Vous êtes sur la page 1sur 5

La société arabe connotée dans

l’œuvre de Tahar Ben Jelloun

Dans le livre « l'enfant du sable » Tahar Ben Jelloun, d'origine marocain,


essaye de nous montrer comment est vraiment la société arabe à
travers son œuvre. Malgré sa langue maternelle (l'arabe), il écrit ses
romans en français afin de toucher le plus de personnes possibles et
donc que ses livres aient plus de reconnaissance mondiale.

Les thèmes les plus importants présentes sont:la société traditionnelle,


superstitieuse, violente et phallocrate et la double culture.

-La société arabe est extrêmement traditionelle, et cette tradition est liée
à leur religion, l’Islam. Par exemple les noms des enfants sont souvents
ceux qui apparaissent au Coran, comme Mohammed.
Ils ont aussi des rituels à la naissance d’un nouveau fils où ils tuent un
boeuf et ils distribuent de la nourriture aux pauvres puis ils maquille
l’enfant et l’habillent avec une longue robe et ils le circoncise devant les
invités. Un exemple de tradition qu’on peut facilement voir dans le livre
est l’habitude de dire le nom de Dieu devant les phrases, p27, quand il
publie une photo dans le grand-journal, il écrit dessous un texte qui
commence par “Dieu est clément” ou à la page 34 “Si Dieu vous donne
la victoire personne ne peut vous vaincre”

-Dans l'histoire, la plupart des personnages sont très conservatives et


respectent les traditions musulmanes régies par l'Islam. Une des
traditions est de citer le nom de Dieu au début et à la fin des phrases.
On peut trouver ces phrases dans plusieurs moments du livre, comme
par exemple dans la page 27 où il dit « Dieu est clément... ». Un autre
exemple de tradition est celui dans lequel les hommes sont les seuls à
pouvoir hériter la fortune de la famille.En d'autres termes, le père
d'Ahmed doit avoir un fils mâle pour que son héritage ne soit pas destiné
à ses autres membres de la famille et donc il doit prétendre que sa
dernière fille soit un garçon. Cela se reflète dans le monde arabe, et
pourtant cette loi n'est pas acceptée par tous les citoyens. On peut
comme ça introduire le thème suivant, la phallocratie.

-Les femmes dans la société musulmane sont très inférieures aux


hommes. Elles ont moins de droits, de libertés et elles sont obligées
toutes leurs vies à obéir leurs maris. C'est pour ça qu’ Ahmed parle
toujours de ses sœurs comme des êtres inférieurs et même de sa mère,
et non pas seulement lui mais aussi son père, il représente ses filles
comme une malédiction et une honte pour la famille. Le machisme et tel
que même Ahmed reconnaît qu'il est né inférieur mais grâce à son père
il est maintenant plus puissant, faisant référence à son changement de
sèxe. Seul un tiers de l’héritage est destiné aux femmes et en plus les
mots associés aux femmes sont de soumission (obéir, accepter, se
taire…) et ceux associés aux hommes représentent leur rôle imposant
sur les femmes (gouverner, ordonner, commander…).
En résumé:
L'homme : a un pouvoir illimité sur les femmes et les enfants et peut
épouser plusieurs femmes (polygamie) étant leur obligation d'assurer le
bien-être matériel et religieux de sa famille.
La femme: prend soin de la maison et des enfants et elle doit lui rendre
une totale obéissance à son mari.
Les enfants : leur premier droit est qu'avant de naître, un bon père ou
une bonne mère a été choisi pour lui, d'avoir bonne réputation, si elle est
une fille; ne pas préférer l'homme à elle par le père, avoir pitié d'eux.

-La société arabe est également très superstitieuse, l’auteur du livre de


« l'enfant du sable » ​met évidence plusieurs exemples des superstitions
comme par exemples le fait de boire de l’urine de chamelle ou manger
avec la main d’un mort, avec la finalité d’avoir plus de chance pour
donner naissance à un mâle.

-Dans la société arabe, la violence à l'égard des femmes est très bien
perçue, à tel point que depuis leur naissance, elles sont maltraitée.
-L’auteur est arabe et parle en français, selon lui, il aime écrire en
français car ce même mélange de cultures est aussi représenté dans les
histoires qu’il écrit, par exemple, l’Enfant de sable est à la fois garçons et
fille mais elle fait penser aux autres qu’elle est un garçon.