Vous êtes sur la page 1sur 102

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHESCIENTIFIQUE


UNIVERSITE LARBI BEN M’HIDI OUM EL BOUAGHI
FACULTE DES SCIENCES ET DES SCIENCES APPLIQUEES

DÉPARTEMENT DE GENIE DES PROCEDES

MEMOIRE

En vue de l'obtention

DU DIPLOME DE MASTER EN
GENIE CHIMIQUE

Etude cinétique, par modélisation, de


l’effet de la variation de la pression et de
la richesse sur la combustion du méthanol

Présenté par : Encadreur :

1. SALHI Ali Mme. HAMDANE Soumia


2. BENDAIKHA Rachid

Promotion 2013-2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHESCIENTIFIQUE
UNIVERSITE LARBI BEN M’HIDI OUM EL BOUAGHI
FACULTE DES SCIENCES ET DES SCIENCES APPLIQUEES

DÉPARTEMENT DE GENIE DES PROCEDES

MEMOIRE

En vue de l'obtention

DU DIPLOME DE MASTER EN
GENIE CHIMIQUE

Etude cinétique, par modélisation, de ’effet


de la variation de la pression et de la
richesse sur la combustion du méthanol

Présenté par : Encadreur :

1. SALHI Ali Mme. HAMDANE Soumia


2. BENDAIKHA Rachid

Promotion 2013-2014

I
Dédicace
Avec un énorme plaisir, un coeur ouvert et une
immense joie, que je dédie mon travail à mes
très chers, respectueux et magnifiques parents
qui m’ont soutenu tout au long de ma vie ainsi à
mon frère et ma sœur.
Je tiens aussi à dédier ce travail à mes amis et a
tous les membres de ma famille proche sachant
combien leur soutien, leur compréhension et
leur bonne humeur m’ont été précieux, en
contribuant à libérer mon esprit des petits
soucis matériels quotidiens et en m’apportant
l’énergie et l’optimisme nécessaire pour mener
ce travail.
Le mémoire n’est pas un long fleuve tranquille
et je tiens à remercier toutes les personnes qui
m’ont aidée à le traverser.
A toutes personnes qui m’ont encouragé ou aidé
au long de mes études.

II
Remerciements :
Avant toute chose, nous remercions DIEU tout puissant qui
nous a guidé tout au long de notre vie, qui nous a permis de
nous instruire et d’arriver jusqu’ici dans nos études, qui nous
a donné courage et patience.
Nous souhaitons tout d’abord remercier notre encadreur
madame HAMDANE Soumia pour son soutient, sa confiance,
et ses connaissances dont nous avons bénéficié pendant ce
travail, nous lui exprimons notre profond respect et notre
éternelle reconnaissance.
Nous souhaitons aussi remercier Monsieur REZGUI Yasine
pour sa disponibilité ses conseils qui nous ont aidé à avancer
dans ce travail.
Nous remercions également Monsieur GHERRAF
Nourddine pour ses efforts afin de nous garantir de
meilleures conditions de travail.
Nous tenons à remercier aussi les membres du jury d’être
intéressés à ce travail et de l’évaluer.

III
Sommaire
SOMMAIRE

Sommaire

INTRODUCTION GENERALE……………………………………………………………….1

CHAPITRE I : CARBURANT ET BIOCARBURANT…....................................................3


Ι. Carburant …………………………………………………………………………………...3
1. Introduction ……………………………………………………………………………….3
2. Définition de carburant……………………………………………………………………3
3. Types de carburant ………………………………………………………………………..4
3.1. Les essences ………………………………………………………………………..….4
3.1.1. Caractéristique des essences……………………………………………………...4
3.1.1.1. Propriétés physiques ……………………………………………………...…4
3.1.1.2. Propriétés thermiques ………………………………………………………..5
3.1.1.3. Propriétés chimiques : définition des indices d'octane………………………7
3.2. Le gazole…………………………………………………………………………….....8
3.2.1. Caractéristique de gazole…………………………………………………………9
3.2.1.1. Propriétés physiques ………………………………………………………...9
3.2.1.2. Propriétés chimiques : l'indice de cétane…………………………………...10
3.2.1.3. Formulation du gazole……………………………………………………...11
3.3. Le carburéacteur………………………………………………………………………11
3.4. Le gaz de pétrole liquéfié (GPL)……………………………………………………..12
Π. biocarburant………………………………………………………………………………12
1. Définition de biocarburant……………………………………………………………….12
2. Généralité sur les biocarburants………………………………………………………….13
3. les générations de biocarburant……………………………………………………….….13
3.1. Les filières de première génération…………………………………………...………13
3.1.1. Filière huile pour les véhicules diesel (biodiesel)…………………………….....13
3.1.2. Filière alcool pour les véhicules à essence…………………………………...…14
3.2. Les filières de deuxième génération……………………………………………….…14
3.2.1. Voie biochimique d’éthanol cellulosique……………………………………….15
3.2.2. Gazole de synthèse ou BTL……………………………………………………..15
3.3. Les filières biogaz…………………………………………………………………….16

IV
SOMMAIRE

3.4. Les filières troisième génération ……………………………………………………..17


ΠΙ. Méthanol ………………………………………………………………………………..20
1. Introduction ………………………………………………………………………….20
2. Principaux types de méthanol ………………………………………………………..21
3. Caractéristique physique……………………………………………………………...21
4. Caractéristiques thermodynamiques ………………………………………………....23
5. Réaction chimiques…………………………………………………………………25

CHAPITRE II: LA COMBUSTION………………………………………………………..26

1. Introduction………………………………………………………………………………26

2. Définition de la combustion………………………………………………………………26
2.1. L’oxydation et la combustion…………………………………………………….......27
2.2. Oxydation des alcools……………………………………………………………..….28
2.3. Les combustibles……………………………………………………………………...30
2.4. Les comburants……………………………………………………………………….31
3. Différents types de combustion………………………………………………………......31
3.1. Combustion rapide……………………………………………………………………31
3.2. Combustion complète………………………………………………………………...32
3.3. Combustion incomplète………………………………………………………………32
3.4. Combustion complète avec excès d'air…………………………………………….…32
3.5. Combustion incomplète avec excès d'air……………………………………………..32
3.6. Combustion chaude (turbulente) ……………………………………………………..33
3.7. Autres classification de combustion………………………………………………….33
3.7.1. Combustion sans flamme……………………………………………………..…34
3.7.1.1. Combustion lente………………………………………………………..…35
3.7.1.2. Combustion spontanée……………………………………………………..35
3.7.2. Combustion avec flamme (vive) ……………………………………………..…35
3.8. Combustion stoechiométrique……………………………………………………..…37
4. Énergie dégagée et pouvoir calorifique…………………………………………………..37
5. Vitesse du front de flamme et explosion…………………………………………………38
6. Auto inflammation et propagation…………………………………………………….….38
7. Cinétique chimique et élaboration de modèle réactionnel………………………………..39
V
SOMMAIRE

7.1. Étapes réactionnelles………………………………………………………………….39


7.2. Élaboration d’un modèle réactionnel…………………………………………………40
8. Brûleurs…………………………………………………………………………………...41
8.1. Brûleurs à flamme de prémélange………………………………………………...…41
8.2. Brûleurs à flamme de diffusion……………………………………………………….43
9. Structures de flammes plates laminaires et pré-mélangées………………………………..44
9.1. Caractéristique de la flamme………………………………………………………...44
9.2. Stabilisation des flammes sur brûleur………………………………………………...45
9.3. Caractérisation d'un mélange combustible - comburant……………………………...46
10. Structure de flamme……………………………………………………………………..47

CHAPITRE III: MODELISATION CINETIQUE.…..........................................................48


1. Modélisation de la cinétique chimique de combustion ………………………………...…48
1.1. Modélisation : Généralités et objectifs………………………………………………..48
1.2. Mécanismes globaux, semi-globale et détaillés ……………………………………...49
1.2.1. Mécanismes globaux …………………………………………………………….49
1.2.2. Mécanismes semi-globale ……………………………………………………….50
1.2.3. Mécanismes chimiques détaillés ……………………………………………...…51
2. Procédure schématique de mise au point d'un mécanisme chimique détaillé pour
la modélisation des flammes ………………………………………………………………....52
3. Utilisation du code de calcul CHEMKIN II ……………………………………………...53
4. Structure de CHEMKIN II……………………………………………………………...…53
5. Modélisation des flammes plates laminaires prémélangées..…………………………....56
5.1. Equations de conservation…………………………………… ……………………...56
5.2. Méthode de résolution numérique…………………………………… ……………...57
6. Descriptif des données d’entrée …………………………………………………………..57
6.1. Le fichier INPUT …………………………………………………………………….57
6.2. La base de données thermodynamique ………………………………………………60
6.3. La base de données de transport ……………………………………………………..60
6.4. Le mécanisme chimique détaillé……………………………………………………...61
7. Modélisation……………………………………………………………………………….62
8. Résultats et discussion……………………………………………………………………..63

VI
SOMMAIRE

8.1. Fractions molaires de CH3OH………………………………………………………..63


8.2. Fractions molaires deO2………………………………………………………………64
8.3. Fractions molaires de CH3O ………………………………………………………….65
8.4. Fractions molaires de OH ……………………………………………………………66
8.5. Fractions molaires de CO…………………………………………………………….67
8.6. Fractions molaires de CO2 …………………………………………………………...68
CONCLUSION GENERALE ………………………………………………………………69
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES…………………………………………………..70
ANNEXE……………………………………………………………………………………..75

VII
LISTE DES FIGURES ET des tableaux

Liste des figures

Figure 1.1 : Schéma de principe du procédé de production d’éthanol à partir de biomasse


lignocellulosique …………………………………………………………………………..….15

Figure 1.2 : Conversion de la biomasse en carburants liquides par voie thermochimique ….16

Figure 1.3 : Vue microscopique de micro algues (source www.devicedaily.com) …………18

Figure 1.4 : Algues cultivés dans des eaux usées (source : News Center
Department of Energy) ………………………………………………………………………19

Figure 2.1: Le triangle du feu. ……………………………………………………………….27

Figure 2.2 : classification de la combustion, basée surles vitesses d’oxydation……. …….. .33

Figure 2.3 : classification de la combustion, basée sur l’absence ou la présence de flamme...34

Figure 2.4 : classification des types de flammes en fonction de leur forme et de leur mélange
réactionnel. …………………………………………………………………….……………...36

Figure 2.5 : Brûleur à flamme de pré-mélange ………………………………………...……43

Figure 2.6 : Flammes de diffusion ……………………………………………………….….44

Figure 2.7 : Schéma d’un brûleur à flamme plate (Borghi et Destriau, 1995) ……………....45

Figure 3.1: Structure schématique d’une flamme plate de pré-mélange …………………....49

Figure 3.2: structure générale de CHIMKIN II………………………………………...…….54

Figure 3. 3 : Comparaison des fractions molaires de CH3OH à Φ cst et P cst……………….63

Figure 3. 4 : comparaison des fractions molaires de O2 à Φ cst et P cst ……………………..64

Figure 3.5 : comparaison des fractions molaires de CH3O à Φ cst et P cst…………………..65

Figure 3.6 : comparaison des fractions molaires de OH à Φ cst et P cst……………………..66

Figure 3.7 : comparaison des fractions molaires de CO à Φ cst et P cst……………………..67


VIII
LISTE DES FIGURES ET des tableaux

Figure 3.8 : comparaison des fractions molaires de CO2 à Φ cst et P cst…………………….68

Liste des tableaux

Tableau 1.1 : pouvoirs calorifiques massiques et volumiques des essences ………………….7

Tableau 1.2 : Spécifications européennes du gazole Pays à climat tempéré ………………….9

Tableau 1.3 : Spécifications européennes du gazole (norme EN 590) Pays à climat


arctique…...................................................................................................................................10

Tableau 1.4 : Densité des mélanges méthanol-eau ………………….……………………….22

Tableau 1.5 : Indice de réfraction en fonction de la température…………………………….22

Tableau 1.6 : tension de vapeur de méthanol. ……………………………………………….24

Tableau 3.1 : exemple de fichier INPUT…………………………………………………….59

Tableau 3.2 : exemple pour la base de données de transport…………………………………61

IX
Introduction générale
INTRODUCTION GENERALE

Introduction générale

Au cours des dernières décennies, la croissance des revenus, les progrès en matière de
technologies, l’amélioration des infrastructures notamment les routes, se sont traduites par
une demande de mobilité plus grande : plus de voyages sur des distances moyennes plus
importantes. Conséquence de ceci, le transport s’est accru très fortement et devrait poursuivre
sa croissance. Le pétrole constitue la principale source de carburant pour les automobiles. A
l’échelle mondiale, les carburants issus du pétrole constituent 98 % de l’énergie utilisée dans
ce secteur. Ce pétrole n'est pas inépuisable et sa combustion produit beaucoup de dioxyde de
carbone, un gaz à effet de serre. Le remplacement progressif des carburants pétroliers par des
carburants alternatifs est envisagé pour résoudre la double problématique de disponibilité de
l'énergie et de la protection de l'environnement.

Dans ce contexte les biocarburants se placent dans une très bonne position puisqu'ils sont
issus de la biomasse, une source d’énergie renouvelable. L’utilisation de ces carburants
alternatifs n’augmente pas la teneur en dioxyde de carbone de l’air car leur combustion ne fait
que restituer à l'atmosphère les quantités de dioxyde de carbone utilisées par la photosynthèse
chlorophyllienne pendant la croissance des plantes vertes. Ces composants seront d’autant
mieux valorisés que les produits pétroliers devront évoluer vers des formulations différentes
avec réduction voire suppression de certains corps ou fractions comme par exemple le plomb,
le soufre, les hydrocarbures aromatiques et tout particulièrement le benzène, etc. Les
biocarburants sont des énergies renouvelables pour lesquels on considère qu'ils ne contribuent
pas à aggraver certains impacts environnementaux globaux, comme par exemple l’effet de
serre.

De nos jours dans la grande famille des biocarburants, les hydrocarbures oxygénés sont
considérés comme les alternatifs les plus attrayants aux carburants usuels. Parmi eux,
le méthanol est intéressant comme l'un des plus simples molécules de carburant contenant
l'oxygène. Utilisé comme additif oxygéné aux essences, il a été démontré depuis longtemps
qu'il est l'un des combustibles de substitution prometteurs pour les moteurs à allumage par
étincelle; il est donc un alternatif attrayant aux carburants traditionnels de transport. Le
méthanol est le combustible le moins cher par unité calorifique, il peut être produit
à partir des matières premières fossiles largement disponibles y compris le charbon, le gaz
1
INTRODUCTION GENERALE

naturel, la biomasse et en particulier le bois. Il est aussi carburant propre vu l'absence dans sa
structure de la liaison C-C ce qui limite la probabilité d une combustion incomplète.

L’importance de l’utilisation du méthanol surtout entant que carburant nous a mené à


faire une étude de l’effet de la variation de la richesse et la pression sur sa combustion utilisant
un mécanisme détaillé de combustion de méthanol.

Le présent mémoire est composé de trois parties. Dans une première partie (chapitre I),
nous présentons les différents types de carburants et leurs propriétés, puis les trois générations
des biocarburants. Ensuite nous présentons avec plus de détail le méthanol. La deuxième
partie présente (chapitre II) des notions sur les aspects fondamentaux de la combustion, les
combustibles, la théorie des flammes de pré-mélange laminaires. La troisième partie présente
d’une façon générale les principes de la modélisation par le biais du code de calcul
CHEMKIN, puis utilisant ce code de calcul on étudie l’effet de la variation de la richesse et
pression sur la combustion du méthanol.

2
Chapitre 1 :
Carburants et
biocarburants
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Dans ce chapitre, nous présenterons les différents types de carburants et leurs


propriétés, puis les trois générations des biocarburants. Ensuite nous présenterons avec
plus de détail le méthanol thème de notre travail.
Ι. Carburants

1. Introduction

Au sens large, les carburants sont des composées chimiques, le plus souvent liquide,
plus rarement gazeux, dont la combustion en présence d’air permet l’obtention d’énergie
mécanique dans les moteurs thermiques.
Les carburants sont, dans leur version classique, des mélanges d’hydrocarbures issus des
opérations de raffinage et de transformation du pétrole brute.
Les caractéristiques physico-chimiques de chaque type de carburant dépendent étroitement
du type de convertisseur d’énergie envisagé, et résultent d’un compromis entre les
exigences du système moteur-véhicule et les contraintes de l’industrie du raffinage.
Pour caractériser et distinguer les carburants, on peut faire appel soit à des indications
globales liées à leurs propriétés physico-chimiques, soit à des techniques d’analyses plus
précises renseignant sur la structure des carburants [1].
2. Définition de carburant
Les carburants sont des produits dont la combustion en présence d’air permet le
fonctionnement des moteurs thermiques à pistons (de type essence ou diesel) ou à flux
continu (réacteurs d’avion, turbines à gaz). On ne doit pas confondre les termes carburant
et combustible, ce dernier étant, quant à lui réservé aux produits utilisés pour la fourniture
d’énergie thermique dans les chaudières, les fours, les centrales…
Dans leur immense majorité, les carburants sont des liquides, ce qui permet d’obtenir un
excellent compromis entre la compacité, la facilité et la sécurité de mise en œuvre. Les
carburants gazeux [gaz naturel, gaz de pétrole liquéfié (GPL)] se développent actuellement
pour des usages spéciaux (circulation urbaine), en raison de leur caractère peu polluant.
Rappelons, en effet, que, dans le monde les véhicules utilisent des carburants liquides et du
gaz naturel ou du GPL. Quant aux carburants solides (charbon, bois) leur contribution qui
fut parfois Importante en période de pénurie énergétique ne revêt plus maintenant qu’un
intérêt historique [2].

3
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

3. Types de carburants

3.1. Les essences

Le terme générale « essence » désigne l’ensemble des carburants utilisés dans les
moteurs à allumage commandé par étincelle, dits « moteurs à explosion ».
Les essences se classent, en réalité, en plusieurs catégories selon leurs indices d’octane. On
distingue les essences ordinaires et les supercarburants; un autre mode de répartition
concerne la présence ou l’absence d’alkyles de plomb dans ces produits, c’est ainsi que
dans une même station-service, il peut exister une large gamme de types d’essences
ordinaires ou super, avec ou sans plomb [1].
3.1.1. Caractéristiques des essences

3.1.1.1. Propriétés physique

Les propriétés physiques du carburant exercent une influence sur l’alimentation et la


combustion surtout lors du démarrage, de la mise en action et du fonctionnement par
temps très froid ou très chaud.

a) masse volumique
La masse volumique varie avec la température selon la relation :
ρT = ρ15 - k (T – 15)

Avec ρ=0.77 kg / l pour le supercarburant et ρ=0.765 kg / l, pour l’essence ordinaire [3].

b) volatilité
La volatilité des essences s’exprime soit par une courbe de distillation (distillation
A.S.T.M) ou par la pression de vapeur.
1. courbe de distillation : la courbe de distillation représente l’évolution de la
fraction distillée en volume, à pression constante, en fonction de la température,
dans un appareillage approprié.
2. pression de vapeur : la pression de vapeur d’un mélange complexe à une
température donnée, est la pression pour laquelle s’établie l’équilibre liquide-
vapeur. Un liquide est d’autant plus volatile que sa pression de vapeur est forte [4].

4
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

c) densité
La densité est le rapport du poids d’un certain volume d’échantillon à une
température "T" au poids du même volume d’eau à une température standard. Le choix de
l’état standard à 4°C permet l’identification des chiffres qui mesurent la densité et la
masse volumique [5].
d) viscosité
La viscosité est une grandeur physique qui mesure la résistance interne à
l’écoulement d’un fluide, résistance due au frottement des molécules qui glissent l’une
contre l’autre
1- la viscosité dynamique : u= (force. longueur)/ (surface .vitesse)=M/L .T
2- la viscosité relative : c’est le rapport de la viscosité du liquide à celle de l’eau
mesure à 20°C.
3- la viscosité cinématique : v est le rapport de la viscosité absolue à la densité mesurée à
la température.
Elle s’exprime en stokes et en centistokes : v = u /d [5].
e) teneur en gommes
Les gommes sont des molécules condensées par oxydation et polymérisation des
oléfines instables, si leur teneur dépasse la spécification, elles risquent de former des
dépôts très gênant aux points de la tubulure et sur les tiges des soupapes d’admission qui
peuvent alors se bloquer. Le réservoir lui-même finit par se tapisser d’une pellicule plus ou
moins importante de gommes qui si elle se détache par morceaux, risque d’obstruer la
canalisation ou le filtre [6].
f) teneur en soufre
Les ennuis causées par la présence du soufre dans les essences sont de différents
ordres, la combustion donne des anhydrides sulfureux et sulfurique, qui en présence de la
vapeur d’eau, forment l’acide sulfurique dilué particulièrement corrosif [6].
3.1.1.2. Propriétés thermique

a) chaleur spécifique

C’est la quantité de chaleur qu’il faut fournir à l’unité de poids pour augmenter sa
température d’un degré. L’unité de chaleur spécifique est donc la même dans les systèmes
métriques et anglo-saxon industriellement, on prend pour unité de poids le kilogramme ou
la tonne ou la livre. Dans ces conditions, on a donc : K cal / kg. °C=B tu /lb. °F

5
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

La chaleur spécifique à l’état liquide est une fonction pratiquement linéaire de la


température, sauf pour les hydrocarbures légers (C5_). Elle dépend également de la densité
et de la nature chimique des fractions des hydrocarbures.
La chaleur spécifique à pression constante à l’état vapeur est une fonction très sensible de
la pression [5].
b) chaleur de vaporisation

C’est la quantité de chaleur nécessaire pour transformer une mole de liquide en


vapeur. Elle est généralement désignée par le symbole L et s’exprime en J/mol ; elle
dépend de la température d’ébullition et de la pente dP /dT de la courbe de changement
d’état. La chaleur de vaporisation est donnée par la formile de clapeyron :

L=T (V2-V1) dP /dT

Avec :
T : température absolue(K).
V2, V1 : volumes molaires respectifs des phases vapeur et liquide (m 3 /mol) .
π : pression de vapeur (Pa).
On notera que L diminue lorsque la température augmente et s’annule au point critique ou
V2=V1, tandis que conserve une valeur finie

En fait cette grandeur reste sensiblement constante pour tous les carburants ; de l’ordre
de 335j/g et n’entraine pas habituellement de contraintes particulières.
Il faut toute fois signaler que l’emploi de certains carburants de substitution à forte chaleur
de vaporisation, comme les alcools et notamment le méthanol, exige des adaptation ou des
modifications du circuit d’admission [1].

c) Conductivité thermique
La conductivité thermique exprime le flux de chaleur dans un milieu homogène,
rapporté à l’unité de temps, de surface perpendiculaire à la direction du flux et au gradient
de température entre les faces d’entrée et de sortie. L’unité de conductivité pratique utilisée
est la K cal / h. m2 [5].
d) Enthalpie
L’enthalpie d’un hydrocarbure pur ou d’une fraction pétrolière exprime la quantité
totale de chaleur contenue dans cet hydrocarbure ou cette fraction dont l’état
thermodynamique doit être défini par la pression et la température [5].
e) Pouvoir calorifique
6
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Le pouvoir varie généralement pour l’ensemble des carburants classiques, exprimée


en volume, il est le plus souvent de 2 à 3%, il est plus élevé pour le super carburant que
pour l’essence ordinaire.
Le pouvoir massique ou volumique représente la quantité d’énergie dégagée par unité
de masse ou de volume du carburant, lors de la réaction chimique de combustion complète
conduisant à la formation de CO2et H2O. on à deux types de pouvoirs calorifiques(PS),le
PCS (supérieur) et le PCI (inférieur), ce dernier est le plus utilisé car dans les produits de
combustion rejetée par les moteurs et les bruleurs, l’eau se trouve se forme de vapeur [1].
Le tableur 1.1 donne les valeurs moyennes des pouvoirs calorifiques massiques et
volumiques.

Tableau 1.1 : pouvoirs calorifiques massiques et volumiques des essences [1].

type de produit PCI massique Masse volumique PCI volumique


(K j/Kg à 25°C) (Kg /dm 3 25°C) (K j / k G à 25°C)

Essence ordinaire 43325 0.735 31845

Essence super 42900 0.755 32390

3.1.1.3. Propriétés chimiques : indices d’octane

Les indices d’octane sont définis pour les carburants utilisés dans les moteurs à
allumage commandé dans lesquels des bougies produisent des étincelles assurant
l’inflammation du mélange carburant-comburant. On notera que le terme consacré par
l’usage de moteurs à explosion n’est pas correct car le bon fonctionnement d’un moteur
doit correspondre à une déflagration. Une explosion correspond au déplacement du front
de flamme à une vitesse supersonique de l’ordre de 2 à 3 km/s, la vitesse du son dans l’air
étant de 340 m/s. du fait de la transmission d’une pression et de l’élévation de température,
différentes parties du mélange gazeux s’enflamment spontanément et donnent naissance à
plusieurs fronts de flamme qui se rencontrent. Il en résulte une combustion anormale
portant le nom de cliquetis, phénomène qui à haut régime peut être dangereux pour les
moteurs.
Une déflagration correspond au déplacement du front de flamme à une vitesse
subsonique de l’ordre de quelques centimètres à quelques mètres par seconde avec
transmission d’une détente. Dans ces conditions qui sont les conditions normales de

7
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

fonctionnement des moteurs dits à « explosion », la combustion accompagne le


déplacement du piston.
La qualité d’un carburant pour moteur à explosion est appréciée par son pouvoir
antidétonant et mesurée par l’indice d’octane. cet indice est défini de la façon suivante:
soient le 2, 2,4-triméthylpentane (1) encore appelé isooctane auquel on affecte l’indice 100
et l’heptane normal(2)auquel on affecte l’indice 0. On dit qu’un carburant a pour indice
d’octane x si ce carburant a le même pouvoir antidétonant que le mélange constitué de x %
en volume de (1) et (100 –x)% de (2) la mesure étant effectuée avec un moteur
standard [7].

2,2,4-triméthylpentane heptane normal

moteur C F R : C’est un moteur mono-cylindrique , qui fonctionne à pleine admission et à


faible régime de rotation (de 600 à 900 trs/min), selon la procédure retenue [1].

3.2. Le gazole

Le gazole doit présenter, à l’inverse des essences, une forte tendance à l’auto
inflammation puisque le principe de fonctionnement du moteur Diesel repose sur
l’inflammation du carburant injecté sous haute pression dans l’air préalablement
comprimé. La qualité du gazole s’exprime ainsi par l’indice de cétane qui n’influe pas
directement sur les performances du moteur mais agit plutôt sur l’agrément d’utilisation
(démarrage à froid, bruit, émissions de polluants, etc.).
Une autre caractéristique essentielle du gazole est sa tenue au froid puisque la
formation en son sein de cristaux de paraffine, à des températures hivernales (0 à - 20 °C),
risquerait d’obstruer le filtre disposé sur le circuit d’alimentation. Le raffineur ajuste
l’indice de cétane et les caractéristiques à froid du gazole en agissant sur la nature
et la composition des bases constitutives et en incorporant certains additifs fluidifiants ou
pro cétane. Dans ce domaine également, l’optimisation est actuellement rendue difficile en
raison de la forte diésélisation du parc automobile et de la nouvelle structure du raffinage
fournissant des distillats moyens de qualité médiocre [8].

8
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

3.2.1. Caractéristique de gazole

3.2.1.1. Propriétés physiques

Tableau 1.2 : Spécifications européennes du gazole Pays à climat tempéré [2].

Valeur limite
caractéristiques
mini maxi
Masse volumique à 15°C…………………… (Kg/L) 0.820 0.860
Viscosité à 40 °C…………………………. (mm2/s) 2.00 4.50
Courbe de distillation
E250…………………………………………. (%vol) 65
E350………………………………………..... (%vol) 85
E370………………………………………….. (%vol) 95
Température limite de filtrabilité (°C) (1)
Classe A…………………………………………… +5
Classe B…………………………………………… 0
Classe C…………………………………………… -5
Classe D…………………………………………… -10
Classe E…………………………………………… -15
Classe F…………………………………………… -20
indice de cétane
mesuré………………………………………….. 49
calculé………………………………………….. 46
(1) la France a opté pour les classes B, E, F respectivement pour les périodes d’été,
d’hiver et de grand froid.

9
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Tableau 1.3 : Spécifications européennes du gazole (norme EN 590) Pays à climat arctique [2].

volumes limites par classe


caractéristiques
Classe 0 Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4
Masse volumique à 15°C
Minimal………………. …..(Kg/L) 0.800 0.800 0.800 0.800 0.800
Maximal…………… ….….(Kg/L) 0.845 0.845 0.845 0.845 0.845
Viscosité à 40 °C
minimal.............................. (mm2/s) 1.50 1.50 1.50 1.50 1.50
2
Maximal........................... (mm /s) 4.00 4.00 4.00 4.00 4.00
courbe de distillation
E180 minimal……………. (%vol) 10 10 10 10 10
E340 Maximal…………….(%vol) 95 95 95 95 95

Comportement à froid
Point de trouble maximal….. (°C) -10 -16 -22 -28 -34
TLF maximal………………... (°C) -20 -26 -32 -38 -44
indice de cétane
mesuré……………………….(min) 47 47 47 45 45
calculé……………………… (min) 46 46 45 43 43

3.2.1.2. Propriétés chimiques : l'indice de cétane

L’indice de cétane est défini dans le cas des carburants pour moteurs diesel dans
lesquels l’inflammation du mélange combustible-comburant résulte simplement
de la pression et de la température réalisée dans la chambre de combustion.
Il y a auto-inflammation de ce mélange dans les conditions adoptées. Le carburant pour
moteur diesel doit avoir la meilleure aptitude à l’auto-inflammation et la mesure de cette
aptitude est réalisée de la façon suivante. Soit l’hexadécane linéaire (3) ou cétane auquel
on affecte l’indice 100 et l’a -méthylnaphtaléne(4) auquel on affecte l’indice 0. On dit
qu’un carburant a pour indice de cétane x s’il présente le même pouvoir d’auto-
inflammation que le mélange de x % en volume de (3) et de (100- x)% de (4), la mesure
étant faite avec un moteur diesel standard type CFR .

10
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

CH3-(CH2)14-CH3

n- Hexadécane a-methylnaphthalene

La mesure expérimental s’effectue en augmentant le taux de compression jusqu’à


l’obtention d’un délai d’auto-inflammation fixé et en déterminant à partir d’abaques à quel
mélange binaire de (3) et (4) cette pression correspond [7].

3.2.1.3. Formulation du gazole

Il faut d'abord noter que, sous l'angle du raffinage, le gazole présente globalement des
caractéristiques physiques et une composition chimique proches de celles du fuel
domestique utilisé pour le chauffage et pour l'alimentation de certains moteurs Diesel
rustiques (tracteurs, engins de travaux publics, etc.). Toutefois, le gazole se distingue
du fuel domestique par la présence en son sein de plusieurs additifs spécifiques, par un
meilleur indice de cétane et par une désulfuration plus profonde [9].

3.3. Carburéacteur

Le carburéacteur est un carburant destiné à l’alimentation des bruleurs des


turboréacteurs d’avion. Deux qualités existent ; l’une est destinée à l’aviation civile, l’autre
à l’aviation militaire ; pour ce dernier usage on parlera de carburéacteur large coupe.
Ces coupes sont caractérisées par la courbe de distillation, le point de congélation et la
teneur en aromatiques. Le carburéacteur destiné à l’aviation civile correspond sur le plan
de la distillation, à peu prés à l’ancienne coupe dite de " pétrole lampant"distillant entre
200 et 280 °C ce qui permet d’avoir un point éclair supérieur à 38°C. Le point de
congélation maximal doit être de -50°C et la teneur en aromatiques inférieure ou égale à
20%. En ce qui concerne le carburéacteur large coupe, la plage de distillation est ouverte
vers des points d’ébullition plus bas, ce qui permet d’incorporer une fraction lourde des
coupes essences. La teneur en aromatiques tolérée est plus élevée, sa limite étant fixée
à 25%, et le point de congélation ne doit pas être supérieur à -58°C [7].

11
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

3.4. Les gaz de pétrole liquéfiés (GPL)


Les gaz de pétrole liquéfiés sont des mélanges d’hydrocarbures comprenant
essentiellement du propane et du butane.
a) propane : le propane commercial doit être constitué de 90 % au moins de
propane et propène. Sa masse volumique doit être égale ou supérieur à 0.502 kg/l à
15°C et il doit avoir un point d’ébullition final inférieur ou égale à -15°C.
b) butane : le butane doit être composé principalement de butane et butène et contenir
moins de 19% en volume de propane et de propène ; il doit avoir une masse
volumique égale ou supérieure à 0.559 Kg/l à 15°C. le point final d’ébullition du
butane commerciale doit être égale ou inférieur à 1°C et sa pression de vapeur
relative à 50°C inférieure à 6.9 bar.
c) les gaz de pétroles liquéfiés (GPL) pour moteurs automobiles : Parmi les
normes imposées pour les gaz de pétrole liquéfiés destinée à l’alimentation des
moteurs automobiles, on peut noter d’une part qu’ils doivent avoir une teneur en
propane et propène comprise entre 19 et 50% en volume et d’autre part une
pression de vapeur à 50°C comprise entre 7.3 et 11.5 bar [7].

II. Biocarburants

1. Définition de biocarburants

On appelle biocarburants, les carburants produits à partir de matières végétales ou


animales non fossiles, encore appelées biomasse.

L’histoire des biocarburants a souvent été ponctuée par les crises énergétiques telles
que des chocs pétroliers ou des pénuries de carburants fossiles. Les gazogènes qui
produisent un gaz énergétiquement pauvre se sont ainsi développés par exemple durant la
dernière Guerre mondiale et la plupart des productions actuelles en Europe, aux États-Unis
et au Brésil ont eu comme origine les crises pétrolières de 1973, 1979 et d’autres crises
géopolitiques. Mais les biocarburants peuvent aussi être valorisés, dans des situations où
les lieux de production ou de distribution des produits pétroliers sont éloignés des lieux de
consommation, conjuguées à l’existence de ressources locales à valoriser. Dans ces cas, ils
ont une fonction purement énergétique de carburant de substitution, d’autres fonctions des
biocarburants ont été mises en évidence.
De par leur composition oxygénée, ils peuvent améliorer la combustion des hydrocarbures
et réduire certaines émissions, ou encore, pour les dérivés des huiles végétales, améliorer

12
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

les capacités lubrifiantes des carburants. On peut parler dans ces cas de cocarburants ou
même d’additifs selon les quantités utilisées.
Les biocarburants sont des énergies renouvelables et, contrairement aux énergies
fossiles, ne contribuent pas à aggraver certains impacts environnementaux globaux, comme
par exemple l’effet de serre [10].

2. Généralité sur les biocarburants

Issus d’une matière première renouvelable (biomasse) qui constitue un « puits » de


CO2 par photosynthèse, le développement des biocarburants peut contribuer à la lutte
contre les émissions de gaz à effet de serre. En effet cette biomasse renouvelable, à la
différence des énergies fossiles (pétrole, charbon, etc.), utilise pour sa croissance et ses
besoins énergétiques le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère. Par ailleurs,
l’utilisation de ces carburants en mélange dans les carburants conventionnels permet
d’envisager un gain au niveau des émissions de gaz à effet de serre par le secteur des
transports, sans modification majeure des infrastructures de distribution, ni modification
des véhicules [11].

3. Les générations

3.1. Les filières de première génération


Ils regroupent selon le mode de production utilisé deux grands types de produits.
Nous avons la filière biodiesel et celle des alcools dont le plus connu est l’éthanol.

3.1.1. Filière huile pour les véhicules diesel (biodiesel)

Le biodiesel est un carburant qui peut être utilisé pur et/ou mélangé dans le gazole
pour les moteurs Diesel. Il est constitué d’esters méthyliques d’huiles végétales (EMHV),
eux-mêmes provenant d’huiles végétales (tournesol, colza, palme, soja, etc.). En effet, les
esters sont des hydrocarbures obtenus par réaction de transestérification entre les
triglycérides et les alcools. Si l’alcool utilisé est le méthanol, on obtient les esters
méthyliques. Les esters méthyliques ayant ainsi pour formule R-COOCH3, où R est un
groupement alkyle [11].

13
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

3.1.2. Filière alcool pour les véhicules à essence

Les alcools (principalement l’éthanol) sont produits à partir des plantes sucrières
(betterave, canne à sucre) et des céréales (blé, maïs, orge). Ils sont utilisés pour la
reformulation des essences commerciales à des proportions variables selon les pays
(5-10% en France, 5-85% aux Etats-Unis jusqu’à 100% au Brésil, etc.). Les alcools, de
formule R-OH, présentent de nombreuses caractéristiques intéressantes notamment des
indices d’octane élevés (l’indice d’octane indique la résistance au cliquetis d’un carburant
dans un moteur à allumage commandé) [11].
 Bioéthanol
Le bioéthanol est le principal biocarburant qui fait l’objet aujourd’hui d’un
développement industriel important. L’éthanol peut être produit par synthèse chimique à
partir d’hydrocarbure, ou par fermentation à partir de biomasse. Seule cette deuxième
façon de procéder mérite l’appellation « bioéthanol ». Sa production est plus respectueuse
de l’environnement et sa combustion est « plus propre » que celle de l’essence ou du
diesel. La biomasse végétale est une source d’énergie renouvelable qui consomme du CO2
par photosynthèse. Son utilisation permet d’éviter l’émission de 50 à 80% de CO2 selon les
applications par rapport à l’équivalent d’origine fossile. La production de bioéthanol dans
le monde en 2003 était de 38 milliards de litres par an [12].

Le bioéthanol biocarburant existe depuis que l’automobile existe. Ainsi lorsque


Henry Ford avait conçut son modèle T au début du XXe siècle, il pensait que l'éthanol,
produit à partir de matières biologiques renouvelables, serait la principale source d'énergie
dans les transports. Après la première guerre mondiale et jusqu’en 1944, la consommation
de bioéthanol comme carburant a été significative et comprise entre 1 million et 2 millions
d’hectolitres par an, avec un pic à 4 millions d’hectolitres en 1936 [12].

3.2. Les filières de deuxième génération

Les biocarburants de 2ème génération sont obtenus à partir de biomasse sans


concurrence d'usage avec l'utilisation alimentaire : paille de céréales, miscanthus, bois et
résidus forestiers et cultures dédiées. Il y a deux filières de production possibles: la filière
biochimique de production d'éthanol cellulosique et la filière thermochimique de
production de carburant diesel de synthèse BtL (Biomass to Liquid) [13].

14
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

3.2.1. Voie biochimique : éthanol cellulosique


La voie biochimique désigne la filière de valorisation de la biomasse
lignocellulosique par hydrolyse puis fermentation. Le produit final principal est l’éthanol
dit « cellulosique », en référence à la fraction majoritairement valorisée de la biomasse. Il
est de même nature que le bioéthanol de première génération [14].
Le schéma générique du procédé de production d’éthanol cellulosique est articulé autour
de quatre étapes principales :
 prétraitement de la matière première afin d’en libérer la fraction
hydrolysable ;
 cassure par hydrolyse des molécules de cellulose et d’hémicellulose en
sucres, respectivement hexoses (glucose) et pentoses ;
 fermentation des sucres en éthanol.
 séparation de l’éthanol du moût de fermentation, distillation et séchage afin
d’obtenir de l’éthanol anhydre, apte à un usage comme biocarburant.

Figure 1.1 : Schéma de principe du procédé de production d’éthanol à partir de biomasse


lignocellulosique [14]

3 .2.2. Gazole de synthèse ou BTL (Biomass To Liquid)

BTL (Biomass To Liquid) désigne la filière de valorisation de la biomasse


lignocellulosique par gazéification puis synthèse. Le produit final peut être du diesel, du
DME (diméthyléther), du méthanol ou encore de l’éthanol. Elle doit son nom à la réaction
de gazéification qui combine des processus thermiques et chimiques à températures
élevées (> 800 °C). Elle produit entre autres l’hydrogène (H2 et) le monoxyde de carbone
15
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

(CO) qui, dans une étape ultérieure du procédé, sont valorisés en hydrocarbures liquides
(C x H y O z) [14].

Si l’étape de transformation d’un gaz de synthèse (CO + H2) en hydrocarbures est


bien maîtrisée industriellement, en particulier dans les procédés GTL (Gas To Liquid),
les technologies de gazéification de biomasse, quant à elles, ne permettent pas aujourd’hui
de produire directement un gaz de synthèse de qualité suffisante. Des étapes d’épuration et
de conditionnement du gaz en sortie du réacteur de gazéification sont nécessaires, tout
comme le conditionnement de la matière première en amont du réacteur.
Ainsi, la conversion de la biomasse en biocarburants par voie thermochimique se fait à
travers les étapes suivantes (figure 1.2) [14] :

– le prétraitement de la biomasse ;

– la gazéification ;

– l’épuration du gaz de gazéification ;

– le conditionnement en gaz de synthèse ;

– la synthèse d’hydrocarbures.

Figure1.2 : Conversion de la biomasse en carburants liquides par voie thermochimique [14].

3.3. La filière biogaz

Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou


végétales en l'absence d'oxygène [10].

16
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

La méthanisation est une technologie de conversion énergétique de la biomasse et


une technologie de dépollution. Ce procédé est utilisé pour le traitement des boues urbaines
par les stations d’épuration, des effluents industriels, des déchets ménagers organiques et
des déjections d’élevage. Il peut s’appliquer à la transformation de la plupart des végétaux
si la teneur en lignocellulose est faible.
La biomasse est traitée en réacteur, encore appelé digesteur, dont le volume est fonction
des quantités à traiter : de quelques centaines à plusieurs milliers de mètres cubes.
La fermentation anaérobie des matières organiques dure de 1 à 3 semaines et produit le
biogaz contenant de 55 % à 80 % de méthane, soit environ 500 m 3 de méthane par tonne de
matière organique dégradée. Il contient également 20 à 45 % de dioxyde de carbone,
quelques dizaines à quelques milliers de ppm (parties pour million) d’hydrogène sulfuré et
il est saturé en eau. Il peut également contenir des traces d’autres éléments selon la nature
du substrat d’origine. Il est donc nécessaire de l’épurer pour l’utiliser comme
carburant [10].

Les réactions mises en œuvre permettent de distinguer trois étapes de dégradation de la


biomasse :

 l’hydrolyse du substrat en composés simples solubles ;

 l’acidogénèse et l’acétogénèse : formation d’acides volatils, d’ammoniac, de


dioxyde de carbone, d’hydrogène et d’acide acétique ;

 la méthanogénèse soit par dégradation de l’acide acétique


(CH3COOH → CH4 + CO2), soit par oxydation par oxydation de l’hydrogène :
CO2 + 4H2 → CH4 + 2H2O

Ou CH3COOH + 4H2 → 2CH4 + 2H2O

3.4. Les filières troisièmes génération


Les biocarburants de troisième génération sont principalement produits par des
micro-algues (Figure1.3). On distingue deux façons de les cultiver, d’une part avec des
procédés dit « intensifs » où les micro-algues croissent dans des photo- bioréacteurs
fermés où l’on contrôle les paramètres physico-chimiques, et d’autre part les procédés dit
« extensifs » dans des bassins en extérieur [15].

17
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Les micro-algues peuvent subir différentes transformations pour être valorisées en


biocarburants. Ainsi, elles peuvent être utilisées pour la production du biodiesel, du
bioéthanol ou du biogaz :
 Pour le cas du biodiesel, elles peuvent accumuler des acides gras jusqu’
80 % de leur poids sec, permettant d’envisager des rendements supérieurs
d’un facteur 30 aux espèces oléagineuses terrestres. Ces acides gras doivent
être extraits puis trans-estérifiés pour produire du bio-Diesel.
 D’autres espèces de micro-algues peuvent contenir des sucres et ainsi être
fermentées en bioéthanol.
 Enfin, les micro-algues peuvent être méthanisées pour produire du biogaz.
Parmi les avantages des micro-algues, on peut citer leur grande efficacité de
captation de CO2. Ainsi, une tonne d'algues a besoin de 1,8 tonne de CO 2 pour sa
croissance. En combinant cette affinité pour le CO 2 avec le fait que les algues peuvent
pousser presque n'importe où, beaucoup d’industries émettrices de CO 2 pourraient utiliser
les algues pour absorber du CO2 et générer du carburant. En effet, le CO2 peut être capté
par exemple dans les fumées de centrales thermiques ou d’incinérateurs. Le rendement de
production peut atteindre 20 à 40 TEP/ha/an (1 TEP équivaut à 41,868 GJ, soit 10 Gcal ou
11 630 kWh) [15].

Figure 1.3 : Vue microscopique de micro algues (source www.devicedaily.com) [15]

En ce qui concerne la production de bio-Diesel, les études présentées dans l’Oilgae


Report 2011 ont montré que la production de bio-Diesel à partir d'algues fournit la plus
haute énergie nette, car l’énergie nécessaire à la conversion d'huile en bio-Diesel est
18
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

beaucoup moins importante pour ce type de biocarburant par rapport aux autres procédés
(tels que le méthane, éthanol, etc). Grace à cette caractéristique, le produit phare de cette
nouvelle génération de carburant sera le bio-Diesel, à partir de souches à forte teneur en
huile. En comparant sa production à d’autres cultures on pourrait dire en général que [15]:
 Un hectare de soja produit entre 1 et 2,5 tonnes de biomasse par an.
 Un hectare de colza produit en moyenne 3 tonnes de biomasse par an.
 Un hectare de palme produit en moyenne 19 tonnes de biomasse par an.
 Et enfin, un hectare de micro-algues produit entre 14 et 255 tonnes de
biomasse par an.

Figure 1.4 : Algues cultivés dans des eaux usées (source : News Center Department
of Energy) [15]
De plus, dans certaines parties du monde, les algues sont déjà utilisées pour la
biorestauration des eaux usées (Figure 1.4). La culture d’algues pour la production de
biocarburants à partir d’eaux usées peut représenter un avantage supplémentaire de ce type
de culture grâce à la grande disponibilité de nutriments dans ce milieu, ce qui amènerait
dans un second temps à une baisse des coûts de production. Egalement, l'océan présente
aussi des opportunités intéressantes pour l’algue-culture grâce à la disponibilité de grandes
étendues de zones océaniques. Cette étude, certes très récente, met en relief des faibles

19
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

coûts de production grâce à la disponibilité de nutriments fournis par les océans et les eaux
usées.
Pour l’instant les inconvénients de cette nouvelle technologie sont à découvrir. La
mise en œuvre industrielle de la production de biocarburant à partir de micro-algues reste à
démontrer [15].

ΠI. Méthanol

1. introduction
Le méthanol, est à température ambiante un liquide clair, incolore, excrément fluide,
avec une faible odeur, il est devenu l’un des produits chimiques les importants a partir du
début de ce siècle [16].
Le méthanol est le carburant le plus simple contenant l'oxygène utilisé comme additif
dans l'essence pour augmenter la teneur en oxygène. Il est un carburant renouvelable,
relativement propre, en raison, de la présence d'oxygène dans sa composition et l'absence
de liaisons C-C dans sa structure qui limite la probabilité d'une combustion incomplète.
Il est le combustible de substitution le moins cher par unité calorifique. Il peut également
être utilisé seul dans des piles à combustible (DMFC, Direct Méthanol Fuel Cell)
utilisables pour les téléphones ou PC portables, les voitures électriques, etc [17].
L’alcool méthylique a connu un essor extraordinaire depuis 1988- 1989 provoqué par
l’accroissant spectaculaire de la consommation de MTBE (méthyltertio-butylether) pour
carburants.
Le méthanol a comme application principal la fabrication du formol, HCHO et du
métyltertiobutyléthrer (CH3) 3- C- O-CH3, L’une des plus importantes matières premières
organiques industrielles.
C’est le plus simple des alcoolés aliphatiques, il a été initialement obtenu par
distillation destructive du bois [18].
En ce qui concerne sa toxicité, il est nécessaire de signaler qu’un empoisonnement
par le méthanol peut conduire dans des cas graves à la cécité et cela quel que soit le mode
de pénétration dans l’organisme voie orale ou inhalation [19].
Les premiers travaux sur le méthanol remontent à 1975 et portent sur l’auto-
inflammation de ce composé en tube à choc Les auteurs ont mesuré les délais d’auto-
inflammation du méthanol, délais définit comme étant le temps écoulé jusqu’à l’obtention
des concentrations maximales de CO et O [11].
2. Principaux types de méthanol commercialisés

20
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Longtemps désigne sous le nom « d’alcool de lois » ou parfois « d’esprit de dois », il


a depuis la dernière guerre, abandonné la matière dois pour prendre place dans la longue
liste des produits intermédiaires de la pétrochimie
Plusieurs types de méthanol ont été commercialisés, ils se différencient essentiellement par
leur usage [16].

3. Caractéristique physique

3.1. Poids moléculaires


Le poids moléculaire du méthanol est de 32.04 kg /mole
3.2. Densité (ou masse volumique
La densité du méthanol varie rapidement en fonction de la température T.
Elle peut s’exprimer par l’équation de Francis pour un liquide saturé sous la forme [16] :
d = A – B t - (C/E-t)
3.3. Densité des mélanges méthanol- eau
Le méthanol et l’eau sont miscibles en toute proportion. La densité du mélange peut
servir à déterminer sa composition à 25° C : (voir tableau 1.4).

Tableau 1.4 : Densité des mélanges méthanol-eau [16].

Densité, d Composition % en poids du méthanol

0.9758 10%

0.9598 22%

0 .9315 40%

0.9120 50%

0.8442 80%

0.8150 90%

0.7866 100%

21
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

3.4. Indice de réfraction

La plupart des données sont relatives à la raie du sodium aux environs de 200°C

Les mesures, très nombreuses, ont donné pour nD [16].

Tableau 1.5 : Indice de réfraction en fonction de la température [16].

Température (°C) indice de réfraction

à 15 1.33034

à 20 1.32840

à 25 1.3266

à 30 1.32457

3.5 .Points d’ébullition, de fusion et valeur critiques

Le méthanol est liquide à température ambiante.


A pression normale, la température d’ébullition est 64.7°C, la température
de fusion -97 ,8 °C.
Les valeurs critiques correspondent à [16]:
 Une température de 239 ,43 °C
 Une pression de 79 bars
 Une densité de 0,272
3.6. Tentions superficielle
Dans les conditions normales de températures et de pression, la tentions superficielle
du méthanol est de 22 ,6 dynes / cm [16].
3.7. viscosité
Le méthanol est un liquide peu visqueux, sa viscosité à 25 °C est égale 0,54
centpoise [17].
3.8. Inflammations et explosion
Le point d’éclair du méthanol est de 160 °C et sa température d’auto allumage
est de 470 °C environ.
Les limites d’inflammation dans l’air correspondent, en poids, à 6. 7 et 36 % de méthanol.

22
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Le méthanol brule avec une flamme peu visible, ce qui peut le rendre dangereux ;
les risques d’incendie sont toutefois moindres qu’avec les hydrocarbures légers,
d’apparence voisine.
Les risques d’explosion dans une enceinte fermée sont importants [16].
4. Caractéristiques thermodynamiques
4.1. Chaleur spécifique
La chaleur spécifique du méthanol liquide avec la température.
Aux environs de 20 °C elle a une valeur de19, 4cal / °C mole, soit environ 0,60 cal / g °C
A-97,7 °C la chaleur spécifique est de 16,9cal / °C mole et vers 64,7 °C la chaleur
spécifique est de 21,5 cal / °C mole.
La chaleur spécifique de la vapeur de méthanol à 25 °C est d’environ 1,367 j / g °C ou
0,327 cal / °C [16].
4.2. Pouvoirs calorifique
A 25°C, le pouvoir calorifique supérieur est voisin de 173 .5 K cal /mol, soit
5400 Kcal /Kg tandis que le pouvoir calorifique inférieur à la même température est de
152.5 K cal /mol, soit 4760 K cal / Kg. [16].
4.3. Entropie
l’entropie normale de la vapeur de méthanol est de 57.2cal / °C mole , pour le
méthanol liquide et à 25°C elle est de 30.4 cal / °C mole [16] .
4.4. Chaleur de fusion et chaleur de vaporisation
A la pression atmosphérique la chaleur de vaporisation est a une valeur de 9.10 K
cal/mole à 25°C et 8 .25 K cal /mole à 64.7°C (ou 1.076Kj /g), tandis que la chaleur de
fusion est de 0.77 K cal /mol (ou 103 J/g) [16]

4.5. Tension de vapeur

La formule d’Antoine : Log Pm bar =A-(B/t+C)

Et les essais Kay et Don Ham conduisant a l’équation de la forme :

Log Pm bar = A - B -T-1- CT-2 + DT-3 (T température absolue)

Permettent d’évaluer les tentions de vapeur de méthanol en millibars entre -15°C


et le point critique (voir tableau 1.6 qui présente la tension de vapeur du méthanol) [16].

Tableau 1.6 : tension de vapeur de méthanol [16].

23
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Température (°C) Pression (m bars) D=T (dp /dt) bars T (°C) p D

-10 19 0,362 100 3473 40,82

0 38 0 ,676 120 6293 69,34

5 52 0 ,907 150 13738 13941

10 71 1 ,197 200 39730 355,2

20 126 2 ,017 230 68070 588,3

30 213 3,263 239,4 79900

50 544 7,661

64,7 1000 13,285

5. réaction chimiques

5.1. action sur les acides

CH3 OH +RCO2H → RCO2CH3+H2O

H2SO4 + CH3 (OH) → HCH3 SO4 +H2O

5.2. Déshydratation

CH3

2CH3OH → O + H2O

CH3

5.3. Oxydation

CH3OH+O→HCHO+H2O

5.4. Déshydrogénation

24
CHAPITRE I : CARBURANTS ET BIOCARBURANTS

Les réactions les plus importantes du méthanol correspondent à sa facilité de


déshydrogénation et d’oxydation déshydrogénant qui permet d’obtenir un produit
particulièrement important : le formaldéhyde ou formol

5.5. Carbonylation

CH3OH+CO → CH3CO2H

5.6. Action de l’ammoniac

Par réaction directe du méthanol sur l’ammoniac suivant les conditions de


température et de ph, on obtient des mono, di et triméthylamine [16].

25
CHAPITRE 2 :

COMBUSTION
CHAPITRE 2: COMBUSTION

1. Introduction :
La combustion est un phénomène important puisqu’elle est utilisée comme source
d’énergie principale. Le problème majeur de ce processus est la formation de polluants
(CO, composés organiques volatils (COV), oxydes d’azote (NOx), hydrocarbures
aromatiques polycycliques (HAP), suie...).
De nos jours, les principaux combustibles utilisés sont fossiles tels que le charbon, le
pétrole et le gaz naturel. Pour connaître le cheminement de formation des espèces
chimiques obtenues à partir du combustible initial jusqu’aux produits finaux, des études
cinétiques sont effectuées par différentes techniques d’analyse. L’intérêt de telles études
est de déterminer la vitesse de réaction de chaque processus chimique ainsi que la nature
de ces différents composés produits. Une fois ces connaissances acquises, il est plus aisé
d’intervenir sur le mode de combustion des hydrocarbures pour réduire les polluants et
augmenter le rendement énergétique.

Différentes techniques avec leur appareillage spécifique permettent d’analyser


la combustion des espèces hydrocarbonées : les réacteurs (fermés, à écoulement tubulaire,
parfaitement agités), les systèmes à compression (machine à compression rapide, tube à
choc) et les brûleurs (à flamme de pré-mélange, à flamme de diffusion). À partir de ces
dispositifs expérimentaux, des mesures de constantes cinétiques peuvent être effectuées ;
elles déterminent la vitesse à laquelle se déroule une réaction. Ces résultats servent de base
à l’élaboration d’un mécanisme cinétique qui regroupe toutes les voies réactionnelles ayant
lieu pendant la combustion.

Un tel mécanisme pourra ensuite être utilisé dans des calculs industriels : pour
optimiser la fabrication d’un système de combustion en réduisant la pollution et en
augmentant le rendement, pour prévoir les concentrations de polluants ainsi que leur
vitesse de réaction...

Il est important de connaître les différents processus de formation des polluants afin
de les enrayer et de réduire leur production.

2. Définition de la combustion

La combustion est une réaction chimique généralement exothermique autonome,


susceptible de s’accélérer brutalement et d’être accompagné d’émission de rayonnement.
Elle peut être lente ou vive, turbulente, spontanée, catalytique….. [20].

26
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Trois facteurs doivent être réunis pour que la combustion puisse avoir lieu :
un combustible, un comburant et de l’énergie. On définit ainsi classiquement le triangle
du feu.

Figure 2.1: Le triangle du feu.

D’une manière générale, la combustion complète d’un composé hydrocarboné


produit du dioxyde de carbone (CO2) et de l’eau :

Cependant, cette réaction ne représente qu’un bilan global de la combustion.


Des espèces intermédiaires de réaction sont formées à partir du combustible initial et
contribuent à la production de ces produits (CO2 et H2O) ainsi qu’à celle de composés plus
lourds lors d’une combustion incomplète.
Dans le monde moderne la combustion est surtout utilisés pour produire de l’énergie
(chaleur, électricité) mais aussi pour obtenir des détonations (explosions utilisées pour la
sécurité industrielle, la propulsassions hypersonique, la pyrotechnie) [20].
2.1. L’oxydation et la combustion

La combustion désigne une réaction chimique au cours de laquelle il y a une


oxydation complète ou partielle d’un corps. Cette espèce chimique, totalement ou
partiellement oxydée et appelée « combustible » ou « carburant » ; l’espèce oxydante et le
« comburant »

27
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Les réactions d’oxydations sont en général, exothermique (elles dégagent de la


chaleur) ; le terme « combustion » s’applique aux cas ou la réaction est suffisamment
rapide pour qu’elle se matérialise par une flamme, des étincelles, etc.
Et bien la combustion est en fait une oxydation, la spécificité est qu’elle est rapide et
fortement exothermique. Le résultat d’une combustion est le même que celui d’une
oxydation, seul le temps et le dégagement de chaleur de la réaction change .donc, toute
combustion est une oxydation, toute oxydation n’est pas forcement appelé combustion, par
exemple la corrosion de fer [21].
2.2. Oxydation des alcools

L'oxydation des alcools dans les flammes commence par l'arrachement de H par H,
O et OH. Par exemple, dans les flammes de méthanol l'attaque initiale du CH3OH a lieu
par l'intermédiaire des réactions suivantes [22]:

CH3OH + (H, O, OH) → CH2OH + (H2, OH, H2O). (1)

Ces réactions produisent le radical hydroxyméthyle, qui se dissocie ou réagit avec


l'oxygène moléculaire pour former facilement le formaldéhyde,

CH2OH +M → CH2O + H +M (2)

CH2OH + O2 → CH2O + HO2. (3)

L'arrachement d'un atome de H à partir de CH3OH peut également conduire


à la formation du radical méthoxyle, CH3O.

CH3OH + (H, O, OH) → CH3O + (H2, OH, H2O). (4)

Lorsque des espèces radicalaires actives ne sont pas disponibles pour l'attaque par
le méthanol, l'initiation du processus d'oxydation est réalisé par

CH3OH +M → CH3 + OH +M. (5)

Une voie moins importante peut également contribuer à l'initiation, produisant


le radical méthylène, CH2*

28
CHAPITRE 2: COMBUSTION

CH3OH +M → CH2* + H2O + M. (6)

Une chaîne de réaction s'ensuit par:

CH2*+ O2 → CO + H + OH (7)

CH3OH + (H, O, OH) → CH2OH + (H2, OH, H2O). (1)

CH2OH + O2 → CH2O + HO2 (3)

CH3OH + (H, O, OH) → CH3O + (H2, OH, H2O) (4)

CH3OH +M → CH3 + OH +M (5)

CH3O +M → CH2O + H +M (8)

CH3O + O2 → CH2O + HO2 (9)

H + O2 → O + OH (10)

Pour l'oxydation de l'éthanol dans les flammes, il subit d'abord une réaction d
arrachement de H selon:

C2H5OH + (H, O, OH) → CH3CHOH + (H2, OH, H2O). (11)

Semblable au radical hydroxyméthyle, le radical CH3CHOH subit une autre dissociation


avec l'oxygène moléculaire pour produire de l'acétaldéhyde,

CH3CHOH +M → CH3CHO + H +M (12)

CH3CHOH + O2 → CH3CHO + HO2 (13)

L arrachement de CH3CHO via

CH3CHO + (H, O, OH) →CH3CO + (H2, OH, H2O) (14)

Donne CH3CO, qui se dissocie facilement à CH3 et CO

CH3CO +M →CH3 + CO +M (15)

En l'absence d'espèces radicalaires actives, l'éthanol peut se dissocier lorsqu'il est exposé à
des températures élevées par rupture de la liaison C ---- C

C2H5OH +M → CH3 + CH2OH +M (16)

29
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Il peut également réagir avec l'O2 à travers

C2H5OH + O2 → CH3CHOH + HO2. (17)

En fonction du rapport éthanol/oxygène, des quantités différentes de l'éthylène sont


produites parmi les espèces intermédiaires. Le radical méthyle, qui est produite à partir de
la dissociation de CH 3CO, se recombine pour former de l'éthane, qui est ensuite converti
en éthylène par des réactions [22].

C2H6 + (H, O, OH) → C2H5 + (H2, OH, H2O) (18),

C2H5 + (H, O2) → C2H4 + (H2, HO2) (19)

C2H5 +M → C2H4 + H +M, (20).

2.3. Combustibles
Au point de vue énergétique, les principaux combustibles utilisés sont des
combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole, le gaz naturel, qui couvrent 75 % des
besoins énergétiques dans le monde. [20]
2.3.1. Le charbon
C’est le combustible fossile le plus abondant sur la planète ; il couvre 30 % de la
demande mondiale d’énergie, dont 50 % de la production mondiale d’électricité. Il s’est
formé après 200 à 300 millions d’années à partir des débris végétaux, et est composé de
carbone, d’hydrogène et d’oxygène avec des pourcentages, pour ces trois éléments,
différents selon son âge (plus son temps de vie est long, plus il se rapproche du carbone
pur) et son milieu géographique.
L’utilisation du charbon pose de nombreux problèmes puisque c’est un composé lourd et
hétérogène; il est polluant (problème de la production des cendres) et contribue à l’effet de
serre. Sa ressource reste importante et est évaluée à 200 ans [20].
2.3.2. Le pétrole
Il est considéré comme le combustible liquide le plus important, voit sa réserve
diminuer au cours du temps pour n’être évaluée actuellement que pour une durée de 40 ans
environ. Sa production est de plus en plus difficile et 75 % des réserves sont dans une
région politiquement plus ou moins stable, au Moyen-Orient.
Pour économiser ce combustible, l’utilisation du pétrole est de plus en plus spécifique,
ce qui demande un raffinage de plus en plus poussé. En effet, actuellement, le pétrole est
utilisé principalement en tant que carburant mais aussi dans un secteur pétrochimique très
avancé. Toutes les fractions de ce combustible sont récupérées et valorisées [20].
30
CHAPITRE 2: COMBUSTION

2.3.3. Le gaz naturel


Le dernier combustible fréquemment utilisé pour la production d’énergie est le gaz
naturel. Ses ressources sont comparables à celles du pétrole avec des réserves estimées
encore à 60 ans. Le gaz naturel est composé de 90 % de méthane (CH4) et de moins
de 10 % d’éthane (C2H6), de propane et d’autres gaz à l’état de traces tels que n-C4H10,
iso-C4H10, C5H12... [23].

C’est le moins polluant des combustibles carbonés; il produit très peu d’hydrocarbures
imbrûlés et peu d’oxydes d’azote.
Actuellement d’autres combustibles sont utilisés.
2.3.4. Le gaz de pétrole liquéfié
Appelé communément « GPL », il est utilisé comme carburant automobile ;
il provient du raffinage du pétrole, mélange principalement de propane (C 3H8) et de butane
(C4H10). Sa composition est variable selon les saisons pour s’adapter aux conditions
climatiques [20].
2.3.5. L’hydrogène
Il est produit à partir de différents composés : pétrole, charbon et gaz naturel par
vaporéformage et de l’eau par électrolyse. Le stockage de ce composé reste un
inconvénient majeur puisqu’il est explosif avec un grand domaine d’inflammabilité.
Cependant, l’hydrogène reste un combustible possible dans le futur par son utilisation non
polluante et par son abondance sur la planète (dans la molécule d’eau) [20].
2.4. Comburants
Les plus fréquemment utilisés sont l’air ou l’oxygène pur. Il peuvent être des corps
composés, comme par exemple l’acide nitrique. Ils peuvent aussi être incorporés
préalablement au combustible. Soit sous forme d’air ou oxygène liquide comme par
exemple dans les explosifs et dans les carburants pour fusées [23].
3. Différents types de combustion

3.1. Combustion rapide

La combustion rapide est une forme de combustion au cours de laquelle de grandes


quantités de chaleur et d'énergie sous forme de lumière sont relâchées, donnant naissance
au feu. Elle est utilisée dans certaines machines telles que les moteurs à combustion interne
ou les armes thermobariques [24].

31
CHAPITRE 2: COMBUSTION

3.2. Combustion complète


Lors d'une combustion complète, le réactif brûlera en présence de dioxygène
(comburant), ce qui limite les produits de la réaction. Quand un hydrocarbure brûle dans le
dioxygène, les produits sont ainsi uniquement du dioxyde de carbone et de l'eau
(douce et dure). Quand des éléments comme le carbone, l'azote, le soufre, le fer sont
brûlés, il y a production des oxydes les plus communs, tels que le dioxyde de carbone,
le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre et le dioxyde de fer ferrique [24]
3.3. Combustion incomplète
La combustion incomplète a lieu quand il n’a y’a pas assez d’oxygène pour permettre
au combustible (souvent un hydrocarbure) de réagir complètement avec le dioxygène pour
produire du dioxyde de carbone et de l’eau. Quand un hydrocarbure brûle dans l’air, la
réaction produira du dioxyde de carbone, de l’eau, du monoxyde de carbone pure (suie ou
cendres), mais aussi de nombreux autres composés tels que les oxydes d’azotes [24].
3.4. Combustion complète avec excès d'air
Dans la plupart des applications industrielles, la combustion est réalisée en présence
d'un air, de façon à avoir l'assurance que tous les éléments combustibles rencontreront
de l'oxygène avant d'être évacués du foyer, on trouve dans les gaz de combustion, en plus
des composants cités pour la combustion stoechiométrique, l'oxygène excédentaire qui
s'exprime en excès d'air. Lorsque la combustion est réalisée avec un excès d'oxygène
(ou d'air), elle est dite « oxydante ». L'excès d'air adopté avec les combustibles liquides et
gazeux est sensiblement le même et il est plus faible que celui nécessaire aux combustibles
solides [25].
3.5. Combustion incomplète avec excès d'air
Il arrive que, malgré l'excès d'air, des éléments combustibles ne réagissent pas
complètement avec l'oxygène avant d'être évacués du foyer. Ces éléments gazeux se
retrouvent dans les gaz de combustion sous la forme de CO et de CH4; les autres gaz se
rencontrent rarement du fait qu'ils sont décomposés et ramenés aux deux formes
précédentes. La combustion incomplète engendre également des imbrûlés solides, qui sont
constitués par du carbone dont une partie se dépose sur les parois des échangeurs et l'autre
est entraînée par les fumées. C'est ce type de combustion que l'on rencontre habituellement
dans l'industrie en excès [25].

32
CHAPITRE 2: COMBUSTION

3.6. Combustion chaude (turbulente)


La combustion chaude est une combustion caractérisée par des flux de chaleur. Elle
est souvent utilisée dans l’industrie (par exemple, les turbines à gaz, les moteurs diesel…)
car la chaleur facilite l’opération du mélange entre le combustible et l’oxydant [24].
3.7. Autres classification de combustion
Comme il existe toute une panoplie de types de combustions, plusieurs
classifications ont été imaginées pour tenter de s’y retrouver. Parmi les classifications
existantes, deux sont très souvent utilisées. La première consiste à classer les types de
combustion en comparant la vitesse de leur réaction d’oxydation (figure 2.2). Quand à la
deuxième, elle se base sur l’absence ou la présence de flammes lors de la réaction de
combustion (figure 2. 3) [26].

Figure 2.2 : une première classification de la combustion, basée surles vitesses d’oxydation [26].

33
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Figure 2.3 : Une deuxième classification de la combustion, basée sur l’absence ou la présence de
flamme [26].

3.7.1. La combustion sans flamme


Les combustions sans flamme, aussi appelées « feux courant » ou « combustion
lentes », pourraient être divisées en deux grandes catégories : la combustion lente
proprement dite et la combustion spontanée. Ces deux types de combustion se distinguent
par l’origine « extérieure » (lente) ou « intérieure » (spontanée) de leur source d’ignition.
Elles sont caractérisées par une plage de températures beaucoup plus faibles (typiquement
de 400 à1000 °C) et par des temps d’oxydation beaucoup plus longs que dans une
combustion avec flamme .elle peuvent « couver » durant des heures ou des jours à une
vitesse de propagation d’environ 0.1 à 0.01 mm/s. dans certains cas, les conditions
environnantes permettent l’échauffement de la zone de réaction jusqu’à l’atteint d’une
température suffisante pour conduire à un « emballement thermique » et à une production
de flamme. La combustion lente se transforme alors en combustion vive. Généralement, il
faut fournir environ 1300 °C à un solide poreux pour qu’une flamme puisse se développer
et entretenir une combustion vive (combustion avec flamme) [26].
34
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Quelques caractéristiques de la combustion sans flamme [26] :


En comparaison avec la combustion vive :
 Pas de flamme visible ;
 Température relativement faibles : en moyenne de 00 à 1000°C ;
 Peu bruyant ;
 Faible émission de gaz (fumée) ;
 Zone de réaction plus large et moins lumineuse ;
 Transition entre les gaz frais et les gaz brulés beaucoup plus lente ;
 Faible écarts de température dans la zone de réaction.
3.7.1.1 Combustion lente
La combustion lente est une réaction qui se réalise à des températures peu élevées.
On peut citer le cas de la respiration cellulaire, cette lenteur due à des enzymes spécifiques.
Permettent d'augmenter les réactions d'oxydoréduction et ainsi d'obtenir un très bon
rendement par récupération d'une grande partie de l’énergie [24].
3.7.1.2 Combustion spontanée
Aussi contradictoire que cela puisse paraitre, la combustion spontanée implique
l’oxydation lente d’un combustible exposé à l’oxygène de l’air libre. Elle résulte d’une
auto échauffement du combustible sans apport extérieur d’énergie thermique. C’est donc
sous l’effet de sa propre chaleur que le combustible peut commencer à brûler [27].
3.7.2. La combustion avec flamme (vive)
Les flammes nous fascinent par leur côté mystérieux et magique. Colorées,
lumineuses et variantes, elles sont à la fois puissantes et fragiles, capables de détruire des
villes entières et de s'éteindre par simple manque d'oxygène. Les caractéristiques des
flammes sont nombreuses et complexes, et permit ces caractéristiques ; leur forme.
Il existe plusieurs modèles de classification des flammes, qui sont étudiées dans des
domaines tels que la thermodynamique et la mécanique des fluides. Nous nous limiterons
ici à une classification en fonction de la forme et du mélange réactionnel des flammes. Les
flammes qui brûlent à l'air libre et dont le mélange oxydant - combustible se fait pendant la
combustion sont appelées flammes de diffusion et celles dont le mélange
oxydant - combustible est réalisé avant la combustion sont appelées flammes de
pré-mélange (ou prémixées). Dans ces deux types de flammes, l'écoulement peut être
turbulent ou laminaire. Dans un incendie, les flammes naturelles que l'on voit sont
habituellement turbulentes,(figure 2.4 ) [ 28].

35
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Figure 2.4 : une classification des types de flammes en fonction de leur forme et de leur mélange
réactionnel. [28].
Une flamme est une manifestation visible de la combustion vive, qui contrairement à
la combustion lente (sans flamme), dégage suffisamment d'énergie thermique (chaleur)
pour brûler (ioniser) les produits de combustion gazeux émis au - dessus de la zone de
réaction. Puisque ces produits de combustion sont portés à haute température, ils peuvent
émettre par incandescence et émission spectrale du rayonnement visible de différentes
couleurs avant d'être finalement consumés par la réaction. Cette zone lumineuse produite
en hauteur est appelée flamme. Une flamme peut prendre l'apparence d'un « cône » régulier
lorsque le déplacement ou plutôt l'écoulement des produits gazeux est ordonné : lors d'un
écoulement laminaire. Lorsque les produits de combustion gazeux sont diffusés vers des
régions moins concentrées (comme l'air frais) et se déplacent de façon désordonnée,
l'écoulement est turbulent et donne une forme variable à la flamme. L'apparence d'une
flamme dépend surtout de la nature du combustible et de la vitesse de combustion.
En général, plus la combustion est rapide et que le combustible est inflammable, plus la
flamme est chaude et laminaire. Sinon, la flamme est plutôt turbulente. [28].

36
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Les flammes et la fumée sont des fluides qui s'écoulent sous l'action de
forces extérieures telles que la pression atmosphérique, la gravité, le
vent, etc.. Généralement, les flammes de diffusion qui brûlent à l'air
libre sont laminaires jusqu'à une hauteur critique d'environ 1 pied (ou
30,5 cm) (ex : flamme de chandelle ou de briquet). Au-delà de cette
hauteur, elles deviennent turbulentes (ex : flamme d'un incendie).
3.8. Combustion stoechiométrique
Une combustion est neutre, ou stoechiométrique, ou équilibrée, lorsque le carbone,
l'hydrogène, le soufre sont transformés totalement en CO 2, H2O et SO2, sans excès
d'oxygène (ou d'air); les autres gaz n'apparaissant que sous forme de traces. L'azote est
libéré à l'état d'élément (N2) [28].
4. énergie dégagée et pouvoir calorifique
Le pouvoir calorifique est la quantité d’énergie (de chaleur) dégagé par la
combustion complète d’un combustible, sous pression atmosphérique. Généralement sa
valeur est expirée en KWh (qui représente la quantité de chaleur fournie pendant 1 heure
par un appareil d’une puissance de 1 KW) [29].
Dans les domaines d’application (fours, bruleurs, moteurs à combustion interne, lutte
contre incendie). On utilise souvent la notion de pouvoir calorifique, qui est l’enthalpie de
réaction par unité de masse de combustible ou l’énergie obtenue par la combustion d’un
kilogramme de combustible, exprimée en général en kilojoule par kilogramme
(noté KJ/Kg)
Les combustions d'hydrocarbures dégagent de l'eau sous forme de vapeur. Cette
vapeur d'eau contient une grande quantité d'énergie. Ce paramètre est donc pris en compte
de manière spécifique pour l'évaluation du pouvoir calorifique, et l'on définit [30] :

• le pouvoir calorifique supérieur (PCS) : « Quantité d'énergie dégagée par la


combustion complète d'une unité de combustible, la vapeur d'eau étant supposée condensée
et la chaleur récupérée ».

37
CHAPITRE 2: COMBUSTION

• le pouvoir calorifique inférieur (PCI) : « Quantité de chaleur dégagée par la


combustion complète d'une unité de combustible, la vapeur d'eau étant supposée non
condensée et la chaleur non récupérée ».

La différence entre le PCI et le PCS est la chaleur latente de vaporisation de l’eau


(Lv ) multipliée par la quantité de vapeur produite (m ), qui vaut à peu-près 2 250 kJ·kg-1
(cette dernière valeur dépend de la pression et de la température). On a la relation
PCS = PCI + m·Lv.

5. Vitesse du front de flamme et explosion

Dans le cas d'une flamme de pré-mélange, la combustion est caractérisée par la


vitesse du front de flamme :

• La déflagration : la vitesse du front de flamme est inférieure à la vitesse du son (330 m/s
sous une pression de 1 atm à 20 °C) ;

• La détonation : la vitesse du front de flamme est supérieure à la vitesse du son, et peut


atteindre plusieurs kilomètres par seconde [31].

6. auto inflammation et propagation

En fonction des caractéristiques du milieu réactionnel, la combustion peut se


dérouler suivant des modalités fortes différentes. Très souvent au stade initial, le
phénomène ne se distingue pas de l’oxydation lente puis, subitement, on observe une
accélération extrêmement rapide de la réaction : c’est l’auto-inflammation ou explosion.
Ce processus d’auto-inflammation peut intéresser la totalité de la charge à brûler ou se
produire au contraire dans une zone localisée où les conditions de température, de pression
et de concentration sont (ou ont été rendues artificiellement) plus favorables. Il s’agit, dans
ce dernier cas, d’un allumage. Celui-ci implique le plus souvent un apport d’énergie
extérieure sous forme d’allumette, d’étincelle électrique ou de corps incandescent [32].

À partir du point d’allumage et si la composition initiale du système le permet (on dit


alors que le mélange est inflammable), la combustion peut se propager de proche en
proche. C’est le processus de propagation. Le front de la flamme de très faible épaisseur,
de l’ordre de quelques dixièmes de millimètre, sépare à chaque instant le système en deux
régions contenant respectivement les réactifs (ou gaz frais) et les produits de combustion
(ou gaz brûlés) [32].

38
CHAPITRE 2: COMBUSTION

La température d’au-inflammation dépend évidemment de la nature et de la


composition du mélange explosif. Pour un mélange déterminé elle est également une
fonction caractéristique de la pression...

La connaissance des températures d’auto-inflammation est d’une importance capitale


dans le domaine de la sécurité lors des manipulations des combustibles [8].

7. Cinétique chimique et élaboration de modèle réactionnel

7.1. Étapes réactionnelles

La cinétique chimique étudie l’évolution dans le temps des systèmes réactionnels


dans lesquels des espèces chimiques se forment et (ou) disparaissent simultanément ou
successivement. Une réaction élémentaire peut être représentée par [20] :

A + B → produits

Avec une vitesse de réaction : V = k [A] [B]

k est la constante de vitesse dont la dépendance avec la température peut s’exprimer par

k = AT n exp (-EA /RT)


Avec A facteur pré exponentiel,

n : coefficient de température, T température (K), EA énergie d’activation (kJ/mol),


R constante molaire des gaz (J · K–1 · mol–1), (R = 8,314 51 J · K–1 · mol–1)

Le phénomène de combustion est complexe car il comprend un grand nombre de


réactions élémentaires dans un processus de réactions en chaîne. La cinétique chimique
permet de connaître à quelles vitesses se déroulent les différentes étapes élémentaires de
réaction produits au cours du processus et qui peuvent engendrer la formation de polluants.
Pour cela, des modèles cinétiques détaillés sont établis, composés uniquement de réactions
élémentaires. La mise en évidence de ces mécanismes permet de prévoir, de manière
précise et fiable, l’évolution d’un système chimique en fonction des conditions
expérimentales. Par contre, ce n’est pas utilisable directement pour la simulation d’un
système industriel [20].

Pour établir un nouveau mécanisme cinétique, différentes étapes réactionnelles


doivent être prises en compte [20] :

39
CHAPITRE 2: COMBUSTION

■ Les réactions d’initiation (amorçage) : elles créent les premiers radicaux libres qui
permettent d’initier la combustion et qui donneront naissance à de nouveaux radicaux
libres selon deux processus appelés « propagation » et « ramification ».

■ Les réactions de propagation des chaînes (métathèse) : elles ne modifient pas le


nombre de radicaux libres ; ce sont les réactions principales pour la consommation des
réactifs et la formation des produits.

■ Les réactions de ramification : ces réactions élémentaires augmentent le nombre de


radicaux libres et sont indispensables à la combustion.

■ Les réactions de recombinaisons radicalaires : en combustion, les principales


réactions font intervenir les radicaux OH•, O•, H• …CHO•...

■ Les réactions des alcènes s : les réactions de métathèse forment des radicaux allyliques,
alkényles et vinyliques. L’addition sur la double liaison de radicaux (H•, O•, OH•, , ...)
forme un adduit plus ou moins stable qui peut se décomposer. La température et la pression
ont une influence sur ces réactions.

■ D’autres réactions interviennent selon la nature du combustible et la température:


réactions sur la longueur de la chaîne, réactions de décomposition des radicaux alkyles
supérieurs, réactions d’isomérisation, réactions des hydrocarbures aromatiques,
combustion de basse température (T < 800 K), de température intermédiaire
(800 K < T < 1 200 K), de haute température (T > 1 200 K)...

7.2. Élaboration d’un modèle réactionnel


Pour construire un modèle cinétique, toutes les espèces doivent être représentées
dans le mécanisme : des réactifs aux produits finaux sans oublier les produits
intermédiaires, les molécules, les atomes et radicaux libres. De plus, toutes les réactions
possibles thermodynamiquement doivent être ajoutées aux réactions citées ci-dessus. Dans
la pratique, ce n’est pas faisable et des hypothèses doivent être faites pour permettre de
simplifier le travail [20].
Les constantes de vitesse des réactions élémentaires sont déterminées puis stockées
dans des bases de données ou dans la littérature. Il existe deux méthodes de détermination :
par expérience et par calcul.

Expérimentalement, la détermination peut être directe dans un réacteur (cellule à


photolyse, réacteur à écoulement, tube à choc) ; ou indirecte. Cette dernière méthode

40
CHAPITRE 2: COMBUSTION

consiste à analyser un milieu réactionnel connu et à effectuer une petite perturbation en


introduisant un composé qui va conduire aux réactions recherchées (dans un réacteur, une
flamme). L’inconvénient de cette technique est le manque de précision de la mesure de
constante de vitesse.
La détermination par le calcul emploie différentes méthodes : analogies, estimation,
méthodes de calculs ab initio, loi d’additivité... etc [20].
8. Brûleurs
Les brûleurs peuvent avoir des configurations différentes selon leur utilisation. Ils
peuvent être à flamme de pré-mélange (mélange homogène du combustible et du
comburant avant d’atteindre le brûleur) ou à flamme de diffusion (le comburant diffuse
dans le combustible).

De plus, le régime laminaire (écoulement régulier) ou turbulent (écoulement


désordonné) de l’écoulement gazeux modifie l’approche pour analyser ces flammes [20].

8.1. Brûleurs à flamme de pré-mélange

Dans ce type de brûleur, le combustible et le comburant sont préalablement mélangés


avant de brûler comme dans le bec Bunsen, la cuisinière à gaz, le moteur à essence...

■ En régime laminaire, trois zones caractérisent la flamme positionnée sur le brûleur :

 la zone sombre correspond aux gaz frais provenant directement du brûleur ;


 la zone lumineuse très étroite représente la zone réactionnelle appelée
« front de flamme » ;
 la zone derrière le front de flamme est la zone des gaz brûlés correspondant aux
produits finaux de combustion.

Ces différentes zones sont représentées (figure2.5).

Ce brûleur est composé de centaines de petits orifices d’un millimètre de diamètre, ce


qui permet de faire varier la forme de la flamme selon la pression .À haute pression, la
flamme correspond à plusieurs becs Bunsen assemblés. À basse pression, la flamme
devient plate car la vitesse de la propagation de la flamme (vers le brûleur) est égale à celle
de l’écoulement des gaz frais. Elle se positionne à la distance où ces deux vitesses
contraires s’égalisent.

La flamme plate permet une étude plus simple de la combustion des combustibles
puisque cette flamme unidimensionnelle ne présente que des gradients de concentrations et
41
CHAPITRE 2: COMBUSTION

de températures suivant un seul axe, celui du brûleur. Elle est donc plus facile à modéliser.
De plus, le régime laminaire permet l’obtention de mesures cinétiques grâce à la stabilité
de la flamme.

■ Le régime turbulent peu t être obtenu dans une flamme de prémélange par l’ajout d’une
grille au-dessus de la flamme : il en résulte une flamme diffuse (ou flamme turbulente de
grande importance pratique) dont la vitesse de consommation en combustible est fortement
augmentée.

Cette augmentation de vitesse de combustion entraîne une augmentation de la vitesse de


libération d’énergie. Par rapport à celle d’une flamme laminaire, cela s’explique de
différentes façons :

 par l’augmentation de la surface de la flamme (flamme fripée) ;


 par l’augmentation des vitesses de transfert de chaleur et de la diffusion
des espèces actives ;
 par un mélange rapide des gaz frais et des gaz brûlés : la réaction tend à devenir
homogène (comme un réacteur parfaitement agité).

Un exemple d’une flamme fripée est représenté (figure 2.5). Notons que la
turbulence déforme le front de flamme mais ne le disloque pas : il est instable mais
continu.

Pour bien « accrocher » la flamme sur le brûleur, le débit doit être bien ajusté. S’il est
insuffisant, la flamme retourne dans le brûleur et le phénomène de « retour de flamme » se
produit ; s’il est trop grand, la flamme se décolle et il y a « décrochage » ou « soufflage ».
Notons qu’il faut adapter le diamètre du brûleur pour avoir le débit voulu [20].

42
CHAPITRE 2: COMBUSTION

Figure 2.5 : Brûleur à flamme de pré-mélange [20].

8.2. Brûleurs à flamme de diffusion

Un autre type de flamme est à envisager quand la combustion est contrôlée par la
diffusion entre réactifs, c’est-à-dire entre combustible et comburant. Si le mélange est long
à devenir homogène par rapport à la vitesse de réaction, la flamme sera dite de diffusion.
C’est le mode de combustion le plus fréquent en pratique (dans la bougie, le moteur Diesel,
la lampe à huile, la chaudière à combustible liquide, les feux naturels..., par exemple).

La flamme de diffusion, dans son modèle le plus simple, consiste en une zone de
réaction exothermique séparant l’oxydant du carburant. Elle peut être obtenue de
différentes façons.

La méthode la plus simple (mais rarement utilisée) consiste à opposer les arrivées de
combustible et d’oxydant. Le combustible diffuse dans l’oxydant et le front de flamme se
forme à la limite des deux écoulements (figure 2.6). Cette flamme est difficile à modéliser.

Un autre type de brûleur (le plus courant) consiste à introduire le combustible dans
l’oxydant, comme dans la flamme d’un briquet (figure 2.6). Dans ce cas, le méthane

43
CHAPITRE 2: COMBUSTION

(combustible) brûle au contact de l’oxygène de l’air en formant une flamme de diffusion


dont les concentrations en espèces produites sont variables selon leur position dans celle-
ci. Le débit du combustible et la diffusion de l’air positionnent le front de flamme [20].

Figure 2.6 : Flammes de diffusion [20].

9. structures de flammes plates laminaires et pré-mélangées

9.1. Caractéristique de la flamme

Une flamme est le lieu d'une réaction de combustion qui se propage dans un milieu
gazeux ; elle est généralement associée à une zone réactive, lumineuse et étroite appelée
front de flamme. Une flamme plane pré-mélangée correspond à une onde de déflagration
(sa vitesse de propagation est inférieure à la vitesse du son) se propageant à une vitesse
constante et caractéristique (appelée vitesse de flamme, vitesse de propagation ou vitesse
normale de propagation, normale signifiant en régime non turbulent et non détonant, et
perpendiculaire à la surface du front de flamme). C'est cette vitesse qui détermine la
quantité de mélange qui peut être brûlée par unité de temps. Une telle flamme est dite
plane car sa structure ne dépend que d’une seule variable d’espace (milieu mono-
dimensionnel). Elle est dite pré-mélangée car les réactifs (combustible, comburant et
diluant) ont été mélangés avant leur combustion [33].

44
CHAPITRE 2: COMBUSTION

9.2. Stabilisation des flammes sur brûleur

Une stabilité de flamme beaucoup plus grande peut être obtenue par un phénomène
d’accrochage, notamment à un brûleur. Le brûleur remplit alors trois fonctions :

 il permet un mélange combustible / comburant homogène et en proportions


appropriées,
 il possède un orifice de dimension telle qu'un flux laminaire de gaz en sort,
 il agit comme un puits de chaleur qui limite le mouvement de la flamme.

L'effet stabilisateur du brûleur provient du bord seul et un simple anneau métallique aurait
la même fonction. Son rôle est de pomper la chaleur et probablement aussi des radicaux de
la flamme et, ainsi, de réduire la vitesse de propagation de la flamme dans son voisinage.

Dans le cas des flammes laminaires et plates, on utilise souvent des brûleurs de type
poreux (bronze fritté percé de petits trous) ou des disques percés d'une infinité de petits
trous (plaque percée + empilement de billes) pour uniformiser le champ de vitesses des gaz
frais ce qui permet l'obtention d'un front de flamme plat parallèle au brûleur
(Figure 2.7)[34].

Figure 2.7 : Schéma d’un brûleur à flamme plate (Borghi et Destriau, 1995) [34].

45
CHAPITRE 2: COMBUSTION

9.3. Caractérisation d'un mélange combustible - comburant

La composition du mélange est donnée sans ambiguïté par le facteur de richesse φ et le


facteur de dilution α. Le facteur de richesse est égal au rapport de la somme des fractions
molaires des combustibles sur celle des comburants, divisé par le même rapport dans les
conditions stœchiométriques :

La réaction globale de combustion d’un hydrocarbure CxHy avec l’oxygène s’écrit

Dans ces conditions, nous pouvons écrire

Dans le cas d’un mélange stoechiométrique la richesse est égale à 1, pour un mélange
riche en combustible (combustion réductrice) la richesse est supérieure à 1 et pour un
mélange pauvre en combustible (combustion oxydante) la richesse est inférieure à 1. Dans
le cas où le pré-mélange contient plusieurs combustibles ou comburants, il est nécessaire
de les prendre tous en compte pour la détermination de Φ.

Le facteur de dilution α est égal à 100 Xi, où Xi désigne la fraction molaire du gaz
inerte utilisé comme diluant (N2, Ar, ...).

En plus de ces paramètres, il est nécessaire de considérer les caractéristiques propres


au mélange gazeux. On parlera donc de débit total (l. h-1), de vitesse d’écoulement (cm.s-1)
et de flux massique (g.cm-2.s-1). Chacune de ces données est étroitement liée au
dimensionnement du dispositif expérimental ainsi qu’aux conditions de stabilisation de la
flamme plate étudiée [33].
46
CHAPITRE 2: COMBUSTION

10. Structure de flamme

Lorsqu'un mélange de gaz combustible - comburant se trouve dans un tube ouvert et


est enflammé à une des extrémités par une source de chaleur, il entre en régime de
combustion vive car la chaleur produite par la réaction ne peut pas être dissipée assez
rapidement pour qu'un régime de combustion lente s'établisse. Les radicaux produits par
les réactions de ramification diffusent dans toutes les directions. Ils ne sont en effet pas
détruits dans la direction de l'axe du tube, sauf pour quelques cas de recombinaisons peu
importantes parce que peu probables. La chaleur et les radicaux produits localement par la
réaction diffusent vers la couche adjacente en avant du front et cette diffusion est suffisante
pour que cette couche soit portée à l'inflammation et devienne elle-même une source de
chaleur et de radicaux capables d'initier une réaction chimique dans la couche suivante,
etc... De cette façon une zone de combustion se propage au sein du tube ouvert et à travers
le mélange gazeux. Cette zone constitue la flamme, milieu très réactif qui sépare une zone
dite de gaz frais (mélange combustible / comburant / diluant n’ayant pas réagi) d'une zone
dite de gaz brûlés (produits de combustion issus du processus réactionnel) [33].

On désigne par structure de flamme l’évolution, en fonction de la distance normale au


front de flamme, de la température, de la vitesse d’écoulement et de la concentration des
espèces chimiques présentes dans le milieu réactionnel. L'analyse chimique de la structure
d'une flamme consiste donc à établir les profils de concentrations d'un maximum d'espèces
en fonction de la hauteur au dessus du brûleur.

Les flammes plates laminaires pré-mélangées constituent un support expérimental de


choix pour le développement et la mise au point de mécanismes chimiques complexes de
combustion. Les conditions expérimentales permettent ainsi :

1. de travailler sur un milieu mono-dimensionnel ce qui facilite le suivi expérimental


de l’évolution de la concentration des espèces,
2. de s’affranchir des interactions entre les processus chimiques impliqués et tout
l’aspect mécanique des fluides du fait du régime laminaire,
3. d’appréhender directement la cinétique de combustion du combustible utilisé [33].

47
CHAPITRE 3 :
Modélisation
cinétique
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

1. Modélisation de la cinétique chimique de combustion


1.1. Modélisation : Généralités et objectifs
Le premier objectif de la modélisation est de reproduire des résultats expérimentaux
à partir d’un mécanisme chimique postulé au préalable. Suivant que les données cinétiques
à modéliser seront globales (chaleur de réaction, vitesse propagation de flamme, délais
d’auto-inflammation,…) ou détaillées (profils d’évolution des espèces moléculaires et
radicalaires,…) le schéma du mécanisme cinétique utilisé sera plus ou moins détaillé. A ce
titre, on distingue différents types de mécanismes chimiques, les mécanismes moléculaires
(globaux et semi - globaux) et les mécanismes détaillés. La comparaison entre les résultats
issus de la modélisation et les mesures expérimentales permet de tester le mécanisme
postulé dans des conditions expérimentales bien définies. Lorsque l’accord modélisation
/ expérience est satisfaisant, le mécanisme est alors validé.
Dans le cas contraire, les désaccords observés permettent d’optimiser et d’affiner le
schéma cinétique. L’objectif final reste la volonté de disposer d’un mécanisme chimique
plus ou moins détaillé, validé dans une gamme de conditions expérimentales la plus large
possible, et permettant de prévoir l’évolution d’un système chimique réactif spécifique.

L'évolution des performances des calculateurs et les progrès obtenus dans la


description des mécanismes de combustion des hydrocarbures permettent aujourd'hui de
résoudre des systèmes complexes d'équations cinétiques, correspondant à des schémas
cinétiques détaillés comportant plusieurs centaines d'espèces et de réactions. Ces schémas
s'appuient sur l'hypothèse que les combustibles complexes brûlent suivant des successions
de mécanismes élémentaires relativement bien connus valables pour des combustibles plus
simples. Pour résoudre les systèmes cinétiques, des codes de calcul performants sont
aujourd'hui disponibles, tels CHEMKIN II [35].

La modélisation peut donc intervenir à différents niveaux : estimation d’une chaleur


de réaction, calcul d’une vitesse de propagation de flamme, détermination des profils
d’évolution des espèces présentes dans le milieu réactif. Dans le cas de l’étude de flammes
plates pré-mélangées (Figure 3.1), l’objectif est d’estimer l’évolution de la concentration
des espèces moléculaires et réactives dans les différentes zones du milieu réactionnel (gaz
frais, zone réactionnelle et gaz brûlés).

48
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Figure 3.1: Structure schématique d’une flamme plate de pré-mélange [36].

1.2. Mécanismes globaux, semi-globale et détaillés

1.2.1. Mécanismes globaux

Ces schémas, d'une grande simplicité, mettent en jeu un nombre très limité
d'espèces et de réactions. Ils sont appréciables uniquement dans les conditions pour
lesquelles ils ont été élaborés. Généralement basés sur des hypothèses simplificatrices
voire injustifiées, ils ne donnent pas toujours des résultats précis. Parmi les schémas
empiriques, les plus simples font appel à une seule équation mettant en jeu quatre espèces
chimiques:

n1 RH + n2 O2 → n3 CO2 + n4 H2O
Avec une vitesse de réaction de la forme:
A T n exp (-E/RT) [RH] a. [O2] b.
Selon les auteurs, cette réaction peut être assimilée à une réaction élémentaire et
dans ce cas a = n1 et b = n2, mais alors A et E sont fonction de la richesse, ou bien a et b
sont différents de n1 et n2 et A et E sont des constantes. Ses domaines d’application sont
limités à la prévision des vitesses de flammes et de certaines limites d’inflammabilité
(pauvre et riche). Un tel modèle est incapable de prévoir l'évolution des espèces

49
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

intermédiaires stables ainsi que des délais d’auto-inflammation; de plus il conduit à une
température finale adiabatique trop élevée [36].
Pour prendre en compte l'évolution de l’intermédiaire CO, qui devient non
négligeable pour des richesses élevées, on ajoute une étape réversible (2,-2) au mécanisme
moléculaire à une étape :

n1 RH + n2 O2 → n3 CO2 + n4 H2O (1)

et CO + ½ O2 = CO2 (2) (-2)

Les améliorations concernent le calcul de CO à l’équilibre ainsi que la température


adiabatique. Par contre ce type de modèle est incapable de calculer les délais d’auto-
inflammation.
Pour tenir compte de l’évolution de l'hydrogène H2, il est nécessaire d'utiliser un
mécanisme à 3 équations, en ajoutant la réaction H2 + ½ O2 = H2O.
Au cours de la combustion des alcanes, on passe généralement par la formation
d’intermédiaires stables et dans ce cas on peut utiliser un schéma à quatre 4 réactions :
CnH2n+2 → n/2 C2H4+H2

C2H4 + O2→ 2CO +2H2

CO+ ½ O2 = CO2

H2 + ½ O2 = H2O

Les lois de vitesse sont un peu plus compliquées et font intervenir généralement trois
composés.
Dans ce cas les délais d’auto-inflammation des différents alcanes sont également
prédits correctement, mais par contre ce schéma conduit à une médiocre représentation des
profils de concentrations dans les flammes [36].
1.2.2. Mécanismes semi-globale

Légèrement différente, cette approche consiste à distinguer deux étapes dans la


réaction, une première où le combustible est oxydé en CO et H2 et une seconde où sont
fabriqués CO2 et H2O. C'est ainsi que certains auteurs proposent un modèle où une
première réaction CnHm + n/2 O2 = n CO + m/2 H2 est suivie d'un schéma cinétique détaillé
correspondant à l'oxydation des systèmes H2/O2 et CO/CO2 (environ 30 réactions

50
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

élémentaires réversibles). Enfin, certains mécanismes prennent également en compte la


chimie d'oxydation des hydrocarbures intermédiaires, tels C 2H4 par exemple [36].

1.2.3. Mécanismes chimiques détaillés

Un mécanisme détaillé peut être écrit en considérant toutes les espèces intermédiaires
possibles et toutes les réactions possibles entre ces espèces. Cette démarche n’est pas
envisageable car le nombre de réactions deviendrait rapidement énorme, et ces réactions ne
seraient pas nécessairement toujours permises thermodynamiquement.

Les espèces doivent donc être sélectionnées d'une part en prenant en compte au
moins toutes les espèces dosées expérimentalement et d'autre part à partir de considérations
thermodynamiques. Il faut aussi savoir quelle est la précision recherchée, validation du
mécanisme sur les espèces stables ou sur les espèces stables et réactives, la complexité du
mécanisme devenant rapidement croissante avec la précision [37].

Les réactions impliquées dans les schémas réactionnels détaillés des mécanismes de
basse et de haute température sont généralement prises en compte. Leurs paramètres
cinétiques sont issus de travaux antérieurs effectués sur le même système réactionnel, de
mesures directes ou indirectes de constantes de vitesse de réactions élémentaires publiées
dans la littérature [37], de calculs ou d’estimations théoriques. A l’heure actuelle un grand
nombre de constantes de vitesse n’ont pas été mesurées dans le domaine de température
des flammes. De plus des incertitudes, des contradictions et des incohérences existent entre
certaines données existantes.

Certains schémas cinétiques d’oxydation dans les flammes ainsi qu’un grand nombre
de constantes de vitesse sont encore mal connus ou inconnus, par exemple dans le cas des
aromatiques et des composés organiques volatils. La plupart des constantes de vitesse
connues sont données avec une incertitude comprise entre 10 et 100.

Certaines constantes de vitesse, de réactions de recombinaison, d'addition ou de


dissociation par exemple, peuvent également être calculées (CHEMACT). Un grand
nombre de réactions peuvent se faire en sens inverse à certains stades de l’évolution du
système étudié (vers l’équilibre par exemple).

Pour calculer une constante de vitesse inverse, il est donc nécessaire de connaître la
constante de vitesse directe, la température ainsi que les données thermodynamiques des
espèces (pour une espèce k : Cpk, Sk, hk) mises en jeu dans la réaction. Ces données se

51
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

trouvent dans des tables présentées sous différents formats [38], ou elles peuvent être
calculées à partir de programmes (THERGAS, THERM). [39] .Dans le cas des flammes,
les données nécessaires à l’évaluation des coefficients de transport (ηk, λk, Djk) sont les
paramètres, issus de la théorie cinétique des gaz, qui définissent la géométrie, la masse et
les caractéristiques de collision des molécules. Elles sont généralement extraites de bases
de données [40] ou calculées [41].

2. Procédure schématique de mise au point d'un mécanisme chimique détaillé pour la


modélisation des flammes

Les objectifs de la modélisation de la cinétique chimique détaillée sont la mise au


point d’un mécanisme chimique et sa validation dans des conditions les plus larges
possibles. Pour parvenir à ces objectifs, il faut [36]:

1. Choisir un système réactif (flamme) le moins compliqué possible.


 Flamme monodimensionnelle stationnaire pré-mélangée
2. Faire l’analyse expérimentale préliminaire de la flamme.
 Obtention de données cinétiques (plus ou moins) détaillées dans des conditions
expérimentales variées (richesse, pression, dilution, ...)
 Profils de température et d’évolution des espèces mesurées
3. Disposer d’un code de modélisation de flammes, associé à des bases de données
cinétiques, thermodynamiques et de transport.
4. Utiliser un solveur d’équations différentielles puissant.
 Maillage adaptatif
5. Comparer les résultats expérimentaux avec les résultats modélisés à partir du mécanisme
chimique postulé à priori.
6. Analyser les résultats
 Calcul des vitesses globales d’évolution des espèces
 Calcul des vitesses des réactions élémentaires impliquées dans le mécanisme et
étude de leur influence sur la formation et/ou la disparition d'une espèce
 Analyses de sensibilité
7. Mise au point du mécanisme (postulé en 3).
8. Analyse des chemins réactionnels principaux.

52
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

3. Utilisation du code de calcul CHEMKIN II

Les codes de calcul les plus utilisés à l'heure actuelle ont été développés à partir du
compilateur chimique CHEMKIN II. [39]. CHEMKIN II est constitué d'une bibliothèque
de programmes de calculs cinétiques en phase gazeuse et de divers utilitaires écrits en
langage Fortran. La structure originale de CHEMKIN II permet à l'utilisateur, à partir de la
formulation de n'importe quel problème de cinétique en phase gazeuse décrit par un
système d'équations et par un mécanisme réactionnel, de développer son propre code de
calcul en faisant appel aux divers sous-programmes et utilitaires disponibles. Ce
mécanisme a été développé, testé et comparé avec le mécanisme de dans les mêmes
conditions opératoires [39].

4. Structure de CHEMKIN II

CHEMKIN II est constitué de quatre parties importantes: l'interpréteur, les bases de


données thermodynamiques et de transport, les fichiers liens et la bibliothèque de sous-
programmes de calculs cinétiques en phase gazeuse. La figure 3.2 montre la structure
générale de CHEMKIN II avec les relations qui existent entre les différents fichiers [36].

53
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Figure 3.2: structure générale de CHIMKIN II [36].

La procédure mise en œuvre lors de la modélisation correspond à trois étapes bien


distinctes :

54
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

1ère étape : l’interpréteur chimique. Il contrôle toutes les informations relatives


aux espèces chimiques impliquées dans le mécanisme, ainsi que le mécanisme chimique
proprement dit. Ces informations correspondent à des données d’entrée nécessaire à la
phase de modélisation. Une fois ce premier contrôle réalisé, il convertit le mécanisme
chimique en son équivalent numérique et calcule les propriétés thermodynamiques de
chacune des espèces à partir de la base de données thermodynamique utilisée. Cette étape
génère un fichier lien binaire qui peut être utilisé par les autres modules et qui est
nécessaire pour la suite des calculs. Si une erreur est détectée ou survient lors de cette 1ère
étape, CHEMKIN ne peut poursuivre. Un fichier ASCII peut être consulté pour avoir
toutes les informations relatives à cette première étape [36].

2ème étape : Le code TRANFIT. Cette seconde phase permet l'évaluation des coefficients
de transport des espèces chimiques à partir du fichier lien issu de l'interpréteur, de la base
de données de transport et de sous-programmes liés à la bibliothèque de CHEMKIN II.
Elle complète les informations chimiques et physiques stockées par l'interpréteur.
TRANFIT calcule, en fonction de la température, les expressions polynomiales de la
viscosité ηk et de la conductivité thermique λk des espèces k pures et des coefficients de
diffusion binaire Dkk et Djk. Tout comme l’interpréteur, TRANFIT crée un fichier lien
binaire qui sera utilisé par les autres codes de la bibliothèque de programmes [42].

3ème étape : le code de calcul de flamme. A partir des fichiers lien créés lors des deux
étapes précédentes, et à l’aide du descriptif de la flamme étudiée (fichier de données
d’entrée) le code de calcul va réaliser la simulation proprement dite. Ainsi lorsque le
système aura convergé, l’utilisateur aura accès à une multitude d’informations permettant
de décrire très

 précisément le milieu réactionnel étudié : profil d’évolution de la concentration des


espèces chimiques impliquées, profil de la température, vitesses des réactions,
analyse de sensibilité, …

Les informations contenues dans les fichiers liens et n'importe quels programmes
de la bibliothèque de CHEMKIN II peuvent être appelées et utilisées par les codes de
calcul propres à l'utilisateur.

55
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

5. Modélisation des flammes plates laminaires pré-mélangées


On ne présente dans cette partie que le principe général de la modélisation de ce type
de flamme.
5.1. Equations de conservation
Les équations de bilan, qui décrivent la propagation d'une flamme de pré-mélange,
unidimensionnelle, laminaire et plate, sont écrites sous forme conservative pour la masse
totale, la fraction massique de chaque espèce chimique et l'enthalpie. Le traitement
numérique d'une flamme se fait donc en résolvant le système indépendant du temps donné
par les équations de conservation suivantes [36] :

Dans ces équations M correspond au flux massique (indépendant de la coordonnée spatiale


z), ρ(z) est la masse volumique de l'écoulement gazeux, v(z) est la vitesse de l'écoulement
gazeux, A(z) est le coefficient d'expansion latérale de la flamme.

Pour chaque espèce k, Yk est sa fraction massique, Vk sa vitesse de diffusion, Mk sa


masse molaire, Rk sa vitesse globale d'évolution due aux réactions chimiques, Cp k sa
capacité calorifique à pression constante et hk son enthalpie spécifique.

Pour le mélange, CP est la capacité calorifique à pression constante, λ est la


conductivité thermique et M représente la masse molaire moyenne. T et P sont
respectivement la température et la pression.

Le programme tient compte de la conservation de l'énergie, ce qui conduit au calcul


simultané des profils de température et de fraction molaire des espèces mises enjeu dans le

56
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

mécanisme. Un des inconvénients lié aux flammes stabilisées sur brûleur est l'estimation,
dans l'équation de conservation de l'énergie, des pertes de chaleur au brûleur. Or la
température joue un rôle déterminant dans la chimie des flammes. Pour cette raison, le
profil de température expérimental qui tient compte des pertes thermiques au brûleur est
généralement imposé. Dans ces conditions l'équation de conservation de l'énergie n'est pas
résolue ce qui réduit de façon importante le temps de calcul [36].

5.2. Méthode de résolution numérique


La méthode employée dans PREMIX [41]. pour résoudre le système constitué par
les équations de conservation consiste d'abord à faire des approximations de différences
finies ce qui permet de réduire ce problème de valeurs aux limites à un système d'équations
algébriques non linéaires. Les approximations initiales se font habituellement sur un
maillage grossier régulier comportant généralement six à dix nœuds. Lorsqu'on a obtenu
une solution sur ce maillage de nouveaux nœuds sont insérés dans les régions de forts
gradients. On estime ensuite la nouvelle solution sur ce maillage plus fin en interpolant à
partir du résultat précédent. Cette procédure continue tant que les paramètres de
convergence fixés par l'utilisateur ne sont pas atteints. Le système d'équations algébriques
est résolu par une méthode de Newton amortie . Si l'algorithme ne converge pas dans ces
conditions, les équations de conservation sont intégrées dans le temps afin d'obtenir des
valeurs initiales plus proches de la solution ce qui rend la convergence plus facile [43].

6. Descriptif des données d’entrée


6.1. Le fichier INPUT
Le fichier INPUT permet d’une part de décrire les caractéristiques générales de la
flamme à modéliser, et d’autre part de spécifier les paramètres de calcul à utiliser. Ce
fichier, comme tous les fichiers correspondants à des données d’entrée, doit suivre une
structure parfaitement définie et répondre à une syntaxe bien précise [36].
Descriptif des différents paramètres du fichier INPUT :
CONDITIONS DE CALCUL
MASS : si ce paramètre est spécifié, les données sont de fractions massiques
MOLE : si ce paramètre est spécifié, les données sont de fractions molaires
TGIV : le profil de température est imposé (équation d’énergie non résolue)
ENRG : le calcul se fait en adiabatique (pas de profil de température imposé)
BURN : spécifie que la flamme est stabilisée sur un brûleur
FREE : flamme libre sans support

57
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

CARACTERISER LA FLAMME
PRES : pression (atm) du milieu réactionnel
FLRT : flux massique (g.cm-2.s-1) au niveau du brûleur
REAC : composition du mélange gazeux initial
INTM : estimation de la concentration des espèces intermédiaires
PROD : estimation de la concentration des produits de combustion
TEMP : température à une position donnée
PARAMETRES DE MAILLAGE
NPTS : nombre de points pris en compte pour la maillage initial
XEND : distance (mm) par rapport au brûleur maximale considérée
XCEN : position (mm) estimée du centre de la zone réactionnelle
WMIX : largeur (mm) de la zone réactionnelle
GRAD : paramètre de maillage qui contrôle le nombre de points dans les zones de fort
gradient (GRAD n points)
CURV : paramètre de maillage qui contrôle le nombre de points dans les zones de forte
courbure (CURV n points)
PARAMETRES DE COVERGENCE
ATOL : paramètre de convergence absolue (convergence si correction < ATOL)
RTOL : paramètre de convergence relative
TIME : paramètre temporel lors de problèmes de convergence
ATIME : paramètre de convergence temporelle absolue
RTIME : paramètre de convergence temporelle relative

58
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Tableau 3.1 : exemple de fichier INPUT [36].

59
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

6.2. La base de données thermodynamique


CHEMKIN II contient initialement sa propre base de données thermodynamiques. Les
données thermodynamiques des espèces (chaleur spécifique à pression constante, enthalpie et
entropie) proviennent le plus souvent des estimations polynomiales des tables thermochimiques de
JANAF [44]. Et des compilations de Burcat [45]. Le formalisme utilisé est celui de la NASA [46] .
Avec l’hypothèse des gaz parfaits, la chaleur spécifique à pression constante et l’enthalpie ne
dépendent pas de la pression et une approximation dépendant de la température est suffisante.

6.3. La base de données de transport


La détermination des propriétés de transport nécessite le calcul des viscosités, des
conductivités thermiques et des coefficients de diffusion, moléculaire et thermique,
spécifiques aux espèces et aux mélanges. Les coefficients de transport s’expriment en
fonction des variables d’état pression, température, fraction massique de l’espèce k
considérée et des paramètres de transport moléculaire des espèces Les formules exprimant
les coefficients de transport issues de la théorie cinétique des gaz sont en général très
complexes mais des comparaisons ont montré que des expressions simplifiées, pouvaient
conduire à une précision suffisante. Pour chaque espèce k, la base de données de transport.
Contient six paramètres qui sont suffisants pour calculer et définir complètement ses
différentes propriétés de transport [47] :
 Géométrie de la molécule (monoatomique (0), linéaire (1) ou non linéaire (2)),

 Potentiel de Lennard-Jones (εk/kB),

 Diamètre moyen de collision (σk),

 Moment dipolaire (μk),

 Polarisabilité (αk),
 Nombre de collision (Zrotk) lié à la relaxation de l’énergie rotationnelle

Tout comme le fichier INPUT et la base donnée thermodynamique, la base de


données de transport s’écrit selon une structure et une nomenclature bien
particulière.(tableau 3 .2).

60
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Tableau3.2 : exemple pour la base de données de transport [47]

6.4. Le mécanisme chimique détaillé

Dans le mécanisme chimique postulé, les I réactions élémentaires impliquant les K


espèces chimiques sont écrites sous la forme suivante :

Les constantes de vitesse des réactions élémentaires qui constituent le mécanisme


chimique détaillé sont décrites à l’aide des coefficients d'Arrhenius (Ai, ni, Ei). Elles
correspondent aux constantes de vitesse directe kdi des réactions lues dans le sens direct :

Une réaction chimique peut être prise en compte uniquement dans le sens direct
(signe=> entre réactifs et produits) ou dans les deux sens (signe =). Lorsqu'elles ne sont pas
données, les constantes de vitesse inverses k inv sont calculées à partir des constantes
d'équilibre Kci en utilisant les données thermodynamiques des K espèces mises en jeu dans
les I réactions :

61
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Avec Patm. = pression atmosphérique et νki = ν"ki −ν'ki

kpi est défini par l’expression :

Dans certains cas, il est nécessaire de tenir compte de l’influence de la pression sur la
valeur de la constante de vitesse, en particulier pour les réactions de décomposition
unimoléculaire et de recombinaison radicalaire [36].

7. Modélisation

L’objectif de notre travail est de savoir comment influe la variation de pression et de


richesse sur la combustion du méthanol, en utilisant un mécanisme cinétique chimique
détaillé de la combustion du méthanol dans les conditions de flamme laminaire
prémélangée élaboré par S. Hamdane et al [48]. Ce mécanisme est constituée de 115
réactions élémentaires 24 espèces chimiques.

Pour cela on a fait varier la richesse, donc les fractions molaires du méthanol
(CH3OH) et l'oxygène (O2), on calcule:

 Pour Φ= 0.5

Frac mol (CH3OH) = 0.248

Frac mol (O2) = 0.752

 Pour Φ = 1

Frac mol (CH3OH) = 0.4

Frac mol (O2) = 0.6

 Pour Φ =1.5

62
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Frac mol (CH3OH) = 0.497

Frac mol (O2) = 0.50.

Puis dans le fichier input, dans un premier temps on fixe la pression et on change les
fractions molaires de CH3OH et O2. Dans un deuxième temps on fixe les fractions
molaires et change les pressions (pour P = 0.05 atm, P = 0.1atm et P = 0.15 atm).

8. Résultats et discussion

Après exécution on obtient un fichier de sortie contenant les profils des


fractions molaires de tout les espèces voir annexe. On a choisi les fractions
molaires de CH3OH, O2, CH3O, OH, CO et CO2. les résultats obtenus sont
représentés sous forme de courbes.
8.1. Fractions molaires de CH3OH

0.50

0.25 0.45
P= 0.05
Q= 0.5
P= 0.1
0.40 Q= 1
P= 0.15
0.20 Q= 1.5
fraction molaire CH3OH

0.35
fraction molare CH3OH

0.30
0.15
0.25

0.20
0.10
0.15

0.05 0.10

0.05

0.00 0.00
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6
Distance du b rûleur (cm) Distance du b rûleur (cm)

Φ cst P cst

Figure 3. 3 : Comparaison des fractions molaires de CH3OH à Q cst et P cst.

Le méthanol qui est le carburant, donc le réactif, voit sa concentration diminue


jusqu’elle devient nulle à une distance X = 0.5cm pour les différentes pressions. Figure 3.3

63
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

Lorsqu’on fait varier la richesse

La fraction molaire varie avec la variation de la richesse : Φ augmente, la fraction molaire


du méthanol augmente comme c’est mentionné dans la figure.3.3.

8.2. Fractions molaires deO2

0.8 0.8

0.7 0.7
Q= 0.5
Q= 1
0.6 P= 0.05 0.6 Q= 1.5
P= 0.1
P= 0.15
fraction molaire O2

fraction molaire O2

0.5 0.5

0.4 0.4

0.3 0.3

0.2 0.2

0.1 0.1

0.0 0.0
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6
Distance du b rûleur (cm) Distance du b rûleur (cm)

Φ cst P cst

Figure 3. 4 : comparaison des fractions molaires de O2 à Φ cst et P cst

Pour l’oxygène (comburant) la fraction molaire diminue jusqu’à une distance


X= 0.5cm puis elle se stabilise. La variation de pression n’a presque aucun effet sur le
profil des fractions molaires, par contre la variation de la richesse fait varier d’une manière
très claire ces derniers, du moment où l’augmentation de la richesse impliques
l’augmentation du nombre de mole de CH3OH et par conséquent la diminution du nombre
de mole de O2. Figure 3.4.

64
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

8.3. Fractions molaires de CH3O :

0.00012
P=0.05
0.00025
Q=0.5
P=0.1 Q=1
P=0.15 Q=1.5
0.00010

0.00020
fraction molaire CH3O

fraction molaire CH3O


0.00008

0.00015
0.00006

0.00010
0.00004

0.00005
0.00002

0.00000 0.00000
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6
Distance du b rûleur (cm) Distance du b rûleur (cm)

Φ cst P cst

Figure 3.5 : Comparaison des fractions molaires de CH3O à Φ cst et P cst.

Concernant le radical méthoxy CH3O, une espèce intermédiaire, à Φ constante son


apparition ne commence qu’à une distance X = 0.15cm pour la pression P = 0.05 atm,
ensuite la fraction molaire augmente arrivée à un maximum égale à 0.00025 puis diminue
jusqu’elle s’annule à X = 0.6cm. Pour la pression P = 0.1 atm et P = 0.15 atm ce radical
n’apparaît qu’à X = 0.25cm puis sa fraction molaire atteint un max = 0.00010 pour
P=0.1atm et max = 0.00007 pour P = 0.15atm, ces fractions s’annulent à X = 0.5cm delà
on peut dire: plus on augmente la pression les fractions molaires de CH3O diminuent.

Lorsqu’on fixe la pression pour les trois richesses les fractions molaires sont nulles
jusqu' à X =0.22 cm et atteint un max = 0.000109 pour Φ = 0.5, un max 0.000095
pour Φ = 1 et max = 0.00007 pour Φ = 1.5.enfin s’annulent à X = 0.5cm, l’augmentation
de richesse implique.

65
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

8.4. Fractions molaires de OH

0.040 0.045
P=0.05
P=0.1 Q=0.5
P=0.15 Q=1
0.035 0.040
Q=1.5

0.030 0.035

0.030
fraction molaire OH

fraction molaire OH
0.025

0.025
0.020
0.020
0.015
0.015
0.010
0.010

0.005
0.005

0.000 0.000
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6
Distance du b rûleur (cm) Distance du b rûleur (cm)

Φ cst P cst

Figure 3.6 : comparaison des fractions molaires de OH à Φ cst et P cst.

En ce qui concerne le radical OH, aussi espèce intermédiaire, quand on fixe la richesse,
commence à apparaître à X =0.3 cm puis la fraction molaire atteint un max = 0.034 pour
P = 0.05 atm, un max = 0.024 pour P = 0.1atm et un max = 0.020 pour P= 0.15atm.

On conclue que la quantité de cette espèce diminue avec l’augmentation de pression, parce
qu’on travail dans les conditions de flammes (en phase gazeuse).

A pression constante, l’augmentation de richesse provoque la diminution de


fraction molaire, cette diminution est très claire surtout pour Φ = 1.5.

66
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

8.5. Fractions molaires de CO

0.12
0.25
Q= 0.5 P=0.05
Q= 1
Q= 1.5
P=0.1
0.10 P=0.15
0.20

0.08

fraction molaire CO
fraction molaire CO

0.15
0.06

0.10
0.04

0.05
0.02

0.00 0.00
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6

Distance du b rûleur (cm) Distance du b rûleur (cm)

P = cse Φ = cst

Figure 3.7 : Comparaison des fractions molaires de CO à Φ cst et P cst.

La valeur de fraction molaire max = 0.105 pour P = 0.05 atm. et un max = 0.08
pour P= 0.1 atm. et un max = 0.065 pour P= 0.15 atm .

Pour le monoxyde de carbone produit de la réaction les profiles de fractions


molaires montrent que lorsque on varie la richesse la fraction molaire augmente avec
l’augmentation de la richesse cela est dû à l’augmentation de la quantité de CH3OH.

Par contre l’augmentation de pression a l’effet inverse. P élevée implique diminution


de la fraction molaire parce qu'on est dans les conditions de flammes et donc en phase
gazeuse.

67
CHPITRE 3 : MODELISATION CINETIQUE

8.6. Fractions molaires de CO2

P= 0.05 Q= 0.5
0.25
0.35 P= 0.1 Q= 1
P= 0.15 Q= 1.5
0.30
0.20

fraction molaire CO2


fraction molaire CO2

0.25

0.15
0.20

0.15 0.10

0.10
0.05
0.05

0.00 0.00
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6

Distance du b rûleur (cm) Distance du b rûleur (cm)

Φ = cst P = cst

Figure 3.8 : Comparaison des fractions molaires de CO2 à Φ cst et P cst.

Quant au dioxyde de carbone (CO2), l’un des produits de la réaction, sa fraction


molaire augmente jusqu' à atteindre la valeur.0.22 à pression P = 0.05 atm, pour les
pressions P = 0. 1, 0.15 atm les valeurs de fractions molaires sont très voisines et atteignent
respectivement les valeurs 0.25, 0.27.

Lorsqu'on varie la richesse, on observe: de Φ = 0.5 à Φ = 1 une augmentation de la


fraction molaire de0.205 à 0.255 puis diminution de cette dernière à Φ = 1.5 pour atteindre
la valeur 0.125.

68
Conclusion générale
CONCLUSION GENERALE

Conclusion générale :

La forte consommation du pétrole, une source d’énergie non-renouvelable, en raison


de l’augmentation substantielle de la demande de carburant, conduit à sa disparation. C’est
ce qui a conduit à l’émergence des biocarburants, une source d’énergie renouvelable et
moins polluante, contrairement au carburant fossile.

Parmi ces types de biocarburants on cite le méthanol qui est un carburant propre et le
moins cher par unité calorifique.

L’importance du méthanol nous a mené à faire une étude, par modélisation, de l'effet
de la variation de richesse et de pression sur sa combustion, utilisant un mécanisme
cinétique chimique détaillé dans les conditions de flamme de prémélange, par le biais du
code de calcul CHEMKIN II.

Les résultats obtenus montrent que pour:

 Les réactifs CH3OH et O2: la variation de pression n’a aucun effet sur le profil des
fractions molaire, tandis que la variation de richesse
 Les intermédiaires CH3O et OH: l'augmentation, de pression à richesse constante et
de richesse à pression constante, provoque la diminution des fractions molaires de
ces deux intermédiaires.
 Les produits:
1. CO: on constate que l'augmentation de richesse implique une augmentation
de sa fraction molaire la pression a l'effet inverse.
2. CO2: la variation de pression de 0.05 à 0.1atm donne une augmentation de
fraction molaire tandis que cette variation de 0.1 à 0.15atm n'a presque
aucun effet. Les valeurs maximales des fractions molaires, à pression
constante, sont atteintes lorsque la richesse Φ = 1.

69
Références
bibliographiques
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1] J. GUIBET, carburants et moteurs (technologies-énergie – environnement), édition


Technip, Tome 1,1997.

[2] Jean-Claude GUIBET, carburants liquide, Technique de l’ingénieur, France, BE 8545

[3] J .GUIBET, carburants et moteurs, édition Technip Tome 1, 1987.

[4] khelifi Djalila, khelifi Fatiha, simulation، modélisation et optimisation de la quantité du


méthanol dans les essences aromatiques, mémoire de l’ingénieur, centre universitaire
O.E.B, 2000.

[5] WUITHIER TOMEL, Le pétrole raffinage et génie chimique, édition technip, 1972.

[6] Chems Eddine Chitour , raffinage du pétrole ,office des publications universitaire, 1983.

[7] Robert Perrin, Jean Pierre Scharef, chimie industrielle Masson sciences, 2eme édition, 1999.

[8] Jean-Claude GUIBET, Les carburants et la combustion, Technique de l’ingénieur,


France, BM 2520.

[9] Article écrit par Daniel BALLERINI, Jean-Claude GUIBET, Xavier MONTAGNE

[10] Etienne Poitrat , biocarburant , technique de l’ingénieur , France ,BE 8550

[11] CASINIR TOGBE, Etude cinétique de l’oxydation de constituants de biocarburants et


composés modèles – Formation de polluants, thèse doctorat, université D’ORLEANS, 2010.

[12] M.fadhel Ben Chaabane, Intensification de la production d’éthanol biocarburant dans


un bioréacteur bi-étage avec recyclage .cellulaire : modélisation et stratégie de conduite, thèse
doctorat, l’institut national des sciènes appliquées de Toulouse, 2006.

70
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[13] DBALLERINI, Les biocarburants, Edition Technip - ISBN : 9782710808695.

[14] CIRAD PERSYST, biocarburant de seconde génération et bioraffinerie, techniques de


l’ingénieur , RE 110v2.

[15] HELENA P. RAMIREZ L, Etude expérimentale et modélisation cinétique de l’oxydation


l’auto-inflammation et la combustion de carburants Diesel et bio-Diesel , thèse doctorat,
l’université d’Orléans, 27 Janvier 2012.

[16] R. Dumon. Jean-Claude. GUIBET et J.Y. Portas, Le méthanol. Masson

[17] M. U. Alzueta,* R. Bilbao, and M. Finestra, Methanol Oxidation and Its Interaction with
Nitric Oxide, Finestra Energy & Fuels 2001, 15, 724-729.

[18] J.P. Mazaud, production des gaz de synthèse, technique de l’ingénieur, France, J5 480_1.

[19] kouadria Samia. Messabhia Leila, proposition et simulation du mécanisme de la pyrolyse


des essences aromatiques, En présence du méthanol, mémoire de l’ingénieur, centre universitaire
O.E.B, 2003.

[20] V. Dias et J. Vandooren, Chimie de la combustion - Flammes à base d’hydrocarbures,


Technique de l’ingénieur, France AF 6210.

[21] science physique en BTS, application du premier principe aux combustions, Nantes,
p: 1.http//nicole.cortail.net/.

[22] CHUNG K. law PRINCETON, combustion physics University, 2006.

[23] G.DE.SOETE/ A.FEUGIER, aspects physiques et chimiques de la combustion, 1990.

71
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[24] M Nassira, simulation et modélisation de la formation des polyaromatiques et des suies


lors de la combustion des carburants usuels, mémoire de magister, OEB, 2010.

[25] E. Perthuis, la combustion industrielle, Edition Technip, France, Paris, 1983.

[26] : Josianne Ray, chimiste m. sc., en collaboration avec SPIQ (www.spiq.ca),


article 2:les types de la combustion, octobre 2006.

[27] Ait Ameur Amine, étude de l’effet de l’ajout de l’éthanol sur la quantité de méthane
formée lors de la combustion du benzène, mémoire de master, OEB, 2013.

[28] Josianne Ray, chimiste m. sc. en collaboration avec SPIQ (www.spiq.ca),


article 3: les types de flamme, octobre 2006.

[29] Les combustible et la combustion par smart. Conseil.2004. smart. Conseil -France.
Smart2000@wanadoo.fr.

[30] La terminologie des sciences et techniques spatiales. Les mots de la combustion,


dictionnaire des termes couramment utilisés en combustion établi par le groupement
français de combustion, 20 février 1995.

[31] Ferhoune Issam, étude par modélisation cinétique du mécanisme de combustion


du toluène dans les flammes laminaires de pré mélange, mémoire de magister, OEB, 2010.

[32] Abdelaziz Fatiha, Lachgar Zohra, Zerara Naima, modélisation de la combustion du


gaz naturel, mémoire de l’ingénieur, OEB ,2006.

[33] L. Gasnot, structures de flammes plates laminaires et pré-mélangées Analyses par


Techniques de prélèvement, Septième école de combustion, mont saint Odile, 2000.

[34] R.Borghi., M.Destriau, La Combustion et Les Flammes, Editions Technip., paris, 1995.

72
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[35] Kee R.J., Grcar J.F., Smokke M.D., Miller J.A., “A Fortran Program for Modeling Steady
Laminar One-Dimensional Premixed Flames”, SANDIA National Laboratories Report,
SAND85-8240, UC-401, (1985), Reprinted January 1993.

[36] L. GASNOT, modélisation de la cinétique chimique de combustion, flammes plates


laminaires et premelangees : codes de calcul CHEMKIN II / PREMIX, Mont Saint Odile,
24 au 30 Mai 2000.

[37] NIST (National Institute of Standard and Technology) Journal of Physical and Chemical
Reference Data, Volume 21, N° 3, 1992.

[38] JANAF,”Thermochemical tables”, National Standard Reference Data Service, NSRDS-


NBS37, 1987.

[39] R.J.Kee.F.M.Rupley,J.A. Miller, Chemkin II:A Fortran Chemical kinetics Package for the
Analysis of Gas Phase Chemical Kinetics, SANDIA Report,SAND89-8009B,UC-706, 1989.

[40] Kee R.J., Warnatz J. and Miller J.A., “A Fortran Computer Code Package for the Evaluation
of Gas-Phase Viscosities, Conductivities and Diffusion Coefficients”, SANDIA National
Laboratories Report, SAND83-8209, 1983.

[41] Kee R.J., Dixon-Lewis G., Warnatz J., Coltrin M.E. and Miller J.A., “A Fortran Computer
Code Package for the Evaluation of Gas-Phase Multicomponent Transport Properties”, SANDIA
National Laboratories Report, SAND86-8246, UC-401, (1986), Reprinted July 1992.

[42] KATARZYNA MARSCHELLEK – WATAROBA, Analyse de flammes prémélangées


méthane/monoxyde d’azote/ammoniac/air : expérience, modélisation, application à la réduction
des oxydes d’azote, thèse doctorat, Université des Sciences et Technologies de Lille, 2006.

73
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[43] Grcar J.F., Kee R.J., Smooke M.D. et Miller J.A. (1986), “A Hybrid Newton/Time-
Integration Procedure for the Solution of Steady, Laminar, One-Dimensional, Premix Flames.”
Twenty-First Symposium (International) on Combustion, 1773.

[44] JANAF,”Thermochemical tables”, National Standard Reference Data Service, NSRDS-


NBS37, 1971.

[45] Burcat A, “Thermochemical Data for Combustion Calculations” Combustion Chemistry,


W.C. Gardiner, Ed., Springer-Verlag, New-York, 455, 1984,

[46] Gordon S. et McBride B.J., “Computer Program for Calculation of Complex Chemical
Equilibrium Compositions, Rocket Performance, Incident and Reflected Shocks, and
Chapman- Jouguet Detonations.” NASA SP-273, 1971.

[47] Kee R.J., Dixon-Lewis G., Warnatz J., Coltrin M.E. and Miller J.A., “A Fortran Computer
Code Package for the Evaluation of Gas-Phase Multicomponent Transport Properties”, SANDIA
National Laboratories Report, SAND86-8246, UC-401, (1986), Reprinted July 1992.

[48] S. Hamdane, Y. Rezgui, and M. Guemini, A Detailed Chemical Kinetic Mechanism


for Methanol Combustion in Laminar Flames1, Kinetika i Kataliz, 2012, Vol. 53, No. 6,
pp. 690–707.

74
Annexe
Annexe

Tableau 1 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.05, Φ=0.5

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 7.23E-01 4.80E-03 1.15E-03 2.35E-01 4.95E-09 3.19E-07
2 8.63E-02 7.10E-01 7.61E-03 2.04E-03 2.29E-01 6.81E-09 5.67E-07
3 1.23E-01 6.91E-01 1.18E-02 3.51E-03 2.19E-01 2.98E-08 1.39E-06
4 1.59E-01 6.66E-01 1.80E-02 5.94E-03 2.04E-01 1.62E-07 3.58E-06
5 1.95E-01 6.36E-01 2.63E-02 9.45E-03 1.85E-01 7.92E-07 7.89E-06
6 2.31E-01 6.05E-01 3.58E-02 1.38E-02 1.64E-01 3.93E-06 1.34E-05
7 2.68E-01 5.70E-01 4.70E-02 1.93E-02 1.39E-01 2.19E-05 3.23E-05
8 2.86E-01 5.51E-01 5.36E-02 2.27E-02 1.25E-01 5.57E-05 5.60E-05
9 3.04E-01 5.31E-01 6.09E-02 2.66E-02 1.09E-01 1.39E-04 9.22E-05
10 3.13E-01 5.21E-01 6.48E-02 2.88E-02 1.01E-01 2.28E-04 1.15E-04
11 3.22E-01 5.10E-01 6.87E-02 3.11E-02 9.21E-02 3.59E-04 1.40E-04
12 3.31E-01 5.00E-01 7.27E-02 3.35E-02 8.36E-02 5.39E-04 1.65E-04
13 3.40E-01 4.90E-01 7.67E-02 3.60E-02 7.51E-02 7.72E-04 1.89E-04
14 3.49E-01 4.80E-01 8.07E-02 3.86E-02 6.68E-02 1.06E-03 2.10E-04
15 3.58E-01 4.70E-01 8.46E-02 4.14E-02 5.88E-02 1.39E-03 2.27E-04
16 3.67E-01 4.60E-01 8.84E-02 4.42E-02 5.10E-02 1.80E-03 2.40E-04
17 3.76E-01 4.51E-01 9.19E-02 4.72E-02 4.38E-02 2.29E-03 2.49E-04
18 3.85E-01 4.42E-01 9.52E-02 5.02E-02 3.70E-02 2.88E-03 2.54E-04
19 3.94E-01 4.34E-01 9.82E-02 5.33E-02 3.09E-02 3.60E-03 2.54E-04
20 4.03E-01 4.26E-01 1.01E-01 5.65E-02 2.54E-02 4.45E-03 2.50E-04
21 4.13E-01 4.18E-01 1.03E-01 5.97E-02 2.05E-02 5.44E-03 2.41E-04
22 4.17E-01 4.15E-01 1.04E-01 6.14E-02 1.84E-02 5.97E-03 2.35E-04
23 4.22E-01 4.11E-01 1.04E-01 6.30E-02 1.64E-02 6.53E-03 2.28E-04
24 4.31E-01 4.05E-01 1.06E-01 6.63E-02 1.29E-02 7.73E-03 2.09E-04
25 4.40E-01 3.99E-01 1.06E-01 6.97E-02 9.96E-03 9.03E-03 1.87E-04
26 4.49E-01 3.94E-01 1.06E-01 7.31E-02 7.59E-03 1.04E-02 1.63E-04
27 4.58E-01 3.89E-01 1.06E-01 7.66E-02 5.69E-03 1.18E-02 1.38E-04
28 4.67E-01 3.84E-01 1.05E-01 8.00E-02 4.20E-03 1.33E-02 1.14E-04
29 4.76E-01 3.80E-01 1.04E-01 8.35E-02 3.05E-03 1.47E-02 9.20E-05
30 4.85E-01 3.76E-01 1.02E-01 8.69E-02 2.18E-03 1.62E-02 7.23E-05
31 5.03E-01 3.69E-01 9.86E-02 9.37E-02 1.09E-03 1.89E-02 4.22E-05
32 5.21E-01 3.64E-01 9.41E-02 1.00E-01 5.04E-04 2.13E-02 2.23E-05
33 5.58E-01 3.55E-01 8.44E-02 1.13E-01 1.20E-04 2.51E-02 6.24E-06
34 5.94E-01 3.48E-01 7.52E-02 1.24E-01 2.61E-05 2.76E-02 1.52E-06
35 6.30E-01 3.43E-01 6.71E-02 1.33E-01 4.60E-06 2.93E-02 2.91E-07
36 7.03E-01 3.37E-01 5.44E-02 1.48E-01 3.46E-07 3.14E-02 2.43E-08
37 7.75E-01 3.34E-01 4.53E-02 1.59E-01 2.07E-08 3.25E-02 1.73E-09
38 9.20E-01 3.30E-01 3.48E-02 1.71E-01 8.97E-10 3.34E-02 1.00E-10
39 1.07E+00 3.28E-01 2.94E-02 1.78E-01 3.68E-10 3.36E-02 2.81E-11
40 1.21E+00 3.27E-01 2.66E-02 1.81E-01 3.52E-10 3.36E-02 2.20E-11
41 1.50E+00 3.27E-01 2.66E-02 1.81E-01 3.52E-10 3.36E-02 2.20E-11

75
Annexe

Tableau 2 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.05, Φ=1

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 5.62E-01 6.37E-03 1.06E-03 3.74E-01 1.23E-09 1.48E-07
2 8.63E-02 5.47E-01 1.02E-02 1.92E-03 3.63E-01 1.70E-09 2.70E-07
3 1.23E-01 5.26E-01 1.61E-02 3.37E-03 3.47E-01 7.49E-09 6.73E-07
4 1.59E-01 4.97E-01 2.49E-02 5.79E-03 3.24E-01 4.25E-08 1.78E-06
5 1.95E-01 4.61E-01 3.65E-02 9.32E-03 2.95E-01 2.15E-07 4.03E-06
6 2.31E-01 4.24E-01 5.01E-02 1.38E-02 2.63E-01 1.33E-06 7.66E-06
7 2.68E-01 3.83E-01 6.62E-02 1.94E-02 2.26E-01 9.90E-06 2.22E-05
8 2.86E-01 3.60E-01 7.57E-02 2.28E-02 2.05E-01 2.70E-05 4.20E-05
9 3.04E-01 3.36E-01 8.63E-02 2.69E-02 1.81E-01 7.46E-05 7.56E-05
10 3.22E-01 3.10E-01 9.79E-02 3.15E-02 1.56E-01 2.14E-04 1.24E-04
11 3.31E-01 2.97E-01 1.04E-01 3.40E-02 1.43E-01 3.34E-04 1.51E-04
12 3.40E-01 2.85E-01 1.10E-01 3.66E-02 1.30E-01 4.88E-04 1.77E-04
13 3.49E-01 2.72E-01 1.16E-01 3.93E-02 1.17E-01 6.70E-04 1.98E-04
14 3.58E-01 2.59E-01 1.22E-01 4.21E-02 1.05E-01 8.76E-04 2.15E-04
15 3.76E-01 2.35E-01 1.35E-01 4.81E-02 8.07E-02 1.38E-03 2.33E-04
16 3.85E-01 2.24E-01 1.41E-01 5.13E-02 6.96E-02 1.72E-03 2.37E-04
17 3.94E-01 2.13E-01 1.46E-01 5.45E-02 5.92E-02 2.11E-03 2.38E-04
18 4.03E-01 2.02E-01 1.51E-01 5.78E-02 4.97E-02 2.58E-03 2.36E-04
19 4.13E-01 1.93E-01 1.56E-01 6.11E-02 4.11E-02 3.12E-03 2.30E-04
20 4.17E-01 1.88E-01 1.58E-01 6.28E-02 3.72E-02 3.42E-03 2.26E-04
21 4.22E-01 1.84E-01 1.60E-01 6.45E-02 3.36E-02 3.73E-03 2.20E-04
22 4.31E-01 1.75E-01 1.64E-01 6.80E-02 2.70E-02 4.41E-03 2.05E-04
23 4.40E-01 1.67E-01 1.67E-01 7.15E-02 2.13E-02 5.16E-03 1.87E-04
24 4.44E-01 1.63E-01 1.69E-01 7.33E-02 1.88E-02 5.56E-03 1.77E-04
25 4.49E-01 1.60E-01 1.70E-01 7.51E-02 1.66E-02 5.98E-03 1.66E-04
26 4.53E-01 1.56E-01 1.71E-01 7.70E-02 1.45E-02 6.41E-03 1.55E-04
27 4.58E-01 1.53E-01 1.72E-01 7.88E-02 1.27E-02 6.87E-03 1.44E-04
28 4.67E-01 1.47E-01 1.73E-01 8.26E-02 9.53E-03 7.82E-03 1.22E-04
29 4.76E-01 1.41E-01 1.73E-01 8.64E-02 7.05E-03 8.84E-03 1.01E-04
30 4.85E-01 1.35E-01 1.73E-01 9.03E-02 5.13E-03 9.92E-03 8.16E-05
31 4.94E-01 1.30E-01 1.73E-01 9.42E-02 3.66E-03 1.10E-02 6.43E-05
32 5.03E-01 1.25E-01 1.71E-01 9.81E-02 2.57E-03 1.22E-02 4.95E-05
33 5.21E-01 1.17E-01 1.68E-01 1.06E-01 1.24E-03 1.44E-02 2.79E-05
34 5.39E-01 1.09E-01 1.63E-01 1.14E-01 5.64E-04 1.66E-02 1.45E-05
35 5.58E-01 1.02E-01 1.58E-01 1.21E-01 2.34E-04 1.85E-02 6.70E-06
36 5.94E-01 9.18E-02 1.47E-01 1.36E-01 4.77E-05 2.15E-02 1.58E-06
37 6.30E-01 8.38E-02 1.36E-01 1.49E-01 7.62E-06 2.37E-02 2.84E-07
38 7.03E-01 7.40E-02 1.20E-01 1.69E-01 5.12E-07 2.60E-02 2.48E-08
39 7.75E-01 6.83E-02 1.07E-01 1.85E-01 3.32E-08 2.70E-02 3.86E-09
40 9.20E-01 6.29E-02 9.34E-02 2.02E-01 5.05E-09 2.77E-02 1.14E-09
41 1.07E+00 6.03E-02 8.61E-02 2.11E-01 3.28E-09 2.79E-02 4.80E-10
42 1.21E+00 5.90E-02 8.25E-02 2.16E-01 2.82E-09 2.79E-02 2.38E-10
43 1.50E+00 5.90E-02 8.25E-02 2.16E-01 2.82E-09 2.79E-02 2.38E-10

76
Annexe

Tableau 3 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.15, Φ=1.5

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 4.61E-01 6.33E-03 5.14E-04 4.56E-01 3.87E-10 6.17E-08
2 8.63E-02 4.48E-01 1.03E-02 9.41E-04 4.43E-01 5.42E-10 1.14E-07
3 1.23E-01 4.30E-01 1.62E-02 1.67E-03 4.26E-01 2.23E-09 2.86E-07
4 1.59E-01 4.06E-01 2.53E-02 2.90E-03 4.01E-01 1.19E-08 7.64E-07
5 1.95E-01 3.77E-01 3.73E-02 4.70E-03 3.70E-01 5.71E-08 1.79E-06
6 2.31E-01 3.46E-01 5.13E-02 6.96E-03 3.36E-01 4.18E-07 3.84E-06
7 2.68E-01 3.13E-01 6.80E-02 9.81E-03 2.98E-01 3.70E-06 1.25E-05
8 2.86E-01 2.94E-01 7.78E-02 1.16E-02 2.75E-01 9.90E-06 2.46E-05
9 3.04E-01 2.74E-01 8.90E-02 1.37E-02 2.51E-01 2.83E-05 4.72E-05
10 3.22E-01 2.53E-01 1.01E-01 1.60E-02 2.25E-01 8.96E-05 8.47E-05
11 3.31E-01 2.42E-01 1.08E-01 1.72E-02 2.11E-01 1.44E-04 1.07E-04
12 3.40E-01 2.32E-01 1.14E-01 1.86E-02 1.98E-01 2.14E-04 1.29E-04
13 3.49E-01 2.21E-01 1.21E-01 1.99E-02 1.84E-01 2.93E-04 1.49E-04
14 3.58E-01 2.10E-01 1.28E-01 2.14E-02 1.70E-01 3.77E-04 1.64E-04
15 3.76E-01 1.90E-01 1.42E-01 2.43E-02 1.43E-01 5.62E-04 1.84E-04
16 3.94E-01 1.70E-01 1.56E-01 2.74E-02 1.17E-01 8.02E-04 1.98E-04
17 4.03E-01 1.60E-01 1.63E-01 2.90E-02 1.04E-01 9.47E-04 2.04E-04
18 4.13E-01 1.51E-01 1.70E-01 3.06E-02 9.28E-02 1.11E-03 2.08E-04
19 4.17E-01 1.47E-01 1.73E-01 3.13E-02 8.72E-02 1.19E-03 2.09E-04
20 4.22E-01 1.43E-01 1.77E-01 3.21E-02 8.18E-02 1.27E-03 2.09E-04
21 4.31E-01 1.35E-01 1.83E-01 3.37E-02 7.17E-02 1.43E-03 2.05E-04
22 4.40E-01 1.27E-01 1.90E-01 3.53E-02 6.23E-02 1.59E-03 1.98E-04
23 4.44E-01 1.23E-01 1.93E-01 3.61E-02 5.80E-02 1.67E-03 1.93E-04
24 4.49E-01 1.20E-01 1.96E-01 3.68E-02 5.38E-02 1.75E-03 1.87E-04
25 4.53E-01 1.16E-01 1.99E-01 3.76E-02 4.99E-02 1.82E-03 1.80E-04
26 4.58E-01 1.13E-01 2.02E-01 3.84E-02 4.61E-02 1.89E-03 1.73E-04
27 4.67E-01 1.07E-01 2.07E-01 4.00E-02 3.93E-02 2.03E-03 1.58E-04
28 4.85E-01 9.53E-02 2.17E-01 4.31E-02 2.78E-02 2.31E-03 1.25E-04
29 5.03E-01 8.53E-02 2.25E-01 4.62E-02 1.91E-02 2.60E-03 9.54E-05
30 5.21E-01 7.67E-02 2.32E-01 4.93E-02 1.27E-02 2.91E-03 6.96E-05
31 5.39E-01 6.91E-02 2.36E-01 5.25E-02 8.16E-03 3.24E-03 4.89E-05
32 5.58E-01 6.24E-02 2.39E-01 5.57E-02 5.07E-03 3.59E-03 3.31E-05
33 5.76E-01 5.65E-02 2.41E-01 5.89E-02 3.04E-03 3.97E-03 2.16E-05
34 5.94E-01 5.12E-02 2.41E-01 6.22E-02 1.77E-03 4.36E-03 1.35E-05
35 6.12E-01 4.64E-02 2.41E-01 6.55E-02 9.95E-04 4.74E-03 8.14E-06
36 6.30E-01 4.20E-02 2.40E-01 6.88E-02 5.34E-04 5.12E-03 4.65E-06
37 6.66E-01 3.44E-02 2.36E-01 7.54E-02 1.64E-04 5.78E-03 1.58E-06
38 7.03E-01 2.81E-02 2.32E-01 8.16E-02 4.34E-05 6.28E-03 4.50E-07
39 7.75E-01 1.89E-02 2.23E-01 9.30E-02 5.42E-06 6.67E-03 6.45E-08
40 8.48E-01 1.28E-02 2.16E-01 1.03E-01 7.37E-07 6.57E-03 1.37E-08
41 9.20E-01 8.84E-03 2.10E-01 1.10E-01 1.66E-07 6.22E-03 6.96E-09
42 9.93E-01 6.20E-03 2.05E-01 1.17E-01 9.69E-08 5.80E-03 5.67E-09
43 1.07E+00 4.45E-03 2.01E-01 1.22E-01 9.07E-08 5.38E-03 5.05E-09
44 1.21E+00 2.66E-03 1.96E-01 1.29E-01 9.63E-08 4.74E-03 4.40E-09
45 1.50E+00 2.66E-03 1.96E-01 1.29E-01 9.63E-08 4.74E-03 4.40E-09

77
Annexe

Tableau 4 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.1, Φ=0.5

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 7.21E-01 4.24E-03 2.16E-03 2.34E-01 3.62E-12 1.83E-09
2 8.63E-02 7.06E-01 6.72E-03 3.83E-03 2.27E-01 4.98E-12 3.26E-09
3 1.23E-01 6.86E-01 1.04E-02 6.62E-03 2.16E-01 7.85E-11 1.64E-08
4 1.59E-01 6.57E-01 1.59E-02 1.12E-02 2.00E-01 1.33E-09 8.72E-08
5 1.95E-01 6.22E-01 2.32E-02 1.79E-02 1.79E-01 2.06E-08 3.67E-07
6 2.31E-01 5.86E-01 3.16E-02 2.61E-02 1.55E-01 4.32E-07 1.22E-06
7 2.68E-01 5.46E-01 4.16E-02 3.66E-02 1.26E-01 5.81E-06 6.13E-06
8 2.86E-01 5.24E-01 4.75E-02 4.31E-02 1.10E-01 1.61E-05 1.27E-05
9 3.04E-01 5.01E-01 5.40E-02 5.07E-02 9.14E-02 4.93E-05 2.60E-05
10 3.13E-01 4.89E-01 5.74E-02 5.48E-02 8.17E-02 9.87E-05 3.75E-05
11 3.22E-01 4.76E-01 6.09E-02 5.93E-02 7.18E-02 1.79E-04 5.08E-05
12 3.31E-01 4.64E-01 6.44E-02 6.39E-02 6.20E-02 2.98E-04 6.41E-05
13 3.40E-01 4.52E-01 6.78E-02 6.88E-02 5.24E-02 4.66E-04 7.65E-05
14 3.49E-01 4.41E-01 7.09E-02 7.40E-02 4.32E-02 7.02E-04 8.73E-05
15 3.58E-01 4.29E-01 7.38E-02 7.94E-02 3.46E-02 1.04E-03 9.67E-05
16 3.67E-01 4.19E-01 7.62E-02 8.50E-02 2.67E-02 1.55E-03 1.04E-04
17 3.76E-01 4.09E-01 7.79E-02 9.07E-02 1.99E-02 2.27E-03 1.07E-04
18 3.85E-01 4.00E-01 7.88E-02 9.66E-02 1.42E-02 3.28E-03 1.04E-04
19 3.94E-01 3.92E-01 7.88E-02 1.03E-01 9.69E-03 4.62E-03 9.56E-05
20 4.03E-01 3.85E-01 7.79E-02 1.09E-01 6.30E-03 6.29E-03 8.17E-05
21 4.08E-01 3.81E-01 7.71E-02 1.12E-01 4.99E-03 7.23E-03 7.33E-05
22 4.13E-01 3.78E-01 7.61E-02 1.15E-01 3.90E-03 8.23E-03 6.45E-05
23 4.17E-01 3.75E-01 7.49E-02 1.18E-01 3.02E-03 9.26E-03 5.57E-05
24 4.22E-01 3.73E-01 7.36E-02 1.20E-01 2.31E-03 1.03E-02 4.71E-05
25 4.26E-01 3.70E-01 7.21E-02 1.23E-01 1.75E-03 1.13E-02 3.91E-05
26 4.31E-01 3.68E-01 7.05E-02 1.26E-01 1.31E-03 1.24E-02 3.19E-05
27 4.40E-01 3.63E-01 6.70E-02 1.32E-01 7.23E-04 1.43E-02 2.04E-05
28 4.49E-01 3.60E-01 6.34E-02 1.37E-01 3.88E-04 1.61E-02 1.23E-05
29 4.58E-01 3.56E-01 5.98E-02 1.42E-01 2.03E-04 1.76E-02 7.08E-06
30 4.67E-01 3.53E-01 5.63E-02 1.46E-01 1.03E-04 1.89E-02 3.89E-06
31 4.76E-01 3.51E-01 5.29E-02 1.51E-01 5.13E-05 2.00E-02 2.05E-06
32 4.85E-01 3.49E-01 4.97E-02 1.55E-01 2.41E-05 2.09E-02 1.02E-06
33 5.03E-01 3.46E-01 4.40E-02 1.62E-01 6.21E-06 2.22E-02 2.83E-07
34 5.21E-01 3.43E-01 3.90E-02 1.68E-01 1.34E-06 2.30E-02 6.57E-08
35 5.58E-01 3.40E-01 3.13E-02 1.77E-01 1.05E-07 2.38E-02 6.09E-09
36 6.30E-01 3.36E-01 2.23E-02 1.89E-01 4.08E-09 2.41E-02 3.82E-10
37 7.03E-01 3.35E-01 1.73E-02 1.95E-01 3.95E-10 2.38E-02 5.15E-11
38 7.75E-01 3.34E-01 1.43E-02 1.99E-01 1.94E-10 2.32E-02 1.29E-11
39 9.20E-01 3.34E-01 1.13E-02 2.03E-01 1.71E-10 2.18E-02 7.04E-12
40 1.07E+00 3.34E-01 9.58E-03 2.05E-01 1.66E-10 2.05E-02 6.11E-12
41 1.21E+00 3.34E-01 8.62E-03 2.06E-01 1.63E-10 1.96E-02 5.70E-12
42 1.50E+00 3.34E-01 8.62E-03 2.06E-01 1.63E-10 1.96E-02 5.70E-12

78
Annexe

Tableau 5 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.1, Φ=1

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 5.60E-01 6.37E-03 2.14E-03 3.73E-01 1.30E-12 1.18E-09
2 8.63E-02 5.42E-01 1.02E-02 3.87E-03 3.61E-01 1.80E-12 2.15E-09
3 1.23E-01 5.16E-01 1.61E-02 6.80E-03 3.43E-01 2.69E-11 1.09E-08
4 1.59E-01 4.80E-01 2.48E-02 1.17E-02 3.16E-01 4.56E-10 5.92E-08
5 1.95E-01 4.37E-01 3.65E-02 1.89E-02 2.83E-01 7.73E-09 2.59E-07
6 2.31E-01 3.91E-01 5.01E-02 2.79E-02 2.45E-01 2.69E-07 1.05E-06
7 2.68E-01 3.41E-01 6.62E-02 3.94E-02 2.02E-01 4.26E-06 5.96E-06
8 2.86E-01 3.13E-01 7.58E-02 4.65E-02 1.77E-01 1.10E-05 1.17E-05
9 3.04E-01 2.82E-01 8.65E-02 5.50E-02 1.49E-01 3.28E-05 2.38E-05
10 3.13E-01 2.67E-01 9.22E-02 5.96E-02 1.34E-01 6.81E-05 3.54E-05
11 3.22E-01 2.51E-01 9.81E-02 6.46E-02 1.19E-01 1.25E-04 4.87E-05
12 3.31E-01 2.35E-01 1.04E-01 6.99E-02 1.04E-01 2.08E-04 6.14E-05
13 3.40E-01 2.19E-01 1.10E-01 7.54E-02 8.92E-02 3.18E-04 7.23E-05
14 3.49E-01 2.03E-01 1.16E-01 8.13E-02 7.47E-02 4.64E-04 8.09E-05
15 3.58E-01 1.88E-01 1.22E-01 8.74E-02 6.10E-02 6.67E-04 8.79E-05
16 3.67E-01 1.74E-01 1.27E-01 9.38E-02 4.82E-02 9.54E-04 9.29E-05
17 3.76E-01 1.60E-01 1.31E-01 1.00E-01 3.68E-02 1.36E-03 9.50E-05
18 3.85E-01 1.48E-01 1.35E-01 1.07E-01 2.69E-02 1.92E-03 9.29E-05
19 3.94E-01 1.36E-01 1.38E-01 1.14E-01 1.88E-02 2.67E-03 8.61E-05
20 4.03E-01 1.26E-01 1.39E-01 1.21E-01 1.25E-02 3.66E-03 7.51E-05
21 4.13E-01 1.17E-01 1.39E-01 1.28E-01 7.95E-03 4.88E-03 6.11E-05
22 4.17E-01 1.13E-01 1.39E-01 1.32E-01 6.20E-03 5.57E-03 5.36E-05
23 4.22E-01 1.09E-01 1.38E-01 1.36E-01 4.78E-03 6.30E-03 4.61E-05
24 4.26E-01 1.06E-01 1.37E-01 1.39E-01 3.63E-03 7.07E-03 3.89E-05
25 4.31E-01 1.02E-01 1.35E-01 1.43E-01 2.73E-03 7.86E-03 3.23E-05
26 4.40E-01 9.58E-02 1.32E-01 1.50E-01 1.51E-03 9.49E-03 2.12E-05
27 4.44E-01 9.28E-02 1.30E-01 1.53E-01 1.10E-03 1.03E-02 1.66E-05
28 4.49E-01 9.00E-02 1.28E-01 1.56E-01 7.90E-04 1.11E-02 1.28E-05
29 4.53E-01 8.74E-02 1.26E-01 1.60E-01 5.61E-04 1.19E-02 9.70E-06
30 4.58E-01 8.50E-02 1.24E-01 1.63E-01 3.91E-04 1.26E-02 7.18E-06
31 4.67E-01 8.04E-02 1.20E-01 1.69E-01 1.86E-04 1.39E-02 3.76E-06
32 4.85E-01 7.29E-02 1.11E-01 1.81E-01 4.70E-05 1.60E-02 1.09E-06
33 5.03E-01 6.70E-02 1.03E-01 1.92E-01 1.12E-05 1.75E-02 2.89E-07
34 5.21E-01 6.24E-02 9.63E-02 2.01E-01 2.18E-06 1.85E-02 6.38E-08
35 5.58E-01 5.62E-02 8.55E-02 2.15E-01 2.02E-07 1.96E-02 9.04E-09
36 5.94E-01 5.23E-02 7.76E-02 2.25E-01 2.93E-08 2.00E-02 3.05E-09
37 6.30E-01 4.96E-02 7.19E-02 2.33E-01 1.12E-08 2.02E-02 1.82E-09
38 7.03E-01 4.64E-02 6.51E-02 2.42E-01 5.90E-09 2.02E-02 9.04E-10
39 7.75E-01 4.45E-02 6.13E-02 2.47E-01 3.58E-09 2.00E-02 4.27E-10
40 9.20E-01 4.22E-02 5.78E-02 2.52E-01 2.22E-09 1.95E-02 1.44E-10
41 1.07E+00 4.07E-02 5.60E-02 2.54E-01 1.87E-09 1.90E-02 6.77E-11
42 1.21E+00 3.97E-02 5.50E-02 2.56E-01 1.79E-09 1.87E-02 4.79E-11
43 1.50E+00 3.97E-02 5.50E-02 2.56E-01 1.79E-09 1.87E-02 4.79E-11

79
Annexe

Tableau 6 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.1, Φ=1.5

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 4.57E-01 7.98E-03 9.69E-04 4.53E-01 8.29E-13 7.50E-10
2 8.63E-02 4.41E-01 1.29E-02 1.78E-03 4.38E-01 1.16E-12 1.38E-09
3 1.23E-01 4.19E-01 2.05E-02 3.15E-03 4.17E-01 1.44E-11 6.97E-09
4 1.59E-01 3.89E-01 3.18E-02 5.47E-03 3.87E-01 2.11E-10 3.78E-08
5 1.95E-01 3.53E-01 4.69E-02 8.85E-03 3.50E-01 3.32E-09 1.70E-07
6 2.31E-01 3.15E-01 6.46E-02 1.31E-02 3.09E-01 1.46E-07 7.79E-07
7 2.68E-01 2.73E-01 8.56E-02 1.85E-02 2.63E-01 2.35E-06 4.61E-06
8 2.86E-01 2.50E-01 9.81E-02 2.19E-02 2.36E-01 5.67E-06 8.79E-06
9 3.04E-01 2.25E-01 1.12E-01 2.58E-02 2.06E-01 1.59E-05 1.78E-05
10 3.13E-01 2.12E-01 1.20E-01 2.80E-02 1.91E-01 3.30E-05 2.70E-05
11 3.22E-01 1.99E-01 1.28E-01 3.03E-02 1.75E-01 6.03E-05 3.77E-05
12 3.31E-01 1.86E-01 1.36E-01 3.27E-02 1.58E-01 9.72E-05 4.79E-05
13 3.40E-01 1.73E-01 1.44E-01 3.52E-02 1.42E-01 1.41E-04 5.59E-05
14 3.58E-01 1.47E-01 1.61E-01 4.06E-02 1.10E-01 2.48E-04 6.44E-05
15 3.76E-01 1.23E-01 1.78E-01 4.62E-02 7.97E-02 4.12E-04 6.91E-05
16 3.85E-01 1.12E-01 1.86E-01 4.90E-02 6.60E-02 5.27E-04 7.01E-05
17 3.94E-01 1.01E-01 1.94E-01 5.19E-02 5.34E-02 6.66E-04 6.95E-05
18 4.03E-01 9.16E-02 2.01E-01 5.47E-02 4.23E-02 8.26E-04 6.68E-05
19 4.13E-01 8.28E-02 2.08E-01 5.75E-02 3.26E-02 1.00E-03 6.18E-05
20 4.17E-01 7.88E-02 2.11E-01 5.89E-02 2.84E-02 1.10E-03 5.85E-05
21 4.22E-01 7.51E-02 2.14E-01 6.02E-02 2.46E-02 1.19E-03 5.47E-05
22 4.26E-01 7.15E-02 2.16E-01 6.16E-02 2.12E-02 1.28E-03 5.05E-05
23 4.31E-01 6.81E-02 2.19E-01 6.29E-02 1.81E-02 1.37E-03 4.61E-05
24 4.40E-01 6.20E-02 2.23E-01 6.56E-02 1.30E-02 1.55E-03 3.72E-05
25 4.44E-01 5.92E-02 2.25E-01 6.69E-02 1.09E-02 1.64E-03 3.30E-05
26 4.49E-01 5.66E-02 2.26E-01 6.82E-02 9.14E-03 1.72E-03 2.89E-05
27 4.53E-01 5.41E-02 2.27E-01 6.95E-02 7.60E-03 1.81E-03 2.51E-05
28 4.58E-01 5.18E-02 2.28E-01 7.08E-02 6.28E-03 1.89E-03 2.16E-05
29 4.67E-01 4.75E-02 2.30E-01 7.33E-02 4.25E-03 2.04E-03 1.56E-05
30 4.76E-01 4.37E-02 2.31E-01 7.58E-02 2.82E-03 2.19E-03 1.10E-05
31 4.85E-01 4.02E-02 2.31E-01 7.83E-02 1.84E-03 2.33E-03 7.54E-06
32 4.94E-01 3.70E-02 2.31E-01 8.08E-02 1.18E-03 2.46E-03 5.05E-06
33 5.03E-01 3.41E-02 2.30E-01 8.32E-02 7.34E-04 2.58E-03 3.27E-06
34 5.21E-01 2.90E-02 2.28E-01 8.78E-02 2.79E-04 2.77E-03 1.31E-06
35 5.58E-01 2.11E-02 2.22E-01 9.63E-02 5.41E-05 2.93E-03 2.67E-07
36 5.94E-01 1.55E-02 2.17E-01 1.04E-01 1.06E-05 2.86E-03 5.53E-08
37 6.30E-01 1.15E-02 2.13E-01 1.10E-01 2.28E-06 2.67E-03 1.53E-08
38 6.66E-01 8.67E-03 2.09E-01 1.15E-01 6.29E-07 2.42E-03 7.58E-09
39 7.03E-01 6.64E-03 2.06E-01 1.19E-01 2.87E-07 2.17E-03 5.90E-09
40 7.75E-01 4.23E-03 2.01E-01 1.25E-01 2.49E-07 1.71E-03 5.14E-09
41 8.48E-01 2.83E-03 1.98E-01 1.29E-01 2.85E-07 1.37E-03 4.83E-09
42 9.20E-01 1.96E-03 1.96E-01 1.32E-01 3.26E-07 1.14E-03 4.64E-09
43 1.07E+00 1.09E-03 1.92E-01 1.37E-01 3.86E-07 9.01E-04 4.31E-09
44 1.21E+00 6.64E-04 1.90E-01 1.39E-01 4.18E-07 7.92E-04 3.99E-09
45 1.50E+00 6.64E-04 1.90E-01 1.39E-01 4.18E-07 7.92E-04 3.99E-09

80
Annexe

Tableau 7 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.15, Φ=0.5

J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O


1 5.00E-02 7.20E-01 3.74E-03 2.73E-03 2.34E-01 3.25E-14 6.36E-11
2 8.63E-02 7.05E-01 5.93E-03 4.84E-03 2.27E-01 4.47E-14 1.13E-10
3 1.23E-01 6.83E-01 9.21E-03 8.36E-03 2.15E-01 1.59E-12 1.05E-09
4 1.59E-01 6.53E-01 1.41E-02 1.42E-02 1.99E-01 6.88E-11 1.00E-08
5 1.95E-01 6.17E-01 2.05E-02 2.26E-02 1.76E-01 3.16E-09 7.59E-08
6 2.31E-01 5.78E-01 2.80E-02 3.30E-02 1.51E-01 2.06E-07 4.88E-07
7 2.68E-01 5.36E-01 3.68E-02 4.63E-02 1.22E-01 3.57E-06 3.28E-06
8 2.86E-01 5.13E-01 4.19E-02 5.46E-02 1.04E-01 8.97E-06 6.11E-06
9 3.04E-01 4.88E-01 4.77E-02 6.42E-02 8.48E-02 2.64E-05 1.21E-05
10 3.13E-01 4.75E-01 5.07E-02 6.95E-02 7.46E-02 5.62E-05 1.86E-05
11 3.22E-01 4.62E-01 5.37E-02 7.52E-02 6.43E-02 1.06E-04 2.59E-05
12 3.31E-01 4.50E-01 5.67E-02 8.11E-02 5.40E-02 1.82E-04 3.32E-05
13 3.40E-01 4.37E-01 5.96E-02 8.74E-02 4.40E-02 2.98E-04 4.03E-05
14 3.49E-01 4.25E-01 6.21E-02 9.40E-02 3.45E-02 4.86E-04 4.75E-05
15 3.58E-01 4.13E-01 6.42E-02 1.01E-01 2.58E-02 7.99E-04 5.45E-05
16 3.63E-01 4.07E-01 6.49E-02 1.05E-01 2.19E-02 1.03E-03 5.76E-05
17 3.67E-01 4.02E-01 6.54E-02 1.08E-01 1.83E-02 1.33E-03 5.99E-05
18 3.76E-01 3.92E-01 6.58E-02 1.16E-01 1.21E-02 2.18E-03 6.08E-05
19 3.85E-01 3.84E-01 6.49E-02 1.23E-01 7.41E-03 3.46E-03 5.58E-05
20 3.94E-01 3.76E-01 6.27E-02 1.31E-01 4.20E-03 5.21E-03 4.52E-05
21 3.99E-01 3.73E-01 6.13E-02 1.34E-01 3.05E-03 6.23E-03 3.87E-05
22 4.03E-01 3.70E-01 5.96E-02 1.38E-01 2.18E-03 7.33E-03 3.19E-05
23 4.08E-01 3.67E-01 5.77E-02 1.41E-01 1.52E-03 8.47E-03 2.55E-05
24 4.13E-01 3.64E-01 5.56E-02 1.45E-01 1.04E-03 9.62E-03 1.97E-05
25 4.17E-01 3.62E-01 5.35E-02 1.48E-01 7.03E-04 1.07E-02 1.47E-05
26 4.22E-01 3.59E-01 5.14E-02 1.51E-01 4.64E-04 1.18E-02 1.06E-05
27 4.26E-01 3.57E-01 4.92E-02 1.54E-01 2.98E-04 1.28E-02 7.37E-06
28 4.31E-01 3.56E-01 4.71E-02 1.57E-01 1.82E-04 1.37E-02 4.85E-06
29 4.49E-01 3.50E-01 3.92E-02 1.68E-01 3.94E-05 1.66E-02 1.26E-06
30 4.53E-01 3.48E-01 3.74E-02 1.70E-01 2.44E-05 1.71E-02 8.14E-07
31 4.58E-01 3.47E-01 3.57E-02 1.72E-01 1.48E-05 1.75E-02 5.12E-07
32 4.67E-01 3.46E-01 3.26E-02 1.76E-01 5.82E-06 1.82E-02 2.12E-07
33 4.76E-01 3.44E-01 2.98E-02 1.80E-01 2.24E-06 1.87E-02 8.56E-08
34 4.85E-01 3.43E-01 2.73E-02 1.83E-01 7.89E-07 1.91E-02 3.24E-08
35 5.03E-01 3.41E-01 2.31E-02 1.88E-01 1.44E-07 1.96E-02 7.06E-09
36 5.21E-01 3.40E-01 1.98E-02 1.93E-01 2.34E-08 1.97E-02 1.64E-09
37 5.58E-01 3.38E-01 1.52E-02 1.98E-01 2.06E-09 1.95E-02 2.59E-10
38 6.30E-01 3.37E-01 1.05E-02 2.04E-01 2.67E-10 1.85E-02 3.17E-11
39 7.03E-01 3.36E-01 8.04E-03 2.08E-01 1.28E-10 1.74E-02 6.57E-12
40 7.75E-01 3.36E-01 6.53E-03 2.10E-01 1.08E-10 1.63E-02 3.29E-12
41 9.20E-01 3.36E-01 4.87E-03 2.12E-01 9.76E-11 1.44E-02 2.43E-12
42 1.07E+00 3.37E-01 3.89E-03 2.13E-01 9.04E-11 1.30E-02 2.00E-12
43 1.21E+00 3.37E-01 3.32E-03 2.14E-01 8.59E-11 1.21E-02 1.75E-12
44 1.50E+00 3.37E-01 3.32E-03 2.14E-01 8.59E-11 1.21E-02 1.75E-12

81
Annexe

Tableau 8 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.15, Φ=1
J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O
1 5.00E-02 5.59E-01 5.95E-03 2.83E-03 3.73E-01 1.93E-14 5.30E-11
2 8.63E-02 5.39E-01 9.56E-03 5.13E-03 3.60E-01 2.69E-14 9.66E-11
3 1.23E-01 5.12E-01 1.50E-02 9.02E-03 3.41E-01 7.89E-13 9.00E-10
4 1.59E-01 4.73E-01 2.32E-02 1.55E-02 3.13E-01 3.15E-11 8.68E-09
5 1.95E-01 4.26E-01 3.41E-02 2.51E-02 2.78E-01 1.58E-09 6.71E-08
6 2.31E-01 3.77E-01 4.68E-02 3.71E-02 2.38E-01 1.64E-07 5.15E-07
7 2.68E-01 3.22E-01 6.19E-02 5.25E-02 1.92E-01 3.05E-06 3.71E-06
8 2.86E-01 2.91E-01 7.09E-02 6.21E-02 1.66E-01 7.30E-06 6.53E-06
9 3.04E-01 2.58E-01 8.08E-02 7.34E-02 1.36E-01 2.05E-05 1.24E-05
10 3.13E-01 2.41E-01 8.62E-02 7.98E-02 1.20E-01 4.38E-05 1.91E-05
11 3.22E-01 2.24E-01 9.16E-02 8.65E-02 1.04E-01 8.17E-05 2.63E-05
12 3.31E-01 2.06E-01 9.71E-02 9.37E-02 8.85E-02 1.37E-04 3.29E-05
13 3.40E-01 1.89E-01 1.03E-01 1.01E-01 7.29E-02 2.16E-04 3.86E-05
14 3.49E-01 1.72E-01 1.08E-01 1.09E-01 5.80E-02 3.38E-04 4.41E-05
15 3.58E-01 1.56E-01 1.12E-01 1.18E-01 4.40E-02 5.34E-04 4.91E-05
16 3.63E-01 1.49E-01 1.14E-01 1.22E-01 3.76E-02 6.75E-04 5.13E-05
17 3.67E-01 1.41E-01 1.16E-01 1.27E-01 3.17E-02 8.53E-04 5.28E-05
18 3.72E-01 1.34E-01 1.18E-01 1.31E-01 2.62E-02 1.08E-03 5.34E-05
19 3.76E-01 1.27E-01 1.19E-01 1.36E-01 2.13E-02 1.35E-03 5.29E-05
20 3.85E-01 1.15E-01 1.20E-01 1.45E-01 1.33E-02 2.11E-03 4.83E-05
21 3.94E-01 1.04E-01 1.19E-01 1.55E-01 7.61E-03 3.19E-03 3.95E-05
22 3.99E-01 9.92E-02 1.18E-01 1.59E-01 5.56E-03 3.87E-03 3.40E-05
23 4.03E-01 9.48E-02 1.17E-01 1.64E-01 3.97E-03 4.63E-03 2.84E-05
24 4.08E-01 9.06E-02 1.15E-01 1.69E-01 2.77E-03 5.46E-03 2.29E-05
25 4.13E-01 8.67E-02 1.13E-01 1.73E-01 1.89E-03 6.36E-03 1.79E-05
26 4.17E-01 8.31E-02 1.11E-01 1.78E-01 1.27E-03 7.28E-03 1.35E-05
27 4.22E-01 7.98E-02 1.08E-01 1.82E-01 8.33E-04 8.20E-03 9.89E-06
28 4.26E-01 7.67E-02 1.06E-01 1.86E-01 5.37E-04 9.09E-03 7.01E-06
29 4.31E-01 7.38E-02 1.03E-01 1.90E-01 3.38E-04 9.94E-03 4.81E-06
30 4.40E-01 6.86E-02 9.74E-02 1.98E-01 1.38E-04 1.15E-02 2.25E-06
31 4.44E-01 6.63E-02 9.48E-02 2.02E-01 8.47E-05 1.22E-02 1.46E-06
32 4.49E-01 6.42E-02 9.23E-02 2.06E-01 5.13E-05 1.28E-02 9.32E-07
33 4.53E-01 6.22E-02 8.98E-02 2.09E-01 3.06E-05 1.34E-02 5.80E-07
34 4.58E-01 6.04E-02 8.75E-02 2.12E-01 1.77E-05 1.39E-02 3.49E-07
35 4.67E-01 5.72E-02 8.31E-02 2.18E-01 5.84E-06 1.46E-02 1.25E-07
36 4.85E-01 5.23E-02 7.56E-02 2.28E-01 9.55E-07 1.57E-02 2.46E-08
37 5.03E-01 4.87E-02 6.96E-02 2.37E-01 1.73E-07 1.63E-02 6.97E-09
38 5.21E-01 4.61E-02 6.49E-02 2.43E-01 4.28E-08 1.65E-02 3.30E-09
39 5.58E-01 4.26E-02 5.82E-02 2.52E-01 1.72E-08 1.66E-02 1.79E-09
40 5.94E-01 4.03E-02 5.38E-02 2.58E-01 1.06E-08 1.64E-02 1.09E-09
41 6.30E-01 3.87E-02 5.09E-02 2.62E-01 7.01E-09 1.63E-02 6.77E-10
42 7.03E-01 3.65E-02 4.75E-02 2.67E-01 3.67E-09 1.59E-02 2.93E-10
43 7.75E-01 3.49E-02 4.54E-02 2.70E-01 2.16E-09 1.54E-02 1.19E-10
44 9.20E-01 3.26E-02 4.28E-02 2.73E-01 1.48E-09 1.45E-02 4.21E-11
45 1.07E+00 3.08E-02 4.10E-02 2.76E-01 1.37E-09 1.39E-02 2.65E-11
46 1.21E+00 2.96E-02 3.99E-02 2.78E-01 1.37E-09 1.34E-02 2.34E-11
47 1.50E+00 2.96E-02 3.99E-02 2.78E-01 1.37E-09 1.34E-02 2.34E-11

82
Annexe

Tableau 9 : fraction molaire des différentes espèces en fonction de la distance du brûleur


P=0.15, Φ=1.5
J X(cm) O2 CO CO2 CH3OH OH CH3O
1 5.00E-02 4.55E-01 8.10E-03 1.12E-03 4.52E-01 1.03E-14 1.28E-11
2 8.63E-02 4.38E-01 1.31E-02 2.05E-03 4.37E-01 1.44E-14 2.36E-11
3 1.23E-01 4.15E-01 2.08E-02 3.65E-03 4.15E-01 2.25E-13 2.15E-10
4 1.59E-01 3.84E-01 3.23E-02 6.32E-03 3.85E-01 4.94E-12 2.06E-09
5 1.77E-01 3.64E-01 3.99E-02 8.26E-03 3.65E-01 4.40E-11 8.35E-09
6 1.95E-01 3.44E-01 4.85E-02 1.05E-02 3.44E-01 3.39E-10 2.77E-08
7 2.13E-01 3.23E-01 5.77E-02 1.31E-02 3.23E-01 4.84E-09 1.01E-07
8 2.31E-01 3.02E-01 6.75E-02 1.60E-02 3.00E-01 1.05E-07 4.61E-07
9 2.68E-01 2.57E-01 9.04E-02 2.29E-02 2.50E-01 1.90E-06 3.28E-06
10 2.86E-01 2.31E-01 1.04E-01 2.73E-02 2.21E-01 4.38E-06 5.75E-06
11 3.04E-01 2.04E-01 1.19E-01 3.23E-02 1.88E-01 1.15E-05 1.08E-05
12 3.13E-01 1.90E-01 1.27E-01 3.52E-02 1.71E-01 2.42E-05 1.67E-05
13 3.22E-01 1.76E-01 1.36E-01 3.81E-02 1.54E-01 4.36E-05 2.30E-05
14 3.31E-01 1.61E-01 1.45E-01 4.12E-02 1.37E-01 6.85E-05 2.81E-05
15 3.40E-01 1.47E-01 1.54E-01 4.45E-02 1.19E-01 9.75E-05 3.15E-05
16 3.58E-01 1.20E-01 1.71E-01 5.13E-02 8.59E-02 1.77E-04 3.48E-05
17 3.67E-01 1.07E-01 1.80E-01 5.49E-02 7.03E-02 2.38E-04 3.61E-05
18 3.76E-01 9.48E-02 1.89E-01 5.84E-02 5.59E-02 3.19E-04 3.68E-05
19 3.85E-01 8.35E-02 1.97E-01 6.20E-02 4.29E-02 4.22E-04 3.61E-05
20 3.94E-01 7.34E-02 2.04E-01 6.55E-02 3.17E-02 5.48E-04 3.37E-05
21 4.03E-01 6.45E-02 2.11E-01 6.90E-02 2.25E-02 6.93E-04 2.97E-05
22 4.13E-01 5.68E-02 2.16E-01 7.23E-02 1.53E-02 8.51E-04 2.45E-05
23 4.17E-01 5.34E-02 2.18E-01 7.39E-02 1.24E-02 9.33E-04 2.17E-05
24 4.22E-01 5.03E-02 2.20E-01 7.56E-02 1.00E-02 1.01E-03 1.88E-05
25 4.26E-01 4.74E-02 2.21E-01 7.71E-02 7.98E-03 1.09E-03 1.60E-05
26 4.31E-01 4.47E-02 2.22E-01 7.87E-02 6.30E-03 1.16E-03 1.34E-05
27 4.40E-01 3.99E-02 2.24E-01 8.18E-02 3.86E-03 1.31E-03 9.13E-06
28 4.44E-01 3.77E-02 2.24E-01 8.32E-02 2.98E-03 1.38E-03 7.36E-06
29 4.47E-01 3.67E-02 2.25E-01 8.40E-02 2.60E-03 1.41E-03 6.57E-06
30 4.49E-01 3.57E-02 2.25E-01 8.47E-02 2.27E-03 1.44E-03 5.85E-06
31 4.51E-01 3.47E-02 2.25E-01 8.54E-02 1.98E-03 1.47E-03 5.19E-06
32 4.53E-01 3.38E-02 2.25E-01 8.62E-02 1.72E-03 1.50E-03 4.58E-06
33 4.58E-01 3.20E-02 2.25E-01 8.76E-02 1.30E-03 1.55E-03 3.55E-06
34 4.67E-01 2.88E-02 2.24E-01 9.04E-02 7.23E-04 1.64E-03 2.07E-06
35 4.85E-01 2.34E-02 2.21E-01 9.56E-02 2.43E-04 1.76E-03 7.34E-07
36 5.03E-01 1.91E-02 2.18E-01 1.00E-01 8.06E-05 1.80E-03 2.50E-07
37 5.21E-01 1.56E-02 2.16E-01 1.05E-01 2.69E-05 1.77E-03 8.49E-08
38 5.39E-01 1.29E-02 2.13E-01 1.08E-01 9.19E-06 1.69E-03 3.09E-08
39 5.58E-01 1.07E-02 2.10E-01 1.12E-01 3.04E-06 1.58E-03 1.29E-08
40 5.94E-01 7.59E-03 2.07E-01 1.17E-01 7.56E-07 1.35E-03 6.08E-09
41 6.30E-01 5.53E-03 2.03E-01 1.21E-01 3.83E-07 1.15E-03 4.87E-09
42 7.03E-01 3.28E-03 1.99E-01 1.27E-01 3.86E-07 8.70E-04 4.55E-09
43 7.75E-01 2.02E-03 1.95E-01 1.31E-01 4.35E-07 7.09E-04 4.18E-09
44 9.20E-01 9.09E-04 1.91E-01 1.37E-01 4.74E-07 5.99E-04 3.67E-09
45 1.07E+00 4.21E-04 1.88E-01 1.41E-01 4.72E-07 5.62E-04 3.25E-09
46 1.21E+00 2.07E-04 1.86E-01 1.44E-01 4.63E-07 5.43E-04 2.92E-09
47 1.50E+00 2.07E-04 1.86E-01 1.44E-01 4.63E-07 5.43E-04 2.92E-09

83
Annexe

84

Vous aimerez peut-être aussi