Vous êtes sur la page 1sur 12

Informatique et partage de ressources au Vietnam

NGUYEN Thi Hong Thai, QUACH Tat Kien, BRUILLARD Éric

Laboratoire STEF, ENS Cachan / INRP, UniverSud


61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan, France
thaichv@yahoo.com; qtkien@yahoo.com; eric.bruillard@stef.ens-cachan.fr

1. Introduction
L’informatique joue un rôle important dans l’enseignement général au Vietnam. Elle est à la
fois une discipline et un outil pour l’enseignement. En particulier, l’internet haut débit, gratuit
dans l’enseignement général, est un atout dans le développement de l’utilisation des TIC.
L’internet devient un outil de plus en plus important pour l’apprentissage des élèves et pour
l’enseignement des enseignants.
Deux travaux de thèses au laboratoire STEF1 sont actuellement consacrés à l’étude et au
développement de l’utilisation des TIC, en partie au Vietnam. Le premier concerne la
recherche d’information sur le web (RIW) et les moteurs de recherche dans un contexte
éducatif : nous souhaitons étudier les facteurs influençant la RIW et les démarches de
recherche d’information des lycéens. Le second a trait aux outils de partage en ligne des
ressources et des signets pour l’enseignement : nous voulons trouver les meilleures manières
de faciliter le partage entre les enseignants et développer des outils spécifiques pour cela.
Dans cet article, nous commençons par présenter le système scolaire vietnamien et la place de
l’informatique et des TIC dans l’enseignement au Vietnam. Ensuite, nous donnons les
principaux résultats d’une enquête effectuée auprès enseignants vietnamiens sur les outils de
partage en ligne et nous en discutons ensuite.

2. Présentation de l’enseignement de l’informatique au Vietnam


2.1. Chiffres clés de l’éducation
En 2008, le Vietnam comprenait environ 86 millions d’habitants, élèves et étudiants
correspondant environ au quart de la population. Le ministère de l’éducation et de la
formation (MEF) est l’organe principal de gestion éducative. Sous le MEF, il y a 63
départements de l’éducation et de la formation (DEF) correspondant aux 63 régions (5 villes
et 58 provinces). Sous les DEF, il y a 697 bureaux de l’éducation et de la formation (BEF)
correspondant aux 697 districts. Les BEF administrent directement les écoles maternelles, les
écoles élémentaires et les collèges dans leur district. Les lycées, les écoles secondaires
techniques et professionnelles et les BEF sont gérés par leur DEF. Le MEF gère directement
les universités et les DEF.
Le système éducatif vietnamien a été rénové en 1993. Il s'est composé de quatre cycles :
o l’éducation pré-scolaire, de 3 ans à 5 ans, comprenant la crèche et l’école maternelle;
o l’enseignement général, de 6 à 18 ans, scindé en trois parties : le primaire, 5 années
d’études ; le secondaire inférieur, 4 années d’études et le secondaire supérieur, 3
années d’études, conduisant au baccalauréat;

1
Unité mixte de recherche, Sciences Techniques Éducation Formation, http://www.stef.ens-cachan.fr/

1
o l’enseignement secondaire technique et professionnel : l’école secondaire technique
et l’école professionnelle ;
o l’enseignement supérieur : les formations universitaires de courte durée (2 à 3 ans
après le baccalauréat) et de longue durée (4 à 6 ans après le baccalauréat), les
formations post-universitaires : le « master » (2 années d’études) et le doctorat (2 à 3
ans après le master).

Cycle Enseignement général Secondaire


Éducation Enseignement
Secondaire Secondaire technique et
pré-scolaire Primaire supérieur
Effectifs inférieur supérieur professionnel
Élèves 3 305 391 6 745 016 5 515 123 2 951 889 625 770 1 242 778
Enseignants 183 443 345 505 313 536 138 737 16 214 41 007
Écoles 12 190 15 051 10 576 2 487 273 146
Tableau 1. Effectifs d’élèves, d’enseignants et d’écoles au Vietnam en 2009 [2]

Il y a un programme national commun pour tous les élèves des écoles primaires (les écoles
élémentaires) et écoles secondaires inférieures (collèges). À l'école secondaire supérieure (au
lycée), les lycéens peuvent choisir entre trois programmes nationaux : formation de base,
programme avancé en sciences (que l’on appelle sciences naturelles) ou programme avancé
en sciences sociales et humaines.
Dans le secondaire supérieur, on distingue deux types de lycées : les lycées généraux et les
lycées d’excellence. Pour entrer dans un lycée d'excellence, les élèves doivent passer un
concours régional difficile. Ces lycéens sont, en général, de bons élèves. Quant aux lycées
généraux, ils scolarisent tous les élèves.
En 2009, le Vietnam compte 76 lycées d’excellence qui scolarisent environ 50 000 lycéens
[1]. Chaque région a un lycée d’excellence ; les deux grandes villes (Hanoi et Ho Chi Minh
ville) ont deux lycées d’excellence et des lycées d’excellence existent aussi dans des grandes
universités : l’université des sciences naturelles de Hanoi, l’école normale supérieure de
Hanoi, l’école normale supérieure de Vinh ville, l’université des sciences naturelles de Ho Chi
Minh ville. En dehors des trois programmes nationaux réservés aux lycées, un lycéen d’un
lycée d’excellence suit un programme supplémentaire dans une discipline qu’il a choisie.
Selon la norme officielle, le nombre des élèves d’une classe ne dépasse pas 35 pour les écoles
élémentaires, et 45 pour les collèges et les lycées [3], mais en réalité, les classes sont plus
chargées (environ 50 élèves). Dans une classe, la surface standard moyenne par élève est de
1,1 m2 à 1,25 m2 [4], mais, la plupart des classes ne satisfont pas ce critère (moins de
1m2/élève). Officiellement, un enseignant doit enseigner 23 cours par semaine à l’école
élémentaire (1 cours dure 45 minutes), 19 cours au collège et 17 au lycée [5]. Mais en fait, le
nombre de cours d’un enseignant est plus élevé. Ces charges supplémentaires rendent plus
difficile l’essai de nouvelles méthodes pédagogiques et l’utilisation des TIC.
Actuellement, 100% lycées sont équipés d'une à trois salles informatiques comportant 25
ordinateurs connectés à l’internet. Environ 25% collèges et 10% écoles élémentaires ont une
salle informatique. La plupart du temps, les salles informatiques sont utilisées pour
l’enseignement de l’informatique. Peu d’écoles sont équipées de vidéoprojecteurs. En général,
les lycées d'excellence sont mieux équipés que les lycées généraux. Le manque
d’équipements informatiques est un obstacle important pour la diffusion des TIC dans
l’éducation.

2
2.2 Formation des enseignants
Formation initiale : Les écoles normales supérieures nationales forment la plupart des
enseignants des lycées. La durée de la formation initiale est de 4 ans. Les enseignants des
collèges, des écoles élémentaires sont formés dans les écoles normales supérieures régionales,
sur une période de 2 à 3 ans. Depuis 1993, tous les enseignants en formation initiale doivent
suivre un cours sur l’informatique.
Formation continue : Tous les trois ans, chaque enseignant suit un cours de formation
continue, organisé par son DEF, pour mettre à jour ses connaissances. Le cadre du programme
de formation continue est donné par le MEF. Les DEF précisent les contenus pour les adapter
à leur contexte régional.
Pour diffuser un nouveau programme comme le renouvellement des méthodes, l’utilisation
des TIC ou le renouvellement du programme national des disciplines, la formation des
enseignants est faite « en cascade ». Des enseignants pivots des régions sont formés par le
MEF. À leur tour, ces enseignants forment leurs collègues dans leur région. Cette méthode de
diffusion permet de former un grand nombre d’enseignants dans une période courte. Mais un
écart est souvent observé entre la vision du MEF et les enseignants de « terrain ».
Le MEF dispose d’un site web (www.edu.net.vn) réservé à l'ensemble public pour discuter sur
différents thèmes liés à l’éducation et pour partager des documents éducatifs. Mais ce site web
n’a pas encore été utilisé pour améliorer la qualité de la formation des enseignants ou pour
limiter l’écart entre le MEF et les enseignants.

2.3. Place de l’informatique


Au Vietnam, l'informatique est un domaine prioritaire du point de vue du MEF qui joue un
rôle très important dans l'éducation.

2.3.1 Enseignement de l’informatique


De 1993 à 1996, l'informatique a été introduite dans l'enseignement général au secondaire
supérieur mais seulement comme une partie de la discipline mathématique (15 cours). De
1997 à 2005, elle est devenue une discipline indépendante mais optionnelle dans le secondaire
supérieur.
Depuis 2006, l'informatique est une matière à part entière de l'enseignement général. A l'école
élémentaire, l’informatique est facultative ; elle est enseignée de la troisième classe à la
cinquième classe (du CE2 au CM2), à raison de deux cours par semaine (45 minutes/cours).
Dans l'enseignement primaire, l'informatique est considérée comme des jeux et des outils pour
l'enseignement. Les élèves l'apprennent en jouant. Au collège, l’informatique est une matière
optionnelle pour toutes les classes, à raison de deux cours par semaine. L'informatique est à la
fois un outil pour l'enseignement et une discipline scientifique. Le choix par les élèves de
l’option informatique ne peut se faire qu’à deux instants, avant d’entrer en classe de troisième
à l’école élémentaire et au début de la classe de sixième pour les collèges. Environ 10% des
élèves des écoles élémentaires et 30% des collégiens choisissent cette option d’informatique.
Au lycée, l’informatique est une matière obligatoire pour tous les élèves et pour toutes les
classes, à raison d'un à deux cours par semaine. Au secondaire supérieur, on considère
l'informatique comme une discipline scientifique plutôt qu'un outil.

3
Primaire Collège Lycée
Contenus principaux
CE2 CM1 CM2 6e 5e 4e 3e Seconde Première Terminale
Notions basiques
+ + *
d’informatique
Système d’exploitation + *
Traitement de texte + + + + *
Feuille de calcul (Tableur) +
Logiciel de dessin + + + *
Logiciel de présentation +
Multimédia + *
Algorithmique + * *
Programmation + *
Base de données. SGBD + *
Réseaux et internet + *
Informatique et société + *
* : Apprentissage des concepts; + : Utilisation de logiciels
Tableau 2. Contenus principaux de la discipline informatique dans l'enseignement général [6]

L’étude des réseaux et d’internet constitue une partie essentielle comportant 14 cours (de 45
minutes) en collège et 11 cours en lycée. La recherche d’information sur le web y est incluse.
Durant les trois ans de lycée, il y a deux heures consacrées à l'utilisation d'un navigateur sur
internet. L'interaction entre un moteur de RIW et l'utilisateur via une requête et les résultats
fournis par le moteur est introduite. Les lycéens pratiquent la recherche d’information avec un
moteur pendant seulement une heure dans la salle informatique. Aucune connaissance de
fonctionnement des moteurs de recherche n’est enseignée.

2.3.2 Formation des enseignants d’informatique


Depuis 1998, une faculté de technologies de l'information a été ouverte dans chaque école
normale pour former des enseignants d'informatique. Le programme de la formation
comprend principalement : les bases de données, la programmation, les systèmes
d'exploitation, l'architecture des ordinateurs, UML, ainsi que des méthodes générales
d’enseignement.
On peut considérer qu’un lycée a besoin de trois enseignants d’informatique en moyenne.
Actuellement, les enseignants d’informatique formés officiellement ne sont pas en nombre
suffisant pour couvrir les besoins d’enseignement dans les lycées. Environ la moitié des
enseignants d’informatique en service dans les lycées ont une autre origine disciplinaire
(souvent mathématique, physique). Ces enseignants ont suivi des cours informatiques
supplémentaires pendant quelques mois pour devenir des enseignants d’informatique. Cela
conduit à des limites dans l’enseignement informatique dans les premières années.

2.3.3 Utilisation des TIC pour l’enseignement


Les TIC jouent un rôle important dans le renouvellement des méthodes pédagogiques au
Vietnam. L'enseignement assisté par l’ordinateur est encouragé, en particulier, par le MEF.
Un grand projet nommé Edunet est mis en œuvre depuis 1998 avec pour objectifs de :
o connecter tous les établissements de l’éducation et de la formation au réseau
internet,
o développer les services et les applications de l’internet,
o encourager la mise en ligne des cours,

4
o créer des sites Web pour chaque établissement et des adresses électroniques pour les
enseignants et les élèves.
En 2006, la discipline informatique a été introduite officiellement dans le programme
d’enseignement général. Cette introduction a été pour le MEF une manière d’introduire
l'informatique à l'école et d’inciter à l’utilisation des TIC dans l’enseignement.
En 2008, un colloque national sur l'utilisation des TIC dans l'éducation a été organisé par le
MEF. Au cours de ce colloque, il a été décidé d'organiser une rencontre annuelle nationale sur
l'utilisation des TIC dans l'enseignement.
En particulier, le MEF a décidé que l’année scolaire 2008-2009 serait placée sous le signe du
« renforcement de l’application des technologies de l’information ». Un contrat a été signé
avec la Compagnie générale de télécommunication Viettel pour l’accès à internet à haut débit,
par ligne spécialisée ou fibre optique. L’objectif est de connecter toutes les écoles à l’internet.
À l’heure actuelle, 100% des lycées sont équipés d’au moins une salle d’informatique
comportant 25 ordinateurs connectés à l'internet ; 50% des collèges et environ 20% des écoles
élémentaires sont connectées à l'internet. L'accès à internet est gratuit pour toutes les écoles
maternelles, primaires et secondaires. D’autre part, pour minimiser les dépenses, le MEF a
demandé également aux établissements concernés d’utiliser des logiciels libres et gratuits
comme OpenOffice.org, Mozilla Firefox, Unikey2 [7].
L’utilisation des TIC dans l’enseignement est une composante importante des projets dans
l’enseignement général. Depuis 1995, plusieurs projets ont eu pour objet l’équipement en
dispositifs informatiques (ordinateurs, projecteurs et accès à internet) et la formation des
enseignants à l’utilisation des TIC. On peut citer ici des grands projets récents et actuels dans
l’enseignement général : le projet de développement à destination des enseignants des écoles
élémentaires (2002-2007), le projet de formation des enseignants des collèges (2002-2007), le
projet Vietnam-Belgique (2005-2009, pour la formation des enseignants des écoles
élémentaires et des collèges des montagnes au nord du Vietnam), le projet de développement
de l’enseignement secondaire inférieur (1998-2010), le projet de développement de
l’enseignement secondaire supérieur (2003-2009), le projet de développement des enseignants
des lycées et des écoles secondaires technique et professionnel (2007-2012) et le projet de
l’enseignement secondaire inférieur pour les régions pauvres (2008-2014).
De plus, des coopérations ses sont établies entre le MEF et des entreprises nationales et
internationales pour aider à l’utilisation des TIC dans l’enseignement. Dans le programme
« Avance avec les TIC », les entreprises Lawrence S. Ting et Phu My Hung équipent 65 salles
d’informatique (un projecteur et 20 postes/salle), organisent des festivals régionaux de
compétition pour sélectionner des bons cours en utilisant des TIC et donnent des cours
informatiques aux enseignants d’informatique des lycées participants. Les entreprises Violet et
Schoolnet aident à former des enseignants à l’utilisation des logiciels pour préparer des cours
utilisant les TIC et pour gérer l’enseignement. En 2008, le MEF a coopéré avec la société
française Cabrilog pour développer des logiciels Cabri pour l’enseignement des
mathématiques. La coopération avec Intel a pour but de former des enseignants et
sélectionner, partager les meilleures cours avec les TIC. Environ une quarantaine de milliers
d’enseignants ont été formées selon le programme « Intel Teach ». Les documents du
programme et les cours électroniques sélectionnés sont déposés sur le site web
www.dayhocintel.net/diendan/. Dans le cadre de ce programme, Intel a offert environ 80
salles d’informatiques (25 postes/salle). Enfin, dans le programme « Partner in learning » en
coopération avec le MEF, Microsoft a formé environ cinquante mille enseignants [8].

2
Unikey est un logiciel libre pour faciliter la frappe des caractères en vietnamien.

5
2.3.4 Le partage de ressources
Actuellement, le MEF utilise le site web officiel www.moet.gov.vn pour diffuser des
documents administratifs. Le deuxième site web www.edu.net.vn a été créé pour le partage de
ressources et pour la discussion sur différents sujets intéressant l'éducation. À l'heure actuelle,
très peu des ressources y sont déposées par discipline, soit environ une vingtaine de
documents en mathématiques, physique, chimie et biologie (consultation en avril 2010).
En dehors des sites du MEF, les enseignants peuvent partager des ressources et discuter sur le
site du projet www.atl.edu.net.vn du projet Vietnam-Belgique ou sur le site
www.dayhocintel.net du programme « Intel Teach ». En avril 2010, sur ces sites, seulement
environ une vingtaine de cours électroniques sont disponibles.
Les sites de Violet (www.violet.vn) et Centea (www.giaovien.net) sont deux sites privés
connus pour le partage de cours électroniques et de logiciels éducatifs entre enseignants. En
avril 2010, sur le site de Centea, il y a environ mile de ressources disponibles. À l’heure
actuelle, le site Violet est le site de partage le plus connu au Vietnam. Sur ce site qui
comprend 2 409 527 comptes, on trouve 259 730 cours, 330 909 leçons électroniques et 212
286 sujets d’examens (consulté en avril 2010). Cette popularité nous a conduits à enquêter sur
les modes de participation des enseignants à ce site web et leurs opinions sur ce site (voir ci-
dessous).

2.3.5 Application de technologies de l'information dans la gestion


L'informatique est aussi utilisée pour gérer les écoles, les enseignants, les élèves, les
infrastructures et la qualité de l'éducation. Le projet SREM (Support to the Renovation of
Education Management) qui couvre la période 2006 - 2010 (www.srem.com.vn) a été initié
par la Communauté européenne pour soutenir la rénovation de la gestion éducative du
Vietnam.

3. Enquête sur l’utilisation et le partage des ressources


3.1. Objectifs
Comme nous l’avons signalé en introduction, l’une des thèses a pour objectif de trouver
comment les enseignants peuvent partager des ressources pour leurs enseignements et
développer des outils de partage qui soient adaptés à leur contexte de travail et à leurs
souhaits.
Pour cela, nous avons mené une enquête sur le partage de ressources pédagogiques auprès
d’enseignants vietnamiens. Les objectifs principaux de cette enquête sont de :
o connaître l’utilisation des TIC par les enseignants et leurs difficultés éventuelles ;
o étudier leur participation au site Violet et les formes de partage avec d’autres
d’enseignants ;
o collecter leurs opinions sur ce site et sur ce que pourrait être un bon site de partage.

3.2. Méthode et déroulement

3.2.1. Méthode
Les enseignants d’informatique (EI) ont étudié l’informatique plus en profondeur et on peut
penser qu’ils utilisent des TIC (surtout ce qui est lié à l’ordinateur) comme des experts. Leurs
opinions sur le partage des ressources, sur le site Violet et sur des critères d’un bon site de
partage peuvent nous aider à développer un outil de partage efficace pour les enseignants

6
vietnamiens. En outre, nous voulons comparer leur utilisation des TIC dans l’enseignement
avec des enseignants d’autres disciplines (NI).
Après des entretiens informels avec des collègues de lycée, nous avons ainsi conçu deux
questionnaires : l’un pour des EI et l’autre pour des NI des lycées.
Ces questionnaires ont été déposés en ligne en utilisant Google Documents et imprimés sur
papier.
Les questions portent sur :
o Leur situation : sexe, ancienneté, discipline, ordinateur à domicile, accès Internet à
domicile ;
o Ce qu’ils utilisent pour préparer leur cours et dans la classe ;
o Comment participent-ils au site de partage ?
o Que pensent-ils du partage et du site de partage ?
Le questionnaire pour les EI comprend 11 questions fermées et 2 questions ouvertes. Celui
destiné aux enseignants d’autres disciplines comprend 13 questions fermées et 2 questions
ouvertes.
Il y a très peu de différences entre les deux questionnaires : dans le questionnaire pour les EI,
il n’y a pas de question sur l’équipement à domicile ni sur les types d’échange des documents.
Pour les NI, il n’y a pas de question portant sur les types d’application des TIC dans
l’enseignement et sur la liste de critères d’un bon site de partage de ressources éducatives.
Les réponses aux questions fermées ont été entrées dans un tableau Excel. Nous utilisons le
logiciel Modalisa pour recenser et analyser les liens entre les réponses aux questionnaires. Les
réponses des questions ouvertes sont agrégées pour indiquer les opinions principales.

3.2.2. Caractéristiques des répondants


Nous avons envoyé le questionnaire par courriel à 286 enseignants de lycées. Ce sont des
enseignants pivots qui ont participé à une formation d’utilisation des TIC organisée par le
MEF. Nous avons reçu 30 réponses.
Le questionnaire papier a été envoyé à 225 enseignants. Nous avons reçu 39 réponses
d’enseignants du lycée d’excellence Hung Vuong. Rappelons que les enseignants de ce type
de lycées ont fait l’objet d’une sélection et qu’ils actualisent leurs connaissances très souvent.
Le taux de réponse est donc faible et on peut conjecturer que les répondants sont des
enseignants les plus actifs dans l’utilisation des TIC dans l’enseignement. Les résultats que
nous avons obtenus sur l’utilisation des TIC peuvent donc être considérés comme largement
supérieurs à ce qui a cours dans la population générale des enseignants. Malgré tout, nous
avons cependant obtenu des indicateurs qui permettent de tirer certaines conclusions.
Au total sur les 69 répondants, il y a :
o 23 enseignants d’informatique (EI) et 46 d’autres disciplines (NI) ;
o 47 femmes (68%) et 22 hommes (32%) ; c’est un peu plus que le taux actuel,
puisqu’en 2008-2009, il y avait environ 139 000 enseignants dans les lycées
vietnamiens, dont 58% de femmes [2])
o 19 enseignants ayant moins de 5 ans d’ancienneté, 32 enseignants ayant de 5 à 15 ans
d’ancienneté et 18 enseignants ayant plus de 15 ans d’ancienneté.
o Parmi 46 NI, il y a 23 enseignants de sciences naturelles et 23 enseignants de
sciences humaines et sociales.

7
3.3. Principaux résultats

3.3.1 Utilisation des matériels d'enseignement avec les élèves


Comme nous pensions que les enseignants d’informatique disposent tous d’un ordinateur et
d’un accès internet à domicile, ce qui est en effet nécessaire dans leur travail, nous ne leur
avons pas posé la question. Quant aux autres enseignants (NI), environ 90% déclarent avoir
un ordinateur et un accès à internet chez eux.
Tous les répondants disent que leur lycée est équipé des dispositifs informatiques (projecteurs,
accès Internet, salle informatique). Mais une grande majorité (près de 90%) a précisé qu’ils
n’utilisent pas souvent des TIC dans l’enseignement à cause du manque d’équipement
informatique.
En effet, dans les lycées, en général, les classes ne sont pas équipées d’ordinateur, de
projecteur et d’accès à internet. Il y a quelques dispositifs informatiques communs à utiliser
par roulement. Les enseignants doivent les réserver avant leur utilisation. Le manque
d’équipement informatique et les contraintes d’utilisation expliquent l’utilisation très
majoritaire du tableau noir dans l’enseignement des non informaticiens.
Les EI utilisent les projecteurs et les salles d’informatique massivement plus que les NI. Cela
provient du fait que, dans la discipline informatique, il y a des cours pratiques obligatoires en
salle d’informatique. Les EI sont souvent les responsables de salle informatique, des
projecteurs et d’autres dispositifs informatiques de leur lycée. Ils ont également pour mission
de faciliter l’utilisation des TIC dans leur lycée.
Nous avons comparé les répondants par courriel avec les répondants sur papier. La moitié des
répondants par courriel dit utiliser un projecteur tous les jours, alors que seulement 8% des
répondants sur papier le font. Cela est logique: les répondants par courriel sont des actifs dans
l’utilisation des TIC des leur lycée, ils ont été sélectionnés pour participer à la formation
organisée par le MEF.

3.3.2 Préparation des cours et échanges entre enseignants


Au Vietnam, les manuels scolaires sont publiés par le MEF. Ils sont nécessaires aux
enseignants qui utilisent aussi des documents supplémentaires comme des ouvrages de
référence, leur cours de l’an dernier, les cours d’un autre enseignant et des informations
recueillies sur internet.
Le résultat le plus net est que la presque totalité des répondants disent utiliser des manuels et
des ouvrages de référence, mais aussi internet.
Environ trois quarts d’entre eux disent utiliser leurs cours de l’an dernier pour préparer leur
cours. Cela leur permet de gagner du temps. Les répondants non-informaticiens discutent de
leur travail avec leurs collègues hors ligne
Au lycée, les enseignants doivent discuter avec leurs collègues d’une même discipline sur
leurs méthodes, leurs expériences, leurs idées (une réunion de 2 heures chaque quinzaine).
L’échange des cours n’est pas vraiment indispensable pour les enseignants d’un même lycée.
En général, des cours sur l’internet ont été bien préparés par des auteurs et sélectionnés. Ces
cours d’enseignants d’autres lycées reposent sur des idées différentes. Ils sont souvent plus
intéressants. De plus, chaque semestre, le DEF peut inspecter les documents de préparation de
cours des enseignants. La copie à l’identique des documents d’autres collègues est interdite.
C’est en partie pour cette raison que les enseignants préfèrent utiliser des cours sur internet.

8
3.3.3 Recherches de logiciels et de vidéos
Les répondants disent rechercher des sites spécialisés dans leur champ disciplinaire, des
exercices, des images, des vidéos, des sujets d’examen, des logiciels sur internet.
Les EI recherchent des logiciels plus qu’autres enseignants. Les EI recherchent des vidéos
moins que les autres enseignants. En dehors du besoin de logiciels pour leur enseignement, on
leur demande souvent de télécharger des logiciels pour leur lycée et leurs collègues. De plus,
ils sont responsables du système informatique de leur établissement. En outre, ils sont
intéressés à essayer des nouveaux logiciels. Cela explique leur recherche importante des
logiciels.
Les NI disent rechercher plus souvent des vidéos car il y a plusieurs vidéos disponibles sur
internet pour illustrer leurs cours. Au contraire, dans l’enseignement informatique,
l’illustration est réalisée souvent grâce aux logiciels. L’utilisation des vidéos n’est
indispensable que dans peu de cas.

3.3.4 Formes de partage des ressources avec le site Violet


Les répondants déclarent rechercher des informations sur internet et télécharger plus qu’ils ne
déposent. Le partage de ressources apparaît faible. Près de 45% d’entre eux (30/69) ne
déposent pas encore leurs documents. Cela est justifié par le fait que la plupart des répondants
confirment qu’ils ne veulent pas partager leurs cours sur Internet. On peut penser que certains
enseignants ont fait beaucoup d’efforts sur leurs cours afin d’avoir un bon produit et qu’ils ne
veulent pas que les autres prennent facilement ce qu’ils ont mis beaucoup de temps à produire.
56% répondants sur papier et 20% répondants par courriel disent n’avoir encore déposé aucun
document.
Cela pourrait s’expliquer par le fait que les enseignants du lycée d’excellence veulent garder
leurs trucs pour gagner de l’argent en donnant des cours complémentaires. De plus, ce sont eux
qui entraînent leurs lycéens à participer aux concours nationaux. Toutes ces raisons peuvent
expliquer pourquoi ils ne souhaitent pas partager leurs documents.

3.3.5 Difficultés rencontrées dans l’utilisation des TIC


Nous nous sommes intéressés aux difficultés rencontrées dans l’utilisation des TIC dans
l’enseignement, en listant des propositions dans le questionnaire. La plupart des répondants
sont d’accord avec les difficultés mentionnées. Ils ont trouvé que le manque d’équipement
dans les lycées, le niveau d’informatique des enseignants et l’habitude des méthodes
d’enseignement traditionnelles sont les obstacles majeurs dans l’application des TIC. Ces
résultats rejoignent ceux qui ont jusqu’ici été publiés.

3.3.6 De jeunes enseignants sont-ils plus disposés envers les TIC ?


Les enseignants plus jeunes disent déposer leurs cours davantage que les autres. Ils semblent
aussi est davantage disposés à partager que les autres enseignants.
Ceux qui ont moins de 15 ans d’ancienneté ont étudié l’informatique dans leur université,
contrairement aux autres. Les enseignants jeunes participent aux séminaires de l'application
des TIC dans l’enseignement du MEF. Ils veulent intégrer les TIC dans leur enseignement et
comprennent bien les avantages de partage des ressources.

3.3.7 Enseignants s’intéressent au partage


On rappelle que tous les répondants pensent que le partage des ressources est indispensable.
Nous avons choisi de les interroger sur le site de partage Violet, car il est le plus utilisé et
aussi celui qui contient le plus de ressources.

9
Ce site de partage utilise un système à points. Quand un utilisateur créée un compte, il obtient
99 points. Quand il télécharge un document de ce site un point lui est retranché et quand il en
met un, un nombre de points lui est ajouté (une image : un point ; un fichier de Flash : 2
points ; un fichier de vidéo : 2 points ; un cours ou une leçon électronique : 5 points ; un cours
utilisant logiciel Violet ou Cabri3D : 10 points). Mais il est possible de créer plusieurs
comptes et donc de contourner le système sans déposer de document. Ceci peut expliquer
pourquoi il y a plus de comptes que d’utilisateurs.
Neuf répondants sur dix déclarent avoir utilisé le site ; mais seulement un tiers se dit satisfait
de ce site. 7 d’entre eux précisent des avantages :
o Les enseignants peuvent trouver facilement des bons documents concernant leurs
disciplines.
o Ils peuvent échanger des expériences et des nouvelles méthodes d’enseignement
avec d’autres sans la limite de la distance géographique.
13 répondants ont mentionné des limites :
o Les ressources ne sont pas suffisamment nombreuses et diverses, et elles ne sont pas
catégorisées (5 répondants)
o Des documents ne sont pas bons et leur qualité n’est pas vérifiée (2 répondants)
o Difficulté dans la procédure d’inscription (1 répondant)
o Il y a des ressources quasi identiques (2 répondants)
o Mauvais usage des mots sur ce site (vocabulaire inapproprié) (1 répondant)
o La plupart des utilisateurs du site ne déposent pas leurs documents (1 répondant)
o La navigation dans le site n’est pas facile (3 répondants)
o Le fonctionnement du site n’est pas très encourageant (3 répondants)
Les opinions exprimées sur un site de partage efficace indiquent :
o Il devrait permettre de partager des liens vers des sites pédagogiques (2 répondants)
o Il devrait permettre aux utilisateurs de sauvegarder, classer et annoter tous leurs
signets en ligne (1 répondant)
o Il devrait y avoir des forums où des enseignants discutent et partagent des problèmes
et des expériences sur leur travail (2 répondants)
o Les ressources devraient être contrôlées avant d’être mises en ligne (2 répondants)
o Les documents de ce site devraient être bons et riches (12 répondants)
o Il devrait y avoir des documents permettant d’approfondir le domaine (2 répondants)
De plus, les enseignants d’informatique affirment que des mises à jour fréquentes, des
documents catégorisés, un guide d’utilisation clair et bien organisé du site sont des aspects
très importants.
On constate qu’ils sont d’accord avec l’ensemble des critères proposés. En effet, ce sont des
critères classiquement acceptés pour un bon site web et un bon site de partage.

4. Discussion et perspectives
Dans cet article, nous nous sommes intéressés au partage de documents entre enseignants,
notamment sur Internet. Nous avons ainsi abordé cinq sites différents de partage, les plus
représentatifs :
(1) un site du MEF (www.edu.net.vn),
(2) le site du projet Vietnam-Belgique (atl.edu.net.vn/cs/forums/),

10
(3) le site du programme coopératif entre le MEF et la société Intel « Intel Teach »
(www.dayhocintel.net/diendan/index.php)
(4) le site privé du projet Centea de la compagnie Ha An (www.giaovien.net)
(5) le site privé de la compagnie Violet (www.violet.vn).
La participation des enseignants à ces différents sites web est très variable. En avril 2010, le
site web du MEF comprenait environ 300 participants, le site du projet Vietnam – Belgique
400, le site web de Centea 1000 et le site de « Intel Teach » 14 000, alors qu’il y a plus de 2
400 000 participants pour le site privé de Violet. Pourquoi ce dernier attire-t-il un si grand
nombre de participants ?
D’après nous, une première explication réside dans l’activité de Violet. Cette société
commercialise un logiciel de présentation assistée par ordinateur (nommé aussi Violet) qui
aide à préparer des cours. Cela a permis de mettre rapidement en ligne un grand nombre de
cours. Actuellement, ce site web met à disposition un grand nombre de ressources (environ
260 000 cours, 330 000 leçons électroniques et 212 000 sujets d’examens). Ces ressources
intéressent non seulement les enseignants mais aussi les élèves et les parents.
Ensuite, ce site web est consacré uniquement au partage de ressources. Les ressources sont
bien catégorisées selon les disciplines et les sujets scolaires (certainement mieux que les
autres sites, même si certains répondants à notre enquête souhaitent des améliorations). Ce
site web incite les participants à déposer leurs documents (accumulation de points, liste des
participants les plus actifs). En particulier, les enseignants ne craignent pas d’envoyer leurs
documents au site de Violet ; ce n’est pas le cas pour les sites du MEF et des projets. Enfin,
Violet a bien introduit son site web dans les écoles, en particulier auprès des enseignants, dans
des séminaires, des colloques et des formations pour les enseignants. On peut noter qu’au
cours des formations organisées par Violet, les enseignants doivent produire des cours. A
l’issue de ces formations, Violet peut alors choisir les meilleurs cours et les mettre en ligne.
Marquage et indexation sont deux aspects importants pour le partage de ressources et l’on
comprend que ces sujets peuvent être l’objet d’interrogations et de consultations. Ainsi,
l’enquête VocabNomen3 sur les questions d’indexation des ressources est en cours en France
(du 16 avril au 14 mai 2010), Cette consultation s’intègre dans une volonté « d’améliorer la
qualité et la pertinence de l’indexation ; de contribuer à de meilleurs résultats de recherche
pour l’utilisateur final (recherches transversales...) ; d’accroître la visibilité des documents et
ressources pédagogiques ; d’améliorer l’interopérabilité entre les bases de ressources
pédagogiques ; d’assurer la continuité en prenant en compte les travaux et réalisations des
équipes académiques et nationales. »
Le supplément éducatif du Times (Times Educational Supplement) a lancé en 2008 un réseau
social en direction des enseignants (TESConnect, www.tes.co.uk), qui devrait être un des plus
gros réseaux sociaux visant une seule profession4. En effet, une étude qu’il a commanditée,
portant sur 5000 enseignants montre que les enseignants disent rechercher constamment de
nouvelles idées pour améliorer leurs cours, mais qu’ils sont souvent isolés. Or, partager des
ressources en ligne aurait un impact positif non seulement sur la vie des enseignants, mais
aussi sur les élèves. Les enseignants passeraient moins de temps à imaginer et créer de
nouvelles ressources et pourraient être inspirés par les idées et ressources d’autres
enseignants.
A la suite de cette première enquête, nous comptons approfondir l’analyse des sites de partage
et proposer une plate-forme spécialisée pour les enseignants vietnamiens. Nous souhaitons
également étudier le comportement de participants actifs à des sites de partage pour connaître
3
http://www.educnet.education.fr/services/normes-tice/vocabnomen
4
http://www.tsleducation.com/newsrelease_220808.asp

11
leurs démarches dans les processus de participation aux sites de partage, les éventuels cycles
de partage ainsi que les raisons pour lesquelles ils deviennent des participants actifs.
Nous comptons en particulier utiliser le système développé par Huyn Kim Bang, dans sa thèse
(2009), notamment SemanticScuttle [9]. Cet outil de partage de signets a été traduit par
Nguyen Thi Hong Thai pour qu’il puisse être utilisé en vietnamien.
Enfin, le partage peut être un instrument intéressant pour faciliter la diffusion des innovations
parmi les enseignants. Il pourrait ainsi compléter les dispositifs de formation en cascade
adoptés au Vietnam et réduire certaines inégalités régionales, ce qui pourrait intéresser
l’administration éducative.

Remerciements
Nous remercions chaleureusement beaucoup Georges-Louis Baron et François-Marie Blondel
pour leurs judicieuses suggestions d’amélioration de versions précédentes de ce texte.

6. Références
[1] Nombre de lycées d'excellence et de lycéens des lycées d’excellence, http://www.hanoi.-
edu.vn/newsdetail.asp?NewsId=6051&CatId=278
[2] Statistique éducative de l'année scolaire 2008-2009, http://www.moet.edu.vn/?-
page=11.10&view=1708
[3] La règle des collèges et lycées attachée la décision numéro: 07/2007/QĐ-BGD&ĐT du
02/04/2007 du Ministre du MEF, http://vanban.moet.gov.vn/?page=1.15&script=viewdoc-
&view=17063&opt=brpage)
[4] La règle de l’hygiène scolaire collèges et lycées attachée la décision numéro:
1221/2000/QĐ-BYT du 18/04/2000 du Ministre du ministère de la santé, www.srem.com.-
vn/document?cat=62&page=185)
[5] La règle de régime de travail des enseignants attachée la décision numéro: 28/2009/TTB-
GDĐT du 21/10/2009 du Ministre du MEF, (http://vanban.moet.gov.vn/?page=1.15&-
script=viewdoc&view=1704&opt=brpage ?)
[6] Le programme national de la discipline informatique dans l’enseignement général attaché
la décision numéro: 16/2006/QĐ-BGDĐT du 05/05/2006 du Ministre du MEF, http://luat.-
xalo.vn/phap-luat/Quyet-dinh/175785564/Ban-hanh-Chuong-trinh-giao-duc-phothong.-
html?
[7] La règle de l'utilisation des logiciels libres et gratuits dans les établissements éducatifs,
numéro: 08/2010/TT-BGDĐT du 01/03/2010 du Ministre du MEF. http://www.moet.gov-
.vn/?page=6.10&view=2046
[8] http://www.mspil.net.vn/Default.aspx?mod=news&atv=news&idtype=1&idnews=30
[9] Huynh Kim Bang Benjamin (2009). Indexation de documents pédagogiques : Fusionner
les approches du web sémantique et du web participatif. Thèse de doctorat de l’université
de Nancy, soutenue le 29 octobre 2009. En ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-
00452259_v1/

12