Vous êtes sur la page 1sur 27

AUTORITÉ DE RÉGULATION

DES MARCHÉS PUBLICS

MANUEL D’ACCOMPAGNEMENT ET D’ENCADREMENT


DU SECTEUR PRIVE

COMITE DE REGLEMENTATION ET DE RECOURS FEVRIER 2018


INTRODUCTION

Le présent manuel a été conçu par l’équipe du Comité de Réglementation et de Recours de


l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) dans le cadre de la mission
d’accompagnement et d’encadrement de proximité du Secteur privé et notamment des PME-
PMI pour leur participation active, effective et qualitative à toutes opportunités de la
commande publique.

Le manuel est établi afin d’offrir des services spécialisés de sensibilisation, d’information,
d’encadrement juridique et de clinique de proximité mais aussi dans le but de développer la
confiance et l'efficacité dans la relation Administration publique Secteur privé.

L’objectif global de l’intervention est d’inciter et de susciter l’enthousiasme du Secteur privé


notamment les PME-PMI à se professionnaliser d’une manière effective face à toutes
opportunités offertes par la commande publique.

Les objectifs spécifiques de cette mission sont de :


- favoriser et accroître la participation du secteur privé notamment des PME-PMI locales dans le
processus de la commande publique,
- faire connaître à l’endroit du Secteur privé leurs droits et obligations en termes de
participation à la commande publique,
- organiser une session de clinique de proximité à l’endroit de partenaires de l’administration
en matière des marchés publics.

De manière générale, le manuel parle des principes généraux régissant les marchés publics, des
mauvaises pratiques des Personnes Responsables des Marchés Publics, des possibilités de
doléances auprès de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics, du mode opératoire du
mécanisme indépendant de règlement des litiges, des données sur les recours traités à ce jour
ainsi que des droits et obligations des opérateurs économiques.

2
I. LES PRINCIPES GENERAUX RÉGISSANT LES MARCHÉS PUBLICS

Quel que soit leur montant, les marchés publics respectent les principes de liberté d'accès à la
commande publique, d'égalité de traitement des candidats et de transparence des
procédures. Ces impératifs sont mis en œuvre conformément aux règles fixées par le code des
marchés publics.

Applicables dès le premier Ariary lorsqu’une personne publique décide d’acquérir des
fournitures ou des services, des prestations intellectuelles ou d’effectuer des travaux, ces
principes ont pour objectif de garantir la bonne gestion des deniers publics et d’assurer une
concurrence effective entre les candidats.

Afin de bien saisir ces principes, laissons-nous guider par les questions suivantes :

 Qui peut accéder aux marchés publics ? Qui ne le peut pas ?


 Comment sont traités les candidats aux marchés publics ?
 Comment sont les procédures ?

A. Qui peut accéder aux marchés publics ?

En vertu du principe de liberté d’accès à la commande publique :

- Toute personne physique ou morale doit pouvoir se porter candidate à l’attribution du


marché pour susciter une mise en concurrence effective ;
- Tout candidat, national ou étranger, résident ou non résident, peut participer aux appels
d’offres nationaux et internationaux.

Comment est-il mis en œuvre ?

C’est par la publicité que ce principe est mis en œuvre : cette publicité permet le libre accès à la
commande publique de l’ensemble des prestataires intéressés et constitue la garantie d’une
véritable mise en concurrence.

Néanmoins, tout candidat à un marché public doit démontrer qu’il a la capacité juridique,
technique et financière, et l’expérience nécessaire pour exécuter les prestations, objet du
marché. La liste des renseignements et documents exigés et les critères de qualification sont
précisés dans le Dossier d’Appel d’Offres.

Pour être titulaire du marché, l’attributaire doit présenter une situation fiscale régulière à la
date de notification de l’attribution ne datant pas de plus de six mois et une situation sociale
cotisante régulière ne datant pas de plus de trois mois.

Sont ainsi prohibées les pratiques visant à introduire des barrières à l'entrée à la commande
publique, telles que :
- Commander systématiquement chez un fournisseur historique ;
- Limiter les consultations aux fournisseurs locaux alors que l’objet du marché ne l’impose pas ;
- Choisir des critères discriminatoires de sélection des offres ;
- Rédiger les termes du marché avec subjectivité afin de privilégier certains candidats ;
- Exclure un candidat répondant aux conditions requises par l’acheteur public…

3
Qui ne peut pas accéder aux marchés publics ?

Dans l’objectif d’éviter ou d’écarter les candidats non crédibles dont l’acceptation de la
candidature risque de fausser le jeu normal de la concurrence, les candidats ci-après ne sont
pas admis à concourir aux marchés publics :

- Les personnes physiques ou morales en état de liquidation judiciaire et les personnes


physiques dont la faillite personnelle a été prononcée ;
- Les personnes physiques ou morales admises en règlement judiciaire qui ne peuvent
justifier qu'elles ont été habilitées à poursuivre leur activité ;
- Les personnes physiques ou morales qui n’ont pas souscrit à leurs obligations fiscales ou
para fiscales à la date limite fixée pour le dépôt des offres ;
- Les entreprises dans lesquelles la Personne Responsable des Marchés Publics ou les
membres de la Commission d’Appel Offres possèdent des intérêts financiers ou personnels
directs de quelque nature que ce soit ;
- Les entreprises affiliées aux prestataires de service ayant contribué à préparer tout ou
partie des Dossiers d’Appel d’Offres ou de consultation ;
- Les personnes ayant fait l’objet de condamnation pénale définitive pour crimes ou délits ;
- Dans le cadre de marchés financés sur des fonds d’un ou plusieurs partenaires financiers, les
candidats ayant fait l’objet de sanctions par lesdits bailleurs de fonds ;
- les personnes physiques ou morales provenant des autres pays frappés de l’interdiction de
relations commerciales avec le pays de l’Emprunteur, et/ou en application d’une décision
prise par le Conseil de sécurité des Nations Unies au titre du Chapitre VII de la Charte des
Nations Unies, en ce qui concerne toutes transactions commerciales ;
- les personnes physiques ou morales qui ont fait l’objet d’exclusion temporaire ou définitive
prononcée par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics.

B. Comment sont traités les candidats aux marchés publics  ?

Tous les candidats sont traités sur un pied d’égalité. L’égalité de traitement des candidats
implique que tous les candidats à un marché public doivent :

- bénéficier d’un même traitement,


- recevoir les mêmes informations,
- concourir selon les mêmes règles de compétition.

Le respect de ce principe interdit notamment toute discrimination et ce, à tous les stades de
la procédure :
 la rédaction du cahier des charges doit être objective et ne pas orienter le choix,
 toutes les offres arrivées dans le délai demandé doivent être examinée, quel que soit
la nationalité ou l'implantation du candidat,
 tous les candidats doivent disposer d'une information équivalente et, si l'un d'entre
eux demande des renseignements complémentaires ou des éclaircissements, l'acheteur
public doit répondre à tous les candidats,
 l’analyse des offres est effectuée à partir des critères préalablement définis et
énoncés dans les documents de la consultation. Ces critères ne peuvent pas être
modifiés ou complétés en cours de procédure, notamment lors de d’analyse des offres.

4
C. Comment sont les procédures ?

Les procédures de passation des marchés publics sont transparentes car elles disposent de :

- règles claires et objectives à porter à la connaissance de tous candidats ;


- moyens de vérifier et de s’assurer du strict respect desdites règles.

La transparence permet à tous les candidats, et à toute personne intéressée, de s'assurer que
l'acheteur public respecte les deux (2) premiers principes.

De même, tout soumissionnaire qui voit son offre rejetée doit en être informé et les motifs de
ce rejet doivent lui être précisés à sa demande.

La transparence s’impose à chacune des phases :


 au lancement de la procédure, par une publicité adéquate et intelligible,
C’est au nom de ce principe que l’acheteur public est tenu de délivrer aux candidats
potentiels, dès l’engagement de la procédure, une information appropriée sur les
critères d’attribution et sur les conditions de leur mise en œuvre. Les pièces
contractuelles et les autres documents de la consultation remis à tous les candidats
qui en font la demande doivent être rédigés de façon claire sans que les spécifications
favorisent telle ou telle entreprise.
 pendant la passation du marché, par la conservation de tous les documents retraçant
les échanges avec les candidats (correspondances, courriels, …).
 A l’attribution, par la justification du choix du titulaire du marché, la motivation du
rejet des candidatures et des offres et par la publication d'un avis d'attribution.

II. LES MAUVAISES PRATIQUES

5
PHASE MAUVAISE PRATIQUES INDICATEURS POSSIBLES MOYENS DE VERIFICATION
Planification des -Absence de programmation des -Fréquence d’utilisation de la consultation restreinte ou de l’achat Plan de passation des marchés
marchés opérations de passation des marchés direct
-Saucissonnage ou fractionnement des -Présence de plusieurs marchés similaires qui auraient dû être
marchés regroupés dans le plan de passation des marchés

Sous-estimation des besoins afin de -Les montants estimés sont situés justes en dessous des seuils -Plan de passation des marchés
justifier le choix de la procédure ou d’appel d’offres ou de contrôle a priori -Avenants
d’échapper au contrôle -Pratique fréquente d’avenants

Élaboration des Profilage des spécifications techniques Présence d’offre ayant les caractéristiques exactes et détaillées Spécifications techniques
dossiers d’appel des spécifications techniques demandées
d’offres ou des
dossiers de Profilage des critères de qualifications Les critères de qualification sont profilés à partir de ceux d’un Critères de qualification
consultation soumissionnaire donné (les matériels et équipements, ressources
humaines, expériences d’une société).

Manœuvre relative aux critères de Présence de critères de qualifications complexes voire Critères de qualification
qualification inappropriées par rapport au besoin afin d’exclure les uns favoriser
les autres

Ajout de dispositions irrégulières dans Présence de disposition ayant pour objet de disqualifier un DAO
le Dossier d’Appel d’Offres (DAO) soumissionnaire donné

Manœuvre relative aux visites de lieu -Exigence de visite de lieu pourtant non requis DAO
-Omission volontaire de l’organisation de visite de lieu pourtant
requise à la réalisation d’un marché, et invitation informelle du
soumissionnaire favori

6
PHASE MAUVAISE PRATIQUES INDICATEURS POSSIBLES MOYENS DE VERIFICATION
Publicité Publication minimale -Publication dans les journaux de faible tirage Registre de dépôt des offres
-Publication dans des journaux où le lecteur type n’est pas
intéressé par les marchés publics
-Affichage dans un emplacement peu visible ou inaccessible au
public
-Affichage tardif, de courte durée…
-Nombre d’offres déposées

Publicité prêtant à confusion incitant à -Présence d’erreur et d’omission dans l’avis spécifique d’appel à -Avis spécifique d’appel à
la communication directe concurrence concurrence
-Existence d’incohérences dans l’avis
-Absence des éléments déterminants de l’avis

Soumission Manœuvre relative à la délivrance de -Délivrance de DAO incomplet pour certains soumissionnaires -DAO
DAO -Indisponibilité du DAO suite à la publicité -Rapport d’évaluation
-Délivrance de DAO au soumissionnaire favori avant le lancement
officiel de l’appel à concurrence (prestation complexe ou à délai
très réduit)

Connivence ou collusion Pratique fréquente d’avenants Avenants


Ouverture des Report de la séance d’ouverture des L’offre du retardataire est classé premier -Registre de dépôt des offres
plis plis à des fins déloyales -Rapport d’évaluation

Modification illicite des offres L’offre d’un soumissionnaire donné a été modifiée ou maniée par -Registre de dépôt des offres
les membres de la CAO ou la PRMP pour se voir ensuite attribuer -PV d’ouverture des plis
le marché -Rapport d’évaluation

Manœuvre relative au procès-verbal -Non délivrance du PV après la séance d’ouverture des plis et - PV d’ouverture des plis
d’ouverture des plis délivrance du PV ne relatant pas exactement le déroulement de la
séance

7
PHASE MAUVAISE PRATIQUES INDICATEURS POSSIBLES MOYENS DE VERIFICATION
Évaluation Utilisation de nouveaux critères non Existence de critères d’évaluation différents dans le rapport -DAO
prévus pour l’évaluation d’évaluation -Rapport d’évaluation

Non application des critères prévus L’offre de l’attributaire n’a pas été évaluée en application des -DAO
critères prévus -Rapport d’évaluation

Non-respect de l’étape de l’évaluation Existence de désordre et de confusion ne justifiant pas le résultat -DAO
de l’évaluation -Rapport d’évaluation

Qualification abusive d’offres Rejet injustifié d’offres en les qualifiant d’anormalement basses ou -DAO
anormales hautes -Rapport d’évaluation
-Correspondances
Déclaration abusive d’infructuosité et -Motif non valable -Registre de dépôt des offres
d’arrêt (sans suite) -Le soumissionnaire favori n’est pas l’attributaire -Rapport d’évaluation

8
III. LES POSSIBILITES DE DOLEANCES

 Dès que l’une des pratiques sus-citées (ou des irrégularités similaires) est observée, les
candidats ou susceptibles de l’être peuvent en informer l’ARMP, par lettre formelle adressée
à :

Monsieur Le DIRECTEUR GENERAL DE


L’AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS
IMMEUBLE PLAN ANOSY PORTE 414
(« Objet : Doléance »)

et complémentairement, envoyer une copie à :

« sectiondesnormesarmp@gmail.fr »
(« Objet : Doléance »)

 Dès réception de la correspondance, le Comité de Réglementation et de Recours saisit


l’autorité contractante des irrégularités constatées en effectuant une interpellation, lui
demandant des éléments de réponses et lui rappelant à l’ordre conformément aux règles et
procédures en vigueur.

 En cas de persistance, l’ARMP en informe les instances hiérarchiques supérieures, le Comité


d’Ethique, le Conseil de Discipline Budgétaire et Financière et le Bureau Indépendant Anti-
Corruption en cas de suspicion de corruption.

(Un projet d’arrêté relatif à la protection des dénonciateurs, informateurs et plaignants est en
cours de validation.)

IV. LE MÉCANISME INDÉPENDANT DE RÈGLEMENT DES LITIGES

A titre de rappel, il est donné ci-après des renseignements complémentaires relatifs aux
différents recours susceptibles d’être déclenchés par tout candidat ou susceptibles de l’être.

A. A- Les différents types de recours

1. Les recours liés à l’attribution des marchés

a- Le recours gracieux (ou la demande de réexamen)


Le recours gracieux est une requête, formulée par toute personne ayant un intérêt à
soumissionner ou à conclure le contrat, visant à faire réexaminer par l’Autorité contractante ou la
Personne Responsable des Marchés Publics une décision ou un acte que celle-ci aurait pris dans la
phase de passation et d’attribution des marchés.
Le requérant expose ses griefs en vue de lui demander de corriger les lacunes constatées,
de réviser sa position, ou d’annuler un acte qu’elle aurait pris en violation des règles et
procédures de passation de marché.
La saisine doit intervenir avant la conclusion du contrat.
9
Le recours n’a pas d’effet suspensif.
La Personne Responsable des Marchés Publics est tenue d’y répondre dans un délai de dix
jours.

b- Le référé précontractuel
Le référé précontractuel est un recours d'urgence, de toute personne ayant un intérêt à
soumissionner ou à conclure le contrat, introduit auprès de la Juridiction Administrative
territorialement compétente afin de dénoncer des irrégularités et ou contester une décision ou
un acte que l’Autorité contractante ou la Personne Responsable des Marchés Publics aurait pris
en violation des règles et procédures de passation de marché.
Le requérant expose ses griefs en vue de demander la correction des lacunes constatées,
la suspension de passation du contrat ou l’exécution de toute décision qui s’y rapporte, ou
l’annulation d’un acte ou d’une décision.
La saisine doit intervenir avant la conclusion du contrat.
Le recours suspend la procédure de passation de marché.

c- Le recours administratif (ou la demande en révision)


Le recours administratif consiste, pour toute personne ayant un intérêt à soumissionner
ou à conclure le contrat et susceptible d'être lésée par le manquement aux obligations de
publicité et de mise en concurrence ainsi que toute organisation de la Société civile à saisir la
Section de Recours de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics en vue de réviser une
décision, ou un acte, que l’Autorité contractante ou la Personne Responsable des Marchés
Publics, aurait prise en violation des règles et procédures de passation de marché.
Le recours administratif connaît toutes les dénonciations d’irrégularités, réclamations ou
contestations relatives à la procédure de passation des marchés, depuis le lancement de l’appel à
concurrence jusqu’à la publication du résultat.
La saisine doit intervenir avant la conclusion du contrat.
Le recours suspend la procédure de passation de marché.
La décision de la Section doit être prononcée dans un délai maximal de cinq (05) jours
ouvrables à compter de la date de saisine.

d- Le recours en indemnisation
Le recours en indemnisation permet à tout soumissionnaire irrégulièrement évincé
d’introduire une action en dommages intérêts devant la juridiction administrative compétente au
titre des préjudices personnels directs et certains que lui aura occasionnés l’attribution irrégulière
du marché, à l’exclusion des pertes de profits futurs.
La saisine doit intervenir postérieurement à la signature du contrat.
Le recours n’a pas d’effet suspensif.

2. Les recours liés à l’exécution des marchés

a- Le recours gracieux
Le titulaire d’un marché public peut saisir la Personne Responsable des Marchés Publics
d’un recours gracieux en lui adressant un mémoire de réclamation à la suite d’un différend
survenant en cours d’exécution du marché.
Le mémoire doit être transmis à la Personne Responsable des Marchés Publics dans un
délai de trente jours décompté à partir du jour où le différend est apparu.
La Personne Responsable des Marchés Publics notifie au titulaire sa proposition pour le
règlement du différend, dans un délai maximum de quarante-cinq jours à compter de la date de

10
réception du mémoire de réclamation.

b- Le règlement à l’amiable
La Personne Responsable des Marchés Publics et les titulaires de marchés publics peuvent
saisir le Comité de Règlement Amiable des Litiges aux fins de règlement amiable des litiges relatifs
à l’exécution des marchés.
Cette saisine en vue d'une solution amiable et équitable du litige interrompt le cours des
différentes prescriptions et suspend, le cas échéant, les délais de recours contentieux jusqu'à la
décision prise par la Personne Responsable des Marchés Publics suite à l’avis du Comité.
L’avis devra être rendu dans les meilleurs délais et au plus tard dans les quatre (04) mois
de sa saisine.

c- Le recours contentieux
La Personne Responsable des Marchés Publics et les titulaires de marchés publics peuvent
saisir la juridiction administrative compétente aux fins de règlement des différends ou litiges
relatifs à l’exécution des marchés soumis ou non préalablement au Comité de Règlement Amiable
des Litiges.

B- Les organes de recours en marchés publics


Les organes compétents diffèrent selon le type de recours.
Sont habilités à prendre en charge les recours en marchés publics l’Autorité Contractante
ou la Personne Responsable des Marchés Publics, la Juridiction Administrative territorialement
compétente, la Section de Recours de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et le Comité
de Règlement Amiables des Litiges.

C- La Section de Recours
Dans le but de promouvoir le droit du Secteur privé, il est créé au sein de l’ARMP un
mécanisme indépendant de règlement des différends et litiges en matière d’attribution des marchés
publics, dénommé Section de Recours.
La saisine de la Section de Recours de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics
permet aux parties de régler les différends ou litige relatifs aux marchés publics et à la Société civile
de dénoncer les pratiques illicites par une instance indépendante, impartiale, rapide et efficace et
suivant les règles fondamentales de procédures.

1. Qu’est-ce que la Section de Recours ?

a- Statut et mission
La Section de Recours est un organe administratif, institué par la loi n°2004-009 du 26
juillet 2004 portant code des marchés publics, chargé de trancher tous les contestations et litiges
en matière d’attribution des marchés publics.

b- Composition
Dirigée par un Chef, la Section de Recours est un organe tripartite composé de quatre (4)
membres représentant l’Administration publique, le Secteur privé et la Société civile.

Il est composé comme suit:


11
 un représentant du Ministère chargé des Finances et du Budget,
 un représentant des Ministères à forte consommation budgétaire,
 un représentant du Secteur privé,
 un représentant de la Société civile.

Le Chef de la Section de Recours assure le bon fonctionnement de la gestion


administrative des recours au sein de l’ARMP avec l’appui d’un secrétaire.

Les membres de la Section de Recours ne peuvent être poursuivis, arrêtés ou jugés à


l’occasion des actes accomplis, des mesures prises ou des opinions ou des votes émis dans
l’exercice de leurs fonctions. Toutefois, ils sont soumis à des obligations strictes notamment
l’exercice de leurs fonctions en toute impartialité et en toute indépendance, l’obligation du secret
de l’instruction et des délibérations et de décisions prises, au respect du secret professionnel
pour les informations, faits, actes et renseignements dont ils ont connaissance dans l’exercice de
leurs fonctions et l’obligation de discrétion pour ce qui concerne les procédures de règlement des
différends. Par ailleurs, lorsque de la Section de Recours examine des réclamations ou des recours
concernant l’Administration d’origine de leurs membres ou des entreprises dans lesquelles des
membres du secteur privé ou de la société civile ont des intérêts, ces derniers s’abstiennent
d’assister aux séances de délibérations.

c- Domaine de compétence
La Section de Recours connaît toutes les dénonciations d’irrégularités, réclamations ou
contestations relatives à la procédure de passation des marchés, depuis le lancement de l’appel à
concurrence jusqu’à la publication du résultat.

Toutefois, ne peuvent pas faire l’objet de recours :


 le choix d’un mode de passation de marché ;
 la décision de l’autorité contractante de rejeter toutes les offres ;
 la décision de l’autorité contractante de ne pas donner suite à un appel d’offres ou un appel
à manifestation d’intérêt pour des motifs d’intérêt général.

2. Quel est le mode opératoire de la Section de Recours ?

a- De l’intérêt à agir
Toute personne ayant un intérêt à soumissionner ou à conclure le contrat et susceptible
d'être lésée par le manquement aux obligations de publicité et de mise en concurrence, ainsi que
toute organisation de la Société civile, sont habilitées à saisir la Section de Recours en vue de lui
demander de réviser une décision ou un acte que l’Autorité contractante ou la Personne
Responsable des Marchés Publics aurait pris en violation des règles et procédures de passation de
marché.

12
b- De la saisine
 Soit le demandeur introduit sa requête auprès du secrétariat de la Section de Recours,
laquelle est numérotée avec indication de l’heure et du jour de dépôt ;

 Soit le demandeur achemine sa requête par lettre formelle adressée à :

Monsieur Le DIRECTEUR GENERAL DE


L’AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS
IMMEUBLE PLAN ANOSY PORTE 414
(« Objet : Recours en attribution »)

et complémentairement, envoyer une copie à :

« sectionderecoursarmp@gmail.com »
(« Objet : Recours en attribution »)
l’heure et la date d’enregistrement de la requête sont celles
de la réception du courriel.

La saisine doit intervenir :


 à tout moment dès le lancement de l’appel à concurrence jusqu’à l’attribution lorsque la
requête porte sur des irrégularités ou manquements constatés tout au long du processus
de passation de marchés,

 à compter des deux dates suivantes lorsque la requête consiste en une contestation du
résultat de l’appel à concurrence :
 l’information donnée aux candidats du rejet de leur offre,
 l’affichage du résultat au siège de l’autorité contractante.

Le dossier de recours est constitué par la lettre introductive de recours, le formulaire


dument rempli et signé par le requérant, conformément au modèle annexé au présent
document, lequel peut être retiré auprès de l’ARMP ou téléchargé au site Web de l’Autorité,
ainsi que les pièces justifiant les prétentions du demandeur ainsi que toutes autres pièces
pouvant servir d’éléments d’appréciation à la Section.

c- Du traitement du recours
Dès qu’elle est saisie, la Section de Recours en informe l’autorité contractante
concernée, lui demande de fournir ses éléments de défense et lui enjoint de suspendre la
procédure de passation du marché jusqu’au prononcé de la décision pour une durée maximale
de vingt (20) jours.
La saisine suspend la procédure de passation jusqu’au prononcé de la décision de la
Section de Recours.
Au besoin, la Section de Recours se réserve le droit de convoquer les parties pour une
audition orale organisée séparément. A cet effet, le Président du Comité de Réglementation et
de Recours et le Chef de la Section de Recours procèdent à l’audition orale des parties. Il est
établi un procès-verbal du déroulement de l’audition, lequel sera versé au dossier de recours.

13
d- De la décision de la Section
Le Président du Comité de Réglementation et de Recours convoque les membres afin
de statuer sur le litige.

Les séances de délibération sont présidées par le Chef de la Section de Recours. Les
membres assistent le Président pendant les réunions. A ce titre :
 ils reçoivent communication de tous les dossiers ;
 ils participent au débat ;
 ils délibèrent sous la direction du Président.

Lors de la séance de délibération, tous les membres doivent être présents ou se faire
représenter. Afin de préserver le caractère paritaire de sa composition, la Section ne peut
délibérer valablement sans avoir atteint un quorum de quatre membres présents, y compris le
chef de Section, un représentant de la société civile et un représentant du secteur privé.

La décision de la Section est prise à la majorité simple des voix. En cas de partage des
voix, celle du Président est prépondérante.
Le secrétaire de la Section de Recours fait office de secrétaire de séance lors de la
délibération.

La décision de la Section de Recours est prononcée dans un délai maximum de cinq


(05) jours ouvrables à compter de la date de sa saisine. Toutefois, en fonction de la complexité
des dossiers, un délai complémentaire pour se prononcer sur le fond de la demande est
permis. Dans cette hypothèse, la Section de Recours devrait se prononcer dans le délai légal
sur le maintien de la suspension de la procédure de passation du marché.

La décision prise par la Section porte soit sur :


 la régularisation des procédures, du contenu du Dossier d’Appel d’Offres ou de la
Demande de Proposition ;
 l’annulation de la décision d’attribution ;
 la réévaluation des offres ;
 l’arrêt de la procédure de passation du marché ;
 la relance de la procédure ;
 le rejet de la requête du demandeur.

Notification de la décision est faite aux parties, au Chef de l’exécutif dont relève la
Personne Responsable des Marchés Publics, au Ministre chargé des Finances et du Budget, au
Directeur Général du Contrôle Financier, au Directeur Général du Trésor Public et au Directeur
Général de la structure en charge de la lutte anti-corruption.

En cas d’insatisfaction de l’une ou de l’autre partie, la décision de la Section de Recours


de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics est susceptible de contestation devant le
Tribunal Administratif territorialement compétent.

V. DONNÉES SUR LES RECOURS

14
15
1-LES RECOURS
2007 2008 2009 2010 2011 2015 2016 2017 2018 TOTAL
04 11 07 09 08 03 09 09 03 63

2-LES MOTIFS
MOTIFS 2007 2008 2009 2010 2011 2015 2016 2017 2018 TOTAL
CONTESTATION DU CHOIX
00 00 00 01 00 00 00 00 00 01
DE PROCEDURE
DENONCIATION D’IRREGULARITES 00 00 00 02 01 00 04 03 01 11
CONTESTATION DE L’EVALUATION 01 02 00 00 01 00 00 00 01 05
CONTESTATION DU REJET 02 02 02 02 03 02 01 01 00 15
CONTESTATION
00 05 04 04 02 01 01 04 01 22
DE L’ATTRIBUTION
CONTESTATION DE DECLARATION
00 01 01 00 00 00 00 00 00 02
D’INFRUCTUOSITE
DEMANDE D’ANNULATION 00 01 00 00 00 00 03 01 00 05
DEMANDE D’INDEMNISATION 01 00 00 00 00 00 00 00 00 01
DEMANDE D’EXCLUSION 00 00 00 00 01 00 00 00 00 01
63
2-LES DECISIONS
DECISIONS 2007 2008 2009 2010 2011 2015 2016 2017 2018 TOTAL
REQUETES
01 05 02 05 03 01 05 04 02 28
FONDEES
REQUETES
03 06 05 03 05 02 03 03 00 30
REJETEES
RENVOI 00 01 00 00 01 00 01 02 01 06
INCOMPETENCE 00 00 00 01 00 00 01 02 00 04
TOTAL 04 12 07 09 09 03 10 11 03 69

3-LES REQUERANTS
CENTRAL REGIONAL ETRANGER TOTAL

16
43 14 06 63

17
VI. QUELS SONT LES DROITS ET OBLIGATIONS DES CANDIDATS (ou susceptibles de
l’être) ?

Les documents contractuels, pièces constitutives du marché, définissent les droits et devoirs de
chaque partie au marché. Afin de répondre à la question, il est procédé à une approche
chronologique de la passation des marchés, et à l’identification à chaque étape de la procédure des
droits et obligations des candidats.

PHASES OBLIGATIONS DROITS


Tout opérateur économique désirant
Tout opérateur économique désirant participer aux marchés publics a le droit
En dehors des périodes
participer aux marchés publics doit se d’informer les acheteurs publics sur les
de mise en concurrence
faire connaître des acheteurs publics. produits et services disponibles.

Définition des besoins - -


Choix du mode de
- -
passation de marchés
Tout candidat aux marchés publics doit
dénoncer les pratiques irrégulières et
anti-concurrentielles éventuelles des
PRMP dont le but est de se soustraire
aux règles normales de mise en
concurrence, c.à.d. l’appel d’offres
Élaboration du plan de
ouvert. -
passation de marché
Exemples :
•sous-évaluation de la valeur
estimative des besoins,
•fractionnement illicite ou abusif du
marché.

Tout candidat aux marchés publics a le


droit d’être informé des marchés à
Tout opérateur économique souhaitant passer par l’administration par le biais
répondre aux marchés publics doit de la publication dans les journaux des
d'abord s'informer sur l'existence des avis généraux de passation des marchés
Établissement et
marchés en cours en passant par une (documents recensant la liste de
publication de l’avis
phase de recherche des avis généraux l’ensemble des marchés publics que
général de passation de
de passation de marchés (auprès des l’autorité contractante prévoit de passer
marchés
acheteurs publics, de l’ARMP, des par appel d’offres durant l’exercice
journaux d'annonces légales). budgétaire, et à publier chaque année
pour être porté à la connaissance des
candidats potentiels)

Préparation du dossier
- -
d’appel d’offres

18
Lancement de l’avis
spécifique d’appel • Tout candidat aux marchés publics a
public à la concurrence le droit d’être informé des marchés à
passer par l’administration par le
biais de la publication dans les
journaux des avis spécifiques d’appel
à concurrence (avis d’appel d’offres
ou avis d’appel à manifestation
d’intérêts) ; des avis de consultation,
par voie d’affichage.

• Tout candidat désirant prendre


connaissance ou obtenir des
informations sur l’appel d’offres peut
consulter gratuitement (au bureau
de l’Autorité contractante) le
contenu du DAO, sans obligation de
Tout opérateur économique souhaitant
l’acheter.
répondre aux marchés publics doit
Le point 4 du formulaire type d’avis
passer par une phase de recherche des
spécifique d’appel à concurrence
avis spécifiques d’appel public à la
(avis d’appel d’offres ou avis d’appel
concurrence (auprès des acheteurs
à manifestation d’intérêts) est
publics, de l’ARMP, des journaux
explicite sur ce sujet.
d'annonces légales).

• En revanche, le candidat désirant


soumissionner doit acheter ledit
DAO.

• À tout moment, dès la publication


de l’appel à concurrence jusqu’à
l’attribution du marché (mais avant
sa signature), tout candidat à un
marché public ou susceptible de
l’être peut introduire un recours
pour toute irrégularité et tout vice
de procédures lors du processus
d’attribution du marché

Tout candidat aux marchés publics doit • Le contenu du DAO et des autres
demander des éclaircissements sur les documents relatifs à l’appel à
dispositions du DAO afin de dissiper les concurrence peut faire l’objet, de la
ambiguïtés, de faire préciser des points part des candidats, de demande
imprécis. Cette démarche peut faire d’éclaircissement auprès de la PRMP.
gagner beaucoup de temps pour Mais cette demande doit intervenir au
concevoir l’offre et éviter de nombreux plus tard avant le 6ème jour
soucis lors de l’exécution du marché. précédant la date limite de remise des
offres.

• Les réponses de la PRMP aux


demandes d’éclaircissements sont
obligatoirement mises à la
connaissance de tous les autres
19
candidats ayant retiré un DAO.

• Le candidat est en droit d’être notifié


de tout changement éventuel des
dispositions des documents de mise
en concurrence.

• Tout candidat aux marchés publics a


droit à la visite des lieux.

£ Tout candidat à un marché public


doit démontrer qu’il a la capacité
juridique, technique et financière et
l’expérience nécessaire pour exécuter
les prestations, objet du marché :
• La capacité juridique se réfère à
l’admissibilité du candidat à la
participation aux marchés publics
conformément aux dispositions de
l’article 21 du Code des marchés
publics.
Les candidats ont le droit de créer un
• La capacité technique renvoie aux
groupement d’entreprises pour
moyens matériels et humains et est
répondre à un appel à concurrence.
appréciée quantitativement et
Ainsi, plusieurs candidats peuvent-ils
Réponses à l’appel qualitativement.
se grouper pour présenter leur offre
d’offres • La capacité financière tend à
et exécuter le marché en commun,
déterminer si les moyens financiers
soit sous forme de groupement
du candidat suffisent pour mener à
solidaire, soit sous forme de
bien le marché.
groupement conjoint.
• La capacité professionnelle permet
de vérifier si le candidat possède les
qualifications requises, soit la
preuve d’un certain niveau de
compétences professionnelles.

£ Les candidats doivent respecter les


dispositions du DAO : les pièces
exigées, délais, conformité des offres,

 Avant la date et l’heure limites de


remise des offres, le candidat a le
droit de retirer, de modifier ou de
remplacer son offre.
Réception des plis -
 Les candidats se réservent le droit de
remettre leur offre au début de la
séance publique d’ouverture des plis
(avant l’ouverture du premier pli).

20
Le candidat doit veiller à ce que: • Lors de la séance d’ouverture des plis
(qui est une séance publique), le
• l’ouverture des plis commence à la candidat a droit d’être présent ou de
date et à l’heure indiquée dans le se faire représenter.
DAO.
• les informations essentielles sont lues • Le candidat a le droit de se faire
Ouverture des plis à haute voix. remettre à la fin de l’ouverture des
• le procès-verbal d’ouverture des plis plis une copie du procès-verbal de la
est établi séance tenante et chaque séance.
candidat en est destinataire d’une
copie. • Le candidat a un droit de recours et
• aucune décision ne soit prise lors de un droit de dénonciation des
la séance d’ouverture des plis. irrégularités.

• Le candidat a le droit d’être informé


des corrections éventuelles de son
offre. Après accord écrit du Candidat,
les montants corrigés l’engagent. Le
refus par le Candidat de la correction
effectuée (alors que son offre corrigée
lui permettrait d'être Attributaire du
Marché) implique le rejet de son offre
Le candidat doit répondre aux
et la saisie de sa garantie de
demandes de précision sur son offre et
Évaluation des offres soumission.
produire les pièces incomplètes à la
demande de l’autorité contractante.
• Le candidat dont l’offre est jugée
anormalement basse ou
anormalement haute a le droit d’être
sollicité par écrit afin d’apporter des
précisions sur la composition de son
offre, avant que la PRMP décide de la
rejeter ou non.

Notification des
résultats d’attribution • Pour être titulaire du marché, • Le candidat non retenu a le droit
l’attributaire doit présenter une d’être notifié du résultat de l’appel à
situation fiscale régulière à la date de concurrence et d’obtenir réponse aux
notification de l’attribution ne datant demandes relatives au rejet de son
pas de plus de six mois et une offre (motif, attributaire, montant,
situation sociale cotisante régulière caractéristiques…,).
ne datant pas de plus de trois mois.
• Le candidat non retenu a le droit de
• Le candidat doit vérifier la publication se faire restituer sa garantie de
de l’avis d’attribution du marché, soumission.

21
laquelle doit être effectuée au plus
tard 30 jours après la notification du
marché au titulaire.

• Dans un délai de 10 jours après le plus


tardif des actes ci-après :
- l’information adressée aux
candidats non retenus, ou
- l’affichage du résultat,
le candidat évincé peut intenter un
recours en attribution.

• Tant que le contrat n’est pas encore


signé entre le titulaire et la PRMP, tout
candidat évincé peut toujours intenter
un recours, même au-delà de
l’expiration du délai d’attente,

Le recours est déposé:


-soit au niveau de la PRMP elle-même,
-soit au niveau de la Section de Recours
de l’ARMP
-soit au niveau de la juridiction
administrative compétente.
Le titulaire du marché dispose des :

• droit de recourir à l’actualisation des


prix,
• droit de recourir à la révision des prix
Le titulaire du marché se doit de lorsque cela est prévu dans le DAO,
respecter l’ensemble des engagements • droit aux avances si stipulé dans le
pris notamment concernant le prix marché,
Exécution
ou les caractéristiques techniques des • droit à rémunération des services
prestations. faits,
• droit d’obtenir certification des
services faits,
• droit aux intérêts moratoires de plein
droit et sans formalité,
• droit de demande de résiliation.

22
ANNEXE 1 : LES DIFFÉRENTS TEXTES EN MATIÈRE DE MARCHÉS PUBLICS

NATURE RÉFÉRENCE DATE OBJET


n°2004 – 009 du 26 juil 2004 portant Code des marchés publics
Loi
n°2016–055 du 25 janv 2017 portant Code des marchés publics
n°2006 – 343 du 30 mai 2006 portant instauration du Code d’éthique des marchés publics
portant constitution, composition, attribution et fonctionnement de
n°2006 – 344 du 30 mai 2006
la Commission d’Appel d’Offres
portant constitution, composition, organisation et fonctionnement
n°2006 – 345 du 30 mai 2006 des Comités de Règlement Amiable des Litiges relatifs à l’exécution
des Marchés publics
portant liste des documents et renseignements à fournir par les
n°2006 – 346 du 30 mai 2006
candidats à un appel d’offres
portant conditions de rejet des offres anormalement basses ou
n°2006 – 347 du 30 mai 2006
anormalement hautes
portant délai global de paiement des marchés publics et intérêts
n°2006 – 348 du 30 mai 2006
Décrets moratoires
portant organisation et fonctionnement des groupements d’achats
n°2006 – 349 du 30 mai 2006
publics et cellules d’achats publics
n°2007 – 182 du 27 fév. 2007 fixant le délai de remise des offres pour les cas d’urgence avérée
portant détermination du statut et du mode de désignation de la
n°2015/1094 du 07 juil 2015
Personne Responsable des Marchés Publics
n°2005 – 215
modifié et
complété par le portant organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation
du 14 juin 2016 
décret n°2014 des Marchés Publics
-045 et le décret
n°2016 - 697
n°11180 / portant organisation de l’assistance technique fournie aux
du 29 juin 2006
2006 / MEFB communes et à leurs groupements en matière de marchés publics
relatif au modèle type pour la publication des avis d’attribution des
n°11181 /
du 29 juin 2006 marchés publics de fournitures, de travaux, de services et de
2006 / MEFB
prestations intellectuelles
n°11182 / relatif au modèle type d’avis à manifestation d’intérêts pour les
du 29 juin 2006
2006 / MEFB marchés de prestations intellectuelles
relatif au modèle de garantie bancaire de soumission et au modèle
n°11183 /
du 29 juin 2006 de garantie bancaire de bonne exécution et de restitution d’avance
2006 / MEFB
des marchés publics
n°11184 / relatif au modèle type d’avis spécifiques d’appel d’offres pour les
du 29 juin 2006
2006 / MEFB marchés de travaux et fournitures
Arrêtés n°11185 / relatif au modèle type pour la publication des avis généraux de
du 29 juin 2006
2006 / MEFB passation des marchés
modifiant et complétant certaines dispositions de l’Arrêté N°10677 /
n°12577 / 2007 / MFB du 29 juin 2007 fixant le taux des indemnités pour les
du 30 juil 2007
2007 / MFB membres de la Section de Recours de l’Autorité de Régulation des
Marchés Publics et des Commissions Inter Régionales des Marchés
n°12578 / modifiant l’arrêté n°14501 / 06 - MEFB fixant les documents-types
du 30 juil 2007
2007 / MFB pour appel d’offres et marchés publics de travaux
n°12579 / modifiant l’arrêté n°14502 / 06 - MEFB fixant les documents-types
du 30 juil 2007
2007 / MFB pour consultation et marchés publics de prestations intellectuelles
modifiant l’arrêté n°14503 / 06 - MEFB du 23 août 2006 fixant les
n°12580 /
du 30 juil 2007 documents-types pour appel d’offres et marchés publics de
2007 / MFB
fournitures
n°21543 / portant constitution des Commissions de réception pour les marchés
du 11 déc. 2007
2007 / MFB publics de travaux, de fournitures et de prestations intellectuelles
n°8021 / 2008 / du 07 avr 2008 modifiant et remplaçant l’Arrêté n°6562 / 2007 / MFB du 03 mai
23
2007 fixant le modèle type de convention pour les prestations de
MFB
montant inférieur aux seuils de passation de marchés
n°16869 / fixant les modalités de contrôle a posteriori exercé par les
du 02 sept 2008
2008 / MFB Commissions des Marchés
fixant le régime d’agrément d’Etablissements de formation, des
n°16870 /
du 02 sept 2008 formateurs individuels et des groupements de formateurs en
2008 / MFB
matière de marché publics
modifiant certaines dispositions de l’annexe de l’arrêté n°11185 /
n°17743 /
du 30 sept 2008 2006 / MEFB du 29 juin 2006 relatif au modèle type pour la
2008 / MFB 
publication des avis généraux de passation des marchés
n°33422 / portant organisation et fonctionnement des Commissions
du 13 sept 2010
2010 / MFB Régionales des Marchés
n°7275 / 2016 / précisant le mode de computation des seuils des marchés publics et
du 31 mars 2016
MFB fixant leurs montants
n°7274 / 2016 / précisant les conditions de mise en œuvre des procédures
du 31 mars 2016
MFB applicables en passation de marchés publics
n°7276 / 2016 /
du 31 mars 2016 relatif au plan de passation des marchés
MFB

24
ANNEXE 2 : MODÈLE-TYPE DE FORMULAIRE À REMPLIR PAR LE REQUÉRANT DANS LE CADRE D’UN
RECOURS AUPRES DE L’ARMP.

INFORMATIONS RELATIVES AU MARCHÉ


Personne publique :
Nom de la Personne Responsable
des Marchés Publics :
Adresse :
Objet du marché :
(préciser s’il s’agit de marché alloti)
Numéro d’identification du
marché :
Mode de passation :
Lieu d’exécution :
(ou de livraison)
Délai d’exécution :
Date de publication de l’appel à
concurrence* :
Date et heure limites prévus de
remise des offres* :
(préciser en cas de modification)
Date et heure réelles d’ouverture
des plis* :
Nombre de plis reçus dans les
délais :
Nombre de plis reçus hors
délais :
Date de la réception du résultat
de l’appel à concurrence* :
Date de l’affichage du résultat de
l’appel à concurrence :
Acte ou décision pris dans le
cadre du marché* :
IDENTITE DU DEMANDEUR
Nom du demandeur :
Entreprise/Société/Cabinet 
:
Intérêt porté au marché :
(candidat ou non)
Adresse :
Courrier électronique :
Téléphone :
DE LA REQUETE
Motifs de la requête :

Conclusion demandée :

25
EXPOSÉ DES FAITS ET ARGUMENTS DE LA REQUÊTE 

Fait à ……………………………………………………., le …………………………………

*Veuillez joindre les pièces justificatives au présent formulaire (Dossier d’Appel d’Offres ou Dossier de Consultation, avis spécifique, procès-verbaux,
rapports d’évaluation, lettre d’information du rejet, décision de déclaration sans suite, décision d’infructuosité, toutes correspondances …)

26
TABLE DES MATIERES

Pages
INTRODUCTION 2
I- LES PRINCIPES GENERAUX RÉGISSANT LES MARCHÉS PUBLICS 3
A. Qui peut accéder aux marchés publics ? 3
B. Comment sont traités les candidats aux marchés publics ? 4
C. Comment sont les procédures ? 5
II- LES MAUVAISES PRATIQUES 6
III- LES POSSIBILITES DE DOLEANCES 9
IV- LE MÉCANISME INDÉPENDANT DE RÈGLEMENT DES LITIGES 9
A- Les différents types de recours 9
1- Les recours liés à l’attribution des marchés 9
a. Le recours gracieux (ou la demande de réexamen) 9
b. Le référé précontractuel 10
c. Le recours administratif (ou la demande en révision) 10
d. Le recours en indemnisation 10
2- Les recours liés à l’exécution des marchés 10
a. Le recours gracieux 10
b. Le règlement à l’amiable 10
c. Le recours contentieux 11
B- Les organes de recours en marchés publics 11
C- La Section de Recours 11
1- Qu’est-ce que la Section de Recours ? 11
a. Statut et mission 11
b. Composition 11
c. Domaine de compétence 11
2- Quel est le mode opératoire de la Section de Recours ? 12
a. De l’intérêt à agir 12
b. De la saisine 12
c. Du traitement du recours 12
d. De la décision de la Section 12
V- DONNÉES SUR LES RECOURS 13
A- Les recours 14
B- Les motifs 14
C- Les décisions 14
D- Les requérants 15
VI- QUELS SONT LES DROITS ET OBLIGATIONS DES CANDIDATS ?