic
Organization”, American Economic Review, vol. 62, P. 777-795.
Alchian, A. A. (1984). “Specificity, specialization, and coalitions”. Journal of Institutional
and Theoretical Economics, 140(1), 34-49
Alexandre H. et Paquérot M. (2000) «Efficacité des structures et enracinement des
dirigeants», Finance Contrôle Stratégie, Vol.3, No.2, Juin, p.5-29.
Anderson, R. C. et D. M. Reeb (2003). "Founding family ownership, corporate
diversification and f1rm leverage." Journal of Law and Economies 46(2): 653-684.
Antle, R., E. Gordon, G. Narayanamoorthy, and L. Zhou.(2006). “The joint determination
of audit fees, non-audit fees, and abnormal accruals”Review of Quantitative Finance and
Accounting 27 (3): 235–266.
Azizkhani, M., G. S. Monroe, and G. Shailer. 2013. Audit partner tenure and cost of
equitycapital. Auditing: A Journal of Practice & Theory 32 (1): 183–202.
Baldauf, J., and R. Steckel. 2012. Joint audit and accuracy of the auditor’s report an
empirical study. International Journal of Economic Sciences & Applied Research 5 (2): 7–42.
Barth M. E, (2003), «Discussion of compensation policy and discretionary disclosure”,
journal of Accounting and Economics, 34, p. 311-318
Beasley, M. S. (1996). An empirical analysis of the relation between the board
of director composition and financial statement fraud. The Accounting

77
Review, 71, 443–465.
Beasley, M., Petroni, K. (2001). Board independence and audit firm type. Auditing: A
Journal of Practice and Theory: 97-114.
Becker, C., M. DeFond, J. Jiambalvo et K. Subramanyam (1998). “The effect of audit
quality on earnings management”, Contemporary Accounting Research,15:1-24.
Bédard, J., N. Gonthier-Besacier, and C. Richard.2001. Quelques voies de recherche
françaises en audit. In Faire de la recherche en comptabilité financière (Eds, Teller, R.,
Dumontier, P.) Paris : FNEGE-Vuibert, 55–83.
Bennecib, J., 2002, «Proposition d’un modèle de l’efficacité du Co-commissariat aux
comptes dans les sociétés anonymes cotées françaises», 23ème congrès de l’Association
Francophone de Comptabilité, Toulouse.
Birt J.L, Bilson C.M., Smith T. et Whaley R.E. (2006) «Ownership, Competition and
Financial Disclosure», Australian Journal Of Management, Vol 31, No2, pp 235-264
Boubaker S. & Labégorre F. (2006), « L’environnement informationnel et la structure de
propriété et de contrôle des sociétés cotées françaises », Finance Contrôle Stratégie – Volume
9, n° 3, p. 5 – 38.
Bushee B., Noe C. (2000), « Corporate disclosure practices, institutional investors, and stock
return volatility », Journal of Accounting Research, 38, supplement, p171-202
Chau G.K., Gray S.J., (2002), « Ownership structure and corporate voluntary disclosure in
Hong Kong and Singapore », The International Journal of Accounting, 37, 2, pp. 247-
265
Chen C.J.P. et Jaggi B. (2000) « Association Between Independent Non-executive Directors,
Family Control And Financial Disclosure in Hong Kong », Journal of Accounting and Public
Policy.19, pp.285-310
Chen, H., J. Z. Chen, G. J. Lobo, and Y. Wang. 2011. Effects of audit quality on earnings
management and cost of equity capital: Evidence from China. Contemporary Accounting
Research 28 (3): 892–925.
Ciaessens, S, S. Djankov, et al. (2002). "Disenlallglillg the Illcelllivc and entrenchment
effects of large shareholdings." The Joulï1al of Finance 57(6): 2741.
Coase, R. H. (1960). The Problem of Social Cost. Journal of Law and Economics, 3, 1-44.
Coase, R. H. (1937). The Nature of the Firm. Economica, 4(16), 386-405.
Coriat, B., & Weinstein, O. (1995). Les nouvelles théories de l'entreprise. Paris:
Librairiegénérale française.

78
De Angelo, L.E. (1981). Auditor size and audit quality. Journal of Accounting and
Economics, 3 (3): 183-199.
DeFond, M. L. (1992). The association between changes in client firm agency costs and
auditor switching. Auditing: A Journal of Practice and Theory 11: 16-31.
Deng, M., T. Lu, D. A. Simunic, and M. Ye. 2014. Do joint audits improve or impair audit
quality? Journal of Accounting Research 52 (5): 1029–1060.
Deis D., Giroux,G (1992) “Determinants of audit quality in the public sector”, The
Accounting Review, July 1992, p. 462-479
Demsetz H., Lehn K., (1985), « The structure of corporate ownership: Causes and
consequences», Journal of Political Economy, 93, 6, pp. 1155-1177
Dopuch, N., R. R. King, and R. Schwartz. 2003. Independence in appearance and in fact:
An experimental investigation. Contemporary Accounting Research 20 (1): 79–114.
Donnelly, R., Mulcahy, M. (2008). Board Structure, Ownership, and Voluntary Disclosure in
Ireland.
El-Gazzar, S.M. (1998). Predisclosure information and institutional ownership: A cross-
sectional examination of market revaluations during earnings announcement periods. The
Accounting Review :119-129.
Fama, E. (1980). "Agency problell1s and the theory of the finn." Journal of Polilical
Economy: 288-307.
Fama E., Jensen M. (1983), « Separation of Ownership and Control », The Journal of Law
And Economics, 26, June, p. 301
Fan, J. P. H., Wong, T. J., 2002, “Corporate ownership structure and the informativeness of
accounting earnings in East Asia”, Journal of Ac-counting and Economics, vol.33, pp.401-
425. Corporate Governance: An International Review 16 (5): 416-429.
Francis, J. R. 1984. The effect of audit firm size on audit prices: A study of the Australian
Market. Journal of Accounting and Economics 6 (2): 133–151.
Feudjo J. R., (2006), « Gouvernance et performances des entreprises camerounaises : un
univers de paradoxes », Cahiers électroniques du CRECCI (Centre de recherche en contrôle
et comptabilité internationale), Université Montesquieu-Bordeaux IV, 30p.
Francis, J.R., Maydew, E.L., Sparks, H.C. (1999). The Role of Big 6 Auditors in the
Credible Reporting of Accruals. Auditing: A Journal of Practice & Theory 18 (2): 17-34.
Francis, J. R., C. Richard, and A. Vanstraelen.(2009). “Assessing france’s joint audit
requirement: are two heads better than one? Auditing” A Journal of Practice & Theory 28 (2):
35–63.

79
Frankel, R., Johnson, M., Nelson, K.(2002). “The relation between auditors’ fees for non-
audit services and earnings management.” The Accounting Review, 77: 71–105.
Fuerman R.D. (2004), “Audit quality examined one large CPA firm at a time: MID-1990’s
empirical evidence ofa precursor of Arthur Anderson’s collapse”, Corporate Ownership and
Control, vol. 2, n° 1, pp. 137-148.
Gelb, D.S. (2000). “Managerial Ownership and Accounting Disclosures: An Empirical
Study”. Review of Quantitative Finance and Accounting 15: 169-185.
Gomez, P.Y., (1996), Le gouvernement de l’entreprise, modèles économiques de
l’entreprise et pratiques de gestion, Inter Editions
Gul, F. A., Hutchinson, M. R., & Bliss, M. A.(2004). “Board characteristics, growth
opportunities and audit risks: some evidence from Australian audit pricing”. The University of
NSW School of Accounting, 1–41.
Grzybkowski M. et Wojcik D. (2006) « Internet and Corporate Governance », Working
paper, July, www.ssrn.com.
Hay, D., Knechel, W. R., Ling, H. (2008). Evidence on the impact of internal control and
corporate governance on audit fees. International Journal of Auditing 12: 9-24.
Healy P., Hutton A. et Palepu K. (1999) « Stock Performance And Intermediation Changes
Surrounding Increases In Disclosure », Contemporary Accounting Research, 16, p.485-520.
Higgs, J.L., Skantz, T.R. (2006). Audit and nonau-dit fees and the market’s reaction to
earnings announcements. Auditing 25 (1): 1-26.
Hines, C. S., A. Masli, E. G. Mauldin, and G. F. Peters. 2015. Board risk committees and
audit pricing. Auditing: A Journal of Practice & Theory 34 (4): 59–84.
Ho, S. S. M., Wong, K. S., (2001), « A study of the relationship between Corporate
Governance structures and the extent of voluntary disclosure », Journal of
International Accounting, Auditing and Taxation, 10, pp.139-15
Jayaraman, S., and T. Milbourn. 2015. CEO equity incentives and financial misreporting:
the role of auditor expertise. The Accounting Review 90 (1): 321–350.
Jensen, M. C., Meckling, W. H. (1976). Theory of the firm: managerial behavior, agency
costs and ownership structure. Journal of Financial Economics 3: 305-360.
Kane, G. D., & Velury, U. (2004). The role of institutional ownership in the market for
auditing services: an empirical investigation. Journal of Business Research, 57, 976–983.
Karjalainen, J. 2011. Audit quality and cost of debt capital for private firms: Evidence from
Finland. International Journal of Auditing 15 (1): 88–108.
Kervin, J. B. (1992). Methods for business research. New York: Harpet Collins.

80
Kwak M. (2003), “The Advantage of Family Ownership”, MIT Sloan Management Review
(Winter), 12
Labelle R. et Schatt A. (2005) «Structure de propriété et communication financière des
entreprises françaises », Finance Contrôle Stratégie, Vol. 8, No.3, Septembre
Lajmi, A., Gana, M.,(2011), «Structure de Propriété et Qualité de l’Audit Externe : Cas des
Entreprises Belges Cotées », Journal of Modern Accounting and Auditing, vol.7, n°7.
Lakhal F. (2005) «Voluntary Earnings Disclosures And Corporate Governance: Evidence
From France», The Review of Accounting and Finance, 4, n°3, p. 64-85
Lapointe P., (2000), «Structure de propriété, investisseurs institutionnels et performance de
L’entreprise: le point sur la connaissance», Revue Internationale de Gestion, Vol. 25, n° 3,
11p.
Lawrence, A., M. Minutti-Meza, and P. Zhang. (2011). “Can Big 4 versus Non-Big 4
differences in audit-quality proxies be attributed to client characteristics?”The Accounting
Review 86 (1): 259–286.
Lin, J. W., and M. I. Hwang.(2010à. “Audit quality, corporate governance, and
earningsmanagement: A meta-analysis”. International Journal of Auditing 14 (1): 57–77.
Marmousez, S.(2009). The choice of joint-auditors and earnings quality: Evidence from
French listed companies. In CAAA Annual Conference.
Marmousez, S.(2012). Étude d’une exception française : Les déterminants du choix de la
composition du collège de commissaires aux comptes. Comptabilité-Contrôle-Audit 18 (1) :
121–151.
Marston C.et Polei A. (2004) «Corporate Reporting On The Internet by German
Companies», International Journal of Accounting Information Systems, vol.5, p.285-311
Mitra, S., Deis, D.R., Hossain, M. (2007). “The empirical relationship between ownership
characteristics and audit fees”. Review of Quantitative Finance and Accounting 28 (3): 257-
285.
Morck, R., D. Strangeland, et al.(2000). "Inherited Wealth, Corporate Conlrol, and
Economic Growth:The Canadian Disease? Concentrated Corporate Ownership". R.
Morck. Chicago, University of Chicago Press.
Nagar V., Nanda D., Wysocki P. (2003), “Discretionary Disclosure and stock-based
incentives”, Journal of Accounting and Economics, 34, p. 283-309
Niemi, L., 2005, «Audit effort and fees under concentrated client ownership: Evidence from
four international audit frms», The International Journal of Accounting, vol.40, pp.303-323.
O’Sullivan, N, 2000, «The impact of board composition and ownership on audit quality:

81
evidence from large UK companies», British Accounting Review, vol.32, pp.397-414.
Palmrose, Z. (1988). “Analysis of auditor litigation and audit service quality”. Accounting
Review 63 (1): 55-73.
PaqueroT M. et Mtanios R. (1999), "Structure de propriété et sous-performance des firmes:
une étude empiriquesur le marché au comptant, le règlement mensuel et le second marché."
Finance Contrôle Stratégie, Vol 2, n°4,décembre, pp. 157-159.
Pervan I. (2006) «Voluntary Financial Reporting On The Internet –Analysis Of The Practice
Of Croatian and Slovene Listed Joint Stock Companies», Financial theory and practice, Vol
30, p 1-27.
Pigé, B. 2000. « Qualité de l’audit et gouvernement d’entreprise : le rôle et les limites de la
concurrence sur le marché de l’audit ». Comptabilité - Contrôle - Audit Tome 6 (2) : 133–151.
Piot, C. (2003). Coûts d’agence et changements de commissaire aux comptes : Une approche
empirique. Comptabilité Contrôle Audit 9 (2) : 5-30.
Prat Dit Hauret, C. (2003). « L’indépendance perçue de l’auditeur ». Revue Française de
Gestion, 29 (147) : 105-117.
Richard C. (2003), « L’indépendance de l’auditeur pairs et manques », Revue
Française de Gestion 20, n°147, p 119-131 ;
Shleifer, A., Vishny R.W. (1986), « Large share holders and corporate control », Journal of
Political Economy, 95, p. 461-488
Shleifer A. Vishny R. (1997), « A Survey of Corporate Governance », Journal of Finance,
vol. 52, n° 2, p. 737-783.
Velury, U., Reisch, J.T., O’reilly, D.M. (2003). “Institutional ownership and the selection of
industry specialist auditors”. Review of Quantitative Finance and Accounting 21 (1): 35-48.
Watts, R., and J. Zimmerman. 1979. “The Markets for independence and independent
audito” Working Paper Serie No GPB 80-10. New York, NY: Graduate School of Manageme
The University of Rochester.
Watts, R., Zimmerman, J., 1983, «Agency problems, auditing, and the theory of the frm,
some evidence», Journal of Law and Economics, vol. 26, pp.613-633.
Watts, R. L., and L. Zuo. 2016. “Understanding practice and institutions: A historical
perspective”. Accounting Horizons 30 (3): 409–423.
Williamson O. E. (1975), Markets and Hierarchies, New York, The Free Press.
Williamson O. E. (1985), The economic institutions of capitalism, New York, The Free
Press.

82
Zaman, M., M. Hudaib, and R. Haniffa. 2011. “Corporate governance quality, audit fees
and non-audit services fees”. Journal of Business Finance & Accounting 38 (1–2): 165–197.
OUVRAGES:
Berle, A. A., Means, G.C., (1932), The modern corporation and private property,
MacMillian: New York.
Charreaux G. (1997), Le gouvernement des entreprises : Corporate Governance, Théories et
Faits. Paris, Economica, ouvrage collectif,
Simon, H. A. (1957). Administrative Behavior (2nd éd.). New York: MacMillan.
Thietart R. A., (2007), « Méthodes de recherche en management », 3eédition, Dunod, Paris.
Grawitz M., (2001), «Méthodes des sciences sociales », Dalloz, Paris, 11e édition.
Wacheux F., (1996), «Méthodes qualitatives et recherche en gestion, Economica », Paris.

RAPPORTS, CAHIERS DE RECHERCHE ET COMMUNICATION


Arnett, H. E., and P. Danos.1979. Cpa firm viability: A study of major environmental
factors affecting firms of various sizes and characteristics. Division of Research, Graduate
School of Business Administration, University of Michigan.
Burns, N., Kedia, S., Lipson, M. (2006). “The Effects of Institutional ownership on
Financial Reporting Practices”. Document de travail, SSRN.
Godard, L (2001), "La taille du conseil d’administration: déterminants et impact sur la
performance", Cahier du FARGO n° 1010702
Lajmi, A., Finet, A. (2008). « Qualité d’audit et gouvernance d’entreprise : essai d’analyse
sur le marché Belge. » Document d’économie et de gestion, Warocqué, Université Mons
Hainaut.
Mautz, R. K., and H. A. Sharaf.1961. The philosophy of auditing. American Accounting
Association.
OHADA, (2014), Actes Uniformes relatif au Droit des Sociétés Commerciales et du
Groupement d’Intérêt Economique, Journal officiel.

THESES :
Alassane Ouattara., (2016). « Contributionàl'étudedelaqualitédel'audit ». Thèse de doctorat
en Gestion etmanagement, Universitéde Paris-Est.
Odette Ckouekam., (2015). « Géographie du capital et contrôle des entreprises au Cameroun
: impact du contexte socio-politique et culturel ». Thèse de doctorat en Sciences de gestion,
Université de Yaoundé II et de Bordeaux.

83
ANNEXES :

ANNEXE 1 : Régression logistiques avec l’appartenance de l’auditeur à un réseau


international

ANNEXE 2 : Régression logistique avec les honoraires

ANNEXE 3 : Questionnaire

84
TABLE DES MATIERES

DEDICACES .............................................................................................................................. i
SOMMAIRE .............................................................................................................................. ii
REMERCIEMENTS ................................................................................................................. iii
RESUME ................................................................................................................................... iv
ABSTRACT ............................................................................................................................... v
LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................... vi
LISTE DES ACRONYMES .................................................................................................... vii
INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................ 1
I- CONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE DE L’ÉTUDE ............................................... 1
II- OBJECTIFS DE L’ETUDE ........................................................................................... 4
III- ELABORATION DES HYPOTHESES DE RECHERCHE........................................ 4
IV- INTERET DE LA RECHERCHE ................................................................................ 6
V – METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE ................................................................ 6
VI- STRUCTURATION DE L’ETUDE............................................................................. 7
PREMIERE PARTIE : STRUCTURE DE PROPRIETE ET QUALITE DE L’AUDIT .......... 8
CHAPITRE 1 : FONDEMENTS THEORIQUES ET CONCEPTUELSSUR LA
STRUCTURE DE PROPRIETE ET LA QUALITE DE L’AUDIT .......................................... 9
SECTION I : NOTION DE STRUCTURE DE PROPRIETE ............................................... 9
I.1- Définition de la structure de propriété .......................................................................... 9
I.2- Les différentes formes de la structure de propriété .................................................... 10
I.2.1- La propriété managériale ..................................................................................... 10
I.2.2- La concentration de la propriété ........................................................................ 11
I.2.3- La propriété institutionnelle................................................................................ 13
I-2-4- La propriété familiale ......................................................................................... 14
I.3- Dispositions OHADA en matière de structure de propriété ....................................... 14
I.3.1- La société anonyme avec conseil d’administration ............................................. 15
I.3.2- La SA avec administrateur général ...................................................................... 16
SECTION II : ANALYSE DU CONCEPT : QUALITE D’AUDIT .................................... 17
II.1- Bref historique de l’audit .......................................................................................... 18
II.2- Définition de la qualité de l’audit et examen de ses incidences économiques ......... 19

91
II.2.1- Définition de la qualité de l’audit ....................................................................... 19
II.2.2- Appréciation de la qualité de l’audit .................................................................. 20
II.2.3- Etudes empiriques sur les déterminants de la qualité de l’audit......................... 21
II.2.4- Les conséquences économiques et sociales de la qualité de l’audit ................... 23
II.2.4.1- Les conséquences économiques de la qualité de l’audit ................................. 23
II.2.4.2- Les conséquences sociales de la qualité de l’audit .......................................... 25
CHAPITRE 2 : IMPACT DE LA LA STRUCTURE DE PROPRIETE ET LA QUALITE DE
L’AUDIT .................................................................................................................................. 27
SECTION I : THEORIES MOBILISEES POUR L’ETUDE .............................................. 27
I.1- La théorie de l’agence ................................................................................................ 27
I.1.1- Divergence d’intérêt ............................................................................................ 28
I.1.2- Asymétrie dans la distribution de l’information : Problème de l’opportunisme . 29
I.1.3- Les coûts de l’agence ........................................................................................... 30
I.2- La théorie des coûts de transactions ........................................................................... 31
I.2.1- Les facteurs associés au comportement humain .................................................. 31
I.2.1.1- Le concept de rationalité limitée de Simon (1957) ........................................... 31
I.2.1.2- La notion d’opportunisme .............................................................................. 32
I.2.2- Les facteurs associés directement à la transaction ............................................... 32
I.2.3- Les facteurs associés au contexte de la transaction ............................................. 33
I.3- La théorie des droits de propriété ............................................................................... 33
I.4- La théorie de l’asymétrie de l’information ................................................................. 35
I.4.1- L’antisélection ou sélection adverse .................................................................... 36
I.4.2- L’aléa moral ......................................................................................................... 37
SECTION II : SYNTHESE DE LA LITTERATURE ET DEDUCTION DES
HYPOTHESES ..................................................................................................................... 39
II.1- Déterminants théoriques de la qualité de l’audit ....................................................... 39
II.2- Déduction des hypothèses ......................................................................................... 40
II.2.1- Concentration de la propriété et qualité de l’audit ............................................. 41
II.2.2- Propriété managériale et qualité de l’audit ......................................................... 42
II.2.3- Propriété institutionnelle et qualité de l’audit .................................................... 43
DEUXIEME PARTIE : ANALYSE EMPIRIQUE DE L’IMPACT DE LA NATURE DE
L’ACTIONNARIAT AU SEIN DES ENTREPRISES CAMEROUNAISES SUR LA
QUALITE DE L’AUDIT EXTERNE. ..................................................................................... 46
CHAPITRE 3 : DEMARCHE METHODOLOGIQUE DE L’ETUDE ................................... 47
SECTION I : CHOIX DE L’ECHANTILLON ET METHODE DE COLLECTE DES
DONNEES............................................................................................................................ 47

92
I.1- Choix de l’échantillon et population de l’étude ......................................................... 47
I.2- La collecte des données .............................................................................................. 48
I.2.1- Méthode de collecte de données .......................................................................... 48
I.2.1.1- L’observation .................................................................................................... 48
I.2.1.2- L’entretien ........................................................................................................ 49
I.2.2- Source de collecte des données ........................................................................... 49
I.2.3- Instrument de collecte des données : le questionnaire ......................................... 49
I.2.3.1- Nature des questions de l’étude ........................................................................ 50
I.2.3.2- Composition du questionnaire .......................................................................... 50
I.2.3.3-Administration du questionnaire ....................................................................... 50
I.2.3.4-Les difficultés rencontrées sur le terrain ............................................................ 51
SECTION II : MODELE, OPERATIONNALISATION DES VARIABLES ET
METHODE DE TRAITEMENT .......................................................................................... 52
II.1- Construction du modèle testable et opérationnalisation des variables ...................... 52
II.1.1- Présentation du modèle économétrique .............................................................. 52
II.1.2- Opérationnalisation des variables ....................................................................... 52
II.1.2.1- La variable à expliquer : La qualité de l’audit ................................................ 53
II.1.2.2- Les variables indépendantes : la nature de l’actionnariat ................................ 53
II.2- Les outils statistiques d’analyses de données .......................................................... 54
II.2.1- Analyse descriptive : Le tri-à plat ...................................................................... 55
II.2.2-Le tri-croisé (l’analyse bi variée) ........................................................................ 55
II.2.3-Analyses explicatives : Test de corrélation et régression logistique ................... 55
II.2.3.1-Test de corrélation ............................................................................................ 55
II.2.3.2-La régression logistique ................................................................................... 56
CHAPITRE 4 : NATURE DE L’ACTIONNARIAT DANS LES ENTREPRISES AU
CAMEROUN ET QUALITE DE L’AUDIT ........................................................................... 57
SECTION I : RESULTAT DES ANALYSES DESCRIPTIVES ........................................ 57
I.1- Caractéristiques de l’échantillon ................................................................................ 57
I.1.1- Le profil des répondants ...................................................................................... 57
I.1.2- Le profil des entreprises de l’échantillon............................................................. 59
I.2- Caractéristiques de la structure de propriété .............................................................. 60
I.3- Caractéristiques de l’audit externe ............................................................................. 61
SECTION II : RESULTAT DES ANALYSES EXPLICATIVES ...................................... 62
II.1- Influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de l’audit :
tableau croisé et test de corrélation de Pearson................................................................. 62

93
II.1.1- Caractéristiques de la structure de propriété et qualité de l’audit : Tableau croisé
....................................................................................................................................... 62
II.1.1.1- Influence de la nature d’actionnariat sur l’appartenance ou non de l’auditeur à
un réseau international .................................................................................................. 62
II.1.1.1.1-Concentration de propriété et appartenance de l’auditeur à un réseau
international ................................................................................................................... 62
II.1.1.1.2-Propriété managériale et appartenance ou non de l’auditeur à un réseau
international ................................................................................................................... 64
II.1.1.1.3-Présence ou non des investisseurs institutionnels et appartenance de
l’auditeur à un réseau international ............................................................................... 65
II.1.1.2-Influence de la nature d’actionnariat sur les honoraires d’audit ...................... 65
II.1.1.2.1-Part du capital détenue par l’actionnaire majoritaire et l’évolution des
honoraires d’audit au cours des deux derniers exercices .............................................. 66
II.1.1.2.2-Propriété managériale et évolution des honoraires au cours des deux derniers
exercices ........................................................................................................................ 67
II.1.1.2.3- Propriété institutionnelle et évolution des honoraires d’audit au cours des
deux derniers exercices ................................................................................................. 68
II.1.2- Caractéristiques de la structure de propriété et qualité de l’audit : Test de
corrélation de Pearson ................................................................................................... 69
II.2- Influence des caractéristiques de la structure de propriété sur la qualité de l’audit
externe : une analyse multivariée ...................................................................................... 69
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................. 75
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................. 77
ANNEXES : ............................................................................................................................. 84
TABLE DES MATIERES ....................................................................................................... 91

94