Vous êtes sur la page 1sur 98

Pièce n°4.

1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Le mât La nacelle

Le mât, aussi appelé « tour », d’une hauteur de 76.8 m (78.33 m pour le moyeu), est destiné à supporter la nacelle et le rotor. La nacelle est montée sur le mât (ou tour) et se trouve donc à environ 80 mètres du sol. Dans cette nacelle sont installés les
Pour ce projet, le type de mât utilisé est constitué de 5 sections en acier. Ces sections préfabriquées aux diamètres de plus en systèmes qui permettent le fonctionnement de l’éolienne.
plus réduits s’empilent les unes sur les autres jusqu’à former une tour effilée. Ces sections sont jointes entre elles grâce au
boulonnage de brides de serrage soudées à leur extrémité. Elles sont revêtues d’une peinture anticorrosive. Sa partie basse
renferme le mécanisme de conversion de l’énergie composé de différents appareils répartis sur plusieurs niveaux. La largeur Adaptateur de
de sa base est de 4.45m. Pale du rotor pale
Support
principal

Générateur
annulaire Entrainement
Moyeu du rotor d’orientation

Figure 89 : Coupe transversale de la nacelle en 3D (Source : ENERCON)

Le palier d’orientation muni d’une couronne extérieure est monté directement sur la connexion
supérieure de la tour. Il permet la rotation de l’éolienne et ainsi de l’orienter face au vent. Six moteurs
équipés de roues dentées (« moteurs d’orientation ») s'engagent dans la couronne pour faire tourner
la nacelle et l’orienter en fonction du vent. De plus, le poids de la nacelle est absorbé par le mât, par
l'intermédiaire du palier d’orientation. Le support principal est fixé directement sur le palier
Figure 88 : Section acier pour mât éolienne ENERCON et schéma de boulonnage d’orientation.

Le transformateur La partie rotative du générateur annulaire ENERCON (stator) et le rotor lié aux pales forment une
unité. Ces pièces sont fixées directement sur le moyeu, de sorte qu’elles tournent à la même vitesse
Les machines produisent un courant redressé de 690 volts. Celui-ci est transformé en lente de rotation. Grâce à l'absence de boîte de vitesse et d’autres pièces à grande vitesse de rotation,
alternatif (50 Hz) par un convertisseur électronique et élevé à 20 000 volts, qui est la tension les pertes d'énergie entre le rotor et le générateur, les bruits émis, la consommation d'huile à
d’acheminement vers le réseau EDF. Chaque machine est donc dotée d’un transformateur engrenages et l'usure mécanique se trouvent considérablement réduits. Une particularité : grâce à
pour respecter cette contrainte. l’excitation indépendante du générateur annulaire, il est possible de renoncer à l’usage d’aimants
permanents. Les champs magnétiques nécessaires à la production de courant sont engendrés par
Le transformateur sera placé dans la tour de la machine afin de réduire le nombre de voie électrique.
constructions composant le parc et ainsi réduire l’impact paysager de l’ensemble (de plus,
le transformateur est un élément générateur de bruit et il est préférable de le placer à
l’intérieur de la tour pour une meilleure isolation phonique). Celui-ci dispose d’une goulotte Le moyeu réceptionne quant à lui les trois pales constituant le rotor. L’ensemble est supporté par un
en acier permettant le stockage de la totalité de l’huile en cas de fuite. essieu culminant à 78.33m du sol. Le moyeu est fabriqué à partir de fonte à graphite sphéroïdal dans
les usines ENERCON.
Tableau 43 : Caractéristiques du mât et du transformateur pour une éolienne de type E-82 – 119.33 m en bout de pale (Source :
ENERCON)
Des dispositifs et des systèmes de contrôle et de sécurité internes et à distance sont également installés
à l’intérieur de la nacelle.
Elément de
Fonction EOLIENNE ENERCON E-82 – 119.33 m
l’installation
Tableau 44 : Caractéristiques de la nacelle pour une éolienne de type E-82– 119.33 m en bout de pale (Source : ENERCON)

Structure : 5 sections en acier


Supporter la nacelle et le Elément de
Mât Diamètre de la base : 4.45 m Fonction Caractéristiques
rotor l’installation
Hauteur du mât seul : 76.8 m
Supporter le rotor Nacelle profilée
Abriter le dispositif de Hauteur en haut de nacelle : 80.73 m
Elever la tension de sortie de conversion de l’énergie Générateur annulaire fixé au moyeu et tournant à la même vitesse que le rotor
la génératrice avant Positionnement : Intégré dans la base du mât mécanique en (absence de multiplicateur).
Transformateur Nacelle
l’acheminement du courant Tension transformée : Alternatif (50Hz) – 20 000V électricité (génératrice, Système d’orientation : palier d’orientation composé de six moteurs et d’une
électrique par le réseau etc.) ainsi que les couronne permettant de faire tourner la nacelle et de l’orienter face au vent.
dispositifs de contrôle Freins : de type aérodynamique (mise en « drapeau » des pales) et mécanique
et de sécurité Tension produite : 690V

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


98
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Les pales Les éléments de sécurité des éoliennes ENERCON E-82

Fixées au moyeu, les pales du rotor en matière synthétique (résine époxy) renforcée de fibres de verre jouent un rôle Les dispositifs liés à la sécurité des éoliennes ENERCON E-82 sont détaillés dans le document relatif à l’analyse des dangers
important dans le rendement de l'éolienne et dans son comportement sonore. La forme et le profil des pales du rotor de la E- joint à la Demande d’Autorisation Unique (Cf. Etude de Dangers).
82 ont été conçus en fonction des critères suivants :
 coefficient de puissance élevé ; De manière synthétique, il est possible de dire que les éoliennes disposent d’un système de sécurité garantissant un
 longévité ; fonctionnement sûr de l'éolienne, conformément aux conditions requises par les standards internationaux et aux exigences
 faible niveau des émissions sonores ; des instituts d'essais indépendants.
 charges peu importantes et réduction du matériel utilisé.
Un système de surveillance complet garantit la sécurité de l'éolienne. Toutes les fonctions pertinentes pour la sécurité (par
Les pales de la E-82 sont spécialement conçues pour un fonctionnement à angle et à vitesse variables. Leur profil spécial les ex. vitesse du rotor, températures, charges, vibrations) sont surveillées par un système électronique et en plus, là où cela est
rend insensibles aux turbulences et aux encrassements. À l’extérieur, les pales du rotor sont protégées des intempéries par requis, par l'intervention à un niveau hiérarchique supérieur de capteurs mécaniques. L'éolienne est immédiatement arrêtée
un revêtement de surface à base de polyuréthane robuste et résistant à l'abrasion, aux facteurs chimiques et aux rayons du si l'un des capteurs détecte une anomalie sérieuse.
soleil. Le réglage d'angle individuel de chaque pale du rotor est assuré par trois systèmes indépendants les uns des autres et
commandés par microprocesseurs. L'angle de chaque pale est surveillé en continu par une mesure d'angle des pales, et les En fonctionnement, les éoliennes ENERCON sont freinées exclusivement d'une façon entièrement aérodynamique par
trois angles sont synchronisés entre eux. Ce principe permet d'ajuster rapidement et avec précision l'angle des pales aux inclinaison des pales en position drapeau. Pour ceci, les trois entraînements de pales indépendants mettent les pales en
conditions du vent. position de drapeau (c'est-à-dire « les décrochent du vent ») en l'espace de quelques secondes. La vitesse de l'éolienne
diminue sans que l’arbre d’entraînement ne soit soumis à des forces additionnelles. Il suffirait de décrocher du vent une seule
Pour le modèle E-82, les pales balayent une surface d’environ 5231m² pour un diamètre total de 82m. Leur vitesse de rotation des trois pales pour réduire la vitesse du rotor à un niveau supprimant tout risque. Le rotor n'est pas bloqué même lorsque
est variable, de 5.5 à 17.5 tours/min. l’éolienne est à l'arrêt, il peut continuer de tourner librement à très basse vitesse. Le rotor et l’arbre d'entraînement ne sont
alors exposés à pratiquement aucune force. En fonctionnement au ralenti, les paliers sont moins soumis aux charges que
lorsque le rotor est bloqué.

L’arrêt complet du rotor n’a lieu qu’à des fins de maintenance et en appuyant sur le bouton EMERGENCY STOP (ARRÊT
D’URGENCE). Dans ce cas, les pales s’inclinent partiellement déclenchant un frein d’arrêt supplémentaire. Le dispositif de
blocage du rotor ne peut être actionné que manuellement et en dernière sécurité, à des fins de maintenance. En cas d'urgence
(par ex. en cas de coupure du réseau), chaque pale du rotor est mise en sécurité en position de drapeau par son propre
A noter que les pales des éoliennes E-82 sont système de réglage de pale d'urgence alimenté par batterie. L'état de charge et la disponibilité des batteries sont garantis par
équipées du système de « Trailing Edge un chargeur automatique. L‘orientation des pales est synchronisée par un dispositif électromécanique, par l'intermédiaire des
Serrations » (TES). Basé sur le bio-mimétisme unités d'urgence de réglage de pale.
(inspiré des ailes des rapaces nocturnes), ce
peigne constitué de plusieurs dents est placé Par ailleurs, la E-82 est équipée d’un système parafoudre ENERCON particulièrement fiable qui dévie les éventuels coups de
en bout de pale et permet de réduire les foudre, évitant ainsi que l'éolienne ne subisse de dégâts.
émissions sonores des éoliennes.
Signalisation

Conformément aux articles L. 6351-6 et L. 6352-1 du Code des Transports et des articles
R. 243-1 et R. 244-1 du Code de l’Aviation Civile, les éoliennes feront l’objet d’un balisage.
Ce balisage diurne et nocturne du parc éolien sera conforme à l’arrêté du 13 novembre
2009 relatif au balisage des éoliennes. Ainsi, il sera constitué pour chaque éolienne de
feux rouges (type B) 2 000Cd pour la nuit et de feux blancs (type A) 20 000Cd pour le jour.
Figure 90 : Serrations installées sur les pales d'une éolienne ENERCON E-92 Ces feux d’obstacle sont installés sur le sommet de la nacelle et doivent assurer la visibilité
de l’éolienne dans tous les azimuts (360°).

Tableau 45 : Caractéristiques du rotor et des pales pour une éolienne de type E-82– 119.33 m en bout de pale (Source : ENERCON) Par ailleurs, les éoliennes dépassant une hauteur en bout de pale de 150m devront être
munies d’un dispositif complémentaire de balisage à mi-hauteur. Ce dernier, visible à
Elément de 360°, sera composé des feux d’obstacles basse intensité de type B (rouges fixes 32 Cd)
Fonction Caractéristiques
l’installation installés sur le fût à 45m du sol. Cela ne sera pas nécessaire pour ce projet.
Structure : résine époxy & fibres de verre
Nombre de pales : 3
Capter l’énergie mécanique
Diamètre du rotor : 82 m Figure 91 : Signalisation sur une éolienne ENERCON
Rotor / pales du vent et la transmettre à la
Surface balayée : 5231 m²
génératrice
Hauteur de moyeu : 78.33 m
Certifications des machines
Axe et orientation : horizontal face au vent
Les éoliennes ENERCON E-82 ont été élaborées pour répondre à la norme internationale IEC 61400-1 fixant les exigences
minimales de conception des éoliennes. Pour ce modèle récent, la certification est en cours.

Par ailleurs, la société ENERCON est munie d’une certification ISO 9001-2000 (Cf. Annexe).

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


99
ENERGIETEAM 99
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

IV.3.2. CARACTERISTIQUES DES AIRES DE STOCKAGE TEMPORAIRE ET PLATEFORMES DE MONTAGE

Au pied de chaque éolienne, une plateforme en remblai est installée afin de permettre le montage des éoliennes.

Le rotor sera assemblé au sol. L’emprise au sol est plus importante, mais cette solution réduit le nombre de levages (et donc
la durée du chantier) et assure une plus grande sécurité pour l’assemblage. Aucune clôture ne démarquera la plateforme du
reste de la parcelle, sauf nécessité (parcelle pâturée par exemple). De plus, la plateforme de montage sera nivelée et
respectera les caractéristiques suivantes : capable de supporter une pression unitaire de 18,5 tonnes/m² (6 t/m² pour la zone
de stockage temporaire) et hauteur identique à celle du point le plus haut des fondations. Après la construction des
fondations, l’espace entre le socle des fondations et l’aire de montage est aménagé de façon à éviter l’accumulation de
déchets.

Si les dimensions moyennes de cette plateforme de montage


sont de l’ordre de 22m*40m, chaque plateforme peut Surface (m²)
disposer d’une surface variable, en fonction de la Eolienne Aire de
Plateforme de
configuration du terrain. Le tableau ci-contre présente les stockage
montage
surfaces des plateformes présentes sur le site du projet. temporaire
Après la construction des éoliennes, cette plateforme servira E1 290 893
notamment à la maintenance lors de l’exploitation puis, en
cas d’arrêt de l’exploitation, au démantèlement de E2 230 989
l’éolienne.
E3 280 911
Une plateforme temporaire de stockage lui est adjointe afin
de faciliter l’assemblage. Elle servira aussi au montage et E4 285 895
levage des différents éléments constitutifs de l’éolienne. Ce
second type de plateforme sera supprimé en fin de chantier TOTAL 1 085 3 688
et restauré en l’état.

Tableau 46 : Surface des différentes aires et plateformes

Figure 92 : Plan type d’une plateforme de montage pour une E-82


(Source : ENERCON)

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


100
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

IV.3.3. CARACTERISTIQUES DES ACCES

Caractéristiques des voiries

Afin que les différents engins de chantier et surtout les camions de transport puissent accéder au site, la chaussée devra
respecter certaines caractéristiques. Les exigences minimales pour ces voies de transport sont :
- largeur utile de la chaussée : 4 à 6 m (par mesure de précaution) ;
- largeur exempte d’obstacle : 6m ;
- hauteur exempte d’obstacle : 4.6m ;
- rayon de courbure interne du virage : 28m ;
- rayon de courbure extérieur du virage : 35m ;
- pentes / déclivités avec revêtement non cohésif : ≤ 7% ;
- pentes / déclivités avec revêtement cohésif : ≤ 12% ;
- garde au sol des véhicules de transport : 0.1m ;
- capacité de résistance à un poids maximal : 120 Tonnes (12 T/essieu).

Figure 93 : Coupe transversale des chemins d’accès (Source : ENERCON)

Remarque : la construction décrite ci-dessus n’est qu’un exemple pour un sol moyennement porteur. Les sols mous (sols
marécageux, etc.) peuvent requérir un déblaiement plus important, la mise en place d’un géotextile et du gravier.
Figure 95 : Rayon et courbes dans les virages (Source : ENERCON)
La figure qui suit illustre quant à elle l’espace nécessaire pour le transport des éléments du mât de l’éolienne E-82. La zone
hachurée symbolise la zone de sécurité qui entoure l’élément transporté. Les dimensions de cette zone varient de 4.5 à 4.6 m Remarque : les zones doublement hachurées situées en particulier à l’intérieur du virage doivent être exemptes d’obstacles
en hauteur et de 5 à 5.5 m en largeur. (hauteur maximale 0.15m) car elles seront franchies par les composants transportés. Les zones à hachure simple ne doivent
pas contenir d’obstacles de plus de 1.25m de hauteur.

Les véhicules de transport

La charge maximale par essieu des véhicules de transport ne doit pas excéder 12 tonnes. Ainsi pour un transport dont le poids
total effectif est de 100 t, neuf essieux seront nécessaires. Environ 20 rotations sont nécessaires pour livrer entièrement une
éolienne. Les véhicules suivants sont utilisés sur les chantiers :
- semis avec remorque surbaissées ;
- véhicules à châssis surbaissés ;
- remorques ;
- semi-remorques ;
- véhicules évolutifs.

Les véhicules sont de longueur et de largeur variables et peuvent être rétractés de quelques mètres après le déchargement.
La longueur maximale du véhicule sera celle liée au transport des pales, soit 46m au total.

Figure 94 : Schéma de l'espace nécessaire au transport des éléments du mât (Source : ENERCON)

La figure ci-après explicite le comportement des véhicules de transport dans les virages et le profil de l’espace occupé par les
différents composants de l’éolienne lors de leur acheminement.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


101
ENERGIETEAM 101
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 96 : Véhicules utilisés pour l’acheminement des différents éléments constitutifs d’une éolienne (Source : ENERCON)

Les voies utilisées pour accéder aux chemins d’accès des plates-formes possèdent les caractéristiques nécessaires pour
permettre le passage de convois exceptionnels. Les chemins d’accès seront conçus selon les caractéristiques citées
précédemment.

Figure 97 : Exemple de transport de différents composants d’une éolienne (Source : Photos TP)

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


102
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Circuit de transport

Le transport des éléments d’éoliennes nécessite l’emploi de convois exceptionnels. Afin de permettre l’acheminement des
pièces d’éoliennes (pales, tronçons de tour, nacelle, etc.) sur le site, puis les opérations de maintenance, des voies d’accès de
bonne qualité sont nécessaires.
Dans ce but, il est impératif dans un premier temps de s’assurer de la possibilité d’emprunter le réseau routier jusqu’à l’entrée
du site avec des transports hors gabarit : tonnage important, longueur totale du transport (>46 mètres pour les pales).

Le circuit de transport retenu pour acheminer les différents composants de l’éolienne doit être compatible avec le passage de
convois exceptionnels. Les différents composants des éoliennes arriveront probablement par bateau au port de SAINT-
NAZAIRE. Depuis le port, ils suivront probablement le trajet suivant : SAVENAY – SAUTRON – BASSE GOULAINE – VALLET – LA
REGRIPPIERE. Une fois le bourg de La Regrippière passé, les convois se dirigeant vers Gesté via la D756 bifurqueront vers le
Sud en prenant une route communale leur permettant de rejoindre la RD223. C’est depuis cette route que la desserte des
sites de montage des éoliennes E2, E3 et E4 pourra se faire. Pour l’éolienne E1, les convois emprunteront la D224 puis la route
communale desservant le hameau de « La Musse ».

Figure 99 : Trajet des convois de transport des éoliennes sur site (Source : ENERGIETEAM)

Sur le site de la Ferme éolienne Tillières, plusieurs chemins ruraux existants seront réutilisés pour l’accès aux différents sites
de montage, réduisant d’autant les surfaces de chemin à créer. La création de ces chemins d’accès se fera principalement au
droit des parcelles concernées par les éoliennes. Les surfaces de chemins à créer ou à restaurer sont présentées ci-dessous. A
la fin du chantier, les chemins et les plates-formes seront remis en état. Ces chemins seront conservés pendant toute la durée
de vie de l’éolienne.

Chemin à créer (m²) Chemin à rénover (m²)


E1 585 1 898
Figure 98 : Trajet des convois de transport des éoliennes depuis Saint-Nazaire (Source : ENERGIETEAM) E2 674 531
E3 975 /
E4 202 597
TOTAL 2436 3026
Figure 100 : Longueurs des chemins à créer et à rénover

Sur les pages ci-après figurent à titre indicatif les accès envisagés pour la desserte des différentes éoliennes de la Ferme
éolienne Tillières. Pour plus de précisions, il s’agira de se reporter aux photomontages des abords présentés dans l’étude
paysagère et le permis de construire.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


103
ENERGIETEAM 103
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 102 : Chemin d'accès à créer pour l’accès à l’éolienne E1


Figure 101 : Chemin d'accès à restaurer pour l’accès à l’éolienne E1

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


104
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 103 : Chemin d'accès à restaurer pour l’accès à l’éolienne E2

Figure 104 : Chemin d'accès à créer pour l’accès à l’éolienne E3

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


105
ENERGIETEAM 105
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 105 : Chemin d'accès à restaurer pour l’accès à l’éolienne E4

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


106
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

IV.3.4. CARACTERISTIQUES DU RACCORDEMENT ELECTRIQUE  Des conduits appropriés (Ø 50 mm) sont utilisés pour l'installation de câbles Fibre Optique. Pour la protection contre
l'humidité, sceller le conduit après que les câbles ont été insérés.
Le raccordement électrique du parc éolien se compose de plusieurs éléments :  Le sol dans lequel les câbles sont posés doit être exempt de pierres à une distance de 20 cm tout autour. Un lit de
- le réseau interne qui relie les éoliennes au poste de livraison ; sable ayant une taille de grain maximum de 2 mm peut être installé tout autour.
- le poste de livraison ;  Un filet avertisseur est placé au-dessus de tous les câbles MT, centré latéralement et à une distance d'env. 30 cm au-
- le raccordement externe qui relie le poste de livraison au poste-source du réseau public de transport. dessus du câble (utiliser deux filets pour les câbles parallèles).
 Lors du remblayage de la tranchée du câble, le remblai est compacté couche par couche pour éviter tout tassement
ultérieur.
Le schéma ci-dessous présente une coupe-type des différents types de tranchées possibles pour le raccordement électrique
interne d’un parc éolien :

Figure 106 : Raccordement électrique des installations

Le raccordement interne : des éoliennes au poste de livraison

Ce raccordement électrique interne est composé de plusieurs éléments :


- une ligne ou deux lignes de câbles Moyenne Tension (MT) permettant l’évacuation de
l’électricité produite par les éoliennes,
- un câble de Fibre Optique (FO) permettant la liaison entre les éoliennes et le centre de
pilotage via le système SCADA, Figure 108 : Exemple de tranchée de raccordement électrique interne (Source : ENERGIETEAM)
- une liaison équipotentielle composée d’un ou plusieurs fils électriques en cuivre ou
aluminium et permettant de garantir l'absence de potentiel électrique entre différents Le raccordement électrique des éoliennes jusqu’au poste de livraison, réalisé par le maître d’ouvrage, représentera une
éléments conducteurs d'électricité, distance totale de câble enterré d’environ 1570m. L’itinéraire probable du raccordement est présenté sur le plan de masse
- un filet avertisseur positionné au-dessus des câbles MT pour avertir lors d’éventuels disposé précédemment dans ce rapport ainsi que sur le plan présenté ci-après.
travaux (Cf. image ci-contre).
Tableau 47 : Détail du tracé raccordement électrique interne
Concernant le câble de Moyenne Tension (MT), la coupe ci-dessous fournie un aperçu de sa composition :

1 – Câble conducteur (en 5 – Poudre étanche


cuivre ou aluminium)
2 – Film semi-conducteur 6 – Film en aluminium
XLPE
3 – Isolant XLPE 7 – Gaine de protection
extérieur en plastique
4 – Film semi-conducteur
extrudé
Sa présence au sein des parcelles cultivées ne présente pas de contrainte particulière compte tenu de sa profondeur (>0.8 m).
Le passage de câble fera l’objet des procédures de sécurité en vigueur. Pour le passage sous les voies de circulations, des
mesures de sécurité seront prises afin de garantir la sécurité des ouvriers et celle des automobilistes (ex : signalisation,
circulation alternée...). Suite aux travaux, la voirie sera restaurée au-dessus de l’emprise de la tranchée réalisée.

Par ailleurs, conformément à l’arrêté du 26 août 2011, il est rappelé que les installations électriques extérieures respecteront
Figure 107 : Exemple de câbles MT pour raccordement électrique interne (Source : ENERCON) les normes :
- NFC 15-100 (version compilée de 2008) - Installations électriques à basse tension,
Sauf cas particulier, les instructions fondamentales suivantes sont applicables à l'installation de ce raccordement électrique - NFC 13-200 (version de 2009) - Installations électriques à haute tension.
interne :
 Pour une installation correcte des câbles, la largeur de la tranchée doit être suffisante et le fond de la tranchée doit
être niveau.
 Les câbles de Moyenne Tension (MT) sont positionnés avec une couverture minimale de 80 cm.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


107
ENERGIETEAM 107
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Le poste de livraison La localisation exacte du poste de livraison est fonction de la


proximité du réseau inter-éolien et de la localisation du
Le poste de livraison est le récepteur de la production électrique du parc. Il constitue donc le nœud de raccordement de poste-source ou de la ligne électrique vers lequel l’électricité
l’ensemble des éoliennes, avant que l’électricité ne soit injectée sur le réseau électrique public. Il est donc à l'interface entre est ensuite acheminée. Le poste doit être accessible en
le parc éolien et son réseau électrique interne, et le réseau électrique public. Il marque ainsi la limite entre le réseau de voiture pour la maintenance et l’entretien. Des critères
l'exploitant du parc éolien et le réseau de l'opérateur national (RTE 12). Il permet également de comptabiliser la quantité paysagers peuvent aussi entrer en ligne de compte afin
d'énergie apportée au réseau par le parc. d’intégrer au mieux cet élément dans le paysage. Poste de livraison

Cet équipement est souvent séparé en deux compartiments distincts : le premier est dédié au local HTA et contient les Pour la Ferme éolienne Tillières, le poste de livraison sera
éléments de protections ainsi que ceux permettant de respecter les contraintes de raccordement au réseau électrique public. positionné le long du chemin d’accès à l’éolienne E2. Une
La tension limitée de cet équipement est de l’ordre de 20 000 Volts, ce qui correspond à la tension des lignes électriques sur plateforme stabilisée d’une cinquantaine de mètres carrés lui
pylônes ERDF bétonnés standards. Le second compartiment abrite un bureau ainsi que les éléments de télécommunication sera dédiée.
du parc éolien : SCADA PC…Ce local est maintenu fermé et des contacteurs de porte permettent de prévenir en cas d’intrusion.

Figure 110 : Localisation du poste de livraison

Le raccordement externe : du poste de livraison au poste-source

Le tracé et les caractéristiques de l'offre de raccordement seront définis avec précision lors de l'étude détaillée, qui ne pourra
être réalisée par le gestionnaire de réseau qu'après obtention de l’autorisation unique. Deux types de raccordements peuvent
être envisagés :

• Raccordement via un poste électrique existant du réseau de transport ou de distribution

La solution de raccordement envisagée par défaut par les gestionnaires de réseaux est celle du raccordement au poste du
réseau public d’électricité le plus proche pouvant accueillir la production (communément appelé « poste-source »). En
fonction de leur puissance, les parcs éoliens peuvent ainsi être raccordés au réseau public de distribution (géré par ERDF ou
un distributeur non nationalisé local) ou de transport (géré par RTE). Dans certains cas, il peut être envisagé de scinder un
parc éolien de grande taille pour le raccorder grâce à plusieurs postes de livraison à un Réseau Public de Distribution.

• Raccordement direct au réseau existant

D’autres parcs, du fait de leur situation et des caractéristiques locales des réseaux publics, peuvent être préférablement
raccordés sur le réseau existant (au niveau d’une ligne ou d’un câble). Dans ce cas de figure, deux solutions sont envisageables :
- Soit une connexion directe à une ligne Haute Tension du Réseau Publique de Transport (RPT) géré par Réseau de
Transport de l’Electricité (RTE),
- Soit une connexion via un nouveau poste-source créé en « coupure » sur le réseau existant.

Pour la Ferme éolienne Tillières, le raccordement pourra se faire avec le poste-source de Vallet (distance estimée : 12.8 km).
Selon les données disponibles sur le site dédié (Caparéseau), ce poste dispose des caractéristiques suivantes :

Tableau 48 : Caractéristiques du poste-source de Vallet en août 2016 (Source : RTE/ENEDIS)

Capacité de
Capacité
Capacité d'accueil transformation HTB/HTA
Quote-Part d’accueil
réservée au S3REnR, restante disponible pour
Département Poste source S3REnR réservée au
restante sans travaux sur l'injection sur le réseau
(€/MW) S3REnR
le poste source (MW) public de distribution
(MW)
(MW)
44 VALLET 13 380 0.2 0 29.8

A noter que selon le Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Énergies Renouvelables, la capacité d’accueil n’est
Figure 109 : Coupe-type d'un poste de livraison (Source : ENERCON) actuellement pas suffisante pour accueillir le projet de la Ferme Eolienne Tillières sans travaux sur le poste source. Mais des
travaux peuvent permettre d’augmenter sa capacité (29.8 MW disponibles). A noter de plus que la quote-part fixée par le
S3REnR est de 13 380 €/MW que l’exploitant du parc se chargera de souscrire.

12
Réseau de Transport d’Electricité (Ouest)

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


108
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Ces travaux seront réalisés par le gestionnaire de réseau, qui définira


précisément l’itinéraire et les modalités de passage des câbles lors de
l’établissement de la “convention de raccordement” réalisée après
l’obtention de l’autorisation unique. Néanmoins, on peut raisonnablement
envisager les caractéristiques énoncées ci-dessous :
- une largeur de 40 cm,
- une profondeur totale de tranchée de 1,10 m,
- une épaisseur de sable à amener de 20 cm.

Figure 111 : Vue en coupe de la tranchée de liaison électrique au poste


source

Le passage de câble fera l’objet des procédures de sécurité en vigueur. Pour la traversée des départementales et des voies
communales, des mesures de sécurité seront prises afin de garantir la sécurité des ouvriers et celle des automobilistes. Une
circulation alternée sera mise en place pour la traversée des routes.

Figure 112 : Exemple de câble de raccordement électrique souterrain (Source : RTE)

A ce jour, le tracé de raccordement sous-terrain du parc éolien au réseau de transport/distribution d’électricité n’est pas
précisément connu. Le porteur de projet (maître d’ouvrage) a émis des hypothèses vraisemblables, mais la décision revient
au gestionnaire de réseau ENEDIS.

En réponse à la demande de raccordement du maître d’ouvrage qui ne pourra se faire qu’une fois le projet autorisé, ENEDIS
précisera le coût et le tracé envisageable, qui sera validé avec les communes concernées.

Néanmoins, le raccordement électrique externe suivra le réseau routier existant, n’engendrant pas d’impact
supplémentaire sur le milieu naturel.

Figure 113 : Carte du raccordement électrique externe pressenti (Source : ENERGIETEAM)

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


109
ENERGIETEAM 109
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Trafic généré
IV.4. DESCRIPTION DES ETAPES DE LA VIE DU PARC
Ce sont plus de 500 camions qui seront nécessaires aux travaux de gros-œuvre liés à la mise en place des fondations
(excavation + coulage du béton) et environ 250 pour l’aménagement des voies d’accès et plates-formes. Le transport d’une
IV.4.1. CONSTRUCTION éolienne nécessitant 20 camions, l’acheminement complet du parc mobilisera 80 camions. A cela s’ajoutent les 35 camions
nécessaires au transport des grues ainsi que les quelques camions transportant les modules de la base de vie de chantier. Au
Déroulement du chantier total, la construction de l’ensemble du parc engendrera donc un trafic estimé à 884 camions.

La construction d’un parc éolien se fait en plusieurs étapes :


ROTATION DES CAMIONS
1. Mise en place d’une base de vie de chantier : Avant de commencer le chantier, une base de vie centralisant les Données Camions Total
NECESSAIRE AU CHANTIER
principaux lieux de vie (Salle de réunion, réfectoire, vestiaire…) sera mise en place, ainsi qu’un espace nécessaire
pour le stationnement. Cette base de vie est soit installée dans un corps de ferme à proximité, soit installée sur le
Installation base de vie 4 camions pour le transport des modules 4 4
site. Un léger aménagement est alors souvent nécessaire (terrassement et stabilisation du terrain), pour une emprise
d’environ 200 à 300m².
2. Préparation des accès et plateformes : cette première phase consiste en la préparation des aménagements annexes Terre évacuée 1000m3
Excavation du sol 67 268
du parc permettant d’accéder aux différents lieux d’implantation des éoliennes. Il s’agira notamment de procéder à Un camion = 15m3
un décaissement et à la mise en place de matériaux de portance adaptés.
3. Réalisation des fondations : Une fois les accès aménagés, les engins de chantier pourront alors procéder à Environ 489m3 par fondation
l’excavation des terres au niveau de fondations et à la réalisation de ces fondations. Ces dernières seront adaptées à Fondation 62 248
Un camion = 8m3
la nature du sol présente, une étude géotechnique ayant été préalablement réalisée. Une fois le ferraillage réalisé et
le béton coulé, un temps de séchage permettant de solidifier l’ensemble sera respecté.
4. Assemblage des éoliennes : Les éoliennes arriveront en plusieurs parties sur des convois spéciaux. Elles seront Eoliennes 20 camions par éolienne 20 80
ensuite assemblées sur site en commençant par les différentes sections du mât puis par la nacelle et pour terminer
le rotor.
5. Raccordement interne et externe : Le raccordement électrique interne et externe du parc sera ensuite effectué avec 2 213m³ = (3 688m² aire de grutage) x (0,6m
la réalisation de tranchées puis la pose de câbles souterrains. Aire de grutage d'épaisseur de l'aire de grutage) 31 124
6. Test et mise en service : Pour terminer une batterie de test sera effectuée avant la mise en service afin de vérifier le Un camion = 18m3
bon fonctionnement de l’installation.
2 185m³ = (5 462m² chemin) x (0,4m
Pour le projet de la Ferme éolienne Tillières, le chantier devrait s’étaler sur 5 mois et demi environ. Chemins d'accès d'épaisseur de l'aire de grutage) 31 124
Un camion = 18m3

Nature des travaux Mois 1 Mois 2 Mois 3 Mois 4 Mois 5 Mois 6 Par chantier : 35 camions pour la livraison de tous les
/ 35
1 grande Grue + 1 petite Grue accessoires des 2 grues
Aménagement des pistes d’accès et
plates-formes

Réalisation des excavations TOTAL 883 camions

Réalisation des fondations


Figure 115 : Nombre de camions nécessaires aux travaux

Attente durcissement béton

Installation du poste de livraison

Raccordement électrique interne

Raccordement électrique externe

Assemblage et montage des éoliennes

Test et mise en service

Figure 114 : Planning prévisionnel du chantier

Figure 116 : Exemple d'une base de vie

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


110
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

- Matériaux secs : les matériaux secs seront accumulés dans des conteneurs à déchets ou dans des camions à bennes
prévus à cette fin. Le promoteur aura recours à l’utilisation d’abats poussière (camion à eau) au cours des travaux de
construction et de démantèlement, surtout en période estivale. Les matériaux secs seront évacués du site aussitôt
que le conteneur ou la benne sera rempli.

- Déchets non-dangereux : Les déchets non dangereux et non souillés par des produits toxiques ou polluants seront
récupérés puis valorisés ou éliminés dans des installations autorisées. Les feux à ciel ouvert, l’incinération, les fosses
à déchets ou tout autre mode non conforme de disposition des déchets seront formellement interdits.

- Déchets dangereux : Les déchets dangereux feront l’objet d’un traitement particulier et distinct des déchets solides.
Ils seront entreposés à l’extérieur du bâtiment de service du parc (à cette étape ci du projet, il est important de
rappeler que le promoteur utilisera des contenants étanches et prévus à cette fin et en un lieu muni d’un bac ou
d’une superficie de rétention adéquate pour prévenir tout déversement dans l’environnement). Ils seront évacués
de façon régulière dans un lieu d’élimination de déchets dangereux dûment autorisé. Le règlement sur les transports
de matières dangereuses sera scrupuleusement respecté par les entreprises intervenant sur le site.

- Déchets particuliers : Dans certains cas spéciaux lorsque l’on sera en présence de pièces d’équipements volumineuses
(pales, nacelles ou composantes de machinerie) résultant d’un bris lors de la phase de construction, on favorisera
plutôt la réparation, le recyclage, la réhabilitation ou encore la revente de telles pièces d’équipements. En tout temps,
les déchets métalliques de toute nature seront entreposés dans un endroit réservé à cette fin et récupérés en vue de
leur recyclage.

Fin de chantier

En fin de chantier, les plates-formes et les accès seront nettoyés. Les plates-formes de montage et les chemins d’accès seront
Figure 117 : Grande grue sur un chantier éolien (Source : Photos TP) conservés en prévision des opérations de maintenance et de démantèlement à la fin de l’exploitation. Les différents chemins
et voies d’accès empruntés pendant le chantier, seront, si besoin, remis en état.

Gestion des déchets de chantier


IV.4.2. EXPLOITATION
La gestion des déchets de chantier est un enjeu aussi important pour les générations futures que peuvent être les énergies
renouvelables. Elle impose que tous les intervenants dans l’acte de construire, sans exception, soient concernés et impliqués Description de l’exploitation
dans l’élimination des déchets.
Durant la phase d'exploitation, le suivi à distance du parc éolien est assuré via le système SCADA.
Ainsi, le maître d’ouvrage s’impose à lui-même, ainsi qu’à l’ensemble des intervenants de la chaîne de construction,
d’entretien et de démantèlement des éoliennes, de gérer l’élimination et la gestion des déchets. Des opérations d’entretien du parc éolien seront également menées par l’antenne locale d’ENERCON basée à ERBRAY, et
permettront de garantir la pérennité du parc en termes de production et de sécurité.
Le Code de l’Environnement, dans son article L. 541-2, fixe le cadre légal de cette obligation :
" Tout producteur ou détenteur de déchets est tenu d'en assurer ou d'en faire assurer la gestion, conformément aux dispositions A noter que l’exploitant du parc bénéficiera du contrat ENERCON PARTNER KONCEPT (EPK). Grâce à l’EPK, l'exploitant du parc
du présent chapitre. Tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de la gestion de ces déchets jusqu'à leur éolien possède la garantie d’une disponibilité élevée et constante de ses machines avec des coûts d’exploitation prévisibles.
élimination ou valorisation finale, même lorsque le déchet est transféré à des fins de traitement à un tiers. Tout producteur ou Depuis la maintenance jusqu’aux prestations relatives à la sécurité en passant par le maintien en état et réparations, tous les
détenteur de déchets s'assure que la personne à qui il les remet est autorisée à les prendre en charge." risques sont couverts par un seul contrat.

Par ailleurs, lors de l’exploitation du parc, des sorties visant à assurer le suivi avifaunistique et chiroptérologique permettront
- Les déblais : les matériaux d’excavation excédentaires seront évacués vers des filières adaptées. L’entreprise de génie d’évaluer les relations existantes entre le parc et son environnement conformément aux dispositions de l’arrêté du 26 août
civil soumettra au maître d’ouvrage les différents sites de stockage. 2011.

- Les déchets verts : issus de l’élagage voire de la suppression de certaines portions de végétation pour permettre la Gestion des déchets d’exploitation
mise en place des éoliennes et de leurs aménagements annexes, les déchets verts seront évacués vers des filières
Concernant les déchets, il convient de préciser que la société ENERCON dispose d’un contrat national avec les sociétés SITA
adaptées, favorisant notamment leur valorisation.
FRANCE, filiale du groupe SUEZ Environnement, et Labo-Services spécialisées dans le traitement et la valorisation des déchets.
Ce contrat permet un suivi uniformisé de toutes les demandes d’enlèvement de déchets. Une méthodologie précise a ainsi
- Ordures ménagères : les ordures ménagères seront déposées dans des contenants prévus à cet effet, soit des été mise en place pour tous les intervenants des deux parties :
poubelles fermées et étanches. Le chantier sera muni d’un nombre adéquat de ce type de contenants. Les ordures 1) demande d’intervention émise par le client ENERCON ;
ménagères seront évacuées du chantier sur une base quotidienne pendant la période de construction et de 2) prise de contact avec le site concerné ou l’interlocuteur sur chantier ;
démantèlement. 3) rédaction du certificat d’acceptation préalable au futur traitement du déchet ;

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


111
ENERGIETEAM 111
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

4) émission d’un bordereau de suivi de déchets (document CERFA) ;  sur une profondeur minimale de 30 centimètres lorsque les terrains ne sont pas utilisés pour un usage agricole au
5) transport en centre agréé (au préalable l’arrêté préfectoral et la fiche déchets sont transmis) ; titre du document d’urbanisme opposable et que la présence de roche massive ne permet pas une excavation plus
6) tri, identification à réception sur le centre et pesage ; importante ;
7) retour des bordereaux de suivi de déchets par voie informatique, après pesage et validation par le centre et
archivage dans les locaux de la société ENERCON.  sur une profondeur minimale de 2 mètres dans les terrains à usage forestier au titre du document d’urbanisme
opposable ;
Lors des entretiens, des changements d’huile pourront être effectués sur les composantes hydrauliques, les réducteurs et les
transformateurs.  sur une profondeur minimale de 1 mètre dans les autres cas. Dans le cas du projet de la Ferme Eolienne Tillières,
suite à la consultation de la mairie, l'excavation des fondations sera faite sur une profondeur de 2 m.
Les huiles usées seront alors récupérées dans des barils identifiés à cet effet et déposés sur une toile étanche dans un
conteneur pour éviter toutes fuites potentielles. Ces huiles usées seront ramassées et traitées à intervalle régulier par une 3. La remise en état qui consiste en le décaissement des aires de grutage et des chemins d’accès sur une profondeur de 40
compagnie locale de gestion des matières dangereuses ou polluantes. centimètres et le remplacement par des terres de caractéristiques comparables aux terres à proximité de l’installation, sauf
si le propriétaire du terrain sur lequel est sise l’installation souhaite leur maintien en l’état.
Tout le matériel qui entrera en contact avec l’huile (guenilles, contenants, etc.) sera aussi conservé pour récupération par des
compagnies spécialisées. Les mêmes précautions seront mises en place pour les graisses qui seront utilisées lors des Les déchets de démolition et de démantèlement sont valorisés ou éliminés dans les filières dûment autorisées à cet effet.
maintenances. En outre, les éoliennes sont pourvues de nombreux détecteurs de niveau d’huile permettant de prévenir les Ainsi, les transformateurs et postes de livraisons au même titre que les pales et le mât seront démontés et évacués vers des
éventuelles fuites d’huile et de procéder à un arrêt en cas d’urgence. De plus, en cas de fuite d’huile d’un des éléments d’une filières d’élimination adaptées, en évitant toute pollution.
éolienne, la base de celle-ci sert de cuvette de rétention. Le transformateur situé dans le mât, dispose d’une goulotte en acier
avec une capacité de stockage équivalente à l’ensemble du volume d’huile fabriquée (360 à 1800 L suivant les modèles). Les Le montant de ces garanties constituées sera conforme à l’arrêté du 26 août 2011 relatif à la remise en état et à la constitution
opérations de vidange font l’objet de procédures spécifiques. Dans tous les cas, le transfert des huiles s’effectue de manière des garanties financières pour les installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent et notamment
sécurisée via un système de tuyauterie et de pompes directement entre l’élément à vidanger et le camion de vidange. ces annexes.

Les principaux gisements identifiés en phase d’exploitation et leur mode de traitement sont récapitulés dans le tableau La garantie financière est donnée par la formule :
suivant : M = N × Cu
Où :
Tableau 49 : Déchets générés par l’exploitation des aérogénérateurs et mode de traitement N est le nombre d’unités de production d’énergie (c’est-à-dire d’aérogénérateurs).
(Source : SITA) Cu est le coût unitaire forfaitaire correspondant au démantèlement d’une unité, à la remise en état des terrains, à
l’élimination ou à la valorisation des déchets générés. Ce coût fixé à 50 000 euros sera réactualisé au moment de
DIB : Déchet Industriel Banal ; DID : Déchet l’obtention de l’arrêté préfectoral d’autorisation d’exploiter.
Industriel Dangereux ; Code CED :
classification des déchets selon le
Catalogue Européen des Déchets ; Code D /
La garantie financière dans ce projet sera de : 4 x 50 000 = 200 000 euros.
R : Liste des opérations de traitement des
déchets (R1 : Utilisé comme combustible L’exploitant du projet de parc éolien objet du dossier s’engage donc à constituer un fond de 200 000 € en prévision du
(valorisation énergétique), R3 : Recyclage démantèlement des quatre futures éoliennes. Ce montant est un minimum car il sera actualisé (Cf. paragraphe ci-dessous).
organique, R4 : Recyclage métallique, R5 :
Recyclage inorganique, R9 : régénération Conformément à l’arrêté du 6 novembre 2014, l’exploitant réactualisera tous les cinq ans le montant susmentionné en se
ou réemploi) basant sur la formule d’actualisation des coûts présente en annexe II de l’arrêté du 26 août 2011 relatif à la remise en état et
à la constitution des garanties financières.

IV.4.3. DEMANTELEMENT ET REMISE EN ETAT Par ailleurs, ces garanties financières seront constituées dans les conditions prévues aux I, III et V de l'article R. 516-2 et
conformément à l’arrêté du 31 juillet 2012 relatif aux modalités de constitution de garanties financières prévues aux articles
Les éoliennes ont une durée de vie de 20 à 25 ans. Or, la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour R. 516-1 et suivants du Code de l’Environnement.
l'environnement, dite loi Grenelle 2, renforce les obligations de démantèlement qui pèsent sur les exploitants des éoliennes
dans son article 90 modifiant l’article L.553-3 du Code de l’Environnement. Le devenir des différents éléments constitutifs du parc éolien est présenté ci-après. Il est nécessaire de souligner que la
réutilisation et le recyclage de ces éléments a été privilégié dans l’optique de favoriser une gestion durable des ressources.
Conformément à l’article R.553-1 du Code de l’Environnement et suivants (arrêté du 26 août 2011 modifié par l’arrêté du 6
novembre 2014), les opérations de démantèlement et de remise en état comprendront :

1. Le démantèlement des installations de production d’électricité, des postes de livraison ainsi que les câbles dans un rayon
de 10 mètres autour des aérogénérateurs et des postes de livraison.

2. L’excavation des fondations et le remplacement par des terres de caractéristiques comparables aux terres en place à
proximité de l’installation :

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


112
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Concasser et incinérer avec principe de récupération


de l’énergie

Concasser et incinérer avec principe de récupération


de l’énergie

Figure 118 : Devenir des différents matériaux constituants un parc éolien (Source : ENERCON)

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


113
ENERGIETEAM 113
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

En dehors des gaz à effet de serre, les filières « traditionnelles » de production d’énergie peuvent aussi être à l’origine de la
production de divers déchets et polluants.

V.1. IMPACTS ET MESURES SUR LE MILIEU PHYSIQUE Les centrales thermiques à flamme rejettent des polluants : oxydes de soufre (SO 2), oxydes d’azote (NOx) et poussières.
D’après les données 2015 d’EDF14, les centrales françaises seraient ainsi à l’origine d’émissions de 0.03/kWh de SO2 et de 0.04
g/kWh de NOx.
V.1.1. L’AIR, LE CLIMAT ET L’UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE
De son côté, l’exploitation des centrales nucléaires génère des déchets radioactifs. Ainsi en 2015, d’après EDF, la fourniture
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier : d’un kilowattheure d’électricité a induit la génération de déchets radioactifs :
 6 m3/TWh de déchets radioactifs solides de Très Faible Activité (TFA) : ces déchets, dont la radioactivité est du
Lors de la phase de chantier, le seul impact potentiel identifié repose sur l’émission de GES et polluants atmosphériques par
même ordre de grandeur que la radioactivité naturelle, proviennent principalement de la déconstruction des
les engins de chantier.
installations nucléaires, ce sont surtout des gravats (béton, ferrailles, calorifuges, tuyauteries, etc.)
 16.4 m3/TWh de déchets radioactifs solides de Faible et Moyenne Activité à vie courte (FMA) : proviennent des
Réduction : Le matériel utilisé sera conforme aux normes en vigueur et un entretien régulier sera réalisé. installations nucléaires (gants, filtres, résines, etc.)
 0.88 m3/TWh de déchets radioactifs solides de Haute et Moyenne Activité à vie longue (HA –MAVL) : Pour ceux de
moyenne activité, il s’agit principalement les structures des assemblages (coques et embouts, morceaux de gaines,
Par ailleurs, compte tenu de la durée limitée du chantier et du nombre limité d’engins utilisés, l’effet sera faible (Cf. données
etc.) séparées lors du traitement du combustible usé. Ils sont aujourd’hui compactés et conditionnés dans des
ACV ci-après).
conteneurs en acier inoxydable. Cela inclut aussi d’autres déchets MA-VL sont produits par la recherche ou l’industrie
du cycle du combustible. Pour ceux de haute activité, il s’agit de déchets issus du traitement, par vitrification, des
combustibles usés, correspondant à l’exploitation des anciennes centrales uranium naturel graphite gaz (UNGG) et à
Impact quarante années d’exploitation du parc REP actuel.
Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible Dans le cadre de notre projet, la production annuelle des 4 éoliennes du projet sera d’environ 20.7 GWh,
Faible
ce qui correspond à la consommation électrique, chauffage inclus, de 8 280 habitants environ 15. Sur 20
ans, le bilan environnemental serait le suivant : Impact
 414 GWh produits ; Positif
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :  27 448 Tonnes équivalent CO2 évitées (soit 228 735 000 km en voiture16) ;
 9.6 mètres cubes de déchets radioactifs non produits.
Concernant les Gaz à Effet de Serre (GES), les activités humaines sont à l’origine d’une augmentation de leur concentration
dans l'atmosphère. Ces derniers sont la cause d’un changement climatique aux conséquences multiples : augmentation des
Il convient de signaler que ce bilan est fourni à titre informatif et qu’il reste susceptible de différer de la réalité du fait des
températures, hausse du niveau des océans, épisodes climatiques extrêmes plus nombreux… Parmi les différents secteurs
nombreuses variables pouvant influencer le résultat : origine des matériaux utilisés pour la construction, origine de l’électricité
d’activité contribuant à l’émission de ces GES, on retrouve notamment la production d’énergie.
substituée, variabilité saisonnière de la production éolienne et du contenu « carbone de l’électricité »…
Afin de quantifier l’impact de l’éolien sur les émissions de Gaz à Effet de Serre, l’ADEME a réalisé en 2015 une étude
Par ailleurs, il convient de signaler que si les parcs éoliens produisent des quantités importantes d’énergie de manière durable,
spécifique13. Les chiffres qui y sont présentés résultent d’une Analyse de Cycle de Vie (ACV). Ainsi, ils prennent en compte les
leur consommation s’avère quant à elle réduite. Celle-ci sert notamment à l’alimentation des différents moteurs et appareils
émissions directes pendant l’exploitation des centrales (combustion du charbon par exemple), mais aussi celles entraînées
électroniques présents dans l’aérogénérateur.
par les autres étapes du cycle de vie (construction et déconstruction des installations industrielles, fabrication et transport
des combustibles, élimination des déchets …). Cette étude peut être jugée comme représentative de la filière française : les
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
données récoltées et utilisables concernent 3658 éoliennes, pour une capacité totale de 7111 MW, représentant 87,2 % du
parc effectif en 2013. En cas de cessation d’activité et de démantèlement du parc éolien, les impacts sur l’air et le climat seront relativement proches
de ceux identifiés lors de la phase de chantier, à savoir réduits. Ces impacts seront d’autant plus limités que les normes de
La conclusion de cette étude concernant l’impact sur le changement climatique est la suivante : pollution et les avancées technologiques conduiront sûrement à une réduction des émissions de polluants et GES par les
« Le taux d'émission du parc français est de 12,7 g CO 2 eq/kWh (valeur similaire avec celles données par le GIEC ou les autres engins motorisés d’ici une vingtaine d’années.
études académiques). Le taux d’émission est faible par rapport à celui du mix français, estimé à 79 g CO 2 /kWh (année de
référence 2011). » • Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

D’après les chiffres fournis, la mise en œuvre de l’éolien permettrait donc d’économiser environ 66 g CO 2/kWh produit. Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera mise en œuvre. Au regard des
éléments fournis par l’ACV, il apparait que le niveau d’impact final est positif sur la durée globale d’exploitation du parc éolien.
Par ailleurs, cette même étude stipule que le temps de retour énergétique (c’est-à-dire en combien de temps la turbine produit
la quantité d'énergie qu’elle a consommée au cours de son cycle de vie) correspond à 12 mois de production, soit de l’ordre
IMPACT FINAL POSITIF
de 5 fois moins que le mix électrique français en 2011.

13 ADEME, 2015. Impacts Environnementaux de l’éolien français. Disponible sur : 15 Sur la base d’une consommation moyenne de 2 500 kWh/an/habitant
http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/impacts-environnementaux-eolien-francais-2015.pdf 16 Sur la base d’un contenu moyen C02 de 120g/km
14 Données issues du rapport sur les indicateurs de développement durable d’EDF disponible sur le site internet de l’entreprise

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


114
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

V.1.2. LE SOL ET LES RESSOURCES MINERALES Les 9 principales ressources utilisées pour construire les éoliennes sont : l’aluminium, l’argent, le cobalt, le cuivre, le
dysprosium (terre rare), le fer, le néodyme (terre rare), les sables et les granulats. Sur une base d’éolienne de 2,5 MW, une
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier : comparaison a été faite de 2 technologies (Async : classique à bobinage ; AP : aimants) avec 2 mâts différents (Béton ou acier).
Ce choix repose sur le fait que les impacts varient suivant les technologies ou type de mât retenu (ex : le terres rares ne sont
Les impacts potentiels sur le sol lors la phase des travaux sont principalement liés aux modifications du sol et sous-sol induites pas employées dans les machines asynchrones).
par les déplacements de terre (déblais/remblais) nécessaires à l’installation des éoliennes et de leurs aménagements annexes
(plateforme, chemins d’accès…). La faible emprise des zones aménagées (plateformes/accès) permet de limiter fortement les Par ailleurs, deux méthodes ont été comparées : CML (criticité) et COMPOSITE. Les résultats figurent ci-dessous :
modifications de la nature du sol.

En effet, la terre extraite pour la mise en place des fondations équivaut au volume des fondations de béton : 489 m3/éolienne,
soit un total de 1 956 m3 pour l’ensemble du parc (le reste de la terre excavée est réutilisée pour remblayer le trou). A cela
s’ajoute la terre extraite pour la mise en place des plateformes et chemins d’accès, soit environ 4 400 m3 pour l’ensemble du
parc. Pour ce qui est des plateformes de stockage temporaire, comme indiqué précédemment, ces dernières ne subiront
qu’un aménagement superficiel qui sera supprimé à la fin du chantier. Ainsi à l’issue des travaux ces secteurs seront restaurés
avec la terre initialement extraite et ils retrouveront peu à peu leur état initial.

Réduction : Cette terre sera réutilisée de manière préférentielle sur le chantier.

Le raccordement électrique interne ne nécessitera pas d’extraction puisque la tranchée sera rebouchée par la terre extraite.
Compte tenu des volumes et surfaces considérés, ces travaux ne sont pas de nature à produire des impacts notables sur la
géologie et la pédologie du site d’étude.
Méthode CML : Méthode développée pour l’ACV, prenant en Méthode COMPOSITE : Calcul d’un indicateur intégrant les
Le second type d’impact potentiel repose sur une pollution des sols lors du chantier. Cette pollution peut être engendrée par compte les gisements disponibles et les taux d’exploitation pour caractéristiques suivantes de la ressource : Disponibilité (basée sur
un déversement accidentel de liquides (huiles, carburants…), un nettoyage inadapté du matériel ou l’enfouissement de évaluer l’impact sur les ressources. CML est basé sur le ratio entre la méthode CML), Criticité (technique; économique; politique),
déchets divers. les quantités de ressources consommées annuellement et le Recyclabilité, et Substituabilité.
gisement disponible. Seule la rareté de la ressource est prise en
compte.
Réduction : Afin de réduire ce risque, un certain nombre de mesures seront déployées :
- Le matériel présent sur le chantier sera maintenu en bon état et fera l’objet d’un entretien régulier. Une aire Selon la note d’analyse de l’ADEME :
spécifique en retrait des zones sensibles sera dédiée au stockage du matériel, des carburants et des fluides « Sur la base de la seule rareté de la ressource (Méthode CML), seules les terres rares apparaissent (ci-dessus à gauche). Si l’on
d’entretien. prend en compte les facteurs économiques et politiques, mais aussi la recyclabilité et la substituabilité, le résultat est plus
- Une fosse de lavage des goulottes après coulage du béton sera installée, contrasté (ci-dessus à droite) : le cuivre apparaît avec une criticité importante. Certains éléments émergent, en particulier le
- Des kits anti-pollution seront disponibles sur le site du parc éolien afin d’intervenir très rapidement pour fer et l’argent : le premier pour la criticité économique moyenne conjuguée à une masse importante de fer (sous forme d’acier
contenir, absorber et récupérer les polluants, et de fonte principalement) ; le second pour une criticité importante. »
- Des sanitaires seront installés lors de la phase de chantier,
- Les déchets produits lors du chantier feront l’objet d’une gestion spécifique afin de garantir leur traitement
approprié (Cf. IV.4.1.3. Gestion des déchets de chantier). Evitement : Dans le cas du projet éolien de la Ferme Eolienne Tillières, la technologie employée par ENERCON permet,
grâce à l’excitation indépendante du générateur annulaire, de renoncer à l’usage d’aimants permanents. Les champs
magnétiques nécessaires à la production de courant sont engendrés par voie électrique. Cela signifie donc qu’aucune
Ainsi, la survenue de cette pollution reste très peu probable. La quantité de pollution accidentellement émise (quelques litres terre rare ne sera employée dans les éoliennes, ne contribuant pas ainsi à l’épuisement de la ressource.
maximum) serait très faible et temporaire.

Le troisième impact potentiel identifié repose sur le tassement des sols liés au passage des engins de chantier.
Réduction : Concernant les autres matériaux employés, il convient de souligner qu’ENERCON attache une importance
particulière au recyclage des matériaux employés par ses éoliennes (Cf. Figure 118 : Devenir des différents matériaux
Réduction : Ce dernier sera limité car le trafic sur le site sera contenu aux chemins d’accès et plateformes qui seront mis constituants un parc éolien (Source : ENERCON)). Cet engagement contribue de fait à « l’économie circulaire » et à la
en place moindre sollicitation de la ressource primaire en exploitant les gisements de matériaux recyclés.

Pour terminer, le dernier impact potentiel listé est constitué de la consommation des ressources minérales, dont certaines
sont parfois jugées sensibles (terres rares).
Impact
Dans ce cadre, il est possible de s’appuyer de nouveau sur l’étude de l’ADEME de 2015 citée précédemment dans ce rapport Sensibilité
Effet Faible résiduel
et qui a conduit à étudier, en plus des émissions de GES, les impacts de l’ensemble du cycle de vie des éoliennes sur la Faible
Faible
consommation de ressources naturelles minérales.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 115


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :


Réduction : En ce qui concerne le risque de pollution lors du chantier, ce dernier sera fortement limité par l’organisation
Lors de l’exploitation, le seul impact potentiel identifié repose sur une éventuelle pollution de sols liée à un déversement du chantier et les mesures mises en place (Cf. partie précédente sur la pollution des sols).
accidentel de liquides (huiles, carburants…). Ce dernier restera limité quoi qu’il en soit compte tenu des faibles volumes
considérés.
La pose des fondations, voire les travaux liés aux chemins d’exploitation, peuvent avoir une incidence sur la qualité des eaux
superficielles et souterraines. Si ces eaux sont connectées à des réserves destinées à l’alimentation en eau potable et si aucune
Réduction : Le choix de machines E-82 récentes pourvues de détecteurs de niveau d’huile permettra de prévenir les protection n’est prise, des risques sanitaires peuvent ainsi apparaître. Dans le cadre du projet de la Ferme éolienne Tillières,
éventuelles fuites d’huile et de procéder à un arrêt en cas d’urgence. Des bacs collecteurs sont présents au niveau des l’implantation prévue se situe en dehors de toute zone de protection de captage. D’après les données fournies par le BRGM
principaux composants pour stocker tout écoulement accidentel de liquide. (Cf. II.1.5. Risques naturels), le site du projet présente une sensibilité limitée sur la majeure partie de la zone pour les
inondations de nappe de socle.

Réduction : En outre, les opérations de maintenance font l’objet de procédures spécifiques garantissant une évacuation Réduction : Ce risque reste à vérifier lors de l’étude géotechnique menée en amont de la phase des travaux. S’il s’avère
sécurisée des fluides vidangés. Des kits anti-pollution seront disponibles sur le site du parc éolien afin d’intervenir très que cette étude confirme la présence d’une nappe libre affleurante, alors des mesures devront être prises afin d’éviter
rapidement pour contenir, absorber et récupérer les polluants. toute pollution des eaux souterraines lors des travaux. Il s’agira notamment de respecter des règles de l’art concernant
le choix du béton et sa mise en œuvre (exemple : assèchement du fond de fouille par pompage, utilisation de bâches en
polymères en fond et en périphérie de la fouille, réalisation d’un coffrage étanche empêchant l’infiltration de laitance
La faible probabilité d’occurrence d’un tel événement tend à prouver que l’effet sera faible. de béton…). Il est important de rappeler que les études géotechniques sont réalisées en amont du chantier afin de
proposer les fondations les plus adaptées aux caractéristiques du sol. Pour rappel ces dernières atteignent environ 3 à 4
mètres de profondeur. Les conclusions de l’étude géotechnique ne seront donc pas de nature à remettre en cause la
faisabilité du projet. C’est pourquoi elles ne sont réalisées qu’en amont du chantier.
Impact
Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible
Faible
En dehors d’un impact sur les eaux souterraines, les travaux d’aménagement peuvent aussi engendrer une dégradation des
cours d’eau : effondrement des berges, destruction du lit mineur…

Evitement : Sur les trois sites composant la ZIP, le choix final d’implantation a évité le site n°1, situé en bordure de la
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
Sanguèze et donc plus sensible. Par ailleurs, aucune éolienne ou aménagement annexe de type plateforme ou chemin
d’accès n’a été positionné à proximité du ruisseau de la Touche qui sillonne sur le site du projet (l’éolienne la plus proche
Réduction : Conformément à la réglementation, à l’issue de l’exploitation et en cas de non-remplacement des machines, E3 se trouve à plus de 100m du ruisseau).
ces chemins et aires aménagées feront l’objet, tout comme les zones de fondations, d’un démantèlement incluant une
excavation et le remplacement par des terres de caractéristiques comparables aux terres en place (Cf. Chapitre IV.4.3.
Démantèlement et remise en état). Pour ce qui est de la destruction de zones humides, au niveau du site du projet, l’état des lieux dressé précédemment a permis
de s’apercevoir que le site du projet disposait d’une sensibilité non négligeable compte tenu de la présence de zones humides
prélocalisées et inventoriées à proximité de la ZIP (Cf. Figure 15 : Contexte hydrologique sur le site du projet).
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera mise en œuvre.
Evitement : L'analyse des données disponibles sur les zones humides en amont a guidé le choix d'une implantation évitant
tant que possible l'implantation des éoliennes en zone humide.

IMPACT FINAL FAIBLE


Afin de vérifier l’absence ou la présence de zones humides au droit du projet, un inventaire pédologique complémentaire a
été conduit. Ce dernier est disponible en pièce jointe de la présente demande d’Autorisation Unique (Pièce n°4.6).

V.1.3. LE MILIEU HYDRIQUE Les prospections réalisées ont permis de montrer que seule l’éolienne E3 ainsi que son accès sont en zone humide au sens
des articles L 4211-1 et R 421-1 à 5 du code de l’environnement. La surface de zones humides impactées par le projet est
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier : d’environ 2 244 m2 (Cf. carte ci-après). La zone humide impactée est une prairie pâturée. La végétation y est assez rase et
n’est pas de type hygrophile. Le site n’est pas particulièrement riche du point de vue de la biodiversité et les espèces présentes
Le principal impact potentiel d’un parc éolien sur l’hydrogéologie est la conséquence des pollutions des eaux souterraines qui ne semblent pas être caractéristiques des milieux humides. En ce qui concerne la fonctionnalité hydraulique du site, l’intérêt
peuvent éventuellement être générées par les travaux relatifs à l’installation des aérogénérateurs. En effet, on ne peut écarter est également limité du fait de la végétation qui est peu susceptible de ralentir les écoulements d’eau. De plus, la zone humide
la possibilité de pollutions liées à des mauvaises opérations lors de l’installation du parc : les engins de chantier contiennent impactée est située en haut d’une petite butte ce qui ne favorise pas les stagnations d’eau.
de l’huile et des hydrocarbures susceptibles de sortir de leur logement et de polluer les nappes sous-jacentes. Les accidents
éventuels peuvent être des épanchements d’huiles ou d’essences provenant des véhicules et engins de chantier.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


116
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Impact
Sensibilité Effet
résiduel
Modérée Modéré
Modéré

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :

Comme pour les sols, le principal impact potentiel identifié repose sur la pollution accidentelle des eaux par les divers liquides
utilisés lors de l’exploitation du parc éolien.

Réduction : En ce qui concerne le risque de pollution lors de l’exploitation, ce dernier sera fortement limité par
l’organisation du chantier et les mesures mises en place (Cf. partie précédente sur la pollution des sols).

L’exploitation d’un parc éolien peut aussi engendrer des impacts hydrauliques indirects : les plateformes et chemins créés
sont des surfaces aménagées qui peuvent engendrer une perturbation des écoulements (ruissellement, drainage…).

Réduction : C’est pourquoi, dès la conception du projet, une attention particulière a été portée à l’optimisation des
surfaces à aménager afin de réduire leurs surfaces. Ces dernières restent constituées de matériaux drainant réduisant
Figure 119 : Inventaire pédologique des zones humides sur le site du projet (Source : Calidris) l’imperméabilisation et ses éventuels effets négatifs.

Concernant le raccordement électrique interne, pour les tranchées qui ne sont pas situées sous la voirie, la technique mise en
place (Cf. Figure 108 : Exemple de tranchée de raccordement électrique interne (Source : ENERGIETEAM)) ne constituera pas
d’impact sur les zones humides : la terre extraite pour le déblai de la tranchée sera réutilisée pour son remblai, en respectant Impact
tant que possible l’ordre des strates pédologiques. De plus, le raccordement électrique interne devra franchir en deux endroits Sensibilité Effet Nul à
résiduel
le ruisseau recalibré de la Touche. Modérée Faible
Faible
Evitement : Le franchissement du cours d’eau par le raccordement électrique se fera en utilisant la technique du forage
dirigé, permettant ainsi de ne pas altérer la morphologie et l’écoulement du cours d’eau.
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

En cas de cessation d’activité, la phase de démantèlement n’engendrera pas d’impact supplémentaire sur les cours d’eau et
Forage dirigé (raccordement les zones humides : les aménagements installés (voies d’accès et plates-formes) seront réutilisés pour accéder au site et
électrique) procéder à la déconstruction. Par ailleurs, ce démantèlement conduira au retrait de certains aménagements afin de restaurer
le site en l’état. Cette opération conduira à l’évacuation et au traitement approprié des déchets générés, n’engendrant donc
pas de risque de pollution des eaux.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

La construction de l’éolienne E3 induira la destruction d’environ 2 244 m² de zone humide. Une compensation s’avère donc
nécessaire afin de répondre notamment aux exigences du SDAGE Loire-Bretagne et du SAGE Sèvre Nantaise. Afin de
compenser la perte de zone humide induite par la mise en place de l’éolienne E3, deux mesures compensatoires seront
déployées (Cf. Pièce n°4.6 : Etude Zones humides).

Compensation : Une ancienne carrière située au lieu-dit la Roussière (site d’une emprise de 31 830 m²), à plus de trois
kilomètres au sud-ouest du parc éolien mais dans le même bassin versant que la zone humide impactée, sera réhabilitée
avec la réalisation de plusieurs travaux : amélioration des berges du plan d’eau, diversification des faciès de prairie,
amélioration de la gestion de la prairie et accueil du public (observatoire et panneau d’information). Le détail de cette
compensation est fournie dans l’étude spécifique (Cf. Pièce n°4.6). Le coût global des travaux est estimé à : 20 000 €
pour la prairie, 15 000 € pour l’observatoire et 3 000 € pour les panneaux. Le cout de la mesure de gestion de la prairie
peut être évalué à 300 € par an (soit 6 000 € en 20 ans d’exploitation). Le coût total serait donc de 44 000 €.
Figure 120 : Localisation du projet vis à vis du réseau hydrographique

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 117


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

V.1.4. LES RISQUES NATURELS ET LA VULNERABILITE DU PROJET AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :

Suite à sa construction, le parc éolien ne sera soumis qu’à un nombre réduit de risques naturels.

Réduction : Ces risques, connus, seront maîtrisés par la mise en place de mesures d’évitement/réduction :
- Tempête : les éoliennes seront adaptées aux conditions de vent extrêmes rencontrées sur site. Elles seront de
type IEC IIA,
- Mouvement de terrain/inondation de nappe : une étude géotechnique sera réalisée en amont de la
construction afin de définir les normes applicables aux fondations,
- Séisme : les constructions respecteront les règles parasismiques en vigueur,
- Foudre : un dispositif anti-foudre équipera chacune des éoliennes projetées,
- Incendie : les éoliennes disposeront des équipements nécessaires à la détection et à la lutte contre les
incendies.

La survenue d’un tel accident apparaît donc peu probable.

Impact
Figure 121 : Site de compensation de l'ancienne carrière Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible
Faible
Compensation : Deux mares seront restaurées :
- La première mare (350 m²) localisée à 200 mètres au sud-ouest du parc éolien et au nord de la D223 est complètement
fermée par la végétation. Les travaux porteront donc sur la suppression de la végétation et un éventuel curage si besoin.
- La seconde mare (145 m²) située à 1 kilomètre au sud-est du parc au nord du lieu-dit la Tuilerie est en cours de
fermeture. Les travaux porteront donc sur la suppression de la végétation et un éventuel curage si besoin. La mare sera Pour ce qui est du changement climatique, il est maintenant reconnu que ce dernier aura de nombreux impacts directs et
par ailleurs agrandie sur une surface de 205 m2. Les berges devront être en pente douce. indirects : modifications des conditions climatiques, augmentation du niveau de mer, perturbation de la biodiversité…Tous
ces impacts n’auront pas forcément d’effet sur un projet tel qu’un parc éolien. La vulnérabilité du projet au changement
Le détail de cette compensation est fournie dans l’étude spécifique (Cf. Pièce n°4.6). Le coût global des travaux est estimé climatique porte principalement sur l’éventuelle augmentation des risques naturels. Ainsi, il est attendu des phénomènes
à 1 000 € pour la première mare et 5 125 € pour la seconde (curage compris). A cela s’ajoute des fauches annuelles climatiques extrêmes (tempête, sécheresse…) de plus grande ampleur et à une fréquence plus courte, engendrant de fait des
d’entretien estimées à 50€/mare (soit 2000 € pour 20 ans d’exploitation). Le coût total serait donc de 8 125 €. inondations, mouvements de terrain ou incendie plus nombreux et plus importants.

Si les conséquences locales sont difficiles à appréhender de manière précise, pour le projet de la Ferme Eolienne Tillières le
Ces mesures seront mises en place dès que le projet aura reçu les autorisations administratives et qu’il sera purgé de tout site retenu s’avère relativement exempt de risques naturels majeurs. Le changement climatique aura donc peu d’effet sur le
recours. Les travaux interviendront entre fin juillet et fin février pour éviter d’impacter la faune. La gestion de la prairie et la projet. Par ailleurs, les prescriptions techniques sont à même de sécuriser les aménagements vis-à-vis de la survenue
fauche d’entretien des mares se poursuivra pendant la durée d’exploitation du parc éolien. La Ferme éolienne Tillières se d’événements extrêmes.
rapprochera d'une association locale ou d'une entreprise de génie écologique pour la mise en place et le suivi des mesures.
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
IMPACT FINAL FAIBLE Comme la phase de travaux, la phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :


• Mesures de suivi/accompagnement :
Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.
Suivi : Pour le site de l’ancienne carrière, un inventaire faune flore de la parcelle sera réalisé 5 ans après la mise en place
de la mesure et sera reconduit à la quinzième année. Le coût de ce suivi est estimé à 3 000 euros. IMPACT FINAL FAIBLE

Suivi : Pour les mares, un inventaire floristique et faunistique sera réalisé dans la cinquième année suivant les travaux. Le
cout de ce suivi est de 1 000 €/mare.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


118
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Les tableaux situés sur les pages qui suivent présentent la synthèse des impacts sur le milieu physique ainsi que le détail des
mesures mises en œuvre. En termes de coût, les dépenses seront principalement induites par la compensation de l’impact sur
les zones humides (57 000 € environ). A cela s’ajoutera celui règlementaire du démantèlement (200 000 €). Il convient de
préciser que certaines mesures restent difficilement chiffrables actuellement en l’absence d’éléments techniques précis (Cf.
mesures géotechniques en cas de présence de nappe).

Figure 122 : Eléments de sécurité des éoliennes ENERCON - détecteur de fumée et parafoudre (Source : ENERCON)

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 119


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Tableau 50 : Synthèse des impacts sur le milieu physique

MILIEU PHYSIQUE

Effets
Sensibilité Phases du Mesures
Thématiques Impact potentiel identifié Mesures Evitement/Réduction Caractéristiques Impact Résiduel Mesures Compensation Impact Final
globale projet Description de l'effet Niveau d'effet Accompagnement/Suivi
Type Probabilité Durabilité Réversibilité Ampleur
Rejet de GES et polluants
Utilisation de matériel conforme aux
Chantier atmosphériques par les engins de / Négatif Certain Temporaire (MT) Irréversible Très faible Faible Faible / Faible /
normes et entretien du matériel de chantier
chantier
Climat/qualité
Faible Economie de GES, de polluants 414 GWh produits en 20 ans, soit
de l'air
atmosphériques et de déchets 27 448 tonnes de CO2 évitée, 9,6
Exploitation / Positif Certain Permanent Irréversible Modérée Positif Positif / Positif /
radioactifs par la production mètres cube de déchets
d'électricité renouvelable radioactifs non produits
Réutilisation des terres extraites sur le
chantier Environ 6350 mètres cube à
Chantier Modification du sol/sous sol Négatif Certain Permanent Réversible Très faible Faible Faible / Faible /
Remise en état du site après extraire
démantelement
Tassement du sol en dehors des
Chantier Balisage des zones de chantier et accès / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Faible Faible / Faible /
zones de chantier
Entretien du matériel de chantier
Fosse de lavage pour le béton
Chantier Pollution des sols lors du chantier Mise à disposition de kits anti-pollution / Négatif Peu probable Temporaire (CT) Réversible Très faible Faible Faible / Faible /
Sols/Sous-sol Faible Sanitaires de chantier
Gestion des déchets appropriée
Choix d'une technologie sans "Terres
Chantier Consommation ressources minérales rares" / Négatif Probable Permanent Irréversible Très faible Faible Faible Faible
Recyclage de l'éolienne
Eoliennes pourvues de capteurs de fuite et
bacs collecteurs
Pollution des sols lors de
Exploitation Mise à disposition de kits anti-pollution / Négatif Peu probable Temporaire (CT) Réversible Très faible Faible Faible / Faible /
l'exploitation
Opération de maintenance sécurisée pour
les vidances
Etude géotechnique pour détection de
Chantier Pollution des eaux lors du chantier nappe et mesures spécifiques / Négatif Peu probable Temporaire (CT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Autres : Cf. pollution des sols
Choix d'implantation éloigné de tout cours
d'eau
Chantier Dégradation des cours d'eau / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
Forage dirigé pour le franchissement par le
raccordement électrique
Eaux Faible Aménagement d'une
Destruction de zone humide par la Eolienne 3 : Suppression de 2244
Choix d'implantation optimisé à partir de ancienne carrière
Chantier mise en place des éoliennes ou des m² de zone humide (prairie Négatif Certain Permanent Réversible Modérée Modéré Modéré Faible Suivi faune/flore
des données ZH disponibles Restauration de deux
aménagements annexes paturée)
mares
Optimisation des surfaces aménagées
Exploitation Perturbations des écoulements / Négatif Peu probable Permanent Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Utilisation de matériaux drainants
Pollutions des eaux lors de
Exploitation Cf. pollutions des sols / Négatif Peu probable Temporaire (CT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
l'exploitation

Choix d'éoliennes adaptées aux conditions


Accident suite à l'incompatibilité du climatiques locales et disposant des
Risques naturels Faible Exploitation / Négatif Peu probable Temporaire (CT) Irréversible Faible Faible Faible / Faible /
parc avec un risque naturel identifié équipements réglementaires nécessaires
Respect des normes constructives

Type : défini la nature de l’effet (Positif ou Négatif)


Probabilité : défini la probabilité d’occurrence de l’effet
Durabilité : défini la durée de l’effet
- Temporaire : Court terme CT : effet qui dure quelques heures à un jour/Moyen terme MT : effet qui dure quelques jours à quelques semaines/Long terme LT : effet qui dure plusieurs mois à un an
- Permanent : effet qui perdure plusieurs années
Réversibilité :
- Réversible : effet dont les conséquences peuvent être supprimées par la mise en œuvre de mesures spécifiques
- Irréversible : effet dont les conséquences sont définitives
Ampleur : défini l’importance de l’effet

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


120
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Tableau 51 : Synthèse des mesures sur le milieu physique


MILIEU PHYSIQUE
Intitulé de la mesure* Phase de mise
Thématique Impact concerné Type de mesure Objectif(s) Description Coût Responsable/Suivi
(* mesure réglementaire) en œuvre

Rejet de GES et polluants Utilisation de matériel conforme aux Inclus dans


Climat/qualité Réduire les émissions de GES Durant le
atmosphériques par les engins de normes et entretien du matériel de Réduction / le coût du Maître d'œuvre du chantier
de l'air et polluants chantier
chantier chantier* chantier

Les terres extraites lors des travaux seront réutilisées de Inclus dans
Réutilisation des terres extraites sur Limiter les modifications de la Durant le
Réduction manière préférentielle sur le site du projet dans les le coût du Maître d'œuvre du chantier
le chantier nature du sol chantier
aménagements (remblai, restauration de chemin…) chantier
Modification du sol/sous sol pour les
Conformément à la réglementation, une excavation des
fondations, les plateformes et 200 000 €
fondations et un décaissement des aires de grutage/chemins
tranchées de raccordement Remise en état du site après Restaurer le sous-sol à la fin (annualisé Lors du
Réduction d'accès sera réalisé (sauf avis contraire du propriétaire) avec Maître d'œuvre du chantier
démantelement* de l'exploitation du parc tous les 5 démantèlement
remplacement par des terres de caractéristiques comparables
ans)
aux terres en place à proximité de l’installation
L'installation de signalisation spécifique (plot, rubans…) Inclus dans
Tassement du sol en dehors des zones Balisage des zones de chantier et Limiter la circulation d'engins Durant le
Réduction permettra de cantonner le trafic aux chemins dédiés et éviter le coût du Maître d'œuvre du chantier
de chantier accès en dehors des zones prévues chantier
tout tassement des sols chantier
Gestion du chantier (entretien Inclus dans
Limiter les risques de Durant le
Pollution des sols lors du chantier matériel, fosse de lavage, kits anti- Réduction / le coût du Maître d'œuvre du chantier
pollutions chantier
pollution, gestion des déchets) chantier
Sols/Sous-sol Le choix de retenir des éoliennes disposant d'une technologie
Choix d'une technologie sans "Terres Eviter l'épuisement des "Terres sans aimants permanents (générateur asynchrone) permet de En amont du
Evitement / Equipe développement projet
rares" rares" ne pas avoir recours au néodyme ou dysprosium qui sont des projet
"terres rares" avec des gisements limités.
Consommation ressources minérales Les autres ressources minérales rentrant dans la composition
de l'éolienne (acier, cuivre, métal) seront récupérer et traiter en
Favoriser le réemploi des En amont du
Recyclage de l'éolienne Réduction vue d'une réutilisation ultérieure. Cette opération s'inscrit dans / Exploitant
ressources minérales projet
la logique de l'économie circulaire visant à privilégier la
réutilisation plutôt que l'extraction de nouvelles ressources.
Choix de machines équipées de Limiter les risques de En amont du
Réduction / / Equipe développement projet
capteurs de fuite et bacs collecteurs pollutions projet
Pollution des sols lors de
Gestion de la maintenance* Inclus dans
l'exploitation Limiter les risques de Durant
(opérations sécurisées de vidange, Réduction / le coût de Exploitant
pollutions l'exploitation
kits anti-pollution) l'exploitation

En réalisant des sondages géologiques, la présence éventuelle Inclus dans


Etude géotechnique en amont des Identifier d'éventuelles En amont du
Réduction de nappes libre affleurante sera vérifiée et, si besoin, des le coût du Maître d'œuvre du chantier
Pollutions des eaux lors du chantier travaux* sensibilités hydrologiques projet
mesures spécifiques de construction définies chantier
Cf. mesures pollutions des sols Réduction
Aucune éolienne ou aménagement annexe de type plateforme ou
chemin d’accès n’a été positionné à proximité du ruisseau de la
Choix d'implantation éloigné de tout Eviter le dégradation des cours En amont du
Evitement Touche qui sillonne sur le site du projet. De plus le choix final / Equipe développement projet
cours d'eau d'eau projet
Dégradation des cours d'eau d’implantation a évité le site n°1, situé en bordure de la
Sanguèze et donc plus sensible.
Forage dirigé pour le franchissement Eviter le dégradation des cours En amont du
Evitement / / Equipe développement projet
par le raccordement électrique d'eau projet
L'analyse des données disponibles sur les zones humides en
Choix d'implantation optimisé à Eviter la destruction de zones En amont du
Evitement amont a guidé le choix d'une implantation évitant tant que / Equipe développement projet
partir de données ZH disponibles humides projet
possible l'implantation des éoliennes en zone humide.

L'aménagement de cette ancienne carrière d'une emprise de 31


830 m² portera sur divers travaux : amélioration des berges du
Compenser la destruction de Durant
Aménagement d'une ancienne carrière Compensation plan d’eau, diversification des faciès de prairie, amélioration 44 000 € Exploitant
2250 m² de zones humides l'exploitation
Eaux de la gestion de la prairie et accueil du public (observatoire et
panneau).
Destruction d'une zone humide par la
mise en place des éoliennes et de leurs
La restauration portera sur deux mares d'une superficie de 350
aménagements annexes
Compenser la destruction de et 145 m² avec suppression de la végétation et éventuellement Durant
Restauration de mares Compensation 8 125 € Exploitant
2250 m² de zones humides curage. Une mare sera par ailleurs agrandie sur une surface de l'exploitation
205 m². Un entretien annuel est prévu.

Pour le site de l’ancienne carrière, un inventaire faune flore de


Exploitant (missione un expert
la parcelle sera réalisé 5 ans après la mise en place de la
Suivre l'efficacité de la mesure Durant écologue) / Rapport de suivi
Suivi Faune-Flore Suivi mesure et sera reconduit à la quinzième année. Pour les mares, 5 000 €
compensatoire l'exploitation disponible pour l'inspection des
un inventaire floristique et faunistique sera réalisé dans la
installations classée
cinquième année suivant les travaux.

Le choix d'implantation à chercher à limiter tant que possible


Optimisation des surfaces aménagées Limiter l'imperméabilisation En amont du
Perturbation des écoulements Réduction les surfaces à aménager. Leur imperméabilisation sera limitée / Equipe développement projet
et utilisation de matériaux drainants des sols projet
par l'utilisation de matériaux drainants.
Pollutions des eaux lors de
Cf. mesures pollutions des sols Réduction
l'exploitation
Choix d'éoliennes adaptées aux
conditions climatiques locales et
Accident suite à l'incompatibilité du En amont du
Risques naturels disposant des équipements Réduction Limiter tout risque d'accident / / Equipe développement projet
parc avec un risque naturel identifié projet
réglementaires nécessaires*
Respect des normes constructives*
Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 121
ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

V.2. IMPACTS ET MESURES SUR LE MILIEU NATUREL


Par ailleurs, au niveau de l’implantation des éoliennes et des annexes (chemins d’accès, poste de livraison, aire de
retournement et aire de grutage), aucune espèce floristique d’enjeu à minima modéré n’a été observée. Lors de la phase
La carte ci-dessous résume l’implantation des éoliennes vis-à-vis des différents enjeux écologiques identifiés : chantier, les impacts sur ces espèces seront faibles, aucune zone d’enjeu pour la flore n’est localisée dans la ZIP ou à proximité.

Réduction : Dans le cadre de la phase chantier, un système de management environnemental (Plan d’Assurance
Environnement) sera mis en place dans l’objectif de maîtriser et réduire les impacts liés aux opérations de chantier. Ce
dernier inclura le passage d’un écologue lors du chantier afin de vérifier que les opérations de chantier seront menées
dans le respect des bonnes pratiques environnementales et que les préconisations émises dans le cadre de la présente
étude seront respectées, notamment celles liées à la réduction du risque de pollution des eaux et à la gestion des
déchets.

Impact
Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible
Faible

Le second impact potentiel se base sur la destruction de haies. Elles sont peu nombreuses dans le secteur du projet. Deux
haies devront être partiellement abattues : une au Sud de l’éolienne 2 et une au Sud de l’éolienne 3. La première haie est
d’enjeu fort. Le linéaire de 6m impacté est composé d’arbustes bas (voir photo ci-après). Cette portion ne contient pas de
coléoptère protégé. Pour la seconde haie, le linéaire impacté est de 12m sur une haie d’enjeu modéré. Elle n’abrite pas
d’insectes saproxylophages. Au total 18 ml de haie seront supprimés pour permettre le passage d’un accès et pour la création
de la plateforme du poste de livraison. De plus, le long du chemin d’accès à l’éolienne 1, 165ml de haie devront être élagués,
pour une circulation aisée des engins de chantier.

L’impact est considéré comme faible pour ce projet compte tenu du faible linéaire concerné et l’évitement des arbres
contenant des insectes saproxyliques.

Figure 123 : Localisation du projet éolien et des enjeux écologiques

V.2.1. SUR LES HABITATS NATURELS ET LA FLORE

• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

Lors de la phase de chantier, le principal impact potentiel repose sur la destruction d’habitats naturels et/ou de la flore.

Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour les espèces à enjeux. Figure 124 : Tronçon de haie impacté pour permettre Figure 125 : Tronçon de haie impacté pour l’accès à
l‘accès à l’éolienne 2 l’éolienne 3.

Les surfaces d’habitats concernées sont détaillées ci-dessous.


Sensibilité Impact
Code Corine Désignation Corine Biotopes Surface impactée Enjeu Impact Effet Nul à
Modérée à résiduel
(en ha) Faible
Forte Faible
82.1 Champs d’un seul tenant intensément cultivés 0, 3784 Faible Faible
81.1 Prairies sèches améliorées 0,3066 Faible Faible
83.21 Vignobles 0,2074 Faible Faible

Ainsi, la surface impactée est relativement faible. De plus, les implantations des éoliennes et des annexes (plateformes, • Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
chemins d’accès, poste de livraison), sont comprises dans des zones d’habitat à enjeu faible et très faible. Ces habitats sont
très présents dans la ZIP et à proximité. A noter qu’aucun habitat d’intérêt communautaire n’est identifié sur le site d’étude. La phase d’exploitation n’est pas sujette à ce type d’impact.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


122
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement : laisse une zone d’utilisation suffisante pour les oiseaux en halte. L’impact de la perte d’habitat est donc considéré comme
faible.
Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les habitats naturels et la flore peuvent être considérés comme
négligeables. En effet les travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de
restaurer le site en l’état. A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour les espèces à enjeux.
vingtaine d’années.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : Sensibilité Impact


Faible à Effet Faible résiduel
L’impact résiduel sur les habitats naturels et la flore semble peu marqué, tout comme celui sur les haies. Pour ce dernier, il Modérée Faible
conviendra de plus de noter qu’une mesure de compensation sera déployée pour l’Alouette Lulu. Elle portera sur la plantation
de 300 mètres linéaire de haie, soit une longueur bien supérieure à celle supprimée pour ce projet.
 Avifaune nicheuse
IMPACT FINAL FAIBLE
La création des plateformes et des accès engendre la destruction et/ou la dégradation d’habitats de culture, de prairies et de
vignobles (voir partie Impact-Habitats naturels). Le terrassement peut engendrer une perte d’habitat de nourrissage direct
• Mesures de suivi/accompagnement : pour les oiseaux liés aux cultures. Il peut également impacter les nichées (œufs et/ou jeunes non volants) et entraîner la perte
des habitats de reproduction. De plus, le chantier engendre des allers-retours d’engins au niveau des chemins d’accès, ce qui
Pour terminer, il convient de rappeler que l’article 12 de l’arrêté du 26 août 2011 impose la réalisation d’un suivi peut entraîner un impact sur le dérangement des espèces de passereaux nicheuses à proximité du chantier. En cas de
environnemental au moins une fois au cours des trois premières années suivant la mise en service industrielle du parc éolien, dérangement trop important des espèces de passereaux, celles-ci peuvent abandonner leurs nichées. Il existe donc un risque
puis tous les 10 ans. de dérangement d’individus à proximité du chantier.

Suivi : Le suivi environnemental des parcs éoliens est défini par le « Protocole de suivi environnemental des parcs éoliens »
reconnu par la décision ministérielle du 23 novembre 2015. Réduction : L’impact principal de la phase chantier concerne le dérangement pour les passereaux nicheurs. Les travaux
lourds (terrassements et fondations) se dérouleront donc exclusivement entre le 1er septembre et le 31 mars, afin
Pour les habitats naturels, le suivi permet d’évaluer l’état de conservation de la flore et des habitats naturels présents au d’éviter la période de reproduction de l’avifaune.
niveau de la zone d’implantation des éoliennes. En effet, la composante « habitats » est un paramètre important à
prendre en compte dans le suivi des populations d’oiseaux, de chauves-souris et de toute espèce protégée impactée et De plus, étant donné la superficie importante des habitats concernés au niveau de l’AEI et à proximité, l’impact sur les habitats
identifiée dans l’étude d’impact. Suivre son évolution permet donc de mieux comprendre le fonctionnement écologique de reproduction peut être considéré comme faible.
du site et donc mieux appréhender les évolutions des populations.
Les implantations évitent les secteurs de nidification dans les ZIP à l’Ouest de deux espèces de vulnérabilité « Assez forte » et
La méthode mise en œuvre pour ce suivi sera celle décrite dans le Protocole (pages 9 et 10) et basée sur la méthode de deux espèces de vulnérabilité « Modérée ». Néanmoins, l’implantation de l’éolienne 4 engendre la destruction de plus de
utilisée lors de l’étude d’impact, à savoir : cartographie des habitats présents dans un rayon de 300m minimun autour 2000m² de vignes et de bandes enherbée. C’est l’habitat favorable à la reproduction de l’alouette lulu (vulnérabilité modéré).
des éoliennes, identification par code CORINE Biotope et description. Une attention particulière devra être portée aux
enjeux floristiques identifiés lors de l’étude d’impact. La fréquence de ce suivi est la même que celle indiquée Une portion de haie de 12m doit être abattue pour créer un accès à l’éolienne 3. Cette haie abrite la nidification de la
précédemment, à savoir une fois au cours des trois premières années suivant la mise en service industrielle du parc tourterelle des bois (vulnérabilité « Modéré »). Cependant, le linéaire abattu est très réduit en proportion de la longueur de
éolien, puis tous les 10 ans. la haie. L’espèce continuera à y nicher à côté. L’impact sur la tourterelle des bois est nul.

Les résultats de ce suivi seront rapportés dans le rapport de suivi environnemental qui sera tenu à disposition de En phase de travaux, l’impact résiduel sur les populations d’oiseaux nicheurs est considéré comme faible.
l'inspection des installations classées. En cas de modification ultérieure de ce protocole, le suivi environnemental du parc
éolien sera rendu conforme aux nouvelles modalités. Le coût de cette mesure pour une année de suivi est estimé à
2 400 €, soit 7 200 € pour trois années de suivi.
Sensibilité Impact
Effet Nul à
Modérée à résiduel
V.2.2. SUR L’AVIFAUNE Faible
Forte Faible

• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

Les principaux impacts potentiels que l’on peut retrouver sur l’avifaune sont :  Avifaune hivernante
- La destruction des individus
- La destruction et/ou dégradation des habitats Concernant l’avifaune hivernante, la mise en place de l’éolienne E1 (plateforme et chemin d’accès) impacte un secteur de
- Le dérangement repos pour les oiseaux hivernants. Mais étant donné les rotations de cultures inhérente aux cultures céréalières, ce reposoir
est purement temporaire et lié à l’année de l’inventaire. Une espèce de vulnérabilité « assez fort » est recensée : le vanneau
- La perte d’habitat de nourrissage ou de reproduction
huppé. Mais celle-ci est particulièrement sensible dans les secteurs de nourrissage, c’est-à-dire les zones caractérisées par
une végétation type de zone humide. Ces dernières resteront vierges de toute implantation et seront par ailleurs très peu
 Avifaune migratrice
concernées par les travaux (passage de câbles de raccordement).
Le chantier pourra causer le dérangement des quelques individus en halte migratoire. De plus, la mise en place des éoliennes
et des annexes va diminuer les surfaces de nourrissages utilisables par les oiseaux. Cependant la mise en place des annexes

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 123


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

implantation d’éolienne (E4). Toutefois, la perte d'habitat est jugée non significative étant donné l'existence de secteurs
Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour les espèces à enjeux.
favorables à la nidification de l'espèce à proximité immédiate du projet. De plus, le porteur de projet a souhaité mettre en
place une mesure d’accompagnement de la perte d'habitats.
L’impact direct est considéré comme faible et temporaire sur l’avifaune hivernante.

Sensibilité Impact
Effet Nul à
Impact Modérée à résiduel
Sensibilité Faible
Effet Faible résiduel Forte Faible
Faible
Faible

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :  Avifaune hivernante

Les principaux impacts potentiels que l’on peut retrouver sur l’avifaune en phase d’exploitation sont : Les oiseaux hivernants sont répartis dans toute la ZIP. Ils sont majoritairement de vulnérabilité faible.
- Dérangement : induits par la présence des éoliennes et les travaux, pouvant engendrer une modification des
Néanmoins, il existe un secteur de concentration hivernal. Il s’agit des zones humides traversant le secteur Est de la ZIP. Elles
déplacements, un phénomène d’éloignement voire la perte de l’habitat de l’espèce ;
servent de zones de nourrissage notamment pour les vanneaux huppés (vulnérabilité « Assez forte ». Des secteurs de repos
- Mortalité directe : collision entre les oiseaux et les pales du rotor.
sont mis en avant, mais les rotations culturales (chaumes, etc) font qu’ils varient d’une année à l’autre.
Ces effets n’affectent pas toutes les espèces de la même façon, lesquelles peuvent réagir différemment face à un parc éolien :
- Les espèces plus sensibles au dérangement et donc au risque d’éloignement et de perte d’habitat induit (grues, Les implantations évitent toutes les zones humides (au sens naturel du terme et non légal). Les secteurs sensibles pour
limicoles, anatidés, aigles…). Ces espèces, plus méfiantes vis-à-vis des éoliennes en mouvement, sont par conséquent l’avifaune hivernante sont donc évités.
moins sensibles au risque de collision ;
- Les espèces en revanche moins farouches seront moins affectées par l’effet de dérangement. De fait, elles seront Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour les espèces à enjeux.
potentiellement plus sensibles à la mortalité par collision avec les pales (milans, buses, martinets, hirondelles…).

Un des aspects du dérangement est l’effet barrière. Les oiseaux en transit à la vue d’un parc éolien peuvent changer de Le risque de collision retenu est considéré comme faible.
stratégie de vol. En fonction des espèces, les oiseaux choisiront de contourner le parc sur les côtés, au-dessus, en dessous ou
d’utiliser une trouée. Les oiseaux optant pour passer à travers le parc seront plus sensibles à une mortalité directe par collision.
Impact
 Avifaune migratrice Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible
Faible
Evitement : Les dispositions linéaires des variantes 1 et 2 étaient parfaitement perpendiculaires aux flux de migration
pré et post nuptiales. Le corridor écologique de la vallée de la Sanguèze étaient en partie coupé. Ces dispositions créaient
un effet barrière et un risque de collision pour l’avifaune migratrice. Mais l’implantation retenue ici (variante 3), réunit
les mâts en « bouquet » mais avec des espacements de 350 à 400m, permettant le passage des oiseaux. Elle se dispose • Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
en dehors du corridor de la vallée du Sanguèze.
Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur l’avifaune peuvent être considérés comme négligeables. En effet les
travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de restaurer le site en l’état.
L’effet barrière et le risque de collision sont donc considérés comme faibles. L’impact pour l’avifaune migratrice est faible. A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une vingtaine d’années.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

Sensibilité Impact Conformément aux lignes directrices ministérielles (Mars 2014) sur l’application de la réglementation relative aux espèces
Faible à Effet Faible résiduel protégées pour les parcs éoliens terrestres, en l’absence d’impacts résiduels significatifs [susceptibles de remettre en cause
Modérée Faible le maintien des espèces locales] après application des mesures d’évitement et de réduction, aucune mesure de compensation
d’impact et par conséquent aucune demande dérogation au titre de l’article R-411.2 ne se justifient.

 Avifaune nicheuse IMPACT FINAL NUL A FAIBLE

Pour l’avifaune nicheuse, le principal impact se concentre en phase de travaux. Les jeunes non volants et les œufs ne seront
pas détruits lors de la phase d’exploitation puisque les arbres dans lesquels ces passereaux peuvent nicher ne seront pas
abattus lors de l’entretien des chemins d’accès. Par ailleurs, il peut y avoir un impact de collision des adultes vis-à-vis des pales
des éoliennes qui seront en mouvement. Cependant celui-ci sera faible, 3 secteurs d’implantation sur 4 concernent des zones
de nidification d’oiseaux à la vulnérabilité faible. Les secteurs de nidification d’espèces à vulnérabilité « Assez forte et
« Modéré » sont majoritairement évités. Seul le secteur de nidification de la population d’alouette lulu est concerné par une

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


124
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

• Mesures de suivi/accompagnement : Néanmoins, en phase hivernale, les zones humides du parc éolien sont investies par des milliers d’oiseaux de vulnérabilité
faible et une espèce de vulnérabilité « Assez forte » : le vanneau huppé. En phase reproduction – au printemps- une
Afin de permettre la restauration d’habitats favorables à l’Alouette lulu, l’exploitant propose de mettre en œuvre la mesure population d’alouette lulu (vulnérabilité « Modérée ») se reproduit au pied de l’éolienne 4. La plantation de haies favorables
d’accompagnement suivante. contribue au maintien de cette population. Les impacts du parc sont faibles, mais étant donné la vulnérabilité des espèces
inventoriées et leur proximité, il est nécessaire de mener un suivi de mortalité spécifique en hiver et au printemps.
Accompagnement : Afin de pérenniser la population locale 300ml de haie et 2000m² de vignes seront plantés. En effet,
l’alouette lulu niche en Pays de la Loire dans le bocage, et les vignobles (Marchadour B. Coord., 2014). ENERGIETEAM Suivi : Ce suivi aura pour caractéristiques principales :
n’est pas propriétaire des terrains, mais l’entreprise passera une convention de gestion avec l’agriculteur/gérant. La - Quatre passages à trois jours d'intervalle chaque mois aux périodes concernées.
plantation se compose de 4 haies et de deux bosquets de 10 arbres, dans une parcelle actuellement en prairie. Il sera - Les périodes visées sont décembre/janvier pour l’avifaune hivernante et avril/mai/juin pour l’avifaune
privilégié une plantation alternant une essence arbustive avec une essence arborescente parmi la liste fournie dans nicheuse.
l’étude écologique (Cf. tableau 71 – Espèces préconisées pour la plantation de haies). L’espacement conseillé est de 1,5m. - Les quatre éoliennes du parc sont concernées par le suivi.
Concernant la plantation de la vigne, l’exploitant s'attachera à conserver des pratiques culturales identiques à celles - Un quadra de 100*100m centré sur chaque éolienne sera réalisé. Celui-ci sera parcouru par des transects
actuellement pratiquées sur les parcelles supprimées, ceci afin de recréer un habitat favorable à l'Alouette lulu, observée espacés de 10m.
en nidification sur les parcelles de vignes impactées. Coût prévisionnel de la mesure : 2000€ pour la plantation de haie - Les biais de l’étude tels que le taux de détection, le taux de prédation et les surfaces réellement parcourues
et 4000€ pour la plantation de vignes. doivent être calculés.
- Mise en place dès la première année de fonctionnement du parc éolien (non-renouvelé ensuite).

Si les résultats des suivis mortalité réalisés suite à l'implantation de la Ferme Eolienne Tillières font état d'un taux de
mortalité jugé important sur l’avifaune (> 5 individus/éolienne/an), alors le développeur se verra dans l'obligation de
mettre en place des mesures correctrices visant à réduire voire supprimer le risque de collision vis-à-vis des espèces
concernées. En cas de forte mortalité sur une espèce en particulier, l'exploitant devra réaliser une étude plus poussée
sur cette dernière afin, d'une part, de comprendre les raisons de cette forte mortalité et d'autre part de trouver des
mesures compensatoires permettant de favoriser la préservation de cette espèce. Le coût estimé de la mesure est de
15 000€.

Figure 126 : Localisation des plantations de haies et de vignes

Conformément à l’arrêté relatif aux installations de production d'électricité utilisant l'énergie mécanique du vent du
26/08/2011, au moins une fois au cours des trois premières années de fonctionnement de l'installation puis une fois tous les
dix ans, l'exploitant met en place un suivi environnemental pouvant permettre de suivre l’activité des oiseaux ainsi que la
mortalité de l'avifaune due à la présence des aérogénérateurs. Ce suivi sera conforme aux prescriptions du « Protocole de
suivi environnemental des parcs éoliens terrestres » de novembre 2015. D’après ce protocole, et selon les résultats obtenus
lors du diagnostic écologique, dans le cas de la Ferme Eolienne Tillières aucun suivi d’activité spécifique n’est à réaliser et le
suivi de la mortalité pourrait se faire par auto-contrôle de l’exploitant.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 125


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

V.2.3. SUR LES CHIROPTERES Enfin, le raccordement interne traverse un certain nombre de milieux propices aux chiroptères en termes de zone de chasse
ainsi que plusieurs portions de haies. L’emprise du raccordement reste très limitée, car elle sera inférieure à 1m de large sur
La carte ci-après résume l’implantation des éoliennes vis-à-vis des différents enjeux chiroptérologiques identifiés : l’ensemble du tracé. La perte d’habitat restera donc très limitée.

Par conséquent, le projet engendrera la destruction permanente de 18m linéaires de haie bocagère. L’impact lié à une perte
d’habitat pour les chiroptères reste faible dans le cadre de ce projet.

 Destruction d’individus :

Durant les opérations de suppression de haies réalisées en amont de la mise en place du projet, un risque de destruction
directe d’individus de chiroptères peut exister. En effet, l’abattage d’arbres abritant des chiroptères peut engendrer des cas
de mortalité sur les individus présents au sein de ces gîtes lors des travaux. Ce risque de mortalité reste relativement limité
sur les gîtes diurnes ponctuels, mais il peut s’avérer nettement plus important s’il concerne des gîtes d’hibernation en période
hivernale ou de parturition au printemps et en été.

Ce risque est principalement lié aux phases d’arrachage des haies pour permettre la mise en place des chemins d’accès. Le
linéaire de haies impacté par cet arrachage étant relativement limité (18 mètres), le risque s’avère être relativement faible.

Réduction : De plus, les portions de haies arrachées ne sont pas composées d’arbres favorables en termes de gîte pour
les chiroptères. Afin de garantir un niveau d’impact faible et limité, les travaux de suppression de haies devront être
réalisés hors des périodes les plus sensibles.

Au vu de ces éléments, un enjeu faible existe vis-à-vis du projet pour le risque de destruction directe d’individus de chiroptères.

 Dérangement :

Enfin, un impact pouvant être lié à la phase travaux est le dérangement au sein des gîtes. En effet, les mouvements des engins
de chantier engendrent des émissions sonores et des vibrations qui peuvent occasionner une gêne pour les chiroptères au
sein des gîtes présents à proximité. Ce risque de dérangement ne présente toutefois pas un impact majeur sur les chiroptères,
Figure 127 : Cartographie de localisation des éoliennes et des aménagements annexes vis-à-vis des enjeux pour les chiroptères mais constitue un dérangement ponctuel et très temporaire.
Les zones concernées par ce risque de dérangement restent limitées et concernent des portions de haies où le potentiel en
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier : termes de gîte reste modéré à faible.
Les travaux liés aux aménagements nécessaires à l’implantation des éoliennes peuvent avoir des impacts sur les chiroptères.
Enfin, les divers travaux ayant lieu durant la phase de chantier étant réalisés durant la journée, aucun dérangement n’est à
Ils peuvent être de diverses natures :
prévoir sur les chiroptères en chasse à proximité du projet. Par conséquent le risque de dérangement sur les chiroptères reste
faible.
 Perte d’habitats :

L’implantation retenue dans le cadre du présent projet, localise 3 des 4 éoliennes hors des habitats jugés à enjeux pour les
chiroptères. Ainsi, seule l’éolienne E3 et son chemin d’accès se trouvent situés au sein d’un secteur propice pour l’activité de
Sensibilité Impact
chasse des chiroptères. En effet, cette éolienne se trouve au sein d’une prairie sèche améliorée, et l’habitat prairial étant Effet Nul à
Modérée à résiduel
définit comme favorable en termes de zone de chasse (MARCHADOUR Coord LPO PDL, 2010). Toutefois, cette prairie ne Faible
Forte Faible
présente pas un intérêt aussi important qu’une prairie naturelle humide. De plus, la surface impactée par la mise en place de
ces installations reste relativement limitée puisqu’elle représente environ 3000m² de destruction permanente d’habitats et
300m² de destruction temporaire d’habitat (plateforme de stockage temporaire). Cette surface reste relativement limitée vis-
à-vis de la taille de la parcelle concernée (environ 8,5 ha). Une petite portion de 12ml de haies devra également être arrachée
afin de permettre un accès depuis la D223. Cet arrachage de haie se limitera cependant à quelques mètres et n’engendrera • Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
pas une perte majeure de zone de chasse.
En phase d'exploitation, le principal impact du parc éolien sur les chiroptères est lié au risque de mortalité directe.
Une seconde portion de haie d’environ 6m linéaire est également à prévoir pour permettre l’accès à l’éolienne E2. Au vu du
caractère buissonnant de cette haie et du faible linéaire impacté, l’impact restera faible. Les causes de mortalité des chiroptères dues aux éoliennes en phase d’exploitation sont nombreuses. À l’heure actuelle, la
principale cause mise en évidence est le phénomène de barotraumatisme (Horn et al. 2008, Baerwald et al. 2008, Rydell et
À noter que des chemins d’accès, et notamment les chemins menant à E1, E2 et E3 passent à proximité immédiate de haies all. 2010). Ce phénomène est engendré par un important changement de pression au passage d'une pale d'éolienne entraînant
jugées favorables aux chiroptères. La création de ces chemins n‘engendrera pas d’impact sur les haies en place ce qui ne alors des hémorragies internes mortelles. La mortalité due aux collisions directes semble être également un facteur important.
limitera pas de ce fait l’attractivité de ces milieux pour les chiroptères. D'autres cas de mortalité plus anecdotiques sont également évoqués dans les publications scientifiques, par exemple la
projection au sol par le souffle du rotor (Cf. Erickson et al. in dubourg savage 2004), l'intoxication par des huiles en cas
d'intrusion des chiroptères au sein de la nacelle ou encore l'hyperthermie liée à la proximité de structures chauffantes (Arthur

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


126
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

et Lemaire). Les chauves-souris ne présentent pas la même sensibilité face aux éoliennes. En effet, en fonction des mœurs et
comportements de chaque espèce, le risque de mortalité due aux éoliennes est plus ou moins important. Les suivis réalisés
dans de nombreux pays d'Europe depuis plusieurs dizaines d'années montrent que certaines espèces sont plus sensibles à
l'éolien que d'autres. Le tableau ci-dessous liste le nombre de cas de mortalité observés en Europe et en France pour chacune
des espèces présentes en Pays de la Loire. Cette liste n'est cependant pas exhaustive, car l'ensemble des parcs éoliens ne sont
pas suivis et tous les résultats des suivis de mortalité n'ont pas été répertoriés. Ces chiffres doivent donc être considérés avec
précaution et non pas comme une évaluation précise du nombre de chiroptères tués par les éoliennes.

Tableau 52 : Synthèse des cas de mortalité éoliens connus en Europe et en France (Tobias Dürr, 05.2016)
Nombre de cas de mortalité Nombre de cas de mortalité
Présente sur le site du
Espèces connus en Europe connus en France
projet
(TOBIAS DÜRR, 05.2016) (TOBIAS DÜRR, 05.2016)
E1 E3
Nyctalus noctula 1053 12 X
Nyctalus leislerii 424 49 X
Nyctalus sp. 18 / X
Eptesicus serotinus 88 16 X
Vespertilio murinus 132 2
Myotis myotis 5 1 X
Myotis daubentonii 9 / X
Myotis bechsteinii 1 1 X
Myotis emarginatus 3 2 X
Myotis brandtii 1 /
Myotis mystacinus 4 / X
Myotis sp. 4 / X
Pipistrellus pipistrellus 1385 373 X
E2 E4
Pipistrellus nathusii 958 80 X
Pipistrellus kuhlii 241 117 X
Pipistrellus sp. 407 182 X
Barbastella barbastellus 4 2 X
Plecotus auritus 7 / X Figure 128 : Distance d'éloignement aux haies des éoliennes
Plecotus austriacus 7 / X
Rhinolophus ferrumequinum 1 / Cependant, l’ensemble des éoliennes survole les abords immédiats des structures paysagères. Or ces dernières, formées par
Chiroptera sp. 831 285 X les lisières boisées, les haies bocagères et les forêts, s’avèrent généralement très attractives pour les chiroptères. En effet le
Total 6668 1258 graphique ci-dessous, issu d'une étude allemande réalisée par le bureau d’étude KJM et publiée dans la revue Acta
Chiroperologica, illustre l'activité des chiroptères en fonction de l'éloignement d'une haie bocagère.
On remarque donc que les pipistrelles font partie des espèces les plus impactées par la mortalité éolienne : elles représentent
près de 60% des cas de mortalité dus à l'éolien en Europe. Les pipistrelles communes semblent plus particulièrement touchées
puisqu'elles représentent à elles seules près d’un quart des individus impactés. Ces résultats coïncident avec l'analyse des
sensibilités par espèce réalisée précédemment pour les espèces inventoriées sur le site du projet de Tillières. Ainsi, sur les 8
espèces présentant un niveau de vulnérabilité assez fort à fort vis-à-vis de l'éolien dans le cadre du projet de Tillières, 6 font
partie des espèces pour lesquelles le nombre de cadavres retrouvés est le plus important.

Réduction : Au niveau local, l’implantation retenue dans le cadre de ce projet a permis de positionner trois des quatre
éoliennes dans des zones à enjeux faibles. Seule E2 est donc placée au sein d’une zone à enjeu modéré du fait de sa
proximité avec deux haies bocagères. Les éoliennes E1 et E3 se trouvent quant à elles à dans des zones à enjeux faibles,
mais survolent des zones à enjeux modérés.

Cette implantation d’éoliennes permet également d’éviter tout survol de haies par les pales en rotation. En effet les éoliennes
sont éloignées de plus de 46m des haies bocagères, tandis que la longueur des pales de ces dernières ne sera que de 41m.
Cela permettra ainsi de limiter le risque d’impact lié à des collisions.

Figure 129 : Activité de plusieurs espèces de chauves-souris en fonction de leur éloignement à la haie et de la saison

Sur ce graphique, on remarque aisément que l’activité chiroptérologique décroît rapidement avec l'éloignement des
structures paysagères. Le seuil de 50m semble marquer un point d’inflexion dans la majeure partie des cas étudiés. Seules les

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 127


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Noctules semblent s’affranchir de cette distance. Le retrait des éoliennes de toutes structures paysagères permet donc de ce qui correspond à la période de migration de l’espèce dans nos régions. Par conséquent, le bridage mis en place sera limité
diminuer les impacts d’un parc éolien. L’implantation retenue dans le cadre de ce projet engendre donc un survol de ces zones uniquement à la période de migration et de reproduction de cette espèce (chez cette espèce ces deux périodes se superposent
attractives en périphérie de lisière pour l’ensemble des éoliennes. Cependant, les éoliennes E1 et E2 se trouvent au sein de dans le temps). Du fait des enjeux existant en période de migration, un bridage de l’éolienne E1 sera également mis en place.
zone de culture globalement peu favorable à l’activité des chiroptères, par conséquent, le survol des abords de haies Les paramètres suivants devront donc être pris en compte pour ce bridage :
bocagères s’avère moins impactant. De plus, il est également important de rappeler que les haies présentes à proximité de E2 - Période : du 1er août au 31 octobre, - Température : > 8°C,
sont des haies basses arbustives définies comme à enjeu modéré. Elles s’avèrent moins attractives que les haies multi-strates - Horaire : 30min avant l’heure officielle du coucher - Pluviométrie : Absence de pluie significative
présentes en périphérie. de soleil et 30min après son lever, (<1mm/heure).
- Vitesse de vents : < 5m/s à hauteur du moyeu,
Concernant E3, cette éolienne est située au sein d’une zone prairiale pouvant être fréquentée par les chiroptères en chasse.
La mise en place de ce bridage aboutira ainsi à l’arrêt de toutes les éoliennes lorsque les conditions seront propices à la
De plus, elle s’avère bordée de deux haies bocagères multi-strates et structurantes jugées comme à enjeu fort pour les
présence des chiroptères ce qui permettra ainsi de limiter fortement les risques de collision ou de barotraumatisme.
chiroptères. Ces deux haies forment également un goulot d’étranglement aux abords de l’éolienne, ce qui pourrait augmenter
le risque de collision. Il est également à noter qu’un enjeu fort lié à une présence importante de Pipistrelle de nathusius
(Pipistrellus nathusii) durant la période automnale avait été mis en évidence dans la partie Est de l’aire d’étude. Cet enjeu
avait été confirmé par des recherches bibliographiques qui mentionnaient la découverte du premier poste de chant d’un mâle Sensibilité Impact
de Pipistrelle de nathusius (Pipistrellus nathusii) connue sur le département au lieu-dit « Les Poteries », soit à environ 500 m
Effet Nul à
Modérée à résiduel
Faible
de la Zone d’Implantation Potentielle du projet. Par conséquent, une sensibilité particulière existe dans ce secteur. Forte Faible
L’implantation de l’éolienne E4 à proximité de ce secteur (500 m du lieu-dit la « POTERIE » et 300m du point d’écoute ayant
enregistré un nombre important de contacts) pourrait présenter un risque impact fort lié à des collisions entre cette espèce
et les éoliennes. La mise en place du parc éolien de TILLIERES peut donc engendrer un risque de collision modéré à fort sur les
espèces de chiroptères présentes. Face à ce risque, une première mesure de réduction sera prise pour l’ensemble du parc : • Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les chiroptères peuvent être considérés comme négligeables. En effet les
Réduction : Pour éviter tout phénomène d’attraction des insectes et de leurs prédateurs les aérogénérateurs seront travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de restaurer le site en l’état.
dépourvus d’éclairage, en dehors du balisage lumineux réglementaire obligatoire. De même, les plateformes placées au A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une vingtaine d’années.
pied des éoliennes auront un caractère artificiel (pas d’enherbement) pour ne pas attirer les micromammifères, les
amphibiens, les reptiles et les insectes (sources de nourriture pour les rapaces et les chiroptères), limitant ainsi un risque • Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :
de collision.
Conformément aux lignes directrices ministérielles (Mars 2014) sur l’application de la réglementation relative aux espèces
protégées pour les parcs éoliens terrestres, en l’absence d’impacts résiduels significatifs [susceptibles de remettre en cause
Par ailleurs, une mesure spécifique pour l’ensemble des éoliennes sera mise en œuvre compte tenu de la sensibilité identifiée. le maintien des espèces locales] après application des mesures d’évitement et de réduction, aucune mesure de compensation
d’impact et par conséquent aucune demande dérogation au titre de l’article R-411.2 ne se justifient.
Réduction : Un bridage sera mis en place pour l’ensemble des éoliennes composant le parc éolien. Les périodes de bridage
sont définies en fonction des saisons, des moments de la journée et des conditions climatiques. Ce dernier paramètre IMPACT FINAL FAIBLE
semble fortement influencer l’activité chiroptérologique. La vitesse du vent, la pluviométrie ainsi que les températures
semblent être les trois principaux paramètres montrant une corrélation avec l’activité chiroptérologique (Biotope, 2009).
Le détail de ce plan de bridage figure ci-après. • Mesures de suivi/accompagnement :

Conformément à l’article 122-14 du Code de l’Environnement, un suivi de mortalité après implantation du parc éolien sera
Le bureau d'étude EXEN / KJM a réalisé plusieurs suivis sur l'activité chiroptérologique en fonction d'un grand nombre de
mis en place. Celui-ci permettra d’évaluer la mortalité par collision et/ou barotraumatisme pour l’avifaune et les chiroptères
facteurs abiotiques et temporels. L'analyse de l'activité des chiroptères en altitude (au niveau des pales des éoliennes) en
au niveau des éoliennes. Des protocoles de suivi existent et permettent d’analyser les résultats obtenus afin de mettre en
fonction des vitesses de vents met en évidence une relation entre les deux facteurs. En effet, il semblerait que l'activité
place des mesures correctrices si cela s’avère nécessaire. Comme mentionné dans l’article 12 de l’arrêté du 26 août 2011
chiroptérologique en altitude soit décroissante avec l'augmentation des vitesses de vents. On observe donc qu'à partir d'une
concernant la réglementation des ICPE : « l’exploitant met en place un suivi environnemental permettant notamment
vitesse de vent égale à 6m/s, l'activité chiroptérologique diminue fortement en altitude. Ainsi, 80% à 90% de l'activité
d’estimer la mortalité de l’avifaune et des chiroptères due à la présence des aérogénérateurs… ». Le suivi de mortalité consiste
chiroptérologique en altitude auraient lieu lorsque les vents sont inférieurs à 6m/s. Cela s'explique par le fait que lorsque les
en une recherche de cadavres d’oiseaux et/ou de chauves-souris sous les éoliennes. Il est important de définir (cf. protocole
vents deviennent trop forts en altitude, les conditions de vol de chiroptère s'avèrent difficiles et énergivores. Par conséquent,
en vigueur) :
les chiroptères redescendent alors au niveau des structures paysagères qui leur permettent d'être à l’abri du vent. La seconde
explication est liée à la ressource alimentaire qui se trouve plus près du sol lors de vents forts. - Un calendrier des passages sur site afin de réaliser un suivi le plus pertinent possible
- La surface minimale sur laquelle les recherches de cadavres doivent se concentrer : celles-ci doivent idéalement
Ainsi, les éoliennes E2 et E3 présentant un risque sur l’ensemble de la période d’activité des chiroptères du fait de leur avoir lieu dans un rayon égal à la hauteur totale de l’éolienne ou au minimum dans un rayon de 50 mètres autour
implantation entre deux haies bocagères et du survol important de zone à enjeu seront bridées en respectant les consignes de l’éolienne. Un coefficient de correction de surface est appliqué si l’aire de recherche recommandée ne peut pas
suivantes : être prospectée pour des raisons à justifier (végétation trop dense, plans d’eau …)
- Période : du 1er avril au 31 octobre, - Température : > 10°C, - Le biais dû à la disparition de cadavres en raison de la prédation au niveau des plateformes. Ce biais devra être
- Horaire : 30min avant l’heure officielle du coucher - Pluviométrie : Absence de pluie significative calculé pour chaque période et en fonction des milieux afin de prendre en compte les changements
de soleil et 30min après son lever, (<1mm/heure). comportementaux des prédateurs. Des cadavres marqués sont utilisés afin de voir s’ils sont prédatés ou non durant
- Vitesse de vents < 5m/s hauteur du moyeu, la période de recherche.
- Le biais observateur. Ce biais devra être calculé pour chaque période et en fonction des milieux. Ce test d’efficacité
L’éolienne E4 présente quant à elle un risque de collision important durant les périodes de forte activité de la Pipistrelle de
de recherche permet d’évaluer le taux de cadavres retrouvés par la personne en charge du suivi. Deux naturalistes
nathusius (Pipistrellus nathusii). Les inventaires menés semblent mettre en évidence que ce pic d’activité a lieu à l’automne,

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


128
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

interviendront lors du premier jour de chaque période. L’un devra disposer les cadavres dans la zone de recherche V.2.4. AMPHIBIENS
alors que le second sera chargé de les rechercher. La carte ci-dessous résume l’implantation des éoliennes vis-à-vis des différents enjeux « Amphibiens » identifiés :
- L’estimateur de mortalité. Afin d’estimer au mieux le taux de mortalité du parc éolien, il est recommandé
l’utilisation d’au moins trois estimateurs récents. Plusieurs formules existent pour extrapoler la mortalité par
éolienne (formules d’Erickson, de Jones et d’Huso).

Suivi (mortalité) : Dans le cadre de la Ferme Eolienne Tillières, ENERGIETEAM s’engage à baser ce suivi sur le protocole
en vigueur (guide élaboré par le MEDDE du 23 novembre 2015) lors de la mise en service du parc. Concernant les
chiroptères, ce protocole est adapté en fonction des enjeux mis en évidence dans le cadre du projet. En l’occurrence
l’espèce la plus sensible présente est la Pipistrelle de nathusius. Cette dernière présente une note d’enjeu de 3.5.
L’impact résiduel concernant cette étant faible, le suivi mis en place s’étalera principalement durant les périodes du
cycle biologique où les espèces sont actives, c’est-à-dire de fin mars à fin octobre. D’après les éléments fournis et les
résultats de l’étude d’impact, le suivi réalisé sera le suivant : Contrôles opportunistes (série de 4 passages par éolienne
par an) à 3 jours d’intervalle en avril, mai, juin, août ou septembre, ou suivi indirect de la mortalité. Le protocole devra
respecter les recommandations fournies dans la fiche annexe n°1 du protocole de suivi du MEDDE (MEDDE, 2016). Ce
suivi devra être réalisé une première fois au cours des 3 années suivant la mise en fonctionnement du parc, puis une
fois tous les 10 ans. L'ensemble des éoliennes sera concerné par ce suivi. Dans tous les cas le suivi mis en place devra
être conforme aux attentes du Ministère au moment des suivis. Si les résultats des suivis mortalité réalisés suite à
l'implantation de la Ferme Eolienne Tillières font état d'un taux de mortalité jugé important sur les chiroptères (> 5
individus/éolienne/an), alors le développeur se verra dans l'obligation de mettre en place des mesures correctrices
visant à réduire voire supprimer le risque de collision vis-à-vis des espèces concernées. En cas de forte mortalité sur une
espèce en particulier, l'exploitant devra réaliser une étude plus poussée sur cette dernière afin, d'une part, de
comprendre les raisons de cette forte mortalité et d'autre part de trouver des mesures compensatoires permettant de
favoriser la préservation de cette espèce.

Pour l’avifaune, les espèces identifiées durant les différents cycles biologiques ne déclenchent pas de suivi de mortalité
dédié pour l’avifaune (voir p17 du protocole MEDDE). A défaut, comme un suivi de mortalité pour les chiroptères est
déclenché, un suivi de mortalité pour l’avifaune sera réalisé de façon concomitante durant les périodes définies
Figure 130 : Cartographie de localisation des éoliennes et des aménagements annexes vis-à-vis des enjeux pour les amphibiens
préalablement pour les chauves-souris (avril,-mai-juin-aout ou septembre). Le coût de la mesure est estimé 5 000€
/année de suivi (ce prix pourra être réévalué en fonction du protocole de suivi en vigueur lors de la mise en service du
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
parc).
Les travaux liés aux aménagements nécessaires à l’implantation des éoliennes peuvent avoir des impacts sur les amphibiens.
Ils peuvent être de diverses natures :

En complément du suivi de la mortalité, un suivi de l’activité sera aussi réalisé :  Perte d’habitat

L’ensemble des éoliennes a été implanté hors des secteurs à enjeux pour les amphibiens. E1 et E3 sont implantées dans des
Suivi (activité) : Afin de savoir quel est l’impact effectif de l’implantation du parc éolien de TILLIÈRES sur les peuplements secteurs de culture n’offrant qu’un très faible potentiel d’accueil pour les amphibiens. E4 se trouve quant à elle dans un
chiroptérologiques locaux, des inventaires post-implantation devront être réalisés. Ces inventaires seront basés sur le secteur de vigne au sein duquel l’absence de zones enherbées limite grandement l’attrait de ce secteur pour les amphibiens.
protocole en vigueur (guide élaboré par le MEDDE du 23 novembre 2015). Enfin, E2 est implantée au sein d’une parcelle en prairie temporaire. Cette prairie est définie comme une prairie sèche
améliorée. Bien que certaines espèces d’amphibiens puissent occasionnellement fréquenter ce milieu, ce dernier reste
Ce protocole prévoit, au vu des résultats, des inventaires réalisés lors de l’état initial, la réalisation d’inventaire relativement peu attractif et faiblement utilisé par les amphibiens. L’implantation retenue permet donc de positionner
acoustique selon une méthodologie similaire à celle mis en place lors de l’état initial avec une pression d’observation de l’ensemble des éoliennes hors des secteurs à enjeux pour les amphibiens, limitant ainsi le risque d’impact sur ces espèces. Le
9 sorties par an réparties sur les trois saisons d’observation (printemps, été, automne). La répartition se fait en fonction poste de livraison est également implanté au sein d’une zone de culture et n’impactera ainsi pas les milieux propices aux
des enjeux détectés dans l’étude d’impact. L’analyse et la comparaison des résultats pré et post-implantation amphibiens. Si les choix d’implantation permettent de limiter l’impact sur les amphibiens, on note que certaines plateformes
permettront ainsi de connaître l’évolution des peuplements de chiroptères. En cas de diminution significative de et chemins d’accès se trouvent à proximité immédiats de secteur à enjeux. La mise en place de ces aménagements ne semble
certaines populations liées à l’exploitation du parc éolien, des mesures de réduction ou de compensation adaptées cependant pas engendrer d’impact particulier, mais une attention particulière doit être portée à ces aménagements afin de
devront être mises en place afin d’améliorer la situation sur le site ou de participer à l’amélioration globale de l’état des garantir l’absence d’impact de ces derniers sur les secteurs à enjeux pour les amphibiens. Il est également à noter que le
populations de ces espèces à l’échelle départementale. raccordement interne traverse plusieurs habitats définis comme à enjeux pour les amphibiens. Les travaux liés à la mise en
place de ce raccordement restent relativement légers et ne représentent qu’une emprise de quelques mètres de part et
Ces suivis seront à réaliser, une première fois au cours des 3 ans après la mise en fonctionnement du parc, puis une fois d’autre du tracé. De plus, ces travaux restent relativement temporaires (quelques jours) et les zones traversées sont remises
tous les 10 ans. Ce planning de réalisation des suivis permettra d’évaluer l’impact du projet sur le peuplement en état après travaux. Cela permet ainsi de limiter l’impact sur les habitats. La mise en place de ce raccordement ne devrait
chiroptérologique local à court, moyen et long terme. Le coût de la mesure est estimé à 10 000€ /année de suivi. donc pas engendrer d’impact majeur sur les peuplements d’amphibiens présents.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 129


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Ainsi, malgré la réalisation de certains aménagements à proximité ou au sein même de zones définies comme à enjeu pour le maintien des espèces locales] après application des mesures d’évitement et de réduction, aucune mesure de compensation
les amphibiens, la mise en place du parc éolien de Tillières ne devrait présenter qu’un faible impact sur les peuplements d’impact et par conséquent aucune demande dérogation au titre de l’article R-411.2 ne se justifient.
batracologiques présents en termes de perte d’habitat.
IMPACT FINAL FAIBLE

 Destruction directe d’individus V.2.5. REPTILES

La réalisation des travaux et notamment des travaux de gros œuvre tels que le terrassement, l’arrachage de haie, la création La carte ci-dessous résume l’implantation des éoliennes vis-à-vis des différents enjeux « Reptiles » identifiés :
de tranchées… peuvent engendrer des impacts directs sur les amphibiens par destruction d’individus liés notamment à des
phénomènes d’écrasement. Ce risque peut être d’autant plus impactant si les travaux sont réalisés durant des périodes
sensibles comme l’hibernation. Dans le cadre du présent projet, ce sont principalement les travaux d’arrachage de haie qui
peuvent engendrer ce type d’impact. Toutefois, au vu du faible linéaire de haies à supprimer, cet impact reste assez faible. Ce
dernier sera par ailleurs compensé (Cf. Impacts sur les habitats naturels et la flore).

 Dérangement

La réalisation de travaux à proximité d’habitats définis comme favorables aux amphibiens peut être source de dérangement
pour certaines espèces. Ce dérangement peut être lié aux bruits, aux vibrations, ou encore aux émissions de poussière liées
aux travaux. Ce dérangement peut amener certaines espèces à délaisser temporairement la zone. Étant donné qu’aucun
travaux ne sera réalisé aux abords des mares et autres zones de reproduction des amphibiens, ce sont principalement les
zones d’alimentations et d’hibernation qui seront concernées par le dérangement. Au vu des résultats d’inventaire obtenus,
des habitats en place et des secteurs concernés par ce dérangement, il est possible de conclure sur le fait que cet impact sera
faible.
Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour cette faune.

Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel
Modérée Faible
Faible

Figure 131 : Cartographie de localisation des éoliennes et des aménagements annexes vis-à-vis des enjeux pour les reptiles
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
L’impact du projet sur les populations d’amphibiens, de reptiles, d’insectes ou de mammifères, durant sa phase d’exploitation,
Les travaux liés aux aménagements nécessaires à l’implantation des éoliennes peuvent avoir des impacts sur les reptiles. Ils
peut être considéré comme nul. En effet, les éoliennes en fonctionnement ne devraient pas avoir d’effet particulier sur les
peuvent être de diverses natures :
espèces présentes ou sur leurs habitats. Un impact indirect peut cependant être cité en phase d’exploitation, il s’agit du risque
de destruction directe d’individus sur les chemins d’accès au cours des opérations de maintenance. En effet, la circulation sur
 Perte d’habitat
les chemins d’accès crées peut être source de mortalité. Cependant, au vu de la très faible circulation sur ces voies de service,
ce risque peut être considéré comme anecdotique, ce qui représente un impact nul à négligeable. L’implantation de l’ensemble des éoliennes ainsi que du poste de livraison hors des zones à enjeux pour les reptiles permet
de limiter la destruction d’habitats jugés propices pour les reptiles.
Impact
Sensibilité Cependant, la création de certains chemins d’accès risque d’engendrer la destruction de plusieurs portions de haies afin de
Effet Nul résiduel
Modérée garantir le passage de ces chemins. Les portions supprimées restent souvent relativement limitées et ne représentent que
Nul
quelques mètres à différents endroits. On note également que le chemin d’accès de l’éolienne E4 traverse une zone définie
comme enjeu modéré. Cette zone se caractérise par une ruine et ses abords broussailleux, ainsi que par une zone rudérale
plus ouverte à proximité et les accotements routiers. Le tout forme un ensemble assez favorable fréquenté par les reptiles et
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement : notamment par les deux espèces de lézards inventoriées. Le chemin d’accès devrait principalement impacter la zone rudérale
ouverte et ne pas engendrer d’incidence sur les zones broussailleuses à proximité. Le remplacement de cette zone rudérale
Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les amphibiens peuvent être considérés comme négligeables. En effet les ouverte par un chemin gravillonné ne devrait donc pas engendrer d’impact particulier sur les reptiles et ne pas nuire au
travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de restaurer le site en l’état. potentiel de cette zone pour les différentes espèces présentes. Ces chemins d’accès devraient également longer quelques
A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une vingtaine d’années. habitats favorables sans cependant les impacter. Enfin, le raccordement interne engendrera la réalisation de travaux au sein
de zones favorables aux reptiles. Ces travaux restent très temporaires et sur de faibles surfaces (tranchée inférieure à 1 m de
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : large) ; de plus, après travaux, les sols seront remis en état et le linéaire impacté retrouvera sa vocation initiale. L’impact de
la mise en place de ce raccordement reste donc modéré. L’impact lié à la perte d’habitat, bien qu’existant, reste relativement
Conformément aux lignes directrices ministérielles (Mars 2014) sur l’application de la réglementation relative aux espèces
faible.
protégées pour les parcs éoliens terrestres, en l’absence d’impacts résiduels significatifs [susceptibles de remettre en cause

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


130
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

 Destruction directe d’individus le maintien des espèces locales] après application des mesures d’évitement et de réduction, aucune mesure de compensation
d’impact et par conséquent aucune demande dérogation au titre de l’article R-411.2 ne se justifient.
Durant les phases de travaux, un risque de destruction direct d’individus peut exister. Ce risque s’avère particulièrement
important durant les phases d’arrachage de haie et de dessouchage. En effet, les reptiles peuvent fréquenter ces milieux et IMPACT FINAL FAIBLE
s’y abriter. Ainsi, lors de l’intervention des engins de chantier, ces individus peuvent se trouver délogés ou coincés et risquent
d’être tués. Ce risque de destruction direct d’individu peut également s’avérer plus important à certaines périodes, par V.2.6. ENTOMOFAUNE
exemple durant les phases d’hibernation. L’inventaire a permis de mettre en évidence la présence de trois espèces de reptiles,
La carte ci-dessous résume l’implantation des éoliennes vis-à-vis des différents enjeux « Insectes » identifiés :
mais au vu des difficultés d’inventaire de ce groupe taxonomique, il n’est pas impossible que d’autres espèces soient
présentes, et que les populations soient plus importantes que ce qui a été observé. Il s’avère donc assez complexe d’évaluer
précisément ce risque. Toutefois, les portions de haies à arracher restent assez limitées et ne représentent qu’un faible
linéaire, ce qui permet ainsi de limiter ce risque de destruction directe d’individus.

 Dérangement

La réalisation des travaux à proximité d’habitats jugés favorables peut engendrer un dérangement sur les peuplements
reptiliens en places. Cela s’avère particulièrement vrai lorsque les travaux sont réalisés en bordure de haies. Ce dérangement
est principalement lié aux passages des engins de chantier et au bruit, poussières et vibrations émises par ces derniers. Ce
dérangement peut se traduire par une désertion de la zone par les reptiles qui préfèrent fuir le milieu pour s’abriter dans des
haies plus éloignées. Ce dérangement n’est toutefois que temporaire et les différentes espèces regagnent les secteurs
délaissés une fois la quiétude habituelle de la zone retrouvée. Ce dérangement peut toutefois être plus impactant s’il a lieu
durant les phases d’hibernation ou de reproduction.

Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour cette faune.

Sensibilité Impact
Effet Nul à
Faible à résiduel
Faible
Modérée Faible

Figure 132 : Cartographie de localisation des éoliennes et des aménagements annexes vis-à-vis des enjeux pour les insectes
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
L’impact du projet sur les populations d’amphibiens, de reptiles, d’insectes ou de mammifères, durant sa phase d’exploitation,
peut être considéré comme nul. En effet, les éoliennes en fonctionnement ne devraient pas avoir d’effet particulier sur les Les travaux liés aux aménagements nécessaires à l’implantation des éoliennes peuvent avoir des impacts sur les insectes. Ils
espèces présentes ou sur leurs habitats. Un impact indirect peut cependant être cité en phase d’exploitation, il s’agit du risque peuvent être de diverses natures :
de destruction directe d’individus sur les chemins d’accès au cours des opérations de maintenance. En effet, la circulation sur
les chemins d’accès crées peut être source de mortalité. Cependant, au vu de la très faible circulation sur ces voies de service,  Perte d’habitat
ce risque peut être considéré comme anecdotique, ce qui représente un impact nul à négligeable.
L’ensemble des éoliennes, ainsi que des plateformes de stockages temporaires nécessaires à l’installation de ces dernières
sont implantées sur des parcelles définies comme à enjeu faible pour l’entomofaune locale. Par conséquent, la mise en place
de ces dernières ne devrait pas engendrer de destruction d’habitats favorables aux insectes.
Sensibilité Impact
Faible à Effet Nul résiduel Toutefois, les chemins d’accès mis en place traversent des habitats à enjeu modéré, ou longent des haies à enjeux forts pour
Modérée Nul
les insectes. La création de ces chemins ne devrait pas engendrer d’impact particulier sur ces habitats favorables. Il est
également à noter que le chemin d’accès de l’éolienne E4 impactera environ 330 m² d’habitat à enjeu modéré. Cette surface
reste relativement faible vis-à-vis de la superficie d’habitat favorable présente, par conséquent la mise en place de ce chemin
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement : engendrera un impact faible sur les insectes.

Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les reptiles peuvent être considérés comme négligeables. En effet les La création de chemins d’accès engendrera également l’arrachage de deux portions de haies bocagères. Le linéaire impacté
travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de restaurer le site en l’état. sera de 18m au total divisé en deux portions dont une de 6 m et une seconde de 12 m. Seules deux portions de haie arbustive
A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une vingtaine d’années. seront impactées et aucun arbre de haut jet ne sera arraché. De plus aucun arbre à cavité ou abritant des insectes
saproxylophages ne sera impacté par ces arrachages de haies. En l’absence d’impact sur des arbres de haut jet, il est donc
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : possible de conclure que l’impact lié à l’arrachage de haie sur les insectes saproxylophages restera faible.

Conformément aux lignes directrices ministérielles (Mars 2014) sur l’application de la réglementation relative aux espèces
protégées pour les parcs éoliens terrestres, en l’absence d’impacts résiduels significatifs [susceptibles de remettre en cause

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 131


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Concernant l’accès à E1, seules quelques branches seront élaguées afin de permettre l’accès des camions en vue de la mise
en place des éoliennes. Des cartographies précises des portions de haies concernées sont présentées en annexe de l’étude
écologique. Cet élagage n’est pas de nature à impacter les peuplements d’insectes saproxylophages présents au sein de cette Impact
Sensibilité
haie.
Effet Nul résiduel
Faible
Nul
Enfin, on note que le raccordement interne traverse plusieurs zones définies comme à enjeux modérés pour les insectes. La
mise en place du raccordement interne engendre la création d’une tranchée inférieure à 1m de large, ainsi que le transit des
engins de chantier aux abords de cette dernière. Une fois le câble mis en place, la tranchée est comblée et le site retrouve son • Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
état initial.
Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les insectes peuvent être considérés comme négligeables. En effet les
L’impact du projet sur le peuplement entomologique en place reste donc faible, mais des mesures devront toutefois être travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de restaurer le site en l’état.
mises en place afin de garantir et d’assurer un minimum d’impact sur ce groupe taxonomique. A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une vingtaine d’années.

 Destruction directe d’individus • Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

La réalisation des travaux et notamment des travaux de gros œuvre tels que le terrassement, l’arrachage de haie, la création Conformément aux lignes directrices ministérielles (Mars 2014) sur l’application de la réglementation relative aux espèces
de tranchées… peuvent engendrer des impacts directs sur les insectes par destruction d’individus liés notamment à des protégées pour les parcs éoliens terrestres, en l’absence d’impacts résiduels significatifs [susceptibles de remettre en cause
phénomènes d’écrasement. Ce constat est particulièrement vrai sur des individus au stade larvaire ou embryonnaire. Les le maintien des espèces locales] après application des mesures d’évitement et de réduction, aucune mesure de compensation
imagos sont en effet souvent capables de se déplacer rapidement et d’éviter le danger. L’impact du projet par destruction d’impact et par conséquent aucune demande dérogation au titre de l’article R-411.2 ne se justifient.
directe d’individu, bien qu’existant, reste toutefois assez faible. De plus la grande majorité des espèces inventoriées s’avère
être relativement commune et la destruction ponctuelle de quelques individus n’est donc pas de nature à remettre en cause
le maintien des populations en place. IMPACT FINAL FAIBLE

 Dérangement
V.2.7. MAMMIFERES
Les insectes s’avèrent être relativement peu sujets au dérangement. Cependant, la réalisation de travaux à proximité
La carte ci-dessous résume l’implantation des éoliennes vis-à-vis des différents enjeux «Mammifères » identifiés :
immédiate d’habitats favorables peut engendrer des émissions de poussière, de vibrations et de bruit de nature à faire fuir
les insectes. Cet impact reste toutefois faible et temporaire, et ne semble pas de nature à remettre en question le maintien
de certaines espèces sur la zone du projet.

Par conséquent, l’impact lié au dérangement de l’entomofaune reste relativement faible.

Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour cette faune.

Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel
Faible Faible
Faible

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :

L’impact du projet sur les populations d’amphibiens, de reptiles, d’insectes ou de mammifères, durant sa phase d’exploitation,
peut être considéré comme nul. En effet, les éoliennes en fonctionnement ne devraient pas avoir d’effet particulier sur les
espèces présentes ou sur leurs habitats. Un impact indirect peut cependant être cité en phase d’exploitation, il s’agit du risque
de destruction directe d’individus sur les chemins d’accès au cours des opérations de maintenance. En effet, la circulation sur
les chemins d’accès crées peut être source de mortalité. Cependant, au vu de la très faible circulation sur ces voies de service,
ce risque peut être considéré comme anecdotique, ce qui représente un impact nul à négligeable.

Figure 133 : Cartographie de localisation des éoliennes et des aménagements annexes vis-à-vis des enjeux pour les mammifères

• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

Les travaux liés aux aménagements nécessaires à l’implantation des éoliennes peuvent avoir des impacts sur les mammifères.
Ils peuvent être de diverses natures :

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


132
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

 Perte d’habitat

La mise en place du parc éolien de Tillières va engendrer une destruction d’habitat naturel. Toutefois, le schéma
d’implantation retenu dans le cadre de ce projet localise l’ensemble des éoliennes dans des secteurs à faibles enjeux Impact
Sensibilité
mammalogiques. Cela permet ainsi de réduire grandement l’impact du projet sur les mammifères. Effet Nul résiduel
Faible
Nul
Toutefois, les chemins d’accès à créer vont engendrer l’arrachage de 18m de haie à enjeux modérés pour les mammifères.
Cet impact reste également assez limité, car les deux portions de haies arrachées (6m et 12m ne sont pas de nature à
engendrer une rupture de corridor écologique et ce linéaire reste relativement limité au regard du réseau de haies existant.
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
Plusieurs chemins d’accès passeront également à proximité de haies à enjeux pour les mammifères. Ces derniers Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les mammifères peuvent être considérés comme négligeables. En effet
n’engendreront toutefois aucune destruction de haie. les travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes, fondations…) afin de restaurer le site en
l’état. A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels enjeux présents d’ici une vingtaine d’années.
L’impact lié à une perte d’habitats pour les mammifères reste donc faible.
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :
 Destruction directe d’individus
Conformément aux lignes directrices ministérielles (Mars 2014) sur l’application de la réglementation relative aux espèces
Durant les opérations de création du parc, et notamment des chemins d’accès, plusieurs portions de haies vont être arrachées protégées pour les parcs éoliens terrestres, en l’absence d’impacts résiduels significatifs [susceptibles de remettre en cause
(< 20m). Ces opérations peuvent engendrer des impacts directs sur les mammifères et notamment les micromammifères par le maintien des espèces locales] après application des mesures d’évitement et de réduction, aucune mesure de compensation
destruction d’individus liés notamment à des phénomènes d’écrasement. d’impact et par conséquent aucune demande dérogation au titre de l’article R-411.2 ne se justifient.

Cependant au vu des fortes capacités de déplacement de la majorité des espèces de mammifères et d’un niveau d’enjeux jugé
relativement faible, cet impact restera également faible. IMPACT FINAL FAIBLE

 Dérangement
V.2.8. SUR LES CONTINUITES ECOLOGIQUES ET EQUILIBRES BIOLOGIQUES
Durant la phase de chantier, un dérangement est à prévoir sur les mammifères présents aux abords. Ces dérangements liés
au bruit, au passage des engins de chantier, aux vibrations et aux poussières risquent d’engendrer la fuite des individus • Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
présents aux abords et un abandon de la zone par les mammifères. Cette incidence peut impacter les mammifères à plusieurs
dizaines de mètres aux abords du chantier. Les individus dérangés trouveront refuge au sein des habitats périphériques. En phase de chantier, le principal impact potentiel identifié repose sur la rupture de continuité écologique ou un déséquilibre
des équilibres biologiques existants induit notamment par la destruction d’éléments naturels support (haies, milieux
Cependant cet impact reste très temporaire, et les différentes espèces pourront regagner leur habitat dès que la quiétude humides…).
sera retrouvée sur la zone. La zone pourra également être fréquentée par les mammifères hors des périodes de chantier (la
nuit et le week-end).
Evitement : L’implantation retenue a permis d’éviter toute implantation au sein du site n°1 de la ZIP, situé à proximité de
la vallée de la Sanguèze identifiée comme corridor et réservoir écologique.
Au vu du cortège mammalogique inventorié, composé uniquement d’espèces communes, et du caractère très temporaire du
dérangement, l’impact sur les mammifères reste faible.
Par ailleurs, sur le site du projet, les habitats naturels ont été préservés tant que possible. L’impact portera uniquement sur
Evitement : L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour cette faune. l’abattage de deux portions de haies (18 mètres linéaires) et l’élagage d’une autre portion (165 mètres linéaires). La faible
ampleur de ces travaux permettra de maintenir les activités de déplacement de la faune terrestre et volante. Au regard des
fonctionnalités écologiques de ces structures paysagères, l’impact reste faible.

Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel
Faible Faible
Faible Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel
Modérée Faible
Faible

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :


• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
L’impact du projet sur les populations d’amphibiens, de reptiles, d’insectes ou de mammifères, durant sa phase d’exploitation,
peut être considéré comme nul. En effet, les éoliennes en fonctionnement ne devraient pas avoir d’effet particulier sur les En phase d’exploitation, le principal impact potentiel identifié repose sur la perturbation des continuités écologiques ou des
espèces présentes ou sur leurs habitats. Un impact indirect peut cependant être cité en phase d’exploitation, il s’agit du risque équilibres biologiques existants induit notamment par la présence d’éoliennes en fonctionnement pouvant perturber les
de destruction directe d’individus sur les chemins d’accès au cours des opérations de maintenance. En effet, la circulation sur déplacements des espèces.
les chemins d’accès crées peut être source de mortalité. Cependant, au vu de la très faible circulation sur ces voies de service,
ce risque peut être considéré comme anecdotique, ce qui représente un impact nul à négligeable. Pour le projet éolien de la Ferme Eolienne Tillières, comme cela a été précisé l’effet barrière du parc éolien sera limité.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 133


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Bihoreau gris Grande Aigrette Martin pêcheur d’Europe Spatule blanche


Source : DIREN 2004
Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel Parmi les espèces d’intérêt communautaire servant à désigner les deux sites Natura 2000, la grande aigrette (un individu
Modérée Faible
Faible contacté en période de migration post-nuptiale) et le milan noir (un individu contacté en période de migration pré-nuptiale)
sont inventoriés dans la ZIP de manière très ponctuelle. Ils sont tous deux observés dans la ZIP ouest. Aucune implantation
n'est prévue dans cette zone. L’incidence du projet sur ces deux espèces est nulle.

De plus, la spatule blanche est observée en vol à proximité de la ZIP est en période de reproduction. Elle était uniquement de
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement : passage. Sa présence est anectotique. L incidence sur le'espèce est donc non significative.
Lors de la phase de démantèlement, les impacts sur les continuités écologiques et les équilibres biologiques peuvent être L’incidence sur les populations des sites Natura 2000 est estimée comme non significative.
considérés comme négligeables. En effet les travaux porteront sur le retrait des aménagements mis en place (plateformes,
fondations…) afin de restaurer le site en l’état. A noter toutefois qu’il reste difficile de juger dès aujourd’hui des éventuels
enjeux présents d’ici une vingtaine d’années. • Incidence sur les chiroptères
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : Après consultation des FSD des deux sites Natura 2000 présents au sein de l’aire d’étude éloignée du projet, il semblerait que
seul le site Natura 2000 ZSC FR 5200622 « Vallée de la Loire de Nantes aux Ponts de Cé et zones adjacentes » face mention de
Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera mise en œuvre. la présence d’enjeux concernant les chiroptères. En effet, 13 espèces de chiroptères sont mentionnées comme présentes au
sein de ce site Natura 2000.
IMPACT FINAL FAIBLE
Après comparaison de ces espèces avec le cortège chiroptérologique présent au sein de l’aire d’étude, il semblerait que seules
9 espèces soient présentes à la fois sur le site du projet et au sein du site Natura 2000 ZSC FR 5200622 « Vallée de la Loire de
V.2.9. SUR LES SITES NATURA 2000 (EVALUATION DES INCIDENCES) Nantes aux Ponts de Cé et zones adjacentes ». Il s’agit : de la Barbastelle (Barbastella barbastellus), du Murin à oreilles
échancrées (Myotis emarginatus), du grand Murin (Myotis myotis), du Murin de Daubenton (Myotis daubentonii), du Murin à
Dans les 20 kilomètres autour du projet de la Ferme éolienne de Tillières, 2 sites Natura 2000 sont recensés : la ZPS FR5212001 moustache (Myotis mystacinus), du Murin de natterer (Myotis nattereri), de la noctule commune (Nyctallus noctula), de la
et ZSC FR5202009 « Marais de Goulaine », situés à un peu plus de 13 km à l’Ouest du projet éolien et la ZPS FR 5212002 et Noctule de leisler (Nyctalus leislerii) et de la Pipistrelle de nathusius (Pipistrellus nathusii).
ZSC FR 5200622 « Vallée de la Loire de Nantes aux Ponts de Cé et zones adjacentes » (voir partie réseau Natura 2000), située
à environ 19,5km au Nord du projet. Sur ces 9 espèces, seules 3 présentent un niveau de vulnérabilité modéré à fort. Les autres espèces ne présentent pas de
sensibilité particulière du fait de leur très faible effectif (Noctule commune, Noctule de leisler et Grand Murin) ou de leur
• Impacts sur les habitats naturels et la flore absence de sensibilité vis-à-vis de l’éolien (Murin de natterer, Murin de daubenton, Murin à moustaches).
Aucune espèce de flore, ni habitat d’intérêt communautaire n’est localisé dans la ZIP ou à proximité. De plus, les distances du
Deux espèces, à savoir la Barbastelle d’Europe et le Murin à oreilles échancrées présentent des rayons d’action trop faibles
parc aux sites Natura 2000 les plus proches (20, 13 et 19,5km) font que l’incidence sur les habitats naturels et la flore des sites
pour engendrer des échanges entre les deux sites, ou pour que le site d’étude présente un enjeu de reproduction ou
Natura 2000 est donc jugée nulle.
d’alimentation pour les individus présents au sein du zonage Natura 2000.
• Impacts sur l’avifaune
Concernant la Pipistrelle de nathusius, la distance entre le projet et le site Natura 2000 permet de limiter les incidences sur
Deux Zones de Protection Spéciale (découlant de la Directive Oiseaux) sont à proximité de la ZIP. Pour rappel, ci-après les les individus sédentaires. Des incidences peuvent toutefois avoir lieu sur des espèces migratrices, mais ces enjeux ne sont pas
espèces significatives inventoriées en leur sein sont listées. en lien direct avec le site Natura 2000 cité.

Tableau 53 : Espèces en annexe I de la Directive Oiseaux au sein de la ZPS Marais de Goulaine Par conséquent, il est possible de conclure sur le fait que le projet de parc éolien de Tillières n’engendrera pas d’incidence
majeure sur les populations de chiroptères présentes au sein du site Natura 2000 ZSC FR 5200622
Râle des genêts Grande Aigrette Busard des roseaux « Vallée de la Loire de Nantes aux Ponts-de-Cé et zones adjacentes ».

Marouette de Baillon Martin-pêcheur Milan noir • Incidence sur la faune terrestre (amphibiens, Reptiles, entomofaune et mammifères)
Marouette ponctuée Sterne pierregarin Aigrette garzette
L’éloignement des deux sites Natura 2000 présents au sein de l’aire d’étude éloignée permet à lui seul de démontrer que le
Sterne naine Bondrée apivore Bihoreau gris projet n’engendrera pas d’incidence écologique majeure sur ces sites. En effet, avec un éloignement de plus de 13 km, il
s’avère peu probable que le projet engendre des influences sur les peuplements d’amphibiens, de reptiles, d’insectes ou de
Source : DIREN 1999 mammifères hors chiroptères présents au sein de ces zonages.
Tableau 54 : Espèces en annexe I de la directive Oiseaux la ZPS Vallée de la Loire aux Ponts de Cé et zones adjacentes
Les différentes espèces composant ces groupes sont généralement assez sédentaires et effectuent de faibles déplacements,
par conséquent il est peu probable que des relations existent entre les populations présentes au sein de ces deux sites Natura
Râle de genêts Busard des roseaux Guifette noire Milan noir Sterne naine
2000 et celle présente sur le site d’étude.
Aigrette garzette Cigogne blanche Héron pourpré Pie grièche écorcheur Sterne pierregarin
Il n’y aura donc pas d’incidence significative du projet de parc éolien de Tillières sur les sites Natura 2000 ZSC FR5202009 «
Balbuzard pêcheur Cigogne noire Marouette ponctuée Pluvier doré Marais de Goulaine » et ZSC FR 5200622 « Vallée de la Loire de Nantes aux Ponts de Cé et zones adjacentes ».

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


134
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

• Bilan des incidences Natura 2000

Les incidences du projet sur la faune et flore vont de nul à faible. L’incidence résiduelle concerne les vanneaux huppés.
L’incidence est considérée comme non significative.

Les tableaux situés sur les pages qui suivent présentent la synthèse des impacts sur le milieu naturel ainsi que le détail des
mesures mises en œuvre. En termes de coût, les dépenses reposent principalement sur le suivi écologique du parc éolien en
phase chantier (1000€) puis en phase exploitation (52 200 €), auxquelles s’ajoute la plantation de haies, de bosquets (2 000
€) et de vignes (4000€). Il convient de préciser que certaines mesures restent difficilement chiffrables actuellement en
l’absence d’éléments techniques précis (Cf. perte de productible).

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 135


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Tableau 55 : Synthèse des impacts sur le milieu naturel

MILIEU NATUREL

Effets
Sensibilité Phases du Mesures
Thématiques Impact potentiel identifié Mesures Evitement/Réduction Caractéristiques Impact Résiduel Mesures Compensation Impact Final
globale projet Description de l'effet Niveau d'effet Accompagnement/Suivi
Type Probabilité Durabilité Réversibilité Ampleur
Choix d'implantation préservant les Toutes les éoliennes sont
Habitats Destruction d'habitats naturels et de milieux naturels d'intérêt et la flore implantées en zone d'enjeu faible
Faible Chantier Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Faible Faible / Nul à faible
naturels/Flore la flore patrimoniale : culture, prairie améliorée ou
Suivi des habitats
Suivi écologique du chantier vignes
naturels
Abbatage de 6 ml de haie d'enjeu
Cf. Mesures avifaune
Haies Forte Chantier Destruction de haies fort et 12 ml de haie d'enjeu Négatif Certain Permanent Irréversible Faible Faible Modéré Faible
nicheuse
modéré, élagage de 165ml
Chantier Perte d'habitat Négatif Peu probable Temporaire (MT) Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible
Chantier Dérangement Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible
Avifaune Faible à Exploitation Effet barrière / Négatif Peu probable Permanent Réversible Très faible Faible Faible Faible
Choix d'implantation
migratrice moyenne
Destruction directe d'individu /
Exploitation / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Faible Faible Faible
(risque de collision)

Alouette lulu : 2000 m² de vignes


Plantation de haies,
Chantier Perte d'habitat Choix d'implantation et bandes enherbées. Tourterelle Négatif Certain Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible Nul à faible
bosquets et vignes
des bois : 12 ml de haies.
Avifaune Moyenne
nicheuse à forte Chantier Dérangement Adaptation du calendrier de travaux / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible Suivi de l'avifaune

Destruction directe d'individu


Exploitation Choix d'implantation / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible
(risque de collision)

Chantier Perte d'habitat / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Faible Faible / Faible

Avifaune
Faible Chantier Dérangement Choix d'implantation / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Faible Faible / Faible
hivernante
Destruction directe d'individu
Exploitation / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Faible Faible / Faible
(risque de collision)
Sélection de portions de haies peu
Destruction de gîtes de chiroptères
Chantier propices et réalisation des travaux en hors / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible Faible
ou d'individus
période sensible
Perte d'habitats/de qualité d'habitat
Moyenne Chantier Choix d'implantation / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible Faible Suivi de l'activité et de la
Chiroptères et dérangement /
à forte mortalité des chiroptères
Absence d'éclairage et plateforme non
Destruction directe d'individu végétalisée
Exploitation / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible Faible
(risque de collision) Mise en place d'un bridage pour
l'ensemble des éoliennes
Chantier Perte d'habitat / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /

Amphibiens Moyenne Chantier Destruction d'individus Evitement des zones d'habitat d'intérêt / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /

Chantier Dérangement / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Chantier Perte d'habitat / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Faible à
Reptiles Chantier Destruction d'individus Evitement des zones d'habitat d'intérêt / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
moyenne
Chantier Dérangement / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Chantier Perte d'habitat / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Entomofaune Faible Chantier Destruction d'individus Evitement des zones d'habitat d'intérêt / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Chantier Dérangement / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Chantier Perte d'habitat / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Mammifères Faible Chantier Destruction d'individus Evitement des zones d'habitat d'intérêt / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Chantier Dérangement / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /

Chantier Rupture de continuité écologique / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Continuités
Moyenne Choix d'implantation
écologiques Perturbation des continuités
Exploitation / Négatif Peu probable Permanent Irréversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
écologiques

Durabilité : défini la durée de l’effet Réversibilité :


- Temporaire Court terme CT : effet qui quelques heures à un jour - Réversible : effet dont les conséquences peuvent être supprimées par
- Temporaire Moyen terme MT : effet qui dure quelques jours à quelques semaines la mise en œuvre de mesures spécifiques
Type : défini la nature de l’effet (Positif ou Négatif)
- Temporaire Long terme LT : effet qui dure plusieurs mois à un an - Irréversible : effet dont les conséquences sont définitives
Probabilité : défini la probabilité d’occurrence de l’effet
- Permanent : effet qui perdure plusieurs années
Ampleur : défini l’importance de l’effet

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


136
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Tableau 56 : Synthèse des mesures sur le milieu naturel

MILIEU NATUREL
Intitulé de la mesure* Phase de mise
Thématique Impact concerné Type de mesure Objectif(s) Description Coût Responsable/Suivi
(* mesure réglementaire) en œuvre
Eviter toute destruction
Choix d'implantation évitant les zones En amont du
Evitement d'habitat naturel ou de flore / / Equipe développement projet
sensibles projet
patrimoniale
Réduire les impacts en phase Durant le Coordinateur environnemental du
Suivi environnemental de chantier Réduction / 1 000 €
chantier chantier chantier
Habitats
Le suivi mis en place sera conforme à la méthodologie présentée dans le « Protocole
naturels/Flore et Destruction d'habitats et de la flore
de suivi environnemental des parcs éoliens terrestres » et s’appuiera sur les
haies Exploitant (missione un expert
Suivre l'évolution des habitats recommandations du Guide de l’étude d’impact des parcs éoliens (MEED, 2010) 7200 €
Durant écologue) / Rapport de suivi
Suivi de habitats naturels Suivi naturels pour analyser son concernant les outils à utiliser (photo-interprétation, inventaires de terrain, (3 années de
l'exploitation disponible pour l'inspection des
potentiel impact sur la faune identification et cartographie de chaque habitat naturel, comparaison avec les suivi)
installations classées
résultats de l’Etat initial). Le suivi des habitats sera donc réalisé une fois au cours
des trois premières années puis une fois tous les 10 ans.
L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour
Avifaune Perte d'habitats/dérangement/effet les espèces à enjeux. De plus, le choix d'implantation a évité de corridor écologique En amont du
Choix d'implantation Evitement Eviter les secteurs sensibles / Equipe développement projet
migratrice barrière et risque de collision de la Sanguèze et favorise une implantation en "bouquet" avec des espaces projet
conséquent permettant de limiter l'effet barrière et le risque de collision.

L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour En amont du
Choix d'implantation Evitement Eviter les secteurs sensibles / Equipe développement projet
les espèces à enjeux. projet

Perte d'habitats/dérangement Afin de pérenniser la population locale d'Alouette lulu, 300ml de haies bocagères
Avifaune Plantation de haies, bosquets et Compenser la destruction composées d'essences locales, deux bosquets d'une dizaine d'arbres et 2000m² de Durant le Coordinateur environnemental du
Compensation 6 000 €
nicheuse vignes d'habitats pour l'Alouette lulu vignes seront plantés. L’entreprise passera une convention de gestion avec chantier chantier
l’agriculteur/gérant.

Réduire le risque de
Travaux lourds (terrassement et fondations) interdits entre le 31 mars et le 1er Durant le Coordinateur environnemental du
Dérangement Adaptation calendrier de travaux Réduction perturbation de l'avifaune /
septembre chantier chantier
nicheuse

L’implantation retenue a permis de préserver les espaces les plus intéressants pour
Avifaune Perte d'habitats/dérangement et risque En amont du
Choix d'implantation Evitement Eviter les secteurs sensibles les espèces à enjeux. Les zones humides naturelles, secteurs particulièrement / Equipe développement projet
hivernante de collision projet
sensibles pour les vanneaux huppés, ont ainsi été préservées,

Perte d'habitats/de qualité d'habitat et Eviter la destruction d'habitats L'implantation retenue localise 3 des 4 éoliennes hors des habitats jugés à enjeux En amont du
Choix d'implantation Evitement / Equipe développement projet
dérangement d'espèces et le dérangement pour les chiroptères. projet
Sélection de portions de haies peu
Destruction de gîte ou d'individus lors Eviter la destruction de gîte de En amont du
propices et réalisation des travaux en Réduction / / Equipe développement projet
du chantier chauves souris projet
hors période sensible
Pour éviter tout phénomène d’attraction des insectes et de leurs prédateurs les
aérogénérateurs seront dépourvus d’éclairage, en dehors du balisage lumineux
Absence d'éclairage et plateforme non Limiter l'attrait du site pour réglementaire obligatoire. De même, les plateformes placées au pied des éoliennes Durant
Réduction / Exploitant
Chiroptères végétalisée les chauves-souris auront un caractère artificiel (pas d’enherbement) pour ne pas attirer les l'exploitation
micromammifères, les amphibiens, les reptiles et les insectes (sources de nourriture
pour les rapaces et les chiroptères), limitant ainsi un risque de collision.
Destruction directe d'individu (risque
Un bridage sera mis en place pour l'ensemble des éoliennes. Les périodes de bridage
de collision) Mise en place d'un bridage pour Perte de Durant
Réduction Limiter le risque de collision sont définies en fonction des saisons, des moments de la journée et des conditions Exploitant
l'ensemble des éoliennes productible l'exploitation
climatiques.

Suivre les impacts potentiels 45 000 € Exploitant / Rapport de suivi


Suivi de l'activité et de la mortalité Suivi de la mortalité et de l'activité des chauves souris conformément au protocole en Durant
Suivi du parc sur les populations (3 années de disponible pour l'inspection des
chiroptérologique* vigueur l'exploitation
locales de chauves -souris suivi) installations classées

Eviter toute destruction


Destruction d’habitats naturels Eloignement de tout habitat d'intérêt En amont du
Autre faune Evitement d'habitat favorable à l'autre / / Equipe développement projet
favorables ou d’individus potentiel projet
faune
L’implantation retenue a permis d’éviter toute implantation au sein du site n°1 de la
Continuités Eviter toute rupture de En amont du
Rupture de continuités écologiques Choix d'implantation Evitement ZIP, situé à proximité de la vallée de la Sanguèze identifiée comme corridor et / Equipe développement projet
écologiques corridor projet
réservoir écologique.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 137


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

V.3. IMPACTS ET MESURES SUR LE MILIEU HUMAIN

V.3.1. IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES Impact


Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier : Faible

En phase chantier, le principal impact négatif potentiel de la construction d’un parc éolien repose sur les éventuelles
perturbations des activités économiques locales. Cet impact est de type temporaire : il s’agit principalement des
perturbations passagères de la circulation sur les voies communales et les chemins qu’engendrera le passage des engins de
chantier qui accéderont aux plates-formes. Les agriculteurs ou autres usagers de ces voies auront peut-être quelques Par ailleurs, comme pour la phase de chantier, le projet contribue aussi à l’économie locale en créant
difficultés à les emprunter durant les travaux. Cependant, cette perturbation ne correspondra qu’au temps nécessaire aux un besoin de maintenance en phase exploitation. Les chiffres avancés par la FEE sont de l’ordre de 3
engins de chantier pour accéder aux plateformes, ainsi la gêne ne sera que passagère. Une gêne temporaire pourra également emplois ETP (Equivalent Temps Plein) nécessaires pour procéder à la maintenance préventive et Impact
apparaître lors de la mise en place du raccordement électrique. curative de l'équivalent de 20 MW. A cela s’ajoute près de 10 000 €/MW/an que nécessite le travail Positif
régulier de vérification et de changements de pièces des aérogénérateurs.

Les éoliennes sont de plus soumises à différentes taxes et impôts générant des retombées fiscales non
Impact négligeables pour les territoires qui les accueillent.
Sensibilité
Effet Faible résiduel
Faible
Faible Tout d’abord, les aérogénérateurs utilisés pour la production d'électricité sur le réseau sont soumis à la Taxe Foncière sur les
Propriétés Bâties (TFPB), généralement sur la base du socle en béton sur lequel est ancré le mât. A noter que ces montants
seront répartis entre les communes, l’EPCI et le département.
On notera par ailleurs que la phase de construction du parc éolien est aussi l’occasion d’avoir recours
Une contribution financière sera aussi reversée aux collectivités locales. En effet, la taxe professionnelle a été remplacée en
aux entreprises locales pour certains travaux, intervenant selon leurs corps de métier et balayant un
2010 par une contribution économique territoriale (CET) composée de deux éléments :
panel très varié. D’après une étude de France Energie Eolienne 17, on estime à 250 000 € le coût de Impact
- la cotisation foncière des entreprises (CFE) : assise sur la valeur locative des biens soumis à la taxe foncière (les
construction pour 1 MW installé, répartis de la façon suivante : Positif équipements et biens mobiliers ainsi que les recettes ne sont plus imposés),
- 50 % en génie civil & VRD ;
- la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) : assise, comme son nom l’indique, sur la valeur ajoutée
- 30 % en raccordement électrique ;
des entreprises. Le taux est progressif, de 0% à 1,5% en fonction du chiffre d’affaires. Elle s’applique aux
- 10 % pour les postes de livraison ;
entreprises entrant dans le champ d'application de la cotisation foncière des entreprises et dont le chiffre
- 10% pour le levage.
d'affaires excède 152 500 €. Des dégrèvements sont établis par tranche.
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
La CET est plafonnée à 3% de la valeur ajoutée des entreprises. La répartition du produit de ces contributions entre les
En phase d’exploitation, le principal impact négatif potentiel concerne l’activité agricole puisque les implantations des collectivités territoriales est la suivante, dans le cadre d’une fiscalité additionnelle et/ou unique :
éoliennes sont prévues en majorité sur des parcelles agricoles. La perte de surface cultivable reste cependant limitée puisque
les aménagements permanents prévus concernent une surface totale (chemins créés, virages, plateformes de montage et Tableau 57 : Répartition de la CFE et CVAE entre les collectivités territoriales
fondations) d’environ 0.9 ha, soit 0.05 % de la SAU de TILLIERES. A noter que sur la période 1988-2010, TILLIERES a connu une
diminution de sa SAU de l’ordre de 5%, soit environ 100 ha de moins. Hormis la perte de surface agricole, on peut aussi ainsi Commune ou EPCI Département Région
lister les contraintes suivantes : CFE 100% / /
- contrainte de contournement par les engins agricoles, CVAE 26.5% 48.5% 25%
- perturbation du circuit de drainage dans le cas où un tel système est présent à cause des fondations enterrées,
- croisée des canalisations d’irrigation souterraines par les câbles électriques enterrés du parc éolien. Pour la commune de TILLIERES, le tableau ci-dessous résume les différents taux d’imposition locaux retenus en 2015 :

Tableau 58 : Taux d'imposition locaux


Réduction : Afin de faire cohabiter au mieux les éoliennes avec les activités agricoles, des rencontres ont été menées
avec les propriétaires et les exploitants des terrains en amont. Il convient de rappeler que suite aux travaux de réflexion
menés conjointement par l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, la Fédération Nationale des Syndicats
Taux votés Taux votés Taux votés en matière
d’Exploitants Agricoles, le Syndicat des énergies renouvelables et l’association France Energie Eolienne, un protocole en matière de foncier bâti en matière de foncier non bâti de Cotisation Foncière des Entreprises
d’accord d’envergure nationale a été signé. Ce protocole a servi de base aux relations établies entre le porteur de projet
et les propriétaires et exploitants des parcelles concernées. Les emplacements des éoliennes tiennent compte des
Taux applicables
discussions locales avec les exploitants et propriétaires des terrains. Ainsi, les accès dans les parcelles ont été minimisés Communal Intercommunal Départemental Communal Intercommunal Communal Intercommunal
dans les ZAE/ZDE
en retenant une disposition générale permettant une proximité des éoliennes avec les chemins existants. Dans le cas où
des chemins supplémentaires sont à créer, leur tracé a été défini de manière à créer le moins de gêne, par exemple en 20.71 % / 19.18 % 43.03 % 1.99 % / 20.79 % /
s’inscrivant dans le sens d’exploitation déjà utilisé.

17Données chiffrées issues du rapport : Le développement de l’énergie éolienne, un vecteur d’emploi et de retombées économiques.
Octobre 2012 –Pays de la Loire. France Energie Eolienne.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


138
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

En complément, certaines grandes entreprises de réseaux (énergie, télécom, ferroviaire) sont soumises à une imposition
forfaitaire spécifique : l’imposition forfaitaire d’entreprises de réseau (IFER). Selon l’article 1519 D du Code Général des Evitement : Concernant la route départementale RD223 traversant le site du projet, le choix d’implantation a permis de
Impôts, l’exploitant d’une installation terrestre de production d'électricité utilisant l'énergie mécanique du vent d’une positionner les éoliennes en respectant une distance d’éloignement supérieure à la hauteur bout de pale des machines
puissance supérieure ou égale à 100 kW doit s’acquitter chaque année d’une imposition forfaitaire actualisée qui en 2016 (119.33m). Ainsi l’éolienne la plus proche (E4) se trouve à plus de 120m de cet axe routier. Le projet respect donc l’article
équivaut à 7 340 €/MW de puissance installée au 1er janvier de l'année d'imposition. 15 du règlement départemental des voiries du Maine-et-Loire.

La répartition de cette somme entre les différentes collectivités territoriales est donnée dans le tableau ci-après (d’après
l’instruction n°6 E-2-11 du 1er avril 2011 relative à l'imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER)). Evitement : Afin de respecter le plafond altimétrique imposé par la présence d’un couloir de vol militaire, un
décaissement d’une trentaine de centimètres sera réalisé au droit de l’éolienne E4. Ce dernier permettra de respecter
Tableau 59 : Répartition de l’IFER entre les collectivités territoriales une hauteur en bout de pale de 212m NGF.

Commune EPCI Département Les ondes hertziennes sont aussi utilisées en France pour la transmission des émissions de télévision et de radio depuis un
Commune isolée 20% / 80% émetteur jusqu’aux antennes personnelles installées à proximité des postes de télévision et sur les postes de radio.
L’expérience des parcs éoliens construits en France montre qu’il existe un risque de perturbation de la réception télévisuelle
Situation de la En présence d'un EPCI à fiscalité même en dehors des zones de protection réglementaires relatives aux émetteurs. Pour ce qui concerne l’influence des
/ 70% 30%
commune professionnelle ou éolienne unique éoliennes sur ces ondes, une campagne d'essais effectuée sur le site éolien de Plouarzel dans le Finistère (5 éoliennes alignées)
d’implantation du parc : par le Centre Commun de Ressources en Micro-ondes (C.C.R.M.) a démontré que les perturbations du signal émis par
En présence d'un EPCI à fiscalité
TéléDiffusion de France (T.D.F.) se situent entre 500 Mégahertz (MHz) et 800 MHz. En revanche, la fréquence des ondes radios
additionnelle ou à fiscalité 20% 50% 30%
professionnelle de zone ne dépassant pas les 110 MHz, il n’existe donc aucune interaction possible entre ces ondes et les éoliennes. De plus, les
récepteurs radios ne sont pas sensibles aux variations d’amplitude comme peut l’être un téléviseur. Le problème se limite
donc aux signaux analogiques hertziens de télévision.
On notera, qu’au total, l’exploitation de la Ferme Eolienne Tillières induira environ 116 000 €/an de recettes supplémentaires
pour les collectivités, soit plus de 2.3 millions d’euros en 20 ans d’exploitation. Il convient de souligner qu’il ne s’agit ici que
Or, la diffusion analogique des services de télévision par voie terrestre en Pays de la Loire a pris fin le 18 mai 2010 pour passer
d’estimations susceptibles d’évoluer car basées un régime fiscal à l’instant t et sur des taux d’imposition eux même variables
en mode TNT. La Télévision Numérique Terrestre (T.N.T.) utilise la numérisation et la compression (selon la norme MPEG-
dans le temps.
2/DVB-t) pour véhiculer les images et le son. Cette diffusion est beaucoup moins tributaire de la variation d'amplitude du
signal qui est responsable des perturbations rencontrées chez les particuliers. De plus, le décodeur numérique pourra réaliser,
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
un traitement d'images plus poussé voire même une correction des éventuels défauts.
Ces impacts seront proches de ceux listés pour la phase de travaux, à savoir réduits.
L’efficacité de cette nouvelle technologie a pu être mise en évidence en Pays de la Loire où ENERGIETEAM dispose de plusieurs
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : parcs éoliens. Avant le passage à la TNT, le nombre moyen d’intervention suite à la perturbation de la réception télévisuelle
par un parc nouvellement installé était de 88. Après le passage, ce dernier a chuté à 6, soit une baisse de près de 93%. Le seul
Les impacts résiduels sur les activités économiques locales sont relativement faibles tant en phase de chantier que effet susceptible d’être induit par les pales d'éoliennes pour une réception numérique est un phénomène de blocking,
d’exploitation. L’activité agricole pourrait connaître une légère perte de surface cultivée et donc de rentrée financière. autrement dit un figeage momentané de l’image. Cependant, la perturbation du signal de télédiffusion par des éoliennes n’est
pas systématique et dépend de multiples paramètres : relief, distance à l’émetteur, configuration du parc, etc.
Les éoliennes engendrent par ailleurs des retombées économiques intéressantes au niveau local par :
- la création d’emplois directs (développeurs, fabricants de composants, techniciens de maintenance du parc…) et Si d’éventuelles perturbations sont constatées à l'issue de la construction du parc, le maître d'ouvrage est dans l'obligation de
indirects (bureaux d’étude, BTP…) rétablir une réception satisfaisante pour l'ensemble des foyers lésés (Article L. 112-12, Code de la Construction et de
- les taxes et impôts locaux pour les collectivités. l'habitation) : « Lorsque l'édification d'une construction qui a fait l'objet d'un permis de construire délivré postérieurement au
10 août 1974 est susceptible, en raison de sa situation, de sa structure ou de ses dimensions, d'apporter une gêne à la réception
de la radiodiffusion ou de la télévision par les occupants des bâtiments situés dans le voisinage, le constructeur est tenu de
IMPACT FINAL POSITIF faire réaliser à ses frais, sous le contrôle de l'établissement public de diffusion, une installation de réception ou de réémission
propre à assurer des conditions de réception satisfaisantes dans le voisinage de la construction projetée. Le propriétaire de
ladite construction est tenu d'assurer, dans les mêmes conditions, le fonctionnement, l'entretien et le renouvellement de cette
V.3.2. IMPACTS TECHNIQUES - SERVITUDES installation. »

• Impacts lors de la phase de chantier : Dans le cas de gêne à la réception de la radiodiffusion ou de la télévision, la loi prévoit donc que différentes solutions puissent
être proposées, mais devront, avant toutes applications, au préalable recevoir l'accréditation des organismes responsables
La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact
que sont le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (C.S.A.), la Télédiffusion de France (T.D.F.) et l’A.N.F.R. (Agence Nationale des
Fréquences).
• Impacts lors de la phase d’exploitation :

En phase d’exploitation, le principal risque repose sur la perturbation des infrastructures proches. Hormis l’emprise au sol D’après les données actuellement disponibles sur le site officiel de la TNT, la réception télévisuelle sur TILLIERES est
des chemins, poste de livraison, plates-formes et fondations des éoliennes, les seules servitudes induites par la construction actuellement estimée comme de bon niveau. La plupart des chaînes captées sont diffusées depuis l’émetteur de Nantes-Haute
du parc sont celles liées aux câbles de raccordement (mesures de protection) et aux surplombs des pales. Celles-ci seront Goulaine situé à l’Ouest et de celui de Rochefort-sur-Loire situé au Nord-Est.
compatibles avec celles des réseaux existants alentours ou ceux susceptibles d’être traversés.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 139


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 134 : Qualité de la réception télévisuelle sur TILLIERES (Source : TNT)

Par retour d’expérience d’ENERGIETEAM suite à l’installation de parcs éoliens en Pays de la Loire, il apparaît que l’essentiel
des problèmes apparaissent dans une zone de 3 à 5 km (exceptionnellement davantage). Les zones sensibles se situent
derrière les éoliennes vis-à-vis de l’antenne émettrice mais ne concernent pas non plus toutes les habitations. Tel que décrit
plus haut, le mode d’émission numérique étant beaucoup moins sensible aux effets de brouillage, les perturbations
provoquées par la construction de nouveaux parcs éoliens ne pourront être que limitées.

Le territoire du projet étant desservi par les émetteurs de Nantes-Haute Goulaine et Rochefort-sur-Loire situés
respectivement à l’Ouest et au Nord-Est, les zones de perturbation potentielle sont donc situées à l’Est et au Sud-Ouest des
éoliennes. La première zone pouvant être impactée englobe notamment les hameaux de « La Grolière » et « Sainte Léonie »,
alors que la seconde touche notamment les hameaux de « Le Boulay », « La Grande Touche » ou « Le Petit Quarteron ».

Impact
Sensibilité résiduel
Effet Faible
Moyenne Faible à
Modéré

• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

Compte tenu de la présence d’un impact résiduel estimé « Faible à modéré » sur la réception télévisuelle, une mesure
compensatoire sera mise en œuvre :

Compensation : Ainsi, s’il s’avère que certains riverains subissent une baisse de la qualité de réception d’image sur leur
téléviseur en raison de la présence des éoliennes, le maître d’ouvrage se propose de la rétablir, conformément au Code
de la construction et de l’habitation (article L112-12) par le biais de la procédure qui a déjà pu être mise en place sur
l'ensemble des autres projets, à savoir :
- la mise à disposition à la mairie de fiche de réclamation,
- la sélection de 2 à 3 antennistes locaux assurant un court délai d’intervention.
Figure 135 : Carte de localisation de la zone sensible de perturbation télévisuelle (Source : ENERGIETEAM)

IMPACT FINAL FAIBLE

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


140
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

V.3.3. COMMODITES DU VOISINAGE

Bruit

• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

Durant les travaux, des nuisances sonores temporaires peuvent apparaître du fait de la rotation des camions lors de
l’acheminement des composants des éoliennes et des différents engins de chantier.

Réduction : Plusieurs dispositions réglementaires permettent de réduire cet impact. Ainsi, les véhicules de transport, les
matériels de manutention et les engins de chantier utilisés seront conformes aux dispositions en vigueur en matière de
limitation de leurs émissions sonores. Par ailleurs, l’usage de tout appareil de communication par voie acoustique
(sirènes, avertisseurs, haut-parleurs…), gênant pour le voisinage sera interdit, sauf si leur emploi est exceptionnel et
réservé à la prévention et au signalement d’incidents graves ou d’accidents.

Réduction : Les travaux se dérouleront aux heures ouvrables et leur durée sera la plus courte possible pour diminuer les
éventuelles nuisances sur le voisinage.

L’éloignement minimum de 500m des zones d’habitations devrait atténuer la perception du bruit.

Impact Figure 136 : Récepteurs des calculs


Sensibilité Effet Nul à
résiduel
Moyenne Faible L’éolienne retenue pour l’étude est de marque ENERCON et du type E-82-TES. Ces éoliennes sont choisies car elles sont, au
Faible
regard des données actuelles, adaptées d’un point de vue technique et économique au site.

Les puissances sonores de la E-82 TES figurent en annexes de l’étude acoustique jointe à la présente demande d’Autorisation
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation : Unique (Cf. Pièce n°4.4). Elles sont données pour les différentes hauteurs de moyeu. A noter qu’un mode de fonctionnement
optimisé permet de réduire les émissions sonores des éoliennes.
Conformément à la réglementation, trois paramètres sont analysés dans ce paragraphe :
 Les émergences dans les zones à émergence réglementée. Tableau 60 : Emissions sonores éoliennes E-82 TES
 Le niveau de bruit maximal dans le périmètre de mesure du bruit de l’installation.
 Les tonalités afin de détecter l’éventuelle présence de tonalités marquées. Vs – 10m 3 m/s 4 m/s 5 m/s 6 m/s 7 m/s 8 m/s 9 m/s 10 m/s
E82_2,35MW_OM0s 90,0 93,0 96,0 98,8 100,8 101,8 102,0 102,0
E82_2,35MW_OMIVs 90,0 93,0 93,3 95,3 96,6 96,9 98,1 99,3
- Emergences * : les données grisées sont extrapolées, elles sont hors du protocole de mesure IEC61400-11.

Réduction : En préambule, il convient de rappeler que le choix d’implantation retenu permet de limiter les émissions Dans des conditions normales de fonctionnement, le parc apportera une contribution sonore comprise entre 19,1 et 36,8
sonores en limitant le nombre d’éoliennes tout en les éloignant des habitations. dB(A) aux points les plus exposées. Ces niveaux sont faibles à modérés.

Les tableaux ci-dessous présentent les émergences obtenues en mode de fonctionnement normal.
Le logiciel PREDICTOR est un calculateur 3D, il permet de modéliser la propagation acoustique en espace extérieur, en prenant
en compte l'ensemble des paramètres influents exploitables, en l’état des connaissances. Afin de quantifier l’influence des
émissions sonores des éoliennes du projet, une modélisation informatique a été réalisée. Celle-ci va prendre en compte un
ensemble de paramètres influents sur la propagation du son :
 la zone d’étude (topographie, carte IGN 1/25000éme, …) ;
 les sources de bruits et leurs caractéristiques géométriques et techniques ;
 les effets de propagation et d’atténuation du son dans l’air ;
 l’implantation des éoliennes du projet.

Trois points de calculs, en plus des lieux ayant accueilli les mesures, ont été ajoutés. Cela permet d’apporter un avis plus
exhaustif autour de la zone d’étude.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 141


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Tableau 61 : Emergences prévisionnelles en période diurne et nocturne en mode de fonctionnement normal Tableau 62 : Emergences prévisionnelles en période nocturne après application du plan d’optimisation

Émergences calculées - période DIURNE - dB(A) Émergences calculées - période NOCTURNE - dB(A)
Position d'étude Position d'étude
3m/s 4m/s 5m/s 6m/s 7m/s 8m/s 9m/s 10m/s 3m/s 4m/s 5m/s 6m/s 7m/s 8m/s 9m/s 10m/s

La Musse_M 0,1 0,2 0,2 0,4 0,4 0,4 0,4 0,3 La Musse_M 0,3 0,5 0,7 2,7 1,3 1,1 1,3 1,2
l'Augivière_M 0,3 0,5 0,6 1,1 1,3 1,4 1,0 0,8 l'Augivière_M Lamb<35 Lamb<35 1,3 2,9 3,0 2,3 1,9 1,5
Beaulieu_M 0,3 0,3 0,7 1,6 0,9 0,6 0,5 0,5 Beaulieu_M 0,2 0,4 0,6 1,2 1,2 1,3 1,3 0,7
la Tuilerie_M 0,0 0,1 0,1 0,2 0,3 0,3 0,2 0,2
la Tuilerie_M 0,1 0,1 0,2 0,5 0,3 0,3 0,3 0,3
la Poterie_M 0,1 0,2 0,2 0,5 0,8 0,9 0,6 0,5
la Poterie_M 0,3 0,5 1,2 2,2 2,2 2,0 1,9 1,7
la Grande Touche_M 0,1 0,2 0,2 0,3 0,4 0,4 0,3 0,3
la Grande Touche_M 0,3 0,5 0,6 1,4 1,1 1,1 0,9 0,8
la Petite Touche_M Lamb<35 0,2 0,3 0,4 0,5 0,5 0,5 0,4
la Petite Touche_M Lamb<35 Lamb<35 Lamb<35 1,1 1,1 1,1 0,8 0,6
le Gracelier 0,1 0,1 0,1 0,2 0,3 0,5 0,2 0,3
le Gracelier 0,1 0,2 0,3 0,6 0,4 0,4 0,4 0,4
la Poterie 2 0,1 0,1 0,2 0,4 0,7 0,7 0,5 0,4
la Poterie 3 0,1 0,2 0,2 0,5 0,8 0,8 0,6 0,5
la Poterie 2 0,3 0,4 1,0 1,9 1,9 1,7 1,6 1,4
la Poterie 3 0,3 0,5 1,1 2,1 2,1 1,9 1,8 1,6
Émergences calculées - période NOCTURNE - dB(A)
Position d'étude « Lamb<35 » : Suivant l’arrêté d’Août 2011, l’émergence n’est calculée que pour les situations présentant un bruit ambiant
3m/s 4m/s 5m/s 6m/s 7m/s 8m/s 9m/s 10m/s supérieur à 35 dB(A).
La Musse_M 0,3 0,5 0,7 2,7 1,4 1,1 1,3 1,2
l'Augivière_M Lamb<35 Lamb<35 1,3 2,9 3,3 2,3 1,9 1,5 En résumé, le constat est le suivant :
Beaulieu_M 0,2 0,4 0,6 1,2 1,3 1,3 1,3 0,7
la Tuilerie_M 0,1 0,1 0,2 0,5 0,3 0,3 0,3 0,3  Pour la période diurne, avec un fonctionnement « normal » : Il n’y a pas de dépassements prévisionnels des
la Poterie_M 0,3 0,5 1,2 2,2 2,4 2,0 1,9 1,7 émergences réglementaires, l’émergence la plus élevée étant de 1,6 dB(A) pour la vitesse de vent de 6 m/s.
la Grande Touche_M 0,3 0,5 0,6 1,4 1,2 1,1 0,9 0,8  Pour la période nocturne, avec un fonctionnement « réduit » : Il n’y a pas de dépassements prévisionnels des
la Petite Touche_M Lamb<35 Lamb<35 Lamb<35 1,1 1,2 1,1 0,8 0,6 émergences réglementaires, l’émergence la plus élevée étant de 3,0 dB(A) pour des vitesses de vent de 7 m/s.
le Gracelier 0,1 0,2 0,3 0,6 0,4 0,4 0,4 0,4
la Poterie 2 0,3 0,4 1,0 1,9 2,0 1,7 1,6 1,4
la Poterie 3 0,3 0,5 1,1 2,1 2,2 1,9 1,8 1,6 - Niveaux sonores en limite de périmètre de mesure du bruit

Ainsi, en fonctionnement normal il n’y a pas de dépassements prévisionnels des émergences réglementaires pour la période L’arrêté du 26 Août 2011 spécifie un périmètre de contrôle autour des machines. Ce périmètre correspond au plus petit
diurne, l’émergence la plus élevée étant de 1,6 dB(A) pour la vitesse de vent de 6 m/s. Une sensibilité acoustique apparait polygone dans lequel sont inscrits les disques de centre chaque aérogénérateur et de rayon R. Ce rayon R est égal à 1,2 ×
néanmoins de nuit : il y a un dépassement prévisionnel des émergences réglementaires nocturnes. Ce dépassement concerne (hauteur de moyeu + longueur d’un demi-rotor).
L’Augivière, l’émergence étant de 3.3 dB(A) pour la vitesse de vent de 7 m/s.
Les éoliennes ont une hauteur totale de 119.33 mètres, leur périmètre de contrôle est donc de 1,2 x 119.33 = 143.2 mètres.
Il est nécessaire d’étudier un fonctionnement différent pour la période nocturne. Les résultats pour ce modèle d’éolienne sont les suivants :

Réduction : Un plan d’optimisation est proposé ci-après. Il permet d’obtenir une mise en conformité pour la position Bruit particulier des Bruit ambiant
Bruit résiduel estimé Seuil règlementaire
présentant des dépassements prévisionnels d’émergences nocturnes. Période éoliennes attendu
[dB(A)] [dB(A)]
[dB(A)] [dB(A)]
Diurne 47.0 50 52,0 70,0
Nocturne 43.5 50 51,0 60,0
Plan de bridage _ fonctionnement nocturne des machines
vitesse
3 4 5 6 7 8 9 10 Figure 137 : Calculs en limite de périmètre de contrôle
(VS10)
E1
L’analyse des impacts est conforme avec les seuils limites fixés par l’arrêté du 26 août 2011 pour les deux modèles
E2
d’éolienne envisagés.
E3 OMIV
E4
Les cellules en vert correspondent à un fonctionnement nominal. - Evaluation des tonalités marquées

Le tableau suivant présente les émergences globales prévisionnelles en période nocturne pour chaque point, pour chaque L’installation ne doit pas être à l’origine de tonalités marquées plus de 30% de son temps de fonctionnement. Les puissances
vitesse de vent, et pour l’ensemble des machines après application du plan d’optimisation. sonores par bandes de tiers d’octave (en dB) fournies par le constructeur font l’objet d’une recherche de tonalités marquées.
Le graphique suivant présente le spectre sonore en tiers d’octave de l’éolienne E82 :

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


142
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Spectre en 1/3 d'oct - E82 Odeurs


115
110
5 m/s En phase de chantier ou d’exploitation, le projet n’émettra pas d’odeurs pouvant constituer une gêne pour le voisinage.
105
6 m/s Aucune mesure de suppression/ réduction/ accompagnement n’est donc nécessaire.
100
95
7 m/s
8 m/s
90 IMPACT FINAL NUL
85 9 m/s
Puissance sonore - dB

80 10 m/s
75
70 Vibrations
65
60
55
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
Fréquences Hz - 1/3 d'octave
50
50 63 80 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800 1000 1250 1600 2000 2500 3150 4000 5000 6300 8000 10000 Lors de la réalisation des travaux de terrassement et autres aménagements, des vibrations du sol pourront être occasionnées
par les engins de chantier.
Figure 138 : Spectres sonores – dB - en 1/3 d’octave
Ces vibrations seront toutefois limitées à la fois dans le temps, correspondant à une phase bien précise et concise du chantier,
L’analyse des tonalités marquées est conforme avec les seuils limites fixés par l’arrêté du 26 août 2011 pour les deux et dans l’espace puisque l’éloignement de 500m des lieux de vie aux éoliennes devrait garantir l’absence d’une éventuelle
modèles d’éoliennes envisagés. gêne.

Suivant nos mesures sur site, ainsi que les outils et hypothèses prises en compte pour notre dossier, pour les différents Impact
aspects comportant des limites fixées par l’arrêté ministériel d’août 2011, nos résultats sont les suivants : Sensibilité
Effet Nul résiduel
 Les émergences sonores sont respectées en fonctionnement normal la journée et en fonctionnement Moyenne
Nul
optimisé la nuit ;
 Les seuils maximum en limite de périmètre de contrôle sont respectés, pour la période diurne et pour la
période nocturne ;
 Les éoliennes ne présentent pas de tonalités marquées. • Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :

La phase d’exploitation n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :


Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel Ces impacts seront proches de ceux listés pour la phase de travaux, à savoir négligeables.
Moyenne Faible
Faible
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

La courte durée des travaux et leur éloignement des zones habitées seront suffisants pour garantir un impact nul vis-à-vis des
vibrations. Aucune autre mesure ne sera nécessaire.
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

Ces impacts seront proches de ceux listés pour la phase de travaux, à savoir réduits. IMPACT FINAL NUL

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :


Emissions lumineuses
Compte tenu de ces résultats, l’étude des impacts acoustiques montre un projet capable de respecter les émergences
réglementaires qui lui seront fixées et ne nécessitant pas de mise en place de mesure compensatoire.
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
Il appartiendra à l’exploitant de mettre en place les moyens nécessaires pour ajuster au besoin réel ses conditions
d’exploitation et le respect de la réglementation concernant ses émissions sonores. La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :


IMPACT FINAL FAIBLE
Afin d’être conforme à la réglementation inhérente à la signalisation des aérogénérateurs, ces derniers seront équipés de
lumières clignotantes les rendant visibles de jours comme de nuit par les aéronefs (Cf. IV.3.1.7. Signalisation). Ces équipements
• Mesures de suivi/accompagnement : peuvent être à l’origine de nuisances lumineuses induites par le clignotement des feux de signalement des éoliennes.

Suivi : Afin de valider les résultats des études préalables et de s’assurer du bon respect des seuils réglementaires, Il convient toutefois de préciser que l’effet des signaux lumineux émis par ces instruments peut être atténué par les différents
l’exploitant fera procéder à un suivi acoustique de son parc éolien suite à sa construction (Coût estimé : 10 000 €). éléments paysagers (haies, bâti, relief) pouvant jouer le rôle de masque entre les zones habitées et le parc éolien. De plus,

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 143


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

pour que ces signaux deviennent une nuisance, il faut que les habitations riveraines disposent d’ouvertures orientées vers la • Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
source de lumière, ce qui n’est pas toujours le cas.
Ces impacts seront proches de ceux listés pour la phase de travaux, à savoir réduits.

Réduction : Afin de réduire l’effet de gêne pouvant être ressenti par la succession discontinue de flashs de lumière, la • Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :
signalisation entre les éoliennes du parc projeté sera synchronisée de jour comme de nuit conformément à la
réglementation en vigueur (Arrêté du 13 novembre 2009). Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.

A noter que de manière générale, du fait des règles de sécurité aérienne actuellement en vigueur, peu de mesures IMPACT FINAL FAIBLE
supplémentaires peuvent être mises en place.

Impact
V.4. IMPACTS ET MESURES SUR LA SANTE ET LA SALUBRITE PUBLIQUE
Sensibilité résiduel
Effet Faible
Moyenne Faible à V.4.1. PROJECTIONS D’OMBRE
Modéré
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact.


• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.
En préambule, il est important de rappeler que l’article 5 de l’arrêté du 26 août 2011 ne demande que soit réalisé ce type
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : d’étude que lorsqu’il y a présence d’un bâtiment à usage de bureau à moins de 250 mètres des aérogénérateurs. Bien que
cela ne se vérifie pas pour ce projet, l’exploitant a toutefois désiré étudier l’impact des ombres projetées sur les habitations
Comme indiqué auparavant, le balisage des éoliennes relève d’une obligation réglementaire ne permettant pas de mise en les plus proches. Les seuils fixés par l’arrêté du 26 août 2011 sont de l’ordre de 30 h/an et 30 min/jour pour un bâtiment à
œuvre de mesure spécifique. usage de bureau à moins de 250 mètres des aérogénérateurs. La méthode utilisée pour le calcul des ombres projetées est
présentée dans le chapitre VII.5. METHODOLOGIE DU CALCUL D’OMBRE.

IMPACT FINAL FAIBLE A MODERE La carte représentant l'exposition en heure par année de l'ensemble du site à l'ombre du parc éolien dans le cas réel est
présentée ci-après. Cette simulation montre qu’en réalité une douzaine d’habitations est exposée aux ombres projetées moins
de 10 heures par an et une seule entre 10 à 25 heures.
Emissions de poussières
Tableau 63 : Nombre d’habitations concernées par l’exposition de l’ombre en heure/an dans le cas réel
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
Durée d’exposition aux
Lors du chantier, on notera un potentiel impact lié à l’émission de poussières dans l’air, notamment du fait du décapage des Nombre d’habitations concernées
ombres projetées (h/année)
aires dédiées aux grues et aux pistes, ainsi qu’au trafic des différents engins de chantier. Celle-ci pourra en effet occasionner
une gêne. L’envol de particules lors des déplacements de terre sera limité du fait des quantités de terre manipulée 0 6
relativement limitées (pas de grands travaux de terrassement, tranchées et puits de fondation localisés) ainsi que
<10 12
l’éloignement aux habitations.
10<T<25 1
25<T<50 0
Réduction : La mise en suspension des poussières du sol du site, par le passage des engins sera réduite par l’utilisation
préférentielle des pistes portantes en gravier compacté et un éventuel arrosage des pistes. 50<T<100 0
100<T<200 0

Les tableaux suivants reprennent les valeurs numériques des résultats de la simulation réalisée par capteur :
Impact
Sensibilité Effet Nul à Tableau 64 : Résultats des simulations de l’ombre du parc éolien
résiduel
Moyenne Faible
Faible
Nombre de jour Durée quotidienne Exposition
HABITATION d’exposition maximale d’exposition annuelle cumulée
[jours/an] [h : min] [h : min]
• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
L'Etardière 0 00:00 00:00
La phase d’exploitation n’est pas sujette à ce type d’impact. La Muse 1 30 00:13 00:37

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


144
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Nombre de jour Durée quotidienne Exposition


HABITATION d’exposition maximale d’exposition annuelle cumulée
[jours/an] [h : min] [h : min]
La Muse 2 40 00:21 01:21
La Vielle Haie 0 00:00 00:00
L'Augivière 0 00:00 00:00
Le Cormier 50 00:16 01:39
Beaulieu 142 00:30 10:19
La Douvière 29 00:12 00:50
Bonne Marie 39 00:13 01:08
La Tuilerie 81 00:18 02:36
Le Gracelier 98 00:23 05:25
La Poterie 1 0 00:00 00:00
La Poterie 2 0 00:00 00:00
La Poterie 3 0 00:00 00:00
La Grande Touche 98 00:27 07:52
Le Boulay 61 00:25 04:51
Le Petit Quarteron 88 00:17 04:40
La Petite Touche 66 00:20 03:44
L'Orvoire 16 00:12 00:30

Le point de contrôle qui a la plus longue durée d'exposition annuelle est situé au hameau «Beaulieu » au Nord-Est du site.
Dans cette configuration, son temps d’exposition annuel dépasse les 10 heures. Cette durée reste largement inférieure au
seuil fixé par l’arrêté du 26 août 2011 qui est de 30h/an. A noter qu’aucune habitation n’est soumise à une durée quotidienne
maximale d’exposition supérieure au seuil de 30min/jour. Ces habitations se trouvant à plus de 500m de la première éolienne,
le phénomène d’ombres stroboscopiques perd alors une grande partie de son intensité. De plus, il est important de noter que
la végétation, non prise en compte dans les calculs, pourra aussi réduire l’impact calculé.

Pour conclure, il est possible de dire qu’aucun bâtiment à usage de bureau ne se trouve à moins de 250 mètres des
aérogénérateurs et que les résultats de la simulation nous assurent une exposition faible et acceptable des habitations
riveraines les plus exposées aux ombres des éoliennes. Le projet de la Ferme Eolienne Tillières respecte l’article 5 de l’arrêté
du 26 août 2011.

Impact
Sensibilité Effet Nul à
résiduel
Moyenne Faible
Faible

• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

Aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.


Figure 139 : Carte d'exposition aux ombres projetées

IMPACT FINAL FAIBLE

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 145


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

V.4.2. EMISSIONS D’INFRASONS ET DE BASSES FREQUENCES mêmes fréquences et à 10 dB au-dessous du seuil d'audition, ces effets ne sont pas perçus. Pour ce qui des conséquences des
infrasons, qui sont une catégorie de basses fréquences, le «Guide de l’étude d’impact de l’environnement des parcs éoliens»
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier : mis à jour en 2010 par l’ADEME donne une analyse de l’impact des ondes infrasonores sur l’être humain au travers des études
effectuées sur le sujet dans le monde entier. Les infrasons étant perçus par l’ensemble du corps et non par les seules oreilles,
La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact. les récepteurs étant multiples, leurs effets sont plus difficiles à analyser. La perception de ceux-ci ne peut être décrite de
manière simple et repose plutôt sur des sensations qui peuvent être stables ou bien augmenter sur le long terme. A fort niveau
• Impacts lors de la phase d’exploitation : ceux-ci peuvent engendrer des manifestations diverses comme nausées, angoisses, stress…La quantification de la gêne
provoquée par les infrasons est également difficile en raison de la multiplicité des symptômes.
En premier lieu, il convient de définir les éléments dont il est question dans ce chapitre18. Les ondes sonores sont des variations
périodiques de la pression atmosphérique et se propagent dans l’air sous forme de vibrations. Le fait qu’un son soit plutôt
Au niveau des éoliennes, chaque mouvement du rotor engendre des turbulences de l’air, donc des bruits dans tous les
grave ou aigu dépend de sa fréquence, exprimée en Hertz (Hz) : un Hertz correspond à une oscillation par seconde. Les sons
domaines de fréquences. Par ailleurs, les vibrations des pales et du mât d’une éolienne génèrent des bruits basses fréquences.
graves ont une valeur de fréquence faible et les sons aigus ont une fréquence élevée. Or, l’oreille humaine est plus sensible
Il convient toutefois de rappeler que, comme les pales des éoliennes sont très grandes et tournent lentement, elles sont à
aux moyennes fréquences qu’aux basses et hautes fréquences. Les infrasons, comme les ultrasons, qui se situent aux
l’origine de nuisances sonores bien moins importantes que celles produites par la rotation rapide des hélices. Par ailleurs, les
frontières du domaine audible ne sont donc pas perceptibles par l’ouïe de l’homme :
éoliennes actuelles, dont les pales orientées face au vent se situent devant le mât, produisent moins d’infrasons que les
- Les infrasons sont définis comme les sons ayant une fréquence inférieure à 20 Hertz. Dans ce domaine de basses
anciennes installations, qui possédaient des pales situées derrière le mât.
fréquences, l’homme ne peut plus percevoir la hauteur du son. Les éléphants et les baleines bleues en revanche
communiquent entre eux et à grande distance par infrasons.
De nombreuses études scientifiques se sont penchées sur l’évaluation des émissions des infrasons par les parcs éoliens. Ainsi,
- Les ondes sonores ayant des fréquences supérieures à celles du domaine audible de l’Homme sont dé signées comme
l’Office bavarois de protection de l’environnement a mené en 2000 une étude de longue durée sur la quantité de bruit émis
ultrasons. Les chauves-souris, par exemple, s’orientent en émettant des ultrasons afin de créer une image acoustique
par une éolienne de 1 mégawatt (de type Nordex N54), à Wiggensbach près de Kempten. L’étude est parvenue à la conclusion
de leur environnement. En médecine, ils sont utilisés pour créer une image du corps humain pendant une grossesse
« qu’en matière d’infrasons, l’émission sonore due aux éoliennes est nettement inférieure à la limite de perception auditive de
ou après un accident par exemple.
l’Homme et ne provoque donc aucune nuisance ». On a par ailleurs constaté que les infrasons produits par le vent étaient
nettement plus forts que ceux engendrés uniquement par l’éolienne. Une étude danoise réalisée la même année sur les
données de divers parcs éoliens (48 grandes et petites installations de puissance comprise entre 80 kW et 3,6 MW) aboutit
quant à elle à la conclusion suivante : « Certes les éoliennes émettent des infrasons, mais leur niveau sonore est faible si l’on
considère la sensibilité de l’Homme à de telles fréquences. Même proche de l’installation, le niveau de pression acoustique créé
par les éoliennes reste bien inférieur au seuil auditif normal. Nous ne pouvons donc pas considérer les infrasons produits par
les installations éoliennes de même type et de même taille que celles étudiées comme un problème.» En France, le rapport de
l’AFSSET19 qui précise que « A l’heure actuelle, il n’a été montré aucun impact sanitaire des infrasons sur l’homme, même à
des niveaux d'exposition élevés. Les critères de nuisance vis-à-vis des basses fréquences sont de façon usuelle tirés de courbes
d'audibilité. Les niveaux acceptables (dans l'habitat) sont approximativement les limites d'audition. ». Celui-ci conclu que : « Il
apparaît que les émissions sonores des éoliennes ne génèrent pas de conséquences sanitaires directes, tant au niveau de
l’appareil auditif que des effets liés à l’exposition aux basses fréquences et aux infrasons. ».
Figure 140 : Perception de la valeur limite par l’oreille humaine (Source : ADEME)

Les bruits de basses fréquences (BBF) désignés comme tels dans la littérature scientifique sont compris entre 10 Hz et 200 Hz,
parfois de 10 Hz à 30 Hz. Ils sont spécifiquement identifiés et différents des modulations lentes des bruits. La gamme inférieure
de ce domaine concerne les infrasons dont la fréquence se situe de 1 Hz à 20 Hz, parfois jusqu’à 30 Hz. Impact
Sensibilité
Effet Nul résiduel
Moyenne
Nul
Parmi les sources qui émettent des infrasons, on compte par exemple les évènements et phénomènes suivants :

Source naturelles : Sources artificielles :

1. les éruptions volcaniques et les tremblements de 6. les grandes turbines à gaz, les stations de
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
terre compression, le poinçonnage, les vibrateurs, les
2. les déferlements marins et les houles importantes compresseurs, les pompes La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.
3. les avalanches de neige et les éboulis 7. les moyens de transport (poids-lourds, bateaux,
4. les fortes rafales de vent, les orages et les tempêtes avions, engins à moteur à réaction, hélicoptères)
5. le tonnerre par temps orageux 8. le dynamitage et les explosions • Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :
9. le bruit supersonique des avions
10. les puissants haut-parleurs dans les pièces fermées Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.

Les bruits de basses fréquences (BBF) perturbent le sommeil et provoquent son interruption, par périodes brèves. Les
IMPACT FINAL NUL
difficultés d'endormissement sont présentes entre 6 Hz et 16 Hz à partir de 10 dB au-dessus du seuil d'audition, alors qu'aux

18Éoliennes : les infrasons portent-ils atteinte à notre santé ?. Traduction de l’allemand : Windenergieanlagen – beeinträchtigt Infraschall 19 AFSSET, 2008. Impacts sanitaires du bruit généré par les éoliennes. État des lieux de la filière éolienne. Propositions pour la mise en œuvre
die Gesundheit ? Office de l’Environnement de Bavière, Novembre 2014. de la procédure d’implantation.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


146
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

V.4.3. CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES

• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :

La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :

En préambule il convient de rappeler quelques définitions 20 :


- Le champ électrique caractérise l’influence qu’une charge électrique peut exercer sur une autre charge. Plus la charge
électrique est importante, plus le champ est fort et plus on s’en éloigne, plus l’influence – et donc le champ également
- est faible. La tension électrique (unité : le volt – symbole : V) traduit l’accumulation de charges électriques. Le champ
électrique est donc lié à la tension et traduit son influence à distance de la source, d’où son unité de mesure : le volt
par mètre (symbole : V/m).
- Le champ magnétique caractérise l’influence d’une charge électrique en mouvement, et réciproquement exerce son
action également sur les charges en mouvement. Une charge électrique en mouvement est un courant électrique
dont l’unité est l’ampère (symbole : A). Le champ magnétique est donc lié au courant et traduit son influence à
distance de la source, d’où son unité de mesure : l’ampère par mètre (symbole : A/m).
Cependant dans l’usage courant, on utilise l’unité de mesure du flux d’induction magnétique, à savoir le tesla
(symbole : T), et surtout sa sous-unité, le microtesla (symbole : µT), qui vaut un millionième de tesla. Dans la plupart
des milieux, notamment dans l’air, on aura l’équivalence : 1 A/m = 1,25 µT.
- L’électromagnétisme : Le champ électrique et le champ magnétique étant tous deux liés à la charge électrique, ils
interagissent entre eux. Ainsi des charges électriques créent un champ électrique qui exerce une force sur d’autres
charges électriques présentes dans l’environnement. Celles-ci se mettent en mouvement, constituant ainsi un
courant qui crée un champ magnétique susceptible à son tour d’agir sur d’autres courants, etc. Cet enchevêtrement Tableau 65 : Exemple de champs magnétiques et électrique (Source : RTE France)
d’actions et de réactions, de charges et de courants, de champs électriques et magnétiques constitue l’essence de
l’électromagnétisme. Cet ensemble, apparemment complexe, est néanmoins parfaitement connu depuis près de 150 Les valeurs limites d’exposition du public sont définies en Europe par la recommandation européenne du 12 juillet 1999 et en
ans. France par le décret N° 2002-775 du 3 mai 2002. A la fréquence de l'électricité domestique, 50 Hz, les valeurs limites sont de
100 microteslas (µT) pour le champ magnétique et de 5 kV/m pour le champ électrique.
L’interaction entre champ électrique et champ magnétique est d’autant plus forte que leur fréquence est élevée.
Concrètement, on parlera donc de champ électromagnétique pour les fréquences élevées, telles que celles utilisées dans les Les valeurs limites d’exposition professionnelles sont définies en Europe par la Directive 2013-35 du 26 juin 2013. La
télécommunications. Réciproquement dans le domaine des basses fréquences et tout particulièrement celui des extrêmement transposition en droit national dans les pays membres doit être effectuée au plus tard le 30 juin 2016.
basses fréquences (de 0 à 300 Hz) l’interaction entre les deux champs est très faible et les champs électriques et magnétiques
sont donc indépendants.

Ainsi, par exemple, dès qu’une lampe de bureau est branchée à la prise 220 V, elle est sous tension et elle crée donc un champ
électrique autour d’elle. Dès qu’on l’allume, un courant la traverse et elle émet alors également un champ magnétique. Ces
champs électriques et magnétiques sont de même fréquence que la tension et le courant qui les créent, à savoir le 50 Hz (ou
60 Hz en Amérique du Nord).

Les champs électriques et magnétiques décroissent rapidement quand on s’éloigne de la source de champ. Dans le domaine
des extrêmement basses fréquences, le champ électrique est facilement arrêté par la plupart des matériaux, même faiblement
conducteurs, mais à l’inverse, la plupart des matériaux sont transparents vis à vis du champ magnétique.

L’être humain est continuellement exposé à des champs électromagnétiques de toutes sortes, qu’ils soient d’origine naturelle
(champ magnétique terrestre, lumière du soleil…) ou créés par l’homme pour satisfaire ses besoins en termes de
communication, de transport, de confort, etc. (téléphones portables, téléviseurs, ordinateurs,…). La figure présentée ci-après
propose quelques exemples de sources domestiques de champs électriques et magnétiques.

La téléphonie mobile est notamment à l’origine de l’émission de champ électrique dans l’environnement via les antennes
relais avec des seuils réglementaires variant de 41 à 61 V/m selon le type d’antenne utilisé. Les téléphones portables sont eux
aussi à l’origine de champs mais dont l’exposition ne concerne qu’une partie du corps. Le paramètre de mesure est la puissance
absorbée par unité de masse du tissu du corps, qui s’exprime en Watts par kilogramme (W/kg). On l’appelle plus
communément DAS (Débit d’Absorption Spécifique). La valeur limite réglementaire à ne pas dépasser pour un portable est 2 Tableau 66 : Valeurs d’exposition humaine aux champs électriques (E) et magnétiques (B) (50 Hz)
W/kg.

20 Disponible sur le site de Réseau de Transport d’Electricité (RTE) : http://www.clefdeschamps.info/

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 147


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

L’arrêté du 26 août 2011 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une
installation soumise à autorisation précise la règle suivante au sein de son article 6 : « L’installation est implantée de telle sorte
que les habitations ne sont pas exposées à un champ magnétique émanant des aérogénérateurs supérieur à 100 microteslas
à 50-60 Hz. » Impact
Sensibilité
Effet Nul résiduel
Moyenne
Nul
Dans le cadre de l’énergie éolienne, le montage et le fonctionnement de l’éolienne jouent un rôle important pour garantir la
compatibilité électromagnétique (CEM). La compatibilité électromagnétique signifie la caractéristique d’une installation
électrique à fonctionner selon certaines spécifications, dans un environnement spécifique ou défini sans pour autant causer
d’interférence inacceptable dans cet environnement. Il fait référence à deux types d’émissions :
• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
1°/ Emission d’impulsion par conduction
Pour le constructeur ENERCON, un institut de mesure indépendant a mesuré le papillonnement ainsi que l'oscillation La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.
harmonique. Les mesures ont été faites selon les normes ou les directives de mesures suivantes :
- Norme IEC/EN 61400-21 Edition 2.0 (Measurement and assessment of power quality characteristics of grid
connected wind turbines) • Mesures de compensation/suivi mises en œuvre et impact final :
- Directive de mesure FGW TR. 3 Rev. 21
Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.
- MEASNET Version 4 Oct. 2009 (Power Quality Measurement Procedure)

2°/ Emission d’impulsion par rayonnement IMPACT FINAL NUL


Au nom de tous les types d’éoliennes ENERCON, l'émission du rayonnement parasite a été mesurée sur une E-53 et une E-82
E2 dans la plage de fréquence comprise entre 30 MHz et 1GHz. Le laboratoire CEM de l’organisme de certification TÜV NORD
CERT GmbH, département des services CEM de Hambourg, a affirmé la conformité des éoliennes en vue des valeurs limites
de l’émission d’impulsion par rayonnement selon la norme DIN EN55011. Les champs électromagnétiques émis sont V.4.4. DECHETS
principalement générés par des opérations de couplage dans les modules d’électroniques de puissance de l'éolienne. Ces
opérations de couplage impliquant des sources de puissance élevées, se basent sur la même technologie pour toutes les • Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
éoliennes ENERCON. Ainsi les mesures pour la E-53 et la E-82 E2 sont caractéristiques des autres éoliennes ENERCON.
En phase de chantier, le principal effet négatif potentiel repose sur l’accumulation de déchets de chantier : déblais, déchets
verts, ordures ménagères…Ces derniers peuvent alors être à l’origine de nombreuses nuisances (odeurs, pollution,
En outre, afin de protéger les personnes contre l’exposition à des champs magnétiques non conformes en dehors des
poussières…).
éoliennes ENERCON, les valeurs limites des normes et spécifications suivantes sont respectées :
- Recommandations CE 1999/519/EG
- 26. BImSchV/1996 Réduction : La politique de gestion des déchets sur le site du projet a déjà été détaillée au point IV.4.1. Construction. Au
- BGV B11 (VBG 25)/2001 vu des éléments exposés, il apparaît clairement que de nombreuses mesures seront prises afin de réduire voire
- E DIN VDE 0848-3-1/2002 supprimer les éventuelles nuisances liées aux déchets produits et que l’impact résiduel sera donc nul.

En complément, en août 2010, le bureau d'étude Axcem spécialisé dans l'analyse des champs électromagnétiques a réalisé
pour le compte de la société Maia Eolis une étude sur les champs électromagnétiques que les éoliennes peuvent génerer 21.
Ce travail s’est attaché à mesurer les champs dans une gamme de fréquence allant de 1 Hz à 3 GHz. Le site choisi pour cette Impact
étude a été celui des « Prés Hauts », sur la commune de Remily-Wirquin (62). Le parc comporte 6 éoliennes de type REPOWER Sensibilité
Effet Nul résiduel
MM82 d'une puissance nominale de 2 MW, et est situé à 500 m de toute habitation. Le transformateur élévateur 690 V/20 Moyenne
Nul
kV de chaque machine est situé au pied et celles-ci sont directement interconnectées au réseau public HTA via un poste de
livraison. Le câblage inter-éolienne est enterré (entre 50 et 80 cm par rapport au sol) de même que la liaison entre le poste
de livraison et le poste source EDF (câble 20 kV). Les résultats de l'étude ont montré que : « II n y a pas de champs électrique
significatif émis par les éoliennes même au plus près de celles-ci. La valeur maximale possible sur la base des mesures est de • Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :
1,2 V/m soit 1,43 V/m en tenant compte de l'incertitude (+19,31%) […] Pour le champ magnétique, la valeur maximale possible
sur base des mesures est de 4 µT soit 4,8 µT en tenant compte de l'incertitude (+19,31%). » Les conclusions de l'étude sont les En phase d’exploitation, le principal effet négatif potentiel repose sur l’accumulation des déchets de maintenance : huiles,
suivantes « Compte tenu de la distance minimale réglementaire de 500 mètres des éoliennes et maisons d'habitation, le champ liquides divers, emballages…
magnétique généré par les éoliennes n'est absolument pas perceptible au niveau des habitations. [...] Pour les opérateurs et
les visiteurs, même au plus près du local transformateur, le niveau de champ magnétique est partout inférieur à 5 µT. » Réduction : La politique de gestion des déchets sur le site du projet en phase exploitation a déjà été détaillée au point
IV.4.2. Exploitation. Au vu des éléments exposés, il apparaît clairement que de nombreuses mesures seront prises afin
Ainsi, pour les parcs éoliens, dans la très grande majorité des cas le risque sanitaire est minime pour les raisons suivantes : de réduire voire supprimer les éventuelles nuisances liées aux déchets produits et que l’impact résiduel sera donc nul.
- les raccordements électriques évitent les zones d'habitat,
- les tensions maximales qui seront générées seront de 20 000 Volts,
- les raccordements en souterrain limitent fortement le champ magnétique et rend inexistant le champ électrique.

21Source : arrêté préfectoral n°2462 en date du 05 août 2010 portant ouverture d’une enquête publique relative au projet de construction
de 9 éoliennes et d’un poste de livraison sur le territoire de la commune de Chazenais avec ces annexes. Préfecture de l’Allier.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


148
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

La partie II.3.4. Servitudes d’utilité publique de l’état initial du présent rapport a permis de mettre en évidence le fait que le
Impact projet était situé en dehors de toute zone de protection ou d’éloignement des radars.
Sensibilité
Effet Nul résiduel
Moyenne
Nul
En outre, les perturbations générées par l’installation ne gêneront pas de manière significative le fonctionnement des
équipements militaires. Les réponses de différents organismes concernés, à savoir la Direction Générale de l’Aviation Civile et
l’Armée sont disponibles en pièce jointe du présent rapport (Cf. Pièce n°8).

• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement : Le projet de la Ferme Eolienne Tillières sera donc conforme à l’article 4 de l’arrêté du 26 août 2011.

En cas de cessation d’activité, le principal effet négatif potentiel repose sur l’accumulation de déchets de démolition : pales
en fibre composite des éoliennes, tronçons d’acier du mât, composants électriques et électroniques…
Impact
Sensibilité
Effet Nul résiduel
Nulle
Réduction : La politique de gestion des déchets sur le site du projet a déjà été détaillée au point IV.4.3. Démantèlement Nul
et remise en état. Au vu des éléments exposés, il apparaît clairement que de nombreuses mesures seront prises afin de
réduire voire supprimer les éventuelles nuisances liées aux déchets produits et que l’impact résiduel sera donc nul.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final : • Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre. La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :


IMPACT FINAL NUL
Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.

V.4.5. PERIMETRE DE PROTECTION DE CAPTAGE AEP IMPACT FINAL NUL

L’impact potentiel étudié ici repose sur le risque de pollution des eaux destinées à l’alimentation en eau potable.
V.4.7. RISQUES TECHNOLOGIQUES ET SOLS POLLUES
La partie II.1.4. Hydrologie de l’état initial du présent rapport a permis de mettre en évidence l’absence de périmètre de
protection de captage AEP au sein de l’aire d’étude rapprochée du projet. Le parc éolien ne pourra donc avoir d’impact direct
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
sur la qualité des eaux potables captées.
La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact.
A noter toutefois que, si les études géotechniques démontrent la présence d’une nappe affleurante, des mesures pourront
être prises afin de réduire le risque de pollution de cette dernière (Cf. V.1.3. Le milieu hydrique) • Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation :

Les risques technologiques et sols pollués sont absents sur le site du projet. Son implantation dans un contexte très agricole
IMPACT FINAL NUL réduit les potentialités d’accident.

V.4.6. PROTECTION DES RADARS Impact


Sensibilité
Effet Nul résiduel
Nulle
• Impacts lors de la phase de chantier :
Nul

La phase de travaux n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Impacts lors de la phase d’exploitation :


• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :
Les éoliennes peuvent générer un impact potentiel lié à la perturbation des radars utilisés pour la navigation aérienne, la
La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.
défense ou les prévisions météorologiques.
• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :
Selon l’article 4 de l’arrêté du 26 août 2011, les éoliennes doivent être implantées de façon à ne pas perturber de manière
significative le fonctionnement des radars et des aides à la navigation utilisés dans le cadre des missions de sécurité de la Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.
navigation aérienne et de sécurité météorologique des personnes et des biens.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 149


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

IMPACT FINAL NUL

V.4.8. SECURITE PUBLIQUE (AU 6.13) ET INCIDENCES ENVIRONNEMENTALES EN CAS D’ACCIDENT OU DE CATASTROPHE MAJEURE
Les données relatives à la sécurité publique de l’installation éolienne, notamment en ce qui concerne les risques de
chute/projection de glace, effondrement, projection de pale ou de morceau de pale, chute d’éléments, sont traitées dans
l’étude spécifique annexée à la Demande d’Autorisation Unique : l’Etude de dangers.

De manière synthétique, il est possible de rappeler que l’exploitant veillera à mettre en œuvre une série de mesure permettant
de sécuriser le parc éolien, notamment :
 Fonction de sécurité n°1 : Prévenir la mise en mouvement de l’éolienne lors de la formation de glace
 Fonction de sécurité n°2 : Prévenir l’atteinte des personnes par la chute de glace
 Fonction de sécurité n°3 : Prévenir l’échauffement significatif des pièces mécaniques
 Fonction de sécurité n°4 : Prévenir la survitesse
 Fonction de sécurité n°5 : Prévenir les courts-circuits
 Fonction de sécurité n°6 : Prévenir les effets de la foudre
 Fonction de sécurité n°7 : Protection et intervention incendie
 Fonction de sécurité n°8 : Prévention et rétention des fuites
 Fonction de sécurité n°9 : Prévenir les défauts de stabilité de l’éolienne et les défauts d’assemblage (construction –
exploitation)
 Fonction de sécurité n°10 : Prévenir les erreurs de maintenance
 Fonction de sécurité n°11 : Prévenir les risques de dégradation de l’éolienne en cas de vent fort

Certaines de ces mesures permettent donc de réduire les éventuelles incidences environnementales pouvant résulter d’un
accident ou d’une catastrophe majeure sur le site, en particulier :
- sur le risque de pollution de l’eau ou des sols : la mise à disposition de kit-antipollution permet de réduire ce risque
en cas de fuite. De plus, le système de détection des niveaux des liquides et les bacs collecteurs présents dans les
éoliennes doivent permettre d’éviter un écoulement de matières polluantes en dehors de l’aérogénrateur.
- sur le risque d’incendie : des détecteurs d’incendie sont installés dans les éoliennes permettant une alerte rapide des
moyens de secours. De plus, des extincteurs sont disposés à l’intérieur des machines.

Les tableaux situés sur les pages qui suivent présentent la synthèse des impacts sur le milieu humain ainsi que le détail des
mesures mises en œuvre. En termes de coût, hormis le coût du suivi acoustique (10 000 €) l’estimation réalisée ne fait pas
apparaître de coût supplémentaire pour ces mesures liées au milieu humain. Il convient de préciser que certaines mesures
restent difficilement chiffrables actuellement en l’absence d’éléments techniques précis (Cf. mesures de rétablissement de la
réception télévisuelle ou perte de productible).

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


150
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Tableau 67 : Synthèse des impacts sur le milieu humain


MILIEU HUMAIN
Effets
Sensibilité Phases du Mesures
Thématiques Impact potentiel identifié Mesures Evitement/Réduction Caractéristiques Impact Résiduel Mesures Compensation Impact Final
globale projet Description de l'effet Niveau d'effet Accompagnement/Suivi
Type Probabilité Durabilité Réversibilité Ampleur
Perturbation des actvités
Chantier / / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Faible Faible / Faible /
économiques locales
Ralentissement du trafic par les
Chantier / / Négatif Probable Temporaire (MT) Réversible Faible Faible Faible / Faible /
convois et engins de chantier
Recours aux entreprises locales pour
Chantier / / Positif Certain Temporaire (MT) Irréversible Faible Positif Positif / Positif /
Activités locales Faible certains travaux
Retombées fiscales pour les Estimation annuelle 116 k€, soit
Exploitation / Positif Certain Permanent Irréversible Modérée Positif Positif / Positif /
collectivités plus de 2,3 millions en 20 ans
Réflexion en amont avec l'exploitant pour Environ 0,9 ha concerné par le
Perte de surface agricole et de revenu
Exploitation définition des tracés et optimisation des projet, soit 0,05% de la SAU de Négatif Certain Permanent Réversible Très faible Faible Faible / Nul /
pour les exploitants
surfaces à aménager TILLIERES
Perturbation de la réception Définition d'une
Réception
Moyenne Exploitation télévisiuelle après construction des / / Négatif Peu probable Permanent Réversible Faible Faible Faible à modéré procédure adaptée et Faible /
télévisuelle
éoliennes correction de la gêne
Eloignement de la route départementale
Contraintes et
Perturbations des infrastructures RD223
servitudes Moyenne Exploitation / Négatif Improbable Nul Nul / Nul
proches Décaissement sur le site d'implantation de
techniques
E4
Utilisation de véhicules conformes à la
Nuisances sonores en phase chantier réglementation en vigueur
Chantier / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
: bruit des engins… Durée et horaires de chantier encadrés et
limités
Bruit Moyenne
Suivi acoustique après
Emergences sonores du parc éolien
Choix d'implantation mise en place du parc et
Exploitation engendrant des nuisances pour le / Négatif Peu probable Permanent Réversible Faible Nul à faible Faible / Faible
Plan de fonctionnement optimisé adaptation du bridage si
voisinage
nécessaire
Vibrations du sol dues aux engins de
Vibrations Moyenne Chantier / / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
chantier
Nuisances lumineuses induites par
Nuisances Synchronisation des éoliennes du parc
Moyenne Exploitation le clignotement des feux de / Négatif Peu probable Permanent Réversible Faible Faible Faible à modéré / Faible à modéré /
lumineuses entre elles
signalement des éoliennes
Emissions de poussières par le
Balisage des zones de chantier et accès
Poussières Moyenne Chantier passage des engins et travaux de / Négatif Peu probable Temporaire (MT) Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
Arrosage des pistes si besoin
construction

Projections Ombres projetées entrainant une


Moyenne Exploitation / / Négatif Peu probable Permanent Réversible Très faible Nul à faible Faible / Faible /
d'ombres gêne pour les riverains

Emissions d'infrasons et/ou de


Infrasons/Basses
Moyenne Exploitation basses fréquences impactant pour / / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
fréquences
les riverains
Emissions de champs
Champs électro-
Moyenne Exploitation électromagnétiques impactant pour / / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
magnétiques
les riverains
Accumulation de déchets de chantier
Moyenne Chantier : déblais, déchets verts, ordures Gestion adaptée des déchets de chantier / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
ménagères…
Accumulation de déchets de chantier
Déchets Moyenne Exploitation : déblais, déchets verts, ordures Gestion adaptée des déchets de chantier / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
ménagères…
Accumulation de déchets de
Moyenne Démantèlement démolition : pales, composants Gestion adaptée des déchets de démolition / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
électroniques...
Risques Accident suite à l'incompatibilité du
technologiques/ Nulle Exploitation parc avec un risque technologique / / Négatif Improbable Nul Nul / Nul /
sols pollués identifié

Type : défini la nature de l’effet (Positif ou Négatif) Durabilité : défini la durée de l’effet Réversibilité :
Probabilité : défini la probabilité d’occurrence de l’effet - Temporaire Court terme CT : effet qui quelques heures à un jour - Réversible : effet dont les conséquences peuvent être supprimées par
- Temporaire Moyen terme MT : effet qui dure quelques jours à quelques semaines la mise en œuvre de mesures spécifiques
- Temporaire Long terme LT : effet qui dure plusieurs mois à un an - Irréversible : effet dont les conséquences sont définitives
- Permanent : effet qui perdure plusieurs années
Ampleur : défini l’importance de l’effet
Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 151
ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Tableau 68 : Synthèse des mesures sur le milieu humain

MILIEU HUMAIN
Intitulé de la mesure* Phase de mise
Thématique Impact concerné Type de mesure Objectif(s) Description Coût Responsable/Suivi
(* mesure réglementaire) en œuvre

Réflexion en amont avec l'exploitant


Perte de surface agricole et de revenu Limiter la perte de surface En amont du
Activités locales pour définition des tracés et Réduction / / Equipe développement projet
pour les exploitants cultivable projet
optimisation des surfaces à aménager

La procédure suivante sera mise en place :


Perturbation de la réception Corriger les éventuelles
Réception - la mise à disposition à la mairie de fiche de réclamation, Non Durant
télévisiuelle après construction des Définition d'une procédure adaptée* Compensation perturbations télévisuelles Exploitant
télévisuelle ‐ la sélection de 2 à 3 antennistes locaux assurant un court délai d’intervention. chiffrable l'exploitation
éoliennes induites par le parc

Respecter l'article 15 du Une distance d'éloignement à la route RD233 supérieure à la hauteur bout de pale des
Eloignement de la route En amont du
Evitement règlement départemental des machines (119.33m) a été respectée pour les quatre éoliennes lors de la définition du / Equipe développement projet
Contraintes et départementale RD223 projet
Perturbations des infrastructures voiries projet.
servitudes
proches Respecter le plafond Un décaissement du terrain sur une trentaine de centimètres sera réalisé en amont
techniques Décaissement sur le site En amont du
Evitement altimétrique de l'Armée (212m des travaux d'implantation de l'éolienne E4. Ces travaux permettront de ne pas / Equipe développement projet
d'implantation de E4 projet
NGF) dépasser une hauteur bout de pale de 212m NGF.
Utilisation de véhicules conformes à
Nuisances sonores en phase chantier : la réglementation en vigueur Limiter le dérangement lors de Durant le
Réduction / / Maître d'œuvre du chantier
bruit des engins… Durée et horaires de chantier la phase de chantier chantier
encadrés et limités*

Limiter les émissions sonores Le choix d'une implantation à quatre éoliennes a permis de limiter les émissions En amont du
Choix d'implantation Réduction / Equipe développement projet
du parc éolien sonores du parc éolien. projet

Bruit
Emergences sonores du parc éolien
Respecter les émergences La mise en place d'un plan de fonctionnement optimisé durant la période nocturne Perte de Durant
engendrant des nuisances pour le Plan de fonctionnement optimisé Réduction Exploitant
sonores réglementaires permet de respecter les émergences sonores productible l'exploitation
voisinage

Valider les résultats des


études préalables et de Durant Exploitant (missione un expert
Suivi acoustique du parc Suivi / 10 000 €
s’assurer du bon respect des l'exploitation acoustique)
seuils réglementaires
Nuisances lumineuses induites par le
Nuisances Synchronisation des éoliennes du Réduire les nuisances Durant de
clignotement des feux de signalement Réduction / / Exploitant
lumineuses parc entre elles* lumineuses l'exploitation
des éoliennes
Emissions de poussières par le Balisage des zones de chantier et
Réduire les émissions de Durant le
Poussières passage des engins et travaux de accès Réduction / / Maître d'œuvre du chantier
poussière chantier
construction Arrosage des pistes si besoin
Accumulation de déchets de chantier :
Gestion adaptée des déchets de Limiter tout risque de Durant le
déblais, déchets verts, ordures Réduction / / Maître d'œuvre du chantier
chantier pollution par les déchets chantier
ménagères…
Accumulation de déchets de
Gestion adaptée des déchets Limiter tout risque de Durant de
Déchets maintenance : huiles et liquides divers, Réduction / / Exploitant
d'exploitation pollution par les déchets l'exploitation
emballages...
Accumulation de déchets de
Gestion adaptée des déchets de Limiter tout risque de Lors du
démolition : pales, composants Réduction / / Exploitant
démolition pollution par les déchets démantèlement
électroniques...

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


152
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

V.5. IMPACTS ET MESURES SUR LE PATRIMOINE ET LE PAYSAGE Les photomontages intègrent les parcs éoliens existants et ceux soumis à l’instruction ayant fait l’objet d’un avis de l’Autorité
Environnementale, situés sur le territoire d’étude. Ils sont marqués sur les photomontages à l’aide de flèches lorsqu’au moins
une partie d’une éolienne du parc est visible, mais ne sont pas figurés lorsqu’aucune éolienne n’est visible. Le parc de Tillières,
V.5.1. SUR LE PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE objet de la présente étude, est quant à lui systématiquement fléché sur le panorama, même lorsqu'aucune éolienne ou pale
n'est visible sur la photographie.
• Impacts résiduels lors de la phase de chantier :
La méthodologie de réalisation de ces photomontages ainsi que le choix de la localisation de ces derniers est présentée au
Concernant les sites archéologiques, les travaux peuvent engendrer une destruction des vestiges.
sein de l’étude paysagère jointe au présent dossier d’Autorisation Unique (Cf. Pièce n°4.5) ainsi que dans la partie VII.3.
METHODOLOGIE DE L’ETUDE PAYSAGERE. Une carte récapitulative de la répartition des différents points de vue est présente
Pour le projet éolien de Tillières, aucun zonage d’archéologie n’a été recensé au sein de l’aire d’étude rapprochée. Aucun
sur la page suivante. Le tableau ci-après résume l’ensemble des points de vue réalisés par type d’élément analysé.
aménagement ne sera donc prévu sur ces zones sensibles.
Chaque planche présentant un photomontage comporte :
Réduction : En cas de découverte de vestiges, des mesures conservatrices seront immédiatement prises (balisage de la  un descriptif présentant la localisation du site de la prise de vue,
zone et arrêt du chantier sur cette dernière). La DRAC sera informée afin de définir la démarche à suivre.  les raisons qui justifient la réalisation du photomontage,
 la distance au projet de parc éolien,
 deux cartes permettant de localiser la prise de vue,
 une description sommaire du paysage observé
 un panorama montrant l’insertion du projet à l’échelle du grand paysage ; lorsque les éoliennes sont peu ou pas
Sensibilité Impact visibles, elles sont figurées sous forme d’un croquis permettant de localiser leur emprise visuelle ;
Nulle à Effet Nul résiduel  une vue « à taille réelle » (si le photomontage, imprimé sur une planche A3 sans mise à l’échelle de l’impression, est
Faible Nul regardé à une distance de 40 cm, ce qui correspond à une distance « bout de bras » environ) ; lorsque les éoliennes
ne sont pas visibles, elles sont figurées sous forme d’un croquis.

• Impacts résiduels lors de la phase d’exploitation : Dans un souci de ne pas surcharger le dossier en évitant les redondances, seul un exemple de ces planches photomontages
est présenté dans cette partie du document, l’ensemble de ces éléments étant disponible en pièce jointe (Cf. Pièce n°4.5).
La phase d’exploitation n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Impacts résiduels lors de la phase de démantèlement :

La phase de démantèlement n’est pas sujette à ce type d’impact.

• Mesures de compensation mises en œuvre et impact final :

Compte tenu du niveau d’impact résiduel estimé, aucune mesure compensatoire ne sera donc mise en œuvre.

IMPACT FINAL NUL

V.5.2. SUR LE PAYSAGE ET LE PATRIMOINE

L’approche des effets et impacts résiduels, trop rigide, est difficilement applicable à cette thématique du paysage complexe
et pleine de nuances. L’évaluation de leur importance (faible, modéré, fort…) ne fera pas l’objet d’une évaluation comme
présentée jusqu’alors. La perception du parc éolien dans le paysage est présentée tout au long de l’analyse paysagère détaillée
ci-dessous. Le processus est assez factuel afin de rester dans l’objectivité.

• Impacts lors de la phase de chantier :

L’impact paysager de la phase de chantier est limité, notamment par sa courte durée.

• Impacts lors de la phase d’exploitation :

L’analyse des impacts paysagers du projet éolien s’est basée sur une approche par photomontage. Parmi les simulations
réalisées, cinquante-quatre prises de vues ont été choisies pour réaliser l’analyse paysagère du projet par photomontages. Le
choix de localisation des photomontages s’appuie sur l’état initial paysager et l’analyse des perceptions du site. Il s’agit
d’évaluer l’impact visuel du futur parc éolien à l’échelle des différents périmètres paysagers, depuis les secteurs d’intérêt
touristique et patrimonial ainsi que depuis les principaux axes de circulation et les secteurs habités. L’objectif est de mieux
appréhender la place que prendra le projet dans le paysage et les interactions avec les éléments constitutifs du paysage.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 153


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Tableau 69 : Liste des photomontages Paysage&Patrimoine réalisés

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


154
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 141 : Localisation des photomontages au sein du périmètre éloigné

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 155


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 142 : Exemple d'une planche de photomontage de l'analyse paysagère

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


156
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Suite à cette analyse des photomontages, les impacts suivants ont pu être mis à jour : Depuis les voies qui débouchent sur le plateau d’implantation des éoliennes, les machines sont partiellement dissimulées par
les haies bocagères qui bordent les parcelles, diminuant leur prégnance dans le paysage (vues 1 à 2 et 6 à 8). Leur proximité
 Lisibilité du projet : les rend cependant visibles, elles se perçoivent comme un ensemble dont l’implantation varie selon l’angle de vue de
Le projet est constitué de quatre éoliennes disposées au sein d’un carré, implantées de manière régulière les unes par rapport l’observateur. Elles sont en intervisibilité avec des éléments structurants de Tillières, comme le moulin Guillou.
aux autres. Cette morphologie groupée permet généralement au parc éolien de jouer le rôle de ponctuation dans le paysage. Depuis le coteau Sud de la Braudière, les éoliennes sont mises en avant par le recul visuel qu’offre le dénivelé de la vallée, leur
Selon les angles de vue, le projet apparaît comme un groupe unitaire (vue 9), comme un ensemble composé de deux groupes donnant une certaine prégnance visuelle (vues 3, 5, 5bis et 5ter). Celle-ci vient généralement concurrencer la silhouette de
d’éoliennes se faisant écho l’un l’autre dans le champ visuel (vue 10, vue 27), comme un ensemble plus hétérogène composé bourg, repérable à l’aide du clocher élancé de l’église de Tillières, même si les éoliennes ne sont pas systématiquement dans
de deux éoliennes centrales et de deux éoliennes périphériques isolées (vue 21) ou comme une ligne régulière (vue 12, vue le même champ visuel (vues 3 à 5ter).
34). Si sa perception est majoritairement qualitative (implantation bien lisible et appréhensible en un coup d’œil, bonne
lecture depuis des points de vue clefs (vue 37)), quelques points de vue font l’objet d’effets de superposition qui peuvent La Regrippière est un bourg de plateau implanté en recul par rapport à la vallée de la Sanguèze, lui accordant peu de recul
nuire à sa qualité de lecture (vue 13). visuel sur le paysage. Les entrées et sorties de bourg permettent cependant quelques vues longues en direction du projet,
ouvertes par les vignes qui structurent les coteaux dans ce paysage de transition entre vignoble et bocage. L’ouverture du
Le nombre réduit d’éoliennes permet de lire la morphologie du projet et lui confère une certaine aération depuis les vues paysage permet une perception prégnante des éoliennes malgré la distance, l’observateur bénéficiant d’une prise de hauteur
étudiées, en évitant un effet massif qui aurait pu être ressenti si d’autres variantes avaient été retenues. visuelle lui conférant un effet de surplomb par rapport au site d’implantation (vues 9 et 10). Le projet se lit très bien,
s’imposant comme un groupe structuré et régulier. Il s’agit des rares points de vue permettant de voir un horizon se structurer
 Impacts sur les unités paysagères : derrière le lieu d’implantation des éoliennes.
Le plateau viticole de Sèvre et Maine présente des vues ouvertes mettant en scène les vastes ondulations topographiques
du plateau et l’imbrication du bâti et des demeures, en interface entre les parcelles de vigne et les autres cultures. Le projet Également installé sur la vallée de la Sanguèze, Gesté présente une morphologie étalée sur le coteau, lui offrant une
de Tillières n’est pas toujours perceptible, la distance et l’orientation des vues depuis les axes routiers permettant aux intervisibilité directe avec la silhouette de bourg depuis l’entrée par la RD223. De ce point de vue, les éoliennes apparaissent
éoliennes d’être occultées par les écrans végétaux et topographiques qui structurent continuellement la ligne d’horizon (vue prégnantes dans le champ visuel et viennent directement concurrencer la perception de la silhouette de bourg, signalée par
24, vue 29, vue 40). son clocher (vue 13).

Seuls les points hauts présentent des visibilités plus longues en direction du projet (vues 33 et 34), lequel apparaît de petite Le bourg en lui-même présente une configuration dense et une orientation donnant vers le Nord-Est, à l’opposé du projet.
taille sur l’horizon, souvent discret dans le lointain.
Concernant les hameaux riverains, les impacts concernent essentiellement les accès aux lieux habités. Les façades bâties ne
Depuis les vallées qui parcourent l’unité et notamment la Sèvre nantaise, le projet est peu ou pas visible (vues 34 et 35). sont pas orientées vers le projet, sauf pour les lieux-dits du Cormier et de la Petite Touche, qui s’ouvrent en direction du
En revanche, depuis les vues proches, le projet apparaît davantage prégnant dans le paysage, surplombant les petites vallées projet.
(Braudière, Sanguèze) et leur topographie. L’ouverture des vues permet cependant d’assimiler la verticalité du projet par la
création d’un volume horizontal lié à l’emprise du projet dans le champ visuel (vues 5, 5ter, 9, 10 et 32).  Impacts sur les routes et les infrastructures :
Reliant Nantes à Cholet, la RN249 est la voie majeure du territoire d’étude, elle passe à proximité de la zone d’implantation.
Les bocages vendéen et maugeois se caractérisent par des vues davantage fermées par un bocage cependant relativement Si les points de vue les plus éloignés ne permettent pas de voir le projet (vue 39 et vue 40), les secteurs les plus proches
lâche et ouvert. Les haies et les boisements qui structurent l’unité paysagère permettent de jouer le rôle d’écran, permettent de voir les éoliennes dominer le paysage (vues 3, 5bis, 31, 38, 43).
notamment depuis les secteurs les plus éloignés du projet, rendant les éoliennes peu ou pas visibles (vues 14 à 23, 36 à 41,
46 et 48), même si quelques points hauts et/ou dégagés permettent ponctuellement une perception davantage prégnante Les autres grandes infrastructures sont peu concernées par des visibilités sur le projet, les axes étant peu orientés vers la zone
(vues 21 et 37). d’implantation potentielle. Quelques points de vue ont cependant été réalisés pour jauger des impacts et ont conduit à la
quasi-absence de visibilité (vue 24, vue 36, vue 41) depuis les axes considérés. Seule la RD752 (Cholet / Saint-Florent-le-Vieil)
Depuis les secteurs proches, en revanche, la proximité permet aux éoliennes de surmonter les trames végétales de premier permet une petite perception depuis un point haut, décalée de l’axe de la voie (vue 21).
plan. Combinée à l’ouverture du parcellaire agricole, cette proximité rend le projet prégnant dans le champ visuel, jouant avec
les éléments ponctuant le paysage comme les châteaux d’eau ou encore les clochers (vues 6 à 8, 11 à 13).  Impacts sur le patrimoine :
Les simulations ont permis d’établir les relations visuelles avec les édifices et sites protégés reconnus comme « à enjeux »
Les premières marches du haut bocage vendéen ne présentent pas d’ouverture visuelle suffisamment longue, sur le territoire suivants :
d’étude, pour permettre de voir le projet de Tillières. Cette unité paysagère ne présente donc pas d’impact (vues 45 et 47).  Eglise Notre-Dame de Beaupréau (15) : covisibilité indirecte depuis des voies menant à Beaupréau (vues 18 et 19),
traduisant un impact faible ou peu marquant du fait notamment de la distance (faible visibilité des éoliennes sur
En raison de l’imbrication des motifs urbains (structuration et densité du bâti, orientation des voies, multiplication des l’horizon) et du décalage des éoliennes et de l’édifice dans le champ visuel ;
éléments « signal » dans le paysage tels que lignes électriques ou panneaux publicitaires…), les agglomérations de Nantes et  La chapelle Sainte-Anne (29) et la butte d’Abélard (H) : covisibilité directe depuis le point haut de la butte (vue 34),
Cholet ne présentent pas directement d’impacts. Les franges urbaines, aux ambiances plus lâches, présentent peu permettant de voir les éoliennes bien alignées dans l’ouverture visuelle donnant sur la vallée de la Sanguèze ;
d’opportunités visuelles en direction du projet.  Les moulins à vent de Montigné-sur-Moine (36) : covisibilité directe depuis les pieds des moulins (vue 37), donnant
sur la vallée de la Moine ;
La vallée de la Loire ne montre pas d’impact visuel du fait de la distance essentiellement. Le coteau Nord ne présente donc  Le menhir dit de la Grande Pierre Levée (38) : covisibilité directe depuis le menhir (vue 42) ;
pas de visibilité sur le projet (vue 25). De même, les marais de Goulaine présentent peu d’impact (vue 28), puisque seuls les  Le site (inscrit et classé) des marais de Goulaine : quelques points hauts orientés favorablement vers le projet
points hauts favorablement orientés permettent de voir les éoliennes dans le lointain (vue 27). présentent une visibilité sur les éoliennes, à l’image de la butte de la Roche (vue 27). En revanche, les marais
proprement dits ne permettent pas de voir les éoliennes de Tillières en raison de leur morphologie (point bas
 Impacts sur les bourgs proches et les hameaux riverains : topographique) (vue 28).
Trois bourgs sont présents à proximité immédiate de la zone de projet : Tillières, la Regrippière et Gesté.
Tous les autres éléments de patrimoine protégé ne présentent pas d’impact.
Tillières présente des franges ouvertes qui permettent de voir le projet depuis toutes les entrées et sorties de bourg (vues 1
à 8). La superposition du projet avec la silhouette de bourg est variable selon les points de vue et la distance au bourg.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 157


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 143 : Bilan des photomontages

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


158
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 144 : Analyse des impacts au niveau du périmètre éloigné paysager

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 159


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 145 : Analyse des impacts au niveau du périmètre intermédiaire paysager

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


160
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 146 : Analyse des impacts au niveau du périmètre rapproché paysager

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 161


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Tableau 70 : Impacts paysagers et patrimoniaux

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


162
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 163


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


164
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

• Mesures d’insertion paysagère  Accès à l'éolienne E1

Les mesures d’insertion paysagère (Eviter, Réduire, Compenser) ont été ciblées sur les périmètres rapproché et immédiat L'accès à l'éolienne E1 se fait via un chemin bocager planté de part et d'autre d'une haie. La largeur du chemin est suffisante
paysagers, puisque ces deux périmètres sont les secteurs où les impacts sont les plus forts (du fait de la proximité du projet). pour permettre aux véhicules de transport d'amener les machines. Un élagage sera effectué sur les arbres qui le nécessiteront,
en vue de préserver les structures des houppiers. Le chemin se rétrécissant en deuxième partie de tronçon, il est profité d'une
 Mesures concernant les éoliennes et les raccordements électriques ouverture dans une haie bocagère pour bifurquer en direction du champ d'implantation de l'éolienne. Le chemin
nouvellement créé sera mis en place parallèlement au chemin existant, et cherchera à préserver le système racinaire des
Les éoliennes prévues pour l’implantation retenue sont des E82 - 78 m de 119,33 mètres en bout de pale. La couleur choisie arbres présents dans la haie.
par le constructeur ENERCON (RAL7035) est référencée par la Direction Générale de l’Aviation Civile.

Afin de limiter les effets de rupture d’échelle, les transformateurs seront intégrés dans les mâts des aérogénérateurs. Il ne
ressortira alors dans le paysage nul autre élément que le mât, la nacelle et les pales de l’éolienne, ainsi qu’une échelle
extérieure.

De même, la mise en place du parc éolien n’entraînera pas d’ajout de réseaux électriques aériens entre le poste de livraison
et les aérogénérateurs, l’ensemble des câblages étant enfoui en accotement des chemins.

 Mesures concernant le poste de livraison

Le poste de livraison est un petit local vers lequel converge l’énergie produite par les éoliennes. Cet élément indispensable au
fonctionnement du parc constitue un petit volume bâti qui peut attirer le regard s’il se trouve en situation exposée. La
configuration du site a permis de l’implanter le long d'une haie bocagère existante, lui permettant une bonne intégration
depuis les routes environnantes. En outre, il a été choisi de lui apposer une couleur marron foncé (RAL 8019) rappelant celle Chemin d'accès à l'éolienne E1, caractérisé par des haies présentes de part et d'autre (à gauche) et ouverture dans la haie permettant
des troncs des arbres, afin de réduire sa présence dans le paysage. le passage des véhicules de transport vers le champ où sera installée l'éolienne E1

 Mesures concernant les chemins d’accès et leur impact sur le maintien des haies

Le projet s'implante sur un secteur présentant une agriculture mixte entre vignes, grandes cultures et prairies, où les parcelles
peuvent être entourées de haies parfois remarquables, parfois en cours de dégradation. Les enjeux de création des accès
dépendent de cette typologie de paysage.
Respect d'une distance équivalente à la taille
Le territoire dans lequel s’inscrit le parc éolien se caractérise par un maillage bocager du houppier entre le chemin et la base du tronc
clairsemé permettant une intégration partielle des éléments le constituant (accès et de l'arbre
poste de livraison). La création de chemins peut cependant impacter de manière Après la bifurcation dans le champ accueillant E1, le chemin nouvellement créé longe la haie existante
significative les haies existantes, parfois après plusieurs années, en altérant les Figure 148 : Accès à E1 et impacts sur les haies
systèmes racinaires parfois très développés dans le sol. L’objectif est de limiter au  Accès à l'éolienne E2
maximum cet impact et de maintenir une maille bocagère la plus continue possible. L'accès à l'éolienne E2 se fait sur la base d'un chemin existant, bordé de quelques arbres sur une partie de son tracé. Ce chemin
ne présente pas d'enjeu. L'emplacement de l'éolienne E2 nécessite toutefois de créer un accès dans le prolongement du
chemin existant. Le nouvel accès nécessite de passer sur une haie basse de faible qualité, qui ne présente pas d'enjeu paysager
majeur.

Figure 147 : Impact des travaux sur la santé du végétal

La création de chemins d’accès impose de surcreuser le sol, le risque étant d’impacter le système racinaire des arbres et
arbustes des haies limitrophes. Sur les parcelles cultivées, le labour profond sur 30cm environ a cependant déjà endommagé
les systèmes racinaires présents en surface et incité leur développement en profondeur ; les impacts sur les haies existantes Portion de haie basse à
jouxtant des parcelles labourées devraient donc être faibles. En revanche, les haies présentes dans les prairies ne sont pas supprimer
soumises à de telles contraintes et montrent un système racinaire bien plus étendu et surfacique.

Dans tous les cas, lors de la réalisation des accès, il sera nécessaire de veiller à ne pas endommager le houppier et le tronc des
arbres et arbustes conservés afin de ne pas compromettre leur état de santé. Pour les arbres le nécessitant, un élagage Chemin d'accès à l'éolienne E2, vu depuis la RD223 Portion de haie basse à supprimer pour permettre l'accès à E2
hivernal sera également réalisé après diagnostic pour permettre un bon développement ultérieur des houppiers et Figure 149 : Accès à E2 et impacts sur les haies
notamment limiter les effets du passage des véhicules de transport des éoliennes et de leur contenu.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 165


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

 Accès à l'éolienne E3 Les hameaux situés à proximité du site présentant une ouverture visuelle en direction du parc pourront faire l'objet d'une
mesure de plantation participant au renforcement de la maille végétale, suivant les préconisations énoncées page suivante.
L'accès à l'éolienne E3 se fait directement depuis la RD223, en longeant un chemin existant. Cette accroche nécessite de passer
Ces plantations seront proposées aux propriétaires des parcelles concernées. Elles seront ainsi réalisées au cas par cas, en
au travers d'une haie existante en bord de voie, de qualité paysagère moyenne car peu développée et abimée par les tailles
fonction des retours des propriétaires, si ces derniers sont intéressés, et de l'impact identifié.
aux cordeaux régulièrement effectuées. Une fois dans la prairie accueillant l'éolienne, le chemin longe une haie existante, de
très bonne qualité. En vue d'en préserver la qualité et le maintien dans le temps, il est souhaitable de respecter une distance
entre la base du tronc et le bord du chemin équivalente au report du houppier sur le sol.

Respect d'une
distance
équivalente à la
Portion de haie à supprimer
taille du
houppier entre le
chemin et la
base du tronc de
l'arbre
Vue sur l'accroche du chemin d'accès à E3 sur la RD223 Vue sur la haie jouxtant le futur chemin d'accès à E3
Figure 150 : Accès à E3 et impacts sur les haies

 Accès à l'éolienne E4
L'accès à l'éolienne E4 se fait dans un milieu essentiellement viticole. Les véhicules profiteront d'un espace dédié à la culture
des vignes pour passer. Si le chemin sera nouvellement créé, il ne pose pas d'enjeu concernant la végétation en place.

Figure 152 : Localisation des hameaux riverains potentiellement concernés par des plantations

Le hameau de la Poterie s’inscrit un peu en retrait de la RD223, il s’agit du hameau le plus important présent à proximité du
projet. De nombreux linéaires arborés viennent cerner l’emprise du noyau bâti, essentiellement sur la partie Ouest du
hameau. Depuis les abords de hameau, plus dégarnis en végétation, les éoliennes sont visibles et prégnantes dans le champ
visuel, dépassant de la cime des arbres composant les haies (vue R1). Quelques plantations végétales pourront renforcer les
écrans vers le projet.

Espacement entre vignes permettant la création de l'accès à E4


Figure 151 : Accès à E4

 Mesures concernant les riverains

L’intégration visuelle des éoliennes depuis les hameaux proches constitue un critère important dans la prise en compte des
perceptions paysagères locales, en gardant à l’esprit que chacun dispose de sa propre sensibilité. En effet, « chaque société
et chaque individu qui la compose porte son propre modèle paysager, qui mêle des dimensions globales, locales et
individuelles. Le modèle individuel est propre à chaque personne et fait référence au parcours personnel de chacun,
dépendant de son éducation, de sa culture, de sa sensibilité… » (Manuel préliminaire de l’étude d’impact des parcs éoliens,
ADEME).
La Poterie

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


166
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Le hameau de la Grande Touche est accessible depuis une petite voie rurale donnant sur la RD223. Les éléments végétaux
Le hameau du Cormier se compose de bâtiments récents disposant de granges ouvertes en direction du projet éolien de présents en premier plan caractérisent une vue semi-ouverte permettant ponctuellement de jouer le rôle de masque visuel
Tillières, comme le montre le photomontage pris depuis l’accès au hameau (vue R3), révélateur de la perception depuis les (vue R5). Ils peuvent être confortés par des linéaires végétaux supplémentaires.
lieux habités. Si un mur vient séparer le jardin de l’habitation principale de l’espace public et agricole environnant, la façade
présente une réelle exposition vers le projet. Dans ce contexte ouvert, il apparaît possible de prolonger les écrans bâtis par
des linéaires de haie et de structurer l'accès à l'aide d'une double allée régulière arborée.

La Grande Touche

Le Cormier Le hameau du Boulay dispose de franges ouvertes en direction du projet éolien de Tillières (vue R6). Du fait de la proximité,
les éoliennes apparaissent prégnantes dans le champ visuel, dépassant largement de la trame bocagère qui habille l’arrière-
plan. La mise en place de haies autour de l'exploitation et la plantation d'un arbre repère en carrefour permettrait d'habiller
Le hameau de Beaulieu se situe en bordure de la RD223 et s’intègre dans un paysage relativement ouvert ; la présence de un peu les perceptions locales et d'attirer le regard.
haies bocagères à proximité de l’accès vient toutefois atténuer la perception du projet éolien de Tillières depuis les bâtiments
d’exploitation et le chemin menant aux bâtiments habités (vue R4). Comme pour le hameau du Cormier, une plantation d'un
alignement double structurant l'accès à l'exploitation pourrait détourner le regard en direction du projet.

Le Boulay

Beaulieu

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 167


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Le hameau de la Petite Touche est un petit groupe bâti composé d’une habitation et d’annexes accolées. Ouvert sur le paysage Implanté dans la pente Sud du ruisseau de la Musse, le hameau de l’Etardière tourne le dos au projet éolien de Tillières, situé
environnant, notamment depuis sa façade Sud-Ouest, il profite d’un environnement globalement ouvert, excepté à l’Est où derrière le point haut formé par le plateau, et dispose sur toute sa frange Est d’une frange boisée venant occulter les vues
quelques arbres isolés ou en bosquet forgent des masques végétaux ponctuels. Depuis l’accès au hameau, les abords depuis les bâtiments habités. Si le hameau présente de faibles visibilités sur les éoliennes, l’accès au hameau présente des
découverts permettent de voir les éoliennes du projet de Tillières, dans l'axe de la route (vue R7). Aucune proposition de franges ouvertes permettant de voir les machines (vue R9). Aucune mesure de plantation ne permet ici d’intégrer davantage
plantation n'a été faite car les champs labourés se trouvant dans la direction du projet ne permettent pas d'envisager de le projet.
plantation, même en bord de parcelle. Cependant, des plantations pourront être réalisées à la demande du propriétaire afin
de compenser l’impact identifié.

L'Etardière

La Petite Touche
Le hameau de la Musse est implanté sur les bords du ruisseau du même nom, s’étageant partiellement sur le vallon créé par
Implanté sur les pentes du ruisseau de la Touche, à proximité de sa confluence avec la vallée de la Sanguèze, le hameau de le creusement du cours d’eau. Le contexte bocager alentour permet d’intégrer une grande partie des machines du projet
l’Orvoire est accessible directement depuis la RD224 qui relie Tillières au bourg de la Regrippière. Le projet de Tillières s’inscrit éolien de Tillières, qui s’articulent derrière les haies du parcellaire environnant (vue R10). Localement, les façades sont peu
dans le plateau viticole, sans recul paysager particulier, du fait de l’absence d’écran visuel (vue R8). Des plantations effectuées exposées mais les abords d’exploitations présentent des franges relativement ouvertes sur le projet. Des plantations de haies
sur le côté Est du hameau permettraient de limiter les perceptions sur le projet. permettraient de limiter ces perceptions.

L'Orvoire La Musse

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


168
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Le hameau de la Vieille Haie présente des vues caractéristiques du macro-bocage semi-ouvert du territoire d’étude. Si les  Palette végétale
perceptions visuelles peuvent être longues, des écrans végétaux viennent, sur différents plans de lecture paysagère, jouer un
rôle d’écran visuel plus ou moins prépondérant et structurant. Les vues sur le projet depuis les bâtiments eux-mêmes sont La palette végétale préconisée pour les haies est la suivante :
masquées par la végétation des jardins, mais les abords présentent des visibilités (vues R11). Quelques plantations (haies ou  arbres : chêne pédonculé, châtaignier, merisier, hêtre, frêne (sur les secteurs plus humides)
arbres) permettraient de donner moins d'importance aux éoliennes dans le champ visuel.  arbustes : noisetier, houx, genêt, prunellier, néflier, ajonc, fusain

La Vieille Haie

Situé en contrebas de la Vieille Haie, au plus près du ruisseau de la Musse, l’Augivière présente également une exposition
visuelle en direction du projet. Les mesures de plantation visent à conforter l’écrin végétal actuellement en place, notamment
la ripisylve du ruisseau et les abords de parcelle.

Figure 153 : Palette végétale préconisée en vue de plantations de haie chez les riverains concernés

• Simulation des abords proches des éoliennes

Des simulations ont été effectuées pour présenter les chemins d’accès, les plateformes et la perception du poste de livraison.
Celles-ci sont présentées sur la page suivante.

L’Augivière

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 169


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Figure 155 : Vue A - Accès à l’éolienne E1

Figure 156 : Vue B - Vue sur le poste de livraison implanté le long de l'accès à l'éolienne E2

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


170
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 159 : Vue C - Accès à l’éolienne E2

Figure 158 : Vue D - Accès à l’éolienne E3

Figure 157 : Vue E - Accès à l’éolienne E4

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 171


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

V.6. EFFETS ET IMPACTS CUMULES AVEC LES PROJETS CONNUS (AU 6.4)
 Faune terrestre (amphibiens, Reptiles, entomofaune et mammifères) :
Dans la notion d’effet cumulé, le terme « cumulé » fait référence à l’interaction des effets d’au moins deux projets
différents. Le cumul de ces effets est donc supérieur en valeur à leur simple addition, l’ensemble créant de nouveaux impacts. Au vu de l’éloignement du parc avec les parcs périphériques, il s’avère peu probable que des effets cumulés aient lieu entre
En revanche, si le projet ne dispose d’aucun effet particulier, ce dernier ne pourra avoir d’effet cumulé avec un autre projet les différents parcs sur les peuplements batracologique, herpétologique, entomologique et mammalogique (hors chiroptère).
voisin.
• Paysage
Pour ce qui est de l’éolien, comme le précise le Guide de l’étude d’impact sur l’environnement des parcs éoliens (version
L’ouverture du paysage favorise les effets cumulés entre les éoliennes du projet de Tillières et les autres parcs et projets du
actualisée de 2010) : « Les effets cumulés à étudier concernent particulièrement le paysage et les écosystèmes. ». Les impacts
territoire d’étude.
des parcs éoliens reposent en effet majoritairement sur ces deux thématiques : le milieu naturel et le paysage. A cela peut
s’ajouter l’environnement sonore, bien que la distance réduise rapidement les émissions sonores des éoliennes.
Depuis les abords immédiats du projet, notamment depuis les hameaux, le projet de Tillières est généralement le seul visible.
Depuis Tillières, il s’agit également du seul projet présent dans le champ visuel depuis les points de vue considérés (vues 1 à
La liste des projets et aménagements recensés comme pouvant avoir des effets cumulés avec le projet de parc éolien a été
8), même si quelques relations visuelles existent avec le projet du Haut Vignoble, visible dans le lointain. Les effets cumulés
présentée dans la partie précédente : chapitre II.3.7.
se font plus importants depuis les points de vue dégagés sur la vallée de la Sanguèze, avec l’apparition du projet de Tillières –
Val de Moine Energies, porté par Valorem (vues 9 à 13). La proximité des deux projets les rend visuellement interconnectés
• Acoustique
l’un à l’autre, même si les effets de distance et d’angle de vue leur permettent d’avoir chacun leur propre espace de lisibilité
Le parc accordé mais non construit le plus proche est celui de Val de Moine Energies. Cependant il se situe à plus de 2 (soit ils sont décalés dans le champ visuel, soit ils se superposent mais avec une perception différente des tailles des machines
kilomètres du projet et des points de mesure. Dans ce contexte il n’y a pas pour l’aspect bruit de risque d’impact cumulé. du fait de la perspective). En définitive, ils cohabitent assez bien l’un avec l’autre depuis les points de vue considérés,
notamment depuis la RN249 où un effet de "porte" peut être observé instaurant un certain dialogue entre le projet de Tillières
• Milieu naturel et de Tillières – Val de Moine (vues 5bis, 31 et 38).

 Sur les habitats naturels et la flore Depuis les points de vue dégagés plus lointains situés à l’Est ou à l’Ouest (vues 19, 21, 27, 31 et 33), il est fréquent voire
systématique de distinguer plusieurs projets dans le paysage. Les photomontages montrent une certaine cohérence des
Concernant les habitats naturels présents dans l’emprise du projet et suite aux mesures mises en place afin d’éviter tous les
différents projets, qui sont tous de petite taille sur l’horizon. Chacun dispose généralement de son propre espace de lisibilité,
habitats d’enjeux et compenser les zones humides. Les habitats impactés correspondent à des habitats d’enjeu faible. Compte
définissant des petits paquets (d’éoliennes groupées ou en ligne) régulièrement disposés sur l’arrière-plan visuel. Si cela se
tenu des faibles surfaces impactées, de la présence régulière de ces habitats dans les environs et du nombre de parcs éoliens
traduit par peu d’effets de superposition visuelle, permettant une bonne lecture générale tant des projets que du paysage,
situés à proximité, les effets cumulés sur les habitats peuvent donc être considérés comme faibles.
cela induit à contrario que les panoramas doivent composer avec la présence de l’éolien, et ne bénéficient pas d’espaces de
respiration visuelle.
 Sur l’avifaune:
La densité des parcs éoliens à proximité est considérée comme peu importante avec peu de machines en fonctionnement (le En revanche, depuis les vues situées au Nord ou au Sud, les effets de superposition se font plus fréquents (vue 46), même si
plus important étant le parc de Boussaye Energie avec 9 aérogénérateurs). Les distances séparant les parcs sont suffisamment les opportunités visuelles en direction du projet se font plus rares.
importantes avec un effet barrière (franchissement ou contournement du parc) pour l’avifaune considérée comme très faible
à nul. De plus, le parc se situe en dehors des couloirs majeurs de déplacement identifiés. Ceux-ci ne sont donc pas coupés par
les projets éoliens en place.
PAYSAGE EOLIEN ET EFFETS CUMULES
Nous pouvons donc conclure que l’effet cumulé sur l’avifaune est globalement faible. Enjeux recencés dans l'état initial

Nom Type Périmètre Enjeu Etude par photomontage Impacts

 Les chiroptères : fort du fait de l'ouverture du paysage conférant une


éloigné à bonne visibilité vers la zone d'implantation du Bonne lecture du projet depuis la plupart des points de
Lecture du projet Composition du projet Tous
rapproché projet ; pas de lignes structurantes à respecter vue (groupe, ligne… selon l'angle d'observation).
En premier lieu, il convient de souligner que le projet de parc éolien de TILLIÈRES ne présente au final qu’un impact écologique hormis la proximité de petites vallées
limité sur les chiroptères, grâce à la mise en œuvre de mesures d’évitement et de réduction. Dès lors, le risque de cumul des Variables selon l'angle d'observation et la distance à la ZIP
; chaque projet dispose généralement de son aire de
effets reste peu probable. fort du fait de la proximité du projet de Tillières-Val lisibilité, avec une certaine cohérence dans les choix
Effets cumulés entre parcs éoliens : cohérence éloigné à
Effets cumulés de Moine Energies et de la présence de plusieurs Tous d'implantation et le dessin des différents projets sur
d'ensemble rapproché
autres parcs sur le territoire d'étude l'horizon, mais leur nombre génère une présence
Concernant l’effet barrière, le manque de connaissances actuelles sur les flux migratoires des chiroptères ne permet pas importante de l'éolien sur le territoire d'étude, avec des
d’évaluer précisément les éventuels impacts cumulatifs du projet avec les projets périphériques. Toutefois les inter-distances panoramas systématiquement couverts d'éoliennes

entre les parcs sont relativement conséquentes et permettent ainsi de limiter cet effet barrière en phase migratoire.

De plus, la faible densité de parcs éoliens dans un rayon de 20km engendre un risque d’effet cumulé faible.

Au vu de la faible densité de parcs éoliens dans un rayon de 20 kilomètres, de leur éloignement conséquent avec le projet de
parc éolien de TILLIÈRES et des impacts écologiques limités du projet, les effets cumulés apparaissent négligeables et non-
significatifs.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


172
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 160 : Effets cumulés paysagers

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 173


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

- L’article A6 précise les distances d’implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques : 75
mètres par rapport à l’axe de la RN 249, 10 mètres par rapport à l’alignement le long des routes départementales et
de 5 à 30 mètres par rapport à l’alignement le long des autres voies. Des implantations différentes peuvent être
imposées ou admises dans le cas où la construction est une installation ou équipement technique liés aux réseaux
des services publics ou des établissements d’intérêt collectif (assainissement, eau potable, électricité,
En droit administratif, on considère qu’un projet est compatible lorsqu’il ne remet pas en cause les objectifs et orientations télécommunications…), sous réserve du respect des conditions de sécurité et de visibilité.
fondamentales d’un document d’ordre supérieur.
- L’article A7 précise les distances d’implantation des constructions par rapport aux limites séparatives. Les
constructions sont autorisées en ordre continu d’une limite latérale à l’autre ou en retrait d’un ou des deux côtés.
Lorsque les constructions ne sont pas édifiées en limite séparative, elles seront implantées en retrait avec un
VI.1. COMPATIBILITE DU PROJET AVEC LES DOCUMENTS D’URBANISME
minimum de 3 mètres. Peuvent être implantés dans les marges de retrait définies ci-dessus, les ouvrages techniques
Une présentation générale du document d’urbanisme local a été menée au niveau de la partie II.3.3. Documents d’urbanisme nécessaires au fonctionnement des services publics.

• Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) L’implantation n’impactera pas les haies protégées au titre de la Loi Paysage.
Le projet de parc éolien tel que défini dans ce rapport est situé dans le périmètre du SCoT du Pays des Mauges approuvé en A ce titre, l’implantation du projet est compatible avec le règlement du PLU.
juillet 2013.

Le PADD mentionne l’éolien comme une technique de production d’énergie à intégrer au développement du territoire.

Le SCoT fixe comme objectif de son DOO de « Poursuivre la diversification du bouquet énergétique et des modes de production
des énergies renouvelables (ENR) : biomasse, éolien, solaire photovoltaïque, et thermique… ». Il précise que son souhait est de
« Développer l’éolien en tenant compte des objectifs d’intégration du schéma éolien du Pays des Mauges, et selon la législation
en vigueur. Les parcs nouveaux seront en dehors des secteurs identifiés par le SCoT en cœurs de biodiversité ou garantiront
que leur implantation dans ces secteurs est compatible avec la sensibilité écologique et les objectifs de sauvegarde des
milieux. »

Zone du projet

Le projet éolien situé en dehors des « cœurs de biodiversité majeurs » identifiés par le SCoT est jugé compatible avec le SCoT
du Pays des Mauges.

• Document d’urbanisme local

Le projet de parc éolien tel que défini dans ce rapport est situé sur la commune de TILLIERES qui dispose d’un PLU depuis
février 2014. Les éoliennes ainsi que leurs aménagements annexes seront implantés en zone Agricole (A) qui autorise les
ouvrages d’intérêt collectif.

Plusieurs règles sont par ailleurs énumérées pour ce zonage :

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


174
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Figure 161 : Carte de superposition du zonage d'urbanisme et du projet

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 175


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

VI.2. COMPATIBILITE DU PROJET AVEC LES SDAGE ET SAGE Tableau 71 : Compatibilité du projet avec le règlement du SAGE Sèvre Nantaise

Une présentation générale du SDAGE et du SAGE a été menée au niveau de la partie II.1.4.1. Article du règlement concerné du SAGE Sèvre Nantaise Compatibilité du projet
Le projet de parc éolien n’engendrera
• Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SDAGE) aucune dégradation de haies ayant un
Dès lors que la mise en œuvre d’un projet conduit, sans rôle hydraulique majeur, c’est-à-dire de
alternative avérée, à la destruction de zones humides, ou de haie multi-strates ou arbustive haute,
Pour ce projet, il convient de rappeler que la commune relève du SDAGE Loire-Bretagne dont la version révisée 2016-2021 haies ayant un rôle hydraulique majeur, les mesures située en rupture de pente ou en bordure
est entrée en vigueur le 18 novembre 2015. Comme vu précédemment ce dernier dispose de plusieurs orientations et compensatoires proposées par le maître d’ouvrage doivent de cours d’eau, voire sur talus.
dispositions, opposables à toutes les décisions administratives prises dans le domaine de l’eau. prévoir, de préférence dans le même sous bassin versant (cf.
Disposition 65 : Compenser Carte 1), la recréation ou la restauration de zones humides ou Concernant les zones humides, des
ZONES
les atteintes qui n’ont pu de haies équivalentes en termes de fonctionnalité et de mesures de compensation seront
Le projet de la Ferme Eolienne Tillières sera compatible avec les éléments du SDAGE, notamment les dispositions citées ci- HUMIDES
être évitées biodiversité. Une attention particulière est accordée aux déployées au sein du sous-bassin versant.
dessous : risques érosifs des sols. La gestion et l’entretien de ces milieux Ces dernières feront l’objet d’une gestion
doivent être garantis sur le long terme selon un plan de gestion annuelle ainsi que d’un suivi permettant
8B - Préserver les zones humides dans les projets d’installations, ouvrages, travaux et activités établi au minimum pour cinq ans, avec un calendrier de mise de s’assurer de leur efficacité. La Ferme
en œuvre et une identification précise des gestionnaires et de éolienne Tillières se rapprochera d'une
la structure en charge du suivi et de l’évaluation des actions. association locale ou d'une entreprise de
CHAPITRE 8 : PRÉSERVER LES ZONES HUMIDES

8B-1 Les maîtres d’ouvrage de projets impactant une zone humide cherchent une autre implantation à leur projet, génie écologique pour la mise en place et
afin d’éviter de dégrader la zone humide. À défaut d’alternative avérée et après réduction des impacts du projet, dès le suivi des mesures.
lors que sa mise en œuvre conduit à la dégradation ou à la disparition de zones humides, la compensation vise
prioritairement le rétablissement des fonctionnalités. À cette fin, les mesures compensatoires proposées par le
maître d’ouvrage doivent prévoir la recréation ou la restauration de zones humides, cumulativement :
VI.3. ARTICULATION DU PROJET AVEC LE SRE ET LE SR3ENR
- équivalente sur le plan fonctionnel ;
- équivalente sur le plan de la qualité de la biodiversité ;
- dans le bassin versant de la masse d’eau. • Le Schéma Régional Eolien

En dernier recours, et à défaut de la capacité à réunir les trois critères listés précédemment, la compensation porte Une présentation générale du SRCAE et de son volet spécifique à l’éolien, le SRE, a été menée au niveau de la Pièce n°3 :
sur une surface égale à au moins 200 % de la surface, sur le même bassin versant ou sur le bassin versant d’une masse Description de la demande jointe à la présente Demande d’Autorisation Unique.
d’eau à proximité. Conformément à la réglementation en vigueur et à la doctrine nationale «éviter, réduire,
compenser», les mesures compensatoires sont définies par le maître d’ouvrage lors de la conception du projet et Il convient de souligner que la commune déléguée de TILLIERES qui accueille le projet de parc éolien figure bien sur la liste
sont fixées, ainsi que les modalités de leur suivi, dans les actes administratifs liés au projet (autorisation, récépissé de des communes sur lesquelles sont situées ces zones favorables, annexée au SRE. Les informations tirées du SRE des Pays
déclaration...). La gestion, l’entretien de ces zones humides compensées sont de la responsabilité du maître d’ouvrage de la Loire sont présentées ici à titre indicatif puisque ce document a été annulé par le tribunal administratif de Nantes le
et doivent être garantis à long terme. 31 Mars 2016. En application de l’article L.553-1 du code de l’environnement, l’instauration d’un SRE n’est pas une condition
préalable à l’octroi d’une autorisation. L’annulation du SRE est sans effet sur les procédures d’autorisation de construire et
d’exploiter des parcs éoliens déjà accordées ou à venir.
Compatibilité du projet :
Dans le cadre du projet éolien de TILLIERES, l'analyse des données disponibles sur les zones humides en amont a guidé • Le Schéma Régional de Raccordement au réseau des Energies Renouvelables (SR3EnR)
le choix d'une implantation évitant tant que possible l'implantation des éoliennes en zone humide. Toutefois, les zones
humides se sont avérées nombreuses au cours des inventaires terrains. Le porteur de projet a visé dans un premier temps La loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 prévoit que le gestionnaire du réseau public de transport (RTE) élabore, en accord avec
à éviter l’ensemble des zones humides identifiées. Cette contrainte s’est révélée trop importante et difficile à éviter. Le les gestionnaires des réseaux publics de distribution et après avis des autorités concédantes, un schéma régional de
choix a alors été fait d’éviter toutes les zones humides présentant un fort enjeu (figure 32 de l’étude écologique). raccordement au réseau des énergies renouvelables (SR3EnR). Ce document est décrit par le décret n° 2012-533 du 20 avril
L’éolienne 3 impacte de son côté des zones humides recensées à l’aide de sondages pédologiques mais présentant peu 2012.
voire pas d’intérêt, aussi bien du point de vue biodiversité que du point de vue hydraulique.
Ce schéma doit fournir les solutions techniques associées à des coûts prévisionnels et des réservations de capacité d’accueil
La construction du parc engendrera ainsi la destruction de 2 244 m² de zones humides. Afin de compenser cette perte, pour 10 ans, afin de donner aux projets de production EnR qui s’inscriront dans le SRCAE une visibilité sur leurs conditions
plusieurs solutions de compensation seront déployées. Tout d’abord l'aménagement d’une ancienne carrière d'une d’accès au réseau à l’horizon 2020.
emprise de 31 830 m² portera sur divers travaux : amélioration des berges du plan d’eau, diversification des faciès de
prairie, amélioration de la gestion de la prairie et accueil du public (observatoire et panneau). A cela s’ajoutera la Au niveau régional, il définit ainsi concrètement les ouvrages à créer ou à renforcer (postes sources, postes du réseau public
restauration de deux mares de 350 et 145 m². Une mare sera par ailleurs agrandie sur une surface de 205 m². de transport et liaisons entre ces différents postes et le réseau public de transport) pour atteindre les objectifs qualitatifs et
quantitatifs fixés par le SRCAE. Parmi les ouvrages identifiés, un périmètre de mutualisation des coûts s’appliquera aux
• Le Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SAGE) producteurs EnR souhaitant se raccorder dans le cadre du SR3EnR.

Les quatre éoliennes du projet de parc éolien sont situées dans l’emprise du SAGE Sèvre Nantaise dont la version révisée a Le S3Renr Pays de la Loire a été adopté par arrêté du 13 novembre 2015. Ce document a été intégré dans l’analyse du
été validée par arrêté préfectoral en avril 2015. raccordement externe du parc éolien par l’étude des capacités d’accueil du poste-source (Cf. IV.3.4. Caractéristiques du
raccordement électrique). A noter par ailleurs que ce document fixe une quote-part de 13.38 k€/MW pour le raccordement,
Le projet de parc éolien est plus particulièrement concerné par les dispositions du SAGE Sèvre Nantaise présentées dans le quote-part à laquelle l’exploitant veillera à souscrire.
tableau qui suit, avec lequel il est jugé compatible.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


176
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

VI.4. PRISE EN COMPTE DU SRCE


Concernant la prise en compte du SRCE, l’article L. 371-3 du Code de l’Environnement stipule que : « Les collectivités
territoriales et leurs groupements compétents en matière d'aménagement de l'espace ou d'urbanisme prennent en compte les
schémas régionaux de cohérence écologique lors de l'élaboration ou de la révision de leurs documents d'aménagement de
l'espace ou d'urbanisme. Sans préjudice de l'application des dispositions du chapitre II du titre II du livre Ier relatives à
l'évaluation environnementale, les documents de planification et les projets de l'Etat, des collectivités territoriales et de leurs
groupements prennent en compte les schémas régionaux de cohérence écologique et précisent les mesures permettant
d'éviter, de réduire et, le cas échéant, de compenser les atteintes aux continuités écologiques que la mise en œuvre de ces
documents de planification, projets ou infrastructures linéaires sont susceptibles d'entraîner. Les projets d'infrastructures
linéaires de transport de l'Etat prennent en compte les schémas régionaux de cohérence écologique »

La prise en compte du SRCE relève donc plus des projets publics, portés par l’Etat, les collectivités territoriales ou leur
groupement.

La notion de continuité écologique a été prise en compte lors de l’élaboration de ce projet (Cf. II.2.9. Les continuités
écologiques et équilibres biologiques) à partir des éléments disponibles du SRCE des Pays de la Loire adopté le 30 octobre
2015. Il a été estimé que le projet n’aura pas d’impact majeur sur les continuités écologiques régionales.

VI.5. ARTICULATION DU PROJET AVEC LES AUTRES PLANS ET SCHEMAS


Le projet prendra en compte les différents plans de gestion des déchets : Plan national de prévention des déchets, Plan
régional de prévention et de gestion des déchets dangereux, Plan départemental de gestion des déchets de chantier du BTP…
Le détail des mesures mises en œuvre est apporté aux points IV.4.1.3. et IV.4.2.2. du présent rapport. Il s’agira notamment
d’agir pour :
 la réduction des déchets à la source (choix de machines sans multiplicateur, réutilisation des déblais dans les chemins
d’accès, recyclage des matériaux lors du démantèlement…),
 l'obligation de trier et séparer les déchets,
 la traçabilité des déchets,
 l'obligation d'évacuer les déchets vers les filières agréées, en particulier les déchets dangereux.

De par sa nature et sa situation en zone agricole, le projet de parc éolien ne présente aucune articulation avec les autres plans,
schémas et programmes mentionnés à l'article R. 122-17 du Code de l'Environnement.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 177


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

VII.2. METHODOLOGIE DE L’ETUDE FAUNE-FLORE

L’étude du milieu naturel a été réalisée par les bureaux d’études IMPACT ET ENVIRONNEMENT (Chiroptères, Amphibiens,
VII.1. METHODOLOGIE DE L’ETUDE D’IMPACT Reptiles, Mammifères et Entomofaune) et ALTHIS (Avifaune, Flore et habitats naturels). Elle se décompose en plusieurs
thématiques aux méthodologies distinctes :
L’étude d’impact en elle-même a été réalisée en se basant notamment sur l’article R. 122-5 du Code de l’Environnement et
en s’appuyant sur le « Guide de l’étude d’impact sur l’environnement des parcs éoliens » mis à jour en 2010 par le MEEDDM
 ETUDE HABITATS NATURELS/FLORE (ALTHIS):
(Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de la Mer). Son contenu est déterminé au sein des articles
L. 122-3, R. 512-8 et R. 122-4 à R. 122-8 du Code de l’Environnement. Ont aussi été pris en compte plusieurs textes
Les inventaires habitats ont commencé en hiver pour déterminer les grands types d’habitats naturels. Leur description a été
réglementaires dont l’arrêté du 26 août 2011 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique
affinée ensuite au printemps avec des inventaires flore les plus exhaustifs possible, à une période optimum de végétation. Les
du vent.
premiers habitats inventoriés correspondent aux classifications en nombre entier du code Corine biotopes, puis l’analyse
affinée au printemps entraine une précision des codes allant jusqu’à deux chiffres après la virgule.
Cette étude d’impact est composée de plusieurs parties qui s’articulent entre elles afin de permettre au lecteur d’appréhender
au mieux la démarche qui a été entreprise et le cheminement ayant conduit au choix du projet de moindre impact et des
mesures mises en œuvre. Le détail de la méthodologie employée est rappelé en préambule de ce document (Cf. I. Inventaires Intervenants Dates Observations
METHODOLOGIE). A.HERBOUILLER
Habitats/Flore 14/01/2014 Cœur de l’hiver
R.DESCOMBIN
Habitats/Flore R.DESCOMBIN 12/02/2014 Fin de l’hiver
Habitats/Flore R.DESCOMBIN 24/04/2014 Printemps
Habitats/Flore R.DESCOMBIN 14/05/2014 Printemps

Les inventaires habitats naturels et flore sont interdépendants : la caractérisation des habitats se fait essentiellement sur des
critères floristiques. Ce n’est que par défaut, en l’absence de flore représentative, que l’on caractérise les habitats sur d’autres
critères. Pour les zones humides, une première délimitation des zones humides a été faite sur le critère de végétation
hydrophile (Althis) puis un inventaire par sondages pédologiques a été réalisé dans un second temps par le bureau d'étude
Calidris. En plus des relevés pour les habitats, la flore est inventoriée spécifiquement par le suivi de transects passant par tous
les milieux de la ZIP.

Limites et discussion : Les interventions hivernales ont permis une première approche des habitats. Le complément printanier
permet d’avoir un cortège floristique inventorié relativement complet. La classification des habitats CORINE biotopes et des
habitats d’intérêt communautaire est optimale du fait des compléments lors de l’expression maximum de la végétation.

 ETUDE AVIFAUNE (ALTHIS) :

Dix sorties sont réalisées pour les inventaires avifaunistiques, réparties à différents moments de l’année :

Inventaires avifaune Intervenant Dates Observations

14/01/2014
Hivernants R.DESCOMBIN /
12/02/2014
06/03/2014
Migrateurs prénuptiaux R.DESCOMBIN 19/03/2014 /
01/04/2014
24/04/2014
Nicheurs R.DESCOMBIN /
14/05/2014
R.DESCOMBIN 03/09/2014
Migrateurs postnuptiaux 18/10/2014
B. ILIOU
22/10/2014

Les dates d’inventaire des oiseaux nicheurs couvrent à la fois les oiseaux nicheurs précoces et les oiseaux nicheurs tardifs
(Blondel, Ferry et Frochot, 1970). Les six dates d’inventaire de migration prénuptiale et postnuptiale couvrent de manière
Figure 162 : Schématisation de la démarche d’étude d’impact optimale les périodes de migration. Pour l’avifaune, le nombre de jours d’inventaire mis en place permet d’inventorier de
façon optimale l’avifaune sur un cycle annuel.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


178
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

• Avifaune hivernante

La méthode utilisée reprend en partie celle du nouvel atlas des oiseaux hivernants de France. La maille est remplacée par l’aire
d’étude et les habitats sont cartographiés indépendamment. Des transects sont établis afin de couvrir toute la ZIP (voir carte
ci-après). Ils permettent la prospection de tous les types de milieux présents. Ils sont parcourus à faible vitesse à la période
optimale pour les oiseaux hivernants, c’est-à-dire en décembre et mi-février. Les conditions météorologiques doivent être
favorables : pas de vent, ni de pluie. Toutes les espèces contactées lors de la période d’inventaire (espèces vues ou entendues),
y compris celles notées en vol ou trouvées mortes (nocturnes par exemple), doivent être répertoriées. Afin de comprendre le
fonctionnement ornithologique du site, les informations suivantes sont aussi collectées :
- Le nombre d’espèces et d’individus par espèce
- L’activité particulière (nourrissage, repos, etc)
- Les zones fonctionnelles
- Les comportements divers.

Points d’observation des oiseaux migrateurs

• Avifaune nicheuse

La méthodologie employée pour inventorier les oiseaux nicheurs est de type Indice Ponctuel d’Abondance (I.P.A). Ainsi, 14
points d’écoute sont répartis dans la ZIP (voir carte ci-après) et dans les milieux favorables à proximité. Les points d’écoute
sont répartis dans l’espace de manière à couvrir tous les grands types de milieux. Chaque point d’écoute, est couvert par
l’ornithologue 10 minutes. Tous les individus vus ou entendus sont notés quels que soient leurs distances. Deux périodes sont
privilégiées : avril pour les oiseaux nicheurs précoces et mai - mi-juin pour les oiseaux nicheurs tardifs.

Méthode d’inventaire des oiseaux hivernants

• Avifaune migratrice

L’aire d’étude utilisée pour les oiseaux migrateurs est la ZIP avec une bande tampon de 250m, afin d’englober les éléments
caractéristiques du pays et les éléments topographiques marquants. L’aire d’étude est relativement vallonnée. Les cultures
occupent les sommets et les flancs de coteaux. Les fonds de vallons sont soit boisés, soit occupés par des prairies humides. Il
est donc possible de quadriller l’aire d’étude à partir de plusieurs points hauts. Quatre points d’observation sont donc mis en
place de manière à avoir des cônes de vue qui se complètent et qui couvrent donc toute l’aire d’étude. Les points d’observation
sont étudiés à tour de rôle de 30min après le lever du soleil jusqu’à 16h.

Afin de comprendre le fonctionnement ornithologique du site, les informations suivantes sont collectées :
- Direction et sens de déplacements des vols d’oiseaux par espèce
- Intensité du flux (nombre d’individus)
- Hauteurs des vols. Trois tranches sont notées (0-50m, 50-150m et plus de 150m).
- Mise en avant de zones de haltes
Points d’écoute de type IPA dans la ZIP
- Comportements migratoires divers.
De plus, chaque contact est reporté sur une carte. Lors de l’observation, un maximum de détails sur le comportement est
recherché afin de pouvoir préciser une des indications parmi les suivantes : Simple présence, Nidification possible, Nidification
probable, Nidification certaine. Cette méthodologie reprend celle mise en place par l’EOAC (European Ornithological Atlas

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 179


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

Committee), décrite par Sharrock (SHARROCK, 1973), et utilisé dans l’Atlas des Oiseaux nicheurs des Pays de la Loire Ainsi, le choix des points d’écoute, notamment leur nombre et leur distribution géographique, a été fait sur la base de ces
(Marchadour B Coord., 2014). préconisations. Dans le cas de notre étude, 14 points ont donc été définis (Cf. carte page suivante). Chaque point a fait l’objet
de six passages (entre avril et septembre). Le tableau ci-dessous situe les différents points d’écoute en fonction des habitats
Limites et discussion : La mise en place de 14 points IPA pour les oiseaux nicheurs permet d’avoir un inventaire relativement prospectés :
exhaustif. Les dates d’avril et mai couvrent à la fois les oiseaux nicheurs précoces et tardifs. L’inventaire des oiseaux migrateurs
prénuptiaux et postnuptiaux avec trois et quatre dates d’intervention couvre les périodes de passage de ces oiseaux. Le Type d’habitat N° du Point
protocole mis en place sans être exhaustif permet de définir les types d’oiseaux présents et les grands comportements dans la
ZIP et à proximité. Enfin, les transects d’inventaire pour les oiseaux hivernants couvrent parfaitement la ZIP. Les deux dates Point n°3
d’inventaires correspondent également au cœur de la période d’hivernage.
En lisière de haie bocagère Point n°4
 ETUDE CHIROPTERES (IMPACT ET ENVIRONNEMENT) : En milieu agricole
(cultures) Point n°5
Pour l’étude des chiroptères, les dates et conditions de prospections ont été les suivantes :
Point n°7

Condition climatique
Point n°1
Conditions favorable à
Date de En bordure de ripisylve
climatiques Température Vent Pluie Nébulosité Lune l’inventaire
prospection Point n°2
générales acoustique des
chiroptères
Point n°6
Légèrement Premier
07/04/2014 12°C à 10°C Modéré Non 4/8 OUI Point n°8
couvert quartier En lisière de haie bocagère
En milieu prairial
Nul à 30% Point n°9
05/05/2014 Beau temps 20°C à 14°C Non 4/8 OUI
Faible Visible
Point n°10
Nul à 70%
18/06/2014 Beau temps 18°C à 15°C Non 2/8 OUI Point n°11
Faible Visible
Au sein du boisement feuillu
Nul à 60% Point n°14
05/08/2014 Beau temps 22°C à 18°C Non 3/8 OUI
Faible Visible
En lisière de boisement Point n°13
67%
04/09/2014 Nuageux 19°C à 17°C Nul Non 5/8 OUI
visible En bordure d’étang Point n°12

Très beau 31%


30/09/2014 20°C à 15°C Nul Non 1/8 OUI Chaque écoute par point dure 10 minutes durant lesquelles l’ensemble des signaux est enregistré. La durée de ces points
temps visible
d’écoute est liée à leur nombre. En effet, l’ensemble des points devant être réalisées dans les deux à trois heures suivant le
coucher du soleil. Plus ces derniers seront nombreux et plus la durée d’écoute sera limitée. Dans le cadre de cette étude, il a
été privilégié l’inventaire d’un nombre important d’habitats du fait de l’hétérogénéité de ces derniers au sein de l’aire d’étude
L’inventaire acoustique des chiroptères consiste donc à enregistrer les signaux ultrasonores perçus au niveau de différents et de la taille importante de la ZIP. Les sessions d’écoute sont réalisées en début de soirée. En effet, la tombée de la nuit est
points d’écoutes sur l’ensemble de l’aire d’étude rapprochée, puis à déterminer les différentes espèces présentes en analysant propice aux transits des chauves-souris vers leur zone de chasse puis à la chasse à proprement parler, particulièrement active
les signaux obtenus. à cet instant précis (Antony et Kunz, 1977, Swift, 1980, in Thomas et West, 1989). Les chauves-souris présentent donc à cette
période une forte activité, qui décroit par la suite de manière quasi-linéaire à partir du pic crépusculaire (Barataud, 2004).
 L’écoute active
D’un point de vue technique, l’écoute active est réalisée à l’aide d’un détecteur ultrason : un echometer EM3 de chez Wildlife Pour ce projet, les premiers points d’écoute sont donc réalisés dès le coucher du soleil. Les suivants réalisés à la suite, dans
acoustics (Cf. Figure ci-contre). Cet appareil a la capacité de capter les signaux ultrasons émis par les chiroptères puis de les les deux à trois heures suivant le crépuscule.
retransmettre à des fréquences audibles pour l’homme. Il peut aussi les enregistrer afin de permettre une analyse
informatique ultérieure de ces signaux, notamment pour la détermination de groupes d’espèces plus complexes émettant des A noter que l’ordre des points d’écoute est modifié à chaque prospection. Cette technique permet de connaître les espèces
signaux similaires (ex : Murins). présentes sur nos points d’écoute à différentes heures de la nuit et donc de compléter les données. En outre, les chiroptères
utilisent des « circuits » nocturnes relativement similaires. Une fois que l’espèce a été contactée à un endroit, il est probable
de la recontacter à ce même endroit si l’écoute est effectuée à la même heure. C’est pourquoi, il est plus intéressant de suivre
Le nombre de points d’écoute varie en fonction de la structure paysagère du site à étudier. L’objectif étant d’évaluer l’activité un ordre de prospection différent à chaque prospection.
chiroptérologique au sein des différents habitats composant le site d’étude. Les zones favorables aux chiroptères pourront
ainsi être mises en évidence. On parle d’habitats favorables aux chauves-souris pour désigner des zones adaptées et favorables La carte suivante localise les différents points d’écoute active réalisés dans le cadre de cette étude.
à la chasse et au transit des chiroptères. Ces habitats peuvent être, tour à tour, des forêts de feuillus, des points d’eau, des
réseaux bocagers, etc. De plus, une réalisation de points d’écoute dans des habitats hétérogènes permet d’augmenter
l’exhaustivité des résultats. En effet, plus les habitats inventoriés sont diversifiés et plus ils permettront de mettre en évidence
des zones de chasse ou de transit d’espèces différentes.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


180
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

Localisation des points d'écoute passive


Localisation des points d'écoute active réalisés
 Analyse des signaux enregistrés et détermination des espèces :
 L’écoute passive :
Au total, suite à la réalisation des différentes sorties d’inventaire, plusieurs centaines de fichiers ont pu être enregistrés. Tous
En complément de l’écoute active, une écoute passive a également été réalisée. Ainsi lors de 5 des 6 sessions d’inventaire, un les enregistrements réalisés ne correspondent cependant pas uniquement à des contacts de chauves-souris. En effet, une
enregistreur autonome de type SM2 BAT+ de chez Wildlife Acoustics a été mis en place en divers endroit du site d’étude. grande majorité de ces fichiers sont liés à l’enregistrement de bruits « parasites ». Parmi ces bruits parasites, on peut
notamment noter les chants d’orthoptères qui peuvent engendrer un nombre considérable d’enregistrements, mais
Cet enregistreur autonome a pour but d’enregistrer l’ensemble des signaux ultrasons captés. L’appareil est ainsi placé au sein également des bruits parasites liés au déplacement et mouvement de l’opérateur lors des écoutes actives.
d’une zone favorable aux chiroptères (lisière, chemin forestier, bord de haies bocagères,…) et enregistre automatiquement
tout au long de la nuit, les chauves-souris transitant à proximité. L’appareil est ensuite récupéré à la fin de l’inventaire actif, Au vu du volume considérable de fichiers à traiter, il a été choisi d’utiliser un logiciel d’analyse des fichiers. Ce logiciel nommé
et l’ensemble des signaux enregistrés peut être analysé ultérieurement. SonoChiro a été développé par le département Recherche & Innovation de BIOTOPE avec la collaboration du Muséum National
d’Histoire Naturelle. Il vise à déterminer de façon automatique l’ensemble des fichiers enregistrés. Ce logiciel a été construit
Cette technique permet de réaliser des inventaires sur de longue durée (plus de 3 heures dans le cadre de ce projet), et ainsi de manière à faciliter au maximum le traitement de ses propres erreurs en appliquant un indice de confiance pertinent à
de connaître l’ensemble des chiroptères transitant à proximité du point d’écoute défini, et ce tout au long de la nuit. chacune de ses déterminations. Ainsi, pour chaque détermination, un indice de confiance est défini, et correspond ainsi au
potentiel taux d’erreur qui peut être appliqué à la détermination réalisée. Sonochiro ne peut cependant pas se substituer
Au total, 5 nuits d’enregistrement ont été réalisées sur le site du projet. Les dates et les conditions climatiques sont celles complétement à une identification manuelle car un taux d’erreur nul est inatteignable dans l’état actuel des connaissances et
indiquées précédemment. des technologies disponibles. Étant donné le taux d’erreur plus ou moins important du logiciel sur certaines espèces, il a été
choisi de confirmer manuellement l’ensemble des déterminations.
Cette méthodologie d’inventaire permet ainsi d’augmenter l’exhaustivité de l’inventaire en augmentant le nombre de chance
de détecter une nouvelle espèce. Pour les fichiers déterminés comme « parasite », une visualisation rapide de l’ensemble des fichiers a été réalisée afin de
confirmer l’absence de contacts de chiroptères sur ces enregistrements. Pour les déterminations manuelles, une analyse
L’écoute passive et l’écoute active sont donc complémentaires et présentent toutes deux des avantages. En effet, l’écoute minutieuse à l’aide de logiciels informatiques spécialisés a été réalisée. Ces logiciels (Syrinx, Batsound, etc.) permettent
active offre la possibilité de couvrir l’ensemble de l’aire d’étude tandis que l’écoute passive permet des relevés de longue notamment de fournir des informations précises sur les signaux tels que les fréquences initiales, les fréquences terminales, la
durée sur des points fixes. fréquence du maximum d’énergie, etc. qui aident à une détermination plus poussée.

Cette détermination a été réalisée de façon la plus précise possible, dans l’objectif d’aboutir à une détermination spécifique.
Toutefois, pour certains enregistrements, la détermination n’a pas pu aboutir à une espèce. En effet, leur mauvaise qualité ou
leur trop faible intensité n’ont pas permis d’identifier l’espèce. Dans ce cas de figure, la détermination s’est donc arrêtée au
genre. De plus, certains groupes d’espèces peuvent s’avérer relativement proches d’un point de vue acoustique. En l’absence
de critère discriminant, la détermination à l’espèce s’avère donc impossible. Pour ces enregistrements, la détermination s’est

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 181


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

donc arrêtée à un groupe d’espèces. Dans l’analyse des risques et des impacts potentiels liés à la mise en place du projet, c’est  ETUDE AUTRE FAUNE (IMPACT ET ENVIRONNEMENT) :
l’espèce la plus sensible du groupe qui est retenue.
• Amphibiens :
Une fois la détermination de l’ensemble des signaux réalisés, les résultats sont analysés et présentés en nombre de contacts
par heure. Cette présentation permet ainsi de lisser les biais liés au temps d’écoute par point qui peut être légèrement La période post-hivernale et printanière a été privilégiée pour la réalisation de ces inventaires. Au total, trois dates de
variable. Un contact correspond à un passage de chauves-souris à proximité de l’enregistreur, la durée de ce passage est prospection ont été retenues : le 19 mars 2014, le 07 avril 2014 et le 05 mai 2014.
évaluée à 5 secondes par Michel BARATAUD (1996,2012). Ainsi un signal enregistré pendant 7 secondes donnera donc lieu à
deux contacts. Cette méthodologie permet ainsi de quantifier l’activité chiroptérologique sur le site. Horaires de
Date Température Vent Pluie Nébulosité Temps Lune
prospection
De plus, afin de lisser les biais liés à la distance de détection variable en fonction des espèces, il a été choisi d’appliquer un
coefficient de correction par espèce. En effet, la distance de détection s’avère variable en fonction des espèces et peut Nul à Très Lune gibbeuse
19/03/2014 20h - 00h30 8-10°C Non Faible
varier de quelques mètres (5m pour le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros)) à plusieurs dizaines de mètres (150m faible beau décroissante
pour la Noctule commune (Nyctalus noctula)). Cette différence de distance de détection engendre donc un biais pour une
analyse quantitative du nombre de contacts car la probabilité de contacter une Noctule commune (Nyctalus noctula) sera Assez forte Couvert
beaucoup plus élevée que celle de rencontrer un Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros). L’objectif du coefficient de Faible à Lune gibbeuse
correction est donc de lisser ce biais de correction. Les coefficients utilisés sont ceux préconisés dans la publication 07/04/2014 21h30 - 8 - 12°C Non en début de avec un
modéré croissante
« Écologie acoustique des chiroptères d’Europe » de Michel BARATAUD (2012). Le tableau ci-contre illustre les coefficients nuit puis léger
appliqués pour un milieu de sous-bois. faible a Quelque
vent
Nul à Premier
05/05/2014 21h45 – 1h30 14 – 15°C Non Moyenne
partir de peu
faible quartier
22h30 couvert
avec de

Afin d’aboutir à des résultats d’inventaires exhaustifs, la totalité des milieux aquatiques de l’airebelle
d’étude a été étudiée afin
de mettre en évidence les milieux favorables à la reproduction des amphibiens. Ce sont ensuite ces zones favorables qui ont
éclaircie
été prospectées plus finement dans le cadre des inventaires. Les inventaires ont été conduits auT°cours : de prospections
nocturnes de début de soirée, période la plus favorable à l’observation des amphibiens.
24°C

Limites et discussion : Dans certaines mares, la présence importante de débris végétaux, de branches, de végétation ou de
lentilles d'eau ne permet pas de réaliser des observations dans des conditions optimales. Dans ces situations, les observations
deviennent plus complexes et aléatoires. De plus, il s'avère souvent peu aisé d'estimer l'abondance des populations
d’amphibiens présents du fait de ces conditions d'observations parfois peu favorables.

• Reptiles:

Les prospections reptiles ont été réalisées en parallèle des inventaires de certains autres groupes taxonomiques. Plusieurs
journées de prospection ont donc eu lieu, notamment le 19 mars (sortie précoce, mais conditions climatiques très favorables),
Liste des espèces françaises de chiroptères, distance de détection et coefficient de détectabilité en sous-bois le 18 juin, le 24 juillet, ainsi que le 30 septembre 2014.
Deux techniques ont été mises en place pour l’inventaire des reptiles : pose de « solariums » artificiels et observation directe.
Les résultats de cet inventaire acoustique sont ensuite retranscrits sous forme de cartographie mettant en évidence les
espèces présentes, ainsi que le nombre de contacts par espèce. Limites et discussion : En termes de limites, il convient de noter que les reptiles sont des espèces discrètes et farouches qui
n’hésitent pas à prendre la fuite aux moindres dangers. Malgré le protocole déployé, prétendre à l’exhaustivité de l’inventaire
Limites et discussion : La méthodologie d’inventaire mise en place dans le cadre de cette étude, a permis d’inventorier les du peuplement de reptiles au sein de l’aire d’étude semble difficile. Toutefois, il est possible de dire que l’impact d’un projet
chiroptères au cours d’un cycle écologique complet. En effet, avec un total de 6 soirées d’inventaire réparties sur une année, éolien reste limité sur le peuplement de reptiles à partir du moment où les milieux favorables ne sont pas touchés.
l’inventaire a permis de réaliser deux nuits par grandes phases du cycle biologique des chiroptères (sortie d’hibernation, mise
bas et élevage des jeunes, ainsi que l’envole des jeunes et reproduction). • Insectes :

Un biais est toutefois important à signaler dans la méthodologie. Ce dernier est lié à la distances de détection des diverses Les périodes printanière et estivale ont été privilégiées pour la réalisation de cet inventaire. Les prospections se sont déroulées
espèces de chiroptères. En effet, les écoutes étant effectuées au sol, elles permettent de connaître le peuplement en parallèle d’autres inventaires et se sont réparties sur 5 sessions, à savoir : le 19 mars (sortie précoce, mais conditions
chiroptérologique évoluant entre le sol et une vingtaine de mètres de hauteur. Elles ne permettent donc pas de connaître le climatiques très favorables), le 5 mai, le 18 juin, le 24 juillet, ainsi que le 30 septembre 2014.
cortège spécifique évoluant au niveau de la zone de rotation des pales et donc pouvant être impacté par un risque de collision.
Ce risque potentiel est donc extrapolé à partir du comportement et des mœurs des différentes espèces recensées sur la zone, L’inventaire a été conduit sur l’ensemble des parcelles composant la zone d’étude, les principaux groupes taxonomiques visés
ainsi que des résultats des suivis mortalité réalisés sur des parcs éoliens existants. Toutefois, la majorité des espèces pratiquant étant les lépidoptères (Rhopalocères), les odonates et les coléoptères saproxylophages. Des prospections plus actives ont
le vol en altitude se détecte à des distances assez importantes (entre 25 m et 100 m) ce qui permet de limiter le biais. toutefois été réalisées au sein des habitats les plus favorables à l’entomofaune (prairies naturelles, mares, lisière, …). A
l’inverse, les grandes parcelles agricoles exploitées intensivement ont fait l’objet de prospections plus légères. Au cours de
ces prospections, des transects sont réalisés sur l’ensemble de l’aire d’étude.

Projet Ferme éolienne Tillières (49)


182
ENERGIETEAM
Demande d’Autorisation Unique Pièce n° 4.1 : Etude d’impact

 Les Parcs Nationaux : très orientés « nature », organisés en une « zone cœur » et une « zone d’adhésion » aux
Concernant les coléoptères saproxylophages, une recherche de traces et d’indices de présence a également été conduite. protections distinctes, ils drainent de nombreux touristes et acteurs et participent à la reconnaissance des paysages
Pour cela, les arbres morts ou sénescents ont été étudiés pour trouver la présence de crottes, de trous d’émergence, de qui les portent.
partie d’imagos (élytres, pattes,…) ou de larves. Cet inventaire ne s’avère pas exhaustif, et l’ensemble des arbres abritant  Les Parcs Naturels Régionaux (PNR) : cette protection est moins contraignante que celle d’un Parc National. Le
des insectes saproxylophages aux sein de la ZIP n’a pas été inventorié. développement est encouragé et souhaité, dans la mesure où il est qualitatif et valorise le territoire du parc dans ses
composantes rurales, paysagères et patrimoniales. La relation au public (accueil, éducation et information) constitue
Limites et discussion : Cette méthodologie d’inventaire n’a été ciblée que sur les principaux groupes d’insectes habituellement l’une de ses missions essentielles. La labellisation « Parc Naturel Régional » draine ainsi un grand nombre de visites.
étudiés, et n’a pas pris en compte les autres groupes entomologiques.  Sites et édifices inscrits ou classés : cette législation a pour but d’assurer la préservation des monuments naturels
et des sites dont le caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque relève de l’intérêt général.
 Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP), anciennement Zone de Protection du
Patrimoine Architectural Urbain Paysager (ZPPAUP), et assimilés : il s’agit d’une servitude d'utilité publique ayant
VII.3. METHODOLOGIE DE L’ETUDE PAYSAGERE pour objet de « promouvoir la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces ». Elles présentent l’intérêt de
protéger des ambiances et permettent de traiter les problématiques de la mutabilité urbaine et d’intégration
 La détermination des enjeux et des impacts, et le choix des points de vue
paysagère. Ces protections correspondent souvent à des mises en scène du bâti au sein d’une vallée, dans des bourgs
où plusieurs bâtiments font l’objet d’une protection au titre des monuments historiques. Le périmètre réglementaire
 Des enjeux/impacts appréciés en fonction des périmètres
de ces derniers s’étend alors au périmètre de l’AVAP.
 La protection au titre des monuments historiques : cette protection est la plus rencontrée dans le cadre des
Face au caractère multiple des perceptions du paysage lié aux effets de la distance, de l’angle de vue, des conditions
projets éoliens. Un monument historique est un édifice, un espace qui a été classé ou inscrit afin de le protéger, du
d’accessibilité visuelle des espaces et des représentations sociales liés aux paysages et aux objets de paysage, il est nécessaire
fait de son intérêt historique ou artistique. La protection peut être totale ou partielle, ne concernant alors que
de hiérarchiser les enjeux et les impacts identifiés lors de la réalisation du volet paysager de l’étude d’impact. Cette étape se
certaines parties d’un immeuble (ex : façade, toiture, portail, etc.) et comprend une vigilance quant à la qualité et au
fait en se basant sur les périmètres définis en début d’étude, qui permettent d’intégrer empiriquement l’effet de la distance.
maintien de la mise en scène de l’édifice dans le paysage. Cet état de protection concerne ainsi du patrimoine
 A l’échelle du périmètre éloigné, est proposée l’étude des grandes lignes du territoire : grandes structures du
architectural bâti ou vernaculaire. Il s’agit souvent d’éléments isolés dans le paysage, bénéficiant parfois d’une mise
paysage (vallées, coteaux), voies majeures à grande fréquentation (à l’échelle du territoire d’étude, pour certains
en scène particulière, mais qui ne vont pas jouer sur la perception globale d’un territoire autrement que par leur
seront ciblées prioritairement les autoroutes, pour d’autres plutôt des départementales), lieux touristiques très
répartition et leur récurrence.
reconnus, patrimoine en situation d’exposition au projet, entrée de grande ville. Sauf cas particulier, un seul point de
vue par « objet de paysage à enjeu » est effectué.
 Notions d’intervisibilité et covisibilité
 A l’échelle du périmètre intermédiaire, les enjeux et impacts sont appréhendés davantage à l’échelle du bassin
de vie et l’étude privilégie la structure fine du paysage : effets sur la végétation, perception depuis les bourgs
De manière générale l’« inter-visibilité» s’établit entre les éoliennes et tout autre élément de paysage (village, forêt, point
principaux, depuis des voies reliant deux bourgs, depuis des itinéraires de randonnée…
d’appel, arbre isolé, château d’eau, etc.), quelles que soient les distances d’éloignement de ces éléments de paysage et des
 A l’échelle du périmètre intermédiaire, ce sont principalement les perceptions riveraines qui importent : depuis
points de vue. Le terme d’« intervisibilité » s’applique également au cas général de visibilité entre une éolienne et un site
les bourgs s’ils existent, depuis les hameaux riverains du projet, depuis les voies locales reliant un hameau à un bourg,
patrimonial.
depuis des petits éléments du patrimoine vernaculaire, depuis des chemins de randonnée ou des entrées de champ…
En conséquence, une intervisibilité intervient lorsque :
ces lieux ne sont pas massivement fréquentés mais participent au lieu de vie des riverains, des agriculteurs qui
 l’éolienne est visible depuis l’élément de paysage ou le site patrimonial ;
interviennent sur le territoire, des promeneurs, des techniciens qui interviennent dans le cadre de différentes études.
 l’élément de paysage ou le site patrimonial est visible depuis l’éolienne ;
Plusieurs points de vue peuvent être présentés pour montrer la variabilité des perceptions depuis les lieux habités
 l’élément de paysage (ou le site patrimonial) et l’éolienne sont visibles simultanément, dans le même champ
et/ou fréquentés.
de vision ;
 Des points de vue maximisants, situés sur le domaine public
La notion de « co-visibilité » correspond à une « inter-visibilité » spécifique, réservée aux monuments historiques.
Dès que l’on est en présence d’un monument historique protégé s’applique la notion de « co-visibilité ». En effet, des
Les points de vue sont systématiquement effectués depuis l’espace public directement identifiables comme tels ou, le cas
périmètres de protection réglementaire sont créés autour des monuments historiques (500 mètres autour d’un monument
échéant, depuis des points de vue régulièrement accessibles au public (visites de châteaux privés lorsqu’elles ne sont pas
classé où tout projet est soumis à un avis conforme de l’Architecte des Bâtiments de France). On parle de « co-visibilité » ou
limitées aux journées du patrimoine par exemple). Les localisations proposées cherchent de préférence à montrer l’effet
de « champ de visibilité » lorsqu’un édifice est au moins en partie dans les abords d’un monument historique et visible depuis
maximum de la perception du projet, ce qui peut expliquer un petit décalage de positionnement par rapport à « l’objet
lui ou en même temps que lui.
paysager à enjeu » (trouée dans la haie, etc.). Des éléments de contexte sont systématiquement présentés pour faciliter la
compréhension du lecteur.
 Choix des points de vue utilisés pour mesurer les impacts
 L’étude du patrimoine protégé
Tous les points de vue présentant une covisibilité ne sont pas systématiquement recherchés (mise en œuvre impossible sur
l’étude d’un territoire recouvrant 16km autour de la zone d’implantation potentielle du projet), l’analyse par photomontage
 Eléments de patrimoine considéré
des impacts impose de choisir avec soin les points de vue effectués, dans une logique de représentativité des effets du projet.
Tout en respectant l’approche des enjeux par périmètres et la règle du « positionnement sur l’espace public / effet
De nombreuses protections réglementaires s’exercent sur les territoires français. Seules celles qui sont inhérentes aux
maximisant » énoncées en partie 1.5.2., les points de vue les plus pertinents en termes de perception sont recherchés (vue
paysages et aux regards que portent les sociétés sur leurs éléments sont prises en compte dans le volet paysager de l’étude
« académique » sur le patrimoine, perception depuis l’entrée principale menant au MH, orientation des façades bâties, axe
d’impact. Toutes n’ont cependant pas le même niveau d’importance et donc d’enjeu :
de composition…). Selon les périmètres, lorsque ces points de vue ne permettent pas d’établir de covisibilité avec le projet
(cas d’un château enserré dans un écrin végétal dense par exemple, mais dont la toiture émergerait au-dessus des arbres),
 Le patrimoine mondial de l’UNESCO : différents critères déterminent l’inscription de lieux au patrimoine mondial
d’autres points de vue plus confidentiels peuvent être sollicités (perception depuis une voie secondaire voire locale, etc.).
de l’UNESCO. Cette protection est relativement « rare » et est peu rencontrée dans les projets éoliens, elle est
Dans le cas spécifique du patrimoine protégé, plusieurs points de vue rapprochés les uns des autres peuvent être présentés
également très prestigieuse et conforte des orientations touristiques.
pour présenter les différents impacts si de grandes variations dans la perception du projet sont constatées.

Projet Parc éolien de TILLIERES (49) 183


ENERGIETEAM
Pièce n°4.1 : Etude d’impact Demande d’Autorisation Unique

A noter : une covisibilité même légère et indirecte suffit pour affirmer qu’il y a une covisibilité. VII.4. METHODOLOGIE DE L’ETUDE ACOUSTIQUE
 L’étude des hameaux
L’étude d’impact sonore prévisionnelle du projet de la Ferme éolienne Tillières a été menée par le bureau d’étude ECHOPSY.
Dans l’élaboration de l’étude d’impact, l’analyse des enjeux et des impacts visuels sur les hameaux doit être prise avec
précaution, puisque deux difficultés principales limitent l’étude des hameaux :  Méthode de détermination des niveaux sonores résiduels
 d’un point de vue quantitatif, les espaces de vie d’un hameau sont divers : accès aux parcelles, jardin, orientation des
façades des maisons… et présentent autant d’angles de vue différents sur le projet, qui traduisent des enjeux et des
 Textes de référence :
impacts différents, distincts et pas toujours quantifiables (voir point suivant). Toutes ces « zones de vie » ne peuvent
cependant être exhaustivement étudiées. Le matériel est de classe 1, conformément à la norme IEC 61672. La liste du matériel utilisé se trouve en annexe de l’étude
 d’un point de vue qualitatif, l’analyse des espaces privés (maisons, jardins, etc.) se fait via l’analyse des visibilités spécifique. Les textes de référence qui s’appliquent aux mesures sont les suivants :
depuis l’espace public (voies d’accès), ce qui ne permet pas toujours de cibler au plus juste la réalité des vues depuis  Norme NFS 31-010, décembre 2008 : Relative à la caractérisation et mesurage des bruits de l’environnement.
les espaces privatifs. Instruction de plaintes contre le bruit dans une zone habitée.
 FD S 31-115, Guide sur les incertitudes de mesure en acoustique.
 La réalisation des photomontages  Projet de norme prNF31-114 : Relatif à la méthode de mesurage et d'analyse des niveaux de bruit dans l'environnement
d'un parc éolien.
Des photomontages réalisés à partir du logiciel WINDPRO par EnergieTeam sur la base des points de vue demandés par Vu
d’Ici permettent de concrétiser les différents types de vues sur le projet en simulant la perception du projet depuis des points Le projet de norme prNFS31-114 est dédié au constat de situation sonore d’un parc éolien en cours d’exploitation. Ainsi, la
de vue répartis régulièrement autour du site. méthodologie, les critères et modalités d’application en sont spécifiques. Dans le cadre de l’étude d’impact, ce projet de norme
est tout de même appelé à guider certaines parties de l’étude, comme la collecte et l’expression de la situation sonore en
La perspective des aér