Vous êtes sur la page 1sur 3

Problématique : Dans quelle mesure un fluide rhéoépaississant,

pourrait-il permettre de fabriquer une protection aux chocs ?

Introduction:

L’Homme est régulièrement exposé aux rudes danger de la vie courante, et ceci depuis le

début de son existence. Un des dangers principaux est celui causé par les chocs qu'ils soient petit

ou grand : chutes, coups ou bien encore plus rarement des impacts d’arme à feu. Pour se

protéger, l'Homme a mis au point des protections, des armures qui atténuent la force du coup et

ainsi permettent de limiter les dégâts reçus par le corps. Pour permettre l’amélioration des

armures, il cherche de nouveaux procédés, de nouvelles matières protégeant mieux que les

précédentes. Les armures ont énormément évolué : de la simple peau de bête au gilet en Kevlar,

en passant par des plaquettes de bois attachées les unes aux autres et aux armures de métal

lourdes du Moyen-Age.

Cependant, bien que les protections actuelles soient très efficaces, les dangers évoluent

avec l’apparition de nouveaux sports (par exemples les sports automobiles) et de nouvelles armes

plus performantes et provoquant des dégâts plus importants. C'est pour cette raison que l'homme

désire sans cesse améliorer ses protections : elles ont besoin de se développer en parallèle des

dangers.

Les armures actuelles ne permettent pas toujours une défense optimale, ni une très grande

mobilité. C ́ est pourquoi la piste des protections fluides est depuis quelques temps explorée par

les chercheurs.

De nouvelles protections sont elles envisageables ? Est-ce que ces protections fluides sont

un pas vers l'avenir? Nous allons tenter de répondre à cette question en étudiant dans un premier

temps les propriétés des fluides non-newtoniens.

Partie I

On peut qualifier de nombreux fluides de « Newtonien » c'est-à-dire, un fluide qui

conserve la même viscosité. La viscosité c’est la vitesse de déformation du fluide en fonction de

sa contrainte plus ou moins élevé. Mais d’autre sont appelé « non newtonien » il ne respecte pas

cette proportionnalité. Dans cette catégorie on y retrouve les fluide rhéofluidifiant qui ont une

viscosité qui diminue avec la contrainte apposer. Il y a aussi les fluides rhéoépaississants qui eux

ont une viscosité qui augmente avec la contrainte apposer. C'est a eu que nous allons nous

intéresser.

Le comportement des rhéoépaississant est assez rare, leur viscosité augmente lorsque la

vitesse de cisaillement augmente (contrainte plus ou moins rapide de manière parallèle à la face

du fluide). La courbe d'écoulement correspondante s'incurve vers le haut.

Colloïde, Système dans lequel des particules sont en suspensions dans un premier temps

dans fluide, et dans un second temps les colloïdes vont se lier lors du cisaillement d'un objet, plus

il y aura de colloïdes plus le fluide sera résistant. Lors du choc le fluide va être séparé par une

succession de couches, celles-ci vont favoriser l'augmentation de la viscosité.


Partie 2 :

Notre première expérience a eu pour but de déterminer la quantité nécessaire de fécule de

maïs pour créer un fluide assez résistant. Pour cela on a fait un montage, on a eu besoin d'un

oscilloscope avec la fonction trigger, un capteur qui évalue la distance avec un laser ainsi qu'une

ficelle qui d'un côté est relié au papier (où le capteur va évalué la distance ) et de l'autre côté est

relié à un poids. Grâce à un système de poulies, on va lâcher le poids, donc le poids va couler

dans le fluide et de l'autre côté la ficelle va tirer et élever le papier, ainsi le capteur aura détecté le

changement de distance papier/capteur et une courbe va se former sur l'oscilloscope, l'allure de la

courbe va déterminer la résistance du fluide.

Conclusion:

Il s'agissait de trouver dans quelles mesures un fluide rhéoépaississant peut-il servir de

protection face aux chocs. Nous avons donc étudié en particulier le mélange avec Maïzena, nous

avons trouvé grâce à nos expériences que si l'on veut faire une protection, il faudrait que le fluide

contienne 60% de Maïzena et 40% d'eau.

On peut donc espérer que dans l'avenir et surement avec certaines modifications, on

pourrais utiliser ces fluides comme protection à plus grande échelle .