Vous êtes sur la page 1sur 17

ELABORATION DES METAUX (par groupe 1 /G2 polyt - ufa )

1. GENERALITE

a) Définition
Généralement, on définit les métaux comme étant des corps simple brillants, tantôt ductiles et
malléables ( fer et Argent), tantôt cassant ( Antimoine et bismuth) que l’on retrouve dans les
entrailles de la terre soit à l’ état pur ou soit en combinaison avec d’autres substances pour former
des oxydes, des sulfures ou d’autres combinaisons chimiques.

Du point de vue chimique, les métaux sont des éléments chimiques qui peuvent perdre des électrons
pour former des cations et former des liaisons ioniques dans le cas des métaux alcalins.

Les opérations métallurgiques ont pour but d'élaborer les métaux à partir de
minerais, que l'on trouve dans la lithosphère de la Terre. Le minerai est, industriellement, tout
produit minéral dont on peut extraire un métal ou un alliage métallique à un prix rentable.
Chimiquement, un minerai est une combinaison chimique entre des composés définis et des roches
stériles (aussi appelées gangues).

2. Classification des minerais et procédés


d’élaboration du métal brut
Généralement, pour obtenir le métal pur, on réduit un composé métallique, tel qu'un oxyde, un
sulfure, un carbonate ou un halogénure, provenant d'un minerai. La méthode utilisée dépend du
type de composé, de son état physique et surtout du coût de la méthode.

A. Oxydes (et carbonates)


Parmi quelques oxydes importants, on retient les oxydes de Fer : l'hématite
Fe2O3, La magnétite Fe3O4 et enfin la wustite FeO. Pour obtenir le métal, on réduit l'oxyde avec un
réducteur R, tel que :
MO + R M0 + RO
c
Les différents réducteurs que l'on peut utiliser sont :
*Des alcalins comme le Sodium Na ou le Lithium Li, mais ils sont difficiles à
utiliser car ils sont très réactifs
* La coke, c'est-à-dire du Carbone C ou du monoxyde de Carbone CO. Ce sont
de très bons réducteurs. Utilisés sur de l'oxyde de Fer, on obtient de la fonte ou
de l'acier (Association de Fer et de Carbone).
* Le Silicium Si et l'Aluminium Al sont une alternative pour les métaux qui
formeraient des composés stables avec le Carbone, tels que le Chrome Cr, le
Manganèse Mn et le Tungstène W
* Le dihydrogène H2 est un excellent réducteur, cependant il est assez
coûteux. On le réserve au Tungstène W.

Remarque : On transforme facilement un carbonate en oxyde par pyrolyse :


Ex : CaCO3 CaO + CO2

B. Sulfures
Généralement, on convertit le sulfure en oxyde. C'est la période de grillage,
sous haute température et avec apport de dioxygène :
2MS + 3O2(g) 2 MO + SO2(g)
On distingue deux grillages différents :
* Le grillage partiel
. Grillage pour obtenir l'oxyde
2Cu2S + 3O2(g) 2Cu2O + SO2(g)
. Chauffage de la matte, composée de l'oxyde et du sulfure
2Cu2O + Cu2S 6Cu + SO2(g)
* Le grillage total
. Grillage pour obtenir l'oxyde
2ZnS + 3O2(g) 2ZnO + SO2(g)
. Chauffage à très haute température avec du Carbone
ZnO + C Zn(g) + CO2(g)

Remarque : Le Mercure Hg s'obtient directement à partir du sulfure de Mercure


HgS + O2(g) Hg(l) + SO2(g)

C. Chlorures (et fluorures)


L'élaboration des chlorures se fait par électrolyse du sel anhydre et fondu. Le
métal est réduit au niveau de l'anode. La température requise est très
importante, et les matériaux de la cuve doivent résister à un milieu très agressif.
On utilise cette méthode sur les sels d'alcalins comme le Lithium Li, le Sodium Na
ou le Potassium K ; sur des alcalino-terreux tels que le Calcium et le Magnésium
Mg. Enfin on utilise cette méthode sur des sels d'Aluminium Al.

D. Silicates
Les silicates sont d'abord traités à la chaux pour obtenir un oxyde.
MSiO3 + CaO MO + CaSiO3
On réduit ensuite l'oxyde par le Carbone : MO + C M + CO(g)
c

E. Composés les plus fréquents d'un élément


Certains métaux tels que les métaux nobles (Argent Ar, Or Au, Platine Pt,
Palladium Pd …) ou encore le Cuivre Cu existent dans la nature à l'état natif. Ils
n'ont pas besoin d'être élaborés. On les purifie grâce à des procédés physiques
ou chimiques.

3 .Techniques métallurgiques
Quelles que soient les matières premières et les procédés utilisés, la métallurgie
effectue toujours trois opérations fondamentales : la préparation du minerai,
l'élaboration du métal brut (ou extraction) et la purification (ou affinage).

A. Pyrométalurgie et hydrométallurgie

Le traitement par voie sèche ou pyrométallurgie correspond à un procédé à


haute température dont l'étape principale est la réduction d'un oxyde métallique.

Le traitement par voie humide ou hydrométallurgie consiste en une mise en


solution adaptée à la nature chimique du minerai, généralement suivie d'une
réduction des cations métalliques, chimique ou électrochimique.
Ex : Cu2(aq) + Fe0(s) Cu0(s) + Fe2+(aq)
Zn2(aq) + H2O(l) c Zn0(s) + ½O2 (g) + 2 H(aq)
c

B. Affinage des métaux


Les divers procédés d'extraction à partir des minerais donnent des produits plus
ou moins riches en métal, et nécessitent presque toujours un affinage ultérieur.
Seule la réduction électrochimique permet d'obtenir directement un métal très
pur.

a) Affinage oxydant (par convertisseur Bessemer et Thomas)


Lorsque les impuretés sont plus oxydables que le métal, on oxyde les impuretés,
qui se retrouvent alors dans les laitiers (le surnageant). On y trouve souvent de
l'oxyde de Silicium SiO2, de Magnésium MgO ou d'Aluminium Al2O3.
Ex : fonte(l) + O2(g) acier(l) + CO2(g) + laitiers
c
Ici le CO2 provient de la fonte, qui perd un peu de Carbone.

b) Affinage électrolytique
On utilise une anode soluble dans le métal, avec comme électrolytes un des sels
de ce métal. On l'utilise surtout pour affiner le Chrome Cr, le Nickel Ni, l'Étain Sn
ou le Cuivre Cu.

c) Affinage par électrofusion sous vide


On utilise un four à arc électrique équipé d'une électrode consommable du métal
à purifier, appelée éponge. Les impuretés, beaucoup plus volatiles que le métal,
sont évacuées par le vide.

d) Affinage par distillation fractionnée


Cet affinage est basé sur la différence des points d'ébullition entre le métal
élaboré et les impuretés. Le Mercure Hg peut lui être directement extrait grâce à
sa faible température d'ébullition (357°C).

e) Fusion de zone
Les impuretés sont souvent plus solubles en phase liquide qu'en phase solide du
métal. On fond donc une partie d'un barreau métallique, puis on le balaie
complètement pour ensuite découper l'extrémité contenant toutes les impuretés.
Ce procédé est très long. On ne l'utilise que sur un métal pratiquement pur.
4. LES METAUX FERREUX ET NON FERREUX

On attend par les métaux ferreux ou non ferreux, les métaux, respectivement, issus de la
combinaison de fer ainsi que d’autres éléments chimiques ou issus de la combinaison des éléments
métalliques excepté le fer. Pour être beaucoup plus bref, nous allons utiliser un schéma qui donnera
un aperçu général sur les différents métaux, de leur état de la matière aux matériaux usuels.

Métaux ferreux Acier et fonte


respectivem
De base : Cu, Pb, Zn, Sn

Leger : Al, Mg, Ti

Précieux : Au, Ag, Pt

Etat solide Métaux non ferreux Rare : Rhe, Be,…

Métaux organiques(naturels) Cuir, bois, caoutchouc,

Métalloïdes
Métaux anorganiques(artificiels) Béton, verre, plastique

5. PROCESSUS INDUSTRIELS POUR L’OBTENTION DES QUELQUES MATERIAUX


METALLIQUES ( ferreux)

 Définition
- Fonte : la fonte un matériau métallique obtenu par l’alliage de fer et de carbone
(avec une teneur de C ˃2%)
- Acier: l’acier un matériau métallique obtenu par l’alliage de fer et de carbone
(avec une teneur de carbone C˂1,8 %)
- Haut fourneau : Le haut-fourneau est un four à forme circulaire destiné à
l'élaboration de la fonte. Son espace de travail se compose du bas vers le haut des
parties suivantes : creuset, étalage, ventre, gueulard, Blindage métallique ayant
même profil que le haut-fourneau, éléments de refroidissement du blindage
métallique, le fondant, les minerais de fer +fonte, le coke, évacuation de gaz,
tuyère.

Fig.43
Le diagramme suivant nous donne une vue globale sur l’alliage du fer et de carbone.

Elaboration de la fonte par le haut fourneau :

Le but principal du haut fourneau est d'extraire le métal (fer) de son minerai
et sa séparation de la gangue. Les matières premières utilisées pour
l'élaboration de la fonte sont : Les minerais de fer ( Ces minerais sont un mélange
naturel : d'oxydes de fer :Magnétite Fe3O4, hématite Fe2O3, hématite brune ,Sidérose FeCO3 .) , Le coke,
Les fondants (addition).
Le produit principal du haut fourneau est la fonte appelée aussi fonte de
première fusion. Elle est obtenue à l'état liquide à une température près de
1400°C et avec une teneur en carbone de 3,5 à 4,5% et de teneur variable
en Si, Mn, P, S. Elle peut aussi renfermer d'autres éléments tels que Ti, Cr,
etc…
Le produit secondaire obtenu lors de l'élaboration de la fonte est le laitier
(scorie) dont les principaux composants sont CaO,
Si02, AI2O3 et MgO. Les figures ci-dessous montrent
le processus d’élaboration de la fonte par le haut
fourneau 

Là-dedans, les différents composants passent par les étapes suivantes :


Minerais de fer fondants coke
concassage broyage concassage

broyage criblage enrichissement

criblage séparation cokéfaction

enrichissement séparation

agglomération criblage

 Elaboration de l’acier : ici, nous serons très bref car ce point fut
l’objet de travail d’un autre groupe de la promotion. Nous espérons
bien que nos collègues ont bien fait leur travail.
Dans l'industrie l'acier est plus utilisé que la fonte, car il possède des propriétés
mécaniques relativement bonnes par rapport à ceux de la fonte.
Les procédés de fabrication modernes de l'acier sont assez nombreux. Ils
donnent des produits de qualités différentes. La majorité d'entre eux consiste
pour affiner la fonte de première fusion à la décarburer dans un premier temps,
puis de rétablir par des additions convenables les teneurs de ces éléments au
niveau désiré.
L'acier est obtenu dans des fours ou convertisseurs par différentes opérations
métallurgiques tels que l'oxydation des différents éléments d'impuretés,
décarburation de la fonte et addition d'éléments alliés nécessaire pour améliorer
les différentes propriétés.

Les matières premières nécessaires pour l'élaboration de l'acier :

- Fonte liquide ou solide (selon le procédé).


- Ferraille .
- Additions.
- Ferro-alliages (alliages de métaux).

La ferraille, le calcaire, les ferro-alliages et CaF 2 sont introduits dans les fours ou
convertisseurs à l'état solide, dans certains cas sont chauffés au préalable.

La fonte est introduite soit à l'état liquide (1250°C) dans le cas des procédés par soufflage
d'air. La chaleur est obtenue lors de l'oxydation des éléments alliés au fer dans la charge,
ce procédé ne nécessite aucun apport de chaleur extérieure pour atteindre la
température de fusion de l’acier (1600°C)  ;

Soit à l'état solide, dans le cas des procèdes des fours à sole, ce qui exige à fournir de la
chaleur en grande quantité pour la fusion de la charge solide atteindre la température de
fusion de l’acier, la chaleur utilisée est la chaleur de combustion du combustible tels que
mazout, gaz naturel ou énergie électrique. La figure suivante illustre les étapes
d’élaboration de l’acier dans les industries  :
Nature Allongements (%)
de Résistance à la
6. Propriétés des métaux  :
l'acier traction (MPa)
- Physiques : la couleur, la masse spécifique, le
point de fusion, la conductibilité et le coefficient
acier au thermique de dilatation. la densité de la majorité
carbone 400 ÷ 900 5 ÷ 30 des métaux dépasse 7000 kg/m3, celle des
métaux légers (Al, Mg) est inférieure à 3000
kg/m3. Plus la densité du métal est petite et plus
acier
les éléments de construction qui en découlent
allié 700 ÷ 1000 9 ÷ 13 sont légers et efficaces. Cela explique le fait que
les alliages d'aluminium sont de plus en plus
utilisés dans la construction. il est important de
connaître le point de fusion des métaux pour
pouvoir les traiter à chaud afin d'obtenir des
éléments coulés.

mécaniques: les métaux sont caractérisés par : la résistance mécanique (ils résistent fortement aux
efforts extérieurs), la dureté (capacité de résister à l’enfoncement d’une bille ou cône en acier) , la résilience( ils
résistent aux chocs), la fatigue(propriété de soumettre un métal aux effets alternés, répétés et conjugués d'efforts
externes (statique ou dynamique)), et le fluage(capacité d'un métal à se déformer à la suite d'une charge constante),
technologique (possibilité d'usinage des métaux, ce qui est conditionné par leur plasticité).

Les propriétés mécaniques des aciers au carbone sont moindres que les aciers alliés (voir tableau).

Qualité C Mn P Si S lim. Rupt. allong.


(%) (%) (%) (%) (%) (MPa) (%)

Fig.42
extra-doux 0,15 0,4 0,04 0,03 0,02 400 30
Doux 0,25 0,4 0,04 0,03 0,02 500 25
0,06 0,10 0,03
mi-doux 0,35 0,4 0,06 0,15 0,03 600 20
mi-dur 0,45 0,5 0,06 0,20 0,03 700 15

Dur 0,55 0,6 0,06 0,25 0,03 800 10

extra-dur 0,65 0,7 0,06 0,3 0,03 900 5


Quelques valeurs de résistances mécaniques de la fonte grise :

Résistance à la compression (MPa) Résistance à la traction


(MPa)
Fonte grise 280 ÷ 480
Fonte grise modifiée
Quelques matériaux en fonte grise :

a- semelle d’appui des poteaux, b-poteaux


b- radiateurs de chauffage, d- tuyaux,
a- armature lisse en barre, b- lisse en fil d’acier, c- laminé à chaud ondulée, d c- e-pièces de raccord pour les tubes.
& e- torons en fil d’acier, f- armature aplatie à froid, g- treillis soudé
nous achevons ce travail par les illustrations ci-hautes et nous vous remerçions
a- e-pièces depour
de raccord votreles
attention
particulière sur cette œuvre, réalisée par les étudiants de G2 polytechnique : Dominique Ayameda ,
Rodriguez Buhendwa, Séraphin Bashiya et Jérémie Engomba dirigée par le ct LOMENA de l’
université franco-américaine.

Bibliographie
1) Notes du cours de science des matériaux/ ufa (titularisé par ct LOMENA) année
académique 2018-2019
2) Métaux ferreux (livre électronique, source internet) par Dr Ghomari fouad
3) Elaboration acier-fonte (livre électronique, source internet) par S. BENSAADA
4) Généralité sur l’élaboration des métaux (livre électronique, source internet)
fdgdh