Vous êtes sur la page 1sur 95

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques Ain Sebaa

Support de cours

Les normes IFRS (International Financial


Reporting Standards)

Professeur Karima HAOUDI

Année universitaire 2018/2019


 Comprendre la philosophie des normes IFRS

 Comprendre le traitement comptables des opérations en normes IFRS

 Réussir un projet de conversion en normes IFRS


La globalisation comptable aux normes IFRS

L’adoption des normes IFRS au Maroc

Le cadre conceptuel des normes IFRS

Normes et traitements comptables


La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Contexte général

 Obligation de la comptabilité à s’adapter aux exigences et aux besoins de la


gestion moderne des entreprises.
 Un système comptable harmonisé : fournir une information accessible,
pertinente et reconnue par les utilisateurs
 Elaboration des normes IFRS et une large diffusion.

Contexte national

 Mise en question du système comptable marocain.


 Les autorités marocaines conscientes que le référentiel IFRS est aujourd’hui le
langage comptable international sur les marchés internationaux.
 Introduction des IFRS et nombre croissant des entreprises ayant effectué le
passage à ces normes sur le marché financier marocain.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Constats

 La transition aux normes IFRS implique la remise en question


d’approches comptables traditionnelles au profit de nouveaux concepts.

 Néanmoins, le passage aux normes IFRS par les entreprises


marocaines

représente des enjeux majeurs qu’il conviendrait de bien appréhender


et intégrer dans ce processus de mise en place.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Harmonisation européenne par voie de


Directives (1978-1999)

Limites des Directives

UE soutient les travaux de l’IASC (Comité des


normes comptables internationales)

L’IASC devient l’IASB (Board/Bureau) en 2001


et adoption des normes IFRS à travers un
règlement du Parlement et du Conseil
(règlement CE n° 1606/2002)
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Un peu d’histoire….

Les normes IFRS (ou IAS pour les normes élaborées avant le 1er avril 2001) sont
élaborées et promues par l’IASB (IASC jusqu’à la réforme de 2001), dans le but
d’harmoniser les normes comptables internationales et faciliter les prises de
décisions économiques par l’ensemble des utilisateurs des informations financières
publiées par les entités et surtout les investisseurs actuels et potentiels.

Les dates clés de l’évolution de l’IASB sont:


- 1973: Création de l’International Accounting Standards Committee (IASC)
- 1975: Publication de deux normes, à savoir: IAS1(présentation des états
financiers) et IAS2 (Stocks)
- 1989: Publication du cadre conceptuel
- 2001: Réforme de l’IASC et apparition de l’IASB
- 2002: Publication du réglement CN n° 1606/2002
- 2006: Rapprochement entre IASB et FASB pour un projet de convergence entre
le référentiel international et américain.

www.focusifrs.com
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

L’organisation de l’IASB
L’IASB s’est doté d’une organisation innovante et adaptée. Elle est
composée des organes suivants:
1. IFRS Foundation:
C’est l’entité mère de l’IASB, à but non lucratif dont les rôles sont les
suivants:
-Désignation des membres de l’IASB, l’IFRS Interpretation committee et
de l’IFRS Advisory Council,
-Evaluation de l’efficacité de la stratégie de l’IASB ,
-Approbation du budget de l’IASB et recherche des financements,
-…..etc.
2. IASB:
L’IASB est l’organisme chargé d’élaborer les normes IFRS. Il est constitué
de 16 membres nommés pour une durée de 5 ans renouvelable une fois.
Ces principaux rôles sont les suivants:
-Elaboration et publication des normes IFRS,
-Approbation des interprétations préparées par l’IFRS Interpretation
committee.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

L’organisation de l’IASB (suite)


3. IFRS Advisory Council
L’IFRS Advisory Council est constitué de d’environ 40 membres dont les
principales missions sont les suivantes:
-Conseiller l’IASB sur les programmes de travail et les agendas
prioritaires,
-Informer l’IASB des avis reçus à l’égard des projets de normes élaborés
par celui-ci,
-Conseiller les membres de l’IFRS Foundation,
-Etc.
4. IFRS Interpretation committee :
Les principales missions de l’IFRS Interpretation committee sont:
- Commenter les normes qui peuvent donner lieu à des interprétations
différentes,
- Commenter les sujets nouveaux relatifs à l’information financière et qui
n’ont pas été prévus dans le référentiel international,
- Participer à la promotion des normes IFRS à l’échelle mondiale,
- Etc.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Définition des normes IFRS

Normes internationales d'information financière ou en anglais « International


Financial Reporting Standards » ou encore IFRS, élaborées par l’IASB ;

Garantissent une meilleure transparence comptable à travers la production


d’informations financières établies selon des normes harmonisées ;

Garantissent une « uniformité comptable » (Wilkinson, 1965) « l’établissement


d’un seul état financier pour tous les investisseurs, de n’importe quelle
nationalité » (Barbu, 2005)
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Définition des normes IFRS

Normes internationales d'information financière ou en anglais « International


Financial Reporting Standards » ou encore IFRS, élaborées par l’IASB ;

Garantissent une meilleure transparence comptable à travers la production


d’informations financières établies selon des normes harmonisées ;

Garantissent une « uniformité comptable » (Wilkinson, 1965) « l’établissement


d’un seul état financier pour tous les investisseurs, de n’importe quelle
nationalité » (Barbu, 2005)
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Illustration

États financiers d’une même société établis en conformité


avec les normes de 7 pays européens (Olivier Azières, 1989)
Millions
d’euros D B E F I NL GB
Résultat 261 274 250 264 243 264 289
d’exploita-
tion
Immo 133 135 131 145 174 140 192
incorporel.
Immo 298 431 418 401 361 401 431
corporelles
Total des 482 602 599 587 542 572 522
actifs
Capitaux 649 726 722 710 751 704 712
propres
Résultat 20,5 % 18,6 % 18,2 % 21 % 23,2 % 19,9 % 27 %
net / K
propres
12
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Processus s’élaboration d’une norme


Le processus d'élaboration d'une norme suit, en principe, les dix étapes suivantes :
1. Identification et analyse de tous les problèmes comptables associés au sujet traité
par l'équipe technique de l'IASB ;
2. Analyse des règles existantes aux niveaux nationaux et des pratiques adoptées et
échanges de vues avec les normalisateurs comptables nationaux ;
3. Consultation avec le Standards Advisory Council de la possibilité d'inscrire ce projet
dans le programme de travail de l'IASB ;
4. Mise en place d’un groupe consultatif pour conseiller l'IASB;
5. Publication pour appel à commentaires d’un document de travail ("discussion
paper ") ;
6. Analyse et prise en considération des commentaires reçus ;
7. Publication d’un exposé-sondage ("exposure draft ") qui présente également les
opinions divergentes et le fondement des conclusions ("basis for conclusions ") ;
8. Analyse des commentaires reçus sur l'exposé-sondage ;
9. Réflexion sur l'opportunité de tenir une réunion publique sur le thème envisagé ou
d'effectuer des tests sur le terrain ;
10. Approbation de la norme définitive par l’IASB à la majorité qualifiée (au minimum
9 voix sur 14), puis sa publication. La norme présente les opinions divergentes et le
fondement des conclusions.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Philosophie des normes IFRS

Les principales caractéristiques et fondements de base de cet ensemble de règles


peuvent être résumés dans ce qui suit :
1. Les investisseurs : destinataires privilégiés de l’information financière
Les investisseurs et les créanciers sont reconnus comme étant les premiers utilisateurs de
l’information comptable. L’objectif des états financiers est la production d’information utile aux
investisseurs pour leurs prises de décision et l’allocation de leurs ressources. La mise en place d’un
système comptable uniforme permettra à ces derniers une meilleure comparaison de la
performance de différentes entreprises appartenant au même secteur d’activité.

2. La prééminence de la réalité économique sur la forme juridique


Ce principe fondamental stipule que la substance économique d’une transaction ou d’un élément
du bilan devient le critère déterminant pour l’intégration dans les états financiers, mettant ainsi de
cotés la forme juridique.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Philosophie des normes IFRS (suite)

3. Principe de juste valeur


Le principe de « fair value » constitue la pierre angulaire du référentiel international compte tenu
de l’ampleur de l’impact de son utilisation sur l’évaluation des entreprises. Il s’agit d’un principe
permettant aux représentations comptables d’être plus ancrées dans la réalité économique.
La juste valeur est définie par l’IASB comme « le montant par lequel un actif peut être échangé ou
un passif émis entre deux parties volontaires et bien informées dans le cadre d’une transaction à
intérêts contradictoires et effectuée dans des conditions de concurrence normale» (normes IAS 32).
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

La diffusion mondiale des IFRS

 Normes en vigueur dans tous les pays membres de l'Union Européenne


 En dehors de l’Union, un nombre croissant de pays en ont rendu l’usage obligatoire
pour certaines entreprises : Canada, Argentine, Brésil, Chili, Turquie, Maroc..etc.
 Alignement total des normes locales aux IFRS : Mexique…
 Alignement partiel des normes locales aux IFRS: Japon, Chine, Arabie Saoudite,
Indonésie …
 Choix laissé aux sociétés entre l’utilisation des IFRS et des normes nationales pour
certaines entreprises : Inde…
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Contexte d’avènement des normes IFRS au Maroc

• L’avis n°5 du 26 mai 2005 du


• La loi n°38-05 relative aux
CNC sur les comptes consolidés
comptes consolidés des
2 • La circulaire du CDVM (AMMC) 4 Etablissements et Entreprises
en date de Janvier 2012, modifiée
Publics
le 08 avril et le 1er Octobre 2013

Obligation de Etablissements et Entreprises


consolidation et IFRS Publics et IFRS

Sociétés marocaines cotées sur le Entreprise faisant appel


marché européen et IFRS public à l’épargne et IFRS

• Le règlement européen CE n° • L’article 5 de la circulaire 06/05 «


1606/2002 du 19 juillet 2002 Obligation de consolidation »
1 • Les entreprises marocaines cotées 3 concernant les émetteurs
sur des places européennes ou les d’obligations ainsi que ceux dont les
filiales marocaines de groupes titres sont inscrits au premier
européens intégrés dans un compartiment de la Bourse des
périmètre de consolidation valeurs
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Intérêt de l’adoption des normes IAS/IFRS au Maroc

Une réponse au contexte international : un référentiel comptable


local ne peut plus répondre aux besoins de l’ensemble des
partenaires (nationaux et étrangers).

Une réponse aux recommandations émises ayant suivi l’analyse


faite par les experts de la Banque Mondiale et qui ont fait l’objet
d’un rapport intitulé « le respect des normes et codes au Maroc »
publié en 2002.

Un comportement isomorphique: Selon DiMaggio et Powell


(1983), l’isomorphisme est un processus de contrainte qui force
une unité appartenant à une population à ressembler aux autres
unités qui sont confrontées aux mêmes conditions
environnementales. Afin de répondre au contexte environnemental
et institutionnel, les organisations adoptent un comportement
isomorphique pour légitimer leurs choix.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Normes IFRS Vs Référentiel comptable marocain : Analyse des principales différences

La réglementation comptable marocaine, bien que largement inspirée des dispositions de la


quatrième Directive européenne, s’éloigne du cadre approuvé par l’IASC en 1989.

Normes IAS/IFRS Normes comptables marocaines


Le cadre conceptuel de l’IASB, un cadre Le CGNC, dans ses dispositions ne fait pas
destiné aux investisseurs. cette distinction.

Prééminence de la réalité économique sur la Patrimonialité : le CGNC demeure fortement


forme juridique. attaché aux conditions contractuelles et aux
mouvements de trésorerie.

Evaluation en Juste valeur Evaluation au Coût historique

Primauté du bilan sur le compte du résultat. Primauté du compte du résultat sur le bilan.
Les charges et produits ne résultant que des Importance accordée au compte du résultat
variations des actifs et passifs du bilan. avec un rattachement des charges aux produits.

Non respect du principe d’intangibilité du Respect du principe fondamental


bilan d’intangibilité du bilan
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Enjeux de l’adoption des IFRS au Maroc

1. Du coût historique à l’émergence de la juste valeur

Les entreprises doivent prendre le recul suffisant et s’assurer au terme d’une


analyse approfondie de la substance de l’opération à comptabiliser et que la
méthode ou le traitement envisagé est cohérent avec les principes sous-jacents.
Ces normes font ainsi appel à un niveau élevé de capacité d’analyse et
d’interprétation.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Enjeux de l’adoption des IFRS au Maroc

2. Complexité de l’application de certaines normes

Instruments
L’approche par Les engagements de financiers : actifs,
composants (IAS 16) retraite (IAS 19) passifs et instruments
de couverture

Ventiler les La complexité des IAS 39: une norme


immobilisations déjà calculs actuariels à complexe,
inscrites en des effectuer pour techniquement
déterminer
parties selon les critiquable par
l’engagement de
durées d’utilité de certains aspects
l’entreprise vis-à-vis du
chaque composant. personnel. (Véron, 2007).
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Enjeux de l’adoption des IFRS au Maroc

3. Les IFRS : des normes à plusieurs options

Les options offertes sont de deux ordres :


 Soit, elles sont liées à la première application des normes, applicables une seule fois.
Soit, elles peuvent appartenir à des normes « permanentes », dès lors le choix de
méthode s’appliquera pour tous les exercices à venir.

L’hétérogénéité des options retenues est un facteur limitant les


bénéfices attendus du passage aux normes IAS/IFRS
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Définition

Publié et approuvé initialement en juillet 1989 par l’IASC puis adopté en avril 2001
par l’IASB, le cadre conceptuel de l’IASB représente un ensemble de concepts qui
sont la base de la préparation et de la présentation des états financiers.

Il est largement inspiré du FASB, qui lui attribue comme fonction « de conduire à
des normes solides et d’indiquer la nature, le rôle et les limites de la comptabilité
financière et des états financiers » (Pierrot, 2006).

Le cadre conceptuel de l’IASB :


 Indique à qui s’adressent les états financiers ;
 Précise quels sont leurs objectifs ;
 Donne la liste des principes comptables à respecter ;
 Donne des définitions ;
 Fixe des règles de comptabilisation ;
 Fixe des règles d’évaluation ; et enfin
 Traite du concept de capital et de maintien du capital.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Contenu du cadre conceptuel de l’IASB

a. Destinataires et objet des états financiers

La liste de ces utilisateurs a été révélée dans le paragraphe 9 du cadre conceptuel :


« les utilisateurs des états financiers comprennent les investisseurs actuels et
potentiels, les prêteurs, les fournisseurs et autres créanciers, les clients, les Etats et
leurs organismes publics, et le public. »
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Contenu du cadre conceptuel de l’IASB

a. Destinataires et objet des états financiers (suite)

Un jeu complet d’états financiers comprend :


 un état de la situation financière à la fin de la période (bilan) ;
 un état du résultat global de la période (compte de résultat) ;
 un état des variations de capitaux propres de la période;
 un tableau de flux de trésorerie de la période;
 une annexe ; et
 un état de la situation financière au début de la première période de
comparaison lorsque l’entité applique une méthode comptable à titre rétroactif
ou effectue un retraitement rétroactif des éléments de ses états financiers, ou
lorsqu’elle procède à un reclassement des éléments dans ses états financiers.
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Contenu du cadre conceptuel de l’IASB


b. Les hypothèses de base

 Comptabilité d'engagement
 Continuité d'exploitation

c. Les caractéristiques qualitatives des états financiers

- Intelligibilité : l’information financière doit être immédiatement compréhensible par


les utilisateurs (paragraphe 25 du cadre conceptuel) ;
- Pertinence : une information financière est dite pertinente si elle influence les
décisions économiques des utilisateurs en les aidant à évaluer des événements passés,
présents ou futurs ou en confirmant ou corrigeant leurs évaluations passées
(paragraphe 26 du cadre conceptuel).
- Fiabilité : l’information financière est fiable lorsqu’elle permet de refléter d’une
manière fidèle la réalité économique de l’entité en étant exempte d’erreur et de biais.
- Comparabilité : l’évaluation et la présentation d’événements semblables doivent être
effectuées de façon cohérente et permanente (principe de permanence des méthodes)
pour une même entreprise et de façon cohérente et permanente pour différentes
entreprises (paragraphe 39 du cadre conceptuel).
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Représentation des normes IAS/IFRS en vigueur

Tableau sommaire des normes IAS/IFRS en vigueur


La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Questions à choix multiples :

1- le cadre conceptuel est une norme internationale comptable:


- Vrai
- Faux

2- Le cadre conceptuel définit les concepts qui constituent la base de la


préparation et de la présentation des états financiers à l’usage des utilisateurs
externes:
- Vrai
- Faux

3- Selon le cadre de l’IASB, l’objectif principal de l’information financière est


de :
- Aidez les gestionnaires pour diriger l’entreprise
- Déterminer le bénéfice distribuable
- Permettre aux investisseurs de prendre les décisions économiques
- Calculer le revenu imposable
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Questions à choix multiples :


4- compléter la phrase suivante: les normes IFRS sont des normes établies…
- Par et pour les pays européens
- Par une organisation anglo-saxonne pour donner un cadre européen
- Par et pour les entreprises françaises
- Par une organisation multinationale pour donner un cadre international

5- Selon les normes IFRS, seule l’analyse de la forme juridique d’une opération
permet de déterminer son traitement comptable:
- Vrai
- Faux

6- le plan comptable IFRS est très différents du plan comptable marocain:


- Vrai, en particulier pour les charges et les produits
- Faux, il n’y a pas de plan comptable IFRS

7- l’IASB dispose de pouvoirs étendus pour sanctionner les entreprises qui ne


respectent pas les normes IFRS:
- Vrai
- Faux
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Questions à choix multiples :

8- Un groupe marocain non coté peut publier au Maroc ses comptes consolidés
en normes IFRS:
- Vrai
- Faux

9- une société qui n’applique pas la totalité des normes IFRS :


- Doit mentionner les exceptions en notes annexes
- Doit présenter un tableau de passage
- Ne peut pas faire référence aux normes IFRS

10- le cadre conceptuel précise que les états financiers servent avant tout:
- Aux utilisateurs des états financiers
- Aux actionnaires minoritaires
- À la direction de l’entreprise
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contexte comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Questions à choix multiples :

11- Selon l’hypothèse de base de la comptabilité d’engagement, les effets des


transactions et autres événements sont comptabilisés:
- Quand ces transactions ou événements se produisent
- Lorsqu’intervient le versement
- A l’encaissement

12- Il y’a quatre principales caractéristiques qualitatives qui influent sur l’utilité
de la comptabilité: la pertinence, la fiabilité, la comparabilité et:
- La précision
- L’objectivité
- L’intelligibilité
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contextec comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Points clés de la transition

• Au moins une année d’information comparative rétroactive en IFRS

• Retraitement rétrospectif des soldes et transactions sauf dans le cadre


d’exceptions bien définies

• Utilisation des normes en date d’adoption

• Réconciliation des capitaux propres et des derniers résultats publiés en


normes marocaines avec ceux présentés selon les normes IFRS
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contextec comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Sommaire des normes

– Thème 1: Contenu et publication des états financiers


– Thème 2: Immobilisations
– Thème 3: Dépréciation d’actifs
– Thème 4: Avantages du personnel
– Thème 5: Instruments financiers
– Thème 6: Divers
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contextec comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Thème 1: Contenu et publication des états


financiers (IAS 1)
Etats financiers en normes IFRS
• Objectifs :
– Fournir une information sur :
• La situation financière
• La performance
• La variation de la situation financière d'une entreprise
• qui soit utile à un large spectre d'utilisateurs pour leur prise de décisions
économiques
– Information orientée vers la mesure de la performance économique

• Composantes : selon la norme IAS 1, un jeu complet d’états financiers est composé
des éléments ci-dessous :
– État de la situation financière à la fin de l’exercice : BILAN
– Etat du résultat global : Compte de résultat et autres éléments du résultat global
– Etat des variations des capitaux propres
– Tableau des flux de trésorerie
– Méthodes comptables
– Notes annexes
– Eventuellement, un état de la situation financière au début de la première période
de comparaison
Composantes des états financiers
• Bilan
– Actif = ressource contrôlée par l’entreprise
• provenant d’événements passés, et porteuse d’avantages économiques
futurs pour l’entreprise
– Passif = obligation actuelle de l’entreprise
• provenant d’éléments passés, et devant entraîner, lors de son règlement une
sortie de ressources

• Compte de résultat
– Produits et charges = variation des avantages économiques entrants/sortants
– Les variations d'actifs et de passifs donnent lieu à un produit ou une charge :
• Compte de résultat
• Parfois directement dans les capitaux propres
Sommaire

• Bilan

• Etat du résultat global

• Tableau de variation des capitaux propres

• Tableau des flux de trésorerie

• Méthodes comptables

• Notes annexes
Principales caractéristiques

• Aucun ordre ou format de présentation des éléments des états financiers imposé par
la norme

• Présentation :
– Courant/non courant obligatoire
– Exception : par ordre de liquidité si l’information est plus appropriée et plus
fiable :
• Cas des établissements de crédit
• Possibilité d’appliquer les deux présentations (cas des entités aux
opérations diversifiées)
 Quelle que soit la présentation retenue, indication pour chaque élément
d’actif et passif, des montants à recouvrer ou régler à plus et moins douze
mois
Classement courant / non courant
• Actifs courants :

– Actifs pouvant être réalisés, vendus ou consommés dans le cadre du cycle


d’exploitation normal de l’entreprise,
– Actifs détenus essentiellement à des fins de transaction (pour être vendus),
– Actifs que l’entreprise s’attend à réaliser dans les 12 mois suivants la clôture,
– Trésorerie ou équivalent de trésorerie, dont l’utilisation n’est pas soumise à
restrictions,
– Les stocks et les clients même si leur réalisation est prévue sur une période
supérieure à douze mois après la date de clôture,
– La partie courante des actifs non courants,
– Les actifs financiers classés dans la rubrique « actifs détenus à des fins de
transaction »

 Les autres actifs sont présentés sous la rubrique « Actifs non courants ».
Classement courant / non courant (suite)
• Passifs courants
– Passifs réglés dans le cadre du cycle d’exploitation normal de l’entreprise,
– Passifs détenus essentiellement à des fins de transaction,
– Passifs réglés dans les 12 mois suivants la clôture,
– Passifs pour lesquels l’entité n’a pas, à la clôture, de droit inconditionnel de
reporter le règlement au-delà de 12 mois,
– Eléments liés à l’exploitation tels que les dettes fournisseurs et sociales même
si leur règlement est prévu au-delà de 12 mois après la date de clôture,
– La partie courante des passifs non courants,
– Découverts bancaires,
– Dividendes à payer,
– Les impôts sur les résultats,
– Passifs financiers détenus pour des fins de transaction.

 Tous les autres passifs sont classés dans la rubrique « Passif en non courant »
Éléments à présenter
• Au minimum, le bilan doit présenter les éléments suivants
• Immobilisations corporelles
• Immobilisations incorporelles
• Immeubles de placement (IAS40)
• Actifs financiers
• Participations mises en équivalence (IAS 27/31/28)
• Actifs biologiques
• Stocks
• Clients et autres débiteurs
• Trésorerie et équivalents de trésorerie
• Fournisseurs et autres créditeurs
• Provisions
• Passifs financiers
• Actifs et passifs d’impôt exigible
• Actifs et passifs d’impôt différé
• Intérêts minoritaires
• Capital émis et réserves
Éléments à présenter

• Présentation de postes, rubriques et sous totaux supplémentaires :


– Si présentation nécessaire pour donner une image fidèle de la situation
financière de l’entreprise, ou
– Si présentation imposée par une autre norme
 Évaluation nécessaire de la nature, l’importance relative et de la
fonction des actifs / passifs par chaque entreprise

• Informations complémentaires, au bilan ou en annexe :


– Nature et objet des réserves en capitaux propres
– Informations par catégorie d’actions (nombre d’actions autorisées,
émises et entièrement libérées, émises et non entièrement libérées,
valeur nominale…)
Sommaire

• Bilan

• Etat du résultat global

• Tableau de variation des capitaux propres

• Tableau des flux de trésorerie

• Méthodes comptables

• Notes annexes
Principales caractéristiques
• L’état du résultat global est constitué de 2 éléments importants qui peuvent etre présentés
dans un seul ou d’une manière séparée:
– Le compte de résultat (produits et charges)
– Etat du résultat global (autres éléments du résultat global)

• Présentation
– Par nature ou par fonction
• Classement par nature
– Chiffre d'affaires, salaires, dotations aux amortissements, frais de
transport
• Classement par destination
– Chiffre d'affaires, coût des ventes, coûts commerciaux, charges
administratives
– Information sur les charges par nature en annexe
» Dont amortissements et avantages au personnel
– Éléments extraordinaires : notion non reconnue en IAS/IFRS
– Produits des activités ordinaires: définition élargie par la norme IAS 18
• Inclut les intérêts, redevances et dividendes
Éléments à présenter

• Au minimum, le compte de résultat doit présenter les éléments suivants:

– Produit des activités ordinaires


– Charges financières
– Quote-part dans le résultat net des entreprises associées et des co-entreprises mises
en équivalence
– Résultat avant impôt des cessions d’actifs ou règlements de passifs lors d’abandon
d’activités
– Charge d’impôt sur le résultat
– Résultat net de l’exercice (après impôts)
– Résultat net de l’exercice - part des minoritaires
– Résultat net de l’exercice - part du Groupe
– Résultat par action

NB: La norme IAS1 ne prévoit pas de format obligatoire. Cependant elle indique
les informations obligatoires à présenter dans compte de résultat global.
Sommaire

• Bilan

• Etat du résultat global

• Tableau de variation des capitaux propres

• Tableau des flux de trésorerie

• Méthodes comptables

• Notes annexes
Principales caractéristiques

• L’état de variation des capitaux propres est un tableau de rapprochement entre les
capitaux propres au début et à la fin d’une période comptable.
– Composante distincte des états financiers
– Présentant :
• Résultat net de l’exercice (a)
• Chacun des profits et pertes comptabilisés directement en capitaux propres,
et total de ces éléments (b)
• Total des profits et pertes de l’exercice (a)+(b)
– En distinguant la part des minoritaires et la part du groupe
• Effet cumulé des changements de méthodes comptables et erreurs (IAS 8)
– Également présent dans l'état de variation des capitaux propres ou l'annexe
• Transactions sur le capital, en isolant les distributions aux actionnaires
• Mouvements sur les résultats accumulés entre l’ouverture et la clôture
• Mouvements sur le capital et les réserves entre l’ouverture et la clôture

 Indicateur général de performance


Cas pratique : Tableau de variations des capitaux propres
Le tableau ci-après présente les capitaux propres de la société BETA au
31/12/2013 et au 31/12/2012 :
Eléments en KMAD 2013 2012
Capital social 301 500 300 000
Prime d’émission, de fusion et 501 000 500 000
d’apport
Réserve légale 30 150 30 000
Autres réserves 709 850 700 000
Résultat net de l’exercice 200 000 150 000
Total des capitaux propres 1 742 500 1 680 000

La société a réalisé les opérations suivantes :


-Augmentation de capital:
Emission de 10 000 actions nouvelles pour un prix d’émission de 200 MAD (le
nominal est de 100 MAD).
Incorporation de réserve 5000 actions.
La société a distribué des dividendes de l’ordre de 140 000 KMAD.

TAF : Présenter le tableau de variation des capitaux propres de l’année 2013


Sommaire

• Bilan

• Etat du résultat global

• Tableau de variation des capitaux propres

• Tableau des flux de trésorerie

• Méthodes comptables

• Notes annexes
Principales caractéristiques

• Information sur les évolutions historiques de la trésorerie et des équivalents de


trésorerie
• La norme IAS 7 impose à toutes les entités de présenter un tableau de flux de
trésorerie. Elle complète les dispositions de la norme IAS 1 en précisant les
informations dans le tableau des flux de trésorerie.

• Classification des flux de trésorerie :


– Activités opérationnelles : activités principales d’une entité ;
– Activités d'investissement : acquisition et sortie d’actifs à long terme ;
– Activités de financement : résultent des changements dans les capitaux propres
et les dettes d’une entité.
Définitions

• Trésorerie : constituée de :
– Caisse
– Dépôts à vue
– Moins les découverts bancaires s’ils constituent un élément de gestion de
trésorerie

• Equivalents de trésorerie:
– Placements à court terme (moins de 3 mois depuis la date d'acquisition), très
liquides
– Facilement convertibles en un montant connu de trésorerie
– Risque négligeable de changement de valeur
Définitions
• Flux provenant des activités opérationnelles
– Principaux encaissements / décaissements provenant des activités ordinaires,
génératrices de produits pour l’entreprise
Mesure du niveau de flux de trésorerie dégagé pour maintenir la capacité
opérationnelle de l’entreprise, rembourser les emprunts, verser des
dividendes… sans recourir à des sources externes de financement
• Flux provenant des activités d'investissement
– Flux liés à l'acquisition / cession d'actifs long terme et autres placements (hors
équivalents de trésorerie)
Mesure des décaissements effectués pour l’accroissement des ressources
destinées à générer des produits et flux de trésorerie futurs
• Flux provenant des activités de financement
– Flux liés à l'évolution des capitaux propres, des emprunts et autres
financements de l'entreprise
Utile à la prévision des flux futurs de trésorerie, attendus par les
apporteurs de capitaux
Composantes des flux

• Les flux provenant des activités opérationnelles comprennent notamment :

– Entrées de trésorerie liées aux ventes de biens et services


– Entrées de trésorerie provenant de redevances, honoraires, commissions et
d’autres produits
– Sorties de trésorerie à des fournisseurs de biens et services
– Sorties de trésorerie aux membres du personnel ou pour leur compte
– Sorties de trésorerie ou remboursements d’impôts sur le résultat, à moins que
les impôts puissent être spécifiquement associés aux activités de financement
ou d’investissement
Composantes des flux

• Les flux provenant des activités d’investissement comprennent notamment les


entrées et sorties de trésorerie :

– Effectuées pour l’acquisition ou la cession d’immobilisations corporelles,


incorporelles et d’autres actifs à long terme
– Effectuées pour la cession ou l’acquisition d’instruments de capitaux propres
ou d’emprunt d’autres entreprises et de participations dans des co-entreprises
– Liées à des avances et des prêts faits ou remboursés à des tiers
Composantes des flux

• Les flux provenant des activités de financement comprennent notamment :

– Entrées de trésorerie liées à l’émission d’actions ou d’autres instruments de


capitaux propres
– Sorties de trésorerie faites aux actionnaires pour acquérir ou racheter les
actions de l’entreprise
– Produits de l’émission d’emprunts obligataires, ordinaires, de billets de
trésorerie et autres emprunts à court et long terme
– Sorties de trésorerie pour rembourser les montants empruntés
Présentation des flux de trésorerie
• Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles :

Deux méthodes possibles :


1- Méthode directe : Présentation des entrées et sorties de flux de trésorerie par
nature / Recenser les encaissements et les décaissements relatifs aux
activités opérationnelles de l’entité.
Encaissement reçus des clients
- Sommes versées au fournisseur et au personnel
= Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles
- Intérêts payés
- Impôts sur le résultat payés
= Flux de trésorerie nets provenant des activités opérationnelles

Méthode recommandée par les IFRS


Présentation des flux de trésorerie
• Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles : (suite)

1- Méthode indirecte : Détermination des flux de trésorerie en ajustant le


résultat net de l’entreprise et en tenant compte des produits et charges
calculés et de la variation du BFR

Résultat net avant impôt


+(-) Charges (produits) sans effet de trésorerie
+(-) Charges (produits) de placement ou de
financement
= Résultat opérationnel avant variation du besoin
en fonds de roulement
+(-) Variation des stocks et créances opérationnelles
+(-) Variation des dettes opérationnelles
- Intérêts payés *
- Impôts sur le résultat payés *
= Flux de trésorerie provenant des activités
opérationnelles
(*) Ligne obligatoire
Cas pratique : Tableau de flux de trésorerie

Le tableau ci-dessous présente les éléments du bilan de la société PHARMA :

ACTIF PASSIF
2013 2012 2013 2012
Caisse 45 000 33 750 Capital social 150 000 125 000
Clients 67 500 60 000 Réserves 39 000 42 625
Provisions -2 250 -1 500 Capitaux 189 000 167 625
propres
Stocks 20 000 24 000
TVP 22 250 38 500
ITMO 30 000 18 750
Amort. ITMO -5 625 -2 250 Dettes 20 000 24 750
fournisseurs
Constructions 81 500 55 250 Dettes 3 375 2 625
exploitation
Amort. Const -13 500 -9 000 Emprunts 40 000 30 000
Terrain 7 500 7 500
Total 252 375 225 000 Total 252 375 225 000
Cas pratique : Tableau de flux de trésorerie (suite)

NB : Au cours de l’exercice 2013 :

-Le résultat de l’exercice 2013 : 30 000


-Plus-values sur la cession d’une machine de l’ordre de 1000
• Coût d’achat : 3000
• Cumul des amortissements : 2000
• Prix de vente : 2000

TAF : Présenter le tableau de flux de trésorerie sur la base des éléments


communiqués.

(Présentation à produire également pour N-1)


Sommaire

• Bilan

• Etat du résultat global

• Tableau de variation des capitaux propres

• Tableau des flux de trésorerie

• Méthodes comptables

• Notes annexes
Principales caractéristiques

• Présentation des éléments suivants :

– La base d'établissement des états financiers :

• Déclaration de conformité aux IAS / IFRS :

– A toutes les normes et interprétations IAS/IFRS sans exception ni

réserves,

– Normes applicables à la date de clôture pour la période présentée et la

période comparative

– La base d’évaluation et les méthodes comptables utilisées


Exemple
Sommaire

• Bilan

• Etat du résultat global

• Tableau de variation des capitaux propres

• Tableau des flux de trésorerie

• Méthodes comptables

• Notes annexes
Principales caractéristiques
• Informations sur les éléments présentés dans les états financiers :
• Informations imposées par les normes IAS / IFRS
• Informations additionnelles, nécessaires à une image fidèle
• Autres informations :
• Éventualités, engagements et autres informations financières
• Positions prises par le management lors de l’application des méthodes
comptables qui ont l’impact le plus significatif sur les éléments des états
financiers
• Principales hypothèses sur l’avenir et autres sources d’incertitudes dans
l’évaluation qui ont un risque important de générer des ajustements
significatifs des actifs et passifs sur l’exercice suivant, nature et valeur
comptable de ces actifs et passifs à la date de clôture
Principales caractéristiques

• Présentation des éléments suivants :

• Montant des dividendes par action votés ou proposés de l’exercice


• Adresse et forme juridique de l’entreprise, pays d’enregistrement et
adresse du siège social
• Description de la nature des opérations de l’entreprise et de ses principales
activités
• Nom de la société mère et celui de la société tête de groupe
QCM: Présentation et contenu des états
financiers (IAS1)
La globalisation
L’adoption des normes Le cadre conceptuel Normes et traitements
Contextec comptable aux normes
IFRS au Maroc des normes IFRS comptables
IFRS

Thème 2: Immobilisations
Sommaire

 IAS 16: Immobilisations corporelles

 IAS 17: Contrats de location

 IAS 38: Immobilisations incorporelles

 IAS 40: Immeubles de placement

 IAS 36 : Dépréciation d’actifs


IAS 16, Immobilisations corporelles
Principales caractéristiques

• La norme IAS 16 s’applique à toutes les immobilisations corporelles sauf


lorsqu’un autre traitement est prévu par une norme différente.
• La norme ne s’applique pas dans les cas suivants:
- Les immobilisations détenues en vue de cession selon les dispositions de la
norme IFRS 5;
- Les actifs biologiques traités par la norme IAS 41 ;
- Aux actifs traités par la norme IFRS 6 relative à la prospection et l’évaluation
de ressources minérales ;
- Aux droits miniers et réserves minérales et d’une manière générale aux
ressources non renouvelables.

• Comptabilisation initiale des immobilisations corporelles au coût si, et


seulement si :
– Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet actif iront
à l'entreprise ET
– Le coût peut-être évalué de façon fiable
IAS 16, Immobilisations corporelles
Comptabilisation

• APPROCHE PAR COMPOSANT


– Comptabilisation d’un actif par composant :
• Activation de chaque composant distinctement ; ET
• Amortissement sur sa durée d’utilité propre.

– Mode de comptabilisation approprié pour refléter le mode de


consommation d’un composant plus rapide que le reste de l’actif :
• Suppression, de facto, des provisions pour grosses réparations ;
ET
• Incorporation des coûts de démantèlement et de rénovation de
sites dans le coût de l’actif.
IAS 16, Immobilisations corporelles
Approche par composants

• La norme IAS 16 impose l’application de l'approche par composants lorsqu'une


immobilisation corporelle est composée de différents éléments ayant des durées
d'utilité différentes :
 Chaque partie d’une immobilisation corporelle ayant un coût significatif par
rapport au coût total doit être amortie séparément. Il s‘agit:
• D’identifier les principaux composants constituant les immobilisations et
retrouver leur coût initial ;
• D’estimer les durées d’utilité de chaque composant identifié

• Toutefois, la mise en place de cette approche ne devrait pas entraîner des


décompositions ou un suivi inutiles.
IAS 16, Immobilisations corporelles
Approche par composants

• 1ère situation
– Supposons que l’on a une immobilisation acquise pour 1 000 MAD et constituée
de trois composants distincts dont les valeurs sont comme suit :
A 500 MAD Le fait de décomposer l’équipement acquis en trois composants n’apporte aucune
information supplémentaire et ne présenterait pas d’impacts sur les états financiers
B 10 MAD qui seraient présentés par cette entité. La composante B, non significative, est
rattachée à A ou C

C 490 MAD

• 2ème situation
– Considérons que l’entité ait acquis un équipement pour 1 000 MAD constitué de
trois composants et dont les durées de vie sont comme suit :
A 10 ans
Les durées d’utilité des composantes A et C sont presque les mêmes. Il s’agit
dans ce cas de figure de découper l’équipement en deux composantes amorties
B 2 ans la première sur 8 ou 10 ans et la deuxième sur 2 ans

C 8 ans
IAS 16, Immobilisations corporelles
Approche par composants

Exemple : Application de l’approche par composants pour un avion acquis au


01.01.17

Normes comptables marocaines Normes IAS / IFRS


Au 31.12.17
Valeur brute Durée amort Amort Clé de répartit° Valeur brute Durée amort Amort

Carlingue 45% 20 ans

Réacteur 100 000


1 000 20 ans 30% miles

Habitacle
commercial 25% 5 ans

Hypothèse : Le nombre de miles parcourus au 31.12.17 s’élève à 10 000 miles


Les durées d’amortissement et les clés de répartition sont estimés sur la base d’hypothèses simplificatrices
IAS 16, Immobilisations corporelles
Approche par composants

Exemple : Application de l’approche par composants pour un avion acquis au


01.01.17

Normes comptables marocaines Normes IAS / IFRS


Au 31.12.17
Valeur brute Durée amort Amort Clé de répartit° Valeur brute Durée amort Amort

Carlingue 45% 450 20 ans 22,5

Réacteur 100 000


1 000 20 ans 50 30% 300 miles
30

Habitacle
commercial 25% 250 5 ans 50

Hypothèse : Le nombre de miles parcourus au 31.12.17 s’élève à 10 000 miles


Les durées d’amortissement et les clés de répartition sont estimés sur la base d’hypothèses simplificatrices
IAS 16, Immobilisations corporelles
Approche par composants

• Pièces de rechange :
– Les pièces de rechange principales et le stock de pièces de sécurité
constituent des immobilisations corporelles si :
 l’entité compte les utiliser sur plus d’une période
 les pièces de rechange ne peuvent être utilisées qu’avec une
immobilisation corporelle spécifique

– La pièce est amortie sur sa durée d’utilité à partir de sa date de mise en


service

– La valeur comptable de la pièce remplacée est décomptabilisée.


IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation initiale

• EVALUATION INITIALE AU COUT


– Composantes du coût :
• Prix d'achat (ou coût de production interne)
• Déduction des remises et rabais commerciaux
• Droits de douane et autres taxes non récupérables
• Frais directement attribuables pour mettre l'actif en lieu et état de marche
• Évaluation initiale des coûts de démantèlement/remise en état du site sur
lequel est située l’immobilisation (obligation de l’entreprise suite à
l’acquisition ou l’utilisation de l’actif)
• Coûts d’emprunt selon IAS 23

=> Sont exclus du coût de l’actif les coûts d’utilisation et de


redéploiement
IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation initiale

 Composantes du coût

 Coûts de démantèlement et de remise en état de site : ACTIF et PROVISION


 Si obligation légale ou implicite de l’entreprise
 Cas d’une entreprise possédant une usine, pour laquelle existe une obligation
de remise en état du site à la fin de son exploitation
 Durée d’utilité de l’usine : 40 ans
 Coûts de démantèlement actualisés à la mise en service : 10 000
 Coûts de démantèlement actualisés l’année 1 : 10 700

Bilan Compte de résultat

Mise en Actif de démantèlement 10 000 Provision 10 000


Service

Actif de démantèlement 10 000 Résultat (950) Charge d’amortissement 250


Année 1 Amortissement (250) Provision 10 700 Charge de désactualisation 700
9 750 9 750 950
IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation initiale

En résumé

Le coût d’entrée est constitué des éléments habituels précisés par les normes
marocaine. Se rajoutent les éventuels coûts de démantèlement et de remise en état
des sites. En effet, ces coûts ne peuvent être reconnus par le biais de provisions.
L'ensemble des coûts sont éventuellement minorés des subventions affectées à
l'investissement (IAS 20 permet d'imputer directement sur le coût d'entrée le
montant de la subvention perçue pour l'acquisition de l'actif).
IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation ultérieure
– Deux traitements autorisés :

Traitement 1
= Au coût diminué du cumul des amortissements et des pertes de
valeur **(éventuelles)

Traitement 2
= Montant réévalué (juste valeur) diminué du cumul des amortissements
et des pertes de valeur (éventuels)
Applicable si estimation fiable disponibles

Selon la norme IAS 36 (Dépréciations d’actifs) :


• (**) La perte de valeur est la différence entre la valeur comptable d’un actif et sa valeur
recouvrable.
• la valeur recouvrable d’un actif est le montant le plus élevé entre sa juste valeur
diminuée des coûts de sortie et sa valeur d’utilité.
• La valeur d’utilité est la valeur actualisée des flux futurs de trésorerie attendus d’un
actif.
IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation ultérieure

Traitement 2 : Méthode de la « valeur réévaluée »


= Montant réévalué (juste valeur) diminué du cumul des amortissements
et des pertes de valeur (éventuels)

• Montant réévalué :
– Juste valeur à la date de réévaluation
Exemples :
• Terrains, constructions  valeur de marché, estimée par des
évaluateurs professionnels
• Installations de production  valeur de marché estimée, ou à défaut
coût de remplacement net d’amortissement
– Réévaluations effectuées avec une régularité suffisante
– Réévaluations faites par catégorie d'immobilisations
– Montant réévalué = nouvelle base amortissable de l’actif
IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation ultérieure

• AMORTISSEMENT
– Base amortissable = Coût de l’actif (ou montant réévalué) –
Valeur résiduelle

– Valeur résiduelle =
• Prix actuel pour des actifs de l’âge et de l’état estimés de
l’immobilisation à la fin de sa durée d’utilité
IAS 16, Immobilisations corporelles
Evaluation ultérieure

En Résumé
La base amortissable est composée du coût d'entrée minoré, le cas échéant, de la
valeur résiduelle. La valeur résiduelle doit faire l'objet d'une estimation dont la
détermination sera plus ou moins aisée en fonction de l'existence d'un marché
actif pouvant servir de référence. L'intention et/ou la pratique habituelle du
secteur d'activité sera un indicateur. Le § 46 d'IAS 16 précise que la valeur
résiduelle est, dans le traitement de référence, figée à la date d'entrée de l'actif.

La base amortissable peut aussi, en cours de vie, avoir été impactée par une
dépréciation issue de l'application d'IAS 36 (dépréciation d’actif) en cas
d'identification d'un indice de perte de valeur liée à l'actif pris individuellement
où dans le cadre de l'affectation d'une perte de valeur de l'unité génératrice de
trésorerie dont ferait parti l'actif.
IAS 16, Immobilisations corporelles
Sortie d’immobilisations du bilan

• Uniquement dans les cas suivants :


– Actif hors d’usage de façon permanente et aucun avantage
économique futur attendu
– Mise au rebut
– Cession de l’actif
• Date de sortie déterminée en application des critères de la norme
IAS 18, Produits des activités ordinaires
– Remplacement d’un composant d’un actif

• Résultat de cession / mise au rebut :


– Différence entre la valeur nette comptable de l’actif et le produit de
sortie
– Constaté en résultat de l’exercice de sortie de l’actif
IAS 16, Immobilisations corporelles
Informations à fournir

• Pour chaque catégorie d'actif :

– Les principes d'évaluation utilisés


– Le mode d'amortissement utilisé
– La durée d'utilité / le taux d'amortissement
– La valeur brute comptable et le cumul des amortissements à l'ouverture
et à la clôture de l'exercice
IAS 16, Immobilisations corporelles
Informations à fournir

• Pour chaque catégorie d'actif (suite) :


– Un rapprochement entre la valeur comptable à l'ouverture et à la clôture
de l'exercice indiquant :
• les entrées
• les sorties
• les acquisitions par voie de regroupements d'entreprises
• les augmentations ou diminutions dues aux réévaluations
• les pertes de valeur comptabilisées et celles reprises dans le compte
de résultat avant l'exercice
• les amortissements
• les différences de change nettes provenant de la conversion des
états financiers d'une entité étrangère
• autres mouvements
IAS 16, Immobilisations corporelles
Informations à fournir

• Montants des restrictions sur les immobilisations corporelles données en


nantissement de passifs
• Dépenses comptabilisées au titre des immobilisations corporelles en cours
de production
• Montant des engagements contractuels pour l'acquisition d'immobilisations
corporelles
• Montant des indemnisations reçues, liées à la dépréciation ou perte de biens
– Si non présenté distinctement au compte de résultat
• Nature et impact des changements d’estimations comptables
– Suite à un changement de valeur résiduelle, estimation des coûts de
démantèlement, durées d’utilité, méthodes d’amortissement
IAS 16, Immobilisations corporelles
Comparaison avec les règles et pratiques marocaines
Normes IFRS Normes marocaines
• Approche par composants distincts  Approche par composants distincts
– Obligatoire  Non prévue
– provisions pour grosses réparations
interdites
 Paiement différé
• Paiement différé
 Coût d’acquisition=prix contractuel
– Actualisation des paiements différés
intégrée dans le coût de l’immobilisation
 Réévaluations
• Réévaluations
– Par catégorie d’immobilisations  Ensemble des immobilisations
effectuées régulièrement
• Amortissements  Amortissements
– Sur la base de la durée d’utilité
 Sur la base de la durée d’utilisation
– Revue et révision régulière des méthodes
 Possibilité de réviser le plan d’amortissement avec
et durées d’amortissement
justification ETIC
• Valeur résiduelle
 Valeur résiduelle
– reconnue selon IAS 16
 lorsque la durée d’utilisation est <durée de vie
• Informations à fournir plus importante
IAS 16, Immobilisations corporelles
Difficultés de mise en place

La mise en œuvre de cette norme présente plusieurs difficultés:

 L'adaptation des outils de gestion et de suivi des actifs pour permettre l'approche
par composants,

 Le suivi des éventuelles dépréciations complémentaires à l'amortissement,

 La détermination de l'amortissement,

 La reconnaissance, et donc l'évaluation, lors de la première application des


normes IFRS des éléments non comptabilisés :
· coûts de remise en état des sites
· coûts des grosses réparations
IAS 16, Immobilisations corporelles
Difficultés de mise en place

 La décomposition des éléments de certains actifs qui auraient été comptabilisés


globalement. L'absence de seuil fixant une limite minimale à la notion de
composant.
En conséquence, la norme IAS 16 doit faire l'objet d’une approche pragmatique :
Ne sont concernées que les immobilisations détenues sur une durée longue d’utilité
et dont la valeur résiduelle est significative. Par ailleurs, sa mise en œuvre ne doit
pas engager de coûts disproportionnés par rapport à l'information recherchée et de
nombreuses dérogations sont offertes dans le cadre de IFRS 1. L'approche par
composants doit refléter la situation réelle du bien, c'est à dire permettre de
distinguer des éléments objectifs. Par exemple, s'agissant de constructions,
l'approche par composants permettra de distinguer les différents corps de métiers et
les lots correspondants, la répartition entre les éléments fixes de type réseaux et les
éléments mécaniques et leurs durées de vie respectives.
 S'agissant des matériels et équipements industriels, il conviendra de rechercher si
les caractéristiques de l'investissement peuvent être ventilées entre les agencements,
les zones de production concernées (ateliers, bâtiments,...) les corps de métiers, les
équipements, les réseaux etc. de manière à faciliter la gestion future des
renouvellements. Cette approche est fondée sur une procédure de suivi en relation
étroite avec les différents services d'exploitation. Cette approche ne remet pas en
cause l'existence de charges d'entretien et de fonctionnement.
Cas pratique N° 1 : Comptabilisation des immobilisations corporelles

La société STYLEX installée à Casablanca a acquis, le 01/01/2013, une machine auprès


d’un fournisseur italien. Les données relatives à cette opération sont présentée ainsi :

• Prix d’achat : 250 KMAD


• Fret : 20 KMAD
• Assurance : 3 KMAD
• Droits de douane : 5 KMAD
• Charges du personnel chargé d’installer la machine : 20 KMAD
• Frais de formation du personnel : 10 KMAD
• Utilités consommées pour l’installation : 5 KMAD
• Frais de démantèlement : 25 KMAD
• Durée d’utilisation : 10 ans
• Taux d’actualisation : 5 %

TAF : Comptabiliser cette opération dans les comptes de la société.

NB : La société a obtenu l’attestation d’exonération de la TVA auprès des autorités


compétentes
Cas pratique N° 2 : Comptabilisation des immobilisations corporelles et
amortissements

La société PASSE clôt ses comptes le 31 décembre. Elle a acquis le 01/06/N pour son usine un
nouvel équipement industriel facturé 600.000 Dhs HT. Elle a dû supporter des frais
d’acheminement de 20.000 Dhs et d’installation sur le site de 40.000 Dhs. La comptabilité de
gestion évalue à 10.000 Dhs les différentes charges indirectes imputables à cet investissement.

Il a fallu 2 mois pour effectuer l’installation, les différents branchements et la mise en service. Les
difficultés techniques liées à la nouveauté de l’équipement ont occasionné des dépenses
complémentaires d’un montant de 24.000 Dhs.

Ainsi, ce n’est que début décembre que l’équipement fonctionne correctement, après avoir été
générateur de septembre à novembre de pertes opérationnelles de 18.000 Dhs.

La durée d’utilité de l’équipement est estimée à 10 ans et sa valeur résiduelle devrait être de
l’ordre de 30.000 Dhs, avec des frais de démantèlement, en cas de revente, estimés à 18.000 Dhs.

Déterminer:
1- Le coût de l’équipement à faire apparaître à l’actif du bilan?
2- Le montant de la dotation aux amortissements pour une année pleine
3- Le montant de la dotation aux amortissements au 31/12/N
Cas pratique N° 3 : Comptabilisation des immobilisations corporelles et
amortissements
Une société a acquis en N un matériel dans les conditions suivantes (abstraction faite de la
TVA):
- Prix d’achat: 130.000
- Frais de transport: 5.000
- Droits de douane: 2.000
- Frais de formation des opérateur: 8.000
La durée d’utilisation prévue de ce matériel est de 3 ans. Les frais de démantèlement de la
machine sont estimés à 3.000. Elle devrait être revendue au prix de 40.000.
Ce nouveau matériel devrait permettre à la société d’accroître la production dans les
proportions suivantes:
N: +100.000 unités
N+1: +230.000 unités
N+2: +180.000 unités
N+3: +20.000 unités
Déterminer:
1- La valeur du matériel à l’actif
2- La valeur à amortir
3- Présenter le tableau d’amortissement du bien sachant que la méthode d’amortissement
choisie est le mode des unités de production.
Cas pratique N° 4 : Comptabilisation des immobilisations corporelles et
amortissements
La société Ibiza est une société européenne cotée appliquant les IFRS pour la 1ière fois en N. Au cours de
l’année N, elle a réalisé l’opération suivante :

Un nouveau matériel industriel a été acquis dans les conditions suivantes:

•Prix d’achat HT: 100.000 $ payé le 02/05/N


•Livraison le 1er mars N, mise en service le 1 avril N.
•Frais de transport du matériel: 2.000 €
•Droits de douans: 1.000 €
•Frais de formation des opérateurs: 3.000 €
•Au cours du mois d’avril, le matériel n’a pas fonctionné normalement, ce qui a engendré des consommations
anormales de matières premières pour un montant estimé à 4.000 €.
•IL est prévu d’utiliser ce matériel pendant une durée de 2 ans, à l’issue de laquelle il devrait être revendu pour
20.000 €.
•Le matériel sera amorti en linéaire.

a)- Quel est le coût d’entrée du matériel à l’actif?


b)- Quelle sera la valeur nette comptable du matériel à l’actif du bilan au 31/12/N+1?
Cas pratique N° 5 : Amortissements et dépréciations

La société REVIM applique les normes IFRS pour la première fois en N. Elle possède
un immeuble inscrit à l’actif, pour lequel les informations suivantes sont
communiquées:

-Immeuble A: il a été acquis en janvier N-5 pour 1.500.000 € est amorti sur 20 ans. Il
s’agit d’un immeuble de bureaux utilisé par l’entreprise, situé dans une ville
connaissant actuellement une petite crise immobilière. Le comptable se demande si
cette immeuble ne devrait pas être déprécié. Il a donc demandé auprès d’un expert une
estimation de l’immeuble. Sa valeur était estimée à 850.000 € au 31/12/N.

La valeur de vente constitue t-elle la seule référence possible pour déterminer si


l’immeuble doit être déprécié? Quel est le montant de la dépréciation qu’a subi
l’immeuble au 31/12/N, concernant cet immeuble? Quel sera le montant de la dotation
aux amortissements à comptabiliser au 31/12/N+1?
Module 2: Immobilisations

– IAS 16: Immobilisations corporelles

– IAS 17: Contrats de location

– IAS 38: Immobilisations incorporelles

– IAS 40: Immeubles de placement

Vous aimerez peut-être aussi