Vous êtes sur la page 1sur 77

EVALUATION ENVIRONNEMENTALE D’UNE UNITE DE PRODUCTION DE

SOLUTIONS NUTRITIONNELLES AU BURKINA FASO

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU


MASTER EN INGENIERIE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT
OPTION ENVIRONNEMENT

Présenté et soutenu publiquement le 10 Juin 2011 par

Omar COULIBALY

Travaux dirigés par : Marcelin KOUAKOU


Ingénieur de recherche

UTER ŔGVEA
Jury d’évaluation du stage :

Président : Corentin SOME

Membres et correcteurs : Sévère FOSSI

Elodie HANFF
Marcelin KOUAKOU

Promotion [2010/2011]
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

CITATION

Il ne tombe pas une feuille sans que sa chute n'affecte le monde .

Francis Thomson

ii
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

DEDICACE

A mon défunt oncle, Brahima COULIBALY, très tôt


arraché à notre affection sans voir le fruit de l’arbre
qu’il a arrosé; puisse ce travail honorer ta mémoire.
« Repose dans la paix d’Allah ».

Mon père Bamori COULIBALY qui s’est toujours


saigné pour m’assurer une bonne éducation. PAPA,
ce travail est le fruit de tes sacrifices.

A ma chère mère Awa COULIBALY/DIAO, pour son


soutien et les prières qu’elle ne cesse de faire pour
moi. Merci MAMAN

A mes frères et sœurs, puisse ce travail vous


montrer la voie.

iii
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

REMERCIEMENTS

Un travail de mémoire ne saurait être l’aboutissement du seul travail personnel et individuel,


mais le fruit de nombreuses collaborations et partages. Je saisi l’opportunité pour remercier
tous ceux qui ont contribué à la conduite du présent mémoire :

Mon maître de mémoire Monsieur Marcelin KOUAKOU ingénieur de recherche,


assistant du chef de l’UTER GVEA du 2iE pour son encadrement et ses précieux
conseils et suggestions.
Mademoiselle Elodie Hanff enseignant chercheur au 2iE en service à la DIME pour
son implication et son soutien.
Monsieur Abdoulaye DIARRA enseignant au 2iE pour le grand intérêt accordé au
présent travail, sa disponibilité et ses conseils.
Monsieur Luis GOROSTIZA architecte du 2iE pour sa disponibilité et son
enthousiasme.
Mes collègues de stage : HEMA Cesaire, ONADJA Léandre, ZE KAMESSALA
Bertrand pour la bonne collaboration ; nous formions une équipe.
Tous mes enseignants du 2iE depuis le master 1, ce travail est aussi d’une certaine
manière l’application de tous les enseignements reçus.
La promotion 2011 M2 Environnement pour tous les moments que nous avons passé
ensemble durant les deux années. J’espère que j’ai été un bon délégué pour vous.
Tous ceux qui m’ont accordés quelques minutes de leur temps pendant mes travaux de
terrains.
Tous ceux qui d’une certaine manière ont contribué à ce présent mémoire

iv
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

RESUME
Le présent projet s’intéresse à l’implantation d’une unité de production de solutions
nutritionnelles au Burkina Faso. Ce projet classé dans la catégorie B ne nécessite pas une
évaluation environnementale d’un point de vue réglementaire. Certes, la présente étude revêt
une volonté des différentes parties prenantes à accorder une place importante aux
considérations environnementales ; cela dans l’ambition d’être un modèle en matière de
Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). La construction de l’unité de production
suivant la norme Haute Qualité Environnementale (HQE) traduit cette volonté.

Une méthodologie basée sur des observations de terrain, des entretiens et enquêtes couronnés
par une analyse multicritère a permis de choisir les Blocs de Latérite Taillée et les tuiles en
Terre Cuite comme matériaux de construction.

L’étude d’impact environnemental montre que le projet ne présente pas d’impacts négatifs
majeurs, aussi bien pendant la phase de construction que pendant la phase d’exploitation. Les
impacts socioéconomiques sont plus positifs que négatifs. Pour atténuer ces impacts négatifs
et renforcer les impacts positifs, des mesures ont été proposées à travers les plans de gestion
environnementale et sociale. Les risques tels que les incendies et les accidents de travail, ont
été décelés dans le projet ; des mesures de gestion proposées visent à atténuer ces risques. Le
projet, vu les grands impacts positifs qu’il présente mérite d’être réalisé.

Mots clés :

1. Evaluation environnementale
2. Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)
3. Haute qualité environnementale (HQE)
4. Impacts

v
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

ABSTRACT

This project involves the installation of a production plant for nutrition solutions in Burkina
Faso. This project classified in category B does not require an environmental assessment from
a regulatory viewpoint. Indeed, this study stems from the stakeholders willingness to give
prominence to environmental considerations, with the ambition to be a model for Corporate
Social Responsibility (CSR).The construction of the production unit in conformity with the
High Environmental Quality (HQE) reflects this commitment.

A methodology based on field observations, interviews and surveys crowned by a multi-


criteria analysis has helped to choose the Carved Lateritic blocks and clay tiles as building
materials.
The EIS shows that the project has no major negative impacts both during the construction
phase and during the operational phase. Socioeconomic impacts are more positive than
negative. To mitigate these negative impacts and enhance the positive ones, measures have
been proposed through environmental and social management plans.
Risks such as fires and accidents were detected in the project and management measures are
proposed to mitigate them. The project owing to the major positive impacts it involves
deserves to be realized.

Keywords:

Corporate Social Responsibility (CSR)

Environmental assessment

High Environmental Quality (HQE)

Impacts

vi
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

LISTE DES ABREVIATIONS

2iE: Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement

ADEME : Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie

BLT : Bloc de latérite taillé

BTC : Brique en terre comprimée

CSPS : Centre social pour la promotion de la santé

DI : Déchet inerte

DIB : Déchet industriel banal

EES : Evaluation environnemental et stratégique

EIES : Etude d’impact environnemental et social

HQE: Haute qualité environnementale

MAHRH: Ministère de l’Agriculture de l’Hydraulique et des ressources Halieutiques

MAM: Malnutrition Aiguë Modérée

MAS: Malnutrition Aiguë Sévère

MEDD: Ministère de l’Environnement et du Développement Durable

NIE: Notice d’Impact Environnemental

PGES : Plan de Gestion Environnemental et Social

RSE : Responsabilité Sociétale des Entreprises

RUF: Ready to Use Food

TMV: Tuile en Mortier Vibré

TTC : Tuile en terre cuite

vii
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
SOMMAIRE

DEDICACES ........................................................................................................................ iii


REMERCIEMENTS ............................................................................................................... iv
RESUME ................................................................................................................................ v
ABSTRACT ............................................................................................................................ vi
LISTE DES ABREVIATIONS ................................................................................................ vii
SOMMAIRE ...........................................................................................................................1
LISTE DES TABLEAUX .........................................................................................................3
LISTE DES ILLUSTRATIONS ................................................................................................4
I. INTRODUCTION ............................................................................................................5
II. CADRE JURIDIQUE DE L’EIES AU BURKINA FASO ..................................................6
1. Cadre législatif et réglementaire ..................................................................................6
1.1 Code de l’environnement ......................................................................................6
1.2 Décret d’application de l’étude et de la notice d’impact ........................................7
1.3 Réorganisation agraire et foncière ........................................................................8
2. Cadre institutionnel .....................................................................................................9
III. DESCRIPTION DU PROJET ..................................................................................... 10
1. Contexte et présentation des acteurs du projet .......................................................... 10
2. Description des phases du projet ................................................................................ 10
3. Présentation des variantes du projet de construction ................................................. 12
3.1 Matériaux pour la construction des murs et cloison ................................................. 12
3.2 Matériaux pour la toiture......................................................................................... 13
4. Présentation des cibles de la norme HQE .................................................................. 13
IV. MATERIELS ET METHODOLOGIE..........................................................................16
1. Milieu d’étude : Localisation géographique du site du projet .................................... 16
2. Démarche méthodologique ........................................................................................ 17
2.1 Les entretiens...........................................................................................................17
2.2 Les visites de site ................................................................................................ 17
2.3 Les enquêtes ....................................................................................................... 17
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2.4 Traitement des données ....................................................................................... 18


2.5 Analyse multicritère ................................................................................................. 18
2.6 Analyse de la zone d’influence ................................................................................. 21
2.7 Démarche d’identification des impacts .................................................................... 21
2.8 Démarche d’évaluation des impacts......................................................................... 22
2.9 Détermination évaluation et gestion des risques ...................................................... 23
2.10 Démarches pour la proposition de mesures d’atténuation ......................................24
V. RESULTATS.................................................................................................................. 25
1. Analyse de la zone d’influence immédiate et indirecte du projet ................................. 25
1.1 Milieu physique et biologique ............................................................................. 25
1.2 Environnement humain et socio-économique ........................................................... 25
2. Choix des variantes .................................................................................................... 26
2.1 Matériaux pour murs et cloison...........................................................................26
2.2 Matériaux pour Toiture ....................................................................................... 32
3 Identification des impacts dus au projet de construction de l’unité de production ......34
3.1 Impacts lors de la construction ................................................................................ 34
3.2 Impacts lors du fonctionnement de l’unité de production ......................................... 36
4 Description et évaluation des impacts ........................................................................ 38
4.1 Phase de construction .............................................................................................. 38
4.2 Phase d’exploitation de l’unité de production ..................................................... 43
5 Détermination des mesures d’atténuation et de compensation .................................... 48
5.1 Mesures pendant la phase de construction ............................................................... 48
5.2 Mesures d’atténuation pendant la phase d’exploitation...........................................53
5.3 Evaluation des risques et mesures d’atténuation ................................................. 54
6 Plan de gestion environnemental et social (PGES) ..................................................... 55
6.1 PGES phase construction ........................................................................................ 56
6.2 PGES phase d’exploitation ...................................................................................... 57
7 Déclinaison des cibles HQE touchés et niveau de prise en compte des cibles ............. 58
CONCLUSION ..................................................................................................................... 59
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................ 60
ANNEXES ............................................................................................................................ 61

2
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

LISTE DES TABLEAUX

Tableau I: Déclinaison des cibles de la norme HQE ......................................................................... 14


Tableau II: Ratio ADEME des différents groupes de déchets sur le chantier .................................... 24
Tableau III: Comparaison suivant les impacts sociaux ..................................................................... 26
Tableau IV: Comparaison suivant les impacts environnementaux .................................................... 28
Tableau V: Comparaison suivant le coût de revient .......................................................................... 29
Tableau VI:Récapitulatif comparaison des matériaux pour mûrs ...................................................... 29
Tableau VII: Comparaison impact social des matériaux pour la toiture............................................ 32
Tableau VIII: Energie grise pour la production des tuiles ................................................................. 32
Tableau IX: Coût de revient de la toiture avec les différentes variantes ............................................ 33
Tableau X:Matrice d’identification des impacts de la phase de construction ..................................... 35
Tableau XI:Matrice d’identification des impacts de la phase d’exploitation ...................................... 37
Tableau XII:Evaluation des impacts sur l'environnement atmosphérique (phase de construction) ..... 39
Tableau XIII: Avis des étudiants sur les nuisances potentielles ........................................................ 40
Tableau XIV:Evaluation des impacts sur l'environnement atmosphérique (phase de construction) .... 41
Tableau XV:Evaluation des impacts socio économique (phase de construction) ............................... 42
Tableau XVI: Evaluation des impacts sur l'environnement atmosphérique (phase d'exploitation) ..... 44
Tableau XVII: Evaluation des impacts sur l'environnement terrestre (phase d'exploitation) .............. 45
Tableau XVIII: Evaluation des impacts socioéconomique (phase d'exploitation) ............................. 46
Tableau XIX: Appréciation du projet par la population locale .......................................................... 47
Tableau XX: Répartition par types des quantités de déchets sur le chantier ....................................... 50
Tableau XXI: Réutilisation possible des déchets produits sur le chantier .......................................... 52
Tableau XXII:Synthèses des mesures d’atténuation pendant la phase de construction ...................... 52
Tableau XXIII: Plan de Gestion des risques .................................................................................... 55
Tableau XXIV: PGES pour la phase de construction de l'unité de production ................................... 56
Tableau XXV: PGES pour la phase d'exploitation de l'unité de production ....................................... 57

3
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

LISTE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1: Présentation de l'unité de production ................................................................................. 11


Figure 2: Localisation de l'unité de production ................................................................................. 16
Figure 3: Procédure de conduite de l'analyse multicritère ................................................................. 18
Figure 4: Coût de revient des matériaux pour mûr ............................................................................ 30
Figure 5: Coût de revient rapporté sur 5ans des variantes pour la toiture ........................................... 33
Figure 6: Type de nuisances redoutées par les étudiants .................................................................... 40
Figure 7:Sentiment de la population ................................................................................................. 47
Figure 8: Implication de la population locale .................................................................................... 47
Figure 9: Appréciation du projet par les étudiants ............................................................................. 47
Figure 10: Attentes de la population locale ....................................................................................... 48
Figure 11: Attentes des étudiants ...................................................................................................... 48

Photo 1: Site de production de l'adobe .............................................................................................. 31


Photo 2: Briques adobe (séchage) ..................................................................................................... 31
Photo 4: BLT taillés à la main .......................................................................................................... 31
Photo 3: Site de production informelle du BLT................................................................................. 31
Photo 5: BTC (stockage) .................................................................................................................. 31

4
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

I. INTRODUCTION

La prise en compte de l’environnement dans la gestion des affaires humaines est une activité
relativement nouvelle. Jusqu’à tout récemment, seules les contraintes techniques et les
possibilités financières déterminaient les composantes d’un projet.(Leduc, et al., 2000).

Au Burkina Faso depuis 1994, des efforts réels sont menés pour mettre l’environnement au
cœur des activités humaines; la réglementation oblige les promoteurs à soumettre leur projet à
l’avis préalable du ministère de l’environnement à travers une évaluation environnementale.
Ces efforts ne sont malheureusement pas observables sur le terrain; des entreprises s’installent
sans consultation du ministère et plusieurs promoteurs ignorent tout simplement la nécessité
d’une évaluation environnementale. Face à cela, une prise de conscience est nécessaire.
L’évaluation environnementale devrait être pour les promoteurs une préoccupation et être
anticipée, au même titre que l’étude de marché.

Problématique

L’un des domaines d’activité les plus impactant est le secteur du bâtiment avec la
multiplication des chantiers de construction. Ce secteur engendre plusieurs impacts aussi bien
sur l’environnement physique que sur l’environnement socio économique. La présente étude
portant sur l’évaluation environnementale d’une unité de production de solutions
nutritionnelles au Burkina Faso suivant la norme HQE vise à démarquer le projet de
construction de l’unité de production de cette réalité. Pour bien conduire cette étude, une
équipe pluridisciplinaire constituée de spécialiste eau, énergie, environnement et génie civil a
été formée. La construction HQE a pour but de réduire les impacts du bâtiment pendant la
phase de construction dans le souci d’aboutir à un chantier à faible nuisance. En plus de cette
considération environnementale, l’enjeu de cette construction HQE est énergétique. En effet
face à la raréfaction des ressources énergétiques et dans un contexte burkinabè où l’énergie
est très chère, cette initiative vise à réduire considérablement la consommation énergétique du
bâtiment. En somme elle a pour finalité de réduire les impacts du projet sur toute la ligne. La
présente évaluation environnementale s’inscrit dans cette optique.

Objectifs

L'évaluation environnementale en cours répond à un besoin des différents acteurs d’identifier


et/ou de prévoir les impacts pouvant être induits par ce projet. Ainsi l’objectif général de cette
étude est d’arriver à construire une usine HQE, à moindre impact négatif sur l’environnement
naturel. Cet objectif global se décline en plusieurs objectifs spécifiques :

Analyser l’état initial du milieu d’accueil (physique et humain) du projet en y incluant sa


dynamique naturelle ;
Aider à la prise de décision par une prise en compte explicite et sélective des
considérations environnementales
5
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Identifier les impacts du projet de construction de l’usine sur l’environnement


biophysique, humain et socioéconomique;
Caractériser et évaluer l’ensemble de ces impacts en précisant notamment leur
importance ;
Proposer les mesures à mettre en œuvre pour optimiser les impacts positifs ou pour
éviter, atténuer ou compenser les impacts négatifs à travers un plan de gestion
environnementale.

II. CADRE JURIDIQUE DE L’EIES AU BURKINA FASO

1. Cadre législatif et réglementaire


Plusieurs lois et règlements obligent les promoteurs privés ou publics à respecter
l’environnement lorsqu’ils projettent des travaux et aménagements qui peuvent avoir des
impacts sur l’environnement. Ces lois et règlements sont présentés dans le code de
l’environnement.

1.1 Code de l’environnement

La loi N°005/97/ADP du 30 janvier 1997 portant code de l’environnement au Burkina Faso


stipule en son article 17 que “les activités susceptibles d’avoir des incidences significatives
sur l’environnement sont soumises à l’avis préalable du ministre de l’environnement. L’avis
est établi sur la base d’une Etude d’impact ou une notice d’impact sur l’environnement“.

Cette loi fixe le cadre juridique de la gestion de l’environnement et établit les principes
fondamentaux de préservation de l’environnement et de l’amélioration du cadre de vie au
Burkina Faso.

Au sens de cette loi, l’article 5, alinéa 1er définit l’environnement comme l'ensemble des
éléments physiques, chimiques et biologiques naturels ou artificiels et des facteurs
économiques, sociaux, politiques et culturels, qui ont un effet sur le processus de maintien de
la vie, la transformation et le développement du milieu, les ressources naturelles ou non et les
activités humaines.

L’article 5, alinéa 4 définit l’Etude d'Impact sur l'Environnement (E.I.E.) comme une étude à
caractère analytique et prospectif aux fins de l'identification et de l'évaluation des incidences
d'un projet sur l'environnement.

6
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

L’article 17 stipule que Les activités susceptibles d'avoir des incidences significatives sur
l'environnement sont soumises à l'avis préalable du ministre chargé de l'Environnement.
L’avis est établi sur la base d'une Étude d'Impact sur l'Environnement (E.I.E) ou d'une Notice
d'impact sur l'Environnement (N.I.E).

Selon l’article 18, L’Étude et la Notice d'Impact sur l'Environnement s'inscrivent à l'intérieur
d'un processus décisionnel. De ce fait, elles contribuent à établir la faisabilité des projets au
même titre que les études techniques, économiques et financières.

L’article 19 stipule que ‘‘L’étude d’impact sur l’environnement doit être complétée par une
enquête publique dont le but est de recueillir les avis et les contres propositions des parties
concernées par rapport à l’étude d’impact sur l’environnement qui est présentée.

1.2 Décret d’application de l’étude et de la notice d’impact

Les Décrets d’application émanant de la loi N°005/97/ADP du 30 janvier 1997 sont :

Le Décret N°97-110/PRES du 17 Mars 1997 portant promulgation de la Loi N°005/97/ADP


du 30 Janvier 1997 relative aux études et aux notices d'impact sur l'environnement

Le Décret N°111/PRES du 17 Mars 1997 portant promulgation de la Loi N°006/97/ADP du


31 Janvier 1997 relative à la protection des forêts.

Le Décret N°98-322/PRES/PM/MEE/MCIA/MEM/MS/MATS/METSS/MEF du 28 juillet


1998, portant conditions d’ouverture et de fonctionnement des établissements dangereux,
insalubres et incommodes qui en son article 7 prévoit qu’à chaque exemplaire de la demande
fournie, doit être jointe une étude d’impact su l’environnement. Cette étude mentionnera les
mesures envisagées par le demandeur pour supprimer, limiter ou compenser les inconvénients
de l’établissement et en indiquera les coûts estimatifs.

Le Décret N° 2001-185/PRES/PM/MEE du 7 mai 2001, portant fixation des normes de rejets


des polluants dans l’air, l’eau et le sol.

Le Décret N° 2001-342/PRES/PM/MEE du 17juillet 2001 portant champ d’application, le


contenu et la procédure relatifs aux études et notices d’impact sur l’environnement
conformément aux prescriptions des articles 19, 20 et 23 de la loi cadre sur l’environnement
citée ci-dessus.

7
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Les articles 4 et 5 définissent conformément à l’article 20 du code de l’environnement les


travaux, ouvrages, aménagements et activités ainsi que les documents de planification
assujettis à l'Étude ou à la Notice d'Impact sur l'Environnement. Ils sont classés en trois
catégories en tenant compte des secteurs d’activités définis par la loi n°010/98/AN du 21 avril
1998 portant sur les modalités d’intervention de l’Etat et la répartition de compétence entre
l’Etat et les acteurs de développement:

Catégorie A : Activités soumises à une Étude d'Impact sur l'Environnement (E.I.E)


Catégorie B : Activités soumises à une Notice d'Impact sur l'Environnement (N.I.E)
Catégorie C:Activités qui ne sont soumises ni à une Étude d'Impact sur
l'Environnement (E.I.E) ni à une Notice d'Impact sur l'Environnement (N.I.E).

Les travaux liés à la construction de l’unité de production (génie civil) sont classés dans la
catégorie B.
La technologie utilisée ne nécessite aucune étude préalable.

1.3 Réorganisation agraire et foncière

Cette loi définit le domaine foncier et fixe les conditions d’expropriation. Elle inclut toutes les
terres dans le domaine foncier (article 3), plein droit de propriété de l’Etat (article 4). Il
mentionne en article 6 que l’Etat peut procéder à des expropriations pour cause d’utilité
publique, dans les conditions fixées par la présente loi. Le droit d'expropriation au profit de
l'Etat ou des autres collectivités publiques résulte de l'acte ou de la décision de réalisation des
opérations projetées et doit contenir la déclaration d'utilité publique (article 227).

En cas d'expropriation pour cause d'utilité publique, les titulaires de droits réels inscrits au
bureau de la publicité foncière ne peuvent exercer ces droits que sur l'indemnité telle qu'elle
est fixée par la réglementation en la matière (article 228). L'indemnité d'expropriation ne doit
comprendre que le dommage actuel et certain directement causé par l'expropriation (article
233) et sera composé de la valeur prix du terrain et la valeur résiduelle des réalisations et
investissements tels que consignés dans le procès-verbal de la dernière évaluation.

Les articles 28 et 31 font obligation aux Ministères concernés par les aménagements urbains
et les aménagements hydro agricoles de procéder à une étude d’impact sur l’environnement.

8
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2. Cadre institutionnel
L’Etude d’impact en cours avant la construction de l’unité de production a été boostée par
l’un des acteurs clés du projet. Nutriset, dans sa stratégie quotidienne « d’entreprise
responsable et citoyenne » veut désormais avoir une idée de tous les impacts
environnementaux des projets dans lesquels elle s’engage afin de les réduire. Ainsi, la
Direction Générale de cette entreprise est l’acteur institutionnel premier concerné par la
présente EIES et par ailleurs l’initiateur de ce projet.

Le 2iE en sa qualité de structure d’accueil du projet à travers la technopole et la pépinière


d’entreprise, ainsi qu’étant un actionnaire de la future entreprise est aussi un acteur clé du
projet. Cette participation du 2iE sous-entend aussi l’implication de son conseil
d’administration. En cette qualité, il est délégué maitre d’ouvrage du projet sous la
supervision de tous les actionnaires du projet.

Le gouvernement du Burkina Faso, à travers le Ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique et


des Ressources Halieutiques (MAHRH), en tant que pays d’accueil de l’unité de production
est aussi parti prenante de l’EIES. De plus le MAHRH est le donateur d’une grande parcelle
de terrain au 2iE dont une partie va accueillir toute la technopole et par conséquent sera
utilisée pour la réalisation du présent projet.

Le Ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MEDD) du Burkina Faso en


tant qu’autorité de gestion de l’environnement et étant la structure la mieux indiquée pour tout
ce qui est procédure de conduite d’une Evaluation environnementale au Burkina Faso.

L’arrondissement de Sigh-Noghin dont dépend administrativement l’espace qu’occupe le site


actuel du 2iE, donc le site du projet. Les autorités communales de cet arrondissement qui sont
chargées de la gestion des ressources naturelles et des déchets produits dans leurs espaces de
compétences.

Le chef coutumier qui représente l’autorité coutumière responsable de tous les habitants de ce
village et qui a une vue d’ensemble sur tout ce qui se passe dans le village. Les chefs de
quartiers du Village de Kamboinsé qui représentent les intérêts des habitants du village.

Le 2iE étant en partie sous tutelle de ces institutions et autorités villageoises, le projet devra
composer avec ces autorités.

9
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

III. DESCRIPTION DU PROJET

1. Contexte et présentation des acteurs du projet


Le projet consiste en l’implantation d’une unité de production de solutions nutritionnelles,
basée à Kamboinsé. Cette entreprise va intégrer le réseau plumpyfield qui est un réseau de
partenaires locaux d’une quinzaine de pays liés à Nutriset par un contrat de franchise.
Nutriset est une entreprise familiale française fondée en 1986 par Michel LESCANNE, PDG
de la société. Cette PME est basée à Malaunay, en haute Normandie. Elle est entièrement
dédiée aux programmes nutritionnels, humanitaires et sociaux.
Le projet de construction vise à accueillir l’unité de production locale qui sera dénommée
InnoFaso. Cette entreprise va aussi fonctionner avec comme mandat « produire des solutions
nutritionnelles pour lutter contre les différentes formes de malnutrition au Burkina Faso ».
L’entreprise voit le jour du fait d’un besoin existant au Burkina Faso. En effet, selon l’OMS,
sur les 2 934 000 enfants de moins de 5 ans que compte le pays, 19% souffrent de
malnutrition aigüe et 36% de malnutrition chronique. Ainsi, la demande en RUF1 se fait
ressentir au Burkina Faso, et la quantité des produits de la gamme Plumpy envoyée dans le
pays ne fait que s’accroitre depuis 2005. InnoFaso vient donc satisfaire cette demande locale
en produits RUF.

La construction de cette unité de production selon les exigences HQE s’inscrit dans une
volonté des parties prenantes à intégrer les considérations environnementales dans leurs
activités quotidiennes.

2. Description des phases du projet

La phase construction du bâtiment

La construction va s’étendre sur 3 mois (début des travaux prévue pour fin Octobre). Elle va
aboutir à la construction d’un immeuble de type R+1 composé d’un bloc production et
administration et d’un bloc stockage (Figure 1). Le bloc production va contenir les machines
d’exploitation et le bloc stockage sera réservé au stockage de matières premières (arachide
torréfiée, sucre, poudre de lait…) et des produits finis. Cette unité de production s’étendra

1
RUF : Ready to Use Food
10
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

sur une Surface d’environ 625 m² avec des possibilités d’extension. La construction se fera
suivant les exigences de la norme HQE.

Bloc stockage
Bloc administratif et production

Figure 1: Présentation de l'unité de production

Phase exploitation (technologie utilisée)

Après la phase de construction, l’unité de production va fonctionner suivant le concept


Optifiel. Ce concept développé par Nutriset est composé essentiellement de l’équipement
Optinut ; un équipement de production facile à mettre en place et simple d’utilisation. Auquel
est incorporée une ligne ensacheuse. Cette technologie est donc assez simplifiée et n’est pas
polluante. Le kit de production fonctionne à électricité avec une puissance associée d’environ
500kW.

11
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

3. Présentation des variantes du projet de construction


Il n’existe pas de matériaux de construction HQE, mais les matériaux peuvent avoir des
caractéristiques environnementales et sanitaires, tout comme ils ont des caractéristiques
techniques et économiques.

3.1 Matériaux pour la construction des murs et cloison

Les murs représentent la partie la plus importante de la masse et du volume de matériaux


utilisés lors d’une construction. Le choix de ce matériau est donc fondamental sur l’impact
environnemental global du bâtiment.

En fonction du contexte local, 4 variantes ont été retenu dans le cadre du projet; Il s’agit de:

L’adobe ;
Le bloc de latérite taillé (BLT) ;
Le bloc de terre compressée (BTC) ;
Le bloc de béton creux (parpaing).

L’adobe

L’adobe (ou banco) est la brique de terre crue moulée et séchée au soleil. Ces briques sont
obtenues à partir d'un mélange d'argile, d'eau et éventuellement d'une charge utilisée en petite
quantité : de la paille par exemple. Les dimensions sont en général de (10x25x36) cm3

Le BTC

Le Bloc de terre comprimée est constitué essentiellement de terre humidifiée à laquelle on


ajoute 3 à 12% de ciment pour sa stabilisation. Le bloc est produit par la compression de terre
crue dans une machine appelée presse. Les dimensions sont de (9, 5 x 14x 29,5) cm3.

Le BLT

Les blocs de latérite taillés sont des briques obtenu après avoir taillées des sols riches en
latérite. Ils peuvent être taillés soit à la main ou avec des machines. Ce sont des briques
rouges de dimension d’environ (15 x 20 x 40) cm3 s’ils sont taillés à la machine et en
moyenne de (13 x 17 x 30) cm3 s’ils sont taillés à la main. Ainsi, distinction a été faite entre
brique taillée à la machine (BLT formel) et brique taillée à la main (BLT informel).

12
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Le parpaing

Les parpaings ou blocs de béton creux sont confectionnés à partir du sable, du gravier et du
ciment. Le parpaing représente le matériau classique de construction. Une brique contient
environ 1.25kg de ciment. Les dimensions sont de (15 x 20 x 50) cm3.

3.2 Matériaux pour la toiture

Pour cet élément clés de l’ouvrage 4 variantes ont été retenues en fonction de leur
disponibilité et de leur adéquation. Les variantes retenues sont :

La tuile en terre cuite (TTC) : Les TTC sont fabriquées à base d'argile cuit à une très
grande température (environ 1100°C).
La tuile en mortier vibré (TMV) : Elles sont produites par un mélange de sable de
granulométrie moyenne auquel on ajoute du ciment dans des proportions de 1/3
La tôle ondulée bac acier : Ce sont des tôles confectionnées avec de l’acier et
commercialisées sous des dimensions35cm/100cm
La tôle aluminium : Tôles de très grande résistance intégralement en aluminium et
commercialisé sous les dimensions 35cm/100cm ou 60cm/100cm.

4. Présentation des cibles de la norme HQE

Selon l’Association HQE « La Qualité Environnementale d’un Bâtiment est l’aptitude de


l’ensemble des caractéristiques intrinsèques du bâtiment, des équipements et de la parcelle à
satisfaire les exigences liées à la maîtrise des impacts sur l’environnement extérieur et la
création d’un environnement intérieur confortable et sain. ».

La démarche HQE associe une logique de qualité et de confort, appliquée à la construction,


aux principes de management nécessaire à son application et à la collaboration entre les
nombreux intervenants impliqués. Elle s’appuie sur une grille d’évaluation définie par
l’association HQE. Cette grille comprend 14 cibles regroupées en 4 thèmes :

13
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau I: Déclinaison des cibles de la norme HQE

Thèmes Cibles Explications

1. Relation harmonieuse des Concerne l’intégration des caractéristiques de


leur l’environnement immédiat dans la conception et la
CIBLES D’ECO CONSTRUCTION

bâtiments avec
environnement immédiat réduction de l’impact de la nouvelle construction.

2. Choix intégré des Met l’accent sur l’adaptabilité et la durabilité des


produits, systèmes et bâtiments par le choix de procédés et de produits de
procédés de construction construction.

Met l'accent sur la réduction de déchets de chantier


3. Chantier à faibles
et une gestion spécifiée de ceux-ci, ainsi que la
nuisances
maîtrise des autres nuisances.

4. Gestion de l’énergie Concerne tous les aspects touchant à la


consommation d’énergie dans le bâtiment.

Il s’agit ici de prévoir des mesures au moment de la


conception du bâtiment qui vont permettre une
CIBLES D’ECO GESTION

5. Gestion de l’eau
optimisation de la consommation de l’eau par
rapport à un bâtiment classique.

Souligne la nécessité de cohérer les possibilités de


6. Gestion des déchets
prétraitement des déchets d'activité dans les
d’activité
bâtiments.

Révèle la nécessité de concevoir des bâtiments d'une


7. Gestion de l’entretien et
part pour en faciliter l'exploitation, mais d'autre part
de la maintenance
pour en réduire l'impact environnemental.

14
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Cette cible se caractérise par la sensation que ressent


8. Confort hygrothermique une personne par rapport à la température et à
l’humidité ambiante du local.

Consiste généralement à vouloir d'une part une


CIBLES DE CONFORT

écoute satisfaisante des bruits intérieurs, et d'autre


9. Confort acoustique part une absence de gêne par des bruits aériens
(bruits venant d'autres locaux), des bruits d'impacts
et d'équipement, des bruits extérieurs
Le confort visuel résulte de l’interaction entre les
10. Confort visuel paramètres physiologiques tels que l’éclairement, le
contraste, l’éblouissement.
Se traduit par la volonté de ne pas sentir des odeurs
11. Confort olfactif non agréables qui peuvent s’avérer des polluants de
l’air, nuisible à la santé.
La santé et le confort des usagers dépendent avant

12. Qualité sanitaire des tout des conditions sanitaires à l’intérieur du

espaces bâtiment. Les risques de santé peuvent être liés à la


nature du sol, du bâtiment lui-même ou à ses
CIBLES DE SANTE

équipements.
Gestion des risques de pollution par les produits de
13. Qualité sanitaire de l’air construction et équipements et par l'usage des

matériaux pouvant nuire à la santé.

14. Qualité sanitaire de Elle est étroitement liée à la qualité d’eau distribuée

l’eau par la maison de distribution, mais aussi aux


matériaux utilisés pour les canalisations, des
conditions sanitaires de la maintenance des réseaux.

Il est certain que toutes les cibles de la démarche ne pourront être intégralement respectées,
mais, des efforts seront réalisés sur toutes les phases de la construction en passant par un bon
choix des matériaux de construction.

15
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

IV. MATERIEL ET METHODOLOGIE

1. Milieu d’étude : Localisation géographique du site du projet


L’unité de production va intégrer la technopole du 2iE sur le site de l’institut à Kamboinsé. Le
village de Kamboinsé est administrativement situé dans l’arrondissement de Sig-Noghin. Le
village est situé à 15km au Nord de Ouagadougou sur la route de Kongoussi. Le site du 2iE se
localise juste après le barrage de Kamboinsé. Le site devant abriter cette unité de production
se situe du coté droit de la route, juste à l’entrée de la zone abritant les cités étudiantes K2 et
K3 communément appelée Abough Rahib et Guantanamo. Il est localisé coté Sud du CSPS de
Kamboinsé et coté droit de la venelle menant aux cités.

Figure 2: Localisation de l'unité de production

16
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2. Démarche méthodologique

La démarche entreprise a constitué à suivre les grandes étapes du processus d’évaluation


environnementale au Burkina Faso. La volonté de respecter les exigences HQE a donné un
élan particulier à cette étude. Le choix des différents matériaux de construction a donc occupé
une grande partie dans ce travail.

2.1 Entretiens

Ils avaient pour objectif d’avoir une meilleure appréciation de l’analyse de la zone d’influence
du projet et d’avoir les bonnes informations sur les différentes variantes retenues afin de faire
les bons choix.

Ainsi ont été rencontré :

Monsieur OULE Adama Médecin major du CSPS de Kamboinsé (

Annexe 5)
- Mr ZI Mahamadou PDG de la société ZI matériaux (production vente de BTC et de
Tuile en mortier vibré)
- Mr Soter, ancien PDG de l’entreprise Pierre naturelle (cette société produisait des BLT
à Dano mais elle a fermée).
- Mr Hubert BAMOUNI, DG de LOCOMAT
- Un agent de POCERAN, société qui vient de se lancer dans la production de tuile en
terre cuite.

2.2 Visites de site

Elles ont consisté à visiter le site devant abriter l’unité de production pour toucher du doigt les
réalités de terrain.

En plus, pour avoir une bonne vue des impacts pour la production des matériaux, des visites
sur : le site de production de ZI matériaux (BTC et le TMV); un site de production des briques
adobes, et un site de production informel de BLT sur la route de Pô.

2.3 Enquêtes

Pour cerner tous les impacts potentiels, il a été nécessaire d’avoir des données auprès des
premiers acteurs pouvant être touchés par le projet. Le recueil de données vivantes s’est fait

17
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

par l’entremise de questionnaires préalablement élaborés et administrés aux étudiants des cités
K2 et K3 (Annexe 7) et la population locale de Kamboinsé (Annexe 8). Au total 72 personnes
ont été interviewées (30 étudiants et 42 villageois).

Il a permis de collecter des données factuelles, qualitatives ou quantifiables, qui ont par la
suite servi dans l’appréciation objective des impacts environnementaux et sociaux, lors de la
construction et pendant l’exploitation d’InnoFaso.

2.4 Traitement des données

L’élaboration du questionnaire ainsi que le traitement des données ont été réalisé en utilisant
le logiciel sphinx.

La localisation du site a été réalisée en utilisant le logiciel Google earth.

2.5 Analyse multicritère

Cette démarche a été utilisée pour le choix des différentes variantes pour la construction des
murs et de la toiture. Elle a consisté à comparer les différentes variantes suivant plusieurs
critères comme l’indique le schéma ci-dessous :

Figure 3: Procédure de conduite de l'analyse multicritère

18
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2.5.1 Cas des variantes pour murs et cloison

Prédisposition techniques de Génie civil et de performance énergétique (Annexe 1)

Les critères de prédispositions techniques de génie civile ont été établis et notés par
l’ingénieur Génie civil. Le résultat obtenu a été utilisé pour la suite de la comparaison afin de
choisir le ou les matériaux ayant un impact environnemental et social intéressant. Les critères
de performance énergétique établie par l’énergéticien ont été aussi considérés.

Les résultats obtenus en génie civil écartent l’adobe comme matériau de construction
potentiel de l’unité de production. Le BLT informel, le BLT formel et le parpaing sont
potentiellement utilisables. Nous allons cependant continuer la comparaison pour tous les 4
matériaux afin de voir si l’adobe présente d’autres avantages.

Les scores attribués par l’énergéticien suivant les critères de performances énergétiques seront
aussi utilisés pour cette comparaison.

Critères de comparaison suivants les impacts sociaux


Impact social (Site de production)
L’évaluation pour ce critère a tenu compte de plusieurs paramètres :
- Création d’emploi : il s’agit de voir sur les sites de production les emplois générés.
- Versement de taxes : toute activité dans le secteur formel est soumise à des taxes.
- Mobilisation de la population locale : La production de certains matériaux se fait
souvent sur des sites exploités par la population locale ;
Intensité de main d'œuvre: Il a été question ici de voir le degré d’utilisation de la
technologie et de la main d’œuvre pendant la confection. Le coût de certains matériaux
est plus dû à la technologie utilisée que la main d’œuvre (cas du BTC)
Harmonie paysagère: A travers ce critère, il faut voir la facile intégration de la
construction avec le matériau dans le milieu récepteur. Par exemple sur le site de
Kamboinsé, la quasi-totalité des constructions est en BTC.
La disponibilité : Elle visait à voir si les différents matériaux se retrouvent facilement
au besoin dans un délai assez raisonnable. L’évaluation de ce critère est plus basée sur
des constats confirmés par des entretiens avec les différents acteurs.
L’évaluation de ces critères s’est faite sur des appréciations personnelles inspirées des
observations de terrain et des entretiens avec les différents acteurs intervenant dans la
production des matériaux.

19
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Critères de comparaison suivant les impacts environnementaux :

- Existence de plan de fermeture: Le code de l’environnement à travers le code


minier (Loi n°031-2003/AN du 8 mai 2003) oblige les entreprises à avoir un minimum
de tenue qui permet de préserver l’environnement (plan de fermeture des sites
d’exploitation s’il existe) ; soumission à des audits…

- Dommages environnementaux (site de production) : Voir si la production des


matériaux n’engendre pas des problèmes environnementaux sur le milieu physique.

- Récyclabilité naturelle : Il a été question de voir si le matériau retourne


facilement dans la nature à la fin de vie.

- Absorption des champs magnétiques (cibles de santé ; référentiel HQE) : Ces


information ont été recueillies par la documentation (Quarilireno)

- Energie utilisée pendant la mise en œuvre (kWh/m²) : Il s’agit de voir


l’énergie consommée (kWh) pour arriver à produire les matériaux servant à la
construction d’un m² de mur. Cette énergie ne concerne que celle utilisée pour la
production ; il ne s’agit donc pas d’une ACV complète. A cela a été ajoutée l’énergie
consommée pour la fabrication des produits rentrant dans la composition.

Pour les calculs (Annexe 2), nous sommes parti du principe que:

- 1Litre de fioul correspond à 9.96 kWh (Fio11)


- 1tonne de ciment nécessite 110 kWh (Cim11)
- 1kWh de fioul produit environ 270 g de CO2. (Con11)

Pour la notation de ce critère, la grille suivante a été établie

kWh/m² 0 ] 0-0.5 [ [0.5-1 [ [1-1.5 [ [1.5-2 [ [2-2.5 [ [2.5-3 [


Score/10 10 9 8 6 4 2 0

Le matériau ayant répondu à la plupart des critères au niveau des paramètres et ayant obtenu
le plus grand nombre de point sera recommandé comme le meilleur choix.

NB : Chaque critère sera noté sur 10 à l’exception de « existence de plan de fermeture » et


« dommages environnementaux » qui on été jugé lié. Ces deux critères ont été notés sur 5.

20
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2.5.2 Cas des variantes pour la toiture


Certaines des variantes n’étant pas fabriquées localement, l’analyse n’a pas été aussi
approfondie que précédemment. Ainsi, nous allons procéder à une comparaison suivant les
critères de coût au m², impacts environnementaux (énergie pour la production) et sociaux
(fabrication locale ou importée).

Notation impact environnementaux (voir grille de notation consommation d’énergie grise).

Notation impacts social (production locale: 10, produit importé: 0).

2.6 Analyse de la zone d’influence

L’analyse de l’environnement physique a été en partie inspirée du rapport d’évaluation


environnementale réalisée sur le site du 2iE Kamboinsé(décembre 2007) complété par des
observations de terrain.
Pour l’analyse de l’environnement socio économique, les observations de terrain ainsi que les
sorties ont été réalisées.

2.7 Démarche d’identification des impacts

L’identification des impacts s’est basée sur des déductions personnelles. Nous avons
considéré 3 composantes de l’environnement : l’environnement atmosphérique (bruit, odeur,
poussière), l’environnement terrestre (sol, eau, flore) et l’environnement socioéconomique
(santé, économie et perturbation du mode de vie). Pour présenter ces impacts potentiels, nous
allons utiliser une matrice d’identification des impacts qui met en relation les grandes activités
sources d’impact avec les composantes retenues. Dans cette matrice chaque interrelation
identifiée représente un impact d’une activité du projet sur une ou plusieurs composantes de
l’environnement. Cette matrice se présentera comme suit :

Milieu récepteur d’impact

Environnement atmosphérique Environnement terrestre Environnement socio économique

Grandes activités
source d’impact
Économie
Poussière

Mode de
Odeurs

Santé
Flore
Bruit

Eau
Sol

vie

21
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2.8 Démarche d’évaluation des impacts

Il est question dans cette partie de décrire les impacts de manière à faciliter la détermination
de leur importance. Les impacts peuvent être appréciés suivant 6 critères qui sont : La nature,
l’interaction, l’occurrence, l’intensité, l’étendue et la durée.
- La nature : indique si l’impact est négatif ou positif ;
- L’interaction : précise si l’activité aura un effet direct ou indirect sur le milieu
- L’étendue : donne une idée de la couverture spatiale de l’impact. Trois classes sont
également à distinguer : ponctuelle (sur le site), locale (touchant la localité généralement
un rayon de 10km²), régionale (si l’impact s’étend au-delà) ;
- La durée : indique la manifestation de l’impact avec le temps ; on parlera de court terme
pour désigner un impact qui se manifeste pendant la mise en œuvre du projet et moins
d’un an après ; de long terme lorsque celui-ci se manifeste plus d’un an après la mise en
œuvre du projet ;
- L’occurrence ou la probabilité de réalisation indique les chances pour un impact de se
réaliser. On distingue 3 classes : certaine pour les impacts présentant plus de 90 % de
chance de se réaliser, probable pour ceux présentant entre 25 et 75 % de chance de
survenir, et peu probable pour ceux qui ont moins de 25 % de chance de se réaliser;
- L’intensité : exprime le degré de perturbation du milieu, fonction de la vulnérabilité de la
composante étudiée; trois classes sont considérées : haute, moyenne et basse ;

L’intensité, l’étendue et la durée sont par la suite utilisées par la matrice de FECTEAU

Annexe 3).

Cette matrice permet de déterminer l’importance absolue des impacts. Ainsi l’impact sera dit:
- Mineur : Lorsque les dommages sont observés sans toutefois affecter les milieux
récepteurs ou impact mineur sur l’environnement socio économique.
- Moyen : Lorsqu’il ya dégradation partielle des milieux récepteurs ou impacts
relativement positifs sur l’environnement socio économique.
- Majeur : Lorsque les effets négatifs sont irréparables sur l’environnement (dégradation
des milieux récepteur) ou impact très positif sur l’environnement socio économique.
La matrice d’évaluation se présentera comme suit :

22
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Paramètres d’évaluation

Importance

Occurrence
Interaction
absolue
Activités sources d’impact

Intensité

Etendue
Nature

Durée
2.9 Détermination évaluation et gestion des risques

Comme tout projet, l’implantation de l’unité de production peut comporter des


dysfonctionnements éventuels pouvant entrainer des incidences et des accidents aussi bien
pendant la phase de construction que pendant la phase d’exploitation.
L’évaluation des risques se fera en fonction de leur gravité et de leur probabilité de survenue.
Cette évaluation se fera en s’inspirant de la méthode AMDEC d’analyse des risques.
Ainsi il est nécessaire d’établir au préalable les échelles de probabilité et de gravité.

Echelle de probabilité

Niveau de probabilité Probabilité Commentaire


1 Rare Difficilement envisageable
2 Possible Pouvant se produire le site
3 Certain Risque inévitable

Echelle de gravité

Niveau de gravité Gravité Effet sur le projet


1 Faible Pas de dommages entravant le projet
2 Moyen Dommages entrainant des incapacités partielles pouvant
conduire à un arrêt momentané du projet
3 Grave Dommages entrainant des incapacités totales

Evaluation des risques

Gravité
3 3 6 9
2 2 4 6
1 1 2 3
1 2 3 Probabilité

NB : L’évaluation est obtenue en multipliant la gravité avec la probabilité.

23
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Signification du niveau de risque

Niveau Evaluation Commentaires

+ (1, 2, 3) Mineur le risque est réduit au niveau le plus bas (risque tolérable)
++ (4, 6) Modéré Le risque doit être réduit
+++ (9) Majeur Eviter toutes activités pouvant conduire à ce risque

2.10 Démarches pour la proposition de mesures d’atténuation

Les mesures d’atténuation découlent intégralement d’inspirations personnelles suivant les


impacts relevés. Pour chaque impact relevé, des mesures ont été proposés en spécifiant les
responsables de la mise en œuvre et du suivi des mesures. Ces mesures entrainent
certainement des coûts. Mais, ceux-ci restent indicatifs et sont fonctions de plusieurs facteurs;
ce qui fait que des chiffres n’ont pas été avancés.
Le plan de gestion des déchets a nécessité une prévision de la quantité de déchets qui sera
produite. Cette prévision a été inspirée par le ratio ci-dessus fourni par l’ADEME.

Tableau II: Ratio ADEME des différents groupes de déchets sur le chantier

Production de déchets
Types de déchets
(Kg/m2 SHOB2)
bétons, pierres, briques, terres, granulats et gravats
DI 13,50
non pollués…
Métaux 0,45
bois 1,30
DIB
plâtres 2,30
autres déchets non dangereux 7,70

Déchets papiers cartons, sachets….


0,25
d’emballage
Source : ADEME/DRE

Il faut noter aussi la présence de déchets dangereux (peinture, solvants, huiles de vidanges …)
qui se rencontrent à de très faibles proportions comparativement aux autres types.

2
SHOB : Surface Hors Œuvre Brute (aire qui prend en compte la totalité des locaux)
24
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

V. RESULTATS

1. Analyse de la zone d’influence immédiate et indirecte du projet


1.1 Milieu physique et biologique

Kamboinsé tout comme le reste du Burkina Faso, se trouve dans une zone intertropicale à
deux saisons : une saison sèche (d’octobre à mai) et une saison pluvieuse (de mi-mai à mi-
octobre). Pour cette raison les deux barrages avoisinants que sont le barrage n° 1 et celui du
village de Kamboinsé tarissent en saison sèche.
Les températures varient selon les saisons et se situent entre 17°C et 39°C ; les vents
dominants sont l’harmattan et la mousson.
La végétation dans la zone d’étude est dominée par un ensemble d’espèces introduites
(Azadirachta indica, Mangifera indica, Psidium guyava, etc.) et des espèces naturelles
maintenues et entretenues par les populations pour leurs utilités dans plusieurs domaines
socio-économiques (alimentation, santé, commerce, etc.). Il s’agit des espèces telles que
Byturospermum parkii, Parkia biglobosa, Tamarindus indica. On relève aussi par endroit des
bosquets arbustifs avec des espèces telles que Combretum glutinosum, Piliostigma
reticulatum, Guiera senegalensis, etc. La strate herbacée est dominées par des espèces
anthropiques tels que Sida sp., Pennisetum sp., Eragrostis sp.
La réalité aujourd’hui sur le site concerné par le projet est tout autre ; le 2iE a depuis lors
installé un terrain de foot à proximité du site, et la surface réellement concernée par le projet
est pratiquement sans végétation. Quelques eucalyptus longent le coté Est et des herbes qui y
poussent pendant la saison pluvieuse.

1.2 Environnement humain et socio-économique

Le village de Kamboinsé, oscille entre ruralité et urbanité : ses habitants sont non seulement,
attachés à leurs activités traditionnelles essentiellement agricoles, mais aussi, du fait de la
proximité avec la ville, fournissent un important contingent d’agents dans les divers secteurs
économiques de Ouagadougou: fonctionnaires, ouvriers, artisans, menuisiers, maçons, petits
commerçants etc. La population du village riverain du site est estimée en 2011selon l’INSD à
15831 habitants dont 2720 enfants de moins de 5ans. De source hospitalière, en 2010, 86 cas
de malnutrition ont été détectés dont 18 cas de MAS et 68 cas de MAM.

25
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Outre le 2iE, l’espace administratif de Kamboinsé abrite également des établissements


d’enseignement et de formation professionnelle, tels que le Prytanée Militaire du Kadiogo
(PMK), l’Ecole nationale des sous-officiers d'active (ENSOA) de Kamboinsé, et un Centre de
formation aux métiers. Aucune entreprise n’a ouvert ses portes dans le village.

2. Choix des variantes


2.1 Matériaux pour murs et cloison

2.1.1 Suivant les impacts sociaux


La production de l’adobe et du BLT dans le secteur informel est 100% manuelle ; donc
aucune intervention de la machine. Ces 2 matériaux respectent très bien le principe HIMO
(Haute intensité en main d’œuvre). Le BTC et le BLT sont produits par des entreprises qui
recrutent le personnel, et versent des taxes ; leur production aura donc plus d’impact social.
Aussi sur le site d’accueil de l’unité de production, la quasi-totalité des constructions sont
réalisées en BTC; La construction de l’unité de production en BTC va plus s’intégrer dans le
paysage du site.
D’un point de vu disponibilité, l’adobe a une production facile de même que le parpaing. Le
BTC n’étant pas produite par plusieurs entreprises, les commandes doivent être bien
anticipées. Le BLT est difficile à produire et il est nécessaire de faire des commandes bien
avant de pouvoir rentrer en possession des briques.
D’un point de vu social, le BTC est le matériau adéquat des 3 ayant une bonne prédisposition
technique de génie civil.

Tableau III: Comparaison suivant les impacts sociaux

Impact social Intensité de Harmonie


Matériaux Disponibilité Score/40
(production) main d'œuvre paysagère
ABOBE 7,5 10 5 10 32,5
BLT formel 10 5 5 5 25
BLT informel 7,5 10 5 5 27,5
BTC 10 5 10 5 30

Parpaings 5 5 5 10 25

26
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2.1.2 Suivant les impacts environnementaux


La fabrication de l’adobe exige beaucoup de terre, elle se fait au détriment du sol car il est
entièrement dégradé au niveau des sites de production. (photo1).
La production du BLT par les entreprises est plus soucieuse de l’environnement car les
entreprises ont des contraintes réglementaires à respecter. Celles ci exploitent généralement à
grande échelle, pour cette raison, ils utilisent souvent des machines. (0.42kWh/1m²).
Les exploitants informels font par contre une production intégralement manuelle mais sans
souci de la réglementation et de la protection de l’environnement.
Dans tous les cas, le BLT est 100% naturel.
La fabrication des BTC nécessite de la terre (gravier, sable, argile), un peu d’eau et aussi du
ciment de 3-8% pour la stabilisation. La presse utilisée pour la fabrication consomme de
l’énergie (0.99kWh/m² produit).
Tous les matériaux confectionnés en terre crue ont un bon pouvoir absorbant des champs
magnétiques. Seul le parpaing ne présente pas cette caractéristique.
Le Bloc de béton ou parpaing est fait à partir de ciment (1/4 du volume de la brique), qui
nécessite un traitement industriel lourd (fours à cimenterie à 1800 ° C) et polluant (l’industrie
cimentière est à l’origine de 5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. (Lafrage,
2009).
D’un point de vu strictement environnemental, les BLT sont les moins impactant.

27
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau IV: Comparaison suivant les impacts environnementaux

Absorption de
Existence de plan de
Dommages champs Récyclabilité Energie grise
réhabilitation ou de magnétique
environnementaux naturelle (kWh/m²)
Matériaux fermeture Score

Commentaires Score Commentaire Score Constat Score Constat Score Valeur Score

Secteur informel
Dégradation du sol, érosion,
ABOBE (activité soumise à 0 1 O 10 O 10 0 10 31
menace de la flore
aucun contrôle)
Obligation
BLT formel réglementaire pour les 5 Dégradation du sol 3 O 10 O 10 0.42 9 37
entreprises déclarées

BLT
Secteur informel 0 Dégradation du sol 3 O 10 O 10 0 10 33
informel

Obligation
BTC 5 Problème de gestion des gravats 3 O 10 O 10 2.77 0 28
réglementaire

Pas besoin de carrière Recherche de sables sur de


Parpaings 5 3 N 0 O 10 2.2 2 20
ou site ( longues distances

28
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

L’impact environnemental devra en plus tenir compte de la distance d’approvisionnement des


différents matériaux. Une distance éloignée influencera l’impact environnemental à travers
une augmentation de la quantité d’énergie grise.

2.1.3 Suivant le coût des différents matériaux

D’un point de vu purement économique, l’adobe est le matériau parfait ( Tableau V). En effet,
la fabrication de l’adobe ne nécessite pratiquement pas de technologie. Cela fait qu’il est
nettement moins cher. Le coût de revient du m² d’une construction en adobe représente
environ 1/5 de la construction en BLT et le 1/7 de celle du BTC.
Les coûts liés au revêtement ne seront pas considérés car les exigences liés à la norme de
l’industrie agro alimentaire impose les produits de revêtement quelque soit le matériau utilisé
pour la construction des murs et cloisons. Ce qui explique le coût élevé du BTC car l’un des
avantages de ce matériaux c’est la non nécessité de revêtement dans le cas d’un bâtiment
classique, ce qui donne un coût à la finition au m² intéressant.

Tableau V: Comparaison suivant le coût de revient

Coût de
Coût brique Main d’œuvre Coût de revient mûrs
Matériaux revient Score
(FCFA/m²) (FCFA/m²) (1041.6m²)
(FCFA/m ²)
ABOBE 600 300 900 937 260 9
BLT formel 3600 1 200 4 800 4 998 720 3
BLT informel 2100 1 500 3 600 3 749 040 6
BTC 4500 2 000 6 500 6 769 100 1
Parpaings 1800 1200 3000 3 124 200 7

Tableau VI:Récapitulatif comparaison des matériaux pour mûrs

Impacts Performance
Matériaux Impacts sociaux Score/100 Score/20
environnementaux énergétique

ABOBE 32,5 31
BLT formel 25 37 12,1 74,1 14,82
BLT informel 27,5 33 12,1 72,6 14,52
BTC 30 28 10,8 68,8 13,76
Parpaings 25 20 14 59 11,8

29
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

La comparaison multicritère sans intégrer le coût ne révèle pas une grande différence entre
BLT et BTC. Néanmoins le BLT formel est le meilleur suivant cette analyse suivi du BLT
informel, ensuite vient le BTC. En intégrant les considérations économiques, le BLT informel
semble être le meilleur des 3 matériaux.

Si le choix devraient préférentiellement tenir compte des considérations environnementales


sociales et énergétiques pour la construction des mûrs de l’unité de production :

Un manque à gagner de plus d’un million se pose par rapport au BLT informel ;
Un surcoût de 2 millions par rapport au parpaing qui ne présente cependant pas un
bilan environnemental, social et énergétique intéressant.

Coût de revient mûrs bâtiment (1041.6m²)


8000000
6 769 100
7000000
6000000
4 998 720
5000000
3 749 040
4000000 3 124 200
3000000
Coût de revient mûrs
2000000 bâtiment (1041.6m²)
937 260
1000000
0

Figure 4: Coût de revient des matériaux pour mûrs

30
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Photo 2: Site de production de l'adobe Photo 1: Briques adobe (séchage)

Photo 3: Site de production informelle du BLT Photo 4: BLT taillées à la main

Photo 5: BTC (stockage)

31
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

2.2 Matériaux pour Toiture

2.2.1 Impacts environnementaux et sociaux

Tableau VII: Comparaison impact social des matériaux pour la toiture

Matériaux Impact social Score

Tuile à mortier vibré Fabrication locale ; utilisation de la main d’œuvre


10
(TMV) local

Tuile en terre cuite Fabrication locale; utilisation de main d’œuvre local 10


(TTC)
Tôle ondulée bac acier A importer ; ne nécessite pas de main d’œuvre local 0
(TOBA)

Tôle aluminium (TA) A importer ; ne nécessite pas de main d’œuvre local 0

Les tuiles sont fabriquées localement par des entreprises burkinabè. La main d’œuvre utilisée
pour la production de ces matériaux est principalement locale. Aussi, le fait que ces matériaux
soient produits localement va être source d’une grande réduction de l’énergie grise
consommée par ces tuiles comparativement aux tôles qui sont à importer.

2.2.2 Impacts environnementaux

Tableau VIII: Energie grise pour la production des tuiles

KWh pour la toiture CO2/bâtiment Score


Matériaux KWh/m²
(kWh) (kg)
6
TMV 1,14 712.5 192.37
8
TTC 0,56 350 94.5

TOBA

TA

32
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Les tuiles en terre cuite présentent un bilan environnemental intéressant et n’utilisent que de
l’eau de l’argile et du sable. Les TMV eux utilisent le ciment. En se limitant à l’énergie
nécessaire à la production des tuiles, en ajoutant la quantité de ciment intervenant dans la
fabrication du TMV, 81.5kg de CO2 sont économisés. Les TTC sont donc à considérer d’un
point de vue environnemental.

2.2.3 Coût de revient

Tableau IX: Coût de revient de la toiture avec les différentes variantes

Durée de vie Coût au Coût de revient


Matériaux Cout sur 10ans
(années) m² toiture
TMV 30 4625 2 890 625 963 542
TTC 50 10400 6 500 000 2 166 665
TA 20 4000 2 500 000 1 750 000
TOBA 15 2600 1 625 000 1 250 000

Coût
2 500 000
2 166 667

2 000 000 1 750 000

1 500 000 1 250 000

963 542
1 000 000 Coût

500 000

0
TMV TTC TOBA TA

Figure 5: Coût de revient rapporté sur 5ans des variantes pour la toiture

En comparant étroitement le coût de revient des matériaux avec leur durée de vie, les tôles
semblent plus intéressantes.

Si une place importante devrait être donnée aux considérations environnementales, et sociales,
le choix s’imposerait entre les deux tuiles avec cependant un avantage pour la TTC. D’un
point de vue économique cette solution est la plus chère. Elle représente par exemple un

33
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

surcoût de plus de 2millions par rapport à la TMV et de plus d’un million par rapport à la tôle
ondulée bac acier. Le bâtiment se voulant HQE, la TTC serait le matériau idéal mais les TMV
seraient aussi un bon choix.

3 Identification des impacts dus au projet de construction de l’unité de production

Plusieurs composantes de l’environnement pourraient être touchées par le projet


d’implantation de l’unité de production. Nous pouvons noter parmi ces récepteurs du milieu:
la végétation, le sol, l’air, le milieu socioéconomique (population, santé, effets socio-
économiques...). Ces récepteurs peuvent être influencés par le projet directement ou
indirectement, négativement ou positivement à différents degrés. Les impacts peuvent
subvenir à deux étapes du projet :

Pendant les travaux d’aménagement et de construction ;


Pendant le fonctionnement de l’unité de production

3.1 Impacts lors de la construction

Pendant la période des travaux en vue de la construction de l’unité de production, les sources
d’impacts potentiels seront :

Travaux sur le chantier (Décapage, déblayage, remblayage, terrassement,


compactage, rechargement, érection du bâtiment, Toiture, revêtement ; Gestion des
déchets…) ;
Transports associés à la construction (transport des matériaux, transport des
travailleurs, circulation d’engin sur le chantier) ;
Matériaux et moyens utilisés : (Utilisation de la peinture époxy, utilisation de gasoil,
utilisation de la chaux, des solvants…).
Personnel associé au chantier : (Présence d’ouvriers sur le chantier/base vie, travaux
des manœuvres sur le chantier).

L’identification des impacts lors de la construction s’est faite à l’aide de la matrice d’impact
ci-après :

34
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau X:Matrice d’identification des impacts de la phase de construction

Milieu récepteur d’impact

Environnement Environnement Environnement socio


atmosphérique terrestre économique

Grandes activités Source d’impact

Mode de vie
Économie
Poussière

Odeurs

Santé
Bruit

Flore
Eau
Sol
Travaux sur le chantier

Transports associés à la construction

Personnel associé au chantier

Matériaux et moyens utilisés

: Impact sur la composante environnementale

35
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

3.2 Impacts lors du fonctionnement de l’unité de production

Plusieurs impacts peuvent découler du fonctionnement de l’unité de production. Ces impacts


peuvent provenir de:

Fonctionnement des équipements de production ;


Recrutement de la main d’œuvre;
Travaux d’entretien des équipements (lavage et maintenance);
Nettoyage des locaux de l’unité
Le trafic dû à la circulation du personnel;
Le trafic dû à l’acheminement des matières premières et des produits finis(Achat et
acheminement des matières premières en provenance du Burkina Faso; Acheminement
des matières premières en provenance de la sous région ; Acheminement des matières
premières en provenance de la France)
Production et gestion des déchets et eaux usées dues au fonctionnement de l’unité;
.

36
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau XI: Matrice d’identification des impacts de la phase d’exploitation

Milieu récepteur d’impact


Environnement Environnement Environnement
atmosphérique terrestre socio économique

Mode de vie
Économie
Poussière

Odeurs
Grandes activités Source d’impact

Santé
Flore
Bruit

Eau
Sol
Fonctionnement des équipements de production

Recrutement de la main d’œuvre


Travaux d’entretien des équipements (lavage, maintenance…)

Nettoyage des locaux de l’unité


Trafic dû à la circulation du personnel

Trafic dû aux matières premières et produits finis

Production et gestion des déchets et eaux usées du au fonctionnement de l’unité;

: Impact direct sur la composante

37
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

4 Description et évaluation des impacts

Après l’identification des impacts, il est nécessaire de procéder à une évaluation afin de
déterminer et présenter avec le plus de justesse possible, l’importance de l’impact
environnemental des activités du projet.

4.1 Phase de construction

Les impacts sur le milieu récepteur, de la phase de construction du projet seront perceptibles
sur l’environnement atmosphérique (soulèvement de poussière, dégagement d’odeurs
nauséabondes, source de nuisances sonores). Ces impacts peuvent à leur tour avoir des effets
directs et/ou indirects aussi bien sur les riverains (étudiants et population locale) que sur les
travailleurs sur le chantier. Indépendamment de cela, la conduite des travaux impacte aussi
l’environnement socioéconomique, avec :

Des risques de maladie pour les intervenants sur le chantier mais aussi pour la
population à proximité immédiate du chantier ;
Des possibilités de modification temporaire du mode de vie des riverains
surtout pour les étudiants des cités K2 et K3.
Création de la valeur ajoutée surtout pour la population de Kamboinsé qui
pourra fournir une grande partie du contingent de manœuvre utilisé sur le
chantier pendant la phase construction.

38
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

4.1.1 Evaluation des impacts sur l’environnement atmosphérique


Tableau XII:Evaluation des impacts sur l'environnement atmosphérique (phase de construction)

Paramètres d’évaluation Importance

Activités sources d’impact Nature Interaction Occurrence Intensité Etendue Durée absolue
Travaux sur

Décapage, déblayage, remblayage, terrassement,


le chanter

compactage, rechargement, érection du bâtiment, Négative Directe Certaine Moyenne Locale Courte Moyenne
toiture, revêtement, Gestion des déchets…

Transport des matériaux,


la
construction
à
Transports

transport des travailleurs, Négative Directe Probable Faible Locale Courte Mineure
moyens associés

circulation d’engin sur le chantier

Utilisation de la peinture époxy, de solvants,


Matériaux

Négative Directe Certaine Moyenne Locale Courte Moyenne


utilisés

Utilisation de la chaux et autres produits polluants


et

Présence d’ouvriers sur le chantier,


au
Personnel

Vie et interaction du personnel de chantier avec les Négative Indirecte Probable Faible Locale Courte Mineure
chantier
associé

riverains

39
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Les travaux physiques sur le chantier seront des sources d’impacts négatifs certains pour les
travailleurs sur le chantier et aussi pour les étudiants des cités K2 et K3. A ce propos, l’enquête
menée au niveau de la population estudiantine montre que 76.7% estiment déjà que la phase de
construction va être source de nuisances (

Tableau XIII).

Tableau XIII: Avis des étudiants sur les nuisances potentielles

Nb. c it. Fréq.


Nuisanc e s pote ntie lle s

Oui 23 76,7%
Non 5 16,7%
NSP 2 6,7%
TOTAL CIT. 30 100%

Les étudiants craignent le plus les nuisances sonores, car 53.6% disent plus redoutés cette nuisance
contre 25% pour la poussière.

Types de nuisances

53,6%

25,0%
17,9%

3,6%

Aucune Sonore Poussière autre

Figure 6: Type de nuisances redoutées par les étudiants

Les émissions de poussière seront essentiellement dues aux travaux de déblayage, décapage,
remblayage…, ainsi qu’à la circulation d’engins sur le chantier. Ces travaux constitueront aussi
certainement des sources de nuisances sonores par une génération de bruits inhabituels due à la
circulation d’engin, la conduite des travaux. Ces nuisances vont affecter directement les étudiants,
voisins immédiats du site de construction, comme ils le craignent déjà.
40
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Les odeurs proviendront plus des travaux de revêtement avec l’utilisation de la peinture époxy qui
dégage une forte odeur. Les travailleurs sur le site de construction ainsi que les étudiants seront
exposés.

Les impacts de la phase de construction ne sont cependant pas majeurs et restent temporaires.

4.1.2 Evaluation des impacts sur l’environnement terrestre

Tableau XIV: Evaluation des impacts sur l'environnement atmosphérique (phase de construction)

Paramètres d’évaluation
Importance

Nature Interaction Occurrence Intensité Etendu Durée absolue

Travaux sur Directe et


Négative Certain Moyenne Ponctuelle Courte Moyenne
le chantier indirecte

Transports
associés à la Négative indirecte Probable Faible Locale Courte Mineure
construction

Matériaux et
moyens Négative Directe Probable Moyenne Locale Courte Moyenne
utilisés

Personnel
Directe et
associé au Négative Probable Faible Locale Court Mineure
indirecte
chantier

Les travaux de déblayage, de remblayage et de terrassement entraîneront le mouvement


d’importantes quantités de terre. L’espace destiné à la construction de l’unité de production qui
laissait pousser les herbes pendant la saison pluvieuse et laissait entretenir un semblant de verdure,
sera à la suite des travaux dépourvu de ces composantes végétales. Cela ne constitue pas cependant
un impact significatif, car aucun espèce rare ou en voie de disparition n’est concernée. L’utilisation
des engins mécanisés et la construction, qui requière une fondation stable, modifieront
ponctuellement la qualité, la texture et la structure des sols. L’utilisation de substances plus ou

41
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

moins toxiques telles la peinture époxy et autres solvants peut polluer le sol et aussi le barrage de
Kamboinsé en cas de drainage. Les impacts liés au trafic seront remarquables même en dehors du
site de chantier.

La phase de construction sur le site a des impacts directs à court terme et d’importance moyenne sur
sol.

4.1.3 Evaluation des impacts sur l’environnement socio économique

Tableau XV: Evaluation des impacts sur l'environnement socio économique (phase de construction)

Paramètres d’évaluation Importance

Nature Interaction Occurrence Intensité Etendu Durée absolue

Travaux sur le Négative Directe et


Probable Faible Locale Courte Mineure
chantier et positive indirecte

Transports
associés à la Négative indirecte Probable Faible Locale Courte Mineure
construction

Matériaux et
Négative Directe Probable Faible Locale Courte Mineure
moyens utilisés

Personnel
Directe et
associé au Négative Probable Faible Locale Court Mineure
indirecte
chantier

Pour les impacts socioéconomiques, il faut noter deux types d’impacts :

Impacts négatifs
Ces impacts sont notamment les problèmes de santé, et aussi une perturbation temporaire du mode
de vie des riverains. Les problèmes de santé peuvent être dus à la probable pollution de l’air
(poussière essentiellement) qui peut engendrer des risques de maladies pulmonaires pour les
employés et les étudiants résidents dans les cités lors de la réalisation des travaux.

42
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Le bruit engendré par les travaux et même dans une moindre mesure la poussière peut être source
de perturbation du mode de vie des étudiants qui peuvent modifier leur temps d’étude personnelle
pour éviter ces nuisances. Ils peuvent même temporairement fuir leurs chambres ou s’enfermer dans
les chambres pendant les heures de travaux pouvant engendrés les nuisances. La population locale
n’étant pas immédiatement voisin du chantier, elle sera moins exposée à ces nuisances sonores,
mais pourra être touché par la poussière.
Impacts positifs
La conduite des travaux de construction peut aussi être source d’impacts positifs. En effet, la
construction de l’unité de production va occasionner la création d’emplois temporaires (manœuvres,
ouvriers, gardiens). La population locale sera la bénéficiaire, car elle constituera l’essentiel du
contingent. Aussi, la conduite des travaux, peut favoriser la création et le développement des petites
activités génératrices de revenus (petits commerces).
La phase de construction peut aussi être exploitée par les étudiants notamment ceux qui sont
intéressés par le génie civil, l’environnement et l’énergie pour voir comment se présente un chantier
HQE. Ceux-ci pourront s’inspirer cet exemple pour conduire leurs travaux futurs en tant que
ingénieurs.

4.2 Phase d’exploitation de l’unité de production

La construction de toute entreprise aussi petite soit elle est source d’impacts aussi bien négatifs que
positifs. Après la construction, le fonctionnement de l’unité de production peut impacter sur les trois
composantes de l’environnement.

4.2.1 Evaluation des impacts sur l’environnement atmosphérique (poussière, bruit, odeur)
Les activités identifiées comme pouvant impacter sur l’environnement atmosphérique sont : Le
trafic associé à l’exploitation de l’unité de production (trafic du à la circulation du personnel, le
trafic dû à l’acheminement des matières premières, le trafic dû à la sortie des produits finis) et la
production et la gestion des déchets de chantier.

43
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau XVI: Evaluation des impacts sur l'environnement atmosphérique (phase d'exploitation)

Paramètres d’évaluation Importance

Nature Interaction Occurrence Intensité Etendue Durée absolue

trafic dû à la
circulation du Négative Directe Probable Faible Locale Courte Mineure
personnel

trafic dû aux
matières Négative Directe Probable Faible Régionale Courte Mineure
premières

trafic dû à la
sortie des Négative Directe Probable Faible Régionale Courte Mineure
produits finis

Fonctionnement
du groupe Négative Directe Probable Faible Ponctuelle Courte Mineure
électrogène

production et
gestion des Négative Indirecte Probable Faible Ponctuelle Courte Mineure
déchets

Le transport associé au fonctionnement de l’unité de production est source d’impact assez minime.
En effet, la route Ouagadougou-Kamboinsé étant bien goudronnée, le soulèvement de poussière est
improbable. Néanmoins, l’acheminement des matières premières peut être source de bruit surtout
que cette manœuvre se fait par des camions poids lourds. Aussi, la mise en marche du groupe
électrogène prévu peut occasionner du bruit. Cette manœuvre n’intervient qu’en cas de coupure
d’électricité et de non disponibilité de l’énergie solaire.
Les impacts découlant de ses activités sur l’environnement atmosphérique sont donc mineures,
voire insignifiants. Les déchets peuvent par contre provoquer des nuisances olfactives, notamment
en cas de putréfaction de la matière organique qui peut provenir des déchets d’activités (pertes de

44
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

produits finis), mais aussi des restes alimentaires du personnel. Ces impacts sont par ailleurs
mineurs.

4.2.2 Evaluation des impacts sur l’environnement terrestre (sols, eau, flore)
Certaines activités découlant du fonctionnement de l’unité de production, peuvent avoir des impacts
directs et aussi indirects sur l’environnement terrestre. Ces activités sont notamment:
Travaux d’entretien des équipements (lavage et maintenance); nettoyage des locaux de l’unité.

Tableau XVII: Evaluation des impacts sur l'environnement terrestre (phase d'exploitation)

Paramètres d’évaluation Importance

Nature Interaction Occurrence Intensité Etendue Durée absolue

Travaux
d’entretien des Négative directe Probable Faible Ponctuelle Courte Mineure
équipements

Nettoyage des
Négative indirecte Probable Faible Ponctuelle Courte Mineure
locaux

L’eau usée provenant du lavage des équipements peut contenir des substances chimiques telles les
huiles de moteur. Ces eaux usées même si elles sont canalisées, il y aura toujours des risques de
fuite pouvant polluer ainsi le sol non isolé ou le barrage avec le drainage. La probabilité de
survenue d’une telle situation n’est cependant pas forte. De même le nettoyage des locaux avec des
détergents représente un risque de pollution.

4.2.3 Evaluation des impacts socio économique


Le fonctionnement de l’unité de production est susceptible d’être source de nombreux impacts non
seulement pour les riverains (étudiants et populations locales), mais aussi au-delà de Kamboinsé.
Ces impacts peuvent être aussi bien négatifs que positifs.

45
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau XVIII: Evaluation des impacts sur l'environnement socioéconomique (phase d'exploitation)

Paramètres d’évaluation Importance

Nature Interaction Occurrence Intensité Etendue Durée absolue

Positive
Fonctionnement
et Directe Certain Faible Régionale Moyenne Mineure
de l’unité
négative

Recrutement du
Positive Directe Certain Forte Régionale Longue Majeure
personnel

Achats de
matières Positive Directe Certain Forte Régionale Longue Majeure
premières

Trafic Négative Indirecte Probable Faible Ponctuelle Courte Mineure

Les impacts négatifs qui peuvent découler de l’exploitation de cette unité de production vont
essentiellement découler du trafic des matières premières ainsi que des produits finis. Ces impacts
sont surtout liés au bruit, et aussi à l’encombrement de la chaussée. Ces trafics ne sont cependant
pas réguliers.
Les impacts positifs quand à eux sont de plusieurs ordres :
- Création d’emploi;
- développement des activités génératrices de revenus pour les populations locales
(restauratrices, vente de marchandises diverses.)
- Développement du village de Kamboinsé ;
- Possibilité d’avoir des stages pour les étudiants
- Contribution au développement de la filière arachide au Burkina Faso ;
- Contribution au développement du pays à travers le versement d’impôts et taxes …
L’enquête réalisée montre que la population et les étudiants ont déjà une bonne appréciation du
projet.

46
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau XIX: Appréciation du projet par la population locale

Nb. cit. Fréq .


Appréciatio n

Bien 42 100%
P as Bien 0 0, 0%
NSP 0 0, 0%
TOTAL CIT. 42 100%

En effet, 100% des habitants interrogés pensent bonne, l’idée d’entreprise (


Tableau XIX) et accueillent favorablement l’implantation de l’entreprise à Kamboinsé (Figure
7:Sentiment de la population ; 73.8% se disent prêt à participer à la réussite du projet et ils l’ont
clairement exprimé en montrant leur disponibilité à participer de manière bénévole à la phase de
construction.

Sentiments
Implication_Etes vous prêt à participer à la construction?

100,0%

23,8% Oui
Non
NSP
2,4%

0,0% 0,0%
Favorable Non NSP
favorable 73,8%

Figure 7:Sentiment de la population Figure 8: Implication de la population


locale

70% des étudiants ont une bonne appréciation du projet (Figure 9). Les autres n’ont pas voulu se
prononcer.
Point de vue

70,0%

30,0%

0,0%
Bien Pas Bien NSP

Figure 9: Appréciation du projet par les étudiants 47


Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Le projet d’implantation de l’unité de production est donc bien apprécié et accepté par la quasi-
totalité des riverains.
Ces derniers pouvant être aussi les premiers touchés par les impacts positifs du projet. A ce propos
pour sonder les attentes éventuelles de ces parties prenantes, l’enquête nous permet de voir que la
majorité des étudiants interviewés pensent que l’intégration des entreprises au sein de la technopole
pourrait leur apporter soit des stages soit de l’emploi (Figure 11). La population quand à elle est plus
préoccupée par l’emploi (Figure 10).

Attentes eventuelles Attentes

45,9% 13,2%
Obtenir un travail
Actions de philanthropie pour le village
36,1%
Rien du tout

16,4% 49,1%

1,6%
37,7%

Aucune Emplois Stages Visites de


site

Figure 10: Attentes des étudiants Figure 11: Attentes de la population locale

5 Détermination des mesures d’atténuation et de compensation

5.1 Mesures pendant la phase de construction

Les impacts identifiés et évalués pendant la phase de construction peuvent être regroupés en 4
catégories :

Acoustiques : bruits engendrés par les travaux de construction


Olfactives : émanations dues à l’utilisation de produits volatils, nuages de poussières
Visuelles : mauvaises gestions des déchets sur site, envol des matériaux…
Environnementales : pollutions du sol, de l’eau, perturbation de l’écosystème local.

Certaines de ces nuisances sont entièrement ou partiellement maîtrisables, mais cela nécessite une
implication de tous les intervenants du chantier, et des engagements vis-à-vis de la maîtrise
d’ouvrage.

48
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

5.1.1 Mesure pour la gestion des nuisances acoustiques

Le chantier de construction de l’unité de production, sera source de nuisances sonores. Le maitre


d’ouvrage devra veiller au strict respect de la tranquillité des étudiants. Pour cela il est nécessaire de
prendre un certain nombre de disposition pour éviter ces nuisances sur le chantier. Par exemple :

Décaler les horaires afin de regrouper les travaux les plus bruyants, dans des créneaux où les
étudiants seront moins touchés. (Heures de cours par exemple (8H-12H); heures où les
étudiants sont de l’autre côté du site donc à une assez grande distance du chantier).
Organisation des circulations de camions pour éviter au maximum les manœuvres bruyantes.
Organiser et planifier le chantier en envisageant de doubler le nombre des équipements afin
de réduire leur temps

La prise en compte du bruit sur le chantier doit s’accompagner d’une politique de communication.
Le chef d’ouvrage pourrait se servir de la messagerie interne ou même faire des affiches pour
informer les étudiants et personnel du 2iE Kamboinsé. Cette manœuvre permettra à ces acteurs
concernés d’avoir une idée de la durée prévisible des travaux bruyants et apprécier les efforts
entrepris.

5.1.2 Mesures pour la gestion des nuisances olfactives


Les nuisances olfactives se matérialisent surtout par la pollution de l’air. Cette pollution aux
alentour du chantier peut être due soit aux émissions de poussière ou aux odeurs.

Pour réduire au maximum ces nuisances, le chef d’ouvrage pourrait prendre les mesures suivantes:

 Interdiction stricte de brûlages ;


 Arrosage des sols poussiéreux,
 Bâchage des bennes transportant les matériaux tels que le sable;
 Aération des locaux pendant la phase de revêtement…

5.1.3 Mesures pour la gestion des risques de pollution des sols


Pour éviter le problème de la pollution du sol dans le cadre de ce chantier de construction, le chef
d’ouvrage pourrait instaurer un certain nombre de mesures :
 Prévoir une zone étanche pour le stockage de produits polluants
 Amener les opérateurs sur le chantier à manipuler les produits dangereux sur une zone
étanche

49
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Privilégier l’utilisation de produits moins toxiques à chaque fois qu’il a la possibilité (préférer par
exemple la peinture époxy en phase aqueuse à celle à noyau aromatique).

5.1.4 Mesures pour la gestion des déchets de chantier


Elle vise plusieurs objectifs :

Préserver l’environnement
Réaliser des économies pour le chantier.
Réduire les nuisances du chantier.
Améliorer les conditions de travail sur le chantier.
Pour une bonne gestion des déchets il est nécessaire de disposer d’un plan de gestion des déchets.

Plan de gestion des déchets


Pour atteindre les objectifs d’une gestion efficace des déchets, pendant la phase de construction,
il est primordial de:
Mieux connaître les différents types de déchets et les quantités;
Intégrer la gestion des déchets dans l'organisation du chantier;
Instaurer un certain nombre de conduite à tenir sur le chantier. Par exemple :
 Ne pas enfouir des déchets autres qu’inertes sur le chantier;
 Réaliser un nettoyage du chantier régulièrement…

Estimation de la quantité de déchets produits


Surface totale estimée (murs simple+murs double) : 1041.4m²

Tableau XX: Répartition par types des quantités de déchets sur le chantier

Quantité de déchets (kg) sur le chantier


Types Pourcentage (%)
pour tout le bâtiment (1041.4m²)
Déchets inertes 14 058,90 52,9
Métaux 468,63 1,8
Bois 1 353,82 5,1
Plâtres 2 395,22 9,02
Autres déchets non dangereux 8 018,78 30,2
Emballages 260,35 0,98
Total 26 555,70 100

50
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Quantité totale prévue : 26,56Tonnes


Déchets inertes : 14 058,90kg
Déchets industriels banals (DIB) : 12 236.45kg
Emballage : 260.35kg
Cette quantification des déchets est nécessaire afin de prévoir en amont la quantité et le type de
déchets qui seront produits pour mieux organiser le tri et la collecte sélective sur le chantier.

Comment intégrer la gestion des déchets sur le chantier de construction

Le Maître d’Ouvrage, est le premier acteur dans la gestion des déchets. Cet aspect doit être pris en
compte depuis la définition du programme et tout au long du chantier jusqu’à la fin des travaux. Il
est important pour cela que celui-ci sensibilise ces employés. Pour réussir cette tâche il devra suivre
les étapes suivantes :

1. Limiter la production des déchets à la source

La gestion efficace des déchets qui seront potentiellement produits par le chantier, commence par
une politique de réduction à la source car « Prévenir les déchets, c’est éviter d’en produire »

A titre d’exemple, la production de déchets peut être réduite par les actions suivantes:

 Choisir des techniques de construction minimisant la production de déchets (en retardant par
exemple la phase de remblais; ce qui va permettre de réutiliser certains déchets pour cette
tâche).
 Réutiliser directement certains déchets sur le site ; Par exemple, la plupart des déchets
inertes
2. Trier les déchets inévitables pour permettre leur gestion : en mettant en place un système
et des moyens de tri sur le chantier

Le tri est nécessaire au recyclage ou à la valorisation des déchets produits. Il permet de bénéficier pour
chaque matériau d'une solution de traitement approprié.

Le tri peut permettre à terme de réutiliser directement sur le chantier de construction, la quasi-totalité
des déchets inertes, de valoriser une grande partie des DIB (les déchets métalliques produits peuvent être
revendu à travers la filière nationale d’achat de métaux). La quantité de déchets à rejeter pourrait ainsi
être réduite à plus de 50%. Pour une bonne conduite de ce tri, le chef de chantier devra prévoir des bacs.

51
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau XXI: Réutilisation possible des déchets produits sur le chantier

Désignation Réutilisations et/ou revalorisations possibles

Béton et mortier Recyclage par concassage pour réutilisation comme granulat


Pierres naturelles Réemploi des éléments de construction complets
Recyclage par concassage pour réutilisation
Plâtre et dérivés (plaques de Plaques: recyclage du plâtre et incinération du carton
plâtre, Carreaux de plâtre) Carreaux: concassage pour la fabrication de carreaux
Terre de déblais Réutilisation comme remblais
Réutilisation directe ou utilisation comme remblai après
Morceau de briques, tuiles…
concassage
Déchets de métaux et ferrailles Reventes dans la filière de collecte locale ; ou réutilisation

Tableau XXII:Synthèses des mesures d’atténuation pendant la phase de construction

Impacts Mesures d’atténuation

Bien positionner les horaires de travail (créneau de 8h-18h).

Pollution sonore due aux Organiser et planifier le chantier

travaux sur le chantier Développer une politique de communication (utilisation de la


messagerie interne pour informer les étudiants).

Emissions de poussières Arroser les sols poussiéreux,


sur le chantier Bâcher les bennes transportant les matériaux tels que le sable;

Aérer les locaux pendant la phase de revêtement


Nuisances olfactives Interdire strictement le brûlage sur le site
Développer une bonne politique de gestion des déchets
Zone étanche pour le stockage de produits polluants
Risques de perturbation Manipuler des produits dangereux sur une zone étanche
environnementale Privilégier l’utilisation de produits moins toxiques
Prévoir des espaces verts (plantation de quelques arbres)

52
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

5.2 Mesures d’atténuation pendant la phase d’exploitation

Les impacts négatifs liés à l’exploitation de l’unité de production sont assez faibles
comparativement à ceux de la phase de construction. Parmi ces impacts de la phase d’exploitation
d’autres peuvent être maitrisés à travers des actions bien ciblées:
a. Mise en place d’une politique de gestion des déchets :
Les déchets susceptibles d’être produits par l’unité de production sont les déchets papiers, les
sachets (essentiellement les protèges pieds), les débris organiques (pertes de produits, pertes de
matières premières, restes alimentaires...) et aussi indirectement les emballages de produits.
Une bonne gestion de ces déchets n’est pas seulement bénéfique pour la protection de
l’environnement ; elle peut à terme permettre de réaliser des économies car une bonne gestion de
déchets va même viser à réduire la quantité de consommable à utiliser.
Quelques moyens pouvant être mis en place pour une bonne gestion des déchets :
- Sensibiliser le personnel à l’optimisation des ressources (papiers dans les bureaux, pertes
liés aux prélèvements de matières premières…)
- Mise en place de poubelles de tri (poubelles de tri de papier dans tous les bureaux) ;
- Rappel régulier du processus de tri pour le personnel
Cette manœuvre permettra de donner une valeur à certains déchets tels que les débris alimentaires
qui pourraient être fournit à certains éleveurs de porcs de Kamboinsé.
Pour les déchets d’emballage des produits :
Les emballages sachets des produits ne sont pas biodégradables ; la nécessité de bien gérer ces
déchets se pose. Les mesures suivantes pourraient être prises en collaboration avec les centres de
santé du pays en vue d’une bonne récupération :
- Sensibiliser directement les bénéficiaires à un retour des sachets (cela demande l’implication
des responsables des centres de santé et la collaboration des bénéficiaires).
- Procéder directement à une administration des produits au niveau du centre de santé ce qui
facilitera plus la récupération des sachets (cette manœuvre est déjà réaliser au niveau du
CSPS de Kamboinsé qui reçoit depuis deux années le Plumpy’nut).Cette mesure peut être
efficace dans les zones où les centres de santé ne sont pas très éloignés des populations.
b. Nettoyages des machines et des locaux
Lavage des machines : L’eau de lavage des machines si elle n’est pas bien canaliser peut avoir des
effets négatifs. Limiter l’utilisation des produits toxiques ;

53
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

c. Mesures pour renforcer les impacts positifs


L’exploitation de l’unité de production est source d’impacts positifs pour le village de Kamboinsé et
aussi pour tout l’état burkinabè. Pour renforcer ces impacts il est nécessaire de :
Recruter au maximum dans le village de Kamboinsé ;
Privilégier la matière première locale : Pour l’arachide par exemple où la filière n’est pas
assez développée au Burkina, l’entreprise pourrait travailler avec un certain nombre de
producteurs afin de développer cette filière au lieu d’importer.

5.3 Evaluation des risques et mesures d’atténuation


5.3.1 Identification et évaluation des risques

 Les risques liés à la construction de l’unité de production:


- Risque d’accident occasionné par le trafic notamment le transport des matériaux sur le site.
- Risques d’accident de travail pour les manœuvres participant à la construction ;

 Pendant la phase d’exploitation, les risques seront:


- Risques d’accident de travail pour le personnel en contact avec la machine de production.
- Risques d’explosion et d’incendie: Ces risques sont accrus par la présence d’installations
électriques (groupe électrogène, câbles électriques et divers). La zone de stockage où seront
stockés des produits telles les huiles végétales, les cartons, les palettes en poids constitue
une zone sensible en cas de la survenue du risque.

5.3.2 Mesures de gestion des risques


Les mesures pouvant être préconisées pour réduire les accidents de travail sont :

- Mis à la disposition de tous les intervenants sur le chantier des équipements de protection
individuelle (EPI).

Ces risques seront cependant atténués par la prise de mesures de préventives telles :

- L’installation d’extincteurs muraux (prévue à chaque couloir). L’expertise des sapeurs


pompiers pourrait en plus être sollicitée.
- L’installation de détecteur de fumée

Pour mieux faire face à ces risques éventuels, les mesures suivantes pourront être prises :

- La formation du personnel dans la lutte contre les incendies;


- L’interdiction stricte de dépôt ou stockage de produits inflammables
- Interdiction stricte de fumer à l’intérieur de l’entreprise car un mégot de cigarette par
négligence peut être source de dégât incommensurable. Les affiches bien visibles pourront
servir à signifier ces interdictions.
- L’assurance « incendie » sera aussi une mesure primordiale mais le fait qu’elle intervienne
après le sinistre, il est important de veillez au strict respect des mesures de sécurit

54
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Tableau XXIII: Plan de Gestion des risques

Critères d’évaluation Responsable Responsable


Phase Risques Niveau Evaluation Mesures
Gravité Probabilité Application suivi
construction

- Accident trafic 2 2 4 Modéré


Phase de

Mis à disposition d’EPI


Chef de chantier Maitre d’ouvrage
aux manœuvres ;
- Accident travail 2 2 4 Modéré

- Accident de Souscription assurance Direction


1 3 3 Mineur Direction
travail maladie
Installation d’extincteur
Phase d’exploitation

et de détecteur
de fumée ;
Formation du personnel
Explosion & Personnel Direction
3 2 6 Modéré Interdiction stricte de
Incendies fumer dans et Direction
l’entreprise, de faire rentrer
des produits
inflammable

6 Plan de gestion environnementale et sociale (PGES)


Le plan de gestion environnementale et sociale permet de mettre en œuvre les mesures d’atténuation proposées en fonction des impacts potentiels
relevés. Il va préciser les responsables en charge de la mise en œuvre de ces mesures, ainsi que de leur surveillance, et de leur suivi. Il prévoit
également les moyens de mise en œuvre des mesures ainsi indiquées. Le plan est décliné selon les deux étapes phares du projet, à savoir la phase
de construction et la phase d’exploitation.

Omar COULIBALY Promotion 2010/2011 55


Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

6.1 PGES phase construction

Tableau XXIV: PGES pour la phase de construction de l'unité de production

Responsables
Impacts Mesures d’atténuation Mis en Suivi Période Surcoût

œuvre évaluation

- Décaler les horaires


Pollution sonore due aux - Organiser et planifier le chantier Maitre Pendant
InnoFaso PM
travaux sur le chantier - Développer une politique de communication. d’ouvrage travaux

- Arroser les sols poussiéreux,


Emissions de poussières sur Maitre Pendant
- Bâcher les bennes transportant les matériaux tels que le InnoFaso PM
le chantier d’ouvrage travaux
sable
- Aérer les locaux pendant la phase de revêtement
Maitre Pendant
Nuisances olfactives - Interdire strictement le brûlage InnoFaso PM
d’ouvrage travaux
- Développer une bonne politique de gestion des déchets
- Zone étanche pour le stockage de produits polluants
Perturbations - Manipuler des produits dangereux sur une zone étanche Maitre Pendant
InnoFaso PM
environnementales - Privilégier les produits moins toxiques d’ouvrage travaux
- Prévoir un espace vert (plantation d’arbres

56
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

6.2 PGES phase d’exploitation

Tableau XXV: PGES pour la phase d'exploitation de l'unité de production

Responsables
Impacts Mesures d’atténuation/ renforcement Mis en Suivi et Période Surcoût

œuvre évaluation

Regrouper les commandes Service Direction


Nuisances sonores dues au trafic Exploitation PM
logistique InnoFaso
Impacts négatifs

Bonne gestion des déchets d’activité Personnel Direction


Nuisances olfactives et visuelles Exploitation PM
Collecte des sachets de produits finis d’InnoFaso d’InnoFaso

Ne pas utiliser des produits toxiques


Risques de perturbation Services de
pendant le nettoyage des machines et des InnoFaso Exploitation PM
environnementale nettoyage
locaux
Recruter une partie de la main d’œuvre à
Impacts positifs

Impacts Kamboinsé Direction Direction


Développer une bonne filière arachide au Exploitation PM
socio économiques d’InnoFaso d’InnoFaso
Burkina

57
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

7 Déclinaison des cibles HQE touchés et niveau de prise en compte des cibles

Plusieurs cibles de la norme HQE ont été touchées du doigt et des mesures ont été prises à cet
effet. Les cibles n’ont cependant pas bénéficié du même degré de prise en compte (Annexe 4)

Les mesures prises en vu du respect des exigences HQE occasionnent certainement des surcoûts
sur le prix de revient du bâtiment. Mais l’investissement peut à terme être rentable
économiquement.

Par exemple l’investissement de 30millions pour les panneaux solaires est rentable dès la 6ème
année (Annexe 6) et permettra d’éviter 48.62 Tonnes de CO2 par année.

58
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

CONCLUSION

La construction HQE a donnée une grande particularité à la conduite de cette étude par
rapport à une évaluation environnementale d’une usine ou d’un bâtiment classique. Les
objectifs fixés au début de l’étude ont été atteints ; les impacts du projet de construction sur
l’environnement biophysique et socioéconomique sont à présent cernés. Les mesures
d’atténuation proposées vont concourir à mettre sur pied un projet à faible impact
environnemental. Cet objectif est naturellement recherché par la démarche HQE à travers ses
cibles. Cette démarche va jusqu’au choix intégré des matériaux rentrant dans la construction
du bâtiment.
Ainsi, la comparaison des différents matériaux suivant les critères tels la
prédisposition technique, les impacts sociaux et environnementaux, et le coût de revient laisse
entièrement le choix aux promoteurs de choisir les matériaux suivant leurs priorités.
Cependant, pour les besoins de l’étude nous avons mis tous les critères au même niveau et
choisi les matériaux respectant au mieux tous les critères. Il faut rappeler que cette
comparaison est loin d’être complète, mais avec des critères représentatifs, elle nous a permis
de retenir les BLT et les TTC
L’enquête réalisée au cours de cette étude ne visait au départ qu’à réaliser une analyse
du milieu socioéconomique du projet, finalement deux objectifs supplémentaires ont été
atteints : Elle a tout d’abord servi à informer les riverains, et aussi à prévoir certains impacts
tels le bruit, redoutés (par les riverains surtout les étudiants) qu’on ne prévoyait forcement
pas ; ce qui nous a permis de nous attarder sur les mesures d’atténuation pour ces impacts.
Réaliser une évaluation environnementale en considérant les exigences HQE ne fait
donc que renforcer cette étude. Il a été juste nécessaire d’adapter les exigences HQE dans la
démarche globale de conduite d’une Evaluation environnementale au Burkina sans chercher à
s’en éloigner. Ce rapport de stage pourrait entièrement servir de rapport d’évaluation
environnementale soumis au ministère de l’environnement et du développement durable du
Burkina.

59
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

BIBLIOGRAPHIE

AFNOR, 2005. Qualité environnementale des produits de construction et des bâtiments [Livre].

Agence de l'environnement et de la maitrise de l'energie (ADEME), Mai 2010. Performance


environnementale de bâtiments/ Catalogue des matériaux et équipements [Rapport]. - Guyane :
Numérique impréssion-0594.29.04.31,

Association HQE [Rapport], 2001. Définition explicite de la qualité environnementale.


Referentiel des caractérstiques HQE

Burkina Faso Code minier Loi n°031-2003/AN du 8 mai 2003. - 2003.

Etude d’impact environnemental et social des travaux d'amenagement et de construction


du site du 2iE à Kamboinsé, Burkina Faso [Rapport]. - décembre 2007.

HQE Association, 23 Novembre 2001. Du système de management environnemental pour le


maitre d'ouvrage concernant des opérations de construction, adaptation ou gestion des batiments.

Lafrage, 2009. rapport de developpement durable : GRI REPORT.

Leduc Gaétan A et Raymond Michel , 2000. L'Evaluation des impacts environnementaux, Un


outil d'aide à la décision [Livre]. - Québec : éditions MULTIMONDES.

Minke,2006. Building with Earth Design and Technology of a Sustainable Architecture.


[Book]. - Berlin : Birkhäuser - Publishers for Architecture.

PARFAIT TATSIDJODOUNG, Année Académique 2008-2009. Evaluation technico-


économique et sociale de l'utilisation de biocarburant à partir d'oléagineux pour la production
d'electricité au Burkina Faso // Mémoire de fin d’études .

TCHINDJANG Dr. Mesmin, 2009. Les Etudes d’impacts environnementaux comme outil du
développement durable // Cours en ligne. - Yaoundé

Ministère de l'environnement et du cadre de vie, juillet 2007. Guide géneral de réalisation des
études et notices d'impact sur l'environnement [Livre]. Imprimerie des Assemblés de Dieu

Contenu CO2 [En ligne] // Wikipédia. - 11 Mai 2011. -


http://fr.wikipedia.org/wiki/Contenu_CO2.

éco-entreprises Entreprises respectueux de l'environnement [En ligne] // Chantier vert, chantiers


respectueux de l'environnement. - 2005. - 27 Avril 2011. - http://www.chantiervert.fr/.

fftb La tuile terre cuite, et la démarche HQE® [En ligne]. - 29 mai 2011. -
www.latuileterrecuite.com.

Fioul [En ligne] // Wikipédia. - Avril 2011. - http://fr.wikipedia.org/wiki/Fioul.

Quarilireno La terre crue [En ligne] // Quarilireno spécialiste en éco-rénovation. - 30 03 2011. -


http://www.qualirenoeco.com/Guide/tkTerreCrue.html.

60
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

ANNEXES

Annexe 1:Comparaison des matériaux (prédisposition technique de génie civil et performance


énergétique) ........................................................................................................................................... 62
Annexe 2:Energie grise et CO2 dégagé pour la production des briques ................................................... 63
Annexe 3: Matrice de FECTEAU........................................................................................................... 64
Annexe 4: Détail des cibles HQE prise en compte par le projet............................................................... 65
Annexe 5:Ordre de mission .................................................................................................................... 67
Annexe 6:Détail des calculs rentabilité de l’investissement sur les panneaux solaires ............................. 68
Annexe 7: Fiche d'enquête étudiants 2iE (cités K1 et K2) ....................................................................... 69
Annexe 8: Fiche d'enquête population locale de Kamboinsé ................................................................... 70

61
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 1:Comparaison des matériaux (prédisposition technique de génie civil et performance


énergétique)

Comparaison suivant les prédispositions techniques de Génie civil

documentation
caractéristique

mise en œuvre
Resistance au

s mécaniques

Existence de
résistance à
Matériaux

esthétique

Score /70
existante
Norme
l’eau
choc

ABOBE 5 2,5 2 5 0 3,5 10 28

BLT formel 10 10 7 10 7 10 10 64
BLT informel 10 10 7 7 7 10 7,5 58,5
BTC 7,5 7,5 10 10 10 10 7,5 62,5
Parpaings 10 10 7 5 10 10 10 62

L’adobe ne présente pas de très bonnes prédispositions techniques de génie civil (résistances au
choc, à l’eau, à la compression, à la flexion…). Aussi il n’existe aucune norme pour la
production de ce matériau.
Suivant le une construction du point de vu purement technique est idéale avec le BLT mais
aussi le BTC et le parpaing.

Comparaison performances énergétiques

Coefficient général de
Matériaux Coefficient d’absorption Score/40
transmission
ABOBE
BLT formel 8.1 4 12.1
BLT informel 8.1 4 12.1
BTC 8.8 2 10.8
Parpaings 10 4 14

62
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 2:Energie grise et CO2 dégagé pour la production des briques

Valeurs énergie grise Quantité


kWh/brique kWh/m² kWh murs du bâtiment Détails/commentaires de CO2
(1041.4m²) (kg)
Adobe
&BLT 0 0 0 Production manuelle et utilisation intégrale de ressources naturelle 0
informel
- Energie consommée par la machine de production (Société Pierres
BLT 0.035 0.42 437.4 118.1
naturelles : 14L d’essence/4000briques).

- 0.99kWh/m² due à l’utilisation de la presse : Energie


consommée par la presse (Société ZI Matériaux : 5L
d’essence/1500briques).
BTC 0.033 2.6 2714,98 - 1.617kWh/m² due à l’utilisation du ciment (3%). 733.33
80L de mélange (argile+sable+ciment) pour 15BTC. Ce qui donne
5.33L/BTC et 0.2L de ciment où 0.49kg de ciment/BTC (densité=3.025
en moyenne).

- Seulement l’énergie utilisée pendant la fabrication du ciment rentrant


Parpaings 0.1375 2.2 2291.08 618.6
dans la composition de la brique (50kg/30briques).

63
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 3: Matrice de FECTEAU

Intensité Etendue Durée Importance


Longue Majeure
Régionale Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Moyenne
Forte Locale Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Moyenne
Ponctuelle Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Longue Majeure
Régionale Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Moyenne
Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Moyenne
Ponctuelle Moyenne Mineure
Courte Mineure
Longue Moyenne
Régionale Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Longue Moyenne
Faible Locale Moyenne Mineure
Courte Mineure
Longue Mineure
Ponctuelle Moyenne Mineure
Courte Mineure

64
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 4: Détail des cibles HQE prise en compte par le projet

Niveau 3 Niveau 2 Niveau 1


Très performant Performant Réglementaire

Caractéristiques
Niveau de
environnementales du Déclinaison effective de la cible sur le site
prise en
bâtiment compte

Information de la population locale ;


Relation
Acceptabilité du projet vérifié auprès de la
harmonieuse du
Niveau 3 population locale avant le début des travaux ;
bâtiment avec son
environnement Pris en compte des préoccupations des riverains sur
immédiat les nuisances redoutés;
Vérification des attentes éventuelles des riverains
ECO-CONSTRUCTION

Recommandation pour réduction par le maitre


Choix intégré des
d’ouvrage de la quantité de déchets
produits et Niveau 3
procédés de Choix des matériaux en privilégiant ceux qui
construction émettent moins de CO2 (cf. choix des variantes)

Quantification des différents types de déchets (guide


ADEME).
Elaboration d’un plan de gestion des déchets qui va
permettre de réduire de 50% la quantité de déchets
pouvant être produite;
Chantier à faibles Niveau 3 Valorisation et réutilisation de certains déchets
nuisances Mis en place de mesures pour éviter la pollution des
sols du au stockage des produits polluants pendant
la phase de construction
Mis en place de mesures pour éviter les nuisances
sonores, olfactives

Confort
hygrothermique
CIBLES DE CONFORT

Confort
acoustique

Mesures pour ramasser les sachets de produits finis


Confort visuel

Confort olfactif

65
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Caractéristiques Niveau de
Déclinaison effective de la cible sur le site
environnementales du bâtiment prise en
compte
Gestion de l’énergie 210m² de panneaux solaires prévus,
CIBLES D’ECO GESTION

Gestion de l’eau

Réduction des déchets à la source,


Gestion des déchets
réduction et valorisation des déchets
d’activité

Gestion de l’entretien et de
la maintenance

Qualité sanitaire des


espaces
CIBLES DE
SANTE

Qualité sanitaire de l’air

Qualité sanitaire de l’eau

66
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 5: Lettre d’information

67
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 6:Détail des calculs rentabilité de l’investissement sur les panneaux solaires

Utilisation d’énergie renouvelable: Investissement de 30Millions (132 panneaux


solaires/210m²)

Cette mesure peut à terme entrainer des retombés économiques:

Hypothèse1: L’entreprise fonctionne uniquement avec l’électricité courante de la SONABEL

En supposant une consommation de 50KWh, la consommation annuelle (8h de travail/jour ;


5jour de travail/semaine donc 2080heure/année) sans les redevances sera de :

50*2080*118= 12 272 000FCFA.

Hypothèse2 : Investissement de 30Millions de panneaux solaires (132 panneaux).

Production des panneaux: 30.36kWh (1panneau produit 230W)

Fonctionnement (entre 9h et 16h :7h/jour). Ce qui correspond à un gain annuel de :

30.36*1820*118=6 520 113.6FCFA

Temps de rentabilité de l’investissement

Seuil de rentabilité : 30000000+N*6520113.6= N*12272000

(Avec N= nombre d’année à partir de laquelle l’investissement est rentable).

N= (30000000)/ (12272000-6520113.6)

n= 5.22.

L’investissement commence à être économiquement rentable dès la 6 ème année de


fonctionnement.

Gain environnemental

Fonctionnement sans panneaux solaire: 50*2080= 104000KWh/an

Fonctionnement avec les panneaux : 104000-(30.36*1820)= 48744.8KWh/an

Energie grise évitée/an : 55255.2KWh.

Quantité de CO2 évitée/an:

« Les centrales thermiques électriques burkinabé génèrent d’importantes émissions de GES. Le


niveau d'émissions relatif à l’utilisation de Fuel Oil comme combustible est de
0.88 teqCO2/MWh. » (PARFAIT, Année Académique 2008 Ŕ 2009)

55255.2*0.88= 48.62T

68
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 7: Fiche d'enquête étudiants 2iE (cités K1 et K2)

69
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011
Evaluation environnementale d’une unité de production de solutions nutritionnelles au Burkina Faso

Annexe 8: Fiche d'enquête population locale de Kamboinsé

70
Omar COULIBALY Promotion 2010/2011