Vous êtes sur la page 1sur 5

CARCINOLOGIE CUTANEE

EPITHELIOMA

 Premier cancer chez l’homme


 Deuxième cancer chez la femme après celui du col utérin
 Pic de fréquence entre 40 à 60 ans
 Sexe ratio : un homme pour trois femmes
 Deux basocellulaires pour un spinocellulaire
 80%M des cas siègent à la face
 durée moyenne d’évolution est de 3 à 6 ans
 taille moyenne de la tumeur entre 30 et 50 mm
 Siège des lésions : 89 % des cas ; extrémité céphalique ;
surtout le nez le massif nasal et le sillon nasogénien
FACTEURS PREDISPOSANTS :
 séquelles de brûlure
 radiodermite
 Agents physiques : U.V. du rayonnement solaire et RX
 Agents chimiques : goudrons, dérivés des carbures
d’hydrogènes et arsenic inorganique
 Dermatose précancéreuse : kératose sénile
 Xéroderma pigmentosum
 Kératose actinique
 Lupus tuberculeux
ANATOMIE PATHOLOGIQUE :
EPITHELIOMA BASOCELLULAIRE :
 Se développe exclusivement sur les revêtements cutanés sur
les cellules kératocytes, développement strictement local
 Evolution lente, s’étalant en tâche d’huile de manière
irréversible donne exceptionnellement des métastases
 Aspect macroscopique : très varié dont le pus fréquent est le
type plan cicatriciel
 Type plan cicatriciel
 Type ulcéreux
 Type pigmenté
 Type végétant
 Type nodulaire
 Type érythémateux
 Type scléro-dermiforme
 Aspect microscopique : Cellules tumorales possédant des
caractères architecturaux et cytologiques assez atypiques
EPITHELIOMA SPINOCELLULAIRE :
 Développé au dépend des kératinocytes(cellules épidermiques), pvt
siéger sur les muqueuses (lèvres)
 Aspect macroscopique :

1
 Tumeur saillante et ulcérée à base enflammée et infiltrante,
enchâssée dans le derme
 Soit ulcération irrégulière à base indurée soit ulcérée
végétante
 Bourgeonnante
 Nodule dur de coloration rosée
 Aspect microscopique : Tumeur invasive présentant des signes de
différenciation épidermiques réalisant des proliférations
néoplasiques d’architecture lobulée, trabéculaire
 Evolution locale et rapide, avec envahissement de l’épiderme puis le
derme et hypoderme et enfin les parties molles et l’os
 Extension lymphatique : aux ggs régionaux
 Métastases viscérales rares, siégeant le plus svt au niveau des
poumons, foie et os
METHODES DIAGNOSTIQUES : inspection et biopsie
TRAITEMENT :
METHODES THERAPEUTIQUES NON CHIRURGICALES :
 Chimiothérapie locale : 5 FLUORO – URACYL
 Electrocoagulation : destruction de la tumeur(sans contrôle
histologique)
 Cryochirurgie : Par neige carbonique ou par l’azote liquide
 Radiothérapie
 Chémochirurgie (extemporanée)
TECHNIQUES CHIRURGICALES :
 Exérèse au bistouri froid : la tumeur ne doit pas dépasser 03
cm de diamètre
 Electrocoagulation
 Cicatrisation dirigée
 Exérèse - suture
 Exérèse – greffe
 Amputation
 La limite de l’exérèse : 1 à 5 cm du foyer tumoral
 Etude anatomo-pathologique : précise
 Si exérèse suffisante ou insuffisante(reprise)
 La nature de la tumeur
 Réintervention
 Précoce : si exérèse insuffisante
 Tardive : si récidive ou temps plastique complémentaire
 Curage ggaire :
 Sous angulo-maxillaire
 Latéro-cervical
 Axillaire
 Inguinal
CONCLUSION :
 Mortalité globale liée à la néoplasie est de 63%
 Résultats esthétiques et fonctionnels
 Suivi de la maladie : perdu de vue à partir de la deuxième année post
opératoire, malade stabilisé

2
 Toute plaie n’ayant pas cicatriser dans un délai d’un mois doit être
biopsiée
 Information
 Dépistage et trt des lésions précancéreuses
 Faciliter l’accès aux soins
 Biopsies systématiques
 Trt chirurgical facile et peu onéreux

MELANOME MALIN
INTRODUCTION :
DEFINITION : C’est une prolifération néoplasique maligne faite de
cellules d’origine neuro-ectodermique de type mélanocyte avec ou sans
pigment mélanique
 Tumeur rare : 1% des tumeurs malignes observée en Algérie
 Résultant généralement d’une exposition prolongée au soleil
d’individus dont la peau est peu pigmentée
 Peut également se développer par la transformation maligne
de lésions précancéreuses de la peau :
 Naevus jonctionnel
 Mélanose de Dubreuilh
 Le seul trt efficace est la prévention
 Intérêt du diagnostic au stade in situ d’un mélanome et du trt
précoce
 Age : exceptionnel avant la puberté, présente un indice plus
élevé à partir de 50 ans
 Sexe en Algérie : prédominance masculine
 Siège : cutané, rarement buccal, voie respiratoire et vaginal
CLINIQUE : Tumeur noire sur un naevus qui à changer de couleur, augmenter
de volume, épais ou sanglant
ETUDE ANATOMO-PATHOLOGIQUE :
 Aspect macroscopique : Lésion nodulaire, le plus svt brune ou
noirâtre, parfois ulcérée à contours polycycliques entourée d’une
aréole inflammatoire
FORMES CLINIQUES :
1. Nodulaire : en forme de grain noir envahissant rapidement le derme
sous-jacent
2. A composante horizontale superficielle (SSM ; Superficial Spreading
Melanoma), Lésion à limites irrégulières et de caractères
polychromatique, s’étendant en profondeur (tâche noire en surface)
3. Mélanose de Dubreuilh : Lésions de petite taille, siégeant sur les
parties découvertes, observée entre 60 et 70 ans, sous forme de
tâches café au lait
4. Mélanome malin des extrémités : ( acral lentigo melanoma ), Tumeur
qui peut être retrouver sur la paume ou sur la plante du pied ainsi que
sur les extrémités digitales, C’est un nodule enchâssé dans le derme
profond sans faire saillie vers la surface
5. Le panaris mélanique : tâche noire sous unguéale

3
DIAGNOSTIC DE CERTITUDE : Biopsie excisionnelle(biopsie exérèse)
Deux types de classifications histo-pronostiques :
1. Classification de CLARK et MINM :
 Niveau I : Cellules malignes strictement intra – épidermiques
respecte la couche basale, De bon pronostic
 Niveau II : Envahissement du derme superficiel (couche basale
de Malpighi )
 Niveau III : Derme papillaire superficiel fortement encombré de
cellules malignes
 Niveau IV : Envahissement du derme réticulaire(profond)

 Niveau V : Envahissement de l’hypoderme (Tissu sous-cutané),


De mauvais pronostic
INDICE DE BRESLOW : Pour l’évaluation du degré d’envahissement, Il s’agit
de mesurer l’épaisseur depuis la couche granulaire de l’épiderme jusqu’à la
couche tumorale la plus profonde dans le derme
Calcul de l’épaisseur extra-épidermique de la tumeur
 Mélanome inférieur ou égal 0.75 mm ; taux de survie à 5 ans : 96%
 Entre 0.76 et 1.49 mm avec taux de survie de 87%
 Entre 1.50 et 2.49 mm avec taux de survie de 75%
 Entre 2.50 et 3.99 mm avec taux de survie de 66%
 Supérieur à 04 mm, taux de survie de 47%
EXTENSION : Métastases précoces par voie lymphatique, métastases
médullaires ; autour de la tumeur principale et des métastases ggaires
régionales
Métastases par voie sanguine : pulmonaire, cérébrales et hépatiques

TRAITEMENT :
 Chirurgie
 Radiothérapie : palliative
 Trt de la douleur

INDICATIONS THERAPEUTIQUES : Du point de vue chirurgical


Premier temps : Biopsie excisionnelle qui permet de :
 Confirmer le diagnostic
 Préciser le niveau d’envahissement
 L’épaisseur
En fonction de l’indice de Breslow :
 Si épaisseur <1mm, reprise à 1cm de part et d’autre de
l’ancienne cicatrice (marge de sécurité)
 Entre 1 et 2 mm : marge de sécurité de 2 cm de l’ancienne
cicatrice
 Au-delà de 2 mm d’épaisseur, marge de sécurité de résection
de 3 cm
LA REPARATION :
 Cicatrisation dirigée, exérèse ou électrocoagulation
 Soit exérèse-suture
 Greffe cutanée.

4
CAT VIS A VIS DES GANGLIONS ET DES METASTASES :
 Curage ggaire prophylactique
 Métastases accessibles à la chirurgie :
 Foie : hépatectomie
 Rate : splénectomie
TRAITEMENT PALLIATIF : Chimiothérapie et trt de la douleur par
drogues ou par radiothérapie
EVOLUTION : Un cas sur dix est diagnostiqué au stade de métastase

PREVENTION : A B et C
A : Asymétrie des lésions
B : Bords irréguliers, limites imprécises et floues
C : Contours hétérogènes, polychromes, voire un aspect dépigmenté
CRITERES EVOLUTIFS :
 Modifications récentes :
 de taille, de couleur, d’épaisseur ou saignement,
 Asymétrie récente,
 Changement de couleur ou dépigmentation
 Zones à risque : Ce sont les zones traumatisables
 Homme :ceinture et bretelles
 Femme : sillon sous-mammaire
 Modification du diamètre d’un naevus chez une femme enceinte
 Ablation de tous les naevi au niveau des régions traumatisables