Vous êtes sur la page 1sur 66

République Algérienne Démocratique Populaire

Ministère De l’Enseignement Supérieur Et De La Recherche Scientifique

Université de Larbi Tebessi -Tébessa-


Faculté des lettres et des langues
Département des lettres et langues étrangères

Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master

Option: Sciences du langage et Didactique

Thème

L’image comme un facteur motivationnel dans l’apprentissage


du Français langue étrangère

(Cas d’une classe de la 3ème année primaire)

Présenté par: Sous la direction de:


OUHEMNA Soumia M. KHADEM Hichem

Année universitaire: 2015-2016


République Algérienne Démocratique Populaire
Ministère De l’Enseignement Supérieur Et De La Recherche Scientifique

Université de Larbi Tebessi -Tébessa-


Faculté des lettres et des langues
Département des lettres et langues étrangères

Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master

Option: Sciences du langage et Didactique

Thème

L’image comme un facteur motivationnel dans l’apprentissage


du Français langue étrangère

(Cas d’une classe de la 3ème année primaire)

Présenté par: Sous la direction de:


OUHEMNA Soumia M. KHADEM Hichem

Année universitaire: 2015-2016


Remerciements

Je remercie tout d’abord Dieu le tout puissant de m’avoir donné la foi, la volonté et le
courage afin d’arriver à faire ce modeste travail.

Je remercie énormément mes chers parents qui ont été toujours présents avec moi
depuis le début.

J’exprime ma profonde gratitude à mon encadreur M.KHADEM Hichem, pour le


temps, les conseils éclairés et l’attention soutenue qu’il a consacré au bon déroulement de ce
travail.

Je ne manquerais sincèrement pas de remercier:

Ma chère sœur, pour son soutient, son aide et surtout sa confiance dans les moments les plus

difficiles ou j’ai perdu confiance en moi.

Mes chers frères, qui n’ont jamais hésité de m’encourager.


Dédicaces

Je dédie ce modeste travail:

A tous les membres de ma famille.

A mes ami(e)s et à tous ceux qui m’ont aimée et encouragée.

A ceux qui ont été à mes cotés dans les moments difficiles .

A tous ceux qui sont chers et trouvent leur place dans mon cœur.
Table des matières

Introduction générale........................................................................................ 07

Première partie: La partie théorique

Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

1-L’apprentissage.............................................................................................................. 12

1-1-Les théories d’apprentissage..................................................................................... 13

1-1-1-La théorie behavioriste....................................................................................... 13

1-1-2-La théorie constructiviste.................................................................................... 14

1-1-3-La théorie cognitiviste........................................................................................ 14

1-2-Les styles d’apprentissage......................................................................................... 15

1-3-Les stratégies visant à aborder des styles d’apprentissage spécifiques..................... 16

1-3-1-Le style Kinesthésique........................................................................................ 16

1-3-2-Le style visuel..................................................................................................... 16

1-3-3-Le style auditif.................................................................................................... 16

2-La motivation ................................................................................................................ 16

2-1-Définitions générales................................................................................................ 17

2-2-Les types de motivation............................................................................................ 18

2-2-1-La motivation intrinsèque................................................................................... 18

2-2-2-La motivation extrinsèque................................................................................... 18

2-3-L’importance de la motivation dans l’enseignement/apprentissage du FLE…… 18

Chapitre II: La sémiologie de l’image

1-L’image........................................................................................................................... 23

2-L’utilisation de l’image dans une classe du FLE………………………………….…… 24

3-La notion de signe........................................................................................................... 25


3-1-Les types de signe..................................................................................................... 26

3-1-1-Le symbole......................................................................................................... 26

3-1-2-L’icône................................................................................................................ 27

3-1-3-L’indice............................................................................................................... 27

4-La fabrication de l’espace de l’image ............................................................................ 27

5-la sémiologie de l’image................................................................................................. 28

5-1-L’image au niveau pédagogique.............................................................................. 29

6-La lecture sémiologique de l’image................................................................................ 29

7-L’image comme une source de plaisir et un outil de mémorisation.............................. 30

8-L’image comme un facteur motivant dans la salle de cours ......................................... 30

Deuxième partie: La partie pratique

1-L’expérimentation......................................................................................................... 32

1-1-Présentation de l’établissement................................................................................ 32

1-2-Déroulement de la leçon.......................................................................................... 32

2-Le questionnaire............................................................................................................ 37

2-1-Présentation du questionnaire.................................................................................. 37

2-2-Lieu de l’enquête....................................................................................................... 37

2-3-Dépouillement, analyse et interprétation des résultats.............................................. 37

Conclusion générale.......................................................................................................... 53

Références bibliographiques............................................................................................... /

Annexes…........................................................................................................................... /
Introduction générale

La langue et la culture sont étroitement liées. La langue porte en elle l’identité d’une
société, les traditions et les traces culturelles, elle est un moyen de découverte des peuples, et
c’est grâce à la langue qu’on traduit la pensée.

Pour pouvoir transmettre un savoir, il est impératif de bien déterminer les besoins des
apprenants, de même les outils didactiques dont dispose l’enseignement. Ces outils
didactiques jouent un rôle crucial dans l’apprentissage du FLE.

L’image est l’un des moyens pédagogiques dans le contexte de l’enseignement/


apprentissage du FLE, C’est un moyen qui est toujours présent en classe de cours, car l’image
étant mesure de donner l’explication des objets, stocker une liste exhaustive des mots et
d’enrichir le bagage linguistique de l’apprenant mais aussi un outil qui est capable de rendre
les apprenants plus motivés parce qu’ils font confiance à ce qu’ils aperçoivent par leurs yeux
car les couleurs attirent leurs attention.

Dans l’efficacité de l’enseignement intervient toujours « la motivation scolaire » et qui


est l’un des facteurs psychologiques déterminants de l’apprentissage, son absence rend ce
dernier impossible « si cet individu n’apprend pas c’est parce qu’il n’est pas motivé » 1

Le manque de motivation est la responsabilité de tous les intervenants au contexte


scolaire, surtout à l’enseignant qui garde une place essentielle qui est une relation directe avec
l’apprenant. Une classe représente un échantillon de la société où l’enseignant rencontre des
différentes catégories sociales des apprenants riches, institués, défavorisés, pauvres, malades
ou d’autres qui ont des problèmes familiaux et à l’enseignant de tout faire pour pourvoir
connaître cet ensemble hétérogène. Il tente d’intervenir dans le bon moment pour savoir les
sources de dynamique motivationnelle chez les apprenants.

L’enseignant est un médiateur entre l’apprenant et le savoir, il joue un rôle primordial


dans le développement de motivation chez les apprenants. Il doit prendre conscience de
l’importance et la nécessité de la motivation dans l’orientation des apprentissages.

Rollant Viau propose dans son livre « La motivation en contexte scolaire » la définition
suivante: « La motivation en contexte scolaire est un état dynamique qui à ses origines dans

1
- Julien CHANAL ,la motivation en contexte d’apprentissage (en ligne),http://staps.univ.avignon.fr

7
Introduction générale

les perceptions qu’un élève à de lui –même et de son environnement et qui l’incite à choisir
une activité à s’y engager et à préserver dans son accomplissement afin d’atteindre un but » 2

Cela nous incite à poser la problématique suivante:

A quel point l’image est considérée comme un facteur de motivation rendant l’apprentissage
du FLE plus facile, plus amusant et plus rentable ?

Cette question principale est en relation avec d’autre interrogation auxquelles nous devrions
répondre:

 Comment intervient l’image dans l’ancrage de l’apprentissage du FLE ?


 Comment exploite-t-on l’image pour assurer un enseignement /apprentissage efficace
du FLE ?
 Comment l’image devient-elle un facteur motivant dans le processus d’apprentissage ?

Pour entamer ce travail de recherche, nous partons des hypothèses suivantes:

 L’image est un moyen qui attire l’attention des apprenants pour l’acquisition des
nouvelles connaissances.
 Les apprenants en vertu de l’image intégrée dans le manuel scolaire, ils sont devenus
plus actifs en manifestant interaction, compréhension et dynamique.

Le choix de ce thème résulte en réalité d’une expérience professionnelle .L’image est


certainement l’un des moyens didactiques les plus utilisés dans l’enseignement et
d’apprentissage parce que ce support visuel est capable de faire appel à l’imagination de
l’enfant. Elle aide l’apprenant à apprendre une langue étrangère, facilite la tâche de la
compréhension et la mémorisation. L’image est un facteur essentiel qui influe sur la
dynamique motivationnelle des apprenants de la langue étrangère.

Pour réaliser notre travail, nous avons adopté un plan qui commence par une
introduction, présentation générale du thème suivie de deux parties:

 La première partie: la partie théorique

La partie théorique sera présentée dans les deux premiers chapitres:

2
- Pierre POTVIN ,la motivation scolaire:ce que nous apprend la recherche (en ligne), http://rire.ctreq.qc.ca

8
Introduction générale

-Dans le premier chapitre: nous allons présenter et définir les différents concepts qui vont
nous aider dans l’analyse de notre questionnaire.

-Dans le deuxième chapitre: nous allons mettre l’accent sur la notion de signe, les types de
signe (symbole, icône, indice), l’image au niveau pédagogique, la fabrication de l’espace de
l’image, la sémiologie de l’image puis l’image comme une source de plaisir et un outil de
mémorisation et l’image comme un facteur motivant dans la salle de cours.

 La deuxième partie: la partie pratique

Nous essayerons d’analyser le manuel scolaire afin d’analyser les images proposés. En suite,
Nous allons analyser et interpréter le questionnaire proposé auprès des enseignants de 3ème
année primaire.

Nous terminerons notre travail de recherche par une conclusion qui mettra en relief des
résultats pour éclairer le rôle que peut jouer l’image dans la dynamique motivationnelle des
apprenants et la place de cet outil médiateur dans l’enseignement /apprentissage d’une langue
étrangère.

9
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

1-L’apprentissage1:
On a tendance de nos jours à restreindre l’enseignement de la lecture au cadre trop strict
de six ans pour l’âge pourtant des expériences nombreuses ont montré que certains enfants ont
la maturité suffisante pour apprendre à lire à l’âge de quatre ans, certains à cinq ans, certains à
six ans et d’autres enfin pas avant sept ou huit ans. C’est pourquoi la notion « apprentissage »
recouvre des domaines différents et passe par beaucoup d’étapes dont l’objectif de définir la
nature de ce processus et d’expliquer son fonctionnement.

D’après GALISSON et COSTE, l’apprentissage est un « Modelage ou réglage d’un


comportement adaptatif conforme aux exigences d’une situation nouvelle ou aux modalités
contraignants d’une procédure. Autrement dit: acquisition et organisation de répertoire
moteurs concrets ou symbolique non disponible à la naissance »2 .D’une manière générale,
l’apprentissage est un champ de la psychologie qui s’intéresse particulièrement aux processus
ou comment l’homme est capable de développer de nouvelles attitudes, connaissances et
compétences (savoir-être, savoir et savoir-faire) sur le plan de l’acquisition comme de
l’invention.

La notion « apprentissage » signifie ainsi « l’idée d’un changement qui résulte d’un
exercice ou d’une expérience vécue, et on peut parler d’apprentissage uniquement si ces
changements sont dus à des exemples ou expériences » 3 . Le changement est dû lorsque
l’individu est mis plusieurs fois dans la même situation ; on peut dire que ce changement
découle soit d’un exercice où chaque répétition ou tentative de la situation amène à une
amélioration des performances ou bien d’une expérience antérieure se mise en contact avec la
situation en question.4

L’apprentissage selon C.HELOT est: « la capacité de modifier de façon plus ou moins


stable le comportement sur la base de l’expérience .c’est l’aspect le plus plastique de
l’adaptation de l’organisme humain aux variations du milieu » 5 .Selon lui l’apprentissage est
comme la vie, plus on est sur le terrain et on fait des erreurs, plus on apprend et on se forge et
à la fin on s'adapte et on se change.

1
http://lesdefinitions.fr/apprentissage.
2
-R.Galisson et D.Coste:Dictionnaire de didactique des langues ,Hachette ,Paris,1976,p.41.
3
-Enseignement de recherche en psychologie.L’apprentissage ;In www.google.fr
4
-http://theses.univ-batna.dz/index.php?option=com_docman&task=doc_download&gid=3542&Itemid=4
5
- C.Helot:Théories de l’apprentisage,(DLADL:Cours de CAPPES)8février2001,in www.google.fr

12
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

SABINE de GRAVE confirme que « l’apprentissage est le résultat d’échanges


continuels entre un individu et son entourage dans une situation et dans un temps données »1.
L’apprentissage de l’individu commence avant d’entrer à l’école. Il apprend dès sa naissance,
et dès qu’il commence à faire contact avec sa famille, ses voisins...etc.Il peut assimiler de
nouvelles connaissance grâce à celles acquises.

1-1-Les théories d’apprentissage2:


Ce processus est d’autant plus compliqué du moment qu’il peut être analysé selon des
approches différents et depuis plusieurs perspectives et c’est pour cette raison même qu’il
existe plusieurs théories de l’apprentissage

1-1-1- La théorie behavioriste:

Le béhaviorisme ou comportementalisme est marqué comme la première théorie de


l’apprentissage. Ce courant est présent dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement
et de la formation et le but de cette théorie est la prédiction et le contrôle du comportement.

J.Broadus Waton (1858-1958) est le principal fondateur de béhaviorisme et grâce à


ses nombreuses expériences, il confirme qu’on est capable d’apprendre la peur à un enfant par
le conditionnement classique. C’est l’apprentissage par conditionnement. Grâce à ce système
stimulus et réponse (S-R), élaboré pour les animaux (conditionnement pavlovien) ou (Pavlov
,1901), il montre que le rapport entre stimulus /réponse, se renforce à partir des répétitions, il
donne aussi des explications du conditionnement classique et il suppose que pour apprendre il
faut acquérir sur réflexe.

Pour Thorndike (1874-1949), il énonce la loi de l'exercice et de l'effet: la première


stipulant que la répétition d'une réponse conditionnée renforce le lien entre le stimulus et la
réponse ; la deuxième voulant qu'une réponse suivie d'un stimulus agréable sera renforcée
alors que celle suivie d'un stimulus désagréable diminuera. Position connexionniste selon
laquelle l'étude du comportement doit se faire à partir du couple stimulus-réponse (S-R) sans
intervention de l'organisme.3

1
- S.De Grave: Apprendre par les jeux ,Ed.De Boeck,Bruxelles ,1996,p.13
2
- http://www.ac-nice.fr/iencagnes/file/peda/general/Theories_apprentissage.pdf
3
-http://wwwens-usqac/pminier/act1/behavio.htm.

13
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

1-1-2- La théorie constructiviste

Le constructivisme est une théorie d’apprentissage par cette théorie, le principal


promoteur de ce courant Piaget (1896-1980) avait l’objectif de comprendre le développement
cognitif et la liaison entre la capacité d’apprendre et les étapes du développement de l’enfant.

Pour lui, la théorie constructiviste ne portait pas sur l’apprentissage mais plutôt sur le
développement. Piaget1 pense que la construction du savoir se fait au fur et à mesure et il
définit le développement en trois principaux stades:

-Le stade de l’intelligence senori-motrice (0-2ans ):c’est une période qui se caractérise
par la construction du schème et le développement de l’intelligence.

-Le stade des opérations concrètes (2-11ans): dans cette période l’enfant est capable de
coordonner des opérations en d’autres termes la pensée nous permet de revenir sur le passé.

-Le stade des opérations formelles (11-15ans): cette période est caractérisé par le
passage du concret à l’abstrait ; l’enfant a besoin d’établir des hypothèses pour comprendre le
monde qui entoure.

1-1-3-La théorie cognitiviste

Selon cette théorie, la psychologie étudie les processus mentaux et non le comportement
observable. Contrairement au courants mentalistes qui pensent que l’introspection soit une
voie d’accès fiable pour explorer le mental ,la psychologie cognitive est née de la révolte
contre le courant introspectionnisme ,associationnisme ,structuralisme et le courant
béhaviorisme qui considère l’être humain comme une boite noir favorise le caractère abstrait
et ne prend pas en considération les structures mentales.

Hull et Tolman , sont les principaux fondateurs de ce courant et ils sont les premiers à
étudier l’ensemble des phénomènes entre la stimulation du sujet par l’environnement et la
réponse observable de l’organisme. La psychologie cognitive est née dans les années 50 en
même temps que l’intelligence artificielle. Les débuts de l’informatique ont donné le feu vert
de fournir des concepts permettant de décrire la cognition: la notion d’information et de

1
-http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_09/i_09_p/i_09_p_dev/i_09_p_dev.html.

14
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

traitement de l’information. Le cognitivisme est fondé sur la psychologie expérimentale et le


béhaviorisme.

La théorie cognitiviste favorise sur la méthode expérimentale, elle étudie l’esprit de


l’homme, c’est comprendre la cognition et comment l’humain construit et transforme la
connaissance. Donc le processus cognitif est l’ensemble des éléments qui interviennent dans
cette construction. Le terme « cognition » étudie les grandes fonctions psychologiques de
l’être humain: l’intelligence, la mémoire et le raisonnement.

Cette théorie s’inspire du modèle de fonctionnement de l’ordinateur comprendre


comment la mémoire aperçoit, traite et emmagasine les nouvelles informations et à la fin
repère ces informations.

1-2-Les styles d’apprentissage1:

Chaque apprenant apprend selon un style d’apprentissage qui convient le mieux à ses
compacités, à son désir et surtout à ses facultés intellectuels c’est à-dire ils n’apprennent pas
de la même façon. Certains apprenants apprennent mieux en regardant mais d’autres par le
toucher des objets et enfin d’autres en écoutant.

Il convient de savoir que chaque enseignant possède une méthodologie qui lui est propre
et que chaque apprenant suivant des facultés et sa disponibilité à apprendre peut retenir deux
fois plus qu’un apprenant inattentif et psychologiquement perturbé .Bien que l’apprentissage
varié suivant des circonstances ,c’est à l’enseignant de faire appel à des méthodes différentes
d’enseignement et à la fois d’évaluation des compétences de l’apprenant.

En outre, la plupart des parents incitent leurs enfants à choisir un style qui ne leur
convient pas et par là s’inquiètent en fin de compte qu’ils ne m’ont pas atteint le but qu’ils
leur ont fixé. Seuls les parents connaissent le style d’apprentissage de leurs enfants et sont en
mesure de l’aider à apprendre efficacement et obtenir de bons résultats. Alors que les
enseignants m’ont qu’à adopter des stratégies et des activités destinées aux styles
d’apprentissage spécifiques pour répondre au mieux aux besoins des élèves. Plusieurs styles
sont possible tel que le style kinesthésique, visuel et le style auditif.

1
- http://www.frontiercollege.ca/french/ressources/APPRENT.pdf

15
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

1-3-Les stratégies visant à aborder des styles d’apprentissage spécifiques 1:

Pour ce faire, des activités et des stratégies employés dans une multitude de
combinaisons bien entendu dans le cadre de toute leçon, destinés aux styles d’apprentissage
spécifiques et qui s’adaptent bien sûre plusieurs méthodes d’apprentissage des apprenants.

1-3-1-Le style kinesthésique:

En premier lieu, ce style qui consiste à des démonstrations en classe tel que la création
de maquettes, le dessin, la peinture et toute activité de simulation et d’excursions scolaire.

1-3-2-le style visuel:

Il faut entendre par là toute activité permettant à l’apprenant de visualisés les objets, les
maquettes, les diapositives, des systèmes de codage en couleurs et l’ainsi que de symboles
visuels pour illustrer les sons. De même, l’encouragement de technique de visualisation est
indispensable comme la visualisation de l’orthographe des mots.

1-3-3-Le style auditif:

Quant au style auditif, une stratégie qui convient le mieux aux besoins auditifs de
l’apprenant qui consiste à l’enseignement directe et l’utilisation de magnétophones à cassette.
En effet, il faut ajouter à cela l’enregistrement audio et vidéo ainsi que l’incorporation de la
musique avec son rythme et sa mélodie

2. La motivation2:

C’est tellement difficile de définir la motivation .elle est une notion complexe car
beaucoup de facteurs entrent un jeu, ce qui a fini pas avoir plusieurs de définitions. La
définition de ce concept qui fait l’objet d’études de nombreuses disciplines telles que la
psychologie, l’éducation et sociologie.

1
- www.learnalberta.ca/.../outilsPourLearnAlberta/stylesdapprentissage.doc
2
http://www.cnrtl.fr/definition/MOTIVATION.

16
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

2-1-Définition générale:

Selon le dictionnaire Larousse de l’éducation: la motivation est: «ensemble de désir ou


de volonté qui pousse une personne à accomplir une tâche ou à viser un objectif qui
correspond à un besoin » 1 , c'est-à-dire ils existent des moteurs qui aident un apprenant à
accomplir une tâche ou à atteindre un objectif bien déterminé.

Selon le dictionnaire étymologique, le concept « motivation » vient du latin « movere »


qui prend le sens de mouvoir qui veut dire mouvement ; c’est-à-dire « ce qui met en
mouvement » 2

Selon le petit Robert ; la motivation:


« En philosophie: c’est une relation d’un acte aux motifs qui l’expliquent ou le justifient
En psychologie « action » des forces (coïncidentes ou inconscientes) qui déterminent le
comportement (sans aucune considération morale)».3

Le petit Larousse définit la notion de motivation:


« La motivation est l’ensemble des motifs qui expliquent un acte psychologiquement; facteur
psychologie conscient ou inconscient qui incite l’individu à agir de telle ou telle
façon »4.Donc, la motivation est un concept psychologique.

Selon Nuttin la motivation: « c’est l’aspect dynamique et directionnel du


comportement»5 . C’est-à-dire le coté qui dirige le comportement c’est bien la motivation.

SILLAMY définit la motivation comme suit: « un ensemble des facteurs dynamiques qui
déterminent la conduite d’un individu ». Il affirme aussi que « la motivation est le premier
élément chronologique de la conduite ; c’est celle qui met en mouvement l’organisme, mais
elle persiste jusqu'à la réduction de la tension »6

1
Motivation:définition [en ligne],http://agora-qc-cd.
2
Salvatore MAUGERI ,Les théories de la motivation au travail-histoire et actualité,document de recherche [en
ligne],p.2 http://uni-nOrleans.Fr/DEG/LEO.
3
Le petit Robert ,Edition 1990.
4
Dictionnaire, Le Petit Larousse ,2004,version CD-ROM
5
Françoise RAYNAL et Alain REUNIER,Pédagogie:Dicitonnaire des concepts clés:apprentisage,formations et
psychologie cognitive,Paris,ESF,1997,p.237.
6
Jean Baptiste NDAGIJMANA ,Motivation et réussite des apprentissages scolaires ,Mémoire de DEA ,Cote
d’Ivore,2008,[en ligne],http://www.memoireonline.com.

17
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

2-2-Les types de motivation1:

Beaucoup de psychologues distinguent deux grands types de motivations: motivation


intrinsèque et motivation extrinsèque.

2-2-1-La motivation intrinsèque:

Selon VIANIN la motivation intrinsèque: « correspond aux intérêts spontanés de la


personne ; l’activité en elle –même apporte des satisfactions, indépendamment de toute
récompense extérieure et l’envie d’explorer un objet inconnu ne suffit à elle –
même » 2 .L’apprenant réalise une activité pour l’intérêt. Il fait cette tâche juste pour la
satisfaction personnelle et pour le plaisir. L’apprenant est intrinsèquement motivé n’est pas
parce qu’il veut avoir une note mais pour la curiosité et le défi, le sentiment d’être reconnu
par les prototypes des activités qui créent la motivation intrinsèque sont les comblements de
vide ou les activités amusantes.

2-2-2- La motivation extrinsèque:

L’apprenant fait ses devoirs n’est pas pour le plaisir ou parce qu’il veut apprendre
quelque chose mais plutôt pour obtenir une récompense ou éviter une sanction parentale
.Dans ce cas, ce n’est pas le contenu qui intéresse l’apprenant mais la crainte d’une punition.
On considère cette motivation extrinsèque comme un outil de force qui anime comportement
de l’apprenant. Ce système de récompensés est un moyen tellement efficace pour obtenir un
apprenant à travailler.

2-3-L’importance de la motivation dans l’enseignement/apprentissage du FLE:

GARDNER et LAMBERT sont deux auteurs qui ont fait beaucoup d’études pour
expliquer la démotivation de certains apprenants d’une langue étrangère en utilisant une
approche psychosociale .Ils annoncent une hypothèse que les aptitudes et la motivation sont
deux principales causes de réussite des apprenants lorsqu’ils apprennent une langue étrangère.

Roland Viau définit la dynamique motivationnelle comme suit:

1
http://alain.battandier.free.fr/spip.php?article19.
2
Ali JARDOU,La motivation ,la langue et la culture étrangère: vers une motivation interculturelle plus efficace
dans les manuels en FLE en syrie,Mémoire de Master ,Université Stendhal,Grenoble,France,2009-2010,[en
ligne],http://www.memoireonline.com.

18
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

«Un phénomène qui tire sa source dans des perceptions que


l’apprenant a de lui-même et de son environnement, qui et a pour
conséquence qu’il choisit de s’engager à accomplir l’activité
pédagogique qu’on lui propose et de préserver dans son
accomplissement, et ce, dans le but d’apprendre » 1

Il est préférable d’utiliser « la dynamique motivationnelle » plutôt que « la motivation »


car la dynamique est phénomène complexe qui change tout dépend les facteurs externes à
l’apprenant et pour mieux comprendre les déterminants de la dynamique motivationnelle et
leur interaction .Il propose cette figure.

Facteurs relatifs à la classe


Activité pédagogique/évaluation
/enseignant/climat de classe

Facteur relatif à la vie Dynamique Facteur relatif à


de l’apprenant motivationnelle de l’institution
Famille /amis l’apprenant ex: horaire/règlements.

Facteur relatif à la société


ex: culture/valeurs/marché de l’emploi.

Figure: les facteurs qui influent sur la dynamique motivationnelle de l’apprenant

Cette figure 2 explique la relation entre les facteurs externes à l’apprenant et sa


dynamique motivationnelle intrinsèque. Roland Viau regroupe les déterminants qui influent
sur la dynamique motivationnelle en plusieurs catégories ; la classe, l’école, la société et la vie
de l’apprenant .L’enseignant est le seul responsable dans sa classe, il doit savoir le technique
du choix car le choix des activités à une grande importance, il doit aussi proposer des
consignes claires ,donner le temps suffisant pour l’accomplissement de l’activité ,utiliser des
supports visuels (tels que les images ,les vidéos…) ,des supports écrits. Les apprenants ont

1
Idem.
2
ROLLANT Viau ,La motivation dans l’apprentissage du français, Université de Sherbroke,Québec
,Canada,2001.

19
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

besoin de changer d’activités et d’essayer de nouvelles choses .L’enseignant doit de temps en


temps faire des évaluations qui amène les apprenants à entrer en compétition entre eux.

L’école est un facteur qui a une influence sur la dynamique des apprenants c'est-à-dire
l’équipe de l’éducation doit consacrer le double d’horaire pour les débutants, travailler par
groupe, apprendre à partir d’expérimentations, faire des compétitions, offrir des cadeaux pour
les excellents. Les facteurs relatifs à la société qui influent le plus sur la dynamique
motivationnelle et l’une des causes de la démotivation l’apprenant ne veut pas apprendre la
langue française parce que c’est une langue du colonisateur. Le milieu joue un rôle important
dans l’apprentissage du français, du moment que les parents parlent en français à la maison en
d’autres terme les apparents utilisent cette langue dans leur quotidien.

La motivation est sensiblement influençable par divers facteurs, à citer: la nature des
taches et les intérêts personnels. Elle diffère d’un élève à l’autre comme elle peut varier avec
le temps chez le même élève, qu’elles que soient les circonstances et la taches à accomplir, de
la même façon que chez les adules dans leur vie professionnelle. La motivation de l’apprenant
résulte de sa compréhension qu’il a de lui-même et de son environnement, elle reflète aussi
les conclusions qu’il en tire. Au cours des premières années de scolarité les apprenants se
montrent plus confiants et déterminés à apprendre et à réussir, à cette phase les niveaux
d’engagement et de persévérance sont élevés.1

La façon dont l’apprenant reçoit le travail qui lui est proposé selon sa perception de sa
capacité à le réussir, plus on estime qu’on est capable d’exécuter un travail, plus on est motivé
pour le réaliser. Les apprenants s’engagent dans une activité scolaire en fonction de sa valeur ,
son utilité pour eux et l’importance qu’ils lui accordent, et plus rarement selon le plaisir qu’ils
en attirent.2

Le niveau de la motivation d’un apprenant peut être jugé en évaluant les quartes
principaux indicateurs de la motivation scolaire qui sont: le choix, la persévérance,
l’engagement et la performance. Le choix de s’engager, s’observe chez un apprenant motivé
qui fait le choix de s’embauche dans une activité en montrant l’envie d’apprendre et en
utilisant tous les moyens possibles, contrairement à un apprenant qui n’est pas motivé à

1
http://epdflibrary.com/french/free.php?asin=2804111482
2
-Op.cit , http://epdflibrary.com/french/free.php?asin=2804111482

20
Chapitre I: Approche et théoriques conceptuelles

exécuter le travail qu’on lui a donné, dans ce cas il va avoir une attitude d’évitement, il n’a
pas choisi de s’y engager donc il n’est pas motivé.

La persévérance peut s’observer par le temps que l’apprenant donne à ses activités,
quand il est suffisamment motivé, il accorde un temps important pour bien accomplir son
travail. Pour ce qui est de la performance est un indicateur de la motivation scolaire dans la
mesure où ,habituellement , un apprenant motivé risque d’avantage de faire le choix de
s’engager dans une activité ,de persévérer et d’utiliser des stratégies d’apprentissage et
d’autorégulation qui influenceront positivement sa réussite.

Les indicateurs de la motivations scolaire servent à la fois de moyens d’évaluation, et


sont aussi des outils qui peuvent être utilisé afin de favoriser chez les apprenants le
développement de l’engagement devant un travail demandé, les apprenants motivés utilisent
davantage des stratégies d’apprentissage et d’autorégulation ,et montrent une envie
d’amélioration et un esprit persévérant .

21
Chapitre II: La sémiologie de l’image

1. L’image:
Aujourd’hui, on utilise le terme « image » dans notre vie quotidienne et même dans les
activités scolaires car elle sert non seulement à faciliter le processus de mémorisation mais
aussi la compréhension des mots .elle occupe une place considérable dans la société.

Platon définit l’image comme suivant: « j’appelle image d’abord les ombres ensuite les
reflets qu’on voit dans les eaux, ou à la surface des corps opaques, polis et brillants et toutes
les représentations de ce genre». 1C’est-à-dire l’image est un support visuel quel que soit la
méthode de sa conception.

Selon le dictionnaire Le petit Larousse 2004:

 « Image (latin imago):


 Représentation d’un être ou d’une chose par les arts graphiques ou plastique, la
photographie, le film, etc.
 Représentation imprimée d’un sujet quelconque.
 Image populaire, ou image d’Epinal: estampe, puis image photomécanique au
XIXe siècle, présentation naïve, simpliste d’un événement, d’un fait.
 Au figuré: ce qui reproduit, imite ou évoque quelque chose .Cet enfant est
l’image de son père. Elle est l’image même de la réussite.
 OPTIQUE, TECHENIQUE: ensemble plan points ou d’élément (pixels)
représentatifs de l’apparence d’un objet, formés à partir du rayonnement émis,
réfléchi, diffusé ou transmis par cet objet.
 Spécialement: représentation d’un objet matériel donnée par un système optique.
 Représentation mentale d’un être ou d’une chose.
 Image de marque: notoriété et perception qualitative dans le public d’une
marque, d’un organisme, d’une personnalité.
 Psychologie
 Image mentale: représentation psychique d’un objet absent.
 Image du corps: représentation que l’individu a son propre corps (à distinguer
du schéma corporel dont la base est neurologique) »2

1
-Martine JOLY ,Introduction à l’analyse de l’image,Ed Nathan,Paris,1993,p.08.
2
- Dictionnaire,Le petit Larousse ,2004,version CD-ROM.

23
Chapitre II: La sémiologie de l’image

Donc l’image est un support visuelle sert à communiquer et à transmettre un message.


Ce support est un instrument puissant par l’importance de son rôle. Elle est l’un des moyens
didactiques utilisés dans l’apprentissage du FLE caché du langage, elle représente un
ensemble de symbole en d’autres terme elle apporte un sens et l’identité d’une communauté.

En 1964 Roland Barthes 1ajoute que l’image livre trois messages:

 Un message linguistique: l’interprétation de ce qu’elle apporte l’image.


 Un message iconique codé: l’image apporte des signes codés qui demandent
d’être déchiffré.
 Un message iconique non codé: tout ce qui est apporté l’image clairement, il n’a
pas besoin d’être décodés.

2- L’utilisation de l’image d’une classe du FLE:

A la fin du 19ème siècle, l’utilisation de l’image dans l’enseignement /apprentissage de


FLE fait son apparition avec l’appropriation de la méthode directe où toute la priorité est
accordée à la langue cible ce qui signifie une compréhension de cette dernière sans se réfugier
à l’intermédiaire de la langue .prenant en exemple: les images, les mîmes…etc.
La démarche directe est illustrée par la méthode Marchant 2 où l’utilisation de dessin
vise l’explication du vocabulaire ; le nouveau vocabulaire est écrit en gras caractère ; les
explications de ces mots figurent dans de petites vignettes où un dessin qui représente le
référent correspondant à un ou plusieurs mots de la langue cible. En outre, a illustrer un point
grammatical, tel que accompagnait le dessin d’un homme avec « femme » pour définir la
morphologie de l’article. Le dessin peut servir aussi à la représentation des objets du même
thème « école » ( un cour ,une classe , un enseignant…) par un jeu oral c'est-à-dire questions
/ réponses (que voyez-vous ? une classe ) avec les autres objets figurés par le dessin on
produit un corpus de phrase sur le modèle.
La méthodologie audio-visuelle est apparue en France au début des années 60 dans
l’enseignement du FLE jusqu’ aux 1975 .Son but était de mettre en jeu les perceptions audio-
visuelle, ainsi de jouer sur leur complémentarité et la création de situations qui permettent
l’accès au sens d’un point de syntaxe ou d’un sujet lexical.

1
http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1964_num_4_1_1027
2
Marchant est le premier livre de français,Edition FELE ,Paris,1920,p.52.

24
Chapitre II: La sémiologie de l’image

L’association parfaite du « son et image » d’un apprentissage global des structures de


langue (plusieurs images et dialogue enregistrer et présentés deux fois).cette présentation nous
mène à dire que la phrase d’explication dans la langue cible se présente par un jeu de rôles sur
les situations évoquées par les images ; puis les apprenants répètent chaqu‘un à son tour
l’ensemble du dialogue.
Les années 90 ont été marqué par le bouleversement technologique et culturel avec
l’innovation des technologies d’information et de communication, qui ont accaparé les
multiples champs disciplinaire et spécialement celui de l’éducation .L’intégration d’outils
informatique tels que l’ordinateur et l’internet en classe fait que la pratique de l’image est de
plus en plus présente dans les sièges des établissements d’éducation et spécifiquement dans
les cours de la langue où elle représente le moyen sur lequel s’épaule l’enseignant pour un
meilleur apprentissage de la langue.1

3-la notion de signe2:

La sémiologie est la science de tous les systèmes de communications .Ferdinand de


Saussure devise le signe en deux concepts. Le signifiant: est l’image acoustique et le signifié:
est l’image immatérielle ou bien conceptuelle. Donc, le signifiant et le signifie sont associés
pour avoir le signe.

« le signe(….) l’ensemble qui résulte de l’association de signifiant ou


signifier», «…Nous appelons signe la combinaison d’un concept et
d’une image acoustique…nous proposons de conserver le mot de
signe pour désigner le total et de remplacer le concept et l’image
acoustique respectivement pour signifié et signifiant »3

Selon Saussure « le signifiant: est une entité psychique .Il ne s’agit pas de son matériel
mais l’empreinte psychique de ce son pour lui le caractère psychique de signifiant apparait
quand on observe notre propre langage »4

1
- http://dspace.univ-biskra.dz:8080/jspui/bitstream/123456789/5142/1/sf144.pdf
2
-http://bounie.polytech-lille.net/multimedia/semiologie_vp.pdf
3
- Ferdinand de Saussure,Cour de linguistique générale, Ed Payot, Paris, 1972, p.89.
4
Contenu par CAUSSETTE Claude,l’image démaquillées ou iconique ,Ed Riguil international,Québec
,1982,p.314.

25
Chapitre II: La sémiologie de l’image

Peirce propose une définition pour le signe selon laquelle le signe « est quelque chose
qui tient lieu et place pour quelqu’un de quelque chose sous quelque rapport ou à titre »1.

Il montre la relation entre les sommets: quelque chose est le signifiant, tenant lieu de
quelque chose (objet) sous quelque rapport ou à titre c'est-à-dire le signifié.

Interprétant

Objet ST

Présentation Référent

Schéma2: La triangulation dynamique de Peirce

Une triangulation dynamique qui nous aide de mieux comprendre la nature du signe et
son fonctionnement.

La fameuse trichotomie-Indice est une typologie de Peirce qui englobe l’image comme
une sous catégorie de l’icône qui nous aide de manière de bien saisir la nature de signe.

3-1-Les types de signe3:

Peirce va donc instaurer sa typologie, en proposant trois grands types de signe:


symbole, l’icone et l’indice

3-1-1- Le symbole:

Concerne tout signe de nature arbitraire. Les signes symboliques rompent toute
ressemblance et toute contiguïté avec la chose exprimée. C'est le cas de la langue (le mot chat
n'a, par exemple, aucun rapport graphique ni phonétique avec l'animal qu'il désigne. Ils
nécessitent donc l'apprentissage de codes, de conventions d'écriture et de lecture. Le caractère
1
-C.S.Peirce cité par M.Joly in Introduction à l’analyse de l’image, Ed NATHAN, France, 2001, p.25.
2
-Idem,p.27.
3
- http://bounie.polytech-lille.net/multimedia/semiologie_vp.pdf

26
Chapitre II: La sémiologie de l’image

symbolique d’un signe relève moins de l’arbitraire du renvoi entre signifiant et signifié (signe
linguistique) que de la valeur de ce signe qui en exclut tout autre à sa place. Ex: la balance et
le glaive sont ainsi deux symboles différents de la justice, reliés l'un et l'autre à des valeurs
culturelles très fortes: l'équité pour la balance, et la rigueur pour le glaive.

3-1-2 L’icône:

Est une représentation analogique détachée des objets ou phénomènes représentés.


Renvoie à l'objet signifié au moyen d'une ressemblance avec celui-ci. L’image d’un arbre ou
d’une maison sont des icônes dans la mesure où elles ressemblent à la réalité extérieure .Le
portrait est l’exemple le plus évident de l’icône, étant donné que cette dernière est un signe
motivé .Mais la ressemblance n’est pas toujours visuelle, même les enregistrements, les
odeurs et les gouts sont considérés comme des icônes. Les sous catégories de l’icône
sont:l’image ,le diagramme et la métaphore.

3-1-3-L’indice:

Est un signe qui observe une relation directe de contiguïté avec son objet. L’indice se
caractérise par la relation de contiguïté « naturelle » entre la représentation et l’objet ou le
référent, et l’absence d’intention. Les signes indiciels sont des traces sensibles d'un
phénomène, une expression directe de la chose manifestée. Ex. Des traces de pas dans le sable
témoignent du passage de quelqu’un. Ex: la fumée et le feu.

4-La fabrication de l’espace de l’image1:

L’enseignant dans sa classe utilise des supports didactiques visuels tels que l’image et
la vidéo pour permettre à ses apprenants de procéder aux différentes interprétations .Il doit
avoir des compétences dans le domaine de la fabrication de l’espace de l’image.

Pour avoir les différentes interprétations des personnes qui observent l’image, les
détails de ce dernier ont été prises de manière à décrire différentes facettes de la personne ou
du lieu, l’image fonctionne selon trois critères:le cadre, le plan et plan approché.

« …Le cadre ce que vise la caméra, définit ce que l’on montre et ce que l’on ne montre pas,

1
- http://www.bonjourdefrance.com/ressources/pdf/cinema-fos.pdf

27
Chapitre II: La sémiologie de l’image

(le champ et le hors champ), les détails mis en évidence et ce qui reste comme un horizon
mais apparaitra dans l’image suivante » 1 . Le cadre désigne les bordures d’un tableau de
peinture puis ce que représente à l’intérieur de ses périmètres. On trouve le terme « cadre » à
la photographie et au cinéma pour pouvoir représenter ce que l’artiste capture.

« Le plan fonctionne de la même manière. Il présente le réel


sous un aspect ou sous un autre. Le plan d’ensemble montre le lieu de
l’action. Il assure au spectateur un premier niveau de repérage. Le
plan moyen insiste sur les personnages ou sur ce qui sera plus
particulièrement mis en évidence. »2

C'est-à-dire le plan présente une image continue, fixe ou bien en mouvement. Le plan
accède de présenter le réel .Il se regroupe en deux: le plan d’ensemble: est une vision
d’ensemble du bien ou se déroulent les actions. Le plan moyen montre les personnages qui
participent et mêmes les actions. Chaque plan a sa spécifie selon le pinceau, camera ou
l’appareil photo.

« Le plan rapproché ou le gros plan attire l’attention sur un


détail (il est surtout utilisé pour ses capacités à évoquer un effet
dramatique)…Cadre, champ, hors champ, plan d’ensemble, plan
moyen, plan rapproché, gros plan, constituent un univers particulier
construit en fonction des intentions du réalisateur »3

Le plan approché ou le gros plan: le rôle de ce plan est de ne se pencher que sur un élément
bien déterminé.

5-La sémiologie de l’image4:

Le but de la sémiologie est l’étude des signes et des systèmes de signification. Cette
discipline est la science de la manière de communiquer entre les hommes soit avec la
linguistique ou bien avec l’iconographique. La sémiologie renvoie à Saussure, à Barthes.

1
-Jean-Pierre Dudézert,L’audio visuel pour l’école ,Ed Marketing ,Paris ,1994,p.120.
2
-Idem,p.121.
3
- Ibid.
4
-http://bounie.polytech-lille.net/multimedia/semiologie_vp.pdf

28
Chapitre II: La sémiologie de l’image

La linguistique est un élément qui fait partie de la sémiologie. La linguistique est


considérée comme la description de tous les signifiants pour n’importe quelle signification.

Roland Barthes est le premier à mettre l’accent sur la sémiologie « la sémiologie de


l’image parfois encore nommée iconologie: de EiKomos: image est cette science récente qui
se donne pour objectif d’étudier ce que disent les signes et comment elle le disent »1

Peirce 1839-1914 considère l’image comme un signe qui a une relation entre le
référent en d’autres termes l’image représente une certaine réalité.

5-1-L’image au niveau pédagogique:

L’une des missions de l’école est l’éducation par image. Depuis longtemps ce dernier
a le droit de considérer comme un support d’échanges oraux ou d’initiation.

Beaucoup de supports sont au service d’enseignant pour lui donne l’aide mais la
présence de l’image au niveau d’une classe d’une langue étrangère reste intéressante et utile,
surtout lorsque l’apprenant comprend les activités et c’est grâce à l’image ces activités
semblent faciles.

Les grands pédagogues comme:Saint Augustin ,Montaigne ,Rousseau parlent de la


relation entre pédagogie et image.

6-La lecture sémiologique de l’image2:

Dans l’image, la polysémie est plus grande par rapport à la langue, la polysémie des
images rien en dehors d’une démarche interprétative c'est-à-dire les significations relèvent
d’une approche que l’on peut qualifier de pragmatique.

Les objets pédagogiques de la lecture sont sémiologiques sont:

 La présence de l’image renforce la rétention et l’enregistrement des mots.

 L’aspect analogique de l’image permet à l’apprenant d’assimiler et accéder à cette

langue car il lui facilite la compréhension.

1
-R. Barth: «Rhétorique de l’image »,Communication n04, Ed du Seuil, Paris, 1975,p.20.
2
- http://bounie.polytech-lille.net/multimedia/semiologie_vp.pdf

29
Chapitre II: La sémiologie de l’image

 L’image aide l’apprenant à recevoir l’image en fonction de son intelligence.

7-L’image comme une source de plaisir et un outil de mémorisation:

Pour plusieurs raison l’image parait très importante dans la classe d’une langue
étrangère. Si on souhaite générer du plaisir chez les apprenants dans leur apprentissage, les
images sont tout d’abord distrayants et de ce fait, elles s’avèrent être un support des plus
motivants. Il revient à l’enseignant de susciter le plaisir des apprenants dans la tâche, il
veillera donc à répartir celles-ci avant tout visionnement, ce qui favorisera l’attention et
l’intérêt pour ses leçons.

La mémoire a une dimension émotive, le contexte émotionnel est nécessaire dans


l’encodage de l’information. Elle attribue aux souvenirs une certaine coloration émotive:
désir, joie, tristesse…etc. Les émotions jouent un rôle important dans l’ancrage des
informations dans la mémoire.

Ce support visuel est un moyen et un auxiliaire de mémoire ayant le pouvoir d’assurer


de bon cheminement du processus de mémorisation et une source de plaisir et loisir pour une
bonne qualité d’apprentissage.

8-L’image comme un facteur motivant dans la salle de cours:

Sans doute, les facteurs affectifs jouent un rôle primordial dans l’apprentissage, ils y
interviennent indirectement au processus d’acquisition .La liaison de l’affectif au cognitif ne
peut être écartée par les pédagogues qui ont fait de cette dernière une ressource d’intérêt et
une bonne motivation .D’ailleurs, elle est considérée par les chercheurs en éducation et par les
enseignants comme la cause principale de la réussite scolaire.

Parmi les facteurs motivationnels, on peut se limiter ici à ses composantes la plus
importante: le matériel pédagogique tel que les documents et les supports employés lors de
l’apprentissage mais d’une façon précise les supports iconiques. C’est à partir de l’image non
séquentielle pour d’avantage motiver l’apprenant et également pour enrichir leur bagage
linguistique. Les documents dont on a parlé semblent avoir certainement une influence
affective sur les apprenants grâce bien sûre à leur aspect à double effet: ludo-éducatif, c'est-à-
dire riches en détails et en couleurs ce qui convient parfaitement au monde de l’enfant et
produit chez ce dernier à la fois un bon plaisir et un intérêt certain.

30
Partie pratique

1-L’expérimentation

1-1-Présentation de l’établissement:

Notre enquête est réalisée dans l’établissement de « 04 mars1956 –Tébessa- ».L’école


contient 13 salles, une bibliothèque, comme elle dispose d’une grande cour, il y a 29
enseignants dont 03 qui assurent l’enseignement de la langue française et pour la classe de la
3eme AP, elle contient 25 apprenants.

2-2-Déroulement de la leçon:

Activité: Expression orale.

Support: Des illustrations


 La compétence à installer:
Réaliser des actes de parole pertinents dans une situation d’échange.
 Les composantes de la compétence:
Maîtriser le système phonologique, connaître les actes de parole et donner du sens au message
oral.
 L’objectif d’apprentissage
Au terme de cette activité, l’apprenant sera capable de:
-Identifier les actes de paroles.
-Identifier le thème général.
-Discriminer les phonèmes de la langue.
-Mémoriser le lexique relatif aux actes de parole.
-Image 1:

L’activité consiste à donner la consigne suivante: Observez l’image?


Il s’agit d’une image, donc la phase d’observation est utile pour le bon déroulement de
la suite de la séance.

32
Partie pratique

D’abord on a accordé quelques minutes aux apprenants pour voir le contenu de l’image.
On a fait le tour de la classe pour vérifier notre consigne.
-E: Que voyez-vous dans cette image?
-A 1: Des élèves
-A 2: Policier
-A 3: Un arbre
L’image est une source de motivation et de plaisir en classe, elle suscite l’intérêt de
l’apprenant, c’est pour cette raison ils veulent tous participer et parler.
On leur pose la question suivante:
E: A quel moment les écoliers peuvent-il traverser ?
A1: le policier siffle
On demande aux apprenants de construire une phrase simple avec le policier siffle / les
écoliers / traverser
On leur donne le début de la phrase pour les aider
A2: les écoliers peuvent traverser quand le policier siffle.
On fait répéter la phrase par tous les apprenants
On leur pose la deuxième question: comment s’appellent les enfants ?
-A1: Des élèves
-E: non
-A2: fille et garçon
-E: non, les enfants s’appellent « des piétons »
Toute la classe répète le mot à fin de mémoriser le mot « piéton »
-Image 2:

On montre aux apprenants une image et on pose la question suivante:


Que représente cette image ?
-A1: des poissons.

33
Partie pratique

-E: Oui, mais comment s’appelle celui qui vend les poissons ?
……blocage…., les apprenants veulent répondre en arabe parce que pour eux ,c’est un
nouveau mot.
On leur donne des propositions et à eux de choisir, il s’agit d’un boulanger / un poissonnier ou
bien un médecin.
Tous les apprenants veulent parler et participer et à notre tour, on donne la parole à un
apprenant qui n’ose pas s’exprimer, dans le but d’inciter l’apprenant à s’auto –correction.
-A1: Qu’il s’agit d’un poissonnier (masculin)
-E: ici on leur apprend que « un » à la même valeur que « le » ensuite on a donné la parole à
toute la classe.
-Image 03:

On leur pose la question suivante: que vois –tu sur cette image ?
-A 1: arbre
-A 2: banane
Pour mieux comprendre le mot, on a ramené les bananes pour leurs montrer un exemple
concret.
-E: Les bananes sont des fruits ou des légumes, ils ont tous répondu que les bananes sont des
fruits.
-E: Comment s’appelle le fruit du bananier ?
-A 1: le citron
-E: non , regardez bien l’image
-A 2: La banane
-E: Comment s’appelle cet arbre ?

34
Partie pratique

On donne le début d’un mot pour que l’apprenant puisse produire la suite.
-A 1: arbre fruitier
- A 2: arbre fruitier
On a demandé à toute la classe de répéter « un arbre fruitier »
E:Comment s’appelle le fruit que donne le figuier ?
A1:Le figue
A2:Le figue
Presque toute la classe a répondu juste.

-Image 4:

On montre l’image aux apprenants et on pose la question suivante: que représente cette
image ?
-A1: livre
-A 2: Un livre
On leur pose la question suivante: On dit un livre ou une livre
-A1: Une livre
-A 2: Un livre
Puis on a posé le livre sur la table et on a demandé aux apprenants de construire une phrase
par le mot table et livre.
Tous les apprenants ont répondu par la phrase suivante: le livre est sur la table.

35
Partie pratique

-Image 05:

On a expose une autre image et on a posé toujours la même question: que représente cette
image ?
La réponse de l’apprenant était tout simplement « Tematem » bien sure cette réponse est en
langue maternelle, on a refusé cette réponse car notre objectif est l’apprentissage de langue
par la langue étrangère.
Toute la classé est restée sans réponse.
A ce moment- là, on leur dit qu’il s’agit « de tomate »
A fin de mémoriser le nom inconnu de ce légume, on a demandé aux apprenants d’employer
le mot « tomtate » pour construire une phrase simple.
-A 1:j’aime la tomate.
-A 2: je dessine la tomate.
-A3: Je préfère la tomate.
 Le commentaire:
Le but de notre expérience est la pratique de la langue française dans la salle de cours. Les
apprenants sont motivés et ils ont bien assimilé le cours qui à pour l’objectif d’acquérir de
nouvelles connaissances en utilisant un support visuel et de mémoriser des objets en langue
étrangère sans faire le recours à la langue maternelle et on les aide à construire des phrases
correctes et complètes à travers ce support et parfois on leurs donne le début d’un mot ou
d’une phrase pour que l’apprenant produise la suite.
L’image est considérée comme un instrument pédagogique qui aide l’enseignant à motiver
ses élèves. Elle a permis aux apprenants de s’exprimer, de parler, de s’amuser et d’être
motivés.

36
Partie pratique

2-Le questionnaire:
2-1-Présentation du questionnaire:

Dans cette partie pratique, nous menons une analyse du questionnaire destiné aux
enseignantes et des enseignants de la langue française qui ont des classes de 3année primaire
pour signaler le rôle de l’image dans la motivation les apprenants.

A partir de ce questionnaire nous essayons de confirmer nos hypothèses de recherche.

2-2-Lieu de l’enquête:

Au niveau des écoles primaires de Tébessa nous avons réalisé notre travail de recherche
dans les écoles suivantes:

-Ecole 4 mars 1956


-Ecole 01 juin
-Ecole YAHYA Faress
-Ecole AISSAOUI Rachid
-Ecole Hay Zouhour
-Ecole Iben Badis
-Ecole les fréres Bouazdia
-Ecole HATI Djamel
-Ecole SAADI Moussa
2-3- Dépouillement, analyse et interprétation des résultats:
1-Sexe
 Femme
 Homme

37
Partie pratique

Tableau:N°01

Réponses Nombres des enseignants Pourcentage


Femme 20 66.7 %
Homme 10 33.3%
Total 30 100%

Sexe

Homme
33.3%

Femme
66.7%

a-Présentation des résultats:

Comme l’indique le tableau ci-dessus, nous remarquons que sur 30 enseignants 20


enseignantes soit (66.7%) et 10 enseignants soit (33.3%).

b-Analyse et interprétation des résultats:

D’après ces résultats, nous avons remarqué que le sexe féminin (66.7%) occupe un
espace considérable. Les femmes s’intéressent beaucoup plus à la langue française parce
qu’elles la trouvent une langue de prestige et d’hiérarchie sociale. Nous pouvons dire que les
deux sexes ne sont pas équilibrés.

38
Partie pratique

2-Quel est votre âge ?


 De 20 à 25
 De 25 à 30
 De 30 à 35
 Plus de 35

Tableau: N° 02

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


De 20 à 25 9 30%
De 25 à 30 9 30%
De 30 à 35 6 20%
Plus de 35 6 20%
Total 30 100%

Age

Plus de 35 De 20 à 25
20% 30%
De 30 à 35
20%
De 25 à 30
30%

a-Présentation des résultats:

A travers le tableau ci-dessus, nous remarquons que sur 30 enseignants 9 enseignants


soit (30%) ont de 20 à 25ans .9 enseignants soit (30%) de 25 à 30ans .6enseignants soit (20%)
de 30 à 35 et 6 enseignants qui ont de l’âge plus de 35ans.

39
Partie pratique

3-Années d’enseignement ?
 Moins de 4 ans
 De 4 ans à 10 ans
 De 10 à 20 ans
 Plus de 20 ans

Tableau: N° 03

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


Moins de 4ans 10 33.3%
De 4 à 10ans 10 33.3%
De 10à 20ans 5 16.7%
Plus de 20ans 5 16.7%
Total 30 100 %

Années d'enseignement
Plus de 20 ans
16.7%

Moins de 4ans
De 10 à 20ans 33.3%
16.7%

De 4 à 10 ans
33.3%

a-Présentation des résultats

A travers le questionnaire que nous avons élaboré et donné aux enseignants.Nous


remarquons que sur 30 enseignants 10 enseignants soit (33.3%) ont moins de 4ans dans
l’enseignement de la langue française.10 enseignants soit (33.3%) sont de 4ans à 10 ans.5
enseignants soit (16.7%) ont de 10 à 20ans et en fin ceux qui ont plus de 20 ans dans
l’enseignement de la langue française sont 5 enseignants (16.7%).

40
Partie pratique

b-Analyse et interprétation des résultats:

A partir de ces résultats, nous remarquons une différence dans notre échantillon sur
l’aspect professionnel, tout au niveau de l’expérience et l’ancienneté le taux 33.3% est
représenté par un public d’enseignants ayant moins de 4ans et de 4ans à 10ans ,de pratique
dans ce métier ,puis 16.7% représenté par un public d’enseignants ayant de 10 à 20ans et plus
de 20ans.

La différence d’expérience va nous aider dans notre travail, en nous donnant des
possibilités d’analyse à la fois riche et variée à travers les réponses de ces enseignants.
Comme elle nous permettra de comparer leurs attitudes vis-à-vis de la présence de l’image
dans une classe étrangère et la façon dont ces enseignants exploitent la présence de ce support
visuelle.

4-où enseignez- vous?

 Une zone urbaine


 Une zone rurale

Tableau: N° 04

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


Une zone urbaine 17 56.67%

Une zone rurale 13 43.33 %


Total 30 100%

Nombre des enseignants selon les


zones

Une zone rurale


43% Une zone
urbaine
57%

41
Partie pratique

a-Présentation des résultats:

A travers le tableau, nous remarquons que sur 30 enseignants 17 enseignants soit


(56.67%) travaillent dans une zone urbaine .ceux qui travaillent dans une zone rurale sont 13
enseignants (43.33%).

5-Est-ce que l'utilisation de l'image dans l’apprentissage du français langue étrangère


est:

 Obligatoire
 Nécessaire
 Inutile

Tableau: N° 05

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


Obligatoire 18 60%
Nécessaire 11 36.7%
Inutile 1 3.3%
Total 30 100%

Utilisation de l'image dans


l'enseignement du français à l'école
Inutile
3%

Nécessaire
37%
Obligatoire
60%

42
Partie pratique

a-Présentation des résultats:

Comme l’indique le tableau ci-dessus, la majorité 60% voient que l’image est
obligatoire dans l’enseignement du français. 36.7% jugent qu’elle est nécessaire et en fin un
seul enseignant sur 30 voit que l’utilisation de l’image dans l’enseignement de français est
inutile.

b-Analyse et interprétation des résultats:

D’après ces résultats, nous pouvons dire que nos enseignants sont certains de
l’importance de l’image dans l’apprentissage.

60% converse à l’utilisation de l’image en cours de français le statut ’’obligatoire’’, ils


utilisent le visuel pour faciliter la compréhension surtout pour les classes de troisième année
primaire et 36.7% l’ont qualifié de ’’nécessaire’’, nous pouvons dire que la présence de
l’image en cours de français aide à tout expliquer et à tout résumer alors qu’un seul
enseignant voit que ce support est inutile.

6-Est -ce que l'image facilite l’enseignement /apprentissage d'une langue étrangère ?

 Oui
 Non

Tableau: N° 06
Réponses Nombre des enseignants Pourcentage
Oui 29 96.7%
Non 1 3.3%
Total 30 100%

43
Partie pratique

La facilité de l'image dans


l'enseignement / apprentissage d'une
langueNonétrangère
3.3%

Oui
97.7%

a-Présentation des résultats:

A partir du tableau nous remarquons que 29 enseignants c’est-à-dire 96.7 % confirment


que ce support facilite enseignement /apprentissage d'une langue étrangère et seul enseignant
qui représente 3.3 % a répondu par non.

b-Analyse et interprétation des résultats:

Pour la majorité des enseignants 96.7 %, affirment que l’image est un outil nécessaire à
l compréhension et elle peut être une aide à l’accès au sens global l’apprenant dans une
activité.C’est ce qui fonde son apport positif et son l’utilité dans l’apprentissage
/enseignement.

D’autres part, nous avons enregistré comme résultat un seul enseignant (3.3 %) qui ne
considère pas que l’image facilite l’enseignement /apprentissage

7-Est-ce que l'image aide l'apprenant à mémoriser de nouvelles connaissances ?


 Oui
 Non
 Parfois

44
Partie pratique

Tableau: N° 07

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


Oui 25 83.3%
Non 0 0%
Parfois 5 16.7 %
Total 30 100%

L'image aide l'apprenant à mémoriser


de nouvelles connaissances
Parfois
16.7%
Non
0%

Oui
83.3%

a-Présentation des résultats:

A travers le tableau ci-dessus, nous remarquons que sur 30 enseignants 25


enseignants soit (83.3%) affirment que l’image aide l’apprenant à mémoriser de nouvelles
connaissances, alors que 5 enseignants (16.7%) voient que l’image aide parfois dans la
mémorisation des mots.

b-Analyse et interprétation des résultats:

Nous avons enregistré comme résultat 83.3% des enseignants qui affirment que l’image
joue un rôle primordial dans la mémorisation des apprentissages surtout lorsqu’il s’agit de
l’apprentissage d’une langue étrangère où l’enfant reste incapable d’approprier et de maîtriser
son apprentissage s’il ne comprend pas ses propos .L’aspect analogique de l’image permet à
cet apprenant d’assimiler et d’accéder à cette langue car il lui facilite la compréhension .Celle-
ci est intimement liée à la mémorisation.

45
Partie pratique

Les images jouent également un rôle déterminant et crucial dans le processus de la


mémorisation .La présence de l’image dans la classe renforce la rétention et le bon
cheminement d’enregistrement des mots, elle est efficace et amusant à la fois.

8-Vos apprenants sont démotivés car:


 Le français est une langue difficile
 Les apprenants n’utilisent pas le français dans leurs quotidiens
 Les apprenants n’ont aucun envie d’apprendre
 Manque de confiance de soi

Tableau: N° 08

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


Le français est une langue difficile 6 20%
Les apprenants n’utilisent pas le 12 40%
français dans leurs quotidiens
Les apprenants n’ont aucun envie 6 20%
d’apprendre
Manque de confiance de soi 6 20%
Total 30 100%

La cause de démotivation des


Manque de apprenants
confiance de Langue difficile
soi à apprendre
20% 20%

Les apprenants Les apprenants


n'ont aucun n'utlisent pas le
envie français dans
d'apprendre leurs quotidiens
20% 40%

a-Présentation des résultats:

A partir des résultats reçus ,12 enseignants soit (40%) pensent que ses apprenants sont
démotivés parce qu’ils n’utilisent pas le français dans leurs quotidiens.6 enseignants soit
(20%) trouvent que cette langue est difficile à apprendre .6enseigants soit (20 %) trouvent que

46
Partie pratique

les apprenants n’ont aucun envie d’apprendre et en fin 6enseignants soit (20%) trouvent que
le manque de confiance de soi est la cause de la démotivation de ses apprenants.

b-Analyse et interprétation des résultats:

Nous avons enregistré comme résultat 40 % des enseignants qui considèrent que la
famille est la base principale dans la construction sociale. Elle est importante car les risques
majeurs peuvent entraver le processus enseignement /apprentissage et par conséquent
apprenant à la démotivé qui ne veut pas apprendre.

D’autre part, 20% disent que ses apprenants ne veulent pas apprendre le français parce
que pour eux c’est une langue difficile et leurs crée des complexes .20 % des enseignants
voient que l’apprenant n’a aucun envie d’apprendre cette langue et en fin 20 % voient que la
cause de démotivation est le manque de confiance de soi, l’apprenant doit se sentir en
confiance et peut exprimer ses connaissances sans crainte de réaction négative de ses
camarades.

9-L'image est un facteur motivant pour ces apprenants:

 Oui
 Non

Tableau: N° 09
Réponses Nombre des enseignants Pourcentage
Oui 28 93.3%
Non 2 6.7%
Total 30 100%

47
Partie pratique

L'image comme un facteur motivant

Non
6.7%
Oui
93.3%

a-Présentation des résultats:

Les statistiques ont montré par un pourcentage très élevé de (93.3%) 28 enseignant sur
30 trouvent que l’image motive ses apprenants et 2 enseignants (6.7%) trouvent que l’image
ne motive pas l’apprenant.

b-Analyse et interprétation des résultats:

De ce fait, nous pouvons dire que l’image peut rendre les apprenants plus motivés. Elle
possède des composante formelles capable d’agir l’esprit et de susciter l’intérêt de l’apprenant
d’où son rôle important dans la motivation.

Le 6.7% des enseignants restant trouvent que l’image ne motive pas les apprenants
parce que ces derniers ne donnent pas beaucoup d’importance aux images mais cherche
plutôt, à apprendre la langue à travers le texte.

10-Est -ce que l'image attire l'attention de vos apprenants ?

 Oui
 Non

48
Partie pratique

Tableau: N° 10

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage

Oui 28 93.3%

Non 2 6.7%

Total 30 100%

L'image attire l'attention de vos


apprenants
Non
6.7%

Oui
93.3%

a-Présentation des résultats:

A travers le tableau ci-dessus, nous remarquons que sur 30 enseignants 14 enseignants


soit (93.3%) trouvent que l’image attire l’attention de ses apprenants et deux enseignants ont
répondu par non soit (6.7%).

b-Analyse et interprétation des résultats:

A partir de ces résultats nous remarquons, que la majorité des enseignants confirment
que l’image attire l’attention et provoque la mobilisation des ressources de l’apprenant.
L’image possède des caractéristiques formelles qui sont susceptibles de représenter une
source d’intérêt pour le jeune apprenant. Donc, l’image est moyen puissant qui sert à motiver
l’apprenant dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère.

Pour le reste des enseignants (6.7%), l’image est un moyen secondaire et qu’elle ne
peut pas attirer l’attention de ses apprenants.

49
Partie pratique

Si oui, pourquoi ?

Selon la majorité des enseignants (93.3 %), l’image est toujours essentielle à la
compréhension, si l’apprenant n’arrive pas à comprendre le texte, l’image suffira à tout
expliquer.En effet, l’image peut être le meilleur moyen pour que l’apprenant puisse apprendre
une langue étrangère.

Selon ces enseignants, les apprenants sont attirés par les couleurs de l’image. Cette
dernière motive l’apprenant parce qu’elle le fait casser le cadre de la routine. L’enseignant
doit employer la pédagogie de la séduction. L’image sert à dévoiler ce que les mots n’arrivent
pas à exprimer.

11-Dans quelle activité, utilisez –vous l’image ?


 L'oral
 La lecture
 Phonétique
 L'écriture

Tableau: N° 11

Réponses Nombre des enseignants Pourcentage


L'oral 19 63.3%
La lecture 5 16.7%
La phonétique 6 20%
L'écriture 0 0%
Total 30 100%

50
Partie pratique

L'utilisation de l'image dans les


activités
L'écriture
Phonétique 0%
20%

La lecture
16.7% L'oral
63.3%

a-Présentation des résultats:

La majorité 63.3% voit que l’image peut influencer sur l’apprenant dans l’oral .20%
voient qu’elle exerce au niveau de la phonétique ,16.7% voient que l’image influence sur la
lecture.

b-Analyse et interprétation des résultats:

Ces résultats, nous permettent de dire que l’influence de l’image n’exerce pas sur
l’apprenant dans toute les activités mais uniquement aux niveaux de certaines. Les
enseignants qui ont choisi l’oral, ils voient que l’image est un élément déclencheur de parole
et qu’ils ne peuvent pas présenter une activité de l’expression orale sans utiliser des
illustrations .Alors que les enseignants qui ont choisi la lecture voient l’image développe le
contenu linguistique d’un texte parce qu’elle aide l’apprenant à comprendre le thème général
du texte à partir de ce que représente l’image.

51
Conclusion générale

Ce mémoire de recherche a été réalisé dans le but de souligner le rôle de l’image dans la
motivation au cours de l’enseignement de la langue française chez les apprenants de la 3ème
année primaire.

Dans le monde de l’enfant plein d’imagination et de couleur, l’image constitue un


support visuel capable d’influencer les apprenants à apprendre. Elle aide aussi les apprenants
à mémoriser l’idée et provoque chez eux le désir de la découverte ce qui conduit à un
apprentissage efficace et bien maitrisé.

Les enseignants des écoles primaires confirment que l’image occupe une place
incontournable dans la motivation des apprenants des langues étrangères grâce à la charge
affective exercée par le visuel qui a le pouvoir de faire vibrer les émotions et éveiller les
esprits.

La motivation est en fait le carrefour de plusieurs facteurs, au premier rang ceux liés
au milieu familial de l’apprenant: les enfants sont plus motivés quand leurs parents parlent le
français à la maison par rapport à ceux qui découvrent la langue pour la première fois à la
classe.

A la lumière des résultats de notre étude, nous pouvons constater que nos hypothèses
ont été vérifiées: l’illustration iconique permet de motiver les apprenants en facilitant l’accès à
la langue étrangère, et les apprenants motivés ont plus de chance de réussir que ceux qui
manquent de motivation.

Le rôle de l’enseignant semble déterminant, l’image est un outil pour illustrer un


cours et assurer le bon cheminement du processus de l’enregistrement, faciliter la
compréhension de la tâche, motiver les apprenants et les pousser à apprendre, son usage
s’avère efficace si l’enseignant prend conscience de son utilité et de son influence et
s’habitue à s’en servir de façon optimale.

Au terme de cette étude, qui est loin d’être exhaustive, nous affirmons l’impact positif
de l’utilisation de l’image comme support didactique, elle a gagné sa place privilégiée parmi
les moyens pédagogiques par son efficacité et son côté affectif et séducteur en assurant un bon
apprentissage du français langue étrangère d’où la nécessité de trouver des stratégies qui

53
Conclusion générale

synchronisent les besoins et les préférences des apprenants avec le développement des
technologies de la communication et de l’information.

54
Références bibliographiques

I- Ouvrages:
1. BERNARD André: Motiver pour enseigner, Ed Hachette, Paris ,1998.
2. CAUSSETTE Claude: l’image démaquillées ou iconique, Ed Riguil
international, Quebéc, 1982.
3. De Grave.S: Apprendre par les jeux, Ed De Boeck, Bruxelles ,1996.
4. DIEL Paul: Psychologie de la motivation, Ed Payot ,1947.
5. Ferdinand de Saussure: Cours de linguistique général, Ed Payot, Paris,
1972.
6. Jean-Pierre Dudézert:L’audiovisuel pour l’école ,Ed Marketing ,Paris
,1994.
7. Joly.M: Introduction à l’analyse de l’image, ED NATHAN, France,
2001.
8. LIEURY Aim et FENOUILLET Fabien: Motivation et réussite scolaire,
Ed DUNOD, 2006.
9. Marchant est le premier livre de français,ed,FELE. Paris ,1920.
10. Michel Martin: Sémiologie de l’image et pédagogique ,Première Edition
Presses Université de France ,Paris,1982.
11. P.DESSUS et E.GENATAZ: Apprentissage et enseignement, Ed
DUNOD, 2006.

II- Revues:
12. . R. Barth«Rhétorique de l’image »,Communication n04, Ed du Seuil,
Paris, 1975.

III- Documents pédagogiques:


13. Manuel scolaire de français, 3AP. Année scolaire201-2015.

IV- Mémoires consultés:


14. Les facteurs de la motivation au cycle moyen ; comment passer de
l’amotivation à la motivation intrinsèque: cas des apprenants de la 2eme
année moyenne, mémoire master ,Université d’Oum El Bouaghi.2013-
2014.
15. L’utilisation de l’image comme support didactique dans l’enseignement/
apprentissage du FLE:cas des élèves de la 3eme année primaire,mémoire
master,Université de Constantine.2006-2007.
16. Pour un enseignement/apprentissage du FLE dans une perspective
interculturelle: cas des élèves de la 2eme AS, mémoire de magistère,
Université ELHADJ Lakhder de Batna.2006- 2007
V- Dictionnaire:
17. Le Petit Robert, Edition 1990.
18. Coste.D et Galisson. R: Dictionnaire de didactique de la langue,
Hachette,Paris, 1976.
Références bibliographiques

19. Dictionnaire, Le Petit Larousse ,2004,version CD-ROM


20. Françoise RAYNAL et Alain REUNIER,Pédagogie:Dicitonnaire des concepts
clés:apprentisage,formations et psychologie cognitive, ESF,Paris,1997.

VI- Sitographie:
21. Enseignement de recherche en psychologie. L’apprentissage ; In
www.google.fr

22. Ali JARDOU,La motivation ,la langue et la culture étrangère: vers une
motivation interculturelle plus efficace dans les manuels en FLE en
syrie,Mémoire de Master ,Université Stendhal,Grenoble,France,2009-2010
[en ligne],http://www.memoireonline.com

23. Jean Baptiste NDAGIJMANA ,Motivation et réussite des apprentissages


scolaires ,Mémoire de DEA ,Cote d’Ivore,2008.
[en ligne],http://www.memoireonline.com

24. YACKOBOSON,cité par D.Paraya:Image et apprentissage des


langues étrangère seconde, Avril 2000 in www.google.fr.
25. Nedjoua AHMANE ,role de l’image dans l’apprentissage des mots en
langue français , Mémoire de Magistère,Université de Betna,2006-2007.
26. Hélot. C: théories de l’apprentissage (DLADL:cours de capes)
2001.www.google .fr
27. http://membres.lycos.fr/sof/74/viau.html.
28. http://lesdefinitions.fr/apprentissage.
29. http://rire.ctreq.qc.ca.
30. http://staps.univ.avignon.fr.
31. http://wwwens-usqac/pminier/act1/behavio.htm.
32. .http://uni-nOrleans.Fr/DEG/LEO.
33. http://www.ac-nice.fr/iencagnes/file/peda/general/Theories_apprentissage.pdf.
34. http://www.frontiercollege.ca/french/ressources/APPRENT.pdf
35. http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_09/i_09_p/i_09_p_dev/i_09_p_dev.html
36. www.learnalberta.ca/.../outilsPourLearnAlberta/stylesdapprentissage.doc.
37. http://alain.battandier.free.fr/spip.php?article19.
38. http://epdflibrary.com/french/free.php?asin=2804111482.
39. http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1964_num_4_1_1027.
L'image comme un facteur motivationnel dans
l'apprentissage du français langue étrangère
Ce questionnaire est destiné à vous, enseignants et enseignantes de la langue française
à l'école primaire .Vous êtes priés de bien vouloir remplir ce questionnaire et merci pour
votre collaboration.

Question 01: Sexe:

Femme

Homme

Question 02: Quel est votre âge ?

De 20 à 25 ans

De 25 à 30 ans

De 30 à 35 ans

Plus de 35 ans

Question 03: Années d'enseignement

Moins de 4 ans
De 4 ans à 10 ans
De 10 à 20 ans
Plus de 20 ans

Question 04: Où enseignez- vous?

Une zone urbaine


Une zone rurale

Question 05:Est-ce que l'utilisation de l'image dans l’apprentissage du français langue étrangère:

Obligatoire
Nécessaire
Inutile
Question 06: Est-ce que l'image facilite enseignement /apprentissage d'une langue étrangère ?

Oui
Non
Pas tellement

Question 07: L’image assure le bon cheminement du processus de l’enregistrement:

Oui
Non
Parfois

Questions 08: Vos apprenants sont démotivés car:

Le français est une langue difficile

Les apprenants n'utilisent pas le français dans leurs quotidiens

Les apprenants n’ont aucun envie d’apprendre

Manque de confiance de soi

Question 09:L'image est un facteur motivant pour ces apprenants:

Oui
Non

Question 10: Est-ce que l'image attire l'attention de vos apprenants ?


Oui
Non
Si Oui, pourquoi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

Question 11: Dans quelle activité, utilisez-vous l’image:

L’oral

La lecture

Phonétique

L’écriture