Vous êtes sur la page 1sur 4

"Charnier" de Paris-Descartes : chronologie d’un scandale

Par Anne Jouan et Élodie Guéguen, cellule investigation de Radio France

 1887, loi du 15 novembre : "Toute personne peut régler, de son vivant, les modalités
de ses funérailles, disposer de son corps et en préciser la destination."

 1953 : inauguration du centre du don des corps (CDC) au sein du laboratoire d’anatomie
de la faculté de médecine de Paris, rue des Saints-Pères. Il est créé par le Pr Vincent
Delmas.

 1981 : le Centre du don des corps est un service commun de l’université René-Descartes,
au sein du laboratoire d’anatomie de l’UFR biomédicale des Saints-Pères

 Jusqu’en 1996 : les corps des personnes décédées à l’AP-HP et non réclamées par les
familles partaient à l’école de chirurgie de l’AP-HP, au Fer à Moulin.

 2001 : création de la société anonyme du Pr Guy Vallancien, l’école européenne de


chirurgie au sein de l’université Paris-Descartes, au 5e étage. Il s’y installe avec la
bénédiction de Pierre Daumard, président de Paris Descartes, élu en 1999. Les
administrateurs de l’école étaient : la Générale de santé, la Fédération nationale de la
mutualité française et le groupe hospitalier de cette dernière.

 Mars 2002 : rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale et de l’inspection


générale des affaires sociales, intitulé Conservation d’éléments du corps humain en
milieu hospitalier, rédigé par Elisabeth Dufourcq, Françoise Lalande, Valérie Delahaye-
Guillocheau et Marc Ollivier. Les inspecteurs ont visité le CDC le 11 septembre 2001
mais ne sont pas entrés à l’intérieur des chambres froides.

 2004 à 2007 : Jean-François Dhainaut est président de Paris-Descartes.

 2004 : le CDC devient un service général de Paris-Descartes, distinct du laboratoire


d’anatomie.

 1er février 2004 : le Pr Guy Vallancien est nommé directeur du Centre du don des corps
de Paris Descartes alors qu'il dirige déjà l'école européenne de chirurgie, une société de
droit privé, utilisant des corps venant du CDC.

 12 octobre 2004 : est votée en conseil d’administration, l’augmentation des tarifs de


mise à disposition des corps et des pièces anatomiques afin de financer des travaux - qui
ne verront jamais vu le jour-. Extrait du compte-rendu du CA : "La nécessaire adaptation
du fonctionnement du Centre du don des corps à l’ensemble des normes actuelles
d’hygiène et de sécurité exige un certain nombre d’augmentation de tarifs (…). Ces
augmentations serviront à engager des travaux au titre de la réfection interne des locaux
et, en particulier, des salles de réception des donateurs, de la chambre frigorifique, des
salles de dissection et du système d’embaumement. Elles permettront également
d’acquérir de nouveaux matériels et de mettre en place un système de traçabilité des
sujets [corps]". Il est décidé de faire payer 500 euros les sujets et 250 euros les pièces
anatomiques "pour tout enseignement ou recherche hors Paris V". Et pour "tout
enseignement ou recherche avec les industriels pouvant déposer des brevets sur leurs
découvertes", le tarif passe à 1000 euros pour les sujets et 500 euros pour les pièces
anatomiques (il était précédemment de 300 et 150 euros). Un participant (le procès-
verbal ne donne pas son nom) au conseil d’administration "affirme qu’un corps n’est
pas un objet de commerce. S’appuyant sur cet avis, il met en doute la légalité et la
régularité de la décision de l’université."

 2007 (décembre) à 2011 (décembre) : Axel Kahn est président de Paris-Descartes.

 31 juillet 2008 : arrêt de la contribution de 250 euros demandée aux personnes qui
donnent leur corps à la science (en plus de la prise en charge du transport de la
dépouille).

 2011 (décembre) à septembre 2019 : Frédéric Dardel est président de Paris-Descartes.

 23 janvier 2012 : rapport de la visite de la médecin du travail et des ingénieurs hygiène


et sécurité. Un médecin qui intervenait au CDC s’est plaint d’avoir retrouvé un mégot
dans les viscères d’un cadavre. Les inspecteurs découvrent que des corps de personnes
infectées au VIH, à l’hépatite B et C ont été mis à la disposition d’étudiants et de
médecins. Ils observent des problèmes de traçabilité et relèvent que des déchets à risques
infectieux sont partis avec les ordures ménagères.

 Janvier 2013 : rapport du Pr Jean-Michel Rogez, doyen de la faculté de médecine de


Nantes, sur le CDC de Paris-Descartes. Il critique l’état des locaux et des chambres
froides, détaille les problèmes de conservation et d’hygiène. "On ne pourra parler
valablement d’éthique que si ces corrections de locaux, de management et d’hygiène
sont réalisés."

 Mai 2013 : projet de restructuration du Centre du don des corps des Saints-Pères du Pr
Richard Douard, chirurgien digestif à l’hôpital européen Georges-Pompidou. Il écrit :
"Les locaux et notamment les réfrigérateurs sont vétustes et nécessitent une réfection
onéreuse dont le but est d’assurer, autant que faire se peut, une mise aux normes de ce
qui constitue juridiquement un lieu de sépulture temporaire" (…) Les matériels
disponibles pour les enseignements sont peu nombreux, vétustes, mal entretenus."

 19 juin 2014 : le Pr Richard Douard est nommé directeur du CDC.

 Juin 2014 : rapport du CHSCT qui note la "présence de rongeurs vivants " dans les
chambres froides. Selon lui, "la disposition des locaux ne permet pas de respecter la
dignité des sujets".

 Février 2015 : audit du cabinet KPMG à la demande du président de l'université,


Frédéric Dardel. KPMG déplore des problèmes de traçabilité des cadavres, la mise à
disposition d’un corps infecté par le VIH. L’audit relève que le personnel est "laissé
sans consignes, sans contrôle avec des possibilités de prise d’initiative malheureuses ".
Il note également que "les cadavres ne sont pas rangés décemment et que certains restes
humains mériteraient plus de respect ".
 2016 : démarrage de l'étude de faisabilité sur les travaux sur les espaces de conservation.

 Avril et mai 2016 : alerte sur les rongeurs et les vers qui mangent les corps, situation
des chambres froides et condition de travail des préparateurs (mails de la secrétaire
générale du CDC, Dominique Hordé).

 17 novembre 2016 : rapport des Pr Richard Douard et Brigitte Mauroy présenté au


président Dardel avec les photos du "charnier". Ils listent des "installations vétustes,
inadaptées, ne respectant pas les obligations légales. Des chambres froides non
hermétiques avec des pannes à répétition ".

 14 décembre 2016 : visite des inspecteurs "santé et sécurité" du ministère de


l’enseignement supérieur. Elle est axée sur les conditions de travail des préparateurs.
Préconisation de fermeture du CDC en l'absence d'un plan de retour de conformité, plan
présenté en février 2017 et accepté par le ministère.

 Janvier 2017 : Frédéric Dardel annonce débloquer un million d'euros pour des travaux.
Reprise des études de faisabilités sur les espaces de conservation et espaces
pédagogiques.

 6 mars 2017 : l’École européenne de chirurgie quitte les locaux et dépose le bilan

 9 juin 2017: réunion entre Richard Douard, Frédéric Dardel et le doyen de la faculté de
médecine Gérard Friedlander sur la mise en place d'un pôle santé comprenant le CDC,
les laboratoires de simulation iLumens et Ancre. Désaccord entre Richard Douard et
Frédéric Dardel.

 Juin 2017 : la chambre froide contenant plusieurs centaines de pièces anatomiques est
vidée.

 Juillet 2017 : visite du CDC par le rectorat et le conseil régional. Ils donnent leur accord
de principe pour financer des travaux : plus de 8 millions d'euros sont provisionnés.

 21 octobre 2017 : le Pr Richard Douard démissionne.

 26 octobre 2017: la présidente du comité d’éthique, le Pr Brigitte Mauroy, écrit au


président de Paris-Descartes, Frédéric Dardel pour lui signifier sa démission.

 Fin 2017 : 8 millions de travaux sont votés (mais en 2020, ces travaux sont encore
attendus).

 Janvier 2018 : enquête administrative ouverte par l’université sur le CDC suite à une
alerte concernant des actes de violence au sein de l’équipe des préparateurs. Dépôt d’une
main courante de la secrétaire générale, Dominique Hordé, début février, toujours pour
des faits de violence.
 Février 2018 : 70 nouvelles photos de l'intérieur du CDC sont prises par Anne-Valérie
Cornillet, administratrice du centre. Nouveau rapport très alarmant sur l’état des
chambres froides.

 Avril 2018 : plan de travaux et d’équipement mis en place en attendant le démarrage de


la rénovation complète du CDC.

 Avril à juillet 2018 : grand nettoyage des chambres froides.

 Mail 2018 : enquête sur le mode de fonctionnement administratif et financier des CDC
par le service d’audit du ministère de tutelle.

 Septembre 2018 : arrivée au CDC du patron de l’institut médico-légal de Paris, le Pr


Bertrand Ludes.

 Septembre 2019 : Frédéric Dardel, président de Paris-Descartes est nommé conseiller


spécial de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal

 19 novembre 2019 : dissection au CDC. Deux chirurgiens rapportent avoir disséqué un


corps très abîmé dont "la moitié n’était pas utilisable ".

 27 novembre 2019, 14 heures : révélation du "charnier" par L’Express.

 27 novembre, 18 heures : la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche


annonce sur Twitter la fermeture du centre et l’ouverture d’une inspection conjointe
avec l’Igas "afin d’établir la réalité des faits ".

 30 novembre 2019 : ouverture d’une enquête préliminaire pour "atteinte à la dignité


d’un cadavre ".

 Janvier 2020 : cambriolage de nuit au CDC dans les archives. L’université dépose
plainte.

 27 février 2020 : les familles des donneurs manifestent devant Descartes et demandent
la nomination d’un juge d’instruction

 12 mars 2020 : 52 familles ont porté plainte.

 13 mars 2020 : la cellule investigation de Radio France révèle documents et photos qui
auraient dû alerter les autorités.

Vous aimerez peut-être aussi