Vous êtes sur la page 1sur 12

INSTITUT UNIVERSITAIRE D’ABIDJAN

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ET POLIQUES

DEPARTEMENT DE DROIT

LICENCE 1 A

ANNEE –ACADEMIQUE : 2019-2020

LA DEONTOLOGIE DU NOTAIRE

M. OBOUMOU IBRAHIM
MAITRE DE CONFERENCE
1
NOMS ET PRENOMS DES EXPOSANTS

1. DIABATE SOULEYMANE
2. DOU PRISCA
3. EKOU ORNELLA
4. FOFANA BANABOUE
5. IRIE ANGE
6. KASSI DENI
7. KOUAME DIANE
8. SEREY CAROLE
9. SEREY DOH SERGE
10.TUO MARIE ANGE
11.YEO YOUNOUS

2
LA DEONTOLOGIE DU NOTAIRE

3
SOMMAIRE

CONCLUSION p9

INTRODUCTION

La déontologie est l'ensemble des règles ou des devoirs régissant la conduite à


tenir pour les membres d'une profession ou pour les individus chargés d'une
fonction dans la société. Qu'elle soit imposée ou non par la loi, elle constitue la
morale d'une profession. Le notaire est un juriste investi d'une mission d'autorité
publique qui prépare des contrats sous la forme authentique pour le compte de
ses clients. Il exerce ses fonctions dans un cadre libéral. La déontologie du

4
notaire renvoie donc à l’ensemble des règles juridiques et morales strictes qui
régit et sanctionne le comportement du notaire dans l’exercice de sa mission.
Comme toute règle, il peut arriver que l’on ne les respecte pas, d’où la prise de
mesures disciplinaires. Dès lors quelles sont les règles déontologiques du notaire
et les conséquences de son non-respect ? La réponse à cette question exige de
voir en I.LES REGLES DEONTOLOGIQUES DU NOTAIRE et en
II.CONSEQUENCE DU NON-RESPECT DES REGLESDEONTOLOGIQUES

I. LES REGLES DEONTOLOGIQUES DU NOTAIRE

Après avoir prêté serment, le notaire s’engage volontairement à respecter et à se


conformer aux codes déontologiques.

Ce code stipule les bases et les valeurs fondamentales du travail notarial. Les
devoirs du notaire découlant de ce code oscillent entre trois principes
fondamentaux : le devoir de conseil, la neutralité et la confidentialité.

1. Le devoir de conseil

En vertu de ses prérogatives de puissance publique, le notaire a le pouvoir


d’authentifier un acte pour lui permettre d’acquérir une force juridique
particulière. Le devoir du notaire ne se limite cependant pas à authentifier un
acte.

5
Avant de signer, le notaire doit conseiller ses clients et donner des
solutions adéquates à leur situation. Il est tenu de les éclairer sur les termes du
contrat. De plus, il doit leur expliquer la portée et les conséquences à long terme
de leur engagement.

Enfin, il se doit de fournir les options possibles pour permettre aux


contractants de prendre la meilleure décision. Le fondement du devoir de conseil
est de garantir les intérêts des clients en assurant l’équilibre d’information entre
les parties. C’est ce qui est clairement exposé dans Article 6 du code de
déontologie français : Le notaire exerce son ministère avec disponibilité et
diligence

La tâche du notaire est très délicate. Voilà la raison pour laquelle il doit
enrichir en permanence ses connaissances et se mettre à jour sur l’évolution du
droit et de la jurisprudence.

Le devoir de conseil du notaire est absolu. La jurisprudence avertit


l’impossibilité d’atténuer ce devoir du fait qu’un acte authentifié a la même
valeur qu’un jugement. La transgression de cette norme éthique engage la
responsabilité professionnelle et civile du notaire.

2. Le devoir d’agir avec impartialité et indépendance

Sa mission de service d’intérêt général impose au notaire de traiter avec


égalité les dossiers de chaque client pour garantir la sécurité juridique. Il doit
informer les parties de manière équilibrée et fournir des conseils professionnels
adéquats.

Dans l’exercice de sa mission, le notaire doit éviter toute forme de


discrimination et doit agir avec indépendance. L’article 5.2 de la constitution
de l’union internationale du notariat (UINL) dispose : L’intervention du
notaire devra être conforme à la légalité et éviter la fraude à la loi et le
préjudice aux personnes ; les actes ou documents qu’il établira ou dans lesquels

6
il interviendra, jouiront donc de la présomption de conformité à la loi. Il doit
éviter l’influence et la contrainte extérieure pour préserver l’intérêt supérieur du
client et surtout, pour garder sa confiance.

3. Le devoir de garder le secret professionnel

Le notaire doit être une personne de confiance. Par le biais de sa relation


avec le client, il détient des informations pertinentes sur la situation juridique du
client. Le principe de confidentialité du notaire est intangible.

Il doit alors préserver un comportement éthique et éviter toute attitude


susceptible de mettre en péril sa dignité ainsi que la confiance vis-à-vis du client
a en croire l’ Article 2 du code déontologie français : Le notaire s'abstient de
tout comportement portant atteinte à la confiance des citoyens dans l'institution
notariale ou contraire à la dignité du notariat

II. CONSEQUENCE DU NON-RESPECT DES REGLES


DEONTOLOGIQUES

Le notaire est un officier public investi de prérogatives de puissance


publique. Un acte notarié a le même pouvoir qu’un jugement. De ce fait, une
lourde responsabilité incombe au notaire dans le cas d’une défaillance dans
l’exercice de sa mission.

En effet, le manquement à une obligation professionnelle (le devoir de


conseil, d’impartialité et de confidentialité) peut engager directement la
responsabilité civile et professionnelle du notaire.

1. la responsabilité civile

En cas de faute ou d’erreur professionnelle entraînant un préjudice pour le


client, le notaire doit réparer le dommage. Il est donc dans l’obligation de

7
souscrire une assurance de responsabilité afin de dédommager financièrement le
préjudice subi.

En cas de poursuite pour infraction commise dans l’exercice de sa


profession, aucun notaire ne peut être arrêté ni déféré sans que le président de la
chambre des notaires ou son représentant n’ai été avisé et sans que l’intéressé
n’ai été entendu au préalable par le procureur général ou tout autre magistrat du
parquet général délégué par celui-ci. (Article 51 de la LOI N° 2018-897 DU 30
NOVEMBRE 2018 PORTANT STATUT DU NOTARIAT)

2. Responsabilité professionnelle

Le notaire, officier public et ministériel, bénéficie d’un statut singulier


qui l’astreint à divers devoirs déontologiques et qui, en cas de manquement,
l’expose à des sanctions disciplinaires.

En effet, tout manquement aux devoirs et aux obligations imposés aux


notaires peut être sanctionnes par l’une des mesures disciplinaires suivantes :
l’avertissement, le blâme ; la suspension à temps pour une durée ne pouvant
excéder une année ; la destitution. Les deux premières sanctions sont prononcées
aussi bien par la Chambre des notaires que par le procureur général.

La suspension et la destitution relèvent de la compétence du garde des


Sceaux, ministre de la Justice. L’article 50 de la LOI N° 2018-897 DU 30
NOVEMBRE 2018 PORTANT STATUT DU NOTARIAT en est une belle
illustration.

CONCLUSION

Au terme de notre analyse, il revient à retenir que comme tout professionnels, le


notaire a une déontologie qu’il doit respecter à la lettre. En cas de non-respect il

8
est sujet de sanctions qui peuvent être civile ou professionnel. La déontologie du
notaire et les conséquences de son non-respect ainsi élucidé, qu’en est-il de
celles des autres professionnels du droit tel le greffier ?

REFERENCE BIBLLIOGRAPHIQUE

LOI N° 97-513 DU 4 SEPTEMBRE 1997 MODIFIANT ET COMPLETANT

LA LOI N° 69-372 DU 12 AOUT 1969 PORTANT STATUT DU NOTARIAT

LOI N° 2018-897 DU 30 NOVEMBRE 2018 PORTANT STATUT DU


NOTARIAT

9
DEONTOLOGIE ET PROCEDURE NOTARIALES ALAIN ROY page 22

CODE DE DEONTOLOGIE ADOPTE PAR L’ASSEMBLEE GENERALE DE


LA CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES LE 22 JUIN 2004 ET
APPROUVE PAR A.R. DU 21 SEPTEMBRE 2005 (M.B., 3 NOVEMBRE
2005)

HTTPS://WWW.UINL.ORG/FR_FR/ORGANIZACION-DE-LA-FUNCION

CONSTITUTION 1948, L’UNION INTERNATIONALE DU NOTARIAT


(UINL)

Table des matières


SOMMAIRE........................................................................................................4

INTRODUCTION...............................................................................................5

I. LES REGLES DEONTOLOGIQUES DU NOTAIRE..............................5

1. Le devoir de conseil....................................................................................6

10
2. Le devoir d’agir avec impartialité et indépendance...............................6

3. Le devoir de garder le secret professionnel.............................................7

II. CONSEQUENCE DU NON-RESPECT DES REGLES


DEONTOLOGIQUES........................................................................................7

1. la responsabilité civile................................................................................8

2. Responsabilité professionnelle..................................................................8

CONCLUSION....................................................................................................9

REFERENCE BIBLLIOGRAPHIQUE..........................................................10

Table des matières...............................................................................................11

11