Vous êtes sur la page 1sur 7

/·DQDO\VHORJLTXH 

Mais les Blancs ont une réfutation ! avaient déjà une telle idée en tête quand ils ont
25.Îxd6! joué leur 24e coup.
Et non 25.fxg3? Ëxe3+ 26.Êh2 Ëh6+ avec 31.Îh6?
échec perpétuel, tandis que les Noirs peuvent Les Blancs ratent leur dernière chance de
garder quelque espoir de sauver la partie dans jouer pour le gain. C’est sans aucun doute le
la variante 25.Ëb7 Îxe3!. résultat du manque de temps, associé au choc
25...Îa8 causé par la ressource tactique inaĴendue
Maintenant, les Noirs ne peuvent pas de l’adversaire. 31.Îxb8? Ëd1+ 32.Êh2 Ëh5+
prendre en e3ȵ: 25...Îxe3 26.fxe3 Ëxe3+ 27.Êh1 33.Êg1 Ëd1+ mène à la nulle, mais les Blancs
Îe8 28.Îd3 +-. pouvaient conserver l’avantage après 31.Íd4!
Mais, à présent, comment les Blancs doivent- Ìxe6 (et non 31...Îxb7? 32.Îe8 +-) 32.Îxb8
ils continuerȵ? Ëxb8 33.Ëxe6. Il est vrai qu’il est diĜcile de
26.Îe6! dire ce que vaut vraiment cet avantage.
C’est la contre-contrepointe. Les Blancs sont 31...Îxb7 32.Ëxb7 Ëd1+ 33.Êh2 Îh5+
maintenant complètement gagnants. 34.Îxh5
26...Ëg8 27.Ëb7 Îg5 28.Îxc7 Îb8 34.Êg3 Îg5+ 35.Êh2 Îh5+ fait nulle aussi.
Bien sûr, les Noirs pouvaient ici abandonner 34...Ëxh5+ 35.Êg3 Ëg5+ 36.Êf3 Ëf5+ ½-½
sans regret, mais peut-être comptaient-ils sur le Après 37.Êe2 Ëc2+ 38.Êf3 Ëf5+, la partie
Zeitnot de leur adversaire. s’achève par la répétition des coups.
29.Ëe4 Ëd8 30.Îb7?
Une grosse bourde. Les élémentaires 30.Îc1
ou 30.Ëc2 gagnent sans problème. L’analyse logique
30...Ìf8! (D)
Maintenant que nous avons vu comment de
XABCDEFGHY forts joueurs lancent des coups tactiques dans
8-t-w-s-m( leurs parties et meĴent au jour des possibilités
7+R+-+-zp’ combinatoires cachées, nous pouvons entrer
6-z-+R+-+& dans le vif du sujet. Le premier point aidera le
lecteur à répondre à la question la plus souvent
5+-+-+-t-% posée par les amoureux des échecsȵ: comment
4-Z-+Q+-+$ puis-je apprendre à en faire autantȵ? Nous
3Z-+-Z-+-# devons maintenant nous intéresser à ce qu’un
2-V-+-ZP+" amateur doit entreprendre pour non seulement
apprécier la beauté des combinaisons et des
O 1+-+-+-M-!
coups tactiques dans les parties des maîtres,
xabcdefghy mais aussi pour développer sa capacité à trou-
Les Noirs saisissent soudain une belle ver et à jouer de tels coups dans ses propres
opportunité. À cela près qu’elle n’est pas tout parties. Il est bien connu que la principale
à fait « soudaine », dans la mesure où les Noirs méthode pour s’y entraîner consiste à travailler


9DOHUL%HLP_Bien calculer aux échecs

avec des collections de combinaisons. Dans de La meilleure façon d’expliquer ce que je


telles collections, les combinaisons sont géné- veux dire n’est pas par des formules abstraites,
ralement regroupées par thèmes, c’est-à-dire mais au moyen d’exemples concrets. Comme
par types de coups tactiques – principalement toujours, nous commencerons par des situa-
ceux qui lancent la combinaison, car, comme tions simples où le lecteur sera en mesure de
nous le savons bien maintenant, les combinai- voir la forêt, pourrait-on dire, sans qu’elle soit
sons peuvent contenir toute une série de coups cachée par un arbre.
tactiquesȵ; cela veut dire que tous les coups tac-
tiques que compte une combinaison ne sont pas
XABCDEFGHY
nécessairement du même type. Mais il est indé- 8-+-+-+r+(
niable que le coup initial est souvent un élément 7z-+q+-zk’
particulièrement important, puisqu’il lance le 6-z-Sp+Rz&
processus et puisque le joueur doit déceler la
présence du motif combinatoire associé dans la
5+-s-Z-+Q%
position qu’il a sous les yeux. En étudiant des 4-+-+-t-+$
collections de combinaisons, on se familiarise 3Z-+-+-TP#
avec les principales méthodes pour les mener à 2-+-+-+P+"
bien et – ce qui est très important – on s’entraîne
O 1+-+-+-M-!
à détecter de telles possibilités dans une posi-
tion donnée.
xabcdefghy
Non seulement je n’ai rien contre ceĴe M. Hoěmann - Papp
méthode de travail, mais je la considère extrê- Budapest 2004
mement utile et, de fait, incontournable pour
tout joueur soucieux d’améliorer son jeu. Nous avons sous les yeux une position dans
Cependant, comme je n’ai pas l’intention de laquelle quelqu’un d’habitué à résoudre des
recommencer ce qui a été si souvent fait par combinaisons n’aura guère de peine à iden-
d’autres, et parce que je crois qu’il y a un cer- tięer les thèmes tactiques caractéristiques.
tain nombre d’autres idées très utiles et intéres- Nous reviendrons plus tard sur ces derniers,
santes à explorer, je ne vous proposerai pas une mais, pour commencer, lançons-nous dans une
nouvelle collection de combinaisons classées petite réĚexion philosophique sur quand, où et
par thèmes mais aborderai plutôt la question comment on trouve des coups tactiques. Nous
sous un angle légèrement diěérent. allons tenter d’arriver à une méthode générale
Je voudrais maintenant suggérer au lecteur de résolution de ce type de problèmes.
une méthode alternative pour chercher la solu- Tout d’abord, quelle doit être la première
tion dans de telles positions – en particulier, étape, quelle que soit la force du joueur, pour
comment trouver des combinaisons non pas essayer de trouver la solutionȵ? La réponse à
en se basant sur sa familiarité avec des choses ceĴe question est toujours la mêmeȵ: il faut com-
similaires, mais au moyen d’une analyse logique mencer par passer la position en revue dans sa glo-
de la situation sur l’échiquier. balité (prendre une vue d’ensemble).


/·DQDO\VHORJLTXH 

Ce faisant, il faut prendre garde à ne rien que ces pièces travaillent bien ensemble. Tour
oublier, car on ne sait pas d’avance quel détail ce qu’il leur manque, c’est un rayon d’action
de la position va s’avérer important pour la un peu plus étendu. Mais pour le moment,
suite des événements. Nous allons dresser un les Blancs sont grandement gênés par le pion
inventaire détaillé dans l’exemple présent, pour g7, quoique dans le même temps celui-ci soit
montrer comment on doit procéder. exposé à la pression la plus forte – on doit donc
Dans notre exemple, tout semble relati- le considérer comme à la fois le point le plus
vement simple, et la position ne contient pas important et le plus faible de la position noire,
un grand nombre de détails. Pour bien faire, et il va donc focaliser l’aĴention de l’adversaire.
il importe de nous en tenir à un ordre bien Le Cavalier blanc est également bien placé et
précis, car cela tend à discipliner notre mode prêt à se joindre aux autres pièces blanches.
de réĚexion tout en simplięant et en accélé- Les forces noires sont moins bien disposées.
rant le processus, ce qui augmente la qualité de Elles ne sont pas non plus particulièrement
notre travail. En premier lieu, on doit prendre bien coordonnées, même si elles sont prêtes (et
en compte le rapport matériel. Formellement, ceci est très important) à commencer à alléger
les Noirs ont un pion de plus, mais cela a la tension au moyen du coup 33...Ìe4. De tout
pour l’instant très peu d’inĚuence sur le jeu. ce que l’on a dit, nous pouvons tirer certaines
Nous garderons donc ce facteur en mémoire, conclusionsȵ: l’avantage des Blancs consiste en
mais pour l’instant nous le laisserons de côté. la coordination de leurs forces. Leur principal
Ensuite, il faut prendre en compte les points objet d’aĴaque sera le pion g7, et le Roi noir qui
forts et les points faibles de la structure de s’abrite derrière lui. Il est vrai que, de prime
pions de chaque camp. Nous notons ici l’avan- abord, il n’est pas évident de voir comment les
tage quantitatif et qualitatif des Noirs à l’aile Blancs vont s’y prendre pour aĴaquer. Cepen-
dame. À l’aile roi et au centre, la structure de dant, il est clair qu’ils doivent s’y eěorcer, sans
pions est équilibrée et symétrique. Ce sont là quoi tous leurs avantages temporaires ne ser-
des facteurs statiques, c’est-à-dire des éléments viront à rien et le pion de plus des Noirs ęnira
qui n’évoluent que lentement (pour en savoir par vraiment compter. Et donc, le principe qui
plus sur ce thème, reportez-vous à mon livre s’applique est celui qui est encore ignoré par
Leçons de stratégie aux échecs, Olibris, 2005). la liĴérature échiquéenne, alors qu’il est bien
Ensuite, nous devons considérer les élé- connu en pratique et est à la base de toutes les
ments dynamiques de la position, c’est-à-dire pointes tactiquesȵ; il est aussi bien connu de tous
les caractéristiques qui changent rapidement. ceux qui ont passé une partie de leur vie adulte
Cela inclut des éléments comme l’activité des dans l’ex-Union soviétique, et se formule ainsiȵ:
pièces et leur degré de coordination (à ce sujet, « si ça ne marche pas, mais si vous voulez vrai-
je vous recommande de consulter mon livre ment que ça marche, alors ça doit marcher » !
Comment jouer dynamique, Olibris, 2007). À cet Même si à première vue ça ressemble à
égard, la différence entre les deux camps est une plaisanterie, ça décrit très bien l’essence
claire. Les Blancs ont une puissante masse de de la tactique aux échecs – au moyen des forces
pièces lourdes à l’aile roi, et il est évident aussi réelles d’une position, on peut réaliser des choses


9DOHUL%HLP_Bien calculer aux échecs

qui paraissent d’abord impossibles. Dans la posi- CeĴe fois, nous allons tenter de décrire
tion présente, cela se traduit ainsiȵ: l’analyse en détail le processus consistant à évaluer la
qui précède a montré que les Blancs devaient position et à en tirer des conclusions (ce que
concentrer leurs forces contre g7, et une fois j’appelle le processus d’analyse logique). Le
qu’ils le font, la partie se joue toute seuleȵ: voiciȵ:
33.Ìe8! Êh8? a) Le matériel est égal.
33...Îf7? perd aussi tout de suite, à cause b) Les Blancs ont deux Fous contre le Fou et
de 34.Ìf6+. 33...Îxe8 est plus tenace, mais un Cavalier noirs. Nous évaluerons ce facteur
même alors, après 34.Îxg7+ Ëxg7 35.Îxg7+ un peu plus tard.
Êxg7 36.Ëxe8 Îa4 37.h4! Îxa3 38.h5, les Blancs c) Les Blancs ont quatre îles de pions, les
devraient gagner sans trop de mal. Les choses Noirs deux. D’un point de vue formel, on doit
se déroulent de façon semblable après 33... préférer la structure de pions des Noirs, mais
Ëxe8 34.Îxg7+. d’un autre côté le formalisme est plutôt impro-
34.Ìxg7 1-0 ductif aux échecs. Pour l’heure, nous nous abs-
tiendrons de juger.
Il ne faut pas vous alarmer de l’apparente d) La question de l’activité et de la coor-
complexité du processus d’analyse et des dination des pièces est vite vueȵ: l’activité et
conclusions présentées ci-dessus. Avec un peu le dessein de la formation des Blancs sont
de pratique, vous devriez pouvoir conduire évidents. Leur Tour occupe une importante
l’ensemble de ceĴe analyse logique en quelques colonne ouverte, les deux Fous n’ont pas
minutes. d’obstacle et lorgnent méchamment sur le Roi
Pour nous entraîner un peu à ceĴe méthode noir plutôt exposé, et la Dame vise aussi le
eĜcace et importante, nous allons voir un cer- même côté. Le Cavalier blanc au centre est bon
tain nombre d’autres exemples. aussi, même s’il eut mieux valu qu’il ne fût pas
sur l’échiquier, puisque dans ce cas le mat en g7
XABCDEFGHY serait immédiat !
8-+-+rsk+( Ce dernier commentaire recèle la vérité
7+-wn+-z-’ à propos de la structure de pions. Dans une
6p+-+l+-z& position aussi aiguë, susceptible de changer
soudainement, le nombre d’îles de pions est
5+pz-S-+-% de peu d’importance. Ce qui compte, c’est qui
4-+P+-+-+$ est le mieux placé pour exploiter les faiblesses
3+-+-Z-W-# adverses. La réponse est claireȵ: c’est le camp
2PV-+-+PZ" qui a la position la plus active. À cet égard,
le contraste entre les deux camps est éclatant.
O 1+L+-+RM-!
Enęn, toutes les forces des Blancs sont dirigées
xabcdefghy contre l’aile roi, et par-dessus tout la case g7.
Keres - Spassky Le Fou et la Dame blancs visent tous deux ceĴe
Interzonal, Göteborg 1955 case, qui n’est défendue que par le Roi noir. Le


/·DQDO\VHORJLTXH 

seul souci des Blancs est d’évacuer leur Cava- exemple suĜt déjà à démontrer le grand intérêt
lier de la grande diagonale le plus eĜcacement d’un entraînement régulier dans ce domaine.
possible. S’ils essaient de le sacrięer, les Noirs Mais, comme nous l’avons vu, la méthode
peuvent décliner l’oěre, et après 30.Ìxd7 Ëxg3 que je propose est aussi eĜcace. Son mérite
le beau rêve des Blancs virerait au cauchemar. propre est qu’elle est particulièrement opérante
La conclusion est que les Blancs ont un clair dans les situations complexes et originales, où
avantage en termes d’activité et de coordina- il est diĜcile, voire impossible, de déceler les
tion des pièces, que le Roi noir est mal défendu, motifs standards. L’aptitude à conduire une
mais qu’il n’y a pas de moyen évident d’exploi- analyse logique de la position est alors très pré-
ter cela. Est-ce là une conclusion logiqueȵ? Bien cieuse. Par conséquent, ceĴe méthode est eĜ-
sûr que non ! Il est hors de doute qu’il existe cace dans des situations variées, et l’idéal est
une solution au problème, et il faut la trou- d’avoir les deux méthodes à son arc.
ver. Cela nous rappelle la formuleȵ: « si ça ne
marche pas, mais si vous voulez vraiment que
XABCDEFGHY
ça marche, alors ça doit marcherȵ! ». Mais il est 8-+q+r+k+(
temps de souligner que ceĴe formule ne repose 7+p+-+pzp’
pas seulement sur la volonté du joueur. Il faut 6psr+-+-+&
aussi une solide justięcation positionnelle, aux
échecs comme dans la vie. Dans notre position,
5+-spZN+-%
ceĴe justięcation existe, comme nous l’avons 4-v-V-Z-+$
déjà montré. Il ne reste plus qu’à se concentrer 3+PS-W-+-#
contre la principale faiblesse adverse, qui est 2P+-+-+PZ"
aussi le point vers lequel converge le gros de
O 1+-T-+RM-!
nos forces, et hop ! la solution apparaîtȵ:
30.Ëxg7+! 1-0
xabcdefghy
Les Noirs ont abandonné au vu de la Anand - Nisipeanu
variante 30...Êxg7 31.Ìxd7+ Êg8 32.Ìf6+ Êf7 Bundesliga 2004/5
33.Ìd5+ et 34.Ìxc7.
Dans ceĴe position, il est clair que les
J’ai fait exprès de choisir un second exemple Blancs doivent jouer énergiquement pour ne
avec une aĴaque contre g7. Cela nous permet pas gâcher leur initiative, que leurs chances
de comparer les deux méthodes de recherche se situent à l’aile roi puisque toutes les pièces
de solutions combinatoires. Un joueur habitué à mineures des Noirs sont coupées sur l’autre
résoudre les exercices des collections de combi- aile, et que les Noirs ont des faiblesses signięca-
naisons trouvera rapidement l’idée du sacrięce tives sur les cases noires à l’aile roi. Après ceĴe
de Dame en g7, parce qu’il aura vu beaucoup analyse, nous savons où les Blancs doivent aĴa-
d’exemples de semblables sacrięces. Même un quer et nous savons qu’il leur faut agir résolu-
seul antécédent peut aider un joueur à trou- ment. De telles considérations conduisent tout
ver la solution, par association d’idées. Ce seul naturellement à envisager le sacrięce suivantȵ:


9DOHUL%HLP_Bien calculer aux échecs

22.Ìxg7! 1-0
C’est indiscutablement un coup tactique. Les Blancs ont gagné la partie de façon
Mais dans quelle mesure ses conséquences convaincante, mais il reste de vraies ques-
sont-elles forcéesȵ? Et, autre question, peut- tions. La principale est la suivanteȵ: toutes les
on considérer cela comme un coup tactique variantes qui suivent le sacrięce tournent logi-
thématique ? En d’autres termes, à quel point quement à l’avantage des Blancs, mais peut-
l’idée sur laquelle se fonde le sacrięce est-elle on appeler cela une combinaisonȵ? Je pense
typique ? Nous ne précipiterons pas pour que nous devons répondre par l’aĜrmative,
répondre à ces questions, mais verrons pour parce que les menaces des Blancs s’enchaînent
l’instant comment la partie s’est poursuivieȵ: rapidement et l’on ne voit de défense pour les
22...Êxg7 23.f5 (D) Noirs dans aucune variante. Est-ce une com-
binaison typiqueȵ? Peut-on la trouver grâce à
XABCDEFGHY une bonne connaissance des idées combina-
8-+q+r+-+( toires typiquesȵ? Seulement dans une certaine
7+p+-+pmp’ mesure. Nous sommes ici en présence d’une
6psr+-+-+& combinaison qui ne présente pas de motif
combinatoire bien clair. Il est plus exact de
5+-spZP+-% dire qu’au moyen de leur sacrięce les Blancs
4-v-V-+-+$ ont obtenu une très forte aĴaque de plus en
3+PS-W-+-# plus puissante, que de prétendre qu’ils ont
2P+-+-+PZ" réalisé une combinaison typique. Dans notre
problématique, il importe de remarquer
o 1+-T-+RM-!
que quelqu’un qui ne serait habitué qu’aux
xabcdefghy manuels de combinaisons aurait du mal à
Le dernier coup des Blancs et la position trouver le 22e coup blanc, tandis que l’analyse
à laquelle il conduit sont la clé du sacrięce. logique oriente rapidement le joueur dans la
Malgré leur pièce de plus, les Noirs ont trop bonne direction.
peu de matériel dans le secteur de l’échiquier
qui compte vraiment. Le pion blanc en f5 prive Voyons maintenant un autre aspect de
les pièces noires des importantes cases e6 et g6, notre sujet de discussion dans ceĴe section, et
les empêchant de rallier l’aile roi. Par contre, revenons à quelque chose que nous avons déjà
les pièces blanches vont s’approcher inexora- dit, à savoir que quand on passe la position
blement du Roi noir. en revue, il importe de n’oublier aucun détail,
23...h6 parce qu’il est impossible de savoir à l’avance
Il n’y a pas vraiment de défense. Les tenta- quel facteur peut s’avérer signięcatif pour la
tives 23...Îg8 24.e6+ Êf8 25.Ëh6+ Êe8 26.Ëxh7 suite de la partie. Même si cela peut sembler
et 23...Íxc3 24.Îxc3 Ìe4 25.e6+ f6 26.Îxc6 sont évident, c’est un postulat extrêmement utile,
vaines. comme l’illustre l’exemple suivant.
24.e6+ Êh7 25.Ëe5 Îg8 26.exf7 Îg5 27.Ëe7!


/·DQDO\VHORJLTXH 

XABCDEFGHY XABCDEFGHY
8r+-wrvk+( 8r+-wrvk+(
7+-+n+-zp’ 7+-+-+-zp’
6lz-+p+-+& 6-z-+p+-+&
5z-+pSp+-% 5z-+pW-+-%
4-+-Z-+-+$ 4-+-Z-+-+$
3+P+-Z-Z-# 3+P+-Z-Z-#
2PVQ+-ZLZ" 2PV-+lZLZ"
O 1+-TR+-M-! O 1+-TR+-M-!
xabcdefghy xabcdefghy
Ungureanu - Bellin Les choses tournent bien pour les Blancs
Ch d’Europe par équipe, Moscou 1977 aussi après 22...Íxd1 23.Íxe6+ Êh8 24.Îxd1 a4
25.Ëxd5, avec un avantage certain.
Les Blancs ont trouvé un très joli coup. 23.Íxe6 Íf3 24.Ëf5
20.Ëxf5! Ìxe5 Les Blancs ont obtenu un clair avantage,
On ne peut pas prendre la Dameȵ: 20...exf5? qu’ils sont plus tard parvenus à concrétiser,
21.Íxd5+ Êh8 22.Ìf7+. quoique non sans quelques erreurs techniques
21.Ëxe5 (1-0, 41).
Il paraît maintenant clair qu’en exploitant Je voudrais maintenant revenir à la posi-
les faiblesses de la position adverse et le mau- tion de départ, mais avec un petit changement
vais placement des pièces noires, les Blancs ont – déplaçons le pion h2 en h3. Maintenant que
eěectué une combinaison percutante et eĜcace nous avons vu la suite de la partie, il est facile
avec un motif combinatoire évident et tout à de comprendre l’importance de ce « presque
fait caractéristique, gagnant ainsi un pion. On rien » : au 22e coup, les Blancs n’auraient plus
peut penser que cela est incontestable, mais il le coup de Fou clé, et toute ceĴe combinaison
s’avère que les choses ne sont pas si simplesȵ: « simple, typique, évidente » serait impossible !
21...Íe2 (D) Cet exemple n’est pas seulement utile en
En commençant leur combinaison, il a fallu tant qu’illustration de l’importance de chaque
que les Blancs fassent bien aĴention au contre- détail et, en conséquence, de l’examen minu-
jeu adverse. tieux des subtilités de la position, mais est
22.Íh3! aussi quelque chose qui mérite qu’on s’en sou-
Le seul coup ! Les Blancs ont dû voir vienne. Cela sera très utile quand on en vien-
d’avance ce coup absolument crucial, qui seul dra à la relation entre la tactique et le calcul des
peut justięer la combinaison lancée au 20e coup. variantes, où l’on pourrait donner beaucoup
Après 22.Îd2?? Íd6, la Dame est perdue ! d’autres exemples mais où je me suis limité à
22...Êh8 un seul autre.