Vous êtes sur la page 1sur 11

Université Technique de Cluj-Napoca

Faculté d’Architecture et d’Urbanisme

ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES


DE L’EXPERIMÉNT SUR LA RELATION ENTRE L’ESPACE
ARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

RÉSUMÉ

mots clé: architecture, perception de l’espace, phobies de l’espace, espace, lieu

conf. dr. habil. arch. Dana VAIS – directeur de thèse


arch. Dana POP - doctorant

jury d’évaluation de la thèse de doctorat :

prof. dr. ing. Daniela MANEA (Université Technique de Cluj-Napoca) – président


conf. dr. habil. arch. Dana VAIS (Université Technique de Cluj-Napoca) – directeur de thèse
prof. em. dr. arch. Adriana MATEI (Université Technique de Cluj-Napoca) - référent
prof. dr. psih. Aurora SZENTÁGOTAI-TĂTAR (Université „Babeş-Bolyai”, Cluj-Napoca) - référent
conf. dr. acrh. Françoise PAMFIL (Université d’Architecture et Urbanisme „Ion Mincu”, Bucarest) - référent juin 2014
ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

SOMMAIRE

• Remerciements...............................................................................07

1. ARGUMENT..............................................................................................09
• Prémisses de l’étude......................................................................10
• Structure de l’ouvrage....................................................................11
• Méthodologie de la recherche.......................................................16

A. LAPERCEPTION DE L’ESPACE ET LAREPRESENTATION DE L‘ESPACE

2. DEFINITION DU CONCEPT DE PERCEPTION.......................................23


• La perception de l’espace dans l’architecture.............................26

3. DEVELOPPEMENT DE LA PERCEPTION • JEAN PIAGET...................29


• Quatre étapes de développement de l’organisation de l’espace..32
• Trois typologies de relations spatiales.........................................34
• Représentations physiques de l’espace......................................36
• Expérimentations sur le développement de la perception dans l’architecture...37

4. STRUCTURATION DE LA REPRESENTATION MENTALE DE L’ESPACE....40


• La différence entre l’image physique et la représentation mentale de l’espace..41
• La formation des structures mentales de l’espace.....................42
• Les principes de la psychologie gestaltiste.................................45
• L’espace en tant que relation entre les objets • Rudolf Arnheim..48
• Décomposition des objets en géons• Irving Biederman............51
• Cartes mentales • Kevin Lynch......................................................52
• Wayfinding • la navigation dans l’espace.....................................55
• Le rôle de la mémoire dans la représentation de l’espace.........58

5. SIGNIFICATIONS ATTRIBUES A L’ESPACE...........................................61


• Niveaux de la signification.............................................................61
• Dimension culturelle du système du codage...............................62
• La réflexion du système de codage dans le langage..................64
• La transférabilité de la signification.............................................65

6. LA NOTION D’ESPACE PERSONNEL....................................................68


• Niveaux de l’espace personnel......................................................68
• Déterminer les limites de l’espace personnel.............................72
• Des facteurs qui influencent la distance de l’espace personnel..73
• Manifestations de la territorialité...................................................75
• La limite de l’espace • l’espace de la limite.................................79

Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 2


ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

B. ESPACE ENVERS LIEU

7. ENTRE ESPACE ET LIEU.....................................................................85


• L’espace subjectif - l’espace objectif • Henri Lefebvre..............85
• L’espace est du mouvement - le lieu est du repos • Yi-Fu Tuan..87
• Thirdspace • Edward Soja.............................................................89
• L’espace en tant su processus • Doreen Massey........................91
• Placelessness - l’absence du lieu • Edward Relph.....................93
• Non-lieu • Marc Augé...................................................................96
• l’Expérience du quotidien • Michel de Certeau.........................97

8. ARCHITECTURESDELAPERCEPTION•LESPAVILLIONSDELAGALERIE SERPENTINE...100
• Le pavillon objet............................................................................101
• Le pavillon lieu...........................................................................103
• Daniel Libeskind • Le pavillon 2001..........................................103
• Toyo Ito • Le pavillon 2002.........................................................105
• Olafur Elíasson et Kjetil Thorsen • Le pavillon 2007...............107
• Frank Gehry • Le pavillon 2008.................................................109
• Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa • Le pavillon 2009...............111
• Jean Nouvel • Le pavillon 2010..................................................113
• Peter Zumthor • Le pavillon 2011..............................................116
• Herzog & de Meuron et Ai Weiwei • Le pavillon 2012................118
• Sou Fujimoto • Le pavillon 2013................................................120
• En expérimentant entre l’espace et le lieu...............................124

9. (DE)LIMITATIONS DU CONCEPT DE LIEU • LE LIEU INCLUSIVIST..126


• Le lieu • une pratique inclusiviste...............................................126
• Le lieu • une construction culturelle • B. F. Skinner.................127
• Le lieu • une matrice spatiale • Bill Hillier • Christopher Alexander...131
• Le lieu • un dispositif mnémonique • Amos Rapoport..............136
• Un lieu spécial • le monument.....................................................141

10. (DE)LIMITATIONS DU CONCEPT DE LIEU • LE LIEU EXCLUSIVISTE..147


• Le lieu • une pratique exclusiviste...............................................147
• Entre lieu et non-lieu....................................................................148
• Des places pas à leur place.........................................................150
• Un lieu pour des dishabilités perceptuelles..............................152

C. L’ESPACE ARCHITECTURAL ET LE PHOBIES DE L’ESPACE

11. DE LA PEUR AUX PHOBIES...............................................................157


• La peur • mécanisme de survie...................................................158
• Un mécanisme spécial • le conte................................................163
• La peur • mécanisme d’inadaptation.........................................166
• Les phobies de l’espace dans le quotidien................................174
• La claustrophobie • la peur des espaces fermés et étroites....175
• L’acrophobie • la peur des hauteurs..........................................178
• L’agoraphobie • la peur des espaces ouvertes et fortement peuplés.....182
• En se (ré) adaptant son environnement • l’architecture et la peur...187
• L’espace défensif • Oscar Newman............................................189
• L’espace de la supra-agglomération • Russell Murray.............193

Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 3


ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

12. L’ETUDE DE LA RELATION ENTRE L’ESPACE ARCHITECTURAL ET


PHOBIES DANS L’ESPACE VRTUEL.....................................................197
• L’expérimente n° 1 • L’acrophobie..............................................199
• Objectif............................................................................................200
• Méthodologie • participants............................................................200
• Méthodologie • le concept de l’étude.............................................201
• Méthodologie • instruments...........................................................201
• Méthodologie • procédure...............................................................204
• Résultats (possibles).......................................................................206
• L’expérimente n° 2 • Claustrophobie.........................................207
• Objectif............................................................................................208
• Méthodologie • participants............................................................209
• Méthodologie • le concept de l’étude.............................................209
• Méthodologie • instruments...........................................................210
• Méthodologie • procédure...............................................................213
• Résultats.........................................................................................215
• Débats.............................................................................................225

D. CONCLUSIONS

13. ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES...................................231


• Architecture • perception architecturale.....................................232
• Espace et lieu • un problème de perception...............................233
• La phobie • une distorsion de la perception..............................234
• Vers des nouvelles directions méthodologiques et de recherche...235

14. BIBLIOGRAPHIE...................................................................................239
• Livres.............................................................................................239
• Chapitres extraites des livres.....................................................243
• Articles scientifiques...................................................................248
• Articles dans des autres publications périodiques...................250
• Articles en ligne, blogues, plateformes et bases de données..255
• Webographie................................................................................258
• Lois, normes, DTU.......................................................................260
• Des présentations dans des conférences..................................260
• Filmographie.................................................................................260

Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 4


ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

RÉSUMÉ

Le but déclaré du site ArchDaily est le suivant :

«Notre mission est d’améliorer la qualité de la vie des futurs 3 milliards


d’habitants qui vont déménager dans la ville dans les prochains 40 ans, en
fournissant de l’inspiration, des connaissances et des outils aux architectes qui
seront face au défi de créer pour ceux-ci.» 1

C’était à travers ces mots que ceux d’ArchDaily expliquent d’une façon très
condensée en même temps extrêmement tranchante le contexte social dans
lequel s’inscrit ou bien devrait s’inscrire aujourd’hui l’architecture en tant que
discipline. Par ceci, l’architecture est définie comme étant en charge d’identifier
les caractéristiques de la façon d’habiter la ville - en dépendance d’un point de
vue culturel, géographique, historique, sociologique du groupe ou de la
communauté à laquelle elle s’adresse - et de générer des nouvelles typologies de
l’espace qui réfléchissent ou répondent à ces caractéristiques.

En fait, regardée dans ce contexte, toute démarche théorique ou pratique


d’architecture doit prendre ne compte ce qu’il se passe et comment cela peut
améliorer même d’un si de très peu, la vie des 3 milliards des futurs habitants
(urbains) de la planète. Ce nombre des habitants urbains, toujours en
augmentation, génère des problèmes de plus en plus complexes (q.v. chap. 11 -
l’espace de la supra-agglomération • Russell Murray) qui dépassent le processus
et le résultat commun de l’architecture. En ce moment, un fort besoin de
changement de paradigme est ressenti, qui serait en mesure de déclencher, d’un
côté, des nouvelles hypothèses théoriques, des nouveaux instruments
méthodologiques, et de l’autre côté, des nouvelles typologies de l’espace, des
typologies architecturales intelligentes et des formes architecturaux qui
correspondent aux nouveaux rituels d’habitabilité2. Les questions auxquelles les
nouvelles directions de recherche devraient répondre - aussi bien théoriques que
pratiques - sont les suivantes: comment faut-il faire afin de dissiper une
architecture intelligente et de meilleure qualité? Comment peut-on créer des
espaces qui sont capables de devenir eux-mêmes la réponse à certains principes
contemporains sociales, culturels et idéologiques? Comment peut-on mesurer et
améliorer la qualité de l’habitat et non pas seulement l’esthétique architecturale?

Les habitudes, le quotidien devraient être regardés en tant que ressource, en


étant le point de départ, les données basiques du thème, de telle manière pour
que la recherche puisse jongler d’une façon véridique avec l’abstraction théorique

1 citation originale: „Our mission is to improve the quality of life of the next 3 billion people that will move into cities in the next 40
years, by providing inspiration, knowledge and tools to the architects who will have the challenge to design for them.”, „About”,
ArchDaily, consulté le 1 avril, 2014, http://www.archdaily.com/about/
2 Augustin IOAN, Khora (Bucharest: Paideia, 1999), p. 71

Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 5


ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

et la dimension palpable de la réalité immédiate. Dans ce sens, la construction


théorique ci-présente nous aide à formuler quelques conclusions qui suivent le
trajet interdisciplinaire parcouru. Il s’agit d’un trajet que nous avons essayé de
placer dans l’aréal commun des disciplines telles que la théorie de l’architecture,
la psychologie, la sociologie et la théorie de la culture.

• Architecture • perception
architecturale

La première conclusion, qui vient d’ailleurs, comme une évidence, nous montre
qu’au moment où nous sommes en train de juger l’architecture, en réalité c’est la
perception de l’architecture que nous jugeons et non pas l’architecture en soi. Apres
avoir détaillé et analysé le processus complexe de la perception, il nous semble
assez évident le fait que la réussie ou l’échec de l’architecture dépend de la
perception avant même d’évaluer ou bien avant avoir une discussion sur les
principes esthétiques de l’architecture. Ensuite, la discussion sur la perception,
regardée sur l’angle architectural, est très parlante de plusieurs points de vue.

L’un d’eux l’un regarde simplement la perception que nous avons sur l’objet
d’architecture qui se trouve devant nous. Il s’agit de ce que nous arrivons à
apercevoir lors que nous essayons, en tant qu’utilisateur, d’identifier la manière
dont il faut parcourir un espace, l’attitude à avoir face un cadre physique, si nous
arrivions ou pas à identifier la signification de l’espace (q.v. chap. 4 et chap. 5). Il
s’agit d’une relation intime, personnelle et immédiate avec l’architecture - dans
laquelle, bien sûr, le facteur esthétique joue un rôle très important - mais qui
dépend énormément du bagage d’informations, de systèmes de lecture et
d’interprétation des significations, prémonitions, idées préconçus et rituels que
chacun d’entre nous en est en possession.

Un autre point de vue, à une échelle un peu plus grande, est représenté par la
perception de la communauté sur l’espace - que ce soit un objet d’architecture ou
l’espace urbain. A cette échelle, la réussite ou l’échec ne sont pas seulement
beaucoup plus claires, mais elles ont également un impact plus profond sur le
groupe, sur la communauté. Au niveau urbain, l’équilibre est assez fragile et facile
à déstabiliser sur deux directions: nous avons la tendance d’apercevoir le milieu
physique en tant que réflexion de la communauté qu’il abrite et son revers, des
modifications et des transformations sur l’espace raisonnent dans la structure
sociale, le comportement, l’attitude et la mentalité de la communauté.

«Nous comprenons l’architecture en étant le résultat des dynamiques urbaines


majeures, qui devient le but de notre recherche. En explorant une gamme variée de
points de vue – ex. des habitants, des architectes, des urbanistes, des investisseurs
et des artistes – nous espérions trouver une réponse à nos questions. Ce fait nous
offrira l’opportunité d’une meilleure compréhension de la manière dont les relations
entre le projet, la politique, l’économie, la culture et le comportement humain
peuvent (ré) modeler d’une manière significative le milieu bâti.»3

L’architecture en est beaucoup plus que de la composition de l’espace ou des


volumes, l’architecture peut créer des perceptions de l’espace et en même temps,

3 citation originale: „We understand architecture as the outcome of larger urban dynamics, which are therefore at the core of our
research. By exploring a wide range of viewpoints – e.g. residents, architects, planners, developers and artists – we aim to provide
some possible answers to the aforementioned questions. This will provide us with broad insights into how the relationships between
design, politics, economics, culture and human behavior can literally and representatively (re)shape our built environment.”, „About”,
Failed Architecture, consulté le 2 avril, 2014, http://failedarchitecture.com/about/
Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 6
ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

est jugée en tant que réussie ou échec le moment ou l’objet, le produit


d’architecture est aperçu dans son contexte. Autrement dit, nous arrivons au
troisième point de vue de la relevance de la perception d’un angle architectural, et
cela est représenté par cette relation fragile entre projeter un espace et vivre un
espace, entre s’imaginer ou créer une manière de perception de l’espace et
pratiquer la perception de l’espace réel, immédiat.

La complexité de l’analyse théorique architecturale réside dans cette relation à


double sens : d’un côté la théorie est critique - en train d’analyser et interroger la
réalité physique, l’espace immédiat ou le produit d’architecture - d’un autre côté,
elle essaye de proposer des solutions - des méthodologies qui se trouvent à la
base du processus du projet d’architecture pour créer une différence en ce qui
concerne le produit final d’architecture. Pratiquement, nous retrouvions des
démarches théoriques qui s’en occupent aussi bien du processus de création -
précurseur du bâti - que des effets produits par l’implémentation de l’objet
d’architecture - la postproduction.

C’est précisément de ces facettes de la perception de l’espace que la réussite


ou l’échec architectural dépendent en réalité. Les nombreux exemples que nous
avons analysé peuvent être réduits à une simple équation : existe-t-il ou pas une
concordance perceptuelle entre l’objet, l’espace proposé et l’identité culturelle,
sociale, géographique, historique et/ou idéologique de l’individu ou de la
communauté pour laquelle nous l’avions pensé? Ainsi, de projects comme le
«Grande Hôtel Beira», «Centro Financiero Confinanzas», «Ponte City Apartments»
ou «Vele di Scampia» ont échoué (q.v. chap. 9 - le lieu • matrice spatiale • Bill Hillier
• Christopher Alexander), tandis que des initiatives telles que «La maison ouverte»,
«Le centre de soins Gjøvik» ou des projets de cohabitation «Vinderhoute» et
«Meerhem» ont été une réussite (q.v. chap. 5, chap. 9 et chap. 11).

• Espace et lieu • un problème


de perception

Une autre conclusion, qu’on peut en tirer de cet étude, est celle selon laquelle
à la base de toute théorie liée à l’espace et au lieu, d’appropriation et
transformation de l’espace en lieu, se trouve, au nouveau, une perception. Aussi
bien s’agit-il d’une attitude phénoménologique, du binôme de Lefebvre (q.v. chap.
7 - l’espace subjectif - l’espace objectif • Henri Lefebvre) - espace subjectif-espace
objectif - ou de l’espace regardé en tant que processus - tel défini par Massey
(q.v. chap. 7 - l’espace en tant que processus • Doreen Massey) – les arguments
utilisés afin de construire ou démonter un concept ont à leur origine dans la
plupart des cas une manière unique ou très différente d’apercevoir l’espace,
l’environnement physique. Définir le lieu-même, qui oscille entre une délimitation
claire et précise de mon espace - l’espace de soi-même - et le concept abstrait de
la hétérotopie - une stratification des plusieurs lieux, des plusieurs significations
dans un espace physique unique - ne serait-ce qu’une question de perception.
L’espace reste homogène et sans structure si on l’aperçoit en tant que tel et en
même temps il devient un lieu à travers sa connaissance, son appropriation, c'est-
à-dire en modifiant la perception sur lui.

Si nous pourrions considérer les choses légèrement ambiguës ou diffuses en


plan théorique, les exemples d’architecture discutés dans la deuxième partie
viennent en soutien de cette conclusion. Le plus parlant est le cas de la Galerie
Serpentine (q.v. chap. 8) ou, avec chaque pavillon, un lieu est (ou pas) obtenu.
Chaque expérimente sur l’espace démarrée sur la pelouse de la galerie
Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 7
ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

représente une autre typologie de relations spatiales, une approche différente au


contexte et une autre définition ou matérialisation du concept de lieu. Malgré cela,
les contributions des 13 dernières années peuvent être interprétées tout
simplement en tant que perceptions différentes de l’espace qui se trouve derrière
le bâtiment de la galerie.

En fait, toute cette collection de paillions peut être décryptée dans cette double
clé de lecture : en premier, ce que selon la perception de l’architecte auteur est
l’aspect le plus important du contexte, en même temps point de départ pour son
projet et en deuxième, la perception qu’il propose en insérant l’objet d’architecture
dans l’espace, afin de récréer ou réorganiser certaines aspects ou relations
spatiales du cadre physique existant - la pelouse de la Galerie Serpentine.

Les exemples d’architecture temporaire, légère, mobile, gonflable, pliable ou


itinérante sont une excellente méthode pour tester et réaliser cette distinction,
pour tester l'impact perceptuel dont l’objet architectural peut avoir. Pour simplifier,
nous pouvons comparer l’état d’avant, les modifications infligés par l’objet et l’état
d’après désassemblent de l’objet. Ainsi, d’une manière assumée, la majorité des
exemples présentés dans cet étude ne sont pas des objets d’architecture dans le
vrai sens du mot, le plus souvent les espaces évoqués n’ont pas réussi à devenir
la base d’une fonction réelle, d’une activité spécifique - elles sont plutôt des
expérimentes spatiales, des essaies de relationnismes différentes avec l’espace -
aussi bien physique et conceptuel - situés à la limite entre l’art et l’architecture. Ce
type d’expérimente spatiale, sans une fonctionnalité très claire, peut offrir une
liberté plus accentuée, une flexibilité sans limites, qui facilite les recherches, la
recherche en plan théorique et également pratique du projet. Ainsi, l’architecte,
l’artiste ou le simple visiteur ont la possibilité d’essayer, d’expérimenter, de vivre
des différents états de la perception de l’espace et de la perception architecturale.
• La phobie • une distorsion de
la perception

Une troisième et dernière conclusion est liée au rapport qu’on peut établir entre
la perception de l’espace, les phobies - en parlant strictement des phobies de
l’espace, particulièrement pertinent pour la présente étude - et la relation de ces
dernières avec le produit d’architecture. En extrapolant les cercles concentriques -
identifiées et théorisées par Hall (q.v. chap. 6 - niveaux de l’espace personnel) -, qui
délimitent les différents niveaux de l’espace personnel, au niveau du groupe ou
même de la communauté, on peut identifier une succession similaire de sphères
concentriques, d’intensités ou de qualités très précises. En parcourant la ville, on
peut identifier facilement les espaces où on se sent bienvenu, apercevant ce
sentiment de «chez-soi» - quand on appartient ou on interagit avec un certain
groupe - et les espaces où on sent l’anxiété ou on se sent comme étranger, comme
un intrus, ou, tout simplement comme étant exclus. Il s’agit des périmètres, des
«bulles spatiales» qui soit nous incluent, soit nous excluent. Ces qualités sont, d’un
point de vue perceptuel, plus ou moins lisibles, en fonction de notre habilité de
déchiffrer les significations de l’espace et en fonction de la familiarité avec laquelle
nous sommes habitués à interagir avec et dans l’espace.

Dans ce contexte des espaces concentriques, des intensités variées, des


perceptions individuelles, certaines erreurs de lecture ou d’interprétation du
message peuvent apparaître, des erreurs plus ou moins motivées d’un point de vue
évolutif. Parmi se trouvent les trois typologies de phobies que nous avons discutées:
la claustrophobie, l’acrophobie et l’agoraphobie. La peur, l’anxiété qui se
Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 8
ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

manifestent d’une manière non-justifiée dans certaines situations, sont le résultat


des processus erronées du système perceptuel. En tant que mécanisme, la phobie
se déclenche suite aux certaines caractéristiques, aux certaines événements ou
suite aux certaines relations (dans l’espace) qui, d’habitude, ne sont pas
considérées - ou aperçues - en tant que dangereuses, mais an revanche, certains
individus manifestent une peur apparemment inexplicable par rapport à un tel
contexte. La structure qui se trouve derrière le déclenchement d’une phobie reste
assez complexe et varie en fonction de la typologie de peur - que ce soit une peur
innée, une peur neutre ou une peur acquise au long de la vie.

D’un point de vue architectural, l’existence des phobies lève certaines


questions. Tout d’abord il s’agit de la spontanéité avec laquelle cette peur
incontrôlable surgit. Jusqu’à présent, il est pratiquement impossible de prédire
quand, où ou dans quel contexte certaines caractéristiques de l’espace
déclencheront des phobies chez certaines personnes, parce que une phobie est
une question de perception, un problème intrinsèque de l’individu, sans enregistrer
une dépendance des caractéristiques physiques de l’espace. Puis, d’un autre point
de vue, on ne peut ignorer le nombre relativement conséquent de personnes qui
sont en train de vivre telles peurs ou anxiétés. Du point de vue du projet
architectural, on peut, quand même, jongler avec certains paramètres afin d’assurer
un certain degré de confort non seulement objectif - d’un point de vue de la sécurité
- mais également subjectif - d’un point de vue psychologique. Pour l’instant ils
existent très peu d’initiatives, projets ou études, projets de recherche dans ce
domaine, les seules exemples d’expérimentes spatiales étant celles qui, essayent
plutôt de suggérer un état de peur, d’anxiété, pour accentuer l’impact dont l’espace
peut avoir afin d’accentuer le message transmis.

Donc, d’un point de vue architectural, ils existent plutôt deux directions qui se
montrent quant en discutant sur l’anxiété et l’architecture. La première - telle vue
dans dans la recherche réalisé par Zeisel (q.v. chap.10 - un lieu pour disabilités de
la perception) dans le cas du projet «Hearthstone Alzheimer Care» - est d’atténuer
ou dissimuler les caractéristiques de l’espace qui sont susceptibles de générer de la
confusion, panique et anxiété. D’un autre point de vue, existent des expérimentes
spatiales qui, au contraire, cherchent à tester les limites du confortable, la limite
jusqu’à laquelle l’espace reste supportable - par exemple, l’expérimente spatial
réalisé par l’Atelier FCJZ avec le projet «La maison verticale en verre» ou Szczesny
avec «La Maison Keret» (q.v. chap. 11). Cette dernière typologie d’expérimente ne
crée pas une typologie d’espace multipliable, une spatialité qui devient support du
quotidien, en revanche, à travers les sensations et les forts ressentis dont ils les
engendrent, cherchent à tester l’aréal de l’alternative, le domaine d’une spatialité
déraisonnée par une fonctionnalité journalière, seulement pour l’amour de
l’expérimente, pour l’amour de générer une perception.

• Vers des nouvelles directions


méthodologiques et de recherche

Les expérimentes spatiales présentés à travers cet étude ont en commun le désir
de tester d’un point de vue idéologique les limites de l’architecture, de mettre en
question l’espace, la spatialité de l’objet d’architecture d’un nouveau point de vue
alternatif, d’un pont de vue interdisciplinaire, un point de vue qui peut s’applique aux et
(ré)définit les théories sur la relation espace → perception → individu. En tant que
conclusion à ces exercices ponctuelles de travail avec l’espace - soient elles
architecturales ou artistiques - nous pouvons remarquer un intérêt accru manifesté par
leurs auteurs pour des discutions ou des idées engendrées par un contexte
Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 9
ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

pluridisciplinaire. Ce contexte ait l’avantage de produire des réponses différentes - tant


physiques qu’idéologiques - qui, tel que on peut constater en utilisant ces typologies
d’espace, ont un impact - social, culturel et individuel - considérablement plus
important par rapport à l’architecture type gadget.

Ainsi, ces deux exemples attestent la nécessité de créer des nouveaux


instruments théoriques, des nouvelles méthodologies applicable dès l’étape de
documentation et de conception. D’après ce que nous avons pu remarquer, la majorité
des projets ont emprunté où ont adapté non seulement l’information mais aussi la
manière d’opérer avec celle-ci, c’est-à-dire le parcours méthodologique spécifique aux
domaines connexes de l’architecture. Pourtant, derrière les observations liées à la
manière d’utilisation de l’espace et au comportement des individus, derrière l’analyse
des informations collectés suite aux questionnaires précédant la phase de concept et
après la réception des espaces, la méthodologie de la recherche d’espace et des
relations dans et avec l’espace, atteint maintenant une nouvelle étape, en utilisant ses
applicabilités dans le domaine de la réalité virtuelle.

D’un point de vue méthodologique, la réalité virtuelle nous offre une nouvelle
suite d’avantages. D’abord, elle nous met en mesure de tester un nombre
presqu’infini de paramètres, avec des couts minimum, en utilisant cette opportunité
pour optimiser, avec le plus haut degré de précision, les paramètres de l’espace
conçu. En opposition aux instruments traditionnels de modélisation en trois
dimensions de l’espace, les nouveaux équipements nous donnent la possibilité
d’immersion concrète dans le modèle crée. Cet aspect, comme on a montré, peut
offrir des ressentis, des réponses émotionnelles soit il engendre des réactions
comportementaux très proches aux celles obtenues dans le cadre physique, réel. En
conséquent, l’espace virtuel peut devenir un instrument faisable dans les recherches
entreprisses dans le domaine de la psychologie afin d’identifier, analyser et
superviser le mécanisme et les facteurs qui déclenchent les phobies (q.v. chap. 12).
Donc, varier ce domaine d’applicabilité signifie seulement faire un pas en avant.

Les domaines d’étude, qui s’ouvrent grâce à l’intégration en phase de


recherche d’un tel instrument, sont multiples. 4 Peuvent être testés les aspects
liées à la sécurité, ce qui signifie ajuster certains paramètres pour que les flux de
circulation se déroulent d’une façon fluide, l’exploitation des bâtiments de grande
hauteur ne provoque pas des accidents, des différents scénarios en cas
d’incendie peuvent être vérifiés, ou des autres aspects similaires. Une autre série
d’applications est liée au dimensionnement et à l’aménagement de l’espace
intérieur. La possibilité d’immersion dans l’espace projeté peut offrir à cette
solution proposée, dès la phase de conception, un degré rehaussé de réalisme,
afin de pouvoir apprécier avec une plus grande précision le sentiment généré par
l’espace réel. Ce milieu immersif peut trouver des applicabilités également au
niveau de l’espace urbain, en offrant la possibilité de simuler des politiques et des
stratégies urbaines. Ainsi, on peut simuler des différents scénarios de l’évolution
ou de la transformation de l’espace urbain, en pouvant également, documenter
l’impact sur les utilisateurs de l’espace dont ces modifications puissent en avoir.
Un dernier domaine de recherche pourrait être représenté par les reconstitutions
ou les transpositions dans la réalité virtuelle des certaines espaces historiques ou
des bâtiments emblématiques. Derrière cette composante éducative - de pouvoir
visiter d’un point de vue virtuel ces espaces - des tels projets de recherche sont
capables de découvrir des nouveaux aspects liées aux concepts d’utilisation et
création de l’espace au long des différents époques ou périodes.

4 EON Reality, „EON Icube Key Features”, consulté le 5 avril, 2014, http://www.eonreality.com/eon-icube/
Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 10
ARCHITECTURE, PERCEPTION ET PHOBIES - DE L’EXPÉRIMENT SUR LARELATION ENTRE L’ESPACEARCHITECTURAL ET LES PHOBIES MAJEURES DE L’ESPACE

Enfin, derrière les aspects quantitatifs de la production ou de la reproduction


de l’espace virtuel, la plus importante applicabilité de la réalité virtuelle reste la
capacité de quantifier les aspects qualitatifs de l’espace. La diversité
impressionnante de théories liées à l’espace, spatialité et au binôme espace-lieu,
énoncés ces derniers décennies, peuvent trouver, finalement, une applicabilité
pratique. Des tels instruments offrent une chance aux tests, à l’analyse et à
l’interprétation des résultats obtenus en modifiant alternativement un seul
paramètre, pour que le raisonnement qui se trouve derrière les conclusions puisse
être connecté d’une manière très précise à la cause qui l’a engendré. Le fait
d’établir des pas très clairs est susceptible de pouvoir créer, après des études
assez amples, des résultats assez impressionnants liés à la qualité de l’espace et
notamment à la qualité de la relation utilisateur-espace. Il s’agit aussi bien d’un
point de vue de l’espace que d’un point de vue psychologique.

Ainsi, les recherches théoriques entreprisses tout au long de cet étude


semblent avoir trouvé une solution technique pour appliquer une méthodologie qui
souhaite développer une niche dans un domaine tout à fait intéressant - la
psychologie de l’espace. Par cette construction théorique ci-présente on avait
souhaité d’étudier la manière dont on pourrait décomposer en sous-ensembles la
relation individu-espace. Ainsi, on a découvert que, au cœur de ceci se trouve
l’existence d’un filtre qu’on peut nommer perception, qui se trouve au cœur de
ceci, et, qui, exerce de fortes influences dans deux sens - aussi bien sur la
manière dont l’individu donne sa réponse envers l’espace en tant que résultat de
la perception, mais également sur la manière dont l’espace est conçu de telle
manière afin qu’il devient un support d’un quotidien identifiable d’un point de vue
culturel, social, historique et/ou géographique. Une extrême de cette relation - sur
laquelle l’étude ci-présent s’est concentré également - est représenté par les
situations où, suite à une erreur de perception, les phobies se déclenchent - dans
ce cas, des phobies de l’espace. En conséquence, cet ouvrage souhaite poser la
première «brique» théorique d’un projet de recherche interdisciplinaire, qui se
trouve au croisement de l’architecture, de la psychologie, de la sociologie et de la
technologie de la réalité virtuelle.

Faculté d’Architecture et d’Urbanisme - Université Technique de Cluj-Napoca arch. Dana POP 11