Vous êtes sur la page 1sur 7

RESEAUX

L'ossature du réseau de distribution est dictée par le plan de lotissement, c'est-à-dire la configuration
des rues. Conséquemment à leur fonction même, les conduites de distribution doivent être établies
le long des rues de la localité. Nous distinguons :

 La conduite d'adduction qui relie le point de piquage sur l'ALG à la bâche


 La conduite de refoulement qui part de la bâche pour alimenter le château d'eau
 Les conduites de distribution qui sont composées de :
o conduites maîtresses ou principales,
o conduites artérielles ou secondaires raccordées aux conduites maîtresses avec
lesquelIes elIes forment un réseau mailIé,
o conduites mineures à partir desquelles s'alimentent les abonnés.

Le réseau ramifié ou étoilé est appelé ainsi parce qu'il a typologiquement une structure d'arbre (ou
étoile dans certains cas). Cette ossature de réseau est caractérisée par une alimentation à sens
unique. L'inconvénient est que tout tronçon qui doit être mis hors service entraîne avec lui la mise en
hors service de tous les tronçons en aval.

Nous choisissons un réservoir dont la cuve est cylindrique. Ce choix est le plus économique en terme
de quantité de béton comparativement aux cuves parallélépipédique et conique. Ce réservoir a une
capacité V égale à la réserve minimale, soit environ 3000 m et de rayon R=9m

Choix du type de réservoir

Vu l’importance du volume d’eau du réservoir et le relief accidenté de la zone d’étude et en raison


des avantages qu’ils présentent, les réservoirs du type circulaire et semi– enterré sont choisis. [2]

- Les avantages

 Economie sur les frais de constructi on

 Etude architecturale très simplifiée;

 Étanchéité plus facile à réaliser ;

 Conservation à une température constante de l’eau emmagasinée.

Equipements des réservoirs


Les équipements du réservoir seront disposés avantageusement, dans une chambre de manœuvre
accolée au réservoir, qui leur permet de remplir les différentes fonctions que nous attendons d’eux :
réception de l’adduction et départ de l’eau vers la distribution. [5]

Conduite d’arrivée ou d’adduction

C’est la conduite provenant de la source, gravitaire ou par refoulement, qui tend à remplir le
réservoir. Selon la qualité de l’eau, cette arrivée peut avoir différents endroits au niveau de la cuve,
ceci pour permettre un bon brassage et une articulation de l’eau au niveau de la cuve tout en
conservant le volume d’incendie intact et renouvelable pour éviter la contamination.

On distingue différents cas :

- Arrivée par le haut en sur-verse.

- Arrivée par le fond ou par le bas

Arrivée par le haut, où la conduite est noyée.

Conduite de départ ou de distribution

Cette conduite est placée à l’opposée de la conduite d’arrivée à quelques centimètres au-dessus du
radier (15 à 20 cm) pour éviter l’entrée de matières en suspension (figure 07). L’extrémité est munie
d’une crépine courbée pour éviter le phénomène de vortex (pénétration d’air dans la conduite).
Cette conduite est équipée d’une vanne permettant la fermeture rapide en cas de rupture au niveau
de cette conduite. [5]
Conduite de trop-plein

Cette conduite permet d’évacuer l’excès d’eau dans le réservoir au cas où la pompe ne s’arrête pas.
Si le réservoir est compartimenté, chaque cuve doit avoir une conduite de trop-plein. Ces conduites
doivent se réunir dans la chambre de manœuvres pour former un joint hydraulique évitant la
pénétration de tous corps étrangers.

Conduite de décharge ou de vidange

La conduite de vidange doit partir du point le plus bas du radier (figure 08), elle permet la vidange du
réservoir en cas de nettoyage ou de réparation. Elle est munie d’un robinet vanne, et se raccorde
généralement à la conduite de trop-plein. Le robinet vanne doit être nettoyé après chaque vidange
pour éviter les dépôts de sable. [5]

Conduite by-pass

En cas d’indisponibilité (nettoyage) ou de réparation du réservoir, il est nécessaire de prévoir une


communication entre les conduites d’adduction et de distribution. Elle s’effectue selon le schéma de
la (figure 09) : en temps normal 1 et 3 sont ouvertes et 2 fermée ; en bypass, on ferme 1 et 3 et on
ouvre 2.
Le château d’eau sera dimensionné afin d’équilibrer les fluctuations journalières de la
consommation. Il sera donc de capacité suffisante pour jouer convenablement son rôle de
stockage. L’évaluation de la capacité utile du réservoir est effectuée en tenant compte de la
variation de la demande. Mais nous nous contenterons d’une approche forfaitaire étant donné
que nous ne disposons pas d’information sur les habitudes de consommation en eau de la
localité ou d’une ville à peu près similaire. Le tableau qui suit donne une idée sur ces approches.

Le réseau de refoulement est constitué de la partie située entre la pompe et le réservoir. Le forage
sera équipé d’un groupe électrogène immergé qui assurera le refoulement de l’eau. L’eau est
acheminée du forage au château d’eau à travers la conduite de refoulement ; sa longueur est de
1122,34 m.
Après calcul de la célérité qui nous a permis de déterminer la variation instantanée de la pression
Δh0 = 21,45. La pression maximale obtenu est alors de H max = 81,45 m
81,45 m ≤ 100 m → H max (m) ≤ 10 Bars.
La pression normale de service de la conduite de refoulement sera de PN 10 soit 100 m. Le choix
de la pression de service et à la protection de cette conduite sont présentés au niveau de
l’annexe VI.

Bâche – 1er château 420 m

Bâche – 2nd château 1175.71 m

F7 – R2 - 2321 m – altitude 622.53m

F2 – R1 – 659.53 m – altitude 674.55

F2 – R2 – 194.36 m

F1 – R2 – 980.73m – altitude 648.41m

F0 – R1 – 464.70m – altitude 657.50m


F0 – R2 – 1216.63m

Altitude R1 – 675.98 m

Altitude R2 – 691.45 m

Altitude bâche – 659.94 m

634m3

37.91m3
Localisation et espacement des poteaux incendie
Les bornes d'incendie sont installées aux intersections de rues et en des points intermédiaires entre
les intersections. Elles sont suffisamment éloignées de la bordure de rue pour éviter tout accident.

L'espacement entre les bornes d'incendie varie selon le caractère des bâtiments à protéger et les
risques de conflagration du secteur. La norme canadienne recommande un espacement compris
entre 80 et 180 mètres équivalent à une couverture moyenne de 1.7 ha par borne.

Toutefois, par souci d'optimisation de la ressource et pour des raisons de contraintes économiques,
nous prévoyons un poteau pour une superficie de 8 hectares soit environ un nombre de 160

Chaque borne d'incendie devra être munie de prises apparentes. Un diamètre minimum de 110 mm
est fixé pour la conduite de raccordement qui sera équipée d'une vanne de fermeture. Ces bornes
d'incendie sont pourvues de blocs de butée conçus pour empêcher tout mouvement.