Vous êtes sur la page 1sur 5

Les Périodes Indiennes – Des cycles et des

vies
Par
Patrice Bouriche
– 15 octobre 2009Classé dans : Systèmes

L’astrologie indienne est une astrologie pluri-millénaire de très haute précision utile à ceux
qui veulent connaître les détails extrêmes des destins. Ainsi les périodes indiennes
(planétaires) apportent-elles un diagnostic du devenir de très haute précision.

Les astrologues indiens furent les premiers à identifier les cycles de vie d’un individu par
rapport aux planètes notamment en définissant, à partir de la position de la Lune en demeure
lunaire (Janma Nakshatra), le devenir des êtres humains.

Différents systèmes cohabitent :

Il existe plusieurs systèmes de calculs des périodes planétaires indiennes (40 au moins). Les
principaux sont Vimshottari, Ashtottari, Kalachakra, Yogini et Jaimini. Les trois premiers
sont les plus utilisés.
Le Vimshottari Dasha, correspondant à une chaîne planétaire périodique d’une durée de 120
ans, est le système le plus utilisé de tous à travers le monde. Il proviendrait des écrits du
« Brihat Parasara Hora Sastra », ou Grands Ecrits d’Astrologie du sage Parasara (Maharishi
Parasara), rédigés il y a environ 3000 ans avant notre ère. C’est dans ce texte que l’on
retrouve la transcription des cycles universels dont Tesla et Oppenheimer s Ȏtaient
inspirés pour leurs travaux scientifiques .

Nous vivons actuellement la période dite de Kali Yoga (l’Age de Fer) d’une durée 5 040 ans
et le cycle de vie naturel des êtres humains s’étale sur une « grande année » de 120 ans.
Certes, il faut bien avoué que le système est calqué sur la division en trois du cercle zodiacal
de 360°. La longitude 120° correspond aux 120 ans, mais surtout aux 9 Nakshatras gouvernés
chacun par 9 planètes aux périodes attitrées.

L’autre grand système est celui dit de l’Ashtottari Dasha correspondant à une chaîne
planétaire périodique d’une durée de 108 ans. Cette période de 108 ans correspond aux 108
padas (pieds) qui composent le zodiaque lunaire indien. Notons que ce nombre 108 serait
directement hérité de la Babylone et que ce système de période planétaire ignore l’existence
de Kethu qui ne maîtrise aucune demeure lunaire.
Ce système prédictionnel concerne toutes les personnes nées avec Rahu (le Nœud Nord) situé
en conjonction (0°) avec le maître de l’Ascendant, ou situé en angle avec celui-ci soit en
Carré (Kendra – 90°) ou en Trigone (Trikona – 120°). 8 astres sont seulement utilisés (Kethu
ne maîtrise aucun Nakshatra) et les périodes allouées sont totalement différentes du système
précèdent (Rahu gouverne par exemple une période d’une durée de 12 ans au lieu de 18 ans,
etc…).

Il existe d’autres conditions particulières liées à l’utilisation de ces deux systèmes de périodes.
Aussi l’astrologue devra-t-il utiliser de préférence le système Vimshottari lorsque la personne
est née la nuit durant une phase de Lune croissante (Shukla Paksha, soit de la Nouvelle Lune à
la Pleine Lune) ou le système Ashtottari lorsque la personne est née le jour durant une phase
de Lune decroissante (Krishna Paksha, soit de la Pleine Lune à la Nouvelle Lune), d’où
l’importance de bien vérifier les heures de lever et de coucher du Soleil.

Il existe un système tout aussi populaire appelé Kalachakra Dasha qui utilise à l’identique les
périodes attitrées aux 8 astres utilisés dans le système d’Ashtottari Dasha à la grande
différence que les périodes sont calculées à partir, non pas des Nakshatras, mais des Padas !

Les padas étant très rapprochés en degrés (soit 3°20’ contre 13°20’ pour les Nakshatras), ce
système nécessite de fait de connaître l’heure de naissance quasiment à la seconde près afin de
déterminer sans la moindre erreur possible les périodes de vie d’un individu.
Le système de Yogini Dasha correspond quand à lui au tiers de la durée d’Ashtottari, soit 36
ans. Le système de Jaimini Dasha, contrairement aux quatre autres, possède la particularité de
s’appuyer sur la position de l’Ascendant Arudha (Lagnarudha), qui est un Ascendant spécial
dont les hindous ont le secret, et non sur la position de la Lune.

Malgré les consignes données en matière de choix entre les systèmes rois Vimshottari et
Ashtottari, notamment au niveau des aspects diurnes ou nocturnes de naissance, il semblerait
qu’il soit possible d’utiliser le système Vimshottari dans tous les cas de figure comme le
montre les thèmes de Michael Jackson et de David Dwight Eisenhower.

Des subdivisions à l’infini… :

Chaque période indienne peut être subdivisée à volonté, jusqu’au millième de seconde !
Cependant, une hiérarchie temporelle existe :

- Le Dasa: Le plus haut niveau est constitué par le Grand Dasa (ou Dasha) est appelé Maha
Dasha. C’est la période principale de vie de l’individu.

- Le Buktis: Il s’agit de la première subdivision du grand Dasa.

- L’Antaras: C’est la subdivision du Buktis (sous-période) en « sous-sous période » appelée


aussi Antardashas.
Ces trois périodes et sous-périodes permettent d’affiner l’interprétation de la vie d’un individu
dans le temps. Les Antardashas se subdivisent eux même en sous périodes appelées
Pratyantardashas, elles-mêmes subdivisées en Sookshma-Antardashas, etc…

On considère que le 7ème Dasha (7ème grande période) est la période la plus
défavorable pour la vie du natif et c’est à ce moment que les événements peuvent lui être
fatals. Parfois, cette observation peut aussi se vérifier pour le 7ème Buktis ou Antardasha
d’un grand Dasha. En somme, les réussites et les échecs de l’individu sont dépendants des
énergies cycliques déterminées par la position de la Lune à la naissance.

Les Etats comme êtres vivants à part entière :

Il est aussi possible de transposer ces systèmes de périodes indiennes pour les Etats nations.
On s’aperçoit effectivement que les pays connaissent eux aussi des cycles réguliers de succès
et de déroutes déterminés en fonction de la position de la Lune au moment de leur création.

Il en va de même pour les cycles de vie de certaines technologies comme le montre cette
étude : L’arme nucléaire – un cycle de début et de fin.

En somme, les périodes indiennes affinent la validité des prédictions réalisées à partir d’un
thème natal et des thèmes de transit. Cette technique nous conforte au quotidien sur le fait que
la Lune détermine de manière très précise les destins des hommes et des nations.

Patrice Bouriche ©