Vous êtes sur la page 1sur 100

- Cours de mécanique -

_______________________________________________

STATIQUE
SOMMAIRE
1. GENERALITES________________________________________________________________ 5
1.1. RAPPELS DE NOTIONS DE PHYSIQUE .......................................................................................5
1.2. REPERE, CONVENTIONS .............................................................................................................6
1.2.1. REPÈRE DE LA STATIQUE 6
1.3. SOLIDE RÉEL.................................................................................................................................7
1.4. SOLIDE DÉFORMABLE SELON UNE LOI CONNUE : (HYPOTHÈSE DE LA R.D.M.)........................7
1.5. OBJET DE LA STATIQUE ..............................................................................................................7
1.5.1. DÉFINITION D’UN SOLIDE RIGIDE OU SOLIDE INDÉFORMABLE 7
1.5.2. DÉFINITION D’UN SYSTÈME MATÉRIEL 7
1.5.3. OBJET DE LA STATIQUE 8

2. ACTIONS MECANIQUES _________________________________________________________ 9


2.1. DÉFINITION D’UNE ACTION MÉCANIQUE ...............................................................................................9
2.2. CLASSIFICATION DES ACTIONS MÉCANIQUES ......................................................................................9
2.2.1. CLASSIFICATION SELON LA NATURE PHYSIQUE DES ACTIONS : 9
2.2.2. CLASSIFICATION SELON LEUR POSITION PAR RAPPORT AU SYSTÈME MATÉRIEL ISOLÉ 9
2.2.3. ACTIONS A DISTANCE 9
2.2.3.1. - Action de la pesanteur : 9
2.2.3.2. - Autres actions à distance 10
2.2.4. ACTIONS DE CONTACT 10
2.2.4.1. - Action ponctuelle 10
2.2.4.2. - Action linéique 10
2.2.4.3. - Action surfacique 10
2.2.5. FORCE 10
2.2.5.1. Mesure et unité des forces : 11
2.2.6. MOMENT D'UNE FORCE 12
2.2.6.1. Définition 12
2.2.6.2. Convention de représentation d'un vecteur moment sur un système d'axes plan : 12
2.2.6.3. Méthode pratique de calcul des coordonnées (anciennement composantes) du VECTEUR moment13
2.2.6.4. Calculer le bras de levier 13
2.3. MODÉLISATION DE L'ACTION MÉCANIQUE D'UNE FORCE APPLIQUÉE SUR UN SOLIDE : NOTION DE
TORSEUR ........................................................................................................................................14
2.4. MODÉLISATION DE L'ACTION MÉCANIQUE D'UN SYSTÈME DE FORCES SUR UN SOLIDE .........................15
2.5. TORSEURS PARTICULIERS ...............................................................................................................16
2.5.1. COMMENTAIRES SUR LE COUPLE 17
2.6. APPLICATION DE LA RELATION FONDAMENTALE..................................................................18
2.6.1. CHARGE UNIFORMÉMENT RÉPARTIE 18
2.6.2. CHARGE RÉPARTIE LINÉAIREMENT. 19
2.7. ÉQUIVALENCE DES SYSTÈMES D’ACTIONS ........................................................................................20

3. CENTRE DE GRAVITÉ ___________________________________________________________23


3.1. DÉFINITION ..................................................................................................................................23
3.2. COORDONNÉES DU CENTRE DE GRAVITÉ .............................................................................23
3.3. CENTRE DE GRAVITE DE SURFACES ET VOLUMES USUELS ...............................................24

4. LIAISONS ENTRE SOLIDES _______________________________________________________26


4.1. ACTIONS DE LIAISON........................................................................................................................26
4.2. CINÉMATIQUE DES LIAISONS ............................................................................................................26
4.2.1. DEGRÉ DE LIBERTÉ: 26
5. LIAISONS MECANIQUES _________________________________________________________28
5.1. CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES DES CONTACTS.......................................................28
5.1.1. CONTACT PONCTUEL 28
5.1.2. CONTACT LINÉIQUE 28
5.1.3. CONTACT SURFACIQUE 28
5.1.4. NOTION DE LIAISON «PARFAITE» 29
5.1.5. LIAISONS ÉLÉMENTAIRES EN BÂTIMENT 31
5.1.5.1. Remarques préliminaires : 31
5.1.5.2. Modèle cinématique : 31
5.1.5.3. Schéma mécanique : 31
5.1.5.4. Liaison de type « APPUI SIMPLE » : 32
5.1.5.5. Liaison de type « ARTICULATION » : 34
5.1.5.6. Liaison de type « ENCASTREMENT » : 35
5.1.6. TABLEAU RÉCAPITULATIF DES LIAISONS EN BÂTIMENT 36
5.2. PRINCIPE DES ACTIONS MUTUELLES......................................................................................37
5.3. UN AUTRE CLASSEMENT- FORCES INTÉRIEURES - FORCES EXTÉRIEURES : NOTION
D’ISOLEMENT ..............................................................................................................................37
5.3.1. CLASSIFICATION SELON LEUR POSITION PAR RAPPORT AU SYSTÈME MATÉRIEL ISOLÉ 37
5.4. EXERCICE D’APPLICATION ................................................................................................................41

6. PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA STATIQUE_____________________________________________43


6.1. RAPPEL DU PRINCIPE DE L’INERTIE...................................................................................................43
6.2. ÉNONCÉ DU PRINCIPE DE LA STATIQUE .............................................................................................43
6.3. CAS DES PROBLÈMES PLANS ...........................................................................................................44
6.4. THÉORÈME DES ACTIONS MUTUELLES ..............................................................................................46
6.5. ETUDE DE L'ÉQUILIBRE ....................................................................................................................47

7. EQUILIBRE D’UN SYSTEME MATERIEL RIGIDE ___________________________________________48


7.1. DÉFINITION D’UN SYSTÈME MATÉRIEL RIGIDE ....................................................................................48
7.2. RAPPEL DU PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA STATIQUE.......................................................................48
7.3. THÉORÈME CONDITION NÉCESSAIRE D’ÉQUILIBRE D’UN SYSTÈME MATÉRIEL S ..................................48

8. PRINCIPE DE SUPERPOSITION ___________________________________________________ 50


8.1. DOMAINE DE VALIDITÉ. ....................................................................................................................50
8.2. FORMULATION, ÉNONCÉ ..................................................................................................................50
8.2.1. PROBLÈME DE RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX : COMMENT DÉTERMINER LA FLÈCHE MAXIMUM DANS UNE
POUTRE SOUMISE À UN CAS DE CHARGE COMPLEXE, MAIS DÉCOMPOSABLE EN CAS SIMPLES 53

9. REPRESENTATION DES CHARGES REPARTIES ___________________________________________54

10. ANALYSE DE LA STABILITE D'UNE STRUCTURE. : DEFINITION DU DEGRE D'HYPERSTATICITE D'UNE STRUCTURE
PLANE COMPOSEE DE POUTRES. __________________________________________________ 55
10.1. OBJET ............................................................................................................................................55
10.2. DÉFINITION .....................................................................................................................................55
10.3. MODÉLISATION DE LA STRUCTURE ...................................................................................................57
10.3.1.1. Modélisation des liaisons 57
10.3.1.2. Modélisation de la structure 57
10.4. REMARQUE SUR LA REPRÉSENTATION DES NOEUDS OÙ TOUTES LES BARRES Y SONT ARTICULÉES .....58
10.5. STRUCTURES CONSTITUEES DE BARRES ARTICULEES AUX NOEUDS .............................59
10.6. MECANISME.................................................................................................................................62
10.7. EXEMPLES DE STRUCTURES (DEGRÉ D’HYPERSTATICITÉ À DÉTERMINER)...........................................65
11. STRUCTURES ISOSTATIQUES.____________________________________________________ 69
11.1. DÉFINITION D’UNE STRUCTURE ISOSTATIQUE....................................................................................69
11.2. COROLLAIRE ...................................................................................................................................69
11.3. THÉORÈME .....................................................................................................................................69
11.4. INVENTAIRE DES STRUCTURES LES PLUS COURANTES.......................................................................69
11.5. COMPARAISON DES STRUCTURES ISOSTATIQUES ET HYPERSTATIQUES .............................................71

12. METHODES GRAPHIQUES ________________________________________________________ 73


12.1. EXEMPLE D’APPLICATION .................................................................................................................73
12.2. THÉORÈMES FONDAMENTAUX ..........................................................................................................74
12.2.1. THÉORÈME POUR UN SOLIDE OU UN SYSTÈME MATÉRIEL RIGIDE SOUMIS À 2 FORCES 74
12.2.2. THÉORÈME POUR UN SOLIDE OU UN SYSTÈME MATÉRIEL RIGIDE SOUMIS À 3 FORCES 76
12.2.3. APPLICATION AU PROBLÈME PROPOSÉ 79
12.2.4. LORSQUE LE SYSTÈME MATÉRIEL ÉTUDIÉ, ICI LE SOLIDE 2 DE NOTRE EXEMPLE, EST SOUMIS À 4 FORCES
DONT 2 DE CONNUES, IL EST POSSIBLE D’UTILISER LE THÉORÈME PRÉCÉDENT. 80
12.2.5. AUTRE CAS PARTICULIER : LE SYSTÈME ÉTUDIÉ EST SOUMIS À 4 FORCES DONT UNE PARFAITEMENT
CONNUE, POUR LES 3 AUTRES SEUL LEUR SUPPORT EST CONNU. 80

13. NOTIONS SUR LE FROTTEMENT ____________________________________________________82


13.1. DÉFINITIONS ...................................................................................................................................82
13.2. MISE EN ÉVIDENCE EXPÉRIMENTALEMENT. ETUDIONS L’ÉQUILIBRE D’UN SOLIDE EN FORME DE
PARALLÉLÉPIPÈDE RECTANGLE NOTÉ SOLIDE 1 ET POSÉ SUR UN PLAN INCLINABLE ............................82
13.2.1. CAS DU PLAN HORIZONTAL ÉTAT1 83
13.2.2. CAS DU PLAN INCLINÉ D’UN ANGLE α SUR L’HORIZONTALE 83
r r r
13.2.2.1. cas α < ϕ adhé , on isole 1, inventaire des actions
( P1 = m1 g , R0 / 1 ) 84
13.2.2.2. cas α = ϕ adhé , c’est l’équilibre limite 85
13.2.2.3. cas α > ϕ adhé , le solide 1 est en mouvement 85
13.3. ArUTRE EXPÉRIENCE : SOIT LE MÊME SOLIDE POSÉ SUR UN PLAN HORIZONTALrET SOUMIS À UNE FORCE
F D’INTENSITÉ VARIABLE. ON CONSTATE QU’IL EXISTE UNE VALEUR LIMITE Fl , TELLE QUE SI F < Fl
ALORS LE SOLIDE 1 EST EN ÉQUILIBRE, ET SI F > Fl LE SOLIDE EST EN MOUVEMENT .........................86
13.4. LOI DU FROTTEMENT DITE DE COULOMB...........................................................................................87
13.5. CONCLUSION ..................................................................................................................................87

14. FICHE SYNTHESE ____________________________________________________________ 88

15. DEGRÉ D’HYPERSTATICITÉ : AUTRE MÉTHODE DE DÉTERMINATION____________________________ 90


1. GENERALITES PHYSIQUE

1.1. RAPPELS DE NOTIONS DE PHYSIQUE


On utilisera les notions suivantes déduites de la physique

ª Référentiel = repère généralement choisi orthonormal (anciennement désigné orthonormé)+ un repère de temps
ª Repère héliocentrique : repère dont l’origine est située au centre du soleil, et dont les axes pointent vers 3 étoiles que l’on considère
comme fixe.
ª Repère géocentrique : repère dont l’origine est située au centre de la terre, et dont les axes restent constamment parallèles à ceux du
repère héliocentrique.
ª Repère de Copernic repère attaché au centre d’inertie du système solaire(donc très près du centre du soleil) et dont les axes pointent
vers 3 étoiles fixes.
ª Référentiel galiléen. Les Référentiels galiléens sont des référentiels particuliers ou le principe d’inertie est applicable. Les référentiels
héliocentrique, géocentrique et de Copernic sont de très bonnes approximations du référentiel galiléen.
ª Principe d’inertie : Tout corps reste immobile ou en mouvement rectiligne et uniforme si aucune force ne s’exerce sur lui.
ª Principe de relativité : les lois de la physique restent les mêmes dans n’importe quel référentiel galiléen.
ª Centre de masse, le centre de masse se désigne aussi par le centre d’inertie.
On appelle centre de masse d’un solide indéformable S, le barycentre G de tous les points matériels Mi affectés de coefficients respectifs
n
mi. ( mi représente la masse du point matériel Mi.), m = ∑ mi
i =1
n r r
Définition du barycentre G : ∑ miGM i = 0
i =1
n r r r r r r r n r r
∑ miGM i = 0 avec GM i = GA + AM i = AM i − AG A
i =1
étant un point quelconque ∑ m . AM
i =1
i i = m . AG
n r
r ∑ m . AM
i =1
i i
AG = Par rapport à un repère, les coordonnées de G s’obtiennent par les relations :
m
n n n

∑ m .x
i =1
i i ∑m .y
i =1
i i ∑ m .z
i =1
i i
xG = yG = zG =
m m m
Si le solide S peut être décomposé en solides élémentaires i dont on connaît leur centre de masse respectifs Gi , on peut écrire :
n r
n n r r r ∑ m . AG i i
m = ∑ mi ∑ m . AG i i = m . AG AG = i =1

i =1 i =1 m
Si Ω est une surface géométrique, en toute rigueur G devrait s’appeler centre de surface.
ª Le centre de gravité est le point d’application du poids, si on admet (c’est une simplification) que le champ de pesanteur est uniforme
r
au voisinage de la terre (en toute rigueur, le champ de pesanteur g est un vecteur dirigé vers le centre de la terre, ces vecteurs ne
r
sont pas parallèles ni de même intensité, comme le solide étudié est de petite dimension, on considère le même vecteur g pour tous
les points du solide étudié), alors le centre de gravité et le centre de masse sont confondus.

ª Définition d’un système matériel


Un système matériel S est un ensemble de particules Mi , un milieu qui peut être considéré comme continu ou discret (nous
étudierons des systèmes à barres, c’est-à-dire des systèmes composés de barres et éventuellement de câbles toujours tendus. Ces
éléments sont liés entre eux aux points de concours que l’on nomme nœud. On nomme ces systèmes matériels : structure, ossature, treillis
lorsque les nœuds sont des articulations, … .
C’est une quantité de matière, homogène ou non, dont la masse reste constante pendant son étude.
On appelle configuration à l’instant t, notée S t , le domaine défini par l’ensemble des positions M it des particules Mi de S à
l’instant t.
Choisir un système matériel consiste à diviser l’univers en deux parties :
♦ d’une part, le système matériel considéré, objet de l’étude ;
♦ d’autre part, l’extérieur, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas le système considéré.
Il est très important au début de toute étude de bien le délimiter, d’inventorier tous les éléments qui font partie du système considéré afin de
le définir très précisément. Il conviendra de l’isoler fictivement par la pensée.
Nous préciserons, dans le cours qui suit, les différents systèmes matériels.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°5/93


1.2. REPERE, CONVENTIONS

1.2.1. repère de la statique


Le repère de référence utilisé en statique est un repère orthonormal lié à la terre qui peut être considéré comme
galiléen avec une bonne approximation:
Dans toute la suite du cours de mécanique, on prendra comme repère de l'espace, le REPERE ORTHONORMAL DIRECT
( anciennement nommé orthonormé ) suivant:
r r r
y Repère: (O , xr , yr , zr ) ou (O , i , j , k )
O est l'originer dur repère.
r
Les vecteurs x , y , z sont orthogonaux et unitaires.
r r r
x = y = z =1
r r r r r r
x x . y = y . z = z . x r= 0 r r
Le repère est direct x ∧ y = z
O
z
En statique plane, le repère aura les différentes représentations ci-dessous:

y x y

x z z
z y x
O O O
En général, nous travaillerons dans le plan représenté par le tableau ou la feuille de papier, nous utiliserons la
représentation de gauche, dans laquelle l'axe des Z est perpendiculaire à la feuille.

repère direct, sens positif:


Nous serons amenés à définir des déplacements (translations, rotations) dans l'espace ainsi que des projections de
grandeurs mécaniques diverses dans le repère direct. Par convention, nous prendrons les sens positifs suivants:

pour les translations: pour les rotations:


y y
+
+ + +
x x
+ O O
z +
z

Le choix du repère en statique est très important,


Les forces correspondant au poids propre, à la charge d’exploitation et à la neige étant verticales, il est intéressant de choisir
l’axe Y vertical pour simplifier la détermination de leurs coordonnées, de plus ce repère est unique, il doit être conservé
pour toute la résolution du problème.
On le nomme repère de la statique ou repère global.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°6/93


1.3. SOLIDE REEL

C'est le solide tel qu'il apparaît réellement, il possède :


- une masse constante
- un volume dont les limites varient sous l'action d'un système de forces.
Ex. : tous les corps dans la nature

1.4. SOLIDE DEFORMABLE SELON UNE LOI CONNUE : (HYPOTHESE DE LA R.D.M.)

C'est un solide qui possède :


- une masse constante
- un volume dont les limites varient suivant une loi théorique connue.
Ex : un ressort
Loi de comportement du ressort : P = k .∆L
Le ressort à un comportement élastique

L’allongement du ressort est proportionnel à P.


k est la raideur du ressort
1
s= est appelé la souplesse du ressort : ∆L = sP
∆L k
P La résistance des matériaux étudie les matériaux dont le
comportement est élastique. (acier, …)

1.5. OBJET DE LA STATIQUE


C'est l'étude de l'équilibre des ensembles de corps solides dans leur géométrie initiale; c’est-à-dire dans la structure non
déformée par rapport à un repère Galiléen. Le solide sera considéré comme infiniment rigide.

1.5.1. Définition d’un solide rigide ou solide indéformable


Par définition, un solide rigide est un corps supposé indéformable.

Un solide indéformable possède une masse constante et un volume dont les limites sont invariantes quelles
⎯⎯→
que

soient les actions extérieures auxquelles il est soumis. Soit S un solide, ∀ les points A et B ∈ S , AB = cte .

On peut l'exprimer en disant que la distance d ( A, B ) = cte ou invariante.

Un fil (câble) toujours tendu pourra être considéré comme indéformable. (suspentes, haubans, tirants,…)

1.5.2. Définition d’un système matériel


On appelle système matériel, une quantité de matière homogène ou non dont la masse reste constante pendant son
étude.

Un système matériel peut être constitué:


- d'un point matériel : corps de masse m et de dimensions négligeables
- d'un solide « déformable » : Ex.: une masse de fluide compressible (gaz) ou incompressible (eau)
- d'un solide « indéformable » : Ex : une semelle de fondation
- d'un ensemble de solides : Ex : un bâtiment constitué de poutres, poteaux...que l’on appelle ossature ou
structure.

On appellera système de solides ou système matériel (en génie civil, on parle de structure ou d’ossature), un
ensemble de solides connectés entre eux, complètement ou partiellement, par diverses liaisons et soumis à un
système de forces ou d’actions mécaniques. Un système mécanique est un ensemble destiné à transmettre,
transformer ou stocker de l’énergie.

On distingue 2 types de systèmes :

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°7/93


♦ système matériel rigide : lorsque les liaisons sont telles que tout mouvement relatif d’un des solides par
rapport aux autres est impossible. Les systèmes utilisés pour les ouvrages de génie civil appartiennent à cette
catégorie. On les classera en systèmes isostatiques ou hyperstatiques.

Les déplacements résultent des seules déformations des éléments qui le constituent. Dans ce cas, l’énergie
mise en jeu apparaît sous forme d’énergie de déformation.

n
Un système matériel rigide composé de n solides sera noté : S = ∑ S i = S 1 + S 2 + .....+ S i + ..... S n
i =1

♦ système matériel déformable : lorsque les liaisons sont telles qu’il puisse exister un mouvement relatif d’un ou de
plusieurs solides les uns par rapport aux autres. On utilise aussi les dénominations suivantes : systèmes
hypostatiques ou mécanismes. Exemple : une paire de ciseaux. Ces systèmes ne doivent pas être utilisés en
construction GC.

La forme sous laquelle est transformée l’énergie dépend de la cinématique de ces mécanismes.

1.5.3. Objet de la statique


♦ Faire l'étude statique d'une structure c'est étudier sa stabilité externe, d'une part en vérifiant qu'elle ne se
comporte pas comme un mécanisme ( hypostatique ), et d'autre part en déterminant les actions aux liaisons
(assemblages entre les différents solides et entre la structure et la fondation ou le sol, ces différents points sont des
zones généralement sensibles des structures) ou dans une section droite quelconque en créant une coupure virtuelle
dans un des solides.

♦ L'objet de la résistance des matériaux est l'étude de la stabilité interne c'est à dire la détermination des contraintes
et des déformations à l'intérieur de la matière et les déplacements des lignes moyennes des structures générés. Elle est
basée sur des hypothèses simplificatrices vérifiées expérimentalement.

Le solide est alors considéré déformable selon une loi de comportement connue (par exemple la loi de
Hooke qui traduit le comportement élastique). Il possède toujours une masse constante, mais les limites du
volume varient de façon prévisible et quantifiable en fonction des actions appliquées.

La statique et la résistance des matériaux constituent l'outil indispensable de l'ingénieur constructeur pour
concevoir et réaliser des ouvrages économiques qui ne risquent ni de se rompre ni de se déformer excessivement sous les
actions qui leur sont appliquées.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°8/93


2. ACTIONS MECANIQUES

2.1. DEFINITION D’UNE ACTION MECANIQUE


On appelle action mécanique toute cause susceptible de maintenir un corps au repos, de créer ou de modifier
un mouvement, de déformer un corps.

L'état d'équilibre ou de mouvement du corps dépend de la nature des liaisons mécaniques avec le reste de la structure.

Le terme général "action mécanique" représente soit une force, soit un couple, soit les deux entités précédentes
présentes simultanément.

2.2. CLASSIFICATION DES ACTIONS MECANIQUES

2.2.1. classification selon la nature physique des actions :


on distingue :

π action à distance (telles que celles exercées par le champ de gravitation, ou de pesanteur, ce sont généralement des
forces, elles sont communément dénommées charges permanentes ou poids propre en génie civil)

π actions de contact (au niveau d’une liaison mécanique)

2.2.2. classification selon leur position par rapport au système matériel isolé
on distingue ;

π Les actions mécaniques extérieures : actions qu’exercent, sur les différents éléments du système isolé, tous les
solides n’appartenant pas au système matériel isolé. (actions de contact qui s’exercent à la frontière du système isolé ou
actions à distance). Ce qui n’est pas isolé est souvent appelé le milieu extérieur.

π Les actions mécaniques intérieures : ce sont les inter-efforts qu’exercent les différents éléments du système isolé
les uns sur les autres aux différents points de contact. Ces efforts intérieurs peuvent être des efforts de cohésion traduisant
la résistance du matériau aux sollicitations. Attention ! Ces actions ne peuvent pas être visualisées donc représentées. Elles
n’apparaissent pas dans l’inventaire des actions lors de l’isolement.

2.2.3. ACTIONS A DISTANCE


L’action mécanique entre 2 solides est dite ‘’à distance’’ si elle ne résulte pas d’une liaison mécanique entre les 2 solides

2.2.3.1. - Action de la pesanteur :


C'est l'action mécanique exercée par la terre sur un solide.

L'action de la pesanteur est appelée « poids », elle a pour Solide


caractéristiques : G
- point d'application : centre de gravité du solide r r
P = mg
- direction : verticale du lieu

- sens : vers le centre de la terre


- intensité : P = mg . Ex. :
r pour une masse m = 1 kg
P= P poids du solide en N (Newton)
P = 9 ,8 N
m masse du solide en kilogramme
m = ρ .v avec ρ : masse volumique, v : volume
r kN = 1000 N
g = g ≈ 9 ,8 m / s 2 accélération de la pesanteur (on peut prendre multiples
daN = 10 N
pour simplifier la valeur de g ≈ 10 m / s 2 )

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°9/93


2.2.3.2. - Autres actions à distance
Elles peuvent être d'attraction ou de répulsion Aimant

- les actions magnétiques ou électromagnétiques


Barre métallique

- les actions électrostatiques + ++ + + + +++ Ex : répulsion


+ ++ + + ++

2.2.4. ACTIONS DE CONTACT


Une action mécanique est dite de contact lorsqu’elle résulte d’une liaison mécanique entre au moins deux solides.
Tout contact entre deux solides donne naissance à une action de contact.

Ex. : Cours de méca


- un livre posé sur une table ⇒ action de contact entre le polycopié de méca.
Table
et la table.
- la table repose sur le sol ⇒ action de contact entre la table et le sol.

Les actions de contact peuvent être classées en fonction du type de contact entre deux solides :

- actions ponctuelles

- actions linéiques

- actions surfaciques

2.2.4.1. - Action ponctuelle


Ex.: l'action d'une boule (sphère) sur un plan
Action appliquée en un point matériel, par exemple une force

ponctuelle. r
Aboule / plan
L'unité de force ponctuelle est N (Newton)
Multiples : daN , kN , MN A A

2.2.4.2. - Action linéique


Ex.: l'action d'un cylindre sur un plan
Exemple d’une force linéique, force appliquée sur un ensemble de r
p
points matériels formant une ligne droite ou courbe.
B B
L'unité de force linéique est : N
/m
A A
Ou multiples : daN / m , kN / m , MN / m

2.2.4.3. - Action surfacique


Ex.: l'action d'un cube sur un plan
Exemple d’une force surfacique, force appliquée sur un ensemble

de points matériels formant une surface. r


2 p
N/m
L'unité de l'action surfacique est :
Ou multiples : daN / m , kN / m 2 , MN / m 2
2
S

.Lorsque la force est toujours perpendiculaire à la surface de

contact, on nomme cette force ‘’une pression ’’, celle-ci peut être

d’intensité variable (pression de l’eau sur les parois du récipient).

2.2.5. FORCE

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°10/93


Définition d’une force. On appelle force, l'action mécanique qui s'exerce mutuellement entre 2 particules
élémentaires appartenant à deux solides, pas forcément en contact. Une force est toujours appliquée en un point,
elle est modélisable par un vecteur (on dit aussi un pointeur).

Le vecteur est le concept ou objet mathématique utilisé pour représenter ( ou modéliser ) la force.

Ce VECTEUR sera entièrement défini par les caractéristiques suivantes:

- point d'application

- direction ( support )

- sens

- norme ou intensité ( terme spécifique de la mécanique) - unité légale de force le Newton N

On admettra que l’action mécanique, qui résulte du contact de 2 corps selon 2 surfaces tangentes, est représenté par un
vecteur (pointeur) appliquée au point de contact. Pour visualiser cette force, il faut isoler l'un des solides en contact.

Par exemple,

Soit 2 solides en contact au point A.

A2/1

1
A
A 1
A 22
22

A1/2

2.2.5.1. Mesure et unité des forces :


L'intensité des forces est évaluée par la mesure de déformations.
Graduation
Les dynamomètres, instruments destinés à mesurer l'intensité des forces,
comprennent une partie déformable et un dispositif d'évaluation des déformations.

La traduction des déformations en forces se fait par étalonnage. Les étalons


conventionnels sont définis par le poids de solides dont la masse est connue.
Ex. :
F

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°11/93


2.2.6. MOMENT D'UNE FORCE
En statique, une force peut être représentée par un vecteur glissant (après avoir isolé le système étudié, on peut déplacer la
force sur son support, le point d’application n’intervient plus).
La définition du moment d'une force est donc similaire au moment d'un vecteur.
La seule notion de force est insuffisante pour représenter une action mécanique. En effet suivant le point d'application d'une
force, un solide peut tourner; ce mouvement peut être associé au moment de la force en un point.
Lorsqu’on visse ou devisse un écrou, lorsqu’on visse un tire-bouchon, lorsqu’on agit sur le volant d’une voiture, le solide en
question tend à tourner sur lui-même ; il subit un mouvement de rotation, autour d’un axe de rotation. Ce mouvement est de
nature différente de la translation, il a pour cause une action de nature nouvelle, le moment.
2.2.6.1. Définition

On appelle moment par rapport au point A d'une force F appliquée au point B, le vecteur d'origine A défini par la
r
relation suivante : produit vectoriel de AB et F , l’ordre de ces deux vecteur est importante !
MA ( )
r r
F = AB ∧ F
r
( ):

Caractéristiques de MA F
• origine le point A P
β
r
( )
F
• direction ⊥ plan formé par le support de la force H
r MA F d MB
F et le point A
• sens tel qu’un observateur traversé par le vecteur A
moment des pieds vers sa tête voit tourner la force Il existe d’autres expressions donnant l’intensité
r
F dans le sens trigonométrique.
r
( ) r
M A F = AB . F . sin β
• intensité: MA ( )
r r
F = d. F ;
en remarquant que

d = AH est le bras de levier, c’est la plus courte AB . sin β = AB . sin(π − β ) = AH = d


distance entre A et le support de la force.

On peut faire circuler la force sur son support c’est un vecteur glissant, le moment est indépendant de la position du point B.
2.2.6.2. Convention de représentation d'un vecteur moment sur un système d'axes plan :
L'essentiel des problèmes traités en statique peut être ramené à des systèmes coplanaires (toutes les forces dans un même
plan).
Exemple :
y
Ainsi, pour éviter de représenter les vecteurs moments (de direction F
perpendiculaire au plan formé par les forces et le point de calcul du
moment) par des perspectives, on adopte la convention de
représentation suivante :

A
+
o x

y
- Le moment d’une force ou d’un système de forces par rapport à un F
point A est représenté par une flèche incurvée dont le sens se

( )
rapporte au sens de rotation de la force ou du système de forces r
autour du point A. MA F
A
- Le sens positif du moment correspond au sens trigonométrique
+
direct (angles positifs). o x

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°12/93


2.2.6.3. Méthode pratique de calcul des coordonnées (anciennement composantes) du VECTEUR
moment:

On dispose les coordonnées sous forme de déterminants en commençant


par y B − y A et Y F et on détermine les différentes coordonnées du produit
vectoriel en calculant les déterminants d’ordre2 (différence des produits des
termes diagonaux).
⎛ XF ⎞ ⎛ xB − xA ⎞
→ ⎜ ⎟ →⎜ ⎟
F ⎜ YF ⎟ AB ⎜ y B − y A ⎟
⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎝ ZF ⎠ ⎝ zB − z A ⎠

→r
yB − yA YF ⎛ L A = ( y B − y A ) Z F − ( z B − z A )YF ⎞
zB − z A ⎜ ⎟
M A ( F ) ⎜ M A = ( zB − z A ) X F − ( x B − x A )Z F ⎟
ZF
xB − xA
⎝ A ( B A) F ( B A) F ⎠
XF ⎜N = x − x Y − y − y X ⎟
yB − y A YF

Une deuxième solution plus simple consiste à considérer que les coordonnées sont positives, les sens des forces étant
alors connus, on peut déterminer le moment de celles-ci, car le signe s’en déduit visuellement. Voir rappels de Maths.

Si on se limite à la statique plane, la définition du moment la plus pratique à utiliser est la suivante:

On appelle valeur algébrique du moment d'une force F par rapport à un point A la grandeur égale au produit de la
→ →
norme (ou intensité) de F notée F par la valeur du "bras de levier" d affectée du signe défini par la rotation

autour de A.
Attention ! Il faut toujours commencer par déterminer le signe. Le signe est déterminé visuellement, il faut comparer le
sens de rotation potentiel induit par la force autour du point A, avec celui du repère de référence. Sur le repère ci-contre, le
sens direct (tourne de x vers y autour de z) conduit au signe positif et est matérialisé par un arc orienté surmonté du signe +.
2.2.6.4. Calculer le bras de levier

Pour calculer le bras de levier


y
Depuis le point A, on abaisse la
perpendiculaire sur le support de la
force, soit H l’intersection.
d = d ( A, H ) = AH
C’est la plus courte distance depuis le
point A au support de la force.

O x r r
M A ( F ) = ( signe) F .d

F > 0 on
Ici, avec
r écrira la valeur algébrique
du moment : M AF = − Fd

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°13/93


2.3. MODELISATION DE L'ACTION MECANIQUE D'UNE FORCE APPLIQUEE SUR UN
SOLIDE : NOTION DE TORSEUR


Soit un solide ™ soumis à l'action d'une force unique A2 / 1 appliquée au point A. On pourra représenter l'action

→ → → r
mécanique ( force A2 / 1 ) sur le solide ™ au point B par le vecteur R2 / 1 et le moment M B ( A2 / 1 ) tels que:

→ →
R 2 / 1 = A2 / 1

→r → → →
M B ( A2 / 1 ) = BA ∧ A 2 / 1 (moment de A 2 / 1 en B point de l' espace)

2/ 1

2/ 1
2/ 1
2/ 1

1
1

2/ 1


L'ensemble de ces 2 vecteurs est appelé TORSEUR de l'action mécanique ( force A2 / 1 ) sur le solide ™ au point

B et est noté
B
{T }
2/1

Plusieurs écritures sont possibles suivant les calculs à développer:

r r ⎧ X A2 / 1 LB 2 / 1 ⎫
⎧ R2 / 1 ⎫ ⎧ A2 / 1 ⎫
{ ( )}
r
T A2 / 1 = ⎨ r ⎬= ⎨ r r ⎬=

⎨ YA2 / 1 M B2 / 1 ⎬

⎭ B ⎩ BA ∧ A2 / 1 ⎭
B
⎩ M B 2 / 1 ⎪Z N B 2 / 1 ⎪⎭
B⎩
B
A2 / 1

r r
Le torseur est composé de 2 vecteurs R2 / 1 , M B 2 / 1 , ces 2 vecteurs sont appelés les éléments de réduction du
torseur en B.

⎛ X A2 / 1 ⎞ ⎛ LB 2 / 1 ⎞
⎜ ⎟ r ⎜ ⎟ r
⎜ YA2 / 1 ⎟ coordonnées de A2 / 1 ⎜ M B2 / 1⎟ coordonnées de M B2 / 1
⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎝ Z A2 / 1 ⎠ ⎝ N B2 / 1 ⎠

L'écriture des actions mécanique sous forme de torseurs n'ajoute rien. C'est seulement une façon synthétique d'écrire
ces actions. Elle paraît peut-être lourde au premier abord, mais c'est une méthode très efficace.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°14/93


2.4. MODELISATION DE L'ACTION MECANIQUE D'UN SYSTEME DE FORCES SUR
UN SOLIDE

Un solide S en équilibre est soumis de la part du milieu extérieur à au moins 2 forces, et si l'on veut
→ →
déterminer l'action mécanique du système composé de n forces F i que l'on peut noter ( S ) ou ( F i ), il faut

déterminer le vecteur somme des différentes forces Fi ainsi que la somme des vecteurs moments en un point commun A
que l’on a préalablement choisi.

On obtient ainsi le torseur de l'action mécanique du système de forces ( S ) au point A.

→ → → →
(S)= ( Fi ) = ( F 1 , F 2 , ......, F n ) .
→ → → → →
R( S ) = F 1 + F 2 + ...+ F i + ...+ F n
→ →r →r →r →
r
M A ( S ) = M A ( F1 ) + M A ( F2 ) + ...+ M A ( Fi ) + ..+ M A ( Fn )


R( S) est appelé la résultante du torseur de l'action mécanique du système constitué des n forces appliquées sur le
solide S étudié.


M A(S) est appelé le moment du torseur au point A correspondant à l'action mécanique du système constitué des n
forces appliquées sur le solide S étudié.

Le TORSEUR
A
{T ( S )} modélise l'action mécanique du système de forces

→ → →
(S)= ( F 1 , F 2 , ......, F n ) sur un solide S. Ses éléments de réduction au point A sont:

→ →
R( S) somme vectorielle des forces Fi (Résultante du torseur)

→ →
M A ( S ) somme vectorielle de tous les moments des forces F i par rapport au point A (Moment du torseur au point A)

⎧ n r ⎫
⎪⎪ ∑ Fi ⎪⎪
r
⎧ R( S ) ⎫
{
T (S) = ⎨ r } ( )
⎬=
i =1
⎨n r r⎬
⎩ M S ⎭ ⎪∑ M A Fi ⎪
A
A A

A ⎩ i =1
⎪⎭

Principe: Les éléments de réduction du torseur d'un système d'actions mécaniques (S) caractérisent entièrement
au point de vue mécanique ce système (S). Cela traduit que l'on peut remplacer au point A ces n forces par 2 éléments :
→ →
une force R( S) et un moment M A ( S ) .

Cela traduit aussi que l'on peut remplacer une charge répartie par une force unique (sa résultante générale). Il contient le
principe de transmissibilité des forces qui peut s’énoncer : « l’équilibre ou le mouvement d’un solide reste inchangé si on
r
déplace une force F sur sa ligne d’action (ou support). » En statique, les forces sont des glisseurs, le point d’application
n’intervient pas. Ce principe ne peut être utilisé qu’après avoir effectué l’isolement.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°15/93


Théorème, Relation fondamentale des torseurs:

Soit un système matériel S soumis à un système d'actions mécaniques ( S )

Connaissant le torseur de ( S ) au point A, le torseur de ( S ) au point B se détermine comme suit :

r r
⎧ R( S ) ⎫ ⎧ R( S ) ⎫
{ }
T (S) = ⎨ r
⎩ ( )


{ }
T (S) = ⎨ r ⎬
M B ( S )⎭
B⎩
A
A
M A S B

r r r r
avec M B ( S ) = M A ( S ) + BA ∧ R( S )

r r
Si R( S ) est orthogonal à MA(S)
r
⎧ R( S )⎫
alors ∃ une droite contenant I tel que { }
T ( S) = ⎨ r ⎬
I⎩
I 0 ⎭

Cette droite contenant I est appelé axe central du torseur, elle constitue le support du glisseur équivalent.


Si l'on veut calculer le moment de F en un autre point de l'espace on peut donc utiliser la relation suivante:

→r →
r → →
M B ( F ) = M A ( F )+ BA^ F

2.5. TORSEURS PARTICULIERS


r
⎧ ⎫
• Le Couple: {
T (S) = ⎨ r } 0
r ⎬= T ( S )
M A ( S ) ≠ 0⎭ O
{ } ∀ O
A⎩
A

Théorème: Un couple a même valeur en tout point.

r r
⎧ R ( S ) ≠ 0⎫
• Le Glisseur: {
T (S) = ⎨ } r ⎬
A⎩ ⎭
A 0

r
⎧0⎫
• Le Torseur nul { }
T ( S ) = ⎨r ⎬
A⎩ ⎭
A 0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°16/93


2.5.1. Commentaires sur le couple
On peut toujours remplacer un couple par un ensemble de deux forces égales et opposées mais ayant des
supports différents.

d
C =F d

C
O
M
F
-F

B
A

Exemple concret: encastrement d'une poutre console.

l
Soit AB le solide isolé

Le moment d'encastrement en A, action du support sur la


A B poutre a pour expression.

(la détermination sera effectuée plus tard)

pL2
p M Aenc =
2

M Aenc = Fd

d = distance entre les points A1 et A2 fictifs.

P P=pl Connaissant d , on peut en déduire F :

F pL2
F= et inversement.
2d
p
A1 F et d varient en sens contraires.

On peut remplacer un moment d’encastrement par 2


forces // de supports différents et de sens contraires.
A2

-F -P P=pl

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°17/93


2.6. APPLICATION DE LA RELATION FONDAMENTALE

2.6.1. Charge uniformément répartie

On considère la charge répartie sur AB comme une juxtaposition de


L charges élémentaires réparties sur un tronçon élémentaire de longueur
dx
Y p dx

p
A X B
x
C'est équivalent à: Démonstration ci-dessous (pour BTS)

Cette charge répartie sur dx est assimilée à une force ponctuelle appliquée
à l’abscisse x .
r
dR( p) = − p . dx . y
r
R (p)
M A
(p) r
R( p ) représente la somme vectorielle de ces charges élémentaires.
L
r r
R( p) = ∫ dR( p) = ∫ − p . y . dx
r
0
A B r
La charge p est constante, le vecteur unitaire y est constant.
Ces 2 éléments peuvent sortir de l’intégrale
r r L
r r
L
r r
R( p) = − pL . y
r R( p ) = ∫ − p . y .dx = − p . y .∫ dx = − p . y .[ x ]0 = − pL . y
L

0 0
..........................................................................................
L
r r r
r L2 r
M A ( p) = − p . z
2
(
M A ( p) = ∫ M A dR( p) = ∫ − p . x . z .dx
r
)
0
r
la charge p est constante, le vecteur unitaire z est constant
Ces 2 éléments peuvent sortir de l’intégrale
L
r r⎡ x 2 ⎤
L L
r r L2 r
M A ( p ) = ∫ − p .x .z .dx = − p .z ∫ xdx = − p .z ⎢ ⎥ = − p .z
0 0 ⎣ 2 ⎦0 2
..........................................................................................

C'est équivalent à:
Déterminons la position du point I, point d’application de la résultante
générale. Dans les applications, il faut utiliser le théorème ci-contre, sans le
démontrer.

R(p) A (Rr ( p)) = −d ( A, I ). Rr ( p) .zr = −d ( A, I ). pL.zr = − p L2 .zr


2

d ( A, I ) =
L
A I B 2
L/2 ....................................................................................
....................................................................................
r
R( p) = pL

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°18/93


2.6.2. Charge répartie linéairement.
L
p(L) dx
p (x)
Y p (x)

x
A X B
C'est équivalent à:
On pose p( L ) > 0, p( x ) > 0
p( x ) = ax + b
R (p) points A et B.
examinons les conditions aux limites, au niveau des

M (p)
A en A p( 0) = 0 ⇔ b = 0
p( L)
en B p( L ) = aL ⇒ a =
L
A B p( L )
p( x ) = .x
L
r p( L)
dR( p) = − p( x ) . dx . y = −
r r
r p( L) r . x . dx . y
R( p) = − L. y L
2 p( L )
L
r r
R( p) = ∫ dR( p) = ∫ −
r
. x . y . dx
0
L
p( L ) r p( L ) r ⎡ x 2 ⎤ p( L ).L r
L
r r L
L2 r
M A ( p) = − p( L ) . z R( p ) = − . y .∫ xdx = − . y .⎢ ⎥ == − .y
3 L 0
L ⎣ 2 ⎦0 2
p( L )
L
r r r
M A ( p) = ∫ M A dR( p) = ∫ −
L
( r
)
. x . x . z .dx
0

p( L ) 2 r
L
r
M A ( p) = ∫ − . x . z .dx
0
L

p( L ) r 2 p( L ) r ⎡ x 3 ⎤ p( L ).L2 r
L
r L
M A ( p) = − .z ∫ x dx = − .z ⎢ ⎥ = − .z
L 0
L ⎣ 3 ⎦ 0
3
...........................................................................................

C'est équivalent à:
Déterminons la position du point I, point d’application de la
résultante générale. Dans les applications, il faut utiliser le
théorème ci-contre, sans le démontrer.
r p( L).L2 r p( L).L r
R (p) M A ( p) = − .z = − d ( A , I ). .z
3 2
A
r p( L )
R( p) = d ( A, I ) =
2
L L
I B 2 3
2L/ 3 L /3

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°19/93


2.7. EQUIVALENCE DES SYSTEMES D’ACTIONS

Comparons les deux systèmes d’actions ci-dessous: (S )1 et ( S ) . Ils s’appliquent sur le même système
2
matériel : une ferme.

Une force est un vecteur glissant ( ou glisseur ), on peut la déplacer sur son support, le point d'application peut
être pris quelconque sur son support. Les actions de contact en A et B sont identiques dans les deux systèmes. Par
contre, les efforts normaux dans les barres diffèrent.

On peut déplacer la force ponctuelle, mais uniquement après avoir isolé le système étudié, ici la ferme. En effet,
si on s’intéresse uniquement à la détermination des actions de liaisons, on isole le système complet : la ferme, les
actions de liaison en A et B sont situées à la frontière du système.

Si nous voulons déterminer les actions dans les barres, il faut considérer le système initial
r
( S ) , procéder à une
1

suite d’isolement. Le point d’application de la force F doit être conservé tel qu’il est réellement pour l’ensemble
des isolements sauf pour l’isolement de l’ensemble.

système S1( ) ( )
système S2

E E

F
C D C D

A B A F B

H H
S2
S1
a/4 a/4 a/4 a/4
a a

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°20/93


Soit la structure suivante :

Si nous ne recherchons que les actions de contact aux appuis, les 2 schémas mécaniques sont équivalents.

La structure étant isostatique extérieurement, nous pourrons déterminer ces actions de contact en utilisant les équations
de la statique..

S1 : système réel S2

F
B

F
C D
A
C A D

r
Par contre, si nous nous intéressons aux actions en C et D, nous devons considérer que la force F est appliquée
réellement en B appartenant à la traverse.

La structure étant hyperstatique extérieurement de degré 1, nous ne pourrons pas atteindre les actions en C et D du
moins en utilisant les équations de la statique statique.

Lors de l’isolement de la barre CD dans le système réel S1, cette barre est un solide soumis à 2 forces. Elle ne peut être
sollicitée qu’en traction.

Dans S2, la barre CD est soumise à 3 forces et sollicitée en flexion.

C D

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°21/93


Toujours dans le même ordre d’idée,

Soit la structure suivante S soumise à (S )p


considérons la même structure S soumise à (S )
PR

L Nous avons l’équivalence pour la détermination des actions de


liaison en A et C uniquement.
p

A B C
P = pL P
A B C

Nous souhaitons déterminer l’action de contact en B. Si nous Si nous isolons la poutre AB qui constitue le solide S2 depuis
isolons la poutre AB qui constitue le solide S1 depuis (S ) ,
PR
( S ) , nous commettons une erreur.
PR
nous commettons une erreur.

P
A B B C

Il faut isoler la poutre AB : S1 , puis remplacer la charge répartie


par sa résultante générale

p
P 1 = pa P1
A B A B

a a

conclusion :
Remplacer une ou plusieurs actions par un système équivalent n’est valide qu’après avoir isolé le système
étudié.

Nous pourrons remplacer une charge répartie appliquée sur le solide isolé par sa résultante générale, mais
uniquement en statique, pour la détermination des actions de contact avec le milieu extérieur; par contre si nous
nous intéressons aux liaisons intérieures, à la résistance des matériaux ( par exemple pour la détermination des
sollicitations, les contraintes,...) il n'y a plus d’équivalence et il faut donc conserver les charges telles qu’elles sont
réellement appliquées (sur le schéma ci-dessus, la charge répartie).

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°22/93


3. CENTRE DE GRAVITE

3.1. DEFINITION
Le centre de gravité d'un système matériel est le point, noté G, par lequel passe la ligne d'action de la résultante des forces
de pesanteur. C’est le point d’application du poids du système matériel.
Le C.d.G. est indépendant du choix du repère et de la position du système matériel dans l'espace.

Exemples :
G
G G

P P P

3.2. COORDONNEES DU CENTRE DE GRAVITE


Le centre de gravité d'un système matériel se déduit de la position du barycentre de n points affectés de coefficients
proportionnels aux masses associées à ces points.

Soit un solide (S) qui peut se décomposer en n éléments z


géométriquement simples (s1), (s2), ..., (sn) de centre de
gravité (g1, g2, ..., gn) et de masse (m1, m2, ..., mn). (S4)
(S1)
g4
(S3) (S2)
Les coordonnées du centre de gravité G du solide se
déterminent à partir de la relation :
g1 g2
g3 y
→ →
M. OG = Σ(mi. Ogi )
O
x
Avec : M = Σmi = m1+m2+...+mn M = masse totale du solide (S)

XG M.XG xgi Σ(mi.xgi) M.XG Σ(mi.xgi)


→ → → →
OG= YG Ö M.OG = M.YG Ogi= ygi Ö Σ(mi.Ogi)= Σ(mi.ygi) Ö M.YG = Σ(mi.ygi)
ZG M.ZG zgi Σ(mi.zgi) M.ZG Σ(mi.zgi)

démonstration à partir de : [ (r
)]
i
r
OG ∧ − MZ = ∑ Og i ∧ − m i Z [ ( )] Og i = OG + Gg i
Les coordonnées du centre de gravité sont :

XG =
∑(mi.xgi) YG =
∑(mi.ygi) ZG =
∑(mi.zgi)
∑(mi) ∑(mi) ∑(mi)
Simplifications possibles des coordonnées du centre de gravité : dans les équations ci-dessus
• si le solide est homogène ⇒ on remplace les masses mi par des volumes
• si le solide est d'épaisseur constante ⇒ on remplace les masses mi par des surfaces
le centre de gravité appartient au plan moyen de symétrie

Si le solide considéré possède un plan, un axe ou un centre de symétrie alors le centre de gravité se situe respectivement
dans le plan, sur l’axe ou au centre de symétrie.
r
Attention : ne pas confondre la masse m et le poids P la masse est invariante, caractéristique intrinsèque, le poids varie
en fonction de sa position spatiale.
r r r
Poids : P = m g avec g l’accélération de la pesanteur ; la masse m : m = ρ .v avec ρ la masse volumique,
v le volume.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°23/93


3.3. CENTRE DE GRAVITE DE SURFACES ET VOLUMES USUELS

SURFACES

Parallélogramme Triangle Trapèze

A
G h K
J h
G
H B C
H I
E D I
C
G
h
H J F
A B

G : point d'intersection des diagonales G : intersection des médianes si DC = b (petite base)


2 1 AB = B (grande base)
1 AG = ⋅ AI et GI = ⋅ AI h B + 2b
HG = h 3 3 HG = ⋅
2 1 3 B+ b
HG = h
3
Graphiquement :
porter d'un coté DE=AB, de l'autre BF=CD;
joindre EF puis les milieux I et J de CD et AB

Demi-disque Secteur circulaire Segment de secteur circulaire

G G
G α
α
O R O R
O R

4R 2 R.sin α 2R sin 3 α
OG = OG = α en rd OG = ⋅ α en rd
3π 3.α 3 α − sin α.cos α

Secteur de couronne circulaire Parabole Demi-parabole

Tangente verticale en A
A

G
a G b
r α G A
R H
O a
B H C

2 sin α R 3 − r 3 3
AG = a
3
AH = a HG =
3
OG = ⋅ ⋅ α en rd b
3 α R2 − r 2 5 5 8

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°24/93


VOLUMES

Prisme droit Cylindre


à base quelconque (prisme droit à base circulaire) Tronc de cylindre

h G G
G h h
α
O H
O O
r

OG =
h
OG =
h R 2 tgα
OH = ⋅ α en rd
2 2 4 h
h R 2 tg 2 α
HG = + ⋅
2 8 h

Onglet cylindrique Pyramide à base quelconque Cône

S S

G h
h G h
G
O H O
g H H
R

3 Sg Sg
OH = ⋅ πR gG= gG=
16 4 4
3 h h
HG = ⋅ πh HG = HG =
32 4 4

Tronc de cône Segment sphérique plein Secteur sphérique

r G
h h
G
G h α α
R R
R O O O

α en rd α en rd
h R + 2 Rr + 3r
2 2 3 3
OG = ⋅(2 R − h)= R ⋅(1 + cos α)
OG = ⋅
4 R 2 + Rr + r 2 8 8
3 (2 R − h) 2 3 (1 + cos α) 2
OG = ⋅ = R⋅
4 3R − h 4 2 + cos α

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°25/93


4. LIAISONS ENTRE SOLIDES

4.1. ACTIONS DE LIAISON


Dès que 2 solides sont en contact, on parle de liaison entre ces 2 solides. Ce contact implique qu'une action mécanique
d'un solide sur l'autre transite au contact. Pour visualiser l'action de liaison, il faut isoler l'un des solides..

4.2. CINEMATIQUE DES LIAISONS


Une liaison entre 2 solides permet ou bloque certains déplacements de l'un des solides par rapport à l'autre. Il existe une
corrélation entre l'action transmise à travers la liaison et les déplacements possibles que celle-ci autorise.

Transmission des actions: une action mécanique sera transmise par une liaison, si cette action n'entraîne pas
de déplacement relatif entre les 2 solides en contact.

4.2.1. Degré de liberté:


→ → →
Soit 2 solides 1 et 2 liés, sans que soit précisée la nature de cette liaison. Soit ( O , X, Y, Z ) le repère local associé à
cette liaison.

Le mouvement d'un solide dans l'espace peut se définir par la combinaison d'une translation et d'une rotation.
Ce mouvement est représenté vectoriellement, dans le système d'axes orthonormés direct Oxyz par :

Tx y

- un vecteur translation T Ty
Ry
Tz
et
Ty
Rx

Tx x
- un vecteur rotation R Ry O
Tz
Rz
Rx
z Rz
où Tx ; T y ; Tz et Rx ; R y ; Rz représentent les
composantes ou coordonnées dans le système d'axes
Oxyz du vecteur mouvement.

D.D.L.
Composante ou Translation Rotation
Tout déplacement relatif d'un solide 1 par rapport à un solide 2 coordonnée
r r
sur l'axe
T R
peut être "décomposé" en plusieurs déplacements
→ → →
élémentaires suivant les axes d'un repère ( O , X , Y , Z ) . Ces Ox TX RX
déplacements élémentaires sont appelés les degrés de liberté TY RY
Oy
de la liaison 1-2.
Dans l'espace le nombre de degrés de liberté possibles est 6. Oz TZ RZ

Tx signifie une liberté de mouvement de translation des solides 1 / 2 (l’un par rapport à l’autre), suivant la direction
r
définie par le vecteur unitaire x.

Rx signifie une liberté de mouvement de rotation des solides 1 / 2 (l’un par rapport à l’autre), autour de l’axe défini par
r
le vecteur unitaire x.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°26/93


Dans le plan le nombre de degrés de liberté possibles est 3.

D.D.L.
Composante ou Translation Rotation
Dans le plan le nombre de degrés de liberté possibles est 3. coordonnée
r r
sur l'axe
T R

Ox TX ----

Oy TY ----

Oz ---- RZ

Pour passer de sa position initiale à sa position finale, le mouvement du solide peut se décomposer en 3 mouvements
simples (translation sur x, translation sur y, rotation autour de z), de plus l'ordre n'intervient pas. On aurait pu commencer
par : translation sur y, puis rotation autour de z, puis translation sur x ou un tout autre ordonnancement.

Nous avons représenté les configurations intermédiaires en traits discontinus.

ETAT FINAL

θz z
Rotation autour de z

Translation sur y

ETAT INITIAL Uy y

Ux x

x
z Translation sur x

Pour supprimer un degré de liberté à un solide en mouvement, il faut obligatoirement exercer une action mécanique sur ce
solide.

• Pour supprimer une translation élémentaire il faut


exercer une force capable de s’opposer à cette translation.

Exemple : une poutre appuyée sur un mur, le mur exerce une force qui s’oppose au mouvement potentiel de

translation vertical descendant.

• Pour supprimer une rotation élémentaire il faut exercer un moment ou couple capable de s’opposer à cette rotation
Exemple : action exercée sur un volant pour s’opposer à sa rotation :

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°27/93


5. LIAISONS MECANIQUES

Les liaisons mécaniques sont destinées à s'opposer à un


ou plusieurs mouvements relatifs élémentaires (d.d.l.) entre L
les solides.

Exemple : S2
- S1 = solide 1 S1
- S2 = solide 2
- L = liaison entre S1 et S2

Liaisons mécaniques parfaites :

Une liaison mécanique est dite « parfaite » lorsque les surfaces de contact sont géométriquement parfaites ; les
effets de « l’adhérence » (solide immobile) ou du « frottement » (solide en mouvement) sont alors négligeables.

Les liaisons mécaniques sont classées en fonction de la forme géométrique des contacts et des degrés de liberté
supprimés.

5.1. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES CONTACTS

5.1.1. CONTACT PONCTUEL

C'est un contact théorique.


S1
Il peut être admis entre deux solides indéformables
S2 A (hypothèse de la statique) lorsque les solides ont un
rayon de courbure respectif différent au voisinage du
point de contact.
S1 S1
S2 A S2 A

5.1.2. CONTACT LINÉIQUE

C'est aussi un contact théorique.


Il peut être admis entre deux solides indéformables
(hypothèse de la statique) lorsque les solides sont
cylindriques ou s'ils ont en commun une génératrice et
un plan tangent.
S1
S1
A A
S2 S2

5.1.3. CONTACT SURFACIQUE

Contact plan Contact cylindrique Contact sphérique

S1 Les solides ont une surface de


contact de même forme géométrique
S1
S1

S2 S2 S2

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°28/93


5.1.4. NOTION DE LIAISON «PARFAITE»
Rappel :
Une liaison mécanique est dite « parfaite » lorsque les effets de « l’adhérence » (solide immobile) ou du « frottement »
(solide en mouvement) sont négligeables.

Exemple : y y

Liaison ponctuelle r r
« parfaite » A2 / 1 = AY 2 / 1Y
S1
La liaison se caractérise par un
simple contact entre deux solides S1
S1 et S2 en un point. A
z z A
Problème :
x x
On veut définir les actions de liaison
exercées par le solide S2 sur le S2
solide S1 au point de contact A.

Recherche des actions mécaniques de liaison appliquées au solide S1 :

D.D.L. Actions mécaniques en A


Composante ou Translation Rotation Composante Force Moment
coordonnée → → sur l'axe → →
sur l'axe T R A 2 /1 M A 2 /1

Ox TX RX Ox 0 0
Oy 0 RY Oy AY 2 / 1 0
Oz TZ RZ Oz 0 0

Démarche :

1 – Définir les d.d.l. = 0 et ≠ 0 compatibles avec la liaison étudiée.

2 – Déduire des d.d.l., les actions mécaniques exercées sur le solide isolé (ici actions de S2/S1 puisque S1 est isolé)

Conclusion :

Dans le cas d’une liaison ‘’parfaite’’ (sans adhérence), l’action de liaison se réduit à une force de direction toujours

perpendiculaire ( ⊥ ) au plan tangent des surfaces en contact.


Quel que soit ( ∀ ) le système des forces appliqué, une liaison ponctuelle parfaite ne possède qu’une seule
inconnue de liaison
Remarques :

On peut observer la complémentarité entre le tableau des d.d.l. et le tableau des actions de liaison. A une valeur

nulle de l’un des tableaux correspond une valeur non nulle de l’autre.

A partir des degrés de liberté possibles des liaisons on peut en déduire les actions transmissibles par ces
liaisons. On modélisera ces actions de liaison par un torseur.

On déduira ce torseur en appliquant la méthode suivante:

⎧ 0 0⎫
Le torseur des actions de liaison en A se note :
A
{T
S 2 → S1 } ⎪
= ⎨ AY 2 / 1 0⎬

⎪ 0 0⎪⎭
A⎩

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°29/93


⎛ Un degré de liberté supprimé ⎞ ⎛ Une action transmissible⎞
⎜ ⎟ =⎜ ⎟
⎝ dans une direction ⎠ ⎝ dans cette direction ⎠
ou
⎛ Un degré de liberté possible⎞ ⎛ Pas d' action transmissible⎞
⎜ ⎟ =⎜ ⎟
⎝ dans une direction ⎠ ⎝ dans cette direction ⎠

L’ensemble des liaisons possibles est obtenu en combinant tous les degrés de liberté possibles.

Lorsque les surfaces en contact sont de dimensions suffisamment faibles par rapport aux dimensions des solides on peut les
assimiler à un contact ponctuel ou à un contact linéique.

Exemples :
- le contact entre un pied de table et le sol : Liaison ponctuelle.

- le contact entre une dalle de bâtiment et un mur. Liaison linéique.

Table Contact
Dalle-Mur
Contact
Dalle
Table-Sol
Sol Mur

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°30/93


5.1.5. LIAISONS ÉLÉMENTAIRES EN BÂTIMENT

5.1.5.1. Remarques préliminaires :


L'étude de la majorité des éléments d'ouvrages du bâtiment peut être ramenée, pour raison de symétrie, à l'étude de
systèmes plans.
De même, par soucis de simplification, les phénomènes physiques comme l'adhérence sont souvent négligés dans les
calculs.
Toutefois, les DTU (Documents Techniques Unifiés) prévoient l'application de dispositions constructives minimales, pour
compenser les simplifications précédemment admises.

Les liaisons élémentaires utilisées en bâtiment sont :


- les appuis simples

- les articulations

- les encastrements

5.1.5.2. Modèle cinématique :


La modélisation cinématique d’un solide ou d’un ensemble de solides consiste à représenter le(s) modèle(s) :
- de chaque solide par leur ligne moyenne,
- de chaque liaison par une représentation symbolique.

Exemples : modélisation des liaisons élémentaires en bâtiment

- Appui simple ou ou
préférence

- Articulation
ou ou

- Encastrement
ou
encastrement nœud rigide

5.1.5.3. Schéma mécanique :


La schématisation mécanique d’un solide ou d’un ensemble de solides consiste à représenter le(s) solide(s) et les actions
mécaniques extérieures du système isolé par :
- la(les) ligne(s) moyenne(s) pour le(s) solide(s),
- - les symboles des actions extérieures pour les forces et les couples.

Elévation
Exemple :

ligne moyenne

Modèle cinématique
A1 A2 A3 A4
modèle de liaison
Choix d’un repère de la statique appelé
repère global, il doit apparaître sur le
schéma mécanique, il doit être unique
pour l’ensemble de l’étude. Schéma mécanique
Y

z O x

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°31/93


5.1.5.4. Liaison de type « APPUI SIMPLE » :

La liaison de type appui simple résulte du simple contact entre deux solides (un seul d.d.l. bloqué).
Elle peut être assimilée à une liaison parfaite : ponctuelle, linéique ou surfacique.

Exemples :
- les poutres et dalles de plancher courant qui n'assurent pas un rôle de contreventement d'ouvrage,
- tous les solides simplement appuyés qui ne peuvent pas s’opposer aux forces tendant à les faire glisser.

DETAILS DE LA LIAISON

Poutre B.A. ou B.P. Poutre B.A. ou B.P. courante

Liaison par contact direct B.A. / B.A.


maçonnerie
Mur ou poteau
Poutre B.P. d'ouvrage d'art ou de bâtiment industriel

Appareil d'appui
Liaison par interposition d'un matériau
résilient ou de glissement (néoprène, téflon ...)
portée définie / axe de l'appui

Liaison Poutre B.A. avec poteau B.A.

portée définie / au nu de l'appui

Modèle cinématique de la liaison Schéma mécanique associé

A
Poutre S1 r
AY 2 / 1Y
+
S2 x
Poutre S1
A
on remplace S 2 par son action (attention S 2 ne
doit pas être représenté)
Recherche des actions mécaniques de liaison appliqués au solide S1 :

D.D.L. Actions mécaniques

Composante ou Translation Rotation Composante ou Force Moment


coordonnée → → coordonnée → →
sur l'axe T R sur l'axe A 2 /1 M A 2 /1
Tx Ox 0 ---
Ox ---
Oy AY 2 / 1 ---
Oy 0 ---
Rz Oz --- 0
Oz ----
"–" : sans objet dans le cas d'un système de forces coplanaires dans le plan Oxy
Conclusion :

Dans le cas d’une liaison de type appui simple, l’action de liaison est une force ⊥ au plan tangent de contact.
Une liaison de type appui simple est caractérisée par une seule coordonnée inconnue : AY 2 / 1 .

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°32/93


Écriture sous forme de torseur (de la liaison appui simple en A), il existe plusieurs notations
r ⎧ 0 0⎫
⎧ AY 2 / 1Y ⎫
A
{T
S 2 → S1 } = ⎨ r ⎬=

⎨ AY 2 / 1 0⎬

A⎩
0 ⎭ ⎪ 0
A⎩
0⎪⎭
Attention dans le cas ou l’appui simple est à déplacement vertical

y
Poutre S1
A
+
x
Poutre S1
A r
S2 AX 2 / 1 X
on remplace S2 par son action (attention S2 ne doit pas être représenté)
r
Dans le cas ou la force A2 / 1 n’est pas parallèle à un des axes du repère :

β Poutre S1
A β
+
x
Poutre S1
S2 r A
A2 / 1

on remplace S2 par son action (attention S2 ne doit pas être représenté)


r
Une solution consiste à se fixer un sens (hypothèse) pour la force A2 / 1 . La direction est connue, l’angle β peut être

déterminé, seule l’intensité A2 / 1 est inconnue :

Les coordonnées doivent être écrites en faisant apparaître uniquement l’intensité A2 / 1 .


r r ⎧ A2 / 1 cos β 0⎫
⎧ A2 / 1 cos β .X + A2 / 1 sin β .Y ⎫
A
{T
S 2 → S1 } = ⎨ r ⎬=

⎨ A2 / 1 sin β 0⎬

⎩ 0 ⎭ ⎪ 0⎪⎭
A⎩
A
0
Appui simple bilatéral :

Cet appui simple fonctionne dans les 2 sens

Un appui simple peut être modélisé par une barre bi-articulée

β
A
Poutre S1
β Poutre S1
A

S2
S2

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°33/93


5.1.5.5. Liaison de type « ARTICULATION » :

La liaison de type articulation permet la rotation relative entre deux solides.


Dans les ouvrages du bâtiment cette rotation relative est généralement infime.

Exemples :
• le pied d'un arc en bois lamellé-collé
• la liaison d'une poutre en B.P de bâtiment industriel sur un poteau
• la liaison entre les barres des charpentes triangulées en bois ou en métal...

Arc bois L-C Poutre B-P

Broches de liaison
Gousset

Massif B-A Poteau B-A Assemblage C.M.

Modèle cinématique de la liaison Schéma mécanique associé


y On pourrait remplacer
une articulation par 2
barres bi-articulées

Poutre S1
A
r + A poutre S1
AY 2 / 1Y x
Poutre S1
S2 A r
AX 2 / 1 X
on remplace S 2 par son action (attention S 2 ne doit
pas être représenté

Recherche des actions mécaniques de liaison appliqués au solide S1 :

D.D.L. Actions mécaniques

Composante ou Translation Rotation Composante ou Force Moment


coordonnées → → coordonnées → →
sur l'axe T R sur l'axe A 2 /1 M A 2 /1

Ox 0 --- Ox AX 2 / 1 ---

Oy 0 --- Oy AY 2 / 1 ---
Oz --- RZ Oz --- 0
"–" : sans objet dans le cas d'un système de forces coplanaires dans le plan Oxy.

Conclusion :
Dans le cas d’une liaison de type articulation, l’action de liaison est une force de direction et de sens inconnus,
Cette force étant inclinée dans le plan X Y,
Une liaison de type ‘’articulation’’ est caractérisée par 2 inconnues de liaison : les coordonnées : AX 2 / 1 , AY 2 / 1
Écriture sous forme de torseur (de la liaison articulation en A),
r r ⎧ AX 2 / 1 0⎫
⎧ AX 2 / 1 X + AY 2 / 1Y ⎫
il existe plusieurs notations
A
{T
S 2 → S1 } = ⎨ r ⎬=

⎨ AY 2 / 1 0⎬

⎩ 0 ⎭ ⎪ 0 0⎪⎭
A⎩
A

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°34/93


5.1.5.6. Liaison de type « ENCASTREMENT » :
Les solides liés par encastrement sont reliés rigidement l’un par rapport à l’autre.
Ils ne peuvent avoir aucun déplacement relatif (pas de translation, pas de rotation).
Différence entre encastrement parfait et nœud rigide :
L’encastrement est dit parfait lorsque l'un des solides est indéplaçable, figé, c’est-à-dire fixe par rapport au repère,
(par exemple ici la semelle du mur de soutènement peut être considérée comme un massif fixe, le voile est encastré dans la
semelle voir figure centrale), le nœud est fixe en translation et en rotation.
Le nœud est dit rigide (lorsque l'angle entre les solides 1 et 2 est conservé, le nœud pouvant se déplacer en translation
ou en rotation au sens de la R.D.M.(les déplacements sont petits et proviennent uniquement des déformations de la
structure), il y a continuité totale de la matière, en réalité les deux solides 1 et 2 n'en forment qu'un au sens de la statique.
(exemple de la figure de droite : liaison poutre poteau)
Exemples liaison du pied d'un mur de soutènement sur sa semelle
liaison d'un balcon à une dalle de plancher liaison d'une poutre métallique sur un
poteau
Voile
Poteau
Semelle
Balcon

Poutre

Attention : l’extrémité d’un balcon, le sommet du voile du mur de soutènement sont appelées extrémités libres. Soit on considère
que l’extrémité libre n’est pas une liaison ou une extrémité libre est une ‘’liaison’’ (à 3 degrés de liberté dans le plan, 6 dans
l’espace) caractérisée par une absence d’action de liaison.

Modèle cinématique de la liaison Schéma mécanique associé


y
+

r r
AY 2 / 1Y M AZ 2 / 1 Z
A Poutre S1
x
S2 A rPoutre S1
AX 2 / 1 X
on remplace S 2 par son action (le solide S 2 ne doit pas être représenté)
Recherche des actions mécaniques de liaison appliquées au solide S1 :
D.D.L. Actions mécaniques

Composante ou Translation Rotation Composante ou Force Moment


coordonnée → → coordonnée → →
sur l'axe T R sur l'axe A 2 /1 M A 2 /1

Ox 0 --- Ox AX 2 / 1 ---

Oy 0 --- Oy AY 2 / 1 ---

Oz --- 0 Oz --- M AZ 2 / 1
"–" : sans objet dans le cas d'un système de forces coplanaires dans le plan Oxy.
Conclusion :
Dans le cas d’une liaison de type encastrement, l’action de liaison se réduit à :
• une force de direction et de sens inconnus, cette force étant inclinée dans le plan X Y, elle est représentée par 2
inconnues de liaison : les coordonnées : AX 2 / 1 , AY 2 / 1
• un moment (ou couple) dit d’encastrement, c’est un vecteur ⊥ au plan des forces.
Une liaison de type encastrement est caractérisée par 3 inconnues de liaison : AX 2 / 1 , AY 2 / 1 , M AZ 2 / 1
Écriture sous forme de torseur (de la liaison articulation en A), il existe plusieurs notations
r r ⎧ AX 2 / 1 0 ⎫
⎧ AX 2 / 1 X + AY 2 / 1Y ⎫
A
{T
S 2 → S1 } = ⎨ r ⎬=

⎨ AY 2 / 1 0 ⎬

⎩ M AZ 2 / 1 Z ⎭ ⎪ 0 M AZ 2 / 1 ⎪⎭
A⎩
A

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°35/93


5.1.6. TABLEAU RÉCAPITULATIF DES LIAISONS EN BÂTIMENT

Nom de Représentation Schéma mécanique Degrés de Actions de contact Composantes


la liaison modélisée associé liberté dans Oxyz des
D.D.L actions de contact
{Tr r
R }
Appui simple
⎧TX −⎫ force ⊥ au plan ⎧ 0 0⎫
y
⎪ ⎪ tangent de contact, ⎪ ⎪
⎨0 −⎬ une seule inconnue ⎨ AY 2 / 1 0⎬
⎪− RZ ⎪⎭ ⎪ 0 0⎪⎭
r
AY 2 / 1Y de liaison
+ A⎩ ⎩
x
Poutre S1 Poutre S1
A A

S2

Articulation
y
⎧0 −⎫ Force inclinée ⎧ AX 2 / 1 0⎫
⎪ ⎪ représentée par 2 ⎪ ⎪
r
AY 2 / 1Y ⎨0 −⎬ coordonnées (ou ⎨ AY 2 / 1 0⎬
⎪− RZ ⎪⎭ composantes) ⎪ 0 0⎪⎭
A⎩ A⎩
+
x
A
Poutre S1
A r
Poutre S1 inconnues
AX 2 / 1 X

S2

Encastrement Force inclinée


⎧0 −⎫ représentée par 2
y
⎪ ⎪ coordonnées
⎨0 −⎬
+
inconnues
r r
⎪− 0 ⎪
A⎩ ⎭
AY 2 / 1Y M AZ 2 / 1 Z
Un moment
d’encastrement
⎧ AX 2 / 1
A x
Poutre S1
A r
Poutre S1
0
S2
AX 2 / 1 X

⎨ AY 2 / 1 0
⎪ 0
A⎩
M AZ 2 /

Compléments BTS uniquement : encastrement mobile, 1 degré de liberté TY

Y ⎧ AX 2 / 1 0 ⎫
A A
{TS 2 → S1 } ⎪
= ⎨ 0 0 ⎬

⎪ 0 M AZ 2 / 1 ⎪⎭
A⎩
O x

Translation Rotation
X 0 ---
Y TY ---
Z --- 0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°36/93


5.2. PRINCIPE DES ACTIONS MUTUELLES

Les actions de contact entre 2 solides S1 et S2, sont constamment d’égale intensité et directement opposées.

Nous donnerons plus loin une forme plus générale ; autrefois appelé principe de l’action et de la réaction c’est en réalité un
théorème qui se démontre à partir du Principe Fondamental de la Statique.

Ex :
r
L'action d'une bille S1 sur un plan S2 est égale et S1
A2 / 1 S1
directement opposée à l'action du plan S2 sur la bille S1.
r r
A1 / 2 = − A2 / 1
r r
⇒ A2 / 1 = − A1 / 2 A S2 A A S2
r
A1 / 2

5.3. UN AUTRE CLASSEMENT- FORCES INTERIEURES - FORCES EXTERIEURES :


NOTION D’ISOLEMENT

5.3.1. classification selon leur position par rapport au système matériel isolé
on distingue ;

π Les actions mécaniques extérieures : actions qu’exercent, sur les différents éléments du système isolé, tous les
solides n’appartenant pas au système matériel isolé. (actions de contact qui s’exercent à la frontière du système isolé ou
actions à distance). Ce qui n’est pas isolé est souvent appelé le milieu extérieur.

π Les actions mécaniques intérieures : ce sont les inter-efforts qu’exercent les différents éléments du système isolé
les uns sur les autres aux différents points de contact. Ces efforts intérieurs peuvent être des efforts de cohésion traduisant
la résistance du matériau aux sollicitations. Attention ! Ces actions ne peuvent pas être visualisées donc représentées. Elles
n’apparaissent pas dans l’inventaire des actions lors de l’isolement.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°37/93


Exemple : Système matériel (1+2+3+4)

4 Soit un système matériel constitué de trois billes placées dans un récipient. Les
contacts bille-bille et bille-récipient sont supposés sans frottement.
2 • Établissons le bilan des actions agissant sur :
1 - la bille (1), 2 - la bille (2), 3 - la bille (3)
3 4 - le système matériel (1+2+3), 5 - le système matériel (1+2)
F 6 - le système matériel (1+3), 7 - le système matériel (2+3), etc.
D C Représenter uniquement les actions extérieures
A E Faire l’inventaire des actions intérieures
1 • Appliquons le principe des actions mutuelles à chaque système matériel.
• Concluons.
B
1 – Isolons le solide (1)
D Bilan des forces extérieures :
............................................................................................................

A E ............................................................................................................
1
Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :
............................................................................................................
B
2 – Isolons le solide (2)
Bilan des forces extérieures :
2 ............................................................................................................

F ............................................................................................................
D Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :
............................................................................................................

3 – Isolons le solide (3)


F Bilan des forces extérieures :
............................................................................................................
3 C
E ............................................................................................................

Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :


............................................................................................................

4 - Système matériel (1+2+3)


Bilan des forces extérieures :
............................................................................................................
2
............................................................................................................
3
F C
D ............................................................................................................
A Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :
E ............................................................................................................
1
............................................................................................................
B
............................................................................................................

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°38/93


5 - Système matériel (1+2)
Bilan des forces extérieures :
............................................................................................................
2 ............................................................................................................
F
............................................................................................................
D
A Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :
E ............................................................................................................
1
............................................................................................................
B
............................................................................................................
6 - Système matériel (1+3)
Bilan des forces extérieures :
F ............................................................................................................
D
3
............................................................................................................
C
A ............................................................................................................
E
1
Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :
............................................................................................................
B
............................................................................................................

............................................................................................................
7 - Système matériel (2+3)
Bilan des forces extérieures :
............................................................................................................
2 ............................................................................................................

3 ............................................................................................................
F C
D
Bilan des forces intérieures et Principe des actions mutuelles :
E ............................................................................................................

............................................................................................................

............................................................................................................
Conclusions :
Dans chaque système matériel les contacts non rompus font apparaître des actions mutuelles qui s'annulent deux à
deux.

Les actions agissant aux contacts non rompus n'interviennent pas dans le bilan des forces appliquées au système
matériel, elles sont appelées ACTIONS INTÉRIEURES.

Les actions appliquées aux contacts rompus, les actions à distance (poids) et toutes les autres actions directement
appliquées au système matériel sont appelées ACTIONS EXTÉRIEURES.

Pour distinguer les actions intérieures et les actions extérieures d'un système matériel il faut impérativement préciser
les frontières d'isolement « ISOLER LE SYSTÈME MATÉRIEL ÉTUDIÉ ».

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°39/93


Présentation du bilan des forces dans un tableau :

Systèmes matériels isolés

(1) (2) (3) (1+2+3) (1+2) (1+3) (2+3)


r
P1
r
P2
r
Actions mécaniques ici de type forces

P3
r
A4 / 1
r
B4 / 1
r
C4 / 3
r
D1 / 2
r
D2 / 1
r
E1 / 3
r
E3 / 1
r
F2 / 3
r
F3 / 2
Légende : I: Action intérieure, E: Action extérieure, /: Sans objet

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°40/93


5.4. EXERCICE D’APPLICATION
Étude du stockage de tuyaux BA entre 2 voiles encastrés à leur base. Les tuyaux étant de même longueur b, on se
ramènera à un problème dans le plan de symétrie de l’ensemble ou à une étude limitée à un tronçon de 1 mètre de tuyaux.
On négligera le frottement, les contacts sont considérés comme parfaits. On se propose de déterminer les actions de
contact en M, N, A,B,C,D et I12 , I 23 .

L=2800

tuyaux ( ) e, e = 1000
i
soit P le poids propre d'un mètre de tuyau

G2
I12 I23
C α D

G1 G3

M N
A B
Il faut au préalable déterminer l’angle α

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°41/93


On ajoute un tuyau supplémentaire dont toutes les dimensions sont réduites de 20% à l’exception de la longueur. Le
( )2
poids propre par mètre de ce tuyau est alors égal à 0.8 P = 0.64 P . Vous justifierez cette valeur, puis vous
déterminerez ses caractéristiques géométriques (dimensions) ainsi que les actions de contact aux différents points M, N,
A,B,C,D et I12 , I 23 , I14 , I 24 .

G4
γ
β I24
I14 G2
δ
I12 I23
β
δ D
C α

G1 G3

M N
A B
En fait les liaisons en M et N se comportent comme des articulations, quelles sont les solutions technologiques (schéma
mécanique à représenter) que vous proposeriez, pour conserver les voiles verticaux et assurer la stabilité du système.

On peut montrer que :


G1G2 = 1000( mm )
G1G4 = G2G4 = 500 + 400 = 900( mm )
α + δ + β = 90°
2δ + γ + β = 180°
900
cos α = = 0 ,9 ⇒ α = 25 ,84°
1000
500 5
cos δ = = ⇒ δ = 56 ,25°
900 9
α + δ + β = 90° ⇒ β = 90° − (α + δ ) = 7 ,90°
2δ + γ + β = 180° ⇒ γ = 90 − ( δ − α ) = 59 ,60°

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°42/93


6. PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA STATIQUE

6.1. RAPPEL DU PRINCIPE DE L’INERTIE.


Il existe au moins un repère dans lequel le centre d’inertie d’un système matériel quelconque possède les
propriétés suivantes :

• s’il est en mouvement, son mouvement est alors rectiligne et uniforme, sa trajectoire est une droite et sa
vitesse est constante.

• S’il n’est pas en mouvement, il est immobile.

On appelle repères galiléens, les repères dans lesquels le principe de l’inertie est vérifié. Si un repère est en
mouvement de translation uniforme par rapport à un repère galiléen, il est lui aussi Galiléen.

6.2. ENONCE DU PRINCIPE DE LA STATIQUE


Il existe un repère, appelé repère galiléen, tel que pour tout solide S, en équilibre (au repos) par rapport à ce
repère, les actions mécaniques extérieures (S) appliquées à S vérifient qu’en un point de l’espace le torseur de ces
actions extérieures qui lui est appliqué soit égal au torseur nul.

Traduction mathématique :

si S est en équilibre alors O


{T ( S )}= O {0}
S est en équilibre ⇒ O
{T ( S )}= O {0}
Traduction analytique:

Cela signifie que les éléments de réduction du torseur des actions extérieures sont nuls:

• - la résultante est nulle

• - le moment résultant est nul en tout point.

⎧ →

r
⎧ R( S ) ⎫ ⎪

∑ F ext



T ⎛⎜⎝ S ⎞⎟⎠⎫⎬⎭=


⎨ r
( )⎬ = ⎨ ⎛→ → → ⎞⎬
o o ⎩ O
M S ⎭ ⎪ ∑ ⎜ M O ( F ext ) + couples ⎟ ⎪
⎪⎩ ⎜⎝ ⎟⎪
⎠⎭
o
⎧ r → →

R( S ) = ∑ F ext = 0
T ⎛⎜⎝ S ⎞⎟⎠⎫⎬⎭= o {0}⇔
⎪ ⎪
⎧ ⎪ ⎪


⎨ r ⎛ → → → ⎞ → ⎬
o ⎪ M O ( S ) = ∑ ⎜ M O ( F ext ) + couples ⎟ = 0 ⎪
⎜ ⎟
⎪⎩ ⎝ ⎠ ⎪⎭
o
⎧ ∑ X Fext = 0 ∑L O =0 ⎫
⎪ ⎪
⇔ ⎨ ∑ YFext = 0 ∑M O = 0⎬
⎪ Z =0 ⎪
o ⎩ ∑ Fext ∑N O = 0 ⎭

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°43/93


On obtient 6 EQUATIONS d'équilibre dans l'espace.
Le choix du point est important uniquement dans un but de simplification, car si le torseur est nul en un point, il
sera nul en tout point.

O
{T ( S )}= O {0} constitue les conditions nécessaires de l’équilibre ; car on peut avoir ces équations vérifiées
avec un solide en mouvement de translation rectiligne uniforme par rapport au repère galiléen Rg.

Autres formes du PFS

Pour qu'un solide S initialement au repos reste au repos, il faut et il suffit que le torseur des actions extérieures
(S) qui lui est appliqué écrit dans un repère Galiléen soit égal au torseur nul en un point de l'espace.

Dans un repère Galiléen Rg , la condition nécessaire et suffisante pour qu’un solide S i , initialement au repos,
reste au repos est que le système des actions mécaniques extérieures agissant sur le solide Si forme un système
équivalent à zéro.

6.3. CAS DES PROBLEMES PLANS


L'énoncé précédent reste bien entendu valable, mais son écriture et son exploitation se simplifient. Le solide et le
système d'actions sont alors supposés être dans le même plan.

Si ce plan est le plan (O, X, Y) le P.F.S. s'écrit:

⎧ X ( S ) = ∑ X Fext = 0 −−−− ⎫
⎧ ⎛⎜ ⎞⎟ ⎫ = ⎪ ⎪
si S est en équilibre alors T S
⎨ ⎬ ⎨ Y ( S ) = ∑ YFext = 0 −−−−− ⎬
o ⎩ ⎝ ⎠⎭ ⎪
⎩ −−−−− M z O ( S ) = ∑ N O = 0⎪⎭
o
On obtient 3 EQUATIONS d'équilibre dans le plan.

Équations alternatives
Afin de simplifier les calculs, à la place des 3 équations initiales, il peut être avantageux d’utiliser soit :
r
• 2 équations de moment par rapport aux points A et B avec une seule équation de projection sur un axe X (le
choix de cet axe est conditionné pour simplifier les calculs, par exemple si cet axe est perpendiculaire à un grand nombre
de forces les projections de celles-ci seront nulles, ou bien parallèle à un grand nombre de forces ) , le segment de droite
r
AB ne doit pas être perpendiculaire à l’axe X
• 3 équations de moment, ces trois points n’étant pas alignés.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°44/93


Principaux Solide isolé Equations Nombre
cas indépendantes d’inconnues
d’équilibre déterminables
Forces
colinéaires
X

X(S) = 0 1
F3
F2

F1

Forces
parallèles
X
X(S) = 0
2
MA(S) = 0
F3
Y A F2
Z
F1 F4
Forces
concourantes
(même point)

F3 X(S) = 0
Y 2
Y (S) = 0

Z X I

F1 F2
F4

Cas général
Y
A F3 X(S) = 0
Y (S) = 0 3
MA(S) = 0
Z F1 F2
X F4

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°45/93


6.4. THEOREME DES ACTIONS MUTUELLES
Nous allons établir ce résultat bien connu à partir du PFS, mais il demeure valable lorsqu’il y a mouvement.
Soit S1 et S2 2 parties disjointes d’un système matériel S , en contact ou non entre elles.

Isolons la partie S1 , elle est soumise d’une part aux actions exercées par S2 sur S1 représentées par le torseur

A
{T } et d’autre part aux actions du milieu extérieur sur S représentées par {T } . De la même manière, S
2/1 1 A 0/1 2 est

soumise à {T } de la part de S et {T } de la part du milieu extérieur.


1/ 2 1 0/ 2
A A

Appliquons successivement le PFS à S1 ,à S2 puis à S = S1 ∪ S2 .


{T }+ {T }= {0} ™
A 0/1 A
{T }+ {T }= {0} +
2/1 A A
{T }+ {T }=
0/ 2 A 1/ 2 A A 0/1 A 0/ 2 A
{0} −
™++-− {T }+ {T }+ {T }+ {T } − ( {T }+ {T })= {0}
A 0/1 A 2 /1 A 0/ 2 A 1/ 2 A 0/1 A 0/ 2 A

{T }+ {T }= {0} Le point A peut être pris quelconque dans l’espace.


A 2/1 A 1/ 2 A

Théorème des actions mutuelles pour un système matériel (ou des actions réciproques ou de l’action et de la
réaction)
Soit S1 et S2 deux parties disjointes d’un système matériel (déformable ou non, en mouvement ou non). A

chaque instant, les actions exercées par S1 sur S2 forment un torseur résultant {T }
A 1/ 2 opposé au torseur

résultant
A
{T } des actions de S
2/1 2 sur S1 . Le point A est quelconque. A
{T } =−
2/1 A
{T } 1/ 2

Énoncé dans le cas de 2 solides en contact en un point A.


Soit 2 solides 1 et 2.en contact en A. On définit la liaison L(1-2) ainsi : le solide 1 exerce une action mécanique
sur le solide 2, on peut caractériser cette action par le torseur
A
{T } , de même le solide 2 exerce une action
1/ 2

mécanique sur le solide 1 que l'on peut caractériser par le torseur


A
{T } . {T } =− {T }
2/1 A 2/1 A 1/ 2

- Conséquences:

les 2 torseurs doivent être exprimés dans le même repère et au même point A, cependant le point choisi n’est pas
forcément le point de contact, ce point peut être choisi quelconque.

r ⎧ X A1 / 2 LA1 / 2 ⎫ r ⎧ X A2 / 1 LA2 / 1 ⎫
⎧ A1 / 2 ⎫ ⎪ ⎪ ⎧ A2 / 1 ⎫ ⎪ ⎪
{T1 / 2 }= ⎨ Mr ⎬= ⎨ YA1 / 2 M A1 / 2 ⎬ {T2 / 1}= ⎨ Mr ⎬= ⎨ YA2 / 1 M A2 / 1 ⎬
A⎩ A1 / 2 ⎭ A⎩ A2 / 1 ⎭
A A
⎪Z N A1 / 2 ⎪⎭ ⎪Z N A2 / 1 ⎪⎭
A ⎩ A1 / 2 A ⎩ A2 / 1
r r r r
on a donc: A1 / 2 = − A2 / 1 M A1 / 2 = − M A2 / 1

On trouve toujours dans les ouvrages de mécanique, cet énoncé sous le nom de « PRINCIPE DES ACTIONS MUTUELLES » :

Un principe étant par définition indémontrable, le terme « principe » est ici impropre.

1
1
R1/2
A R2/1 A
2 MA1/2 MA2/1
2

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°46/93


6.5. ETUDE DE L'EQUILIBRE
*1* ISOLEMENT:

Isoler un solide signifie: distinguer toutes les actions extérieures au solide ( les actions intérieures ne peuvent
pas être visualisées), écrire tous les torseurs des actions extérieures au même point (condition impérative pour le
P.F.S.).

*2* INVENTAIRE DES ACTIONS EXTERIEURES: on peut envisager plusieurs classements.

Classement n°1: En génie civil on distingue plusieurs types d'actions: les actions connues du type: permanentes (poids
propre) ,variables ( charge d'exploitation, vent, neige), température et les actions inconnues en général aux appuis (au
niveau de la frontière du domaine isolé ou aux assemblages).

Classement n°2: lié à la représentation mathématique.

- les actions ponctuelles :

les forces ponctuelles, modélisées par un vecteur et définies par la connaissance (point d’application, direction, sens,
intensité )
couples ponctuels

- les forces de volume (à distance) résultant d'effets magnétiques ou de pesanteur. On considère qu'elles s'appliquent
au centre de gravité de l'élément considéré.

- les actions linéiques: densité de charge exprimée en kN / m transmises suivant une génératrice (poutre, voile), les
couples répartis exprimée en mkN / m.

- les actions surfaciques: exprimées en kN / m² transmises suivant une surface (planchers, parois, toitures)

*3* REPERE D'ETUDE:

Quand nous étudierons une structure complète, nous serons amenés à considérer soit l'ensemble de la structure soit un
de ces éléments. En conséquence, nous devrons utiliser soit un repère mécanique général souvent dénommé repère
global.

Les repères mécaniques locaux (dont l'origine se déplacent sur la ligne moyenne )et les repères de position fixes et
attachés à une barre droite sont utilisés en RDM.

Repère mécanique général : c'est un repère en général lié au sol, cependant l'origine peut être prise en n'importe quel

point. Exemple: soit une structure composée de trois barres et de 4 nœuds A ,B, C, D soumise à un effort ponctuel F.

F y 2
x
B C
2 y 3

B C
Y x 3

A D x
O X A
1
D
y O
1
r r →
Repères de position: En RDM, on souhaite étudier chaque barre
Dans le repère général ( O, X, Y ) la force F s'écrit:
séparément, on utilisera alors les repères de position liés aux barres.
→ ⎛ ⎞ L'indice correspondra au numéro de la barre considérée. L'axe des x
F⎜ ⎟ donnant le sens de parcours sur la barre, l'origine du repère sera
⎝ ⎠ toujours placé à l'origine de celle-ci.

NOUS APPLIQUERONS LE P.F.S. EN RAISONNANT DANS UN SEUL REPERE.

Les changements de repère sont souvent générateurs d'erreurs, les coordonnées doivent être exprimées dans le même
repère)

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°47/93


7. EQUILIBRE D’UN SYSTEME MATERIEL RIGIDE

7.1. DEFINITION D’UN SYSTEME MATERIEL RIGIDE

Un système matériel est composé de n solides rigides, l’ensemble étant aussi rigide.

Rappel : un système est dit rigide s’il est isostatique ou hyperstatique. On dit aussi que la structure
est stable. Quelque que soit le sous système isolé, sous l’action d’une action mécanique même
infiniment petite, il est impossible de mettre en mouvement un solide par rapport à un antre. Dans le cas
contraire on dit que le système matériel est un mécanisme ou hypostatique ou est ‘’déformable’’. En
statique, les solides sont supposés indéformables ou infiniment rigides.

n
S = ∑ S i = S 1 + S 2 + .....+ S i + ..... S n
i =1

Définition, un système matériel rigide S , composé de n solides, est dit en équilibre par rapport à un
système galiléen si chaque solide le constituant est en équilibre par rapport à ce repère.

⎧chacun des solides S i ⎫ ⎧ système matériel ⎫


⎨ ⎬⇒⎨ ⎬
⎩ est en équilibre ⎭ ⎩ S en équilibre ⎭

7.2. RAPPEL DU PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA STATIQUE


i
Dans un repère Galiléen Rg , la condition nécessaire et suffisante pour qu’un solide S , initialement
au repos, reste au repos est que le système des actions mécaniques extérieures agissant sur le solide
S i forme un système équivalent à zéro.
traduction mathématique
r r
⎧ solide S i ⎫ ⎧⎪ R( SFi .ext ./ solide ) ⎫⎪ ⎧0⎫
⎨ {
⎬⇔ o T ( SF .ext ./ solide )
i
} = ⎨r
⎪ ( ) ⎬ = ⎨ r ⎬ ∀O
F .ext ./ solide ⎪
i
⎩en équilibre ⎭ Rg
0⎩
M o S ⎭ 0 ⎩0⎭

7.3. THEOREME CONDITION NECESSAIRE D’EQUILIBRE D’UN SYSTEME MATERIEL


S

i
La condition nécessaire pour qu’un système matériel S de n solides S soit en équilibre par rapport
à un système galiléen Rg est que le torseur du système des actions mécaniques extérieures s’exerçant
sur celui-ci soit nul.

( ) ⎫⎪⎬= ⎧⎨0rr ⎫⎬
r
⎧ R S
⎧ système matériel ⎫

⎩ S en équilibre ⎭ o
{(
⎬⇒ T SF .ext ./ système )} Rg

= ⎨r
F .ext ./ sytème

(
⎪ Mo SF .ext ./ système)⎪⎭ ⎩0⎭
0⎩
0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°48/93


Démonstration

( ) ( )
r r r
⎧chacun des solides S i ⎫ R SFi .ext ./ S i + R S Si j / S i = 0
⎨ ⎬⇒
⎩ est en équilibre ⎭
( ) ( )
r r r
Mo SFi .ext ./ S i + M o S Si j / S i = 0

en effectuant la somme

∑ [ R( S ) + R( S )] = 0 ∑[M (S ) + M ( S )] = 0
r i
r i
r r i
r i
r
F .ext ./ S i S j / Si o F .ext ./ S i o S j / Si
i i

∑ M (S ) + ∑ M (S ) = 0
r i
r r i

( ) ( )
r r r
∑ R SFi .ext ./ S i + ∑ R S Si j / S i = 0 F .ext ./ S i S j / Si
o o
i i
i i

∑ M (S ) = 0 représente le moment en
r i
r
( )
r r
∑ R S Si j / S i = 0 représente la somme des S j / Si
o
i
i O des forces intérieures, celui-ci est nul , d’après
forces intérieures qui, d’après le principe des actions le principe des actions mutuelles
mutuelles, est nulle.

∑ R( S ) = R( S )=0
r i
r r
∑ M (S ) = M (S )=0
F .ext ./ S i F .ext ./ sytème r i
r r
i
o S j / Si o F .ext ./ système
i

Remarque :Cette condition d’équilibre


n’est pas une condition suffisante pour un
système matériel déformable, car on ne peut
pas affirmer que la nullité de la somme
entraîne la nullité de chaque terme.

-F F

Si le système matériel est rigide et initialement en équilibre (c’est à dire au repos, avant l’application
des actions) par rapport au repère galiléen, la condition d’équilibre énoncée est une condition
nécessaire et suffisante d’équilibre. En effet, le système matériel rigide se comporte comme un solide
de forme unique de forme complexe, auquel on peut appliquer le PFS.

POUR QU’UN SYSTEME MATERIEL RIGIDE INITIALEMENT AU REPOS


(EN EQUILIBRE) RESTE AU REPOS (EN EQUILIBRE), IL FAUT ET IL
SUFFIT QUE :
( ) ⎫⎪⎬= ⎧⎨0rr ⎫⎬
r
⎧ R S
o
{(
⇔ T S F .ext ./ système )} Rg

= ⎨r
F .ext ./ sytème

(
⎪ M o S F .ext ./ système )⎭⎪ ⎩0⎭
0⎩
0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°49/93


8. PRINCIPE DE SUPERPOSITION

8.1. DOMAINE DE VALIDITE.

σ
Le matériau est linéairement élastique, si les
contraintes sont proportionnelles aux
déformations.
fe A B
Exemple de l'acier
Les contraintes développées dans la structure
appartiennent au domaine élastique sur OA
(domaine élastique).

O
εe ε AB constitue le domaine plastique.

S ( p ,αF )
8.2. FORMULATION, ENONCE

αF
=
p

S ( p) + α . S ( F )
A B
Les actions de liaison dues à l’application de plusieurs forces
sont égales a la somme vectorielle des actions de liaison dues
à chacune des forces agissant isolément. =

S (F )
F α .S (F )
A B

p
+

S ( p)
A B

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°50/93


Ce principe montre l’indépendance des effets de chacune des actions appliquées au système étudié. Ce principe n'est
valide que dans le domaine élastique. Il traduit que:

l'effet dû à la cause (A+B) = l'effet dû à la cause (A) + l'effet dû à la cause (B).

L’effet ne doit pas être restreint aux seules actions de liaison. Un effet (déformation, déplacement, contrainte)
produit par plusieurs causes (charges appliquées,..) est la superposition des effets produits par chacune de ces
causes supposée agir isolément.

L'ordre d'application des actions n'intervient pas. On peut donc écrire que l'effet dû à la cause (A+B) = l'effet dû à la
cause (B) + l'effet dû à la cause (A) et inversement.

ψ F
p1
(S)

p1
(S1)

F
(S2 )

Les relations sont affines et homogènes. ( S ) = ( S1 ) + ψ ( S 2 )


Les ( sollicitations, contraintes, déplacements, déformations, ) sont indépendantes de l'ordre d'application des
actions extérieures ( charges ) et sont égaux à la somme des ( sollicitations, contraintes, déplacements,
déformations, ) dus à chacune de ces actions agissant isolément.

Affine = fonction du 1er degré de la forme f ( x ) = ax + b

Avant l’avènement de l’informatique, les bureaux d’études utilisaient des formulaires. L’ingénieur décomposait
le chargement sur la structure étudiée en chargements élémentaires.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°51/93


Remarque :

Dans le cadre des systèmes isostatiques, pour la détermination des actions de liaison au niveau des appuis ou la
détermination du torseur de cohésion, on peut le démontrer, l’hypothèse d’un matériau élastique n’étant pas
nécessaire. (elle n’intervient que pour la détermination des déplacements ou pour le calcul des contraintes pour
lesquels la loi de Hooke est utilisée ).

A Ai Soit un système isostatique quelconque (S) soumis à 2


systèmes de forces :
r
Aj Fi appliquées en Ai
Fi r
Fj appliquées en Aj
Fj actions de contact avec le milieu extérieur
r r
(S) A0 / S et B0 / S
Isolons (S) et écrivons le PFS au point A :
r r r r r


∑ Fi + ∑ Fj + A0 / S + B0 / S = 0
™⎨ r i r j
r r r r r
⎪ ∑ AA i ∧ Fi + ∑ AA j ∧ Fj + AB ∧ B0 / S = 0
⎩ i j
r
soit ( S1 ) constitué de forces Fi appliquées en Ai et
r r
A1 0 / S ; B1 0 / S les actions de contact.
A 1 0/S
A ( S ) et écrivons le PFS au point A :
Isolons 1
Ai r r r r
⎧ ∑F + A +B =0
⎪ i 1 0/ S 1 0/ S
+⎨ r r i
r r r
Fi Aj
B1 0/S ⎪ ∑ AA ∧ F + AB ∧i B = 0 i 1 0/ S
⎩ i

(S1) B

r
(S ) 2 constitué de forces Fj appliquées en Aj et
r r
A2 0/ S ; B 2 0/ S les actions de contact.
A Ai ( S ) et écrivons le PFS au point A :
Isolons 2
r r r r
A2 0/S ⎧ ∑F + A +B =0
Aj B2 0/S ⎪
−⎨ r r j
r r
j
r
2 0/ S 2 0/ S

Fj B ⎪∑ AA ∧ F + AB ∧ B j =0 j 2 0/ S
(S2) ⎩ j

( ) ( )
r r r r r r r
⎧A + B − A
⎪ 0/ S 0/ S 1 0 / S + B1 0 / S − A2 0 / S + B2 0 / S = 0
formons ™-+-− ⎨
( ) ( )
r r r r r r r
⎪⎩ AB ∧ B0 / S − AB ∧ B1 0 / S − AB ∧ B2 0 / S = 0

( ) ( )
r r r r r r r
⎧ A −A
⎪ 0/ S 1 0 / S − A2 0 / S + B0 / S − B1 0 / S − B2 0 / S = 0

( )
r r r r r
⎪⎩ AB ∧ B0 / S − B1 0 / S − B2 0 / S = 0

( ) ( )=0
r r r r r r r r
Nous en déduisons que : B0 / S − B1 0 / S − B2 0 / S = 0 et A0 / S − A1 0 / S − A2 0/ S d’où
r r r r r r
A0 / S = A1 0 / S + A2 0 / S B0 / S = B1 0 / S + B2 0 / S

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°52/93


8.2.1. Problème de résistance des matériaux : Comment déterminer la flèche maximum
dans une poutre soumise à un cas de charge complexe, mais décomposable en cas
simples ici (p ) et ( F2 ).
Le principe de superposition autorise cette décomposition.

p
M1 M2
f1max Uy(M2)

A B
A B
La flèche max dans la section M1 est donnée dans les
formulaires: f1max = 5pl4/384 EI

F2
M1 M2

Uy(M 1) f2max

B A B
De même les formulaires donnent la flèche max f2max
dans la section M2 en fonction de la position et de
l'intensité de la force ponctuelle F2.

F2
p
M 1 M3 M2

fmax
A B
La flèche sera max. dans une section droite notée
M3 à priori inconnue : U1y(M3) < f1max
fmax = U1y(M3) + U2y(M3) U2y(M3) < f2max
Généralement les formulaires fournissent les flèches En faisant la somme des 2 expressions précédentes, on
max ainsi que leur position. obtient l'inéquation
Nous ne pouvons pas écrire :
fmax =f1max + f2max
f max < f1max + f2max

f1max + f2max constitue une borne supérieure de la


flèche max ( f max ), ces deux valeurs étant proches, la
borne peut être utilisée en projet.

Cette remarque s'applique aussi au M max, Vy max, ....; le principe de superposition doit être utilisé dans une section droite
quelconque mais bien définie.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°53/93


9. REPRESENTATION DES CHARGES REPARTIES

Les trois représentations ci-dessous sont équivalentes, remplacer la charge répartie par sa résultante n'est légitime qu'en
statique, car on s'intéresse aux frontières ( bornes, limites ) du domaine étudié, alors qu'en Résistance des Matériaux on
pénètre dans la matière.

Isolons un tronçon de poutre sur lequel est appliquée la charge répartie p :

1 p p en KN/m h h = horizontal

l équivalence uniquement en statique

P = p l =p' l / cos α
P

α
P est la résultante,
c'est un invariant.
On en déduit que
p' = p cos α
p' p' = p cos α

2 p' en KN/m de poutre ( selon le rampant )


l
cos α

p' cos α

p' sin α α
p'
p' sin α p' cos α
3 α

Ces 3 représentations sont équivalentes


en statique et en R. des M.
La n° 1 est intéressante pour la détermination
du diagramme des moments, la n° 3 pour les
diagrammes de N et Vy.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°54/93


10. ANALYSE DE LA STABILITE D'UNE STRUCTURE. : DEFINITION DU DEGRE D'HYPERSTATICITE
D'UNE STRUCTURE PLANE COMPOSEE DE POUTRES.

10.1. OBJET
Avant de se lancer dans la résolution d’un problème de statique sur une structure plane, il est nécessaire de vérifier si le
problème peut être résolu par la seule application des principes qui régissent la statique. En d’autres termes, cette
recherche va nous conduire à déterminer le nombre d’équations possibles et le nombre d’inconnues du système. La
différence entre ces 2 valeurs sera appelée degré d’hyperstaticité de la structure..

10.2. DEFINITION
Degré d’hyperstaticité (L) = Nombre d’inconnues (i) - Nombre d’équations

Si L = 0 La structure est isostatique.


Si L > 0 La structure est hyperstatique d'ordre L
Si L < 0 La structure est hypostatique, c'est un mécanisme , système déformable à rejeter ou à
transformer par le concepteur.
Soit une structure plane, composée de n solides.

Pour notre exemple ci-dessous, en statique on distingue 3 solides. A la notion de solide est associée la caractéristique
de rigidité, d’indéformabilité ce qui ce traduit par la continuité de la matière. On remarque 2 singularités aux points A2 et A3.
L’existence de ces 2 articulations A2 et A3 crée une partition de la structure en 3 solides : le solide A2-A3, le solide A1-A2-
A3 et A3-A4.

Pour déterminer le nombre d’équations possibles, nous allons décomposer la structure différemment. Cette
nouvelle modélisation distingue les barres des nœuds. Une barre sera délimitée par un nœud origine et un nœud
extrémité, elle ne doit pas être interceptée par une autre barre.

Une barre peut être droite, formée de segments de droite, courbe mais appartenant à un même plan.

Pour chaque barre, le PFS permet d’écrire 3 équations. Soit b le nombre de barres, le nombre d’équations
possibles est égal à 3b .

Le nombre d'inconnues est obtenu en isolant tous les nœuds Aj.

Le nœud, bien que point géométrique sur le schéma mécanique apparaîtra comme un solide sur la modélisation. Selon
le type de liaison entre l’extrémité d’une barre et le nœud intercepté on comptabilise

• pour un encastrement parfait ou une extrémité dite rigide 3 inconnues

• pour une articulation 2 inconnues

• pour un appui simple 1 inconnue

• pour un encastrement mobile ou déplaçable 2 inconnues

En isolant le nœud Aj , on obtient i j , nombre d’inconnues au nœud j, en sommant les inconnues provenant des extrémités
des barres liées au nœud j considéré, cependant ces inconnues ne sont pas indépendantes, car nous pouvons appliquer le
PFS au nœud (3 équations pour un nœud stable, c’est-à-dire non susceptible de se déplacer).

Le nombre d'inconnues de la structure appelé degré d'hyperstaticité noté L : L = i − 3b

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°55/93


Exemple: la structure ci-contre est constituée de 4
barres ( b = 4 ) et définie par 4 nœuds.
4 constitue le nombre minimum de barres que l’on peut
A2 A3 obtenir.

Barre A1-A2
Barre A2-A3 ligne brisée formée de segments droits

Barre A3-A4

Barre A2-A3 segment droit


A1 A4

Autre décomposition

A3 A4 la structure ci-contre est constituée de 6 barres


( b = 6 ) et définie par 6 nœuds.

A2 A5 Barre A1-A2
Barre A2-A3
Barre A3-A4
Barre A4-A5
Barre A5-A6
Barre A2-A5

A1
A6

Pour déterminer la valeur de i ainsi que L il faut modéliser la structure en faisant apparaître les nœuds.

Remarque concernant la validité du degré d’hyperstaticité L :

Sa validité suppose qu’aucune partie de la structure étudiée ne soit pas hypostatique.

Cette structure est un mécanisme, bien que le


calcul de L donne : L=0. Le panneau central est
un parallélogramme qui constitue une sous
structure déformable. Il manque une diagonale
nécessaire pour rigidifier le panneau. Par contre,
dans le panneau de gauche, nous avons placé
une barre excédentaire. Cette compensation
Panneau déformable masque l’instabilité de cette construction.

structure impropre à la construction

Structure rendue stable

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°56/93


10.3. MODELISATION DE LA STRUCTURE
On va représenter la structure en distinguant les nœuds et les barres.

10.3.1.1.Modélisation des liaisons

Appui simple Articulation Encastrement parfait


Encastrement mobile
Noeud rigide

10.3.1.2.Modélisation de la structure
A3 est un nœud dit rigide

A1 est un encastrement parfait

A2 A3

A1 A4

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°57/93


Déterminons le nombre d'inconnues de liaison en isolant les différents nœuds de la structure.

A1
Isolons le nœud A1. La barre est encastrée sur le nœud A1 d'où 3 inconnues.

De plus, nous avons 3 inconnues ( les actions de contact au niveau de


l'encastrement avec la fondation. )

L'équilibre du nœud fournit 3 équations.

Nombre d'inconnues indépendantes: i1 = 3 + 3 - 3 = 3

A2 A4
A3
i2 = 3 + 3 + 2 -3 = 5 I3 = 7 -3 = 4 I4 = 3 + 3 - 3 = 3

i = ∑ j =1 i j = i1 + i 2 + i 3 + i 4
4

i = 15

L = i − 3b = 15 − 12 = 3
La structure est hyperstatique d'ordre 3.

10.4. REMARQUE SUR LA REPRESENTATION DES NOEUDS OU TOUTES LES


BARRES Y SONT ARTICULEES
Attention: un nœud ou une barre doit être stable. Il faut être vigilant lors de la déclaration des relaxations des extrémités
des barres

exemples de nœuds instables localement, c'est à dire nœuds rendus stables


qu'ils peuvent tourner sur eux mêmes

articulation sur une semelle

intersection de trois barres articulées.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°58/93


10.5. STRUCTURES CONSTITUEES DE BARRES ARTICULEES AUX NOEUDS
Exemple 1

A6 A7 représentation du nœud A2
A2

A2
A1
A4
A3 A5

L=i-3b

Soit n le nombre de nœuds.

Soit b le nombre de barres.

Soit ie le nombre d'inconnues de liaison avec le milieu extérieur après l’isolement de la structure.

Les barres étant articulées, nous avons toujours 2 inconnues à chacune des extrémités.

En isolant chacun des nœuds, la statique donne 2 équations.

Nous pouvons exprimer i :

i = 2 (inconnues) * 2 (extrémités) * b (barres) + ie - 2 (équations) *n (nœuds)

i = 4b + ie - 2 n

L = 4b + ie - 2 n - 3 b = b + ie - 2 n L = b + ie − 2 n

Soit Le le degré d'hyperstaticité extérieur. Le = ie - 3 , cela correspond au nombre d'inconnues de liaison après
l'isolement de l'ensemble du treillis. Soit L i le degré d'hyperstaticité intérieur.

L = b + ie − 2 n L=Le+Li L e = ie - 3 Li=L-Le= b+3 - 2n

Soit une structure réticulée isostatique extérieurement : ie = 3, Le = 0 , de plus la structure est isostatique
intérieurement L=0 0 == b + 3 − 2 n ⇒ b = 2 n − 3

( structure isostatique ) ⇒ b = 2 n − 3

b = 2 n − 3 est une condition nécessaire mais non suffisante d’isostaticité de la structure.

( structure hypostatique int érieurement ) ⇔ b < 2 n − 3

b < 2n − 3 est une condition nécessaire et suffisante pour que la structure soit hypostatique intérieurement.

Définition d’un système simplement triangulé : système matériel réticulé composé de triangles juxtaposés,
chaque barre intérieure formant un coté commun à 2 triangles.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°59/93


Pour un tel système, nous pouvons établir une relation entre le nombre de barres b et n le nombre de nœuds.

Une structure constituée de 3 barres articulées aux extrémités forme un triangle. Un triangle est un système
indéformable.

b=3 n=3

n = 3+1 b = 3+ 2

Le fait d’ajouter 1 nœud se traduit par la mise en place de 2 barres supplémentaires.

Pour j nœuds cela correspond à 2j barres supplémentaires n = 3+ j b = 3+ 2 j

Eliminons j dans ces expressions j = n− 3, b = 3 + 2( n − 3) = 2 n − 3

b = 2n − 3

Nous venons de montrer que :

( structure triangulée simplement ) ⇒ b = 2 n − 3

⎛ structure triangulée simplement ⎞


⎜ ⎟ ⇔ b = 2n − 3
⎝ isostatique int érieurement ⎠

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°60/93


Application numérique.

En utilisant la méthode générale: L = i - 3 b = ( i1 + i2 + i3 + i4 + i5 + i6 + i7 ) - 3 b

b = 11

L = ( 4 + 4 + 7 + 6 + 3 + 6 + 4 ) - 3 * 11 = 34 - 33 = 1

En utilisant la formule spécifique des treillis:

b = 11 ; n = 7 ; ia = 4

L = b + ia - 2 n = 11 + 4 - 2 * 7 = 1 ; Le = 4 - 3 = 1 ; Li = 0

La structure est globalement hyperstatique d'ordre 1, hyperstatique extérieurement d'ordre 1 et intérieurement


isostatique. Cela signifie que la connaissance des actions de contact permet de déterminer tous les efforts normaux dans les
barres. Le problème est de déterminer les actions de contact, ce sera l'objet du chapitre concernant le calcul des structures
hyperstatiques, lequel est abordé en 2ème année.

Exemple 2

A2 A3 A4

A5
A1 A6

Application numérique.

b = 11 ; n = 6 ; ie = 3

En utilisant la méthode générale: L = i - 3 b = ( i1 + i2 + i3 + i4 + i5 + i6 ) - 3 b

L = ( 6 + 4 + 8 + 4 + 8 + 5 ) - 3 * 11 = 35 - 33 = 2

En utilisant la formule spécifique des treillis:

b = 11 ; n = 6 ; ie = 3

L = b + ie - 2 n = 11 + 3 - 2 * 6 = 2 ; Le = 3 - 3 = 0 ; Li = 2

La structure est globalement hyperstatique d'ordre 2, isostatique extérieurement et intérieurement hyperstatique d'ordre
2. Cela signifie que les actions de contact peuvent être déterminées, par contre, nous ne pouvons pas atteindre les efforts
normaux dans les barres, ce sera l'objet du chapitre concernant le calcul des structures hyperstatiques.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°61/93


10.6. MECANISME.
Si le nombre d'inconnues de liaison est inférieur au nombre d'équations, la structure est hypostatique.
C'est un mécanisme qui s'effondre sous la moindre action. C'est une structure à proscrire en construction.

Pour rendre le portique ci-contre isostatique, il faut


remplacer une articulation par un encastrement.

Pour rendre le portique ci-dessus isostatique, il faut sinon, placer deux barres en diagonale si celles-ci ne
placer une barre en diagonale si la celle-ci est susceptible sont pas capables de reprendre des efforts de
de reprendre des efforts de compression. compression.

Les éléments qui assurent la stabilité globale de la structure forme ce que communément on nomme le
contreventement.

Palée de stabilité

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°62/93


La structure ci-dessous est un mécanisme

L = i - 3 . b = -1

I
F

B C

A D

I I
F
F
B' C
C
B
C' B
A D
A D

r
L'instabilité se manifeste par un déplacement très Cette configuration est stable tant que F passe par I.
important. AB tourne autour de A, DC tourne autour de
D, BC = B'C'

Pour rendre la structure ci-dessus stable il faut par exemple, incorporer une barre supplémentaire EH, ou placer une
barre AC ou BD.

Le nouveau système est isostatique. L = i - 3 . b = 0

I
F

B E C

A H D

ATTENTION SI LES BARRES SONT CONCOURANTES. Configuration critique

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°63/93


I
F

B E C

A H D

r
Si F passe par I, l'équilibre du système est indéterminé.
r
Si F ne passe pas par I, il existe des efforts infinis qui se développent dans les barres.
r r r r
Par exemple la résultante de F + CCD→ BC a même support que la résultante de EEH → BC + B AB → BC
r r r
⇒ F + CCD→ BC a pour support CI ⇒ R CD → BC
=∞

On trouve alors que les efforts dans les barres tendent vers l'infini. Ce résultat n'a aucune signification physique, en
réalité, le système se déforme de manière très sensible dès que des forces même faibles sont appliquées. On obtient ainsi
des systèmes qui, bien que géométriquement indéformables, sont très déformables en réalité parce qu'il n'existe pas de
matériaux ayant un module de YOUNG infini. De tels systèmes nommés systèmes à configuration critique sont
évidemment à proscrire des constructions.

La configuration critique est une propriété purement géométrique ( ne dépend pas des forces appliquées ).

Dans un système à configuration critique, des variations de longueur du second ordre des barres entraînent des
déplacements du 1er ordre des nœuds, donc infiniment grands par rapport aux variations de longueur des barres. Il en
résulte que pour calculer correctement un tel système, on ne peut plus négliger les déplacements des nœuds résultant des
variations de longueur des barres, l'hypothèse de ""déplacements petits " de l'élasticité et de la résistance des matériaux
classique n'est plus valable et les équations d'équilibre ne sont plus linéaires.

Considérons la structure élémentaire constituée par 2 barres articulées entre elles et situées dans le même
prolongement l’une de l’autre. Si les barres étaient disjointes en B, leur extrémité libre décrirait un arc de cercle de centres
respectifs A et C. Ces cercles sont tangents en B. Il s’ensuit que sous l’effet d’une charge extérieure quelconque, l’extrémité
B de la barre AB tendrait à se déplacer d’une petite longueur suivant la tangente au cercle de centre A, cependant la barre
CB ne pourrait s’opposer efficacement à ce déplacement. ; De très faibles charges engendrent des efforts normaux
considérables dans les barres.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°64/93


Pour le cas ci-dessous, les cercles de centre A et C n’ont pas de tangente commune en B, ce qui rend impossible tout
déplacement du premier ordre de B.

A partir du système précédent déplaçable à barres articulées, on en obtient un nouveau, non déplaçable, en positionnant
les 2 barres articulées entre elles non alignées.

10.7. EXEMPLES DE STRUCTURES (DEGRE D’HYPERSTATICITE A DETERMINER)

EXEMPLE 1

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°65/93


EXEMPLE 2

EXEMPLE 3

EXEMPLE 4

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°66/93


EXEMPLE 5

EXEMPLE 6

EXEMPLE 7 poutre continue

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°67/93


EXEMPLE 8 poutre sous tendue

EXEMPLE 9 palée de stabilité

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°68/93


11. STRUCTURES ISOSTATIQUES.

11.1. DEFINITION D’UNE STRUCTURE ISOSTATIQUE


Les sollicitations sont définies en toute section par les seules équations de la statique.

11.2. COROLLAIRE
Les sollicitations ne dépendent pas des caractéristiques des éléments.

11.3. THEOREME
Toute sous structure d’une structure isostatique est elle même isostatique.

11.4. INVENTAIRE DES STRUCTURES LES PLUS COURANTES.

1. Poutre isostatique à travée unique.

2. Poutre isostatique à travée unique qui se prolonge en console à une ou aux deux extrémités.

3. Poutre en console.

4. Poutre dite " Cantilever "

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°69/93


5. Portiques isostatiques.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°70/93


11.5. COMPARAISON DES STRUCTURES ISOSTATIQUES ET HYPERSTATIQUES

STRUCTURES ISOSTATIQUES. STRUCTURES HYPERSTATIQUES.

Le nombre d'inconnues de liaison.


Les équations de la statique suffisent pour déterminer ( actions de contact ) est supérieur à celui des équations
les actions de contact de la statique. La statique, seule, ne permet pas de
On peut donc utiliser la R des M pour dimensionner. résoudre le problème. Il faut faire appel à la R. des M.
Le degré d'hyperstaticité est égal à la différence entre le
nombre d'inconnues et le nombre d'équations.
Les 2 systèmes S1, S2 (ci-dessous) sont tous les deux
hyperstatiques d'ordre 1.
S1

p
p A B
A B
C
3 équations de la statique

4 inconnues de liaison XA, YA, YC, YB.

S2
Dans le cas ou un appui peut se déplacer ( par exemple
en C ), les actions de contact dans S2 sont différentes
p de celles de S1

A B p
A B
C

p
A B

Les actions de contact en A et B restent inchangées,


même si l'une d'elle correspond à un appui élastique
( ressort, flotteur,...).
Les tassements différentiels n'ont pas d'influence sur la
structure isostatique.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°71/93


Influence de la température. Dans le cas d'une structure hyperstatique, les variations
de température ∆T = T1 - To provoquent des
Au moment de la réalisation de l'ouvrage, à l'instant to, déformations parasites non négligeables et induisent des
la température est To actions mécaniques aux appuis et des sollicitations ( N
effort normal, V effort tranchant, M moment fléchissant )
le long de la structure. Ceux-ci sont à prendre en compte
dans les calculs des ouvrages lorsque la portée est
importante ou lorsque ∆T est grand.

L
A B

A l'instant t1, la température est T1 avec T1 >To

L +∆ L

L
A B B'

∆L

∆L = λL(T1 − T0 )

λ est le coefficient de dilatation thermique

pour l'acier λ =1,2 10-5 /°C


Dans une structure isostatique le déplacement engendré
par la déformation thermique peut s'effectuer tout à fait
librement.

Dans un système isostatique, si on modifie le matériau ( représenté principalement par son module d'Young ) ou sa
section droite ( représentée principalement par son aire, ses moments quadratiques, ), les déplacements diffèrent mais
par contre les sollicitations seront identiques donc invariantes.

Par contre, dans un système hyperstatique, la modification du matériau ou de la section droite engendre des
sollicitations et des déplacements différents.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°72/93


12. METHODES GRAPHIQUES

12.1. EXEMPLE D’APPLICATION


Pour des problèmes simples, ces méthodes se distinguent par leur simplicité et la rapidité de résolution d'où une certaine
efficacité.
r
On se propose de déterminer les actions de contact au niveau des liaisons A, B, C. F = 40kN .

Le poids propre de la structure est négligé.

D étant un encastrement, il existe en ce point un moment d’encastrement, avec les procédés usuels utilisés il ne nous
sera pas possible de déterminer graphiquement les actions de contact en ce point.

4.000 4.000 6.000

F
B C
2
3
8.000

A D
14.000
0

Pour l’analyse statique, il faut suivre la méthodologie indiquée sur la fiche synthèse. En statique graphique, le repère
global n’est pas nécessaire. Il faut repérer et nommer les différents solides, (ici, ils sont au nombre de 3) puis étudier la
stabilité de cette structure en déterminant son degré d’hyperstaticité. Si la structure complète ou une partie de celle-ci est un
système matériel dit ‘’déformable’’, il faut la modifier pour la rendre rigide, sinon la refuser.

Dans une structure, il faut, en premier lieu, isoler les solides soumis à 2 forces (notamment les barres bi-articulées de
poids propre négligé).

4.000 4.000 6.000 4.000 4.000 6.000

F F
B C B C
2 2
3 3
8.000

8.000

1 1

A D A D
14.000 14.000
0 0

structure hyperstatique de degré 2 structure hypostatique ou mécanisme , cette structure est dite
‘’déformable’’, elle est à proscrire en Génie Civil.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°73/93


12.2. THEOREMES FONDAMENTAUX
Nous allons énoncer 2 théorèmes importants pour la résolution de systèmes matériels rigides.

•Théorème pour un solide ou un système matériel rigide soumis à 2 forces.

•Théorème pour un solide ou un système matériel rigide soumis à 3 forces.

12.2.1. Théorème pour un solide ou un système matériel rigide soumis à 2 forces

Théorème pour un solide ou un système matériel rigide soumis à 2 forces.

Un solide soumis à l’action de 2 forces reste en équilibre si les 2 forces sont de même intensité (ou norme) et
directement opposées (directement opposées signifie même support et de sens contraires)

Le fait de dire : « reste en équilibre » signifie qu’initialement, avant l’application des 2 forces, le système
matériel rigide était déjà en équilibre par rapport au repère.

Autre forme moins intéressante pour le constructeur relative à un système matériel quelconque, rigide ou non :

Si un système matériel est en équilibre sous l’action de 2 forces, celles-ci sont nécessairement directement
opposées.

Cela signifie que pour un système matériel quelconque, cette condition est nécessaire mais pas suffisante.
r r
démonstration : Soit un solide S1 soumis à 2 forces F1 , F2
r r
Nous noterons le système d’actions ( S ) = (F , F ) . Appliquons le PFS
1
1 2

r r r r r r r
R( S 1 ) = 0 F1 + F2 = 0 ⇔ F1 = − F2 F2
r r r r r r r B
Mo ( S 1 ) = 0 M AF1 + M AF2 = 0
r r r
Nous choisissons le point A par exemple, or M AF1 = 0
r r r r
M AF2 = 0 cela implique que le bras de levier par rapport à A de la force F2 A
r
est nul. Autrement dit le support de F2 passe par A.

r r F1
F1 = − F2 support commun AB

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°74/93


solide AB en équilibre autre exemple de solide soumis à 2 forces en équilibre

F2
F2 B

F1 A A
F1

la forme de la poutre (ou solide) entre les articulations A et B


n’intervient pas

Application au problème étudié


Théorème pour un solide soumis à 2 forces.

Un solide soumis à l’action de 2 forces reste en équilibre si les 2


B 2/ 1 forces sont de même intensité (ou norme) et directement opposées.
B
Traduction mathématique:
r r
A0 / 1 = − B2 / 1
support commun AB

1 Pour chaque application, vous devez énoncer le théorème ainsi


que sa traduction mathématique.

A attention : ce théorème ne permet pas de préciser l’intensité et le


sens des 2 forces. Sur le schéma ci-contre, nous avons indiqué le
support sans préciser le sens qui est inconnu.
A0/1 Pour être en accord avec les usages mathématiques, pour une
détermination analytique, il est préférable de choisir un sens, par
hypothèse, (voir le chapitre concernant la représentation des
actions)

Par exemple :
r
B 2/1 Par hypothèse nous choisissons le sens de B2 / 1 de telle façon
B que la barre AB soit sollicitée en traction.

Théorème Un solide soumis à l’action de 2 forces reste en


équilibre si les 2 forces sont de même intensité et directement
opposées.
r r
1 Traduction mathématique: A 0/1 = − B 2/1 support commun AB

r
A Le théorème impose le sens de A0 / 1

A 0 /1

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°75/93


12.2.2. Théorème pour un solide ou un système matériel rigide soumis à 3 forces
Un solide ou un système matériel rigide soumis à l’action de 3 forces reste en équilibre si les 3 forces sont :

• coplanaires

• concourantes en un point I ou parallèles ou colinéaires

• leur résultante est nulle.

Le fait de dire : « reste en équilibre » signifie qu’initialement, avant l’application des actions, le système matériel
rigide était déjà en équilibre par rapport au repère.

Autre forme mois intéressante pour le constructeur :

si un système matériel est en équilibre sous l’action de 3 forces, celles-ci sont nécessairement :

• coplanaires

• concourantes en un point I ou parallèles ou colinéaires

• leur résultante est nulle. Cela signifie que pour un système matériel quelconque, ces 3 conditions sont
nécessaires mais pas suffisantes.

r r r
démonstration
Soit S1 un système matériel soumis à ( S ) = (F , F , F )
1
1 2 3

r r
F2 ∈ plan P2 F3 ∈ plan P3
r
Soit O un point du support de F1 Appliquons le PFS

r r r r r r r r r
F3 Mo ( S 1 ) = 0 MO F1 + MO F2 + MO F3 = 0
F2 r r r r r r r r
or MO F1 = 0 ⇒ MO F2 + MO F3 = 0
P3
O r r r r r r
⇔ MO F2 = − MO F3 or MO F2 est un vecteur orthogonal à
r r
P2 et MO F3 est un vecteur orthogonal à P3 , comme ces deux
P2 F1 vecteurs doivent être opposés, nous en déduisons que les plans
P2 et P3 sont confondus, nous noterons P ce plan. Deux cas
peuvent se produire

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°76/93


r r r r
1er cas : F2 , F3 se coupent en I 2ème cas : F2 , F3sont parallèles ou colinéaires, avec des
supports distincts ou identiques

I F3

F3
F2
F2

P F1
P F1

Appliquons l’autre équation du PFS


r r r r r r
R( S 1 ) = 0 ⇒ F1 + F2 + F3 = 0
r r r
⇔ F2 + F3 = − F1
r r r
notons F2 + F3 = F23
I r r r
Nous pouvons remplacer les 2 forces F2 , F3 par F23 passant
r r
par le point I intersection des supports des 2 forces F2 , F3

F3
F2
F2
F23

P F1
F3

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°77/93


r r r r r
F23 = − F1 avec F2 + F3 = F23

Nous pouvons utiliser le théorème précédent relatif à un système soumis à 2


forces. Ces 2 forces sont nécessairement directement opposées.
r r
F1 ∈ plan P et F1 passe par I

Autre raisonnement
I r r r r r
F23 = − F1 avec F2 + F3 = F23
r
F1 est un vecteur // au plan P
F23 r r r r r r r r r
MI (S1) = 0 M I F1 + M I F2 + M I F3 = 0
r r r r r
or d’après la définition du point I M I F2 + M I F3 = 0
r r r r r
d’où M I F1 = 0 F1 ∈ plan P et F1 passe par I

P F1

F3
I

F1
F3 F2
F2

F1
P P

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°78/93


12.2.3. Application au problème proposé

isolons le solide 2 ; barre BC


r r
B1 / 2 = − B2 / 1 le support est connu = AB

r r r
Les deux forces B1 / 2 , F concourent en I ce qui implique que le support de C3 / 2 passe par I
r r r r
Dans le plan des forces on traduit F + B1 / 2 + C 3 / 2 = 0

Attention la géométrie de la structure doit être représentée Soit le point O origine des forces, on choisit une
à l’échelle r
échelle des forces. On trace le vecteur connu F tel
que l’origine de ce vecteur soit confondue avec O .
r
I Puis passant par l’extrémité de F on trace le support
r
de l’une des 2 forces inconnues B1 / 2 par exemple,
r
puis par l’origine O le support de C 3 / 2 car la
résultante étant nulle, l’extrémité du dernier vecteur
tracé doit correspondre avec l’origine de premier
vecteur tracé.

Plan des forces


F O Origine
B C
C3 / 2
B 1/ 2 C 3/2
F

B 1/ 2

On en déduit les sens et les intensités des forces


r r
B1 / 2 et C3 / 2 .

Remarque : Dans le cas de 3 forces parallèles, il est préférable d’utiliser la méthode analytique.

Résoudre ce problème par la méthode analytique :


r
Déterminer les actions de contact au niveau des liaisons A, B, C, D. avec F = 40kN

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°79/93


12.2.4. Lorsque le système matériel étudié, ici le solide 2 de notre exemple, est soumis à 4
forces dont 2 de connues, il est possible d’utiliser le théorème précédent.
r
Pour cela, il faut remplacer les 2 forces connues par leur résultante générale F.
r r r r
F1 + F2 = F avec F passant par K.

F1 I
F
K
F2

F1 F
F2
B C B C
B 1/ 2 C 3/ 2 B 1/ 2

C 3/ 2

12.2.5. Autre cas particulier : le système étudié est soumis à 4 forces dont une parfaitement
connue, pour les 3 autres seul leur support est connu.

Soit le système suivant : Étude graphique: cas 1 : Q = 0 , F ≠ 0


a L-a On isole d'abord les barres bi-articulées:
1,4,3, puis on isole 2.
χ
F isolons le solide 2
La résultante est nulle:
B Q r r r r r
E4 / 2 + C 3 / 2 + B1 / 2 + F = 0
E 2 C r r r r
B1 / 2 + F = R1 avec R1 passe par I1
4 3 r r r r
E4 / 2 + C 3 / 2 = R2 avec R2 passe par I2
r r r
h R1 + R2 = 0
r r
1 R1 passe par I2 et R2 passe par I1
Nous pouvons déterminer l'ensemble
α β D des actions de contact.
A H

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°80/93


Géométrie de la structure à l'échelle: Plan des forces:
Pour la résolution graphique il faut connaître
r
F = 40kN
R1 I1

B
E 2

E 4/2
C3/2
B 1/2

I2
R2
Autres exercices:

r
•exercice 1 : Détermination graphique dans le cas 2 :F = 0 , Q ≠ 0 Q = 20kN

•exercice 2 Détermination analytique: résolution littérale

cas 1 : F ≠ 0 , Q = 0

cas 2 : F = 0 , Q ≠ 0

cas 3 : F ≠ 0 , Q ≠ 0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°81/93


13. NOTIONS SUR LE FROTTEMENT

Dans les études précédentes, nous avons considéré les liaisons parfaites. En pratique, la réalité est plus complexe.
Nous allons ici traiter le cas des liaisons mettant en jeu des surfaces de contact. Les lois sur le frottement découlent de
l’expérimentation de Coulomb et Morin.

13.1. DEFINITIONS
Si deux surfaces en contact se déplacent ou glissent l’une par rapport à l’autre, on dit qu’il y a frottement.

Lorsque ces deux surfaces tendent à glisser mais ne se déplacent pas, on dit qu’il y a adhérence.

13.2. MISE EN EVIDENCE EXPERIMENTALEMENT. ETUDIONS L’EQUILIBRE D’UN


SOLIDE EN FORME DE PARALLELEPIPEDE RECTANGLE NOTE SOLIDE 1 ET
POSE SUR UN PLAN INCLINABLE

Nous allons faire varier l’angle α

instable

état limite
de stabilité

P1
stable
P1
P1

α > ϕadhé
G 1
ϕadhé
α <ϕadhé A P1 B
0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°82/93


13.2.1. Cas du plan horizontal état1
schéma du système Isolement du solide 1 (parallélépipède rectangle) et
inventaire des actions.

Compléter le schéma ci-dessous

G
1 G
A B 1

r r
Le solide 1 est soumis à 2 forces, dont le poids propre noté P1 = m1 g . La liaison entre le parallélépipède rectangle et le
plan est du type contact plan. L’équilibre du solide 1 nous permet de déterminer le torseur de l’action du plan 0 sur le solide
1. On utilise le théorème relatif à un corps soumis à 2 forces.

r
⎧ − P1 ⎫
I
{Γ0 / 1}= ⎨ r ⎬
I⎩
0 ⎭

La résultante est orthogonale au plan de contact, la liaison se comporte comme un contact du type parfait. le point
d’application I correspond à l’intersection du support du poids propre du solide 1 avec le plan de contact.

13.2.2. Cas du plan incliné d’un angle α sur l’horizontale


On constate que : α < ϕ adhé le solide reste en équilibre

α > ϕ adhé le solide glisse sur le plan incliné

Il existe un angle particulier noté ϕ adhé correspondant à l’équilibre limite

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°83/93


r r r
(
13.2.2.1.cas α < ϕ adhé , on isole 1, inventaire des actions P1 = m1 g , R0 / 1 )

schéma du système Isolement du solide 1 (parallélépipède rectangle) et


inventaire des actions

P1

P1

Compléter le schéma ci-dessus

r r
Appliquons le PFS c’est à dire ici le théorème relatif à un corps soumis à 2 forces, R0 / 1 = − P1 support commun

r
R0 / 1 n’est plus orthogonale au plan tangent de contact, si on décompose cette force suivant une composante
appartenant au plan de contact et une composante orthogonale au plan de contact, on remarque que la composante
tangentielle est opposée au sens de déplacement possible. Cette force est qualifiée de force d’adhérence. Le point
d’application I ne coïncide plus avec le centre de gravité de la surface de contact (rectangle), ce point se déplace lorsque α
r
varie. Ce point I est l’intersection de P1 avec la surface de contact.

r
⎧ − P1 ⎫
Le torseur de l’action du plan 0 sur le solide 1 se réduit à I
{Γ 0 / 1}= ⎨ r ⎬
I⎩
0 ⎭

R0/1
1 N0/1
ϕG
B
I
A I
T0/1
P1

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°84/93


13.2.2.2.cas α = ϕ adhé , c’est l’équilibre limite
r r r
on isole 1, inventaire des actions (P1 = m1 g , R0 / 1 )

R0/ 1

P1
ϕadhé I

P1

13.2.2.3.cas α > ϕ adhé , le solide 1 est en mouvement

P1
P1

α
r
Lorsque α > ϕ adhé , R0 / 1 est situé sur le cône de frottement de demi angle au sommet noté ϕ et ne bouge
r r r
pas de cette position. On remarque alors que R0 / 1 + P1 ≠ 0 le solide 1 est en mouvement, il y a frottement entre
1 et 0.

On constate que l’angle ϕ est légèrement inférieur à ϕ adhé ϕ < ϕ adhé . L’angle ϕ est nommé angle de
frottement.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°85/93


13.3. AUTRE EXPERIENCE : SOIT LE MEME SOLIDE r POSE SUR UN PLAN
HORIZONTAL ET SOUMIS A UNE FORCE F D’INTENSITE VARIABLE. ON
r
CONSTATE QU’IL EXISTE UNE VALEUR LIMITE Fl , TELLE QUE SI F < Fl ALORS
LE SOLIDE 1 EST EN EQUILIBRE, ET SI F > Fl LE SOLIDE EST EN MOUVEMENT

P1 G 1
A B
0
En appliquant le théorème relatif à un solide soumis à 3 forces, on demande d’étudier les 3 états suivants. En déduire
r
l’action de contact R0 / 1 ainsi que son point d’application I.

F < Fl
F

P1 G 1
A B
0

F = Fl
F = FL

P1 G 1
A B
0

F > Fl Fl = P1 .tan ϕ adhé


F

P1 G 1
A B
0

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°86/93


T
Fl=P1 tan(ϕ adhé)
P1 tanϕ
F
N=P1 T N
P1

adhérence frottement F
13.4. LOI DU FROTTEMENT DITE DE COULOMB
• ϕ est appelé angle de frottement, cet angle ne dépend que de la nature des matériaux en contact, de la rugosité des
surfaces de contact (lisse, rugueux) et de l’état des surfaces de contact (sèche, lubrifiée,...). Lorsque les matériaux en
contact sont identiques, ϕ est appelé angle de frottement interne.

•En première approximation, on peut admettre que ϕ est indépendant de la pression de contact, de la forme des
surfaces de contact, de l’aire des surfaces de contact, de la vitesse de glissement.

•µ = tan ϕ est appelé coefficient de frottement

•Valeurs du coefficient de frottement µ = tan ϕ et du coefficient d’adhérence tan ϕ adhé pour différents matériaux

Adhérence frottement

matériaux état des surfaces de contact état des surfaces de contact


à sec lubrifié à sec lubrifié
bois bois 0.65 0.2 0.4 à 0.7 0.16 à 0.04
acier acier 0.18 0.12 0.15 0.09
acier fonte 0.19 0.1 surfaces sèches 0.16 surfaces graissées 0.08 à
0.04
acier bronze 0.11 0.1 0.1 0.09
Téflon acier 0.04 0.04
béton acier 0.4
pneu chaussée 0.8 route sèche 0.6 à 0.7 route mouillée 0.35 à 0.60 route verglacée 0.1
métaux bois 0.6 à 0.5 0.1 0.5 à 0.2 0.08 à 0.02
métal glace 0.02

13.5. CONCLUSION
•A l’équilibre, la résultante des actions de contact est située à l’intérieur du cône d’adhérence, dirigée vers la
matière, sa composante tangentielle sur le plan de glissement s’oppose au mouvement.

•Le point d’application I doit appartenir à la surface de contact, sinon il y a basculement.

•A l’équilibre limite, la résultante est située sur le cône d’adhérence.

•Si le solide est en mouvement, la résultante est située sur le cône de frottement.

•A l’équilibre, la résultante ne peut sortir du cône d’adhérence.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°87/93


14. FICHE SYNTHESE

METHODOLOGIE A SUIVRE LORS D'UNE ANALYSE STATIQUE D'UNE


STRUCTURE PLANE.
1. Définir l’objectif du problème

Par exemple : déterminer les actions de contact au niveau des appuis ou dans les liaisons internes entre les différents
solides, dans le but de tracer les diagrammes des sollicitations dans la structure ou bien de dimensionner les fondations,
l’assemblage au niveau des appuis, les assemblages internes...

2. Choisir le repère global

o
Z X

Repère Global

Ce repère est indispensable lors d’une résolution analytique. L’origine peut être prise quelconque, le choix consiste à
définir la direction de l’axe des Y, généralement les forces étant verticales, on a tout intérêt à utiliser celui représenté ci-
dessus.

3. Repérer les solides constituant la structure en les nommant, 0 , 1 , 2 , 3 , 4 ,..., i ,..., n .

0 est réservé au milieu extérieur non étudié. Lorsque trois barres au moins ( ou solides ) sont articulées sur un nœud,
pour éviter des difficultés au niveau de la désignation indicielle, il est préférable de considérer ce nœud comme un solide et
l'isoler si nécessaire.

3
Le nœud est considéré comme un solide et à ce titre porte un
numéro.

1 2 4

4. Préciser les hypothèses concernant la nature des liaisons

En génie civil, les liaisons communes utilisées sont au nombre de 3 et il faut les connaître parfaitement. On distingue :
l’appui simple, l’articulation ou liaison pivot, l’encastrement.

5. Étudier la stabilité de la structure en déterminant son degré d'hyperstaticité L.

Il faut représenter la structure en distinguant les barres des nœuds.


Si L < 0 , la structure étant instable, elle est soit à rejeter, soit à modifier.
Si L > 0 , la structure étant hyperstatique, il faut faire appel aux méthodes de la R. des M.
Si L = 0 , la structure est isostatique ( les équations de la statique suffisent pour déterminer les actions de contact ).

6. Choisir le solide ( ou l'ensemble des solides ) que l'on doit isoler, en le délimitant, ainsi que l'ordre
d'isolement, et ceci avant tout calcul. Pour chacun des isolements, il suffit de faire l'inventaire des inconnues, ce nombre
devant être inférieur ou égal à 3 pour avaliser ce choix. D'une manière générale, d'abord isoler les solides bi-articulés (
solides soumis à deux forces ). On doit alors se poser la question : la résolution est-elle possible à partir des éléments
calculés du bilan précédent ? Si ce n’est pas le cas, il faut déterminer d’autres éléments en isolant d’autres solides et en
utilisant le théorème des actions mutuelles.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°88/93


7. Isoler: c'est extraire et représenter le schéma mécanique complet pour chacun des solides (ou ensemble
de solides) isolés. Pour faire un inventaire complet des actions de contact, on doit toujours se poser la question suivante
"Quels sont les éléments qui étaient précédemment liés au solide isolé et que je n'ai pas représentés sur ce schéma?" Il faut
toujours respecter la règle fondamentale suivante: sur le solide isolé, au niveau des points de liaison des éléments
éliminés, il faut remplacer ceux-ci par leur action, compte tenu du type de liaison.

On distinguera:

• les actions connues ( données ou issues d'un calcul précédent ), si vous connaissez les valeurs numériques,
remplacez les valeurs littérales par celles-ci, sauf si l'énoncé exige de résoudre uniquement avec les valeurs
littérales avec généralement en fin d’énoncé, l'application numérique.

• les actions à distance ( le poids propre pour ce qui nous concerne ) lorsque le poids propre est négligé, il faut
l’indiquer comme hypothèse simplificatrice.

• les actions de liaison, j'attire votre attention sur la nécessité d'indiquer par le moyen d'indices l'action du
solide enlevé sur le solide isolé.

P
p P p

représentation à éviter

attention ! il est possible de remplacer une charge répartie par sa résultante générale, mais uniquement après avoir isolé
la partie de structure sur laquelle elle s’exerce.

Remarque : Parfois, il est possible , compte tenu de la symétrie, de ramener un problème spatial à un problème plan.

8. Déterminer les composantes des forces.

On doit écrire les coordonnées (composantes) des forces sur une même ligne

r ⎛ X1 ⎞ r ⎧ 0 ⎫ ⎧ 0 ⎫
F1 ⎜ ⎟ ; P ⎨ ⎬ = ⎨ ⎬ avec P, p, l paramètres positifs
⎝ Y1 ⎠ ⎩− P ⎭ ⎩− pl ⎭

X1 , Y1 sont des composantes donc des valeurs algébriques dont le signe nous est inconnu, le signe est implicitement
compris dans l'écriture X1 ou Y1 . Pour le faire apparaître (le visualiser) il faut connaître l'expression littérale ou numérique
par exemple − P = − pl .

7. Appliquer le Principe Fondamental de la Statique. ( P.F.S. ) pour chacun des systèmes isolés.

Analytiquement, cela se traduit par l'écriture de 3 équations algébriques. Le principe de superposition ainsi que
théorème des actions mutuelles peuvent s'avérer d'une grande utilité.

Pour l’écriture de l’équation des moments, le choix du point de calcul est important. Pour chaque détermination de
moment, il faut procéder par ordre : le signe, l’intensité de la force, le bras de levier.

8. Faire un schéma complet de la structure. (cotation,...)

Schéma des solutions avec les valeurs littérales ou numériques précédemment déterminées. Sur ce
schéma doivent figurer les charges réparties et non leurs résultantes, car ce schéma va nous servir pour le
tracé des diagrammes des sollicitations. Rapidement, vérifier que les forces s’équilibrent.

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°89/93


15. DEGRE D’HYPERSTATICITE : AUTRE METHODE DE DETERMINATION

On découpe la structure en solides élémentaires, barres et nœuds. La représentation est identique à celle
que nous utilisons. Les nœuds liés au milieu extérieur n’ont pas à être révélés.

soit ( b + n) le nombre de solides

e le nombre d’encastrements
a le nombre d’articulations
p le nombre d’appuis simples

la statique fournit 3.( b + n) équations

le choix de la décomposition génère (3e + 2a + p) inconnues


( )
On appelle degré d’hyperstaticité L = 3e + 2a + p − 3( b + n)

Remarque au lieu de décomposer en nœuds et barres, on peut décomposer en barres uniquement.


Cependant le schéma ne doit pas faire apparaître les nœuds.

b=4

e=5

a=1

p=0

L=5

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°90/93


Méthode de vérification de l'isostatisme :

On décompose la structure en barres (droites, brisées c-a-d composées de tronçons droits ou courbes) non interceptés par
d’autres barres.
On pose :
• B = nombre de barres ou solides constituant le système matériel.

Nombre de liaisons intérieures au système matériel « ensemble » à l’exclusion des liaisons avec le milieu extérieur
• P = nombre d'appuis simples (ponctuel)
• A = nombre d'articulations
• E = nombre d'encastrements

et
• I = nombre total d'inconnues de liaisons sur chaque barre ou solide constituant le système matériel les
liaisons avec le milieu extérieur doivent être considérées

Pour déterminer le degré d’hyperstaticité : L= I- (3.B + 3.E + 2.A + P)


3.B représente le nombre d’équations déduites du PFS
PFS appliqué à chaque barre ou solide
+ 3.E + 2.A + P représente le nombre d’équations déduites du Principe des actions mutuelles
PAM appliqué à chaque liaison intérieure
3.B + 3.E + 2.A + P = nombre d'équations fournies par la statique

Pour que le système matériel soit isostatique il faut que L=0 :

La condition nécessaire « d'isostatisme » est vérifiée pour le système matériel si:


nb. inconnues = nb. équations de la statique

Exemples :

Rappel : l'isostatisme est indépendant des forces appliquées

B=1
A BB E=0 L=2-3=-1
A=0 C’est un mécanisme (structure hypostatique)
P=0 À rejeter
I =2

B=1
A B E=0 L=3-3=0
A=0 C’est une structure isostatique
P=0
I =3

B=1
A B E=0 L=4-3=1
A=0 C’est une structure hyperstatique de degré 1
P=0
I =4

B=2
A C B E=0 L=8-8=0
A=1 C’est une structure isostatique
P=0
I =8

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°91/93


C B

B=1 L=4-3=1
E=0 Hyperstatique de degré 1
A=0
P=0
I=4
A

C B

B=2
E=0
A=1 L=8-8=3
P=0 isostatique
I=8

B C

B=1
E=0
A=0 L=6-3=3
P=0 Hyperstatique de degré 3
I=6

A D

C D
C D

B=6 4 barres et 2 noeuds


B' E' E=6
E
E B A=0 L=42-36=6
B P=0 Hyperstatique de degré 6
I = 42
A F
A F

Lorsqu'une barre est continue sur une liaison


intérieure, on introduit une barre fictive
supplémentaire au niveau de cette liaison.

B=2
E=2
A=0 2 barres
B E P=0
I = 18 L=18-12=6
Hyperstatique de degré 6

A F

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°92/93


A B
C D

E F

Avec 2 barres fictives


A C D B
B=7
E=6
C' D' A=4 L=52-47=5
P=0 Hyperstatique de degré 5
E F I = 52

A B B=3
C D E=2
A=0 L=20-15=5
P=0 Hyperstatique de degré 5
E F I = 20

C D
A La structure est constituée de 3 barres .
B=3
B E=0 Le nombre de liaisons intérieures: 2 articulations en C,
A=2 D.
C D P=0
A I = 13 L’articulation de la barre CB sur le nœud B et
l’articulation de la barre DB sur le nœud B sont des
B liaisons extérieures
I= 2.4+2.2+1=13
L=13-13=0 isostatique

- Statique - LT « le Garros » AUCH Ch. ALBOUY, B. CABROL,G. JOLLY Page n°93/93


4 Mécanique II- Mécanique des Structures

1.TD1 :POUTRES A APPUIS MULTIPLES ET SYSTEMES


HYPERSTATIQUES :EFFICACITE DES METHODES ENERGETIQUES

Exercice A :MODELE DE P0NT :


Incidence d’une dénivellation d’appui accidentelle (Poutre continue élastique sous 3 appuis)

On se propose d’étudier l’incidence d’une dénivellation d’appui accidentelle sur un pont. La


structure est modélisée par la poutre droite de la figure ci-dessus.

Partie 1
La poutre droite AB étudiée a pour longueur 2L. Elle est placée selon l’axe Ox d’un repère
cartésien orthonormé : les abscisses A et B ont respectivement pour abscisse : x A = !L , x B = L .
L’appui intermédiaire C a pour abscisse x C = "L avec 0 ! " ! 1 . La section de cette poutre est
constante et admet le plan Oxy comme plan de symétrie. Le chargement actif est représenté
par une densité linéique de force f (x ) = !pey , p > 0 . Les appuis A, B et C sont simples,
unilatéraux, n’exerçant donc en ces points que des réactions que l’on notera R A = R A e y ,
R B = R B e y , R C = Ye y avec R A ! 0, R B ! 0, Y ! 0 .

1.1. Déterminer les valeurs des réactions d’appui en fonction de p et de la réaction Y d’appui
en C. Préciser le domaine de variation de l’inconnue hyperstatique Y par les conditions de
liaison du problème.
1.2. Donner en fonction de p et Y l’expression de toutes les distributions de torseurs d’efforts
intérieurs.
Partie 2
On suppose l’appui intermédiaire C situé en O (α=0). On désigne par I le moment d’inertie de
la section constante de cette poutre par rapport à son axe principal d’inertie e z . Le matériau
constitutif est homogène, isotrope, linéairement élastique, de module d’Young E.
2.1. On suppose les 3 appuis situés au même niveau à la cote y=0. Déterminer la valeur de
réactions d’appuis et la distribution de torseurs d’efforts intérieurs par la méthode de
Castigliano.
2.2. On suppose l’appui en C légèrement dénivelé vers le bas : sa cote est v<0 ( v << L ). Cet
appui n’est donc pas au contact de la poutre dans son état initial non chargé. Déterminer, en
fonction de v, la valeur de réactions d’appuis et la distribution de torseurs d’efforts intérieurs.
2.3. Avec des valeurs significatives pour un tablier de pont : E=4.104 MPa, I=6 m4, L=30 m,
p=2.105 N/m, déterminer la valeur du tassement v tel que l’appui C ne soit plus au contact de
la poutre dans son état chargé.
Travaux dirigés 5

Exercice B : TOITURE DU STADE DE FRANCE


Etude simplifiée de l’action des haubans

La toiture du stade de France est un élément architectural majeur de l’ouvrage.


Dans l’esprit des architectes concepteurs, il s’agissait d’un disque plat, transpercé de fins
javelots ou aiguilles.

Cette toiture est en fait une structure métallique ovale portée


par dix huit poteaux verticaux, répartis assez régulièrement
sur l’extérieur de l’arène au moyen de 4 nappes de haubans
en étoile et contrebalancée par des tirants verticaux sur sa
périphérie extérieur.
6 Mécanique II- Mécanique des Structures

Nous allons étudier une modélisation simplifiée du toit, assimilé à une poutre, et du hauban .
La poutre AB est de section constante (moment d’inertie I). Le module d’Young est constant
égal à E. L’appui A est fixe avec encastrement, l’extrémité B est reliée à un câble (de module
d’Young E) attaché à son autre extrémité en D. Le chargement actif est constitué de la charge
verticale descendante de densité linéique p. Soit S la section de la poutre et s la section du
câble, l’angle entre la poutre et le câble est de 30 degrés.

1. Déterminer les variations du moment de flexion M, de


l'effort normal N et de l’effort tranchant T le long de la poutre.
2. En utilisant le théorème de Castigliano, déterminer la
tension du câble.
3. Donner la flèche au point B.
Travaux dirigés 13

CORRIGES

1.TD1 :POUTRES A APPUIS MULTIPLES ET SYSTEMES


HYPERSTATIQUES :EFFICACITE DES METHODES ENERGETIQUES

EXERCICE A

#R A + R B + Y % 2Lp = 0 #R A = pL % Y (1 % $ ) 2
1.1. Equilibre : " &"
!2LR B + (1 + $ )LY % 2L p = 0
2
!R B = pL % Y (1 + $ ) 2

Domaine de variation de Y : avec R A ! 0 , R B ! 0 et Y ! 0 on obtient 0 " Y " 2pL (1 + ! ) (la valeur

2pL (1 + ! ) correspond au cas isostatique avec liaison en B rompue).

$ dN
! dx = 0
! $ N ( % L) = 0 $ N ( L) = 0
!! dV ! !
1.2. Equations de la statique : # %p=0 avec #V(% L ) = %R A et #V(L ) = R B
! dx !M(% L ) = 0 !M(L ) = 0
! " "
! dM + V = 0
"! dx

$ $
! N(x )= 0 ! N(x )= 0
! !
& L ( x ( %L # V(x ) = px + Y(1 & % ) 2 (x ' %L ) %L ( x ( L # V(x ) = px & Y(1 + % ) 2 (x ' %L )
! p(L2 & x 2 ) 1& % ! p(L2 & x 2 ) 1+ %
!M(x ) = & Y(L + x ) !M(x ) = & Y(L & x )
" 2 2 " 2 2

( ) ( )
$!V (%L )+ & V (%L )& + Y = 0
On vérifie que l’on a bien #
( ) ( )
!"M (%L )+ = M (%L )&
14 Mécanique II- Mécanique des Structures

2.1. On a maintenant : R A = R B = pL ! Y 2

$ $
! N(x )= 0 ! N(x )= 0
! !
% L & x & 0 # V(x ) = px + Y 2 0 & x & L # V(x ) = px % Y 2
! (L2 % x 2 ) % Y L + x ! (L2 % x 2 ) % Y (L % x )
!M(x ) = p !M(x ) = p
" 2 2 " 2 2

Résolution par Castigliano

L 0 2 L 2
M2 1 ' p 2 Y $ 1 'p 2 Y $
W= ! = % ( (L ( x 2 )( (L + x )" dx +
! % (L ( x 2 )( (L ( x )" dx
!
(L
2EI 2EI ( L& 2 2 # 2EI 0 & 2 2 #

#W 5pL4 YL3
=0"! + =0
#Y 24EI 6EI

D’où Y = 5pL 4 et R A = R B = 3pL 8 et le torseur des efforts intérieurs d’après les expressions ci-dessus.

2.2. Si la liaison est établie en C entre la poutre et l’appui intermédiaire dénivelé, la valeur Y de la réaction
d’appui est telle que, en considérant la poutre AB appuyée en A et B seulement soumise au chargement constitué
de la densité linéique uniforme !pe y et d’une force Ye y appliquée en O, le déplacement ! y (0) du point O est

égal à la cote v de l’appui ; ! y (0 ) = v .

#W
= " y (0 ) = v ! Y = 5pL 4 + 6EIv L3
#Y

Le résultat n’est valable que si le contact est effectivement établi en C : 0 ! Y ! 2pL d’où la

condition : v " !5pL4 24EI .

On obtient les réactions d’appui et le torseur des efforts intérieurs d’après les expressions ci-dessus.

Pour v < !5pL4 24EI , la liaison ne s’établit pas et les réactions d’appui et le torseur des efforts intérieurs sont

déterminés dans la poutre isostatique AB (même expressions avec Y=0) :

R A = R B = pl et N(x )= 0 , V(x ) = px , M(x ) = p


(L2 " x 2 ) (" L ! x ! L )
2

2.3. On trouve qu’il suffit d’un tassement de 14 cm pour annuler la réaction au droit de l’appui C.

EXERCICE B

Dans tout l’exercice on considère le système {poutre + cable}

1. On a 3 équations d’équilibre et 4 inconnues de liaisons. Le système est donc hyperstatique


de degré 1.

Cable :
On note R la tension du cable et on choisit de prendre R comme inconnue hyperstatique.
Travaux dirigés 15

Equations de la statique
dN
=0 => R = constante
ds
Eléments de réductions du cable
N=R
M=0
T=0

Poutre :
dN
=0
dx
dT
!p = 0
dx
dM
+T =0
dx

avec comme conditions aux limites au point B :


3
N(L ) = !R
2
R
T(L ) =
2
M(L ) = 0
On obtient comme éléments de réductionde la poutre :
3
N( x ) = !R
2
R
T( x ) = p( x ! L ) +
2
p R
M( x ) = ! ( x ! L) 2 ! ( x ! L)
2 2

2. Détermination de l’inconnue hyperstatique R par le théorème de Castigliano


!W total !Wcable !Wpoutre
= + =0
!R !R !R
2L
3
"Wcable R 2RL 2L
= ! dx = l cable =
"R Es 3Es 3
0

"Wpoutre L L
1 "N 1 "M
= N ! dx + M dx
!
"R ES "R EI "R
0 0
L L
)W 1 3 1 'p 3 R 2$ 3RL pL4 RL3
= ! Rdx + & ( x ( L ) + ( x ( L ) #dx =
! ! +
)R ES 4 EI % 4 4 " 4ES 16EI 12EI
0 0

!W
=0
!R
16 Mécanique II- Mécanique des Structures

pL3
'R= 16I
& 2 3 L2 #
$ + + !
$% 3s 4S 12I !"

3. Détermination de la flèche au point B en utilisant le théorème de Bertrand de Fontviolant.

On considère comme système auxiliaire le système isostatique suivant

Soit N’, T’, M’ les éléments de réduction de la poutre auxiliaire


N’ = 0
T’ = F
M’ = F(L-x)

Théorème de BdF
L L
r r N M
Fy.u B y = ! N' dx +! M' dx
ES EI
0 0

L
1 ( p 2 R %
Fu B = '" ( x " L ) " ( x " L )$F(L " x )dx
!
EI & 2 2 #
0

pL4 RL3
u=! +
8EI 6EI

Vous aimerez peut-être aussi